09/09/2014

DU SERREMENT D’HYPPOCRATE À LAMAL ADDICTION

Sous couvert des discriminations inscrites en la LAMAL, foutue d’offrir ses services prioritaires aux assureurs et détriment des praticiens et patients, voici qu’une filiale de Santésuisse bombarde des dizaines de milliers de médecins avec une lettre. Les encourageant, en substance, à ne plus soigner les malades ne pouvant pas payer l’extorsion de fonds qu’est leur prime obligatoire.

Faux dans les titres, soit dit en passant, du fait de montants farfelus additionnés ou retranchés  indûment exigés, et dont partie détournée paraît définitivement perdue. Du moins actuellement, aux yeux de décideurs et politiques encore non inquiétés, généralement très actifs au sein de lobbies et/ou Conseils d’administration de ces mêmes privilégiées assurances-santé. Ruinant impunément celle de leurs assurés.

Ainsi, même s’il me répugne d’offrir plus de pouvoir encore au Petit Machin (allusion que même de vieux Gaullistes comprendront, c’est vous dire), ayant perdu toutes illusions en l’ajout du moindre brin d’humanité dans la Lamal, je crois pourtant qu’une Caisse Unique de Racket-santé devrait nous aider à surfer plus facilement sur la banquise déontologique des temps jadis.

En retirer l’énergie de faire cesser abus officiels au nom du profit clanique, portant atteinte irréparable aux plus fragilisés, comme à ceux qui tentent de défendre leurs intérêts ou de les soigner. Soit larguer les nuisibles fossiles sociaux (avec leur canular de prétendus déficits « « « publics » » » à sempiternellement combler) aux oubliettes du musée de l’arnaque. Et maîtriser finalement l’actuelle traîtrise des chantres de l’accès élitiste aux soins, pour rendre cet accès à ceux qui, par faute des premiers, en ont bien plus besoin.

Pour Mémoire, revenons un instant sur quelques vieux principes actuellement ordurièrement bafoués, avec remerciements à Wikipedia : Extraits :

Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l'engagement suivants :

….j'y entrerai pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur …

… Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté …

Serment de l'Ordre français des médecins de 1996[4] : Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J'interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité.

Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

Université Montpellier 1 : Je donnerai mes soins gratuits à l'indigent et n'exigerai jamais un salaire au-dessus de mon travail.

Canada : JE JURE de toujours me souvenir qu'un patient n'est pas seulement un cas pathologique, mais aussi un être humain qui souffre. À celui qui entrera chez moi pour chercher simplement un réconfort, ce réconfort ne sera jamais refusé.

Je me comporterai toujours selon l’honneur et la dignité de la profession.

En l’occurrence : Honorables et dignes praticiens, demeurez à votre poste, d’ici quelques années encore si le pouvez ! Après avoir appliqué les consignes du vraisemblable prédateur financier Sasis SA sévissant en divers cantons, au détriment des victimes d’abus manifestes. Ne leur donnant généralement plus le choix qu’entre manger normalement durant un mois et conserver la santé, ou payer le droit de ne pas crever sans suivi à brève échéance, en offrant le reste de sa pitance pécuniaire à l’assurance … de ne supporter longtemps de telles privations.

Les vents tournent parfois rapidement, des plus ravageurs aux plus sereins, emportant imprudents et cupides. Mais demeurent heureusement terriblement stables et solides tous Piliers du Bon-Sens, de la Justice et Prévenance authentiques.

En ma qualité de médecin des mots, j’opère une ablation immédiate de ce genre de collusion médico-économique, susceptible de provoquer plus tard brusque hémorragie d’arrêts de fonction. Une fois insufflé le produit de vitale résurgence collective du respect d’autrui, comblant si fatale carence.

Ceci dit : Passons au blessé suivant :

……………………………….

LA COUR DE JUSTICE DU CANTON DE GENÈVE NE CONSIDÈRERA JAMAIS COMME ILLICITEMENT ATTENTATOIRE À L’HONNEUR DU BLOGUEUR JEAN-MARIE ROTH LA CENSURE PARTIELLE DE LA TRIBUNE DE GENÈVE.

Ceci plus ou moins dûment écrit avec caractères d’imprimerie garantissant à peu près qu’il sera inutile d’augmenter de deux millimètres pour seconde parution. Et inutile pour moi de tenter de faire défendre mes légitimes intérêts par Me Charles Poncet. L’un de ses confrères, Me Nuzzo, m’a dûment informé que le droit à la liberté d’expression engage l’Etat envers les particuliers, donc la Tribune de Genève n’est pas tenue de garantir ma liberté d’expression.

Disons que je m’en doutais un peu. Mais alors, puisqu’elle n’est pas tenue de garantir la liberté d’expression, ça sous-entend qu’elle peut à loisir la bidouiller à sa manière !

Ciel ! À mes yeux, Sainte Julie se vianderait-elle au pied de son piédestal de pure impartialité, de parfaite égalité de diffusion des expressions contraires non injurieuses ou attentatoires ? Me décevra-t-elle définitivement à ce point, après 37 ans de bons et loyaux services bénévoles au sein de ses dialogues ou monologues épistolaires, voire de ses pages ou de ses affiches, (édition des 7 et 8-07-1988) ?

………………

- Ligne éditoriale exige: Une Tribune aussi cosmopolite que la nôtre se doit de garder certaines réserves, quant à des concepts susceptibles de bouleverser par trop d’autres modes de pensée. Voire de provoquer des troubles de l’ordre public en certaines contrées, mal préparées à recevoir d’un coup un afflux de fondements rationnels, objectifs, supplantant irréversiblement les bases subjectives et promesses non-tenables ni tenues y-relatives, menant à l’actuel échec spirituel et philosophique observé.

Dires, entre rires, "déformatant" un tant soit peu utilement, puis énormément l’individu, n’ayant leur place à la vue de tous. Au point qu’il soit préférable, de l’avis de la Rédaction, d’en limiter l’accès au cercle d’habitué(e)s à l’URL en question, et à ceux auxquels ce groupe de lecteurs réguliers aura transmis cette adresse électronique.

C’est pourquoi la Rédaction des blogs a le regret de ne vouloir remettre  dans la présentation intitulée « Tous les blogs » les écrits, notoirement non sans intérêt de votre Altesse, le Roi Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche. Avec nos meilleurs messages. -

…………………….

Voilà, Messieurs, Ruetschi et Mabut, vous sachant très occupés je vous ai pondu ça.

 

Plus qu’à signer, me l’envoyer et on n’en parle plus, je classe l’affaire. Vous êtes les plus forts, ceux que j’adore titiller, donc tout va bien.

Je continue de temps à autre à sévir-ci, toujours en termes comico-virulents, que suis prêt à maintenir devant toutes Instances. Et d’aventure, crée un autre blog tout doux et poétique et coloré et pas du tout mixturé, et plus sympa pas politique la moindre, que vous laissez cette fois à l’étal ?

Des années que j’y pense et que cette séparation des sujets graves et drôles conviendrait bien mieux au lecteur comme à l’édition. Mais, par manque de temps que me provoque mon hypercréativité pluridisciplinaire, et par souci d’absolue originalité, je me suis permis de tout fourrer dans le même paquet, de bien remuer, et de m’amuser ensuite à tenter brièvement de relier les sujets dans mes billets. Devenus incidemment de véritables témoignages à leur manière, de type historiographique. Si vous vous demandez où en était la situation politique, philosophique, religieuse, l’état d’esprit local ou général il y a cinq ans, ou que vous cherchez un fait divers marquant à une certaine époque, vous allez disons sur la page 15 de ce blog, vous lisez en diagonale et hop : Vous tombez sur plein de faits divers, « madeleines de Proust » vous renvoyant immédiatement vers la chronologie de cette époque.

Certes, je puis aussi abaisser ici le ton, mais l’humour étant par nature assez outrancier, le passer en sourdine n’atténue jamais son impact, bien au contraire, c’est … marrant.

Or, je m’en voudrais d’en balancer ainsi sous silence encore plus qu’à présent. Pour un seul groupe d’initiés disposant de l’URL-clé des vastes contrées virtuelles du bas rond-de-cuir, à l’exclusion voulue par la T.d.G du reste des potentiels intéressés du monde entier. D’où dilemme et status quo.

Statues cocasses à venir, pour monumentales érections à la gloire du Taiseux Suisse Anonyme? Et/ou paisibles comptines pastel à l’usage d’untel et de tous quidams ? Au choix !

Tout dépendant simplement du déblocage ou non de l’accès à mes billets. Sur lequel il serait du meilleur effet de ne plus avoir à revenir … et lesquels billets il convient enfin d’estimer à leur réelle valeur. Soit, pour les spécialistes, d’avoir droit d’accéder aisément à ceux-ci, dont les prive arbitrairement activement ladite Rédaction.

C’est harassant, hein, de se substituer maladroitement aux connaisseurs en matière d’exclusion partielle ou entière d’exposition de concepts trop remuants, trop novateurs pour l’époque ?

De bonnes maths, là, vous permettraient en somme d’annuler nos divisions, de multiplier l’estime due, exempte de secrètes soustractions de mérites du vis-à-vis. Vous dormir(i)ez alors tellement mieux. Sans avoir à vous énerver régulièrement, comme toute lectrice, lecteur et l’auteur, à devoir subir ce genre de tentatives d’arrangement à l’amiable, en lieu et place de désopilantes créations attendues, bien plus affriolantes et sympathiques, qui se bousculent en l’interstice laissé au portillon. Cadenassé par la chaîne rouillée d’affinités politiques et religieuses contraires, alliées en la course prioritaire au profit et détriment des sans-aidants !

……………………….

Ah, ah, ah, je vous ai bien eus ! Mais, non, je blaguais ! Je ne pourrai jamais assez vous remercier d’avoir confirmé de manière si magistrale, par votre censure-maison, le fondement même de mon blog « 37 ans d’apartheid économique et médiatique dénoncé à Genève ». Prouvant ainsi l’exactitude de l’omerta à multiples visages et la ruine organisée dont il est toujours question en mes écrits.

Témoignages du sort réservé à dissident au Calvinisme le plus otus, et objecteur à toutes autres formes de principes en vigueur sous égide de force et menaces ! Fondements déresponsabilisant et sciemment abêtissant, ne visant en réelle finalité qu’à parasitage du fruit des efforts d’autrui moins avantagé. Ainsi sournoisement toujours plus appauvri, affaibli, malléable et corvéable à loisir.


Vous êtes si bons. Je ne puis accepter semblable présent. Votre nuisance à mon image par retrait de présentation de mes œuvres m’offre vraiment trop d’honneurs. Un peu d’humilité, que diantre.

Et puis, soyons justes. Vrai que vous avez besoin de talentueux cobayes-reporters indépendants, vivant et relatant dans le désert qui leur est laissé l’horreur d’indigne condition, pour faire plus de sensation dès qu’ils auront claqué, et en soutirer bien plus que si leur démarche avait été un tant soit peu courageusement soutenue.

C’est dit, multi-redit et assez rabâché : Voyez enfin ici quel merdique thème récurrent vous contraignez mon inspiration, ainsi sciemment parasitée, à aborder en lieu et place de gentillesses me caractérisant, et splendides singeries littéraires bon-enfant réjouissant petits et grands. Voyez les ravages pour l’Histoire de l’Art que provoquent vos petitesses, chicaneries instigatrices de nuisibles pertes de très précieux temps, à conséquences séculaires.

Que penseront de mes actuels zélés censeurs, les émerveillées générations de petits Orionais du Centaure ou Infravénusiens qui réciteront un jour mes plus beaux poèmes : Imaginez-les :

 

Petits nains genevois sont sans voix : Petits nains abrutis du jardin des nantis

 

Songez à ce grand classique parmi tant d'autres à (re-)découvrir ci-dessous, que déclamera fièrement à sa manière chacune des bouches de leur charmante frimousse verte. Fort émouvant. À en pleurer préventivement.

 

En résumé: Merci de cesser d’offrir tant de bons soins et d’avantages …

Ali GNIOMINY.

 

P.S. N'oubliez pas: Tout ça aussi, juste pour ne point vous vendre dits symboliques, à demi-chance treize estompée :

IMG_2678.JPG


06/09/2014

À PÂTE ÉTHIQUE : TARTE À GÂTEUX.

L’euro rêvé de mon estimé correspondant François Mitterrand ne devait pas faire augmenter le coût de la vie. Du temps où il était encore intéressant pour nous d’effectuer de ponctuelles infidélités au terroir, en achetant en catimini : fromage, viande, vin, cigarettes … en France.

Et voici que son Xème non-remplaçant, paraissant avoir fumé la moquette, poursuit les moulins du déficit creusé par les chantres de l’austérité … à combler à leur place alors qu’ils se prélassent sur leurs indécents bénéfices … non-remplaçant s’effaçant face aux prédateurs, empêtré, pédalant sur sa petite arène en ce bancal Post-Socialisme qui le rend branque.

Est-ce le flop pour l’Europe ? La fin des tulipes pleines, du caviar, des petits fours exempts d’affreuses arrière-pensées ?

À voir : Les totalitarismes agressifs locaux fleurissent bien cet automne, preuve de la connerie de leurs meneurs et du réchauffement atomosphérique. Effectuons un tour d’horribles zones :

1) Profitant d’un très bref laps de temps durant la trêve N° 479'485, Israël envahit par la force 400 hectares de Cisjordanie. Sans doute afin de les convertir en cultures du marron.

2) Des blindés chinois entrent en force au centre de Hong-Kong, ce vendredi 29 août 2014. Pas d’étudiant devant un tank, aucun intérêt.

3) Poutine se vante de prendre Kiev en 15 jours. A condition que ses artilleurs visent la bonne Kiev, sur les deux qu’ils voient tous.

4) L’Amérique Sainte Nitouche, obnubilée par les caresses de l’oseille, récupère honteusement avec amendes helvétiques payées en plus, les montants qu’elle avait elle-même planqués en Suisse, ainsi que le permettaient les coutumiers notoires secrets de pollichinels, au bénéfice exclusif de ces mêmes puissants fraudeurs agissant sous responsabilité de l’Amérique; ayant failli à sa surveillance à l’égard de ses citoyens fraudeurs incitant autrui à taire leurs délits. Car ces mauvais Américains sont parvenus sournoisement à corrompre « à l’américaine », presque sans qu’ils n’en aient conscience, certainement persuadés que la coutume en usage faisait force de loi, de braves et honnêtes banquiers suisses. Les entraînant en une spirale d’influences néfastes, éloignées des principes bancaires de la Suisse de jadis.

En l’occurrence, si un nouveau débarquement d’alliés d’outre-atlantique doit avoir lieu sur notre continent, mieux vaut planquer nos stocks de chewing-gum. Notre fric de la BNS à Fort-Knox dilapidé, l’envahisseur risque d’être encore plus en manque et nerveux, tenu par ces lois de pays simili-fasciste interdisant par endroits de fumer même en plein air. Mais complaisant avec les plus absurdes et néfastes sectes en force et vigueur, tant qu’elles fournissent à volonté assez de gomme, à effacer tout ce qui dépasse … s’oppose, ou à mastiquer  en interminables ruminations.

Les us et ça, les coutumes et mœurs, sont là-bas bafoués ; fous et sages s’agitent, gît à terre baromètre du bien-être. Et si sinistres cuistres gueulent et veulent nous la …… ? Veules ? Nous ? L’âme étreinte lors sans crainte, sans contrainte, rare, par les feintes sacro-saintes démasquées, débusquées des églises qui divisent aux …….., amples temples dits exemples reliant … ! Pardi : Pillant !

5) L’Afrique, infestée de cerveaux lavés et reformatés, souillés d’explosive poudre de perlimpinpin porteuse d’espoir de sainte bite au con de mille vierges. Cerveaux programmés à égorger de l’ « infidèle » sans la moindre culpabilité ressentie ni émotion, comme s’il s’agissait de couper le cou à un poulet. Milliers de fous déformés formatant des milliers d’autres tarés se rassemblant. Dirigés contre nous : Les pays diaboliques, donnant un autre nom au même Dieu, à mêmes principes d’Amour exempts de crimes contre l’Humanité prétendûment justifiés en Son Nom, et ayant l’outrecuidance d’accueillir les flots de victimes des ordurières déviances idéologiques de si malades fanatiques.

6) L’Australie ? L’on ne sait quand gourous arborigènes sans gêne vont s’y mettre. Mais pour l’heure r.a.s. Sinon un grand bravo à cette doctoresse française du fin fond des brûlants déserts, soignant les indigènes en leur simplifiant les médications : « Vous prenez deux N° 104 le matin, un 86 à midi et un 54 le soir.

Soudain la Science terrorisante se soucie des gens simples, ayant parfois un brin de peine à se souvenir qu’ils ne doivent prendre leur Delta.1.transtétrahydrocanabino CH-OK 2015 qu’entre les repas, après le Dexahydrocellulométhyltrucchose B-41*/- qui précède les prises des quinze combinaisons différentes du Métafluocalci.phosmagn Yg/534b .

7) L’Amérique du Sud ? J’en parle bien assez souvent. Celle du Nord en mieux et en pire. C’est vous dire.

8) L’Arctique et l’Antartique ? Sympas, rien à dire. Bon, système de retraite Inuit, très efficace, faisant nombre d’envieux dans les milieux de droite, qui envisagent de nous l’imposer un jour, pas le moindre déficit. Mais si je vivais là, j’aurais encore deux ans pour me préparer à laisser la place aux jeunes, en partant sur la banquise après avoir été éjecté de l’igloo. L’accueil est très chaleureux, mais la sortie fait un peu froid dans le dos.

Par conséquent, si l’on regarde un peu mieux le monde entourant l’Europe entourant la Suisse en tous rangs dans les meilleures … il n’y a vraiment pas de succès à complimenter ni de progrès à noter. Bien au contraire.

Et, de partout, cependant, face à cossus arriérés, ce n’est qu’

Irréfragable évidence d’exceptionnels talents,

par imbibés bobets snobés,

Incontournable réalité d’athées jadis applaudis, honorés,

lors qu’à mystique si famélique,

puis ignorés, ayant déplu dès que plus égarés,

plus du tout toutous soumis à leurs leurres,

leurs manie de tout croire

et en boire de déboires.

Intolérable constat, que ce tas de conspuants suant l’envie

de ravir le rire, l’aisance immense de Phares des Arts

guidant oisifs naïfs, ou moins, flots de ballots,

loin des récifs.

…………………………..

Dites ? ça ira, ou je vous remets du rab ?

 

Hein ? Quoi ? C’est impudique ? Ignominieux ? Réellement ?

Mais, ça vous pique tellement aux yeux !

Et l’arme des larmes, de rire ou rage tire courage

de réfléchir sur les pires dires en vogue aux gogues d’unies unis ?


Une ignominie, si je pige ? Bourrée de raies, de tiges,

Infinie litanie hilarante de qui se vante

et fait le pitre à juste titre, hante le chœur des décideurs

de son Esprit épris de bonheur, de Justice à malice,

de Liberté concertée, sans cherté, de Paix, Respect

des débiles les plus vils aux plus sages des mages?

C’est ça, c’est ça, je vais me coucher aussi, parce que moi et ces barbares critiques avares en Art caustique qu’astiquent mes piques ailées:


Avec leur pâte éthique étalée en sourdine …

Je me beurre et compose mes tartines ...

 

... Offertes :

Ali GNIOMINY

IMG_2079.jpg


29/08/2014

LENTS SAIGNEMENTS

Youpie, c’est la rentrée, pour 600 hauts fonctionnaires du régime chinois (à qui nous offrons 7,5 millions, et Pékin de même) pour quatre ans d’études à l’Université de Lausanne. D’où ils ressortiront diplômés en Ethique économique !!!

 

Et en contrepartie de ces cours d’Ethique économique helvétique, 600 étudiants suisses vont passer 4 ans en Chine pour y étudier les Droits de l’Homme ???

 

…………………………

 

Heureuse perspective, que ces jeunes asiatiques spécialistes en éthique, qui s’installeront certainement après quatre ans en Suisse, leur appartenant en totalité d’ici-là.

 

Et qui devront enfin mettre de l’ordre, quant à la douteuse déontologie d’une genevoise rédaction, lors inféodée à Tachinamedia, censurant à tort et à travers.

 

………………………….

 

Allégeons, allégeons : Nuages s’engagent en mon larynx, soleil ne brille, mais l’utile sphinx, colibri, butine pistils et étamines au cœur des fleurs qui n’en ont peur, anime(nt) mes balcons … (vite c’est limite, qu’on me mime rime à la con) … Bref, colibri brille, qui plante nos plantes de son sec bec … Et l’on élève sans trêve son rêve, sort des rangs, voit plus grand :

 

Grands d’une époque se moquent du troc d’idées ridées

de chastes castes d’alpagueurs en vigueur.

Grands d’une époque croquent au palais des roitelets

Sans bruit les fruits de l’équivoque.

Grands de nos Temps sont entêtés,

Témoins de loin des agacements du renoncement,

Sont si butés qu’ils laissent traces qui blessent limaces :

 

Si cruel sel d’une vie ravie.

Grands sans espace ne font de surplace

Dès que les bloquent

Petits abrutis qui les provoquent.

 

………………………………

 

Au fait, vous faites comment, vous, quand vous tombent dessus simultanément deux bouts de poèmes complètement différents ? Vous ne pensez pas que ça risque de se télescoper et faire chenit au final ?

 

Ah, oui, certainement: Simple crêpage de chignons entre muses ! Toutes folles de moi, c’est terrible.

 

……………………………..

 

Mais revenons à nos balcons à vue sur nues … et kyrielles de bienvenues pas connes personnes se baignant ci-bas, en la zone sans béton des pontons sur le Rhône. Que l’adorable Ville nous a imposés. Dont le plus proche, flanqué de rutilantes chiottes puantes ayant la subtile particularité de boucher la seule vue sur le fleuve dont disposaient les habitants de la rue Emile-Nicolet.

 

Bienvenues pas connes personnes par centaines, dès qu’elles n’écoutent pas simultanément diverses musiques à fond, ne hurlent pas nuits et jours, et surtout, surtout, dès qu’elles ne portent pas atteinte à notre intégrité de riverains lésés, en nous enfumant copieusement, organisant barbecues sur barbecues précisément sous nos fenêtres. En l’endroit sis où l’imbécile municipalité eut la géniale idée d’installer grande table et bancs scellés au sol.

 

Ainsi, en dépit de mes avertissements sur ce support, de plusieurs pétitions de riverains et vaines interventions au Conseil d’Etat, force est de constater que nous sommes plusieurs riverains à avoir récemment développé des problèmes d’asthme. A suivre. Nous sommes contraints de supporter durant des mois, principalement en fin de semaine, les odeurs de saucisses et de sardines, s’imprégnant dans les tissus. Et pire que tout, celles de ces saloperies cancérigènes en barquettes d’alu, s’enflamant rapidement et faisant office de barbecue. Que neuf pique-niqueurs ci-dessous sur dix emploient.

 

Il est du plus haut ridicule ou de la malveillance la plus crasse, de la part d’autorités, de placer des panneaux d’interdiction de musique et de barbecues en bien des parcs, loin de toutes habitations. Et de ne trouver pour solution bancale, que d’augmenter les rondes de police sur ces rives du Sentier des Saules.

 

Alors qu’il suffit bêtement d’installer des panneaux indiquant « Zone Silence-familles – et Feux interdits entre la rue des Falaises et 20m plus loin que la rue Emile-Nicolet ». Moins de 200m, et ensuite au long des dépôts des TPG jusqu’à la pointe de la Jonction, fin de ces interdictions. A peine un écriteau : « Veuillez respecter un niveau sonore ne gênant pas les riverains des Falaises de Saint-Jean »

 

Ce n’est pas (encore) chinois, tout de même, pour contenter tout le monde. Nos performants gabelous qui, en un premier temps, ramèneront moult amendes aux apéros de la communauté, pour non-respect dedits panneaux d’interdiction. Les habitants des environs dormant en paix entre deux cambriolages. Les pétés fêtard réunis à la Pointe et les gens sains et silencieux fumant leurs joints en famille aux endroits appropriés. Histoire que leur rende délicieuse visite mon colibri-sphynx, poivrot au suc de mes jardinets, curieusement adorant voler en trombes à travers mes volutes de fumée, alors que je les envoie toujours loin de tout être vivant.

 

Ainsi, quelle est cette politique locale, qui impose multiple et gênant voisinage, tous désagréments à des habitants payant cher le bonheur de se faire officiellement emmerder, par qui méprise par inaction si légitime indignation ?

 

Les concernés ……… Ces responsables sont instamment prié(e)s de s’exécuter sans délai. Chaque jour estival étant devenu pour nous un enfer de  tumulte et fumées. Et vu que l’été débute dès dimanche, paraît-il … ces panneaux doivent être installés illico !

 

Faute de quoi je convierai l’ensemble des révoltés riverains, à venir un soir de Grand Conseil dans la Cour de l’Hôtel-de-Ville, tous avec une barquette alu inflammable, sardines et grasses saucisses, participer à un barbecue géant. Avec chacun son magnétophone, style de rap destroy préféré à fond, couvrant au possible la daube qu’écoutent les voisins, hurlant pour se faire entendre et éclusant des hectolitres de bière, à pisser évidemment hors obstructrice structure à cet effet.

 

L’expérience demeurant le seul livre que ces élus comprennent … ceux-ci, suite à ce pique-nique en la fumeuse cour, après nous avoir accompagnés pour quelques mois en cure respiratoire à la Clinique de Montana, aux frais de la bobette Souveraine, réagiront  peut-être enfin. Et leurs collabos en institutionnelle procrastination cesseront, sans doute, de censurer criants témoignages de flagrantes injustices en force et vigueur !

 

………………………….

 

Et ce n’est point parce que l’entrefilet précédent se commet avec des sujets plus ou moins sérieux, qu’il faut se permettre de le prendre à la légère, pas plus que le suivant.

 

……………………………….

 

Grand amateurs de ce qui est malsain, les drogués de l’UDC de Zoug parviennent à faire rétablir le Kirsch gratuit (payé par le contribuable) à midi, avant les débats du Grand Conseil de l’après-midi.

 

L’on comprend mieux les raisons de la déchéance politique suisse à laquelle nous assistons. Il est impossible aux parlementaires à tête claire, de faire passer quoi que ce soit en ayant en face d’eux une bande de surexcités soiffards sous influence.

 

Que ces coûteux dépendants de Zoug se mettent plutôt à la bière, ce sera plus de circonstance lorsqu’un autre sobre contribuable poussé à bout par leurs délires éthyliques pétera les plombs.

 

……………………………….

 

Pardonnez la méchanceté de la phrase précédente, pour ceux qui la comprennent. C’est sans doute un reste, un indélébile débile dépôt de tout le Kirsch que j’ai descendu cul-sec en ma jeunesse. Contraint de prouver en nos vaux que j’étais un homme. Le kirsch, avec la Pomme, la Damassine, l’Abricotine et le râcloir Williams, les venins qui me rendaient le plus agressif.

 

A ce sujet, je faisais remarquer hier encore à mes amis, le colibri, le perroquet et les plantes vertes, comme la vie est paradoxale. A 19 ans j’étais foutu, je m’injectais heure après heure des doses croissantes d’héroïne, dans l’esprit de tous j’étais mort à brève ... déchéance. A quarante ans j’étais au fond du bouge, éclusant mes douze litres de bière quotidiens entre les apéritifs. Et à 58 il y a 16 ans déjà que je suis totalement et réellement libéré de ces poisons durs, sans aucune frustration ni envie même passagère, tout au contraire.

 

En 1998, mon espérance de vie pour les Professeurs penchés sur mon cas, se situait au maximum à 2002. Si je cessais de boire et subissais un an de traitement lourd à l’essai, m’injectant pour la bonne cause chaque dimanche une ampoule d’Interféron à 3'000.- et me gavant de Ribavirine, éventuellement des années de plus. Il est 2014 au clocher de la résistance et volonté. Il n’y a plus qu’à la plus sournoise des drogues dures que je me suis enchaîné, la nicotine ravageuse, dont seul le cannabis à faibles doses me permet d’espacer la consommation abusive. En l’espace d’un joint, entamé, laissé, rallumé, redéposé, … ce serait sinon facilement sept cigarettes. Mais de cela personne jamais ne parle, ça ne se fait pas, surtout devant un colibri à tendance rasta.

 

Or donc, j’étais le James, aussi doué que défoncé, l’étoile filante en devenir, à la Jim Morisson ou Dean, auquel il valait mieux ne pas trop s’attacher, vu l’état. Et hier, entre deux frissons d’ailes, voici que je fais le tour en ma tête de la totalité de mes connaissances. Etudiant ce que je connais de leurs dires ou habitudes.

 

Démontrent-ils aimer « boire leur petit verre sans abus sauf parfois …», avouent-ils devoir faire attention, ou qu’ils ont un petit ou carrément un sérieux problème ? Et même si ce n’est l’alcool, qui est dépendant depuis des années de benzodiazépines, antidouleurs ou somnifères, de tous ces importants modificateurs de conscience ?

 

A mon grand effarement le décompte est relativement facile, au vu de ce que je connais ou devine facilement: Quasiment toutes les personnes sérieuses que je connais, de tous milieux ont un problème plus ou moins conscient de dépendance à des substances modifiant leur perception. Un besoin d’excitation et d’allègement sur le plan physique surtout, par des produits modifiant les sensations corporelles. Huit personnes sur dix au moins, continuent à subir les traditionnelles phases de la dépendance : Agitation, euphorie et rires puis colère et abattement et pleurs, mal-être effrayant, souffrance, culpabilité, négation de la fuite, nouvelle dose pour combattre le mal par le mal, nouvelle ivresse, agitation, euphorie, rires et colère, pleurs … phases plus ou moins espacées.

 

Et voilà que le joli junkie James, puis épave alcoolo, est devenu depuis des années l’un des rares esprits n’ayant plus besoin ni envie d’aucun médicament modificateur d’humeur, de sommeil ou de sensations physiques ou psychiques. D’aucune drogue dure ni hallucinogènes violents, d’aucune goutte d’alcool, d’aucun speed du matin, quels qu’ils soient. Et quelle que soit la circonstance pour laquelle l’une de ces substances peut être offerte.

 

Se cacher sa dépendance la renforce et détruit, son entourage aussi. Aussi vrai que doit être insupportable une vie entière à cacher sa bi- ou homosexualité, parce que ça pourrait déplaire à des ignorants. A repousser sans cesse le courage salvateur, la force de vaincre la bête qui tente de vous soumettre. Prenant de l’ascendant sur vous tant que vous ne réagissez une bonne fois pour toutes et ne remettez le colibri sphinx au milieu du village.

 

………………………………..

 

Assez gazouillé pour la semaine. Mais vite encore, si ça vous intéresse, Sting fait payer 316.- par jour pour avoir l’honneur de l’aider à récolter les olives de sa propriété.

 

Une super affaire. Pour 200.- cash à me filer vous avez le droit de ranger ma cave. Pas de cohue s.v.p.

 

…………………………………

 

Alors, Bernard, j’abaisse un brin le ton dans la « Pincée du jour » sur le « Téléjarnac » ou non ? Vous y cogitez ?

 

Le château où trône le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour ne vous asservir, n’est sis qu’à peu de lieues de votre Tour. Il goûterait à vous y rendre visite. Et, quelque part, Il serait cavalier et assez fou de votre part de ne le prendre en l’arène que pour un pion voué à l’échec, qu’il convient de mater. Alors qu’à force de sacrifices il peut vous surprendre en faisant le grand Grock ou tant d’autres combinaisons gagnantes.

 

…………………………………

 

Voilà : Que blessés de toutes parts par toutes causes jamais n’aient plus à souffrir de lents saignements traditionnels.

 

En résumé : Tout de limpide et lucide, sans influence sinon bleutée :

 

Les enfants suisse-allemands ne bénéficieront plus des extatiques subtilités du français, donc les enfants suisse-romands ne cracheront plus de l’allemand, soit. Mais franchement, l’anglais comme seconde langue ? Ce ramassis de passe-partout sans lequel certes je n’aurais jamais pu parcourir le globe ? Pourquoi pas plutôt une langue d’avenir. Je ne sais pas, moi, l’hindi ou le chinois, ou carrément imposer une nouvelle langue, plus paisible et commune que toutes autres, le ……

 

Vous allez le noyer avec des pensées-bateau comme ça, mais qu’est-ce qu’il vous a donc fait ce colibri sphinx ?

 

C’était donc ça le message étouffé? Quelle tragédie. Oui, passons-le au plus vite, ou la SPA va débarquer à la rédaction des blogs TdG :

 

Attention : Le mignon oiseau a la taille d’un frelon ! Prudence ! Interdiction formelle de SSPPPLLLLAAAATTCHH !!!

Ou vous vous vouerez …

 

Ali GNIOMINY

 

DSC_2972.JPG


26/08/2014

COPEAUX DE LANGUE DE BOIS ÉMOUSSANT L’ÉLEVÉE SCIE.

Ne le sachez pas trop, mais : M. Le Procureur général de la Confédération lui-même, Michael Lauber l’affirme :

Le fait d’appartenir à une organisation criminelle n’est pas pénalement répréhensible en Suisse !

Voilà qui va ravir nombre d’élus, pressés de voir Ueli Maurer remplacé par un haut dirigeant du Ku-Klux-Klan.

Mais, dilemme : Un seul point noir, cependant, sur le tableau brun : Il sera vraisemblablement étranger !

Quoi qu’il en soit, c’est grâce à cette tradition d’accueil humanitaire des organisations criminelles, que la Suisse s’autorise sans souci les agissements de ses banquiers, ses assureurs et autres politiciens.

…………………………

 

Ce fut la pincée du jour.

 

Au fait, Bernard, avec la voix, la gueule, l’accent, les textes … (même moins grinçants) … et ... si la Pincée du Jour s’animait en sketches traitant des Zinzinfausses du Téléjarnac ?????? @

Et si vous faisiez mouche ? Ne ratiez le coche ?

 

Il suffit que mes prédateurs financiers effectuent enfin réellement leur travail pour le bien de la communauté, devenant mes sponsors ! Soit de généreux donateurs d’hilarité bienfaisante et de profondes réflexions, mécènes ayant cessé de chicaner, ruiner années après années à sens unique, de censurer à tort, de rater, retors, l’affaire de cette ère, pour le moins, oints des huiles mercantiles …

Rien de plus logique, utile au final, magique et facile, donnant-donnant. Canalisez-moi un chouia ou ça reste le tout au dégoût.

Une fructueuse gifle à venir pour les incontournables sots arriérés qui, les premiers temps, vous reprocheront d’accorder enfin crédit …

 

Ali GNIOMINY

DSC_6161.JPG


25/08/2014

PAR LES TEMPS QUI COURBENT …

TOUTES LES CLOCHES N’EMMÈNENT ROMS.

Ceci dit bien qu’il ne fasse point bon critiquer les puissants.

Nulles cloches donc ci-sonnées, afin que s’éloigne le violon.

Simple constat sans tas de constantes :

Mercredi 12h50 Carrefour de Plainpalais, deux bleus, deux bleus Messieurs : Quidam Rom à son grand dam interpellent.

Auquel il saisissent objets du délit : Un litre d’eau du robinet et un grattoir à vitres !

Intolérable. Un Rom ne peut être que voleur et/ou mendiant. Où va-t-on s’ils se mettent bénévolement à rendre service, en lavant les pare-brises d’automobilistes arrêtés aux feux, conducteurs leur offrant d’aventure quelque monnaie, lorsqu’ils n’ont démarré en trombes, le majeur gauche levé au ciel ?!

Mais foin de mauvaise foi. Nos bleus Messieurs n’ont pas trop tort, nous sommes encore préservés des nuées de laveurs à tous carrefours, comme en bien des pays, mieux vaut éviter ici cette propagation.

Mais bref, nos agents sont sympas. Non comme une certaine Direction ne supportant la moindre critique, fondée ou moins, et n’hésitant à destroyer du syndicaliste à coups de pénal. Je n’ai lu le tract de juin en question, paraissant avoir disparu des supports, ne sais de quoi il s’agit et ne puis me prononcer, mais souhaite bon courage et correcte défense à mon estimé co-syndiqué confrère épouvantail David Andenmatten.

David, je te l’ai suggéré à plusieurs reprises, si vous avez besoin d’un correcteur-modérateur-examinateur de la finalité de certains de vos textes avant publication, faites-moi signe. J’ai une grande expérience des limites à ne pas franchir, mais régulièrement au besoin repousser. Je suis certain qu’il s’agit de ta/votre part d’une bête maladresse épistolaire, que cette présumée diffamation, permettant d’aventure à certaine Droite d’asseoir plus librement encore sa domination. Mais rigole … il y a ta fronde, David, qui donne bien des maux de tête aux mini-césars, et c’est de bonne guerre.

…………………………………..

Mauvaise guerre, à présent :

Un rappeur anglais de très bas niveau serait la vermine jihadiste ayant décapité le reporter James Foley.

Une magnifique perspective de gains assurés, d’ici quelques années, pour le festival Paleo. Qui prévoit une soirée Killers, avec Bertrand Cantat en avant-première.

……………………………….

Ainsi, les deux seuls principes islamistes que je respectais, bons pour la santé, s’effondrent. L’interdiction de l’alcool et de la consommation de porc. Du fait que l’alcool engendre la violence et que l’abus de porc rend gros et con.

Et voilà que ça ne tient plus debout : Des abstinents à la viande de cochon se conduisent comme des porcs, et l’absence de consommation d’alcool pousse ces malades à la pire des violences.

Souhaitons qu’une fois sous les verrous ils bénéficieront de soins humains et adéquats, pour ne plus jamais récidiver : goinfrés de porc leur vie durant et saoulés du matin au soir. Mais surtout pas au vin valaisan, bien trop coupé à l’eau bénite.

………………………………

Précisément, inquiétons-nous de concert quant aux us et coutumes de cette rupestre contrée :

On en redemande ! Riez ! C’est de l’ironie stigmatisante, sans conséquence aucune, qu’Ador un ex-juge d’instruction valaisan. Ex-juge dont il pourrait être intéressant d’examiner les impartiaux jugements possiblement jadis prononcés face à des prévenus musulmans. Ex-Magistrat pressenti parmi les favoris du berceau mondial du crétinisme, pour succéder en 2015 au Conseil national à un ministre exemplaire pour les écoles, dont est en charge cet élu évoluant chez lui sous un drapeau du IIIième Reich..

Ex-juge donc, qui sera en compétition pour ce siège contre un autre favori de la Honte suisse majoritaire, jeune homophobe ami du Tribunal fédéral, Instance suprême lui ayant offert gain de cause en estimant que les homosexuels ont effectivement un comportement déviant. Autorité qui, grâce à cette jurisprudence, stigmatise adéquatement les individus dont le taux de glutamate comme neurotransmetteur hormonal à la naissance les attire naturellement plutôt vers l’autre sexe, ou le même que soi, ou autant pour l’un que pour l’autre ;

Tribunal forcément contraint de considérer équitablement comme déviante toute personne naissant avec un grain de beauté, ou des cheveux non-conformes au châtain majoritaire, ou toutes autres particularités innées déviant des normes eugéniques en vigueur.

Enfin, ne nous plaignons pas encore trop. Car il est évident que lorsque les crapules du capital seront parvenues à tromper le peuple en le faisant voter pour TISA, le Tribunal fédéral sera le premier à être privatisé.

Ouhla, je ferais mieux d’arrêter de mettre là mon grain de sel, avant que ces juges ne dégainent leur poivre.

………………………………..

Pas plus sucrée qu’une autre, ne portant certainement en son cœur les adeptes d’une religion mariant de force des enfants, l’ex-Présidente de la Marche Blanche rejoint crânement le Parti Bourgeois Démocratique, affirmant que contrairement à ce que tout le monde croit elle n’est pas de l’UDC.

Elle prend vraiment les gens pour des débiles ? Le nom même de son Mouvement affiche la couleur sans discussion possible. Sinon il conviendrait de parler de la Marche Brune.

…………………………………..

Puis, plaignons en chœur les complices de cette droite-là, qui me censurent au possible, à l’approche des légitimes décomptes du lavage d’agents ... D’aucuns risquent de chuter de la tribune dont ils ont abusé. Qui feraient bien de changer prestement d’épaule leur arme du référencement ciblé.

……………………………………

Sachez encore qu’un futur requérant d’asile et sa très nombreuse famille seront vraisemblablement reçus en Suisse avec tous les honneurs.

Il s’agit d’un héritier japonais, spécialiste en démocratie actuelle. Précieux professeur enseignant par la pratique l’art politique. Il a ainsi fait inséminer une dizaine de mères porteuses. Son usine à bébés compte déjà neuf rejetons et un dizième en préparation. Mais il en veut bien plus, qui voteront pour lui et lui feront gagner une élection.

UDC, PLR, PBD  … pourront ainsi fidéliser leur électorat sans avoir plus à faire le tour des asiles pour guider les mains de démentifiés, ni faire voter de frais défunts. Vive le progrès.

………………………………………..

Ah, la fidélité, de l’électorat comme du couple, il n’y a rien de tel pour tromper l’adversité autant que ses partenaires …

Finissons les boulets sur un air plus léger :

Mariah Carey ne supporte plus les infidélités de son mari !

Bien fait pour elle ! Elle avait qu’à ne pas épouser un CANNON !

………………………………………

 

Ne soumettez des Modèles …

 

Ali GNIOMINY

 

Et arrêtez : Voyez ce que ça provoque, tous ces seaux d’eau sur la tête :

 

IMAG0259.jpg


19/08/2014

CENT FOIS SUR LE METIER TU REMETTRAS LA RAGE

Sur nos monstres quand le sot veille …

Le sot dispositif de réception des Suisses de retour de barbarie islamiste, prétend surveiller de près ces terroristes. S’il le faisait correctement ce ne serait, pour tout avion provenant de régions infestées de haine intégriste, qu’après une escale prolongée à Guantanamo. Mais non, ces dangers publics sont si bien accueillis en la Suisse d’où ils sont verrues, qu’à Genève même les flics en grève prennent le look Taliban.

…………………………………………

Au passage : Permettez-moi, je vous prie, d’effectuer subrepticement un détour narratif relatif au plus sot des hymnes, ce Cantique Suisse s’envoyant un véritable autogoal, tant qu’il ne sera pas chanté en esperanto. Je l’explique :

Plus puissant que tous les hallucinogènes que j’ai testés dans ma vie : L’hymne national brésilien, chanté d’une seule voix par 65'000 personnes respectueuses, au début du match Brésil-Mexique à Fortaleza, le 17 juin dernier. Un moment de grâce absolue. Tous poils (pour ne parler que d’eux) en érection.

Et le 20 juin à Salvador, au seuil de la rencontre Suisse-France : L’une des pires déceptions de ma vie : Une cacophonie insupportable, ridicule, détestable, de milliers de Suisses chantant simultanément leur hymne, en allemand, en italien, romanche, français … accompagnés de dizaines de milliers de Brésiliens  ayant un proche chez nous et chantant en chewing-gum.

Ignoble tapage et suprême blasphème national à ne jamais plus reproduire !

Que le nouvel hymne, seyant alors si bien à bonne part des Helvètes amateurs de foot et/ou de politique, ne soit constitué que de borborygmes !

……………………………………………

Tumulte autre, à Champ-Dollon, club de vacances et de remise en forme genevois, où le cap des 900 plaignants, obtenant réparation payée par nous pour délétère politique pénitentiaire PLR en vigueur, a été dépassé.

Et impossible d’en enfermer une part dans des abris pour réfugiés. Déjà qu’en cas d’attaque nucléaire il n’y aura sans doute plus de place là-dedans pour les Confédérés, contribuant depuis des générations à l’entretien de ce qui fut jadis censé, avant invasion, leur sauver la vie au besoin.

D’ailleurs, le responsable premier de ces abris, (ex- ?)représentant de l’Opus Dei à Berne, ne m’a jamais apporté d’explications à ce sujet. Et fort étrangement, cette légitime question semble avoir été l’une des causes de la censure que m’inflige la rédaction des blogs TdG, survenue également suite à mon article relatif à l’implantation en ville par M. Barrazone d’arbres fortement allergènes, presque autant que ceux du Japon d’un local intouchable monstre sacré d’autrefois.

Ou, fut-ce car j’ai osé parfois démontrer avec la Science que le taux d’acide glutamique dans le cerveau, à la naissance, détermine simplement les préférences sexuelles de l’individu ? A savoir s’il va stupidement engrosser à tout-va ou participer à l’équilibre démographique mondial.

Bref, concernant les conséquences gravissimes de la  « sur-incarcération » genevoise ou de la silencieuse séquestration d’abris, nous ne pouvons qu’en déduire qu’elles découlent des traditionnels faux-semblants humanitaires, d’un pays traitant bonne part de ses ressortissants comme la dernière des merdes.

……………………………………………..

Pour preuve supplémentaire : l’Etat de Genève joue avec nos vies une fois de plus, grâce au programme GEothermie 2020, susceptible de provoquer des séismes, comme à Bâle et en d’autres endroits, plus soucieux qu’ici de la santé de leurs administrés, où cette folie furieuse a été abandonnée. Ainsi, un camion vibreur sonde le sol d’Avusy dans cette perspective.

Quelle effroyable irresponsabilité des Autorités genevoises ! Apprenant que se trouve sous nos pieds un espèce de tube plein de bosons très énergétiques, voilà que ces rapaces creusent pour en piquer un peu pour eux.

Ah, si Genève pouvait plutôt sonder ses immenses trous de mémoire, et se souvenir avoir été formellement condamnée, il y a peu, par les plus hautes Autorités au niveau national et  international pour « traitements inhumains et dégradants ». Verdict avec lequel se torchent les locaux PLR mini-Maîtres du monde, agissant de manière pire encore qu’avant ce jugement. Aveuglés en l’engrenage de la superflue, détestable répression mal ciblée.

………………………………………….

Abordons à présent d’autres gravissimes faits :

One Direction : Trahison !

Les membres du groupe envisagent de poursuivre leur route chacun de leur côté !

……………………………………….

Quant à savoir s’ils sont capables de comprendre le gag de la ligne précédente …

……………………………………..

La fille de Madonna photographiée fumant un joint !

Lourdes craint de ne tirer aucun bénéfice quant Elle apparaîtra.

……………………………………..

Une autre maman conçoit une App bloquant à distance le Smartphone de son ado s’il refuse de répondre au téléphone.

Voilà qui ne va pas durer. Les ados sont bien assez doués pour concocter une App bloquant la TV familiale à l’heure de Top Models ou des Coups de cœur d’Alain Morisod.

……………………………………….

De pire en pire : Voici que l’UDC Genève compte s’opposer, par référendum si nécessaire, à la distribution contrôlée de cannabis.

La bonne affaire. Chaque signature de référendaire le condamnera pour complicité d’atteinte à la santé, la réputation et les finances de centaines de milliers de plaignants, pour soutien volontaire actif au crime organisé à qui est sciemment laissé le monopole de la vente de cannabis, et de toutes cochonneries illégalement y-introduites.

Face à l’échec démontré de la vaine répression, et à l’ouverture d’esprit planétaire, hors PLR-UDC-Tea Party & autres Ecôneries, ce genre de référendum rétrograde et malfaisant devient  rapidement grotesque.

Une chose est évidente : le peuple voterait pour que l’UDC puisse enfin bénéficier d’une urgente distribution de matière grise : La section gevenoise lancerait de suite un référendum.

…………………………………………

Au fait : Devinette : Pourquoi les Genevois renoncent-ils aux selfies ?

Pas tous ! Uniquement ceux n’ayant pas sur leur appareil l’indispensable  fonction « panoramique ».

…………………………………………

Ne cédez pas

Ali GNIOMINY

 

DSC_0858 (2).JPG


14/08/2014

SEAUX D’EAU : MYTHE ?

Voici que les sots mités, bouffés jusqu’à la fibre par l’attrait du bas de laine, sont si collés au cul-de-sac de leurs leurres traditionalistes qu’ils nécessitent le présent rafraîchissement. Qui ne tombe à plat, tonique.

En réalité : Tel virtuel seau d’eau glacée reçue dans le dos, que l’effet ressenti en découvrant que j’avais manqué la principale malversation de l’été : Le refus du présumé prévaricateur : l’Office Fédéral de la Santé Publique, d’autoriser les clubs de fumeurs de cannabis.

Perpétuant ainsi sciemment le trafic clandestin d’un produit naturel du terroir ; Pour l’usage duquel jamais un décès n’a été constaté dans le monde (excepté celui d’un rat en ayant pris 100 kg sur la tête, paraît-il). Produit fermier vendu en ville à la sauvette, aux risques et périls du consommateur aussi, cannabis abominablement coupé par tout et n’importe quoi en passant de mains en mains de revendeurs sans scrupules, à un prix exorbitant.

L’OFSP s’avoue ainsi complice de discrimination et d’atteintes irréparables à la santé, aux finances et à la réputation de centaines de milliers de Confédérés amateurs de fumette. Contraints de voir se détériorer leur santé par des fibres microscopiques, du sable, du verre pilé ou autres prédateurs des poumons. Introduits par des criminels pour donner du poids au sachet de deux grammes de « shit » ou d’ « herbe » pour 50.-. De quoi cracher ses poumons au moins quatre fois, tout en se préparant une jolie saloperie interne à la longue.

En refusant le contrôle de la qualité des ventes et du trafic de cannabis, l’OFSP porte préjudice à la Société toute entière, renonçant aux apports d’un impôt sur le cannabis et provoquant des dépenses de santé considérables, en trahissant la protection de sa santé que le citoyen est en droit d’attendre d’un tel Office. Les conséquences d’une pareille irresponsabilité pourraient justifier un jour l’appellation de crime contre l’humanité.

Quant à la complicité de discrimination ? Nombre d’exemples, mais sachez simplement qu’avec l’aval pour ne dire la descente de l’OFSP, un musée est ouvert à Môtiers, se moquant de la clandestinité qui frappait jadis l’absinthe, l’herbe des fous, sans doute la pire plaie sociale en fin du 19ème et début du 20ème siècle, menant irrémédiablement à une déchéance mentale et physique bien connue.

Preuve en étant que c'est la Xième fois qu'un vieux radoteur ayant jadis fort voyagé à la Bleue vous raconte ça sur ce blog.

Fléau très difficilement interdit au début du XXème siècle, et au nom du profit et détriment de la santé et de la sécurité : récemment autorisé, aux conséquences psychiques et physiques sans comparaison avec les toussotements de la fumette naturelle. Elle, très douteusement interdite en Suisse à l’aube des années 50, sans aucune justification sanitaire valide à ce jour.

Mais prohibition ô combien rentable pour la corruption à tous niveaux, permettant d’augmenter effectifs de répression, cheptel de législation sous influence, actions en assurances et tout le tintouin, sans oublier kyrielle de soignants nécessaires aux assujettis trompés par l’OFSP & Cie.

A finir par croire qu’ont fumé la moquette tous magistrats niant l’évidence de poursuivre la très grave faute professionnelle de l’OFSP, acceptant la production accélérée d’alcooliques par la vente libre de Fée Verte et s’opposant au contrôle sanitaire lié à la consommation de produit surtout dangereux par son abus, comme l’eau, mais presque exclusivement par les toxiques qu’y introduisent des dealers sauvages, dont le job est assuré par l’actuelle grotesque prohibition.

Qui donc, parmi les Intègres, parviendra bientôt à démontrer précisément, dans bien des domaines sociaux, « à qui profite le crime », et obtiendra juste réparation pour les victimes ? Les candidatures sont ouvertes. Ne manque que l’inscription du premier repenti.

Kaïkaïkaï … Qu’aillent se faire foudres de guerre des nerfs ailleurs, les ignares n’ayant flairé que les vents ont tourné, qu’ils ne peuvent plus nuire si mystérieusement aux intérêts de crédules qu’ils sont censés protéger.

Et merci pour ses efforts, au Conseiller national Ignazio Cassis clé … des cas lents que compliquent simplistes politiques lobbyistes, d’injuste prohibition contre une plante médicinale du terroir, qui aida nos ancêtres depuis le fond des âges. Qu’il n’oublie pas de relever toute l’absurdité de l’OFSP affirmant que des centres de distribution contrôlée de cannabis ne sont pas acceptables puisqu’ils ne concernent pas des malades !!!

Mais alors ? L’OFSP admet que le produit stupidement interdit ne rend pas vraiment malade. De plus, il est bien connu qu’il ne pousse personne à l’émeute, rend pacifiste, ne crée pas de conflits ni de risques pour autrui (exclu au volant, d'accord) si les transactions concernant son achat sont contrôlées …

En l'occurrence : Qu’est-ce qui motive véritablement la persistance condamnable de l’interdiction du cannabis ? Qui sont les acheteurs de telles législations en vigueur ? Comment parviennent-ils à composer des majorités-bidon à coups de cash et de promesses pour faire passer des lois pareillement préjudiciables à la véritable majorité ? Que gagnent-ils à nuire à la santé et aux nerfs de pas loin d’un million, à mon humble avis, de gens de tous rangs forcés de rester dans une délétère clandestinité ? Si ce ne sont leurs salaires dont ils doivent être peu fiers.

…………………………………………..

Les amabilités, c’est fait. Un peu de mordant à présent.

 

Pas un mot au sujet de l’attitude de la rédaction des blogs TdG. C’est vous dire ! … 

…………………………………………..

Au passage : Mes pensées les meilleures au sociologue Alain Touraine, je ne manquerai pas de lire également « La fin des Sociétés », paraissant résumer l’ensemble des dysfonctions étatiques que je dénonce pareillement depuis des décennies. Et pour  lesquelles je subis-ci perceptible omerta.

……………………………………………

Bon, j’en étais où ? Ah oui, les sauts d’offusqués faisant décoller trop imbriqués …

Et à ce sujet c’est à n’y plus rien comprendre en ce monde de dingues. De pire en pire, voyez à Ibiza, pour ces autorités c’est l’inverse qui est préconisé. 1500 euros d’amende infligée à quelques baiseurs dans un fourgon. Comble de mauvaise foi des gabelous: L’impudeur de verbaliser, du fait que « les fautifs n’étaient pas attachés » !

Et Dieu sait si si, à l’évidence.

…………………………………………………

Juste quelques larmes comme diam’s, perles fines sans vacarme, …

Adieu  Robin Williams.

(Un Hommage du Cercle des Poètes Orphelins)

……………………………………………….

SEAU D’EAU MI-TEMPÉRÉE, à présent, sur les très gratuites infos du « 20Minutes », qui nous annonce quatre lauréats pour la Médaille Fields, équivalant au Prix Nobel de mathématiques : Un Genevois, une Iranienne … et deux autres !!!

Bon, l’on comprend qu’avec les frasques du Canadien Justin Biberon et de l’Américain en général, le gratuit hésite à rajouter le Canado-Américain.

Quant au quatrième : C’est leur avis là, mais l’oubli de le citer est carrément injurieux : Ce n’est pas parce que l’Allemand sait compter jusqu’à sept, qu’obligatoirement ne pourra jamais  dépasser le un le Brésilien !!!

……………………………………..


BANDES DANS COULÉES !

Surtout ne riez pas ! C’est franchement indécent ! Insupportable, que toutes ces bandes d’amis soudainement ensevelies sous la neige ou la boue.

Pas drôle, désolé, mais sans mentir et à ma décharge, je sors de coutumière larmoyante minute. La radio en fond d’écriture diffuse une chanson. Et pas même Piaf ou Brel, Hendrix, Keith Emerson, Stevie Wonder, ni Caetano ni Gil, Bethania, ni Mozart ni Vivaldi, aucun génie passé ou présent ne parvient plus à me « repilar » (avoir la chair de poule, en brésilien) comme l’incommensurablement regrettée Amy Winehouse.

Faisant fuser larmettes de rage, contre l’imbécile criminalisation de malades dépendants à des substances dures, à la composition laissée au mauvais vouloir de tueurs sans scrupules, sans contrôle sanitaire.

Criminalisation forçant des personnes nécessitant des soins à les éviter, à s’enfermer dans les silences de la clandestinité, finalement fatale. Pour les simples piégés usagers, comme pour des monstres sacrés, que perd bêtement l’humanité. Au nom de répressive cupidité.

Et puis, l’ambiance a de quoi demeurer tristounette bien que révoltée, suite au ramdam d’hier sur le Rhône, devant nos fenêtres, nous sortant de la torpeur d'un Téléjournal RTS.

D’emblée je reconnais la funèbre musique : La rengaine des sirènes :

Quelqu’un fut et n’est plus !

Et errent, et errent hélicoptères,

et filent barques et courent gabelous,

et scrutent badauds flots

...

L’un des hélicoptères est des gardes-frontières. Un brin Sherlock pour déductions et Nostradamus pour conclusions, mon verdict immédiat se voit ce lendemain confirmé :

« - Vers l’Usine, un jeune dealer, soit noir pour la coke ou Maghrébin pour le shit, sur le point de se faire coincer a balancé  le paquet dans l’eau et a plongé dans les tourbillons … - ». Un mort de plus de trop, mal-aimé ou non.

Une victime s’ajoutant à la longue liste des sacrifiés par l’OFSP et complices d’immorale, insensée, fondamentalement injustifiable priorité offerte au trafic illégal ! Par le maintien de prohibition, plutôt qu’avantage offert à la santé de la population lésée, discriminée, malade sous tant de semblables dysfonctionnements en force et vigueur.

…………………………….

Tragique toujours, finalement :

Sanctions Russie-UE : L’embargo booste le Gruyère !


La Suisse, pays neutre s’il en est, s’est engagée comme il sied à ne livrer à la Russie, à un prix abordable, que les trous !

……………………………

Quel drame pour Snowden et Depardieu, ils avaient les cornichons, le pain, le Vodkshnaps, le caquelon, tout préparé …

……………………………

Enfin … ça au moins c'est de la fondue enchaînée !


Ali GNIOMINY

 

Vous reprendrez bien quelques photos pour vous en remettre?

 

DSC_1766.JPG

DSC_6212.JPG

DSC_2177.JPG

moi.fete.sorciers.jpg

 


04/08/2014

QUE DE JEUX, THEMES

Je jaunis, à l’idée de déformer thème si brûlant, qui fit danser les planches. Art passé. Non, allons vers le présent, vers bien plus Suisse : Là où les rédacteurs peuvent tout se permettre. Et d’autres titrer :

 

FESSES QUE TU VEUX

 

… mais cesse de te fatiguer à tenter de choquer, faire réagir le Genevois ! Après cette Une du GHI du 30.7.2014

CH-cul-GHI.jpg

Plus rien en Suisse ne pourra jamais être censuré. Excepté par la Tribune de Genève les avertis propos d’Ali Gniominy, Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, sur http://barondecuir.blog.tdg.ch, pas la moindre cochons.

 

Qui vous les débite mollement encore, mais peut très bien durcir le ton.

 

A noter que les auteurs de la photo auraient pu prendre dans le cadre le trône et le dérouleur de papier rouge à croix blanche, pour faire plus subtil encore. Mais l’on reconnaît la signature genevoise indélébile. Le trou étant obligatoirement très haut placé.

En tous cas si c’est un gag de pirates ayant remplacé les couvertures du GHI, moi je n’y suis pour rien mais n’en pense pas moins. J’ai loupé bien des nouvelles ces temps, le GHI a-t-il été racheté par l’industrie du porno ? Le cas échéant : A-t-il besoin d’un appliqué reporter indépendant pour couvrir l’événement ?

 

Sans doute s’agit-il d’une campagne semestrielle. Pour le 1er août la photo est pile, symbolisant le bas du dos fourbu des Suisses s’apprêtant à fêter ... Et en fin d’année, quand tombent toutes factures et hausses, le GHI nous présente en Une, pour évocation de la puissance de l’Helvétique système chargeant les fourbus, la photo de face.

 

Dans cette attente, je vous laisse être fiers de nos symboles nationaux, les pieds de cochon et la cervelle de singe et, si d’aventure vous traînez en kilt Avenue du Mail et que, devant la libidineuse rédaction du GHI, vous apercevez une pièce par terre : C’est un piège, attention, ne vous baissez pas !

 

Imaginez la honte si la photo pour leur prochain 1er août ne comporte pas de traditionnelle peinture.

 

Enfin, c’est ainsi qu’on fait des raies … pour la Fête nationale … des œuvres dare-dare à diffuser au festif peuple estivant, avant la partielle remise en marche de ses fonctions cérébrales. Soit. Et toute fessée impossible, de plus, au risque de virer trop rapidement à l’étendard chinois. C’est vachement étudié, finalement, j’en tombe sur le symbole.

 

Sur ce, je vous laisse, je dois activement terminer mon travail sur la bitte à Guillaume Tell.

 

Comment ? Je ne vous ai jamais parlé de mon projet d’hommage à notre héros, cette bitte d’amarrage à son effigie dans chaque port lacustre suisses ? Préfigurant l’infaillible droiture et légendaire rigidité de ce peuple. C’est tellement à la mooode …

 

Bref, tout vient tâtant pour qui sait étendre.

 

Et laissons à la lie : appeaux, potins …

 

Ali GNIOMINY

31/07/2014

HYPERMEGASUPERSUISSE CONTRE LES IDIOTS DU VIL ÂGE

En ce vil Âge de Fiers, tombés sous le joug de  scélérates « majorités », de xénophobes et protecteurs de corruption économique, Le voici redescendu vers le commun des mortels, plus serviable que jamais. Pour les mouilleurs et pour le dire.

DSC_5337.JPG

 

Bien qu’il soit des silences plus tapageurs que tout vacarme.

 

Ainsi, merci à vous toutes et tous, fidèles adorateurs d’

Helvète Justiciable scié !

 Vous qui, non contents de ne plus l’acheter, avez même cessé de voler la Tribune ; Depuis que la Rédaction des Blogs TdG a détestablement censuré, par refus de référencement, les par trop réalistes propos d’Hypermégasupersuisse, alias Ali Gniominy, Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, sur http://barondecuir.blog.tdg.ch où vous traînez à nouveau présentement.


C’est, vous en conviendrez, fort regrettable.

D’autant plus que depuis si longtemps que votre dévoué n’a sciemment plus rien ci-publié, allez savoir si l’incompréhensible et muette sanction n’a pas été levée ? Seule la publication de cet article nous permettra de voir si le blog figure ou non à nouveau à la place qu’il occupa durant tant d’années. Auquel cas la bisbille sera vite oubliée. Et faute de quoi elle se changera en polémique bien plus publique.

 

Bigrement regrettable, pareillement, que cette croissante diminution de lecteurs due à cette censure. Principalement pour les stratégies de drague de cow-boys de la caissette.

Je m’explique en cet anecdotique aparté, comme toujours authentique, non déformé si ce n’est possiblement légèrement par la mémoire, et avec preuves et témoins à l’appui. Juste afin que d’aucuns fouille-merde comprennent enfin que je suis tout sauf procédurier. J’intente une légitime action s’il le faut vraiment tous les dix ans en moyenne. Alors que j’aurais pu obtenir gain de cause et moult dédommagements quantité de fois, mais préférant y renoncer. La douteuse protection de lobbies à principes charognards m’oblige à plainte pénale actuellement, mais c’est une autre histoire en cours. Jamais donc pour des actes délictueux du genre décrit en ce dit anecdotique aparté:

 

Ce samedi matin-là, il y a bien 25 ans, alors qu’une caissette contenant des exemplaires de la Tribune et une autre de La Suisse trônaient encore face à la boulangerie du début de l’Avenue de la Jonction, je m’en allais, avec sur l’épaule gauche mon Amazone à front bleu, Loro, alors âgé de deux ans, et sur l’épaule droite Youki, une splendide Jandaia, chercher mon pain.

Comme de coutume, par naturel souci d’hygiène, en restant au seuil de la boulangerie, et demandant à la caissière en pâmoison de bien vouloir sortir me tendre mes achats, à distance des acérés becs. La vendeuse me remettait alors la monnaie, afin que je traverse la rue, prenne mes journaux du week-end et rentre à domicile. Sans plus de distance à parcourir, en répétant (comme un perroquet) à tous interrogatifs passants médusés : « OUI, ILS PARLENT !!! Ils sont polyglottes, parlent français, brésilien, et entre eux dans leur langue, même trop et trop fort !  »

Ce samedi matin-là, cependant, je pense avoir exactement la somme nécessaire à l’achat desdits canards, avant même de passer à la boulangerie. Effectivement, au premier coup d’œil ça suffit. Je commence à introduire quantité de piécettes. Zut alors, il manque en tout et pour tout CINQ centimes !

Je ne veux pas frauder, me promets de mettre au moins DIX centimes de plus dès que j’aurai obtenu la monnaie de ma tresse. Je traverse la rue, la boulangerie est ouverte, la vendeuse me voit et prépare la monnaie, comprenant ce qui se passe.

Un cow-boy m’arrive dessus brutalement, carte brandie haut : « Contrôle, Monsieur vous n’avez pas mis la somme exacte dans la caisse, il manque 5 cts, d’accord, mais c’est du vol, ça fait 30.- (si mes souvenirs sont bons) si vous payez tout de suite, 40.- si c’est plus tard ! »

J’essaie en vain de lui expliquer ce qui précède, quant à mes habitudes en la matière, mon souci d’infaillible honnêteté, la honte que me provoque cette stupide situation devant des gens qui me connaissent. Espérant en secret que l’un de mes oiseaux pince ce con. Rien n’y fait. Pas même l’intervention de la boulangère, renvoyée vulgairement à ses fourneaux par l’abruti.

Je dois payer illico, le gros bras se fait menaçant. Je lui explique que je n’ai que 10.-, lui présente ma carte d’identité dont il relève toutes coordonnées pour l’amende, griffonne son papelard, me le tend et ordonne : « Vous payez ça lundi au plus tard, avec la surtaxe, ou la police passe chez vous et vous embarque, lundi, pas un jour de plus ! » et il tourne les talons.

Ses méthodes sont choquantes. Alors encore relativement jeune, donc stupide, (j’adore me faire plein de djeuns zamis), je suppose qu’il doit se dire que mes bestioles sont illégales. Raison de cette étrange menace pour un « vol » de 5 centimes (en fait : emprunt durant un laps de temps envisagé de moins d’une minute).

Qu’ils y viennent ! Ils seront bien surpris quand je leur sortirai les papiers officiels du vétérinaire cantonal, attestant de parfaite santé et de soins attentifs que nous leur prodiguons, m’autorisant même à voyager à l’étranger avec le perroquet. Il suffit que je passe annuellement en faire la demande, au besoin.

Le soir même, nous avons invité trois amis à manger. Nous sommes cinq autour de la table. La sonnette insistante de la porte nous fait sursauter et un peu paniquer. Je m’éjecte de ma chaise et vais ouvrir.

Déjà le cow-boy des caissettes est entré à moitié. Plaqué contre la porte ouverte, les pieds empêchant que celle-ci ne soit refermée. Il est visiblement éméché, nerveux et … fauché. Qui commence à me faire tout un cirque, affirmant que j’ai mille fois plus d’avantages en lui donnant 30.- de suite plutôt qu’en payant lundi. Et il a l’extrême outrecuidance d’ajouter, me tutoyant à présent : « Tu as des invités, il y en a bien un qui peut te prêter cette somme, que tu paies cette amende sans autres suites ».

Je pète conséquemment les plombs, hurle plus fort que lui que je porterai plainte, paierai lundi et pas avant, « dussiez-vous vous passer d’alcool jusque là… » et autres idoines gentillesses. Parviens à le foutre dehors et ferme à clé. Il s’en va.

Pour le moins choqués, trois de mes invités restent muets. Le quatrième, bien plus âgé que nous, banquier féru d’art et de vie nocturne, se marre en douce.

Je tente d’essayer de me mettre à commencer de m’excuser … et l’aîné en question me coupe la chique en nous lançant:

« Vous n’allez pas me dire que vous ne connaissez pas ce gulu ? Il vous faut sortir un peu, lui il m’a reconnu en tous cas, c’est pour ça qu’il a laissé tomber. Mais, voyons : Il n’y a pas pire folle à Genève ! Tu as eu une sacrée chance que l’on soit là ce soir, sinon il y a bien des risques qu’il ait obtenu, comme avec tant d’autres, ton paiement en liquide ! ».

Quelle horreur. Non, j’y aurais échappé par tous les moyens possibles ! Car à l’époque je n’aurais pu supporter sur ma conscience que, dans l’histoire, la Tribune ne touche pas un sou.

Ce que c’est, quand-même, que d’être trop bon … Pour ce que ça rapporte, un quart de siècle plus tard, comme remerciements de ma sollicitude envers ce quotidien …

******************************************

Assez de pleurnicheries, revenons à vous, moutons. Qui faites honte au grandiose Hypermégasupersuisse, votre évident défenseur.

 

DSC_5541.JPG

Vous qui, par violence de l’indifférence permettez encore qu’Helvétie, notre Sacrée Terre, ainsi reste la proie de lobbyistes meneurs sans scrupules pourrissant simultanément Chambres et Conseils, trahissant chaque jour plus que la veille les véritables valeurs humaines, les exigences réelles de la Volonté populaire, au profit pratiquement exclusif de menus clans de rusés décideurs à multiples obscures casquettes; Sous couvert d’auto-autorisations de légiférer, extorquées par ruse, force, menace, sournoises influences … leur permettant d’abuser à loisir de gestion de la condition de vie d’autrui.

Vous qui gobez à foison de l’officiel canular, de la coutumière supercherie sans réagir, ni même en rire, la preuve, voyez la tête que vous poussez en lisant ça, vous qui n’avez encore réalisé que ce XXIème siècle est avant tout à libérer de l’esclavage spirituel ou ne sera plus.

Pareillement, ont fait leur temps et tant de dégâts les philosophes sous traditionnelle influence, les formatés artistes et autres « élus » bardés de barbares papelards, censés représenter le peuple : Tout en siégeant aux sommets de machineries à rendements ultra-élitistes, machinations généralement dites à buts sociaux, visant à soutirer à l’extrême  le fruit de la sueur d’autrui : Afin que le faible n’atteigne jamais la limite de vie que sa condition dérobée prétend lui permettre. Limite à partir de laquelle chaque Confédéré doit prétendument pouvoir se reposer sans plus de souci, sur minimum décent, augmenté en fonction de ses mérites et cotisations, … mais qui, majoritairement, crève avant. Comme programmé. Ou voit son fonds pillé par frais exagérés pour soins, résultant des dégâts corporels et/ou psychiques occasionnés par les discriminations subies une vie active durant.  

Vous qui semblez tellement craindre le nettoyage des cossus élus prévaricateurs, par obligation de déclaration du patrimoine et de rentables affinités familiales et amicales, comme sous l’actuel socialisme français : Vous, Helvètes mes sœurs et frères, allez-vous plus longtemps tolérer que nos terres d’origine, usurpées à nos aïeux par radicales crapuleries des temps jadis, et que nos biens actuels mérités, sempiternellement séquestrés, inaccessibles en leur énorme majorité, demeurent de force administrés à l’encontre de nos individuels intérêts ? À présent même par l’helvétique demeurée caste socialiste ! Portant atteinte aux Droits les plus élémentaires des Confédérés non fortunés, en souhaitant faire interdire le versement partiel en capital du IIème  pilier.

Déjà que les ¾ en fin de contrat sont de toute manière bloqués pour rente, me semble-t-il, comme tel fut le cas pour une amie arrivée à l’âge de sa retraite, pour qui j’ai dû pondre moult missives à cet effet. Une vie durant, le maigre capital pour lequel nous disposons de tous droits contractuels, de respect théorique des clauses promises au départ, l’unique pitance que l’on s’est préservée est la proie de tous charognards. Qui, pour X ou Y raisons d’ « « « « équité » » » » trouveront toujours le moyen d’empêcher le Suisse (sciemment maintenu moyen, ou moins encore si possible) de racheter en sa vie aux descendants de voleurs ne serait-ce qu’un mètre carré de la terre de ses ancêtres! Et voilà donc que notre rupestre crétinisme socialiste en rajoute une couche.

En l’occurrence, Hypermégasupersuisse le Magnanime vous invite pour intermède à parcourir l’excellent article du Sieur Mohammad Farrokh, intitulé « Blocage du IIième  pilier … retour sur une idée de gauche » dans le N° 732 des marginaux anars du canard laqué : Tout l’Immobilier.

Il suffit ! Des lois corrompues, comme la monstruosité Lamal au service principal du capital, protégeant massives extorsions de fonds, portent atteinte irrémédiable à la santé, aux finances, à la sphère privée … aux droits moraux les plus évidents de foules croissantes d’esclaves de l’assurance obligatoire et sbires ! Interdits à vie de changer de racketteur parmi les plus chers, si quelques primes à montants farfelus demeurent impayées.

Intolérables lois en force et vigueur, pour lesquelles leurs auteurs doivent être auditionnés, et autres lois-fantômes qui paraissent protéger les plus notoires prédateurs du recouvrement, aux pratiques de partout dénoncées sans effet juridique, ni pourquoi jusqu’alors.

Or, pour ce premier raout, l’époustouflant pas fou de foot Hypermégasupersuisse, qui vous revient de lointaines contrées, peut vous affirmer qu’il y a de quoi se dire :

 

Suisse, et de moins en moins fier de l’être.

 

Une trentaine de proches ont reçu au fur et à mesure, en cinq chapitres, le récit d’une centaine de pages du récent voyage m’ayant fort heureusement éloigné de l’actualité d’ici, dans lequel je parlais de nos vaines recherches avant le début de la Coupe, dans les commerces du Nord-est brésilien, de maillots de l’équipe Suisse, ou de nu-pieds Havaianas. Pour la circonstance comportant comme motifs les drapeaux de tous les pays concourant.

Exceptée la Suisse. Absolument aucun de ces articles. Inexistants. Personne ne sachant vraiment pourquoi … Construction de B.R.I.C. oblige.

Ainsi, Hypermégasupersuisse, votre héros Roth sonnant si bien toqués & sains, s’en lamente, en l’attente de jours meilleurs. Oyons sa mélopée :

« Mon pays, la Suisse que j'aime et que j'ai connue jusqu'à ma majorité est salie à jamais, n'a plus rien à voir avec la machinerie fascisante que deux générations de corrompus ont installée pour ordurière politique financière. Je défendrai les véritables Racines et Principes fondamentaux de mon pays ma vie durant, lutterai par tous mes pouvoirs pour le rétablissement du mieux-être général, l’abolition des nuisibles hiérarchies, particulièrement celles relatives au mondial parasitage religieux, la disparition des disparités d’accès -en fonction des moyens- à la Justice, aux Soins, à la Culture … la fin des actuelles multiples atteintes helvétiques à l’intégrité de l’individu … »

Réjouissez-vous, votre bienfaiteur SurSuisse, l’Incommensurable Hypermégasupersuisse,  parvient alors à retenir de justesse sur le bout des touches le discours suivant qui allait démarrer. Vous l’avez l’échappée moche : … Concernant son grand-père et les siens, au tout début du XXème siècle. Qui luttèrent tant pour introduire des assurances, une AVS, quelques vacances, qui fondèrent tant d’espoirs. En ce qui est devenu le pire cauchemar du petit peuple, l’assommoir de la ruine organisée. Honte, honte à ce pays en l’actuel état, et à ceux qui perpétuent et vivent de toutes formes d’officiels favoritisme et  discrimination.

 

Suivez à l’avenir encore ici, ou bientôt si nécessaire accueillies par plus correcte et franche rédaction, les aventures d’Hypermégasupersuisse, qui ne vous oublie pas.

Certes, il n’a pas suivi au jour le jour les locaux scandales nouveaux, ces temps-ci, a un peu perdu le fil, mais pas le plaisir de vous divertir et surprendre par ses  patchworks littéraires incongrus, cinglants ou hilarants, mais issus du meilleur tissu.

De même place-t-il, pour ce premier raout, une profonde pensée-ci, dirigée vers immense majorité :

Croyant fermement qu’il suffit d’en poser une avec difficulté dans les WC du Palais Fédéral, pour pouvoir dire ensuite, en toute fausse .. fausse modestie : « Vouii, M’dame, je fais un peu dans la politique ».

Par ailleurs, sachez que les chiens n’étant étonnement pas admis en ce Palais Fédéral (qui l’eût cru ?) certain Service privé peut se charger à présent de préserver leur ouïe des pétards de la Fête nationale, alors que festoie leur Maître ! En les emmenant en vacances à l’étranger.

Sympathique initiative, de plus en plus précieuse par ces temps qui courent sous l’occupation des malfrats du capital, même pour bien des Conseillers : Que pour le moins un membre de la famille puisse partir un jour en vacances.

 

Bref, bref : Hypermégasupersuisse, le pas fou de foot du vil âge vous le scande à la ronde : 

Non à la corruption tapie sous image d’Epinal !

(n.b Toute ressemblance avec un remuant personnage ne peut être que prudente coïncidence)

 

Voilà, votre héros des hérauts retrouvé, grillez cervelas & polluez esprits, comme le veulent coutumes de veules, mais dès lors années après années un peu moins tout à loisir.

Et qu’enfin, ceux qu’enchantent ces cancans tiquent !

 

GLOIRE ET LONGS AVIS À HYPERMEGASUPERSUISSE !

 

Avant que ça ne pue la magouille jusqu’au fin fond des jungles :

DSC_6032.JPG

Production J.-M Roth


20/06/2014

VICTIME DE CORRUPTION ECONOMIQUE SUISSE DEMANDE ASILE POLITIQUE A DILMA ROUSSEFF

Si vous voyez cette pancarte sur toutes les télévisions du monde, durant le match Suisse-France, c'est que mes nerfs n'auront pu supporter d'attendre que M. le Conseiller d'Etat Me Mauro Poggia, contacté d'urgence par courriel, tente de solutionner la nouvelle atteinte gravissime à ma sphère privée perpétrée par complicité de l'Etat de Genève au profit des lobbies pratiquant l'industrie crapuleuse du surendettement organisé.

Certain de mon bon droit et ayant pris toutes précautions avant mon départ, afin d'éviter justement en mon absence de Genève une Xième "erreur" du genre à mon détriment, celle-ci a été commise et, sans réparation immédiate de cette exaction, au vu des documents fournis attestant de ma bonne foi, je jure formellement d'adresser enfin les plaintes pénales justifiées qui engendreront l'un des pires cataclysmes économiques, politiques, juridiques et médiatiques de l'histoire du pays et de Genève en particulier.

En attendant, je souhaite de reposantes vacances à certains responsables des atteintes répétées à mes finances, ma réputation, mon honneur et ma santé, qui, selon la loi, risquent de passer prochainement quatre ans à l'ombre. Hop Suisse, envers et contre tout.

Jean-Marie ROTH - Alias Ali GNIOMINY

29/05/2014

DÉBILE À TERRE RÂLE

Un élu cher estime, au sujet des huit officiers de l’armée Nord-Coréenne, en grandes pompes cirées invités à s’amuser au tir, dans un stand militaire genevois, cet élu cher affirme que « ce n’est pas mauvais que de leur apprendre la démocratie ». Certes.

Le peuple d’Helvétie a donc démocratiquement décidé de dépenser 150'000.- de plus … pour leur formation … Afin qu’ils parviennent un jour au sublime niveau de compréhension de ce qu’est la démocratie, et comment l’instaurer, et adoptent l’admirable attitude démocratique demeurant à vie exemplaire, pour tout élève sorti d’années d’études en luxueux collèges privés de Suisse-allemande. Comme leur Suprême Guide démocratique de Corée du Nord.

 

Que ne subit-on point, en telle tyrannie timocratique, quant aux incohérences qui nous sont instillées, et douteuses affinités entre « guides » ?

Et l’on s’étonne encore d’obscure collaboration du genre entre tenants financiers des médias, visant à cacher de remuantes vérités, en faisant cesser l’indexation sur le support informatique blog.tdg.ch de l’œuvre Majeure du bas rond-de-cuir et Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche ?

…………………………..

L’on peut, en parallèle, apprécier les conséquences chez nos voisins d’une ère politique UMP corrompue, dont le message et but est pareil à celui des PLR, UDC, … suisses : le profit personnel sans vergogne effaçant toutes autres considérations éthiques.

Et rire de tout ça pourcent: Avec l’évincé par coûteuse ruse passée, Fillon, et pleurer … de joie, à la perspective du beau mariage à venir, entre l’homophobe Guéant, à sa sortie de prison, et son amoureux codétenu Riton le Braquemard.

…………………….

Nous leur souhaitons d’avoir beaucoup, beaucoup de cent francs, et nous réjouissons qu’après leur voyage de noces ils projettent de retourner en cellule, pour être témoins alors du pacse de Copé avec un certain S., petite frappe Hongroise d’origine, souhaitant garder l’anonymat le plus longtemps possible, bien qu’apparaissant de préférence sur tous les médias.

Mais, foin d’extrapolations !

Simple questionnement : Perdrai-je un jour cette manie d’être si sympathique avec les animaux ?

Imaginez : Certains de ceux que l’on dit évolués m’ont déjà mis le révolver sur la tempe à cinq reprises dans ma vie.

S’autorisant ainsi le droit de vie ou de mort sur moi, la continuation ou la cessation brutale et bête d’une existence et d’œuvres inouïes, tout dépendant de l’humeur du déchet humain en question.

Et c’est ça qui est le plus insoutenable, l’usurpation du pouvoir de vie ou de mort que s’autorisent des ignorants de la plus basse extraction, pour vous voler si ce n’est pire.

Et tous mièvres égalitaristes pieux gauchouillards, n’ayant jamais bougé le cul de leur doux cocon, n’ayant jamais confronté la brutalité bestiale, les insultes, coups, et pire que tout : le ténu fil de vie, n’existant qu’en fonction de la volonté détraquée de l’un ou l’autre des agresseurs, .. défenseurs écervelés, contaminés au poison religieux, n’ayant jamais entendu parler de ces crimes que de loin … tous « bien-pensants » théoriciens de la violence s’offusquent si ces « (-autocensure-) », une fois empêchés de nuire, ne peuvent être à grand frais très correctement choyés, éduqués, « soignés » et « réinsérés » après quelques années de remise en forme carcérale. Cons damnés ayant cependant les mêmes Droits humains que tous autres. Soit.

Dois-je pour autant être rassuré, quant à la perspective de ce que ne manquera pas d’instaurer prochainement le nouveau Gouvernement Multi-Européen, exclusivement dirigé par l’alliance des extrêmes-droite nationalistes ? Traitement égalitaire, certes, à décortiquer n’en déplaise aux bénis oui-oui :

Comment se fait-il qu’un assassin puisse prendre le droit d’ôter la vie à autrui, et que les proches de la victime n’en disposent pas ? Flagrante Inégalité de traitement.

Voilà qui aura(it) un impact préventif certain : Qui tue devra faire face sous la menace à un représentant de la famille de la victime, qui ne subira d’autre condamnation que celle de sa conscience, si la résistance à sa douleur et rage ne parvient à l’empêcher de mettre à mort celui qui a pris la vie de son proche.

Peine de mort « soft » : Le peut-être, peut-être pas, comme l’affectionnent tant ceux qui détruisent à vie leurs victimes rescapées, et familles, par l’infernale angoisse de pareils instants d’incertitude.

Car : Est-il absolument réaliste de considérer comme possible que soient égaux en tout des êtres vivant simultanément, avec en moyenne mille ans d’évolution sociale, spirituelle, philosophique, juridique, mille ans de progrès de différence ? Et que tous ces êtres puissent cohabiter à un niveau d’entente n’obligeant pas les primitifs à évoluer ni les avertis à s’abêtir ?

Aïe, un gauchiste qui réfléchit et semble savoir de quoi il parle, qu’est-ce que ça doit faire mal. Désolé.

Ne vous méprenez, je ne suis pas pour la peine de mort, mais finalement pour le pardon de quelques cachotteries d’utilité publique. Inutile d’ébruiter que l’arme du proche de la victime (défunte ou en vie) est toujours chargée à blanc.

Cette mise en scène devra(it) être obligatoire, dès qu’a été jugé pour de tels actes un « (-autocensure-) », en laissant de sérieux doutes sur une obscure loi qui autoriserait à mettre une vraie balle dans le chargeur de temps à autre, je suis persuadé de son impressionnant effet dissuasif.

Mais j’y pense, voilà l’une des spécialités que les huit officiers Nord-Coréens ont dû venir enseigner ici. Les mille et une manières de dépasser les limites dans cette pratique punitive. Tout va bien, donc.

………………………

D’autant plus que je vais prochainement espacer mes guillerets billets sur ce support estompé, où je semble aussi bienvenu pour ses responsables qu’un pauvre sur la piste du bowling financier genevois.

En attendant, ne cédons pas

Ali GNIOMINY

25/05/2014

ACHTUNG: MEIN KAMPFER

Nicht umzuwerfen! Exguzez, che zoigne au Campher les touleurs brofokés par alergïe a la Schweizer zensür. Und Foyez ze gui ze brépar engor à Bern :

 

Hop : Et d’un projet d’Initiative parlementaire PLR de plus, qu’adopte la Commission de l’économie du National : « Les personnes qui intentionnellement transmettront des données bancaires ou les exploiteront à leur profit ou au profit d’un tiers, seront condamnées à trois ans de prison ».

Que souhaiter de plus ? Trois ans sans Gouvernement … !

…………..

Histoire belge, donc, afin de dérider d’emblée les initiés ayant accès à ce blog que camoufle/ait la TdG ? (Pour savoir s’il est à nouveau référencé il faut bien publier quelque chose … et tant qu’à faire autant se marrer que de s’amarrer à gens rageants sermonner, poil au …)

Qu’une seule de mes fantaisies, je l’espère et le crois, jamais ne blesse autrui profondément, si ce n’est : ce qu’il a en sa conscience de plus malsain. Dont je l’aide ainsi, par choc à ses tabous, à se débarrasser.

C’est tout ce que je demande par mes écrits. Sans la moindre méchanceté, en dépit de la virulence de certaines de mes Muses intérieures, révoltées contre l’Inégalité en vigueur, cette Mère du Chaos et grand-tante de tous les cossus ignares la perpétuant.

L’égalité parfaite de condition de vie et d’accès aux connaissances supérieures entre tous les êtres de la planète n’est pas pour demain, certes, mais plus la société s’en approche, comme tel fut le cas avec l’élan social des années 70-85, plus le peuple est proportionnellement assez satisfait, pas encore trop escroqué, moins il y a de disparités (ou plus elles étaient/sont alors bien cachées), plus l’économie se porte bien.

Et à l’inverse : Plus s’étend l’injustice que prônent PLR, UDC, PBD (et un peu moins PDC et MCG), plus ceux qui craignent de perdre ce qu’ils ont .. font tout pour éviter d’en laisser la moindre aux « petits », de qui ils soutirent toutefois, généralement par ruse à la position ou au copinage .. la gestion du fruit de la sueur  .. plus ceux-là, et bonne part de la Gauche refusent d’ouvrir les yeux, et de permettre enfin l’ouverture de ceux d’autrui : Plus la décadence démocratique helvétique, modèle mondial, devient visible et risible !

Il est temps de mettre un frein au groupuscule de la « majorité des Suisses » … qui dénature l’Essence même du principe et des buts démocratiques. Et dont les conséquences, en pratique, sont gravissimes et dangereuses.

Il faut cesser de plaisanter de temps à autre avec les formes de censure et d’omerta, et plutôt s’alarmer des 10% de voix permettant à des néonazis d’entrer au gouvernement du berceau de la démocratie, se souvenir du commerce de disques de chants nazis lancé par Jean-Marie Le Pen en 1971, pour exemple d’ «Exemples» ... ;

Nous devons garder un œil très attentif sur l’Autriche aussi, et plus loin se demander qui sont vraiment les fascistes d’Ukraine, et d’Occident en général, alors que furent si peu relayées les informations sur ces quatre hélicoptères Ukrainiens descendus … par de simples citoyens pro-russes … armés de roquettes portatives. En bambou ??

Ah oui, j’oubliais, aucun journaliste salarié n’ose toucher à ça. Il doit sans doute même refuser de référencer un blog, si surgissent à son grand effroi quelques pures sources non formatées, désolé.

Fini de rire, en effet, lorsque le salut hitlérien est officiellement autorisé en Suisse. L’étape suivante étant, selon toute vraisemblance, d’adapter les chants du IIIème Reich de Le Pen à la sauce helvétique, pour remplacer l’actuel sang impur de l’hymne national … Ou sinon certains « poètes du terroir » en vue, bien racistes d’ici, s’en chargeront certainement avec fureur.

Et que ne surtout pas dire de plus ? Qui puisse tenter de justifier la censure qui frappe jusque …

Ali GNIOMINY

21/05/2014

COURS BURLESQUE LAVE ?

Il est le clown qui rit, qui ne leurre,

Le bouffon de vos mœurs

Qui fond pour une fleur

Comme raille

Qui déraille.

Il est le clown anti-canailles,

Le comique qui, sans faille, décortique

acquis faméliques,

Pris en tenaille entre racailles,

Le bouffon de bien-penseurs, à fond remontés,

Las censeurs,

Il est ce paillasse

Qui fout la chiasse aux députés,

Qui prône qu’urge

Purge du Trône,

Foule tabous mis bout à bout,

Il est l’Auguste

Chez les injustes.

Le Clown à l’aune

De la bêtise

De qui le défrise,

..

Il est guignol, fait rire,

Mais pire et à cacher:

Sachez que c’est sans gnôle

Que ce fou joue son rôle!

Et ça c’est pas vendeur!

Il n’a plus de valeur!

...

Exclu de la Piste

Des humoristes

Polichinels à bagatelles.

 ...

Il est le clown qui ne prie, qui ne leurre:

Le bouffon de vos valeurs.

 

Encore par trop dédiées …

Ali GNIOMINY

20/05/2014

S’EN VA L’HEURE …

Extrait de ce blog lamentablement exclu de référencement par la T.d.G : Pour rappel du 13.2.2014

CHASSE HOLÀ CULTUREL

Un Office fédère râles. De la culte hure nichée au mur, tête de poète fiché, barbarisé, à mépriser, jusqu’aux tréfonds du saccage par l’usage de fonds gâchés, lâchés pour cliques de gourds à leurres, leurs faméliques gentilles broutilles artistiques : Tout transpire le malaise, tout empire, ne s'apaise.

Les milliers de familiers de mes écrits favoris dénoncent engeance qui ne révèle exceptionnels acquis. Ne soutient qu’inepte maintien de concepts chrétiens et autres bobards qui désemparent, effarent les rares laïcs logiques, non imposteurs ni imbéciles. Subtils auteurs à haut-le-cœur par indécence d’absence d’honneurs, qui leur reviennent quoi qu’il advienne. Et que n’aiment que post-mortem décideurs sans pudeur, à la botte qu’ils bécotent d’allégeance aux finances.

Assez, n’en déplaise à ces experts qui se terrent et censurent, camoufleurs, biaisent les plus sûres valeurs, je n’aurai d’once de repos que je ne dénonce d’incompétence leurs oripeaux.

Excepté si, capté, ce message des plus sages aide ces tièdes à entrevoir ce que l’Histoire conservera, de leur aura d’indéfendables incapables. S’ils persistent, défaitistes, à renier qui d’humilié. Que brime, à l’évidence met à mal, totale absence d’estime pour incessant travail d’éveil, et de trouvailles sans pareils, effectué sous décennies sans manne. De félonie et de déni des milieux d’une Culture en déclin, sans yeux, qui carbure au conventionnel, en panne en plein tunnel.

Que méritent leurs salaires qui irritent, non faussaires sans élan, découvreurs de talents !

Un véritable, inimitable Artiste n’a à s’abaisser, à délaisser sa vocation en vacations, à la recherche de la perche non tendue qui lui est due !

Honte aux pontes ignorant son courant. Le rang qu’il prend à loisir sur l’échelle culturelle d’avenir.

…………

Les plus vifs remerciements de votre bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, à toutes et tous qui le soutenez face à l’omerta qu’il subit à Genève depuis 37 ans, et qui se précise encore plus avec la censure en matière de référencement le frappant à présent sur ce support.

Ainsi, le réseau des roitelets genevois jouant aux chaises musicales depuis bien trop de dégâts, relatés ici depuis sept ans, avec toujours le même nombre de sièges de Conseils d’administration, a de plus en plus de souci à se faire, quant à mes plaisantes affirmations-ci ? Et oblige cette pôvre TdG à si pitoyable censure?

Pourront en juger tout à loisir, en parcourant les centaines de billets de ce blog, les très nombreux nouveaux lecteurs contactés, magistrats, directeurs, militants de gauche et centre-droit, célébrités, etc, qui le découvrent à présent, et s’additionnent aux 1'400 et quelque familiers de cette Œuvre littéraire, philosophique, poétique et politique hors-normes. Qui ne peut et ne doit impunément se voir précipitée, de la Tribune, dans la fosse …

Ali GNIOMINY

DSC_5287.JPG


18/05/2014

DE L’ART ! ET FAITS RANCES, NE FAISANT LE BEURRE DE LA T.d.G.

Référencement des brûlants sujets que camoufle la Tribune de Genève en sabotant l’accès à ce blog :

Possiblement, ce qui est susceptible de donner des idées d’Initiatives à certains :

Exemple :

Le Conseil fédéral refuse d’augmenter les rentes AVS de 10%, pour une retraite minimale digne. À noter que chaque membre de ce Conseil, et de ceux qui lui sont inféodés, touche une très confortable retraite, additionnée de conséquents revenus liés à ses activités en divers Conseils d’administrations. Et n’a donc pas trop à se soucier d’une condition qui ne sera jamais sienne.

Par conséquent, en dite démocratie, le minimum de décence dont doivent faire preuve ces élus, est d’accepter d’échanger un an de leur retraite avec celle de tout retraité du pays, survivant à la pitance du minimum laissée par ces décideurs.

Le Conseiller a bien assez de côté pour ne pas trop souffrir de privation durant cet an d’enfer suisse, et chaque retraité, une fois dans son reste de vie, avec un an de retraite de Conseiller fédéral, peut se constituer une réserve de secours jusqu’à la fin de ses jours.

Voilà qui changera de l’officielle escroquerie à l’indifférence actuelle, où des Fonds existent, sont à disposition des retraités lésés (Comme l’aide de 185.- par mois de la Ville de Genève, pour un retraité seul), qui ne sont accordés que si le bénéficiaire sait qu’il faut demander cette aide ! Dispose de l’incontournable copinage genevois à son service.

Alors que d’un autre côté l’Inquisition pratiquée sur la vie privée, jusqu’à l’octroi de la rente de base, (impôts, comptes bancaires, assurances, etc) permet largement aux autorités de savoir quelles sont les personnes âgées qui ont en tous cas besoin ce complément.

………..

Chaque jour augmente l’injure faite aux convictions du (de moins en moins ubuesque) Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour ne vous asservir. Le caviardage et la censure n’ont jamais grandi un quotidien. Principalement dans l’une des plus noires époques de l’Histoire, subissant l’écrasante domination de l’extrême-droite

 

sous le charme …

 

Ali GNIOMINY

16/05/2014

ALAINBERT VII, SOUVERAIN DE L’OFFICE FAIT DES RÂLES DE LA CULTURE …

Appréciez l’Irréfragable conséquence de l‘exclusion par la TdG de tout référencement de l’œuvre d’Art littéraire du Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, intitulée http://barondecuir.blog.tdg.ch :

Voici que son estimé confrère Paolo Coelho, ainsi que la TV-Globo et ses 300 millions de télespectateurs (Oi Leila, tode bem ?) s’énervent à son instar contre l’incompétence légendaire de directions genevoises, spécialisées en l’art de mettre stupidement les bâtons dans les roues de toute Culture les dépassant.

Et ce n’est là qu’un début, un boycott irréfléchi de blog d’un certain niveau d’excellence mérite attentions toutes particulières, dont ne manquent jamais de témoigner les plus grands.

Sire Alainbert VII, des tréfonds des cachots intellectuels des bouffons en poste, s’élèvent évidences ne pouvant passer plus longtemps sous silence, témoignages incontournables de bas rond-de-cuir, systématiquement mis à l’écart et prétérité. CQFD

Dénoncez l’incompétence ci largement démontrée, de qui de chargés d’estimer la Valeur authentique d’œuvres exceptionnelles. Et de leur exposition partielle ou totale.

Votre Altesse est priée de crier, et pas qu’à confesse, son indignation face à la stagnation de l’inattention portée à des talents de pareille portée, propres à son rival assujetti le Roi-Député du Parti Railleur …

 

Insoumis …

 

Ali GNIOMINY

13/05/2014

GENS, J’ACCUSE !

Confidences quant aux délices réservées au promeneur sali, à terre :

 

Son Œuvre Majeure à portée universelle à présent dissimulée, en les limbes informatiques de l’absence arbitraire de référencement, celui que d’aucuns avertis lettrés nomment le nouveau Voltaire demeure digne face à ses adversaires de l’Inquisition genevoise et autre, et remercie simplement pour leur précieux soutien témoigné les nombreux réels  bienheureux que ses concepts hors-norme aident à évoluer depuis des années, sur http://barondecuir.blog.tdg.ch url devenant essentielle à notre époque.

 

Que découvre-ci (avec fort concret  témoignage du principe voltairien de respect d’avec qui l’on ne partage pas l’avis) la nouvelle aile oisive de la Droite médiatique ; Boycottant essentiel rétablissement des us et mœurs, par courroux sot.

 

Conservant toujours espoir en un prochain re-référencement-ci, le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche se contente, en vue d’épistolaires joutes à venir, de dépoussiérer ses connaissances classiques.

 

DSC_5254.JPG

DSC_5265.JPG

DSC_5266.JPG

Ne laissez l’indifférence virer …

 

Ali Gniominy

09/05/2014

GÉANTS TENDUS

 

Cher Monsieur,

 

J’ai bien reçu votre courriel. Je vous signale que votre blog est toujours accessible. Il n’est simplement plus référencé dans notre portail

 

Bien à vous

 

jfm

…………………….

 

Ah, bon ? Mais alors il fallait le dire avant que je ne m’énerve en vers et contre tout !

Ainsi, point de censure ? Que nenni ! Mon blog n’est simplement plus référencé, donc impossible à trouver pour les non-initiés ? Séparation des classes obligeant. Tout s’éclaire. En fait, c’est pour me pousser à bombarder ma promotion tous azimuts à votre place ? C’est trop d’honneur, mais conscient de la qualité de mon travail je n’ai jamais estimé utile auparavant de devoir en faire tant.

Du coup, je risque bien de gratifier encore parfois ce blog de quelques doux billets. Mais sans référencement, je suis forcé d’emmener mes très nombreux lecteurs, qui jugeront le jugement et l’éthique de votre direction, vers plus abordable support.

Réconforté par votre courriel me prouvant que, contrairement à mes craintes, votre rédaction n’a pas encore été remplacée par des robots, j’ose toujours espérer que les beaux jours remédieront à sa frilosité, et dans cette attente, pour la bonne forme, je la prie de bien vouloir modifier le titre de sa rubrique « Tous les blogs » par : « Tous les blogs exceptés les camouflés n’étant plus référencés ».

Comprenant qu’à présent que la tête de votre grand patron ne cogne plus le plafond de la coupole, que celui-ci a tout loisir de reprendre en mains quelques unes de ses acquisitions, vous deviez cacher ce qui peut lui déplaire, je ne vous en veux pas, entre esclaves on se comprend.

Point de place ...

Ali GNIOMINY

DES FAÏENCES !


Petits nains du jardin genevois

sont sans voix.

Petits nains abrutis

Du jardin des nantis

Se terrent, atterrent.

Têtes de bois

Ne se mouillent,

Lors que rouillent

Leurs sabots de nabots à huer,

Englués en l’immensité

De leur vanité.

Petits nains du jardin genevois

Qui ne voient que l’on beugle

Sont aveugles,

Qui n’entendent que l’on scande

Nos colères,

restent à se taire,

pestes austères.

Petits nains du dédain genevois

Demeurent cois,

Sans cœur, froids, minuscules, ridicules,

Qui pullulent.

 

**** 

Voilà, réagissez toutes et tous, si vous souhaitez continuer à me lire.

Pour ma part je prends acte du mépris et de la violence de l’indifférence des responsables de la Tribune de Genève, persistant dans leur censure, et en ferai déduire la valeur de toutes conséquences.

Vos témoignages de soutien ou de boycott intolérable de votre art ou philosophie, de la part de la TdG, sont les bienvenus sur gouvernement@romandie.com ou geneveculture@romandie.com

Merci pour votre fidélité durant ces 7 ans et désolé.

Des sites comme Matin24 et autres gamineries venant de débuter sont portés aux nues par Tamedia-Ringier et sbires, sites qui utilisent fidèlement le même créneau, les mêmes ficelles dont je suis, sciemment passé sous silence par lesdits, spécialiste depuis des décennies. Mon évidente influence artistique unique est reconnue internationalement depuis les années 80, ne serait-ce que dans des Actes de Société d'Emulation, mais voilà, certain ordurier fichage me concernant motive certainement les sortes d'exclusion qui me sont ici perpétuellement infligées. 

Il convient à l’évidence, tant que tel scandale reste passé sous silence, qu’il ne fait pas encore tout le bruit indispensable en la circonstance, pareillement indigne d’un média suisse: que je cesse de jeter des perles …

Ali GNIOMINY

06/05/2014

DIX CRIS MINÉS

1) La discrimination pratiquée par un quotidien au service de la Droite timocratique genevoise, à l’encontre d’un bloggeur de l’opposition est-elle tolérable ?

2) Faut-il prévoir, de la part des générations à venir, un devoir de Mémoire pour les victimes de l’actuel ghetto médiatique local ?

3) Les lecteurs disposant d’un minimum d’objectivité doivent-ils continuer à accorder crédit aux informations d’un quotidien si méprisant, qui cache ce qui fait tache sur l’injustice croissante prônée par des Partis de nantis, contraints à tour de rôle de retirer leurs nauséabondes affiches, clans empêchant par copinage et arrosage financier de groupes de faibles électeurs savamment déresponsabilisés, interdisant toute évolution équilibrée de la Société ?

4) La dissimulation de critiques fondées, et suggestions d’authentique utilité publique, quant au droit de remettre en question un système corrompu visiblement destructif, engendrant chaque jour plus de spoliation et de coercition, de révolte et d’insécurité, est-elle une forme de crime contre l’Humanité ?

5) Qui tire les ficelles des marionnettes me censurant, et doit fournir les motifs précis de cette discrimination ?

6) L’atteinte à la personnalité d’un artiste par camouflage de ses œuvres combattant l’infantile subjectivité, imposée grâce à de juteuses croyances au bénéfice unique de groupes de « supérieurs » responsables de la décadence généralisée et de tous conflits sur Terre, cette atteinte grave est-elle digne des pires heures de l’Histoire ?

7) Combien d’autres habitués depuis des années de la blogosphère TdG sont-ils pareillement discriminés, par exclusion de leurs écrits ne figurant plus dans la rubrique mensongère « Tous les blogs » ?

8) Faut-il en déduire que les blogs TdG sont exclusivement réservés aux délétères guéguerres épistolaires entre mystifiés sémites et antisémites, et autres serviles religieux ou politiciens tout sauf dérangeants ?

9) Mes 1'484,41 lecteurs uniques, en très exacte moyenne mensuelle, juste pour les 12 mois écoulés, ces 1'484 fidèles à mes textes, ayant parcouru chaque mois 10'496,5 de mes pages-web, sur les 22 que compte ce blog, 10'496 pages-web contenant chacune environ 30 publications, dont certaines font à l’impression plus de dix pages A4 … Mes 1'484 suiveurs, dont certains commencent sérieusement à s’impatienter quant à mon flegme et ma patience face à la malveillance qui ne m’est pas même signifiée, ceux-ci pourront-ils encore raisonnablement contribuer à la survie matérielle, et au maintien de l’image convenable d’un tel organisme de presse ; Agissant impunément en silence et avec suprême dédain contre les intérêts du fournisseur d’un travail bénévole phénoménal ?

10) Faut-il que j’émigre vers un support plus respectable dans la semaine, exposant la suite que mérite ce sabotage, et en avertisse les centaines de personnes dont j’ai les adresses e-mail parmi les 1'484 cités, ou, nonobstant le fait qu’un certain administrateur de cette blogosphère n’a jamais daigné m’écrire merde ou quoi que ce soit d’autre depuis plus d’un an que j’ai remis un manuscrit à la réception à son intention, et deux que je lui ai gentiment offert d’en écrire à sa guise la préface, lui donnant ainsi l’occasion de démontrer la bienveillance de la Tribune de Genève même à l’égard de propos et convictions avec lesquels elle n’est pas nécessairement d’accord, … malgré la manière dont me traite ce « pouvoir » puis-je encore espérer que mon blog soit remis dans les 48 heures à disposition du public, et que l’on oublie de part et d’autre ce malheureux épisode à relents de sinistre mémoire ? Ou dois-je d’ores et déjà prier mes fidèles sur chaque continent de clamer haut et fort leur légitime indignation, de bombarder de commentaires leurs connaissances, face à telle trahison genevoise du principe voltairien, impliquant de laisser s’exprimer librement le contradicteur ; d’autant plus quand il est à même de soutenir ce qu’il affirme devant un tribunal intègre ?

Réhabilitez ce blog ! Ne contribuez plus …

Ali GNIOMINY

03/05/2014

TOI, LÀ, MATE-LA …

 Cette lie impolie, à bafouilles qui s’embrouillent et vous souillent, qui, ces temps, s’étend sur tout … Hormis sur vous ami des mots

à maux d’omis, d’exclu des plans du clan des « Lus » ;

(Mi-herbivores assouvis si eux aussi me scient … mi-omnivores niant à tort l’effort, ferait un effet bœuf mais serait de trop) …

Cette lie, trébuchant en sonnant l’allali, vous diffame sans blâme,

par inconsistance de la déférence due à l’excellence du

Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche.

Aussi :

 

Toi, là, mate-la, la couverture kaki de qui le censure !

 

Ça, l’on ne devrait jamais l’admettre : que la Tribune,

(jouet de tribun?) muselle un bel et ample exemple

de Réflexions sur l’infection barbare de l’Art

par le grand mal du Capital, l’épilepsie des inepties à agiter,

et la démence de l’indifférence face à la place

de qui mérite qu’on ne l’irrite.

Inimitable,

donc impayable.

Sinon, allons en paix vers respect rare de sa part, à la Tribune des gens à thunes :

 

Il se trouve justement que le budget du nouveau Palais de Justice est repoussé, offrons-lui de quoi tourner avec un beau procès tout plein d’abus de position dominante, d’évidente omerta, d’atteintes à la personnalité de tous genres, etc.

Car, ne dit-on pas que

« C’est dans les vieilles casseroles que l’on fait les meilleures soupes » ?

Excepté si elles sont par trop rouillées, auquel cas elles finissent

Immanquablement par traîner derrière certains cuisiniers.

 

Ma sympathie pour tant de cas nappés d’une auréole de glorioles.

 

Qu’ils puissent résister …

 

Ali GNIOMINY

29/04/2014

CENT ? SÛR ?

Ça ... L’on a beau y coter l’avaleur de cool œuvres, en silence censurer sûre Essence d’alliance, tolérance: En résulte le tumulte.

Et pendant ce temps, que font les ignorants ? Ils ignorent. Combien tôt ils seront abhorrés, ignorés, s’ils persistent à nuire au bas rond-de-cuir.

Bien qu’il y ait, c’est un fait, pires vampires :

Cent raisons ! Cent motifs exhaustifs de foncer, dénoncer les crapules sans scrupules, les voleurs de ses valeurs.

Mille manières de le faire :

Narrative autobiographique, pour l'exemple :

Rentré hier de mon sous-emploi de fonctionnaire, quelle n’est ma surprise de découvrir que j’ai été cambriolé, de même que ma journaliste voisine. Au 3ème étage d’un immeuble doté de code d’entrée.

Dépouillé régulièrement de bonne part de mes droits les plus élémentaires à Genève, pour cause de vérités dérangeant l’Inquisition actuelle arrivée au seuil de l’un des plus retentissants procès politiques de Suisse, volé officiellement par serviles complices d’évidentes escroqueries en bandes organisées, et lamentablement empêché au possible de disposer de visible droit de réponse et de défense, voilà que de surcroît la racaille de basse extraction rejoint la haute dans son habitude de me priver même de la pitance qui m’est jetée.

Je vous dispense des 99 autres.

Mais pas de la sommation de me faire connaître par lettre recommandée la raison pour laquelle sont bafouées ainsi ma liberté d’expression et mes profondes convictions spirituelles, philosophiques, artistiques et politiques.

Faute de quoi la Tribune de Genève, sous la coupe de sa teutonne direction, aura démontré sa soumission, si ce n’est adhésion, à la Droite dure à procédés discriminatoires. Incapable de laisser la moindre place en vue à l’opposition, car prouvant ne disposer de plus justes et convaincants arguments à confronter.

…………..

Encore une fois, toujours dans un esprit de conciliation, je vous prie de réintégrer mon blog dans l’ensemble de ceux figurant sur votre support, ou de commencer en un premier temps par enlever de votre site l’annotation actuellement mensongère : « Tous les blogs ».

Occasion inespérée de rattraper vos regrettables faux-pas.

C’est que notre gentille bisbille dure depuis une trentaine d’années. Vous m’avez snobé tant de fois, estimant sans intérêt la lettre du Président de la Confédération Alphons Egli, qui m’écrivait que mon idée de distribution contrôlée de drogue, alors que personne n'osait y songer, était bonne mais irréalisable à l’époque, ou quand François Mitterrand me congratulait particulièrement, et que dire de ce que me transmettait Jean Ferrat, et… et…

Voyez-vous, si je pouvais être dangereux, si j’avais quoi que ce soit d’inavouable de passé, présent ou en vue … sachez qu’après le mini-traumatisme de ce cambriolage, qui s’additionne aux gros traumas subis dont parle souvent cet ouvrage que vous camouflez, si réellement mon intelligence effectivement développée doutait de la bienfaisance pour autrui de mes affirmations, de la nécessité de faire éclater de délétères tabous, je ne serais pas en train d’écrire ceci. Je serais complètement flippé, à ne plus supporter de rester dans un appartement envahi par des inconnus en mon absence.

Si j’avais la plus petite chose à me reprocher, la moindre alliance à un groupe ou trafic visant à nuire au pays ou à l'individu, ou je ne sais quoi, je serais persuadé que cet étrange cambriolage, où seul argent et or de proches principalement ont été pris, ne fut que prétexte de secrets barbouzes pour placer micros, voire poisons et tout ça … D’autant plus que j’avais changé tous mots de passe informatiques la veille. Et qu’il m’a fallu m’y reprendre à trois fois après rangements des pièces visitées pour ouvrir mon PC.

Eh bien non, je n’y songe même pas. Et même si tel était le cas, sachant combien les super-flics coûtent à la population, cette perspective m’attristerait, mais m’amuserait aussi. Des années que j’imagine de possibles enquêteurs s’arrachant les cheveux à savoir par quel bout ils pourraient chinoiser sur l’une de mes phrases.

Seulement voilà, mes gags et colères sont pour eux aussi, pas sur Gauchebdo ou autre canard connoté. Sur un quotidien que j’estime/ais équilibré.

Avec à l’évidence, au vu de l’opulence locale majoritaire, l’obligation de renoncer à publier des écrits susceptibles de choquer par trop d’obsolètes et désuètes convictions, démontrant plus que jamais à travers le monde leurs criminelles conséquences. C’est encore à peine supportable.

En fait, ce sont les plus obtus qui doivent être éclairés au possible, si l'on oeuvre véritablement contre l'aveuglement, soit la subjectivité. C'est en sautant directement sur la flaque de leurs tabous qu'on leur apprend à s'en protéger. Pas en visant par rentabilité égoïste à flatter ce qui ne convient plus du tout en réalité, à la Volonté Populaire comme aux moeurs évoluées.

Mais, pour en revenir à nos moutons, de là à ne plus se plier qu'à la loi des usuriers de l’information,   voilà qui manque singulièrement d’éthique journalistique.

Par conséquent, permettez, ces prochains jours, m’essayant à mon tour au mépris, que je laisse à leurs patates les … cultivées … grosses légumes aux commandes des commandes … et tous faussaires de l’Elémentaire sur cette Terre ; Que je ne les laisse qu’à leur cuisine.

Car :

Ainsi l’exige le Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche :

Salons toujours les plus fades salades !

……………………………….

Point de santé …

Ali GNIOMINY

23/04/2014

SANG SÛR ?

Son patient se fait poignarder : Elle garde son sang-froid !

C’est une soignante, ça ? Elle ne sait donc pas qu’il faut le conserver à 36,5° pour la transfusion ?

……

Incompréhensible, ce milieu médical. D’ailleurs, pourquoi donc une femme qui enfante un gros bébé joufflu ne dit-elle pas : « J’ai eu un vrai matelas » ? Alors que si le bébé est décédé elle prétend avoir eu « une fausse couche ».

…..

Assez ri ! Survolons d’autres tragiques faits de printemps :

Kidnappé dans sa voiture par un homme, un petit américain de 10 ans parvient à excéder son ravisseur en chantant du gospel, jusqu’à être expulsé du véhicule.

Impressionnant comme les gosses de nos jours sont avertis. Dès qu’un monsieur les prend à part pour faire de vilaines choses, ils savent qu’il est l’heure de chanter des chants religieux.

………………………

Bien plus spirituel : Des effarés témoignages de soutien arrivent sur les messageries du bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, suite à la censure partielle que pratique à son encontre la Tribune de Genève depuis une dizaine de jours.

Aussi, le très apprécié, autant que pour certains : Redouté Souverain de lui-même et Révélateur d’authentique utilité publique, prie encore ses fidèles de renoncer à tout boycott de la TdG pour autant.

Chaque abonnement comme chaque clic est important pour que ce journal puisse traverser la crise actuelle. L’énervement passager d’un rédacteur et/ou médiateur, et plus certainement sur l’ordre de financiers s’étant payé ce quotidien et faisant ce qu’ils veulent de ce qui leur appartient, ne justifie pas pour autant, à ce stade de la bisbille, que nous mettions en péril cette entreprise.

Connaissant que trop les souffrances que provoque une imbécile omerta, l’auteur évite d’en déclencher une. Ayant au contraire une manière de punir (à la brésilienne) qui fait bien plus mal, préférant retourner des roses à qui lui envoie de la merde.

Disons qu’il s’agissait d’un bug, et qu’avec les vacances de Pâques personne n’a pu s’occuper de ça et on en reste là, si vous le voulez bien. Mes articles retournent dans « Tous les blogs », il n’y a plus d’atteinte à la liberté d’expression et tout est pour le mieux.

Je vous suis reconnaissant d’avoir accueilli mes écrits depuis sept ans, sur si sérieux quotidien de si huppée contrée, dont la rédaction paraissait faire honneur à l’Esprit de Voltaire, en permettant que soit dit ici et présenté équitablement : même ce avec quoi elle n’est pas majoritairement d’accord. Il est dommageable pour son image de revenir plus longtemps encore sur si noble engagement.

Allez, amis de la Plume. Cessons de nous voler dedans. Cette bataille doit être don. Nous permettant de nous réconcillier enfin sur l’or rayé de la BNS, et tous autres scandaleux faits d’actualité exposés, selon nos deux optiques généralement opposées.

M. Mabut m’a jadis dit que ce n’était pas la virulence de mes propos qui posait problème, mais mon anonymat qui empêchait la rédaction de m’accueillir parmi les invités blog.tdg.ch. Bien que cette rédaction disposait depuis le début de mes véritables coordonnées. Depuis cette année, ce blog est nominatif, et à présent caché contre mon gré des lecteurs potentiels.

Désolé encore pour ma sale habitude de n’affronter, bien au-dessus des susdits, que les ennemis les plus puissants pour les obliger à se découvrir. Il ne serait point étonnant que l’on trouve un certain Winkelried dans mon suisse-toto résineux généalogique. Fermement ancré dans le Monde et Être. Pardon, dans le Mont des Hêtres (Buchholterberg), sur les hauteurs de Thun, Thun.. manquant tellement audit bourgeois ci l’avouant.

Finalement, ne vaudrait-il pas mieux descendre (sans se faire descendre) de Winkelried que des autres singes ? C’est que, de génération en génération l’armure ancestrale s’est blindée de logique, de raison et d’objectivité aveuglantes. Se sacrifier au nom et pour soutien de tous les lésés de ce pays n’est visiblement plus un job à la mode, c’est devenu tendance honteux. À sortir des rangs alignés, cacher du grand public, depuis le retour en force des baillis.

Bref, c’est d’accord ? Chacun y met du sien ? Je commence : Pardonnez-moi, j’ai exagéré : Ni un virus ni un microbe, … à peine un prion.

………………..

Quoi qu’il en soit, l’on ne sort si facilement un désopilant clown de la scène, c’est un fait. Car, qu’il fasse rire ou pisser jaune, le clown est un expert que respecte le public. Expert de l’art le plus difficile. Ne devient clown musical, déclenchant le rire averti, que l’excellent musicien, n’est clown  critique : que le savant observateur, clown littéraire que : qui d’atteint de boulimie de lecture a bouffé en vingt ans ce qu’il digère en fuyant tous salons et austères lectures depuis trente … et évacue du bout des gants qu’il prend.

…………………

Or: À défaut d’Estime honnête accordée à mon Œuvre, voyons à présent ce qui est considéré comme Art Valeureux, aux yeux de la bien-pensante secte tirant dans la culture … profit immérité :

Les cochonneries peinturlurées produites sur toile par la ponte d’œufs pleins de peinture, lâchés du vagin d’une « artiste » seront certainement vendues aussi chères que les petites boîtes à 35'000.- pièce de caca d’un autre « célèbre artiste ».

Et achetées comme toujours par des fraudeurs « soft » du fisc. (Aucun impôt sur les « œuvres artistiques » si elles sont exposées au mur du domicile de l’acheteur : Fort impôt si elles sont dans un coffre, paraît-il. Raison pour laquelle d’abominables croûtes valent des dizaines de millions).

Ainsi, Peter Palm, le compagnon de la pondeuse, prête à exercer ses « talents » à Bâle, l’affirme : « C’est un souhait. Nous travaillons dessus ».

Sans casser d’œufs ? Fortiche !

Ou décidément très peu gâtés par la nature ?

………………..

En résumé, retenons qu’afin de se défausser de quelque pratique trop nauséabonde pour rester cachée, c’est la poule qui a fait l’œuf qui trie en premier.

……………….

Les ami(e)s, la censure est une tromperie si elle n’est dûment justifiée par voie de Droit et de recours. Que soit réhabilité ce blog en vue, à la place minimum qui lui revient sur ce support, et je tente de modérer un brin de légitime rage, car au vu de la surabondance de gratuites infos, il est vraiment l’heure de s’aider. Pour vous de cesser de céder …

Ali GNIOMINY

Si vous souhaitez découvrir un exemple de ce qui est de l'Art, autrement camouflé : Pianotez: Johannes Stötter, artiste Italien.

 

Johannes-Stotter-body-painting3.jpg


21/04/2014

AH, CENSEURS :

Je m’élève, certes, contre l’atteinte que je subis par restriction de ma liberté de culte blogosphérique, depuis que « barondecuir.blog.tdg.ch » a disparu du présentoir censé afficher tous les blogs.

 

Mais, bon, j’ai dû aller trop loin, je ne sais où en toutes mes piques, mais vous prie de tenter de parvenir à me pardonner. Je retire ce qui doit vous avoir blessés : Rien d’un virus, en fait. Parmi d’autres, le Calvinisme n’est somme toute qu’un microbe.

 

Dans l’espoir que, suite à mes excuses, vous cessiez tout bientôt de démontrer sur ce support l’authenticité de l’exclusion sous diverses formes dont je fais état depuis des décennies, et vous en remerciant par avance, je renonce encore à vous renvoyer l’ascenseur et transmets mes meilleurs messages

 

Ali GNIOMINY

IMG_1841.jpg


19/04/2014

Affreux ! Je suis si démuni qu’aucun tabloïd ne veut même me prêter une aventure !

Mais Joyeuses Pâques malgré tout.

17/04/2014

SENS SÛR !

Ami(e)s de mes proches amis, qui me lisez, et tenez Le Monde, Libé, Fluide, Charlie, Unis et autres Académies … Voyez ici qu’une Tribune suisse camoufle, après sept ans d’hésitations, les œuvres de tel hors-pair Poète, dissident politique helvétique dérangeant encore actuellement :

Sur la fonction « Tous les blogs » de blog.tdg.ch : barondecuir.blog.tdg.ch a disparu. Et la rédaction ne répond plus. Dommage. Réparable sans doute.

Même, très improbablement, si j’avais à m’excuser pour avoir bien involontairement par trop choqué la sensibilité de rouages trop graissés. Auquel cas je le ferais suite à décision de Justice si douteuse soit-elle ; mais pour l’heure me paraît arbitraire la désactivation partielle de ma présentation publique.

Certes, depuis la disparition de « La Suisse », que personne n’a eu Le Temps de racheter, l’industrie journalistique fut formatée selon les exclusives exigences du profit des tenants des cordons de la course à l’info. La plus susceptible d’aguicher le grand nombre. Soit la moins remuante, la plus conforme aux us corrompus, la plus fidèle aux décadentes pratiques politiques, philosophiques, religieuses … en force et vigueur.

Course à l’Info faussée à la base, par pré-concepts dispensés dès l’enfance à la masse, ne reposant que sur diktats déterminées de ce qui « doit » se dire à la masse ou non. Principalement en contrée d’actuelle austérité ultracalviniste. Le bourreau de Michel Servet lui-même ne reconnaîtrait plus le virus qu’il a propagé. Qui doit se refiler coûte que coûte à l’acheteur tout sauf averti, lui plaire selon les  convictions du tout-puissant patron, et sbires.

Certes, la consultation de mon œuvre est momentanément réduite, du fait qu’une partie des lecteurs réguliers ont oublié l’url: barondecuir.blog.tdg.ch. Et qu’aucun nouveau lecteur ne peut s’y connecter. J’en prends acte. L’Histoire de l’Art pareillement.

Inutile de revenir, comme tout récemment, sur le fait que je préfère la qualité de mes lecteurs plutôt que leur quantité. Ça ne voulait pas dire qu’il fallait priver tous les lecteurs crétins de la TdG de l’opportunité de découvrir mes textes par hasard, d’évoluer enfin,  ne mettant doutes sur ma bonne foi, et de devenir un jour lecteurs de qualité !

Ni qu’il fallait frustrer les lumineux fidèles de la liberté de profond culte à l’humour humaniste athée, que leur dispense depuis des lustres le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour ne les asservir. Ce prétendu Souverain, Suisse de souche. Etrangement non vermoulue. Peu commune. Qu’exclue Tribune ? Allez, je cesse vite d’exhiber ces bisbilles, passe à plus classe :

………………….

Corps nus. Pour leurres. C’est à la mooode. (Pour sauter des coqs aux ânes) :

J’en tombe des nues ! (Pas assez il est vrai) !

 

Ode à l’Art voyeur :

Que de l’Art, en tous ces si communs nus, émoustillant grands photographes, peintres ou sculpteurs, rédacteurs, producteurs … Que de l’Art qui effare.

Mais où va  l’artiste parmi liés, si seule la nudité prétend rehausser ses talents ? Choque-t-il encore, cet art jet-set du futile exposé, qui ensemence toutes usées osées performances ?

Il n’y a plus que ça sur tous supports : ça baise sur les planches, pond des œufs vaginaux, montre ses fesses sur les sommets ou par centaines. Qui : Des seins, qui des culs, des nombrils, qui à dessein brillent comme pommes ou écus.

Qu’une seule série, seule revue, qu’un seul film existe sans nudité serait enfin du plus avant-gardiste. Mais l’attrait est encore bien trop fort. Nerveux, l’audimat veut de la chatte et vite, et de la    limite à hausser.

Soit: C’est cela qui paie et plus rien d’autre, vêtu de vertu réelle. N’est plus artiste que celle ou celui dont on a vu le cul. Et génie qui s’expose de face.

Ainsi, à défaut de soutien des locaux présumés prévaricateurs, puisque je ne suis plus couvert par la Tribune, ou si peu, je n’aurai plus bientôt qu’un seul et unique moyen d’attirer encore bonne fortune, et incommensurable vague d’admiration publique lors imméritée. Selon les actuels critères d’appréciation.

Je vais, sans aide médicamenteuse, me produire prochainement devant tous médias dans un numéro artistique exceptionnel, une performance inédite provoquant idoine stupéfaction, complétude et tout ça de sonnant et trébuchant :

A l’aide d’un petit ballon percé en son fond et relié à une ficelle, sans l’aide ni des mains ni des pieds, ni des lèvres, du nez ou des oreilles …, je vais durant une heure, pour autant que je n’y prenne trop de plaisir, jouer au bilboquet.

Et si vous me dites que c’est du déjà vu, passez-moi l’horaire des représentations. Pas que ça m’intéresse spécialement, non. C’est uniquement à titre d’intérêt artistique, évidemment, histoire de « ne pas rester stupide », de demeurer à jour en matière de summum de l’Art Contemporain, provoquant le plus grand bruit et la plus forte impression, voyez-vous … Exclusivement afin d’en doctement ensuite disserter, va de soi … comme tout le monde.

……………………..

Bien plus cochon, à présent : Débute, du 30.4 au 4.5 le 28ème Salon de la Servilité littéraire et du conformisme mièvre, si ça vous intéresse. En gros, l’essaim de quelques sains … et de tous assassins de la Littérature.

Salon dont l’ex-Directeur et la nouvelle, démontrent toute la cohésion et quiétude d’esprit :

Eu égard aux vers du chevelu Sieur poète UDC Oscar Freysinger : Pierre-Marcel Favre s’est vivement enthousiasmé pour des vers « bien tournés » attestant que poésie et politique ont toutes deux le même pouvoir clivant …

Légèrement moins adoratrice, Isabelle Falconnier, succédant au fan de textes « fleur bleu marine » issus de Droite dure, semble faire preuve d’un chouia de  lucidité supplémentaire, affirmant que cette poésie est vieillotte, ringarde, dégoulinante de clichés, qu’il ne s’agit pas de poésie, que ça n’a aucun intérêt littéraire ou intime.

Aïe. À coup sûr, très bientôt, au prochain Directeur, ou retour à son poste du « bon »: ... Freysinger est Prix Nobel de Littérature.

S’il vient à poil à la cérémonie de remise, évidemment ...

……………………….

Et que nous dénude encore ces jours-ci l’actualité ?

Le fil choquant de l’eau dans le gaz :

L’armée de l’air Jordanienne a détruit des blindés syriens qui tentaient de pénétrer sur son territoire. Mauvaise affaire pour Poutine. Comment va-t-il pouvoir finir d’envahir l’Ukraine, si ses forces spéciales se font massacrer en Jordanie ? Les autorités jordaniennes affirment qu’il s’agit de trafiquants d’armes. Ce qui confirme les susdits soupçons.

Il ne lui restera plus, pour parvenir à ses faims, que de reproduire l’Holodomor.

Vous savez ? Ah, non ? l’Holodomor, voyons : Ce génocide étrangement oublié ! Entre 1932 et 1933, lorsque Staline a tué des millions d’Ukrainiens en les affamant …

Bref, nous avons le nez dans les nénés, des messes pour les fesses, et nous nous  chamaillons stupidement, alors que devons lutter ensemble, car voici le retour …

Ali GNIOMINY

15/04/2014

SANGSUES REGONFLÉES ?

Avides des bénéfices à tirer du mauvais sang que se fait autrui, les sangsues s’accrochent aux victimes contre leur gré, et n’ont d’autre travail que de s’allonger sur l’épiderme vite à vif. Et de se  gonfler, devenir de plus en plus importantes, imposantes, fortes de l’énergie parasitée sur qui finit par perdre toutes forces.

 

Hier archi-répugnantes, elles sont de nos jours plus que choyées, protégées, employées pour médecine (assez peu soucieuse de décongestionner le tissu social, il est vrai).

 

Sans suer, ces sangsues sont sans cesse si saoules de sang, qu’on les sent sans-gêne sans sensibles sanctions.

 

Sangsues, pliez ! Bas gages d’esclavage ! Décrochez des crochets des actifs quémandés que rendez maladifs !

 

………………..

 

Sans sujet précis à aborder,  j’ai choisi de traiter d’emblée de la sangsue, me posant la question suivante :

 

B.B. de St-Trop et les siens, fortunés défenseurs des animaux, extraient-ils aussi vigoureusement les toutes grosses, avec les minuscules sangsues-cibles habituelles ?

 

………………..

 

Mais revenons vers nos sympas tics genevois, où ne cesse de festoyer la Droite en liesse, suite au Triomphe Stalinien d’un Procureur rappelé à faire preuve de la plus parfaite impartialité.

 

Etrangement plébiscité à Cologny … et en tous plus huppés endroits. Mollement combattu en les bas-fonds, Pâquis, Mail-Jonction, et autres … quartiers les plus chauds ne supportant plus les excès de répression. Pour qui sévère est la condamnation à six ans fermes !

 

Décidément, ses alliés ont très mal joué. Ils auraient dû massivement voter pour le Procureur de Gauche. Sachant que de toute ingrate manière, et de par sa fonction, celui qu’ils ont réélu ne les remerciera jamais pour ce service. Oncques ne devra exercer une politique de la Justice à leur avantage.

 

…………………

 

Quoi qu’il en soit, persuadé qu’il serait du plus mauvais goût que naisse de ma plume la « Fable du dahu et des sangsues », je vous en dispense et invite cordialement cet honorable magistrat à faire mentir enfin Lafontaine, affirmant intemporellement : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir » !

 

………………….

 

Et sinon : APARTÉ MIS ?

 

Zut et zut, je devais le garder pour un futur titre, celui-là.

 

En fait, il semble bien qu’à l’intérieur de l’un de mes billets, je n’ai quasiment aucune chance que la rédaction blog.tdg.ch ne s’y attarde. Donc j’ai tout intérêt à balancer mes SOS tout en haut.

 

Je vous parie qu’ils n’y verront rien, si j’écris 3'718’014 fois pipicacapipicaca de suite, mais je m’en abstiens, craignant  qu’à mon grand étonnement ils tombent dessus par hasard, et n’estiment indispensable, pour vérification tip-top, de les compter avant de me décerner le premier prix de lucidité dans les reportages d’actualité.

 

DONC, J’AI TELECHARGE FIREFOX SUR MON MAC OS X COMME CONSEILLE, mais tous mes textes sont toujours désespérément soulignés ! ça avait disparu et c’est revenu. Et la présentation de mon blog nominatif, dans l’une des catégories ou l’autre, a tout simplement également disparu ! Je l’ai signalé par courriel, sans réponse à ce jour. Merci d’y penser, à défaut d’être arrivé en lecture jusqu’ici. Et désolé de faire légèrement tache en cette prude blogosphère bien-aimée. Qu’il me peine sinon de quitter.

 

Mais, pour Claque, vous priver des Clics me revenant, que je vous offre depuis 7 ans, peinerait beaucoup mon âme de bienfaiteur.

 

Et, certes, mon avis n’a jamais eu beaucoup d’importance pour vos sphères, mais je crains alors qu’assurément quelques centaines de lecteurs n’en soient fâchés.

 

Fort heureusement nous n’en sommes certainement pas là. Il ne s’agit que de bêtes bugs ; lesquels je souhaiterais vous aider à résoudre, si je le puis à ma modeste manière. Merci d’avance. J'essaie ceci avec "paragraphe" devant la police de caractères, et ça ne m'étonnerait pas que ça ne souligne plus automatiquement. Je suis bien obligé d'effectuer quelques essais.

 

……………………

 

En attendant, régalons-nous encore : Ô Pâques !

 

Période où les lapins s’en donnent à cœur joie en leur terrier, alors que surgissent à la lumière, restés tapis, d’horribles signes d’opacité : Comme cette genevoise réduction de 4 postes à 1,5 poste, relative aux Préposés à la Transparence et Protection des Données personnelles.

 

Raisons plus que limpides, même si le cœur n’y est pas.

 

Actualité pas claire supplémentaire :

 

Les USA, ne sachant plus que faire de l’argent extorqué aux banques suisses, pour pratiques bien moins frauduleuses que celles traditionnelles de l’Administration demanderesse, aimeraient stocker ce magot et étendent leur toile pour cela jusqu’aux Ports Francs Suisses. En effet, l’opacité sur la valeur des stocks, dont la gestion appartient pour 86% à l’Etat de Genève, est légendaire. Presque autant que celle subsistant au sujet du recensement de nos fonds de la BNS à Fort-Knox ou ailleurs.

 

Utile initiative américaine, finalement, car jusque là jamais rien ne sortait de ces entrepôts de Port Franc.

 

Excepté la mygale que j’avais trouvée sur la Route des Jeunes, à quelques mètres du principal de ces bâtiments.

 

Preuve s’il en est que cette opacité est légendaire, les arachnides ayant horreur du soleil ne sortent jamais, si elles peuvent bénéficier d’un recoin bien sombre.

 

……………………….

 

Passons vite à différent éclairage de l’actualité : Nouvelle électricité dans l’air aux SIG ! Une Enquête de la Cour des Comptes dénonce une perte de 180 millions par les SIG, ayant acheté à prix d’or en 2011 des actions qui se sont effondrées.

 

Pas grave. Vu l’incompétence des responsables impliqués, ils ne seront à l’évidence condamnés que pour Délit d’Amateurs.

 

………………….

 

Et ne connaîtront jamais le milieu carcéral, venant de subir un hold-up : Deux consultants, chargés de coacher la Cheffe des prisons, ayant quitté ses fonctions après quelques mois, font main basse sur 340'000.- ! Que fait la police ? Qui nous protège encore dans ce pays ?

 

De quoi, de tous côtés, se faire quelques soucis : Voyez plutôt :

 

Parlons Réserves de Survie. Avant l’An 2000, la Confédération faisait des provisions pour que sa population puisse tenir six mois en cas de guerre ou de catastrophe majeure.

 

Réserves de l’approvisionnement économique débutées durant la première guerre froide, ayant purement et simplement été abandonnées.

 

Ainsi, l’exemplaire nanti Chef de l’armée, lui, s’est constitué récemment, à l’aube de la seconde guerre froide, une immense réserve personnelle d’eau potable, de bois et de conserves. Le bienheureux.

 

Quant à nous, les discriminés économiques, nous sommes condamnés à crever en l’espace de quelques jours.

 

Au risque de priver la Berne Fédérale de caviar iranien sur ses canapés, entre deux enquêtes parlementaires, elle ferait bien de m’envoyer un acompte de 1000.- pour que je constitue mes réserves de survie au plus vite, et ne pense plus trop à nous plaindre haut et fort. SVP pas d’envoi de singe, ni de lasagnes ou raviolis du haras, merci.

 

…………………..

 

Vives félicitations, au passage, à l’excellent Monsieur Claude Monnier qui, dans sa chronique du jour, décortique les tactiques politiques habituelles des dirigeants. Lorsqu’ils ont dévalisé leurs ressortissants et qu’ils ne peuvent plus les tenir autrement, comme en France actuellement.

 

Le plus radical et fréquent moyen qu’ils emploient pour s’en sortir sans dommages pour eux, consiste à provoquer une crise extérieure majeure, avec l’Europe par exemple, afin de rassembler brutalement toute la nation autour de ses chefs. Un truc infaillible, que même les pires crétins du monde appliquent avec succès.

 

Excepté les Partis de Droite suisses, ayant même raté ce coup-là après le 9 février.

 

……………………..

 

Pauvre image de la Suisse à l’étranger. Le Président Burkhalter est accueilli à Kiev par un drapeau rouge et blanc … Danois !

 

Bah, après tout, quelle importance ? Puisque d’ici peu tous les drapeaux européens seront rouges avec une étoile, une faucille et un marteau.

 

…………………….

 

Certes, un regain d’esprit communautaire était nécessaire en nos contrées, observez la réalité :

 

À l’instar de l’Union Suisse des Paysans, Genève refuse d’indemniser les victimes, placées alors qu’elles étaient enfant, comme esclaves dans des fermes.

 

Donc, à l’instar des paysans Genève détruit impunément sa culture, pour toucher les subventions « intempéries » sans avoir à travailler ? Et lâche ses chiens hargneux dans les troupeaux de moutons, pour encaisser au détriment des petits cochons de payeurs les dédommagements pour pertes dues « au loup » … ?

 

Gare. À trop infantiliser l’opinion pour de cupides raisons, l’on finit par ramasser une bonne fessée.

 

…………………...


Drame s’il en est, que je suis bien forcé d’évoquer ici : Un certain Président de Conseil d’Etat a été frappé d’amnésie entre le 18.10 et le 6.12.2013.

 

Fort malheureusement, son état ne lui a pas permis de se souvenir qu’il devait avertir qu’un pharaonique chantier avait un léger retard, qui nous coûtera à peine un  petit milliard de plus que prévu.

 

Que c’est triste pour lui. Décidément, la vie de Président n’est qu’un long champ de mines.

 

Souhaitons-lui une agréable convalescence pour les 30 ans à venir, durant lesquels ses cossus patrons persisteront à l’imposer à ce poste.

 

……………………..

 

Parlant d’autres joyeux garnements, le joli mois de mai verra fleurir son lot d’Initiatives, dont la principale : « Faut-il interdire aux pâtissiers diabétiques de travailler avec du sucre ? » ou dans le genre.

 

Le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche n’a pas de consigne à vous donner. Mais craint que des innocents soient détruits à vie, comme des instituteurs sévères détestés de leurs jeunes élèves, à qui énorme facilité de se débarrasser définitivement de ces adultes corrects mais les gênant est proposée. Ne serait-ce que par chantage à la fausse dénonciation de pédophilie. Ne sont pas si rares ces effroyables pratiques adolescentes, et les gosses qui s’y livrent ne sont pas interdits à vie d’approcher des adultes.

 

………………………

 

Et puisque le sujet des sexualités déviantes est abordé, je termine avant de laisser tous neuneus aller lapiner sur un macabre fait divers, particulièrement épouvantable, concernant l’une de mes connaissances. Je vous disais récemment que si j’y étais obligé je préférerais être zoophile que pédophile. Eh bien vraiment ni l’un ni l’autre, après ce que je viens d’apprendre :

 

Mais en introduction, permettez que je vous glisse ici de conséquents souvenirs, qui ne manqueront de combler votre compréhension des faits : Relatés en l’inédite saga autobiographique inachevée, composée de trois tomes d’une centaine de pages chacun à ce jour. Débutée il y a des lustres par « Castigat Mores Ridendo », continuée avec « Que m’a coûté Tonton », suivi de « Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine ». Précédent ouvrage, dont je ne résiste à la nécessité de vous soumettre le début, histoire de placer l’ambiance :

 

Vêtus couleur Vertu, en paix au cœur de la favela

 

Nous arpentons paisiblement, vers 22h ce soir-là de janvier 2008, de retour d’une Session spirite de type Alan Kardec, les informes ruelles de la favela de l’Uruguay rongeant Salvador de Bahia.

 

Sapés comme bons princes, de soie ou de lin, tissus immaculés, nous tranchons avec pure logique exigeant prévention minimale en toutes circonstances et pareils lieux si malfamés.

 

Intuitivement pourtant, nous savons ne courir aucun risque. Ne serait-ce que par le respect qu’impose notre apparence, désignant notre raison d’être

-consultants- sur place; Soit: en qualité d’honorables (car rares) invités au condomblê de véritable terreiro vaudou, soit: à titre de convives au déroulement d’une Session spirite. Cette pratique nous offrant un statut spécial, une carte blanche que paraissent respecter même les pires épaves meurtrières sévissant en pareille jungle sous-urbaine, ôtant la vie quotidiennement pour le plaisir et rarement plus de 10 R$ volés.

 

Dans l’immédiat, là n’est pas vraiment le danger. Les esprits chevauchant l’Ancêtre, ce Sr Alvaro, si surprenant médium prodiguant bénéfiques passes, viennent de tonner de la voix (d’outre-tombe de circonstance) me concernant, moi (dont vous reparlerai) et ma condition physique de peu présomptueux beau mec assez abusif se dirigeant vers son automne;

 

Cinglent les questions: - Tu t’occupes de ta santé, mon fils ?- À quoi je réponds:  -Plus ou moins-! Sévère verdict de l’au-delà fuse lors: -Grave maladie de longue date dont il faut se préoccuper au plus vite-; Aïe! Est ajouté: -MESME- , avec insistance sur le 1er ÊÊ et S glissé si furtivement sur le M.. ? -Mêêêsme-, devient alors summum, sous de telles latitudes, de la manière d’assurer, d’affirmer quelque chose; Il s’agira vraiment que je songe prochainement à larguer la clope, me dis-je, après 38 ans de mauvais services, dont dix pourtant (cette année) passés sans consommer la plus petite goutte d’alcool, même par la peau ou en sauce, ni en ressentir le moindre regret, bien au contraire. Aussi, la maladie en question n’est-elle pas plutôt celle me tenaillant le cœur et pour laquelle je fus dispensé d’armée après dix jours d’ignoble soumission? Et côté foie, merci, question dysfonctionnements j’ai déjà donné: double fibrose en 98, lors de l’arrêt des auto-agressions; Selon les spécialistes d’alors j’en avais encore, à ce rythme, pour 4 ans maximum … En 2002 je passais l’année à m’injecter Interféron-Ribavirine, à CHF –3'000.- l’ampoule dominicale à l’étude et depuis c’est le « paradis », plus d’hépatite active ou autre pathologie décelable; Régénération des tissus lésés, réussite complète du protocole de recherche; … À suivre! S’agirait-il alors d’une maladie de l’âme, ignorée des médecins, d’une carence en contagieuse croyance traditionnelle en des principes subjectifs tant qu’arbitraires? Dilemme, dilemme. Les esprits ne donneront plus de précisions.

 

…………………..

 

C’est tout. Le reste ne sera jamais lu. Tant que la nantie racaille des commandes littéraires sous influence persistera à trahir le principal précepte de Voltaire. Désolé.

 

Mais bref, je parle dans chacun de ces tomes de notre meilleur ami au Brésil, Professeur des professeurs, chercheur en pédagogie institutionnelle. Et voici ce qui vient d’arriver à l’un de ses amis d’enfance.

 

J’ai eu l’honneur, à Salvador, d’entrer parfois dans le studio de cet excellent musicien, et de jouer sur des claviers à une puissance … brésilienne. Lors de prestations filmées ici pour les écoles du canton, où je jouais de la guimbarde parmi les percussions, jamais je n’avais pris tant de décibels dans les oreilles. Marco-Antonio, c’était son nom, s’amusait de me voir sursauter à mes notes. Puis nous régalait d’un tropical concert, où nous l’accompagnions sautant d’instruments en instruments. S’entendant à dix rues à la ronde, mais musique là si sacrée que jamais personne ne s’en plaignait.

 

De temps à autre, de passage au Brésil, Professeur nous parlait de lui, de l’étrangeté de son comportement. Paraissant amoureux fou de sa musique uniquement. Excessivement réservé, sauvage et solitaire en permanence. Arrivant près de la cinquantaine sans jamais avoir été vu ni avec une femme, ni un homme, ni des enfants. Fuyant tout le monde à de rarissimes exceptions. Ayant fini par s’éloigner aussi, alors que Marco-Antonio refusait parfois même au Professeur d’entrer, qu’il restait cloîtré chez lui, protégé par l’indispensable gros chien que tout domicile se doit d’avoir.

 

Plus de nouvelles depuis longtemps, et voilà. L’artiste fut trouvé mort, chevelu et barbu depuis des mois, semble-t-il après avoir finalement appelé des secours trop tard. À peine décédé d’une septicémie dans une puanteur indescriptible, qui devait régner depuis des mois, due à l’infection et au pourrissement de ses chairs.

 

Car, en décembre passé … (pour « celui que vous appelez Dieu » sait qu’elle pratique ?) … son chien lui avait massacré complètement, arraché les parties génitales !

 

Peut-être l’explication tragique de son trop secret et incompréhensible comportement. Paix à son âme. Un drame de la solitude en pays réputé pour sa promiscuité, dû à une forme ou l’autre de déviance psychique. Zoophile ou non la musique bahianaise lui doit beaucoup.

 

……………………

 

Mes adorables lapins et -pines, je vous laisse … Pâques … ça à faire, vous rappelant encore que tout bientôt l’Internet obtiendra certainement le Prix Nobel de la Paix. Car, selon Allen Downey, professeur américain d’informatique, qui nous l’affirme : « Le Web est le pire ennemi de la religion ».

  

n ». Eh préputé pour sa promiscuité, due sont les religions.n  puissance ...persistera à trahir leEh oui, à l’évidence même: l’ouverture d’esprit que provoque le Net est totalement incompatible, à brève échéance, avec les monstrueux canulars destructifs que sont les religions.

……………………. 

Gare à ne pas trop marcher sur des œufs, ni rester chocolat ou offrir trop d’omelettes …

Ali GNIOMINY

P.S. Alors ? Sens hué ?

Avec mes meilleures ...

DSC_5068.JPG


10/04/2014

L’ESCARRE ! CELLE CULTURELLE !

Ne point cultiver assez d’urbaines parcelles pour y planter des végétaux peut engendrer de graves conséquences. Parant à l’urgence en matière de cultures d’arbres à implanter, voilà que le fiston de l’un de mes toubibs, point allergologue et c’est à déplorer, offre pour encombrants cadeaux à la Ville de Genève : Des rangs de troènes !

Comment, vous ignorez ce que sont exactement les troènes ? Souvenez-vous, si vous avez la mémoire respiratoire : C’est cette espèce d’hara-kiri japonais qui se pratique au niveau des bronches : Ces jolis arbres provoquant allergies de proximité.

Une sorte d’indéracinables à ne toucher qu’en prenant des gants.

Troènes qui, sur mes sinus, en-dessus de l’arcade gauche, m’infligent systématiquement une douleur violente et persistante, comme barre, à zone limitée.

Jadis, seul le Dexarhino-Spray, à cortisone, me permettait de faire éclater le bouchon d’allergènes. Instantanément, un sifflement audible à un mètre survenait, la douleur disparaissait et la respiration était à nouveau libérée. Mais ce spray semble avoir  été interdit, n’est plus prescrit, trop efficace … ou plus vraisemblablement dangereux sur le long terme. Bien que je n’aie jamais pris de poids ou autres désagréments de la cortisone, apparemment. Ainsi, depuis une décennie, je n’ai plus que le sérum physiologique … et les larmes pour pleurer.

Bref : Sous le gui, au mois de juin, les amoureux ne risquent rien. Mais sous les troènes, trop .. énervés, ils peuvent toujours aller se gratter.

En fait, imaginant que la beauté de ces troènes apporterait à l’esprit une sorte de paix d’essai, telle l’anguille au moment du frai, notre silvestre Commandeur crut bien faire en important pour si bon marché ces troènes de Fukushima.

Non, là je me fais honte, pardon. Persuadé que l’élu mit nœuds entre le site contaminé et l’île aux troènes, d’où ces pousses proviennent. Juste après la limite où cessent d’exploser les compteurs Geiger.

Or, à présent qu’ils sont plantés, qu’évitent soigneusement les petits chiens qui à leur approche jappent, au nez et à la barbe de leur maître, faisons avec. Il ne s’agit somme toute que du renouvellement de l’erreur navrante, commise d’antan par l’embellisseur élu Ketterer, paix à son âme. Avant même qu’il ne m’ait snobé tout autant que les actuels tenants des cordons de l’escarcelle culturelle.

Certes, j’aurais facilement pu maintes fois toucher des bourses, comme tant d’autres accepter les procédures en vigueur. Mais ce n’est à l’Artiste, j‘en suis persuadé, de quémander ce qui lui est dû, ou de chercher à se vendre, perdant sinon trop précieux temps d’essentielle création.

C’est aux vendus ayant trop longtemps déprécié l’évident phénomène de se racheter, en soutenant sans condition ses talents et mérites. Même si lesdits décideurs, à choix traditionnellement acheté par la Finance, doivent agir dignement, payant enfin le prix des conséquences de leurs trop gratuites estimations passées.

Et, désolé si cette crise d’allergie-là n’a rien à voir avec les troènes, et si cette omertite aigue a toujours tendance à prendre le dessus n’importe où, n’importe comment.

………………

J’en parlais encore hier à mon fort souffrant bien-aîné éditeur, perpétuellement désireux d’améliorer et d’améliorer encore mon ouvrage à paraître … une fois la perfection atteinte … bien-aîné éditeur ne pouvant comprendre mon peu d’empressement depuis deux ans à lancer la promotion de cet ouvrage, alors qu’un nombre assuré très important de lecteurs l’attendent et sont prêts à l’acquérir. A condition … que je réalise que le niveau de mes écrits n’est abordable que par un nombre restreint de lecteurs, vous, plus cultivés que la grande majorité. Et que pour toucher le reste de la population, il convient que je supprime certains de mes jeux de mots, ou les explique, horreur, applique un titre et non un autre, etc … Si je veux que ce soit le succès mérité.

Ce à quoi je lui ai rétorqué le fond de ma pensée et manière d’être : « Je vise essentiellement à la qualité de mes lecteurs, non à leur quantité. Ce n’est ni de ma faute, ni à moi de vulgariser une excellence à laquelle ces amateurs ou spécialistes aspirent.»

Tiens, ça pourrait faire un bon bouquin des phrases comme celles-là.

À ne jamais attribuer …

Ali GNIOMINY

08/04/2014

LE VRAI POU VOIR

Les parasites qui prennent la tête(,) pour un sanglant repas, sont difficiles à détecter parmi les teignes. Un examen approfondi permet toutefois de passer un bon savon aux feignasses à tignasse populaire qui ulcèrent adversaires ; Et poux voir, profiteurs astiquer, éradiquer accrocheurs.

Sauvons donc, à la ronde, nos blondes têtes sensibles de ces bêtes nuisibles. Se repaissant de tous aspects du sans respect.

…………………..

Transis, si « on » continue à geler nos acquis :

Rien à voir, évidemment, dans la manière de présenter un événement en parfaite impartialité :

Au choix. Vous aurez tout loisir d’influencer les foules selon le désir de votre patron : Vous titrez :

 

Manifestation massive des fonctionnaires contre SCORE,

Mercredi 9 avril 2014 à midi, Place Neuve

 

Et la manifestation est massive.

 

Ou vous estimez pouvoir tirer profit d’un système d’évaluation arbitraire des fonctions, (à barème de points à fondement totalement hermétique, puisqu’injustifiable) ne concernant en énorme majorité que la chefferie d’équipe ; à mieux graisser pour plus fidèle servilité. Et vous titrez alors un truc du genre :

 

Les fonctionnaires hésitent à manifester contre SCORE !

 

Et la manifestation compte au moins le Martial, même si ce n’est plus son problème, et quelques potes désabusés sympathisants. Que je salue bien, bas rond-de-cuir.

En y réfléchissant : À quoi bon s’encombrer encore de coûteux Parlements, Conseils, Palais, désastreux filicides symboles fédéraux mal léchés et autres trompe-l’œil, alors que tout se joue entre les mains du grand tas Médias et de ses multiples sous-papes ?

Il lui suffit, au vu de la stabilité de l’ignorance ambiante, comme il le fait depuis des lustres, de préparer d’avance pour la décennie à venir, en toute sérénité, la suite logique d’innombrables reportages sur le grain de beauté d’Ueli Maurer, la collection de pincettes d’Yvan Perrin, les mille et un selfies d’Oscar Freisinger, la grande marche dans son salon d’Eric Staufer, et le tour est joué.

En fait, rien de tel (pour parvenir à faire la différence entre les Lumières, les Penseurs Suisses influençant le monde entier, et ceux qui sont demeurés d’incultes paysans des montagnes) que l’article d’Urs Hafner, « La Suisse, laboratoire de réflexion » dans le Magazine suisse de la recherche scientifique.

L’on y découvre comment ces rustres Helvètes, dont tout le monde s’étonnait par le passé, après que Hugenots Français et autres Italiens leur aient apporté l’horlogerie et la banque, qu’ils devinssent si roublards certes mais riches, ... comment du sein de ces sauvages finissent parfois par émerger de Grands Esprits. Plus qu’ailleurs alors fatalement déconsidérés par la plèbe dominante.

De passionnantes pistes à débusquer, sur le regain d’obscurantisme socio-économique en vogue.

…………………….

Passons à plus tragique encore, l’impunité dont bénéficient deux roumains venus pour discriminer pour leur bêtise les crétins Suisses apitoyés. Parasites (dits pauvres, ça arrive aussi) qui sont arrêtés à la douane en possession de lots de béquilles, permettant à leur communauté de mendier plus misérablement encore.

Aucune infraction relevée, leur marchandise trompeuse leur est laissée, circulez n’y a rien à voir. En revanche, en ville, les vrais mutilés se font rares, quelques moignons par-ci par-là, une ou deux jambes de bois, il est vrai que le stock devait être renouvelé.

Les paris vont bon train, chez les douaniers de Cornavin. La plupart s’attendent qu’au contrôle de ces deux individus, pour leur départ, ils découvrent non plus du bois pour soutien de jambes, mais des dizaines de celles-ci ayant appartenu à un cheptel d’enfants Roms et autres.

Excepté, bien entendu, si ces convoyeurs ont pu comme de coutume les refiler avant à l’un ou l’autre restaurateur du coin peu regardant.

……………………

Parlant ragoût, (allez, remettez-vous, je déconnais, ils ne sont pas si cruels en général, en dehors de leurs heures de bourreaux), saviez-vous que la carotte est le légume préféré des Suisses ?

Sérieux. Voyez plutôt : Il suffit d’en balancer une sous le nez de l’Helvète, et il est prêt à voter les pires insanités. Et la carotte permet aussi de faire les beaux yeux aux pires escrocs politiques proliférant comme des lapins. Mais gare, le jour où une carotte sera extraite des bas-fonds du gel des acquis et prestations sociales des plus dépouillés. Et exposée à la verticale, comme l’imbécile système hiérarchique en place : Gare à ceux ayant coutume de s’asseoir en premier.

……………………

Liberté d’encaisser : Zurich subventionne le livre d’un pédophile.

Zut alors, je savais qu’il existait des répugnantes démarches à respecter pour finir par obtenir le soutien des milieux culturels, mais à ce point-là …

Pouvu que les dédaigneux Sami Kanaan, Isabelle Chassot et autres pontes de Pro Helvetia & Cie aient une fille ou un garçon de 15 ans.

De grâce pas plus jeune, il paraît que ça pue encore plus. Ce sera déjà assez pénible pour moi d’avoir à la/le violer pour bénéficier de ces faveurs culturelles détournées qui me reviennent de droit.

Mais bon, s’il existe d’autres moyens d’obtenir réparation de votre part j’en serai enchanté. À vrai dire, je préférerais encore qu’une commission d’attributeurs de fonds culturels me permette plutôt un passage obligé pour subventions de genre zoophile, et me file l’adresse des chiens et chats des susnommés. Tant que je n'ai pas Bardot sur le dos, va de soi.

…………………..

Vous verrez que d’aucuns rupestres friqués non évolués que nous évoquions sont capables de tenter de transformer le paragraphe précédent de grosse plaisanterie en menace voilée.

Que ne saurait-on inventer comme connerie pour tenter de détrôner le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche ? Aussi pensif qu’inoffensif et si Puissant qu’Innocent.

……………………

Non, il se gausse simplement de l’image que laissera de ce début de millénaire certaine risible caste d’incompétents contemporains, si celle-ci persiste à feindre d’ignorer l’une des Valeurs de premier plan. Dont pareil petit clan s’autorise l’honneur de traverser et perturber l’Epoque.

Qu’y puis-je si l’on me prétend en haut lieu le nouveau Voltaire? Rien que ça. Alors que c’est à peine si j’ai tout lu de lui. Avant mes récents quarante ans de désert, dont 37 déjà en souffrance de considération, soit correcte rémunération, en l’enfer des mirages genevois. D’autres  iraient jusqu’à violer le poisson rouge pour ça. Pas le nouveau Rousseau.

(Celle-là on ne me l’a jamais servie, donc je me l’octroie. C’est dans les us du coin. Il faudra que je pense à  remercier Jean-Jacques pour l’idée, en allant mettre un cierge chez lui à la Placette.)

Vous verrez que d’aucuns rupestres friqués non évolués que nous évoquions sont capables de tenter de transformer le paragraphe précédent de grosse plaisanterie en menace voilée.

Comment ? Comme un air de déjà vu ? Les drones, sans doute. Non non, il est important de répéter lourdement aux lourdauds qu’il n’existe, pour le bon Roi-Député du Parti Railleur, que deux sortes d’individus sur Terre. Ceux qui, si vous les frôlez par mégarde, cracheront sur leur manche et la nettoieront énergiquement, d’un air profondément dégoûté. Et ceux, qui que vous soyez qui les ayez frôlés, qui ensuite caresseront la manche, vous imagineront : parmi tous bienveillants et aimants, peuplant un monde d’empathie et d’entraide.  Et ceux-là, eux, tel votre dévoué, ne pratiquent ni menace ni chantage, ni réseaux diffamants, ni usage de force et sournoise protection de flagrantes injustices.

Pour l'heure: Non à l'odieux favoritisme de SCORE et à l'impunité d'incompétents gestionnaires de fonds  bloqués dans les tiroirs, ou dévolus ...

Ali GNIOMINY

P.S. Cadeau-bonus, de quoi rester zen: Importante Manifestation de la nature jurassienne:

 

DSC_4983.JPG

Et ses solides Rauraques, pour qui chaque jour suffit leur peine.

 

DSC_4976.JPG

Veillant même jusque sur les si flous sommets genevois.

 

DSC_4944.JPG


03/04/2014

PÂLE ET AU LIT TIQUE

Tiquer est assez normal, dans un lit de l’Âge de la pierre, fait de fougères à tiques. De quoi râler et se sentir mal. A notre chaude époque encore, certains campings peuvent semblablement évoquer les luttes de la préhistoire.

D’autant plus qu’ : Ainsi que le clamerait le plus insupportable des misogynes :

Festival Paléo 2014 à Nyon : Le Programme et connes nues !

 

Quant à la sécurité, elle sera renforcée. Les agents auront pour une fois autre chose à surveiller que des seins nus ou des fumeurs de naturel produit local thérapeutique, criminellement prohibé par l’OMS en 1951, sans justificatifs sérieux si ce n’est qu’une fois consommé il casse complètement le commerce de l’alcool, et provoque énormément moins de juteux dégâts sanitaires, sociaux, juridiques, conceptuels, etc.

Dans cette optique, pour Paléo, Il se murmure que Jean-louis Trintignant a déjà acheté son billet pour le 27 juillet. Par conséquent, Bertrand Cantat, conscient qu’il ne peut demander la lune aux Securitas, se produira à jeûn muni d’un gilet pare-balles, et empruntera un casque à Daft Punk.

………………

Désolé, ça passe si vite que je n’ai pas encore réalisé que le jour de l’an, où tout le monde se livre à l’amusante activité qui est mon permanent fond d’involontaire bénévolat, c’était avant-hier.

Il convient, hors du 1er avril, pour mon éthique parajournalistique étriquée, et mon aigü sens simili-historiographique, de veiller à toujours conserver un fond de vérité dans ce que je relève. Mais la tentation d’inventer en certaines circonstances est si forte … !

À la lectrice et au lecteur de débusquer ce qui est trop farfelu et sans fondement, ce qui est prévisible, logique et se passe généralement ensuite (entre l’article précédent et celui-ci, ce malheureux petit N°3 a bien évidemment été comme annoncé tué par son mal léché de père) et ce qui est majoritairement absolument exact, à peine teinté à ma sauce piquante.

Mais exclusivement et sans exception pour ce qui relève de l’actualité, des idées, etc. Jamais, d’aucune manière, je n’invente un seul mot sur ce qui relève de l’aspect autobiographique, de la vie présente ou des souvenirs tels que je les conserve, avec témoins les ayant partagés et autres preuves de ce que j’affirme ici. De petites erreurs chronologiques m’irritent parfois, pour le peu que je tente de relire une fraction de mes innombrables œuvres. Mes mémoires sont très spéciales. M’en ont effacé certaines, depuis des années, les successions de violents traumatismes que je traite ici revenant régulièrement les chatouiller, lier et dominer.

Mais en contrepartie d’autres tiroirs de mes mémoires demeurent grand ouverts ; Me permettent à loisir d’assembler éléments, dont ne se souviennent toujours qu’ils existent et peuvent s’en servir, les imbriquer, les gens même les plus savants.

Faut-il pour autant remercier les salopards qui me violèrent, et autres qui me braquèrent, autres encore qui me brisèrent des côtes, volèrent et rabaissèrent, ou à Genève faut-il me réjouir d’un quart de siècle d’omerta radicale à mon encontre, politique, culturelle, financière, médiatique … ?

Bref : Ainsi qu’on le chante en le Bossu Pays : « Quand on n’a que l’Humour … pour, unique, cons battre …

………………

Revenons vite chez Sire, le Social Tout-Puissant des Français, successeur de feu mon estimé Dieu-Tonton correspondant, d’avant toutes faces de boucs. Son Altesse l’actuel Seigneur des guerres d’usure, à qui le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche souhaite tout le meilleur dans la tâche surhumaine entreprise.

Car, si là, raides, dix filles cillent, la critique est : Taisez …


Bref, Royal E.T., c’est le grand retour de Ségolène, l’une des ex- du Camarade Souverain.

Un vrai Miracle ! Si, après ça, une certaine Valérie, journaliste spécialisée dans les bris de meubles de l’Elysée, ne rejoint pas Al Qaïda … !

………………

Décidément, point de chute …

Ali GNIOMINY ?