TACHE MISE EN TROP ?

Beaux ?

Laids ?

Qu’importe !

Tant que les mots rient !

Évoquent le choc de spores

Qui chanteraient la

Manne itinérante

Léchant pignons de pins tachés,

Teintés d’oronges

Et mousses rongeant

Sous asepsie l’eau si boisée,

Et c’est peu dire

Que n’écopent reins !

Beaux ? Laids ?

Qu’importe :

Maux ripaillant

En les entrailles

Croquent les spores !

D’où: Choc de l’été pour ris !

Et ses dommages: Affres & hommages absents, suscitant nécessité thérapeutique d’expulsion d’adages: ...

... Pour potiches: … 

“Neige en septembre

Bon siège et chambre !

...

… Ou pas potes machos:

“Canicule de novembre

Les testicules tu chambres

Et le membre en décembre

Pour levier de janvier !”

Tiens, voilà qu’il nous souvient fulgurance de lointains temps où votre très ferrée simili-Altesse des Lettres détournait proverbes, dictons et maximes, compilait riantes créations et les adressait vainement à de locaux austères canards et ânons d’édition!

Vers l’époque où iceux-là recevaient par épisodes un poème explicite sur carte postale, au fur et à mesure des étapes d’un tour du monde! Les lassant ? De glace ! Imperméables à si outrecuidantes atteintes aux droits de l’adage et divers vers de phénoménal baroudeur !

Con, ce tas ? Jeter de si subtiles perles aux ronchons fut diantrement inutile, car:

Ici: Lâchent l’homme les eaux et les camps, pichets à dits vains en mains: Se vautrent et ignorent votre sort ! Jusqu’à ce que l’odieux choisisse les siens, à l’ouverture des portes de leur historique enfer médiatique !

Or: retrouvons certains de ces fameux adages tordus parmi les mètres linéaires d’œuvres de votre dévoué d’avant l’informatique: Nouvelles, romans, essais, pamphlets, gags & poèmes par centaines, issus de la sueur de l’affront fait au Sieur, “à l’époque”: Wallace-Horace Kilmérit:

(Anecdote: L’excellent regretté “Mix et Remix”, paix à son âme, à certains gags jadis soumis répondit d’emblée qu’il était fort occupé et d’ailleurs “ne parlait pas anglais” :)

...

CHOSE TROP MISE, CHOSE PUE

QUI VA À LA PASSE PERD SA CLASSE

DEUX AMIS RÂLENT MIEUX QU’UN

QUI VOLE UN TEUF VOLE UN NEUF

UN CHIEN VAUT MIEUX

QUE DEUX-TROIS COBRAS

LES CORS AUX PIEDS

SONT LES PLUS MAL CHASSÉS

IL NE FAUT JAMAIS JETER LE MANCHE

APRÈS L’AVOIR COGNÉ

CHACUN POURCEAU ET DIEU PUR-SANG

6 JUIN, LE JOUR LE PLUS PLOMB

COCHON QUI S’ENLAIDIT

TOUT VIENT À POING POUR QUI SAIT ÉTENDRE

C’EST UNE CHIENNE EN VALEUR

IL N’Y A PAS D’AFFAMÉS SANS VŒUX

IL FAUT SE MÉFIER DE L’AUDI SPORT

NUL N’EST CENSÉ IGNORER, LÀ, L’OIE

LA FAIM CHASSE LE MOU HORS DES LOIS

TANT VA LA CRUCHE À VÉLO

QU’À LA FIN ELLE SE CASE

%%%

Et allez: Vu que vous nagez à l’évidence en pleine tristesse, votre délicat et nostalgique Roi-Député du Parti Railleur se doit de préciser que les ci-présentes rétrospectives sont, certes, à laisser de préférence pour compilations dès que surviendra le crade âge!

Mais, en catimini quelques exceptions préalables? Pourquoi pas: L’exception confirmant l’art et glose … euh … confirmant la règle, ose:

Ainsi, daté de temps immémoriaux des années 70, recopié une première fois le 5 mars 1987: Promenade poétique sur un sujet entêtant toujours actuel des décennies plus tard:

Prenez un thème,

N’importe lequel,

Avec séquelles et chrysanthèmes,

Faites pleurer votre encrier:

...

Riez, lorsqu’on vous fait la fête,

Que l’on vous traite en vrai poète

Lauréat bien assis:

Vous aurez réussi!

Prenez un thème

Même bohème,

Sans début, sans final,

Un fanal pour l’abus;

Découvrez, éclairé(e)s

Les critiques apathiques

Qui vous saluent:

 ...

Vous serez lu(e)s!

Prenez un thème que chacun aime,

Prenez un thème, toujours le même,

Traité en vers pleins de mystères

Ou crème-prose à l’eau de rose

Et composez

Osez blaser!

Prenez un thème,

Un thème blême

Dépourvu d’originalité?

C’est tout vu:

Vous serez édité(e)s!

%%%

Ah, le joli monde des menus malfrats du refus de diffusion d’honnêtes et spectaculaires valeurs ajoutées: Quelle tache étendue au pied de tout ça dépeint!

Vermoulue, engluée sous diktat à limace collant feuilles, s’estimant nécessaire car servant à chapeauter rare pognon des champions: Qui ainsi déposent lâches mises! Atterrent !

%%%

Puisque devisant de gastéropodes, derechef: Combien donc sont-elles, en France comme partout ailleurs, toutes ces expertes personnalités surtout politiques, s’affichant ostensiblement intègres et morales tout en se vendant au plus offrant?

Admettez que tel n’était, d’antan, à ce point le cas: Les campagnes furent bien plus effacées: Pour exemple: Du temps d’un sympathique écolo maire de Bègles! Alors qu’à présent, c’est:

“Toutes des pubs sauf Mamère!”

 %%%

Aux USA, le Vizir Bannon est banni, retourne en secte et tout va mieux pour la planète! Youpie! De plus, nul mouvement contestataire, hormis celui qui sourdre, enchante les marchands de mort et désole l’administration sanitaire:

“Touche pas à ma vapote”

%%%

Sinistre comédie, toujours: La Banque Centrale Européenne rachète chaque mois pour 20 milliards de dettes publiques et privées!

À noter que la scandaleusement bénéficiaire Banque Nationale Suisse n’a toujours pas le moindre scrupule de laisser se propager en Suisse l’esclavage moderne par servitude pour dettes croissantes, fabriquées de toutes pièces et démultipliées, sous impossibilité infligée aux victimes de les éviter et de s’en sortir! Produit délictueux d’un noyau politique et financier d’arbitraire imposition crapuleuse, de justice au service prioritaire de nantis et de lobbies d’assurances de genre Illuminati, visant à éliminer petit à petit les “coûteux” moins fortunés, forcenés producteurs de valeurs détournées ou fainéants parasites fourrés en le même tas”. Aucun rachat à titre de pertes et profits en vue, aucune annulation de dettes privées enrichissant frauduleusement les destructeurs de ce pays, aucune annulation mensongèrement annoncée depuis des lustres par le fédéral ne paraît à attendre, en cette dictature capitaliste se prosternant devant partiaux acheteurs d’Art et autres pontes liés à l’obscure privée BNS & vassaux?

%%%

En dépit de ceci: Il n’empêche que suiveuses et flopées d’adorateurs des créations de votre dé, voué à vous y faire gagner au jeu des dévers irrités, que toutes qui poussent et tous qui gloussent préfèrent d’aventure les souvenirs autobiographiques de votre serf, vite heurts contant et bonheurs passés, mais ne les répétant jamais assez;

Ne serait-ce que relatifs à sa palpitante quête du Graal, si fructueuse alors qu’il avait tout donné ou vendu et s’en allait renaître sur sinueux chemins de la planète, regorgeant de mystiques indices. Et que surgissait poème de cet acabit, alors qu’assis sur le trône de roc à symboles taillés, sis face au dolmen surplombant la plaine d'Orus, mégalithe sous lequel passe le soleil au solstice d’été pour frapper le front d’éclairé assis à dessein en cet endroit et moment précis:

Au Mont Royal sous le Mistral

Veillent, veillent, deux corneilles

Gare aux bâtards! Gare aux vantards!

Chante tocsin, ces lieux sont Saints,

Chante tocsin pour leurs desseins!

Au Mont Royal, Grand Féodal,

Sombrent, sombrent deux colombes

Sous la noirceur de nos erreurs,

Sous une ombre d’hécatombes!

Gémit tocsin ces lieux sont Saints!

Gémit tocsin! Pauvre dessin!

Au Mont Royal, mont médiéval

Très haut, très beaux,

Nos deux corbeaux

Gardent ces lieux du coin des cieux

Où repose la Gnose.

Parle tocsin ces lieux sont Saints!

Parle tocsin

De ce dessin!

 %%%

Mais … Bigre: La soupe est servie et aucun bol pour la contenir! Car, pour avoir de quoi faire fabriquer son bol et qu’il ait le droit d’être comparé aux bols des favorisés, souvent emplis de brouet ...

Il faut payer et payer encore de sa personne en bonne soupe à déverser en le vide d’autres bols profiteurs, durant des décennies! Sans jamais que ne déborde sa marmite ou ne soit renversée sur les escrocs vendeurs de soupe et bols; chassant leur amoral commerce bénéficiant prioritairement à leur clan qui accorde ou non, de concert pécuniaire, le droit par moyens octroyés ou non à d’aucun de présenter ou non son propre bol! Qu’ont arbitrairement décidé ou non de décerner ces grotesques seigneurs en s’avouant gavés, régalés en soupe extirpée: Soit décréter ou prou la fin des coupes et le rétablissement du droit du bol.

Amoralité:

Pas un qui ne soit payeur que de l’autre!

… en ce royaume des pieux qui vous matent la tâche …

Ali GNIOMINY

“Éblouissement de l’arcane à ris”

IMG_5411.jpg

Le salut aux ami(e)s qu’au logis s’appliquant”

IMG_5538.jpg

Les commentaires sont fermés.