10/08/2016

SI : REVERS DE TERRE ANIMENT MAUX SI VILS …

Souris

au top

t’amuse:

Art règne

lors qu’âme

se terre

et cure œil

de camp

à gnôle,

hagards regards

de bestioles

qui ne méditent,

errent, ânes,

et

noient,

poisse,

ombrages,

jeux de rats

en nage!

Souris

aux taupes!

Et ruse!

Ronge

heurts,

longes

et bien

des liens!

L’Art baigne

lors qu’âme

assez

racée

règne

se répand

en bienfaits

même sur défaits

rampants

et martiaux

bestiaux

qu’elle n’aime!

 %%%

Non mais, de quelle tanière ça peut bien sortir des trucs pareils ?

Et c’est pour ça que tant de sponsors, mécènes et éditeurs se bousculent au portillon ? De trous à rats pour s’y cacher ! Effrayés par tant d’élans et talents inédits interdits aux lents, pris sous frictions des convictions !

Têtes qui, bisque bisque, ne se mettent en risque ! Oncques ne favorisent qui défrise et dégrise, ne paupérise, dévalorise quiconque ! Cerveaux ne distinguant que peu dingues auteurs, à hauteur du zénith de leurs limites. Ne dépassant hélas la barrière des plats fonds issus d’hier, de tradition sans compromission, à posture sans ouverture, sans louanges, ni atouts à tout ce qui dérange, est puni.

Enfin … Vous connaissez depuis si longtemps ces aspects-là du ridicule ostracisme clanique encouru, issu de déviante obsolète bien-pensance locale et internationale, cause de tous conflits en cours.

Avez remarqué le sabotage subi, la censure silencieuse infligée (à vie?) à votre ravi dévoué Roi-Député du Parti Railleur préféré ; Vous étonnez aussi de tant de mitée frilosité couvrant encore les structures, la facture de la culture, lors qu’échaudé l’État bout, fond, et que l’énervé Privé, qui irrite, en profite bien au chaud pour arroser qui n’a osé, n’a que glosé, s’est tu, méfié !

À l’évidence : Mieux vaut honneurs de foule de lecteurs que médailles de canailles !

%%%

Sur ces entrefaites, très succinctement, comme de coutume, acceptez donc-ci un zeste de polis tics :

May : Dear Lady & Gentlemen séparatistes, bravo ! C’est que vous en avez finalement sous la perruque ! Oui ! Il est évident que le dicton « En bien ou en mal l’essentiel est qu’on en parle » fonctionne également pour les pires barbares.

Donc c’est OK, on a pigé la leçon, à chaque fois que des passants sont poignardés c’est invariablement par un détraqué ; Quand des camions-bombes font des carnages il s’agit bien sûr de malheureux accident ; C’est la faute à pas de chance quand des individus, vraisemblablement fumeurs ayant des flatulences, explosent dans la foule.

Désamorcer la pub faite sur l’origine et l’aboutissement des massacres, c’est éteindre la plupart des foyers alimentant l’ardeur des bêtes humaines.

Restons unis face à la plus malfaisante ignorance !

%%%

Alors que, très au-dessus de tout ça :

Un mien fort honorable correspondant PDC de jadis, Monsieur le Conseiller fédéral et Président de la Confédération Alphons Egli, s’en est allé.

Paix à son âme, merci pour l’ouverture d’esprit avant l’heure, et ma sympathie à ceux qui lui furent chers.

%%%

Hauts mages, et souvenirs encore :

DARE-DARE …

Chère Joséphine,

Croyez bien que le bon Roi-Député du Parti Railleur qui s’incline-ci, par ailleurs Empereur des admirateurs de votre regretté paternel, vous souhaite la bienvenue parmi les actuels bienheureux 1932 bénéficiaires, ne serait-ce que sur Facebook : De ces si pointus épisodiques traits d’esprit de bas rond-de-cuir globe-trotter, multidisciplinaire artiste fonctionnaire d’État et des tas d’autres trucs authentiques.

Sans doute que vous ne vous souvenez pas de moi. Vous aviez 16 ans alors, vos parents nous recevaient chez vous pour le tournage du « Caviar Rouge » de Robert Hossein et du « Tueur de dimanche » de José Giovanni. Votre maman, des plus charmantes et souriantes, devait faire face à tout le ramdam dans le jardin.

Et comble d’honneur pour moi, un jour, grimé en flic, je me suis retrouvé à la table de vos parents à l’hôtel du Rhône, devenu le Mandarin Oriental, en compagnie des couples Hossein et Giovanni, de Rufus, … Et pas moyen de me souvenir si vous étiez parmi nous, j’en suis navré.

Quoi qu’il en soit, alors que je dévorais San-An entre Aristote, Edgar Cayce, Voltaire et Mickey Magazine, votre père m’a ouvert très tôt l’opportunité d’oser : Oser bousculer la langue trop figée, les termes et règles trop attendus, et tant qu’à faire il m’a en sorte invité à l’Art ardu de bouleverser raisonnablement et faire rire simultanément.

Je ne saurai jamais assez l’en remercier. Mes hommages, ainsi qu’à vos proches.

%%%

Et sinon quoi de neuf, de par le monde ?

Les jeux vidéo rendent les jeunes plus intelligents ! Vrai !

Le regard fixé nuit et jour sur leur écran, ils ont naturellement de la facilité ensuite à créer des Sociétés-écran !

Et, loin de leurs stupides aïeux qui s’exprimaient en verlan ou massacraient des bisons, les jeunots pulvérisent à présent des zombies ! Il y a du mieux.

%%%

Tout à l’inverse :

Grand rassemblement à la porte de l’Europe : Un million de marionnettes mobilisées. Et ce mardi, rencontre de marionnettistes, du côté des steppes, entre Guignol et son ennemi de pacotille le Diable. Afin de synchroniser leurs gourdins pour taper sur la tête de Gendarme.

Bon ennui les petits …

%%%

Plus bas encore : Cible ratée : Pas de chance :

83 camions-citerne des rampants du désert ont été pulvérisés par les frappes aériennes.

Mais trois ont été manqués, qui auraient dû compléter l’hommage aux victimes de Nice.

%%%

Alors que, sous nos chatoyantes latitudes :

Des bons-cadeaux sont offerts pour castrer les chats !

Quelle horreur, pauvres bêtes !

Ne serait-il plus économique et humain, que d’offrir à ces minous d’accompagner en un aller-simple pour les harems d’Orient les violeurs allégés, eux ?

%%%

Castrats j’ai dit ?

Rien à voir, ou presque, avec les Témoins de Jéhovah, interdits en Chine, qui draguent actuellement les touristes Chinois. Un comble, sachant que les Suisses, et imaginez donc ceux-là, sont de mauvais dragueurs ! En revanche, côté chinoiseries, ces Témoins sont forts. Mais rien de plus légal ici ; La démarche n’est pas assimilée à du prosélytisme mais à de la diffusion d’idées !

Oui, de la diffusion, diffuse mais de la diffusion : Comme ces sent-bon cancérigènes que l’on diffuse pour couvrir l’odeur du caca.

C’est bon, excusez-moi ! Aussi pour avoir jadis par trop savonné à tort l’un des vôtres, puis en y mettan le temps … avoir seulement vraiment découvert ensuite ses écrits, que j’imaginais cuculs et qui, au contraire, sont bien couillus !

En l'occurrence: Témoins d’un Peut-être, mais aussi de solides réalités et nécessaire Objectivité. Pardon de ne pas aimer d’emblée, d’office ce dont j’ignore tout, et réciproque. Comme de paraître souvent mettre tout le monde dans le même sac secoué.

%%%

Ainsi, votre dévoué moqueur chroniqueur s’assagit parfois, entre deux crises de révolte épistolaire, qui s’apprête à passer plusieurs jours, voire deux semaines pratiquement aveugle.

Contraint de subir opération tentant encore de sauvegarder 60 ans de vision très particulière, négligeant les détails, donc le diable caché dedans, pour se fixer prioritairement sur les vues d’ensemble, les globalités, les interactions, les similitudes, en jouant sur une faible stéréoscopie ou son absence, ayant enfant souvent permis de passer dans l’astral en s’envolant en regard au-travers des murs.

Et opération visant à restaurer les conséquences de 40 ans bientôt d’écrans sous le nez, du plus préhistorique à DOS fluorescent aux plus récents, à raison de 12 à 18h par jour en moyenne. Pour du « vent » sur lequel ont les vendus des vues, une fois le souffle éteint du concepteur sciemment snobé. Qui demande à ses survivants de faire en sorte que jamais, d’aucune manière, le moindre centime généré post-mortem par son Œuvre ne puisse tomber entre les griffes de la racaille en cols blancs ayant pourri sa vie, sa carrière, sa santé, sa démarche pluridisciplinaire hors du commun.

Une chose est sûre, pour cette intervention ophtalmique : Croyez bien que l’épreuve sera terrible ! Pour vous ! Qui devrez cruellement vous priver de nouvelles Essentialités à lire, durant une? Deux? ... Trois semaines peut-être … Sans rire.

Raison de plus pour vous replonger dans la lecture ou le simple survol de ce qui vous intéresse au cœur des plus de 800 articles sur cette compilation de « http://barondecuir.blog.tdg.ch ». Dont certains billets sont pareillement si concis qu’on s’y perd.

%%%

Et à part ça : Qu’est-ce qu’on parie qu’Extrum Krapulia et autres charognards du genre, au service d’abuseurs en voie de destitution, vont se dépêcher de bombarder leur esclave par servitude pour dettes le plus dérangeant: d’illisibles relances de soi-disant dû, à fondement et gestion injustifiables, justement durant cette semi-cécité; Afin que leur victime, une fois encore, ne puisse s'y opposer à temps ? Le jeu est si récurrent, risible et adéquatement éreintant.

Enfin, je mettrai tout en œuvre pour récupérer au plus vite. Dans tous les sens. J’admets aveuglément partiel aveuglement, pour raison de santé, bien que l’épreuve soit ardue, mais jamais pour profits tirés de force à autrui.

%%%

Justement, à cet égard :

La CSS (Compagnie Sans Scrupules ? Contrainte Sociale Scandaleuse ? Confrérie Spécialisée en Soustractions ? Calvaire Sur Salaire ?… Ah, ça me revient : Chrétienne Sauce Yale ! Aïe, mais non, ce serait alors CSY, et CS tout court restant encore provisoirement intouchable, CSS devrait donc logiquement être l’obligatoire Caisse Stupidement Spéculative qui, quoi qu’il en fuse, diminue la complémentaire-maladie de 146.- par an pour les assurés acceptant de porter un appareil de surveillance électronique ! Bidule attestant que 10'000 pas ont été effectués par jour. Bien. À l’heure de la surveillance à tout-va, pourquoi pas ?

Certes, alors qu’un ami portait un bracelet Jawbone Up, j’étais averti sur l’application de son arrivée, savais qu’il était en mouvement entre X endroit et ici et qu’au rythme de son cœur il serait là dans Y minutes. Donc oui, la surveillance électronique d’assureurs fera baisser les primes.

Dès qu’ils auront suivi le parcours de chaque affilié, entre les immeubles amiantés, les habitudes de passage vers la voie ferrée où transitent les wagons exterminateurs de Syngenta, et autres risques pris pour sa santé, permettant d’exclure illico ces assurés de toute couverture.

Astuce bien rodée, comme celle du genre : Consistant à inviter les gentils fumeurs de cannabis à se faire recenser dans des clubs ; Jusque là c’est très bien ; Et retirer le permis à la sortie. Mais ça c’est presque de bonne guerre, comme vacherie traditionnelle.

Croyez-en quelqu’un pour qui le mot « permis de conduire » provoque encore plus d’allergies que le terme « radical ». Du fait, vous réciteront mes fidèles : Que j’ai réussi cinq fois du premier coup l’examen de théorie, ai pris des dizaines de leçons de conduite, sais conduire depuis 40 ans, mais pour diverses raison j’ai dépassé quatre fois la période de six mois après laquelle la mafia de ces autorisations vous fait tout recommencer, depuis les séries de cours de sauvetage. Et le cinquième examen théorique que je fus obligé de subir, plus allégé que les précédents .. ne valant rien aux yeux de telle pègre, était pour le droit de conduire le vélomoteur que j'employais depuis des décennies, avant que nouvelle loi d'extorsion légale ne me force à si débile humiliation supplémentaire !!!

Re-Cours de sauvetage onéreux, etc : Même si je fus pionnier-pompier, premier au cœur du foyer et, entre autre, ange gardien de vieillard repêché dans le Rhône, sauveteur félicité par les ambulanciers pour avoir fait exactement ce qu’il fallait. À jamais écœuré à l’idée de devoir se soumettre encore un jour à ce summum de l’imbécillité administrative en vigueur.

N’oubliez pas, jeunes Suisses, trouvez les milliers de francs nécessaires jusque tout au bout du racket au permis de conduire.

Ainsi assignés impunément à résidence : Ne voyagez surtout pas à travers le monde en oubliant la date de l’examen pratique, ne vous cassez pas la figure sans aucune faute de votre part en moto la veille dudit examen, ne vous retrouvez pas pour la XIème fois à la huitième leçon de pratique sans avoir de quoi encore casquer outrancièrement jusqu’à la fin du vol organisé …

Passez cette merde d'une seule traite, c'est laid mais tant pis, ou passez-vous en définitivement. Alors enfin fidèle au souci de ne risquer de nuire à autrui.

En résumé, question de fumeux nécessaires pièges évoqués : Pas plus que le buveur, le fumeur n’a le droit de mettre en péril la vie ou la santé de son prochain. Surtout s’il prend le volant ou donne du guidon, sans avoir une longue habitude du produit en question.

L’hypocrisie consistant à faire croire que, par miracle, quelqu’un qui est shooté aux calmants, neuroleptiques, etc, comme malheureusement l’immense majorité des conducteurs, celui-là est moins dangereux au niveau des réflexes que celui qui boit son petit vin ou fume son joint depuis des lustres.

Me le répétaient en allemand plusieurs alcoolos camionneurs qui me prenaient en stop à travers la Yougoslavie bouclée de Tito : « Ceux qui provoquent des accidents après avoir bu ne sont pas les habitués à l’alcool, mais des amateurs ayant exagéré. Nous ne pouvons conduire sur des milliers de kilomètres qu’en ayant notre dose habituelle, sinon c’est dangereux ».

À chacun sa réalité. Et à toutes et tous le soin de préserver, si ce n’est la sienne, pour le moins la santé de l’ensemble … La protéger aussi et surtout de toute radicalité.

%%%

Hum … Hum … : Cependant : En dépit de terribles allergies traumatiques subies au seul énoncé du mot « radical » : Bonne chance, succès et longévité sont souhaités à Notre honorable lecteur Pierre Gauthier, et camarades fondant le Parti Radical de Gauche.

Ah, que n’avez-vous plutôt choisi Parti de la Réconciliation de Gauche … Mais bravo !

Quoi qu’il en soit : De Gauche ou d’Extrême-Centre, n’oublions jamais que ce n’est, en tous pays, que le Capital malfaisant qui doit être urgemment saisi et redistribué !

Exclusivement celui issu de honteuse spéculation et de mauvaises fortunes.

Amassées comme celle d’un certain Zurichois, corrupteur politique, sur l’armement et la chimie tueuse.

Alors que les riches de bonne fortune, celle construite par eux-mêmes et redéployée correctement au service de l’utilité publique, ou par un aïeul ayant proprement reçu en abondance les fruits de ce qu’il a planté pour le bien de chacun, comme Charlie Chaplin, Jacques Brel et heureusement certains autres excellents monstres sacrés, ces fortunes bien méritées et humainement gérées doivent même être exemptées de tout impôt! Car ayant déjà largement offert d’immenses Valeurs à l’humanité.

Une simple fraction des amoncellements absurdes d’argent détourné par de criminelles règles de spéculation, visant à écraser les plus infortunés sous pléthore déloyale de contraintes infligées : Une menue part prélevée sur le trafic du fric puant d’indignes spéculateurs et actionnaires de tous genres, trust ou privés, auto-protégés par douteuse actuelle impunité, peut remplacer facilement toute contribution féodale des populations victimes de ces mêmes repus esclavagistes modernes.

La Gauche contemporaine semble à présent cibler mieux son véritable ennemi ! Qui n’est plus l’argent en général, mais la manière de l’acquérir au détriment ou non de l’intégrité d’autrui, de le faire fructifier égoïstement ou utilement pour l’ensemble, de l’employer pour influencer catastrophiquement la vie sur Terre ou pour la sauver des fabricants de misère.

L’argent est une récompense excellente pour toutes et tous, quand il est mérité par soi et les siens.

Le fric est la pire des saloperies, en mains de traîtres à la société humaine, s’en servant au détriment de la Base, afin de perpétuer injustifiable destructrice domination sur les plus fragilisés. Desquels les accusés dérobent, en grandes et complices pompes : Quasiment tous les mérites, efforts, gains et légitimes Valeurs.

Aussi : Vive le pèze ! Soyons à l’aise ! À hauteur de notre Conscience uniquement.

Et Bienvenue ou Bonne continuation aux entreprises étrangères propres, de la source du profit à sa finalité, en passant par la juste gestion ! Directions qui ne seront plus inquiétées et verrons même leur adéquate imposition baisser ensuite.

Une fois saisis tous fonds de leurs secteurs spéculatifs, ou à buts contraires à la santé et au bien-être, par accord de partage avec la nation d’où est issue l’entreprise.

Trusts et privés naturellement amendés préalablement, pour l’indigne égoïsme ayant prédominé aux temps barbares de la soumission à d’insoutenables supercheries monétaires et sociales.

Souhaitons ainsi que quelques Robins des lois informatiques sauront bientôt imposer à la source à 90% les profits malsains et gestions calamiteuses, et répartir équitablement le séquestre entre tous citoyens de la nation, puis du monde en créant des émules, libérant enfin les authentiques producteurs de valeurs abjectement parasités.

%%%

Mais voilà que persiste ce brin de mue gaie, à fougueux traits de réalisme du jour :

Décidément : Risible et agaçant, qu’une démocratie du monologue gouvernemental sévisse mondialement !

Risible que telle démocratie délurée sous laquelle tu votes sous influences, sous force et menace sociale d’us et coutumes trafiqués, rafistolés naïvement et singeant le Convenable, l’Usuel obsolète ;

Tu vis et votes aveuglé, comme prescrit, ou tu crèves en douce exclu de tout, estompé de tous.

Saugrenu, que cedit Droit de formuler une opinion propre ; Pour autant qu’elle n’interrompe ni ne bouleverse trop logiquement le monologue au pouvoir, va de soi !

Pitoyable, que pittoresque démocratie finisse totalement vendue, à salades abîmées, trop égoïstement accumulées en prévision d’illusoires besoins futurs desdits maîtres du vote juteux !

Affligeant, que le soliloque des Têtes de l’hydre démocratique lui fasse oublier de regarder à la base de son corps électoral, son branlant piédestal susceptible de la faire chuter !

Bourrée généralement de failles conceptuelles intégrées dès la petite enfance, que l’absence ou l’excès d’ouverture des portes de perception consolident dangereusement.

L’ennemi de la démocratie n’est ni une nation ni une autre mais en toutes et aucune à la fois ! À l’instar des ces particules de l’Univers qui n’existent à plusieurs endroits que si on les recherche.

L’ennemi est en la triste litanie silencieuse d’une démocratie téléguidée, aveuglée sous le joug de fondamentales tromperies générant arbitraire et incurie !

Perpétuant tabous à bout et glorifiant le Subjectif, tout en escamotant au possible l’Objectif ! En des buts exagérément, prioritairement, sinistrement claniques ! D’empêcher le partage équitable des fruits d’efforts des peuples esclaves de toutes démocraties tronquées : À simili-Liberté, ersatz de Fraternité, faux-semblants d’Égalité et soin outrancier d’Image d’Épinal !

La ritournelle des actuelles démocraties faussées, tentant encore de couvrir les huées d’écœurés, le monologue du plus accumulateur : Cette prière à l’Absence de Consistance et de Bon-Sens des mauvais systèmes politiques a fait son temps, visiblement.

La Démocratie redeviendra-t-elle un dialogue collectif ? Et non plus monologue d’élus sous dictée de cossus maîtres ! Ou persistera-t-elle à périr ? En reniant le dialogue vrai, celui qui tranche correctement : Le partage dans les deux sens de l’Estime des Valeurs authentiques et besoins réels de tout humain, quel qu’il soit. Non plus le partage de cris d’un côté et d’inaudibles murmures de l’autre.

La chansonnette des Têtes démocratiques devient critique ! À elles, à présent, de modifier leur partition, de ne plus jouer sur corde raide et d’ouvrir le coffre à la Base, n’en déplaise à ces pervers doctrinaires actionnaires gestionnaires.

Détestable que n’existe une juste imposition sur les trafics de capitaux et paiements, et non plus sur la poche des perpétuels délestés.

Avec le franc dialogue rétabli, les démocraties misent alors sur la relance par redistribution des notions de Valeurs, de la réalité d’un équilibre fiable, d’une stabilité possible et digne de la condition de vie de chacun. En regard de ses efforts et mérites humains, ou déficiences et nécessités évidentes, de ses luttes pour l’Utilité publique, quitte à offusquer l’ensemble en un premier temps.

En cet espace nécessaire à la décontamination de la pandémie des mystiques farfelues, détournements d’Enseignement, éreintantes contraintes rituelles, bonnes pour la poubelle, vous collant au … béret ……

… Ah ? Ce que j’ai dit ? Va, gai … En cet aperçu de « Wikileaks des concepts frauduleux usuels » offert à titre d’autre Présent et ajout au Manifeste du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour ne vous asservir. Parti dont la devise est :

Tuteurs tordus ?

Roses défoncées !

Pensées brisées !

Patates atteintes !

Haricots narquois !

Ali GNIOMINY

« Ô ! Saigne … mon cœur qui ne rougit,

si caviar surgit, que gauches ne gâchent »

repas.jpg

Ainsi : Que bonne âme se terre, dame

le pion … au tout faux, con, fâché, grincheux,

fâcheux esprit de clocher !

IMG_1377.jpg

Et goûte aux reflets d’humeurs diverses. À-t-il … crainte, pareil auteur, de l’épreuve de se voir confronté un jour assez cité ?

IMG_1324 2.jpg

Que nenni ! Tous reflets confondus forment unité de réflexion, où claire vision n’a plus vraiment besoin ni d’yeux ni de dieux.

 

À tout bientôt. Riez pour moi.

05/11/2015

Tordants :

Ces très vieux trucs que l'on retrouve par inadvertance, comme cette copie d'oeuvre de l'auteur datant de mai 1988, dont l'original fut offert en remerciements pour sa considération à l'ami Dieu des Français.

Numériser.jpeg

Quant à l'huile jointe, plus ancienne, elle est bien trop chère pour vous. Amitiés

Numériser 1.jpeg

02/11/2015

ARROSE ÉTATS !

Eurêka ! L’Européenne Rosetta a découvert de l’oxygène en abondance dans l’atmosphère de la comète Tchouri !

De l’oxygène morte, donc ? Sans vie aucune, bien entendu ? On en reste bien à la version d’un élitiste bon dieu, créateur de vie exclusivement réservée à une minuscule planète bleue, hein ? Ne déconnez pas ! Un business pareil ça ne s’abandonne pas comme ça ?

Et puis : C’est tout Tchourien, ça, de ne pas manquer d’air à ce point là !

Allez, on s’adapte tant bien que mal ! On fait dire à nos pseudo-scientifiques que, tous comptes faits, ce n’est pas le caillou lui-même, la masse inerte, en laquelle le petit dieu terrestre aurait insufflé pour nous la vie ! Non : C’est l’entourage de ces comètes ! C’est l’air de rien !

Cet oxygène stérile de sidéral vide plein de méchants démons : Qui s’est jadis cassé la gueule sur Terre. Engendrant tous vices dont l’Homme est éternellement coupable et doit payer et payer encore pour ça ! Raison pourquoi ce nul de dieu d’une seule planète a créé l’humain, et tout ça, etc. Allez, au boulot, embrouillez-moi ça illico, qu’on respire un peu !

Ah : Et dites à cette conne de Rosetta de se démerder, mais avant qu’elle n’ait fini de faire ses courses, les copains et moi nous aurons un vital besoin d’un maximum de mètres cube pompés vers Tchouri. Alors qu’elle se grouille ! Ou, d’Européen, il ne restera plus qu’elle n’ayant pas suffoqué.

&&&

Sur ce, soyons vraiment bons, pour une fois : Prions pour le martyre de Saint Hervé Falciani. Protecteur des voleurs de voleurs de valeurs !

Prion non inoculé dans son steak s’entend. Ainsi : Loué soit le Défenseur des escroqués ! Exorcisons sa diablesse d’idée salvatrice de créer une organisation citoyenne contrôlant les systèmes de paiement, leur traçabilité et cohérence !

Et cachons au possible son crédo : « Je ne pense pas que la Justice suisse puisse m’offrir un traitement équitable ! Une banque a mis de l’argent sur la table pour éviter d’être jugée, c’est un fait avéré ! »

Sa fervente adoratrice, Sainte Evelyne, ayant pour lui pourfendu le secret des coffres de Pandore, sa tâche terminée, veut mettre son énergie dans autre chose à présent. Ésotérisme signifiant que, Verte d’avoir été évincée, elle rachètera aux Services Industriels le meilleur moyen de vendre du vent comme en religion, sans dommages.

Ou alors, elle se chargera, avec armada venue de Suisse primitive, de mettre son énergie à donner le goût de l’allemand aux écoliers romands. Les invitant à faire comme tout le monde actuellement en ce sens. À migrer en Allemagne.

Terrible, que cette gentille Stroumpfette partie en oubliant la porte ouverte à Gargamel ! Voyez le désastre : La prétendue collégialité au pouvoir doit s’apprêter, pour être crédible et bien représenter sa soi-disant majorité et l’équilibre démocratique, à faire prochainement accepter la présence de deux extrémistes absolus dans le Conseil fédéral.

 Mais comme toujours en politique le côté obscur de la farce bouleversera toutes les prévisions : À savoir qu’il se murmure que les deux futurs Conseillers fanatiques sont actuellement en voie de naturalisation-minute, puisqu’il a fallu aller chercher au Texas et en Louisiane ces deux grands maîtres du Ku-Klux-Klan. Bien décidés à servir fidèlement la majorité en rendant la Suisse encore plus blanche que blanche !

À l’instar d’un certain Français en plein plongeon qui, à l’horizontal et le ventre en avant, risque bien, en contact du liquide, de « reprendre un plat » … inique : Mais affirme haut et fort : « Je serai blanchi ! » et tout bas : « Comme l’argent de la FIFA ».

&&&

Or, tournons notre horrifié regard vers un autre culte à la masculinité: l’UDC Suisse est le seul Parti s’étant offert le gouvernement, à n’avoir jamais eu de représentante féminine au Conseil fédéral. Et en est fier.

D’ailleurs, la feuille de route et le calendrier des nouveaux arrivants sont définis : En date du 7 février 2016, pour fêter la correction de l’erreur précipitamment commise ce même jour, 45 ans auparavant, d’accorder le droit de vote aux femelles suisses : Une grande manifestation mâle se déroulera à Berne, afin d’abolir ce stupide droit ;

Et d’entrer en campagne, dans le but d’acheter comme de coutume les voix nécessaires, afin que « le peuple » inscrive dans la Constitution l’article interdisant le mensonge selon lequel la femme aurait une âme.

Que de bon sens, en fait, si l’on constate le nombre de femmes outrageusement masochistes, votant toujours UDC.

&&&

Bref : Tout va de mieux en mieux et progresse. Pour exemple Amnesty International a perdu son seul badge d’entrée au Palais fédéral.

L’honorable Institution devra certainement se contenter de tenter de raisonner les esprits, en d’autres vieilles bâtisses, puisque ça ne fonctionne pas avec les prétendus humains Helvètes.

Mais avant d’emménager, qu’Amnesty consulte le site DiedInHouse, permettant de révéler l’existence des fantômes cachés dans la maison.

Et http://barondecuir.blog.tdg.ch pour les cadavres dans les placards.

&&&

Par ailleurs, ce n’est bien entendu pas un « Witz », mais le canton de Schwytz a accueilli une nouvelle nunuche blondasse sans âme : Paris Hilton ! Migrante recueillie par un apitoyé millionnaire.

Du coup, Franz Weber retire son initiative visant, à Schwytz cette fois-ci, à lutter contre les lits froids.

&&&

Tiens, justement : Une conne de phrase qui traverse furtivement l’univers sidéré «  Tout globe-trotter trop terre-à-terre équivaut au niveau d’un astronaute qu’on ne tuyaute pour le cadastre de tous les astres ». Si vous avez tout compris, faites-le moi savoir. J’ai autre chose à faire que de chercher du sens à tout et n’importe quoi de ce qui vient du plus profond de soi. Susceptible de donner signe de vie.

Non, mais: Je ne vais tout de même pas m’agiter stupidement comme le SETI de Berkeley, spécialisé dans la recherche de vie extraterrestre, qui s’arrache les cheveux ; Du fait que la lumière intermittente si étrange provenant de KIK 8462852 semble n’avoir qu’une seule signification plausible : La présence d’une structure artificielle géante extraterrestre orbitant autour de cet astre.

Dans le doute, quelques millions de milliards de dollars seront incessamment investis, pour faire main basse sur l’atmosphère de Tchouri avant ces salauds de KIK8462852iens !

&&&

Personnellement, je mise sur ces derniers. Dans l’espoir que, gonflés à bloc, ils puissent faire cesser les pires arnaques sur Terre.  Ce qu’aucun Terrien ne semble en mesure d’accomplir. Toutes celles, ci-dénoncées, et autres non encore traitées. Comme la suppression pure et simple des points Miles & More, après un certain délai où le sciemment très peu informé détenteur de carte, à fonctionnement compliqué à souhait, celui de la carte, quoi que, ne s’est pas manifesté.

Ainsi, votre bon Roi-Député du Parti Railleur d'Extrême-Centre-Gauche voyageuse, suite à son tour de Terre en 2005 et autres très lointaines destinations années après années, lorsqu’il s’est intéressé aux points qui lui eussent certainement offert un nouveau tour de planète a réalisé que pfuiiit, tout avait disparu en les limbes Miles & Moriennes.

Gros trou noir, en lequel toutes preuves informatiques formelles de la réalité des voyages dûment accomplis par les identités en question, méritant points accumulés, se sont dit-on disloquées en vol. Sans besoin pour autant de l’intervention cachée au possible de missile.

&&&

Qu'implosent au plus vite les politiques ...

Ali GNIOMINY

«L’appât n’aura malice ? Là, panorama lisse ? La panne au ras : mal hisse ? ...

IMAG1682.jpg

IMG_1977.JPG

Pris au même endroit le même jour, c'est fou ce que les saisons filent ..

21/04/2015

DÉCAPE, AIDE ET PAIE !

Terrible aveu à charge du Sieur Alain-Dominique Mauris : « Quand on achète du PLR on sait ce qu’on achète ».

Effectivement, ce qui est vendu.

&&&&&

MAIS SACHE QUAND T’Y FIER :

Guerre des sondages : GFS l’affirme : 53% des Suisses sont croyants ! Win/Gallup l’affirme : 38% des Suisses sont croyants ! Les évangélistes l’affirment : 79% des Suisses sont croyants !

Dramatique ! D’autant plus que, dans cette moyenne de 53,33% d’infantilisés déresponsabilisés : 100% croient encore aux sondages !

&&&&&

La Ville et le Canton de Genève proposent de Nouvelles bourses d’auteur !

Merci, sans façon, pas besoin de les changer, contrairement à bien d’autres qui n’en ont pas, les miennes se portent très bien, même si je ne me les suis pas encore faites en or.

&&&&&

Ah, que je vous comprends, Mesdames, quoi de plus normal que de vous voir si jalouses de mon amazone à front bleu.

Non pas que ma « perroquette » répète bêtement plus que vous. Ni parce que je la couvre continuellement de bisous.

Mais arrivant actuellement sur ses 29 ans, et même lorsqu’elle aura 104 ans, comme le perroquet du Dr Schweitzer, bestiole décédée le 4 mars 1993, qui parlait l’alsacien de Haute-Alsace, le français et divers dialectes africains, elle n’aura pas pris une ride et restera toujours aussi jolie et admirée.

&&&&&

Sympathique proposition de Suisse Tourisme : Un itinéraire de 1'500 km dans le pays. En transports publics, l’opération s’appelle « Le Grand Train Tour of Switzerland » !

Après l’esperando, l’anglorando : I’m très happy de savoir que my tailor est riche et my tailleur buying lors des Sale.

Et vous me demandez si je ne trouve pas que ça sent de plus en plus mauvais, cette détérioration de la langue ? Yes œuf, skons !

&&&&&

Finissons la tournée avec : Un peu d’Histoire incommensurablement authentique, sans H aspiré ou si peu à l’époque :

Il n’a jamais été aisé d’associer tragique et gaudriole, mais votre bon Roi-Député du Parti Railleur fit fort en ce sens, il y a un quart de siècle.

Or, par un torride matin de début juillet 1989, (lors qu’existaient encore de dignes très sérieux rigolos, sachant adéquatement repérer les perles d’auteurs riant de vérités, experts en l’art de se gausser des risibles sur piédestal tout en leur offrant d’originales et parfois vitales solutions) un facteur pas encore fainéant m’amenait ceci au domicile de l’époque :

ordre.du.franc.rire.jpg

Trois ans déjà que le Chevalier Coluche s’en était allé vers les rires éternels. Et je devais prévoir de descendre enfin dans le sud, vers fin juillet, afin d’être adoubé Chevalier de l’Ordre du Franc-Rire, et possiblement me voir coiffé du Casque d’Or académique. Soit ! Ma Fidélité à l’Hilarité ne saurait faillir. Ni mon devoir de désopilante reconnaissance. Dont acte.

Je pondis lors, à l’attention du Grand Chancelier Vincent Dizon une missive qu’un jour ressortirai. Un jour où les arriérés contemporains, chargés de trouver et valoriser qui sait réellement guérir de l’ignorance par le rire, seront jugés pour leur malveillance, ostracisme, préjudice au mieux-être de l’humanité.

Une mémorable lettre parmi tant d’autres en mes mètres linéaires de poèmes, nouvelles et correspondances de tous genres. Du bon vieux temps, alors que même les Grands de ce monde prenaient encore le loisir de rire et d’honorer les meilleurs déclencheurs.

Tenez, justement, je retrouve quelques unes de ces enveloppes que je recevais de l’érudit Tonton, qui pourraient bien être la raison pour laquelle le sympathique facteur si admiratif sonnait volontiers à ma porte.

 

mitterrand.env.88.jpg

Ainsi, vers le 5 juillet 1989, je compose l’une de ces lettres à l’attention du Grand Chancelier, missives pour lesquelles, du premier au dernier mot, je me retrouve plié en deux me retenant les tripes, larmes coulant à flots, ne pouvant reprendre mon souffle avant que d’être assailli de décapantes conneries successives à déposer sur-le-champ d’horreurs. Et envoie dite caustique bombe humoristique à M. Dizon, pour lecture de vacances. Additionnée de moult remerciements et promesses de me bien retenir lors de ce jouissif adoubement ; me retenir de faire mourir de rire l’Inestimable Assemblée.

Vers le 17 juillet 1989, cette brave Madame de Saint-Agnan me contacte éplorée. Le Grand Chancelier est décédé le 14 juillet … « je pars en vacances le 14 juillet et un envoi en cette période pourrait bien finir par s’égarer » … Brrrr.

Eh oui, feu nostre Jovial Grand Chancelier, que la Destinée priva de m’adouber : 26 ans de plus, et je défends toujours en vain la veuve, le pauvre et l’orphelin, combats des mous laids sur mon fier destrier, ... que chevaleresque je pardonne presque tous les coups, et qu’effectivement finissent à l’évidence toujours par s’égarer chez les ignares mes plus exquis envois.

&&&&&

Voire être offerts en pâture …

Ali GNIOMINY

Au crépuscule des lieux

coucher.jpg

 à chaque jour sa plaine

17/02/2015

À VIE RUSSE, VIE RUSÉE : DE MINES … ET FASTES.

Glauque probable nid de virus, que cette si secrète réunion nocturne « de la dernière danse », en laquelle ont passé ensemble une nuit blanche les lurons : Vlad, Angela, Petro, François et quelques autres …

Vlad, rat culbutant, sur les nerfs, ses austères partenaires, à ce grand bunga-bunga de l’état des dégâts d’errants : Durant ces douces … heures de relations à sensations maousses, où se leurrent en chœur insensés harassés, où lors : gît d’amours hachées ce qui d’acquis fâche, qui se cache.

Sado mine nations ! D’hôte histrion : Oui, d’autiste, rions, Asperger, selon les blonds colons, icônes du pentagone, n’inspire guère cons fiancés à la Paix, Elle.

Qui affriole les belles âmes, luit, puis infame les attelle, viole.

N’aime seins : Qu’en tenue ! En ceux d’aigrie à retenue : flétris, pas roses : ne se repose pas.

N’a d’orgasme qu’en fantasmes, se rêvant sans trêve en divan sur volage nuage, son ailleurs de voyeur, observant en bavant ses vomis ennemis à crans, se massacrant.

Puis réalise miraculeusement qu’un titre de film ou truc graveleux du cru doit bien être tapi quelque part, mais où ? Il perd les nerfs et ose, compose de son ire sur sa lyre, l’air aéré :

« Dégénérés peuvent se terrer, les décadents de l’Occident vont les occire, et farcir sans retard leurs veuves et bâtards. Dégénérés seront tirés par décadents aidant nos nases du Caucase, nos atterrés par plus fêtards, plus barbares qu’eux, en queue de rebelles caractériels. ».

Assez de morts, alités pour tarée mission ! Et foin des soins aux sous, francs, de ceux qui se disent putes.

Bref : La partie se termina à la satisfaction gênée, râles s’en dégageant. Entre gens mouillés, souillés, mais sans sourciller « réconciliés ».

…………………

À présent, parlons franc, c’est plus simple : Passons de la Taïga à la taille de gars :

Observant que : Les prostituées Chinoises arrivent en Suisse !

Pierre Kohler n’y est pour rien ! Mais, vu qu’en Suisse il n’existe aucune discrimination sexiste, que les maisons closes proposent à leur clientèle un choix égal en matière de viande mâle ou femelle à consommer sur place, ces Chinoises voient s’élargir entre autre leur ouverture d’esprit, si elles proposent leurs services à des homosexuelles :

C’est gouine-gouine !

…………………..

Allez, les amies, vous n’allez pas vous fâcher pour si peu, contre ce pédé de Roi-Député du Parti Railleur qui vous taquine. Où va-t-on si l’on se chicane entre gens que la nature, en son infinie prévenance et lutte contre la prolifération débridée des lapins humains, a munis d’un taux d’acide glutamique pour neurotransmetteur hormonal nous offrant le privilège de sauver l’humanité de la surpopulation, en restant plutôt attirés par des partenaires de même sexe, que le contraire ?

Et, au passage, cessez un peu vos pleurnicheries. Votre enfance terrorisante, sous le carcan mental religieux dégénéré imposé à vos parents et les leurs, fut certainement moins stressante que la nôtre. La proximité entre filles étant plus naturelle.

Peu d’entre vous, mes chéries, doivent avoir entendu de la part de leur brave mère ce que résumait la mienne, paix à son âme, de la consigne alors en vogue : Me répétant « Je préfère te savoir mort que drogué ou homosexuel ou pire, l’un de ces tièdes incapables de choisir ».

Tout ce qu’il faut à un tiède de naissance, pour réchauffer sa conviction qu’il doit vite se droguer et se trouver un ami, afin de compléter le tableau de sa révolte d’adolescence, et du suicide, du débarras de « l’être abject » qu’il est, que la tare spirituelle en vigueur lui réserve.

Au contraire, réjouissons-nous, les bas-faits d’intégristes de tous bords décrédibilisent progressivement la transmission des pires insanités religieuses et politiques. Et l’étude dévoilée à large échelle des fonctions du glutamate, en matière de préférences sexuelles, ridiculisera tout bientôt les actuels criminels à principes discriminants, encore sur très branlant piédestal.

…………………..

Désolé de me répéter, mais il est certaines révélations qui ne doivent persister plus longtemps à passer sous silence entendu, raisons pour lesquelles je reviens régulièrement sur ces sujets précis.

Ainsi a eu lieu à Bürglen, en Suisse râles mande, une standing ovation, à la fin de la messe du curé rebelle Bucheli, refusant d’être viré de sa paroisse pour avoir béni un couple de lesbiennes. Ce n’est assurément pas comme ça que l’un de ses supérieurs, évêque fanatique local, restera dans la Mémoire mort héros.

Et, au fait, plus léger à intégrer : Toute flagrante tant qu’infamante  homophobie de la langue française écartée : Mon doux moitié est parvenu à m’attirer à nouveau vers un repas-express chez Manor. Tétanisé d’être reconnu depuis les cuisines, après mon précédent billet, et que le personnel ne crache dans mon assiette, j’ai pris en désespoir de cause une côtelette.

Gigantesque surprise : Accompagnée de tranches de pomme de terre dorées, presque frites !!! Les légumes avaient du goût ! La viande et sauces étaient bonnes !!! Mais pour la digestion, impossible de faire passer l’acidité des vacheries gratuites d’un momentané  énervement irraisonné à l’encontre de Manor. À peine assaisonnées d’un humour peu digeste.

Aigreur passagère, dont voudront bien me pardonner les Directeurs concernés. Dont mon cousin, je l’avais oublié.

…………………..

N’y voyez nulle métaphore de flagrant délit de traditionnel copinage genevois, c’est juste que le monde est si petit et si grandes les carrières dans ma famille ...

…………………..

Justement, ma petite nièce rentre à l’instant du Brésil, alors que le carnaval bat encore son trop-plein. Le bloc Vai-Vai a gagné à Sao Paulo. Et nous saurons demain si mon beau-cousin Paulo Barros a, comme de coutume, mené également sa nouvelle école de samba à la victoire à Rio. Mais les premières images qui nous parviennent de la Tijuca, qu’il dirigeait auparavant, sur le thème familial de la Suisse, comme par hasard, mérite aussi très largement de gagner. A ne manquer sous aucun prétexte, dès demain plus facilement trouvable sur youtube.

En attendant, ne cédez jamais …

Ali Gniominy

Et navré pour ce petit mâle de gorges passager.

DSC_3332.JPG

 


04/02/2015

SI MONNAIE T’ASSOMMA? RUE, GARS !

Plus de doute : Des messages subliminaux de belliqueux Rouges contaminent jusqu’au patronyme de nos marionnettes !

................................

Sache, citoyen, que si monnaie t’as, à l’avenir, à rendre à pièce éhontée montée, c’est que Simonetta Sommaruga, ta bien-élevée Présidente, aura tant plu aux satyres des sommets, qu’elle en est publiquement baisée. Bisou de yéti à l’alpine chevrette, en fait. Ou d’insensible indigné parrain pour désigner sa cible ?

Que nenni : Si mots nets tassent sots ? Ma rue, galante, rit ! Ne vous reste cas limité.

Par chance, la cernée Conseillère maîtrise aussi bien le galaxien bruxeloïdal de 3ème degré que le français de demain. Sait déchiffrer les curieuses coutumes des zarbis surpuissants, finissant d'aventure gros cochons étalés en tous asséchés lits éditoriaux.

En dépit de la flagrante violation de sa joue gauche, elle renonce stoïquement à devenir propriétaire de restaurant aux frais de l’Eurodieu Jean-Claude Junker.

……………………

Mais revenons à nos si vils assauts de vermisseaux :

 

Ah, le bon vieux temps ! Où l’assurance du concours de votre dévoué Roi-Député du Parti Railleur ... était si particulièrement précieuse à son sympathique correspondant François Mitterrand.

En cette époque bénie où sans soucis majeurs nous achetions en le socialiste pays, avec un seul Franc Suisse, pour quatre Francs Français de marchandises. Beaucoup, beaucoup, beaucoup plus de fromage, de viande, … de tout.

Et à présent, allez comprendre : Tout le bas monde pleure et se serre la ceinture, alors qu’un Franc Suisse vaudra bientôt quatre Euros !

……………………

Heureusement que, pour oublier tant de malheurs, nous pourrons toujours descendre au chaud, et nous payer monts et merveilles en drachmes !

……………………

À l’époque où j’écrivis l’inédit « Que m’a coûté Tonton », traitant déjà de l’ostracisme de la Droite Genevoise à mon encontre, toujours plus misérablement en vigueur, et même bien avant cela et la litigieuse invention de l’euro, nous était affirmé que les prix n’augmenteraient d’aucune manière suite à ce changement. L’euro n’était pas en circulation, qu’en sa prévision tous prix avaient déjà pris l’ascenseur vers les sommets.

Existera-t-il un jour une sournoise machination ou l’autre de la Droite sangsue, permettant d’améliorer la condition de vie de l’ensemble de la société, au lieu de systématiquement la détériorer au seul profit, en toutes nations, d’indignes clans de dangereux oppresseurs idéologiques et financiers ?

Prohibons la secrète devise de tous gauches et de cette Droite-là : « Un pourri, tous pour ronds ».

…………………….

 

Et la vie suit son cours, dehors, les frigorifiés gazouillis sont couverts par de lugubres sirènes à l’essai. Et l’on nous recommande d’avoir des provisions … De préférence avant 2017, où des notifications push nous avertiront des risques majeurs par sms, Twitter, YouTube, etc … Provisions de sommeil, donc.

Vu que les exaspérants « Ding ! Vous avez reçu un message d’importance prioritaire ! Ding ! Vous avez … » ces alertes sonores vont certainement devoir nous faire sursauter (si ce n’est pré-sauter) toutes les cinq minutes.

Mais surtout gardons le moral, hein ? Tact !

........................

Ne pouvant m’étendre plus, pour l’instant, je vous souhaite tout déjà une excellente mi-semaine …

Et youpie ! Euh, non .. Hourra & re-Eureka ! Bien mieux que la City qui me serait servie sans faute sur un plateau, j’ai le privilège (de surcroît dépourvu de tout corrupteur caviar) d’être à nouveau invité à retourner prochainement :

au Mont Dicté sur le Plateau de Lassithi,

dans le carnotzet de Zeus.

N’ayant, lui, aucun risque d’être démantelé. J’aurai ainsi tout l’espace de capter pour vous: quelques nouvelles volutes d’égrégore du Nectar. À ne pas servir …

grotte.zeus-ii.jpg

 Ali GNIOMINY

27/01/2015

C’EST LESTE

Un astéroïde de 500 mètres de large, le plus gros objet céleste jamais passé si près, nous susurre-t-on, a frôlé la Terre hier.

Bon, déjà dans ce monde de machos on dit le terrier, pas la Terre hier.

Pour ce trou où évoluent les taupes, modèles flapies de myopie des utopies, qui s’épient, décèlent chipies parmi elles et les attellent pêle-mêle au forage et dépoussiérage des galeries, saoules, après ris, minant foules de manants niais trônant :  Aux capiteux pieds du déroutant Univers à ragoûtants juteux vers. Où, tel miel, dégouline obscurité sur les aspérités cristallines et sans Ciel.

 

Mais ça c’est une autre histoire. Nous découvrons donc aujourd’hui que nous faillîmes être hier scrabouillés.

Compréhensible. Simple mesure d’économie. À quoi bon se fatiguer à la dernière minute à concocter une information aux populations ? Personne ne sera plus là pour se plaindre, si c’eût été nécessaire.

Ainsi, seuls quelques initiés des mouvements célestes étaient au courant. Sans doute les mêmes, (si rarissimes sont les médias ayant frôlé le sujet), astronomes de l’Observatoire de Parkes en Australie qui, le 21 janvier 2015 ont reçu le signal extraterrestre attendu et recherché dans l’univers depuis tant d’années.

Signal d’événement cataclysmique, éventuellement, ou dû à l’apparition d’un trou noir, ou d’une intelligence ? Silence pratiquement total du côté ci-bas attendu. Et ces ondes rythmées proviennent, comme par hasard, de la galaxie à 5,5 milliards d’années-lumière aux alentours de la Constellation du Verseau !

Vous en souvient-il, il y a des lustres, votre bon Roi-Député du Parti-Railleur vous contait ces épisodes de sa Quête liés à l’avènement de l’Ère du Verseau, celle de l’Échanson servant le Nectar en la Coupe des dieux ? Coïncidences, coïncidences …

Les Temps approchent où les prophéties prennent visage.

Donc, nos avertis astronomes et rarissimes autres secrets individus sur la planète, hier, pensant qu’il n’y avait plus rien à perdre, ont fait une fête de tous les diables. Et la plupart, ce matin en se levant avaient la tête dans un tel état qu’ils sont encore persuadés que le cataclysme a bien eu lieu.

D’autres ont préféré s’offrir à leur manière une dernière commémoration. Le plus doux des déchireurs de cœurs, d’amours et ruptures adolescentes, le richissime Demis a démissionné illico de toutes fonctions, à l’instant où Alexis le Grand fut porté aux nues.

Et ailleurs, tapi aux tréfonds du Maghreb Varois, un vieux nostalgique fondateur de Parti en force et croissante vigueur, ce jour de commémoration des 70 ans de la libération des prisonniers de ses idoles, décida d’allumer une fois encore le four et de rester là à le contempler.

Ripolinant sa gégène chérie l’ayant tant servi, et psalmodiant inlassablement la prophétie de Kadhafi : « L’Europe sera conquise par le ventre des femmes musulmanes » et ce jusqu’à la collision de l’astéroïde.

Finalement il s’endormit, et la maison prit feu, blessant ce fêtard. La Terre entière ou presque le plaint.

Dans le fond, effectivement. Il est préférable que le moins de monde possible soit au courant que le papa du bébé astéroïde d’hier sera sur nous dans 3 minutes environ.

Pas même le temps ni l’utilité de courir acheter ses provisions de guerre, que la Confédération a bradées et n’assure plus. Sous prétexte silencieux comme un astéroïde que de toute manière ça serait impossible à stocker, pas plus que les Confédérés, depuis que tous les abris sont occupés.

Que faire alors ? Espérer que Poutine parvienne en 2mn18 à rapondre ses deux fronts, avançant à gauche et à droite au-dessus de la Crimée, afin d’isoler l’Ukraine de la mer, comme prévu.

Le feu nucléaire étant nettement plus tempéré que celui percutant la planète.

Mettez hors circuit, désastres, les gars laxistes succombant …

Ali GNIOMINY

Astre âgé ? Dis ? Hein ? 

IMG_2396.jpg

Non, hyène ! Païen ! Évoquant intemporel animal mythique du Parti Railleur.

18/01/2015

TOUT EST PARDIEUDONNÉ

Quand n’émeut plus la politique de l’autruche, c’est que le silence aide or ! Plus que jamais.

Ainsi, la posture ridicule de rédacteurs qui m’acculent à pécule qui bascule, m’évoque délicat dicton brésilien :

« Pimantao nel culo do outro nao faz mal »

Piment dans le cul de l’autre ne fait pas mal.

……………

Sur ces hautes considérations, je cesse de m’épuiser à tenter de commenter le dernier billet de sbires de la censure de blogs, ainsi que je le fis dernièrement en des mots très polis et pacificateurs, débutant par « Je vous pardonne … ».

Commentaire que le saboteur « médiateur » concerné a persisté à censurer. Lamentable ostracisme genevois oblige. Je me fatiguai encore à vouloir faire de même sur le blog du grand chef médiateur devant l’éternel orangé. Commentaires fermés. Et il faut compter le temps de remplir trois déclarations d’impôts, avant de parvenir à finaliser le tableau intrusif d’exigences de coordonnées complètes à fournir, pour pouvoir hypothétiquement enfin être lu par l’inaccessible seigneur du mépris médiatique « ouvert au dialogue ».

C’est ainsi, dommage pour eux : MES DITS HÂTENT HEURE … à laquelle tels « médiateurs » auront à répondre de leur discrimination et complicité d’esclavage moderne par servitude pour dettes, prévarication … Pour avoir activement empêché que le public ne découvre référence et chemin d’accès à mon Œuvre libertaire, ne figurant sous la rubrique mensongère « Tous les blogs » … Pour avoir ainsi interdit que nos contemporains soient informés et amusés plus sincèrement, essentiellement et intelligemment enfin qu’à l’ordinaire. Et pour avoir pareillement diffamé l’auteur des prodigieuses créations ici déployées, le privant de l’estime qu’elles méritent et de la valeur indiscutable qu’elles représentent, pour l’évolution de la conscience humaine et du discernement de l’individu en proie aux supercheries généralisées et sciemment entretenues et répandues.

Tout est, par Dieudonné, résumé de la manière d’agir de si sinistres faussaires de la Pensée, adeptes du mépris et de l’exclusion de ce qui les dépasse trop visiblement. Que soient condamnés comme il se doit les contemporains nuisibles portant préjudice à la Liberté d’expression, en en abusant criminellement, ou en la déformant ou la cachant, alors que celui qui s’exprime le fait dans les limites imposées, renonce souvent à l’hilarant jeu de mot qui serait de trop, sait jusqu’où il va et pourquoi il y va.

Gare à ne pas me pousser au comble de l’ironie, et que je me mette alors à conseiller sur tous les continents d’acheter en toute connaissance de cause les quotidiens incriminés.

…………..

Si vous êtes sages, je vous conterai prochainement l’aventure d’une certaine nuit d’été aux alentours de l’extraordinaire Abbaye du Thoronet, près de chez Brad et Angelina. Là où la bauxite paraît attirer les objets volants non identifiés. Partis en la vieille 2CV aux portes tenant par des ficelles, à la découverte des phénomènes paranormaux que nous allions affronter. Après avoir traversé la forêt sacrée en laquelle sur des centaines de mètres, de part et d’autre de la petite route, fusil à l’épaule et au garde à vous tous les 20 mètres, se tenaient les militaires de la Commanderie des Chevaliers de la Rose. Ceux-ci …

 

Mais, oups. J’oubliais. Qui donc de tels témoignages formels et détaillés, extraordinaires et d’importance capitale peuvent-ils intéresser ? Si de telles perles sont jetées aux porteurs d’information tronquée, estompée …

C’est bien trop pour de minuscules cerveaux, que de réaliser qu’un écrivain à multiples registres n’ait nul besoin d’inventer des aventures fantastiques, pleines de magie et de paranormal, n’ayant qu’à puiser dans ses souvenirs pour décrire exactement ce qu’il a vécu. Généralement en compagnie de témoins encore vivants.

Aussi, à vous de voir, chères lectrices et lecteurs, fidèles depuis huit ans ou moins à mes progressives révélations, si vous devez ou non tolérer plus longtemps l’exclusion qui me frappe, ou demander massivement des explications aux faussaires, politiques et médiatiques, qui la pratiquent à mon détriment depuis un quart de siècle pour le moins. Vous aussi y perdez énormément et pourrez un jour leur présenter la facture de leur profonde ignorance, nuisance et incompétence.

…………….

En attendant, glorifions la Croatie, pays civilisé à l’inverse de la Suisse esclavagiste. Digne Croatie annulant la dette de 60'000 personnes. Ah, si les barbares ex-présidents, la cruelle Micheline et l’insensible Moritz, s’étant jadis lavé les mains face à l’extorsion de fonds, discrimination et dévalorisation que je subis, avaient pu s’élever au niveau de conscience Croate … Et si leurs successeurs n’étaient tellement pires encore qu’il est vain d’attendre quoi que ce soit d’humain de telles machines à inégalités programmées.

…………….

Preuve en est la sous-classe de leurs assujettis, sciemment ruinée par la crapule financière, sous-citoyens dont la santé est irrémédiablement atteinte par les coupures d’électricité et de chauffage si, après tous types de racket officiel ils ont pris du retard dans leurs paiements.

L’électricité n’étant pas un droit en Suisse. A peine une fourniture indispensable, selon le responsable juridique des OP de Genève. Ville assiégée de riches où, en moyenne, 2'500 foyers par année étaient privés abruptement de courant et de chauffage. Avant l’installation par les vendeurs de vent, de compteurs à prépaiement.

Le receleur d’énergie faisant payer 2.- de remboursement de contentieux sur 20.- d’une recharge électrique vitale. En totale et misérable violation du minimum vital comme il y en a tant d’autres, la présumée escroquerie Bilag, l’assurance RC obligatoire et ménage très importante non déductibles du minimum restant, les frais médicaux non-remboursés par l’assurance, plafonnés à un montant inhumain, l’interdiction de bénéficier de soins dentaires, changements de lunettes, spécialités thérapeutiques non-remboursées, faute de fournir à l’Office des quittances payées du traitement en question.

Alors que le même Département de Justice sous joug fédéral, se fait complice d’extorsion de fonds par des assureurs-maladie volant leurs affiliés et leur restituant impunément arbitrairement la moitié du larçin un jour peut-être, que ces OP se ruent aveuglément sur les salaires de victimes, collaborant ainsi au profit d’industries sans scrupules de la perpétuation du surendettement, additionnant leurs harcèlements et menaces, atteintes multiples à la sphère privée, de frais indus scandalisant en vain l’opinion publique depuis des décennies.

Croyez-moi, il est des lois naturelles immuables. Exigeant que, si de stupides individus parviennent à lancer un boomerang si fort qu’il puisse continuer droit devant durant des décennies : Tôt ou tard il revient dans la figure ou, après que la Terre entière l’ait vu passer, dans la nuque du lanceur.

Par conséquent, en eaux très troubles : Les anguilles électriques glisseront-elles encore longtemps entre les mailles de filets Justiciers, sans choquer ni gros poissons ni menu fretin ?

…………….

Sur ce, je persiste malgré tout à servir mon pays consciencieusement, en dénonçant ceux qui le corrompent ou l’ont ainsi corrompu. Je ne file pas lâchement à Annemasse acheter compulsivement mes provisions de guerre. J’achète suisse, supporte encore et toujours de voir la distribution de M. augmenter ses tarifs d’environ 20% du jour au lendemain.

Alors que la secte des prévaricateurs de la gestion des compétences utiles à la communauté diffame mes valeurs depuis des décennies, m'emprisonnant en d'artificielles dettes et privations perpétuelles. M'ayant définitivement plafonné à un insultant niveau sans comparaison avec mes capacités démontrées, bafouant celles-ci d'ignoble manière radicale. Et malgré tant de saloperies de ces pilotes sur siège plus éjectable que jamais, je soutiens et aime mon pays envahi par la racaille en col blanc, comme ce qu'il fut et redeviendra si l'on y veille, une nation respectable.

Non, je ne fais de file ni pour un N° de Charlie dont regorgeront un jour les étalages d'invendus, ou qu'on trouvera au marché aux puces par dizaines, contrairement à mes piles de premiers numéros d'Hara-Kiri, de Mad, des Freaks Brothers, de Mickey, de Tintin, de Pilote, collections de Bob Morane, Doc Savage … dont un malfrat brocanteur local m'a privés en bloc il y a un quart de siècle. Profitant de mon état d'ivresse prononcé et de mon dénuement, dus aux présumés mafieux officiels susmentionnés, pour vider ma cave de valeurs qu'il savait devenir inestimables, pour l'équivalent de 300.- Ayant la bonté plus tard de me renvoyer lettres, vieilles photos, etc, restées dans une antique commode embarquée en douce à la va-vite, avec d'autres objets que je souhaitais conserver, alors que l'un de ses collègues me saoulait de balivernes autour de quelques bières.

Donc je ne fais ni la file pour du change ni dans les supermarchés français, ni aux pieds de vendus marchands de mots. Je symbolise le Vrai Suisse ! Hors image d’Epinal : Privé du strict minimum à tel point qu'il ne puisse pas même imaginer aller lui aussi trahir les traîtres qui le discriminent ou ferment les yeux sur de pareilles vérités. Quelle pitié.

……………….

Il suffit. Où est passé l’humour traditionnel ici ? En grève ! Afin qu’avec ces moll.. mots-là aucun mauvais jeu ne nuise à la connerie.

Servant …

Ali GNIOMINY

Effectivement, l’on sent la fatigue. Pas terrible, tellement facile et commune, cette chute.

f.gif

13/01/2015

IMMOBILES LIÉES.

Les loques … à terre … en haillons sous les gnons financiers de couillons enragés, associés à les gruger, sont vengées :

Le  caneton « Je n’ai vos mains, formations » du 7 courant titre en Une : « DES ESCROCS VOLENT VOS LOYERS ».

Enfin un qualificatif adéquat désignant propriétaires et régisseurs !

,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Il faut parfois rire de très, très peu de chose. Comme de ces simili-psy, coach & Cie, qui se graissent sur les difficultés d’autres serviles paumés : En prétendant les aider à évoluer. Faisant miroiter en leurs méthodes décriées, Gestalt, Analyse transactionnelle et autres scientolosciences, le tape-à-l’œil des promesses de décodage de la Quête du Graal.

Ignorant sans doute jusqu’au nom de Chrétien de Troyes ou de Mountreal-de-Sos, et à coup sûr : tout de la grotte d’initiation du Graal. En laquelle nous recueillîmes et dormîmes, ayant escaladé entre ronces et broussailles les périlleux pans de la falaise, pour recevoir le soleil passé sous le dolmen du mont d’en face, le front devant les gravures les plus sacrées de l’Histoire, ornant l’entrée du souterrain des ruines de la Légende. Nous bravâmes alors tous les dangers, début 1977, retraçâmes le sentier alors couvert de végétation, connu exclusivement de rarissimes Quêteurs sincères.

Et voici que je prends une claque à l’instant, me demandant soudain pour la première fois : si quoi que ce soit figure sur le net à cet effet. Découvrant sur un seul site en anglais qu’une barrière a été installée à l’endroit stratégique. Signe de répugnante vulgarisation pré-touristique. Laissant penser que le sentier est à présent accessible même aux plus ignares, possiblement simili-psy … Mais je m’en doutais, il y a quelques mois ou années, j’avais écrit ici que je me demandais si une autoroute n’avait pas été construite, depuis, jusqu’à Horus. Je ne croyais pas si mal augurer.

Aussi : QUI ? De ces coûteux « appuis psychiques » a également très réellement tout quitté à vingt ans, pour Quêter le Graal contemporain durant deux ans ? Cheminant seul sur territoire des ours, traversant mille épreuves, recevant mille présents naturels et apprenant de l’Univers plus encore qu’il n’espérait savoir un jour ?

Qui ? De ces industriels de l’extraction de matière grise à leur profit, qui de ceux-là qui pullulent en nos contrées a vécu en pratique ce qu’il ose prétendre enseigner à d’autres ?

Et qui a tous droits, la tête haute, de partager indices des Acquis et Souvenirs culminants de la Quête à l’Élévation conceptuelle, au Gai-Savoir et Réceptacle de Pureté ? Qui, de charismatique authentiquement, a le courage de s’évertuer à offrir sans contrepartie, (à l’inverse des suppôts de l’obscurantisme doux qui gèrent ce support), qui s’efforce admirablement à donner corps et vie aux preuves essentielles que découvrez, de son sublime parcours, au-travers de certains billets de cette Œuvre Libertaire ?

Eh oui, qui d’insulté, boycotté, estompé par tels simili-psys, coachs et autres vieux grenats d’hier ? Paniqués dès qu’Expert (à exclure au possible) débusque publiquement les ficelles de leurs supercheries généralisées !

Il faut parfois pleurer sur les truanderies de tels mécréants ayant pignon sur rue, roulant au fiel de la bien-pensance ! Qui se reconnaîtront.

…………………….

Vous l’aurez compris, j’adore la logique, la raison et les utiles traditions respectables. Tenez, justement, celle de se souhaiter de Bons Vœux peut, dit-on, se prolonger jusqu’à fin janvier.

Osez ainsi respecter la tradition en vous pointant le 31 janvier prochain sur la Place du Molard, champagne en main, couvert de cotillons et hurlant à chaque passant : « Bonne Année, Tous mes Vœux, Vive 2015 … » sans vous faire embarquer pour l’asile.

Non. En y réfléchissant bien : Je hais la traîtrise des traditions respectables !

…………………..

Ainsi, la tromperie doit être astucieuse pour être qualifiée d’escroquerie ? Soit. Mais comment prouver qu’elle est astucieuse quand les terroristes capitalistes du Secrétariat d’État à l’Économie et ceux du Conseil fédéral négocient en grand secret la pire des attaques à la protection de nos données personnelles ?

En s’apprêtant à nous infliger la criminelle correction TISA : L’accord sur le commerce des services sans scrupules, qui veut parvenir à balayer toutes frontières au business débridé à concurrence sans limites, instaurer partout la privatisation absolue (santé, armée, police, etc).

La secrète terreur TISA, dont je vous parle ici depuis un certain temps déjà, s’infiltre peu à peu à notre insu, dans le silence du plus dangereux et total des tabous fédéraux. Insulte à la prétendue directe démocratie, où les connards d’électeurs n’ont pas à savoir comment l’on abuse d’eux entre cossus compères.

L’enfant-Messie des Socialos, J.-C. Schwaab, nous avertit même qu’alors : la Suisse sera, entre autre, convoquée sans voie de recours devant un tribunal à huis clos, qui aura tout loisir de la condamner pour sa législation portant préjudice à la justice du Business à l’américaine !

À ce stade, la tromperie n’est effectivement tellement plus astucieuse, qu’il est interdit à qui que ce soit de la nommer escroquerie en bande organisée.

Quoi qu’il en soit :

ALERTE ou AUX LARMES CITOYENS !

LES TERRORISTES DU CAPITAL AU FÉDÉRAL

BRADENT EN TOUTE OPACITÉ NOS LIBERTÉS !

Une Union Nationale Confédérée, sans délai, est vitale !

……………………

Autre terrorisme d’État du bas-monde, encore :

Un étudiant égyptien condamné à 3 ans de prison pour s’être déclaré athée sur le délateur Facebook !

Que Saint-Anonymus prive l’Egypte d’Internet jusqu’à la fin des Temps barbares.

Mais tout de même pas dans la foulée, qui le mériterait pourtant, une indigente Julie ne dévoilant les raisons de l’octroi préférentiel de tant de ses espaces, déroulés aux pieds de Frères égyptiens en exil doré ici.

…………………….

Bling-bling, justement : La réparation d’un bracelet Cartier à 6'100.- coûte 7'200.-

Absolument normal ! Prestige oblige ! Voyez les amateurs de Rolex :

Ils vendent une politique à deux balles. Elle coûte des milliards en réparations !

…………………….

N’offrez plus la moindre opportunité de vous voler …

Ali GNIOMINY

A vendre : Huile de l’auteur – Extase de Saint Plement -

XXème siècle – CHF -1'274'000.-

Grandes Huiles.jpg

 

11/01/2015

TU SUIS CHARLIE ? ALORS SUIS-NOUS, LES IRRÉVÉRENCIEUX !

Ne tolère plus le talibanisme de la Tribune de Genève, portant irréparable atteinte à la liberté d’expression de l’un des piliers de l’humour politique « intelligent et gentil », en cachant arbitrairement l’accès à son blog. Par peur que n’en soit ébranlé le socle sectaire, source de profits élitistes et de tous les fanatismes !

Je suis char, libéré, allégorique du carnaval des politiques, char à fleur au canon, n’empoisonnant qu’allergique clique de la défense de l’ignorance.

Dès demain je cesserai-ci les hommages aux confrères, et reprendrai le fil du rasoir drolatique. Mais je tiens à préciser encore la suivante tragique coïncidence :

 

Le drame de Charlie frappe simultanément Charlie,

Le plus génial des humoristes politiques

et pourfendeur de fanatiques !

 

Ce 7 janvier 2015, alors que toute l’actualité était bouleversée, fut le jour du lancement sur grand écran de « La rançon de la Gloire », film traitant de la profanation, par deux sinistres ignorants, du cercueil de Charlie Chaplin.

Gare à ce que les politiques ne rançonnent trop les cadavres de Charlie !

 

Immoralité : Force est de constater que Merlin est détrôné : Le Magicien Cabu, s’éclipsant, lança de loin le plus merveilleux des sortilèges : Un monde entier dans lequel son départ fait pleurer des millions de beaufs et fait applaudir unanimement les CRS.

……………..

Non aux intégristes de la Tribune de Genève s’associant …

Ali GNIOMINY

Trop larges sont les ailes du libre papillon. Que jamais dégénéré prédateur ne saura engloutir !

crap.jpg


 

10/01/2015

À CE TAS : L’AVIS QUE TORTS IL Y A !

Si aiment précipiter le monde dans les guerres et le chaos à leur profit les dégénérés de toutes religions, depuis la nuit des temps, il est vital pour les civilisés d’éradiquer la cause de tous obscurantismes. Et non seulement de lutter trop tard contre leurs conséquences désastreuses.

L’amas sacré du lot primé … du tas de déchets vénérés par la plus rance des ignorances, le paquet de déviances engendré par des siècles de tromperies au service du Pouvoir, l’agglomérat de fondements irrationnels, subjectifs, dépourvus de réalité tangible, l’ensemble des bases obsolètes sur lesquelles s’appuyent les responsables de tous conflits, l’entité millénaire la plus criminelle, la religion n’existant que pour diviser les peuples, doit cesser définitivement de nuire à l’humanité.

Certes, l’amalgame et la stimgatisation doivent être impérativement évités. Chrétiens, musulmans, juifs, orthodoxes …  prêtres, fervents ou passifs simples croyants, ont en immense majorité horreur du fanatisme, de l’intolérance aussi ridicule que criminelle des quelques malades mentaux de leurs rangs, que la malsaine soumission religieuse a créés. Il n’empêche que les innocents de certaines religions, eux, sont systématiquement déformés dès l’enfance par l’obligation d’assimiler en permanence, d’adorer jusqu’à la nausée, ou le lâcher-prise et l’embrigadement maladif, d’appliquer à la lettre sous la menace sociale et la contrainte délétère : des préceptes corrompus inventés en des temps barbares. Causes de cette « troisième guerre mondiale déclarée », selon les propres mots pour cette précédente appellation, en septembre dernier, du sincère Pape François.

En l’occurrence : Le comble de la bêtise humaine ? Croire. Principalement croire que des esclaves formatés en un carcan mental, ayant un millénaire de retard, puissent vivre sans heurts chez les civilisés, qu’ils excluent de leur désastreuse éducation ; Méprisent comme enseigné dès la naissance, considèrent hérétiques et travaillent à ce que ceux-ci régressent au famélique niveau qu’ils tentent en réunion de généraliser.

Preuve n’est plus à démontrer, de l’ouverture d’esprit bénéfique et pacifiste de l’Occident, des libertés supérieures accordées, de l’amélioration du confort matériel et spirituel des civilisés, ayant cessé depuis des lustres de forcer leurs rejetons à rester prisonniers  du lavage de cerveau des écoles religieuses.

Les actuelles conséquences dramatiques du laxisme laïc doivent nous forcer à combattre enfin le véritable ennemi en sa globalité : La pandémie à multiples ramifications terrestre qu’est la Peste religieuse sous toutes ses formes. Cet arriéré moyen de parasiter et dominer autrui, qu’inventèrent et triturèrent et déployent encore à leur seul profit les tyrans de toujours.

Pas d’amalgame, mais stop à la porte ouverte aux délires religieux encore officiels. Plus aucune permission d’affichage d’appartenance religieuse !

En fait, le paradis sur terre et la paix définitive entre tous les humains sont possibles à présent. Après l’expérience désastreuse de l’humanité piégée dans les croyances élitistes, il convient simplement qu’un futur prix Nobel invente une puce à insérer dans le corps de tout humain. Contenant un nanosystème de reconnaissance vocale, relié à une capsule de produit rendant malade à en crever durant quelques heures le fautif. Produit pareil à cette saloperie d’Antabuse a laquelle j’ai échappé en mes temps d’alcoolisme. Faisant gonfler et souffrir l’abstinent ingérant la moindre goutte d’alcool.

Ainsi la reconnaissance vocale délivre le poison dès que l’individu prononce l’un ou l’autre des noms de dieu, extraits de livres dits saints … Et disparaissent en une génération les appartenances à tous types de corruption spirituelle, au bénéfice de malfrats vivant du parasitage des fruits de la sueur de leurs esclaves conceptuels.

Les lieux de cultes sont convertis mondialement en lofts et studios, théâtres et musées. Le genre humain réuni renie l’idiotie séculaire passée, ayant engendré toutes guerres pour du vent, de l’inexistant, de l’inventé dans le but de détrousser, surpasser autrui …

Ayant mené au terrorisme capitaliste actuel et son contraire, le terrorisme prétendument dévot. Et avec des criminels de ce genre, bloqués aux temps de la loi du talion, il peut être intéressant de les terroriser pareillement, les toucher au niveau de leurs intégrées, indécollables superstitions.

J’effectue un petit détour explicatif. L’une de nos amies, s’était fait cambrioler. Demeurant pas bien loin d’un immense camp des gens du voyage. Elle se frictionna la tête abondamment, ses cheveux décoiffés hérissés, se maquilla outrageusement, s’habilla avec tout et n’importe quoi, prit un air terrifiant, un bâton et se rendit au camp tzigane. Où elle hurla qu’elle exigeait d’être immédiatement reçue par la matriarche. Ce qui fut fait sans délai.

Et la furie amie vociféra qu’elle était la plus puissante des sorcières actuelles, qu’elle savait formellement que les voleurs étaient de ce camp, et que les pires malédictions fondraient dès demain sur ces familles si l’ensemble des biens restitués ne se trouvait à l’aube remis dans un coin de sa propriété. Elle récupéra le tout et ne fut jamais plus volée.

Aussi, où et comment seront enterrés les monstres ayant décapité Charlie Vengé ? Face à la ville sainte dont ils ont trahi les meilleurs préceptes ? D’une religion fondamentalement discriminante, peu tolérante, ayant malheureusement contribué à la porcherie de leurs actions ? Les monstres bénéficieront-ils de funérailles nationales d’Etats racailles ? Ou doivent-ils êtres jetés anonymement et en secret dans une fosse commune ? Histoire de déstabiliser leurs complices ?

Observons malheureusement encore, ailleurs, pour lamentable exemple : L’indigence, l’absolue médiocrité de TLC, répugnante chaîne TV américaine sous criminel couvert éducatif : Appartenant à la secte des « malsains des derniers jours », ou dans le genre en voie d’extinction, proposant l’émission de téléimbécilité « Mon mari n’est pas gay » ! Consistant en quelques épisodes à revenir dans le droit chemin, pour des homosexuels devant apprendre à devenir hétérosexuels.

Comme quoi mille ans de retard mental et spirituel frappent sous tous azimuts les cerveaux les plus lamentablement déformés. Sévissant jusqu’en Suisse, en titrant dans le plus gratuit des torchons à ce sujet. « Prêts à tout pour devenir des hommes, DES VRAIS ». Croyez-en un pas entièrement vrai homme : Nonobstant sa légendaire modestie vous défrisant : Très peu de vrais démontrent le courage et la force morale indiscutables qu’honorent déjà depuis des décennies, me concernant, des milliers de personnes. Chacun de mes billets en atteste à sa manière.

Et la progression du nombre de ces témoins, de mes actions souvent téméraires au service de la liberté et de l’évolution de la Société humaine, serait bien plus fulgurante : Si les sinistres talibans de la rédaction des blogs TdG ne portaient pareillement atteinte irréparable à la Liberté d’expression, qu’il osent prétendre défendre, en empêchant au possible l’accès à mon blog.

N’admettons plus aucune concession …

Ali GNIOMINY

Bigre ! Qu’il semble loin le bon vieux temps de l’An 14 d’avant guerre, où votre brave Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche se contentait de fustiger les  « Petits nains du jardin genevois … petits nains abrutis du jardin des nantis … » Ne réalisant encore à quel point la médiocrité de ces inquisiteurs, empêchant l’accès à d’authentiques concepts libérateurs, contribuait à la criminelle perpétuation des offenses au Bon-Sens le plus élémentaire. De la logique et la Raison soutenant la Volonté Populaire non manipulée, non déformée, non faussée à l’avantage clanique de la clique d’enrichis sur l’ignorance de la masse appauvrie.

Ce Souverain tellement craint des saboteurs, usurpateurs, des détenteurs du noir pouvoir de cacher, fâchés et veules, les seules opportunités pour la communauté de sortir du marthyre des croyances sans décence ; à sentances sans nuances qui dispensent dépendance aux violences, à l’arrogance qui se distance d’acquis immenses : De savoir voir les Signes ; de réaliser de Dignes visées ; De contribuer à désembuer le regard si hagard de convaincus qu’ont vaincu les faussetés : D’empotés apôtres agresseurs et autres chasseurs d’athées.

Ce Roi-Député des humains d’indiscutable bonne volonté, en ce présent Manifeste, estime avoir ci  plaidé la légitime défense, pour tous inconoclastes humoristes passés, présents et futurs, victimes de la tare Essentielle de toutes religions.

Croyances avilissantes ayant gangréné l’Homme au point de lui faire oublier de simplement se construire son futur paradis personnel !  En l’emplissant sa vie durant de bienfaits pour autrui autant que pour soi. Oubliant tragiquement qu’une fois passé le cap habituel du changement d’enveloppe, seul Juge et Maître de ses actes, pensées passés, l’individu-dieu unique et Universel se sera automatiquement forgé la suite d’existence à mener. Ayant pour base, à faire évoluer une nouvelle vie durant, tous éléments positifs et négatifs accumulés précédemment. Tout ce que l’être fit pour le mieux-être général et tout ce dont il le priva. Nul besoin de Bergers, d’Eglises et de Communautés reliées ci et là. Bien au contraire, ces artifices, qui ne firent que diviser et opposer sont à présent à bannir.

Pour en finir à cet égard. J’avoue que je trouvais aussi que Charlie allait trop loin. Avait trop dévié des taboueuses cochoncetés sans gravité du fondement harakiriesque pour guerroyer en première ligne sur fond politicard moins drôle et très délicat. Ce qui m’a dissuadé d’insister auprès de Wolinski, ou même de Barrigue pour transmissions éventuelles. Craignant, dans la foulée, de trop radicaliser mes vacheries.

Et voici que les atteintes irréparable à notre Art de l’Essentiel humour libérateur, m’ont présentement poussé à destroyer le tabou de Base que craint de chatouiller la Terre entière ; constituée de peuples de toutes contrées, sachant intuitivement à qui profite le crime des religions ; mais ayant trop longtemps hésité à dénoncer ce véritable coupable de toutes les injustices. Foules commençant seulement à leurs risques et périls à s’en indigner et à s’en protéger.

Bref : Si Satire s’attire ça : Tire à boulets rouges sur tout ce qui bouge s’approchant des méchants, abjects concepts fondamentaux de malades mentaux arrosant, imposant ignorance et errance qu’ils ressassent à la masse.

Ceci dit, la page noire est tournée. Le chaud doit continuer, à dégeler les esprits pris dans la mêlée.

Sans vaines provocations ni expansion de haine. Je m’y applique et nique la clique des assassins des sains desseins !

………………………..

Pour l’Humour de Charlie, qui rallie à l’abandon et au pardon de la contagion fatale des létales religions !

En la Mémoire et à la Gloire de si beaux esprits si incompris : J’insiste, digne, persiste, signe, prends mon bâton d’ange qui tant ne dérange, ou si peu, et sans rejets le peux : Change de ton, de sujet !

……………………………

Le prix du pétrole est au plus bas. Forte augmentation du coût de l’énergie pour nous.

Il n’y aurait pas comme une petite erreur quelque part ?

…………………………….

Certes, il convient que la Russie compense ses pertes en fournissant un gigantesque arsenal aux pires terroristes. Pour les grandes fêtes comme chez Charlie le 7 janvier 2015, jour du Noël russe orthodoxe, demeuré au calendrier Julien. Donc à nous de payer doublement, comme toujours. Quoi de plus naturel par les temps qui se gourent ? Que de rester si traumatisés qu’on ne puisse s’empêcher d’aborder la question.

…………………………….

Non, décidément, rien de drôle à tirer du marasme actuel. Pour nous, pris entre les deux feux de l'écrasante connerie humaine, épuisés par l'actualité, mieux vaut se contenter pour l'heure de ressortir un mien dessin des temps passés, dénonçant l'avancée d'autres agresseurs tout aussi dangereux. 

Sans titre1.jpg

 

27/09/2014

Dans tous les cas les partisans du NON à la Caisse Unique cherchent à tromper

CQFD! ... Pour 20 minutes, etc, à intérêts à examiner à la loupe, tous redevables ...

Ali Gniominy

img025.jpg

20/09/2014

PAS SAGES

Passer de mioche

à

pas trop cloche

est un parcours où se gourent au détour

nombre d’ombres

qui escroquent

leur Époque.

Passer d’élève à Professeur,

s’élever assez,

Penseur d’ensembles d’avenir,

pour devenir Exemple

hissé au Firmament de l’Enseignement

de rêve,

rivé sur sûres bases d’Alliance

et non la vase

d’immatures croyances,

Passer de gosse à Boss

est féroce négoce,

hélas,

face à pathétiques rosses

qui pas à pas cabossent

pas si bêtes Têtes,

Hauts Cerveaux à Niveau

hors appâts à papa,

hameçons à leçons pour ados

à poisson dans le dos,

...

premiers en vrille

des escadrilles éducatives à la dérive.

Passer de bobet à génie

c’est hausser alphabet

garni de dense, infini sens,

au rang des grands

Cris de l’Écrit,

Élever les velléités problématiques

au plan des blancs

et sains desseins amis

mis en pratique,

Relever ravivés bilans d’élans

par race sans classe

réprouvés,

des censeurs détrousseurs

hors efforts entravés,

Passer de niais pas lus

à plus que parfait cons,

jugulant la nature à essor

de qui sort sûr du courant,

Passer errants et lourds

pour importants

est importun,

est tristounet et tantinet dément

amusement de baronnets.

….

Passer d’enfant bavard

à fan des Arts & Sciences,

de la défiance et du vouloir:

aux pouvoirs du Savoir,

 

Passer pour pas trop poire, simpliste,

consiste à ne, âne,

passer d’Enseignant au mieux

à

agacé vieux gnangnan.

….

Tous droits réservés, Genève 20.09.2014 – Jean-Marie ROTH


Sans rapport, évidemment: Pèlerinage chez Jorge Amado. Ilhéus - 2012

 

ilheus 81.jpg


11/09/2014

POLITIQUE APARTÉ : LES GUIDER !

RECTIFICATION EXIGEE DANS LES ARGUMENTS TROMPEURS DU CONSEIL FEDERAL POUR LA VOTATION DU 28.09.2014

 

Page 23 des explications du Conseil Fédéral, jointes au bulletin de vote, hostiles à la Caisse Unique : « Enfin les assurés ne pourraient plus changer de caisse s’ils devaient être mécontents des prestations de la caisse ou du montant des primes ».

 

Exacte explication, motifs : Esclave durant des années de Philos, plus chère que d’autres, avec interdiction formelle de changer d’assurance, ne me donnant absolument pas satisfaction, ayant pratiqué avant l’heure la compensation de dettes à mon encontre, etc, je fus viré contre mon gré chez Intras, plus chère encore. Avec obligation du jour au lendemain de payer les médicaments en pharmacie ou d’être humilié par des demandes de cession de créance aux médecins et pharmaciens, acceptant ou non, à qui est immédiatement réglé par mes soins le 10% en fin de mois, etc …

 

Soit : Persistance de tel esclavage en vigueur, pour paiement de primes obligatoires supérieures à celles d’autres assurances, par l’actuelle interdiction cachée par le Conseil fédéral de changer de caisse maltraitante.

 

J’exige, par conséquent, que le Conseil fédéral modifie son affirmation fallacieuse (laissant à penser à l’électeur mal informé que tout assuré peut changer de caisse à volonté) en indiquant :

 

« Enfin les assurés ne pourraient plus changer de caisse s’ils devaient être mécontents des prestations de la caisse ou du montant des primes. Comme tel est le cas depuis longtemps pour les assurés maltraités ayant du retard dans le paiement de leurs primes ».

 

Faute de quoi la votation devra être considérée comme nulle.

 

Genève, le 11 septembre 2014 

 

Jean-Marie ROTH

31/07/2014

HYPERMEGASUPERSUISSE CONTRE LES IDIOTS DU VIL ÂGE

En ce vil Âge de Fiers, tombés sous le joug de  scélérates « majorités », de xénophobes et protecteurs de corruption économique, Le voici redescendu vers le commun des mortels, plus serviable que jamais. Pour les mouilleurs et pour le dire.

DSC_5337.JPG

 

Bien qu’il soit des silences plus tapageurs que tout vacarme.

 

Ainsi, merci à vous toutes et tous, fidèles adorateurs d’

Helvète Justiciable scié !

 Vous qui, non contents de ne plus l’acheter, avez même cessé de voler la Tribune ; Depuis que la Rédaction des Blogs TdG a détestablement censuré, par refus de référencement, les par trop réalistes propos d’Hypermégasupersuisse, alias Ali Gniominy, Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, sur http://barondecuir.blog.tdg.ch où vous traînez à nouveau présentement.


C’est, vous en conviendrez, fort regrettable.

D’autant plus que depuis si longtemps que votre dévoué n’a sciemment plus rien ci-publié, allez savoir si l’incompréhensible et muette sanction n’a pas été levée ? Seule la publication de cet article nous permettra de voir si le blog figure ou non à nouveau à la place qu’il occupa durant tant d’années. Auquel cas la bisbille sera vite oubliée. Et faute de quoi elle se changera en polémique bien plus publique.

 

Bigrement regrettable, pareillement, que cette croissante diminution de lecteurs due à cette censure. Principalement pour les stratégies de drague de cow-boys de la caissette.

Je m’explique en cet anecdotique aparté, comme toujours authentique, non déformé si ce n’est possiblement légèrement par la mémoire, et avec preuves et témoins à l’appui. Juste afin que d’aucuns fouille-merde comprennent enfin que je suis tout sauf procédurier. J’intente une légitime action s’il le faut vraiment tous les dix ans en moyenne. Alors que j’aurais pu obtenir gain de cause et moult dédommagements quantité de fois, mais préférant y renoncer. La douteuse protection de lobbies à principes charognards m’oblige à plainte pénale actuellement, mais c’est une autre histoire en cours. Jamais donc pour des actes délictueux du genre décrit en ce dit anecdotique aparté:

 

Ce samedi matin-là, il y a bien 25 ans, alors qu’une caissette contenant des exemplaires de la Tribune et une autre de La Suisse trônaient encore face à la boulangerie du début de l’Avenue de la Jonction, je m’en allais, avec sur l’épaule gauche mon Amazone à front bleu, Loro, alors âgé de deux ans, et sur l’épaule droite Youki, une splendide Jandaia, chercher mon pain.

Comme de coutume, par naturel souci d’hygiène, en restant au seuil de la boulangerie, et demandant à la caissière en pâmoison de bien vouloir sortir me tendre mes achats, à distance des acérés becs. La vendeuse me remettait alors la monnaie, afin que je traverse la rue, prenne mes journaux du week-end et rentre à domicile. Sans plus de distance à parcourir, en répétant (comme un perroquet) à tous interrogatifs passants médusés : « OUI, ILS PARLENT !!! Ils sont polyglottes, parlent français, brésilien, et entre eux dans leur langue, même trop et trop fort !  »

Ce samedi matin-là, cependant, je pense avoir exactement la somme nécessaire à l’achat desdits canards, avant même de passer à la boulangerie. Effectivement, au premier coup d’œil ça suffit. Je commence à introduire quantité de piécettes. Zut alors, il manque en tout et pour tout CINQ centimes !

Je ne veux pas frauder, me promets de mettre au moins DIX centimes de plus dès que j’aurai obtenu la monnaie de ma tresse. Je traverse la rue, la boulangerie est ouverte, la vendeuse me voit et prépare la monnaie, comprenant ce qui se passe.

Un cow-boy m’arrive dessus brutalement, carte brandie haut : « Contrôle, Monsieur vous n’avez pas mis la somme exacte dans la caisse, il manque 5 cts, d’accord, mais c’est du vol, ça fait 30.- (si mes souvenirs sont bons) si vous payez tout de suite, 40.- si c’est plus tard ! »

J’essaie en vain de lui expliquer ce qui précède, quant à mes habitudes en la matière, mon souci d’infaillible honnêteté, la honte que me provoque cette stupide situation devant des gens qui me connaissent. Espérant en secret que l’un de mes oiseaux pince ce con. Rien n’y fait. Pas même l’intervention de la boulangère, renvoyée vulgairement à ses fourneaux par l’abruti.

Je dois payer illico, le gros bras se fait menaçant. Je lui explique que je n’ai que 10.-, lui présente ma carte d’identité dont il relève toutes coordonnées pour l’amende, griffonne son papelard, me le tend et ordonne : « Vous payez ça lundi au plus tard, avec la surtaxe, ou la police passe chez vous et vous embarque, lundi, pas un jour de plus ! » et il tourne les talons.

Ses méthodes sont choquantes. Alors encore relativement jeune, donc stupide, (j’adore me faire plein de djeuns zamis), je suppose qu’il doit se dire que mes bestioles sont illégales. Raison de cette étrange menace pour un « vol » de 5 centimes (en fait : emprunt durant un laps de temps envisagé de moins d’une minute).

Qu’ils y viennent ! Ils seront bien surpris quand je leur sortirai les papiers officiels du vétérinaire cantonal, attestant de parfaite santé et de soins attentifs que nous leur prodiguons, m’autorisant même à voyager à l’étranger avec le perroquet. Il suffit que je passe annuellement en faire la demande, au besoin.

Le soir même, nous avons invité trois amis à manger. Nous sommes cinq autour de la table. La sonnette insistante de la porte nous fait sursauter et un peu paniquer. Je m’éjecte de ma chaise et vais ouvrir.

Déjà le cow-boy des caissettes est entré à moitié. Plaqué contre la porte ouverte, les pieds empêchant que celle-ci ne soit refermée. Il est visiblement éméché, nerveux et … fauché. Qui commence à me faire tout un cirque, affirmant que j’ai mille fois plus d’avantages en lui donnant 30.- de suite plutôt qu’en payant lundi. Et il a l’extrême outrecuidance d’ajouter, me tutoyant à présent : « Tu as des invités, il y en a bien un qui peut te prêter cette somme, que tu paies cette amende sans autres suites ».

Je pète conséquemment les plombs, hurle plus fort que lui que je porterai plainte, paierai lundi et pas avant, « dussiez-vous vous passer d’alcool jusque là… » et autres idoines gentillesses. Parviens à le foutre dehors et ferme à clé. Il s’en va.

Pour le moins choqués, trois de mes invités restent muets. Le quatrième, bien plus âgé que nous, banquier féru d’art et de vie nocturne, se marre en douce.

Je tente d’essayer de me mettre à commencer de m’excuser … et l’aîné en question me coupe la chique en nous lançant:

« Vous n’allez pas me dire que vous ne connaissez pas ce gulu ? Il vous faut sortir un peu, lui il m’a reconnu en tous cas, c’est pour ça qu’il a laissé tomber. Mais, voyons : Il n’y a pas pire folle à Genève ! Tu as eu une sacrée chance que l’on soit là ce soir, sinon il y a bien des risques qu’il ait obtenu, comme avec tant d’autres, ton paiement en liquide ! ».

Quelle horreur. Non, j’y aurais échappé par tous les moyens possibles ! Car à l’époque je n’aurais pu supporter sur ma conscience que, dans l’histoire, la Tribune ne touche pas un sou.

Ce que c’est, quand-même, que d’être trop bon … Pour ce que ça rapporte, un quart de siècle plus tard, comme remerciements de ma sollicitude envers ce quotidien …

******************************************

Assez de pleurnicheries, revenons à vous, moutons. Qui faites honte au grandiose Hypermégasupersuisse, votre évident défenseur.

 

DSC_5541.JPG

Vous qui, par violence de l’indifférence permettez encore qu’Helvétie, notre Sacrée Terre, ainsi reste la proie de lobbyistes meneurs sans scrupules pourrissant simultanément Chambres et Conseils, trahissant chaque jour plus que la veille les véritables valeurs humaines, les exigences réelles de la Volonté populaire, au profit pratiquement exclusif de menus clans de rusés décideurs à multiples obscures casquettes; Sous couvert d’auto-autorisations de légiférer, extorquées par ruse, force, menace, sournoises influences … leur permettant d’abuser à loisir de gestion de la condition de vie d’autrui.

Vous qui gobez à foison de l’officiel canular, de la coutumière supercherie sans réagir, ni même en rire, la preuve, voyez la tête que vous poussez en lisant ça, vous qui n’avez encore réalisé que ce XXIème siècle est avant tout à libérer de l’esclavage spirituel ou ne sera plus.

Pareillement, ont fait leur temps et tant de dégâts les philosophes sous traditionnelle influence, les formatés artistes et autres « élus » bardés de barbares papelards, censés représenter le peuple : Tout en siégeant aux sommets de machineries à rendements ultra-élitistes, machinations généralement dites à buts sociaux, visant à soutirer à l’extrême  le fruit de la sueur d’autrui : Afin que le faible n’atteigne jamais la limite de vie que sa condition dérobée prétend lui permettre. Limite à partir de laquelle chaque Confédéré doit prétendument pouvoir se reposer sans plus de souci, sur minimum décent, augmenté en fonction de ses mérites et cotisations, … mais qui, majoritairement, crève avant. Comme programmé. Ou voit son fonds pillé par frais exagérés pour soins, résultant des dégâts corporels et/ou psychiques occasionnés par les discriminations subies une vie active durant.  

Vous qui semblez tellement craindre le nettoyage des cossus élus prévaricateurs, par obligation de déclaration du patrimoine et de rentables affinités familiales et amicales, comme sous l’actuel socialisme français : Vous, Helvètes mes sœurs et frères, allez-vous plus longtemps tolérer que nos terres d’origine, usurpées à nos aïeux par radicales crapuleries des temps jadis, et que nos biens actuels mérités, sempiternellement séquestrés, inaccessibles en leur énorme majorité, demeurent de force administrés à l’encontre de nos individuels intérêts ? À présent même par l’helvétique demeurée caste socialiste ! Portant atteinte aux Droits les plus élémentaires des Confédérés non fortunés, en souhaitant faire interdire le versement partiel en capital du IIème  pilier.

Déjà que les ¾ en fin de contrat sont de toute manière bloqués pour rente, me semble-t-il, comme tel fut le cas pour une amie arrivée à l’âge de sa retraite, pour qui j’ai dû pondre moult missives à cet effet. Une vie durant, le maigre capital pour lequel nous disposons de tous droits contractuels, de respect théorique des clauses promises au départ, l’unique pitance que l’on s’est préservée est la proie de tous charognards. Qui, pour X ou Y raisons d’ « « « « équité » » » » trouveront toujours le moyen d’empêcher le Suisse (sciemment maintenu moyen, ou moins encore si possible) de racheter en sa vie aux descendants de voleurs ne serait-ce qu’un mètre carré de la terre de ses ancêtres! Et voilà donc que notre rupestre crétinisme socialiste en rajoute une couche.

En l’occurrence, Hypermégasupersuisse le Magnanime vous invite pour intermède à parcourir l’excellent article du Sieur Mohammad Farrokh, intitulé « Blocage du IIième  pilier … retour sur une idée de gauche » dans le N° 732 des marginaux anars du canard laqué : Tout l’Immobilier.

Il suffit ! Des lois corrompues, comme la monstruosité Lamal au service principal du capital, protégeant massives extorsions de fonds, portent atteinte irrémédiable à la santé, aux finances, à la sphère privée … aux droits moraux les plus évidents de foules croissantes d’esclaves de l’assurance obligatoire et sbires ! Interdits à vie de changer de racketteur parmi les plus chers, si quelques primes à montants farfelus demeurent impayées.

Intolérables lois en force et vigueur, pour lesquelles leurs auteurs doivent être auditionnés, et autres lois-fantômes qui paraissent protéger les plus notoires prédateurs du recouvrement, aux pratiques de partout dénoncées sans effet juridique, ni pourquoi jusqu’alors.

Or, pour ce premier raout, l’époustouflant pas fou de foot Hypermégasupersuisse, qui vous revient de lointaines contrées, peut vous affirmer qu’il y a de quoi se dire :

 

Suisse, et de moins en moins fier de l’être.

 

Une trentaine de proches ont reçu au fur et à mesure, en cinq chapitres, le récit d’une centaine de pages du récent voyage m’ayant fort heureusement éloigné de l’actualité d’ici, dans lequel je parlais de nos vaines recherches avant le début de la Coupe, dans les commerces du Nord-est brésilien, de maillots de l’équipe Suisse, ou de nu-pieds Havaianas. Pour la circonstance comportant comme motifs les drapeaux de tous les pays concourant.

Exceptée la Suisse. Absolument aucun de ces articles. Inexistants. Personne ne sachant vraiment pourquoi … Construction de B.R.I.C. oblige.

Ainsi, Hypermégasupersuisse, votre héros Roth sonnant si bien toqués & sains, s’en lamente, en l’attente de jours meilleurs. Oyons sa mélopée :

« Mon pays, la Suisse que j'aime et que j'ai connue jusqu'à ma majorité est salie à jamais, n'a plus rien à voir avec la machinerie fascisante que deux générations de corrompus ont installée pour ordurière politique financière. Je défendrai les véritables Racines et Principes fondamentaux de mon pays ma vie durant, lutterai par tous mes pouvoirs pour le rétablissement du mieux-être général, l’abolition des nuisibles hiérarchies, particulièrement celles relatives au mondial parasitage religieux, la disparition des disparités d’accès -en fonction des moyens- à la Justice, aux Soins, à la Culture … la fin des actuelles multiples atteintes helvétiques à l’intégrité de l’individu … »

Réjouissez-vous, votre bienfaiteur SurSuisse, l’Incommensurable Hypermégasupersuisse,  parvient alors à retenir de justesse sur le bout des touches le discours suivant qui allait démarrer. Vous l’avez l’échappée moche : … Concernant son grand-père et les siens, au tout début du XXème siècle. Qui luttèrent tant pour introduire des assurances, une AVS, quelques vacances, qui fondèrent tant d’espoirs. En ce qui est devenu le pire cauchemar du petit peuple, l’assommoir de la ruine organisée. Honte, honte à ce pays en l’actuel état, et à ceux qui perpétuent et vivent de toutes formes d’officiels favoritisme et  discrimination.

 

Suivez à l’avenir encore ici, ou bientôt si nécessaire accueillies par plus correcte et franche rédaction, les aventures d’Hypermégasupersuisse, qui ne vous oublie pas.

Certes, il n’a pas suivi au jour le jour les locaux scandales nouveaux, ces temps-ci, a un peu perdu le fil, mais pas le plaisir de vous divertir et surprendre par ses  patchworks littéraires incongrus, cinglants ou hilarants, mais issus du meilleur tissu.

De même place-t-il, pour ce premier raout, une profonde pensée-ci, dirigée vers immense majorité :

Croyant fermement qu’il suffit d’en poser une avec difficulté dans les WC du Palais Fédéral, pour pouvoir dire ensuite, en toute fausse .. fausse modestie : « Vouii, M’dame, je fais un peu dans la politique ».

Par ailleurs, sachez que les chiens n’étant étonnement pas admis en ce Palais Fédéral (qui l’eût cru ?) certain Service privé peut se charger à présent de préserver leur ouïe des pétards de la Fête nationale, alors que festoie leur Maître ! En les emmenant en vacances à l’étranger.

Sympathique initiative, de plus en plus précieuse par ces temps qui courent sous l’occupation des malfrats du capital, même pour bien des Conseillers : Que pour le moins un membre de la famille puisse partir un jour en vacances.

 

Bref, bref : Hypermégasupersuisse, le pas fou de foot du vil âge vous le scande à la ronde : 

Non à la corruption tapie sous image d’Epinal !

(n.b Toute ressemblance avec un remuant personnage ne peut être que prudente coïncidence)

 

Voilà, votre héros des hérauts retrouvé, grillez cervelas & polluez esprits, comme le veulent coutumes de veules, mais dès lors années après années un peu moins tout à loisir.

Et qu’enfin, ceux qu’enchantent ces cancans tiquent !

 

GLOIRE ET LONGS AVIS À HYPERMEGASUPERSUISSE !

 

Avant que ça ne pue la magouille jusqu’au fin fond des jungles :

DSC_6032.JPG

Production J.-M Roth


06/05/2014

DIX CRIS MINÉS

1) La discrimination pratiquée par un quotidien au service de la Droite timocratique genevoise, à l’encontre d’un bloggeur de l’opposition est-elle tolérable ?

2) Faut-il prévoir, de la part des générations à venir, un devoir de Mémoire pour les victimes de l’actuel ghetto médiatique local ?

3) Les lecteurs disposant d’un minimum d’objectivité doivent-ils continuer à accorder crédit aux informations d’un quotidien si méprisant, qui cache ce qui fait tache sur l’injustice croissante prônée par des Partis de nantis, contraints à tour de rôle de retirer leurs nauséabondes affiches, clans empêchant par copinage et arrosage financier de groupes de faibles électeurs savamment déresponsabilisés, interdisant toute évolution équilibrée de la Société ?

4) La dissimulation de critiques fondées, et suggestions d’authentique utilité publique, quant au droit de remettre en question un système corrompu visiblement destructif, engendrant chaque jour plus de spoliation et de coercition, de révolte et d’insécurité, est-elle une forme de crime contre l’Humanité ?

5) Qui tire les ficelles des marionnettes me censurant, et doit fournir les motifs précis de cette discrimination ?

6) L’atteinte à la personnalité d’un artiste par camouflage de ses œuvres combattant l’infantile subjectivité, imposée grâce à de juteuses croyances au bénéfice unique de groupes de « supérieurs » responsables de la décadence généralisée et de tous conflits sur Terre, cette atteinte grave est-elle digne des pires heures de l’Histoire ?

7) Combien d’autres habitués depuis des années de la blogosphère TdG sont-ils pareillement discriminés, par exclusion de leurs écrits ne figurant plus dans la rubrique mensongère « Tous les blogs » ?

8) Faut-il en déduire que les blogs TdG sont exclusivement réservés aux délétères guéguerres épistolaires entre mystifiés sémites et antisémites, et autres serviles religieux ou politiciens tout sauf dérangeants ?

9) Mes 1'484,41 lecteurs uniques, en très exacte moyenne mensuelle, juste pour les 12 mois écoulés, ces 1'484 fidèles à mes textes, ayant parcouru chaque mois 10'496,5 de mes pages-web, sur les 22 que compte ce blog, 10'496 pages-web contenant chacune environ 30 publications, dont certaines font à l’impression plus de dix pages A4 … Mes 1'484 suiveurs, dont certains commencent sérieusement à s’impatienter quant à mon flegme et ma patience face à la malveillance qui ne m’est pas même signifiée, ceux-ci pourront-ils encore raisonnablement contribuer à la survie matérielle, et au maintien de l’image convenable d’un tel organisme de presse ; Agissant impunément en silence et avec suprême dédain contre les intérêts du fournisseur d’un travail bénévole phénoménal ?

10) Faut-il que j’émigre vers un support plus respectable dans la semaine, exposant la suite que mérite ce sabotage, et en avertisse les centaines de personnes dont j’ai les adresses e-mail parmi les 1'484 cités, ou, nonobstant le fait qu’un certain administrateur de cette blogosphère n’a jamais daigné m’écrire merde ou quoi que ce soit d’autre depuis plus d’un an que j’ai remis un manuscrit à la réception à son intention, et deux que je lui ai gentiment offert d’en écrire à sa guise la préface, lui donnant ainsi l’occasion de démontrer la bienveillance de la Tribune de Genève même à l’égard de propos et convictions avec lesquels elle n’est pas nécessairement d’accord, … malgré la manière dont me traite ce « pouvoir » puis-je encore espérer que mon blog soit remis dans les 48 heures à disposition du public, et que l’on oublie de part et d’autre ce malheureux épisode à relents de sinistre mémoire ? Ou dois-je d’ores et déjà prier mes fidèles sur chaque continent de clamer haut et fort leur légitime indignation, de bombarder de commentaires leurs connaissances, face à telle trahison genevoise du principe voltairien, impliquant de laisser s’exprimer librement le contradicteur ; d’autant plus quand il est à même de soutenir ce qu’il affirme devant un tribunal intègre ?

Réhabilitez ce blog ! Ne contribuez plus …

Ali GNIOMINY

17/04/2014

SENS SÛR !

Ami(e)s de mes proches amis, qui me lisez, et tenez Le Monde, Libé, Fluide, Charlie, Unis et autres Académies … Voyez ici qu’une Tribune suisse camoufle, après sept ans d’hésitations, les œuvres de tel hors-pair Poète, dissident politique helvétique dérangeant encore actuellement :

Sur la fonction « Tous les blogs » de blog.tdg.ch : barondecuir.blog.tdg.ch a disparu. Et la rédaction ne répond plus. Dommage. Réparable sans doute.

Même, très improbablement, si j’avais à m’excuser pour avoir bien involontairement par trop choqué la sensibilité de rouages trop graissés. Auquel cas je le ferais suite à décision de Justice si douteuse soit-elle ; mais pour l’heure me paraît arbitraire la désactivation partielle de ma présentation publique.

Certes, depuis la disparition de « La Suisse », que personne n’a eu Le Temps de racheter, l’industrie journalistique fut formatée selon les exclusives exigences du profit des tenants des cordons de la course à l’info. La plus susceptible d’aguicher le grand nombre. Soit la moins remuante, la plus conforme aux us corrompus, la plus fidèle aux décadentes pratiques politiques, philosophiques, religieuses … en force et vigueur.

Course à l’Info faussée à la base, par pré-concepts dispensés dès l’enfance à la masse, ne reposant que sur diktats déterminées de ce qui « doit » se dire à la masse ou non. Principalement en contrée d’actuelle austérité ultracalviniste. Le bourreau de Michel Servet lui-même ne reconnaîtrait plus le virus qu’il a propagé. Qui doit se refiler coûte que coûte à l’acheteur tout sauf averti, lui plaire selon les  convictions du tout-puissant patron, et sbires.

Certes, la consultation de mon œuvre est momentanément réduite, du fait qu’une partie des lecteurs réguliers ont oublié l’url: barondecuir.blog.tdg.ch. Et qu’aucun nouveau lecteur ne peut s’y connecter. J’en prends acte. L’Histoire de l’Art pareillement.

Inutile de revenir, comme tout récemment, sur le fait que je préfère la qualité de mes lecteurs plutôt que leur quantité. Ça ne voulait pas dire qu’il fallait priver tous les lecteurs crétins de la TdG de l’opportunité de découvrir mes textes par hasard, d’évoluer enfin,  ne mettant doutes sur ma bonne foi, et de devenir un jour lecteurs de qualité !

Ni qu’il fallait frustrer les lumineux fidèles de la liberté de profond culte à l’humour humaniste athée, que leur dispense depuis des lustres le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour ne les asservir. Ce prétendu Souverain, Suisse de souche. Etrangement non vermoulue. Peu commune. Qu’exclue Tribune ? Allez, je cesse vite d’exhiber ces bisbilles, passe à plus classe :

………………….

Corps nus. Pour leurres. C’est à la mooode. (Pour sauter des coqs aux ânes) :

J’en tombe des nues ! (Pas assez il est vrai) !

 

Ode à l’Art voyeur :

Que de l’Art, en tous ces si communs nus, émoustillant grands photographes, peintres ou sculpteurs, rédacteurs, producteurs … Que de l’Art qui effare.

Mais où va  l’artiste parmi liés, si seule la nudité prétend rehausser ses talents ? Choque-t-il encore, cet art jet-set du futile exposé, qui ensemence toutes usées osées performances ?

Il n’y a plus que ça sur tous supports : ça baise sur les planches, pond des œufs vaginaux, montre ses fesses sur les sommets ou par centaines. Qui : Des seins, qui des culs, des nombrils, qui à dessein brillent comme pommes ou écus.

Qu’une seule série, seule revue, qu’un seul film existe sans nudité serait enfin du plus avant-gardiste. Mais l’attrait est encore bien trop fort. Nerveux, l’audimat veut de la chatte et vite, et de la    limite à hausser.

Soit: C’est cela qui paie et plus rien d’autre, vêtu de vertu réelle. N’est plus artiste que celle ou celui dont on a vu le cul. Et génie qui s’expose de face.

Ainsi, à défaut de soutien des locaux présumés prévaricateurs, puisque je ne suis plus couvert par la Tribune, ou si peu, je n’aurai plus bientôt qu’un seul et unique moyen d’attirer encore bonne fortune, et incommensurable vague d’admiration publique lors imméritée. Selon les actuels critères d’appréciation.

Je vais, sans aide médicamenteuse, me produire prochainement devant tous médias dans un numéro artistique exceptionnel, une performance inédite provoquant idoine stupéfaction, complétude et tout ça de sonnant et trébuchant :

A l’aide d’un petit ballon percé en son fond et relié à une ficelle, sans l’aide ni des mains ni des pieds, ni des lèvres, du nez ou des oreilles …, je vais durant une heure, pour autant que je n’y prenne trop de plaisir, jouer au bilboquet.

Et si vous me dites que c’est du déjà vu, passez-moi l’horaire des représentations. Pas que ça m’intéresse spécialement, non. C’est uniquement à titre d’intérêt artistique, évidemment, histoire de « ne pas rester stupide », de demeurer à jour en matière de summum de l’Art Contemporain, provoquant le plus grand bruit et la plus forte impression, voyez-vous … Exclusivement afin d’en doctement ensuite disserter, va de soi … comme tout le monde.

……………………..

Bien plus cochon, à présent : Débute, du 30.4 au 4.5 le 28ème Salon de la Servilité littéraire et du conformisme mièvre, si ça vous intéresse. En gros, l’essaim de quelques sains … et de tous assassins de la Littérature.

Salon dont l’ex-Directeur et la nouvelle, démontrent toute la cohésion et quiétude d’esprit :

Eu égard aux vers du chevelu Sieur poète UDC Oscar Freysinger : Pierre-Marcel Favre s’est vivement enthousiasmé pour des vers « bien tournés » attestant que poésie et politique ont toutes deux le même pouvoir clivant …

Légèrement moins adoratrice, Isabelle Falconnier, succédant au fan de textes « fleur bleu marine » issus de Droite dure, semble faire preuve d’un chouia de  lucidité supplémentaire, affirmant que cette poésie est vieillotte, ringarde, dégoulinante de clichés, qu’il ne s’agit pas de poésie, que ça n’a aucun intérêt littéraire ou intime.

Aïe. À coup sûr, très bientôt, au prochain Directeur, ou retour à son poste du « bon »: ... Freysinger est Prix Nobel de Littérature.

S’il vient à poil à la cérémonie de remise, évidemment ...

……………………….

Et que nous dénude encore ces jours-ci l’actualité ?

Le fil choquant de l’eau dans le gaz :

L’armée de l’air Jordanienne a détruit des blindés syriens qui tentaient de pénétrer sur son territoire. Mauvaise affaire pour Poutine. Comment va-t-il pouvoir finir d’envahir l’Ukraine, si ses forces spéciales se font massacrer en Jordanie ? Les autorités jordaniennes affirment qu’il s’agit de trafiquants d’armes. Ce qui confirme les susdits soupçons.

Il ne lui restera plus, pour parvenir à ses faims, que de reproduire l’Holodomor.

Vous savez ? Ah, non ? l’Holodomor, voyons : Ce génocide étrangement oublié ! Entre 1932 et 1933, lorsque Staline a tué des millions d’Ukrainiens en les affamant …

Bref, nous avons le nez dans les nénés, des messes pour les fesses, et nous nous  chamaillons stupidement, alors que devons lutter ensemble, car voici le retour …

Ali GNIOMINY

18/10/2013

OTAGE, OUI …

Otage, le militant de Greenpeace, Marco Weber l’est bel et bien ! Incarcéré et sévèrement jugé pour avoir grimpé sur l’une des fiertés de pays scandaleusement homophobe.

 

Des Personnalités Suisses apportent leur soutien à ce captif en lui écrivant. J’en fais donc de même.

 

Courage, Marco, tu devrais être libéré même si tu as fait une immense bêtise, qui ne pouvait que t’apporter la haine et les chicaneries des Russes au pouvoir ! Donc propriétaires de résidences secondaires !

 

Tu n’aurais jamais dû t’appeler WEBER !

 

…………………..

 

Et puisque nous voici revenus par ici, voyez comme notre Soviet suprême nous vole :

 

Au prix prévu pour la vignette autoroutière, la moindre des choses serait que puisse être collé, en lieu et place sur le pare-brise de cette rikiki vignette : un poster autoroutier !

 

À proposer, lors des orgiaques beuveries automobiles qu’organisent de locaux Services de prévention, pour que la jeunesse cuitée puisse à loisir vomir et conduire en état d’ivresse, accomplir des prouesses vu l’état justement, s’en glorifier et veiller à ne jamais plus conduire à moins de 2,5 pour mille … ou que sur un circuit protégé. Bravo, oui, protégeons-les ces chéris chauffards, qui apportent si nécessaire plus-value dans le commerce de la mort et du handicap, et bottons le cul à Saint-Christophe.

 

………………….

 

D’autre part, rien à voir, tant qu’ils ne sont pas encore suffisamment dépendants, mais : Les pilleurs de troncs sévissent !

 

Vous admettrez qu’il est vraiment lamentable que, par manque de dons d’organes, les chirurgiens en arrivent à se servir comme ça !

 

Comment ? Ah, les troncs d’églises ? Désolé.

 

Je ne suis pas enquêteur, mais je leur conseille de s’intéresser aux nouveaux magasins qui fleurissent aux abords des églises, échoppes vendant tous types de boutons et trombones …

 

…………………

 

Appel à l’instant d’un bien aîné éditeur ami hospitalisé, dont l’unique livre de chevet est ma prochaine parution-papier. Qui s’offusque à assez juste titre que je le pique un brin par mail, lui disant que, comme tous éditeurs, il ne lit qu’en diagonale. Du fou j’ai tout, là, je n’eus pas dû m’y risquasser. Ouhla que nenni. Il me lit jusqu’entre les lignes étages par étages, même ratant quelques marches à première lecture. Mais, me dit-il : « -Que de JE !-»

 

« -Oui, oui, mais justement, si tu ne lisais pas en diagonale tu verrais qu’il s’agit généralement de ma part d’une parodie des habituels égos surdimentionnés, des procédés de « Starisation » en cours, consistant à se porter soi-même aux nues par imitation de ses sincères admirateurs, de déranger au possible par tant de génie étalé, trop de concepts inhabituels à intégrer. Je révèle certes l’exacte vérité relative à mes connaissances et compétences, voyages et réalisations, jouant artistiquement et politiquement de surcroît un improbable personnage naturellement mégamégalo de ma composition, le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour faire bisquer trop traditionnalistes, rire, délasser et réfléchir les autres en crise. Certes, JE m’en veux d’être si bon dans le domaine le plus difficile de l’écriture, celui de la première personne … .-» …

 

« -Rhââââ … Mais, bon, tu sais écrire, oui, t’es très doué, c’est certain, mais le lecteur s’en fout de toi, ce sont des évènements palpitants qu’il veut, et il en a plein avec toi, comme tes aventures en ex-Yougoslavie et tes nombreux voyages, mais trouve-leur plutôt un personnage, cache un peu ce JE que l’on ne saurait voir, tant que tu n’as pas encore une grande renommée … -».

 

« -Comment ? Mais j’ai une certaine renommée ! Des milliers de lecteurs qui suivent régulièrement mes aventures !-»

 

« -Oui, et qui t’apprécient d’autant plus qu’ils n’ont pas à débourser un centime, mais pour la renommée rentable c’est une autre histoire.-»

 

Gloup ! Là il marque un point. J’écouterai son conseil.

 

Par conséquent, dorénavant votre Mozart des vers, Génie de la prose étagée et de tout le reste, le plus phénoménal Poète de tous les temps, ne parlera plus de Lui qu’à la troisième personne.

 

…………………….

 

Rions un peu à présent : Suite à mon article du 8 courant, ci-dessous, voici ce que je reçois sur geneveculture@romandie.com en même temps qu’un très dangereux virus informatique, bloqué par mon système bien protégé. Coïncidence, j’en suis persuadé, ce virus provenant vraisemblablement de pays oriental. Mais, allez savoir, car qui vole un œuf ….

 

Bonjour,

 

Je suis le médiateur d'Intrum Justitia et j'interviens sur le web dans le but de solutionner les litiges.

 

Nous avons constaté des termes très violents contre notre entreprise et contre des personnes de l’entreprise. Veuillez trouver ces propos ci-dessous :

« …un avis de saisie ordonnée par le dénoncé présumé escroc notoire Intrum Justitia, pour qui tous juristes et médias ne cessent de répéter qu’il ne faut jamais rien payer, que ses procédés sont totalement illégaux… »

http://barondecuir.blog.tdg.ch/archive/2013/10/07/sacres-...

 

Nous ne voulons pas que ce type de commentaires soit associé à notre entreprise ou à son personnel.

Nous intervenons dans le cadre de mandats de recouvrement suite à des retards de règlement. Notre activité est régie par le décret n° 2012-783 du 30 mai 2012 et nous sommes membre de la FIGEC (www.figec.com).

 

Notre objectif est de faire respecter les droits et les devoirs de chacune des deux parties. Nous travaillons dans le respect de la réglementation et de la personne privée

  

Dans l’attente de votre réponse, je vous remercie par avance pour votre intervention.

 

Cordialement

 

Médiateur IJ

 

Ma réponse :

 

Cher Monsieur,

 

Je prends acte de vos revendications et vous présente mes excuses pour avoir osé PRÉSUMER que les agissements illicites d’Intrum Justitia puissent être associables à de l’escroquerie, avant même que les Tribunaux n’aient prononcé de sentence en ce sens.

 

En effet, une simple recherche sur Internet fournit bien assez d’indications sur les condamnations prononcées contre les abus d’Intrum Justitia dans plusieurs pays, et les médias et associations de défense des consommateurs ne cessent de mettre en garde la population contre les procédés pour le moins scandaleux et déshonnêtes de votre employeur, entre autres machineries de recouvrement abusif. Et un nombre incalculable de témoignages sont en ligne qui dénoncent, très étrangement encore sans spectaculaire succès, ce qui est qualifié au minimum de : Faux et usage de faux, Tentatives d’extorsion, harcèlement abusif, enrichissement illicite, intimidation, abus de faiblesse, etc.

 

Ainsi, je veillerai à l’avenir à tenter de ne plus présumer, au-travers des colères de mon personnage littéraire poussant tout à outrance pour parodie d’absurdités contemporaines en vogue, de ne plus me demander quelle différence existe entre un système que j’imagine possiblement escroc, car volant librement les gens en toute impunité grâce à des protections portant préjudice à la population, à déterminer par probable enquête parlementaire et audits futurs, et des sociétés de recouvrement usant de moyens visiblement déloyaux, détruisant ma santé et ma condition de vie depuis plus d’un quart de siècle, par harcèlement, stress provoqué engendrant lésions corporelles (C.P.Art.122.1/3al4), tentatives répétées d’extorsion, intimidations, tromperie, faux dans les titres, abus de position dominante, etc.

 

Aussi, toujours soucieux de conciliation et d’arrangement à l’amiable, je me permets de vous suggérer trois possibilités pour solutionner le présent conflit.

 

1)   Messieurs les Suédois, tirez les premiers ! (Si ce n’est déjà fait). Portez plainte contre moi, je délie la rédaction de la Tribune de Genève du secret de fonction pour qu’elle vous transmette au besoin mes coordonnées. Bien que vous connaissiez certainement déjà mon identité, si vous n’avez d’autres de vos victimes mises aux poursuites par vous à Genève ces temps-ci, que vous prétendez mensongèrement redevables de 23'831,50. Je pourrai alors être défendu comme il se doit et faire valoir mes droits.

2)   Je porte enfin plainte contre Intrum Justicia, pour nombre de motifs en partie ci-dessus évoqués et pour diffamation, car j’estime que l’argent des intérêts démesurés qu’I.J. tente de me voler par ses prétentions grotesques, s’additionnant à mon débit de manière continue depuis des décennies, entretient son pouvoir démesuré de me diffamer, de fournir des données me concernant me présentant comme individu peu recommandable, comme très peu respectable insolvable définitif, faire de moi l’exclu que suis économiquement depuis bien trop longtemps. L’heure des comptes a sonné. Les atteintes à mon intégrité doivent de toute manière cesser. Je n’admets plus le moindre courrier des Services si peu fiables en question, et entends faire annuler toutes prétentions indignes me concernant, recalculer depuis la première attaque d’I.J., il y a bien des années, les intérêts indus qui devront m’être rétrocédés. Tribunaux, politiques et médias concluront alors si oui ou non peuvent être en l’occurrence retenues des accusations comme : « Escroquerie et vol en bande organisée ». Et j’estime irréparables les torts récurrents causés à ma carrière, ma sphère privée, ma réputation et ma santé, par les prétentions abusives d’I.J. Cependant, CHF-500'000.- pour réparation des dégâts causés me semble une somme raisonnable, mais je laisse le cas échéant les plus Hautes Instances en décider.

3)   Solution la plus logique et moins fastidieuse encore. Je m’engage à en rester-là , évite le sujet à l’avenir, et en contrepartie Intrum Justitia me sponsorise avec totale liberté d’action et solde de tous comptes et litiges, en me versant la somme de CHF-400'000.- dans les 30 jours.

 

 Inutile de préciser que je ne doute aucunement que vos Services soient composés de gens très bien, intelligents et compétents, et jamais je ne me permettrais ou ne me suis permis, comme vous le prétendez à tort, d’employer des termes très violents contre des personnes de l’entreprise. Je respecte profondément chaque personne qui doit gagner sa vie, même si le travail qu’elle accomplit n’est pas très glorieux et repose sur des bases douteuses, ne connais personne chez vous, j’en veux au sommet de processus inacceptables, aux Instances décisionnelles et de contrôle qui vous permettent de faire extrêmement de mal sans réelle intention ni conscience de le faire. Vous êtes personnellement sympathiques à n’en pas douter, mais ce qui vous donne à manger et ce qui est à changer l’est moins, qui peut être associé à un cambriolage, lors de l’enterrement, chez une famille en deuil, ou le vol de porte-monnaie d’un blessé inconscient.

 

Celui qui vit l’enfer des dettes, d’autant plus si celles-ci sont faussées à la base et vers le haut, est totalement dépendant des quelques sous qui lui sont laissés, démuni, déconsidéré, dévalorisé, proie en détresse. Le dépouiller plus encore, pour payer surveillants du Net chargés de débusquer et d’intimider auteurs de toutes pétées de plomb inhabituelles provoquées par les prétentions abusives d’Intrum Justitia, restreindre sa liberté d’expression en tentant de le faire s’auto-censurer en cachant des faits réels n’est ni correct ni discutable. Or, je n’ai plus envie d’en parler, j’ai mieux à faire, accepte exceptionnellement de solder ce litige à l’amiable comme proposé, si votre Direction et les impératifs qui la lient à certaines règles le veulent bien.

 

Croyez, Monsieur, Messieurs, à l’assurance de ma considération distinguée.

 

Ali GNIOMINY

 

Alors ? ça vous met aussi d’humeur guillerette, non ? Apprendre que l'on est lu même chez les copains d'Intrum, à qui l'on souhaite bien du bonheur.

04/05/2013

LENTS POOLS

Salon s’en doutait. Salon aurait pu le parier. Salon s’en serait passé. Sale ombre au tableau : Au grand jour les traîtres à Voltaire toujours préfèrent taire l’existence si intense d’acquis de qui ne glose, n’arrose de prose, mais cause de choses que n’osent aborder encordés aux bienséances sans consistance. Qu’ils exposent en pâle expo de banals propos, n’alarmant des primant pontes de telle honte.

 

En quelque sorte : "Homère, ta mer de toutes les mers veille sur toi, car ne t’atteint le menu fretin; Le destin t’en fera gras festin."

 

……………………………

 

Aïe, qu’est-ce que le beau bas rond-de-cuir Ali Gniominy, Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche aurait l’air con, à présent, s’il venait à se voir par surprise attribuer en son absence le « Prix de la Salvatrice Insolence littéraire », ou celui du « Respect de la Valeur de l’Avis Contraire » ou n’importe quel truc de vaguement gratifiant, du genre susceptible d’estomper allergies de l’un des seuls qui Agit. Où si soudain surgissait sous les plumes d’un canard la plus petite allusion, à qui ne se lasse de chasse aux illusions de qui les amasse et les cadenasse, enferme en termes racoleurs, sans zèle ni réelle valeur.

 

Mais, cessons de cauchemarder, et pour leurres récapitulons :

 

La Science vient d’offrir le plus utile des cadeaux à nombre de pays, envahis de délinquants les irritant :

 

En introduisant des gènes de méduse dans l’ADN de moutons d’Uruguay, ceux-ci sont devenus phosphorescents ! Ce qui rend un fieffé service aux bergers ! De nuit ou dans la pénombre, le brouillard …

 

Ainsi, le gène phosphorescent sera très prochainement introduit en l’ADN de tous délinquants, voleurs, violeurs, dealers, escrocs, fraudeurs, tous expulsés récidivistes ou non, etc.

 

De sorte que nos villes, de nuit, feront largement l’économie de toute autre forme d’éclairage.

 

Sans parler des sous-sols de banques ou des Chambres parlementaires.

 

………………………..

 

Point d’éclairage à tous les étages, non plus, pour les têtes de l’USAM, demandant que les frais médicaux liés à l’abus d’alcool soient à la charge des buveurs.

 

Alors qu’il n’y a que les alcooliques non-abstinents, les fêtards réguliers, les inconscients, les cerveaux de l’Usam … pour croire encore qu’ils ne sont pas atteints d’une maladie grave, souvent irréversible, en abusant de l’alcool.

 

Leur interdire l’accès aux soins, par manque de moyens organisé, plus encore que ne le font déjà les assureurs directeurs de conscience de l’actuelle scandaleuse médecine à vitesses variées, consiste à voir exploser la délinquance liée au manque non contrôlé, au delirium violent, etc. Et dans ce cas, l’assurance maladie ne payant plus de soins pour cette maladie-là, par souci de traitement équitable se permettra (évidemment impunément, intérêts de politiciens obligent) de ne plus verser de prestations pour aucune maladie.

 

……………………………..

 

POOLS MOUILLÉS

 

Et une flopée de congratulations au Sieur Ducommun Michel, sur ce support, pour le décorticage des mensonges de la racaille dominante, au sujet des retraites dont elle nous dépouille partiellement sans la moindre justification valide. Je résume : Durant ces vingt dernières années, la Suisse a produit chaque année quatre fois plus de richesse que ce qui est nécessaire pour faire face à l’espérance de vie.

 

Et j’ajouterai pour ma part : ceux qui détournent ces montants au vu et à l’insu de tous et crient faussement à l’incendie ne sont toujours pas mis hors d’état de nuire, bien au contraire, mais ça ne saurait plus tarder. Dépouiller de manière aussi abjecte les aînés, handicapés, veuves, révoltés politiques, etc, atteint irrémédiablement l’intégrité et la santé de cesdits derniers, les mine et tue insidieusement. Il s’agit également d’un procédé génocidaire en vigueur, comme les nombreux systèmes d’empêchements d’accès aux soins adéquats des assurés de force. Conséquences de la politique médicale, de prévoyance, de droit à la justice, … politique du strict minimum prescrit en fonction du degré de fortune ou de dettes du patient. Différenciation de traitement dont devront tôt ou tard répondre les complices de pareilles trahisons ruinant la santé, les acquis et finalement la vie de millions de spoliés confédérés.

 

Ainsi, manifestent dehors ce 1er mai ceux qui ont bien raison de le faire. Moi, je me contente de remplir une réquisition de poursuite contre l’assurance maladie qui me tient en esclavage économique et sanitaire depuis trop longtemps, une plainte à qui de droit, une demande d’assistance juridique à Me Poggia, et … accessoirement, je prépare une initiative pour la création sans délai en Suisse de « Class action’s », fréquentes en Amérique et récentes en France, autrement dit de plaintes et recours collectifs avec demande de réparation très conséquente des torts causés à chaque lésé. À chacun sa révolte du 1er mai.

 

……………………………..

 

Ouf, le 2 est arrivé, la réquisition de poursuite est partie, les fautifs éviteront peut-être un jour de pratiquer illégalement la compensation au mépris de la Convention à cet égard signée avec le canton. Plus que 364 jours avant la prochaine pétée de plombs, bien méritée par ceux qui l’ont si consciencieusement provoquée.

 

…………………………….

 

Donc, fini de rire :

 

Un peu de sérieux : Le WEB est majeur, 20 ans le 30.04.1993, comme Titeuf.

 

Et pourtant les deux adorent se focaliser autour du zizi.

 

Vingt ans que le WEB fut créé à Meyrin mais ringards les maires ingrats successifs, en deux décennies, ne furent foutus d’exiger modification du nom de tel Meyrin digne en Webville ou Netville.

 

Et sinon, oui, mes reins vont bien, merci. Supportant sans peine les mots-valises et expressions bateau.

 

…………………………….

 

Scènes hot au McDonald’s de Kreuzlingen ! Mardi vers 23h30 le fast-food a diffusé de la publicité érotique sur ses écrans ! Comble de l’horreur, d’innocents mineurs se trouvaient dans l’établissement !

 

Vous l’avouerez : C’est une honte si les mineurs ne peuvent plus même faire la fête au bistrot à 23h30 sans être choqués par de la publicité tellement moins crue que celle qu’ils s’échangent généralement en ligne !

 

………………………….

 

Stupidité, toujours, susceptible de sauver la planète :

 

Si les 70 milliards de tonnes de méthane captives dans le permafrost sont libérées trop rapidement dans l’atmosphère, en raison du réchauffement climatique, c’en est fini de la vie sur Terre, et c'est bien parti en ce sens.

 

Alors que l’humain est en manque d’énergie fossile. Il provoque des séismes par extraction du gaz de schiste, explosions de centrales nucléaires, etc, alors qu’il lui suffirait à mon avis d’installer des pipelines entre les pôles et les pays demandeurs à éclairer sans modification de génomes, chauffer, etc.

 

L’extrémité du drain pénétrant sous le permafrost serait un peu plus chaude, sans risquer de dégeler la surface, qui recueillerait le méthane devenant rapidement liquide. Désamorçant ainsi utilement la bombe naturelle.

 

Voilà qui devrait simplement nous éviter certaines contraintes, de  cet avenir que nous concoctent les Verts et experts marrons, avenir sous cloches recueillant pour recyclage le méthane, des écuries, poubelles, de vos toilettes, sous-vêtements, etc.

 

……………………………

 

J’en devine qui s’offusquent, n’en portant jamais. Et d’autres jurant les grands dieux qu’ils en ont pourtant changé l’an passé !

 

C’est à ce stade précis que l’auteur a généralement un besoin pressant de se blanchir de tous soupçons, et de larguer de bons conseils expérimentés. Verts ou pas Verts dans les parages, je vous dois toute la vérité : Comme ne le dit pas encore le dicton :

 

« Foin de mouches et de crotin au popotin ; Prends une douche chaque matin ».

 

……………………………

 

Ou « douche après l’aube, c’est pas de la daube » mais en les milieux où circule cette expression, il est très mal vu de faire ce que l’on dit.

 

…………………………….

 

Bref, pas d’eau le matin ? Tu te recouches et tu éteins !

 

Nous vivons encore à une époque et généralement des endroits où le privilège de se laver correctement nous est offert, même à l’eau froide s’il le faut. Et certains crachent dessus. Impardonnable. Feue ma regrettée indienne Caboclo belle-maman ne cessait de le répéter : « Sois pauvre s’il le faut mais soit propre ». Il est toujours possible de se vêtir correctement et de soigner son corps, si on le veut. Le manque d’hygiène va de pair avec la dépression, le laisser-couler, évitons-le comme la peste. En dépensant cependant le moins d’eau possible, un défi quotidien à relever haut la main : ça vaut Neptune pour pas une thune comme déversoir sur sa baignoire.

 

…………………………….

 

POOLS LAIDS

 

Les polices de Belgique se sont réunies d’urgence, suite au surnaturel événement survenu. Pour rappel, lors d’une course-poursuite, afin de freiner la police, les malfrats jetèrent un coffre-fort sur la chaussée, qui s’éventra et répandit son contenu sur une centaine de mètres.

 

C’est alors que, contre toute logique, des passants se sont précipités et rempli les poches. Une fois, dix fois, et au final ce sont 500'000 euros qui ont DISPARU ! Alors que selon les estimations de la police locale elle aurait dû trouver au moins 800'000 euros de plus qu'il n'y avait dans le coffre en faisant les comptes.

 

Car, dès qu’un Belge voit par-terre beaucoup d’argent, qu’il devine mouillé dans une drôle d’histoire puisqu’il est là, il se dit que le sien a peut-être aussi préalablement été blanchi, et trouve normal de le mettre à sécher à l’endroit désigné.

 

………………………

 

Et vous l’aurez constaté : La réalité dépasse mes frictions : La police en question a donc décidé d’installer une boîte à lettres pour restitution anonyme de l’argent chouravé. Boîte ayant bizarrement disparu.

 

Bien que l’on nous affirme qu’elle contenait déjà 5'000 euros. Décompte fort précis. Un peu comme si une mini-caméra à l’intérieur avait filmé la fente, l’argent entrant et accessoirement le visage de la crapule urbaine, dont le faciès est transmis au secteur « Repentis, pas de sanction … pour le moment ».

 

……………………….

 

Un peu plus à droite : Horst Tappert (un nom comme ça aurait dû éveiller les soupçons) l’Inspecteur Derrick était nazi. Diverses chaînes s’empressent de le déprogrammer.

 

En remplacement: Audimat fulgurant assuré pour un New Italian Reality Show tantôt dans le dico : "24h/24, tout sur la vie et la jeunesse de Benoît XVI".

 

………………………..

 

Dépaysement souhaité ? Prenez le nouveau vol direct entre Genève et la Chine.

 

Ainsi, dans la Haute, ceux qui le méritent survolent nos monts, quand le soleil levé annonce brillants réveils …

 

Hourra ! Enfin ! Nous allons retrouver de ces vieux réveils-matin-radios tout simples, dont il n’est pas nécessaire d’avoir fait l’EPFL pour les programmer. Enfin des flots de toc à très bas prix et courte vie. Et une marée d’employés de Rolex, Pateck Philippe … délocalisée à Shangaï par l’avion du dimanche soir et de retour le vendredi.

 

Vive les relations sans considération pour les maillons en haillons de l’inhumaine chaîne perverse du commerce !

 

………………..

 

Oh ça, l’on nous le rabâche. De n’omettre que ces maîtres se fâchent et lâchent partenaires à bout de serfs, qui ne mâchent comme lâches les mots sévères émoussant nerfs et sang … fil conducteur des dictateurs.

 

Et, ça, long, ça l’est, je vous le concède. Que de chinoiseries.

 

Mais ne leur en veux à rats qui rient pour leurs leurres, leur aura d’ingrats dingues qui finira par s’estomper, cesser de pomper le fric public.


Non, franchement, tous ne sont pas si mauvais, de grands talents méritent respect, qui se pavanent avec mes vannes.

 

………………………..

 

Saint Ali est né ! Saint Bénévole dont on rigole même de l’obole.

 

……………………….

 

Tout à l’inverse : Kim contre l’humanité : Fin de l’hiver nucléaire ?

 

Un confrère me l’a soufflée sous le nez (la concurrence est féroce dans le domaine, entre celui qui invente en se tenant à l’écart de toutes influences et ceux qui maraudent, répandent et en tirent tous fruits):

 

En Corée du Nord c’est le printemps, les soldats ont préféré faire labour que la guerre.

 

…………………………..

 

Foin de pools alliés et autres propos à picorer en se battant pour l’instant, mes poussins, et gare aux renards … sales … on ne peut plus. N’oubliez de piailler :

 

Ali Gniominy

10/04/2013

PAS de RADIS, FILS ? CALS, AUX POINGS !

Se termine ainsi l’aventure, cher fils à papa, jadis tellement au point, de ton spéculateur de paternel à maux planqués ! (Car qui parle encore de biens ?)

 

Fini Rarotonga, entre autres, si volcanique, à troubles échanges et bleus lagons, qui ne vous laissera même vos tongues.

 

Ceci dit à tous ex-cossus, qui sang suent face aux listes de qui les pistent, il se fait que, bien évidemment, comme toujours, je sais vraiment de quoi je parle, de par mon expérience de la piste de Rarotonga. Je m’explique :

 

Juillet 2005, après les sueurs froides du décollage le plus effrayant de la centaine que connus, suite au trou d’air survenu en pleine montée, au départ de Tahiti, nous nous mîmes chaleureusement entre décoiffés passagers à causer du plaisir de survivre, surpris de nous comprendre en charabia franco-mahorio-mandarino-english. Une fois encore je bénis alors mon innée relative facilité avec les langues, qui me permit, bien des années plus tôt, de traduire simultanément en multiples idiomes les ordres que je donnais à un groupe d’une quarantaine de personnes avec nous sinistrées, notre bus se trouvant submergé jusqu’aux vitres ; Afin de regagner avec de l’eau jusqu’à la taille, valises et enfants sur les épaules, dans la nuit complète, une sorte d’auberge de jeunesse de Plaka à Athènes, que je connaissais pour avoir habité Anafiotika sur les flans de l’Acropole.

 

Des plus vieux aux plus jeunes, personne ne fut même blessé, et à jamais ils remercieront le jeune sauveur inconnu polyglotte, à excellent sens de l’orientation, capable de répondre aux diverses questions de chacun de manière compréhensible dans sa langue, et de sauter d’une phrase en anglais à une en portugais, en allemand, italien, grec, français, rapidement à tour de rôle. Mon renommé chanteur ami Yves, perdu de vue depuis des lustres, sait lui ce que l’on a risqué et qu’elle énergie est passée à travers moi pour diriger seul un groupe paniqué, jusqu’à en sortir tous vivants, et combien je ne fus justement médaillé par la ville d’Athènes, dixit un local commissaire, que parce que j’étais alors de passage, et qu’il s’agissait de la pire inondation survenue en ces lieux, occupant les autorités pour un bout de temps.

 

Il n’empêche qu’en ce Boeing-machine-à-essorer entre Tahiti et Auckland, ledit héros n’en menait pas large. Déjà qu’en ce vol … nous était volé le 22 juillet 2005, que jamais vraiment ne connûmes … quoi que … vous verrez la suite. En effet, partis de Papeete avec retard dû aux terribles vents polynésiens juste avant minuit, le 21.07.2005, nous atterîmes sous autre fuseau à Auckland en Nouvelle-Zélande au matin du 23.07.2005. Pour subir une très correcte mais très durable et vainement archi-minutieuse grève du zèle des douaniers. Mais tout ça je vous l’ai déjà raconté, beaucoup beaucoup plus loin.

 

Donc disparition « mystérieuse » d’un jour entier, passé comme hors du temps au-dessus d’un globe d’eau, désespérément liquide à perte de vue durant des heures et des heures interminables. Aucune escale n’est prévue. La nuit (laquelle ?) est tombée depuis … longtemps … et le petit jour ???? pointe sur l’horizon. Des flots émergent une minuscule tache, un confetti …

 

La voix du commandant annonce soudain que nous allons exceptionnellement atterrir dans les îles Cook, pour vérifications de l’appareil, ce qui après les évènements du départ est un peu plus inquiétant que rassurant. Et zut alors, nous devrons de plus attendre dans la carlingue ?

 

Que nenni, nous sommes cordialement invités à sortir nous dégourdir les jambes sur le tarmac en bout de piste de l’aéroport de Rarotonga. Vous voyez, que tout se tient.

 

Idyllique et « grillonnant » instant. Les bruits de la jungle tout près, la chaleur fraîche d’une aube orangée d’autre monde, les ébouriffé(e)s sortis de semi-sommeil, dépenaillés s’étant habillés pour l’hiver New-Zelandais et s’allégeant au possible.

 

Il doit être … vers 04h30, ce bizarre matin fantôme-là du perdu 22.07.2005, et tous passagers se dirigent vers une menue structure contenant banque, toilettes et magasin. Fermés.

 

Moult remue-méninges. Tumulte de singes ; ça s’énerve par-ci par-là. Employés réveillés accourent ; ça s’ouvre. Mais, problème, personne n’a de Franc Pacifique et le Change reste bouclé. Que c’est ennuyeux. Ramdam bis repetita et finalement miracle, dollars américains et australiens circulent … « yes, but discrete, discrete, please » …

 

Adéquatement « Coca-collés et sandwichés » nous ne prenons garde à de probables grosses valises transitant en l’imprévu détournement pour « révision d’urgence » ; De nouveaux passagers embarquent, paraît-il mais je n’y fais pas attention personnellement, … et nous repartons pour de nouvelles aventures aux antipodes.

 

C’est donc ici et maintenant, … que je réalise que de « supérieurs intérêts » furent certainement la cause de l’irréparable disparition d’un 22.07.2005 de notre vie. Honte, honte à ces tricheurs nous ayant spoliés d’un splendide jour d’été … euh … enfin  … peut-être … D’un jour, quoi. Et finalement merci à eux d’avoir coupé en deux de manière mémorable l’un des plus longs et plus éprouvants voyages aériens de ma vie.

 

………………….

 

Ainsi : Au feu ! Chaud .. R arotonga ? Finissons-en avec ces histoires de contrées Offshore, de toute manière ça n’a absolument et n’aura aucune incidence sur notre image !

 

Voyez ce qu’en pensent nos si sages avoués, alors que les grands titres affichent : « Des dizaines d’avocats genevois sont épinglés » :

 

Eh bien, ils s’en fichent éperdument !

 

Tellement habitués à être tirés à quatre épingles !

 

…………………..

 

Changeons de registre, juste en passant, parlant de genres de paradis : Vous l’aurez constaté, et ça vous aura sûrement un peu décontenancé ou énervé : je traite généralement le français de manière quasi-cabalistique, et ma suprême récompense, quoi qu’on en pense, est dès lors qu’en mon for intérieur les meilleures combinaisons entrent en chœur en ma raison, en concordance, que les Arts se rejoignent, soignent les sens de par l’Essence rare qui les relie, et que je lis, de mes doigts nés coordonnés et à l’aise, leur Synthèse peu bancale ayant surgi hors mon esprit : Musicale, littéraire lors hors-pair, mathématique, philosophique, philanthropique, spirituelle, belle et comique.

 

Mais bon, moi, ce que j’en dis …. Ah, si j’étais autre et pouvais en parler …

 

…………………….

Sur ce, tournons aussi malgré tout le regard vers le reste des centres du monde :

 

Evitons d’emblée de trop vous fatiguer : « Campagne contre les nuisances sonores : La Ville de Genève installe sept oreilles géantes en latex à Plainpalais et à la Jonction !

 

Avec le vandalisme bien connu, la Ville ne va pas tarder à se faire tirer les oreilles !

 

……………………..

 

Dommage, ces pavillons symbolisent si bien l’attention portée par matons et détenus aux promesses non tenues de périlleux roitelets PLR et consorts.

 

Ainsi, nouvel épisode, avant-hier, de gestion totalement incompétente de nos prisons : « Les détenus ont tout pété » (lit-on en un canard mourant dont le destin reste des plus secrets).

 

Ils ont tout démoli, certes. Et qui va payer la casse ?

 

Qu’une estimation des dégâts soit réalisée à chaque mutinerie. Somme à diviser par le nombre de contribuables. Qui engageront chacun une poursuite contre le clan Maudet & Cie, pour récupérer leur participation impunément forcée à la réparation des conséquences de l’hypersécuritarisme de ces irresponsables.

 

Lesdits, croulant sous les poursuites, connaîtront enfin les joies de la promiscuité, de l’entassement d’individus sur quelques mètres carrés, et faute de moyens usurpés devront cohabiter au moins à quinze par studio.

 

…………………….

 

Assez de bons Vœux de correcte continuation. Passons à plus sérieux :

 

Effroyable discrimination à la Barbie !

 

Les poupées « Barbie Pop Star » et « Barbie Princesse » sont beaucoup plus chères que « Barbie Informaticienne » ou « Barbie Infirmière » !

 

Intolérable ! Il se murmure qu’un certain Daniel Vasella serait seul à avoir de quoi s’offrir la « Barbie Conseillère fédérale ».

 

……………………….

 

Quant à  « Ken Maudet » les lots de 10 sont à 3,50 au marché aux puces.

 

……………………..

 

Ouhlà, ça s’emballe, ça s’emballe, désolé, c’est limite dérapage, circulez dans ce texte il y a bien à voir :

 

Spots TV chocs anti-tabac ! Témoignages de cancéreux !

 

Entre deux illustrées publicités pour la bière et le vin.

 

À quand les images du jeune français de 17 ans broyé hier dans un camion poubelle, après s’être endormi bourré dans une benne à ordures?

 

………………………

 

Pardon, il n’est pas dans mes habitudes d’être si féroce. Mais lorsque je pense au nombre de fois que l’alcool a failli me tuer : Réanimations à répétition aux urgences, et ne serait-ce que cette promenade, seul complètement saoul et perdu, avec montre, tour de cou et bague or bien en vue dans l’une des plus dangereuses favelas du Brésil. En laquelle, par ailleurs, je fus aidé par quantité de personnes de tous âges, parmi les plus aimables, humaines et désintéressées rencontrées dans ma vie. L’alcool ayant parfois cet unique avantage d’attirer la sympathie sur celui qui en est victime. À jeun, je me retrouvais au mieux totalement à poil. Ce qui, à un costume de bain de gringo près, m’arriva … à Perpignan.

 

Relisez-ci mes classiques, ça fait du clic gratos et mécénat de ma part pour la pauvre T.d.G. souffreteuse, ne snobant qu’à moitié votre nouveau dieu du Politique Art, le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour vous (as)servir.

 

………………………..

 

Alors ? Elle vous plaît ? Vous l’aimez ma promiscuité forcée de sujets tous dans le même tas juste pour vous faire bisquer entre souvlakis et ukulélé ? ça dérange, hein ? ça révolte. Ce serait tellement mieux tout bien rangé à sa place, chaque vanne en son carcan, l’art là et les connards à part ! À narguer (bi bi) ce Tout, quêtant folie, qu’est Quête si rigide devenue ? En mains de mollassons, branleurs donneurs de leçons. Ah, c’est du beau.

 

…………………………..

 

Bref, plus trop de souci à se faire, l’aspirateur Offshore leaks va poutzer de fond en combles tous placards trop dorés, et les pantins y traînant, asséchés sur piédestal, seront jetés l’un après l’autre.

 

Cependant gare, car à chaque fois seuls après l’apocalypse, subsisteront sans doute les cafards. Cette fois-ci boursiers ; Aberrations informatiques actuellement faussant cotes et notations, en effectuant millions d’opérations d’achats-ventes à la seconde, que plus personne ne paraît capable de combattre ou du moins de maîtriser. Là sont vraisemblablement les principaux Fraudeur de la planète ; Mais tellement au bénéfice exclusif de ceux qui veulent les conserver …

 

………………………….

 

Bon, ça y est, vous êtes prêts à vous flinguer ? Il se fait que, justement, j’ai ici du Prozac à très bon prix, qui ….

 

Alors, comprenez-vous de quelle manière on pousse les gens à bout pour en tirer profits ? De quelle manière on leur fait croire : Qu’ils fautent en permanence pour mieux leur vendre du faux pardon : Qu’ils commettent crime en fumant naturel produit, pour mieux justifier salaires de pontes de l’indigne répression, législative puis exécutive : Qu’il faut emplir à tout-va à leurs frais leurs prisons d’étrangers agresseurs, pour mieux tenter de démontrer qu’il est normal que les victimes payent toujours plus pour les frais exorbitants relatifs au confort de malfrats, à leurs soins et leur protection ? Bien que les finances publiques seraient facilement assainies, s’ils étaient incarcérés dans leur pays et aux frais de celui-ci, responsable de la conduite de ses citoyens, mais sous surveillance suisse.

 

Quoi qu’il en soit, la crapuleuse politique locale et fédérale n’en a plus pour longtemps à nuire à la communauté, sous prétexte de la protéger. Pour exemple : Même la plus tendancieuse des chaînes d’info, TF1, donnait la parole, le 09.04.2013 à 20h25 au Gouverneur de l’un des Etats américains ayant heureusement légalisé le cannabis. Respectable Gouverneur affirmant que l’expérience catastrophique des politiques passées (de style PLR) a par trop démontré que ce type de répression imbécile ne sert qu’à « enrichir les criminels, remplir les prisons et détourner l’attention du public de la véritable criminalité ». Merci, votre véritable Honneur. CQFD, une fois encore.

 

Alors ?  C’est assez tassé. Bien « checké » mélangé ? Vous n’arrivez plus à vous remuer dans tout ça ? Zut alors, je dois me faire soigner, je deviens dangereusement genevois.

 

…………………………..

 

Mais non, il y en a de bons, d’excellents même. Je les félicite tous deux.

 

…………………………...

 

Ainsi, vu que ça n’a strictement rien à foutre ici, voici à quoi je m’amusais le 18 avril 1987. Et juré que ne s’évaderont pas  à Rarotonga les millions que vaut chacune de mes œuvres, dès qu’estimée pour son authentique et valeureuse utilité publique, par non corrompus spécialistes de l’Art, honorables experts s’apprêtant à succéder aux futurs taulards, actuels critiques vassaux de l’obscurantisme financier.

Usées-coutumes86-clair.jpg

Ali GNIOMINY

 

Et bien fait pour celles et ceux qui ne lisent qu’une fois, dès parution, ils vont manquer ceci :

 

À l’instant, à la caisse bondée d’un supermarché du coin, des jeunes derrière moi. Soudain, l’un d’eux s’exclame, m’interpellant :

 

« Monsieur, vous ressemblez vachement à Daniel Craig ! »

 

« Merci, on me l’a déjà dit. Mais moi je suis célèbre ! »

 

………………….

 

Et « vachement » ? Je passai jadis chez Ian Flemming, certes, mais ai-je l’air d’un James Bond si Suisse que cela ? 

29/11/2012

MESSE CÂLINE

Dorénavant célèbre Feutre sur papier signé, format A4 - 1973 - Œuvre estimable réalisée sous effet de peyotl –CHF- 417'983.-

Messe.caline.1973.p.blog.jpg

Ainsi, puisque l’on n’est jamais si bien asservi que par soi-même, parlons-en :

S’il est un tabou que j’aime à titiller, c’est bien celui de l’horripilant narcissisme, caractérisant 98% des artistes, 100% des critiques et 136% des politiciens. Vilain défaut ; Quoi que …

Trop d’authentiques Valeurs, à dessein détournées au profit de parasites de Conscience, sont à présent égarées au cœur des immondices conceptuels imposés, contraignant l’individu à estomper ses avantages, jusqu’à les oublier ou les perdre à jamais.

Devient, lors, indécent celui qui se glorifie, s’apprécie et surtout le dit, même à juste titre. Est taxé d’office de suffisant qui refuse de se croire conformément culpabilisé : Qui exhibe au grand jour sa Grâce personnelle ou/et son particulier Savoir, dérangeants, gênants …

Ainsi passent toutes demi-vies, étouffant par elles-mêmes des trésors qu’infamie dite pudeur interdit de partager, par peur des représailles de la canaille « morale ». 

En l’occurrence : Auteurs, sans heurts ni anicroches, qui évitez d’être tentés de traiter de vos largesses, votre sagesse et vérité, votre beauté … sans autre ôtez de votre tête l’inepte concept d’élégance racée passée sous silence, et à outré(e)s démontrez avantages ! Avant l’âge !

…………………

En français ça veut dire en gros que je viens de tomber sur un mien album de photos, datant de la préhistoire des castings et boys band … Et voilà : Constat !

Jeunesse, entend-moi bien : Tu le sais, on te le dit généralement que tu n’es as trop moche. Prends-en conscience, vraiment, mais ni trop ni trop peu. Admet les faits, et teste de suite tous tes atouts et atours.

Faute de quoi, vois, la cinquantaine si vite bien entamée, toujours pas grisonnant, à peine plus raviné par les épreuves et jamais plus aviné, tu réaliseras pour la première fois, très véritablement, car par toi-même, qu’effectivement tu n’étais pas si mal que ça … et auras l’abominable culot de subjuger enfin tous goûts et toutes couleurs, en étalant bien tard ta culture photogénique :

1) Jadis chez Dali - Port Lligat, de son vivant: 

Jadis.chez.Dali.jpg

 1) D'antan d'automne :  

automne.jpg

Arcane à ris:

canards.rient.jpg

Alarme au nid; Humm ...

A.l.art.monium.jpg

L'heureux pas:

l.heureux.jpg

À présent que mon nombril brille, je ne disconviendrai qu'il ne faille traiter-ci d'autre sujet que du Centre de l'Univers, et respecter ainsi tradition des primés.

Psalmodiant invariablement: "Je m'aime, tu m'aimes, on m'aime ..."

Moralité : Tes tas de raisons de rester modeste et effacé s’effondrent, se meurent, ne l’oublie pas : tes tas claquent !


Ali GNIOMINY

01/07/2011

SA SEULE PEINE ? ÊTRE À SION !

Les dents de l'étang

 

Un énorme silure inflige une morsure de 13 cm à une nageuse de Sion.

 

Pauvre monstre, introduit illégalement dans cet étang de la peur, ses jours sont comptés.

 

À ce prix, il aurait mieux fait de se suicider lentement, en croquant régulièrement dans le plastique fondu toujours mélangé aux lasagnes de la Migros. Car malgré sa puissante mâchoire, il lui serait impossible de faire ce que même un bon couteau ne parvient à accomplir, retirer le centimètre de la couverture plastique restant automatiquement collé sur les bords de la barquette mise au four!

 

.....................

 

Au passage: Nul doute que les très attentifs gros poissons de la Migros remédieront d'ici peu à ce crime contre la santé; Ainsi qu'ils le firent il y a quelques mois (ou années, déjà?) quand je dénonçai sur ce blog les packs de 12 litres d'eau minérale, en conseillant aux retraités de faire leurs courses avec un transpalettes. Packs disparus définitivement.

 

Les requins de la culture Migros auraient-ils peur que je leur demande à nouveau qui profite de la part du centime additionnel qui me revient de droit depuis tant d'années?

 

.....................

 

Au 31.05.2011, le canton de Genève comptait 465'181 habitants, dont 184'647 étrangers !

 

Sur le plan de l'emploi, si l'on additionne les frontaliers et les Suisses ayant leurs papiers déposés dans un autre canton, combien de travailleurs à Genève sont employés et domiciliés sur place ?

 

Dites-le moi, svp, car j'aimerais bien savoir si mes semblables, exploités ici et y habitant, sont pareillement discriminés, et combien mettre de couverts en les invitant un soir à la maison !

 

Dans le quatre pièces me revenant au même prix que le sept pièces d'un certain président de Conseil d'Etat, chargé de l'attribution équitable des logements entre petits copains.

 

...................

 

Séisme chez les fans de Lady Gaga: Elle se serait sucrée au passage en vendant des bracelets en faveur des sinistrés japonais !

 

De toute manière, pas plus sucrée qu'une autre, elle profite comme la plupart des stars des pires catastrophes pour sa promotion et son porte-monnaie !

 

Rien de tel, en effet, qu'un bon désastre sur lequel faire pleurer un max, pour installer durablement son image philantropique.

 

Quoiqu'il en soit (non non, les deux orthographes sont autorisées, et au fait, veuillez incriminer Steve Jobs si vous trouvez à présent quelques erreurs dans mes textes, à l'achat d'un Mac personne ne vous avertit que le correcteur orthographique français n'existe pas encore) .. quoi qu'il en soit, cette simili-artiste perpétuant le lucratif créneau provoc Madonna & Cie, à l'heure où ce type d'attitude m'as-tu-vu resucée a perdu tout son sens, s'en tirera sans peine devant les tribunaux. En invoquant le fait évident qu'elle est un peu gaga !

...................

 

Examens reportés à cause d'une fuite !

 

Que serions-nous devenus si, de notre temps, les examens avaient été reportés à chaque fois qu'il fallait résoudre un problème de robinets ?

 

..................

-align: justify;">

Sarkozy agressé lors d'un bain de foule! (Pas par un silure) !

 

Non mais t'es dingue, l'agresseur ? Tu devrais savoir le bruit que ça fait de "casser du pauvre con" !

 

(mes excuses anticipées, pardon, mea culpa mais simple récolte de ce qui est semé).

 

Demande à la Migros quelle opinion se font de toi les gens, dès que tu touches à un nain !

 

(mes excuses anticipées, pardon, mea culpa ... dès que tu touches à une personne de pas très grande taille)

 

.................

 

Ce qu'il y a de chouette dans les environs, est que je n'ai nul besoin de regarder la TV pour voir des gens connus.

 

Ainsi, pratiquement chaque matin, près d'un célèbre ex-squat, je croise ou plutôt marche dans la même direction que Monsieur Cohen.

 

Pas le Leonard vous foutant le cafard. Son inverse, le comique Philippe. Qui répond parfois distraitement de la tête à mon salut. Mais qui, après ceci, s'il a pris la peine de découvrir mes photos sur ce support, me sourira certainement, peut-être légèrement attristé et peu glorieux de l'omerta que son clan d'amuseurs peu remuants me fait subir.

 

Philippe que, si je ne les portais sur moi, je soupçonnerais de m'avoir piqué mes jeans et mon sac à dos noir.

 

Et plusieurs fois par semaine, à l'arrière d'un ex-musée devant lequel tous arbres furent massacrés, vers la mi-journée, je croise le roi Darius de l'information en bas de son domicile. Pratiquement toujours vêtu de l'élégant manteau et de l'écharpe rouge qu'il a dû acheter aux enchères de la succession de François Mitterrand  .... Ayant juste renoncé au chapeau, qui ne devait pourtant pas être cher, après la ruine de la famille du Grand Homme, aussi dûment programmée que la mienne.

 

L'autre jour, record, un petit sourire de la part de Darius, un franc signe de tête de Cohen, et le bouquet à la Place Bel-Air, un regard froid et pincé d'un personnage vêtu comme un nabab qu'il est, m'ayant peut-être reconnu alors que je ne fus dernièrement ici pas très tendre avec lui. Un certain nouveau propriétaire musclé du Servette.

 

À l'inverse de ce dernier à qui je n'ai rien à dire d'aimable, et de nombre d'autres personnalités que chacun en ville rencontre de temps à autre, qui ne me font ni chaud ni froid, Messieurs Rochebin et Cohen me sont fort sympathiques et j'hésite à chaque fois à leur voler quelques minutes de conversation, leur conseiller de parcourir régulièrement les chroniques du Baron Decuir, ce qu'ils font vraisemblablement déjà depuis longtemps, comme la plupart de leurs confrères respectifs.

 

D'autant plus que Darius Rochebin vient de recevoir, en pays voisin aussi lamentablement dirigé que le nôtre, le titre de Chevalier des Arts et des Lettres, ce dont je le félicite vivement par avance.

 

Heureux d'apprendre que notre principal présentateur est un inoubliable artiste et écrivain.

 

Qu'il sache, très sincèrement, que je ne connais pas la jalousie. Mon empathie naturelle me permet de me réjouir des bienfaits, s'ils sont mérités, dont bénéficient même ceux que je n'aime pas. Et dailleurs, c'est totalement inconcevable, mais si pareil honneur m'était réservé pour mes 40 ans d'action remarquable dans les Arts et les Lettres, par l'actuel régime fascisant dont il est question, je refuserais formellement ce titre.

 

De toute manière et à la mienne, je suis aussi Chevalier, mais n'ayant jamais pu aller me faire adouber.

 

En effet, il y a une vingtaine d'années déjà, Madame Bernadette de Saint-Agnan m'informa du fait que j'avais obtenu le titre de Chevalier de l'Ordre du Franc-Rire.

 

Je m'empressai de la remercier et d'envoyer au Grand-Maître une lettre circonstanciée, évidemment bourrée de jeux de mots à s'en luxer les zygomatiques, soit s'écrouler de rire.

 

Missive décapante, parvenue à son domicile au lendemain du décès de ce Joyeux Grand-Maître.

 

Oui, gloup! Merci à lui d'avoir eu la bonté de ne point défunter deux jours plus tard, auquel cas je me serais senti plus mal encore.

 

La cérémonie d'adoubement fut reportée. J'aurais dû, quelques mois plus tard, me rendre dans le sud de la France à une date à laquelle j'étais en Amérique du Sud.

 

Je transmis mes regrets et réitérés remerciements à la Confrérie, et à ce jour je n'ai toujours pas effectué ce déplacement en vue de plaisant adoubement.

 

Et remarque à présent sur moteur de recherches, piqué par la curiosité des faits ci-resurgissant, que l'Ordre du Franc-Rire paraît avoir disparu depuis belle lurette.

 

Certes, Madame de Saint-Agnan semblait à l'époque déjà assez âgée, et elle m'avait écrit très aimablement et longuement ce que représentait pour elle la reprise en main de l'illustre Confrérie comptant des humoristes de renom dont, si mes souvenirs sont exacts (il faut que je retrouve cette fleurie correspondance) un certain Coluche. Paix à leurs éclats de rire.

 

Qu'ils sachent que leur preux Chevalier genevois lance l'eau du bain, mais protège le bébé silure, et fait mordre la sciure aux félons roitelets locaux, tristes sires habitués à patauger en leur ignominie.

 

......................

 

Finissons-en avec quelqu'un de plus convenable que ces derniers :

 

 

Le très dangereux violeur assassin évadé s'appelle Jean-Louis Burki !

 

Mais que fait la police pour intensifier les recherches ?

 

Elle attend qu'il bourre qui ?

 

..................

 

 

Ali GNIOMINY  (?)


 

04/10/2010

Vénérable très proche ami éditeur, inventeur, écrivain réputé, merci!

Merci à toi, qui nous offre si joli carnet intime, en bois, afin que je n’y inscrive que mots doux et d’amour.

 

livret.jpg

 

 

Promis que le ferai ! Car, de toutes les méchancetés figurant sur les plus de 300 articles de ce blog, celles que je préfère aussi sont absentes de mes rares gentils poèmes d’amour. Tel ce rap, (je ne sais plus lequel mais que le lectorat cherche un peu, je n’ai de temps de création à perdre à revenir sur ma surproduction), celui qui dit – Je t’aime à la raison ... – ou cet autre, différent mais d’amour toujours : Maman manque … papa parti, déjà sorti de sa fréquence en l’existence …

 

Or, très excellent ami, enchanté et touché par ton magnifique geste, je t’en congratulerai ainsi :

 

Comment donc rester de bois face à telle merveille ? Sûr qu’en son sein jamais n’écrirai en souffrant de gueule de bois (n’ai-je point affirmé que la seule bière que toucherai sera celle en laquelle coucherai?), ni lorsque suis aux abois, qu’aboie en faisant, tête de bois, feu de tout bois ! (Sauf celui-là, juré) !

 

Je bois, de surcroît, la savoureuse prose, l’essence si silvestre menant l’esprit aux bois, qui accompagne, évoquant cors et hautbois, joli livret à boi (bardon, je zuis un beu enrhubé), à nous et qui nous noue par rare, solide chêne ou bouleau.

 

Que jamais ni toi ni nous n’ayons sur la tête des bois !

 

 

Ali GNIOMINY

04/07/2010

MES TRANSES, D’OÙ SE DÉGAGENT OUTRANCES DU LANGAGE …

Seront-elles immortelles?

N’auront-elles qu’un grand âge

au rang de sages ritournelles?

Mes transes, qui ne ménagent

les danses

du copinage

seront,

elles, cruelles

mais essentielles

pour qui

d’exquis

mais sans ronds,

sans acquis jamais,

hormis l’or mis

en l’emphase

de ses phrases!

Mes transes remuent,

se dégagent de la rue,

enragent

les pages

de noire histoire

d’une impune

malice suisse

si ingrate,

scélérate

envers qui, en vers pense

Différence!

Mes transes encensent

sans ambages ni prémices

déballage

d’injustices

d’un Silence si complice,

malfaisant,

se basant sur des données disant

de ne donner monnaie,

rasant l’avenir de quidam ou Monsieur

à punir,

et qui rame

sous le joug de précieux

classieux et pédants,

décidant

du dur sort d’humilié

de futur mort à piller!

Mes transes ravagent

sens des hommages

***

Ali GNIOMINY

15/01/2010

ABBÉ & B.A-BA DE LA B.A.

Merci à M. l’Abbé Alain René Arber qui nous rappelle (T.G. p.32 – 15.01.2010) l’absence d’indignation et prises de position des consciences militantes occidentales et des musulmans modérés, concernant les récents ou plus traditionnels assassinats de chrétiens par des islamistes:

Entre autres exactions, à noter:

- Meurtre de six prêtres coptes au Caire

- Chrétiens assyriens assassinés au Nord Irak, Pakistan, en Turquie

- Dix églises incendiées en Malaisie la semaine dernière

- Génocide des chrétiens noirs du Sud-Soudan depuis des décennies

- …

Dans l’indifférence quasi-générale. De quoi en perdre son latin. Les consciences militantes occidentales et musulmanes modérées, par trop occupées à causer minarets cachant forêt d’intolérances inacceptables.

Dieu vous entende, Monsieur l’Abbé, et itou surtout ses créatures; Et qu’elles dénoncent enfin, parviennent à éradiquer, pareil ressac de barbares dérives mystiques, nommées Croisades.

Allez! Allah guère comme à la guerre et lors jet haut va.

Ali GNIOMINY

21/09/2009

M. MEDVEDEV EXIGEZ S.V.P. DE M. MERTZ QUE LA SUISSE RESPECTE LES DROITS DE L’HOMME

Alors qu’en pleine guerre froide je prêtais mon lit à votre compatriote champion du monde d’échecs (voir mon dernier inédit autobiographique en date, intitulé - Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine – manuscrit que ne parviennent plus vraiment à passer sous silence les roitelets des Lettres et de la politique), mon père ayant réussi par cette invitation à opérer un important rapprochement entre nos deux pays, je suis victime à présent du goulag à vie que représente en Suisse l’absence de prise en compte, pour un travailleur, des impôts dans le calcul du minimum vital, après saisie sur salaire au bénéfice de ces mêmes contributions publiques.

 

Ainsi, celui qui vit au crochet de la société est exempté de la charge insupportable d’imposition à déduire du minimum létal mensuel, mais celui qui travaille pour toucher exactement ce même minimum est imposé comme s’il recevait son salaire sans saisie. Mis devant l’impossibilité de payer, la saisie fait boule de neige et maintient l’esclave à jamais prisonnier. De plus, s’il a le malheur de déranger la pensée unique en vigueur aucune grâce présidentielle ne lui sera accordée, ni de l’ex-Président de la Confédération Moritz Leuenberger, ni de l’ex-Cheffe-d’Etat Micheline Calmy-Rey, qui avait elle-même admis en substance par écrit trouver normal que mon imposition d’office d’un an s’élève à environ 30'000.-, alors que j’en gagnais 75'000.-

 

Et inutile de parler de l’inefficacité des prétendus services de désendettement ou avocats contactés, dépassés par les preuves d’acharnement politique à mon encontre et craignant les sournoises représailles prévisibles, contre qui oserait tenter de m’aider à dénoncer, par la simple démonstration publique de la triste réalité, divers très bruns aspects de lois suisses, lacunes élitistes défendues par des Chambres dont les élus restent insaisissables (vu le nombre d’heures très réduit qu’ils passent sur les dossiers) … mais ..

 

Paix internationale ! Ce jour est à marquer d’une pierre blanche. Que ceux qui lapident mes finances puissent être pardonnés, et présentement à la hauteur de vous recevoir dignement!

 

En rayant aujourd’hui, à titre d’exemple, la totalité de l’arbitraire dette d’imposition à sens unique qui pourrit ma vie et l’image à l’étranger de ce pays. Surtout l’image d’un canton de Genève où sévissent impunément, depuis plus d’une génération, d’aucuns coupables esclavagistes gestionnaires de biens publics, portant atteinte à divers titres aux Droits de l’Homme. Et même aux lois de ce pays, je l’affirme, Art.28 et suite C.C. + Art 181 C.P. entre autres, me concernant.

 

Bienvenue M. Medvedev, et puissiez-vous aider à la libération des otages (de la) suisses avant que, (l’attention si savamment détournée) tout le monde ne les ait oubliés.

 

Ali GNIOMINY

 

 

09/09/2009

DOUTE ET SECTITUDES

Coûte que coûte

L’étranger

À toutes sectes

Par son rare doute à l’apogée

Les désinfecte;

Ne respecte l’unisson de leurs leurres,

Ne prospecte les frissons

Du filon des félons:

La Pépite si sensible à si pénibles redites:

Cible

Agaçante de soumission

Que réinventent selon les ventes

Flouées générations de déraillant loués croyants,

Adeptes d’ineptes concepts payants;

Coûte que coûte

L’engagé

Dans la guerre contre son Nerf enragé

Croît au Firmament

Et à l’Elément-Roi pourquoi pas consent,

Concentre plutôt l’amas de ses sensées pensées

Hors schémas éculés à attraits très bientôt bousculés,

En l’antre magique de la Logique;

Soufflant: - Suffit! Défie gonflants, tombeurs du ciel

D’officielles sectes politiques sans Ethique

Ou de «beuse» religieuse qui ne respecte ton Labeur,

Tes Acquis, tes Valeurs, ton kiki..

Coûte que coûte

L’étranger

À toutes sectes

Par son rare doute à son zénith

Déparasite!