AIME THÈMES HAUTS !

Aime ton Art, ton Métier, ta Vocation,
Raisons de faire vivre
Ivres de passions et comme frères solidaires,
Des hommes entiers
Et femmes à l'âme sans soumission:
Conquis par l'Art,
Ayant raison de faire taire
Les plus bavards avares
Ne te payant!
...
Respecte ton Art, ta Profession
Inspecte l'amarre
À la pire tare économique
Que cyniques sbires
À pas roses intentions
T'imposent sans finesse:
Sous le business de la source
Aux ressources de pools
D'où dégoulinent foules d'usines
À cerveaux en travaux,
...
De directions sans prétention de valoriser
Ce qu'elles ont brisé, à comptabiliser:
...
Sous le comportement dément dénoncé
Des dessous d'une Société
À satiété dépassée!
Déplacée vers les plaines
À vaines rengaines d'espérance:
Ce rance beurre qui se tartine
Sur les leurres et se combine
Avec le pain de son prochain
...
Piqué aux vers
Astiqués et sévères
Envers friqués gestionnaires du nerf
De la guerre culturelle actuelle
Et maquerelles
Expertes en pertes
Infligées aux ciblés affligés
D'ad vitam blâme:
...
Les laissant sans sous souillés:
Dépouillés sous lois encanaillées,
Sous indécence d'indulgences concédées:
Acquis à qui uniquement a cédé
À l'enfermement en la décadence
De l'absence de reconnaissance
Et traditionnelles récompenses
Censées aider qui sait s'évader
En l'essentielle Pensée Sensée
Ci aussi dispensée!
...
Aime ton Art sans condition(s)
Ta Vocation et ton Travail,
Ta bataille 
D'épouvantail
De la canaille à choix sans Soi!

...
Epouvantail si respectable
Que les coupables de décennies
D'essais de déni,
De dédain de ta valeur,
De ton Honneur,
Soudain se ramassent à l'appel:
En l'impasse souveraine
De naine gloire
Dont ils ne sortent
Par rare bonne porte
Qu'en délaissant
Connes  limaces bavant de sur-place,
Gavées de fades salades
Aux grandes commandes!
...
Bloquant invectivés
Désactivés escargots
Privés de lingots
Pris sous la glu à prix fixé
Du jeu à peu d'esprit
Des plus lus malappris,
Axé sur critères délétères à taire;
...
Aime ton Boulot d'élévateur
De la crème des salauds de censeurs!
...
Aime la nature sans imposture
Des Lettres de Maîtres de l'Ecriture
Et honore
Les efforts sans bruit d'autrui!
...

Aime les Arts 
À dorés thèmes à l'orée
Des remparts du standard,
Aime les vers éclairant conquérants!
...
Adule ta Vocation!
Bouscule les divers rangs
Si couverts d'attention
De Commissions
Et Conseils en sommeil.

&&&

On se réveille!

Il apparoît également (oui, il apparoît que des fats lèsent ... navré de n'avoir failli la louper, celle-là), il apparoît, ai-je ouï dire en mes esgourdes de roi de la quête aux têtes de bois et gourdes, qu'indisposent moroses sens mes fuites en prose, suite à dévers de vers intenses:
...
Générant abondance de paragraphes qui les agrafent, les croquent, se moquent de continuité: Utile qu'à limiter l'inventivité: Cas futiles à traiter, compatissant!

&&&

Soit:

"-Diane debout!-"
 
"-Soldats Hans Wattefer, Denis Maître, Sam De Meurey, André Crétin, Ueli Desbyl ... Quinze jours au trou! Pour vous apprendre à vous placer correctement lors de l'appel!-"

&&&

Discontinuité ne nuit qu'à qui n'aime thèmes hauts! Qui se contente de restes hauts: Du genre:

"- Table d'Emeraude ou Chambre d'Ambre?-"
"- Merci, mettez-moi plutôt à la Salle d'Opale
Au bout du corridor d'Or,
Et si elle est occupée je me contenterai
du Cagibis de Rubis!-"
&&&

Bref, l'étude des lois cent fois chiantes et académiteuses du juste écrire en bon vol terrien, sous imposition de marge et nombre de caractères et polices précis prescrits, l'analyse de la castratrice contrainte à obsolescence programmée de suivre les règles romanesques devenues grotesques à l'heure des nouveaux moteurs, n'exigeant apartés descriptifs en bas de page qu'aux bas pages sous soumission des éditions, ignorant encore que chaque phrase en ligne de mire renvoie à l'auteur qu'on admire: ...

... Décidément: L'étude des ritournelles du lucre sans sucre ni sel et faméliques coté mérites, comme celle cotée qui farde les coulisses de la harde des petites merdes politiques suisses ... ne m'a jamais fasciné! Ou fascinée? Ou ne m'ont jamais fasciné (ées?) Je ne saurai jamais ... Qui du passé participe tant aux principes embêtants.

Ainsi, n'en déplaise aux bien-aimées mémés et aux défis des filles, à la naïve gent (en tétée) entêtée, exigeant sinécure d'écriture inclusive qui n'aille au braille et qui pinaillent: Voici qu'ai commenté de gore sur support d'efforts et que nul n'a (ni nulles n'ont?) aimé:

"C'est un(e) bêtis(e)ier (mal)pratique des plus navrant(e) qui m'énerve tant(e) que quand je veux montrer que j'inclus bien sûr toujours en mes propos(itions) l(')a(gent)(e) féminine, c'est au moyen(nes) de parenthèse rageuses plutôt que de bêtes trait-e-s."

Mais, point de misogynie de génie ci! Qu'importe si s'extasient ânesses devant la politesse, donc: Bon âne né, après Fêtes, et mieux votes hard que bâtards!

&&&

Or, à l'instar du prophète visionnaire du millénaire et siècles passés, l'immense Alphonse Allais, sans qui jamais nous n'eussions ainsi su titiller époque, vaille que vaille sans jamais de plagiat ni d'alléluias en nos trouvailles: Paraphrasons ce pas rasant grand auteur:

"-Nous ne prendrons pas le calendrier de cette année, trop mécontents de celui de l'année dernière!-"

Eh oui, même les plus humblement gigantesques auteurs ont leurs drôles d'idoles qu'ils citent; Et de bon cœur incitent autrui ... à lire pamphlets, soufflets ... 

... Ali Gniominy 

"Là: Hauts de l'air?"

IMG-20210125-WA0123.jpg

"Et là: Récifs, rage, îles?..."

IMG-20201119-WA0084.jpg

"... Ou haut tapis?"

IMG-20201118-WA0139.jpg

Les commentaires sont fermés.