humour

  • QUE L’ART RYTHME ÉTHIQUE!

    MULTIPLIONS MA THÉMATIQUE :

    SOIT NUL CRÉDIT À CES DITS FRANCS : OR, QUEL EST LE QUOTIENT DES VECTEURS NÉGATIFS CHIFFRANT SI PRODUCTIF BILAN ?

    Vous disposez sur ce support de gourds de 901 minutes de Tribunal Artistique pour calculer la logique solution du : Comment remédier à si partisane pâleur culturelle actuelle, issue d’escrocs pros blêmes à l’idée de découvrir vidée de sens l’essence même de leurs cyniques pratiques de rabaissement d’acquis de qui ne se ment !

    Pros blêmes à la perspective décisive de s’émanciper, de dissiper l’aggloméré brouillard sur les étroits choix culturels entre chantres actuels de blafards scribouillards, et octrois de gloire aux élitistes faire-valoir du Maître Fric obscurantiste et de sa trique académique. Assez de ces cadenassés calculs de qui ment ….

    Rendons hommage de préférence à l’exemple de belle au pair à Sion:

    7 à 8 clos 6 et 3 que 13 affectée, car 100 gêne mise à 9, elle a 6000 qu’elle est 105 !

    &&&

    Parfait! Vous semblez doués pour résoudre les problèmes. Aussi, à présent que tout le monde sait qui de la poule ou de l’œuf est arrivé en premier, et dès lors que le paradoxe du chat de Schrödinger n'a plus aucun secret pour vous, voici la question à laquelle même le plus phénoménal des génies ne peut répondre: Citez un seul Chef d’État actuel au monde qui ne soit ni psychopathe susceptible de provoquer la mort de millions d'êtres humains, ni corrompu ni sectaire ni agissant pour des intérêts nuisibles à son peuple ou/et à la Terre entière ?

    Inutile de chercher. La réponse se trouve dans l'adage: "Si l'armée défendait vraiment le peuple elle attaquerait le gouvernement".

    %%%

    Foin donc de ces calculs qui pullulent ! Et que vite se visitent, au long de si insignes lignes lues: Plus d’apaisantes, plaisantes notes à cote absente !

    DOrmir

    jouit

    MIlitaires

    FAtigués,

    SOLdats

    SIlencieux,

    DOciles

    &&&

    Oyons, de surcroît, si commode Ode aux grotesques toutous, rois ou presque des Lelettres à leur Maîmaître ! Oyons leurs leurres et pires dires:

    Qui ?

    De mauvais genre homme inculte,

    Comme énervé, engendre tumulte ?

     ...

    Qui ?

    Quel phénoménal cuistre

    Se rit ainsi

    De si sinistre supercherie gouvernementale ?

    Qui ose sans prose parodier le merdier si dévoyé

    D’un paradis sine die renvoyé

    Vers l’âtre des quatre jeudis

    Où se consume en l’amertume la coutume ?

    Qui raille, las, face à l’Épouvantail ?

    Dont la souffrance, l’absence de chances

    Ne font de son Art et de ses tuyaux

    Qu’un joyau rare et enchanteur

    Que ne quêtent bêtes avares acheteurs !

    Qui Sait ? Ce qu’est quête en l’achat tout souillé

    D’acquis hors-pairs d’entité littéraire qui,

    Sans frein ni crachats amères,

    Sans gains sait se mouiller ?

    Laissons-ci y songer piégé(e)s

    Agrégé(e)s donneurs de leçons sans honneurs !

     

    Que gambergent ces ânons !

    Et flânons lors sur nos berges d’or :

    Léman d’été ?

    Vague blague abat coups de tabac !

    Léman doux sous soleil et serein,

    De grains en vue et fracas

    Sans pareil dépourvu !

    Léman-ci ? Passion !

    Lac à clapotis chéris et mous sous soumission,

    À rides gentilles titillant humide liant Romand

    Épris d’onde qui ne gronde :

    Léman sillonné

    Aime moutonner.

    Suffit! Foin de défis et pervers vers déballés, loin d’égaler autres poèmes que “détestent” bêtes censeurs et qu’aiment conquis esthètes lecteurs qui ne pestent, ne se vautrent.

    %%%

    Büplizité :

    NEU ROTH ! Comprendre mieux, vivre mieux !

    Ach, nafré : Il faut pien sûr fifre quand on n’est bas pien ékouté !

    %%%

    Passons à justes titres :

    Michel Houellebecq va mourir, nous avertit-t-on!

    Certes, il est relativement évident que la mort surviendra tôt ou tard!

    D’autant plus si c’est de l’œuvre Michel Houellebecq dont il s'agit!

    Tiens, voilà qui évoque un autre de ces contemporains austères pécheurs qui ferrent ris à l’hameçon, sortent pensées de colimaçons et lancent risiblement : “Après ma mort je veux que l’on se souvienne de moi en tant que philosophe !” Car : Un boulanger pour exemple, s’il a fait du bon pain sa vie durant, doit nécessairement préciser à ses clients qu’il convient de se souvenir qu’il fut boulanger et non mécanicien ! Des fois qu’ils puissent encore en douter.

    Croyez-en un humble intemporel Penseur : La Mémoire et la Postérité savent pertinemment attribuer la fonction de celui qui l’a vraiment méritée ! Et l’Indifférence se charge facilement de ceux qui réclament la pérennisation post-mortem de la douteuse couverture à leur supercherie, enfin devenue risible !

    %%%

    Ah, tragique époque d’inique éthique en toc: Juste pourrir: Dissertons un chouia du local microcosme:

    Devinette : Quelle différence y a-t-il entre la classe politique et la Voirie de Genève ?

    La voirie débarrasse les encombrants !

    Autre constat : La pègre ultra-capitaliste est, céans, tellement incapable de reconnaissance que même les enfants sont privés de toutes promotions !

    De surcroît: Afin de dilapider, pour tout et n’importe quoi d’inutilement décoratif, les millions d’argent public détournés de l’usage correct à destination d’acteurs culturels de tout premier plan, trahis depuis des décennies par le même petit clan, ce dernier va copier ce qui se fait partout ailleurs en garnissant d’œuvres d’art les haltes du Léman Express.

    Invitant les passagers à la réflexion de très haut niveau, seront vraisemblablement installées des peintures en trompe-l’oeil représentant ci et là de rutilants WC.

    %%%

    Qui, cynique, comblé de blé,

    S’applique à faucher, gâcher le champ d’épis liés,

    À empêcher de publier ?

    Qui ? Mécréant, créant révolte sur les récoltes !

    %%%

    En l’occurrence: Qu’il soit établi que n’a plus d’aucune manière à être jetée la pierre à qui, aux premières loges, demeura précieux ultime soutien de très vénérables bâtisseurs de mieux-être universel, honteusement mal récompensés pour décennies d’assiduité aux rites qu’ont passionnés fraternels initiés définis; Grands aînés délaissés, délestés par gestion de leurs pairs pas si frères, s’estompant au dernier moment, et ignorant tous proches non ignorants, garants d’héritage exemplaire de souvenirs de bols d’air délassants et de rires; Sans obligation si ancrée d’ingestion de breuvage sacré les saoulant pour mise à nu en fin de tenues.

    Sans T.

    Allez: Go! Ris!

    20190721_184047.jpg

    Même si, sous leurs doux leurres, ils ne savent encore à tort que vol taire d’émaux aux Arts offerts ! Émaux décorant expo de confus refus de dépôt de francs propos. 

    2.jpg

    Car encore et toujours faudra-t-il qu’une certaine chienlit politique m’impose les affres de l’âpre et mité rang ?

     %%%

    Finalement qu’importe fracassé passé, quand :

    Demain : Je rejoins mon balcon où se situe la plateforme d’atterrissage de mon autodrone. Je m’installe et ordonne “Cornavin”. L’ordi me dit que je dispose d’un créneau de vol libéré sur la fréquence et hauteur située en 17m72 et 20m18, de 13h14 à 13h27 sur la voie aérienne usuelle pour petits véhicules volants sans volant. Avec au-dessus, entre 20m19 et 25m04 d’incessants convois de marchandises bouchant stupidement la vue sur les étages supérieurs d’autodrones de luxe, bolides de ligne, navettes, etc. Une fois à Cornavin, je pique du nez de mon engin jusqu’à 10m98, où se situent les flottants étages en mille-feuilles de commerces, ouverts 25h/24, en lesquels j’espère trouver le circuit qu’il me faut pour les vacances, à priorité bien gagnée en la céleste circulation sur créneau 17m72/20m18 toujours du 01.09 au 03.09 entre 0h01 et 21h53 sur rayon de 300km ouvert aux heureux drononautes pour leur évasion en toute liberté …

    Liberté je crie ton non - … sens !

    %%%

    Mais, au fait: Croyez-vous réellement que, même si jamais je ne dispose d’autodrone, je vais renier le bonheur et le droit naturel de planer ?

    Un demi-siècle déjà que jour après jour j’apaise mon glaucome et mes maux d’estomac, mon stress permanent infligé par la médiocrité sociétale ambiante, et les conséquences de la pénibilité pour travaux lourds comme la conscience des malfrats de l’Emploi et d’esclavagiste antiquaire qui à 14 ans me traita comme bête de somme ! 50 ans que je supporte les multiples traumatismes subis, agressions et torture physique, viol en bande sous administration de Rohypnol en douce par des déchets bien Genevois, et vol de chevalière et montre en or de mon père alors récemment étrangement “suicidé”, 50 ans que je pallie aux multiples humiliations et traitement dégradant sous diktat de véreux gestionnaires de condition de vie d’autrui ! Cinq décennies que le bénéfique remède Delta-9-Tétrahydrocannabinol, que le THC contenu dans le produit naturel du terroir, le miraculeux cannabis, me maintient en vie. Et me la sauva à bien des reprises. Comme tel fut le cas il y a 43 ans quand je ne supportai le terrible manque à l’héroïne, qu’en me désintoxiquant définitivement et avec rare succès, seul sous tente en Grèce sans autres médicaments, avec un bidon d’eau chaude et mangeant environ 5 grammes de haschisch par jour pour supporter les indescriptibles douleurs et envies de récidive. Où, après mon ultime sevrage à l’alcool en septembre 1998, parvenant à ne plus jamais toucher la moindre goutte du poison légal grâce à un bon hectolitre durant quelques mois de jus d’orange dilué et un gramme d’herbe quotidien. La marijuana contenant ne serait-ce qu’un peu d’incontournable THC me permettant par ailleurs de diminuer de moitié, sinon plus, ma consommation compulsive de l’officiel instrument génocidaire nicotinique m’ayant piégé très tôt.

    50 ans que la mafia des lois téléguidées au profit de nantis parvenus me marginalise et détruit impunément sous escroquerie prohibitive, à la base au service exclusif de l’OPA de DuPont de Nemours sur les fibres textiles, et à présent en actif soutien au marché noir criminel et au cartel du venin tabagique et éthylique. 50 ans que, pour me débarrasser du dernier de mes terribles combats contre les drogues dures, contre la pire de toutes, légalement protégée, engendrant fatale dépendance, je dois disposer modérément de THC de bonne qualité. Le comble de la supercherie contemporaine, plus encore que de prétendre que les dosages d’aujourd’hui sont supérieurs aux incroyables produits de jadis dont une seule bouffée nous éclairait pour des heures de paisibles et saines réflexions, existe à présent le trafic de pistrouille CBD légal. Le cannabis light dépouillé de ses principaux bienfaits. Obligeant évidemment les amateurs de longue date à continuer à se mettre en danger en se procurant le produit naturel sain, non manipulé, sur le marché noir. Où, tout au contraire, le remède est souvent mélangé à des saloperies fournisseuses de profits à la Pharma, aux Assurances, aux Soins, à la Justice complice et aux Pompes funèbres. 50 ans que l’obscurantisme politique criminel m’empêche de bénéficier librement du seul végétal très peu préjudiciable, en comparaison des bienfaits observés, apaisant l’humain depuis la nuit des temps, du seul remède efficace contre les agressions à l’encontre de mon intégrité, instillées par ruse dès mon adolescence, par une racaille en cols blancs qui, à présent, tente de remettre à belle lurette les essais de distribution contrôlée de cannabis: En demandant que les testeurs d'herbe soient impérativement “dénoncés” à leur employeur et à leurs proches !

    Du fait qu’il y en a peu comme moi n’ayant jamais caché leur thérapeutique consommation, certes ne conduisant pas et encore moins sous influence, excepté la seule fois il y a près de quarante ans où le trajet effectué, sous assurance de mes réflexes ayant souvent surpris l’entourage, se passa sans problème jusqu’à l’arrêt. Où ma moto et moi tombions bêtement sans dégâts sur le côté. Trop à l’aise et concentré sur la route uniquement j’avais oublié son poids. Et jamais de fumette avant le travail à l’État. En résulte que peu d’intéressés à cet essai sont capables de supporter la supplémentaire violation flagrante de la sphère privée et du serment d’Hippocrate, l’exposition obligatoire au ghetto public des “pôvres malades” du cannabis, l’arme ignoble des nobles Suisses au juteux service des fabricants de monstruosités légiférées.

    Aussi, j’exige que me soit tôt ou tard intégralement remboursé par le racket LAMAL le cannabis à bon niveau de THC, le remède naturel dont les coupables de mon empoisonnement aux saletés sponsorisées m’ont trop longtemps indument privé, et réclamerai jusqu’à mon dernier souffle réparation pour l’argent gâché durant 50 ans sur mon infamant minimum vital, en dépendance imposée dès l’enfance manipulée par l’État, au profit des empoisonneurs aux drogues dures légales et de leurs protecteurs. Du genre de ces planqués nuisibles Radicaux, bénéficiaires à présent de cossue rente à vie, qui se succédèrent autoproclamés en tête de la lutte cantonale de Droite contre la drogue, dont l’incompétence démontrée n’eut d’égale que l’arrogance déployée. Ceux-là qui insultèrent mes multiples talents en m’infligeant 32 ans de sous-emploi m’interdisant constitution de retraite supportable. Ceux-là qui, bien à l’abri sur la fortune annuelle usurpée en nos contributions forcées, minables rentes et saisies crapuleuses, furent éjectés en toute opacité de leur siège, avant que n’éclatent les scandales relatifs aux abus manifestes de qui les remplaça en qualité d’indéracinable, à carte jusqu’alors laissée aussi blanche que celle de ses prédécesseurs encore non inquiétés. Et largement méritant pour leurs multiples méfaits la médiatique chute en vol plané qui leur est concoctée.

    Que le peuple contraigne tous “supérieurs à l’État” passés, présents et à venir à être intégrés à la Caisse LPP de cet État qu’ils ont activement contribué à saboter pour leurs intérêts claniques, que soit supprimé l’actuel privilège amoral de la rente à vie pour ceux-là qui agirent, décidèrent et vécurent sans évidente transparence ni réel apport bénéfique à l’ensemble du public, et que cette rente à vie à barème d’État soit doublée pour celles et ceux qui eurent à subir les conséquences intolérables de l’usuel copinage de cette malsaine Droite jadis incontournable et débutant sa chute libre !

    Ainsi, paraphrasant Mark Twain un zeste méchant mais ô combien réaliste qui, lui, parlait ainsi de la religion, force est de constater que … La politique a commencé le jour où le premier escroc a rencontré le premier imbécile.

    %%%

    Au passage, chers confrères esclaves des nababs du tabac et victimes également du business écolo répressif, pensez aux jeunes dépendants sans argent qui souffrent comme tel fut le cas de celui qui vous écrit en sa jeunesse, sillonnant moult pays en autostop : Jetez généreusement vos mégots à terre, afin qu’ils puissent les ramasser et fumer ces restes dans une pipe.

    D'autant plus que ces reliques puantes sont susceptibles d'intéresser les pré-retraités du méprisant État de Genève les ayant sous-employés, leur crachant douze fois l'an leur minable pitance diminuée de 17% en peu de temps, sans le moindre avantage, ni réduction pour les transports, ni le plus petit centime supplémentaire qui leur permettait dès le début du mois de disposer de plus de dix francs par jour pour un pain et un paquet de maladie nicotinique, voire un timbre postal leur permettant de dénoncer l'opulence des charognards leur imposant pareil traitement.

    %%%

    Et justement, parlant des nids de rapaces reliés entre eux pour la bectée offrons-leur encore quelques délicieux vers :

    Face au cancer qui prolifère

    De la sale clique des fanatiques évangéliques

    Prenant le pouvoir si viscéral sur vos “défauts”

    En vous tenant sous faux espoirs,

    Et sans limite qui vous divisent

    Et vous incitent à la bêtise,

    Au crétinisme religieux et pieux fascisme,

    Face aux errances de cette engeance,

    À triste histoire si insensée

    De Christ à croire et financer

    Ne vous aide qu’un remède:

    :

    Prodigué il y a 5000 ans, en le temple de Serapi à Sakkara, le conte de Satmi, décrivant la vierge Mahitusket (Marie) et son mari Satmi (Joseph, le Juste, celui qui obéit à Dieu)

    la vierge Mahitusket ayant enfanté Si-Osiris, fils d'Osiris, Dieu du blé, Si-Osiris qui meurt pour offrir son corps, le pain aux Égyptiens, et son sang, le vin de son Père, qu'il fait boire à Isis dans une coupe ... etc ...

    Cultivez-vous un minimum, et vous serez guéri(e)s définitivement de la dangereuse pandémie des marchands de rentables petits Jésus amis imaginaires.

    Les très vieilles légendes et mythes fantastiques servant à effrayer les naïfs enfants pour qu'ils restent "sages" en grandissant sont tenaces. Et l'étaient déjà il y a deux mille ans, quand une équipe de parias se servit, pour rassembler les crédules opprimés d'autre manière, d'un vieux conte Égyptien plagié. Truffé siècles après siècles de "prophétiques" inepties dont se réclament les passés et actuels tyrans violeurs de faibles esprits et corps craignant la mort comme pète-sec à la Houellebecq.

    Voilà, c'est fait. J'aurai ainsi bien moins d' ami(e)s Facebook et autres à remercier ce 26 juillet de me souhaiter un bon anniversaire, et je pourrai à nouveau en ajouter d'autres plus réalistes jusqu'aux actuels 5000, sans avoir à créer une page Facebook-Pro.

    %%%

    Décidément, vous l’aurez constaté : Il n’est pas facile d’avoir vocation à faire rire alors que légitime révolte nous envahit de plus en plus et que, de surcroît, proche parente est à l’article du trépas.

    Et comble de l’humour d’encre : Être en (pré)retraite privé du réconfort de bénéficier pour deuil d’un jour de congé payé.

    %%%

    Dès lors: Passez une merveilleuse vacance entre canicule et rafraîchissement, le plus loin possible des susdits redevables oppresseurs et sinistres sbires …

    Ali GNIOMINY

    Fini le vol clanique et la hâte lente “sans torts” ! Hein ?

    IMG_3841.jpg

  • LARME MENT

    L’armée paie des centaines de millions pour éliminer ses déchets

    Ah bon, la situation est devenue si grave pour les retraites des gradés ?

    ………………………

    La « couille suisse », friandise belge

    Après l’aplatissement des Suisses devant Kadhafi et autres mafieux espions des contributions des USA, de France, d’Allemagne, etc, il n’y a vraiment plus que les Belges pour croire que les Suisses en ont !

    ………………………

    Johnny fêtera Noël à Gstaad

    Lui que l’on disait si proche du sapin se réfugie en une station réputée pour ses bons soins accordés aux amateurs de jeunettes.

    ………………………

    Nouvelle formule papier de la Tribune de Genève

    M’accueillant malgré tout, (hommage apprécié) sur ce support Internet, incidemment possiblement bouleversant certains esprits moins avertis, je m’en voudrais de jouer l’inévitable fâcheux brisant la fête, pointant d’emblée l’index sur la faille … mais puisque rien ne s’améliore sans critique objective, soit constructive :

    Voila : présentation bien faite et surtout très pratique : Multifonctionnelle

    Collez par exemple contre un mur la page 2 du premier numéro de la nouvelle formule, une grande photo prenant la moitié de la feuille et, à l’instar de je ne sais plus qui de Francis Blanche, Dorgelès ou Alphonse Allais devant la Joconde, vous pourrez sans souci vous raser !

    Mais faites vite, cette brillance du papier est très fatigante qui risquerait de vous couper la chique.

    Pas chic, mais il fallait que vous le sachiez. Et puis franchement, servie sur le plateau du perchoir, l’ancienne version était bien plus spongieuse pour absorber les déjections de mon perroquet. Vous auriez pu y penser, quand même !

    ………………………

    Donc, après l’excellente émission de la TSR sur la manipulation, hier soir, nous constatons qu’Alexander Frei est LIBRE de prendre sa retraite ou de continuer à se faire lamentablement siffler, parce que, malgré ses multiples tentatives malheureuses il n’a pas eu la chance nécessaire, durant un certain temps, de marquer les consciences suffisamment pour demeurer helvétique dieu.

    Du coup il chute illico du statut d’idole à celui de pestiféré des stades. L’ingratitude de l’opinion publique manipulée par quelques siffleurs épars de base me désespérera toujours.

    Un conseil à notre Giant Roger. Prépare-toi à gagner assez de tournois au moins jusqu’à 80 ans, et tu n’as dalle à craindre. Sinon, pauvre de toi !

    ………………………

    Le canidé le plus riche du monde est Gunther IV, berger allemand de comtesse, dont les nonos, non plus ceux de la comtesse, pèsent 163 millions

    L’on comprend mieux pourquoi les millionnaires, laissant d’exceptionnels créateurs dans l’impossibilité matérielle de déployer leurs talents, sont aussi chiens !

    Ouhla ! J’en connais qui vont encore rajouter un cran de plus à ma muselière !

    ………………………


    C’est toutou pour l’instant.

    Ali GNIOMINY

  • Ô, TRIBUN STAUFFERUS, Ô IMPERATOR MARIOPOGGIUS, ALLEZ-VOUS DÉCAPITER L’IGNOBLE REINE VICTORIA?

    Ô Magnifiques Couverts de Gloire, allez-vous à présent empêcher de nous nuire: la fauteuse de troubles, l’abominable reine destructrice de la Santé et convivialité genevoise? La souveraine du copinage helvéto-franco-belge, ayant contracté en lointaines contrées les services, à bon marché, de moult sbires, appelés à sévir aux plus favorisés postes, imposer dissensions, stress et surmenage, négligence de la qualité au profit de la rentabilité, manière de faire un minimum en paraissant occupé et consciencieux, art d’arriver avec la queue entre les jambes et en un mois de mordre et dominer le territoire, … Reine, principale exterminatrice d’un style de travail « à la suisse » dont la minutie, le souci du soin et le prestige ne sont pourtant plus à démontrer depuis des siècles!?

    Sorcière Victoria, instigatrice de l’actuel désastre relationnel dans le domaine sanitaire, catastrophe rencontrée en les couloirs de tous services ou presque, où des helvètes à titres supérieurs sont maintenus au plus bas de l’échelle, sous des ordres fantasques et souvent révoltants, contraires aux recommandations d’instances autorisées en matière d’emploi, finances et santé; Indigènes humiliés sous les ordres farfelus issus de clubs de faux amis et proches, s’entr’engageant à des classes défiant toute logique, clans d’étranges copains copines, pleins de –tu, tu-, (jadis formellement interdits, puis déconseillés, puis juste très mode) à décisions toujours plus répressives et immorales, dépréciant de manière irréversible l’image de la Santé et de la gestion de ressources humaines à Genève.

    Alors? Mise à mort immédiate de cette si nuisible monstruosité, reine dévoreuse de dignité, moyens de survie et santé de ses ouvrières? Que désignent vos pouces, ô Césars?

    … Ah, bon!? Je comprends! Zut alors, c’est donc si vicieux que cela? Fait exprès pour pousser à la pétée de plombs et pouvoir ensuite réprimer «l’explosé», prendre ascendant sur lui et geler à jamais pareille position de cet adversaire? Je m’en doutais un peu.

    Vous ne pensez donc pas tuer, ô Mirifiques Commandeurs Gestionnaires, votre principale poule aux œufs d’or, qui vous offre tel amas de voix, xénophobes ou moins, pareil triomphe! Les empereurs, eux-mêmes, ne peuvent faire à coup sûr ce qu’ils aimeraient, confrontés à certains aspects les plus indécrottables de la fatalité. Mais ils se doivent de protéger le peuple contre les attaques de prédateurs, non de s’allier avec l’assaillant au détriment des intérêts du peuple.

    Que Victoria finisse de dépérir en brisant ses martyrs, puisque tel est votre bon devoir, et que la reine fournisse longtemps encore kyrielles de serviteurs, spécialistes en dévalorisation d’autrui, et succès dans la vente accessoire de gilets pare-balles, à votre empire du Mirobolant Combat Genevois. Puissiez-vous pourtant retirer votre grâce!

    Ave Imperatores

    Alius GNIOMINYUS RAURACUS 

  • PAIX A L'AME DU VENERABLE ayant rejoint l'Universel Architecte

    Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine– Troisième volet de l’«autobiographie policière» inédite, débutée en 2003 par -Castigat Mores Ridendo-(70p.A4) et suivie en 2005 par –Tueurs de gages ou Que m’a coûté Tonton- (120p.A4), malgré l’offre de publication d’une prestigieuse Maison d’Edition ne sera pas encore diffusé cette année, pour les raisons suivantes.

     

    A titre indicatif, Vénérable est décédé le 23.03.2009 dans l’hémisphère sud en m’offrant un dernier sourire gêné, pour s’excuser de pareille inadmissible faiblesse que de mourir. Une centaine de pages de brouillons concernant ce séjour du 3.4.09 au 2.5.09 compose les bases palpitantes du Tome 4 à venir, que je me réjouis et suis impatient de transcrire en ma poétique réputée; Mais cinq jours après notre arrivée en Suisse nous apprenons que la Mamy, à son tour, est dans un coma dépassé, anévrisme; Sans amélioration depuis deux semaines. Nous repartons d’urgence du 23.05.09 au 28.06.09, et ces nouvelles aventures seront vraisemblablement consignées dans le tome 5 de la saga, série qui paraîtra intégralement, plutôt que volume par volume. Tremblez roitelets et dansez bientôt, snobés révoltés, au coin du plus merveilleux des brûlots reléguant, pour exemple du genre et en toute modestie légendaire, l’admirable œuvre voltairienne au rang d’usagé poussiéreux papier-cul.