• L'ATHEE HAUT RIT DU COMPLOT !

    Vous êtes donc une grosse merde de gouvernement barbare pas assez richissime à votre goût.

    Vous estimez que la planète compte beaucoup trop d'autres, de faibles, de pas conformes à votre idéologie eugéniste: Trop noir(e)s, trop peu mâles, trop bécasses trop serviles, trop intelligent(e)s, trop assisté(e)s, pas assez rentables, trop vos ennemis.

    Vous souhaitez mettre votre ordre partout, en un monde nouveau manipulé par vous exclusivement, disposant à jamais de toute l'eau potable, de toute nourriture terrestre, tous les pouvoirs, toutes les énergies à votre botte. Vous préparez votre domination de la planète depuis des décennies, à voix très basse en feutrés salons diplomatiques et affairistes, analysez de tous pays qui sont les plus facilement corrompus par de semblables visées, les arrosez grassement de contrats et leurs donnez les moyens déloyaux d'atteindre les plus hauts postes de leur nation respective, les fidélisez en qualité d'agents dormants, prêts à l'éradication des "inutiles" le jour venu, par tromperie planétaire issue de la guerre mondiale bactériologique que vous allez déclencher.

    Vos laboratoires, et d'autres à vos ordres interposés, ont méticuleusement créé un bon gros virus bien mortel pour certains groupes ciblés, vieux, malades, clodos ... Virus duquel vous seuls disposez du traitement,  à titre préventif ou non, à 99% efficace, étudié et testé favorablement depuis 2003. À doses infinitésimales suffisantes permettant d'exclure tout effet secondaire. Vous ingérez ainsi la protection miracle qui va inhiber la protéine humaine protéine-hôte eEF1a1 qui interdira  ainsi toute réplication de tous virus et les exterminera illico.

    Dès lors, vous provoquez un stupide "accident de laboratoire" laissant s'échapper votre tueur de faibles jusqu'en un marché à bestiaux, histoire de brouiller la provenance de votre viro-serial-killer. En quelques mois la Terre est déjà vidée de bonne part d'indésirables à votre point de vue, mais ce n'est que le début de votre stratégie de combat totalitariste.

    Vous invitez alors vos alliés pourris à déclencher la panique générale par ruine programmée à votre profit de l'économie mondiale de second plan. Vous lâchez la meute de vos lobbyistes tous azimuts. Vos sbires trafiquent des agendas de votes hautement liberticides. Vous enfermez toute la Terre à domicile, coupez au possible tous contacts humains, préparez la disparition de l'argent à remplacer par vos codes, dont vous ne gratifierez pour survivre au niveau de confort que vous estimerez vivable: Que les bons citoyens respectueux de votre tyrannie: Et codes d'accès dont vous priverez les autres, les éliminant ainsi lentement, n'existant plus socialement, n'ayant plus ni eux ni leurs proches le droit de vivre.

    Patiemment, vous bombardez tous peuples de boucles d'informations anxiogènes, et vous lancez en tête de la recherche du "vaccin idéal", jubilant en douce de savoir que le remède-miracle que vous possédez n'est pas un vaccin. Aucun de ceux en lesquels vos sbires de tous horizons auront fourré tout et n'importe quoi de mauvais en plus d'une puce d'obsolescence programmée de la vie des vacciné(e)s et des micro-micros internes.

    Vos vassaux disséminés aux commandes mondiales, plus ou moins bien informés de votre rentable perversité, font démultiplier les gains de vos laboratoires, de vos articles en vente en ligne, s'appliquent à anti-soigner la basse race à exterminer pour la gloire de votre guerre.

    Puis, après avoir truffé les pays de variétés de votre injectable poison, une fois que les  neuf dixièmes des faibles et sans fric ont crevé, en toutes nations comme en la votre, vous décidez qu'il est temps de révéler au monde que les fuites d'information relative au remède-miracle qui vous protège, fuites que vous avez si vainement réprimées: Que ces informations jaillies avant l'heure étaient fondées:

    Qu'effectivement l'arme de guerre vaccin a fait et va faire encore son travail de mort. Et que les survivants, par affiliation à votre extrémisme ou par chance rare ou par résistance acharnée à ne pas être vacciné(e): N'ont qu'à prendre pour protection définitive et extermination immédiate de tous virus, de la Plitidepsine.

    Vous avez gagné des milliards en banque. Et des milliards de victimes de votre suprématie d'illuminés par la grâce des pires extrêmes, ne feront plus d'ombre à votre nouvel ordre tip-top n'ayant plus à devoir tolérer de  terriens inférieurs.

    %%%

    Comment ça? Vous riez jaune?

    Allez, dites-vous que ce n'est là rien qu'une théorie de cons plausible de plus. Encaissez de bon gré ce premier degré de l'hum(e)our.

    Allez, et soyez oint(e)s par  la divine Médecine sous pléthore de Plitidepsine.

    Et riches ou sans sous, ci, soyez piqué(e)s pour (vos biens) votre bien.

    Humour noir garanti sans source potable, car vacciné(e)s ou non l'idole des savants bienfaiteurs: La sublime Plitidepsine nous sauvera toutes et tous des ravages ...

    ... Ali GNOMINY


    "Air ici hérissé..."

    Hélio-photos-Brésil 20-21 016.JPG

    "...Voyant la tour de Pise devenue si squelettique"

    IMAG1141.jpg

    "... Et le travail forcé imposé à trois frêles créatures dénudées

    soutenant seules les sommets de l'édifice colonial sans grâce."

    IMG_1540.JPG

    Ne plus croire en rien peut-il tout sauver? Sûr!

    Croyez en l'athée, les visions qu'il produit sont une fois sur deux infaillibles, mais sa science est efficace à 99% et totalement dépourvue d'effets secondaires à son premier niveau.

     

  • AIME THÈMES HAUTS !

    Aime ton Art, ton Métier, ta Vocation,
    Raisons de faire vivre
    Ivres de passions et comme frères solidaires,
    Des hommes entiers
    Et femmes à l'âme sans soumission:
    Conquis par l'Art,
    Ayant raison de faire taire
    Les plus bavards avares
    Ne te payant!
    ...
    Respecte ton Art, ta Profession
    Inspecte l'amarre
    À la pire tare économique
    Que cyniques sbires
    À pas roses intentions
    T'imposent sans finesse:
    Sous le business de la source
    Aux ressources de pools
    D'où dégoulinent foules d'usines
    À cerveaux en travaux,
    ...
    De directions sans prétention de valoriser
    Ce qu'elles ont brisé, à comptabiliser:
    ...
    Sous le comportement dément dénoncé
    Des dessous d'une Société
    À satiété dépassée!
    Déplacée vers les plaines
    À vaines rengaines d'espérance:
    Ce rance beurre qui se tartine
    Sur les leurres et se combine
    Avec le pain de son prochain
    ...
    Piqué aux vers
    Astiqués et sévères
    Envers friqués gestionnaires du nerf
    De la guerre culturelle actuelle
    Et maquerelles
    Expertes en pertes
    Infligées aux ciblés affligés
    D'ad vitam blâme:
    ...
    Les laissant sans sous souillés:
    Dépouillés sous lois encanaillées,
    Sous indécence d'indulgences concédées:
    Acquis à qui uniquement a cédé
    À l'enfermement en la décadence
    De l'absence de reconnaissance
    Et traditionnelles récompenses
    Censées aider qui sait s'évader
    En l'essentielle Pensée Sensée
    Ci aussi dispensée!
    ...
    Aime ton Art sans condition(s)
    Ta Vocation et ton Travail,
    Ta bataille 
    D'épouvantail
    De la canaille à choix sans Soi!

    ...
    Epouvantail si respectable
    Que les coupables de décennies
    D'essais de déni,
    De dédain de ta valeur,
    De ton Honneur,
    Soudain se ramassent à l'appel:
    En l'impasse souveraine
    De naine gloire
    Dont ils ne sortent
    Par rare bonne porte
    Qu'en délaissant
    Connes  limaces bavant de sur-place,
    Gavées de fades salades
    Aux grandes commandes!
    ...
    Bloquant invectivés
    Désactivés escargots
    Privés de lingots
    Pris sous la glu à prix fixé
    Du jeu à peu d'esprit
    Des plus lus malappris,
    Axé sur critères délétères à taire;
    ...
    Aime ton Boulot d'élévateur
    De la crème des salauds de censeurs!
    ...
    Aime la nature sans imposture
    Des Lettres de Maîtres de l'Ecriture
    Et honore
    Les efforts sans bruit d'autrui!
    ...

    Aime les Arts 
    À dorés thèmes à l'orée
    Des remparts du standard,
    Aime les vers éclairant conquérants!
    ...
    Adule ta Vocation!
    Bouscule les divers rangs
    Si couverts d'attention
    De Commissions
    Et Conseils en sommeil.

    &&&

    On se réveille!

    Il apparoît également (oui, il apparoît que des fats lèsent ... navré de n'avoir failli la louper, celle-là), il apparoît, ai-je ouï dire en mes esgourdes de roi de la quête aux têtes de bois et gourdes, qu'indisposent moroses sens mes fuites en prose, suite à dévers de vers intenses:
    ...
    Générant abondance de paragraphes qui les agrafent, les croquent, se moquent de continuité: Utile qu'à limiter l'inventivité: Cas futiles à traiter, compatissant!

    &&&

    Soit:

    "-Diane debout!-"
     
    "-Soldats Hans Wattefer, Denis Maître, Sam De Meurey, André Crétin, Ueli Desbyl ... Quinze jours au trou! Pour vous apprendre à vous placer correctement lors de l'appel!-"

    &&&

    Discontinuité ne nuit qu'à qui n'aime thèmes hauts! Qui se contente de restes hauts: Du genre:

    "- Table d'Emeraude ou Chambre d'Ambre?-"
    "- Merci, mettez-moi plutôt à la Salle d'Opale
    Au bout du corridor d'Or,
    Et si elle est occupée je me contenterai
    du Cagibis de Rubis!-"
    &&&

    Bref, l'étude des lois cent fois chiantes et académiteuses du juste écrire en bon vol terrien, sous imposition de marge et nombre de caractères et polices précis prescrits, l'analyse de la castratrice contrainte à obsolescence programmée de suivre les règles romanesques devenues grotesques à l'heure des nouveaux moteurs, n'exigeant apartés descriptifs en bas de page qu'aux bas pages sous soumission des éditions, ignorant encore que chaque phrase en ligne de mire renvoie à l'auteur qu'on admire: ...

    ... Décidément: L'étude des ritournelles du lucre sans sucre ni sel et faméliques coté mérites, comme celle cotée qui farde les coulisses de la harde des petites merdes politiques suisses ... ne m'a jamais fasciné! Ou fascinée? Ou ne m'ont jamais fasciné (ées?) Je ne saurai jamais ... Qui du passé participe tant aux principes embêtants.

    Ainsi, n'en déplaise aux bien-aimées mémés et aux défis des filles, à la naïve gent (en tétée) entêtée, exigeant sinécure d'écriture inclusive qui n'aille au braille et qui pinaillent: Voici qu'ai commenté de gore sur support d'efforts et que nul n'a (ni nulles n'ont?) aimé:

    "C'est un(e) bêtis(e)ier (mal)pratique des plus navrant(e) qui m'énerve tant(e) que quand je veux montrer que j'inclus bien sûr toujours en mes propos(itions) l(')a(gent)(e) féminine, c'est au moyen(nes) de parenthèse rageuses plutôt que de bêtes trait-e-s."

    Mais, point de misogynie de génie ci! Qu'importe si s'extasient ânesses devant la politesse, donc: Bon âne né, après Fêtes, et mieux votes hard que bâtards!

    &&&

    Or, à l'instar du prophète visionnaire du millénaire et siècles passés, l'immense Alphonse Allais, sans qui jamais nous n'eussions ainsi su titiller époque, vaille que vaille sans jamais de plagiat ni d'alléluias en nos trouvailles: Paraphrasons ce pas rasant grand auteur:

    "-Nous ne prendrons pas le calendrier de cette année, trop mécontents de celui de l'année dernière!-"

    Eh oui, même les plus humblement gigantesques auteurs ont leurs drôles d'idoles qu'ils citent; Et de bon cœur incitent autrui ... à lire pamphlets, soufflets ... 

    ... Ali Gniominy 

    "Là: Hauts de l'air?"

    IMG-20210125-WA0123.jpg

    "Et là: Récifs, rage, îles?..."

    IMG-20201119-WA0084.jpg

    "... Ou haut tapis?"

    IMG-20201118-WA0139.jpg