Science

  • ESTHÈTES D’ÉMULES

    Émules adulés

    Soyez congratulé(e)s,

    Qui choyez le cumul

    De ces vers pas si nuls

    Envers et contre la montre

    Au-travers des époques d’une vie

    À l’envi productrice d’exercices

    Dont se moque la Matrice dominatrice

    De l’appareil des paies, censée les dispenser

    Aux services effectifs assidus

    De gens allants, sans malice aucune,

    Rendus captifs

    Sous la houlette d’aucunes têtes

    Du fief des ennuyeux vieux pions

    Du jeu des décisions et griefs.

    Bref : Soyez remercié(e)s

    Esthètes émules

    Qui graciez le fait

    Que j’acidule mes vers

    D’effets sévères :

    … Ne déversez venin

    Sur maints passages …

    Ne blessez mon ouvrage :

    Mes hommages !

    Ami(e)s si mitigé(e)s

    Qui voltigez ici années après années,

    Qui aussi me soutenez,

    Tensions après tensions

    Merci pour l’attention !

    Ainsi :

    Vous le vîtes plus ou moins vite :

    Ne le taisez : Rien n’est aisé,

    On se fait

    …...

    En fait :

    Tout préparer en le bon-sens,

    Tout prévoir,

    Voir de près l’apprêt

    Du mouvement

    Des éléments aimantés

    Aimant interférer

    En l’existence de tous destins

    Fédérés sous exigences

    Des positions aléatoires :

    Tout préparer

    Sous les déboires de l’inconstance

    Influant sur le flux de données

    Plus ou moins erronées, contestées,

    À traiter :

    Tout observer en le bon-sens,

    Tout repérer de l’évidence

    De simultanéité des entités

    Du quantique domaine pratique

    En veine :

    Tout apercevoir sans peine

    Des liens du bien-concevoir ?

    Rien de plus fossile,

    De l’avis des dociles,

    Car épars asservis :

    ...

    L’on s’agenouille

    Au pied de fripouilles,

    Et l’on cafouille,

    Bafouille de trouille,

    N’écrabouille

    Les embrouilles de ces andouilles

    Qui grouillent, et se mouillent

    Sous les magouilles à brouilles

    Entre bredouilles

    En la farfouille où vadrouillent

    Les gargouilles à sale bouille

    Qui nous font mal

    Aux os.

     

    Quoi qu’il en soit : N’oubliez pas : Il se chuchote en les hautes sphères de divers Corps Diplomatiques que la Russie peine à donner son avis sur la situation sanitaire mondiale : Autrement dit et redit : Le Corps haut n’a avis russe !

    Oui oui : Et les coraux navires usent ; On sait, on sait … Assez de ces fuck news !

    À l’aise en paix. Mon respect infini. N’en déplaise …

    … Ali GNIOMINY

     

    «  Suisse, ça, régulièrement »

    lac.jpg

  • ARRÊT-CI ÉPIQUE NIQUÉ

     Aux armaillis de ce pays

    Qui, sur l’alpage, font du fromage

    L’on rend hommage !

    Aux montagnards de l’Helvétie

    Un peu grognards mais peu geignards

    L’on se permet-ci ce grand merci :

    De cotoyer les sommets

    Jamais éveillés,

    Dormant sous les nuées,

    Ci saluées

    Qui tapissent les précipices

    Et ravines alpines

    De pics en pics,

    Et de pans en flancs de blancs massifs 

    Que kiffent

    Hommes à tommes

    Du beau pays des armaillis !

    Et aux hauts dignitaires des terres

    De l’autre Romandie,

    De notre paradis

    Où virevoltent sur les récoltes

    À tire-d’ailes les hirondelles

    Et où paîssent agneaux, ânesses

    Et bestiaux en liesse :

    Promesse est faite

    De chanter à tue-tête la beauté

    Des apparats de la Romandie !

    ..

    Ô Romandie et Ô Jura

    Dont l’aura ne chavira

    Sous le fatras des replètes saynètes

    De Poètes Helvètes

    A perpète sans pépettes :

    Que vous êtes jolis,

    Que nous semblez égaux

    En vos lits de ruisseaux

    Et vaux et collines qui dégoulinent :

    Ô Mère Romandie !

    Ô Père des terres rauraques !

    Permets-nous ce doux pardon,

    Permets-nous, tout patraques, humiliés,

    D’oublier le cloaque,

    La flaque sous berne détendue

    Par hagards et ternes

    Subalternes assidus Suisses allemands :

    Puissent dûment ces territoires

    Recevoir pleine gloire souveraine !

    Ô beau pays des francophones

    Face hélas

    À aphones ébahis,

    Ô nos sapins à pointes jointes,

    Ô nos chênes à glands copains

    Des écureuils en veine,

    Ô nos chevreuils, cerfs et bécasses

    A l’aise fiers sur les terrasses

    De nos falaises,

    Ô nos gorges où se forgent

    L’habitude d’altitude :

    L’on vous vénère,

    Sans hésitation, vous voue

    Admiration sans condition !

    Que chantent les armaillis

    La belle entente sur le pays

    Des hauts cols où Éole, fidèle

    Fait écho

    De telle entente régnant

    Sans quiproquo

    Entre têtes et ventres en pente

    De bovins et ovins

    Ne craignant disette,

    ...

    Pâturant en rang

    Et offrant lait à nos palais

    Et chère chair à l’étalage

    Et fromages du coin,

    Mais point ce patrimoine

    Des apôtres des crêtes :

    Notre tête de moine !

    Gens du Jorat sous le Joran,

    Gens des haras

    Des Franches et d’Avenches,

    Étanches ou saouls,

    Gens marrants du Valais

    Sans petit lait,

    Gentils gens en bateaux

    Sur les lacs du Plateau

    Que la bise défrise, dégrise en vrac :

    Gens de Romandie,

    Gens si dégourdis

    De Laufon, Chaux-de-Fonds à Grandson,

    De Sierre à Compesières,

    Cette bête leçon vaut bien

    Sur nos vaux un rien chauvins

    Que l’on jauge, si exquis

    Longs éloges et frissons

    D'écrivain qui patauge

    Encore au bord du ravin …. 

     

    … Ali GNIOMINY

    « Jura: Cons ne lui reprendront plus »

    DSC_7638.jpg

  • QUAND CANCANE ART !

    En pétard: Causons de canes, abysses, ruines las hantées:

     

    Ils en ont marre

    Les canards,

    En ont assez

    De ne brasser

    À la queue leu-leu

    Qu’eau noire et kaki

    Qui ne moire

    Que rikiki aqueux

    Abreuvoir houleux

    Du miroir aux abysses

    Du tirant du courant,

    Les canards picorant écrevisses

    Ou vers mous et pâlots

    Se terrant sous les flots !

    Ils en ont plein les plumes

    Et les reins plissés

    À glisser en les brumes

    Qui abondent

    Sur l’onde opaque du lac :

    Une aire

    De surnage

    Où ces canards

    Se hissent sans trempe ni calme,

    Subissent surmenage,

    Crampes des palmes

    Et saccage du plumage !

    Ils en ont assez

    Les canards agacés

    Qui caquettent et cancanent,

    Nasillent et nasillonnent

    Sur la houle

    Et poussent foule de scabreux cris

    À nombreux noms familiers,

    Mais en somme ne gloussent

    Comme mouillées poules

    En batteries !

    Ils en ont assez

    Les lassés canards claqués

    Quémandant,

    Quelque pratique plat quai

    Où oser se poser

    Hors décor aquatique !

    Ne décollent les canards,

    Ne survolent les cols verts

    Qu’en concerts en les airs !

    Hardi chasseur :

    Ne canarde la harde

    Des canards alourdis

    Qui ne se marrent,

    Démunis d’écrevisses humectées

    Et délices à becter !

    Ne tire ! À l’avenir ne ravage

    Le tirage

    Entre les ailes ascensionnelles

    Des canards

    Que seuls barbares

    Veulent bouffer

    À l’étouffée !

    Quand cancane Art,

    N’exulte, car en manque

    De tumulte et d’arpents :

    Paon planque us cultes !

    Et toujours point de cygnes,

    Point de digne navigation

    Sur les remous du fil des jours

    De nation floue des volatiles

    Qu’aligne insigne guigne

    Sur tourbillons de diffraction

    De rayons d’exception,

    Sur tempête d’aveuglement

    En tête des cygneaux,

    Les dirigeant vers eaux

    À divers détergents !

    Plus de cygnes,

    De canes malignes

    Qui glanent manne d’écrevisses,

    Plus de malice sur les temps,

    Acquis tentants,

    Que des canards le bec à l’eau

    Avec extrinsèque halo

    De bluffeurs et gaffeurs

    Bouffeurs de rare pain sec

    Sur l’aire d’amer flottage

    De rivages

    En ravages

    … Ali GNIOMINY

    &&&

    Ainsi ne rit cane ?

    Alors, enjoué(e)s ? Vous attendiez du plus mordant ? Et rien de bien croquant sous la dent !? Que ces quelques becs et vers roux-vert vérolés? Désolé.

    Juste pour vous, les mecs, en rose prose : À l’évidence, toute théorie du complot n'est l’œuvre que de filles légères :

    Des femmes complotent !

    Et, sous invectives aux froids et blessants avares chasseurs de beaux canards :

    Vive le décent droit d’honneurs …

     … Ali GNIOMINY

    « Polie niaiserie ? »

    scan0015.jpg 

    « Deux bleus deux bleus»

    deux bleus, deux bleus.jpg 

    « Et Nice à l’eau Nice inique? »

    Nice à l'eau Nice inique.jpg

    « Ou à ras d’eau vil ? »

    À ras d'eau vil.jpg 

    « Ou en des monts »

    cime.jpg

    « Ou étangs … »

    Diable d'étang.jpg 

    « … Couche ses dits menteurs ?»

    alors par couches ces dits menteurs.jpg

    « Posant vers âme ado? »

    Amado.jpg

    « Foin de canes, abysses,

    Ruines las hantées ! »

    là canes, ibis, ruines las hantées.jpg

  • AUX SOTS MÊLE APPÂTÉS !

    Par le Grand Gain saboté du regain de Notoriété:

    L'on te prive de grives et d'

    ÉPIQUE CURE DE SOTS « MEILLEURS », EUX …!

    Simple piqûre de rappel de faits systématiquement réels:

    Aiguillée de mémoire, vu qu’une personne imbue fastidieusement d’elle-même, ornée des lauriers de rupestre Édition, fit disparaître de Facebook notre échange de commentaires bien sentis en ce 11 mai déconfit … néanmoins propice à la gloire des rouverts libraires, éditeurs, diffuseurs de Suisse Savoir à tenter de sauver.

    Mais auparavant : Le traditionnel gentil petit poème à tendus :

    Honneur aux athlètes en tête des pros

    du culturisme du journalisme

    à deux mètres de micro.

    Gloire au rendu agité des reportages

    exécutés sans gigoter,

    tenant tenants de sujets sujets à réflexion

    à bout de bras

    et sans flexion ni patatras.

    Gloire aux perchistes-journalistes

    à tendons, sans ramdam entendu :

    Distendus !

    Ces journalistes, ni élitistes ni félons

    n’ont le bras long !

     %%%

    Or donc, venons-en à la bisbille du 11 mai, relative à notre locale, et d’ailleurs, navrante dictature livresque des trafiquants de valorisation de la Pensée, fabricants d’exclusivité et d’exclusion de sommités à critiques d’utilité publique. Traitons de cette opaque secte, adepte du business des mérites soumis aux rites abjects imposés par l’arbitraire de patrons ne modelant que barbares guéguerres des mots dégagés et maux à infliger à qui de dirigé ou gardé de côté, pour plus rare.

    Ce groupe en poupe, de personnalités habilitées à faire naviguer sur l’onde les flots de mots des meilleurs à la ronde, vers enchanteurs, que votre auteur très ferré soutient en proue de l’esquif inventif … Ces partenaires et chers confrères très sévères et si froids en matière d’octroi de nerfs de la guerre aux sots lus ci honorés : Des pas que réticents à reconnaissance de l’excellence également, mais tellement apeurés de s’être tant leurrés qu’impuissants commerçants tous nus, tenus au silence face à la farce et mise en scène affable de la balance aux financiers, capables de les scier : S’ils diffusent tel tas de constats réels quant à la ruse qui use exclus, reclus en la cachette des têtes dépassant, à essentiel potentiel fort intéressant, à exploiter sans doigté ni tenue ni émoi une fois venue l’heure de l’auteur : Ces aphones exploitants de concurrents producteurs de valeurs francophones : Je ne leur en veux que peu. Car leur métier, sous la houlette de cliques de girouettes à pirouettes dialectiques en faveur du labeur économique, me fait pitié.

    Aidons-les donc à ne céder aux exigences de l’engeance administratrice dominatrice, gestionnaire de la condition d’exister des pistés créateurs rabatteurs de sensées bouées lancées aux floué(e)s écrivain(e)s en peine, en vain sans veine ni bonne main : Au jeu qu’infligent pieux pairs adorateurs de milieux de radoteurs experts, auriges à traîtres décisions, quant aux visions de l’évolution des Lettres qu’être actuel à factuels écrits intenses dispense ; Marri que ne charrient ce qui varie de l’ordinaire tous mous transporteurs de valeurs littéraires.

    En mon immense condescendance, en vertu de ma pointue disposition aux solutions rêvées trouvées, je pardonne à bonne part des testé(e)s avares de nouveauté à acheter et rendre au public qu’elle implique, qui l’engendre pour bernique ?! Certes, inertes dernièrement, méritent vite nos libraires, éditeurs et surtout pas toutous auteurs amers : Un redémarrage de la raison et des choix de bon aloi sans plus à l’horizon de nuages d’élus à la page.

    Raison pour laquelle je commentais en avril, sur un message de l'excellent et sympathique écrivain Suisse Jean-Michel Olivier:

    Gardons espoir. Ce confinement aura poussé quantité d'actifs, qui d'habitude n'ont pas de temps ... à lire, apprendre à apprécier de réfléchir un peu mieux afin d'évoluer quant aux choix littéraires, dénicher des perles rares et prendre plaisir à se constituer une honorable bibliothèque à laisser à sa descendance. En ce début de crise et d'empêchements d'entrer en librairies, il est normal que ce soit, à défaut de mieux, de contact et de conseils humains, la ruée sur la pistrouille simili-adulée accessible à bon marché. Mais cette remise sociale et intérieure en question, des valeurs et intérêts de chacun, va générer à mon avis plus encore d'amateurs de livres-refuge qu'avant la pandémie  et qu'il n'y en aurait eu sans elle. Patience. Mon soutien est acquis aux libraires et aux milieux de l'écrit, en dépit du fait que ce ne soit réciproque.

    Or, ce 11 mai de libération des fauves, j’eus en la danse des commentaires l’outrecuidance élémentaire de titiller les pairs Ubu de la tribu famélique, ornières découvrant ainsi des pillés rangs de l’Art qui se bagarrent :

    Sur son encart de Confédérée culturicide Direction du Livre, qui recommandait de se ruer sur l’achat d’écrits d’auteurs Suisses, je précisai :

    Acheter un livre suisse est bien. Dénoncer la cabale contre un écrivain Suisse empêché d'éditer et sciemment passé sous silence entendu serait bien mieux !

    Suprême blasphème ! L’imbue fâchée orna d’emblée mon intervention d’incendiaire commentaire que je suis forcé à reproduire fidèlement de mémoire :

    Monsieur, je ne sais pas qui vous êtes et je m’en fous, mais en cette époque de solidarité nationale votre réflexion est malvenue, alors que les libraires, éditeurs, diffuseurs essaient de survivre ce n’est pas le moment d’exprimer vos frustrations. Pour être édité il faut travailler, essuyer des refus, retravailler et travailler encore, polir longuement sa pierre jusqu’à en faire un bijou qui trouvera son écrin.

    Ma réponse : Dire qu’il vous suffirait de survoler durant quelques minutes mes écrits pour savoir qui je suis, cesser de vous en foutre, d’évoquer votre solidarité nationale à sens unique, et ainsi de rejoindre incontournablement les milliers d’admirateurs de mes prodiges depuis des décennies. Vous comprendriez alors pourquoi, à présent comme depuis un bon demi-siècle je ne puis que critiquer l’exclusion que je subis. Ne serait-ce que sur la rubrique « Tous les blogs » de la Tribune de Genève où vous ne trouverez pas mes œuvres, camouflées par vos confrères en matière de dénigrement, écrits accessibles exclusivement pour qui connaît le lien http://barondecuir.blog.tdg.ch . Mais bravo, vous êtes la première personne depuis treize ans sur ce support à être ouvertement malintentionnée à mon égard.

    Une autre intervenante, dont je ne puis retrouver le nom vu l’atteinte à la liberté d’expression opérée sur cet échange, m’écrit alors aimablement :

    Puisque vous avez des milliers d’admirateurs de vos prodiges, optez pour une auto-édition, plutôt que de vous exprimer sur des commentaires que ne lisent que ceux qui ne peuvent espérer au mieux qu’une centaine de lecteurs.

    Ma réponse : Certes, je pourrais opter pour l’auto-édition et les demandes de souscriptions, mais je ne le veux surtout pas. Depuis des décennies en mes écrits, poèmes, etc, je teste systématiquement les compétences et l’intégrité professionnelle de celles et ceux qui sont salarié(e)s ou autoproclamé(e)s découvreurs de talents. C’est à elles et à eux de démontrer leur sérieux et l’utilité réelle de leur métier, de justifier l’argent qu’ils méritent ou non en révélant ou non les plus phénoménaux auteurs contemporains de Suisse également, et de procéder au marchandage de mes talents.

    Derechef, commentaire plein d’abus fatigants de l’ornée de piquants lauriers : Pardon, j’ai oublié de préciser que je suis réputée pour ma franchise. Si vous ne voulez pas qu’on vous mette le nez dedans évitez de le faire pour les autres.

    Ma réponse : Heureux de constater que nous sommes tous deux réputés pour notre franchise. Et personnellement je suis persuadé d’avoir fin nez pour flairer ce que je recherche de talentueux chez autrui. Alors que d’aucuns pensent que je ne fais que de dénoncer les malséantes odeurs de sainteté dont je suis exempté. Aussi, c’est avec plaisir que je fourre mon nez dans ma réputée franchise pour en sentir toujours l’authenticité, et invite mon prochain à en faire de même. Cordialement.

    Je reçois ensuite une brève notification de commentaire à lire, notification débutant, si mes souvenirs sont bons, par : Je ne sais si … Je clique et ne saurai jamais ce que d’autres ont pu lire: Plus rien. Sur mes trois appareils je passe une bonne heure à décortiquer l’historique, etc, introuvable. Tout a été effacé. La star des hautes sphères de la culture des navets n’a pas supporté la piqûre qui aurait dû la vacciner de la médiocrité affectant les pires ignorants décideurs Suisses en matière de choix littéraires, qui ne cherchent pas à savoir qui je suis, se prononcent stupidement tout en refusant de me lire, s’en foutent et me bloquent minablement en choeur… CQFD.

    %%%

    Passons à d’autres sinistres clowns, légèrement moins risibles : Combien de fois n’ai-je dénoncé le passage régulier à quelques centaines de mètres d’ici de wagons de chlore ? Alors qu’il y a peu, les prévisions en cas d’accident à Genève parlaient de 115'000 morts et blessés graves, Genève et Berne (ayant mis de l’eau dans leur chlore ?) estiment à présent la catastrophe à 100 morts et 1'000 à 3'000 blessés.

    Et les CFF nous précisent : La vitesse des convois a été réduite à 40 km/heure, ce qui diminue le risque par 10 !

    Ainsi, il est hautement rassurant de découvrir qu’à présent ces bombes ne traversent plus nos contrées comme avant, à 400 km/heure ...

    %%%

    Parlant de train-train, vous l’avez constaté : Chaque samedi la file des miséreux augmente à Genève, attendant de recevoir leur colis de vivres pour une semaine. Ceux-ci sont masqués et, nous dit-on, il n’existe aucun flicage les concernant. Ils étaient 2'600 ce 16 mai. Et le Téléjournal nous affirme que parmi eux l’on dénombre 3% de Suisses.

    3% de Suisses, précisément ? Ah oui, suis-je bête, j’oubliais : Tous les autres affichent, tatoué sur le front : « Je ne suis pas Suisse » !

    %%%

    Concernant encore la simagrée de justice Suisse : Face à la guerre économique et sanitaire en cours, le Conseil Fédéral a promulgué des lois d’urgence censées procéder à une redistribution plus équitable des chances de survie et d’obtention de moyens financiers de chaque entreprise et citoyen non discriminés, non exclus d’office au profit de la truandise auto-protégée des producteurs d’endettés et d’assistés sciemment ruinés, rendus malades, corvéables et malléables, interdits de défense digne d’un Etat de droit. Soit.

    Observant que depuis quelques années, les avoirs en Suisse de trafiquants de drogue et de tyrans étrangers sont saisis et redistribués à leurs victimes : Qu’est-ce qui empêche ce Conseil fédéral d’imposer des lois d’urgence lui permettant la saisie et redistribution du fruit de la confiance trahie engrangé par milliards par les trafiquants du cartel du venin, les pharmas en tête, cigarettiers, vendeurs de drogue dure alcoolique, richissimes assureurs à réserves opaques, commerçants du recouvrement crapuleux, lobbyistes et parlementaires prédateurs, spécialistes du copinage fiscal coulant officiellement sans scrupules ni humanité l’économie et la santé du souverain, sous taxations arbitraires non déductibles du misérable minimum vital à barème infligé par la nauséabonde nantie pègre dominatrice?

    Les lois d’urgence à deux vitesses, perpétuant l’anormalité des criminels prêts impossibles à rembourser, permettant impunité au système crapuleux du prêteur d’argent public séquestré grâce à des décennies d’austérité à sens unique et de fragilisation volontaire des forcés à l’endettement, ces lois d’urgence fournisseuses de torture psychologique imposée détruisant des millions de poursuivis et saisis actuels et à venir, qu’aucune faillite jamais ne délivrera de l’exclusion sous esclavage par servitude pour dettes, ces lois fédérales d’un Conseil complice de l’appauvrissement méthodique de la majorité des Confédérés au profit du cossu clan des intouchables destructeurs de démocratie, pourfendeurs de Justice et d’égalité de traitement, ces lois d’urgence-là ne servent donc qu’à perpétuer la protection de l’infamie des dynasties d’accumulateurs d’immenses richesses extorquées au peuple opprimé sous ruse, haute trahison, force et menaces ? Un jour viendra où la planète entière réalisera que la traite d’êtres humains existe à plusieurs niveaux de sournoiserie et de criminalité et saura juger celles et ceux-là qui en ont impunément profité, ici comme ailleurs, à leur juste absence de Valeur.

    Juste pour usuel répétitif barbant rappel à sauter ou non:  Durant mes 34 premières années de vie, le terrorisme fédéral suisse et cantonal de Berne et de Genève m’a infligé la torture du déni d’identité forcé, en me considérant comme malade mental du fait de ma bisexualité. Alors que le 17 mai 1990 l’OMS retirait l’homosexualité de la liste des maladies psychiques, Berne continuait à nous ficher jusqu’en 1992. Et jusqu’à très récemment (ou encore ?) subsist(ait)e en Suisse l’abomination sectaire des destructrices thérapies de conversion infligées par des « médecins » remboursés par l’assurance-racket-maladie obligatoire.

    Ainsi, ma santé a été intolérablement atteinte dès mon enfance, adolescence et partie de l’âge adulte par le stress de devoir cacher à tout prix mon inclination sexuelle on ne peut plus naturelle et normale, puisque l’homosexualité, la bisexualité, etc, résultent d’une différence observée de l’aire préoptique médiane (APOM) et du taux d’acide glutamique des individus ! Différences que la nature a fort heureusement induite en l’être humain afin d’éviter sa reproduction inconsidérée menant à l’excès catastrophique de sa surpopulation.

    Berne, principalement, par la terreur d’être enfermé en le ghetto psychiatrique de Bellelay ou pire encore si possible, en la Maison de correction de Prêles (dont la Direction dangereusement intolérante perdait récemment, grâce à une immense majorité de votants sensés, un scrutin répugnant imposé contre la condamnation de l’homophobie), l’Etat de Berne qui a détruit mes nerfs, m’a activement poussé mineur à la dépendance à la drogue dure tabagique et autres stupéfiants en vogue pour paraître mâle et « normal », m’a sciemment marginalisé, forcé à dépression, déconsidération de ma personne ! Et Genève prenant la relève me maintenant durant des décennies sans aucune digne considération ni correcte rémunération ni possibilité d’évoluer pour mon métier d’artiste surdoué, plus remarquable encore que la fonction à temps partiel impossible à augmenter qui me fut jetée en pitance et que j’exerçai admirablement durant 32 ans à l’Etat de Genève. Ces autorités fédérales et cantonales-là doivent impérativement être condamnées pour la « boule de neige » qu’elles entretiennent activement des conséquences de leur aveuglement passé et de leur ignorance présente. Laissant me détruire la machine infernale du sectarisme persistant en l’arme gouvernementale de l’arbitraire des ressources humaines claniques et opaques et des commerçants de poursuites pour dettes démultipliées par sournois empêchement de revenue à meilleure fortune, par déni de mes valeurs et besoins réels, par absence de prescription pour des actes de défaut de biens manipulés sans contrôle ni défense possible pour le lésé, ADB relancés ad vitam et obscures contributions insupportables, complicité avec des assurances violant toutes règles contractuelles dignes de confiance et de légitimité et autres crapuleries d’incorrects « créanciers » défendus par des lois inégalitaires votées par eux et pour eux, par et pour ces mêmes cercles prédateurs tout-puissants ayant saboté ma réputation, mes œuvres, mes finances et surtout ma santé.

    Aussi, puisque les autorités pénales suisses saisies à de nombreuses reprises, censées dénoncer d’office les délits pénaux, n’ont jamais daigné se pencher sur les atteintes évidentes à mon intégrité, je n’aurai bientôt d’autre choix que de m’exiler, quitter mon pays devenu pareillement corrompu au profit des pires milieux générateurs d’exclusion et de pauvreté. Et devrai actionner certains leviers du Conseil de l’Europe et d’autres Instances internationales pour enquêter sur les délits passés et présents de la simagrée démocratique helvétique. Je n’ai pourtant jamais rechigné à payer quelques primes et impôts dès que j’en avais la moindre possibilité, ai vainement contacté des services de désendettement trop soumis et débordés pour être efficaces, ai fait tout mon possible et même plus durant des décennies pour sortir de l’enfer en lequel l’inhumanité administrative gouvernementale et culturicide suisse m’a plongé, suis toujours disposé à chanter ce qui existe de beau et de bon en ce pays et ce monde, pour autant que les responsables passés et actuels du terrorisme gouvernemental en question réparent sans délai l’ensemble des dégâts causés à ma personne.

    %%%

    Afin de cesser un instant de se demander de quel droit, au nom de quel critère objectif les incompétents chantres de la médiocrité contemporaine se permettent d’estimer que l’auteur ne remplit pas les conditions nécessaires au respect dû à son travail phénoménal et à l’octroi d’une condition de vie adéquate: Délassons-nous au moyen de quelques piquants supplémentaires commentaires :

    Loi Avia en France: Laissant à Big Brother le soin de sanctionner les contenus haineux sur internet. Contenus à sanctionner, certes, mais avec mesure que la traditionnelle pudibonderie desdits censeurs bafoue si souvent :

    Ma réaction: Magnifique, plus personne ne pourra écrire "Le gouvernement n'est pas très gentil" sans passer pour un abominable terroriste répandant du contenu haineux. Heil Gafa, schreiben macht frei.

    Concernant la disparition des journaux dans les cafés-restaurants, pour cause de risques de contagion :

    Mes précisions : Considérant la valeur de ce qu'il y a dans certains gratuits, les restaurateurs pourraient faire l'effort de laver ces torchons entre chaque lecteur dans la machine à 90• ! Non, foin de cynisme, il suffit de placer sur chaque table pour désinfectant une bouteille d'alcool à 90% ... Quoique ... Plus beaucoup d'intéressés ne parviendraient ensuite à lire ... Vrai que c'est insoluble ce piège contre les tigres de l'info-papier que terrasse une pandémique excuse !

    Au sujet de la mystérieuse odeur de souffre incommodant les Parisiens :

    Mon intervention: Pas de panique! C'est juste la chambre magmatique du Vésuve qui s'est agrandie et est prête à exploser. Portez un masque et une combinaison ignifuge (disponible sur Amazon pour à peine 46'753 euros)

    %%%

    Vive la Littérature Suisse méritoire ! Vive la minorité des politiciens et décideurs dignes de confiance ! Honte à la pègre spéculatrice dénigrant et ruinant ses plus importants producteurs, en proie …

    … Ali GNIOMINY

    « Va nu pillé »

    IMG_0492.jpg

    « L’aventure y est »

    IMG_0988.jpg

     

    « Nage sur plage, détends… »

    IMG_9746.jpg

    «  … ou casse cadors ! »

    IMG_0238.jpg

     

  • DES GARS OUÏS !

    Mignons lapins

    Aiment lapines,

    Poussins, poussines

    S’abritent

    En mini-nids,

    Habitent essaims

    De pignons de pin!

    Grand-duc

    Éduque sa nichée

    À chercher sa tambouille:

    Quignons de pain:

    Et sous la gouille

    Les grenouilles!

    Quand s’étend le printemps

    Sur sa campagne:

    Les oiseaux haut picorent,

    En groupuscules,

    Le beau décor du crépuscule!

    Sous leurs ailes se révèlent

    Alpines branches

    À blanches ravines

    Et tumulus de cumulus

    Au diapason de l’horizon!

    Des nuages à langage salué,

    Dénué d’ambages

    Et pérennes cabrioles,

    Que comprennent les bestioles!

    Des nuées qui,

    Du sol embué ou des airs,

    Dès bonne heure

    Ont l’air folles du bonheur

    D’un printemps qui tend tant

    De beau temps

    À l’atmosphère:

    Que pénètrent

    Les millions

    De kilomètres de rayons

    De sphère si calorifère

    Réchauffant

    Faons et serfs:

    Qui leur sert à foison

    Chaleurs et pâmoison!

    Or: Les chenilles nichent

    Honteusement

    Hors chrysalide

    Hideusement humide et chiche:

    Et munies de l’instinct infini

    De changer, déranger

    L’apparence du mutin cœur

    De leur chienne d’existence:

    Elle deviennent lors fort belles

    En papillons!

    Champions des créatures

    Qui osent métamorphose

    Et renaissance

    Sur les essences

    fleuries et pures

    De la Nature,

    Loin des pourries confitures

    De couillonnes hormones

    Engluées sans soin,

    Muées en buées perlant

    Et piégeant rosée

    Sur les bluettes gentillettes:

    Contez fleurettes

    Les alouettes:

    Sautez sur ailes

    Les coccinelles:

    … 

    Pincez pinsons:

    Ne laissez passer frissons

    Entre les mains

    Et ventres humains

    Sur la gâchette facile

    des graciles pirouettes:

    Rampez rampants:

    Piquez pics et porcs-épics,

    Lors, le printemps tentateur

    Vous intime d’aduler

    Les cimes immaculées

    Pareillement

    Que fluettes herbettes

    À émerveillement

    Vous font à fond tournebouler!

    Léchez les chais

    À vain divin, fâchés humains:

    Demain déchets

    Vous abreuveront et nourriront:

    Car un printemps qui gagne

    Et tourne rond

    S’est étendu sur sa campagne

    Où renaissent ardus essais si

    Vilement civilement précis

    Que querelles de rangs

    Pêle-mêle engendrant!

    Les limaçons sont limite itinérants,

    Errant grave sur la bave

    Qu’ils produisent:

    Les limaçons s’enduisent à l’œil

    Sur les feuilles qu’ils humectent

    Où surnagent de rares reclus insectes

    n’allant plus, allants,

    Parcourir hectares

    Ni sourire au lointain défini destin

    De la putain de mare de glu

    Retenant exclu(e)s de toile

    Où halètent étriquées

    Fourmis amies imbriquées:

    Les limaçons sont leçon

    Sans savoir

    Des colles molles dispensées:

    À écueils, noirs déboires annoncés:

    Glissade sur l’estrade

    Des feuilles à salades:

    Les limaçons sont très comiques:

    Quand, épique et décent

    Joue illustre, innocent, le printemps

    Débutant sa parade à aubades

    Qui regagnent

    Sa campagne.

     &&&

    Ceci dit mine huées!

    Passons enfin à de la guimauve:

    Vous êtes donc bien des milliers, depuis nombre de printemps, à remarquer sur ce support et ailleurs l’absence totale d’éthique et de pudeur de contemporains parvenus en matière de financement et de diffusion de Culture, de Belles Lettres et d’Art véritable, de travail assidu et d’Humour bienfaiteur produits par un Poète comme il ne s’en compte que bien trop peu par siècle, privé au long de décennies du moindre revenu lié à ses prodiges, de la plus minuscule attention portée par qui de droit qui, le cas échéant, générerait inévitable reconnaissance publique concrète: Estime digne de confiance exprimée au bénéfice d’artiste indiscutablement talentueux. Soit sciemment ostracisé, spéculativement maintenu à vie à l’écart.

    De ceux dont se déplore trop tard, scandalise l’incroyable médiocrité de ces décideurs et dénicheurs incompétents de talents d’une l’époque: Talent de ceux terriblement excellents dont le produit des œuvres post-mortem ne devra à aucun prix faire profiter de tels usurpateurs de choix littéraires. À peine combler le trou du piteux business des charognards de l’usure, ignares ayant fabriqué et démultiplié l’artificielle insolvabilité du racketté crachant ainsi, un jour d’outre-tombe, à la gueule de si veules et lourds, pour leur sabotage d’une vie d’otage asservi sous le joug obligatoire des contraintes et salamalecs qui éreintent tout espoir d’évolution de compréhension de ces primates à chèques mis mat!

    Seules quelques rares sommités de l’époque incriminée auront largement mérité d’exposer et de conserver une dizaine d’œuvres majeures de l’auteur! Même si, de son vivant, ces esprits ouverts furent confrontés aux malveillantes réticences et rejets de grasses Commissions et pleutres Conseils de leurs pairs verts de rage, eux, à l’idée: D’honorer qui sait si justement ridiculiser leur incompétence crasse: Et ainsi d’accorder, à l’exception confirmant la règle, l’entier du prix du fruit si durablement et merveilleusement cultivé;

    Seules ces personnes à vision éclairée, en proie aux rois des décisions abhorrées de dissimuler ce qui sait stimuler les sens, l’Essence d’un Art en souffrance qui balance les écarts d’avares et repus corrompus gestionnaires: Seules ces personnes bénéficiaires de leur soutien au bien de tous, qui admirent les satires du Poète et le respectent, méritent l’usufruit de ses productions d’exception:

    Ainsi en ira-t-il pour la très honorable Fondation Martin Bodmer, à Cologny, dont est ici moult complimenté et remercié pour son appréciation témoignée toujours renouvelée et assurément réciproque: L’excellent érudit Directeur de la FMB, Monsieur le Professeur Jacques Berchtold.

    Quant aux cossus découvreurs de phénomènes, à l’exception de proche ami hors réseaux sots si haut, petit-fils de Nobel de Littérature et fils de génie planétaire, méritant toute bienveillance et sympathie, aucunement concerné par mes critiques à de tels gueux: Quant aux muselés dénicheurs susceptibles d’aiguillonner les bourses de lamentables notables couillons dénigrant encore la valeur effective de qui ils invectivent ainsi la condition de vie: La Terre entière se réjouit d’en compter d’aventure quelques-uns à l’avenir!

    De ces influenceurs repentants, du genre femelle pour exemple, ayant osé jadis affirmer larme à l’œil qu’il n’existait plus à Genève, depuis le décès de Nicolas Bouvier, de Poète-baroudeur! … Pitié pour ces bébêtes-là, incapables de parcourir quelques lignes pas toutes tracées: C’est sans doute dû à l’effet du printemps, quand les petits bourges explosent.

    Donc pour l’instant, c’est bien fâchant, rien de sonnant et trébuchant! Que du silence entendu entre engeance, quant-à son dû de tas de vendus. Et des milliers de félicitations, des tsunamis d’admiration, des éclosions de témoignages de sensations de mieux-être après chaque nouveauté décapante, chaque flot de relectures incessantes des centaines d’œuvres-ci si remuantes … tellement gratuites … que c’en pourrait être hilarant …

    Tant d’indigence détestable d’immatures contemporains, affligeants parrains responsables d’Art et de Culture, tant d’assurance d’inimitié, d’indignation des futures générations en leur direction fait pitié!

    Qu’ils se rattrapent ! Que ne les happe, ne les accule leur indifférence  au ridicule malheur de l’irrévérence de leur descendance!

    Qu’ils paient en paix au Poète leur dette de décennies de déni de la valeur de son labeur alléchant, en sachant s’amender sur le compte à demander sur:

    GuillaumeTell@tutanota.com

    Pourquoi tant de laine? Se diront tous moutons en leur ornière printanière :

    En vérité, rien de bien nouveau. À peine l’indécrottable et détestable devoir de s’irriter le cerveau…

    Le pape demande l'annulation de la dette des Etats les plus fragiles. Or, qu'en est-il au niveau Fédéral de l'annulation prévue des dettes anciennes d'individus? Qui, comme moi, enrichissent honteusement sous rappels continuels et poursuites depuis plus de 40 ans les machineries détraquées de larbitraire du recouvrement forcé: Pour écrasement sous imposition à sens unique et bâillon des prioritaires assurances privées : S'étant criminellement échangé les données privées de leur esclave, passées de Visana jadis au Groupe Mutuel, larguées ou vendues à Philos puis en douce à CSS-Intras: Contraignant alors au paiement immédiat des médicaments en pharmacie! Rapaces assureurs successifs juteusement interdisant résiliation de leur racket, faisant une fois de trop convoquer votre dévoué pour décision de saisie: En pleine période de confinement officiel !

    Alors que je suis à risque, fumeur rendu malade dès l'enfance par empoisonnement tabagique, alors incontournable, dépendance instillée au venin protégé par ce même État prévaricateur complice, faisant passer les profits d'assurances sociales et privées avant la vie de ses assujettis, méthodiquement décimés sous agressions légalisées et menaces évidentes à leur intégrité.

    En loccurrence : Transmission interdite de données privées et nouvelle mise en danger de la santé, de la vie et des moyens de subsistance de lassuré indispensables à sa fonction, avec complicité de lobbies législateurs et douteuses pratiques exécutives coutumières. Force est de constater, alors que des gangsters braquent à visage découvert l'insuffisance de produit du métier renié de leur victime, que celle-ci passe des décennies à dénoncer ces malfrats à la police, aux tribunaux, au Ministère public, à la Cour des Comptes, aux autruches politiques : Le lésé nobtient pour toute justice quindifférence et aveux dimpuissance de ces autorités persistant à contraindre le racketté à verser à ses voleurs le montant trafiqué à souhait quils exigent sous force, coercition et menaces, au profit de leur intouchable suprématie.

     %%%

    Allons: Foin de fleur bleue élégante et plantée sur les vers solitaires: Que ne comprennent que phénomènes d’érudition; Et foin de sèche, inélégante imposition de dominante position de lèche des pernicieux silencieux! De ces gars ouïs sans peine, hystériques vautours enrobés de l’absence de bruit autour du fric qu'ils ont sans raison dérobé!

    Quoi qu’il en soit, en attendant:

    Youpie ! Youpie :

    Lon redevient hippies :

    Longs tifs, oisifs,

    Un rien censés se défoncer !

    Un rien poussés

    A se gausser du Capital

    Si mis à mal des ronchons

    De cochons de bourgeois !

    Joie ! Joie :

    Les féroces boss à domicile

    Sont nus et devenus dociles !

     

    Et terminons par l’implacable loi de la Nature stipulant combien est relative en vérité la valeur accordée à chacun. Et combien ne vaut rien, est insignifiant et artificiel, surfait le tapage produit en certaines circonstances. Afin de réaliser cette vérité, imaginez simplement la mauvaise affaire si Johnny Hallyday avait eu le malheur de décéder ces jours-ci!

    Sur ce: Joyeux confinement, masqués ou non au long de telle kyrielle de riants écrits interdits …

    … Ali GNIOMINY

    «  Brillant lArt quand jatterris et Seychelles »

    Seychelles_004.jpg

  • ÊTRE AU PIC ? QUAND ?

    Il est tard! Tard, garçons!

    Bientôt biens, taux,

    Sont en pétard!

    Il est laid l’an lent,

    Qu’on fit, né, confiné!

    Les gros poids sont

    Rois des moissons

    De ces vers durs

    Sur hameçons sévères!

    Il a tort, tort

    Qui, conquis, ne se dérobe

    Et qui les gobe!

    ;*;*;*;* 

    Foin de rimes imagées géniales, passons à plus banal sérieux: À VOS LOTS !

    L’intelligence artificielle permet pour la 1ère fois au monde une conversation entre un chercheur et un dauphin!

    Le prodige a eu lieu au bas sein de l’Institut Great Delphinarium d’Honolulu, et cet exploit nobellisable est l’oeuvre de l’équipe du célèbre Piscicologue Herbet LHAUM.

    Le dialogue avec le dauphin Neptune a pu avoir lieu grâce au traducteur quantique installé sur le bec du mignon mammifère marin!

    Un petit pas pour LHAUM, un grand pas pour l’humanité et la bestialité!

    L’on nous précise que les savants restèrent muets quant au résultat de l’évènement, comme prostrés, livides, traumatisés, balbutiant des bribes de ce qu’ils venaient d’entendre! Que le minimum même de décence nous interdit formellement de relater.

    ;*;*;*;*

    Dans le cadre du rapprochement entre les principales religions, un camp de vacances mystiques sera proposé à vil prix aux parents de pubères, afin que ces enfants passent une semaine de ressenti intérieur en l’abbaye française de Montcuq, du 01.04.2025 au 08.04.2025, dès que le confinement aura pris fin nous disent les Saints Livres.

    Les filles d’une dizaine d’années, de religion musulmane apprendront à tricoter sans retard leur burqa de mariage, prises en mains par le très réputé Archithéologien Tatrik Ramasla, et les garçons découvriront comment dûment dominer leurs islamisées moitiés!

    Pour les petites catholiques, le gentil Père Benoît Papouil les laissera tout le temps s’occuper vers l’amarre à grenouilles, et invitera les petits à confectionner leur robe de servants de messe, etc etc.

    Avec leur Pro fesseur respectif, ces pré-ados seront gratifié(e)s des diverses tendances qui aspirent rituels de toutes les croyances du monde, animisme, bouddhisme, hindouisme, au sein de ludiques séances de relaxation, massages, tantrisme, chamanisme, kamasutra, hypnose, voeux de silence … L’ensemble de ces sacrées Lois du plus Tout-Puissant des tout-puissants.

    Laissez venir à eux vos petits sous leur aile! À Montcuq du 01.04.2025 au 08.04.2025, voire 2027!

    ;*;*;*;* 

    Sur ces entrefaites je dois vous laisser, chères lectrices et suiveurs aimés, je vais me préparer à recevoir dignement ce soir la visite annoncée par le Conseil Militaire Sanitaire Fédéral, comme vous toutes et tous ce mercredi si vous habitez la Suisse.

    Car vous aurez bien entendu eu vent par les médias de la nouvelle mesure de la dernière chance adoptée par nos soucieuses Autorités:

    L’armée n’est plus seulement engagée à patrouiller le long de nos frontières et à les surveiller par hélicoptère repérant sans faille chaque virus essayant d’entrer sur le territoire!

    Dès ce soir, des soldats viendront au front vous mesurer la température et soigner votre mode de vie. Car l’Etat, soucieux des attaques gratuites lésant l’immunité et les finances de la population veut à tout prix conserver en santé ses vaches à lait comme ses  pools aux jeux d’or!

    Dès lors: Afin de résister à l’ennemi mystérieux: Tout(e) Confédéré(e), de 0 à 118 ans, a l’obligation martiale de recevoir de bon gré sa visite militaire quotidienne, de manger une grenade offerte, un kaki, et de boire devant les soldats deux décis bienfaiteurs d’huile de foie de morue!

    Santé avant tout! …

    … Vous est pareillement souhaitée, en proies …

    … Ali GNIOMINY

    “Et cessez de faire des dieux de poissons frits!”

    IMG_7605.jpg

    Vénérez plutôt cette iconique photo d’originaux

    DSC_7512.jpg

    Car, en fait: À quoi rit Homme ?

    IMG_7868.jpg

    Oh ! C’est à nique ?!

     

  • EH BIEN: QU’ON VIRE US !

    Les reclus appellent les reclus:

    Les calottes sont cuites!

    Je répète:

    Les calottes sont cuites

    Et tout le monde s’en fout:

    Qu’elles refroidissent

    Mais ne s’unissent!

    Je répète:

    Rien de grave!

    Le spirituel lave sa vaisselle!

    Et le beau linge

    Sa monnaie de singe!

    Youpie! Youpie! Positivons!

    La race nantie des Illuminati

    Fait de la place,

    Passe son savon,

    Lave ses mains!

    Et couinent et couinent les porcs

    Au bord de l’abattoir!

    Et Coué et Coué

    Murmure l’humain aux soirs

    Sans lendemain!

    Le virus à couronne

    Règne et saigne l’humanité

    Décapitée sous intégrisme religieux!

    Je répète:

    Le virus à couronne

    Règne et saigne l’humanité

    Précipitée sous paradigme religieux!

    Dépendants au jeu?

    Plus de casinos, plus de turf!

    Dépendants à l’apéro,

    Cul sec avec les potes?

    Plus de bistrots! Plus de potes!

    Accros à la bonne bouffe?

    Plus de restos! Gastro de oufs!

    Accros à la Bourse?

    Plus de fric! Plus la trique!

    Plus de course devant les flics!

    Accros aux putes?

    Plus de Chambres, plus de Membres!

    Addicts aux vindictes de lobbies?

    Fini ce hobby!

    Dépendants aux drogues?

    Plus de dealers!

    L’air de rien sans chômage!

    Prêts aux heurts, au carnage

    Si n’étant engagés ainsi en agrégés

    De la distribution

    Sous légalisation!

    Dépendants au sport?

    Plus de sport!

    Plus d’efforts à se coucher au top

    Et à cacher sa dope!

    Crochés aux tournages?

    Plus de porcs en nage

    Ou en cage harnachés!

    Accros en ligne?

    Pénurie de connexions!

    Hameçonnées en choeur!

    Guigne de serveurs malmenés!

    Accros à Dieu?

    Aux curies en furie?

    Adieu la religion!

    Interdit ce qui relie!

    Je répète:

    Interdit ce qui nous lie!

    Chacun en soi chez ses contacts

    En voie de tous actes,

    Auréole de ses paroles!

    Tous isolés en masse

    Jamais tant consolé(e)s, cajôlé(e)s,

    Et se plaisant constants

    Sous les silences de la distance,

    Se pardonnant abondamment!

    Je répète:

    Rien de grave!

    Le spirituel lave sa vaisselle!

    Et le beau linge

    Sa monnaie de singe!

    Oyez! Voyez!

    L’heure est aux décès esseulés,

    Aux déserts cimetières débordants!

    L’heure est aux vers mordants!

    Illicites les messes à promesses:

    Illusions à pauvresses et perdus

    Que vendus commerçants

    Sans largesses,

    Ointes têtes à claques conjointes,

    Dispensaient et encensaient:

    Au-travers de sincères bergers

    Habités de bonne volonté

    De leur(s) Maître(s) et macs!

    Je répète:

    Bannis les nids de vices,

    À ridicules experts en matière

    D’opinions rares

    couverts par notables formules!

    Finies les respectables réunions

    À Protéger l’indu:

    Défendues et figées!

    Je répète:

    Le hibou se régale!

    Les écrans de secrets

    Sont un régal concret!

    Les commissions sont aux wc,

    Les membres alités,

    Chacun livrant tout son métier

    Tous ses dossiers en réseaux

    En la boutique olé olé du zoo

    À bêtes têtes vérolées

    De la bourrique informatique!

    Je répète:

    Le hibou sans égal

    Dévore le corps de nos souris!

    Je répète: Souris!

    Ce virus vire us!

    Et change en anges les isolés!

    Ce rude virus vire us d’ânes,

    Damne usuelles habitudes

    Qu’habitent belles utopies,

    Ci, sous tyrannie d’office

    Des dénis de Justice!

    Tous séparés?

    Tous sans errer! Sans s’égarer

    Sous sermons de l’Amont?

    Tous pour soie pour tous!

    Tous attentifs!

    Tous pour ors

    Sur le sort collectif !?

    Ainsi: Protégeons-nous, protégez-vous, protégez-nous en cette sanitaire guerre salutaire à la Terre notre Mère et merdique clique qui la gère!

    Et puis aussi: Qu’elle nous explique pourquoi, mais pourquoi donc, de minuscules humains renient l’état naturel de lois universelles à l’évidence transgenres:

    Pourquoi (et comment se fait-il qu’) un météore, pénétrant l’atmosphère et touchant la Terre, se change instantanément en une météorite !!! ???

    &&&

    Ceci dit donc: L’on applaudit les sauveteurs et positive!

    Même si ça aussi ça vise sans doute à nous museler, quant à l’actuelle cata si prévisible qui n’inquiéta prévenance des pouvoirs: Ce laisser-aller, laisser ruiner les services sous collusion entre austérité et mépris couvrant les masses de redevances, que ramasse sur la balance l’engeance voleuse de votes, n’ayant plus la cote! Celle qui, ces jours de crise si délicats: Adresse entre autre ses bulletins de paiement d’impôt fédéral direct!

    L’on condamne dès lors en la bonne humeur,  jovialement à très juste titre, l’ignoble manière opaque de traiter les ressources, humaines et matérielles, les conditions de vie, les dossiers et fichages trafiqués, les revenus de scientifiques peu corrects et d’artistes impecs, la couverture constitutionnelle lacérée par les tchats!

    L’on déplore guillerettement  tant de sécurité ratée, tant de respect et dignité gâtés jetés à la poubelle!

    Tout en ligne soudain largué, et merde pour les précurseurs et que crèvent producteurs laissés sans passé autre que sous ignorance de gouvernance qui se vautre, qui insulte, qui ne leur a jamais octroyé le moindre sou du public pour leurs oeuvres magnifiques, utiles car thérapeutiques, jamais ouvert la moindre opportunité, la plus petite sortie à la geôle financière du temps d’avant le grand krach survenu des valeurs des tordus!

    Et parjures décideurs en cette crise, persistant à ignorer leur criminelle trahison du serment d’appui digne de démocratie aux exclus et défavorisés qu’aveuglement général orchestré a générés à profusion! Trompeurs nantis clans à profits, tentant plus que jamais de pérenniser leur incompétence, féodalisme à si juteux dysfonctionnements aspirateurs de Volonté Populaire!

    Stop, fini, risibles, démodées, dépassées: Ces burlesques exigences de détestables instigateurs de la sarabande des finances, de la défense à assurances dites sociales du couperet à coups d’intérêts pour pontifes sur le mal de pauvrets inventifs :

    Je répète:

    Le peuple est au foyer!

    Prêt à noyer les prêteurs, allumeurs de feues dettes à fondement et traitement ignobles, de flots de noble pardon proposé!

    Qu’en cas de respectable annulation de tous litiges passés, fin d’exigences faussées, amnistie de toutes dettes sans exception, terme immédiat de toutes relances d’AFC, LAMAL, OFAS, Banques et charognards du recouvrement agressif sous nauséabonde impunité!

    Abolition définitive de l’omerta des temps d’avant, où ça rigolait ferme, et sans délai très conséquente réparation des torts causés durant des décennies à tous méritoires exclus de la richesse communautaire:

    Producteurs de valeurs dépouillés et souillés par l’indifférence criminelle et insouciance, absence de bon-sens, de prévention et de courage, d’intelligence de certains décideurs actuels, (facilement identifiables au cumul évident de leurs rapines collectives et contraintes impopulaires) et d’avant l’heure du cataclysme pulvérisant enfin le fondement de leurs faussés critères de choix!

    Je répète:

    Le peuple est au foyer et au balcon, n’est plus si con, a tout appris plus finement sous confinement!

    Qui applaudit qui a prédit que mauvais soins allaient trop loin! Tel celles et ceux qui s’appuient à sauver, se sacrifient à aider le plus possible autrui!

    Mais qui hue celles et ceux qui ont fabriqué l’inévitable revanche d’une atmosphère surhumaine sur eux-mêmes, ces experts parasites qui tant maltraitèrent nos mérites de météores qu’on limite tant qu’ils s’irritent!

    Aussi rions sous les horions à notre sort de qui se moque de nos efforts en cette époque de paradis de la maladie!

    Et mort aux infections de la civilisation! À l’or en barres encore en mains de maints barbares!

    Gardons donc les fins cordons en peau d’ours de la bourse commune sous une insigne surveillance enfin digne de confiance!

    Hourra, on rit, aura des pris sur le fait à la fête aux surfaits prix! Toute la liste dévoilée des égoïstes inégalés! Allant, allants, dédommager ce qu’ils, habiles, ont saccagé sous dépendance imposée à l’existence arrosée d’exigences injustifiables, aucunement fiables, existence de victimes abusées de régimes à sévices maintenus au service de rusés parvenus!

    Je répète:

    Bidonnant!

    :

    Tu nais sous tyrannie?

    Tu connais l’avanie!

    D’emblée doublé

    Sous régime qui t’abîme!

    T’es issu

    D’un tissu social

    Jovial?

    Tu ignores torts

    Qu’ignares cadors de choc

    Provoquent

    Aux fondations

    De ta nation

    Branlante,

    Promise et

    Mise en vente!

    Tu nais sous dictature?

    Tu encaisses à coup sûr,

    Sans cesse plus mûr

    Te relèves ou crèves!

    Tu croîs en proie

     Sous Suisses milices

    Qui surtout sur tout veillent,

    Tout surveillent et décident:

    Tu ploies sous lois culturicides?

    Ne te surpasses?

    Reçois Grâce de la Place,

    Et de la Ville à vils émois

    Sur fumier sans valeur

    Des honneurs coutumiers!

    Tu nais sous idiocratie

    De niais de démocratie

    Qui taxent un max exponentiel

    L’Essentiel Droit

    D’être maître de soi,

    À direct intellect!

    C’est à la trique psychologique

    Des fanatiques du gain de fric

    Qu’on te fabrique

    Bête couverte de dettes

    Qui pullulent?

    Tu n’est plus lu!

    Plus que pustule

    Qui se traite, manipule,

    Que l’on cache comme taches

    Qui s’accuse sous la ruse

    D’estime minime

    Feinte!

    Teinte de l’ocre

    Des médiocres desseins

    Du Saint des Saints

    De décideurs usurpateurs assouvis

    D’imposition sans valorisation

    De productions des asservis à vie!

    Stop! Punkt schluss l’Etat: T’as fauté sans compter, ici et là laissé futés usurpateurs de valeurs nous user:

    L’heure est aux conséquences de ton insignifiance, incohérence, l’heure est aux récompenses et réparations déboursées, libéré(e)s de la honte du racket sur désignés détruits indignés et maintenus infortunés!

    D’utiles et nécessaires consignes et résolutions exceptionnelles sont à présent décidées et mises en place, en grande partie sensées et bienvenues!

    Mais lorsque prétend un sinistre ministre que “Les banques c’est pas Pestalozzi” l’on se pardonne mutuellement, éclate de pire se tapant sur les Suisses, et comprend bien sûr que ce germanophile manipulateurs de cordons d’attardés affirmait en fait, usant de critères de son époque “Les banques c’est pas la peste à l’Ötzi”!

    Aussi ces banques, assurances, autorités … vont-elles enfin devenir dignes de crédit, rétribuant tous lésés à valeurs jusqu’à présent reniées: En dons corrects !?

    Et non plus en insultants prêts auprès de ces prédateurs et/ou recouvrements immoraux à intérêt spéculatif intolérable !?

    Bien des bravos à tous gens biens! Et moult travaux à qui les tient forcés à se casser!

    Je répète:

    Hilarante époque

    De nerf qui se bloque

    En sa guerre:

    Voyez:

    C’est EN-

    CORE AUX NAVIRES RUSSES

    Déployés d’apporter aide

    Raide et sans pli

    À l’Italie! 

    Allez à l’aise en paix! Ne succombez …

    … Ali GNIOMINY

    “Oh! L’impie!”

    IMG_9222.jpg

    « Fat .. à l’aise ou naufrage ?»

    naufrage.jpg

    « Halte à des bris d’idoles »

    idoles.jpg 

    Soutenir un labeur et des valeurs d’avenir?

    Bienvenu(e)s sur:

    guillaumetell@tutanota.com

  • SI FAUX PROS FÊTENT: LA TERRE ENTIÈRE ÉPIÉE EST PILLÉE !

     Tant de gens bons

    Pris en sandwich

    Entre les speechs nauséabonds

    De chantres pudibonds

    Épris de mépris du prix

    De moribond jeu de Pouvoir

    Peu méritoire!

    Tant de gens bons s’étalent,

    Soumis aux pieds de sale ami

    S’étant permis: Croyants en lui!

    Tant de cornichons

    Se font leur beurre

    Si maigrichon

    Sous les tartines

    De ces doctrines

    De la routine

    qui piétinent

    L’estime de soi

    Qui arriment vers de soi

    Filant élans du cœur

    Sur pure dégoulinade

    De la teneur de leurs salades

    À faconde vagabonde!

    LE MONDE ENTIER ÉPIÉ EST FORT PILLÉ !

    Or:

    Ce pied-de-nez!

    À l’enseigne

    D’impudique clique

    À politique à condamner,

    Où fric abonde, inonde, saigne

    Tous règnes naturels:

    Humain, animal, végétal, minéral,

    Charcute leurs buts réels,

    Les abime, précipite aux abîmes

    De malsains gains de mœurs

    À mondains puritains

    Voleurs des valeurs du Pouvoir,

    Et preneurs en otage

    De plus sage Savoir

    Qu’ils transforment

    En moisson de normes

    À notoires mollassons:

    En futile rançon de gloire

    À certain butoir atteint!

    De fait: En tête de la planète:

    Cerveau éteint déteint

    Au niveau des travaux de gouvernance

    Calibrée de la Finance déséquilibrée

    Mêlant élogieux relents religieux

    Et promesses,

    Sans cesse en messes hautes:

    De votes à la ramasse

    De casse de basse nation

    À grotesque proportion

    De presque cent pour cent,

    Spoliée, liée à la spéculation

    Des actions de la conviction

    Instillée à stylés mèmes

    De lourds systèmes ratés,

    Régimes sans estime pour athées

    Dont ils blasphèment contre

    Le dieu expert des yeux ouverts

    Qui leur montre le chemin

    De meilleurs lendemains:

    D’exquis refus

    De confus prieurs

    Conquis par foi et lois

    D’avares battants milliardaires

    À élans de tous temps génocidaires,

    Ivres de leur Livre

    De sacrés leurres les saoulant,

    Oints du besoin de massacrer

    La Volonté incontestée

    De Liberté de tant d’athées:

    De vénérer sans s’égarer

    L’efficience des Sciences,

    Et non plus, si exclus,

    L’imposition de maints

    Inhumains devoirs de croire

    En des suppositions,

    Superstitions débiles

    Fertiles en divisions de “Dieu”

    Pour mieux régner,

    Gagner en tyrans la sympathie

    Des abrutis garants de conservation

    De concerts d’ovations trafiquées

    D’ouailles achetées,

    À lâcheté et gouaille

    Mêlant duels d’élans spirituels

    À cyniques rituels politiques!

    Gare! Car tyrans conquérants sans égards

    Amarrent vos tares,

    Votent: Arts artificiels

    À canons au nom du Ciel, du Fils

    Et du Confidentiel!

    Gare! Car les faux prophètes sont à la fête,

    Sont à la tête de la planète!

    Il faut les voir vendre savoir

    Apprendre à croire en l’appât rôle

    À jouer, enjoué(e), en l'éternelle

    Céleste ritournelle à paraboles

    Traitant de peste qui, sans conteste

    Doute de prophéties,

    Déroute de pensées ainsi toutes tracées

    Par éminences des finances

    Et méprisables sourds et aveugles

    Notables qui beuglent et protègent

    Allègent leurs arrières!

    Gare aux ignares cerveaux en travaux

    Des faux prophètes

    En quête de vos défauts!

    &

    Arrière toute!

    Tout tyran tire en arrière

    Délirants en prières

    Au tumulte de ses cultes;

    &

    Et en avant: Sa vente d’ententes sacrées

    Sacrément ancrées au butin des crétins,

    Mais jamais ne parvient au moyen

    D’abuser à l’excès

    L’esprit marri de sensés gens

    Laissés sans sous,

    Sous soucis poussés,

    Et conséquents questionnements

    Sous vilénie de tyrannie

    De l’arriération de redistribution

    De mérites et actions:

    Tractations limite ridicule

    De prix du véhicule d’esprit

    À payer lourd

    Pour transport vers son sort:

    Dépouillé(e)s!

    &

    Avant, tyran, de tirer

    Sur la corde de ta horde avachie

    Réfléchis! Tu l’as usée!

    N’est point rusé que de voir

    Tes déboires, coups durs futurs:

    T’as cassé ta masse à bêler

    Et elle en a assez!

    De tes courants de garant

    De bon-aloi des lois & Foi figées infligées,

    Totalitaires, à ne plus taire:

    Côté athées exclus!

    En aparté, âne bâté tyran

    Rend grâce à sa race:

    Clique claquant fric

    En l’art barbare et famélique

    De l’attraction de convictions

    Vers le béant néant

    De clanique politique!

    Arrière tyran!

    Avanti, rangs d’honnêtes têtes,

    Chassons le caparaçon

    Dont on naît affublé(e)s

    Et nourrissons-nous

    De ris et de bon blé!

    Le monde entier est épié

    Et pillé à l’envi à la ronde,

    Qui atterre l’accablé(e)

    Qui met les pieds sur terre,

    Mais vit de salaire rikiki

    Et d’indécente rente!

     

    ***

    Moralité: Tyran illico ce qui tue Droits …

    Ali GNIOMINY

    À l’attention, encore, de la kyrielle de toutes et tous dégustant également mes écrits ailleurs que sur Facebook: Cette récente flasque frasque:

    DE TROP S'ÊTRE PLAINTE JADIS

    D'UN HOLLANDE MOU,
    LA FRANCE S'EST RETROUVÉE SOUS
    LA COUPE D'UN
    MACRON FLAN !

    %%%

    À l’évidence, aucun Chef-d’œuvre poético-politico-philosopho-humoristique se respectant, en ces temps agités, ne saurait éviter de laminer en fin de compte quelque chouia d’actualité:

    À savoir que, d’un direct, notre neutre démocratie se voit soudain mise quasi-KO à la révélation réitérée d’un secret de polichinelle vieux comme Winkelried!

    Concernant l’invasion des “anciens” sbires de l’actuel Trumpistan sur territoire Suisse! Ayant contraint le pays vaincu à bidouiller le cryptage de données stratégiques d’une centaine de pays ennemis … De ce brutal Preneur en otage de nos longues oreilles de Loèche (et sans doute du “mont des hêtres” dont est “bourgeois” l’auteur de ces lignes), tyran s’appropriant suprématie sur nos Services Secrets, pour lorgner à l’envi durant des décennies les stratégies de couloir des nations potentiellement concurrentielles, en matière de malfaisance et financières traîtrises guerrières.

    Ainsi, nous explique-t-on, les amères loques portées par les victimes de la Grande Pomme, déchirées à l’excès, n’émouvant aucunement les pointus espions imposés, il devînt impossible de nous y opposer, nous dûmes tout céder à Kojak au détriment d’autres pays et de nous-mêmes, avec en cadeau-bonus la crédibilité de notre tradition fondamentale de la confiance mutuelle.

    Et l’oppresseur s’en donna à cœur joie: faussa toute la situation mondiale à son avantage, toutes convictions, toutes éducations, tous votes, tous conflits, toutes dépendances, tous impôts, toutes ressources de tous règnes, tous gains à tout prix et privilèges saisis, tous tabous, tous esclavages, tous coups de Jarnac politiques ... Et fit de sinistres émules bridés, enturbannés, glaciaux blondinets des sauvages steppes …

    Mais … Une Suisse bien neutre forcée d’ouvrir l’accès de données ennemies aux yeux de fouines d’un seul côté? Si cette Suisse-là, présente ou passée, a(vait) l’intention de résister ou collabore volontairement se déduit assez logiquement:

    Une Suisse bien neutre, à respectables Renseignements démontre(ra) qu’elle a vainement tenté ou est parvenue à bricoler en douce de quoi décrypter dans les deux sens, permettre aux pays victimes d’ouvrir les yeux informatiques sur la plus Grande Magouille mondiale, créant et pérennisant exclusive richesse sans humanité et maîtrise de commune misère fabriquées.

    Une neutre Suisse, digne de sa fonction, ouverte au dialogue entre belligérants, cultivant le bon-sens des opposés, luttant contre tous monologues totalitaires, n’a-t-elle décemment trafiqué au profit d’opprimés l’ouverture de fenêtres informatiques sur les cases manquant à l’Oncle Sam? La question n’est qu’entrouverte …

    “Complétant ce désert …”

    JM-Miam.jpg

    “… Pour amuse-gueule

    cette fraction de Premier jet …”

    Brouillon-ty.30.1.20.jpg

    “… Loin d’élus : Heurts …”

    IMG-20200130-WA0003.jpg

    “… Et menus grains …”

    IMG_2706.jpg

    “… Votre très ferré PRO FÊTait alors ses 26 ans”

    JM-mage.jpg

     Ah oui, juste en passant, encore l’aimable sollicitation du jour:

    Affaire Crypto, caisse noire Cercle Fazy-Favon, affaire Maudet & Cie, culture du secret au point de cacher des risques d'attentats majeurs, etc etc ... des décennies d'omerta Radicale-Libérale à mon encontre ... : ça suffit !!!

    Levée générale d'immunité et DISSOLUTION DU PLR !!! Ce Parti, principalement, a assez mis notre pays en danger, lui a fait perdre sa crédibilité, a détérioré l'image de la neutralité, est et fut fondamentalement nuisible à la plupart des citoyens.

    En dépit de bonne part, honnête et transparente, de ses membres, par faute du désastre social entretenu par son rebut se repaissant des fruits de l’endettement d’autrui : DISSOLUTION!

    Et Amène fut la manière de le prophétiser.

  • ÉCHO ET RANGS ! EN L’ART BAIN DÉFOULE !

    (Francs propos: Potins de pâles troquets)

    Moque-les:

    Tant qu’on a la Santé

    Pour y boucler nos politiciens

    Tout penauds, pas finauds:

    Tout va bien!

    Tant qu’on est voisins du zinc,

    Comptoir pour boire

    Français

    À la drôle de rigole

    Des essais et paroles d’édiles:

    Tout file droit!

    Sur les grands chevaux de Napoléon

    Chacun se croit cerveau fécond

    Et d’aucuns se voient au rang de Roi!

    Tant qu’on n’a cons à la Santé

    L’on n’a de don de s’en vanter

    Tranches par tranches

    Sur les planches en chantier

    Du bagne des métiers de la gagne!

    Tant qu’on a, las, hanté

    Les membres de Chambres

    Épouvantés,

    Épongé des grugés des Lueurs

    Leur sueur,

    Tant que les restes des Lumières

    Empestent, fiers et tout mouillés

    Leurs rites et acquis tout souillés:

    Ne s’effrite leur balcon?

    Tant que ne s’étalent du piédestal,

    Ne vont graviter côté Santé:

    Tout roule: La foule enchantée coule!

    Virent, de France, divers édiles

    Vers pire que rances huiles:

    Lors qu’ici même la crème

    Helvète est à la fête:

    N’a nulle cellule et barres

    À la Santé à éviter?

    Car, tant qu’on a tout tordu

    Palais fait des râles,

    Rendu laid,

    Qui ploie sous plaies de lois

    Amorales, anormales,

    Qui tient tous liens

    Et biens des citoyens,

    Palais du maintien d’illogisme

    De suisse fédéralisme

    À us obtus à la fournée

    Et vis tournée:

    Tant qu’on n’a une bonne Santé

    À la Une concoctée qui déconne

    L’on ne l’a méritée?

    Au plaisir de vous prêter, en veine,

    Une pleine Santé:

    De nos sbires accros du Capital!

    À ne pas trop maltraiter:

    Qui ne provoquent autres:

    Que qui ne se moque

    Des sinistrés administrés!

    Nécessitent vite,

    Si futés députés,

    Apôtres à trique

    Du traître maître Fric:

    Haro sur les Barreaux!

    Tant qu’on a, là, cent témoins au moins

    Des sévices que milices qui dirigent

    Infligent à soldats, _vociférant

    En rangs de lobbyistes:

    Que la piste résiste

    Sous poids de lois menant manants

    Aux défis à tout prix

    Du profit immédiat des médias

    Lourds ou fluets,

    Sourds et muets

    Pour aider élus lus:

    L’on peste et reste exclus?

    Tant qu’on n’a la Santé

    Pour rapprocher nos politiques

    Péquenots débauchés

    Reclus de faméliques remords

    C’est fantastique:

    L’on tient encore bien le mors

    Resserre revers

    Des rênes à étrennes

    Et galope tip-top:

    Jusqu’aux vaux fleurant le musc

    Et campagnes à conquérants

    De la gagne de tas de moyens au prorata

    De ce que rangs d’ignorants associés

    Ont pillé aux citoyens ennuyés, dérangés

    Par le tri détecté de quiproquos

    Et cris échangés

    Restés sans écho!

    Tant qu’on a l’as et témérité de le mériter,

    Du coup: Tout va pour le mieux!

    Le vieux Corps des Membres

    À efforts qui le cambrent

    Tient le Coût?

    À peine nient, tant sciés,

    Être grossiers maîtres futiles

    Qu’ils filent, à l’aise, à l’anglaise,

    Ni en Santé ni tourmentés?

    Écho errant, s’égarant,

    De serfs vaux arpentant,

    Chantant les serres

    De l’aigle espiègle

    Et le fin bec

    De pète-sec aigrefins

    N’a point de retour

    Ni alentour ni de loin?

    Rangs des lâches

    De gérants bravaches

    L’accaparant!

     %%%

    Ainsi va notre belle époque où la Démocratie s’achète au vu et au su de tous au lieu de se mériter! Où les tétanisés sous influences de la Finance et des croyances sont si bien maîtrisés qu’ils votent en chœur contre les intérêts de l’ensemble, pour le clan de vénéneux crapauds minoritaires ainsi gonflés jusqu’à paraître majoritaires bœufs assemblés: Tant que nul n’y met son grain de sel apte à faire exploser la bête supercherie faussant le réel prix de l’impayable véritable Démocratie!

    Assez de ces vieux loups d’amer commerce du sens des lois qui coulent, à coups de liquide et trop bas taux, le radeau de la Volonté populaire. Aux fers ces corsaires qui volèrent cargaison d’électeurs en pâmoison sous bombardements farcis de mensonges qui rongent la Démocratie!

    Criminellement tellement empoisonnée, la Terre entière laisse faire les cupides intrépides sectaires écolo-génocidaires que protègent sénateurs malfaiteurs, brisant et coupant court à toute Cour de Justice en interdisant tous indices et dommages, témoignages d’artifices de ces fils de disputes, dès lors leur évitant pour un temps encore la chute.

    Ainsi va notre laide, délétère corde raide planétaire, sous les brimades jusqu’à glissade.

    %%%

    Certes, concédons qu’il n’est pas nouveau que les forêts soient en danger: Vrai que c’est alors que les arbres sont dépouillés de leurs ornements, que leur sève s’est retirée et que leurs branches sont gelées, que ces forêts sentent le plus le sapin: Que l’ignare d’humain a relégué au 31 décembre leur fête de la Saint-Silvestre!

    %%%

    Mais, permettez à votre aîné, ou presque, son brin de nostalgie nous rappelant combien c’était tellement mieux avant:

    Nous n’avions ni télévision en noir et blanc, ni véhicule encore! Viendrait plus tard la première Dauphine paternelle qui nous enchanterait de ses trajets, via plus loin que jamais auparavant, au-delà même les frontières de notre Jura natal; Loin des vallées et campagnes au fil desquelles déambulions si précocement dès tôt matin; Sac à dos bien léger, chandail tricoté renforcé, gourde de sirop et bons petits souliers, fromage et pain et cervelas en la besace du père. Partions au long des plaines à résineux dont les branches touchaient le sol et fourrés propices aux secrètes taches de champignons, ces cachettes familiales protégées sous absolu tabou.

    Nous n’avions, de l’avion, qu’une vision verticale, et ne rêvions qu’à peine de survoler un jour nos bois et champs et ruisseaux, notre Birse fournisseuse de truites encore saines, et monts et gorges et échelles et sentiers escarpés. Nous n’avions, de l’avion, pas encore vécu le cirque de pleurs et hurlements de terreur de gosse de dix ans, ce jour-là, que pauvre paternel tombant à côté s’était saigné en sa fonction de dessinateur technique en horlogerie à lui offrir: Ce splendide cadeau d’un vol sur le Tessin … En bimoteur brinquebalant pris sous grands vents dressant jusqu’aux cheveux du pilote!

    Nous n’avions en fait, chaque printemps, été, automne, qu’à nous rouler en les hautes herbes, dénicher daims, sauterelles, papillons et tortues, cueillir narcisses, jonquilles, puis boutons d’or à volonté, remplir bidons de mûres, framboises, groseilles, myrtilles, manger chanterelles et bolets à peine dépoussiérés. En ce temps-là où les enfants savaient marcher, respirer, se réjouir de chaque trouvaille utilitaire en une nature encore présumée pure, où le lait pouvait encore se boire au pis et les fruits se déguster sur l’arbre.

    Nous n’avions peur que du sanglier, ni du loup, ni de l’ours ni du lynx, alors éradiqués depuis des lustres. N’avions peur que des dolines et tourbières, et du sinistre souterrain sous les Golats, que nos poilus prétendaient fourrés à la va-vite de gaz moutarde et autres horreurs à éviter.

    Nous n’avions ni télé, ni radio portative, qu’un très vieil appareil photo dont grande sœur développait les rares œuvres en la sacrée obscurité rougeâtre de salle de bain. Nous vivions de merveilleux instants, du temps où les allergies n’existaient pas, où ne démangeaient que les orties, surtout si l’on se faisait coincer vers le ruisselet aux têtards, déshabiller et fouetter par un clan de gosses d’autre quartier de la menue cité d’une Prévôté pas encore trop révoltée.

    Nous n’avions, pour tablette, que l’ardoise à remplir craies après craies; Pour téléphone que celui de la paroi du couloir, ce 93.21.93 qui retentissait au-travers de tous murs. Nous existions en paix, respections la Nature, en tirions le gratuit surplus à volonté, Dégustions nos gelées, confitures, tartes et légumes, viandes et poissons d’alentour. Nous n’avions pour épicerie trouve-tout que celle du Sacchetti, ce bienvenu rare étranger Italien: Notre caverne d’Ali-Baba culinaire, à délicieuses mille-feuilles. Monnaie d’échange avec la plus âgée des voisines esseulées, dont le passe-temps consistait à envoyer dix fois par jour les enfants du coin acheter un ingrédient “oublié” contre une friandise, un bonbon, une mille-feuille ou … Madeleine … Nous n’avions ni souci de poids ni de survie, que l’envie de découvertes des mille jeux des saisons de l’enfance.

    Nous n’avions ni trop froid ni trop chaud, passions des heures en les cours d’eau où nous ne tremperions plus le doigt de pied, montions le soir seau d’eau en main sur la colline tasser la neige et la verglacer pour nos compétitions de luge extrême, nous n’avions qu’un air pur à inhaler … Et tout s’en est allé.

    Nous ne savions point encore que notre cité allait bientôt s’embraser sous les abus de la Berne oppressive, que la Genève si lointaine, si hautaine, et l’inaccessible snob Paris nous traiteraient durablement comme la dernière des merdes, nous ignorions heureusement que ce monde serait un jour en mains des pires primates arriérés, nouveaux inquisiteurs de la plus basse extraction, que 42% des Américains retomberaient au niveau créationniste, que la planète serait un jour terrorisée et divisée entre deux ultimes tyrans dominants, l’État évangélique et l’État islamique, imposant l’ignorance fatale, la haine de la Science, l’asservissement absolu et l’extermination des Valeurs séculaires authentiques et bénéfiques. Nous étions innocents en un paradis s’effondrant et le sommes restés, coincés en un enfer matérialiste toujours plus décadent.

    %%%

    Et cependant: Le XXème siècle fut particulièrement spirituel! Fécond en spirites, visionnaires à transes essentielles. L’humain avait tout en ses mains pour tenter d’éviter le cataclysme en préparation, en cette quatrième incarnation massive d’Atlantes dispersés! Il aurait suffi, entre autre, de contrecarrer les ignobles intentions des Frères … des Choses de Bélial, persistant à cacher au monde des preuves de son passé, d’empêcher les archéologues d’accéder aux archives Atlantes contenues sous la patte droite du Sphinx de Gizeh, redécouvertes en le plus total secret depuis des décennies, et de s’intéresser à celles sous capsules temporelles en les eaux de Bimini, en Bolivie, sous les Pyrénées, etc …

    Archives évoquant la civilisation hautement évoluée de l’immense île de la première Atlantide, sise entre l’Amérique du Nord et l’Europe, civilisation ayant progressé durant 150’000 ans jusqu’à son premier effondrement. Composée d’une part d’entités lumineuses préfigurant les Fils de l’Unité, maîtrisant les procédés de lévitation, disposant d’une technologie bien plus avancée que l’actuelle, basée sur captation de la lumière des étoiles au-travers de Pierres de Feu, immenses cristaux extrêmement purs à multiples actions, allant de guérir les malades à permettre propulsion d’engins volants, terrestres et sous-marins à des vitesses incommensurables. Ces Fils de l’Un ont toujours eu la volonté d’aider à évoluer les esprits inférieurs. À savoir les Fils de Bélial, cupides, belliqueux, destructeurs qui, durant une centaine de millénaires, asservirent plus que jamais les Choses, ainsi qu’ils les nommaient. Ces êtres mi-animaux mi-humains, grossiers géants parfois de plusieurs mètres, à cornes ou autres bestiaux attributs physiques, que les Fils de Bélial à peine plus “humains” du moins d’apparence, faisaient travailler pour l’agriculture, la chasse, tous travaux ingrats, et qu’ils empêchaient à tout prix d’acquérir du savoir, trompaient aisément en les aveuglant sous promesses fallacieuses d’accéder à meilleure condition. Fils de Bélial sabotant systématiquement les efforts de l’Un en vue d’éduquer, d’émanciper ces pauvres Choses. Ne parvenant à empêcher que peu à peu les Sages de l’Un soignent et guérissent des Choses jusqu’à leur faire perdre au fil des millénaires leurs aspects animaux, mais demeurés viscéralement frustres à jamais, limités, brutes incapables de progresser plus qu’au niveau d’agriculteurs-chasseurs en de rupestres contrées et bureaux de vote, voire au mieux gratte-papiers de comités de lecture chargés d’empêcher diffusions de trésors à compte d’éditeur.

    Ainsi, les Fils de Bélial menant les Choses au combat parvinrent une première fois à détourner l’énergie du Cristal pour leurs vils intérêts et besoins, et ne les maîtrisant pas ils provoquèrent la destruction de la majeure partie de l’Atlantide originelle, qui s’effondra sous les flots, il y a de cela 50’772 ans. À l’exception fort heureusement de certaines zones de l’île-continent, dont la principale ville circulaire comme toutes ses semblables, Poséidia. Et l’Histoire continua, les Fils de l’Unité s’activèrent au possible, les Choses commencèrent à prendre aspect plus humain, dont le souvenir de l’apparence de faux dieux animaux se perpétuerait en mythes de nombre d’antiques civilisations. Les Fils de Bélial luttant par toutes les traitrises contre l’aide portée par l’Un aux Choses provoquèrent le second cataclysme il y a 30’020 ans. À nouveau bonne part d’Atlantide fut submergée mais résista Poséidia. Et rebelote jusqu’à 10’000 ans en arrière (la date précise restant séquestrée par des Frères … descendants de Choses de Bélial interdisant l’accès aux Archives de l’Humanité et menant notre époque vers son extinction, en recyclant à leur profit les symboles trafiqués de mythes abêtissants imposés aux masses comme fondamentaux, nécessaires en vérité à tous conflits sur la Terre.

    Mais bien plus tôt que 8000 av. J.C. les Atlantes des trois genres avaient commencé à émigrer vers les Amériques, l’Afrique et l’Europe, et quand Poséidia et les restes des trois Atlantides successives disparurent, la plupart de ses habitants étaient devenus Minoens, peuplant Santorin, Crète, Grèce, Égypte ou anciens Mayas, Olmèques, Incas, Druides du Nord, etc, etc …

    Le XXème siècle fut exceptionnellement spirituel. Le XXIème ne sera bientôt plus! Si les foules d’abusés plus ou moins volontaires persistent à se bercer aux fil désertique du chant de sirènes des Choses, dont le message de servitude pour vie future paradisiaque se termine systématiquement en queue de poisson!

    Ainsi: Jamais soumission ne permet démission …

    … Ali GNIOMINY

    "Plage d'harmonie des_prix sans plat ton"

    IMG_0086.jpg

    "Chemin faisant au long des pavés"

    IMG_9897.jpg

     

     

  • VAINCS, VAINCS 2020 !

    VAINCS, VAINCS 2020 !

    Ils n’ont d’eux mis le vain butin

    Des combines et rapines de valeurs

    Qu’en leur bourse aux ressources

    Qui déraille

    Et ne vont vaille que vaille justifier

    L’arbitraire à bien plaire

    D’omerta d’État défié!

    Vain? Vain 2020?

    L’An de maints efforts

    Encore disputés?

    Amputés par l’avare

    Cité de Calvin, à réputés édiles

    Qui ne filent nécessaire

    À style agile acquis

    Et qui préfèrent stériles babils

    Et inutiles courts discours

    À réflexion sur l’inaction

    Du vain gratin

    Sans apports au sort d’autrui détruit,

    Main dans la main de son prochain,

    Qui aide l’humain sans dents ni sous

    Ni auréole sous la coupole

    Rayant le sol!

    2020 l’An nouveau

    des cerveaux sans élan

    des élus sans allant, bras ballants,

    laissant exclus citoyens maltraités

    sans moyens mérités?

    Vin? Vin? D’eux mis le vin

    Dans l’eau de salauds

    De garants de l’extinction de distinctions

    Les rend divins?

    Chez Calvin, comme ailleurs,

    L’on balance en silence écrivains

    Au ravin des finances

    Et investit en abrutis?

    Vaincs! Vaincs 2020 !

    Combats le bât des vains débats

    Abats tes cartes

    Et entarte qui t’écarte!

    &&&

    Achevons cette année 2019 exemptée de toute légitime et respectable considération de la part des petits copains “découvreurs de talents” par quelques extraits de … comment taire … :

    Alain Berset

    Carl Spitteler a reçu le prix Nobel de littérature. 100 ans plus tard, l'année anniversaire a offert la chance de redécouvrir l'écrivain suisse largement inconnu. Par exemple, son discours de conflit "notre point de vue suisse", un plaidoyer passionné contre la négligence de ce que la Suisse tient ensemble - notre culture politique, nos institutions, l'appréciation de la diversité linguistique et culturelle. Toujours à jour.

    Jean-Marie Roth

    Joie! 100 ans à peine pour célébrer la valeur d'un écrivain Suisse dénonçant l'abandon de cohésion et de reconnaissance culturelle de ses contemporains! Ça laisse de l'espoir ...

    Jean-Marc Richard – Action cœur à cœur - Félicitations

    Jean-Marie Roth

    Cher Jean-Marc, bravo pour vos actions contre la maltraitance des enfants, mais c'est aussi les maltraiter, de la part de l'actuel État de Droite, que d'empêcher leurs grands-parents d'avoir ne serait-ce que le strict minimum en plus en fin d'année que la misérable pitance qui leur est crachée mensuellement 12 fois après une vie de dur labeur. L'extrême maltraitance actuelle des vieux enfants ayant eu souvent une enfance autrement plus pénible que de nos jours, le crime étatique de les priver de pouvoir faire un modeste cadeau aux plus jeunes de leur famille est une infamie qui leur brise le cœur et écœure

    Noëlle Ribordy

    ATTENTION LES VERTS ET PS UTILISENT LE MOT "CARTEL" POUR QUALIFIER UDC PLR PDC: C'EST UN MOT PÉJORATIF UTILISE POUR LA MAFIA

    Jean-Marie Roth

    La mafia Intersyndicale de la fonction publique appréciera! Mais il est vrai qu'il ne faut pas confondre des organisations nuisibles aux intérêts véritables des neuf dixièmes de la population, comme l'UDC, le PLR et peut-être à moindre titre le PDC .. avec des mafias faisant, par pressions déséquilibrées, intimidation, dénigrement et force arbitraire, respecter les lois de parrains lobbyistes essentiellement nuisibles. Nuance!

    &&&

    Excellents Vœux, cependant, et très sincères remerciements aux remarquables personnages publics de très haut niveau intellectuel, social et artistique, qui se reconnaîtront et seront reconnus par leurs appréciations témoignées au fil de mes créations qu’ils suivent et saluent assidument années après années. Aucunement voués, eux …

    Ali GNIOMINY

     

    “ Ascension même indignement sabotée, tôt ou tard serf vainc!”

    IMAG1257.jpg

    Sur Facebook: Nos non-Voeux aux alpestres bovins et morveux aigrefins à pots-de-vin et séquestres!

  • MARCHÉ CRÉE VŒUX !

    Soyons modernes & djeunes:

    En belle langue de VIP hères:

    Assez du fun des balivernes!

    “Ici les Fakes sont en Sale!”

    Profitons à donf' de l’annuel sinessBu!

    Ici les Fakes à bon marché

    Vous font lâcher prise grise,

    Entachée du blues du Flouze

    Qui se claque!

    Ici les Fakes

    Vont en guéguerres

    À terre à terre motifs captifs

    Du marché des factions vouées

    À laides actions cachées:

    À flouer les consciences!

    “Ici les Fakes sont en Sale et de Gold!

    Vos esprits à bon prix

    À leur solde les étalent

    Et comparent

    Au plus près sans a priori:

    Les ignares théories

    Ou rares démonstrations

    De tares des civilisations

    Ou d’essentielle Sagesse:

    Où la passion du doute

    Ne coûte qu’absence de largesses

    Et de biens

    Provenant d’avenants gardiens du ciel,

    Et de la fortune de mise,

    Orchestrée, promise:

    Séquestrée!

    Prise aux frustrés sans-thunes!

    “Sale! Old Fakes for Gold!”

    Or, le Produit de la nuit des temps

    N’est pas tant la question,

    C’est la gestion qui, en nées Fêtes,

    A créé d’arriérées Lois

    Cent fois corrompues

    Entre Antres

    De prédateurs prédicateurs

    Et grottes à sottes louanges

    D’angéliques cliques appliquées

    À fric piquer pour faire guerre

    Entre ineptes Cours à concepts

    Et croyances en balance!

    “Fakes, donc, et Sale!”

    Excepté si captez

    Le Conte de Satmi, issu du temple

    De Serapi à Sakkara

    Qui diffère certes par l’époque et légers us

    du ci-inclus mythe d’Horus

    Né d’élites et dénote

    D’invasives variations

    De transcriptions

    Des successives réinventions

    Du commerce qui berce les rangs

    Des grands humains gamins

    Qui se terrent à l’arrière

    De maints mystères:

    Amers quand ils

    Assimilent

    Dualité et Spiritualité!

    “Pas Fake à mouflets: Sale!

    N’achetez de la croyance

    Que de confiance:

    Cachetée!”

     

    Ainsi, recyclez les Clés du “Pas de radis, promis”! Fondons notre conviction sur les évictions à sonder de non-élogieux du religieux! Ouvrez vos Cieux et découvrons où vont nos ronds: … Pour panse-têtes:

    Prodigué il y a 5000 ans, en le temple de Serapi à Sakkara, le Conte de Satmi, décrivant la vierge Mahitusket (Marie) et son mari Satmi (Joseph, le Juste, celui qui obéit à Dieu) nous décrit la Vierge Mahitusket ayant enfanté Si-Osiris, fils d'Osiris, Dieu du blé, Si-Osiris qui meurt pour offrir son corps, le pain aux Égyptiens, et son sang, le vin de son Père, qu'il fait boire à Isis dans une coupe ... etc ...

    Et à présent: Sur de dénichées pierres déchiffrées: Pas si Fake, si ce n’est qu’un doute subside quand au nombre de douze des “disciples” d’Horus: À suivre:

    horus-2.jpg

    FAKE? Hommes tuent peu? Pour ça? Car rats sont en amples temples et tribut s’attribuent?

    Mais, allez, tout de même: “Joyau de Natel” !

    %%%

    Ce qui précède, vous l’aurez bien sûr compris, ce “Joyau de Natel” en question, n’est que petit déclin de hiéroglyphiques desseins de jeux de maux, dont s’inspirèrent d’aucuns comiques Cervins sans mine utopique qui bascule, émules de votre très ferré Roi-Député dupe à art tirailleur qui, eux, divins semblants de messies à récits en plan, farcis de péripéties épistolaires, eux, ne sont brisés car sponsorisés, choyés par Qatar-Airways, payés en Edelweiss!

    Nouvelle monnaie en place qui Nous passe sous le nez!

    Ceci dit en l’honneur de la fictive héroïne Autrichienne Heidi, dérobée à toutes les sauces, affublée à la Suisse d’un .news par un ex du Figaro … Encensé et arrosé de sonnants et trébuchants moyens par un club de nababs, tel cet ex ponte de l’Office fédéral de la Kulture et de Pro-Helvetia … (no comment), cet autre financier de chez Lombard puis Rotschild … Clan présidé par l’ex-parachuté nanti Conseiller des tas de casseroles du Parti recordman de scandales genevois, ce monsieur et les siens Nous ayant bloqué durant sept ans la progression d’annuités, minablement flanquées au plafond de basse classe infamante à temps partiel définitif durant 32 ans, Nous ayant dénigré, empêché d’être dignement rémunéré, Nous ayant sciemment maintenu démuni et à présent privé du conséquent rattrapage qui Nous est fondamentalement dû.

    Raison pour laquelle Notre Altesse qui confesse ces bassesses entend avoir le droit de lancer le média à sponsoriser : Nommé “Arrièreminus” !

    Et dès lors, tous mécènes issus de saines mouvances vont naturellement s’empresser d’annoncer leurs conséquents dons par courriel sur Notre nouvelle adresse:

    GuillaumeTell@tutanota.com

    Pas sérieux sponsors, du genre de galeriste Valaisan pactisant avec tribun UDC trafiquant de chimie et susdits sinistres PLR & Cie, frileux éditeurs et vassaux d’OFC ou risibles pros d’Helvétia, Organe des gangs de redistribution des gains aux jeux de “hasard” … s’abstenir!

    Tous autres compétents mécènes refusant que la Culture Suisse et francophone ne compte comme de coutume que pour des pommes, recevront l’IBAN sur lequel verser leurs admirables, légitimes et respectueux dons, en quémendant toutes coordonnées sur:

    GuillaumeTell@tutanota.com

     

    Pour une Constitution

    Crédible,

    Bible d’Institutions

    Sensibles

    À la corruption émanée

    Des convictions

    À condamner !

    %%%

    Dorénavant et tant que Justice ne sera faite : À l’instar du Collectif Citoyen d’Initiatives Populaires de l’ami Volodia :

    J’accuse de ruse

    La racaille des baillis de ce pays

    Qui ripaille et Nous use !

    %%%

    Bigre ! Notre Majesté a dû jeter un certain froid, car déjà l’hiver est là ! Les jours de mépris et privations infligés par les dénoncés se rallongent à nouveau ! Il était prévu que ce qui suit débute cette chronique, mais légitime révolte à réception de pitoyable rente sans le plus petit ajout de l’État sectaire voleur, suite à des années de bons et loyaux Services sabotés, en a voulu autrement. Admettons donc que nous sommes toujours d’avant-garde quelques jours en arrière :

    L’hiver approche

    Et l’on s’accroche !

    Piochent en nos poches

    Sévères fantoches,

    Gauches débauchent,

    Fauchent au nez d’aînés

    Brioches de Fêtes !

    L’hiver arrive dehors

    Qui prive de meilleur confort

    Intérieur requis

    Et traite les têtes honnêtes

    Comme de mômes à sermonner en bande

    Sous reproches, grandes taloches données,

    anicroches et cloches sonnées !

    L’hiver ? Fastoche !

    Le froid climat par ses frimas

    Pique tout !

    Tous rois du comique las

    Face à qui de cyniques !

    Ou tous mendiants en proie

    Au cruel gel culturel

    Des conditions d’évolution

    Qui se fissurent

    Sur la banquise des devises.

    L’hiver approche son coche !

    Les mouches par couches moches

    Jonchent la blanche étendue

    Fêlée, morcelée, perdue,

    Où coulent foules de manchots

    Sous les glaçons économiques

    De politique pro-gros poissons !

    L’hiver est pervers et choquant

    Quand en détresse l’Art tique

    À sa rudesse !

    %%%

    Allez, quoi, ne poussez pas une tête pareille! Réjouissez-vous! Vous venez de recevoir ici sans doute le plus précieux cadeau de votre vie!

    D’accord, ça secoue au début, surtout dès que l’on réalise que le même enfumage, sans doute pas sans feu de paille à la base, crèche en l’inconscient collectif depuis la nuit des Temps. Du moins depuis que proliféra en Atlantide la division subsistant en les gènes humains entre les Fils de l’Un et les Fils de Bélial.

    Dispersés, les fragments de Savoir et ceux de Pouvoir furent recyclés en Mésopotamie offrant le duo de Gilgamesh et d’Enkidu. Suite à quoi l’Égypte puis la Grèce revinrent activement au combat entre l’Unité et la multiplicité, d’où naquît la Trinité, corps physique, corps mental, corps spirituel, à réunir en soi ET en se reliant à son prochain. Et c’est principalement là que ça a foiré, qu’est né le marché de nos ailes.

    Finalement, l’essentiel est bien que ça fasse rêver les petits enfants. Mais qu’adultes ils parviennent à évoluer, jusqu’à cesser de s’écharper pour des jouets conceptuels de fragiles fabrications concurrentes.

    En résumé, arrivé dernièrement, le Marché nous en fiche son billet: Il est né le divin cent francs!

    Chantons tous, un navet ne ment!

    Tout trésor ne surgit qu’hors de sentiers battus!

    Parfois juste sous la ruine des fondations …

    Ali GNIOMINY

    “ Et on l’a cru si fier …”

    cru.jpg

    “… Nous menant en bateau …”

    bateaux.jpg

    “… Comme amer indien …”

    IMG_6884.jpg

    “ … pour une plage de temps…”

    plage.jpg

  • Q.I. Q.I. Q.I : DÉGÂTS OUÏS ?

    Youpie! Écoutez, dérouté(e)s: Notre lisse Suisse (à l’indice des milices jugeant les gens) se glisse, avec aisance même, au huitième rang des concurrents mondiaux: Eu égard au yo-yo des égards octroyés en qualité de choyées souveraines nations élues des plus intelligentes de la gent humaine!

    Certes il y a mieux, ça saute aux yeux: Sept à rattraper! De ces pays en avance où l’intelligence jaillit. Mais à voir la flopée de dopés échappés stoppés vers l’arrière s’égarant … nous rend plus fiers.

    D’emblée, ne vexons donc tous pays plus cons et plus moches assemblés, soit nos crétins de proches voisins crasseux et niaiseux et ceux plus loin qui nous aboient.

    Nous si savants nous cultivant à l’aune d’autochtone étroite Droite nous gouvernant et divinement contaminant sous l’astucieuse ouate pompeuse que mérite instruite nation lauréate, érudite ethnie où n’habite que la crème des huitièmes de génies.

    Allons! Bougons ou prou: Bougeons-nous donc le Q.I. !

    Que vibrent en roues libres nos intellects les plus sélects sur ternissure des pigeons ébahis! Que l’on survole leurs grises geôles de leurres et de bêtise!

    Bougons ou prou: Du Q.I. qui domine l’on ne troue le froufrou des combines ni n’abîme les soutiens à ses biens légitimes!

    Le Q.I. dit haut dont se vêtent les Helvètes exclut que reclus en l’ignorance de gouvernance qui rien n’y pige qui les dirige vers l’actuelle décadence intellectuelle, ne puissent regretter la fierté supérieure de tous Suisses si meilleurs!

    Ainsi: En soi son pays fait foi. Et ses lois aux abois, en butte aux luttes au caleçon, sont de bon aloi!

    Hormis si, soumis à sommets de bêtise, leurs auteurs nous défrisent désormais sous coups de bottes de leurs votes ennemis. Car rares et de marbre sont les pointus courbatus arbres de la forêt des pratiques intérêts politiques, qui ne s’enchaînent en le rôle des acquis qui se volent!

    Testons donc tous capteurs de l’émergence d’intelligence chez les mous et fâchés compétiteurs au cœur de l’excellence ou en queue d’indigence des dépistés belliqueux clans restés en plan sous sinistrose et ce, en prose plus ou moins sans soin lue:

    %%%

    Or: Force est de constater que le très bobet Président du pays sous joug d’achetée majorité d’extrême-Droite obscurantiste le huitième plus intelligent de la Terre, a merveilleusement pollué ces derniers temps les airs de ne rien faire.

    Allant, alléché, lécher les pieds de nez de ses pires homologues, suprêmes requins de la fine encensée politique de la tique à fric, coquins d’USA, de Chine, du Brésil, de Russie, d’Arabie Saoudite … (66ème de la liste, désertique puissance sans science ayant invité nos sommités gouvernementales à participer au prochain G20 bal des États les plus ignares)

    Et voici que le Parti de notre sagace hurluberlu d’Ueli, Parti à s’enlacer d’ivresse et de glace face à la détresse sociétale à éluder et marchander: S’étale à l’automne. Et que vers si diserts le sermonnent!

    Car rares sbires de ce pire des Partis d’ânons d’ici sont avares de répartie! Arrosent le blues morose des Frouzes (ainsi qu’il les nomme) d’économes affiches riches en médiocrité, en se mouillant à les imiter sans inventivité!

    Suit autre instant de prose, si éhontés vous le permettez:

    %%%

    À savoir que la guerre éclata dès que parurent parures de bus genevois arborant:

    «Côté Annemasse. Du bon, du beau, du vrai».

    Léman-Express oblige, reliant les sauvages Annemassiens et les si civilisés Genevois: S’élargit inéluctablement la frontière d’un califat le cul entre deux chaises, très originalement dénommé “Grand-Genève”! Et soudain les plus intelligents du coin découvrent que moult des leurs sont susceptibles de s’approvisionner à vil prix hors-frontière virtuelle du Grand et beau Genève: Soit en l’ignoble souk pourri des ahuris d’à-côté! Aidés en cela par un rail qui les raille, forcément bondé que dans le sens du retour!

    Donc choit-là le si subtil choix de riposte UDC: Se répand cinglant slogan:

    «Vos achats à Genève. Du très bon, du très beau!»

    C’en est trop, en l’état notre docte nation frôle périlleusement la neuvième place! Il convient d’y remédier. Dont tact!

    Qu’affichent nos puits de science illico en la délabrée banlieue des fins-fonds de l’autre côté à cran du Grand Genève:

     “LE STRESS CEVA-CUL AUX PÂQUIS DE GENÈVE”

    Toutes ont ce don dont vous avez toujours rêvé, vous en proie à l’intégrisme de votre gouvernement l’ayant interdit:

    Vos expatriées prostituées et celles de tous autres couillons d’horizons ont hâte de vous réchauffer à prix confortable à Genève!

    Tombez le marcel et le béret basque, lâchez de vos aisselles (où fouette en son bain de pain) la baguette, pissez vos trois gouttes avant le transport sans aisance, et venez nombreux vous faire la gueuse des trottoirs genevois! Jamais de rupture de stock! Un choix de luxe pour vos si maigres moyens! Et pour l’immense majorité de votre reculée mâle peuplade de beaufs que la femme n’intéresse pas: Qu’elle vienne s’encanailler au bout du lac: S’enrichir bien plus qu’en persistant à acheter des actions de la Française des Jeux et à les faire augmenter en s’acharnant assidument à perdre un maximum au jeu:

    Venez visiter nos mirifiques vitrines de joailleries, de bureaux de change, transports blindés, stations-service, en toute sérénité:

    Nos caméras ne sont bien sûr nullement munies de reconnaissance faciale ayant en bien des pays permis de sécuriser, civiliser parfaitement les transports publics et frontières et d’arrêter kyrielles de malfrats.

    Sont aménagés en les wagons de vastes porte-bagages qui

    vous permettront de faire un bon voyage en vous délestant momentanément de vos pieds-de-biche, chalumeaux, et un spacieux coffre Safe est installé pour vos valeurs au retour où,

    dès l’entrée en votre quart-monde, vous trouverez aisément une correspondance pour votre région Lyonnaise affectionnée.

    Mais, de grâce, ne venez plus en voiture, sur territoire de votre colonie genevoise! Du fait que, comme tous Français qui ne respectent qu’eux vous avez acheté à Marseille votre permis de conduire, votre légion d’honneurs bananiers et vos myriades de diplômes de haut vol, qui vous permirent si longtemps de cacher votre illettrisme en (dés)œuvrant au faîte des commandes littéraires d’éditions et autres douteux business en qualité d’adulés immortels.

     %%%

    Allez, ami(e)s Frouzes, si notoirement en bloc intellectuellement défavorisé(e)s, vous savez combien l’auteur très ferré qui vous flatte ainsi n’est jamais raciste. Jamais plus que vous toutes et tous à peu d’exceptions.

    Mais croyez bien que ce Suisse qui vous massacre si tendrement est assez génial pour ne tenir rigueur à vos primates qui, jadis, le traitèrent de Petit-Suisse à croquer, et qui se fouturent de son accent vous schlaguant les esgourdes et de ses régionalismes à ramasser à la panosse.

    Et dites-vous bien que si vous parvenez un jour à lui pardonner tant de lucidité vous concernant, preuve sera faite que votre faculté intellectuelle aura déjà évolué presque au point d’atteindre le navrant niveau d’un pitoyable Chef-d’État UDC, et en quelques siècles à peine votre fruste territoire passera d’aventure de la vingt-quatrième place à la vingt-troisième.

    Mais jamais, au grand jamais, vous ne rivaliserez en ingéniosité avec notre Conseil des États qui vient d’autoriser les banques et entreprises tricheuses à l’étranger à défalquer leurs amendes des impôts. Jamais vos établissements pareillement mafieux ne bénéficieront ainsi de l’opportunité de ne plus payer aucun impôt en blanchissant un maximum d’argent hors frontières. Impôt que la perspicace populace appauvrie du huitième plus pertinent des pays escrocs compensera sans révolte ni grève sérieuse ni adéquat coup d’État.

    De même: Ô jamais, au grand jamais, vous ne jouirez d’un Conseil Fédéral envisageant d’annuler enfin les dettes des jeunes contractées contre le gré de leurs parents, sous le carcan de la plus infecte pègre des assurances privées obligatoires s’enrichissant en interdisant à ses millions de victimes de résilier ses polices corrompues en cas de retard de paiement de cet insupportable racket mensuel. Et assommant ainsi ces assujettis de poursuites à montants exponentiels. Jamais, également, vous ne verrez un Conseil Fédéral et dément Parlement tenir parole, ayant depuis des lustres envisagé d’annuler la totalité de l’infamie des dettes fabriquées des plus anciens prisonniers du recouvrement crapuleux de trafiqué prétendu dû infligé ad æternam, en le but d’empêcher la valorisation des mérites et diffusion des remarquables travaux effectués sans moyens par certaine Intelligentsia, maintenue esclave et adroitement décrédibilisée sous servitude pour frauduleuses dettes concoctées par le huitième plus criminel savant gouvernement du monde.

    Puisse la déesse Heidi nous faire gagner meilleure place encore, en faisant cesser semblable rut infect et viol à la Dreifuss! Que nul ne puisse plus en Suisse s’exclamer - J’accuse Lamal au Q.I. rites”! –

    Q.I Q.I. Q.I ? Hauts nigauds rient ?

    %%%

    Assez! Foin de caresser les bêtes têtes! Et Corps, ni cons de police ni de manifestes truands, respectons!

    Et tant pis si, en décembre, l’OTAN ne croit plus au Père Noël, ramasse les restes de calendriers souillés sous suie des cheminées et file à l’anglaise.

    OTAN en emporte l’Avant.

    %%%

    Et fulminent tous Verts, de rage assaillis, au vu d’incivilité pour laquelle ses auteurs seront prochainement exécutés en place publique sur rutilants modèles de chaise électrique solaire:

    Soit le crime d’absence d’infaillible tri des déchets: Verre blanc ou Pet jetés au container à verre vert, etc. Le constat étant terrifiant, un seul mot d’ordre paraît animer ces climatiques criminels:

    Quand le Pet y va tout va.

    %%%

    Propre en ordre et tip-top, l’artiste d’heureux nom, de surcroît Italien (d’intelligence au 7ème rang mondial, mais chuutt, on oublie! Pas qu’un jour l’on doive rendre des comptes sur la manière dont on a jadis exploité en Suisse, en nos plus basses tâches aux chantiers ou toilettes publiques, cette invasion de génies) Maurizio Cattelan, dont les W-C en or massif à cinq millions de dollars ont occasionné moult dégâts au Palais de Blenheim lors de leur vol, ce Parangon non dénigré de l’Art de Second Degré eut fulgurance d’inspiration et scotcha trois bananes au mur.

    Se ruèrent nantis, comme sur une future effigie monétaire à vingt balles de Federer, prise sous tsunami d’instantanées commandes, placements sûrs tant que le peuple adorant détruire ses dieux n’aura déniché leur plus minuscule faille.

    Et les premiers gagnants en Amérique de la ruée, acquérant deux de ces scotchées œuvres bananières en voie de pourrissement à 120’000 dollars pièce: Sont d’avisés experts en Art, férus spécialisés collectionneurs … Français …

    ... Excusez … C’est nerveux … Et … Et … La troisième banane doit être exposée en un musée dont le nom est tenu soigneusement secret. Imaginez qu’elle soit dérobée et finisse en étron au fond d’un trône d’or massif ? L’on en frémit!

    Fort de la révélation des goûts d’acheteurs d’Excellence Artistique actuelle, votre pluridisciplinaire impayable Roi-Député du Parti Railleur courbe l’échine, devant ce pari .. talisman de Maître aimantant large engrangement de comblés.

    Et à l’instar de l’immense Raphaël dit disciple du farfelu Da Vinci, votre Munificence incarnée perpétue-ci le juteux style du cas Cattelan filant du banco ton: Et lance les enchères à un million pour la présente œuvre, irréfragablement respectueuse de la trinité d’aspects requis pour rentabilité et postérité assurées:

    Soit: Symbole du commerce mondial à essuyer d’urgence, ambiguïté dont la position suggère que tout finit à côté, et classique instrument de l’humour sur lequel s’asseyent les financiers à écus culturels:

          “IBAN à ânes”.. (.. us et coutume y liant:

    Art comptant porcs insolents)

    banane.jpg

         %%%

    L’essentiel étant, va de soi, que Saint-Nicolas remontant des tropiques sur son céleste canoë tiré par des aras (sa Laponie ayant fondu) vous apporte de bons bons bons trésors de vibrations, balayant dénis d’entêtés d’ici, gogne produite et fuite de cerveaux minés allant hors caniveau cheminer.

    Et qu’Escalade du Père fouettard lui vaille sur la gueule brouet et meules de Gruyère français, comme hectolitres de Champagne Vaudois! Plaisant …

    Ali GNIOMINY

    “Ci: Cruelle bête Suisse lâchée en l’arène de Vindonissa”

    windish.jpg

  • BOUDE HEURTS !

    Ne jamais rire

    Des radieux dieux

    Du bien écrire!

    Ne jamais dire

    Qu’Académie

    Berne Art,

    Pille vos

    Standards

    Et épie vos dépits,

    Avatars ci soumis

    À lubies en tête

    Et phobies en fête

    En l’antre de l’arbitraire,

    Antre où orbitent

    Austères confrères

    À la limite convaincants!

    Ne jamais rire

    Du marquant repentir

    De grand auteur

    À cœur ouvert

    Vers l’avenir!

    Ne jamais le choisir

    Aux rangs de l’Empire des Lettres,

    Ne jamais mettre en évidence

    Le sens de l’excellence

    De ce qu’inspirent ses délires,

    Est nécessaire à ce qu’on sert

    De concert:

    La pure et dure Littérature

    Sans rigolardes

    Ni bavardes fioritures!

    Ne jamais geindre

    Jamais se plaindre,

    Bêler en masse, auréolés

    Face au danger d’atouts

    De tous bergers

    Sans égards, égarés!

    Ne jamais plaisanter

    Face aux épouvantés

    Par le talent de plus allant,

    Plus vivace, qui agace

    Les limaces qui glissent, las,

    Sur les bavures

    De la structure

    De lisse écriture!

    Ne jamais dire

    Qu’il y a pire:

    Qu’un gars lime Art

    À sa manière

    Et que gonds courent

    Sur la charnière

    De forte porte

    Demeurent verrouillées

    De rouillées mœurs

    Et coutumes

    Cadenassant l’amertume

    Que ne dépasse basse classe

    Des glaçants pitres

    Qu’à titre posthume!

    Ne jamais titiller

    Les doux et gentils initiés

    Aux rites et lois viciés

    Du choix des mérites

    Et outils et bastringue gai

    À Distinguer!

    Ne jamais alpaguer

    Les diverses manies

    De qui traverse

    À gué la vie

    Des courants concurrents.

    &&&

    Admirons cependant le choix du susentendu Prix Goncourt 2019: Qui met en tête Dubois et c’est dit-on de bon aloi, alors bravo. L’on s’incline. Ceci, va de soi, sans rancune aucune.

    Bien qu’au vu de l’âge moyen du jury, bonne part de celui-ci a dû s’endormir avant de terminer la lecture du titre: “« Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon ».

    &&&

    Assez d’égratigner les sévères lignées d’indigné(e)s expert(e)s en rire et réfléchir:

    Or, ici, pour comiques d’rues

    Haut la main

    Sympathiques:

    Veillons à n’avoir le Kucholl,

    L’aspect en vain sans-gêne

    Sous les feux de la rampe

    À respect,

    Où se met en veilleuse

    La lampe à vœux

    Des verveux tout-puissants:

    Sourcilleuse bande de drôles

    Sortie des plates-bandes

    D’aplaties cours d’écoles

    Où se coupent orties

    Pour soupe aux ris

    Sans cheveux,

    Ni garniture

    Sur l’exsangue langue!

    &&&

    Or donc: Retournons à nos vertes et pas mûres traditionnelles belles actus alitées:

     

    Vert Missel

    À liturgie des heures

    Eucharistiques sévères,

    Missel Vert pomme

    Est su, créatif,

    À mûri et pourri l’homme

    Et semé ses pépins,

    Essaimé sur vifs terrains

    Du gagne-pain.

    Vert Missel,

    Qu’acquis questionnent,

    Aime rôder l’émotionnel,

    Ne galvauder l’essentielle symbolique

    Des bafoués

    Sous tous bâts, fouets énergiques

    D’enfers sur Terre.

    Vert Missel soit loué!

    Soient les floué(e)s

    Perpétuel(le)s enjoué(e)s

    Sauvés!

    Vert Missel

    Sauvera rats et navire, équipage

    Du naufrage insensé

    D’avenir annoncé!

    Vert Missel

    Sert sérieux réel dieu

    De pure Nature:

    Qu’il nous rassure!

    Verts rites

    Et bonne conduite

    En l’Énergie

    Méritent foi en soi

    Sans bougies!

    Verts mi-sots

    mi-vertueux tuent, eux,

    La gabegie des énergies

    Sous artifice de sacrifices

    Au bénéfice d’aucuns tribuns?

    Vert Missel assagi:

    Que la litanie de ta liturgie

    En proie aux lois de ta Nature

    Résonne, pure, élevée

    Et assure paradis à radis cultivés,

    Petit nuage d’empathie

    Aux convertis à la page!

    Verts mis, c’est l’évidence

    Sous mise en concurrence

    De tas lents d’États de sans science

    Qui fondent, sans balance,

    Et font le poids des lois!

    Vert Missel

    Sans marrons et glacés avocats

    Lourds

    Pour entrée,

    Concentré

    D’énergique carrousel

    De sauveurs

    D’universelles saveurs:

    Est exquis et magique régal,

    Idéal délice

    Qui se sert d’office

    Pour des serfs.

    &&&

    Pas d’Histoire pour ce soir : On lit illico et pâlit du déni d’échos …

    Ali GNIOMINY

    Et toujours …

    “Athée n’a sa place qu’à la ramasse”

    &&&

    “Aussi: Jeu Delphique: Quiconque découvrira

    l’auteur face à ruine?”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_13c2.jpg

    “C’était trop facile, effectivement!

    Toujours face à ruine tout en haut à gauche.”

  • AUX MÉCÈNES QUI, SANS PRESSE, HAUT PORTENT HAILLONS!

    Avanti: Nues (en matière de fière parure médiatique) avanti, cliques d’auteurs à coter : Pressez-vous :

    Une dotée Fondation récompense l’absence d’affluence de nouveaux cerveaux cernant sans radoter l’information !

    Et fatalement, inexorablement, sempiternellement domine telle mine à chouia de lourds moyens pour béotiens médias) : Long chant d’ardu signe de potes .. en tas ! Musiquette à courbettes pour sornettes, disette et pirouettes en goguette.

    Circulons, il n’y a rien à avoir en ces sphères trop austères à sirop à déboires … Car avec si faux-frères la paix, elle, erre.

    Or, derechef extrayons-ci un zeste de tout, trois pincées de pas grand-chose, et goûtons donc au rose média fécond qui ne fuit et ne mendia que ce qu’on lui doit :

    Vos devis limites … Vaudeville imite :

    Essai: Sur la bonne :

    Sonnent sonnent les clochettes

    Sont si bonnes les soubrettes.

    Ah, vous jures-je, Madame,

    Ça urge j’ai la flamme,

    J’ai vu Monsieur en plus gracieux

    Et belle compagnie d’Annie la rousse,

    Celle qui détrousse marris maris.

    Sonnent sonnent les clochettes

    Sont si bien faites les soubrettes.

    Ah, vous promets-je, Madame,

    L’on ne me met de peine ici,

    Entre les lèvres jamais ne livre

    De vaines ou de folles paroles.

    Sonnent sonnent les clochettes

    Plus de couchette pour la soubrette.

    Essai: Sur les sots, fats, et que les mots .. hèlent, eux, leur bonheur:

    Allez, vous reprendrez bien quelque menue gorgée de ce délicat Néo-Dadaïsme, n’est-ce pas ?

    Qui ne dit maux qu’on sent … à lents tours à compter :

    Halloween? Ne quittez pas

    Je vous l’agace …

    … À l’eau, oui,

    Ne quêtez plus l’afflux fugace

    Du courant des errants

    Esprits conquérants

    Pris au piège détestable

    Et sans siège éjectable

    Hallo, oui? Ne comptez pas,

    Je vous l’amasse l’âme assagie,

    Agis sur elle,

    Sors ses poubelles.

    Alors? Win-Win?

     

     Essai Pâleur : Franco (ne ris!) déporté:

    Mausolée laid est isolé

    S’est envolé le dictateur

    Vers des vers différents

    De terrain plus serein.

    Mausolée désolé

    Et mastoc bloc conquis

    Auréolé de misère militaire

    Et orgies d’autoritaire idéologie,

    Qui symbolise matière grise délaissée.

    Ramassé mausolée soit consolé:

    Les espagnoles cabrioles

    de l’Hier disputé

    Nous promettent à perpète

    Le parcours aller-retour.

    De la bière.

     Essai: Hères veules laids, parlant tyrans :

    Au moment où vous me déplacerez de mon caveau dignement sis entre Jean Calvin et Grisélidis Real au cimetière des Rois, en direction du Panthéon, où votre Souverain des immortels quatrains reposera avec les siens (phrase destinée à polémique éternelle), n’omettez point d’inscrire sur ma stèle:

    “Alors: C’est vrai ou non?

    Que certains m’ont mis plus bas que terre!"

    ***

    Essai: Tant d’Art: Allons en fans de l’appât tribal : Lisez :

    Non et non, Salomon !

    Tu ne quitteras la Table

    Qu’une fois ton compas

    Finissant de faire des ronds,

    Et tes règles de tracer

    Assez d’espiègles traits ésotériques:

    Ou c’est la trique !

    Non c’est non, Salomon !

    Tu ne quêteras à Table

    Que soufflets pour reflets

    De son miroir divinatoire,

    Ne goûteras ni aux vapes de sa nappe

    Ni en maraude à l’émeraude

    Des lueurs de son cœur!

    Oui, oui, Salomon !

    Termine tes travaux lourds

    Pour cerveaux à la mine

    Et sois Juste !

    Table sur cartes stables!

    Et déguste en cadence

    La danse

    Sur Table existentielle

    Des fables intemporelles ! 

    Et c’est historique:

    Ainsi vous contâmes-Nous récemment la triste Histoire authentique d’une Helvétie fondamentalement Romande et francophone, par félonie toujours dominée sous le joug impitoyable de pitoyables envahisseurs germanophones et files d’atones et serviles sots vassaux agresseurs.

    Découvrons aujourd’hui ce qui, non plus, ne fit de bruit: La balèze trahison française: Mais … chuuut, restons à mi-chemin faisans … C’est l’Art à aigles.

    En 1516, suite à l’Helvétique défaite de Marignan, est conclue la formelle “Paix perpétuelle” entre la France et la Suisse!

    De 1756 à 1763 éclate la véritable première guerre mondiale opposant principalement au Québec et en Inde la France et ses alliés, L’Autriche, l’Espagne, la Russie, la Saxe, la Suède et la Pologne contre la Prusse de Frédéric II et la perfide Albion, qui sur tous bords hisse jaunes sonores rires et puissance d’indécence.

    La guerre de sept ans touchant à sa fin, la France se préparant à l’inévitable victoire de la Prusse, constatant que l’obscurantisme Anglo-Prussien avait pris le dessus, en digne alliée neutre de cette France vaincue: ...

    ... La Genève facilitatrice, en la grande sagesse de son Procureur Tronchon, fit publiquement lacérer et brûler l’ ”Émile” et le “Contrat social” de notre talentueux Jean-Jacques des Délices, ayant dépassé les vieilles bornes.

    Afin que jamais ne puisse l’ennemi teuton s’imprégner de tels trésors des Lumières.

    Stratégie ayant, nous le constatons chaque jour, merveilleusement perduré!

    Mais, il n’y a pas qu’en Prusse que les Lumières ne fonctionnent pas à tous les étages:

    Le 12 avril 1798 le vil parjure Napoléon envahit la Suisse qu’il colonise et nomme Protectorat français. La germanophile Berne capitule honteusement, trop stupide également pour comprendre le sens de l’appellation: “Paix perpétuelle”.

    C’est d’autant plus grave et faux-jeton de la part de Napoléon que six ans auparavant la France du Directoire était admirablement venue en aide aux révoltés du Jura Bernois (juré que c’est vrai, sortez vos livres d’Histoire: Nous, authentiques Prévôtois et pairs des environs, portons en nous des siècles de légitime révolte contre des successifs indécollables seigneurs envahisseurs) Directoire autorisant la proclamation de la République Rauracienne!

    Le soulagement; alors que nos écœurés Rauraques avaient auparavant eu toutes les peines à cesser de dépendre de l’archevêché de Bâle.

    Puis: Horreur et abjecte vengeance: De 1798 à 1802, c’est le Bâlois Peter Ochs, ayant proclamé à Aarau la Nouvelle République Helvétique, qui fait l’affront impardonnable de centraliser le pouvoir à Berne l’oppressive, et les cantons ne deviennent dès lors plus que de moindres divisions administratives à sa botte.

    Finalement, l’Histoire n’est en l’aimant qu’une surface sur laquelle on se place!

    Et l’écriture qu’une aventure sur les ratures d’un style haut qui ne gomme l’acquis de l’Homme!

    Surtout si son Histoire est sans faim.

    Essai: Niant terminées les frasques du masque …

    … Ali GNIOMINY

    “ Trop bons troquons comment n’aider bouchés?”

    Sans titre1.jpg

    “Quand le passage endurcit trouille”

    esprit.jpg

     

  • L’AVS PRIE !

    En les pays civilisés,

    Comme au Brésil

    Où ne sont maltraités les retraités,

    Où sont les aînés respectés,

    Ne sont remisés à l’asile,

    Où l’on veille à leur sort :

    Ils ne paient les transports !

    En notre pays riche

    Qui triche et qui se vautre,

    Finit haï :

    Honte à la tonte des aînés malmenés

    Honte à cette nation sans considération,

    Pays ayant failli à ses obligations:

    Qui détériore la condition

    De ses seniors qui contribuèrent

    À ce que prospèrent ses outranciers

    Gestionnaires de dossiers !

    Honte à ces comptes d’épicerie

    Où pourrit le produit

    Du labeur d’une intense

    Existence sans faveurs !

    Exigeons qu’armistice

    En cette bête guerre monétaire

    Aboutisse

    À primordiale Justice sociale !

    Que cesse la traite des retraites :

    Au pieu les vieux exclus polluent!

    Sans promenades c’est la panade!

    L’isolement, fatalement,

    Et des coûts fous répercutés!

    Au pieu les vieux persécutés

    Sont bien plus chers,

    Comme les aime pervers système

    Ne leur laissant qu’obole à ronger

    Pour songer à bénéficier,

    Un jour moins lourd

    D’un bol d’air délassant,

    Non vicié.

    En les pays civilisés

    L’on s’est autorisés

    À cesser de biaiser

    Et briser les dévalisés

    Doyens des citoyens !

    Aussi, ici:

    En ce primitif pays

    En butte aux luttes

    D’allégeance à l’engeance

    Des pontifes et baillis :

    Priorité bien méritée

    Et fin de torts aux mentors !

    Au bénéfice, enfin,

    De transports gratis ! 

    J.-M Roth/GE/28.10.2019

     

    “Plats fonds en rade”

    IMAG0262.jpg

  • PAS-À-PAS DES RAILLÉS !

    Hisse torts, rictus et pourris us: Aussi hèle ... Car ...

    L’automne est arrivé:

    Les guis se ramassent à la pelle.

    Le terne chacal s’est retiré en sa caverne

    Où l’accueillent à l’œil

    Et le fâchent écureuils qui le lâchent.

    L’automne s’est assombri, alangui,

    Les deuils se ramassent à tire-d’ailes.

    En cruelles campagnes

    Pas de Paix!

    :

    Caca sous les sous-bois:

    Et s’altèrent d’eau gangrénée

    Les branches menées à décomposition

    Sous les besoins de fennecs

    Éperdus en salamalecs

    Avec bédouins oints

    De l’ardu langage

    Des bocages sans foin.

    L’automne est arriviste:

    Les durs de la feuille s’amassent à la selle

    Et vibrent et tonnent en canons.

    L’automne est si vantard

    Qu’il ravive sans retard et colore le décor

    Qui fracasse ce qui dépasse:

    Entonne chant méchant

    Qui, sans bruit, détruit

    Qui s’aventure à sinécure,

    S’enlise et éternise

    Pieds en le bourbier,

    À la merci des liés troncs

    Farcis de ronds

    Et nœuds en lutte

    D’aveux de …

    … Demain l’automne laisse fèces,

    Et sa déconne?

    %%%

    Frimas ou pas, délassons-nous en méritées vérités-ci si systématiques:

    Être en jeté des choix artistiques ?

    Bansky crée un dessin sur un mur:

    C’est, de l’avis des fortunés amateurs d’Art qui se pressent à la tribune: Une œuvre d’incommensurable valeur!

    Votre bon Roi-Député du Parti Railleur prodigue ses milliers de desseins sur son mur:

    Ce ne sont, de l’avis des fortunés amateurs d’Art qui ici se rendent sur la Tribune: Qu’épistolaires gribouillis, ne valant ni attention ni le moindre centime à leur créateur!

    Étrangeté qu’aux dés valoir : Mais retenu en échecs!

    %%%

    Serait-ce dû à quelque offense ou crime de lèse-gratte-papiers financiers jadis prétendûment commis? À payer ainsi sous ignorance d’instances parasites dites supérieures?

    Ainsi l’union fêle la force ?

    Aurions-nous eu le malheur d’écrire quelque part que “Dieu est bon” ou qu’est si “bonne” la Vierge Marie ?

    Éructant ainsi le pire des blasphèmes! Puisqu’aveu de les avoir baisés !

    Sans doute y a-t-il un peu de cela en la tête de linotte épiée de ces bloque-notes sur pieds.

    Et puis … Et puis il y a ces autres, qui décident pareillement de tout en crachant sur le Romand, soit l’unique Helvète véritable, comme en atteste le ci-présent historique de la Suisse. Traditionnellement pas la moindre partisan ni revanchard, va de soi:

    De l’usurpatrice germanisation de la Confédération Helvétique rattrapée par l’Histoire !

    Remercions d’emblée les Anciens ayant participé à rétablir la vérité, et gardons une pensée bien éveillée en hommage à l’Historien Romain: Strabon, nous rappelant que “Les Helvètes honorent les bardes (poètes) et les vates (devins), et à chaque fois qu’il y a abondance de ces hommes il y a abondance de biens”.

    Ce qui nous permet, au vu de l’actuelle extrême rareté en matière de véritables Poètes et Devins et du camouflage des biens et valeurs par quelques uns au détriment de tous, de constater que les Helvètes dont parle Strabon ne sont plus que de pauvres vassaux ayant à l’évidence perdu l’abondance d’honneurs dus aux bardes et vates.

    Or: S’élève en nos contrées le jeune Divico, Chef des Celtes Tigurins, en guerre contre les Cimbres et les Teutons, qui humilie l’armée romaine, renvoie les soldats vaincus nus sous le joug d’un carcan. Ce qui irrite un brin Caïus Marius occupé à écraser les Germains, mais nos Helvètes et non les leurs battent en retraite en Suisse Romande.

    Nos latinisants Helvètes Celtes, sans répit avec ou contre Rome faisant front au Nord à la menace de tous barbares Germanophones.

    En 58 Av. J.C. nos braves Helvètes incendient 400 de leurs villages romands pour ne rien laisser aux sauvages Wisigoth et autres Teutons et notre peuple suit Divico en Gaule. César inquiet de voir nos ancêtres s’approcher détruit le pont de Rhône. Qu’importe, les nôtres pas les vôtres abandonnent la traversée de la rade et passent par le Jura, traversent la Saône en radeaux, harangués par Divico répétant “Un Helvète qui n’est pas libre est un Helvète mort”! Prémonitoires condoléances à l’époque présente.

    Puis César en son “Bello Gallico” glorifie le courage désespéré des Helvètes combattant avec femmes et enfants à Bibracte, se montre clément avec les 110’000 survivants, leur offre moult semences prises aux Allobroges pour les champs de Romandie.

    Par ailleurs, remercions vite l’Historien Spon nous souvenant que selon Homère vers 1’150 Av. J.C. des Troyens virent à Arpentras “dont les ruines apparoissent au-dessous de Lausanne” et Lémanus, fils de Pâris l’efféminé, friand de l’or que l’on dit abondant sous les terres de genévriers, fonde au bout du lac Genebra en 1177 après le déluge, 373 avant la fondation de Rome et 1130 av. J.C. Ensuite, Lémanus offre la région à son fils Helvétius, homme chaud, sanguin et de haute stature qui, poussé en cela par sa concubine Aventica, construit Aventicum, ville la plus belle du pays devenant capitale de la province d’Helvétie. Soit. Rendons à César son époque:

    Lors de la bataille de Bibracte le jeune Divico est tué, et le grand Jules n’apprécie pas du tout de constater que moult valeureux Helvètes sont tombés avec les rangs de Vercingetorix. C’en est trop!

    Rome se sent trahie par nos pas vos rudes ancêtres déjà trop mercenaires pour la bonne cause, contre les barbares païens du Nord comme du Sud, et les tortues envahissent notre belle Romandie, pays des seuls et purs et durs Helvètes.

    Ils construisent une imposante forteresse à Windisch (Brugg) pour surveiller le Rhin et les barbares envahisseurs non Helvètes de l’autre rive.

    Ces Romains se disputent entre eux à la suite de la mort de Néron, en 68 ap. J.C., nos Helvètes en profitent pour se révolter et intercepter systématiquement les messages que le Chef de légion Vitellus envoie à Rome, par messagers mettant cinq jours à effectuer le trajet. La répression est terrible, à Aquae (Baden) et “Aventicum” (Avenches) qui sont détruites et les rebelles Helvètes vendus comme esclaves. Puis un certain Vespasien habitant d’Aventicum reconstruite grâce à sa fortune devient Empereur, et arrive la Pax Romana.

    De 81 à 250 ap.J.C. les Germains sont repoussés au Nord et au-delà du Danube, ce qui offre près de 170 ans de paix aux Helvètes. En 250, malheureusement, les Romains ne parviennent plus à contenir l’invasion des sauvages Alémanes, Wisigoth et Germains, et l’Helvétie devient “Terra Nullius”. (Chose de “personne”). En 259 Aventicum tombe en mains de ces barbares. En 400 Rome quitte le Nord des Alpes. Les païens Alémanes volent les terres Helvètes, soumettent les indigènes et détruisent toutes villes, car ils haïssent les maisons qu’ils considèrent comme des prisons de pierre. À peine sortis des cavernes ils rasent des forêts pour construire leurs cabanes en bois.

    Mais grand bien leur fait de côtoyer les évolués Romands Helvètes, car rapidement ces Alémanes ayant envahi jusqu’au pied du Jura adoucissent leurs mœurs (excepté plus tard à Moutier, sauvage prestige du passage de Goethe oblige) et installent des règles communautaires de soumission presque acceptables.

    Alors qu’à l’arrière des irréductibles Jurassiens s’approchent les Burgondes de la Baltique qui prennent les bords du Léman en 403. En 407 l’immigration des Alémanes se termine et celle des Burgondes se stabilise vers 443. Encore traumatisés par la brutalité des païens Alémanes, nos Helvètes ont peur des Burgondes, mais bien au contraire ceux-ci vers l’an 500 promulguent la Loi Gombette très égalitaire entre ces chrétiens Burgondes et vrais Helvètes, dont la langue devenant française et la culture latine foisonnent, au détriment de la fourchue langue germanique.

    Et c’en n’est pas fini, quant aux frasques de ces Goths se glorifiant plus que jamais du faux droit de se prétendre Helvètes:

    Clovis le Mérovingien réunit toutes tribus Franques et son neveu Théodobert soumet enfin ces païens nordiques. D’autant plus que l’Historien Grec Agatia nous précise qu’en 552 les Alémans pillent temples et biens de l’église. À peine tolérés en-deça du Rhin et du lac de Constance, ces gueux s’améliorent un brin quand arrivent au VIIème siècle les moines Irlandais chargés de les pacifier, Saint Gall et Saint Colomban.

    En 650 les musulmans s’installent jusqu’en Valais. Charles Martel, victorieux à Poitiers en 732 repousse le nouvel envahisseur de nos terres. De 742 à 814, Charlemagne règne de manière juste et exemplaire, et ce sont à présent les Vikings qui menacent nos contrées. Le 28 janvier 814 Charlemagne meurt à 71 ans. Son fils Louis le Pieux lui succède mais n’a pas les qualités pour gouverner l’empire et à son décès, en 888 c’est la fatale division, en laquelle une moitié d’Helvétie devient le Comté de Bourgogne et l’autre offerte à l’envahisseur le duché d’Alémanie.

    Fatalement, en peu de temps l’offensif Teuton Duc Bourcard d’Alémanie l’emporte sur Rodolphe de Bourgogne. Et finalement une sorte de paix entre les vrais et les faux Helvètes est scellée par un mariage: Rodolphe II épouse la reine Berthe, fille de Bourcard d’Alémanie. Et aussi invraisemblable que cela puisse paraître la barbare Berthe est admirable, au service des plus pauvres, l’exception qui confirme la règle.

    Mais le mal est fait, l’Helvétie latine chrétienne Romande est définitivement tombée, humiliée et dénudée sous le joug majoritaire d’oppresseurs païens Alamans, méprisant plus que jamais les vrais Helvètes de souche.

    Barbares au pouvoir incapables de respect pour les bardes et les vates, dont l’absence d’abondance dénonce l’évidence d’abondance de biens et valeurs identitaires francophones indûment séquestrés, camouflés par lesdits arrogants imposteurs gouverneurs d’Helvétie. Ayant si bien jadis machiné la germanisation des origines de véritables indigènes, qu’ils ont affublé une lignée de preux Helvètes de souche du patronyme de Roth, bourgeois du rupestre coin perdu Buchholterberg.

    Mais bon, c’était ça ou Rothus ou Rothix, alors à tout prendre …

    %%%

    Ainsi, laissons donc à leur insignifiance les primates wisigoth de l’OFC et autres teutons pithécanthropes de Pro Helvetia, revenons à nos croûtons et pleurons, pleurons à la mémoire de La Suisse, si lâchement assassinée au tout début de la guerre mondiale des médias:

    suiss.jpg

    Paix à son drame.

    %%%

    Enfin, pour ne point quitter nos amis les bêtes: Ayons pour devise:

    “Qui aime chiens chats tire bien”

    Sais-tu

    Que s’est tu

    Marcel ?

    Le coq qui tant d’étincelles fit

    Que déconfits voisins importunés

    Ont en vain défié au tribunal

    Qui les débouta,

    Catapulta sur tas de fumier:

    Le coq Français

    Des excédés sous opprobre

    Est décédé ce deux octobre.

    En coq

    Au vain destin

    des petits poids.

    Alors les gars, Ali n’a ses envolées qu’au firmament …

    … Ali GNIOMINY ?

    “De bête ton la chape ôter: …”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_45f1.jpg

    “ … Même là où ça cloche: ça s’admire? ”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4dfd.jpg

    “Bien à vous: Tranches de mes roux”

    jura.jpg

     

  • PAR DONS? OÙ SONT LES C.V.?

    Espèce d’humain souillon:

    L’hygiène est planétaire!

    Nécessitant deux mains à se mouiller

    Pour débarbouiller à temps

    Ce visage que ravage et graisse

    L’atmosphère délétère:

    Cette bête face, hélas, de tirefort

    Du corps des lourds maillons

    De la chaine humaine!

    Gamin couillon:

    L’hygiène de ta Terre qui tremble

    Demande que l’on entende

    Que la propreté,

    De l’ensemble nu de l’humanité

    devenu si sale,

    Est vitale à la pureté de sa santé!

                …

    Nul inhumain bâillon

    Apposé à la face de la masse gazée

    Victime de régimes brouillons

    N’est tolérable!

    Que soient les déplorables

    Fortunés teams

    À moeurs, sous notre nez,

    D’empoisonneurs:

    Condamnés!

    Et ruiné leur édifice d’artifices

    Au bénéfice unique et à l’envi

    De la survie cynique

    D’une planète sur la sellette!

    Car sinon: Dès qu’une enfant sera adulte et réapparaîtra en compagnie de sa progéniture devenue pustuleuse: L’on continuera alors à dire: Areuh areuh Greta mère ment ?

    Grande question, cependant: Liée à la récupération et au recyclage de l’écologie: Que deviendront exactement bientôt les gentils petits verts ayant pris de la bouteille?

    La bête financière s’arrêtera-t-elle à la frontière de l’usure du climat, à avantages au profit de l’audimat attentif relatif au planétaire coma?

    Car rient les hyènes qui se moquent de l’hygiène de l’époque:

    Aussi, détournons un peu plus loin le regard:

    Le Chef Grandchapeaunoir exige powwow et moult palabres avec le gonflé Michelin Guide, lui ayant soutiré sa troisième étoile à droite après le Grand Ours mal léché! Terrible châtiment!

    Offusqué, ce Grand Chef promet qu’à l’avenir il lèchera dix fois plus qu’avant la cuillère avant de la remettre souillée à touiller en la marmite de sa tribu!

    %%%

    Casseroles, encore ? S’en est allé ce jeudi le meilleur ennemi du grand Tonton des Français. Il s’agit lors de ne point oublier l’oublieux. Et surtout de disposer de la primeur de l’annonce du décès, générant commerce des plus juteux!

    Ainsi, dès mercredi jaillit le sensationnel: “Chirac est mort!” Et illico Wikipedia de modifier son (ex)-profil.

    Et plus tard: Fake Déconneries! Erreur! Navrés! Sale farce et tout ça! “Chirac est vivant!”

    Plus tard encore, surprise: À la queue-leu-leu exhibent les médias leur décroissante priorité de l’info: “Ouf, l’on nous rassure: Cette fois-ci Chirac est vraiment mort”!

    Aussi pleurons : Demain c’est la fin du monde! Ah, non, c’est faux nous dit-on! Demain tout va bien, désolé!

    Ne le répétez pas, mais c’est qu’Euroniehouse semble majoritaire en ce moment, en la course à l’exclusivité de la révélation des effroyables dégâts survenus suite à l’apocalypse de demain.

    Ainsi donc se referme un chapitre relatif aux abradacabrantesques préparatifs médiatiques de l’info avant un grand évènement.

    Qui débuta lorsque Son Altesse moi, le 9 mai 1988, alors encore que Prince en rires, conseilla au François des Français réélu, au vu des défauts étalés de l’effilé Jacques, homme alors que la pomme des news sonne, de s’intéresser à ce qui avait été préparé à son sujet s’il avait perdu l’élection.

    Qu’ai-je donc défait-là? Le nœud diplomatique serrant les gîtes de secrets rédacteurs relâché, laissant passer des micros? Que nenni, l’abus était déjà dénoué et sans nul doute corrigé, mais l’admis Mitterrand devait d’autant plus y songer et sans doute en rager, que de découvrir les points faibles de sa campagne qu’avait concocté, prête à les exhiber, la spéculation médiatique.

    Fair-play, le franc-jeu Français ouvert au monde Président Nous gratifia de la préciosité toute particulière de l’assurance de Notre concours en sa tâche entreprise! Et voilà qu’On Nous matraque kyrielle d’hommages au Crack Chirac, qui rejoint ainsi et tente de surpasser son estimé adversaire au paradis des envolés débats !

    Ce qui, sur Terre, peut laisser à penser que l’époque de sa gestion de la France efface en excellence toutes précédentes, et ce depuis que les Présidents sont plus hauts que trois pommes, font exclusivement entre 1,89 m et 1,96 pour taille modèle.

    %%%

    Soit dit en aparté: Paix à l’âme de ce très grand amateur de tête de veau: Prion pour elle!

    Vous le savez, il n’est point coutume pour votre Poète-humoriste très ferré de se moquer des malheurs du vivant d’autrui. Mais ce décès est d’autant plus triste sur toutes chaînes françaises pour d’interminables jours, qu’il était prévu que cet ex-Chef d’État symbolisant l’oubli bienheureux inaugure le jumelage des villes de Rouen et de Bhopal. Mais à quelque chose malheur est bon, car d’ici quelques semaines les caractéristiques communes entre ces deux villes seront d’autant plus pareilles.

    Du fait qu’au début il n’y a aucun danger, pas plus que quand la flèche en plomb d’une cathédrale fond et se brise, ensuite à Bhopal on reconnaît 3’828 morts avant que ça ne passe à 25’000 et 350’000 amochés à vie, ou à Seveso en Italie, prochainement jumelée à Rouenbhopal, où il fallut sept ans pour révéler que 80’000 animaux n’y survécurent et que l’on continue à dénombrer une kyrielle de malformations humaines et de cancers.

    Mais allons, oublions un instant tout ça et concentrons-nous sur les obsèques du plus célèbre Tropézien, en lesquelles défileront des enfants de l’atoll de Fangataufa qui agiteront leurs tentacules pour un dernier salut.

    %%%

    Soit susurré en aparté qu’en matière de tordus la Suisse n’en manque point. À cet égard:

    Nous, Roi-Député du Parti Railleur, abordâmes récemment brièvement le sujet, mais ayant formellement pris acte du décès survenu le 15 juillet 1291 du Sieur Empereur Rodolphe, ayant constaté que s’opposant à l’autorité dominante en matière successorale autrichienne une trentaine de gros bras des lieux-dits Uri, Schwitz et Unterwald se précipitèrent sur une prairie pour voter en date du 1er août 1291 un supposé conforme pacte fédéral: En vertu de ce qui précède et en Notre for intérieur émettons certains doutes quant à la tenue adéquate de cette votation:

    À savoir: Cette trentaine d’individus ayant visiblement pratiqué le tourisme électoral pour se prononcer au Grütli, ce groupe a donc eu 16 jours pour effectuer une campagne et être élus en qualité de représentants de leur vallée?

    16 jours pour devenir habilités à certifier la volonté de chacun de ceux qu’ILS représentent, (en insistant lourdement sur le ILS) est égal ? Et constituer ainsi par vote le fondement recevable d’une Confédération Helvétique, sans la présence d’observateurs intègres pour certifier qu’il n’y ait eu tricherie ? Nous ne saurions Nous conformer à pareille parodie de vote!

    En l’occurrence, Nous en majesté, saisissant l’opportunité offerte par une époque où les tribunaux à tour de bras invalident après coup des votations historiques, et où tout va si bien en la juste Helvétie qu’un seul président tient encore le gouvernail sur les trois que doivent compter les trois Cours du Tribunal Pénal Fédéral: Nous opposons recours à la votation du 01.08.1291 et toutes prétentions fédérales en découlant sont évidemment considérées comme nulles et non-avenues. Jusqu’à ce que preuve soit apportée attestant que ce vote fondateur fut effectué de manière digne, crédible et indiscutable.

    Faute de s’acquitter honorablement du fardeau de la preuve dans les 16 jours, le Fédéral est prié de rétrocéder le trop-perçu d’impôts, de taxe militaire, etc, indûment extorqués sans justification acceptable à nos aïeux et à nous-mêmes durant 728 ans.

    %%%

    Ainsi, en cet univers si pervers: Comment se taire ? Comment taire que com’ enterre comment se terrent co-menteurs ?

    Bon, allez: Qu’on commente ère où commentaires (verrouillés, comme en fer rouillé tout souillé sous temps de guerre et c’est embêtant) ne sont essais guère relayés:

    Trump n'en doute pas: il mérite le Nobel de la paix

    20min.ch 

    Jean-Marie Roth Oui, vite le Nobel de la Paixrversité!

     ...

    Parlement: 3 élus sur 4 refusent de dévoiler les revenus de leurs activités extraparlementaires

    lenouvelliste.ch

    Jean-Marie Roth Plaintes, levée de l'immunité et destitution sans délai de ce 75% d'élus impunément opaques. Une démocratie directe équilibrée ne peut tolérer le refus de transparence de responsables de répartition correcte et crédible des droits et devoirs, vœux et demandes de chacun. Mieux vaut 25% de représentants intègres en tout et pour tout que de continuer à subir la loi faussée par 75% de vraisemblables fraudeurs et/ou arrosés financièrement par des entités fondamentalement nuisibles à l'évolution visible du pays.

    Darius Rochebin

    « Il faut aller au Grand Passage ou euh non comment ça s’appelle maintenant? Sinon à la Placette, enfin je veux dire chez ... » Quand tu te surprends à être comme ta grand-mère qui parlait des grands magasins selon leur noms antédiluviens

    Jean-Marie Roth "Rousseau a une plaque commémorative sur la Placette!" : C'est tout de même plus évocateur qu' ... "a une plaque sur le Manor" ! Lançons une initiative conservatrice pro-Placette contre cet affreux Manor qui n'entrera jamais en nos expertes têtes ayant connu jadis bien plus humaine appellation, et plus proches commerces.

    Alain Berset

    La sécurité des patients est une priorité mondiale dans le domaine de la santé. L’OMS lance une campagne de sensibilisation à l’occasion de la première Journée mondiale de la sécurité des patients qui aura lieu demain. La Suisse s’y associe et soutient toutes les mesures qui permettent d’assurer des soins de qualité.

    Jean-Marie Roth La sécurité des patients ne commence-t'elle avant tout par ne pas les rendre malades sous un bombardement insupportable de charges rendues, par ceux à qui profite l'insécurité rongeant le plus possible de ces patients, impossible à honorer? Parler d'assurer la sécurité du patient pris au piège infernal d'un contrat imposé qu'il n'a pas signé d'engraissement d'assurance obligatoire à coups de perpétuels rappels, juteuses sommations, coûteuses poursuites ad vitam et + ... à l'encontre de fabriqués débiteurs: enrichir l'oppresseur assureur par indigne interdiction de le quitter, et de repartir à jour en une assurance non opaque et méprisante à primes humainement adaptées enfin, causer de sécurité "accordée" en Suisse en matière de santé est un brin cynique et trompeur, désolé

    Pierre Gauthier

    Séance surréaliste au Conseil municipal de Genève, l'un des Conseillers administratifs refuse de répondre à ma question parce que selon lui, elle aurait été posée de façon impolie...

    Jean-Marie Roth Et pourtant les plus scandaleusement impolis et insultants, ces temps-ci ne sont-ils pas notoirement ces ignorants en tête de régimes bananiers coupeurs d'arbres et experts en enfumage, cherchant à inverser les rôles et prétendant se sentir offensés par les gens sensés? CQFD

    Pierre Gauthier C'est vrai que confondre l'argent public avec ses propres deniers dans le cas de Mr Guillaume B. ça laisse songeur sur le niveau d'impolitesse...

    Jean-Marie Roth Pierre Gauthier comprenons qu'il soit très à cheval sur la politesse, car avec son sympathique paternel médecin après arthrose même nos os sont polis

    Etc… etc ...

    En conclusion, ou presque:

    Un jour

    Messe éteint-ci aire à jeux:

    ...

    Se fige la gigue,

    La danse où s’encensent

    Les prodigues prodiges

    Un jour

    La digue se ferme

    Retenant l’onde

    À faconde en folie

    Et tenants de jolis termes

    À la ronde inondant les chants

    D’un public qui s’applique

    Un jour

    Sans clique qui dirige

    Et n’y pige que bernique.

    Résumé: Ce qui correctement s’énonce est supposé: Se bien concevoir, et les mots pour l’écrire: Aisément arriver aux cerveaux non privés de le lire?

    Ce qui, intelligemment s’avance est censé se bien percevoir, et les sots pour le démentir dérivent facilement vers de déments comportements, dénotant autant de croyances aveuglantes que de freins divers en l’entrain et l’attente de confiance partagée, nécessaires à ces vers qui s’avèrent engagés: À dire que lire est un plaisir qui se paie: En éveil au loisir de choisir qui sacrifier et qui défier au jeu du preux et de l’otage mage farceur, défonceur de la langue sans aise en sa gangue française!

    Ce qui, dûment, ne ment est aisément expliqué et aide austères et raides experts à s’appliquer: Cesser de se prélasser sur leurs leurres et paie: À refuser le décollage de pareille fusée du langage!

    Point de références? Qu’une révérence …

    Ali GNIOMINY ?

    “Avec l’âne: Abolis ans ?”

    Sans titre 2.jpg

    “Il hue, mine nations ?”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_9b61.jpg

    “Alors qu’en gorges pros fondent ? ”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_a4e1.jpg

    “Creusant éphémères-ci à L’Égée ris ...”

    santorini.jpg

    “… élevés sur l’amas azur ?“

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_ae18.jpg

  • TACHE MISE EN TROP ?

    Beaux ?

    Laids ?

    Qu’importe !

    Tant que les mots rient !

    Évoquent le choc de spores

    Qui chanteraient la

    Manne itinérante

    Léchant pignons de pins tachés,

    Teintés d’oronges

    Et mousses rongeant

    Sous asepsie l’eau si boisée,

    Et c’est peu dire

    Que n’écopent reins !

    Beaux ? Laids ?

    Qu’importe :

    Maux ripaillant

    En les entrailles

    Croquent les spores !

    D’où: Choc de l’été pour ris !

    Et ses dommages: Affres & hommages absents, suscitant nécessité thérapeutique d’expulsion d’adages: ...

    ... Pour potiches: … 

    “Neige en septembre

    Bon siège et chambre !

    ...

    … Ou pas potes machos:

    “Canicule de novembre

    Les testicules tu chambres

    Et le membre en décembre

    Pour levier de janvier !”

    Tiens, voilà qu’il nous souvient fulgurance de lointains temps où votre très ferrée simili-Altesse des Lettres détournait proverbes, dictons et maximes, compilait riantes créations et les adressait vainement à de locaux austères canards et ânons d’édition!

    Vers l’époque où iceux-là recevaient par épisodes un poème explicite sur carte postale, au fur et à mesure des étapes d’un tour du monde! Les lassant ? De glace ! Imperméables à si outrecuidantes atteintes aux droits de l’adage et divers vers de phénoménal baroudeur !

    Con, ce tas ? Jeter de si subtiles perles aux ronchons fut diantrement inutile, car:

    Ici: Lâchent l’homme les eaux et les camps, pichets à dits vains en mains: Se vautrent et ignorent votre sort ! Jusqu’à ce que l’odieux choisisse les siens, à l’ouverture des portes de leur historique enfer médiatique !

    Or: retrouvons certains de ces fameux adages tordus parmi les mètres linéaires d’œuvres de votre dévoué d’avant l’informatique: Nouvelles, romans, essais, pamphlets, gags & poèmes par centaines, issus de la sueur de l’affront fait au Sieur, “à l’époque”: Wallace-Horace Kilmérit:

    (Anecdote: L’excellent regretté “Mix et Remix”, paix à son âme, à certains gags jadis soumis répondit d’emblée qu’il était fort occupé et d’ailleurs “ne parlait pas anglais” :)

    ...

    CHOSE TROP MISE, CHOSE PUE

    QUI VA À LA PASSE PERD SA CLASSE

    DEUX AMIS RÂLENT MIEUX QU’UN

    QUI VOLE UN TEUF VOLE UN NEUF

    UN CHIEN VAUT MIEUX

    QUE DEUX-TROIS COBRAS

    LES CORS AUX PIEDS

    SONT LES PLUS MAL CHASSÉS

    IL NE FAUT JAMAIS JETER LE MANCHE

    APRÈS L’AVOIR COGNÉ

    CHACUN POURCEAU ET DIEU PUR-SANG

    6 JUIN, LE JOUR LE PLUS PLOMB

    COCHON QUI S’ENLAIDIT

    TOUT VIENT À POING POUR QUI SAIT ÉTENDRE

    C’EST UNE CHIENNE EN VALEUR

    IL N’Y A PAS D’AFFAMÉS SANS VŒUX

    IL FAUT SE MÉFIER DE L’AUDI SPORT

    NUL N’EST CENSÉ IGNORER, LÀ, L’OIE

    LA FAIM CHASSE LE MOU HORS DES LOIS

    TANT VA LA CRUCHE À VÉLO

    QU’À LA FIN ELLE SE CASE

    %%%

    Et allez: Vu que vous nagez à l’évidence en pleine tristesse, votre délicat et nostalgique Roi-Député du Parti Railleur se doit de préciser que les ci-présentes rétrospectives sont, certes, à laisser de préférence pour compilations dès que surviendra le crade âge!

    Mais, en catimini quelques exceptions préalables? Pourquoi pas: L’exception confirmant l’art et glose … euh … confirmant la règle, ose:

    Ainsi, daté de temps immémoriaux des années 70, recopié une première fois le 5 mars 1987: Promenade poétique sur un sujet entêtant toujours actuel des décennies plus tard:

    Prenez un thème,

    N’importe lequel,

    Avec séquelles et chrysanthèmes,

    Faites pleurer votre encrier:

    ...

    Riez, lorsqu’on vous fait la fête,

    Que l’on vous traite en vrai poète

    Lauréat bien assis:

    Vous aurez réussi!

    Prenez un thème

    Même bohème,

    Sans début, sans final,

    Un fanal pour l’abus;

    Découvrez, éclairé(e)s

    Les critiques apathiques

    Qui vous saluent:

     ...

    Vous serez lu(e)s!

    Prenez un thème que chacun aime,

    Prenez un thème, toujours le même,

    Traité en vers pleins de mystères

    Ou crème-prose à l’eau de rose

    Et composez

    Osez blaser!

    Prenez un thème,

    Un thème blême

    Dépourvu d’originalité?

    C’est tout vu:

    Vous serez édité(e)s!

    %%%

    Ah, le joli monde des menus malfrats du refus de diffusion d’honnêtes et spectaculaires valeurs ajoutées: Quelle tache étendue au pied de tout ça dépeint!

    Vermoulue, engluée sous diktat à limace collant feuilles, s’estimant nécessaire car servant à chapeauter rare pognon des champions: Qui ainsi déposent lâches mises! Atterrent !

    %%%

    Puisque devisant de gastéropodes, derechef: Combien donc sont-elles, en France comme partout ailleurs, toutes ces expertes personnalités surtout politiques, s’affichant ostensiblement intègres et morales tout en se vendant au plus offrant?

    Admettez que tel n’était, d’antan, à ce point le cas: Les campagnes furent bien plus effacées: Pour exemple: Du temps d’un sympathique écolo maire de Bègles! Alors qu’à présent, c’est:

    “Toutes des pubs sauf Mamère!”

     %%%

    Aux USA, le Vizir Bannon est banni, retourne en secte et tout va mieux pour la planète! Youpie! De plus, nul mouvement contestataire, hormis celui qui sourdre, enchante les marchands de mort et désole l’administration sanitaire:

    “Touche pas à ma vapote”

    %%%

    Sinistre comédie, toujours: La Banque Centrale Européenne rachète chaque mois pour 20 milliards de dettes publiques et privées!

    À noter que la scandaleusement bénéficiaire Banque Nationale Suisse n’a toujours pas le moindre scrupule de laisser se propager en Suisse l’esclavage moderne par servitude pour dettes croissantes, fabriquées de toutes pièces et démultipliées, sous impossibilité infligée aux victimes de les éviter et de s’en sortir! Produit délictueux d’un noyau politique et financier d’arbitraire imposition crapuleuse, de justice au service prioritaire de nantis et de lobbies d’assurances de genre Illuminati, visant à éliminer petit à petit les “coûteux” moins fortunés, forcenés producteurs de valeurs détournées ou fainéants parasites fourrés en le même tas”. Aucun rachat à titre de pertes et profits en vue, aucune annulation de dettes privées enrichissant frauduleusement les destructeurs de ce pays, aucune annulation mensongèrement annoncée depuis des lustres par le fédéral ne paraît à attendre, en cette dictature capitaliste se prosternant devant partiaux acheteurs d’Art et autres pontes liés à l’obscure privée BNS & vassaux?

    %%%

    En dépit de ceci: Il n’empêche que suiveuses et flopées d’adorateurs des créations de votre dé, voué à vous y faire gagner au jeu des dévers irrités, que toutes qui poussent et tous qui gloussent préfèrent d’aventure les souvenirs autobiographiques de votre serf, vite heurts contant et bonheurs passés, mais ne les répétant jamais assez;

    Ne serait-ce que relatifs à sa palpitante quête du Graal, si fructueuse alors qu’il avait tout donné ou vendu et s’en allait renaître sur sinueux chemins de la planète, regorgeant de mystiques indices. Et que surgissait poème de cet acabit, alors qu’assis sur le trône de roc à symboles taillés, sis face au dolmen surplombant la plaine d'Orus, mégalithe sous lequel passe le soleil au solstice d’été pour frapper le front d’éclairé assis à dessein en cet endroit et moment précis:

    Au Mont Royal sous le Mistral

    Veillent, veillent, deux corneilles

    Gare aux bâtards! Gare aux vantards!

    Chante tocsin, ces lieux sont Saints,

    Chante tocsin pour leurs desseins!

    Au Mont Royal, Grand Féodal,

    Sombrent, sombrent deux colombes

    Sous la noirceur de nos erreurs,

    Sous une ombre d’hécatombes!

    Gémit tocsin ces lieux sont Saints!

    Gémit tocsin! Pauvre dessin!

    Au Mont Royal, mont médiéval

    Très haut, très beaux,

    Nos deux corbeaux

    Gardent ces lieux du coin des cieux

    Où repose la Gnose.

    Parle tocsin ces lieux sont Saints!

    Parle tocsin

    De ce dessin!

     %%%

    Mais … Bigre: La soupe est servie et aucun bol pour la contenir! Car, pour avoir de quoi faire fabriquer son bol et qu’il ait le droit d’être comparé aux bols des favorisés, souvent emplis de brouet ...

    Il faut payer et payer encore de sa personne en bonne soupe à déverser en le vide d’autres bols profiteurs, durant des décennies! Sans jamais que ne déborde sa marmite ou ne soit renversée sur les escrocs vendeurs de soupe et bols; chassant leur amoral commerce bénéficiant prioritairement à leur clan qui accorde ou non, de concert pécuniaire, le droit par moyens octroyés ou non à d’aucun de présenter ou non son propre bol! Qu’ont arbitrairement décidé ou non de décerner ces grotesques seigneurs en s’avouant gavés, régalés en soupe extirpée: Soit décréter ou prou la fin des coupes et le rétablissement du droit du bol.

    Amoralité:

    Pas un qui ne soit payeur que de l’autre!

    … en ce royaume des pieux qui vous matent la tâche …

    Ali GNIOMINY

    “Éblouissement de l’arcane à ris”

    IMG_5411.jpg

    Le salut aux ami(e)s qu’au logis s’appliquant”

    IMG_5538.jpg

  • AINSI BOSS TRICHENT ?

    AINSI BOSS TRICHE ? 

    Et nuit,

    Méchant battant

    restant de bois, las, face aux lois?

    Tout boss triche?

    Sans bruit détruit

    Tous champs de compétences

    Sous compète à l’aisance?

    Et ramasse

    À la hâte, en sa crasse,

    Coûte que coûte toutes patates?

    Puis d’or rit fort,

    S’amuse et ruse,

    Dévore le fruit

    D’efforts d’autrui?

    Tout boss triche?

    Ronge nonos

    De nos songes et bosses?

    Grignote cagnottes, tirelires

    Par barbares sbires bannies

    Et ainsi finit riche

    En amis, dons …?

    Rigide?

    Cupide et sans pardon?

    Lors: Tout conquis pâtre rond

    Qui garde et rase harde,

    À base de moutons mous

    Tondant prés:

    Rit?

    Pâtre rit:

    Du duel si cruel

    De boucs en le souk

    Là, haut sur l’amont où on stagne

    Et où Clé au pâtre

    Du bon bagne

    Aux zélées blanchâtres brebis,

    Sert d’alibi?

    Tout pâtre attrape appâtés doux

    Qu’ont butés loups manqués?

    Pâtre un peu simplet, adipeux et replet,

    Adore ris forts

    Et durs, sur immonde monde austère

    Où l’on n’a qu’à se taire?

    Bref: Ployez zélés chefs,

    Et allez: Choyez … !

    Qu’en tremble l’ensemble dévoyé!

    Et voyez:

    Amples exemples:

    Un louche et moche américain requin

    À bourdes en couches et poches lourdes

    Comme gore conscience de porcs,

    Un égaré à délirer sans science

    Fourre son groin

    Sur les affaires à piller

    Liées aux bandes de terre pure

    Et landes du Groenland?

    Se prend une tarte de solide Viking,

    De Valkyrie qui

    Au nez lui rit

    Et l’envoie, livide, promener!

    En prend à la carte pour son rang

    Sur ce ring!

    Le voilà, là, bandit avare

    Interdit de toutes parts

    Pris en torts en le décor

    D’avoir, goulu, voulu dominer

    Courroucer et miner,

    Pouvoir dispenser maux

    Aux esquimaux!

    Le voilà, là, sans or ni thunes piqués

    Fort critiqué

    À la Une qui amène ire,

    Haine à punir!

    Le voilà, là, qui pare chocs secs

    Et chromes lèche:

    Homme de mèche

    Avec poux t’inhibant

    Ce cerveau-là de lent et bas niveau

    Dont le dol mène le fol

    Sans peine ni pardon en l’enfer adulé

    Du “va te faire acculer au sévère glas scié,

    Poli, si éminent te condamnant!”

    Lors: Se toisent du retard

    De fort vantards imbéciles

    Et se croisent leurs missiles

    De bâtards de malheur

    Sur nos têtes inquiètes!

    Surgissent et rugissent bolides?

    Que s’envoient en convois

    De cupides salopards huppés

    Avides de pouvoir usurpé:

    Leurs meilleurs feux

    Et tactiques apocalyptiques

    … À la mode …

    Qu’eux cyniques décodent,

    Odieux dieux du fric …

     %%%

    Allons, laissons la file au zoo! Fi! De si belliqueux gueux! Pour hommage aux vieilles branches et jeunes pousses suspendues à ces feuilles:

    Que l’on déniche en prose, du coup, le pot aux roses d’où vient la triche:

    Un serveur installé à Paris par des Services de l’Est piratait des centaines de milliers de postes en Amérique du Sud et Centrale, permettant pour exemple de piller des données de patients d’hôpitaux en Israel ... Cette fillière d’attaques du Sud par et au profit de l’Est, propageant un feu de Dieu sur les cultures jadis équilibrées, cet incivil si viral réseau démantelé par la Police française permettra donc, sans aucun doute, de remonter jusqu’au serveur parisien du Nord, ayant suffisamment bidouillé de données pour placer et maintenir de dangereux pantins aux sommets des États?

    Et dire qu’il n’y a pas si longtemps que le rôle d’un serveur consistait à nous verser du liquide. Et à nous restaurer, avec ou sans sauvegarde autre que de payer en faisant la vaisselle.

    %%%

    Puis: Ouvrons donc le chapitre helvétique de l’Évangile selon Saint Mauro Poggia: Et méditons sa divine sentence face aux plus vils marchands de couverture, autoproclamés “spécialistes”, élus nationaux lèche-cul de lobbies du ténébreux système corrompu LAMAL au service d’intérêts privés en lieu et place de valeurs humaines:

    “On ne confie pas les soins au patient

    à une entreprise de pompes funèbres!”

    Loué soit Saint Poggia!

    C'en serait presque à devenir dévot de MCG (Méditation de Centre Gauche) si ses apôtres égalaient sa sagesse et délaissaient leurs ataviques préjugés et coups d’éclat, pour se concentrer sur la réalité d’une harmonieuse fusion des extrêmes … À l’italienne, alliance gauche-droite en laquelle la sale vie niaise imposée sous joug d’UDC-PLR disparaîtrait.

    Prions plutôt que votre auteur très ferré oncques ne finisse ci ou là en antre politique et n’y sacrifie son indépendance d’esprit:

    Plus de 40 ans de résistance loin de tous Partis, après de fructueux échanges avec le Dieu Tonton et ce bon diable de Rocard, votre hauteur snobée n’étant plus socialiste de coeur que pour ce que cette Gauche actuelle prône de meilleur; Et plus pour sa dangereuse ouverture immature d’accueil, à tous vents, de présumées armes vivantes de guerre civilisationnelle, intentionnellement et tactiquement poussées en nos contrées pour y remplacer nos valeurs par des leurres primitifs, de totale soumission à la mission imposée par plus ou moins imaginaire maître des plus tordus. De quoi hésiter aussi, face à cette blague qui circule et n’est pas si fausse: Ayons l’honnêteté d’y réfléchir: “Tu gagnes dix francs pour ton travail, on t’en laisse trois et t’en reprend sept pour les donner à ton frère qui n’a pas bossé”.

    Difficile d'autant plus, de nos jours, de devoir dire si oui ou non il me faut être un jour Européen, autant que je suis indiscutablement Jurassien !

    Quelle question bête et vaine, à laquelle je n’ai nullement à répondre!

    Que m’importent ces stupides bisbilles entre Européens: Puisque que selon l’armée suisse je suis indigène de type Caucasien!

    Da, camarades! Issu de pas loin du berceau mondial (au Locle près de la Tchaux) de l’anarchisme je suis, de surcroît, voisin depuis 78 des Plantaporrêts de Lénine, J’ai bu jusqu’en 98 comme un cosaque, et j’abrite certainement un bon nombre de clandestins de l’Est sur mon ordi, donc on est potes, hein? Mais pas trop non plus, l’on n’est pas des pédestres chemins se rejoignant sinueusement! N’est-ce pas? …

    %%%

    Et encore: Stop à la Grosmotsphobie dans les stades français! Bien joué! Plus un mot déplacé jusqu’à la Coupe de 2022 au Qatar, durant laquelle les gays sans méfiance viendront d’eux-mêmes dans le piège se faire mettre à mort!

    Décidément: Ce Mundial acheté en Suisse par les propriétaires de la France a vraiment tout prévu dans les moindres détails, à commencer par faire taire quelque temps leur arme de guerre homophobie avant de l’officialiser en toute impunité durant des Jeux virils en un lieu de honte dominant.

    %%%

    Autre partie de fous tendus jusqu’au but:

    Furent “nécessaires” plus de deux ans, à un tribunal notoirement inféodé à la dictature protestante germanique Bernoise, pour décider “Qu’il leur faudrait une bonne guerre civile à ces Prévôtois” afin que Berne persiste à usurper encore un peu plus les droits d’une évidente majorité, visible sur le terrain, constatée par des observateurs d’exception le 18.06.2017, irréprochables contrôleurs ainsi insultés par l’invalidation du vote historique, et de ce fait traités d’incompétents sinon de fraudeurs! Atteints en leur honneur et réputation.

    En l’occurrence, le tintamarre de 430’000 casseroles de caisses noires probernoises du camp ayant jadis triché par comparable stratagème, pour tenter d’empêcher la libération du Laufonnais, ne perturbe plus la conscience des juges, estimant étrangement que les Prévôtois jurassiens comptent cette fois-ci environ 140 tricheurs de plus que le camp spécialiste de ce sport électoral.

    Le jeu est d’autant plus tragique lorsqu’il s’agit pour le lésé d’actionner le bon vouloir et la bonne influence de juges fédéraux choisis par des Partis pris sous le mépris de nantis de l’anti-démocratie, lobbies de l’inertie, et que ces juges fédéraux ne sont pas encore tirés au sort!

    Pour l’heure, il est pour le moins inquiétant que la justice bernoise accorde si facilement gain de cause aux doutes de l’opaque UDC du Jura bernois, alors que l’UDC est le seul Parti de Suisse se permettant encore d’exister en refusant (suprême aveu de culpabilité) de dévoiler qui finance cette scandaleuse prédation politique et pour quel montant global.

    Reste à re-re-re-voter? Sous l’œil de drones, satellites, experts de la CIA, papous contrôleurs du scrutin, urnes en titane, voiler et bâillonner la majorité des autorités prévôtoises, lui interdire toute campagne, tout rassemblement avant le vote; Comme enseigné par le maître Boris Johnson, et autres modèles de justice actuelle que Berne envie à ses complices internationaux! Or: Que Jurisprudence soit!

    Qu’à l’avenir tous votes soient impérativement impunément invalidés!

    Au fur et à mesure de l’instruction de flopées de farfelus recours, issus de l’une ou l’autre partie, voire de défunts et séniles d’asiles, selon la coutume ancestrale en les bernoises campagnes … De guère scrupuleux bileux faux frères tirant sans cesse la couverture à eux; La couverture qui blesse qui ne s’empresse de vitupérer pour récupérer sa partie de tissu social à son insu répartie et si mise à mal!

    Aucun Poète, aucune sensée population, nulle civilisation en sa bulle agacée n’admettent ainsi que soit scié l’apprécié tronc des Justes Lois, le buste de bon aloi du Merci à la Démocratie!

    Une conviviale Braderie récente a prouvé la meilleure entente possible. Absolument tout le monde souhaitait le calme revenu, à quelques rares exceptions de très basse extraction. Le vote était validé et la paix au village s’installait; En les vaux la gueule était poussée, mais pas de coup vache engendrant inévitable et légitime révolte populaire, le réveil de conflits dus aux droits fondamentaux toujours plus bafoués par Berne. Ainsi suffit-il de rechercher à qui profite le crime, quels intérêts poursuit le clan de juristes ayant opté pour la prolongation des confrontations, mais c’est trop demander à cette justice-là.

    Aussi, j’invite chaleureusement mes milliers d’ami(e)s Facebook & Cie, ouvert(e)s d’esprit, sensé(e)s, épris(es) de vraie Justice et luttant contre toute oppression scandaleuse à retirer leurs papiers de l’endroit de Suisse où ils vivent et à s’établir de toute urgence à l’adresse: Communauté des Golats D’Irréductibles – Bâtiment du Pavillon – Chemin d’Au-Dessus les Gorges – 2740 – Moutier. Il conviendra certes de vous serrer les coudes en ce logis que vous occuperez ensemble par milliers jusqu’à ce que la Prévôté francophone soit rendue au Jura libéré. Votre vie sera dure et cruelle, à établir pierre par pierre les bases de la communauté de décolonisation de la Prévôté, mais vous vaincrez enfin largement en les urnes.

    Puis je vous rejoindrai au secours du triomphe. Mon débiteur Genève doit d’abord s’acquitter de son retard et l’autre, Berne, ne perd rien pour attendre de me dédommager de ses indignes errances ayant pourri mon enfance, m'ayant déprécié adulte et diminuant, écourtant activement au possible ma proche vieillesse.

    Moralité:

    Sans cesse remets l’ouvrage sur le Moutier

    Tant que t’y obligent,

    Qui rien n’y pigent,

    Malsains germains à cages!

    &&&

    Au faîte: Gloire à la Fondation Swiss Digital pour l’Éthique en le monde numérique, qui sera présidée par Doris Leuthard (à la crème plaisant, oui oui …) et aura son Siège à Genève!

    Car Genève est le meilleur emplacement au monde où l’on est accoutumé(e)s à subir toute l’éthique du digital en son siège!

    &&&

    Massacres, toujours: “Hécatombe de poulets en France, à Ballaison!”

    C’est terrible: Toujours plus balèzes et offensifs ces poussins jaunes!

    &&&

    Pictet Deniers”: À l’instar de la concentration HUG en son Reverso (sortez votre Googlionnaire) les 2’700 privés de la Banque Pictet auront quant à eux 24 étages dominant l’horizon capitaliste s’estompant!

    Mais? Pourquoi donc tant d’ostentation à démontrer ainsi que parviennent des banquiers à monter au ciel?

    Sans thunes dues à l’importune infortune rendues …

    Ali GNIOMINY ? …

    Ah, j'oubliais : PS :

    AINSI BOSS TRICHENT?

    Collés, hop: Ternes, qui bernent,

    Épicent et avalent, heureux,

    En force l’écorce et sève de rêves

    À décors piqués

    À l’Art riche astiqué

    En chiches transes formant

    Art en veine

    De biches en rênes

    À vers nuisant

    À plaisants:

    Légers nids pairs formant?

    N’est-ce pas?

     “D’où spécimen au naturel en entête et ici …”

    IMAG1077.jpg

    “ … Et à présent très fortement vieilli par FaceApp”

    Face-App2.jpg

    (À noter que si les oreilles véritablement rétractiles sont à présent moins mobiles, cette photo et la suivante sont les seules et uniques sur ce support à avoir subi une manipulation, associable au crime trop répandu de tricherie visuelle dénaturant le sujet).

    “Il n’empêche qu’il est merveilleux, grâce à cette technologie et la repousse des télomères, que de se découvrir tels que nous serons dans 20 ou 30 ans, à l’exemple de l’auteur: …

    Face-App 1.jpg

    Pas anar! Si si? Que vous appréciez inévitablement!”

     

  • QUE L’ART RYTHME ÉTHIQUE!

    MULTIPLIONS MA THÉMATIQUE :

    SOIT NUL CRÉDIT À CES DITS FRANCS : OR, QUEL EST LE QUOTIENT DES VECTEURS NÉGATIFS CHIFFRANT SI PRODUCTIF BILAN ?

    Vous disposez sur ce support de gourds de 901 minutes de Tribunal Artistique pour calculer la logique solution du : Comment remédier à si partisane pâleur culturelle actuelle, issue d’escrocs pros blêmes à l’idée de découvrir vidée de sens l’essence même de leurs cyniques pratiques de rabaissement d’acquis de qui ne se ment !

    Pros blêmes à la perspective décisive de s’émanciper, de dissiper l’aggloméré brouillard sur les étroits choix culturels entre chantres actuels de blafards scribouillards, et octrois de gloire aux élitistes faire-valoir du Maître Fric obscurantiste et de sa trique académique. Assez de ces cadenassés calculs de qui ment ….

    Rendons hommage de préférence à l’exemple de belle au pair à Sion:

    7 à 8 clos 6 et 3 que 13 affectée, car 100 gêne mise à 9, elle a 6000 qu’elle est 105 !

    &&&

    Parfait! Vous semblez doués pour résoudre les problèmes. Aussi, à présent que tout le monde sait qui de la poule ou de l’œuf est arrivé en premier, et dès lors que le paradoxe du chat de Schrödinger n'a plus aucun secret pour vous, voici la question à laquelle même le plus phénoménal des génies ne peut répondre: Citez un seul Chef d’État actuel au monde qui ne soit ni psychopathe susceptible de provoquer la mort de millions d'êtres humains, ni corrompu ni sectaire ni agissant pour des intérêts nuisibles à son peuple ou/et à la Terre entière ?

    Inutile de chercher. La réponse se trouve dans l'adage: "Si l'armée défendait vraiment le peuple elle attaquerait le gouvernement".

    %%%

    Foin donc de ces calculs qui pullulent ! Et que vite se visitent, au long de si insignes lignes lues: Plus d’apaisantes, plaisantes notes à cote absente !

    DOrmir

    jouit

    MIlitaires

    FAtigués,

    SOLdats

    SIlencieux,

    DOciles

    &&&

    Oyons, de surcroît, si commode Ode aux grotesques toutous, rois ou presque des Lelettres à leur Maîmaître ! Oyons leurs leurres et pires dires:

    Qui ?

    De mauvais genre homme inculte,

    Comme énervé, engendre tumulte ?

     ...

    Qui ?

    Quel phénoménal cuistre

    Se rit ainsi

    De si sinistre supercherie gouvernementale ?

    Qui ose sans prose parodier le merdier si dévoyé

    D’un paradis sine die renvoyé

    Vers l’âtre des quatre jeudis

    Où se consume en l’amertume la coutume ?

    Qui raille, las, face à l’Épouvantail ?

    Dont la souffrance, l’absence de chances

    Ne font de son Art et de ses tuyaux

    Qu’un joyau rare et enchanteur

    Que ne quêtent bêtes avares acheteurs !

    Qui Sait ? Ce qu’est quête en l’achat tout souillé

    D’acquis hors-pairs d’entité littéraire qui,

    Sans frein ni crachats amères,

    Sans gains sait se mouiller ?

    Laissons-ci y songer piégé(e)s

    Agrégé(e)s donneurs de leçons sans honneurs !

     

    Que gambergent ces ânons !

    Et flânons lors sur nos berges d’or :

    Léman d’été ?

    Vague blague abat coups de tabac !

    Léman doux sous soleil et serein,

    De grains en vue et fracas

    Sans pareil dépourvu !

    Léman-ci ? Passion !

    Lac à clapotis chéris et mous sous soumission,

    À rides gentilles titillant humide liant Romand

    Épris d’onde qui ne gronde :

    Léman sillonné

    Aime moutonner.

    Suffit! Foin de défis et pervers vers déballés, loin d’égaler autres poèmes que “détestent” bêtes censeurs et qu’aiment conquis esthètes lecteurs qui ne pestent, ne se vautrent.

    %%%

    Büplizité :

    NEU ROTH ! Comprendre mieux, vivre mieux !

    Ach, nafré : Il faut pien sûr fifre quand on n’est bas pien ékouté !

    %%%

    Passons à justes titres :

    Michel Houellebecq va mourir, nous avertit-t-on!

    Certes, il est relativement évident que la mort surviendra tôt ou tard!

    D’autant plus si c’est de l’œuvre Michel Houellebecq dont il s'agit!

    Tiens, voilà qui évoque un autre de ces contemporains austères pécheurs qui ferrent ris à l’hameçon, sortent pensées de colimaçons et lancent risiblement : “Après ma mort je veux que l’on se souvienne de moi en tant que philosophe !” Car : Un boulanger pour exemple, s’il a fait du bon pain sa vie durant, doit nécessairement préciser à ses clients qu’il convient de se souvenir qu’il fut boulanger et non mécanicien ! Des fois qu’ils puissent encore en douter.

    Croyez-en un humble intemporel Penseur : La Mémoire et la Postérité savent pertinemment attribuer la fonction de celui qui l’a vraiment méritée ! Et l’Indifférence se charge facilement de ceux qui réclament la pérennisation post-mortem de la douteuse couverture à leur supercherie, enfin devenue risible !

    %%%

    Ah, tragique époque d’inique éthique en toc: Juste pourrir: Dissertons un chouia du local microcosme:

    Devinette : Quelle différence y a-t-il entre la classe politique et la Voirie de Genève ?

    La voirie débarrasse les encombrants !

    Autre constat : La pègre ultra-capitaliste est, céans, tellement incapable de reconnaissance que même les enfants sont privés de toutes promotions !

    De surcroît: Afin de dilapider, pour tout et n’importe quoi d’inutilement décoratif, les millions d’argent public détournés de l’usage correct à destination d’acteurs culturels de tout premier plan, trahis depuis des décennies par le même petit clan, ce dernier va copier ce qui se fait partout ailleurs en garnissant d’œuvres d’art les haltes du Léman Express.

    Invitant les passagers à la réflexion de très haut niveau, seront vraisemblablement installées des peintures en trompe-l’oeil représentant ci et là de rutilants WC.

    %%%

    Qui, cynique, comblé de blé,

    S’applique à faucher, gâcher le champ d’épis liés,

    À empêcher de publier ?

    Qui ? Mécréant, créant révolte sur les récoltes !

    %%%

    En l’occurrence: Qu’il soit établi que n’a plus d’aucune manière à être jetée la pierre à qui, aux premières loges, demeura précieux ultime soutien de très vénérables bâtisseurs de mieux-être universel, honteusement mal récompensés pour décennies d’assiduité aux rites qu’ont passionnés fraternels initiés définis; Grands aînés délaissés, délestés par gestion de leurs pairs pas si frères, s’estompant au dernier moment, et ignorant tous proches non ignorants, garants d’héritage exemplaire de souvenirs de bols d’air délassants et de rires; Sans obligation si ancrée d’ingestion de breuvage sacré les saoulant pour mise à nu en fin de tenues.

    Sans T.

    Allez: Go! Ris!

    20190721_184047.jpg

    Même si, sous leurs doux leurres, ils ne savent encore à tort que vol taire d’émaux aux Arts offerts ! Émaux décorant expo de confus refus de dépôt de francs propos. 

    2.jpg

    Car encore et toujours faudra-t-il qu’une certaine chienlit politique m’impose les affres de l’âpre et mité rang ?

     %%%

    Finalement qu’importe fracassé passé, quand :

    Demain : Je rejoins mon balcon où se situe la plateforme d’atterrissage de mon autodrone. Je m’installe et ordonne “Cornavin”. L’ordi me dit que je dispose d’un créneau de vol libéré sur la fréquence et hauteur située en 17m72 et 20m18, de 13h14 à 13h27 sur la voie aérienne usuelle pour petits véhicules volants sans volant. Avec au-dessus, entre 20m19 et 25m04 d’incessants convois de marchandises bouchant stupidement la vue sur les étages supérieurs d’autodrones de luxe, bolides de ligne, navettes, etc. Une fois à Cornavin, je pique du nez de mon engin jusqu’à 10m98, où se situent les flottants étages en mille-feuilles de commerces, ouverts 25h/24, en lesquels j’espère trouver le circuit qu’il me faut pour les vacances, à priorité bien gagnée en la céleste circulation sur créneau 17m72/20m18 toujours du 01.09 au 03.09 entre 0h01 et 21h53 sur rayon de 300km ouvert aux heureux drononautes pour leur évasion en toute liberté …

    Liberté je crie ton non - … sens !

    %%%

    Mais, au fait: Croyez-vous réellement que, même si jamais je ne dispose d’autodrone, je vais renier le bonheur et le droit naturel de planer ?

    Un demi-siècle déjà que jour après jour j’apaise mon glaucome et mes maux d’estomac, mon stress permanent infligé par la médiocrité sociétale ambiante, et les conséquences de la pénibilité pour travaux lourds comme la conscience des malfrats de l’Emploi et d’esclavagiste antiquaire qui à 14 ans me traita comme bête de somme ! 50 ans que je supporte les multiples traumatismes subis, agressions et torture physique, viol en bande sous administration de Rohypnol en douce par des déchets bien Genevois, et vol de chevalière et montre en or de mon père alors récemment étrangement “suicidé”, 50 ans que je pallie aux multiples humiliations et traitement dégradant sous diktat de véreux gestionnaires de condition de vie d’autrui ! Cinq décennies que le bénéfique remède Delta-9-Tétrahydrocannabinol, que le THC contenu dans le produit naturel du terroir, le miraculeux cannabis, me maintient en vie. Et me la sauva à bien des reprises. Comme tel fut le cas il y a 43 ans quand je ne supportai le terrible manque à l’héroïne, qu’en me désintoxiquant définitivement et avec rare succès, seul sous tente en Grèce sans autres médicaments, avec un bidon d’eau chaude et mangeant environ 5 grammes de haschisch par jour pour supporter les indescriptibles douleurs et envies de récidive. Où, après mon ultime sevrage à l’alcool en septembre 1998, parvenant à ne plus jamais toucher la moindre goutte du poison légal grâce à un bon hectolitre durant quelques mois de jus d’orange dilué et un gramme d’herbe quotidien. La marijuana contenant ne serait-ce qu’un peu d’incontournable THC me permettant par ailleurs de diminuer de moitié, sinon plus, ma consommation compulsive de l’officiel instrument génocidaire nicotinique m’ayant piégé très tôt.

    50 ans que la mafia des lois téléguidées au profit de nantis parvenus me marginalise et détruit impunément sous escroquerie prohibitive, à la base au service exclusif de l’OPA de DuPont de Nemours sur les fibres textiles, et à présent en actif soutien au marché noir criminel et au cartel du venin tabagique et éthylique. 50 ans que, pour me débarrasser du dernier de mes terribles combats contre les drogues dures, contre la pire de toutes, légalement protégée, engendrant fatale dépendance, je dois disposer modérément de THC de bonne qualité. Le comble de la supercherie contemporaine, plus encore que de prétendre que les dosages d’aujourd’hui sont supérieurs aux incroyables produits de jadis dont une seule bouffée nous éclairait pour des heures de paisibles et saines réflexions, existe à présent le trafic de pistrouille CBD légal. Le cannabis light dépouillé de ses principaux bienfaits. Obligeant évidemment les amateurs de longue date à continuer à se mettre en danger en se procurant le produit naturel sain, non manipulé, sur le marché noir. Où, tout au contraire, le remède est souvent mélangé à des saloperies fournisseuses de profits à la Pharma, aux Assurances, aux Soins, à la Justice complice et aux Pompes funèbres. 50 ans que l’obscurantisme politique criminel m’empêche de bénéficier librement du seul végétal très peu préjudiciable, en comparaison des bienfaits observés, apaisant l’humain depuis la nuit des temps, du seul remède efficace contre les agressions à l’encontre de mon intégrité, instillées par ruse dès mon adolescence, par une racaille en cols blancs qui, à présent, tente de remettre à belle lurette les essais de distribution contrôlée de cannabis: En demandant que les testeurs d'herbe soient impérativement “dénoncés” à leur employeur et à leurs proches !

    Du fait qu’il y en a peu comme moi n’ayant jamais caché leur thérapeutique consommation, certes ne conduisant pas et encore moins sous influence, excepté la seule fois il y a près de quarante ans où le trajet effectué, sous assurance de mes réflexes ayant souvent surpris l’entourage, se passa sans problème jusqu’à l’arrêt. Où ma moto et moi tombions bêtement sans dégâts sur le côté. Trop à l’aise et concentré sur la route uniquement j’avais oublié son poids. Et jamais de fumette avant le travail à l’État. En résulte que peu d’intéressés à cet essai sont capables de supporter la supplémentaire violation flagrante de la sphère privée et du serment d’Hippocrate, l’exposition obligatoire au ghetto public des “pôvres malades” du cannabis, l’arme ignoble des nobles Suisses au juteux service des fabricants de monstruosités légiférées.

    Aussi, j’exige que me soit tôt ou tard intégralement remboursé par le racket LAMAL le cannabis à bon niveau de THC, le remède naturel dont les coupables de mon empoisonnement aux saletés sponsorisées m’ont trop longtemps indument privé, et réclamerai jusqu’à mon dernier souffle réparation pour l’argent gâché durant 50 ans sur mon infamant minimum vital, en dépendance imposée dès l’enfance manipulée par l’État, au profit des empoisonneurs aux drogues dures légales et de leurs protecteurs. Du genre de ces planqués nuisibles Radicaux, bénéficiaires à présent de cossue rente à vie, qui se succédèrent autoproclamés en tête de la lutte cantonale de Droite contre la drogue, dont l’incompétence démontrée n’eut d’égale que l’arrogance déployée. Ceux-là qui insultèrent mes multiples talents en m’infligeant 32 ans de sous-emploi m’interdisant constitution de retraite supportable. Ceux-là qui, bien à l’abri sur la fortune annuelle usurpée en nos contributions forcées, minables rentes et saisies crapuleuses, furent éjectés en toute opacité de leur siège, avant que n’éclatent les scandales relatifs aux abus manifestes de qui les remplaça en qualité d’indéracinable, à carte jusqu’alors laissée aussi blanche que celle de ses prédécesseurs encore non inquiétés. Et largement méritant pour leurs multiples méfaits la médiatique chute en vol plané qui leur est concoctée.

    Que le peuple contraigne tous “supérieurs à l’État” passés, présents et à venir à être intégrés à la Caisse LPP de cet État qu’ils ont activement contribué à saboter pour leurs intérêts claniques, que soit supprimé l’actuel privilège amoral de la rente à vie pour ceux-là qui agirent, décidèrent et vécurent sans évidente transparence ni réel apport bénéfique à l’ensemble du public, et que cette rente à vie à barème d’État soit doublée pour celles et ceux qui eurent à subir les conséquences intolérables de l’usuel copinage de cette malsaine Droite jadis incontournable et débutant sa chute libre !

    Ainsi, paraphrasant Mark Twain un zeste méchant mais ô combien réaliste qui, lui, parlait ainsi de la religion, force est de constater que … La politique a commencé le jour où le premier escroc a rencontré le premier imbécile.

    %%%

    Au passage, chers confrères esclaves des nababs du tabac et victimes également du business écolo répressif, pensez aux jeunes dépendants sans argent qui souffrent comme tel fut le cas de celui qui vous écrit en sa jeunesse, sillonnant moult pays en autostop : Jetez généreusement vos mégots à terre, afin qu’ils puissent les ramasser et fumer ces restes dans une pipe.

    D'autant plus que ces reliques puantes sont susceptibles d'intéresser les pré-retraités du méprisant État de Genève les ayant sous-employés, leur crachant douze fois l'an leur minable pitance diminuée de 17% en peu de temps, sans le moindre avantage, ni réduction pour les transports, ni le plus petit centime supplémentaire qui leur permettait dès le début du mois de disposer de plus de dix francs par jour pour un pain et un paquet de maladie nicotinique, voire un timbre postal leur permettant de dénoncer l'opulence des charognards leur imposant pareil traitement.

    %%%

    Et justement, parlant des nids de rapaces reliés entre eux pour la bectée offrons-leur encore quelques délicieux vers :

    Face au cancer qui prolifère

    De la sale clique des fanatiques évangéliques

    Prenant le pouvoir si viscéral sur vos “défauts”

    En vous tenant sous faux espoirs,

    Et sans limite qui vous divisent

    Et vous incitent à la bêtise,

    Au crétinisme religieux et pieux fascisme,

    Face aux errances de cette engeance,

    À triste histoire si insensée

    De Christ à croire et financer

    Ne vous aide qu’un remède:

    :

    Prodigué il y a 5000 ans, en le temple de Serapi à Sakkara, le conte de Satmi, décrivant la vierge Mahitusket (Marie) et son mari Satmi (Joseph, le Juste, celui qui obéit à Dieu)

    la vierge Mahitusket ayant enfanté Si-Osiris, fils d'Osiris, Dieu du blé, Si-Osiris qui meurt pour offrir son corps, le pain aux Égyptiens, et son sang, le vin de son Père, qu'il fait boire à Isis dans une coupe ... etc ...

    Cultivez-vous un minimum, et vous serez guéri(e)s définitivement de la dangereuse pandémie des marchands de rentables petits Jésus amis imaginaires.

    Les très vieilles légendes et mythes fantastiques servant à effrayer les naïfs enfants pour qu'ils restent "sages" en grandissant sont tenaces. Et l'étaient déjà il y a deux mille ans, quand une équipe de parias se servit, pour rassembler les crédules opprimés d'autre manière, d'un vieux conte Égyptien plagié. Truffé siècles après siècles de "prophétiques" inepties dont se réclament les passés et actuels tyrans violeurs de faibles esprits et corps craignant la mort comme pète-sec à la Houellebecq.

    Voilà, c'est fait. J'aurai ainsi bien moins d' ami(e)s Facebook et autres à remercier ce 26 juillet de me souhaiter un bon anniversaire, et je pourrai à nouveau en ajouter d'autres plus réalistes jusqu'aux actuels 5000, sans avoir à créer une page Facebook-Pro.

    %%%

    Décidément, vous l’aurez constaté : Il n’est pas facile d’avoir vocation à faire rire alors que légitime révolte nous envahit de plus en plus et que, de surcroît, proche parente est à l’article du trépas.

    Et comble de l’humour d’encre : Être en (pré)retraite privé du réconfort de bénéficier pour deuil d’un jour de congé payé.

    %%%

    Dès lors: Passez une merveilleuse vacance entre canicule et rafraîchissement, le plus loin possible des susdits redevables oppresseurs et sinistres sbires …

    Ali GNIOMINY

    Fini le vol clanique et la hâte lente “sans torts” ! Hein ?

    IMG_3841.jpg

  • NEUF SANG !

    900ème coup de sang ne blessant-ci que si futiles, si détestables notables, sur ce trésor d’accords subtils face au babil de masses d’experts en vers débiles et moroses, et salades de fade prose!

    Neuf cents dons?

    Pas de pardon! De décent réalisme! Que d’infâme purisme, à blâmes et ostracisme!

    Neuf cents joyaux des Lettres: Un seul noyau de veules & traîtres?

    Pourquoi si cois? Si licencieux silencieux? Nuisant à Culture luisant à coup sûr hors de portée d’ailes de tels exhortés à agir, s’assagir, reconnaître en Leçon ce que sont donc les Lettres!

    Horreur!

    Quelqu’un de profondément bon!

    Sous tous cieux de précieux immensément,

    Quelqu’un de vrai

    Sous tous ses traits,

    Quelqu’un qui aime!

    Blasphème! Scandale!

    Quelqu’un de peu banal

    À voeux de Mieux,

    De Bien pour tous,

    Quelqu’un qui pousse vauriens qui gloussent

    À l’amélioration de leur admiration

    Face à l’As qui les anime!

    Quelqu’un d’intime, d’infiniment humain,

    Estime en mains et compliments

    En abondance!

    Quelqu’un d’Essence ci élevée aimant

    Son temps en l’espace d’une audace

    De généreux battant!

    Quelqu’un de preux et déroutant

    Que la Cité a mérité,

    Quelqu’un d’illimité

    Dont la bonté est évidence

    Et l’excellence à volonté

    Au service d’armistice,

    D’abolition des oppressions?

    Est rosse et bête la grosse tête!

    Quelqu’un de passions,

    D’optimisme et charisme?

    On dégrade! C’en est trop!

    Vade retro et brimades!

    Quelqu’un d’intensément utile,

    D’exemplaire et habile,

    Un pair élémentaire

    Et fanal principal,

    Un individu fiable et assidu,

    Adorable comme aucun:

    Quelqu’un sans prix

    Pétri d’inimitable courtoisie?

    Abominable hérésie!

    Quelqu’un qu’on craint,

    Contemporain bolide aux reins solides,

    Quelqu’un de rare, quelqu’un d’ami:

    Mis à l’écart!

    Quelqu’un de droit ici

    Ainsi n’a aucun droit!

    Quelqu’un d’honnête?

    On l’embête et l’endette!

    Quelqu’un de modeste

    Que délestent d’aucuns,

    Jette son gant en tête de bêtes arrogants,

    Mais jamais ne les maudit,

    Assène zélé, sans haine,

    Ses parodies en veine,

    Sauf si ces beaufs encore l’ignorent!

    Lors:

    À l’affut: L’obsolète, le vieux,

    Le primé périmé

    Ne nous fut enseigné

    Que pour mieux nous saigner?

    Que pour nous vider les idées

    Et les bourses en la course

    À l’accès au succès

    Des gnangnans de gagnants?

    Débile! Telle entité n’étant habilitée

    À tant de belles vérités débiter!

    À éviter! Parasiter!

    Priver de biens, liens, dérivés,

    Faire taire!

    Avant qu’un vent de sensées pensées

    N’envahisse les artères de l’Edifice Littéraire,

    Les arcanes de l’austère chicane coutumière,

    Les  vilennies de la francophonie,

    Ne renverse herse et cadenas de la forteresse du mécénat

    Aux tenants de méchants leurres, détenant leurs ciblés

    Criblés de déshonnêtes “dettes”

    Les empêchant d’agrandir, d’enrichir le champ

    De subtilités liées aux paliers à franchir

    En l’escalier du réfléchir l’humanité!

    Et voici que, de surcroît si concis, droit et de mise,

    Précise ce précis:

    L’humilité consiste à dire que l’on est bon,

    Ou pire: Meilleur!

    Qu’en fait, l’on est bien supérieur en excellence

    À l’engeance à liens et croyances

    Imposant modestie

    Arrosant ses nantis!

    L’humilité des dépités

    Happés au jeu des dés pipés

    Se veut miroir ostentatoire

    De la vitale perfection

    De l’idéal d’actions et pensées

    Dispensées au service

    D’artifices masqués débusqués:

    Telle l’attelle de gentille modestie

    Obligatoire pour se faire voir,

    Aller au purgatoire des “sans-histoire”!

    L’humilité n’est qu’une foire de la nécessité,

    Qui nous noue, nous attache,

    Rabaisse sans cesse, ne relâche ses proies!

    L’humilité ne se déploie que chez ces Rois

    Du Moi empêché d’être tout à Soi,

    Qui s’avouent magnifiques vainqueurs

    Narcisses sans vices majeurs au coeur,

    Fleurs du sublîme de l’estime des Valeurs

    Sur terreau de héros glorifiés,

    L’air de rien légendaires,

    Aux yeux d’envieux

    Draconiens acratopèges!

    Sacrilège! Sacrilège!

    L’humilité est un manège pour gens d’hier

    Fort énervant(s), rageant(s),

    Servant à trier et lors étriller

    Trop cavaliers fiers destriers, hors trot,

    Dont irritent les rires et mérites enviés.

    À appauvrir sans coup férir!

    ...

    Réagissons et nous hissons!

    Ou dévissons et subissons

    Jusqu’à la lie,

    Sans en-cas,

    L’hallali!

    ... 

    Deux vers ça va!

    Trois? Bonjour l’aide, les gars!

    Déguster d’ajustés mots le fluide

    En trop limpides vers

    Saoule et atterre, encroûte les foules?

    Deux vers ou trois

    Pour l’Art out?

    %%%

    Donc, comme ça, vous ça va? À peine pire? Bah, tant qu’on a le sourire … enchantant “kiss” des temps …

    Même si tous les signes (ou plutôt l’absence de signes contraires) annoncent l’avènement prochain d’une Académie européenne de la langue de haine et d’ignorance, remplaçant celle d’une France en laquelle l’intelligence consista à plébisciter l’entrée majoritaire au Parlement européen d’un Parti anti-Europe, ayant préalablement détourné sept millions d’euros à cette même Commission européenne. En laquelle de tels usurpateurs de démocratie vont à grand prix siéger, de temps à autre ... Entre voyages en le potentat de sale vie niaise assurée et autre tyrannie à nom gris …

    Feu les restes des Lumières se sont donc éteints, sous la putain de peste des ânes corrompant les organes décisionnels, également culturels.

    Les Sociétés des Ecrits vains font dans le divin à satiété, et dédient vins d’indignes vignes, piquettes à historiettes, à la postérité! …

    Et nul n’a d’aubaine ni de mécène s’il dénonce une once du domaine imbécile du trafic de critique poétique! …

    %%%

    Ou Politique? … Vite vite: La partie blitz à gentil “Witz”:

    Surprenante coïncidence? Un séisme de 4,2 ressenti à Saint-Gingolph se produit précisément alors qu’un avion militaire franchit le mur du son à 1’224km/h! Gros double-bang et verres brisés! Rien de grave …

    Mais si! Ce tremblement de terre et air… : Si ce n’est parce qu’un gros con constructeur de mur a plongé … en les eaux de l’Aquapark du Bouveret: C’est forcément dû au manque d’abris atomiques, servant à secourir la totalité des Confédérés en cas de catastrophe ou conflit, depuis leur abandon et le remplissage des restants par accueillis d’autres pays!

    Franchement: Si ce n’est également que les nouvelles normes orientales de sécurité des fabrications de Syngenta ont failli en sous-sol: Il n’y a vraiment qu’en Valais qu’on est capable d’excaver en douce de gigantesques intérieurs de montagne pour reconstruction d’abris … À la bombe à hydrogène!

    Et de faire exploser ça en détournant simultanément l’attention des futurs mutants vers la céleste détonation!

    En y réfléchissant mieux: Vu la position de Saint-Gingolph sur une pointe du Léman, et le fait que la tête de l’armée n’est plus Vaudoise, passée à la Communication, sachant qu’un pan de montagne effondré dans le coin, en l’An 563, noya par tsunami la totalité du pinard Vaudois et Genevois … Quel Valaisan peut résister à pareille tentation? …

    %%%

    Lors qu’onde sobre parallèlement gronde d’opprobre sempiternellement:

    Neuf cents perles déferlant sur ce fil, mettant dans le mille, et douze ans de labeur exprimé … Estimé SANS VALEUR!

    Ne valant nul élan de dignité de sa Cité et du carnaval des maîtres des Lettres en général? Bravo au niveau de ces cerveaux! …

    Et tumulte local peu banal en résulte:

    Qu’en la vile Ville et l’inique Etat de Genève un procès public crève l’abcès de tas de voleurs de Valeurs, chasse la classe des détenteurs de liquidités destinées à l’utilité et le délassement combinés de l’ensemble et chacun; Classe hélas perdue, qui sans alibi tremble, vendue à d’aucuns lobbies qui tirent la couverture à eux, de procédures en aveux de ratures et rupture de confiance, en la science du choisir qui faire lire et qui, bouche bée, snober et faire tomber.

    Laissant l’image de ravage culturel et de toc d’une époque où le rationnel envié est décrié en aparté, trié à part et écarté!

    Qu’en la vile Ville et le bêta d’Etat de Genève, le Souverain contemporain sollicite les Dons dont il nécessite:

    Les talents et élans d’allant auteur Suisse au coeur d’actuel Edifice de Belles Lettres et Epopées si salopées, par maillons de lopettes couvrant de dettes de souffrants êtres, pour bâillon d’opinion.

    Les minant, détenant dépendants des sévices et caprices cyniques d’avarice étatique, et de privés invectivés avariant le criant quotidien des blessés délaissés par cois, sans moyens adéquats.

    L’essentiel est que tout roule sous ce ciel, sur les ronchons liés cochons de payeurs poules mouillées ou meilleurs Helvètes dépouillés et souillés, écrasés sous la bêtise de tête et mise d’un sectarisme moche, si proche du fascisme!

    %%%

    En l’occurrence, pour l’assistance: Le 23 mai 2019, la Cour Suprême du Brésil, moins 5 arriérés, a désigné comme crimes spécifiques l’homophobie et la transphobie!

    Bien malgré son tyran simili-évangéliste, la simpliste dictature brésilienne est un modèle en ce domaine des droits de l’homme.

    Alors que le déséquilibré gouvernement Suisse a permis à plus de 70’000 criminels de calibrer un référendum ordurier, invitant à la haine contre nombre de membres de la population du pays servant naturellement de soupape, à la prolifération inconsidérée de portées d’ignares en herbe, chiards acerbes programmés à discriminer, laminer le fruit d’autrui.

    %%%

    Justement, parlant de Grand Machin et de sous-papes: Gageons que l’extrême-droite des Consfédérés ne manquera pas, à présent, de souhaiter rejoindre au plus vite la pieuse tête brune d’Europe, aux fins d’y pourrir à la ronde l’avenir des rites sains de ses petites têtes blondes: De souveraines facondes vaines, divertissant compatissants: À la peine discrète que cette salope de disparition d’Europe assez juste inflige, à ses augustes auriges.

    Démocratie de ramassis devenant maintenant mèmes, emblèmes de décadent Système irritant, sous lobbyisme à sous de l’impérialisme féodal méritant risée généralisée, destructeur de Valeurs initiales d’Equité édictées! À cotes grises, en crise prétendue, prises sous la botte des plus obtus barèmes …

    D'inepte système d’adeptes des thèmes …

    Ali GNIOMINY

    “Home des cas ternes?”

    IMAG1060.jpg

    “Ou aérée ère éclairée …?”

    IMAG0521.jpg

    “… d’hère à ire à blanchir!”

    IMAG0108.jpg

  • LA DETTE HANTE: SOTTES RIMES HORS BIDES:

    Une sauterelle

    Sautant coccinelles

    Passait d’airelles

    En mirabelles,

    Agaçait tourterelles

    Et narguait hirondelles

    Aux aguets.

    Une sauterelle

    À sautes rebelles

    D’humeur et moeurs

    Fort naturelles

    Lors bondissait et se hissait

    Sur les baies immaculées

    Sous colibets inoculés

    Par les geignards

    Et fébriles volatiles,

    Acculés à l’évidence

    Quant à l’avance de sauterelle

    Dont la danse en cadence

    De pastourelle en ritournelle,

    Dont les dons la menaient

    De feuilles en feuilles

    De l’aneth fleuri

    Sous le cerfeuil à l’abri.

    Le rossignol fait le mariole

    Le colibri des cabrioles

    Et batifolent les campagnols

    Sans se douter que sauterelle

    Est arc-boutée sous les tigelles.

    La sauterelle

    Se cache et fâche

    La ribambelle de sentinelles

    Telle la puce, elle

    Qui, du ficus,

    Guette les bêtes

    Ailées, nids, cocons

    Qu’elle pique

    Quand, sans panique, sereine,

    S’astique les ailes et les antennes

    La sauterelle

    En rare banquet

    De son criquet

    Par son amante

    La mante cruelle.

    Puis sous le buis

    La sauterelle

    Se fait-là belle.

    %%%

    En prose, poursuivons un brin par cet aperçu du règne d'ignorantes bestioles:

    L’éphémère maire de Genève et de sa culture de la discrimination des artistes d’exception signe une Déclaration sur la protection des droits de l’homme en mer! Bien! Un bon début!

    Mais, à quand l’initiative fondamentale d’une Déclaration de Genève sur la protection des droits de l’homme en l’océan des malversations politiques, financières et culturelles genevoises?

    Et dire que le bon peuple trahi de ce canton, de même que votre auteur très ferré, a plébiscité contre son gré un partage du blé des cultivateurs de casseroles entre l’Etat et les communes.

    À l’incompétence municipale coutumière s’ajoute la traditionnelle prostitution étatique aux nantis arrogants destructeurs de réels créateurs.

    Il n’y avait déjà plus aucun espoir d’amélioration auparavant, et tout indique que les rarissimes Artistes non formatés ont intérêt, à présent, à s’exiler sous l’une ou l’autre dictature intégriste ayant l’honnêteté de s’afficher comme ce qu’elle est en vérité.

    %%%

    Parlons-en, pas railleur: La Loterie Romande en 2018 a attribué 216,4 millions aux oeuvres d’utilité publique clanique, souvent arbitraire et plus que discutable.

    Et bien entendu, pas le moindre centime pour ce support aux 899 oeuvres d’Art essentiel, d’utilité publique et d’intérêt indiscutables!

    Preuve supplémentaire, s’il en faut encore, que les Jeux d’argent ont été de tous temps, demeurent et seront vraisemblablement toujours en main de mafias.

    %%%

    Avec transition: Justice américaine: Deux milliards (2000 millions!) de dollars accordés à un couple empoisonné par Monsanto!

    Et 1,5 million pour un noir innocent ayant passé 45 ans en prison!

    D’ici peu, à coup sûr, la Justice américaine à la gueule et au porte-monnaie du client deviendra presque aussi dépourvue de crédibilité, légitimité et confiance à lui accorder que la Justice suisse.

    %%%

    À ce sujet, d’autre part: La surdité en pente inversée dont souffrent 466 millions de personnes empêche les femmes d’entendre la voix des hommes!

    Mais: Voilà pourquoi nos féministes acharnées réclament l’égalité de traitement pour elles et c’est tout!

    À peine si elles ont réussi à percevoir que des hommes aussi sont violés! Mais impossible de leur faire entendre que dans leurs revendications quant aux injustices salariales et discriminations à l’emploi: Des hommes également, comme l’auteur, sont forcés durant des décennies à travailler à temps partiel, rabaissés, tenus à l’écart si leur sexualité ne leur permet d’exhiber aux sorties conforme épouse et prescrits mioches, hommes maintenus sans moyens adéquats, ni soutien quel qu’il soit, ni progression professionnelle ni respect, ni considération de la part des mâles et femelles dominants.

    C’est très grave: Donc elles y restent sourdes.

    Et pire que tout: Il devient évident, au vu de leur indifférence coutumière, que les plus blondes au sommet de la Politique, des Finances et de la Culture, sont terriblement aveugles soit imperméables à la lecture des vérités criantes d’un producteur de Valeur ajoutée minablement ostracisé!

    Halte aux abus, relatifs …

    Ali GNIOMINY 

    “Assume et ris, hein …”

    IMG_1167.jpg

    “… Ou sue, maire …”

    IMG_1168.jpg 

    “… Si rien: Face à mets aux potes, amis  …”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_be0.jpg

    Lire la suite

  • ÉOLE HIBERNE ?

     

    ÉOLE ?

    Quel sot pot de colle !

    Qui fait la bise à nos marquises

    Et astique les portiques,

    Éveille sous fieffé foehn

    fées et jeunes ébouriffés faunes,

    Prend sa revanche sur l’écho errant

    Et vieilles branches et troncs

    Qu’illlico rompt !

    ÉOLE ?

    Quel rôle d’insolant, allant et fol

    Qui se joue de nous,

    Nous enlace, embrasse, viole,

    ÉOLE :

    Qui s’introduit en tous réduits

    Et pénètre en les guêtres

    De tous êtres sans plumes

    Ou en costume,

    Ou ouailles parquées, marquées

    Qui à quai se les caillent,

    Et autre bétail en vue

    Dépourvu d’écailles !

    ÉOLE !

    Quelle chiffe molle :

    Quand tu persifles et, bravache,

    Ne gifles que d’un navrant, si las Joran

    De la Romande lande

    Les rangs de vaches !

    ÉOLE !

    Quel fainéant tu fais, céans,

    Privant de coups rudes de Bornan

    Bornés manants

    Du bout Sud du Léman !

    ÉOLE !

    Quel bol que Poséidon

    N’ait de guéridon

    Pour venir te punir

    De ne t’emballer à imiter,

    Égaler ses calamités !

    Te contentant de temps en temps

    De ravager les potagers

    Ou d’outrager sous apogée

    De bêtes tempêtes

    Les montagnes

    Et campagnes !

    ÉOLE !

    Quelle faribole à gaudriole

    Que l’agaçant survol de ce mariole

    Indécent, mou du genou

    Nous laissant sur place,

    De glace !

    ÉOLE

    Est haut: Laid !

    Pas la ola : Le holà, là !

    ÉOLE

    Hèle et ment !

    Tend à s’faire l’atmosphère,

    Vend ses vents tripotant

    Effarés affairés choeurs frivoles

    D’assureurs de vol

    Et nuées de buée !

    ÉOLE

    Est à huer ! 

    Oui oui, vous pouvez l’imprimer ça fait moins de 3 pages A4: Mais interdit de forcer des gosses à apprendre ça par coeur!

     &&&

     Or: Point de froid aux yeux, réagissons face à l’afflux des petits titres!

     “Un étudiant manque près de 300 cours en une année; Exclu du collège il saisit la justice mais est débouté !”

    Certain qu’il aurait eu gain de cause s’il s’était présenté de temps à autre aux audiences du Tribunal …

     Mais avec un tel savoir-faire, sûr qu’il aura sa place à droite de l’hémicycle à Berne ou à Bruxelles …

     &&&

     “14ème fête de la Danse urbaine: Deux policiers dansent le tango en pleine rue!”

    Bof, en France les pas sont bien plus rapprochés et les cars mènent la danse …

     &&&

     “38ème édition des 20km de course de Lausanne”

    Prochain record de ventes, à coup sûr, que cette édition d’une liste de courses de 20km …

    Soyons sérieux, en hommage aux gagnants de cette édition: Un Ethiopien et une de ses compatriotes!

    Facile à comprendre: Ils ont tenté de mendier et les ont pris en chasse deux danseurs de rock acrobatique en uniforme!

    &&&

    “Berne interdit la Manifestation pour le climat sur la Place fédérale en octobre!”

    Qu’importe? D’ici-là, avec la pollution, on n’y verra plus à deux mètres!

    &&&

    “Lausanne annule sa formation sur les droits de l’homme destinés à l’élite chinoise”

    Sûr que notre pékin d’Ueli s’excuse ainsi de sa gaffe à Beijing, d’avoir refusé de manger un hot-dog d’opposant politique!

    &&&

    “La tour Triangle de 42 étages à Paris devrait être terminée en 2021”

    Elle comptera, nous dit-on, des hôtels de luxe, des bureaux, des restaurants et des espaces de coworking!

    Bravo! Nos architectes bâlois ont pensé à intégrer des espaces verts dans cet édifice, servant littéralement au coworking (travail des vaches)!

    &&&

    Les écoutes téléphoniques en Suisse nous coûtent 13 millions par année, dont 8,9 millions pour les opérateurs télécom

    Pas étonnant qu’il n’y ait pas de suicide à déplorer chez nos opérateurs, contrairement aux 35 employés de France Télécom poussés à bout par harcèlement moral institutionnel et management par la terreur, valant enfin un procès pénal à ses auteurs!

    Quoi qu’il en soit, il est particulièrement surprenant qu’évite encore les Assises la Berne criminelle, ayant poussé au suicide tant de jeunes homosexuels considérés comme malades et déviants et autres fabriqués surendettés à vie de tous âges, par son nauséabond harcèlement moral institutionnel et management par la terreur!

    &&&

    À ce sujet, pour toute réponse à l’oeuvre d’Art légitimement accusatrice sur ce support: “Ode aux réseaux sots, si haut … Chapitre: Les chances du Marché sur l’Etat de merde” et aux centaines d’autres envolées exemplaires du genre, dont “Qui croque us, qui prime vers?”,“Las sous l’arbre honni”, “Long chant d’ardu signe de potes .. en tas”, “Soyez hommes hauts”, “Au nord rats habilités à arrêts fléchir”, ”Stop aux assauts du bât d’airain”, “Ajouts contre joug: Dangereux de faire l’humour adroit”, etc etc: Pour toute réaction de l’intolérable caste corrompue usurpatrice du pouvoir en ce pays trahi, l’auteur victime de cette chienlit destructrice de Culture, de Justice et de Social, continue comme depuis plus de 40 ans à recevoir presque chaque jour des actes de poursuites, sommations, rappels, additionnés de mafieux intérêts et insupportables frais arbitraires eu égard à ce dont il est sciemment empêché de solder!

    C’est à ce genre de misérables spécialistes de la gestion déloyale de biens publics que nos contributions opaques à la gueule du client, extorquées sous force, menaces et coercition, offrent des salaires et rentes à vie mirobolants!

    Mais souffle de plus en plus fort le vent de la révolte sur l’actuelle guerre économique, et les traitres au sommet de la nation finiront par payer cher pour ce qu’ils ont fait subir aux honnêtes combattants opposés …

    Ali GNIOMINY

    Sans titre.jpg

    “Ainsi clown?”

    DSC_7142.jpg

  • ODE AUX RÉSEAUX SOTS, SI HAUT: HISTOIRE DE L’ART AMENÉ: POUR COIS ?

    Monument historique plus qu’autre instrument catholique, c’est aussi

    La nôtre, d’âme

    d’athées écrivains que les flammes ont ainsi en vain tenté d’éreinter, consumer, embrumer en entier sous fumées sans pitié.

    Patrimoine millénaire pour moines servants et vivants hères observant paravents aux richesses en tête des puissants, faites sur le sang des faux espoirs et “défauts” des sans pouvoir, à largesses imposées sous ivresses de glose débitée et billevesées ingurgitées.

    La nôtre, d’âme, s’est reconstruite meilleure ailleurs que dans la fuite d’une terre cuite, vouée flouée à veiller à payer les erreurs de tricheurs constructeurs de leurres de bonheur. La nôtre, d’âme, bien qu’attristée, sait subsister et résister.

    Croyez: Souillée, noyée, une cathédrale plus phénoménale encore dès lors s’érigera, qui aura en son chœur tous chômeurs au labeur, fera de beurs ses piliers par milliers! Et des pinards sucrés son art ancré en tradition de l’addiction sacrée.

    Mais … Penchons-nous à présent sur de plus grisants, folichons brûlots:

    GENEVOIS: QUE DÉVOTS, LEURRES …

    Si toi aussi, en Helvétie ou hors d’ici, l’esprit de clocher t’a amoché, a pourri ta patrie avachie, réfléchis et dis-toi: N’ai-je de voix?

    N’ai-je assez relaté, de gâtés ânes bâtés, la teneur des erreurs d’estimation et considération des valeurs méritées par athée dégoûté par appâté(e)s formaté(e)s à exploiter, discréditer coûte que coûte, parasiter tous doutes d’entités en déroute, délimiter disparités au nom de la Foi en un bon Roi des ronds de cois et sourds qui, en soi, n’octroie qu’émois et désarroi pour tenter chahuté(e)s de s’absoudre des foudres aux yeux du religieux?

    Ici, en la terne Helvétie, où les vessies sur la lente Berne dégoulinent, où jaillissent .. lisses combines qu’ahuris ne renient: Ici se crée la sacrée Dette qui pullule et que nul n’arrête! Ce prétendu “dû”, par les “perdus” devant acquis à qui, devant, les guide au vide!

    Ainsi, au nom de quoi de respectable, d’humain et d’honorable, s’autorisent encore d’aucuns pendables notables à estimer ce que l’on vaut, ce que l’on dit et produit de sensé, d’utile non mercantile et essentiel: Et ce que l’on est censés devoir à telle attelle d’un pouvoir qui ment, tellement confiscatoire?

    Si toi aussi, en l’Helvétie ou hors d’ici, tu contribues, contrit, à ce qu’imbus du tri tuent ta patrie sous les assauts de ces saoulés sots: Sans mot dire, sans maudire les aspects chaotiques de l’irrespect étatique, et rages: Dommage. Je ne t’invite, ne t’incite aucunement au changement de détestation de ta condition de vie d’asservi dépouillé et souillé par véreux, désireux limité d’éviter de te mouiller …

    Sinon soyons unis, mis à nu maintenus démunis! Et fonçons, dénonçons les absurdités et pièges si prisés que protège l’iniquité institutionnalisée!

    À cet égard, privé d’égard et donc de sous, votre très ferré bon Roi-Député du Parti Railleur en est arrivé, ci-dessous, harassé, à ressasser et résumer encore ses assumées revendications quant à l’inaction d’ineptes cerveaux de factions d’en..rôlé(e)s, adeptes de préceptes éculés; À huer en vue d’évoluer, valoriser finalement qui ne ment, qui témoigne et qui soigne, par les mots, du complot outrancier des bigots financiers!

    &&&

    Mais … laissons pour plus bas, bien plus terre à terre obligatoire, le répertoire des “CHANCES DU MARCHÉ SUR L’ÉTAT DE MERDE” … et goûtons préalablement d’aucuns sauvages, voire drôlets, entrefilets:

    Or: Lors d’une récente nouvelle descente, offerte en l’hémisphère opposé, j’ai osé apprécier la sagesse et correction d’une neuve dictature, affichant tout azimut “L’homophobie est un crime”!

    Et fus d’autant plus terrorisé par l’horreur en cours sur la tyrannie “démocratique” suisse validant infect référendum, ayant notoirement extorqué 70’000 signatures de trahis ou ignares incités en toute légalité à la haine souveraine contre une minorité!

    Ce pays rétrograde qui m’a vu naître se dégrade effectivement de plus en plus sous de traîtres maîtres. Vital devient alors, par moments, l’éloignement de si brutal régime d’intimes du Capital: Par un brin de repos en ses actions et propos!

    Dont acte! Récréation:

    Les vagues draguent

    En un poli roulis

    L’océan fainéant,

    Et moulent en la houle

    Quand gronde l’onde en mue:

    Le méli-mélo du coulis des flots

    Lâchés sur son plancher

    D’instable sable dansant,

    Lançant haro sur les coraux.

    Les vagues intriguent,

    Divaguent,

    Alpaguent les digues

    Sans retenue

    Dès leur venue,

    Submergent barges et berges

    Et gens replets

    De reflets d’argent,

    Les vagues polissent, mouillent

    Et finissent en gouilles.

    %%%

    Histoire de l’Art amené, donc:

    Oncques ne le négligez: Sont ici remerciés tous galeristes, conservateurs de musées, dits conseillers culturels, éditeurs, professeurs, experts, académiciens, journalistes, photographes, fidèles lecteurs de l’auteur sur ce support .. Pour leur absence de décence en l’ignorance affichée, hélas, face à l’as des mots, à démos et pluridisciplinaires airs de Monument élémentaire du Moment Pictural, Musical et Littéraire à écrits-cris et râles. Qu’ils quittent ce poste sur leurres:

    … Hormis s’ils partagent et valorisent enfin le fin du fin de l’excellence en majesté d’un humble et faible gueux, si peu triste parodiste:

    Ou ne serait-ce que ses peintures ou prises de vue valant achats, expositions, et oeuvres-ci photographiques de son compagnon depuis près de quatre décennies, pareillement indignement traité sous très incorrecte pénibilité infligée sans compensation ni respect par malfrats de l’Emploi plafonné au plus bas; Animateur modèle remarquable et remarqué, entre multiples autres compétences reconnues, unanimement félicité pour son exceptionnel charisme et honteusement arnaqué à près de 64 ans par la machinerie infecte du traditionnel nettoyage de ressources humaines, sous motif d’odieuse austérité locale, écrasement et éradication professionnels de subordonnés trop compétents forcés à anticipation de retraite salopée, par pléthore d’imbu(e)s imbuvables supérieur(e)s contracté(e)s à vil prix hors frontières.

    Lui aussi a un véritable musée des horreurs de la discrimination camouflée et maltraitance des affaiblis à vous dévoiler en la Fondation pour personnes grugées que nous mettons sur pied. Lui aussi mérite à l’évidence exemplaire considération, excuses publiques et conséquents dédommagements!

    Mais … Repos momentané, pour ces grabataires critiques d’Art à taire, leur agonie par déni de reconnaissance prouvant incompétence qui les dégrade est à un stade avancé mais réversible, qui permet à ses cibles d’encenser les meilleurs et plus les plus payeurs:

    “Est-ce bougon vil lié? Non: Flamboyant”

    boug-ok.jpg

    “Et là, point n’élaguons?”

     

    ocean.jpg

    “C’est que pâle étuve vit et décore bain de pillé!” 

    IMG-20190314-WA0034.jpg

    “Qui surfa à l’aise en l’Art agile?”

    falaise.jpg

    “Que l’aube détend!” 

    IMG-20190314-WA0069.jpg

    S’ensuit inévitablement le retour de manne nivelée: Et allez, loups il y a:

    Ci: Sinistre et féodal Tribunal Fédéral en sa bulle annule une votation historique!

    Saint Assange et Saint Snowden en soient loués!

    Enfin: Uri, Schwitz et Unterwald redeviennent indépendants!

    Plus d’oppressante et cynique Confédération prétendument dûment démocratique!

    %%%

    Et ailleurs, que Dieu Lagarde du Fonds Monétaire International, prophétisant nouvelle crise soit entendue: En son exhortation à ACCÉLÉRER LE DÉSENDETTEMENT!

    Soit: À abolir sans délai l’infamante servitude pour dettes passées, au service du business du recouvrement, des contributions arbitraires et déloyales, des spécialistes de l’extorsion de primes falsifiées et démesurés frais d’assurances et autres faiseurs de boules de neige assurant avalanche de juteux sans-droits, fabriqués infortunés ad æternam;

    La Crapule Confédérée ou prou ne mettant de terme à ses exactions après avoir fait crever sa proie! Au contraire!

    C’est alors qu’elle s’acharne d’autant plus à récupérer le fruit de sa spéculation sur la phénoménale valeur ajoutée, que l’ordurière évaluation frauduleuse des mérites et travaux du lésé a pris soin de son vivant de rabaisser, feindre d’ignorer, calomnier sous systématique dévalorisation calculée, indigne d’un pays de Droit.

    %%%

    Donc c’est encore ainsi, vous qui semblez tellement l’ignorer, qui oncques ne l’avez lu, que mes geôliers financiers et complices, trafiquants de distinctions, accélèrent mon lassant et dément endettement dépassant l’entendement, en toute connaissance de l’évidence à diffuser de la consistance de sensés, sages messages … tus … Sous de pointus avis à vicelards de l’Art barrant marrant auteur Majeur à vertus impromptues!

    %%%

    Soit: Exemplaire? Est à bien plaire: Cette arche ruinée de Palmyre, qui trône sur la Place des Nations aux côtés de la chaise bancale qui fait si mal: Pour protection du patrimoine culturel menacé par les conflits armés! Juste!

    Ne manque donc plus que la Porte d’Hadrien, pour protection du patrimoine humain menacé par les conflits armés du ciment pour murs érigés, entre claniques empires de l’égoïsme et honnêtes abusés, ou murs et parois paravents séparant notables petits rois indétrônables reclus et exclus artistes véritables.

    %%%

    Pas mieux ailleurs:

    Effectuons un rapide tour d’horizon de la déchetterie planétaire en force et vigueur:

    Le Sunday Times révèle la pharaonique escroquerie britannique de son fisc, connaissant depuis des années l’identité des voleurs et la destination des milliards détournés sur les subventions, rentes, contrats, assurances, prêts bancaires, etc .. Mais n’en a rien dit sux Services de Renseignement, du fait du secret fiscal, plus sacré encore que le secret de confession au profit de pédophiles associés.

    Au vu du silence complice du fisc en question, et connaissant la culture suisse du secret frauduleux et des forces de l’ordre au service de la prostitution en tous sens, on sait à quoi s’attendre.

    Mais l’essentiel est qu’ailleurs tout va bien: L’Occidentophobie ne s’est jamais aussi bien portée, en toute impunité. Le décoré de la Grand-Croix de la Légion d’honneur française, au même titre que le charcutier du peuple Syrien, le lapidateur du Brunei met à mort tous convertis au christianisme, ce demeuré demeurant privilégié partenaire commercial du complice pays de sa femelle d’épouse fribourgeoise.

    Près de là, François Hollande devrait devenir le prochain président des sans-dents du Soudan.

    Et l’Algérie a enfin désigné le successeur à son tyran déchu! Sans trop de changements attendus entrera d’ici peu en présidentielle fonction la momie de Ramsès II

    Pas trop de quoi rire, effectivement. Qu’il semble loin le temps où votre auteur à dorer n’avait pas touché un quotidien que jaillissaient les sautes d’humour.

    La joie d’extirper la drôlerie de la calamité actualité s’est bien tarie, depuis que les méprisables colons d’extrême-fric germanophone sont parvenus à exterminer l’Hebdo, puis l’orangé Matin de la désinformation des tigres, en papier comme encore survivante la tendancieuse et couarde Tribune de Genève que je lisais alors, qu’il était si plaisant de manipuler à l’heure du café.

    Perles surgissant, accompagnées de petite larme en souvenir du bon vieux temps où défunta, disparut, assassiné, l’esprit de “La Suisse”. Les 20 dernières Minutes de gratuites influences lucratives ne prêtent plus trop à rire!

    Pire: Exigent à tort tous bénéfices de la crasse ignorance avancée. Et semaines après semaines, l’envie de remédier sans concrets et légitimes retours à la tristesse prescrite s’est estompée.

    Aussi, ces derniers mois ont passé en hésitations, quant à continuer ou cesser définitivement de jeter-ci des perles aux soumis cochons de payeurs et leurs receleurs, en immense majorité incapables de secouer les responsables premiers du découragement organisé frappant votre empêcheur de penser en rond.

    Or, en désespoir de cause qui m’énerve, s’imposèrent une fois encore, squattèrent mon sort, ma verve:

    LES CHANCES DU MARCHÉ SUR L’ÉTAT DE MERDE !

    Ainsi s’amenuisent de jour en jour les chances de perpétuation du traitement dégradant qu’inflige la sinistre caste Confédérée, inféodée aux lois inhumaines du Marché, à ses sous-citoyens Suisses et étrangers.

    Indigne pègre politique, indûment adulée sur la planète entière pour son simulacre bien ficelé d’exemplaire démocratie directe, que j’accuse à juste titre mais encore en vain depuis des décennies, pour les pratiques criminelles que cette industrie de rabaissement et ruine d’autrui est formellement sommée de réparer sans délai.

    Pour rappel, mille fois détaillée (par obligation de réagir aux agressions politiques subies sous l’inaction délictueuses de salariés dont le devoir est de dénoncer d’office les atteintes pénales portées à l’intégrité du citoyen, et autres prévaricateurs sous néfaste influence monétaire, évaluateurs de valeur ajoutée et adéquate condition de vie d’autrui méritée) mille fois exposée sur ce support jadis humoristique et poétique: La supercherie antidémocratique en force et vigueur depuis des décennies au sommet du pays, sous filiation politique conservatrice des criminels de guerre impunis du Conseil fédéral collabo de 1942;

    Tromperie n’ayant cessé depuis de porter atteinte intolérable à la véritable majorité des citoyens de cette nation, par son lobbyisme financier suprémaciste. Son racisme économique exacerbé sous culture blanchie de la fraude massive et du secret, au service du noyau générateur de mesures impopulaires sous artifices législatifs.

    Et vu que cette caste corrompant notre démocratie reste plus puissante que jamais, et s’entend à empêcher toute Justice véritable de condamner enfin ses plus abjectes exactions sociales, aucun Poète véritable ne saurait étaler guimauve traditionnellement primée, en lieu et place de juste témoignage des méfaits perpétrés et perpétués par déséquilibre de moyens publics servant à officielle discrimination, au nom de fondements féodaux infantilisants, contraires aux principes évidents d’une authentique démocratie au service de l’évolution des individus.

    Ainsi, en résumé: La Berne fédérale et cantonale a grandement altéré ma santé, mon honneur, ma réputation dès l’adolescence: Par son application des normes sectaires les plus nauséabondes, Berne a usé mes nerfs sous la torture du déni d’identité forcé, du fait que je suis né avec un taux d’acide glutamique naturellement prédisposé à la bisexualité, et doté de la particularité au niveau de l’aire préoptique permettant à bonne part de l’humanité d’empêcher sa surpopulation débridée et la misère qu’on lui connaît.

    La tare idéologique fédérale en vigueur alors, et reprenant misérablement du service, consistant à me classer parmi les malades, déviants, anormaux, forcés dès l’enfance à cacher leurs naturelles attirances hormonales.

    Avec la terreur, jour et nuit, d’être enfermé là où furent totalement démolis certaines de mes connaissances, en l’enfer carcéral psychiatrique du “bunker” bernois de Bellelay. Cette intolérable violence étatique et incitation manifeste à mettre fin à mes jours me mena, comme tant d’autres jeunes “non-conformes”, plusieurs fois aux urgences pour tentatives de suicide.

    J’exige donc que Berne exprime publiquement son devoir de mémoire, me présente ses excuses, m’accorde exemplaire abolition de la totalité au plan fédéral, cantonal et communal, de mon artificiel passif à fondements si douteux, et paie à présent le prix de son acharnement passé et présent à nuire à mon intégrité.

    Surtout si l’on sait que la Confédération subventionnait jusqu’à fin 2018, si ce n’est en secret toujours le cas, l’une des pires sectes parasites du pays pratiquant les “thérapies de conversion” pour jeunes homosexuels.

    Réparation formellement due à ma personne par le gouvernement oppresseur de mon lieu de naissance: D’autant plus (je ne cesserai de le répéter jusqu’à ce que Justice me soit rendue) que dès l’âge de 13 ans, pour paraître obligatoirement mâle et éviter le ghetto des étiquetés “malades pédés” il n’y avait d’autre alternative que de fumer, avaler moult Saridon ou Optalidon, analgésiques ultra-puissants à l’époque en vogue et vente libre, et de boire de l’alcool plus que les copains présumés “normaux”, être masculin dominant la femelle potiche interdite de vote, comme “prescrit” par propagande active de la Berne sans scrupule, associée déjà au Cartel du poison ((chimie, tabac, alcool, puis ruine et stress fabriqués, extorsion forcée de contributions arbitraires (pouvant être avantageusement remplacées par une micro-taxe prélevée sur les transactions financières, mais alors ôtant toute raison de s’engraisser sur le travail d’autrui à des milliers de petits maîtres du monde fiscal, de la politique et de la répression)

    Cartel du venin de solidarité à sens unique, de la rémunération insultante puis rente famélique... poisons diffusés une vie entière engendrant inévitables soins et favorisant impunité de la corruption quant au prétendu coût de leur couverture par des privés … de dignité et de respect pour les assujettis)).

    Cinquante ans à présent que la saloperie tabagique instillée sous protection et profit étatique continue de me détruire, plus de vingt ans que ma volonté exemplaire m’a débarrassé de l’alcool au profit crapuleux des conservateurs de l’abêtissement populaire, et cinquante ans que ces mêmes criminels associés me marginalisent pour usage du remède naturel contre mon glaucome et mes problèmes d’estomac, le cannabis que la supercherie de DuPont de Nemours parvint au milieu des années 30 à faire interdire, exclusivement afin de vendre tous azimuts et sans saine concurrence ses textiles.

    Et cette Berne criminelle s’autorise à me maintenir sous répressives privations et absence de moyens ou appuis pour correcte défense de mes/nos droits, à vivre par procuration de la bonté de proches scandalisés, sans lesquels la pourriture du lucratif recouvrement frauduleux perpétuel m’aurait déjà tué;

    Cette Berne-là couvrant le record suisse de sectes toutes-puissantes, abêtissantes et profondément malfaisantes, se permet de relancer systématiquement un acte de défaut de biens pour solde de contribution prétendument due, il y a plus de 40 ans, à son industrie déloyale de la traite d’humains, sa fabrique d’exclus rentables à parasiter;

    Alors que la « dynastie » de cette extrême-droite décideuse, et de ses larbins de gauche taiseuse soudoyés pour confortable manipulation de Culture, médias et Instruction, cette racaille en col blanc, principalement en scandaleuse retraite dorée, reste me devoir au strict minimum un million de nos francs pour réparation de ses crimes dénoncés.

    Et pareille sanction financière réclamée à Genève, quant à son immuable ramassis de parvenus parachutés en d’essentiels postes-clés, assurant leur clanique confort au moyen de l’addition exponentielle de frais et charges et intérêts infects extorqués pour surendettement et insolvabilité artificiels, retards d’impôts et primes d’exaction arbitraire, que certains des Ressources humaines, des Finances, de l’évaluation culturelle et de la Justice de l’État m’ont sciemment empêché et interdisent toujours de pouvoir honorer.

    M’ayant maintenu durant des décennies à 75% de taux d’activité sans possibilité aucune de progression adéquate ni compensation du fabriqué manque à gagner.

    Cette Genève admirable sous bien des aspects, mais détestable quant à son copinage au service du plus activement déshonnête et nuisible à l’ensemble, et détriment acharné de ses utiles lanceurs d’alerte. Surtout quand l’un de ceux-ci en connaît long sur les pratiques illégales « passées » de notables jouant au monopoly à réels enjeux et octroi de commissions faramineuses instantanées sur le dos de locataires, et autres édiles adulés adeptes de jeunesse orientale, intouchables à clinquante retraite usurpée ayant délictueusement contribué à l’omerta et maltraitance étatique toujours en vigueur ...

    ... Du temps où la corruption régnait sur les banques, les assurances, l’immobilier comme à l’État;

    Ces « créanciers » me minant sous servitude par saisies, relances quasi-quotidiennes et impossibilité calculée de solder ces « dettes » outrageusement trafiquées au bénéfice desdits organismes parasites vivant de cet infernal scandale: Qu’est le refus de prescription, d’abolition définitive et totale de toutes dettes dues à des prétentions gouvernementales ou privées faussées, fondamentalement injustifiables, du fait du cumul d’erreurs comptables et escroqueries protégées ou prescrites, elles, et des atteintes notoires aux Droits humains et constitutionnels que représentent à l’évidence ces très discutables extorsions de fonds sous force et menace, pour très mauvais services rendus, indignes de la moindre confiance, trahison sociale institutionnalisée, maintien du peuple souverain dans l’ignorance de l’officielle maltraitance organisée en amont de scrutins, au détriment de ses plus rares et précieux défenseurs …

    Genève sommée une fois de plus de regagner aux yeux des observateurs internationaux un peu de dignité et crédibilité perdues, en mettant fin pour l’exemple à l’immonde marché de ce dont je suis prétendûment redevable au système déplorable qui vous prive d’admirables créations artistiques, en pourissant mon quotidien par son harcèlement immoral sous silence entendu:

    Genève restant également me devoir un million de francs au minimum, équivalant environ à 2'000.- par mois sur 40 ans dont ses évaluateurs de la plus basse extraction m’ont privé, par rabaissement systématique et empêchement d’exercer mon véritable métier d’artiste surdoué.

    Sans même revenir sur la très brumeuse redistribution des gains et subsides et raison d’être de feu l’opaque genevois « Droit des Pauvres », m’ayant extorqué en plus du scandaleux "Impôt anticipé de 33% sur les gains dépassant 50.-" m'ayant privé de près d’un demi-million jusqu’en 2011, le détail de ces magouilles dénoncées en vain figurant à divers endroits de ce phénoménal témoignage et plaidoyer, inutile de s’y attarder. Alors que de nos jours:

    IMAG1192.jpg

    Ainsi, ni la brigade financière, ni le Ministère public, ni les tribunaux du pays n’ont jamais daigné donner suite ou gain de cause et accorder légitime réparation du manque à gagner imposé et torts et dommages à l’auteur, indiscutablement lésé de multiples manières, saboté en ses multiples tentatives de revenue à meilleure fortune à hauteur de ses efforts et mérites.

    Aucun actuel décideur n’a le courage de faire éclater la vérité sur l’honorabilité simulée des têtes du business de l’endettement interminable, fabricants de ruine de moyens décents et de santé de citoyens ciblés.

    Ce sera donc prochainement aux Instances Internationales de réagir en conséquence, et de faire plier la sournoise dictature suisse sous des pressions jusqu’à ce qu’elle répare conséquemment la dignité bafouée du plaignant, et des « pestiférés » victimes humiliées du tabou suisse du dénigrement par traitement opaque traditionnel de l’endettement incontournable, lésés n’ayant cessé de produire des valeurs au service de l’authentique majorité des confédérés honteusement escroqués.

    Bref : L’infection du Marché sur l’État de merde empeste loin à la ronde, et ses bottes répugnantes nécessitent un sérieux et rapide nettoyage. Ensuite seulement, du fumier étalé, s’élanceront de jolies fleurettes à inhaler.

    QUI NE CONSENT ? AH ? QUI EST-CE ?

    En attendant, ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on se doit de faire face activement …

    Ali GNIOMINY

    platon.jpg

    Et puis non, celles et ceux qui ont eu le courage et la patience de parcourir cet écrit jusqu’ici, ou même qui trichèrent et sautèrent certains passages intimes de rage légitime, méritent de ne laisser s’éteindre ainsi tel brûlot en leur souvenir, sans un sourire à retrouver pour les sauver d’évidences en souffrance …

    %%%

    Ah : Ses titres:

    Déniché malgré tout: La Une d’un bleu de bleu par trop gratuit :

    « Il tue pour un natel sans aucun remord! »

    Quelle honte ! ça ne devrait pas exister ça : Un natel qui n’a aucun remord de coûter si cher à son utilisateur!

    %%%

    Et puis:

    « Les médicaments génériques

    deux fois plus chers en Suisse ! »

    Tant pis pour eux s’il y a encore des malades qui paient un générique deux fois le prix du médicament original!

    %%%

    Enfin:

    « La Fédération anglaise de football a blanchi un gardien qui avait fait le salut nazi! Acquitté du fait de son « degré d’ignorance lamentable! »

    Ainsi, pour que soit condamné le salut nazi il faut qu’il soit exécuté par un non ignorant?

    Autant dire que ce salut n’est jamais condamnable!

    %%%

    Pas railleur:

    « Facebook et autres gentils réseaux sots, si haut, devront disposer d’un domicile de notification en Suisse, pour faciliter les procédures judiciaires ! »

    Mon très cher et doux ami Zuckr’ combien paies-tu pour la location de ma boîte à lettres?

    Tout particulièrement habituée à l’enfournage de ce genre de douteux papelards!

    Merci d’avance et je t’en prie, évite de faire défiscaliser la valeur à peine faramineuse de cette sympathique location.

    %%%

    Quoi qu’il en soit … Dire que nos aimables voisins Français ou issus de tant d’autres nations sont si envieux des trous de balle en notre Confédération qui provoquent les référendums dum-dum …

    Qu’ils puissent cette Suisse harnachée empêcher de cacher certaines vilaines, cyniques pratiques.

    Enfin, toujours de circonstance:

    “Authentique intérieur des boucliers romains servant à prendre la position de la tortue, connue pour bénéficier d’un sexe disproportionné. Servant à donner des ailes aux soldats des rangs de devant poussés sur leurs arrières”

    IMAG1188.jpg

    Allez: Tous mes bons Œufs! Dans le même appât nié, euh … dans le mème à ne pas nier!

    Et, décidément, notre Majesté est trop bonne: Cette année nous ne Salons point trop l’art des gens bons enfumés !

  • CLAQUE À CLIQUE! TRÈS TRUBLIONS TRAÎTRES OUBLIONS?

    … EST-CE PENDANT ? …

    Ô cruelle actuelle pingre pègre culturelle!

    Ô débiles babils d’experts pervers

    Habiles à diffuser billevesées usées

    D’aisés scribouillards

    En matière de prières:

    Au brouillard des pillards,

    Au smog des démagogues

    À la bruine de la ruine de la cote des valeurs,

    À l’escamotage et voilage

    (À l’abjecte botte de sottes sectes)

    Du partage de langage

    À usage essentiel qui, lui luit,

    Qui vibre libre

    De l’acquis démentiel

    Du miel traditionnel,

    De la mélasse à malice

    Qu’on passe et glisse vite

    Sur dures tartines dites “divines”.

    ---

    Ô que ce monde est donc con:

    À facondes en amont

    Et en aval abyssal baratin

    Dont se bourrent sans détours

    Sourds crétins alentour,

    Ô que ce monde est donc rond

    Où ne roulent, coulent les ronds

    Qu’en le moche moule de poches

    De cloches qui saoulent,

    Qui font boire à leur auditoire l’avanie,

    La cacophonie des leurres

    De leur félonie,

    Ô cruelle, pingre pègre précieuse,

    Aigre décideuse

    En matière bijoutière

    D’estimation de violons D’Ingres et passions

    Ou d’élans de profession valant des millions

    D’artiste entier, par métier pas triste,

    Parant assauts, au rang des pas sots,

    De l’incivilité figée, abjecte, de gens limités

    Exigeant directe rentabilité

    Mais n’offrant point d’aide au souffrant

    Point de crédit à ses dits francs,

    Ni soins ni remède

    À la trahison à raz le gazon

    Des gardiens de liens et de biens publics

    Destinés: - Aux innés loufoques

    En tête des Poètes magnifiques embourbés

    Courbés sous une époque en loques,

    De chic breloques philosophiques

    Parant parents acculés … sans sous - …

    … - Aux déments déformés fondements

    À vue de pif “législatifs”-

    Les obligeant en les craignant

    À se saigner à enseigner

    À leur zélée progéniture

    Les fidèles leurres

    Et conceptuelles impostures:

    La détestation de l’authenticité

    (À discréditer, éviter de citer)

    De l’adéquation de la pensée ci lue

    À son expression la plus sensée.

    ...

    Ô cruelle ère de guerre des nerfs

    Face à limaces de l’observance

    De la finance délétère,

    L’amarre à l’Art Littéraire

    Élémentaire et rare!

     ...

    Ô abrutis petits outils si pervertis:

    L’on se paie sans pareil en Conseils entendus

    Sur le dû au labeur et dons d’assidu créateur?

    ...

    Ô arnaqués estomaqués: Ô remarquez:

    ...

    Naissent et poussent

    En l’ingratitude

    Sous nos latitudes

    Des gousses à vilaines graines,

    À aspect d’irrespect,

    De rejet de projets

    Au sujet de prodiges singuliers

    Sans arrêt en progrès

    Sur la tige pilier

    D’éminent Ornement

    En la Fleur de Valeur

    D’une Vie de Labeur,

    À l’envi si souillée

    Par rares couards,

    Ignares bâtards parvenus

    Dépourvus d’égards!

    Murissent & se décolorent

    Dès lors les branches,

    S’enclenchent les feuilles

    Couvrant à l’œil les vices,

    Iniquités d’entités fragiles

    D’esprit servile de malappris

    Qui meurtrit l’acquis d’incompris!

    Esprit de vachers

    À dénicher si haut perché

    Ô,

    Prolifèrent les éphémères

    Parasites qui s’invitent

    À l’expertise de leur assise

    Sur le tronc prompt à dégarnir

    Les branches qui penchent vers l’avenir

    Et vers qui ne grignotent

    Que l’envers de la cagnotte.

    Le fruit qui luit élégamment

    Au firmament des porteurs de splendeur.

     ...

    Ainsi: Va: Nie! …

    ...

    … La vilenie ambiante,

    La fiente issue du nid

    D’une commune arrogance

    Qui se balance avec aisance!

    Ô,

    Que la neige devient donc beige

    Quand les embruns se font si bruns.

     ...

    Va: Nie!

    ...

    Que quête Poète de liane en liane

    La manne verte offerte aux ânes.

    ...

    Voilà l’Art: Émus n’errez !

    ...

    Ou sombrez sans un pli en l’oubli …

    %%%

    Et vous pensiez, après tant d’amabilités, vous en tirer si facilement? Sans, de surcroît, quelque épineuse rose prose à couronner?

    Et qui s’accroît au fil de saines dénonciations de l’ordurière résurrection du pire obscurantisme pandémique en force et vigueur?

    Impossible que bris de vers

    laissent danser sans se blesser

    les détestables responsables

    de tel fracas!

    Ainsi, rien de bien jamais alentour, rien de mieux jamais en ce pays de mes ancêtres et de naissance, bien au contraire, qu’indifférence institutionnalisée, que mépris de l’objection légitime, silence entendu ou minable ignorance répandus sous ce joug de régime dictatorial de corrompus du capital, fraudeurs plus sournois que nulle part ailleurs, se couvrant de grotesque semblant de démocratie directe; En laquelle chacun est libre d’assujettissement aux lois de la cupidité clanique, faites par elle et pour elle seule et ses cossus sectaires adorateurs et protecteurs conservateurs; Usurpateurs de “majorité” par déséquilibre flagrant de moyens de pression mis en œuvre en amont de scrutins, par tromperies grossières exhibées comme fondamentales. Pas la moindre réaction, ou si peu, à l’évocation de plus de 40 ans d’exactions étatiques: Aucune considération, aucune action concrète, aucune décence de circonstance, aucune distinction voire discrète réparation, aucun espoir; Que de secrètes manigances! Que de serviles nabots collabos œuvrant à l’actuelle cruelle décadence des Arts et Sciences? Soit!

    Est définitivement indigne de la moindre confiance, dépourvue de toute crédibilité cette nation et ses vassaux cantonaux persistant à fomenter la révolution des opprimés, ciblés exclus discriminés, en les escroquant, dépouillant plus que jamais, surendettant méthodiquement par indigne chantage sur leur vie et santé, et injustifiable contribution forcée à solidarité faussée, ignoblement déviée à des fins inégalitaires!

    Quel crédit et réelle légitimité peuvent encore être accordés à des Finances publiques et assurances obligatoires écrasant, ruinant, invalidant et tuant petit à petit l’immense majorité du peuple?

    Alors que depuis huit ans nombre de spécialistes éclairés nous prouvent que l’ensemble des prélèvements et impôts du pays se monte à environ 170 milliards par an: Et qu’une taxe de 0,2% sur les paiements électroniques, factures commerciales, achats d’actions, obligations, sur ces 100’000 milliards annuels, rapportera 200 milliards par an! Et annulera tous autres impôts!

    Évidence qui, bien sûr, enthousiasme si peu les castes de charognards, alors privées de leur sacro-sainte opaque toute-puissance sur la condition de vie et d’expression laissée aux fabriqués endettés; Qu’elles tentent désespérément de continuer à rabaisser, en persistant machinalement à bombarder ces victimes de leurs misérables prétentions, pour preuve publique d’impunité de leur malveillance.

    Chaque relance de ce type est dès lors à considérer comme motivée par volonté affichée de crime pour traite d’humains.

    Et chaque Organe de racket officiel, chaque Conseil de pistonné(e)s, chaque Cercle de parasites décideurs, d’Éditeurs incapables et de diffuseurs d’informations peu fiables, chaque Clan de faux-frères se contraignant à se taire et déshonorer cette époque, par déni de reconnaissance de la valeur du travail d’un producteur de taille, n’échappera plus longtemps à légitime vindicte populaire. Ou réparera à temps les conséquences de sa trahison culturelle et sociale. Mais jusque là, que le nombre très conséquent de francophones dégoûtés par le traitement dégradant infligé à l’auteur sous les potentats bernois et genevois, veille à ce qu’à aucun prix ces autorités successives depuis des décennies (et suivantes?) ne voient rejaillir sur elles la moindre gloire, ni n’encaissent jamais le plus petit centime de ce que produira à foison, tôt ou tard, le phénoménal travail d’un rare précurseur au service indiscutable de l’évolution des consciences d'une époque pitoyable.

    %%%

    Ceci dit, pour changer, crions un peu plus localement! Et parions: Si lâchera ou non le petit fusible genevois, qui n’était pas même né quand “sa” bancale dynastie radicale, à visées amorales, sabotait déjà si activement l’excellence d’une existence et carrière intense!

    “Sa” lignée bien peignée qui se gausse, ne cesse de saigner (professionnellement puis matériellement) de ciblées têtes à cribler de fausses dettes!

    Péclote encore insignifiant fusible, préfigurant l’absence de lumière dont abusèrent impunément naguère ses trop fiers prédécesseurs, fort discourtois et si  étonnement s’étant mis, blanchis à nos frais, à l’abri.

    DE LEUR APHASIE FATS VONT CONNAÎTRE LE PRIX!

    %%%

    Bref, comme disait l’autre: “Quand tu grandis dans l’apartheid culturel suisse, tu entends que tu dois en faire deux fois plus qu’un francophone héritier de blanc-seing d’office pour être considéré comme son égal”.

    %%%

    Ceci dit: Glissons vite sur d’autres faits d’hiver:

    Une Brésilienne se fait arrêter à Kloten (couilles en hollandais). Et il lui en fallait de solides, pour planquer 7,4 kilos de coke dans son parapente. Car, même pour de peu futés douaniers Zurichois: Il va de soi que de la drogue est à coup sûr planquée dans un engin fait pour planer …

    %%%

    Plus gratuite tournure encore:

    L’on nous informe que 34 incidents ont eu lieu dans les cinq centrales nucléaires suisses en 2018. Et que tous, SAUF UN, ont été classés au niveau 0 sur 7 de l’échelle de la sécurité nucléaire! Punkt schluss!

    Vrai que, le cas échéant, ça passerait un peu moins facilement que d’annoncer qu’un incident de 7 sur 7 a eu lieu, mais que 33 autres étaient de niveau 0.

    Comme quoi l’on a beau arriver vers l’extermination de l’ère du nucléaire, la langue de ses adeptes reste résolument de bois.

    Enfin, espérons qu’à l’avenir il restera assez d’énergie en ce pays pour alimenter quelques chaises électriques, servant à éradiquer les primitifs protégeant ou pratiquant encore les thérapies de conversion, censées guérir de l’homosexualité. Criminels arriérés à supplicier 24h/24 (dans le couloir de la mort ou de la grâce pour ultime repentance) par la lecture de la “Biologie de l’homosexualité” du Neuroendocrinologue du comportement, l’excellent Dr Jacques Balthazart, et d’autres études scientifiques sur la fonction du neurotransmetteur glutamique, et de la différence de l’aire pré-optique à la naissance démontrant l’utilité naturelle, le caractère inné et non le choix, d’être plus ou moins attiré au niveau hormonal par le même sexe!

    Ce qu’aucune “religieuse” truanderie en vigueur n’a jamais pu et ne pourra jamais modifier. N’en déplaise aux quelques judas idéologiquement massacrés à tel point que, pour se libérer de l’emprise infernale des barbares thérapies de “conversion”, ceux-ci sont tombés si bas qu’ils font croire qu’ils sont parvenus à changer d’attirances immuables. Point d’électricité à gâcher pour ça, ils ont déjà subi assez de chocs, ce crachas largement mérité suffira.

    %%%

    Ainsi, préparant son prévisible exil définitif en 2020 de l’ignoble ghetto à retraités et autres conchiés, qu’est devenu au profit de vendus le pays trahi de ses aïeux, votre très ferré Roi-Député du Parti Railleur, le plus humble, époustouflant et admirable Poète-baroudeur des XXème et XXIème siècle, ainsi que nul ne peut plus en douter, vous laisse à vos devoirs; S’en va retrouver l’été jusqu’à la porte de notre printemps. Repart vers de nouvelles aventures, sonder des avocats le fruit à déguster plus tard de leur travail aussi peu scrupuleux qu’ici, car ne faisant rien de Droit sans fric à la clé, mais là rémunérés qu’en cas de gain de cause; Le cas échéant, dès lors que la communauté internationale, face à l’inertie des concerné(e)s-ci devrait finir par mettre le holà à telle tyrannie économique et culturelle helvétique; À commencer sur son peuple et plus précisément sur un acteur majeur du nécessaire cynisme artistique, qui vous dit à bientôt, et en attendant, selon la formule consacrée, chère aux fidèles sur ce support: … et les huissiers ont déjà tout volé …

    Ali GNIOMINY

    “Ah ça: La mine en bataille”

    Culture,Philosophie,Politique,Logique

    “Et ci: L’éclat agile et jaune”

    Culture,Philosophie,Politique,Logique

    C’est que rayonne haut l’impie!”

    Culture,Philosophie,Politique,Logique

    Sur Facebook: À découvrir toutes affaires embarrassantes.

  • À FOND DE CALE EMBOURBÉ À T’Y FIER … À CES MORTS VŒUX ?

    MAIS QUE VIVE MODE D’US & VIVANTS DITS !

    Une année terminée sous le joug d’une clique politique helvétique (ou française bien à l’aise qui vous b … lèse) … immature en matière de dépenses financières, récompenses et défense de Culture à lumière singulière, héritière des talents d’excellents Penseurs d’hier qu’ignares censeurs si fiers, si niais avares et si grisés, à jamais-ci si ridiculisés, renièrent et ruinèrent …

    Et un an arrivant (liaison en option) s’additionnant aux précédents ?... Un an meilleur pour ces pilleurs de stature en Littérature? Un an de grâce pour cette race bête et obscène de mécènes autoproclamés et acclamés, experts en vers et contre atouts, toutous aux pieds des financiers de l’indécence de l’épandage à outrance, à travers âges, des semences de traditions en perdition visant à plaisants créateurs empêcher de pécher à leur guise par excès de procès aux bêtises qu’on osé imposer les susdits, en les disant maudits poètes et les privant, punis, du paradis de leur vivant … démuni de radis à l’appel …

    Une année nouvelle-née de plus, d’insultes d’incultes élus ignorant prodiges de sidérant auteur vociférant que moteur sans carburant se fige?

    Que nenni! C’est fini, les coupables agacés responsables ont dès lors amassé assez d’incompétence pour penser encore la passer sous silence!

    2019 annonce du neuf! Une révolution de masse des valeurs face à la concussion en place de leurs voleurs!

    AINSI, N’ÉGARE! NE MENS:

    Vois ce qui vaut en tous cerveaux et qui défrise! Et le sponsorise, l’édite et prime vite et valorise ses rimes: Si ton métier de cachottier est d’amnistier les captifs inventifs de l’omerta de tas d’insignes pontifes les toisant: Sois-en digne!

    Paix et Respect mérités

    durant l’an s’annonçant

    vous sont à l’unisson souhaités.

    Combattons le pouvoir usurpé …

    Ali GNIOMINY

    L’essentiel est de se charger de sphère du bien

    Sans titre.jpg

    Sur Facebook: "JOYEUSE NOUVELLE ÂNERIE"

  • SOMMES-NOUS NÉS GRILLÉS, SANS AISE, POIRES ? ...

    ... Pour la soif de puits sans fond, puissants fonds en fusion nous brûlant, polis tessons de verre resplendissant sous civiques teams de flambeurs? 

    Sommes-nous nés grillés? Nègres dépenaillés d'écrits vains dépouillés qui pilent hauts ris, qui cons cassent (ah, lâche haine) à serfs vie? 

    J'en appelle aux doyens des Lettres! Aux êtres à moyens à la pelle! J'en appelle aux savants décevants, aux esprits pivots pris en la gangue des dévots de la langue! 

    Eh, teignes .. et foudres de naguère: N'a guère savoir éteint, ce lent foyer d'espoirs mouillés, noyés sous baratin de cas teints de cendre amassée. Assez! J'en appelle aux arts gentils .. et que ceux si rats d'intendance des Lettres paient et du lourd, pour leur absence de respect dû à leur maître as des pensées! Car :

    Maintenir haut niveau

    Et ouvrir les cerveaux

    Au sourire à nouveau

    Haut niché affiché

    Détenir les balises d’une maîtrise,

    Et sans thunes initier au métier d’avenir

    Fait de rires, d’amitié

    Et de pitié pour les ignares

    Pillards de l’Art,

    Avares fêtards

    D’investitures à l’inculture,

    Soutenir sans équivoque

    Ses prestations, et d’exception,

    en une époque

    Qui provoque qui la croque,

    La critique, décortique,

    Une époque qui se moque

    De celui qui défie, conspue

    Les corrompus acquis de philosophie

    Au secours du « Saigner pour gagner son dû »,

    Et luit, exquis, sur l’indolence cachée

    De puits de science asséchée :

    Retenir le meilleur,

    Ne punir des railleurs

    Pour leur vitesse

    Lorsqu’ils progressent

    Est solution !

    (À l’affliction d’innovateur,

    De créateur d’humilité

    Revisitée,

    De modestie qui abrutis titille

    Et émoustille tous anti-censeurs

    Avertis Penseurs)

    Maintenir à niveau,

    Ébaubir les cerveaux en délire

    du déni d’une évolution

    est Compassion !

    (Et passion de con

    sensuel, un chouia las du duel)

    &&& 

    Du reste, point n'est besoin de le répéter, vous élaborant-ci quelque nouveau volumineux Traité adéquatement intitulé : "De la concupiscence du pistachier frôlant cucurbitacées" préfigurant comme de coutume le décor de tout ce qui, encore, est à bout.

    Du fait que brique par brique en abondance se fabrique l'insuffisance qui détruit autrui!

    À n’en point douter:

    L’existence, par essence,

    est aussi belle qu’elle est cruelle :

    Merveilleuse, pourvoyeuse de phases d’extase

    et porteuse monstrueuse

    des abominations de la séparation,

    de l’annihilation des relations.

    L’existence sans distance

    Est aussi juste qu’on la déguste

    Et sans mesure quant à l’usure

    Et l’éphémère qu’elle génère.

    &&&

    Ainsi, savourez-vous présentement l'absurde le plus sérieux de la littérature qu'on temporise! Dégoulinant de bonnes attentions. Donc gare aux dits .. à bêtes! Et vive l'avis!

    Terme de l’aparté ! Juste pour le cas où, d'aventure, traînerait sur tel ouvrage (en ce support de ces temps): Assagi (ah? nada?) ... que ne soulagent que de noirs paysages : ... quelque compétent estimateur de valeurs d'infortuné nègre (condamné à perpétuité de bénévolat, jamais au black) à tirer de l'opacité du tunnel de l’aveuglement à creuser des ténébreuses finances culturelles … Ainsi :

    « Béni soit lésé lu »

    IMG_2756.jpg

    « Qui a ri haut, aime nègre attitude »

    IMG_2744.jpg

    &&&

    Et sinon, comment va votre déprime de fin d’an ? Avez-vous bien dépensé tout votre trois fois rien ?

    À l’instar de l’auteur, sans doute vous êtes-vous également offert pour 350.- un splendide nouveau disque dur et la récupération de vos données mal sauvegardées, depuis le bête verrouillage soudain de votre instrument de travail, au lendemain d’un envoi de courrier formel au Tribunal avec copies à Transparency International, à la Cour des comptes, au Conseil d’État, au Président et responsable culturel de la Confédération élevée, tiquant … un brin … dès qu’on lui demande pour exemple combien de personnes faut-il tuer pour subir si infernale forme d’emprisonnement: D’exclusion et de privations continues durant plus de 40 ans, sans prescription à 30 ans comme pour les pires criminels ? Sans espoir jamais de faire s’éteindre les relances d’actes de défaut de biens et poursuites majoritairement à caractère frauduleux, au profit de créanciers aux pratiques des plus douteuses et fondamentalement injustifiables, quant aux dégâts sociétaux qu’elles génèrent et pérennisent. Sans jamais de répit, sa vie entière, subir le châtiment de l’insuffisance flagrante de considération de sa personne et de moyens équitables concédés par des clans de parasites qui limitent la création, l’inspiration nécessaire en cette ère soumise aux crises, à coups de formulaires édifiants, ne justifiant que l’aspect pervers de leur salaire ? …

    Certes, le Fédéral saint nique holà mis à la conduite des rênes par trop lâches sur le joug jouissif du cheptel agressif des pairs qui fouettent Art et ses ventes violentent ;

    Ainsi, ce qui fut dit au fédéral reste encore en souffrance, quant à l’annulation prévue de la totalité des dettes d’individus aux efforts méritoires, victimes de l’arme de guerre politique du méthodique surendettement forcé.

    En cette attente: Est lancé l’hallali à la lie de l’imbue tribu d’insensés dictateurs ci redistributeurs. Que dépitent les mérites les choquant, leur manquant.

    &&&

    Et donc, de partout surgissent aux yeux des outragés les abus de polichinelle du vieux monde. Chacun savait pertinemment combien de libertés s’accorde indûment la majorité des représentants du peuple asservi, assujetti aux arguties de ces maîtres fabricants de lois scélérates et de foi disparate.

    Nul ne pouvait auparavant ignorer les magouilles traditionnelles, ne serait-ce qu’en ayant brièvement survolé l’œuvre de mon excellent confrère pareillement précurseur en matière de bris de tabou financier suisse, Jean Ziegler. Et soudain, l’habituel silence entendu devient intolérable, les vierges contributaires effarouchés présentent tous la facture simultanément. Il fallait s’y attendre, c’est comme ça que ça se passe entre compères et transmet durant des siècles, et brusquement ça ne passe plus: La prescrite confiance aveugle est arrivée à échéance, avec examen général enclenché du laxisme professionnel ayant permis toutes ignominies financières.

    Et c’est alors que fleurissent ci et là de nouveaux modes de contraintes, infligées aux voleurs souvent malgré eux, pris en l’engrenage des passe-droits usuels, hérités de moyenâgeux fonctionnements perpétués; Modes de sanctions comme aux États-Unis, pour ce braconnier condamné à voir douze fois en un an le film "Bambi", afin de se rendre compte du mal qu’il fit à d’innocentes bêtes.

    Splendide ! Oui ! Excellente initiative à imiter : Que les révisionnistes et autres rasés assistent chaque jour à « La liste de Schindler » et à « Shoah » durant dix ans ! Les pires barbus soient contraints à apprendre par cœur tous les numéros de Charlie Hebdo ! Les pédophiles à passer dix heures par jour à regarder du porno avec des acteurs de plus de 80 ans ! Les fraudeurs de ressources humaines et de gestion culturelle à réciter chaque semaine l’ensemble de mes 892 créations sur ce support … Et tout ira pour le mieux.

    &&&

    Or, pas railleurs: L'on nous apprend encore qu'il ne faut jamais dire "Bon appétit" avant un repas. Car à l'origine cela ne se prononçait que lorsque la nourriture était douteuse et que l'on souhaitait une digestion pas trop difficile. L'on comprend mieux la nouvelle mode consistant à remplacer "Bonne soirée" par "Belle soirée".

    Et effectivement, il vaut toujours mieux dire à une femme qu'elle est belle, plutôt qu'elle est bonne!

    &&&

    Bref: Portez-vous bien. Et surtout lavez-vous les mains! Pas que vous chopiez la maladie contagieuse d'Alzheimer, en touchant trop de protéines bêta-amyloïdes, grouillant par ailleurs sur les instruments médicaux. N'oubliez pas! À moins que ce soit déjà trop tard!

    Prions! (c'est d'un goût ...) Que ces plaques amyloïdes n'aient déjà vampirisé nos neurones! D'autant plus qu'il n'y a actuellement pour vaccin que la controverse! En ce monde où tous toubibs contaminés oublient généralement tout sur vous ...

    &&&

    Malgré tout: Bel appétit à vous : Passez de Bêêêêles Fêtes et bonnes choyez également.

    Oncques ne les vouez …

    Ali GNIOMINY

    &&&

    Pour dessert, n’oubliez jamais : « Ceci n'est pas une cuillère ratée » :

    IMAG1124.jpg

    Ni ceci un : « Trop rare modèle de cuillère athée » :

    IMAG1125-1.jpg

  • L’ON NE VEUT PAS TANT TENDRE?

    BON APPÂTÉ !

    Quand la cigogne

    Dépose pur, rose bébé

    Sur la charogne,

    Sur le putride

    Purin humide,

    De nid de faucons

    Fécond en mœurs

    De prédateurs,

    En ce fluide si putride,

    En ce bain mis

    Ne grogne :

    Vomit bambin !

    Quand, à bonne trogne,

    Déconne la cigogne,

    Se goure en sa besogne,

    C’est bien moche

    Pour le mioche !

    Tant de pagaille, de gogne,

    Déraison

    Dans le travail de livraison

    De la cigogne l’ayant,

    Si mimi, mis ici

    En la caque de cloaque,

    En la fiente indécente

    Nidifiée,

    Glorifiée

    Par aigles espiègles

    Avares en morceaux à piquer,

    Collés grammes sur l’infâme

    Étriqué, volé berceau

    Du cocon des faucons

    Qui, eux, ne lorgnent

    Du coin des cieux :

    De la cigogne

    Que délicieux écarts,

    A équarrir

    Entre serres et ventre :

     

    À l’unisson, en doses,

    Les exquis nerfs pétrir

    De rose nourrisson !

    Étouffent et bouffent tous chiards

    Les charognards qui,

    Sans vergogne s’encroûtent

    Et déroutent la cigogne !

    N’étant bête, à se louper

    Ne s’entête la cigogne,

    Finit par oser déposer au nid

    Rosée poupée gigogne

    Sur laquelle, en teck, à la pelle

    Se cassent rapaces le bec !

    %%%

    Juste pourrir ?

    Décortiquons d’aucunes des pires supercheries en vigueur :

    Une majorité de citoyens de Moutier ont décidé en juin 2017 que la ville soit gérée par le canton du Jura, libérée de l’oppression bernoise. Quelques tendancieux recours auprès de l’Autorité bernoise, censée énoncer un verdict impartial, des recours contre cette volonté populaire exprimée bloquent depuis des mois la réalisation de telle décision populaire.

    Et quel que soit ce verdict en date du 5 novembre, d’autres recours au Tribunal cantonal puis fédéral sont d’ores et déjà annoncés. Histoire de faire en sorte que la sortie de Moutier de l’emprise bernoise soit retardée ad æternam.

    Car, en attendant que l’« innocent » finisse acquitté et le « coupable » dûment condamné pour ses exactions, la Prévôté vraisemblablement Jurassienne, reste inéquitablement soumise au diktat de la Justice du camp bernois, à gouvernement encaissant les impôts et se chargeant des dépenses de la ville et aides à lui attribuer jusqu’à perpète, au fil de la manipulation par recours interposés !

    Pourquoi ? Au nom de quel Droit la partie momentanément majoritaire de Prévôté appartenant certainement au Jura, avant très possible gain de cause, devrait-elle être plus spoliée jusqu’au verdict final que la partie momentanément minoritaire, la Berne aussi mauvaise gagnante que perdante ?

    Rien ne peut fondamentalement justifier que Berne continue depuis juin 2017 à traiter à 100% du cas actuel, de l’administration cantonale et de la construction du futur de la ville !

    La moindre logique d’équité en un pays de droit exige que, depuis dix-sept mois et jusqu’à la fin des temps de la pantalonnade des recours, les Droits et Devoirs du « plaignant » comme du « défendeur » demeurent à parts égales respectés !

    Seulement voilà : En ce pays « exemplaire », le déséquilibre sciemment fabriqué du Droit fédéral au profit de certains clans de réels ennemis de la population et détriment de l’immense véritable majorité de cette dernière, dont ils ont usurpé la qualité de représentants, le poids législatif déloyal posé sous force et menaces, délétères appuis, sur le fléau de Droite de la balance doit être rapetissé jusqu’à chatoyante équité :

    Assez de telle politique parasite pour chiens-chiens soumis et sottes marmottes léchant ses bottes !

    %%%

    Autre risible subterfuge en cette Helvétique dictature de droit direct bafoué :

    Quelle pire fourberie, que de prétendre condamner certains élus de Droite genevoise pour «Acceptation d’un avantage incompatible avec la fonction (de supposés défenseurs des valeurs de l’ensemble des électeurs)» tout en fermant les yeux sur la corruption démocratique en vigueur de la fédérale et cantonale racaille en col blanc, pratiquant à haute dose l’acceptation d’avantages offerts par les lobbyistes prédateurs du petit peuple.

    Avantageuses enveloppes ayant permis la haute trahison inscrite dans la Lamal, la LPP et la Loi sur les Poursuites, (Sautez allégrement ce paragraphe, si vous en connaissez par cœur la répétitive chanson: Au profit de ces clubs de nantis estimant qu’est suffisant à Genève un minimum vital de 1'200.- duquel doivent être déduits des impôts insupportables, des frais de téléphone, d’assurance RC obligatoire, 10% non couverts par la mafia des assureurs obligatoires, 10% pour pharmacie, frais de « justice » au cas où les lésés essaieraient de défendre vainement leurs droits les plus élémentaires, frais de divorce quand les charognards ont brisé la paix du couple … Et quantité d’autres frais pour nourriture, vêtements, constitution d’impossibles économies criminellement supposées permettre revenue à meilleure fortune, et près de 500.- par mois à offrir aux crapules de l’empoisonnement tabagique addictif protégé par les mêmes protecteurs et bénéficiaires de l’escroquerie sociale suisse, etc…) Et voici que cette clique politique radicale et anti-démocratique craint à présent que puissent la condamner comme de mérité des juges étrangers !

    Désire persister à donner tous pouvoirs aux juteuses lacunes du Droit suisse trafiqué, favorisant activement l’industrie de l’endettement forcé pour enrichissement illicite par recouvrement fondamentalement inhumain, illégitime et inégalitaire ; Toute latitude à cette ordurière fabrique d’endettés qui, tôt ou tard, doit finir par devoir rendre des comptes à la Cour Pénale Internationale. Pour acceptation d’avantages multiples ayant tué par instillation de stress, dépression, incitations au suicide institutionnalisées, atteintes à l’intégrité et aux droits véritables de millions de Confédérés depuis belle lurette.

    %%%

    Et donc : Dimanche très noir s'annonçant pour la démocratie : L’excellent Philippe Gildas n’est plus !

    L’extermination des Guignols par la tyrannie politico-médiatique française, et la décrépitude de Canal+ ont fatalement dû l’affecter au point d’accélérer son trépas.

    Et dimanche brun, de semblant démocratique sud-américain, incitant à installer à la tête du plus grand pays catholique du monde un terrorisme étatique militaire, vassal des sectaires déviants du protestantisme. Avec silence fracassant du Vatican.

    Mais, certes, rien n’est plus casse-gueule pour chacun que de glisser sur le régime bananier d’un voisin !

    Ainsi, c’est à force de jeter des froids qu’une guerre devient chaude, porte enfin son sinistre nom, et qu’on finit par imposer les généraux en le but d’éradiquer durablement l’opinion sincère !

    Rien de bon n’est jamais à attendre pour la démocratie, dès qu’un État place un jour à sa tête un général : Voyez où en est la France.

    Désolé … Humour du désespoir …

    %%%

    Foin de duperies : Apprécions d’incontournables certitudes, même en ce chéri beau pays trahi, envahi par barbares baillis :

    Des chercheurs de l’Université de Genève, à la pointe de la communication laser par satellite, sont parvenus à percer les nuages bloquant le rayon, en développant un laser chauffant à plus de 1500 degrés ! Une percée scientifique extraordinaire ! Qui permettra de découper des carrés de nuages et de souffler ces cubes d’eau jusqu’à destination voulue, sur ou hors des terres ennemies.

    De surcroît, toujours soucieuses de diminuer le poids des transports et de les doubler au possible, certaines compagnies se préparent à l’offre de quelques destinations à bon prix en des demi-avions sciés en vol dans le sens de la longueur !

    %%%

    L’Indonésie compte un marché potentiel de 220 millions de musulmans prêts à se ruer sur les bonbons suisses sans sucre aux plantes Ricola !

    Toujours de bon goût, les publicitaires de la marque promettent d’éviter pour slogan : « Entre deux tsunamis ton ami Ricola est là »

    En attendant, des experts halal sont chargés de décider du sort de ce commerce !

    Halal ? Ciel : Les rigolos de Ricola nous cacheraient-ils qu’il y a du porc dans la viande de cheval des asticots malaxés avec les herbes du Ricola ?

    Pardon, cher unique produit Suisse sympathique du terreau des bourrus teutons dominants !

    Pour pénitence, votre bon Roi-Député dément dits … En privant son palais d’une dizaine de Sugus !

    Terrible sacrifice pour libération des affres …

    Ali GNIOMINY

    « Noue ris en goûts francs

    et panse à ton proche, hein ? »

    1534073059729.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • ART, LÀ, HÂTIF !

    Qui ne se lasse …

    ?

    Du temps qui chasse

    Comme rapace,

    Tire souvenirs

    Que trace l’homme

    Sur son espace,

    Pas si dense,

    D’existence,

    !

    Gâche étendues

    Si essentielles,

    Ainsi perdues,

    De la mémoire

    De son Histoire,

    Tire, comme gibier,

    Individus liés 

    À l’ineffable

    Sablier:

    Si redevables

    À ce Temps dû

    !

    Qui ne se passe …

    ?

    … Du temps qui tue

    Jusqu’aux échos de nos vertus,

    Qui, las, se paie,

    Vautre

    Sur notre espace

    !

    Qui ne s’agace ...

    ?

    … Du temps qui tire

    De l’avenir,

    Descend desseins décents,

    Inconquis assassin sévissant qui,

    En traître, enlace les êtres

    En le leurre de leur laps

    !

    Qui nie …

    Qu’une usure se mesure

    En temps dans cieux

    ?

    Qui dit

    Qu’importune

    Unité d’Éternité

    Permit si commune infortune

    ?

    Par ce permis délivré

    À barbare enivré

    Chasseur d’heures

    !

    Ce temps qui tempère,

    Ramant à l’aide

    de fatalités laides

    D’une humanité qui,

    En cette ère, erre :

    Indûment l’aimant

    L’espace d’une place

    À se faire sur la Terre !

    %%%

    Sur ce : Toujours très crétinement ignoré et saboté par d’accusées Directions, visiblement complices des tenants de lois déviantes achetées au profit de brune fabrique d’asservis, votre serf vite heureux, adorateur du Parti Railleur, vous présente envers et contre tout : Prochainement légendaire :

    L’accro nique des titres .. et capitulations :

    « Utah : Un enfant de 2 ans détruit une enveloppe contenant 1060 dollars

    dans une déchiqueteuse à papier !»

    Heureux parents : 1060 dollars détournés des poches de leur prophète local ! Et au vu de la notoriété obtenue par ce prodigieux disciple précoce de Bansky, son œuvre inspirée doit déjà se monnayer dans les 5'000 dollars !

    Conséquence chez nous : Nombre de vendus élus, vassaux d’assureurs, passent leurs enveloppes à la moulinette, mais sans succès ! Ces copieurs de surprise artistique déjà éculée, depuis l’œuvre de bébé-Bansky, ne retirent de leurs pendouillants serpentins que la perspective de probables années à vivre dans un confetti.

    Pardon : Un confetto. Mis à l’écart, ces râles !

    %%%

    Radins dons …

    « Donner du sang doit être rétribué ! »

    Un larron de l’UDC fribourgeoise estime qu’un sandwich et un verre de rouge sont insuffisants pour un don de sang ! Qu’il faut payer ces donneurs-là également !

    Pas faux, dans le fond, ça leur provoque des frais! Ils ont généralement besoin d’une bonne bouteille de schnaps pour se donner du courage avant la piqûre !

    Mais l’idée, cependant, ravive la nostalgie du temps où nous survivions facilement pour dix jours, en notre logis au flan de l’acropole, avec l’argent de la vente de notre sang, une à deux fois par semaine en fonction de notre pâleur, liquide vital exempté d’analyses préalables, aux laboratoires trafiquants sans scrupules d’Athènes, de Thessalonique ou d’Alexandroúpolis; Alors que le HIV « n’existait » pas encore. Et si, à cette pique-pique époque grecque, le propre sang de votre bon bas rond-de-cuir avait dû être remplacé, vous n’eussiez jamais eu le privilège de vous régaler des 890 œuvres d’art littéraire sur ce très incorrect support informatique.

    Aussi : Spéculer sur le sang des plus démunis ? À vue d’UDC, effectivement, voilà un fort juteux business supplémentaire à exploiter sur l’insuffisance fabriquée chez nous, par ses soins et ceux du PLR plus encore, des rentes et insultants salaires en vigueur !

    %%%

    Et en fuite …

    « Paix, mon brother, tu cherches un boulot cool ? »

    Tu traverses la route océanique, tu vas à Toronto, tu entres dans la Société Ahlot ! T’es payé 50 dollars de l’heure et 200 dollars par mois et tu goûtes toutes qualités d’herbe, pour classifier les plus planantes !

    Fais gaffe tout de même au surmenage et au spleen si tu reviens en visite chez les primitifs répressifs !

    %%%

    Précisément …

    « Un Oberlandais, et pire que tout, en sus Zurichois, se voit crédité de 2'000.- par le fisc ! »

    Vu qu’il en a immensément besoin il les claque au casino et gagne 125'000.- Fatigué d’avoir à porter tout ça il se débarrasse de 12'500.- à titre de pitance crachée aux employés du casino et s’empresse, avec le reste, d’aller acheter une grosse bagnole de luxe pour sa copine !

    Voilà, sur ce fait authentique, à vous d’imaginer la suite de ce que mérite, que Dieu si bon va encore offrir à cet exemplaire pauvre d’aise pris :

    Vraisemblablement : « Sortant de chez le concessionnaire automobile il ramasse, tombée à ses pieds, une météorite en diamant pur avec laquelle il achète la Trump Tower pour sa grand-mère, la présidence américaine et le Kremlin pour son hamster et son canari, rentre chez lui surfer sur Google Earth et découvre l’emplacement de l’El Dorado. Qu’il offre gracieusement à un futur nouveau tyran du nom de Bolsonarco, trafiquant de drogue dure évangélique et de BRIC braqueur, puis avec les cinq fois de suite qu’il gagne à l’euromillions il laisse le tout aux nécessiteux dirigeants du Golfe et d’Arabie Saoudite …

    Soit dit en aparté : Dernier pays nous réservant pour bientôt la nouvelle d’une immense source de richesse locale qui dépassera et remplacera les profits du pétrole !

    Non point l’acide hyper-corrosif servant à dissoudre le corps des opposants piégés dans les consulats étrangers, sans doute testé déjà en 2015 sans grands crissements sur un prince gênant disparu définitivement du vénéré Hôtel Intercontinental de Genève. Ni l’annonce de la richesse d’une politique humaine, en ce pays si lisse …

    Ah zut, votre bon Roi-Député du Parti Railleur aurait-il gaffé ? Coupé les grains sous les pieds des princes, sans rire, qui devraient nous chanter le quantique des louanges accrocheuses aux puces en silicium ? Stockant phénoménales propriétés du sable, remplaçant les métaux rares et onéreux dans les circuits intégrés ?

    Partiellement navré, si tel est le cas. Mais quoi qu’il en soit, sans doute est-il opportun, de notre côté, de passer en douce au bac à sable du coin, se constituer quelques seaux de réserve.

    %%%

    Tirant toujours …

    «  L’opaque BNS a déjà sauvé deux fois l’UBS depuis 2008 et … »

    Paris tente de donner le troisième coup de grâce à l’agonisante ! Et simultanément nous, innocents trahis et dépouillés par tous fraudeurs de la finance d’ici et d’ailleurs, voyons nos rentes diminuer drastiquement, nos primes nous tuer, le racket légal augmenter à loisir, nos employeurs, magistrats, assureurs, experts … nous maîtriser et mépriser et voler sans vergogne, imposer force et menaces, coercition nous détruisant méthodiquement à leur profit d’illégitimes privilégiés en bandes organisées.

    Mais Paris n’a cure du sort des petits Suisses maigrissant, dont il se délecte des saveurs naïves et champêtres, sans jamais ne faire tout un fromage de leurs mérites évidents.

    Et hop : 15 nouvelles banques à Genève, plus de 500 emplois bancaires supplémentaires, et toutes les banques du pays plus bénéficiaires que jamais et jubilant, du fait que les investisseurs étrangers apprécient la confiance en nos fraudeurs et leur compétence en matière d’opacité financière ! Confiance justement disparue, au sein du peuple escroqué par compétence à le ruiner.

    Moralité : Paris brûle style échaudé d’honnêtes Helvètes !

    %%%

    Sans oublier que la traditionnelle française pompe « Afrique » a si bien sévit illégalement, avec complicité genevoise durant une décennie, qu’elle a fini par assécher nos rivières : Déjà la Drize, l’Hermance et la Laire. Car il n’y a que pour l’Annemassienne Nabila qu’est garanti le droit « allo » !

    %%%

    En chœur d’Art tout chaud : Rions encore de con sort :

    « Plus que 40% de Suisses d’origine suisse à Genève ! »

    Traditionnellement méprisés et exclus, si d’origine autre que genevoise de naissance ou achetée !

    Par chance, il semblerait que 99% des Genevois d’origine habitent en fait à Verbier ou à Crans-Montana. Ouf.

    Ceci restant à beaux minables …

    « 2,34 personnes par ménage en Suisse ! »

    Le 0,34 n’étant, à l’évidence, aucunement à considérer comme une personne à part entière !

    Déduction : 35% des 3,7 millions de ménages sont composés d’une seule personne, 33% de deux individus, et vu le taux de natalité : 32% des ménages sont bien trop chers pour être occupés.

    %%%

    Encourent rage, et :

    « La fin des mendiants dans le canton de Vaud ! »

    Le paradis ! Plus de lobbyistes ni d’assureurs ni de Loterie Romande, ni … Fini de lire :

    «  Les seniors, cible préférée

    des voleurs et des escrocs ! »

    Puis :

    «  Un ouvrier de 86 ans meurt noyé

    dans la cabine de l’engin de chantier qu’il conduisait ! »

    Doublement monstrueux, que le sort de cette victime du quatrième âge volée et escroquée par les criminels décideurs de condition de vie d’autrui, pour octroi de retraite à noyés sous les dettes et autres exploités à vie ! À quand l’engagement de dockers de 95 ans pour aller remettre un peu d’ordre et d’équilibre en le siège de ces vendus ? …

    %%%

    Super chéris ..

    « Trop de traitements médicaux inutiles ! »

    Oui, il est temps d’agir ! La Droite s’y prépare en une prochaine Initiative ayant le mérite d’être enfin claire quant à sa volonté profonde : « Les pauvres à l’abattoir ! »

    %%%

    Causant de répugnants sujets : Un petit conte de faits :

    L’affable de l’affronte haine :

    Toute ressemblance avec des gastéropodes existants ne serait que fort tweet !

    Il était une fois une gluante limace se repaissant de ses salades sur un champ pollué de mont dominant ouvrière vallée envahie de ses semblables. Elle descendit à son rythme, glissant sur toutes branches, sur le sentier sauvage où piétinent sangliers, puis péniblement escalada autre pente, jusqu’aux plus hautes feuilles du potager de lieu de santé où elle traîna contre vents et rosées.

    Insatisfaite du juteux fruit de son sanitaire garde-manger, notre limace tenta en vain de le vendre à la va-vite à d’autres repus gastéropodes, et s’éloigna en direction de déchetterie inter-communale, sur le sommet de laquelle elle bava, bava, bava tant que toute la vallée finit par en baver. Limace trouvant en cet endroit de quoi se constituer une spacieuse et solide coquille !

    Car, cachées sous les salades pourries, se planquent d’aventure de brillantes feuilles noires du malnommé radis « Ogre à filles », une espèce subtile de délicatesse propre aux grosses légumes, fort goûteuse et énergisante du fait de l’argent délaissé que ses feuilles contiennent en filigrane. Transformant parfois, aux fonds des abois, certaines écœurantes limaces en prétentieux escargots à cornes haut élevées.

    Or, si vorace limace devenue pesant escargot, se mit conjecturalement à faire l’aller-retour entre ses deux lieux privilégiés de précieuses victuailles cachées, traînant par trop par monts et vaux finit par tout bouffer, et ainsi engluer l’entrée de gorges menant au-delà de l’oppression clanique à critiques sécrétions ; Puis à s’allier les services de tortues à leur rythme chargées de sembler tenter de nettoyer la mélasse de ses trop collantes traces.

    Moralité, s’il y en a une : Tôt ou tard, l’ail finit par chasser les malins et accommode merveilleusement l’escargot.

    Votre conteur n’ira, cependant, jusqu’à supposer que la tortue fût animal friand de crottes argentées recyclées de limaçons, voire à prétendre que des limaces puissent un jour devenir escargots. Votre non fumiste fabuliste vous glissant simplement qu’il ne s’agit somme toute-là que de petit compte pour bébêtes ; Que d’une civique et imagée radiographie des vraisemblables méfaits de la glu, souillant plus ou moins les chemins de la Justice en rupestres contrées ; Bref, une sorte d’épistolaire remboursement offert à rats d’impôt … éthique.

    Avis aux fouines flairant combines : À … Ah, la T tuile ! … Hein ? Que si alerte lanceur de nains portant cois …

    Bref …

    Oncques réalisable ainsi, que de se concentrer au travail et d’ordonner ses écrits en tomes et collections, tant que de semblables rapaces vous imposent sciemment les plus infects tourments, exactions de basse extraction administrative ou culturellement financière, vous dérobent déjà au possible votre trésor d’inspiration, avant même que n’ayez quitté telle terre et époque d’arriérés, laissant champ libre à si couards vils charognards …

    %%%

    Assez posé de colles :

    Silence : « Deux immenses voix se sont tues » : Montserrat Caballé et Freddy Mercury !

    Vrai qu’en ces temps, moins l’on parle de Barcelona mieux c’est !

    Part ailleurs : Une autre grande voix s’est éteinte, effectivement. Mais son prestige n’avait pas assez jauni pour mériter des funérailles du siècle, et à Paris de surcroît.

    Au grand dam des trafiquants de Culture de Genève qui rêvaient, avec tant de ferveur, de si sélect enterrement d’Aznavour au cimetière des Rois, et festoiements y-relatifs.

    Vite avant que le bon Maître Poggia n’ordonne fermeture pour non conformité à la dignité humaine de la totalité des restaurants genevois. Excepté celui de l’Hôtel-de-Ville, va de soi.

    Ainsi, l’Artiste à qui l’auteur avait, il y a quelques années, gentiment envoyé d’aucuns flots de vers novateurs pour géniale interprétation, dont l’enveloppe retournée indiquait « Destinataire plus à cette adresse », continuera-t-il après son décès à pratiquer son hobby préféré, de déménager continuellement ? Au-revoir, Charles, et à un de ces prochains univers.

    %%%

    Au fait : Chère loques en herbe … Pour en terminer avec les rudes mœurs : Êtes-vous aussi perspicace enquêteur que votre auteur très ferré ? Devinette :

    Vous entrez vers midi en une pizzeria proche du nid de gabelous de Carl-Vogt. Des gens mangent de tous côtés. Vous découvrez une grande table pleine de messieurs bien habillés ! Instantanément leur couverture est percée, vous savez qu’il s’agit d’inspecteurs de police en civil. Pourquoi ?

    Grave lacune de leur part ! Sur toutes les tables vous observez des bières et ballons de rouge, excepté sur celle-là, où une petite bouteille d’eau minérale pleine trône devant chaque assiette.

    Élémentaire ! … Car même s’il s’agit d’une tablée d’alcooliques anonymes vous avez deviné juste !

    Ouhla, que c’est méchant ça ! Et tellement facile à démentir. Vous avez déjà vu des policiers Genevois saoulés en palabres à Abu Dhabi ou ailleurs en terrain interdit, vous ?

    Impossible ! Réfléchissez : Les deux avions de la police de l’air veillent chaque jour, entre 06h et 22h, c’est trop risqué ! Donc les voyages aériens discrets s’effectuent entre 23h et 05h, et ça fait du bruit ou des collisions, exceptés ceux emplis de tonnes de coke aux sauveurs du système bancaire mondial en 2008 qui, eux, sont invités à décharger le fruit de leur commerce à toute heure du jour ou de la nuit, au prix d’une insignifiante prise phénoménale de temps à autre. Ainsi que nous l’explique le documentaire « Trafics » sur TV5.

    En l’occurrence, nos éméchés du pouvoir n’ont visiblement rien à se reprocher tant qu’ils ne s’occupent pas d’aéroports privés. Déjà qu’ils ont bien assez de boulot à assainir les rives du Rhône le soir, prenant la relève (il est juste de le relever) des agents municipaux après leurs heures de bourreaux des pique-niqueurs.

    %%%

    Ne succombons jamais …

    Ali GNIOMINY

    « S’écoute un jour, secoue toujours »

    1535438147123.jpg

     

  • MAIS OÙ EST AIDE ? DONC OR NIQUE ART ?

    L’Exception à l’Art est gl.orifante ? Pourvoyeuse d’art gen.darmé, fric ôtant grâce attirant avec sens sûr ?

    L’Exception haut l’Être soulève et ne ment ? Aide et finit l’Art : Et compense vie d.es lé.gers nids haut primés sous faucons, de leurres superbes ? L’Exception ? Et l’Art est g.l.açant ?

    En fête : Pour cois veiller à éveiller ce gratin de crétins soudoyés ? Bien trop donneurs !

    … Ainsi, tout big étouffe ouailles !

    Ceci signifié aux avides amis de la perfide Albion et cupides pions des chéquiers teutons :

    Ils eurent Vichy,

    Nous eûmes

    Putains

    De hautains collabos

    Sur le rabot

    De nos Valeurs

    Avachis,

    Ils eurent Vichy

    Nous eûmes

    butin

    Pour festin du gratin,

    Acquis de beaux salauds

    À hiérarchies

    Qui nous conchient,

    Ils eurent Vichy,

    Et sont en berne !

    Léser tant d’Art

    Drape hauts connards !

     %%%

    Au fond des fonds : Un brin risible que pareil pataquès, dès qu’un politicien de plus de Droite méprisante est pris à mentir, tromper et profiter de l’ignorance dispensée !

    Comme si ce n’était-là le « propre » de tels politiciens et de leurs chiens-chiens de simili-Gauche ? ...

    Que de nuire à l’immense majorité réelle des cochons de payeurs en se faisant passer pour des gens bons, s’autorisant à s’engraisser sur l’Art, et à souiller dépouillés, les déconsidérer, jamais ne libérer pour obole leur parole !

    Soit : L’insurrection de la dignité humaine bafouée aura raison bientôt de telles dictatures tapies sous simulacre démocratique, votre auteur très ferré y travaille vaille que vaille: À l’éradication des alibis à l’arbitraire des lobbies, à enveloppes qui salopent les institutions sous officielle corruption de l’intention de servir qui fit élire, et de nuire à l’ensemble qui en tremble des réfractaires mis à terre sous le convoi de lois trafiquées au profit des friqués, et faisant fi des essentiels intérêts, progrès existentiels des piétinés dominés, assurés de force à l’amorce des pièges de Sièges délurés à gens singeant sans pareil probité, d'appareils de Conseils à durée limitée à la curée invités ! Et cependant …

    Comment commenter

    comme l’homme est tenté

    de commettre en son être

    le délit délicieux de l’envie d’une vie

    sous des cieux moins vicieux,

    des règles moins espiègles,

    des lois de bon aloi

    et de plus sûres mesures

    d’intensité des libertés ?

    %%%

    En l’occurrence, votre affairé très exemplaire saboté polyglotte globe-trotter ex-fonctionnaire et bon bas rond-de-cuir artiste multidisciplinaire en déplorable préretraite, Roi-Député de Parti Railleur ostracisé, leva ce dimanche 16 septembre son verre de délicieuse eau minérale en l’honneur de vingt ans d’abstinence absolue démontrée à la drogue dure alcool ! N’en déplaise aux susdits.

    Et le combat, au début, n’en fut un que durant quelques mois. Puis survint un immense soulagement sous l’assurance intégrée, dépourvue de toute frustration, de se passer définitivement de cet infect poison, rendu vénérable, quasi-incontournable par les intouchables trafiquants de l’opium du peuple et complices institutionnalisés du crime light contre l’humanité.

    Anniversaire des vingt ans d’une victoire, succédant à quarante-trois ans d’arrêt total d’héroïne injectée et autres dures pistrouilles illégales, provoquant certes terrible manque, mais si facilement évacuées de l’intention de rechuter, contrairement à l’officiel instrument de crime de guerre économique des pools se faisant des œufs en or grâce à l’empoisonnement des masses : Le tabac !

    Fête gâchée, en vérité, par plus d’un paquet de saloperies torraillées, comme quotidiennement depuis 47 ans, qu’un gouvernement déjà crapuleux a piégé un ado sous kyrielle d’incitations à consommer de la mise en danger de sa vie ! À inhaler de la rentable maladie au profit de ridicule fraction de sa pitoyable retraite, s’il avait le malheur de ne crever comme prescrit bien avant.

    L’heure est venue pour l’ennemie du peuple, la secte politique pérennisant les plus magistrales supercheries, et le clan des vendus à ses ordres, de réparer publiquement les dégâts ! En compensant financièrement les pertes subies, matérielles et de santé, sous décennies de descente aux enfers sciemment perpétuée, imposée à un Poète contemporain d’utilité publique évidente, par les principaux prévaricateurs passés et présents en Suisse et au sommet de la considération nécessaire, reconnaissance et diffusion littéraire.

    Ainsi : Devenez témoins du procès politique d’une époque asservie aux croyances faméliques de cliques à l’envi nuisant aux opposants aux fers-de-lance de l’ignorance, cette engeance au sommet des finances et dettes au service des sévices qu’elle impose sous narcose juridique et médiatique par parasitage de tous avantages !

    %%%

    À ce jour, les impliqué(e)s persistent en leur calomnieux silence et dégradante indifférence, quant à ce qu’ils restent formellement devoir à l’excellence d’irrité pourfendeur de leur médiocrité !

    Sont donc sommés ces lobbyistes égoïstes, gestionnaires des forfaitures sur la Culture et délétères parlementaires, en détestables bandes dépensières, de faire amende honorable !

    Et toujours, au passage, invariablement : Sus aux traîtres pliant la berne au point de s’en servir pour garrot du français !

    Dûment dès lors se voient congratulés, félicités les honorés faux-cul Confédérés et Français qui se précipiteront au portillon pour honorer, vite décorer qui le mérite, juste avant l’effondrement sous la risée de leur austère édifice visé du vice de l’arbitraire légalisé pour maîtres sourds, traîtres à la Pensée Sensée, censée prévaloir sur le Savoir soit le Pouvoir !

    Parlement ? Songe des milices : La Suisse a plu, n’est plus en lice dans la compétition du respect dû à l’individu sous joug de gestion faussée de ses moyens laissés à citoyen blessé sous les suspects aspects et dommages du partage établi par « par trop anoblis » prédateurs néfastes, destructeurs de valeurs humaines, amateurs de bêtes fastes et haine souveraine des têtes les dépassant, à propos fracassants d’authenticité suscitée !

    %%%

    Tout étendit : Ainsi tournent les vents ronflant, s’envolent écoles à gonflants amassés détenteurs de puanteurs du passé …

    En soient régulièrement avertis petits nains abrutis du jardin des nantis vassaux esprits, pris sous les assauts …

    Ali GNIOMINY

    « Porte raie à la lune »

    art.jpg

    « Sous bulles pas pâles »

    1535134972458.jpg

    «  Tournant le dos à l’eau de rose »

    IMAG0648_BURST001.jpg

    «  Réfléchissant en profondeur

    tout en se laissant mener en bateau :

    l’Art de Saint-Léonard »

    IMAG0993.jpg

    Ajouté sur Facebook: - Le tout est de ne traverser l'Art out -