Science - Page 7

  • MES DITS : CALMANTS ?

    Mais qu’attendent donc les industries pharmaceutiques et de la Santé pour faire bloquer l’accès à Internet en Suisse ?

    J’ai un très bon médecin à qui je n’ai rien à reprocher, au contraire, mais voilà, il est tenu à rendre des comptes à ses supérieurs, et à suivre leurs ordres.

    Ainsi, empêché de soigner mes dents, comme les conséquences de l’inactivité sportive, due au temps que je passe assis à dénoncer les charognards qui me volent impunément les moyens vitaux nécessaires: à ma santé, à une nourriture plus saine, à un repos exempté d’insomnies causées par les délits précités, à diminuer les montagnes russes de ma tension cardiaque et du glaucome, à un accompagnement correct de mes risques de burnout, à atténuer par un temps de repos adéquat mes nombreux chocs traumatiques, (tortures en 2012, etc) j’ai donc accumulé un peu plus de mauvais cholestérol que la moyenne. Et une plaque bouche à moitié la partie superficielle de mon artère fémorale, d’où risques d’AVC ou d’infarctus. Soit.

    Ainsi, mon brave médecin, ne pouvant intervenir sur la cause de ces maux infligés, ce qui sera le travail de juges pour les années à venir, me prescrivit l’an passé de l’aspirine cardio, fluidifiant le sang. Et tout paraît aller pour le mieux durant de nombreux mois, vu que je suis encore là pour vous écrire ceci.

    Et voici que l’autre après-midi, l’automédication qui seule me permet encore de tenir le coup, l’inhalation de mon joint, est interrompue par un appel téléphonique de mon excellent praticien, qui me dit en substance que mon dossier a été examiné par sa hiérarchie, et qu’en l’état il lui est conseillé de me faire arrêter l’aspirine cardiaque pour prendre des statines, et le rendez-vous de ma consultation est fixé à demain matin.

    Bien, me dis-je, les toubibs savent ce qu’ils font pour sauver ce qui peut l’être, parmi les dégâts provoqués par les bientôt prévenus et complices, je prendrai ces statines.

    Cependant, du fond de la mélasse non tartinée de ma culture générale « statines » me dit quelque chose, mais quoi ? Je verrai ça plus tard. Soit ce matin, sur le net, en écrivant « Statines risques ». Et du coup tout me revient : Graves effets indésirables, décès constatés, aucune certitude si ce n’est au contraire concernant un quelconque bénéfice thérapeutique, aucune phase d’essai conforme, aucune vertu préventive démontrée, de plus en plus de praticiens s’élevant contre l’escroquerie, la supercherie à l’échelle mondiale des statines (voir Dr Dwight Lundell, p.ex.)

    Et j’apprends que de toute manière ces statines ne devraient jamais être prescrites si le patient a moins de 10% de risque mortel avéré. J’en déduis que suis au-dessus de cette fatale limite. Soit encore. Mais voilà, alors que nos chers politiciens renâclent à continuer de dépenser des centaines de milliers de francs par patient pour prolonger la vie de quelques semaines à des gens incurables, alors que d’ici peu le climat hivernal permettra, comme (jadis ?) chez les esquimaux, que les plus de 60 ans partent définitivement sur la banquise pour laisser la place aux jeunes, ma conscience et toujours mon absence de moyens pour le 10% alors dû, me forcent à refuser ces statines, et à continuer l’aspirine cardio.

    Car un rapide calcul, provoquant emballement du cœur, démontre qu’en moyenne annuellement la dépense pour l'assureur, soit vous et moi par répercussion, sera pour l’aspirine de 65.- et de 200'000.- pour les statines.

    Franchement, au lieu de placer chaque année un guignol muet et aveugle ou l’autre comme président de ce pays, ne serait-il pas plus sain une fois pour toutes que leur patron s’installe définitivement à leur place, et que le monde entier puisse admirer au grand jour la manière de régner du Tyran Pharma ?

    &&&

    Ah ! Si toutes les têtes de dévots étaient capables de réaliser à quel point il est risqué pour leur réputation de laisser par trop mariner dans son jus le bœuf cas Roth !

    Enfin, voyageons un brin pour oublier tout ça :

    Porto Rico devient la Grèce des USA ! Cette île des Caraïbes rattachée aux États-Unis est en faillite. Mais pas de panique : Les Américains sont experts pour faire faillite, et enseigner aux Européens leur technique, visant à simplement changer d’appellation et continuer à s’endetter sans souci jusqu’à la prochaine faillite et le prochain changement de nom.

    La solution est toute trouvée pour le futur Porto Pobre !

    Ce sera plus difficile pour la Grâce, la Frouce, l’Idyllie, le Partugueule …

    &&&

    Et pendant ce temps les esclaves de Dubaï construisent une seconde piste de ski couverte en plein désert. Contribuant ainsi à transformer nos pistes de ski en déserts. Et notre ozone en charpie.

    &&&

    Tiens puisqu’on en parle : Assoiffés par la canicule, les arbres de la terrasse de l’Hôpital se meurent.

    Pas de panique, effet naturel de canicule, en France aussi elle tue par milliers les vieilles branches.

    &&&

    Pays où l’on joue avec la nourriture comme nulle part ailleurs. Pour preuve :

    Un poids lourd renverse vingt tonnes de mayonnaise sur la route. Impossible de la nettoyer, trop gras, risquant furieusement d’attirer tous les planeurs (c.f. gag art et pétitions). Il n’y a plus qu’à refaire tout le revêtement de la chaussée.

    Aïe, sale jurisprudence : S’il faut tout refaire à chaque fois que vingt tonnes de mayonnaise sont étalées, c’est quotidiennement que tout sera rénové dans chaque Mc Donald’s !

    &&&

    Le très gratuit « Je n’ai vos mains, formations » titre :

    « Au secours, ma femme me cogne » ! Et nous apprend qu’en Suisse 23% des violences domestiques sont l’œuvre du sexe faible.

    Allez, les amies, plus que 28% et vous inversez le bon vieil adage que tant nous répétèrent nos pères :

    « Bats ta femme tous les matins, si tu ne sais pas pourquoi elle elle le sait » !

    &&&

    Qu'elles corrigent vertement leurs erreurs, ou soient des vouées ...

    Ali GNIOMINY

    «  Jusque là ? : Vous laver dans le bassin … »

    DSC_6523.JPG

  • PLUS PRÈS DES TOITS !

    Un planeur s’écrase à Bex, un autre à Gruyères, et l’on ne dénombre qu’une bosse et deux points de suture sur l’un des deux pilotes.

    Bon, ce n’est pas difficile de comprendre qu’il y a peu de risque de se blesser en tombant sur du sel à Bex ou dans de la crème à Gruyères.

    Mais, franchement, quelle info sans sel ni sucre ! Qu’est-ce qu’on s’en fiche de savoir si l’un est attiré par le salé et l’autre non ! Que de mollesse journalistique ! Pour qu’une info soit percutante il faut de la sensation et de la nouveauté : Tenez, justement, la science vient d’exhiber un sixième goût : le Gras !

    Donc, avant que de remplir de la page blanche, chers confrères, désespérés ou non par la défection de Monsieur Brélaz, attendez au moins pour en parler qu’un planeur tombe sur un Mc Do !

    &&&

    Et au fait, sautant du cocotier à l’ananas :

    Pays-Bas : Deux grues transportant un morceau de route tombent sur des bâtiments. Une vingtaine de blessés !

    Vraiment, l’on croyait les grues douées d’un incroyable sens de l’orientation pour leur migration. Quelle déception que de constater qu’elles trichent, en transportant carrément avec elles la route !

    Oups. Désolé, je planais !

    Non, sérieusement, je plains les blessés. Expliquer à son assureur ce genre d’accident de la route …

    &&&

    Assureur, assureur .. raaahh, ça me reprend, crise de parasitisme recouvritaire exacerbée, vite vite, un remède ! Ahhhh …

    SOCIÉTÉ : D’HEUREUX COUPS, VRAIMENT

    EXTRUM CRAPULIA, Société de recouvrement au profit des Œuvres du bas rond-de-cuir Ali Gniominy, accessoirement Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, EXTRUM CRAPULIA n’ayant d’autre choix que de faire intervenir la Justice dans les pratiques plus que limite et formellement préjudiciables d’un prédateur économique encore en liberté, n’ayant daigné donner suite à l’ultime arrangement à l’amiable proposé, EXTRUM CRAPULIA, ces prochaines semaines, vous volera quelques dizaines d’éclats de rire ou de rage qui manqueront sur ce support, par l’obligation qui est faite à EXTRUM CRAPULIA d’assembler toutes pièces en vue du retentissant procès à venir.

    Rien ne sert de courir … il faut sortir à temps des ténèbres comptables les chantres de l’ostracisme et de l’exclusion perpétuelle : Les faiseurs d’assistés par multiplication de charges indues, et de charabia sciemment abscons usité par ceux qui les protègent, et couvrent leurs attaques inqualifiables contre les plus fragilisés :

    Soit n’importe qui, ci, ne tolérant ouvertement certaines formes de talibanisme judéo-chrétien en force et vigueur, cessant de se soumettre à des règles foncièrement artificielles et faussées, en contradiction flagrante avec les droits les plus élémentaires correspondant à l’attente de l’authentique Volonté Populaire, hors influences.

    Contrits contribuables traités alors, en vue de « non-revenue à meilleure fortune », en matière de conseils, d’aide juridique, de possibilités de réel désendettement, d’accès à la Justice, exactement au même rang que des migrants, requérants, etc :  Sinon pire, avec bien plus de mépris face aux Suisses rendus nécessiteux, attendant parmi des dizaines d’étrangers à 06h du matin devant le bureau d’aide juridique de Caritas, pour exemple, avant de renoncer et d’aller travailler. Puis devenir "in-désendettable". Croyez qui en a jadis fait l’expérience.

    Tout affaibli en ce pays est immédiatement mis au menu des plus divers rapaces. Et ne pourra plus compter que sur lui-même pour sortir de leurs serres. CQFD

    Mais avant qu’EXTRUM CRAPULIA ne recouvre par voie de Justice pour le moins les deux millions de sponsoring par réparation, qui lui restent dus (oui oui, les frais de retard, d’administration, etc etc depuis l’autre jour ont augmenté de 180'000.-, certes, mais c’est tout à fait justifié par le travail fourni pour harceler le débiteur et lui faire cracher ce qu’il doit cacher), EXTRUM CRAPULIA vous souhaite un agréable divertissement entrecoupé.

    Bien évidemment la partie civile, toujours arrangeante elle, peut abandonner sa plainte, en cas de paiement dans les sept jours des deux millions dus en question. Ce qui, très vraisemblablement, éviterait à l’indélicat débiteur les Assises et tous désagrément y-relatifs.

    Dans cette attente, persuadés que le sommé ne restera de glace, face à cette occasion de solder ses dettes vis-à-vis d’une proie trop longtemps silencieuse, qu’il a impunément dépouillée durant des décennies, et nous réjouissant d’avance pour l’avenir, nous portons à présent notre regard sur d’autres aberrations de notre époque :

    &&&

    Les glaciers n’ont jamais fondu aussi vite !

    Avec ces bouleversements ils ne peuvent pas rester en rade.

    Et le pire, à la longue avec ces fontes auxquelles on s’habitue, c’est qu’elles nous font de moins en moins froid dans le dos !

    &&&

    Ah, la Nature ! Damned, voyez en Californie : Il y a le feu au Lake.

    &&&

    Plus bas :  Scoop sur les gamineries de baballe et bubulles :

    L’Argentin Di Maria est le plus cher au monde ?

    Faux :

    Après l’Argentin de Marie !

    &&&

    L'un des principaux fous de Dieu ou démons de l’Islam de Suisse voit sa demande de port d’arme refusée.

    C’est dégueulasse. C’est vrai, quoi, toutes ses idoles en ont tant qu’elles veulent en Syrie ou en Irak, alors pourquoi pas lui ?

    &&&

    Recul des glacés, toujours :

    Récidive homophobe d’un crétin en robe, d’une dangereuse congrégation : Citant le Lévitique des temps déjà barbares, affirmant : « Quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ».

    Un peu facile pour ces intégristes, se prétendant si vertueux, de s’exempter ensuite, du fait qu’il n’est nullement écrit en ce Saint Précepte : « Quand un homme couche avec un enfant … »

    &&&

    Dites, les Maîtres qui de-ci de-là survolez si consciencieusement que silencieusement mes écrits : Vous ne pensez pas qu’une plainte contre ces attardés sectaires à la Cour pénale Internationale, pour crime contre l’humanité, impunité d’incitation à la haine, etc, aurait des chances d’être reçue ? Et de démontrer enfin, en Vérité, à qui profite le crime ?!

    &&&

    Sur ce, comme dit le proverbe brésilien  « Qui mange et garde mange deux fois », vous avez assez dévoré de vérités pour ce jour, disposez d'assez de réserve en parcourant les pages existantes pour être possiblement mis un peu à la diète, l’espace d’un règlement d’affaire pressante susmentionnée. Mais n’ayez crainte, votre dévoué pour ne vous asservir ne cessera de vous amuser et faire réfléchir par-ci par-là, vous aider à ne jamais vous soumettre …

    Ali GNIOMINY

    « Hâte lente de sans torts iniques qui casque, quête »

    santorini.jpg

  • ÔTE RHÔNE !

    Ah ? Le voisin se tortille pour quelques litres d’eau volés ? Ok ! On va lui apprendre. On ferme le robinet du Rhône, et tant pis pour la banlieue du Lac de Genève : Lausanne, Villeneuve, Thônon … Le barrage-pont- traversée sur la Rade construit en hâte par l’armée va apprendre à ce pays de constipés qu’il ne faut pas trop pousser :

     

    France en sous-vie chie à l’envi

    Sur les Droits de ses proies avachies,

    À la ramasse, sous le poids et la masse

    Des lois de froids calculateurs,

    Aspirateurs d’argent de gens souillés, dépouillés,

    Servants servant à vêtir pierres

    D’austères mots des pires sots,

    À la gloire de Pouvoir déchu, brinquebalant,

    Ayant chu dans la rigole,

    Muselant ses Guignols !

     

    Et Suisse haïe tant que non faillie

    Fête en tête du peloton du marathon

    Des plus lourds prédateurs

    D’Humour libérateur !

     Célèbre sa libre fraction de nation

    Qui emprisonne le reste, l’empoisonne

    De sa peste nationaliste irréaliste,

    Censure à fond matures bouffons !

     

    Bons Helvètes hors de la Fête

    Et ses leurres et torts et démentiels échos

    Et que pleure jusqu’au ciel.

     

    Las. Que fassent mumuse les gentils petits Suisses

    Qu’usent ruses, et que se divertissent qui en pâtissent

    De leur Geôle : Leurs guignols à fin nez

    Bâillonnés !

     …

    Ali GNIOMINY

     

    « J’en conviens, c’est un brin téléphoné, bonne Fête quand-même »

    Sans titre.jpg

  • HUPPÉES RISÉES !

    Montant très vite à très haute température, les sbires du Parti UP, Unabhängigkeitspartei, en langue barbare, ont un vital besoin de mousse très fraîche : De cette Cardinal ou Feldschlössen si alléchantes en été, qui dégoulinent à flots sur aguichants spots publicitaires de la vendue RTS !

    Bière que les UP exigent exemptée d’impôts, pratiquement donnée !

    Bien qu’abstinent absolu à l’enfer de la bière surtout, et des autres alcools depuis 17 ans, vu qu’il m’arrive de penser plus loin qu’à deux bocks qui s’entrechoquent, je crains que ces huppés ne tentent de duper à nouveau des cerveaux, ne mettent en bière le  caractère austère de nos parlementaires, afin d’abrutir par business la jeunesse !

    Plus encore que n’est déjà tarée cette génération trompée punissant ses malades, en rendant toujours plus ruineuse la cause de dépendance, de maladie populaire que les soutiens de l’État ont instillée, favorisée, et qu’ensemble ils prétendent combattre.

    Vous verrez que ça ne tardera plus à arriver, que le clan des huppés et alliés raisonnera ainsi :

    L’impôt sur la bière fait gagner 100 millions à la Suisse par an, pays dont les dégâts de l’alcool coûtent par an 4'000 millions.

    Il suffit donc d’augmenter le paquet de cigarettes d’une quarantaine de fois son prix  et le tour est joué.

    &&&

    Logique, toujours :

    Ah, qu’il était doux, bien qu’irritant parfois par le manque de diversité des musiques, d’écouter jadis Radio-Lac aux aurores en se rasant. Puis un jour tout changea et naquît Yes FM, prenant le relais du peu de choix de musique. Mais fournissant d’utiles infos matinales, un pronostic PMU presque aussi fiable que celui de M. Meury, dont nous pleurâmes tant la disparition sur les ondes hippiques, et cette Yes-FM bien-aimée malgré tout, proposant des jeux radiophoniques, qui nous permirent de gagner de sympathiques cadeaux.

    Qu’il convenait d’aller chercher à la réception de cette radio. Il y a quelque temps c’est Enzo lui-même, le jovial directeur de la station, qui m’accueillit et remit ce que j’avais gagné au jeu du coffre : les entrées, offertes ainsi à mes neveux, pour aller jouer aux tarzans dans un parc forestier.

    Et vlan. Licencié séance tenante, avec toute son équipe … Pourquoi ? Par qui ? Quels neinsager à la source des ondes font donc barrage ? Suite à un zeste d’impertinence rédactionnelle d’Enzo face aux tyrans du monopole capitaliste radiophonique ou autres ? Allez savoir … Une fois déclassifiés les dossiers d’archives qui retraçeront, après la mort de Yes-FM, l’arrivée au Pouvoir médiatique radiophonique de Radio-Röstis, la radio frappée au coin des huppés.

    &&&

    Bestioles, encore :

    Un ignare Américain tue au Zimbabwe « Cecil », le splendide lion-fétiche d’un parc ! Affirmant qu’il ne connaissait pas la réputation de star locale de sa proie ; Tout semble indiquer que cet assassin ne ment pas ! On pourrait le croire : … S’il n’était arracheur de dents …

    &&&

    Mais, dites, au fait : J’y songe soudain ! Cette dite démocratie directe suisse, que le monde entier envie, a ceci de précieux que le Président ne dispose que d’une année pour sévir, potentiellement corrompre et être corrompu. Vraisemblablement pas assez pour devenir tyran, mais suffisamment pour installer d’énormes conneries et s’en aller impunément, pas trop haï.

    Tous nos voisins européens et autres en bavent ! Alors ? Qu’est-ce qui les empêche d’instituer l’investiture présidentielle annuelle ?

    La réponse étant dans la question !

    &&&

    Au fait, les compliments du croulant atrabilaire quasi-grabataire emmerdeur de la Jonction, qui en vain tenta d’oser s’opposer au diktat des emplacements de produits lourds Migros le plus loin possible des caisses. L’épave vous remercie pour l’aide proposée, mais la prochaine fois qu’elle aura besoin d’acheter et de transporter un pack d’eau, elle amènera ses propres esclaves.

    phrase.jpg

    &&&

    Enfin : L’essentiel est que tout aille si bien !

    Voyez : Nous sommes 7,3 milliards d’humains et nous serons près de 10 milliards en 2050.

    Aura beau proliférer l’homosexualité pour tenter d’enrayer le cataclysme : la moitié de cette croissance sera due à l’Inde, au Nigeria, au Pakistan, au Congo-Kinshasa, à l’Éthiopie, la Tanzanie, l’Indonésie, l’Ouganda et aux États-Unis.

    Autrement dit : Que des pays du quart-monde, à majorité très peu instruite. Ignorant même qu’un taux naturel d’acide glutamique plus ou moins élevé à la naissance détermine les attirances hormonales d’un individu. Ou que l’homme a le droit de douter et débusquer de vilains vers dans chacune des salades religieuses …

    Mais, chuuutt !! ça ne se dit pas des choses comme ça, ça dérange  certains au point où ils pourraient apprendre à lire et se fâcher ! Ces aberrations-là se subissent acérées dents serrées et la plume en balade … contant fleurettes, et surtout point de réels faits, comme l’immédiat licenciement de ce prof français qui demandait, à une écolière voulant se convertir à une certaine religion, « Pourquoi avoir choisi la confession au monde contenant le plus d’analphabètes, et religion d’État du plus grand nombre des pays-voyous ? » …

    Donc, quand tout va si bien sur cette planète, au point qu’un trop-plein d’âmes s’y incarne simultanément pour une nouba d’enfer, en énorme majorité faite d’entités formatées à ne penser qu’à baiser et proliférer au possible, et reproduire l’imbécile mépris pour qui ne veut se reproduire : Alors, pourquoi se préoccuper de quoi que ce soit ? Écoutons les flonflons du houblon, et les rots des héros de la choppe, pissons en chœur sur la rigueur et logique fatidiques ! Emmerdons ces tarlouzes qui gloussent et qui ont le blues de notre mousse ! N’est-ce pas ? YES ! Bravo : UP UP UP Pourriiis !

    Ah, flûte, à force de déraper, voilà que le sujet a fait un tête-à-queue !

    &&&

    Ne soyez d’UP ! Dites M ...

    Ali GNIOMINY

    « Fort fait taire »

    IMG_1074.JPG

     Île de Balos – Crète – Trop haut sur la montagne

  • DÉBILE À TERRE RÂLE, LAS : VOLE L’EAU !

    Le régiment suisse héliporté, épuisé et rouspétant, a stupidement estimé que de mettre en Joux la drague nécessaire aux sales vaches, afin qu’elles se lavent et désaltèrent, était contraire à ses principes de prise en main rapide. Et, empoignant le taureau par les cornes, a préféré foncer en France, pomper les Rousses.

    Encore heureux que l’incident n’ait eu lieu entre la Turquie et la Syrie. Auquel cas il s’agissait de vol califes fiers.

    Bref, franchement, piquer de l’eau aux amis frouzes pour le bétail jurassien. Et pour Le Locle, vraisemblablement, où des matières fécales surfent sur la nappe phréatique. À la bonne heure ! Alors que les vaches maigres ont disparu de là depuis si longtemps …

    Et le pire de tout, c’est que ces grosses vaches, dans l’ensemble Fribourgeoises bourrées de préjugés imbéciles, ont dédaigné cette eau des Rousses, au motif qu’elle pue !

    Si même les bovins s’y mettent : À vue de nez, foin de bonne entente, l’avenir sera bien laid !

    &&&

    Conséquence revancharde : Les conducteurs français au bénéfice de permis de conduire acheté au Pakistan aussi facilement que d’autres vendent des sous-marins Agosta se font rares en Suisse, ces temps-ci !

    Il n’y a jamais eu aussi peu de décès dans les transports suisses ! À peine un toutes les 36 heures !

    Tous syndicats confondus appellent à une grande manifestation à Berne le 1er novembre, pour venir en aide aux nécessiteux croque-morts !

    Et faire passer l’Initiative «  Pour le permis de conduire à 5 ans » !

    &&&

    Spot publicitaire garanti sans bébête potiche à loteries, même au 2ème degré :

    Chics chèques helvétiques !

    Shopping à Damas ?

    Payez vos transports avec les Chèques Rakaille … pour aller trop loin !

    &&&

    Et l’autre : Parviendra-t-il à Trumper son monde ? Parmi les pires fléaux risquant bien de s’abattre sur la présidence des États-Unis ? Donald Trump en personne !

    Oui, fidèles suiveurs des aventures du plus globe-trotter des bas ronds-de-cuir fonctionnaires poètes, souvenez-vous : Celui-là même qui écrivit la cinglante phrase que je découvris dans le livre d’or du musée du diamant à Victoria, aux Seychelles : « Que les riches deviennent toujours plus riches » !

    Soit, en ces mots, déposés dès 2006 déjà, la totalité de son programme politique, et ce qu’il compte faire de l’Amérique ! CQFD

    &&&

    Vous ne le répèterez pas, mais l’Amérique va vachement mal, ces temps, et tous les hélicos du monde n’y pourront rien faire, ses fonds sont à sec. Elle piétine tout et n’importe quoi, remue l’aqueux cloaque de sa bou(r)se, se gonfle comme un bœuf, joue les importantes, les sacrées, lors qu’elle n’a plus rien à traire.

    La preuve ? Notre Darius devait choisir ce qui potentiellement serait le plus intéressant, le plus rentable en audiences et produits dérivés, entre les confidences d’Obama ou de Poutine. Se livrant un déchirant bras-de-fer, dans l’espoir de gagner le cœur des Helvètes.

    Ce fut Monsieur Poutine, qui stupéfia généreusement ce public le dédiabolisant, par sa logique et raison, sa volonté de Paix, sur bien des points.

    Bon d’accord, sans censure et pas sûr du tout, mais … L’on apprend soudain que le budget des actualités RTS est amputé d’un million ...

    … de quoi ruminer …

    &&&

    Paralytiques de l’esprit, à présent : Les légumes du brouet intégriste vont-ils démontrer assez de minuscules progrès, pour parvenir un jour à relâcher leur poigne, crispée sur la gorge de Vincent Lambert, dans le but de l’empêcher de libérer son dernier souffle de captif ad vitam?

    &&&

    Une sœur jumelle de la Terre repérée, et onze autres potentiellement pareilles !

    Observons attentivement la Cène : Treize à tabler sur les mêmes éléments, ça a mauvaise réputation ! L’une des planètes, exo ou non, doit nécessairement se retirer du jeu en trahissant la meilleure de toutes !

    Et inutile de guigner par le judas pour deviner à ce jour quelle est celle espionnant ses consœurs, laquelle des treize est la plus cupide, peu soignée, stupide et méchante …

    &&&

    Chevreuils en rut : Danger sur la route !

    Cyclistes nu(e)s : Accélérez !

    Naturistes en ville de Bienne : Pas de risques ; Sinon quant à l’excès fréquent de blanc, avec le rouge pour marinade de la chasse au chevreuil !

    &&&

    Inflation de 10% attendue pour Noël au Brésil, la Russie s'enfonce, la Chine va mal, bonne part de l’Asie, de l’Indonésie, de l’Afrique, du Moyen-Orient est esclave des démons de l’Islam, les Amériques jouent le tout pour le tout, l’Europe tente d’éviter le naufrage ; Chacun veut tirer la couverture à soi, en restant de glace face aux soucis des autres, mais l’Arctique et l’Antarctique, seules régions encore relativement saines, cessent d’être en froid !

    Et dégoulinent ainsi de sages leçons à nous apporter !

    &&&

    Allons en Paix ! Et offrons à manger de la vache enragée …

    Ali GNIOMINY

     

    Sur l’aride plancher des vaches !

    IMG_0998.JPG

    Ah ? Âne y’a ?

    Sans titre.jpg

  • DES GONFLÉS !

    Tome I – L’ ÉCOLE À BOBOS!

     

    Oh, le vilain cafteur ! Bouh que c’est pas beau ça, Ricky-langue-trop-pendue, de mettre toute la faute sur le dos de feu le regretté Michel Chevrolet, si dans l’une de ses soirées, des députés exerçant de très hautes fonctions dans le pouvoir judiciaire fumaient des joints.

    Au lieu d’espionner les grandes personnes, tu ferais mieux d’apprendre ta leçon. Le plus correct et compétent magistrat n’est point un robot, observant à la perfection chacun des incalculables articles de toutes les lois, des plus fondamentales et universelles aux plus artificielles au profit de néfastes clans. L’homme public, chargé de montrer l’exemple n’est aucunement programmé à sanctionner 24h/24 toutes les insignifiantes inévitables libertés prises, par lui comme par ses collègues, quant aux hypocrisies en vogue en la matière.

    Le président, le procureur, les conseillers, parlementaires, les députés et tous fonctionnaires en général, ont le droit le plus strict de laisser entendre à leur manière qu’ils ne sont pas stupidement d’accord avec tous types de répression, à douteuses justifications. En regard et comparaison des ravages incomparablement plus graves des drogues légalisées par le Pouvoir commercial.

    Ne le sais-tu, Eric : Raque énormément le contribuable pour un Service public HUMAIN, où ne peuvent que se tolérer de toutes petites faiblesses et menus défauts, incertitudes, entre gens de bien fondamentalement pareils, pris entres diverses machineries, mais disposant encore de libre-choix aux limites à tester. Et de compétences indiscutables, fruits d’ouverture d’esprit. De surcroît, nous tous, fonctionnaires, bénéficions de notions de déontologie comme de principe d’opportunité, selon les circonstances, eu égard au devoir de réserve professionnelle et au secret qui y est lié, à observer de toute manière.

    Ainsi, imprudemment rouler dans la farine un disparu et des très en vue magistrats peut faire dérailler le train-train politique, c’est concevable, mais à quoi bon mettre ainsi le feu aux poudres ? Que ton verre d’eau en deuil, Eric, ne saura plus éteindre.

    Après tout, en dégonflant tes petits camarades, tu rends bien service à notre Société. Peut-être qu’ainsi les concernés vont enfin effectuer leur coming-out cannabique. Qui précipitera l’incontournable légalisation de l’herbe. Déjà que la plupart de ces élus a de la peine à cacher qu’elle a perdu toute illusion, dont la contaminèrent jadis les boulettes de l’opium du peuple …

    Or, ce qui est fait fait effet, fessée mérite, irrite. Mais un jour ce tas offert de petitesses sera oublié ; Petit Ricky aura grandi, appris en s’approchant de la classe de celui qui lui écrit : ce que peut ou doit dire ou faire ou non l’humain fonctionnant adéquatement, pour l’évolution utile et bienfaitrice de son prochain et de sa conscience.

    Il réalisera alors que son interlocuteur, doué de surprenantes mémoires visuelles, excepté des visages, connaît bien le sujet. Incidemment chargé que je suis, depuis près de trente ans, de parcourir les plus intimes données liées à des domaines très variés, concernant des dizaines de milliers de personnes, des plus célèbres aux plus anonymes.

    Côtoyer certaines de celles-ci depuis des décennies, sachant d’elles ce qu’ignore même leur mère ou conjoint, connaissant parfois ce pourquoi paieraient cher des reporters, alors que par ailleurs on l’est également, contraint de s’autocensurer, est particulièrement éducatif : Quant aux Devoirs d’une fonction justement exercée. Face aux secrets, défauts, problèmes de vies privées dont jamais je ne parle, jamais je n’ai parlé et jamais je ne parlerai. Un trésor de connaissances définitivement enfoui, prêt à l’oubli. Me posant parfois de sérieux cas de conscience. Quand intervenir ou prévenir pourrait tout arranger, éviter des mises en danger à un ou des individus, mais que je reste fermement lié par mon Devoir essentiel de me taire, de ne rien faire en feignant d’ignorer la solution trouvée au vu des éléments connus, censés être ignorés de tous si ce n’est celui ou celle à qui, en confiance ils ont été révélés pour un temps défini

    La gestion de sa parole, de son silence, de ses vagues allusions pouvant servir sans jamais nuire ni à leur source ni à leurs destinataires : est le plus remarquable travail du fiable, de l’honnête fonctionnaire. Tâche ardue qui, à elle seule, mérite mille fois plus que tout dirigeant d’entreprise, qui ne cultive généralement les lois du secret que dans son propre intérêt.

    Employé du public qui, lui, fonctionne à hauteur de la confiance que lui accorde le peuple le payant, le fait naturellement par Conviction profonde, en l’indispensable respect de l’autre à préserver, bien plus que par obligation. Et s’il y a faute un jour en ce sens, elle est gravissime : Si le fonctionnaire quel qu’il soit informe volontairement autrui de l’extérieur, de faits et gestes relatifs à une politique d’entreprise au travail, il n’est plus digne de conserver son poste. Passe pour une balance, détestée de part et d’autre. Voire comme décrié lanceur d’alertes. Pour autant toutefois que l’alerte ne soit visiblement bien trop fumeuse.

    Alors, Eric, stp, sois sage à présent, apprends à te taire utilement. N’importune plus les adultes en alertant le voisinage pour des broutilles, et sois poli avec ces Messieurs-Dames qui travaillent, apprends à les respecter, avec ou sans joint au coin des lèvres.

    &&&

    Sinon, pour punition, tu purgeras ta peine à la nouvelle Migros très agrandie de la Jonction, où tu seras chargé de ravitailler ton foyer en packs de 9 litres d’eau-minérale, que tu déplaceras préalablement. Traitement cruel s’il en est, mais nécessaire châtiment servant à tester ta résistance. Les meilleurs athlètes s’effondrant généralement dans les cent premiers mètres, vers les fromages mous, en direction de la Caisse.

    Et, crois-moi, sinon ça ne va pas changer de sitôt. La montagne de packs n’est pas prête à se déplacer aux abords des caisses. Certes, un Poète de passage a jadis engrossé d’une suggestion une malheureuse boîte totalement délaissée, sans le moindre crayon pouvant favoriser l’instantanéité d’une critique fondée. Ainsi, un client sur un million (bein quoi, y a tous les gens de la télé qui passent là-dedans, faut bien en rajouter un chouia), un esseulé (sans doute le dernier humain à l’heure des mobiles à avoir de quoi écrire même en faisant ses courses) celui que toute gérance redoute a souhaité ménager la colonne de ses pairs maltraités clients, en suggérant un rapprochement vers la sortie des produits les plus lourds.

    Passe le temps et sonne l’heure, les jours s’en vont les packs demeurent … Ah, polis nerfs … Eh bien, même dans la pire des crises de rage et de désespoir, jamais je ne vais révéler pour autant les frasques passagères et les manies de la cousine du beau-frère de l’oncle de la seconde épouse de l’un ou l’autre Directeur de Migros. Juré.

    Alors Eric, déplaçant enfin ces enclumes liquides, n’hésite pas à demander un coup de main au personnel masculin du magasin. Dont possiblement prêts à t’aider : des_héros frontaliers, capables de pardonner aux plus turbulents garnements.

    Bon, d’accord. Tu as l’autorisation d’en profiter pour découvrir et nous dire si la Direction commerciale de l’ergonomie de la clientèle Migros ne cherche pas à exister, afin qu’une fraction du Pour-Cent culturel serve enfin à quelque chose de concret, et si par hasard, en plaçant les rayons de la Jonction, les responsables n’ont pas fumé du gazon ces derniers temps ? Ou reçu des cadeaux de médecins et d’assureurs pour des raisons inverses ? Merci d’avance.

    &&&

    Ah, la jeunesse ! De notre temps … Mais, êtes-vous bien sûr(e)s de vouloir vous lancer à lire encore pareille histoire vraie de vieux con ? Ne démystifiera-t-elle point la conception générale du vieux con, qui répète toujours la même chose alors que le jeune, lui, répète toujours les mêmes erreurs ? Tant pis pour vous :

    Ceux qui ont beaucoup, beaucoup de temps à ne pas perdre, auront remarqué au sein des 726 articles à ce jour sur ce support, dont bonne part aussi succincte que présentement, que j’ai sans doute déjà conté les épisodes qui suivent. Mais justement, il est particulièrement intéressant de comparer un même souvenir, traité avec 5, 7-8 ans d’écart, afin d’estimer le degré de conservation, de dégradation, voire d’évolution des différentes mémoires

    Ainsi : Je devais avoir dans les quinze ans. L’orgue quelconque sans batterie pré-électronique, ni wahwah, ni réverb, ni bowwow ni mélotron, peu synthé, coûtait 3'000.-. Proche du prix à l’argus de la Dauphine de papa. Et il était déjà loin le temps où nous, gosses du quartier, en 1966, envahissions chaque soir la seule maison des plus cossus parents d’amis, possédant le seul poste tv n/b/brouillard existant. Pour assister en tremblant aux feuilletons des « Compagnons de Jéhu » ou s’extasier devant les aventures et paysages de « Belle et Sébastien », les soirs où il n’y avait pas répèt au Club des accordéonistes, ou concert.

    Tant et si bien qu’à dix ans votre futur vieux con fit caprices sur caprices, jusqu’à obtenir des parents et de poussive Dauphine qu’elle soit poussée jusque vers Saint-Malo, où avaient été tournés les épisodes de « Belle et Sébastien ». En passant par la Loire pour ses châteaux, Chartres pour sa cathédrale et sa chambre de proche hôtel, que nos pauvres géniteurs durent bloquer avec une armoire pour la nuit, tombés à la hâte sur un bordel infâme grimé en hôtel familial, et Paris, Versailles et la tour Eiffel. Seul point de repère pour le père au volant depuis peu, afin de s’en approcher âprement.

    Et cependant, l’on tourna bien moins dans Paris qu’à Vesoul. Car, avec Colombey-les-deux-églises où paternel tenait à passer ressentir d’éventuels courants libérateurs, issus de l’égrégore déposé par ce fameux Général, ma sœur et moi déjà adorateurs de Brel ne pouvions imaginer de vacances en France, à défaut de passer en Belgique, sans tourner dans Vesoul ; Et ça, pour tourner … jusqu’à chauffer à rouge. Signaux d’interdiction après signaux d’interdiction, nous finissions invariablement par nous retrouver au même rond-point. Un cauchemar, et ça s’énervait et tentait de se calmer et ça repartait et se trompait, et était obligé de revenir au point de départ …

    Et bon, puisqu’il n’y a pas d’embargo sur les sujets en forme de poupées russes :

    Tiens, parlant de la préhistoire télévisuelle et de la rareté vécue de pouvoir assister à n’importe quoi de noir-blanc, tremblotant sur un poste : De retour de Ouarzazate je quitte la Place Jemaa el-fna et ces charmeurs de serpents, (aussi dangereux que celui ayant difficilement pu maîtriser le boa albinos qui commençait à serrer, serrer ma gorge à Singapour, contre lequel je faisais un « bras-de-fer », avec mes deux mains tentant de la pousser de quelques centimètres, et sa tête figée en l’air, aussi stable qu’une barre d’acier, impossible à déplacer) et descend l’avenue menant vers le nouveau Marrakech, de la fin des années 70. Seul endroit où un magasin de type occidental expose en vitrine quelques postes de TV en fonction, même et surtout le soir.

    Harassé par des heures passées la veille à subir le mal de mère chamelle, persistant à croquer encore quelques-uns des grains d’une tempête du désert, je n’ai l’intention que de faire quelques pas avant de rentrer à l’hôtel. Mais voilà, un gigantesque attroupement, extrêmement bruyant est massé vers une vitrine. Je parviens à quelques dizaines de mètres du lieu de l’événement, et l’on m’informe joyeusement que je suis convié à assister à la finale muette du Championnat de foot africain. Ambiance des plus festives, de laquelle je finis par m’extirper discrètement, me glisse en des ruelles et reviens vers la médina.

    Se plante devant moi un militaire, main tendue sur la tempe, parfaitement droit, barrettes et médailles arborées. Qui s’exprime en français très cultivé, avec exquise politesse : « Monsieur, pardonnez-moi, je me présente : (petit couac des mémoires, mais bien qu’ayant effectué 10 jours d’armée, les grades et moi font deux. Ce n’était ni Maréchal, ni Général ni Colonel, donc sans doute, Capitaine ou Lieutenant) ma compagnie a été décimée sur le front du Polisario à la frontière avec la Mauritanie, je suis parvenu à traverser le désert jusqu’ici et j’ai besoin d’aide, mais je ne peux pas m’adresser aux Marocains. Vous l’avez peut-être remarqué (oui oui, bien sûr) je porte l’uniforme de l’armée mauritanienne. Pour qui je suis un déserteur, disparu après la mort de ses hommes tombés dans un guet-apens. Et pour l’armée marocaine la présence sur ses terres d’un soldat étranger est très mal perçue » !

    Bigre, c’est du sérieux. Et le personnage figé, bras le long du corps, regard implorant, déverse en trois minutes des années de guerre du désert espagnol, d’histoire du Polisario, des tribus ennemies, batailles, victoires et défaites, et termine sa confesse par un solennel « Pouvez-vous me cacher quelque temps ? » … euh, bein … c’est que … « Vous n’habitez pas Marrakech ? Pas de chance, seul un résidant étranger peut sauver la vie du militaire que je suis . Désolé de vous avoir importuné ». Sa main tendue regagne le sourcil et il s’éloigne.

    « Mais, Monsieur, Sergent, euh … je peux tout de même peut-être vous offrir ces quelques billets, que vous puissiez manger et si possible vous en sortir au mieux ? ». « Allah vous le rendra, Monsieur, merci Monsieur, que votre destin soit éclairé » Clac ! Demi-tour, pas de charge ou presque.

    &&&

    Donc, disais-je, je devais apprendre à me payer seul bonne part de mon orgue. L’accordéon n’était plus suffisant, il me fallait transcrire aux claviers les thèmes que j’avais en tête. Le père avait bien secoué l’esclavagiste antiquaire du village d’à côté, qui m’employait dès 14 ans le samedi comme bête de somme, à soulever avec lui les meubles massifs qui m’amochèrent la colonne. Je devais trouver un emploi de fin de semaine d’école, et bingo, je fus engagé pour les samedis dans une Migros. Où me fut confiée la difficile mission de rassembler les caddies et regarnir les rayons de produits. Le père n’eut point à secouer le gérant : Les packs à acheter au trans-palettes, pour ceux qui aiment voir pétiller leur existence, n’existaient pas encore.

    Ainsi en fut-il durant quelques semaines. Futiles boulots pour sots confiés ? Il me fallut les défier. Traînait alors, en la plaque tournante de mon lieu de naissance, entre Bâle et Berne, hauts-lieux des retours d’Asie, d’Afrique et des Amériques du Sud et Centrale, traînaient des herbes en bâton, dont une bouffée de sypsi vous entraînait pour huit heures en voyage, et de gras shits du Kerala, de moelleux jaunes ou rouges libanais qui se croquaient comme chewing-gum, et toutes gammes de pollens marocains. J’avais d’emblée forcé les portes de la perception à 14 ans, avec l’un des plus violents LSD ayant existé, le double Sunshine orange explosif, mais n’avais senti qu’une seule première fois l’effet du cannabis ;

    Bien qu’en en ayant toussé des tas de fois auparavant en vain ; Entrant avec les deux copains dans la boulangerie du Château à Delémont, et y laissant notre argent de poche, englouti en quelques minutes au milieu d’éclats de rire et de petites pointes de parano, (quant aux parents, aux flics, cacher, l’interdit, du parfum, vite … ça y est, en rentrant j’aurai encore droit à la petite pique habituelle, à cause de mes longs tifs et mon patchouli, cachant certes aussi ma bisexualité, mais de ça on ne parle de toute façon pas, et je vais à nouveau entendre que je reviens de ma « Garçonnière avec mon baise-en-ville ». Un baise-en-ville, ma sacoche à shiloms, et quoi encore ? Ces vieux n’y comprennent rien …

    Et la Migros speedée des samedis, c’est d’un chiant. « Oui Madame, non Monsieur, Merci au-revoir-bonjour ! … Ok, je me lève à 04h30, j’avale un alléchant bon bout d’afghan, j’évite de fumer, pas besoin de parfum, et c’est parti … à 06h je pointe, à 06h05 je décolle, fabuleux … Qu’ils sont drôles ces rayons mouvants, qu’elle est belle cette étiquette, … » je parviens à demeurer quasiment naturel, aussi présentable qu’un macchabée aux yeux vermeils exorbités. Des amies de maman s’en inquiètent, serais-je souffrant, si pâle et si bêtement souriant ?

    Et pour la première fois en cet emploi « de rêves » ce bon gérant est en difficulté. Noël va approcher, il y a des malades, quelques dizaines de vélos pliés à monter au sous-sol.

    Enfin, c’est ce que je tente d’essayer de comprendre au milieu de mille couleurs, de musiques inachevées, de chauds, de froids, de parfait contrôle vital ou chute vers la folie : Je dois monter des vélos au sous-sol. Si je monte c’est au premier, pas au sous-sol, parle-t-il alors du sous-sol d’un présumé étage supérieur ? Révélant ainsi des sortes de couches d’étages de vélos à monter … toujours plus haut, bien plus que trop haut encore, revenir, revenir, se contrôler …  « OH ! Vous êtes là ? Mais qu’est-ce que vous avez ce matin ? je n’ai pas que ça à faire, je vous ai montré deux fois, c’est enfantin donc c’est la dernière. Vous prenez le vélo comme ceci, vous retournez la languette de fer vers l’endroit où la bicyclette se plie et c’est fini. Faites-le vous-même, je reviens dans 2 heures, j’espère que ce sera terminé, ces vélos doivent être en vitrine au plus vite ! » …

    Du fond des plus lointaines mirobolantes galaxies cervicales retentit un cri d’effroi : « Deux heures, je vous ai laissé deux heures et vous n’avez pas monté un seul de ces vélos ??? Là, vous avez un problème, ça ne va plus, vous devez consulter au centre de pédopsychiatrie ! Je vais en parler à votre père, ici vous avez terminé vos bons offices, vous pouvez rentrer à la maison ! » …

    Plus grand instant de solitude de ma jeune existence, et inutile de brandir le récent papelard du Centre de pédopsychiatrie, attestant du fait que je suis gravement normal, disposant à l’évidence d’un quotient intellectuel jalousé.

    Ne supportant les échecs, j’en deviens champion d’ailleurs, les maîtres ne pouvant ainsi me voir destabillisé par une vulgaire ingestion d’hallucinogène, sans défense face à l’adversité, ses pinards et pinailleurs, sans tactique de réserve, sans feinte par sacrifice coutumier ou gambit, roque salvateur… je me jurai de maîtriser toujours en les deux mondes simultanément les distincts aspects de mes voyages intérieurs. De cesser de m’envoler totalement en l’astral, ou vers ses portes, dans la vie de tous les jours, de coordonner mes délires dirigés avec une vie sociale intégrée, de joindre correctement l’utile à l’agréable.

    Et me mis par conséquent, il y a 45 ans de cela, à ingérer presque quotidiennement des thés, yoghourts, etc, au cannabis. Pour aller étudier souvent, à l’école, jubilant d’états que jamais ne pourraient imaginer les profs, et fournissant généralement de bons, voire excellents résultats scolaires sous effets hallucinatoires, comme maîtrisés par chamanisme. Transes internes, sans exposition externe, ralentissant le cours du temps, me permettant de concocter, tester plusieurs recherches, entre l’instant de la question qui m’est posée et la réponse réfléchie que j’apporte avec plaisir. Jouer à apprendre autrement est une véritable extase. Mais combien ne faut-il aussi de fois le regretter, si l’on ne sait apprendre à jouer prudemment. Le bon élève qui avait redoublé par amour puis stupidement quitté l’école de commerce largement entamée pour travailler, voyager, vivre vraiment et squatter les campus, (ayant alors près de 20 ans, oui, que le temps passe vite) sortit lauréat d’une école privée. En laquelle, du premier au dernier jour de cours, il avait assidûment assisté et participé à toutes leçons, avec pour base, en sus du cannabis, deux grammes dans les veines de Brown-Sugar, sucre brun désignant la plus terrible des saloperies de l’époque, une héroïne très pure mélangée à de la strychnine, dont le manque relègue l’enfer au rayon confort de la Migros.

    Que nenni, je n’ai aucunement mal emboîté l’une des poupées, c’est qu’en le temps qui passe si vite, la gentille fumette ou dégustation de douces herbes était devenue le riz de base asiatique, le haricot américain, la pâte en Italie, le complément indispensable pour repas de fête de chaque jour, dont les plats de résistance étaient la mélasse d’opium pur ou ses terribles dérivés.

    Je parvenais à peine à concilier alors « les deux mondes » mon aspect physique dénonçait mes abus, mais ma présence d’esprit, ma prestance et ma glorieuse modestie humoristique sauvaient les apparences. J’avais 20 ans, porteur d’immenses espoirs et j’étais mort à brève échéance. Me piquant toutes les heures. Comme la totalité de feus mes compagnons d’infortune d’alors. Nous étions une trentaine sur un rayon de 30 km, qui consommions pareillement. Les narines sanglantes ne supportant plus les snifs. Il nous fallait notre dose quotidienne.

    Et nous nous relayions ainsi naturellement, pour aller de temps à autre à Bâle, à Berne ou à Zurich acheter pour le groupe assez d’héroïne. Que celui ou ceux qui se déplaçaient vendaient un peu plus cher aux autres pour couvrir en matière leur transport et consommation. Il n’y avait deal qu’entre nous, certainement qu’aucun de mes malheureux codépendants ne proposait ni ne vendait de petites doses d’héroïne à des inconnus, ou quiconque souhaitant essayer. L’argent provenait à la base de notre travail honnête.

    D’ailleurs, ayant été dénoncé par sept Loclois coincés, et photographié à Lys en train d’échanger une plaque de haschisch avec eux contre 32 grammes d’héroïne, je fus dûment condamné à Berne, à amende et sursis sur 5 ans, période terminée depuis trente ans. Peine légère, du fait que selon toute évidence je n’ai jamais profité financièrement, autrement qu’en consommation personnelle, de ce trafic entre jeunes malades dépendants avant l’heure.

    Bref : Rien à faire, pas moyen de se procurer son héro dans le marché de la M….. Même en packs très lointains, si vraiment nécessaire … Et je vois les premiers de mes amis à peine majeurs s’en aller d’overdose, ou de maladie déjà. Puis réalise combien mon tour approche si je ne réagis. J’ai été déclaré apte à l’armée (non non, celle des montagnes, pas du désert pour bons services rendus à un hypothétique nouveau général mauritanien), l’héroïne arrive au bout, beaucoup d’arrestations, et plus d’argent, plus d’amis, les survivants pareillement en manque, je n’en peux plus, maman au-secours !

    Dégoulinant de sueur alors qu’il fait froid, livide, tremblant, gémissant, j’explique à ma brave mère catastrophée, sachant depuis un certain temps que je fume et parvenant à peine à le tolérer, que je suis EN MANQUE DE HASCHISCH ! Pour cacher l’effroyable réalité du pourquoi je garde toujours de longues manches.

    Honte, honte à moi, à ma lâcheté d’alors, mea culpa mea culpa, ayant répandu ainsi l’une des stupides rumeurs parmi les plus ravageuses, pour les simples fumeurs d’herbe modérés, ce que je suis finalement devenu.

    Ainsi, il faut sauver le soldat Jean-Ma. La mère décroche le bigophone, se renseigne, obtient un rendez-vous au « dropinge », nouveau Service médical chargé de styler les sales drogués, et les remettre dans le droit rail du Seigneur.

    Je suis allongé à l’arrière de la voiture, claquant des dents, maman pleure et conduit. Et médecins : Attente, tellement de tellement de choix de prise en charge expérimentale, formulaires administratifs, palabres et blabla … Une blouse blanche que j’entrevois à peine (je forçai trop longtemps les pupilles, minuscules avec l’héroïne, en m’acharnant à lire ou écrire, alors que les opiacés brouillent la vision) un sauveur me tend enfin trois petites pastilles, que j’avale sur le champ, me fixe des rendez-vous, cette fois-ci au nouveau « dropinge » de Bienne, et me prescrit de la Kétalgine.

    Retour vers la voiture. La sudation continue, les tremblements pareillement, maman a un peu faim, tente de proposer que l’on s’arrête quelque part … « C’est non ! Je suis souffrant, horriblement, ça ne se voit pas ? Non ? et … Ouah, que ça fait du bien ce truc-là, quel pied ! Tu disais ? Oui, manger, bonne idée, je suis en pleine forme, moi, ouah, dis-donc, ton toubib il a la classe pour calmer les spasmes et tortures de la dépendance physique au cannabis .. » … Et là : « Oh, toi, ça va, en plus tu me prends pour une conne ? Tu crois que je ne m’en doutais pas que c’était bien plus grave que de la fumée ! maintenant il faut te soigner ». Fin du beau rêve de parfaite cohésion des deux mondes.

    Je vais deux-trois fois à Bienne, consomme l’excellente Kétalgine, genre super-morphine anesthésiante, ... en plus de l’héroïne. Le lundi d’après, je rentre à Colombier à l’école de recrue. C’est vendredi soir, je suis à Bâle dans le quartier psychédélique. Deux malabars me tordent les bras dans le dos, une main me fouille les poches et sort l’héro que je viens d’acheter. Je parle et comprends bien mieux le suisse-allemand alors qu’à présent, mais joue l’étonné ne saisissant pas un mot de bâlois. Verdict en très mauvais français : « Mezieur fous zêt en édat t’arresdation ! On fous mène à la Brizon du Lohnhof » ! De bleu de bleu l’adrénaline ! Comme on ne dit plus ici.

    Menottes aux poings je suis amené vers un commissaire. Qui découvre d’emblée la supercherie. « Tu parles allemand je le sais alors débrouille-toi pour me comprendre. On t’a vu acheter, une petite quantité, tu ne vendais pas mais il s’agissait d’héroïne, et c’est très grave à Bâle. Tu sais les ravages que … blablabla ? » Oui « Monsieur le Commissaire, désolé Monsieur le Commissaire »… « …blabla, Donc la loi est stricte à ce sujet, tu vas rester quelque temps en prison ». « Mais, c’est impossible, Votre horreur, je ne peux pas être en même temps en prison et à l’armée ? Même si sous d’aucuns aspects … » … « Aïe, oui, ça complique un peu, je te dirai demain ! gardien menez-le en cellule ! » … Une seule idée en tête, « cette fois j’ai tué ma mère ».

    Sinistres couloirs de l’antique prison sur la colline, verrous et cadenas, stridents crissements intolérables, grosses clés de circonstance, clinquantes de désespoir, une seule fenêtre à grillage diffusant horrible faisceau blafard tombant … sur éclatant sourire de jeune ami jurassien d’un mien copain de voyages à l’acide. Me connaissant de vue et de réputation, comme ce fameux James assez chamane, sachant si bien faire déflipper les types ou demoiselles dans les pires délires, en les ramenant au calme avec de l’excellent shit et l’aide de Mozart, d’ambiance et paroles douces.

    Compagnon de cellule, coincé de retour d’Amsterdam avec juste quelques dizaines de kilos de marocain … « Malvenue à toi, malheureux ami, en la cellule que je partage depuis et pour longtemps ». Gloup. Quelle sympathique surprise, un joli joyeux luron jurassien pour m’accueillir aux (en)fers. J’en pleure. Comment et quand vais-je m’en sortir ? Serai-je d’emblée accueilli au fin fond des cachots de l’armée ? Le gentil trafiquant me rassure et permet de relativiser la peine qui m’attend. Nous finissons par dormir, le manque ne me ronge pas encore trop.

     

    Samedi matin, rien. Samedi après-midi : « Herr Roth, zil-fou-blet, suiffez-moi !». Le verdict est clément : Traduit de sauvage idiome bâlois : « Attendu qu’il n’y a pas eu vente, vu que le prévenu part à l’armée, où le médecin des troupes le prendra en charge pour sa dépendance, le prévenu est libre, à la condition d’être lundi à Colombier. Et s’il est encore aperçu à Bâle dans les années à venir … » Brrrr …

    Privation de larmoyants adieux avec l’ami d’ami tombé. D’ailleurs, je trouve étrange qu’il soit incarcéré pour une longue durée dans une si moche et si sombre cellule où passent les nouveaux. Ce petit gars si détendu et si sympa ne serait-il pas un indic ? Je passe en revue nos confidences sur la paillasse. Vrai qu’il était drôlement curieux, mais je n’avais plus rien à cacher, la vérité ayant éclaté à Lys. Je me retrouve à la ruelle, dans le vieux Bâle, me demandant ce  que savent ou non mes parents. Vu que je ne loge plus avec eux, ils ignorent peut-être tout ? Je prends le train, rentre au domicile familial. Mon (trop) brave père, rouge d’émotions, de déception et de colère rentrée, me fait d’emblée signe appuyé qu’il n’a rien dit, que ma mère ne sait rien, et me lance des regards réprobateurs remplaçant tous les mots.

    Je tiens dix jours à la caserne, me fais emmerder comme aucun autre par un teigneux radzet lieutenant neuchâtelois, qui me dira dix jours plus tard devant toute la compagnie : « Nous vous regretterons, Roth, vous étiez le meilleur élément ! ». Le genre de shoot qui dépasse même l’incommensurable béatitude de la Kétalgine militaire d’alors. Scellant alliance d’excellence de conduite simultanée entre deux mondes et diverses dimensions. Des plus utiles aux plus futiles.

    Le premier soir de permission, j’avais tenté d’aller avec les autres convenablement me saouler la gueule. Dès le second, je me sauvais dans les buissons du bord du lac, et rejoignais mini-groupe des recrues fumeuses. Deux mondes à nouveau, à concilier. Et nous rentrions à la caserne pour l’appel du coucher, cocotant le sent-bon Migros, ou du genre. Passable. Juste ce qu’il faut pour couvrir la fumeuse réalité. Et songions, si nous ne parvenions pas à nous faire réformer (abscons  terme, alors, pour un protestant de mon genre) et étions contraints à répéter ces séjours jusqu’à 50 ans, à nous acheter en commun un bidon de Collyre.

    J’étais alors aimablement  jeté de l’armée pour maladie, en attente du procès dont je parlais plus haut et de celui de Bâle (pour lequel, un jour, paternel me remit en douce une quittance payée, pour frais de justice bâlois, de quelques centaines de francs, qu’il avait réglée en secret. Jamais n’en avons parlé un seul instant ensuite. Durant les deux ans qu’il avait décidé qu’il lui restait à vivre) … Libre comme l’air, n’ayant touché à mes économies accumulées durant mes activités bien payées dans l’horlogerie ;

    Soit je rechutais, restais dépendant de drogues dures, ma vie durant, sous forme de médicaments ou non : Soit je fuyais cette vie et toutes sources de drogues connues, sans délai. J’obtins exceptionnellement un tube de Kétalgine, pour quelques jours sans manque, et partis seul me désintoxiquer dans les Cyclades. Puis je ne revins jamais plus, que très brièvement et sans contact aucun avec les drogues, dans la ville plaque tournante de mon enfance.

    Les souffrances indescriptibles, à se tordre durant trois jours et trois nuits, seul sous tente à Mykonos, avec un bidon d’eau chaude, du pain et du haschisch en abondance à manger, afin de survivre ou de mourir, fonctionnèrent à merveille. Jamais plus je ne m’injecterais quoi que ce soit. Sinon l’Interféron en intramusculaire durant l’année 2002, qui désactiva merveilleusement le moindre des maux qui devait me tomber dessus, avec les échanges de seringues et autres bêtises vécus : l’hépatite C. Les médecins en 1998 me donnaient encore 4 ans de vie … Des dizaines de tests successifs depuis sont invariablement incroyablement formels : ni sida, ni syph, ni quoi que ce soit d’autre que cette hépatite guérie. Inactive. Ce qui n’est vraiment pas courant en mon organisme. Et je suis à nouveau, comme l’on dit, en pleine forme.

    IMG_1078.JPG

    Puis, c’est alors que je réalisai qu’il devait décidément y avoir un Dieu pour les piégés jeunes voyageurs intérieurs, pour lesquels déjà la madeleine de Proust s’appelait: « Samedis de jadis à la Migros », voyageurs du Trop-loin,  trouvant in extremis volonté de se sauver. Je donnai ou vendis tous mes biens matériels, ayant plongé dans la vie de Saint-François d’Assises, et de tant d’autres sages, je vivais d’extraordinaires extases sans besoin de substances, dans les forêts les soirs de lune, étreignant les plus vieux chênes et découvrant, éléments par éléments décortiqués : Celtes croyances, Coïncidences et Symboliques fondamentales.

    Ensuite m’en allai, féru de Gai-Savoir, en terres Cathare, Quester le Graal, sans espoir de retour, prêt à purification de mon temple corporel, à parfaite abstinence des plaisirs de la chair, et privations de tout ce qui dépasse le vital le plus strict. Du 10 au 11.12.1976, un gigantesque canidé plus loup que chien me guide, seul, dans les forêts initiatiques d’Ariège, sur une quarantaine de kilomètres jusqu’à une École Spirituelle où j’arrive par erreur et suis merveilleusement attendu et accueilli : totalement hors du commun, en laquelle je déploierai amicalement et sans engagement aucun des talents médiumniques me/nous stupéfiant, et retranscrirai à la machine des dizaines de pages, que mon hôtesse produit sous mes yeux en écriture automatique. En contact direct avec d’éblouissants Maîtres spirituels. Durant douze jours et douze nuits, du douze au 24 décembre. Ma vie ne sera jamais plus la même. J’ai incidemment trouvé bien plus que je ne cherchais.

    Débute une ouverture d’esprit que nulle substance ne saurait faire entrevoir ; Et douze demi-journées d’enseignement lumineux, d’une pureté indiscutable, issu des prodigieux propos de la gamine de la médium, une angélique poupée de 7 ans, sachant tout des hiérarchies célestes nous entourant, de l’échelle d’Ézéchiel, de la Table d’Émeraude, des territoires de la forêt, luttes et passages apparaissant ou non aux yeux du profane. En fonction de l’intensité et des techniques de sa recherche. Mirettes bleu-vertes itou que cet ange m’ouvrit à jamais. Sur les beautés de l’Univers, de la Conscience bénéfique, de l’Existence indiscutée d’un seul et même lien de Raison pareil, et semblable besoin de Respect, en toutes vies indistinctement, végétale et minérale comprises.

    Quelques minutes par matinée, la petite redevenait une gamine jouant avec sa poupée, me demandant de la coiffer, puis c’était reparti. « Aujourd’hui on va t’emmener vers les sommets d’Andorre, mais tu verras, le temps de trajet sera très raccourci bien qu’on soit en retard pour rentrer ».

    Son si sympathique et discret père acteur a un rendez-vous important à 17h, nous repartons des sommets d’Andorre à travers l’Ariège, sommes très en retard par rapport à l’aller, ma montre ne mentira pas. Et tout à coup nous arrivons près des deux chalets. Je n’ai jamais pu imaginer quoi que ce soit qui pourrait expliquer ce fait vécu, je le jure, parmi d’autres spectaculaires phénomènes paranormaux, dûment répertoriés, pour certains,  par des chercheurs très sérieux.

    Mère et fille se relient alors pour m’expliquer la faculté d’élastifier le temps, tout simplement. Et me préparent, jour après jour, régime sans fumée ni rien de malsain, régime de vie, de légumes et fruits vivants, de graines et d’excellence germant, de plantes réparatrices, de concepts d’éclectisme, de liberté de pensée, de droit à rester droit, de partage de bien-être, de messages d’espoir. Vers un Destin malléable, en direction d’une Conscience Unie, d’une immense Lumière que, quittant ce monde, nous aurons ou non la force de regarder, ou de plus douce menant vers renaissance en qualité d’humain ; Repartant de son plein gré, en regard de l’exposition du bilan de vie à laquelle se confronte l’âme en son propre jugement dernier, sur les mêmes bases laissées, de bonnes comme de mauvaises actions envers les autres fractions d’Un seul Ensemble d’êtres, de consciences, d’actions, reprenant  le chemin de la Commune Élévation.

    La veille de ce Noël est arrivée, je dois poursuivre mon chemin. Sachant que jamais je ne reverrai ces si splendides hôtes, si ce n’est un jour en pleine lumière planétaire, rayonnant enfin de l’ordre parfait de douze signes justement assemblés. J’ai tout quitté pour l’ufologie, l’anthropologie, les sentiers de la Vérité, j’ai contacté des gens que je pense être aussi magiques que les magnifiques Individualités qui m’accueillirent et enseignèrent, et qui me déposent en la ville rose, à Toulouse. Le petit ange savant ne libère qu’une minuscule perle lacrymale, s’amuse encore à me rappeler quelques principes aristotéliciens ou règles esséniennes fondamentales.

    La voiture s’éloigne, la rue est encore déserte, un petit marché au loin s’achalande. Et je pleure toutes les larmes de l’Iliade et de l’Odyssée réunies, entrecoupées de sanglots de bonheur absolu, d’incommensurable force et joie d’avoir vécu tel privilège, et de terreur de me retrouver subitement seul, à Noël, en retard sur le 12 du 12 à 12h12 où je devais précisément rencontrer d’hypothétiques experts en raccourcis vers la purification par éclectisme spirituel ! En gros. Mais n’ayez crainte, rien ne contraint des poupées russes à suggérer qu’en vérité, après tout ça, j’étais prêt à voir en toute simplicité des packs Migros lévitant de partout, et se déposant seul en montagne vers les caisses.

    Ne sachant encore qu’en bon Professeur, j’aurais un jour à tirer les oreilles d’un garnement politique ne réalisant pas de quoi il parle, et qui rapporte toutes les petites sottises sans importance de ses camarades à de fâcheux recteurs ; Se pétant, eux, d’autre manière. Mais ainsi poussés pour l’exemple à appliquer sévèrement leur loi, par une fessés démesurée. Ce qui est très bête et méchant.

    La suite morcelée des précédents évènements vous fut moult fois ci-contée, ô éhontés qui ne vous vantez d’ignorer l’excellence, à juste titre animant d’aucun vieux con donneur de leçons. Victime de 45 ans de frauduleuse prohibition, à but exclusivement lucratif « justifiant » soins, répression, humiliations, etc … interdits et tabous ayant terriblement retardé ma démarche visant à parvenir, le 16.09.1998 avec l’arrêt définitif de l’alcool, à ne plus toucher à la moindre drogue dure, si ce n’est malheureusement encore le tabac. Et à me contenter, sans dépendance manifeste, de mon chouia d’herbe quotidien du terroir.

    N’en déplaise aux cancres ayant des actions à faire fructifier dans l’industrie de l’arbitraire juteuse répression. Particulièrement préjudiciable au droit de l’individu de traiter son corps comme il l’entend pourvu de ne porter atteinte à autrui, et à la Société entière, par les finances qu’elle laisse au profit du crime organisé plutôt qu’au bénéfice des Contributions publiques et des Soins.

    Alors, Ricky-la-carpe, avant de parler, tourne sept fois ta toupie Migros dans ta bouche à l’avenir : On ne dénonce pas comme ça gratuitement. Même si ça rapporte un max au final, on se sentira toujours beaucoup trop pauvre d’esprit.

    &&&

    Suite à cette brève préface, entamons le sujet principal de ces deux-trois mots que je voulais tellement vous transmettre :

    Culture du blé à Genève : De gauche à droite, du producteur au consommateur et retour à l’expéditeur:

    IMAG1500.jpg

     &&&

    La planète entière a vu les vaches suisses se faire ravitailler en eau par des hélicoptères de l’armée. Ce qui tranche singulièrement avec la morgue de politiciens qui, il y a peu, nous affirmaient que s’il est une valeur essentielle dont la Suisse ne manque vraiment pas, qui en revend des masses, c’est bien l’eau, les sources des montagnes, les torrents, lacs et fleuves, les barrages, les cimes retenant les nuages … ça coulera encore un certain temps sous les ponts, avant que nous ne découvrions tout sur les aventures politiques de l’eau. Savez-vous qu’après les problèmes de fraude fiscale, le barrage du Seujet à 100m d’ici était le second point, en importance de fâcherie entre la France et la Suisse, lors de la récente visite de François Hollande ?

    Donc, nos vaches sont abreuvées par hélico, et voilà que ces ingrates font les difficiles et boudent ce si cher liquide vital !

    Ce qui peut aisément se comprendre si elles sont de Travers ! De l’eau prélevée dans le lac de Joux, servie chaude et sans absinthe dedans ! Quel scandale, pour des ruminants de luxe, dédaignant les trains pour regarder passer les hélicos. À croire que l’armée renie l’une des plus vieilles tradition du pays. Consistant à aider bébé à s’endormir en coupant le lait de son biberon avec un schlouk de schnaps … Oups. En aurai-je trop (mau)dit ?

    Révéler tous les travers rend-il plus droit ? Devoir à me rendre, par les classes supérieures, dans la demi-heure !

    &&&

    Et le monde est dans le fond si gentillet et bon citoyen: Voyez en Corée du Nord :

    Le taux de participation démocratique aux élections de dimanche passé était de 99,97% de votants.

    Les 0,03% d’abstentionnistes seront enterrés mardi.

    &&&

    Voilà, Chef : J’ai peut-être pédalé dans la semoule pour monter des vélos, mais maintenant, que dites-vous de ma manière d’affoler les cafards informatiques, traders automatiques qui achètent ou vendent en une micro-seconde des actions Migros ?

    En attendant, aime M-Budget comme toi-même, aime ces gêneurs gonflants tant que dégonflant, et rions ensemble Onex et à la barbe de tous benêts.

    Mais jamais ne livrons nos pairs …

    Ali GNIOMINY

    IMG_1069.JPG

    Va et élève-toi.Surmonte la rocaille, déplace des packs tant que le peux, écoute tout, vois tout, touche, goûte tout, ne dis que l'essentiel, l'indispensable, le vrai, et jubile de tes silences et des questionnements sur ce qui rend aussi athée à sa manière un témoin de "Célestes" manifestations inexplicables.

  • V.I.P. PAIRS : AS PIQUE !

    Au point, la stratégie de votre mordant et gentil persifleur, as de la résistance aux venins de rampants, méthode consistant à essuyer d’un revers de tabous les crachats de sans sang-froid, de fixer ceux-ci de haut à l’instar de leur mépris, et de les appâter avec leur propre queue, jusqu’à ce qu’ils la bouclent et engloutissent leur fond de médiocrité. Puis muent enfin, parviennent à évoluer, à se libérer de leurs dresseurs autoproclamés, ne subsistant que par le fait d’exhiber leurs victimes, de les dominer, parasiter, rentabiliser ou dévaloriser. Pullulent les dresseurs de rampants, surtout au sein de chambres, infestant le lit d’esprits dits supérieurs, désireux pour Genève, par exemple, qu’elle parvienne un jour à justement remettre ses clés … aux pâtres.

    (La fatigue, désolé, mais, avec ma gueule de pas très Grec, promener bénévolement des très V.I.P. de manière idyllique, synchronisée, impeccable, inoubliable, déjà légendaire outre-Atlantique, servir de traducteur permanent entres langues étrangères, en Grèce puis sur la Côte-d’Azur, bouscule un brin le plus solide esclave moderne. Pour qui le droit au congé payé qui devrait servir à se reposer, se transforme en droit de bénéficier des meilleures conditions de vie passagères, pratiquement sans un sou dans la poche, mais déployant intensifs talents très divers 20h sur 24 en contrepartie. Relativiser, relativiser vraiment est un art et une science très complexes.)

    Ainsi, ne sachant qu’est-ce qu’elle a ma gueule, entre Athènes, Héraklion, Santorin et Saint-Trop, pour déplaire tant aux anguilles des Lettres et du Savoir qu’elles en demeurent si muettes d’admiration rageante, je reprends le train-train quotidien, vous gratifie de quelques photos en vrac, et remets dès lors tous mes espoirs entre les mains de Sainte-Mangouste, Protectrice des plus pauvres VIP hères.

    &&&&

    Débutons (acte d’ôter des buts) par un zeste d’administration coutumière, s’apprêtant à médiatisation, enquêtes parlementaires, initiatives, référendums & Cie : Correspondance aussi farfelue et cependant très sérieuse : que celle parvenant, impunément protégée, à dépouiller les plus démuni(e)s  de bonne part de leur pitance :

     EXTRUM CRAPULIA

    Service officiel du souverain gouvernement romand au profit de son Altesse Sérénissime le Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre Gauche, autorisé par décret du 17.07.2015 – Art. 546 al.72 LPRECG, et chargé de recouvrement et d’enquêtes en matière d’esclavagisme par servitude pour dettes, contrainte, faux dans les titres, abus de confiance et de position dominante, usurpation de caractère officiel, trafic d'influence, harcèlement, extorsion, corruption d’élus, vol et détournement de fonds, escroquerie en bande organisée, incitation au suicide, atteintes multiples à la sphère privée, la réputation, l’honneur, la santé et les finances de captifs de perpétuation incontrôlée de l’enfer des dettes, par obscurs ajouts de frais, charges, intérêts sans fondement, arbitraires et discriminants, et Départements, lobbyistes et/ou créanciers complices.

    AVIS À QUI DE SANS DROIT :

    C’est l’été : Profitez-en pour régler la dette que vous restez nous devoir :

    Cher débiteur : Notre comptabilité nous signale qu’en dépit de nos avertissements précédents vous n’avez toujours pas réglé le montant de

    CHF – 1'800'000.-

    dont vous deviez impérativement vous acquitter avant le 16 juillet 2015, selon sommation recommandée du 16.06.2015 à la Direction générale de votre industrie de l’esclavagisme moderne.

    Sur le point d’entamer comme prévu des démarches pénales à votre encontre, mais sachant à quel point votre entreprise a peu de chance de subsister suite au procès à venir, la direction d’EXTRUM CRAPULIA vous offre une toute dernière opportunité de vous acquitter de votre dû sans cataclysmiques conséquences financières pour vous, jusqu’au 31 juillet 2015, dernier délai :

    Une occasion à ne manquer sous aucun prétexte : Payez CHF – 1'800'000.- + 20'000, d’intérêts de retard, calculés selon les normes d’Extrum Crapulia.

    soit 1'820'000.- avant le 1er août 2015, sur le compte bancaire dont vous avez les coordonnées, selon courrier du 16.06.2015, pour solde de tous comptes et vous vous éviterez d’énormes ennuis, en sponsorisant ainsi l’une des valeurs culturelles majeures de ce siècle, à laquelle votre industrie du rabaissement d’autrui et du harcèlement injustifiable a causé des dommages irrémédiables.

    Dans l’attente de votre prompt versement, nous vous prions d’agréer, cher débiteur, nos salutations empressées.

    Genève, le 16 juillet 2015 - Pour EXTRUM CRAPULIA

    Ali Gniominy – Roi-Député du Parti Railleur

    mouvementcitoyensplanetaire@romandie.com ou gouvernement@romandie.com

    (Et dire qu’au pire, il va falloir se constituer partie si vile auprès de ministère pue Blick …)

    &&&

    Un riant bref résumé, encore, de justice, en l’actuelle rupine timocratie helvétique :

    Le saviez-vous ? Terribles dégâts de LAMAL addiction : Vous venez d’un pays où n’avez été soigné(e) que par un seul groupe de médecins en qui vous avez totale confiance. Ne voulez absolument rien savoir de soins prodigués ici, excepté en cas d'urgence absolue. Vous n’êtes pas en Suisse, que la couverture-maladie de base internationale, bon-marché en Angleterre par exemple, vous est interdite. Dès le premier mois vous êtes bombardée(e) par l’obligation de vous surendetter à raison de près de 500.- par mois. Vous passez des années sans consulter aucun praticien, ne coûtez pas un sou à une assurance aux clauses contractuelles unilatérale faussées, douteux monopole duquel vous ne voulez rien savoir, comme tel est le cas d’une très proche : Vous êtes saisi(e) de milliers de francs sur salaire, mis matériellement dans l’impossibilité de payer ce contentieux pour assurance seule à vous rendre malade, portant atteinte irrémédiable à votre intégrité, vos finances, votre vie entière par destruction de votre réputation.

    Et, ne pouvant payer de primes, celles-ci sont déduites de votre salaire : Seulement voilà, elles ne sont pas versées de suite et intégralement au créancier. Les Offices de Poursuites redistribuent les saisies entre créanciers prioritaires. Ainsi, vous est ôté sur salaire l’argent qui pourrait de temps à autre permettre le paiement de primes, vous est retirée la possibilité de régler votre mensualité mais cet argent ne paie pas la prime due … qui passe aux poursuites, avec frais, intérêts, coûteux rappels, sommations, convocations, saisies, interdiction de résilier le contrat non désiré, etc etc ; Les contributions se servent grassement, les Services divers vivant de telle supercherie se partagent le reste, et une miette revient après quelque temps pour couverture d’une fraction de la prime « due », additionnée de mille exactions officielles successives. Puis, un certain Service cantonal de l’Assurance-Maladie sera censé racheter les actes de défaut de biens liés aux primes. Qui vous poursuivra à son tour si vous revenez à meilleure fortune. Mais point de prise en compte de rachat des frais crapuleux infligés : Que nenni ! C’est alors que le tyran-créancier, l’assureur tel celui valaisan appartenant pour bonne part à un certain ex-président de la Confédération, transmet sa créance indue aux pires prédateurs recouvreurs … se repaissant sans retenue aucune des restes de dépouillé(e)s. Exploitant misérablement leurs asservis, desservis pairs.

    (De même qu'en ce qui concerne le paragraphe précédent, vous pouvez commencer, en vue des initiatives ou référendums se préparant contre les aberrations légales décrites, à envoyer un message même vide sur gouvernement@romandie.com ou mouvementcitoyensplanetaire@romandie.com, signalant ainsi votre intention de signer l'acte politique dont le formulaire vous parviendra. Votre adresse e-mail servant alors à vous contacter pour transmission du document en question).

    &&&

    À part ça : Il n’empêche que fut particulièrement éducatif, pour votre bas rond-de-cuir préféré, que de réaliser à quel point la Grèce, au niveau touristique, de l’accueil, des conseils, des transports, est actuellement irréprochable, et à l’inverse la Côte d’Azur en pleine décadence, où tout a été raboté, saboté. Des transports catastrophiques. Vous souhaitez revenir de Saint-Raphaël à Nice par un TER, vous attendrez certainement 2h. Un TGV n’avait que 15h de retard quand la SNCF s’est décidée à rembourser. Aucune information concrète, un dédain exaspéré de la plupart des vendeurs, serveurs, agents, une délinquance omniprésente. Ainsi, sur une plage un couple avec ses 2 petits chiens en laisse se bronze. Arrive un Maghrébin et son épouse voilée, avec un énorme monstre sans muselière ni laisse, qui passe de parasols en parasols, se baigne au milieu des vacanciers dégoûtés et peureux. Puis s’approche des chiots, qui hurlent. Le couple se lève, plie ses affaires et s’en va en laissant exprès rageusement une bouteille de PET vide dans le sable. Un vieux monsieur se lève, ramasse le détritus et critique … ces jeunes qui abandonnent leurs ordures … personne n’ose rien dire. J’hésite mais franchement la gueule de tueur du propriétaire comme du molosse me laissent perplexe.

    D’autant plus qu’un ami du peu respectueux des autres, pareillement peu recommandable individu, arrive avec un pit-bull. Ils se massacrent les poings comme de coutume clanique, leurs monstres se connaissent, jouent à se mordre, se baigner et s’ébattre à côté des baigneurs écœurés, souriant de plus en plus jaune. Puis peu à peu les gens s’en vont, les terrorisants cerbères restent. Plus tard, vous êtes dans un bus de nuit sur la promenade des anglais. Car dès 22h15 en semaine, en juillet, au summum du tourisme, plus aucun TER ne part de Nice, et plus aucun omnibus ne circule après 21h15, excepté 3 rames nocturnes bondées, pour 3 secteurs distincts, soit un seul bus par destination, aux odeurs de sueur insupportables. Devant vous un adolescent tombe légèrement contre un Maghrébin, qui réagit en le projetant de toute sa force en avant. Le père du gosse, époustouflé par pareille sauvagerie s’interpose, tente d’expliquer à la brute épaisse que son fils ne l’a pas fait exprès. En vain, le ton monte, les coups risquent de pleuvoir.

    Et le brave père paralyse soudain courageusement son adversaire, le fait taire par un : « Et vous croyez que c’est en agissant comme ça, vous et vos semblables, que vous pourrez un jour être appréciés et intégrés ici ? ». Bref, en toute vérité, nous comprenons mieux qu’entrant en la chambre d’hôtel, en lieu et place de la bible, nous ayons trouvé la revue Marianne … négligemment oubliée par un précédent déçu touriste, ou par la Direction de l’hôtel. Confrontés pareillement, à n’en point douter, au racisme de part et d’autre, à l’extrémisme fasciste puant, à la crise proche de son point culminant ravageant (le Sud de) la France. Nombreux autres exemples de rapports agressifs en réserve.

    &&&

    Mais immuablement : Intemporel Modèle de Beauté de village, ayant captivé l’égérie de l’éphémère splendeur humaine :

    IMAG1472.jpg

    Et ses pendants Crétois et d’Egée, nerfs émoussés :

    Sans titre 2.jpg

    IMAG1106.jpg

    Eveillez-vous, réagissez et refusez l'actuelle soumission immorale ...

    ALI GNIOMINY

  • AUX FILS DES PORCS (Suite)

    L'humour du bas rond-de-cuir et Roi-Député de Parti Railleur est à degrés qu' il n'est pas donné à n'importe qui de pouvoir escalader.

    Au fait, les handicapés du rez-de-chaussée m'ont diminué le minimum vital de près de 800.- ce mois.

    De bonnes vacances à vous, reposez-vous bien. La révolution des victimes suisses de jeux d'écritures crapuleux n'a pas fini d'épuiser vos nerfs et vos zygomatiques.

    PS: l'OP A ..sur ma minable pitance de salarié discriminé : d'intolérables prétentions, mais à ce titre .. je n'associe ses employés, simples complices forcés à nuire par les saigneurs du fric, leurs écoeurants maîtres très bientôt destitués.

    Ali GNIOMINY

    IMG_0895.JPG

  • LÉSÉS : CRIS RESTENT !

    Apprécions la Une du « Je n’ai vos mains, formations » : Ville de Genève : La Gauche a fini de rire !

    J’en étais sûr : Il n’y a plus que la Droite qui me lit !

    &&&

    À part ça : Scandaleux, ce public français à Roland-Garros. Afin de diminuer Wawrinka face à Nadal ou Djokovic, ledit public ne connaissant pas de Federer, trop Suisse pour être valorisé, lançait un défi au Vaudois par des : « Stan, bats tes favoris ! »

    Sans même percevoir qu’en mettant la phrase au sens interrogatif, ils parvenaient mieux encore à insulter et huer son génie.

    &&&

    Au fait : Et si, dans la rue, nous nous mettions à observer chaque personne en nous persuadant qu’elle fut, est ou sera, le plus merveilleux cadeau que la Terre ait jamais porté ? Ce que généralement, au moins en le regard de quelqu’un, elle fut, est ou sera !

    La manière dont nous triturons en nous les pièces du puzzle Respect détermine notre degré de tolérance d’autrui. Les apparences sont si trompeuses que c’en est universellement devenu une évidence. Et cependant, nous hiérarchisons souvent, par automatisme à enrayer, notre estime immédiate en fonction de l’aspect et des dires d’une personne. Et développons ensuite notre vision de celle-ci sur les bases branlantes des impressions directes ressenties, de distance à garder, rejet par indifférence ou d’attirance instinctive. Et perdons ainsi petit à petit, le don de voir notre prochain comme ce qu’il est assurément, quelque part absolument inestimable :

    Un savant balayeur, capable de nous enseigner les caractéristiques de tous les composants de la poussière, et de la chimie des forces permettant au balai de répondre aux ordres du cerveau … Un mendiant saoul dans le caniveau cachant un génie dont le nom fit le tour de la planète …

    Jouer à s’imaginer, parmi les quidams croisé(e)s, ce qui est susceptible d’exister en eux de plus exceptionnel, extraordinaire, hors du commun, précieux et vital pour l’humanité agit, je vous l’assure, très favorablement sur le cerveau, qui est un muscle. Et je ne sais quel clochard vient de prouver, dans les plus sérieuses revues scientifiques, que : Rien que le fait de s’imaginer en train de faire du sport renforce la musculature.

    Alors : Tant qu’à avoir la grosse tête, sous peine de se faire bouffer, autant que ce soit pour le bien de l’ensemble !

    &&&

    À l’inverse : L’exterminateur de retraites, A. Berset, chope au vol l’enveloppe Kultur 2016-2020, empochant finalement 1,12 milliard de francs, grâce au yodel Nidwaldien.

    Déglutissez ! Déglutissez ! L’absolue sécheresse du Parti Railleur que vous plébiscitez reste coincée dans la gorge, c’est normal.

    1,12 milliard pour installer des haut-parleurs diffusant du yodel sur nos monts, quand le sommeil nuit à la production de rupestres travaux ? Certainement. Ou introduire en qualité de culture générale, durant toute la scolarité, exclusivement les subtilités du hornuss à la place de l’anglais. Puis modifier les poids et mesures de la Confédération en prenant pour poids-étalon la pierre d’Unsprüngen, taguée d’une poya, afin de faire croire que ce n’est pas adéquatement déséducatif, que c’est juste culturel subventionné … 1,12 milliard aussi pour conservation de la culture du secret en matière d’engrangement de blé entre clans de soumis. Réjouissons-nous.

    Faute de quoi les votes de droite eussent persisté à empêcher toute possibilité de très très relatif modernisme culturel helvétique. Une belle occasion de ratée. Yolaïou yolaïoo …

    &&&

    Au fait : Ne manquait que le yodel aux gauchistes, sous la houlette Demir … samedi soir : À la fin de la « Slut Pride » ci-dessous, au bord du Rhône.

    En urbaïiin linguadggggeeeuu, slut veut dire en gros : Respect de la femme à ne pas violer ni traiter de salope comme elle le fait elle-même; et Pride est rencontre contre l’intolérance …

    Bravo les copines. Assez de ces actes fachos et machos, portant préjudice à l’intégrité de la prochaine. Assez de ces poilus qui vous imposent leur manière de nuire ! Vive la tolérance, le respect d’autrui(e) et les Pride festives et bruyantes. Avec basses abyssales de la techno diffusée à 22h sous le panneau « Musique interdite » à 20 mètres de nos fenêtres, évitant de peu de les briser. Et les aigus les plus stridents des excitées sales … oppressées, sautant au Rhône pour y laver les affronts sexistes de la journée … et le microscopique cordon qui feint de les habiller.

    Oui ! Assez du viol de l’intimité de la personne ! Et merde aussi pour les mecs sans nénés à exposer qui, comme l’auteur, furent drogués au Rohypnol et violés en bande. Seules les nanas ont de quoi se plaindre le plus bruyamment et scandaleusement possible, afin d’empêcher les violés de cauchemarder en risquant de s’endormir.

    Ainsi : Merci, chères amies. Vous êtes, par conséquent, expressément invitées à venir chez nous, munies du complet attirail de nettoyage, lessive, peinture, tabliers (mini), bas sur les cheveux, gants et bottes, afin de remédier à ce que d’irrespectueuses fascistes parmi vous ont causé comme dommages à nos murs, rideaux, draps, de par leurs saloperies de merde de chieries de fumées de grillades.

    Les plus belles d’entre elles, à l’évidence, servant alors à nous bercer et plus, bien en  tendu ; afin de mieux rattraper ensuite tout le sommeil perdu.

    Allez, les potes et potelées de là en-bas : Ce n’est ici que boutade qui monte au nez ! Qui sert Vœux, là, dans votre juste cause, au fond, des délices du féminin destin de finir par préférer les moules !

    Amène. Plutôt tes patates ! Les salades c’est ma spécialité.

    Et promis, Demir & filles jamais n’imagineront combien je luttai pour leur cause, face aux proches et voisins excédés qui voulaient, en leur bon droit, appeler les gabelous … Auquel cas il eût fallu pas moins de 20 paniers à salade, et s’attendre à des débordements de sluteuses pas prêtes à se faire prendre de force … Et le triomphe des lourdauds prouvant que ce genre de manifestations dérange l’ordre public, à faire interdire. Mais ma résistance et compréhension, mon profond soutien à la juste cause des, ci, reines hurleuses, n’aurait duré longtemps, si l’Inexistant si arrangeant n’avait vidé la place en cinq minutes. Par un tonitruant orage, des plus machos qui soient.

    &&&

    Or : Oncques, ce jourd’hui, à l’instar de kyrielles d’autres, ne devisera-ci (Vous en rendîtes-vous compte ?) votre bon Roi-Député de Parti Railleur : De bobards et conneries !

    Mais bien :  Des plus brûlants des sujets faisant froid dans le dos :

    Étude de l’impac socio-économico-comique, eu égard à la relativité qualitative des produits de M-Budget … et autres de même genre, plus coûteux, dudit ami gros commerce, à l’heure d’attention ciblée au tout au recyclage, et de l’averti choix à effectuer !

    Vous avez trente secondes pour développer ça. Sans vous gratter la tête comme ça.

    Voilà, temps écoulé !

    Le lauréat de notre Grand Concours, se terminant avant que d’avoir vraiment commencé, a mérité son Prix, pour avoir acheté d’un coup pour beaucoup, beaucoup plus que les centaines de francs de produits quelconques à très vite acquérir ; Afin de pouvoir coller toutes les étiquettes reçues à 20.- d’achats (excepté si on est copain des caissières) du Concours gratuit : Soit 326'785'467'435 fois les mêmes à double, et Celle qui fait hypothétiquement gagner … Qui, un pack de minuscules toupies étrangleuses de mioches, qui, un lapin ramasse-acarien, … Et c’est donc avec ce porte-bonheur dans le cœur que notre gagnant philosophe enquêteur, ce jour, se rend chez le suspect : Afin d’y déceler de possibles traces d’impact socio-économico-comique.

    Mais attention, en atteste le pompeux début de ce manifeste, préfigurant l’absolu sérieux de circonstance, nul ne peut douter de la parole du gagnant, le Turc BeuëK Cèdëg, figé sur ses w-c depuis, mais ayant abouti à conclusion irréfragable, objet de présent mémoire, dont le sous-titre évocateur : « Pactole d’abricots à 2,90 contre rikiki barquette à 4.50 ? » ne peut que laisser songeur.

    Attendu que la barquette à 4,50 contient généralement, en ses bas-fonds, une moyenne de trois à quatre pourris soigneusement recouverts de top-models abricoféeriques, notre enquêteur s’aventura pour la première fois à observer en ses moindre détails une barquette coincée sous filet vert, camouflée sous le présentoir. Contenant bien plus du double de fruits que celle à 4.50, pour, 2,90 ! Car censée être de moindre qualité. Chaque abricot fut fébrilement avalé, en l’espace de trois jours. Mûrs à souhait, tous impeccables et délicieux …

    Ainsi, la thèse issue de la grosse tête du Turc mène invariablement à une évidence : Grâce à la mode phobique de l’économie à tout prix, de l’absence prescrite de déchets nourriciers, du tri respectueux pour le consommateur, vous avez bien plus de chance d’acheter des fruits consommables dûment contrôlés, présentables, durables, dans les rebuts que sur les rayons.

    &&&

    Christiano Ronaldo en a assez, ne veut plus rien savoir de la presse people qui le critique. Il le fait savoir illico à l’ensemble de la presse people qui le critique. Que la presse people qui le critique tant publie de suite : « Laissez-moi faire mon travail proprement, comme je le fais chaque année ! ».

    Mais c’est vrai, quoi, espèce de pipelette de presse people qui le critique : Où va-t-on s’il ne peut plus pisser proprement contre les 4/4 !

    Une chance pour lui et un malheur pour la presse people qui le critique (faut bien répéter, dans la com, que ça se grave plus vite et profond), plus aucun risque de ramasser un blâme de Sepp (appeau-cible). Gag vert, 100% réutilisable.

    &&&

    L’estropié yankee sur le front Savoyard, John Kerry, avant que d’avoir perdu les pédales, a dîné à l’Auberge Communale du Grand Donzel de Veyrier. Pour la plus grande joie de la presse people qui ne le critique pas. Et du Chef de l’illustrée (dès ce jour) Auberge, qui fut collaborateur du fameux Philippe Chevrier.

    On ne tire pas sur les blessés, certes, mais franchement : Avec tout le fric que nous soutire l’Amérique à coups de douteuses amendes : Un pareil repas de luxe ? Et le Mc-Do alors, c’est pour les chiens ?

    Ah, oui. C’est vrai.

    &&&

    Quoi qu’il en soit gardons toujours l’espoir. Et je l’ai dit à une amie de mon « ami » Facebook, le très honorable Dr J.-C. Rielle, sur le mur duquel j’avais, comme ici, plaisanté concernant l’Hôpital Universitaire de Genève ; Amie qui avait de prime abord vu la critique au premier degré : Les HUG m’ont sauvé la vie à plusieurs reprises, n’ont failli me l’enlever qu’une seule fois, accident de jeune médecin m’ayant percé la plèvre, mais gardent toute ma confiance et admiration pour l’excellent travail fourni par l’immense majorité de son personnel. Pommade passée, je me permets de résumer brièvement la conclusion du nouveau Plan stratégique des HUG, présenté dernièrement :

    L’Hôpital sera humain dans 5 ans.

    &&&

    Mille fois plus bestial : Vous l’aurez constaté, la Poste disparaît bouts par petits bouts, se répandant auprès des commerces locaux, qui la remplaceront bientôt entièrement.

    Vous en voulez la preuve ? Observez donc l’uniformité existant déjà entre un ticket de caisse Migros, que vous déchirerez rageusement et jetterez arrivé chez vous, et à la Poste une très précieuse confirmation de quittance pour envoi de recommandé, ou une recharge de prépaiement téléphonique … Que vous aurez évidemment, quand il faudra la ressortir, pris pour un ticket de caisse Migros …

    Sachant les finances de la Poste au plus bas … des poches de certains … je ne m’adresse qu’aux riches, à son patron : Si d’aventure la Migros était reconnaissante pour les importantes suggestions qui lui sont apportées, pour exemple de colorer ses quittances afin d’éviter au client de fâcheuses confusions, et si cette future monopolitiste industrie de la consommation suisse disposait d’un Pour-cent culturel sérieux, ou truc dans le genre visant à récompenser qui de réellement méritant, qu’elle envoie alors de la part du bas rond-de-cuir Ali Gniominy, quelques gros billets à la LAVI.

    Peut-être ainsi Migros comprendra-t-elle ce qu’est vraiment à Genève LAVI.

    &&&

    Et cessera de vouer ses meilleurs clients conseillers …

    Ali GNIOMINY

     

    Voyage en ba.lcon !

    IMAG0910.jpg

    Et Paix, roquet ! De Saint en toi ne doute.

    loro.st.antoine.jpg

  • SEPP TUE ÂGÉS NERFS, ET À BANDES DONNE ? ...

    Sepp, tu as gêne éradiquée pour quantité d’entités démunies, par ton essor offert au sport, n’en soit puni. Le père fouettard des pires bâtards en bandes de la finance se shoote au foot actuellement, il veut sa dose jusqu’à narcose de Moralisme, radicalisme voilant les vices de sa justice. Puis ira ailleurs fourrer sa rapine.

     

     Ainsi, si soudainement, la planète prend conscience de ce qu’elle n’aurait jamais imaginé : Le milieu des compétitions sur lesquelles se jouent des milliards n’est pas toujours très catholique. Ce qui n’est vraiment pas peu dire. Il faut, pour un Président, jongler et composer … choisir juste, entre les mille sollicitations plus mirifiques l’une que l’autre, provenant de lobbies, sponsors, politiques et médias.

     

    Offres alléchantes certainement douteuses, comme la totalité des autres propositions, quant à l’absolue fiabilité des décisions de groupes prises sous influences. Chacun réalisant que, certes, c’est carrément trop de fric à gérer au peigne fin de tous côtés … et que ma foi il est malheureusement humain de favoriser qui l’on connaît le mieux, en qui l’on a le plus de confiance en ses capacités, si possible, ou qui allonge tellement de billets que … Si le peuple est satisfait à la fin justifiant les moyens, puisqu’il ne dit rien depuis des décennies … cet absurde excédent de moyens mis en mains présidentielles et proches, peut d’aventure en partie servir sans grand bruit au foot de pays en voie de développement, aux clubs juniors Africains ou Sud-Américains … et autres bonnes actions …

     

    Faute de preuves confondantes du contraire, je ne vous blâme pas, Monsieur Blatter, vous félicite plutôt, comme des millions d’exclus à leur manière, pour ce que la FIFA et vous offrez.

     

    Et tant pis si Chirac avait tellement besoin d’acheter ce 3-0 de la France contre le Brésil en finale 1998 … il ne s’en souvient même plus, oublions avec lui : Et que Qatar et Russie progressent en Droits de l’Homme, pour mériter le Mundial dans quelques décennies. Que démarre une ère nouvelle de transparent, beau et sain football. Une bonne retraite à vous.

    …….

    Ailleurs : C’est « Hair et Pub, Blick », hein ?

    Je préférais l’horrible « Hue : Aime paix » !

    &&&

    Parlant rampants : Un cobra en liberté près de Bâle crache (soupe au lait) dans les yeux d’un ouvrier !

    Qui risque la cécité à cause de ce venin si particulièrement précieux à l’industrie pharmaceutique locale.

    Quel gâchis !

    Et comble de blasphème à notre patriotisme : Cette sale bête cracha sur un toblerone !

    &&&

    (Puissent être pardonnés tous ignares non-Suisses, d’ignorer ainsi que les toblerones, en sus de délecter helvètes palais chocophiles, sont également des dents de dragon. Soit de bétonnés dolmens antichars de l’Ère rance)

    &&&

    Sinon: Les HUG veillent sur vous depuis 20 ans !

    Heureusement que personne n’a pris le risque d’aller se faire soigner dans cet hôpital, alors pas même mal .. veillant, avant 1995.

    Mais voyez aujourd’hui, l’engorgement aux entrées est tel que certains se débrouillent comme ils peuvent, pour se faire soigner en premier :

    IMAG0904.jpg

    &&&

    Et pour qui ne suit le Roi-Député du reste, également à présent malgré tout en partie sur Facebook :

    Pour rappel: le CADTM (Comité pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde) affirme que la dette «est utilisée par les prêteurs comme un instrument de domination politique et économique ». C'est précisément ce rapport de domination qui permet d'en faire une « arme de destruction (sociale) massive ».

    Et dire qu'il suffirait aux tenants de l'abjecte domination politico-économico-culturelle actuelle, de reconnaître où se situe l'évidente Valeur, et d'agir sans délai en conséquence. Pour qu'enfin libéré de sa légitime furie, le bas rond-de-cuir Ali GNIOMINY glorifie les aspects méritoires de véritables Responsables sensés, en composant, pour inédit exclusif aperçu:

    LABEL GENÈVE

     

    Aux abois tonne, donne de la voix

     

    Le Genevois

     

    Si, en exemple, n’est citée sa Cité

     

     

    Ne se contemple à satiété

     

    Notoriété si méritée

     

    De ses Institutions,

     

    De sa féconde Constitution,

     

    Enviées du monde entier.

     

    ***

     

    Le Genevois a fait son choix :

     

    Genève est rêve d’Humanisme

     

    Par rare Civisme

     

    À propager et ériger en fidèle modèle

     

    De détente et d’entente

     

    Entre Nations sans frictions

     

    Au centre d’une union

     

    D’opinions contraires, complémentaires.

     

    ***

     

    Complimenté, parfois, le Genevois en est flatté,

     

    Mais que l’on touche à son farouche attachement

     

    Pour les Lumières dont il est fier

     

    Qui, sur ses terres habitèrent,

     

    Les glorifièrent

     

    … Jadis …

     

     

    C’est dit :

     

    Aux abois tonne, donne de la voix

     

    Le Genevois,

     

    Gardien du bien des liens humains,

     

    De la raison, en sa maison

     

    Si choyée, nettoyée de doutes,

     

    De toute poussière boursière :

     

     

    D’engueuler gueux, et si peu preux,

     

    Veules « géants » de gênants, faillis pays,

     

    tyrans nerveux tirant à eux

     

    la couverture à forfaitures.

     

     

    Le Genevois ne blesse, n’agresse :

     

    En sa sagesse laisse pantois.

     

     &&&

     

     Point de concessions …

     

    Ali GNIOMINY

     

  • MES CHÈRES PERLES … À HIC :

    Mes bien chers pairs laïques, aviez-vous bien prévu le déluge d’indignation provoqué par votre récente perle : Ce refus de l’Arche sur laquelle des enfants devaient reproduire le flop d’obsolètes thèmes religieux, dégradant une respectable œuvre artistique de Britten.

    Votre intention fut saine, à n’en point douter, visant concrètement à protéger l’enfance des errances sectaires en voie d’extinction. Un peu comme le fait votre bon Roi-Député du reste tout dévoué, en surjouant sarcastiquement les pires aspects de l’égocentrisme en vogue.

    Mais je le dis et répète : Les œuvres d’art les plus belles et inspirées, les plus profondes, sont souvent d’ordre religieux, créées dans la souffrance et l’incompréhension, et méritant le plus profond respect. Même bourrées de stériles bondieuseries, elles naissent du cœur et de l’âme, de volontés positives d’humains trompés contre leur gré.

    Ce ne sont point ces inspirations qu’il convient de censurer, mais le si douteux commerce séculaire de préceptes sans fondements objectifs, imposant intolérables hiérarchies humaines en force et vigueur. Ce sont ces concepts délétères sacralisés qui, actuellement et de tous bords, perpétuent l’inégalité spirituelle, qu’il convient de faire cesser pour le mieux-être de l’humanité. Et non ce que leur supercherie a fait naître d’admirable.

    Il faudra sûrement plusieurs siècles, après la prise de conscience mondiale des bienfaits de l’athéisme, pour que disparaisse, au sein des générations successives, les tares de la culpabilisation à but lucratif et taches qu’elles laissèrent sur leur époque. Pas de raison pour autant de vouloir de suite tout démolir, des pièces de musée munies de l’une ou l’autre des connotations de religions ennemies ou passées. Excepté si nos laïques ultra-censeurs ont l’intention de se mettre au service des barbares à Palmyre. Disparue soudain de la carte de l’actualité dans un silence fracassant.

    &&&

    Drame, encore :

    Un prompt rétablissement est souhaité à John Kerry, tombé sur le champ d’horreur des pistes françaises non-cyclables !

    Que, dans la foulée, soit également brisé « l’effet mur » iranien. À quelque chose, cependant, malheur est bon : Avec tout le fric que Saint-U.S.A. récupère par force et menace injustifiables, quant à l’argent qu’il a sciemment laissé frauder, du temps où son laxisme complice face aux secrets de polichinelle préparait l’actuel excédent de soudaine Moralité américaine, … Qu’une part de ce pactole du recel gratifie l’ensemble du trop Grand-Genève de pistes cyclables sécurisées, de l’Intercontinental jusqu’à Chevaline.

    En attendant, les HUG, par reconnaissance pour la publicité offerte, remettent à John Kerry les clés pour ses trois étages de soins, et un joli tricycle.

    Par ailleurs, il se murmure qu’Hillary Clinton est arrivée, pour remplacer le blessé concernant le dossier Iranien, chez Madame Calmy-Rey. Qui lui prêtera son niqab fétiche.

    &&&

    D’autre part : Sepp. Pape aussi blanc que blanc du foot, est réélu à la tête de la Fifa siliconée, libérée de ses maquereaux !

    Faits : Blatter égratigné prend d’emblée une décision de transfert d’importance, pour sa (re-)nouvelle présidence :

    La 3ème ligue du FC Le Mont manquait de presse-citrons et plongeur pour la mi-temps de ses compétitions. Nouvelle fonction de prestige pour ses mérites qu’occupera un certain Platini. Qui, après les pieds dans le plat, et ce savon, y plongera dorénavant les mains.

    &&&

    Avant que de mauvaise langues ne prétendent que, nous laïques, pas toujours d’accord entre nous, ne bossons vraiment que le dimanche, j’écourte en ne vous transmettant que le prévisible résultat d’un périlleux sondage et vile campagne politique en cours :

    Pour loger les requérants, êtes-vous plutôt ville ou campagne !

    Résultats pronostiqués :

    70%  :        La lune

    20%  :        Le désert

     8%   :        Le fond de la Méditerranée

     1%   :        Guantánamo

     1%   :        Chez moi

    L’honneur est sauf. La Suisse est dans la bonne moyenne, dévouée …

    Ali GNIOMINY

    À plages, à rives … aime, heureux, lève vie dense

    DSC_6002.JPG

  • IL L’A FAIT, LÀ, À SION !

    Lovey dans une mauvaise position ! L’évêque froqué incite au rejet et à l’exclusion, affirmant que les « malades » ayant un taux d’acide glutamique cérébral leur permettant par homosexualité de réguler la surpopulation mondiale débridée, peuvent être guéris par l’appris hier !

    Tel « malfrat » terne hèle ouailles à gouaille, et jouit de l’appui d’adeptes de politique à fours niés.

    (Soucieux de ne déranger inutilement moult Eminences Tribunalesques, votre bon Roi-Député de Parti Railleur pense utile de rappeler qu’un four est un bide, un échec, insuccès, une catastrophe indicible, provoquée par qui ne veut le reconnaître et décline d’autant plus, en tirant autrui vers le bas.)

    L’évêque vexant, craignant de voir son industrie perdre les derniers égarés qui s’y aventurent encore, s’enfonce d’autant plus, en croyant utile de préciser qu’il parlait de « guérison spirituelle ». Alors que chacun est de plus en plus conscient qu’il n’existera de « guérison spirituelle » que le jour où sera éradiqué totalement de la planète le commerce consistant à relier un groupe, adepte d’une illusion rentable, dans le but de s’opposer à un autre groupe de déresponsabilisés, ou d’athées trop en avance sur leur sinistre époque.

    Aussi : Aimable conseil de demi-« faiblesse de la Nature », victime d’exclusion calviniste crapuleuse, aux « forts de la Nature » du berceau du crétinisme : Gare à ne plus récidiver. Il me serait déplaisant d’en arriver à lancer des opérations d’immense envergure, du genre tracts-plaintes pénales dûment circonstanciées à remplir et simplement déposer : « Moi, citoyen(ne) suisse, sous le joug de Confédération corrompue, en laquelle tous les assujettis ont les mêmes obligations mais pas les mêmes droits, atteint dans mon intégrité et réclamant réparation, j’accuse formellement … ».

    Mes fidèles ont beau s’en voir époustouflés, j’ai énormément de patience avec les demeurés, mais ce n’est leur rendre service que de les laisser nuire trop longtemps sans réagir.

    &&&

    Dans la même veine : Le Fabricant suisse de W-C, Geberit, trône comme lauréat du Prix de la meilleure entreprise d’Europe !

    Encore un petit coin de prestige suisse qui rapporte, même si l’on s’y fait vraiment chier !

    &&&

    L’Arabie Saoudite renouvelle son stock de bourreaux, pour son secteur décapitations.

    Une annonce est passée pour en engager huit, qui rejoindront la soixantaine en poste. Aucune qualification précise n’est exigée, mais les équarrisseurs sont bien sûrs avantagés. Moins cependant que certains postulants pratiquement engagés, dont un certain J.-M Le Pen.

    Et pour l’emploi d’expert en décapitation, deux spécialistes sont au coude à coude : Ospel et Bertarelli.

    Leur souhaitant une longue et fructueuse carrière, bourrée d’abominables et douloureuses tendinites …

    &&&

    Le pire étant qu’ils risquent d’être seuls rescapés, du fait de leur éloignement de la Suisse. Car voilà, il faut se faire une raison, nous vivons sur des volcans, sur le fil d’un gruyère reliant d’énormes cratères, plus ou moins actifs.

    Quatre d’entre eux, prétendus de mystérieuse origine non volcanique, et quoi encore, furent découverts sous le lac de Neuchâtel. Dont le dernier est en sommeil depuis 1'600 ans … Se contentant d’évacuer de l’eau plus chaude que celle du lac.

    Gageons qu’en persistant à fouiller cette fois-ci le fond du Léman, le Crazy Crater de Neuchâtel sera ridiculisé par le très probable volcan sous-lacustre qui provoqua, entre Genève et le Bouveret, l’effondrement de l’Atlantide.

    Pensez-vous vraiment que le père Picard descendait dans les bas-fonds du Léman pour des prunes ?

    D’une pierre deux coups (nuls) : L’Office du tourisme peut me remercier pour le nouvel intérêt que je fais gratuitement porter au Léman par l’hypothétique présence de l’Atlantide. (Située dans chaque gouille ici ou là, alors pourquoi pas chez nous, les meilleurs des meilleurs).

    Et le même Office de l’Image d’Épinal lémanique peut m’en vouloir, pour l’éruption de craintes que je remue, en rappelant que nous surfons sur une boule en fusion. Et que nos lacs si accueillants, pourraient d’aventure un jour confondre les baigneurs avec des homards cuits à point.

    &&&

    La montre connectée est interdite à l’école. Tous appareils électroniques doivent rester hors des salles d’examens.

    Eh bien, cette fois l’on comprend mieux l’actuel usage intensif du détecteur cérébral de pédophiles ! Avec l’arrivée des vêtements connectés …

    &&&

    Vraiment pas un beau lot … mais une tortue hargneuse est découverte à Lausanne.

    Et il faut que ça paraisse dans un journal, à présent, à chaque fois que se rend à Lausanne l’un ou l’autre politicien Bernois ?

    &&&

    L’ancien tyran-chef de la garde pontificale, viré par le pape, devient chef de section à l’aéroport de Zürich.

    Les voies du Ciel en seront certainement d’autant plus impénétrables !

    &&&

    Pour vous remettre, un chouia de dépaysement ne devrait pas faire de mal : Même si certain(e)s parmi vous ont déjà vu ces photos. D'autant plus qu'au fil des années, ne tenant pas de registre, j'en affiche possiblement l'une ou l'autre plusieurs fois dans ce blog.

    « Indien vaut mieux que deux tue l’aura » - Défilé Caboclo - Brésil

    IMG_1537.JPG

    &&&

    Pour 2015, la Gauche genevoise a investi la totalité de son budget dans une campagne sans précédent ! De soutien-choc aux victimes du fascisme économique actuel et à venir ! Nous lui souhaitons un franc succès, et énormément d’intéressés, découvrant ce ruineux affichage au long de la Servette !

     

    IMAG0861.jpg

     

    &&&

    Bref : Pas étonnant qu’il y ait tant d’ordures en ce monde, quand on sait que nous sommes composés à 95% d’ADN-poubelle !

    Fort heureusement, les locaux Chargés de Culture sont génétiquement programmés pour ne mettre en exergue que leur 5% d’ADN consommable, a validité encore en cours. Leur permettant d’intégrer et de réaliser l’importance fondamentale d’éviter que le bas rond-de-cuir Ali Gniominy ne lance sur le marché son périodique « Le connard déchaîné » !

    Avec Scoop en Une de la première parution : Tous les détails sur le scandale intitulé : Le bœuf cas Roth et le cas Kanaan !

    N’a, en fait, que peu conscience de ses atteintes à la nation par salissure, une culture de l’exclusion, des feintes et de la censure. À l’inverse, en somme, d’une culture de rêve, si riche, d’une Genève qui ne triche.

    &&&

    Enfin : Soyons bons, comme toujours. Et proposons, en vrac, quelques refrains au choix, pour la partie française du futur hymne national :

    Chantons le pays Helvète

    Qui n’est pas des plus bêtes,

    Chantons le pays honnête

    Où les banquiers

    N’ont plus de chéquier,

    Les assureurs,

    Causes de terreur,

    Trop de valeurs,

     

    Chantons le beau pays

    Des bobets et faillis.

     

    J’ai la Venoge qui se déloge,

    Le Rhin qui craint,

    L’Aar qui en a marre,

    Le Rhône sur le trône,

    J’ai comme la Thielle

    Qui coule une bielle,

    La Birse hirsute

    Qui se tire les flûtes,

    La morve à l’Arve

    Et l’Orbe courbe,

    Le Doubs sans goût,

    Une forte Singine,

    Des courbes à Thur,

    Tout Doubs, tout Doubs :

    Il faut Versoix

    Limatt,

    Sans Petite Emme,

    Kander niée !

     

    Mais Allandon :

     

    Chantons donc Dame Nation

    Chantons avec passion

    La Mère Démocratie,

     

    L’amer des mots crasses, ci,

    Ne chasse que les rapaces,

    Alpins crétins :

     

    J’ai le Cervin

    Qui se change en eau

    Et ses ravins sont sans rivaux,

    J’ai le Moléson bien mollasson,

    le Chasseral sale qui râle,

    L’Eiger en guerre,

    Le Pilate qui se dilate,

     

    Chantons donc, ébahis,

    Le fouillis de ce pays,

     

    Chantons donc, ébaubis,

    Bi- et beaux estourbis

    Par bêtise des églises,

     

    Chantons le doux pays

    Des mous et assaillis,

    Et des ruinés abominés,

     

    Chantons le beau pays

    Des robots recueillis

    Et du culte sans tumulte

    À la trique du dieu Fric.

     

    Chantons le pays Helvète

    Pas encore des plus bêtes,

     

    Chantons, outrés,

    Notre contrée cloîtrée,

     

    Et traîtres n’étreignons

    Qu’au pognon,

    leur leurre,

    Pour leur mettre

    Comme lettre

    De riposte à la Poste.

     

    Chantons le pays Helvète

    En quête de moins bêtes

    Confédérés,

    dont le fait d’errer

    Énerve la verve,

     

    Chantons qui n’est bourré

    Que de talents si admirés,

     

    Saoulé sous les affronts

    Se noyant,

    Voyant ses ronds volés,

     

    Chantons donc les tétons

    Des vaches à lait

    Offrant chalets

    À qui le nient :

    Manient le bâton.

     

    Chantons le lait

    De pas laid pays

    Qu’ont envahi

    cons de baillis

    usurpateurs,

    et voleurs des Valeurs

    du Bien-Être

    de nos ancêtres.

     

    Chantons Dame Nation,

    Et Mère Démocratie,

     

    Chantons suprématie,

    Ainsi, de l’exclusion.

    &&&

    Dire que tant de lassant irrespect vous laissant circonspects, patauds, bientôt ridiculement sous les huées, pourrait muer radicalement si facilement, chanter louanges de ce qui d’acquis ne dérange conquis ...

    &&&

    En attendant : Honteuse Publicité de plus :

    « La Suisse prend les devants » !

    Il faudrait voir à mettre un frein aux slogans fédéraux en mauvais français.

    Ce n’est tout de même pas difficile d’écrire correctement :

    « La Suissesse prends-la devant »

    &&&

    Décidément, là, ça tend …

    Ali GNIOMINY

    Mais, allez, tout n’est pas si moche : Ne serait-ce que ce fond d’écran de ma « sauvage » compagne, paradoxalement immortalisée jadis sur un arbre disparu de la Pointe de la Jonction.

    DSC00367.JPG

  • TU LAISSES PAIRS RANCES, BEURRÉS, LÉSER PINARD ?

    Guerre des vignes : Guerre indigne !

    Conflit vain salit mains !

     

    C’est laid, Valais, de voir si noirs, si tristes,

    tes intégristes se disputant tant le sang du Christ !

     

    Faire taire, croire et boire comme un ours imbibé, à terre tomber, lourd en somme comme morse, le torse toujours bombé, est source de déboires !

    Le Valaisan je l’aime, mais sa "Crème" jamais. La Valaisanne je l’adore, mais j’abhorre ses ânes et me peinent ses rennes.

    Le Valais qui me plaît n’est vile idylle, de contrée rencontrée au hasard des devantures du bazar de la Nature.

    J’y suis attaché mais, fâché, j’essuie tous affronts de ces barons des pots-de-vin dudit vin ; Fabricants trafiquants en pâmoison devant poiSons rouges de fond de bouges, et "vent" vendu, à rendu de résidu prétendu étendu à bénin tanin et robe qui se dérobe, plaît au palais … rendra plus rose votre cirrhose.

    Honte au Valais qui se complaît en démesure de ses procédures et aberration de son arriération. Que n’échappent certaines grappes trop polies du terroir bénéfique : à la lie du pressoir médiatique.

    Et si, sans francs succès, l’excès de 600.- le joint de foin valaisan reste si déplaisant : Que pestent tous paysans, saouls sous les abysses de l’injustice, las, face au cannabis à cultiver sans se priver, bien plus sain que dit vin !

    &&&

    Feignasses, toujours :

    Travail.Suisse préconise 20 jours de congé de paternité. D’autres milieux, 10 jours. C’est dans l’air, ça doit se faire. Tous élus étant animés d’un souci de Justice et d’égal traitement, honnête et non sexiste, de toutes classes respectives de salariés, attendu que jadis la Suissesse mettait bas … de côté pour accoucher à 06h. et qu’à 08h elle coupait le bois : Il est inévitable qu’un jugement équitable (non non, pas de salauds monts ici, il y a des limites) en matière de congés pas rentables s’impose ! Coupons la poire correctement :

    15 jours de congé paternité

    15 jours de congé maternité

    15 jours de congé homosexualité

    À l’évidence : Pondre des conneries à tout bout de champ pour voiler sa vraie nature ça épuise énormément. Et la gestation d’un coming-out ? Terriblement douloureuse. Personne ne pouvant prévoir quel monstre peut en sortir.

    Oui, tout papamaman même sans rejetons bruyants, a également droit à se reposer de ses galipettes et de ce qu’elles ont fait vivre !

    Allez, soyons bons, pas qu’il n’y ait de restes à réchauffer :

    15 jours de congé hétéros anti-mioche

    15 ans de congé infanticides libérateurs

    …….

    Eh oui, voyez : Il y a tant de drames en ce monde que nul ne s’émeut plus vraiment, en les voyant défiler. Et si la souffrance ou le décès de personnes parviennent encore à intéresser quelques âmes ayant conservé un brin d’humanité, généralement celles non contaminées par le cancer du « Dieu l’a voulu ainsi » permettant toute banalisation, toute indifférence, paresse et ignorance, la douleur d’animaux fait rire des crétins, et pousser d’autres abrutis à tuer.

    Ainsi, une petite corneille est tombée de son nid en un lieu très fréquenté. Ses parents tentent d’éloigner les plus proches badauds, riant et effrayant l’oisillon, puis commencent à en piquer ou griffer quelques uns. C’est la panique absolue. Hitchcock a picoré tout sens critique.

    Les Forces de la bête sont appelées. Spécialisées, elle n’ont pas le moindre filet, ni la moindre connaissance en matière de gros oiseaux, certes noirs et moches mais …

    Elles finissent par tuer l’une des deux corneilles pour … rétablir le calme. La mère, à coup sûr, la plus virulente à défendre son petit.

    Transposons un instant, cher Monsieur :

    Votre bébé tombe, pleure fort, des gens l’entourent et l’effraient, vous empêchent de le récupérer. Madame s’énerve et cogne les intrus, alors qu’il suffirait pour eux de s’éloigner pour être laissés en paix.

    Un type autorisé arrive, dégaine et tue cette mère, votre épouse qui agissait de la manière la plus pure et naturelle qui soit. Ne regretteriez-vous pas d’avoir eu l’amabilité de ne pas attaquer directement les yeux?

    En hommage au sacrifice débile de cette innocente bête, une bête pensée pour non débiles :

    « Faut-il le vol taire de la corneille qui, molle hier,

    vous attaqua à la racine des cheveux ou vers l’aine,

    ces maux passant, certes,

    aux reins bobos lavés à la fontaine passent, calent.

    Mais, allez, est-ce qu’une éolienne dare-dare installée entre flots, berges, ne saurait au zoo la chasser ?

    Qu’en l’opinion son aura mue, c’est important.

    Du mât où il est perché, l’oiseau mal armé va l’hérisser sand doutes, ce garde trop hard, tueur sans cœur. »

    &&&

    En fait, si l’on y réfléchit bien : Tout le quiproquo est parti de là :

    « Si tu ne manges pas, tu ne croîs pas !

    Pour que tu croisses il faut manger ! »

    Ainsi, nous avons crû, un certain temps. Mais c’est cuit. Car grâce à ce stupide conseil pas très clair, chaque enfant obéissant bouffe tout ce qu’il peut pour être bon croyant, et sa vie durant croasse autour de bénitiers !

    Croâ, croâ : Atout sauf …

    Ali GNIOMINY

     

    Titre d’œuvre au choix: "Pair nie Cieux" ? Ou: "Au top, hors traits" ? Non, plutôt "l’homo doit", ça rapporte plus vite dans les 140 millions …

    visionnaire.jpg

    (Mais : À vendre cependant, beaucoup trop cher évidemment, pour autant qu’un spéléologue parvienne à retrouver cette croûte infâme sous les montagnes de bordel de ma cave).

  • L’AFFRONT DE L’ÈRE EFFRAIE !

    L’Arabie Saoudite brigue la présidence des Droits de l’Homme !

    Fort heureusement, la future responsable du thé à la menthe et du nettoyage des tapis de prière, Micheline Calmy-Rey s’est bien entraînée en Iran, et n’aura donc aucun problème pour travailler en burqa.

    La Suisse, elle, prendra possiblement la Présidence à vie du Conseil des Droits de la Barbarie.

    &&&

    Le canard aux infos les plus gratuites nous l’annonce :

    Vous pouvez assister à l’Euro de foot 2016 pour 26 balles !

    Non merci : C’est déjà assez difficile à suivre avec une seule balle.

    &&&

    La voiture sans conducteurs arrive !

    Suivie de la voiture sans belle-mère râlant à l’arrière ?

    &&&

    La Savoyarde Nabila gagnant 100'000 euros par mois vient d’être courtisée par les plus grandes Maisons d’Edition. Pour l’honneur de lui publier son best-seller, qu’elle commercialise, pourvue d’attraits difficiles à concurrencer. Elle n’a bile à se faire, ce sera un succès fou.

    À l’évidence : Ce qui plaît à l’innombrable public partageant sa haute philosophie, qui lui vaudra le prochain Prix de la Culture genevoise et alentours, puis le Goncourt ...

    Anecdote rigolote : L’immense écrivaine a promis, dès qu’elle aura suffisamment détrôné Joël Dickert qu’il en sera ruiné, à la rue, au plus bas, elle fera une émission sur sa déchéance, qu’elle intitulera : « Ah, la loque, ouah ! » Divertissement qui illuminera d’autant plus son hâlo, quoi.

    Avant que de devenir Prix Nobel de littérature, pour « Savoir trancher dans le vif sans se casser un ongle ».

    &&&

    Et dire que, non seulement, il n’est plus permis de mettre les éditeurs au pilori mais, de surcroît, ils favorisent activement, pour dans quelques années, une insupportable charge de travail pour le pilon.

    Qu’importe : Pourvu que l’investissement démesuré, qu’apporte l’autrice pour publication de son n’importe quoi, mette des diamants dans le beurre des épinards de la prestigieuse Maison …

    Mais je suis méchant : Allez savoir, les seins ne sont pas toujours ceux que l’on croit !

    &&&

    Voila qui fait penser à cette autre bimbo, dont il est dit qu': Elle se fit refaire le nez, rembourrer les joues, raffermir fesses et seins.

    Remise à plus tard, la remontée de lèvres reste.

    &&&

    Stephan Schmidheiny devrait faire l’objet d’un nouveau procès sur l’amiante.

    Comment ça ? Mais c’est tout faux ! Je n’ai encore jamais porté plainte, ni contre lui ni contre ses complices. Je n’ai pas insisté. Vous m’avez dit et répété qu’aucun rétroactif ne peut être envisagé, ni aucune prise en compte … de plus de quinze ans passés à bouffer de la poussière de papier et porter lourd dans les sous-sols borgnes amiantés de l’État de Genève !

    &&&

    Au fait : Quinté dans le désordre : Je vous avais prédit : Salerno, Kanaan, Pagani, Alder, Barazzone ; Les commissaires de course ont validé l’arrivée : Kanaan, Alder, Salerno, Pagani et Barazzone.

    Mais ça ne va pas payer ! Avec tous les impôts sur le vice des jeux qui leur reviennent … Sans parler de ce qu’encaissent les propriétaires d’écuries adverses, qui les cravachent à volonté ?!

    Parlant ruades : Vraiment, Monsieur Kanaan, vous me surprîtes ! Si peu de jours écoulés, depuis que je vous adressai sur Facebook ce très très long plaidoyer et sommation de sponsoriser, et la Tribune affiche déjà :

    La culture genevoise face à un choix crucial ?

    Vous comprîtes, lors, que préfigurent mes travaux un véritable symbole de lutte active, contre l’esclavagisme moderne occulté, sciemment entretenu par bien-pensance  ou emblème d’Abolition de telles écœurantes servitudes !

    Vous sûtes alors justement estimer la Valeur de qui, depuis des décennies, est financièrement empêché d’entrer en rutilants musées payants, Grand-Théâtre, cinémas et autres festivités culturelles organisées avec ce qui lui est saisi.

    Ainsi, vous n’allez visiblement plus tarder à m’adresser la lettre recommandée de vos comités & Cie, que je vous ai demandée. En laquelle ces groupes d’experts et vous-même affirmerez que mon art ne vaut rien, n’a pas à être estimé, culturellement correctement rétribué, ni respecté d’aucune manière. Qu’un artiste et philosophe de ma trempe, dont les apports sont à considérer d’inestimable utilité publique, (ne serait-ce que par l’aspect thérapeutique du rire) ne mérite aucune attention concrète de la part des connaisseurs contemporains en la matière !

    Et doit demeurer de plus en plus atteint dans sa santé … surtout par le harcèlement perpétuel de très très très douteux « créanciers officiels ». Voir son tensiomètre exploser tous les quelques mois, quand revient et revient et revient invariablement la convocation aux O.P. pour continuations de saisie, réexamen humiliant de la situation du débiteur ;

    Convocations comme celle du jour pour début juillet, où je dois une fois de trop me voir profondément atteint dans mon intégrité, sous des lois misérables de et pour repus politiques.

    Tout en évitant encore, par simple humanité et sympathie pour les petits contribuables payant toujours les pots cassés, de récupérer beaucoup, beaucoup plus que ce qui m’est malhonnêtement réclamé : En ouvrant finalement ma gueule et exposant des pièces n’ayant absolument rien à voir avec mon emploi et recueillies ailleurs. Provoquant une jurisprudence cataclysmique pour Genève. De quoi très possiblement lui faire recracher illico de un à plusieurs milliards.

    Bêtement, parce que l’inhumaine machinerie genevoise en place et passée se sera(it) faite, par ses divers délits, un redoutable ennemi pacifiste de l’un des Personnages contemporains de Genève les plus aimés, prisés, respectés ailleurs ?

    Qui ne cessa pourtant de proposer très correct et désintéressé arrangement à l’amiable pour éviter pareil apocalypse. Allant jusqu’à disperser dans ce blog, en sus de trésors de créativité, tous les éléments permettant à des magistrats avertis de pressentir, sinon reconstituer, les faits et graves lacunes, qui m’offriront gain de cause assuré aux possibles procès à venir. Et enverront sans doute certains gestionnaires de condition de vie d’autrui pour quelque années à l’ombre.

    Aussi, Monsieur Kanaan & Services, je vous invite expressément à donner une suite favorable concrète audit courriel précédent, avant la mi-juin 2015.

    Une Culture digne de ce nom cultive la tradition d’un mécénat approprié, permettant à la création de s’exprimer et non de se voir sans cesse brimée, empêchée d’évoluer, prisonnière d’abus de positions …

    Donc, cher Maire, qui n'avez certainement rien à voir avec les fraudeurs possiblement dénoncés, disons que vous vîtes vite l’importance du message, fûtes futé, et décidâtes d’effectuer sans délai le choix crucial le plus bénéfique pour tous. Celui proposé par l’artiste d’exception. Ce que retiendra l’Histoire.

    Pour l’instant, je n’ai plus rien à déclarer en ce sens, et laisse d’ores et déjà à tout hasard la partie adverse libre de ses déclarations.

    &&&

    Saut d’ânes aux coqs :

    La Présidente de l’UDC Genève l’affirme : « Nous avons la Droite la plus bête du monde ! »

    Ce n’est malheureusement plus même exact : Elle n’est plus vraiment si bête que ça, puisque sa présidence est consciente de cette stupidité !

    Il n’empêche que le clan de Droite asservissant Genève depuis une éternité, maintient le fardeau d’une majorité actuelle de 62 magistrats de tendance politique la plus bête du monde, contre 23 magistrats tellement moins gauches.

    Comme quoi ça paie toujours, d’être parmi les plus ignares de la planète. Voyez:

    &&&

    L’homme au doigt de Giacometti vendu 141, 3 millions !

    La jalousie est un vilain défaut. Comme le mépris des arriérés pirates de l’Art, concentrant des sommes indécentes sur certaines œuvres fondamentalement quelconques, faciles. Marchandises sans importance réelle, ne visant qu’à empêcher, discriminer, priver de moyens d’être reconnues en comparaison : des œuvres majeures, autrement plus utiles ou jolies ; Sous misérable spéculation coutumière : passées sous silence par prévaricateurs jusqu’au décès de l’artiste.

    Bref : 141,3 millions pour un objet tout filiforme, concassé, tout malingre, morbide, cadavérique, …

    Avant que les rapaces du capital ne parviennent à faire totalement main-basse sur la corruption relative à l’estimation de la valeur artistique, je me souviens de la réaction unanime des adultes, quand j’étais à l’école primaire et que dans le préau fut installé un « vélo » de Tinguely.

    Et alors que de son côté Giacometti, ayant obtenu le Carnegie en 1961, s’approchait certes comblé d’honneurs de son décès, ses statuettes ne bouffaient vraiment pas encore le pain de tous les autres sculpteurs.

    De tous deux, l’on n’entendait alors dans le peuple que des considérations rigolardes et désabusées. Pour Giacometti il se disait qu’au moins ça ne lui coûtait pas cher en métal, que ses « horreurs » faisaient peur, qu’« en tous cas, moi je ne mettrais pas ça dans mon salon » … Quant à Jean, ses œuvres successives étaient encore bien plus décriées : « Non mais regarde ça, je te me vous en fait un en dix minutes, moi, de ces machins, avec toutes les saloperies qui traînent à la décharge. Y en a qui ne se foulent vraiment pas … Et Y’en a qui achètent ça ??! »

    Puis, après que l’on nous ait rabâché et rebattu encore et encore les oreilles avec leurs talents extraordinaires, nous y crûmes. Et tant mieux pour eux, et leurs descendants. Le fait qu’ils furent des artistes leur pardonne tout.

    Mais aucun pardon à avoir pour les escrocs de  l’élitisme nauséabond, du sectarisme de l’évaluation faussée des Valeurs. Qui se servirent de quelques créateurs pour imposer barème d’inaccessibilité à des millions d’autres, souvent bien plus valeureux que ces étendards de l’art prostitué.

    &&&

    Pour changer : Comment dire du mal en paraissant dire du bien :

    « Et Hollande, actuellement, qu’en pensez-vous ? »

    … « Oh, il lèse Antilles ! », « lui n’est grillé ! »

    &&&

    Le Consulat de France veut lutter contre les queues !

    Avant même que Marine n’en prive tous les Français ?

    Ou pour qu’il ne reste en cuisine que les Maîtres ?

    &&&

    Sarkozy, lui, a si bien lu Hugo qu’il est incapable de fournir le titre correct de l’ouvrage survolé.

    Mais, qu’il change d’auteur et d’ouvrage, ça lui conviendra mieux. Il pourra ensuite affirmer : « J’ai (re)lu ce magnifique livre de Saint-Exupéry : Le petit grince !Destiner le Français à être un mouton fut la 1ère décision de la République ».

    &&&

    Un second « Mur de Berlin » vient de tomber ! Le pape et Raoul  Castro font ami-ami et s’offrent des cadeaux.

    François promet de se servir de la magnifique faucille rouge reçue, pour engranger un maximum de blé pour l’île si fertile en missiles, et d’user adéquatement du lourd marteau pour les attributs de ses proches pédophiles.

    Raül gagne une entrée VIP pour une chaise au 45ème rang à la messe de Noël au Vatican, en la cathédrale Saint-Pierre aussi accessible pour le quidam croyant infortuné qu’un labo ultra-secret de l’armée, et Fidèle quant à lui a reçu un rutilant cercueil, garanti « Bois du Mont des Oliviers ».

    Souhaitons-leur de bien grandir ensemble et de prendre soin de leurs jouets.

    &&&

    Mais surtout : évitez de perdre du temps à vous rendre dans le Chef-lieu du Valais !

    À cette époque c’est lassant Sion.

     

    Allez, cessez d’accorder vos faveurs exclusivement …

    Ali GNIOMINY

    Et gare à arrêter de me chercher, je n’ai pas peur de bouffer un aigle tout cru, à défaut de canaris :

    canards.rient.jpg

     

    Mais, avec la clé en travers de la gorge, et quand l’excès de stress me fait éternuer …

     

    peupl.jpg


  • PLÈBE, ICI T’ES …

     … Au paradis des radis, au profit exclusif de pontifs déconfits, médisants, me lisant.

    Eh, lasse populace, que dépouillent les fripouilles, admets ta peine : Remets sans haine à deux mains le sens humain du partage des plus sages au centre de l’antre des perfides, cupides, irréalistes idéalistes capitalistes, aigris gris éminents manants !

    Et ceci dit, vois ce qui se passe ailleurs et évite de t’en réjouir. Tel est l’exercice du jour, garder sincères rieurs :

    &&&&

    Un zoo japonais organise un concours pour deviner quel prénom donner à un bébé femelle macaque : C’est « Charlotte » qui gagne. La monarchie du Royaume-Uni est évidemment outrée ! Songeant à faire descendre l’ambassadeur du Japon de son bonzaï pour s’expliquer!

    Monarchie ainsi contrainte, afin de perpétuer la tradition bien anglaise du flegme et du fair-play, obligée de tenir compte de ce prénom de princesse dans la lignée. En nommant la prochaine fille de Kate qui naîtra : Sheeta-Bonobo-Victoria, princesse sans gale.

    M’en fous, m’en fous, je ne suis pas prêt d’aller à Londres ..

    Voyez Harry, quant à lui, même encadré de gorilles, il a su perpétuer les singeries. Même si la jungle anglaise est pleine d’yeux : De ceux qui l’observent et cherchent à brider ses débordements !

    Mais n’est pas encore né l’espion qui mata Harry !

    &&&&

    21 cacatoès trouvés en Indonésie, chacun coincé dans une bouteille en Pet pour le transport.

    Nos singes fédéraux, bouche, oreilles et yeux couverts, rampant aux pieds du sanguinaire président indonésiens, pourraient éventuellement lui suggérer  de substituer ce trafiquant au condamné à mort français, pour les traditionnelles prochaines festivités du genre qu’il organise.

    &&&&

    Le Conseil d’État valaisan au grand complet délaisse alcool, Ecône, … pour assister au Vatican à l’assermentation des gardes Suisses du pape. Ces élus ont bien raison d’aller voir leurs jeunes supposés « non-déviants », peut-être une dernière fois. Car dans cette corporation ça a vite fait de mal Tornay.

    Atteint par la grâce divine, le ministre valaisan des écoles a décidé de remplacer au plafond de sa chambre son drapeau nazi par une splendide Madone.

    &&&&

    Humour vache du terroir, toujours : Le Valais attend sa Reine !

    L’Abbaye de Saint-Maurice n’a plus le goût de faire dans le mielleux ? l’arène vendue, … la reine, vent du couchant sur l’arrière, se prélasse-t-elle sur autre ruche ?

    Ne nous cachons la face, atterré(e)s, c’est inévitable pour les Valaisans : Encore vingt ans à attendre le retour du Japon de leur reine Charlotte !

    &&&&

    Du coup, je ne pense pas retourner de sitôt traverser ce pont suspendu pour moutons entre deux vallées, à Niouk, qui balance à gauche et à droite, quand on a l’impression de marcher sur place, observant la rivière des centaines de mètres plus bas. Les premières fois, j’y allais enfant, accompagné. Mes parents louaient un chalet avec des amis très catholiques et leurs enfants.

    À Saint-Luc, ou Vercorin, je ne sais plus, j’étais si jeune, le dimanche matin c’était alors l’incontournable messe en latin. Une toute première, pour moi. Arrivés vers la fin du culte, ma petite amie me secoue un peu. « Lève-toi, viens », et je la suis dans une file. Personne ne m’avait jamais expliqué quoi que ce soit, et comme observateur de monde visible je suis assez nul. J’arrive devant le prêtre officiant qui me tend un truc blanc, plat, arrondi. Je trouve ça super-sympa, je dis très poliment et fièrement « Merci Monsieur », et je fourre l’hostie dans ma poche pour plus tard.

    Pardon si je l’ai déjà conté. Mais vous voyez que ce n’est vraiment pas de ma faute, ça n’a jamais collé avec moi, ce qui est foireux à la base. Idem pour Maharishi Mahesh yogi. Nous n’avions pas 14 ans, la conférence était gratuite. Le copain, tout fort « Dis, ça pue la secte ici ? » .. « Chuuut .. » … « Non, mais regarde-les un peu se triturer les chakras du cerveau » …« Chuuut .. » … puis, docte, en plein démarrage de méditation générale « Maître, y a un apéro après ? » … ô combien de fois ne fumes-nous par fumistes éconduits ! ça continue d’ailleurs.

    Mais attention, nous ne perturbions ainsi que ce que d’emblée nous ressentions comme plein de failles, et les ados ont un terrible flair pour ça, nous mettions le doigt sur des points injustifiables déjà. Je me souviens avoir d’emblée mis dans l’embarras le prêtre nous donnant le catéchisme, lui demandant comment nous existions puisque Caïn et Abel étaient deux garçons ? Visiblement mal à l’aise, l’officiant nous promit de nous expliquer ça une autre fois.

    La semaine suivante, sans nouvelles à ma question, je revins à la charge. La réponse fut qu’à cette époque la Bible ne parlait pas des femmes …

    Et c’en fut trop pour moi : Femmes exclues ! Tromperie inacceptable ! J’en trouverai les failles ma vie durant et apporterai des solutions libératrices à ses victimes.

    Mes ami(e)s les plus proches étant catholiques, je faisais la navette entre le catéchisme protestant et le catholique, une semaine l’un, une semaine l’autre, avec mon inséparable. Au grand dam de ces messieurs .. et pas encore dames … et ramdam tel qu’aucun des deux clergés ne tenta de se risquer à séparer notre incommensurable attachement. Ils firent une exception, mais nous reçûmes notre communion chacun dans notre église respective.

    Ainsi nous mîmes-nous un beau dimanche matin où l’église était bourrée de vide moins qu’à présent, à modifier haut et fort de très paillarde manière des paroles de cantiques. À peine avions-nous entamé le premier refrain que le prêtre descendit de sa chaire, fonça sur nous et nous balança la plus magistrale gifle méritée de notre adolescence. Résonnant longuement sous les voûtes, dans un silence total.

    Même à l’époque … un Don Camillo qui boxe deux Peponnets en pleine messe ? Devant des dizaines de témoins aveuglés par leur Seigneur ? Imaginez la scène de nos jours. Et je jure devant son Dieu que je ne lui en veux pas, il a bien fait, on ne perturbe pas un spectacle, quel qu’il soit !

    Du coup, nous sommes redevenus dans nos attitudes aussi angéliques que ne l’étaient nos deux minois les plus courus.

    Nous fîmes les 4000 coups, mais jamais la plus petite déprédation. Au contraire. Cette carence d’intelligence,cette méchanceté pure ne nous a heureusement jamais touchés. Et s’il m’est arrivé il y a plus de quarante ans, par une glaciale nuit ou l’autre où nous fumions un joint sur le parvis arrière de l’église catholique de Moutier, si nous sommes entrés puisqu’elle était parfois ouverte et avons fumé respectueusement dans un coin, personne n’en trouva jamais la moindre trace. Au contraire, nous mettions quelques piécettes dans l’urne, trop contents d’avoir trouvé un endroit pour fumer. Un peu moins proche du -20°, et sans bise pour destroyer les joints. Ni tags, ni tatoo, ni piercing, ni violence gratuite, ni besoins de vengeance, ni stupidité juvénile actuelle. Il y avait certes le Mario, l’un des deux-trois différents bizarres pas d’ici étrangers italiens de l’école, qui était hyper-nerveux. Un peu casseur et brutal, et sûrement tout jeune déjà dans le collimateur de Schwartzenbach, ce Mario de Moutier.

    Non, non, Maître, pas vous, je n’oserais traiter mon honorable grand patron de casseur brutal.

    &&&&

    Patrons de Vertu, toujours :

    Les CFF veulent combattre les suicides !

    Ils baissent leurs tarifs, et les attentes de leurs charogneries de merde de convois en retard cessent de pousser les passagers à bout !

    &&&&

    Nouvelle-Zélande : Un pervers arrachait les dents de ses aventures d’un soir pendant l’amour.

    Pervers et menteur comme un arracheur de dents : Et pas encore au Conseil fédéral ?

    &&&&

    Virgin propose dans ses avions un système de drague pour contacter par « chat » une personne que vous avez repérée en entrant dans l’appareil.

    Une nouveauté, ça ? Pour celles et ceux trop fainéants pour avoir appris par cœur la totalité de ce qui est écrit ici depuis près de huit ans, je le rappelle : le 12 juin 1983, dans l’avion qui nous menait de Casablanca à Rio, il suffisait d’aller proposer ou demander de fumer un joint avec un/une passagère. Et jamais plus dans ma vie je n’ai vu autant de personnes concrètement au 7ème ciel, en même temps en train de baiser assises.

    &&&&

    L’Italien Président du Conseil … (répondez sans réfléchir, qui est Président de l’Italie ? Non, pas Silvio .. Oui ! C’est cela, bravo : Un non-Italien sur un million a réussi à dire Sergio Mattarella ! Et non : … ) … Matteo Renzi traite les casseurs de Milan de « fils à papa avec Rolex ».

    Rien à faire, qu’on le veuille ou non, il faut toujours que le petit casseur de la France apparaisse d’une manière ou d’une autre dans les médias !

    &&&&

    Ah ah ah, je ne sais pourquoi j’y pense, mais … J’étais alors responsable de la maroquinerie d’un grand magasin disparu de la place. Toutes mes excuses si tout ce que j’affirme-ci sérieusement depuis des années (en-dehors des sujets visiblement déformés pour la gloire de l’hilarité humaine) est rigoureusement authentique. J’ai tellement d’expériences et plus ou moins succès, en tellement de domaines, qu’il m’arrive qu’une décennie s’écoule avant que je ne me souvienne d’un talent en particulier qu’il m’est arrivé d’exercer.

    Je vendais donc à tour de bras serviettes à ces Messieurs, sacs-à-dos aux plus djeuns, pochettes chic pour dépensières, et tout se passait au mieux depuis quelques mois. J’étais adéquatement très mal payé, pour environ 45 heures sur les jambes et sous les néons dans mon rayon borgne, sur-décibellation dans les oreilles, même repliées en dedans.

    Pardonnez l’aparté, mais sur l’une des pages de ce Chef-Blog où vous trouverez mon selfie à l’oreille rentrée envoyé au Guiness Book, je vous expliquais que l’Honorable Rédaction ne pouvait m’accorder de record du fait qu’il n’y avait aucun autre compétiteur.

    À ma phénoménale surprise, l’autre soir j’entrevois en zappant deux jeunes se produisant pour un genre d’ « incroyable talent » (sous la surprise j’ai oublié de mémoriser le nom de l’événement) L’un avec le haut du pavillon replié dans le conduit, sur lequel il pose un bonbon, qu’il éjecte à volonté en faisant se relever le pavillon avec une simple grimace. Ce qui propulse le bonbon dans la bouche de son compère à un mètre de là. Douze fois de suite. Il suffisait d’y penser. Et de passer des milliers d’heures à se triturer les oreilles, jusqu’à obtenir la souplesse idoine. Permettant au besoin de les replier en une fraction de seconde avec le majeur, de les laisser ainsi le temps qu’on veut, et de les faire à tour de rôle et sur demande du public, ou simultanément, reprendre leur position initiale.

    Donc, mon concurrent fait publiquement un truc, à mes yeux facile, avec une seule oreille. Ou prochainement aussi avec les deux, comme moi ?? De quoi doubler l’intensité du numéro !?

    Le hic, mes proches le savent, est qu’à force de jouer avec mes pavillons depuis tout bébé et jusque vers 40 ans, à chaque fois qu’il m’arrivait d’être concentré sur quelque chose, soit 25h sur 24 en moyenne … C’est devenu un vilain rigolo tic, que de faire sursauter le quidam dans la rue, et se demi-pâmer les horrifiées intriguées. Je ne vous dis pas. Puis, ça a heureusement commencé à saigner sur le dessus, la plasticité du cartilage ayant pris de l’âge, la peau usée par la manie étant devenue d’une finesse effrayante, les pavillons se sont gentiment raidis. Heureusement ayant renoncé à concourir en taille avec De-Gaulles et le Prince Charles. Mais à jamais fragilisés, malgré vingt ans de cessation d’auriculaire masturbation.

    Donc, cher champion d’éjections pavillonnaires, garde ton titre, mais gare à ce que la jeunesse ne nous imite pas trop, et foute la paix à ses esgourdes ! Sous peine qu’elles ne demeurent par trop sensibles, une fois l’âge arrivé.

    Ceci révélé : Qui est encore capable de dire illico de quoi je parlais au début de ce récit ? Oui ? Bien ! Mon passé dans le cuir tanné, mes jeunes exploits en qualité de lumineux vendeur gestionnaire de rayon …

    Un matin, les dizaines d’employés dont je suis alors sont conviés à se réunir dans une salle. Nous annonce le Directeur, mal rasé, complètement défait, que voilà : Les deux messieurs qui l’encadrent le mènent en prison, avec ses excuses à toutes et tous, nous ne le verrons plus jamais, c’est fini.

    Combien donc au monde d’employés ont-ils rêvé de si jubilatoire spectacle ! Et cependant : Sans savoir ce qui lui était reproché de si grave (encore à ce jour) il nous fit bien plus pitié que souci pour notre propre avenir professionnel en péril. Je repartis en voyage et, effectivement, l’enseigne disparut des rues Basses.

    Puis, revenu à Genève pour y trimer un brin, j’accomplis moult autres travaux, farces, et fus accidenté au Pont du Mont-Blanc, sans faute aucune de ma part ni témoins s’annonçant. C’était alors la totale dégringolade dans l’enfer des dettes. Le chômage et même quelques mois insulté à l’Hospice général. Premier créancier à relancer des poursuites, à peine étais-je parvenu pour un temps à solder tout le contentieux ! C’était ainsi à l’époque, mais il me semble qu’à présent l’industrie de la distribution de pitance la plus minimale imaginable est moins grossière, dans sa manière d’empêcher tout assisté de rester son client justifiant les salaires d’aidants roitelets.

    Jusqu’à ce qu’un poème fort explicite déjà me permette  d’entrer à l’État, le 9 juin 1986.  Où je fus rapidement propulsé tout près du sommet, en un domaine qui me fut confié, à la satisfaction des bons dieux d’alors. Plus fumeur que buveur, avec des dettes, et dans l’impossibilité d’entretenir les obligatoires discours informels directionnels sur l’épouse et les enfants, les sorties à prévoir entre cadres et familles, … je fus gentiment éloigné du centre vital. Et de l’orée du plus haut je suis définitivement tombé, plafonné au plus bas, en dépit d’un travail fourni invariablement irréprochable depuis des décennies.

    Délit de sale gueule d’ange, à l’origine, devenu esclavage moderne d’usé buriné, marqué par les méfaits et les souffrances qu’inflige locale bien-pensance, que je dénonce.

    Et sinon, vous, ça va toujours ? Il fait beau, n’est-ce pas, entre deux orages, mais les défauts de l’ère : Très frais ; qu’en dites-vous ?

    …………….

    Allez, vous laissant bientôt ne pas oublier d’aller voter, malgré tout, Salerno, Kanaan, Pagani, Alder, voire panacher avec Barazzone, de respecter ceux qui vous montrent du respect, et pour les autres de demeurer glaçant, sans plus, je vous invite à continuer à vous délasser-ci :

    Or : Que nous racontent donc nos canards, surnageant sur les berges inondées ?

    &&&&

    Pour perdre du poids, ne jouez pas avec les pilules !

    Tiens, j’ai toujours pensé que la pilule était l’idéal, pour ne pas prendre du poids après le jeu !

    &&&&

    Le pape viendra-t-il à Porrentruy ?

    Le maire de cette ville, de retour du Vatican, l’affirme à raison : « Le Jura a toujours été un laissé-pour-compte, et le pape est sensible aux exclu(e)s et aux oublié(e)s !

    Dites, François, au passage, faites un saut à la Jonction de tous les courants, chez le seul athée de la chrétienté à chanter si bien des cantiques catholiques en latin, voire ancien portugais, durant des messes en la Cathédrale Saint-François de Salvador : Doué d’une ferveur décollant les poils de la peau des fidèles, au risque de décoller les ors et pierres précieuses par millions couvrant l’édifice. Nous parlerons pauvreté intérieure et richesses extérieures, à bannir toutes deux à notre époque, donc de Sarkozy et de tout son contraire.

    Mais, gare à ce que votre Éminence ne se trompe de train en retard, et n’aboutisse en plein Bienne, fief de la secte des adeptes du Deutschoromand, ce culte barbare à la fusion bilingue, ce patin, quoi, roulé à la francophonie !

    IMAG0782.jpg

    Alors, bitte, à l’air brindanier te fô timanch ifo f’nir boire un schloukr, c’est tous verres ! De acht à dreize Stünde.

    &&&&

    Résumons : Nombre de paroliers sont actuellement en chasse des strophes à trouver pour le nouvel hymne national. Soit. Un seul parmi eux eut l’intelligence de proposer un hymne sans paroles.

    Ah, je le répète : Si les stupides décideurs qui officialiseront le nouvel hymne avaient été avec nous à Salvador, au début de la rencontre du Mundial de foot 2014 – Suisse-France ! Ah, s’ils avaient aussi ressenti la profonde honte face à l’abominable, insupportable cacophonie d’un hymne chanté au mixer par des milliers de Suisses, EN TROIS LANGUES simultanément !

    Suivi de la plus rageante des parfaitement audibles « Marseillaise », entonnée d’une seule voix par des dizaines de milliers de spectateurs en connaissant toutes paroles, Français ou non. Avec l’hymne brésilien à Fortaleza, contre le Mexique : Les deux moments de ma vie les plus « repilante » (Qui hérissent les poils et tirent des larmes).

    Aussi ? Comment tenter d’essayer d’espérer une cohésion nationale ? Quand l’hymne censé rassembleur ne produit qu’un fatras de dissonances insupportables ?

    Au mieux du pire : Que le 1er quatrain soit en allemand, le 2ème en français, le 3ème en italien et le 4ème en romanche !

    Déjà qu’aucun Helvète ne connaît toutes les paroles dans sa langue, alors : Que chaque ethnie Confédérée apprenne ses passages à chanter dans son idiome, et fasse « mmmmmm.. » mélodieusement pour trois paragraphes sur quatre de l’hymne remanié.

    Cet harmonieux accompagnement, pouvant d’aventure générer des canons et autres jeux de voix, est fort susceptible de fournir à notre beau pays mal conduit, l’une de ces singularités exemplaires que le monde lui envie.

    Le symbole musical d’une union reconstruite.

    Assez des plébiscites contre la réussite d’une entente rassurante. Assez de décisions visant la division. Assez de ces vendeurs de faveur …

    Ali GNIOMINY

    Une joyeuse Fête à toutes les mamans. La mienne aurait fêté ses 87 ans aujourd’hui, et ses 87 ans et un jour demain.

    Chanceuses, chanceux, ménagez au possible la vôtre.

    Même si vos goûts en matière de fréquentations et de couleurs sont suspects à ses yeux.

    IMG_1308.jpg

     

  • SELFIES ? SAS À MOMENTS ! LE PREMIER MAI CRÉANT:

    Les narcisses fleurissent prochainement de partout, qu’arrosent déjà toutous de rose prose. Ce sas sent le printemps : Mais plus moyen, au passage, d’avoir une conversation fleurie. Chacun de consacrer son temps de sortie à s’auto-modéliser pour, là, poster raté, rester au mur sans cote de potes marrants et parents qui n’ergotent. Figé pour les ternies, ténébreuses, heures creuses.

    Et lorsqu’elles ne se selfisent point à outrance, les personnes gardent leur appareil en poche ; Elle se baladent en discutant toutes seules. Avez-vous remarqué ? Non ? Ah, vous êtes sur Skype avec Hong-Kong ? Désolé …

    Et vous? En conversation par Viber avec le robot de la Maison de retraite parisienne, androïde qui garde, nourrit, soigne, habille, amuse, marie, hydrate si la fonction est cochée, ... en conversation concernant votre mémé avec l'appareil qui vous promet des milliers de morts en moins lors de la prochaine canicule? Je comprends, cette amélioration si bienvenue de l'humanisme dans le système de santé français est effectivement prioritaire.

    Vraiment, c’est dingue comme les fous qui monologuent en ville, dont on souriait il y a quelques années, ont contaminé la totalité de la population. N’en demeurent pas moins quelques pittoresques beaux parleurs tout-public à mettre en exergue : Au ahahasard :

    Me Bonnant, belle plume, qui ne vole en celles couvrant Le Pen ; H.S. ; Baissé en leçons d’âge !

    Ou Isabelle des casse-styles, boudant les censeurs de la Tribune de Genève, ou réciproque, Tribune absente du Salon du Livre … du Grand-Saconnex ! Aïe ! Que s’est-il passé ?

    Les Pontes de la Tribune en auraient-ils pris pour perpète, ou pour la peine capitale rétablie ? Sous la charge de l’avocat de l’accusation, Me Poncet … eff … Rayant le Parquet d’incisives déductions, quant à l’escroquerie présumée d’une rubrique indiquant « Tous les blogs », alors que certains sont soigneusement cachés : à l’accès semi-censuré réservé à de seuls « initiés »!

    Écrits ainsi sciemment dévalorisés, au détriment de l’évolution philosophique du public ; « Soit délit d’abêtissement d’autrui associable à un Crime contre l’Humanité ? Vos Honneurs ne sauront qu’en convenir ! » Ce Me Poncet est impayable … fort appliqué dès que la Tribune le fait tiquer ou que l’égratignent des conversations de Salon.

    Vraisemblablement, à l’instar de ce qui suit, la rebelle indésirable T.d.G allait catalyser tous les lecteurs du Salon, en lançant la diffusion, (susceptible d’exploser les méninges des plus endurcis) de ses mystérieux Apps Cons ! De genre paillard hermétique annonçant :

     

    ADOUBE LE SANG ! CE ... SÉRUM DE VIE T’A ALITÉ ?

    MAIS, T’ES QUI, LÀ ? ...

    … ADOUBE LE SANG, CHEVALIÈRE … Le sang de ta Terre altière, adoube-le, Cavalière des filières: de l’Ordre du Magnifié Sacrifié Grand Coulant Dépensé … Fiche-lui l’épée royale sur la nuque et, chiche, que circule honoré ce Rouge qui bouge, à l’orée d’efforts récompensés, qu’on pensait insensés !


    Ouaip. Sinon: Passer au Salon pour y découvrir les petits fours, les grosses ententes de ventes, passer au Salon des cas nappés de dramatique sérieux ? … Moi … l’athée véhément … vous savez … c’est un peu comme demander à un Astre qu’il se commette avec les comètes …

    Et cependant mon associative présidentielle présence y est requise de plusieurs côtés exemptés d’ânes bâtés. Ma joviale, cordiale, pas réac pour un sou enveloppe physique y fera donc certainement un très discret saut.

    ....

    Certes : Suite à cette copieuse entrée fort ennuyeuse, ne servant en vérité qu’à tenter de synchroniser quelque chose avec le titre, force est de constater qu’après … ça déraille toujours dans du n’importe quoi !

    Mais de là à prétendre que les transports de votre bon Roi-Député de Parti Railleur pourraient être dangereux … ? Voyez plutôt ceux qui le sont vraiment :

    ….

    L’Office fédéral des Transports affirmait, jeudi 23.04.2015, au sujet des déplacements par rail de cochonneries chimiques dangereuses, (adorant se répandre accidentellement du côté de Lausanne) l’OFT soutenait que la population « Ne courait aucun risque INACCEPTABLE ».

    Bah, voyons, un génocide chimique de plus ou de moins, quelle importance ? C’est dans l’ordre des choses acceptables, voire souhaitables, si un wagon de chlore permet la libération de 300'000 logements d’un coup !

    En fait, sommes-nous à jamais condamnés à ruminer en regardant, lassés, passer les trains ? Les récolteurs de blé vont-ils perpétuellement pouvoir ainsi nous faire traire ? De laids transporteurs, parmi la crème, de vilains menteurs écornent la vérité, sabotent les limites de l’acceptable en niant le risque pour toute l’étable. Se payant Atourney, ivres de monopole, pour nous pousser  dans la rigole si l’on veut, accablés, s’entêter à jeter la moche cloche, caduque, dont nous sommes comme affublés ; Qui pend à nos dépens à notre nuque.

    ….

    Enfin : Revenons de préférence au plan « humain » :

    La Grande-Bretagne et la France se dotent d’un autotest HIV, donnant le résultat en 15 minutes.

    En Suisse, un tel dispositif est interdit !

    Évidemment : Que feraient l’industrie pharmaceutique et le domaine de la Santé sans sidéens ?

    ….

    D’autant plus que l’on peut de moins en moins compter sur la santé défaillante du quatrième âge, voyez un peu :

    Ils se marient : Lui a 103 ans, elle 92 ans !

    À la grande satisfaction de leurs parents très conservateurs, qui ne sauraient tolérer que la promise devienne fille-mère.

    ….

    Au fait, causant de couples : ça me fait parfois un peu peur, ça m’arrive de temps à autre ce type de prémonitions : N’ai-je inventé dernièrement une plaisanterie concernant Brad Pitt amoché et la réaction d’Angelica … ? Moche coïncidence, le pauvre chou, trop en tongues à la longue en son mas de MA campagne varoise la presque plus belle du monde. Celle où je vécus, avant ma pénitence genevoise de tête de turc, entré comme inculte faux immigré cantonal … pour tester le traitement réservé aux employés simples, avant que de rester coincé en le piège refermé.

    Bref, bravache, Brad a chu, s’est amoché le minois. Honte à moi et mes prémonitions. D’ici quelque temps, je prierai Me Bonnant de demander à Marine de me vendre le cache de son père pour mon troisième œil. Afin que j’exorcise une fois pour toutes la réputation des gens marris.

    ….

    Scandale dans la vente au détail : On nous fait payer aussi l’emballage !

    Là il y a deux poids deux mesures !

    En politique on ne paie que l’emballage !

    ….

    Dans le détail du luxe règne la perfection informatique : des caméras intelligentes signalent en direct à la police tout geste suspect de clients ou la prononciation de paroles menaçantes !!!

    Aussi, chers nantis acheteurs, évitez au possible de dire à votre épouse, au sujet du bijou qu’elle admire:

    « PASSE-LE ! FRICote avec le vendeur, ATTACHE-le à ton charme, ARME-toi de patience, FLINGUE toutes tes réticences et MARCHande ou CRÈVE l’écran avec un autre rubis. OH ! TA Gêne fait peine à voir, est-ce le prix qui te TERRORISE ? "

    Ces caméras délatrices seront bientôt presque aussi performantes que les détecteurs de mots, qui ont déjà envoyé le paragraphe précédent à toutes les polices et services secrets de la planète. Une bonne nouvelle donc, pour la sécurité …

    Enfin, ne manque plus que la mitraillette synchronisée avec la caméra, qui se déclenche au moindre mot mal placé ; ça devrait arriver prochainement.

    Cependant : à quoi bon se ruiner en installations sophistiquées, lorsque l’on est un pauvre bijoutier suisse ? Alors qu’il est si simple d’exercer en parfaite sécurité contre toutes attaques ou vols ! Non, pas nécessairement grâce à un fiston snobant qui de vraiment drôle, en bidouillant ses R’vues, qui d’aventure serait à même de désarmer les assaillants par le rire.

    Il suffit que chaque bijouterie se munisse d’un solide sas d’entrée. En lequel le visiteur se déshabille totalement et range ses affaires dans un coffre. Alors seulement se déclenche l’ouverture du sas côté bijouterie, ne coulissant que si absolument aucun objet ou vêtement ne sonne.

    Aucun problème pour les orfèvres, ayant l’habitude de se rincer l’œil avec les plus belles perles, comme de travailler les joyaux les plus fins. Et la seule infime différence pour vous, Monsieur, une fois le bijou payé, c’est qu’auparavant lorsque vous vous retrouviez à nu ce n’était que financièrement !

    Quant à Madame, un rien l’habille ! Bien qu’au prix actuel du rien …

    ….

    Association de pensée en matière de nullité : Ce tyran de Jakarta, qui exécute les étrangers !

    Vivement que des historiens des temps récents retrouvent plus de détails sur les tenants de la justice indonésienne, plus précisément sur la période située juste avant le fameux tsunami, et les rapports de l’anti-terrorisme qui s’effrayait de la totale main-mise incontrôlable autant qu’ignoble d’une concentration des principaux terroristes islamistes du côté de Banda Aceh ; qu’il fallait combattre urgemment.

    Ce dont s’occupa radicalement ledit tsunami, tout particulièrement en cette pointe de l’Indonésie. La nature, dit-on, sachant éradiquer d’elle-même ce qui est susceptible de lui porter un trop grand préjudice.

    ….

    Forts de cette naturelle sécurité, 52% de nos jeunes de 18 à 30 ans estiment que l’islam est compatible avec la démocratie. Bravo oui, voilà l’avenir de la démocratie tout tracé. Bientôt nous laisserons notre empreinte du majeur sur des bulletins de vote pour désigner les candidat(e)s à la lapidation, au tranchage de main, à la mise à mort publique.

    Chaque islamo-citoyen aura son mot à dire, sur les stratégies à adopter pour combattre et mépriser l’infidèle tombé dans l’erreur d’une autre politique religieuse. L’islam démocratique sera si moderne et éclairé, qu’il saura même pardonner leurs errances à certains bouffeurs de porc, qui ne recevront que cent coups de fouet ; Encaveurs valaisans ayant, pour circonstance atténuante, toute l’eau qu’ils ont mis dans leur vin.

    52% à nous concocter une démocratie théocratique suisse, de quoi se réjouir ! Bien que d’ici là, ces 52% de jeunes auront certainement rejoint la Syrie.

    Navré si parfois tousse un quasi-bisounours ! AUCUNE RELIGION N’EST COMPATIBLE AVEC LA VÉRITABLE DÉMOCRATIE ! Pensez-vous que les Anciens Grecs, puis Voltaire, Rousseau, Diderot … auraient pu survivre plus de deux jours, en exposant EXACTEMENT ce qu’ils concevaient ?

    Il fallut pour eux s’approcher au plus près de l’authentique esprit démocratique idéal, en s’encombrant malheureusement des incontournables croyances stupides imposées depuis le fond des âges à la masse pour la dominer, et contournant au mieux ces obligatoires fadaises ; Voire les dénonçant prudemment en partie ; Sous menace et coercition, forcés de ménager l’industrie religieuse. Fondamentalement élitiste et anti-démocratique.

    Non, pas plus que le Christianisme, l’Islam n’a pas à venir dénaturer le sens Sacré d’une Véritable Démocratie, où chacun est également considéré et respecté, libre de toutes influences menaçantes  extérieures, politiques, religieuses … pour piloter hors de toutes lois artificielles sa part de parfaite Souveraineté, compatible enfin avec la Volonté Populaire Libérée. Assez de ces simili-démocraties, directes ou non, pourries aux bondieuseries et profits qu’elles seules libèrent ou non !

    Il a toujours été impossible, voire formellement interdit, d’affirmer paisiblement ce qui précède. Je comprends mes illustres prédécesseurs et leur pardonne la retenue de leur témérité. Vrai que pour prendre un risque pareil, à l’époque, il fallait un sacré courage ou être totalement secoué par ses certitudes, sa vocation ! C’était presque aussi dangereux qu’à présent.

    ….

    Non, je ne regrette rien … Ou si ! Dans le fond : Nabila gagne plus de 100'000 euros par mois.

    Ah, que n’ai-je terminé la filière  Annemassienne « Bimbos bouchères » ! J’avais tout pour réussir, ne me manquait plus que de faire valider les sessions « Rouge à lèvres » et « Niaiseries ».

    Pour à peine 22 fois ma pitance salariale d’ainsi font font fonctionnaire, et rude dis, j’aurais même pris « Bas résilles » !

    ….

    Allez, et manifestez en Paix, malgré le climat aux côtés de la Droite, qui fait tout pour vous en décourager, et surtout, n'accordez crédit …

    Ali GNIOMINY

    Haval lait ou ti deux tours izi passent

    alpes.jpg

    Oh ! C’est de l’Humour, hein !!! Retenez les caméras snipers !

  • ELLE : VESSIE POUR LES LENTS TERNES ET PIS-ALLER …

    … La Suisse est championne du monde de Bonheur !

    Mais son taux de suicides bat des records ! Allez comprendre !

    Justement : Votre dévoué bas rond-de-cuir et accessoirement Roi-Député de Parti Railleur, pour ne vous asservir, vous démontre-ci combien subsistent en Suisse aussi des formes subtiles d’esclavage moderne rendant fort malheureux, voire cynique.

    Risible, certes, cet esclavage, en regard d’autres abjectes pratiques de rabaissement d’autrui dans le monde, mais fondamentalement injuste et douloureux également.

    Asservissement perpétué au nom de leurs désuètes idéologies : par les coupables de records de suicides, provoqués dans le pays le plus guilleret de la planète, dont témoignent ces écrits.

    Le Bonheur est dans le précurseur, et non en ses encensé censeurs ne lui renvoyant l’ascenseur ! Croyez-en le penseur qui en bave comme esclave des rancœurs de défiés glandeurs atrophiés, côté Reconnaissance par les finances à bon escient, qu’ils gèrent si fiers en le sciant.

    …………….

    Enfin, gazouillons de Félicité, en survolant nos riantes actualités :

    Illusionnisme : Vraiment fortiches, ces magiciens transformant l’Orange en Sel !

    Mais son coût n’en sera-t-il d’autant plus salé ? Surtout en notre sectaire Lake City où, si tu y mets ton grain tu déclenches une tempête: Un cyclone dont tu ne sais généralement rien, restant au centre dans le calme plat, joyeux comme pinson en sa cage oublié.

    …………….

    Allons ! Non non, ne laissez microgramme de légitime déprime vous titiller, même s’il y a :

    Pénurie de perches !

    Comme si c’était d’aujourd’hui, d’ailleurs, que plus personne ne la tend !

    Et la Fédération Olympique permettra-t-elle aux sauteurs de se coller une mini-fusée à l’arrière-train ?

    Ah ? Plus de perches du lac ? Et alors ? Quelle différence ça fait pour la restauration ? Les hôteliers peuvent continuer gaillardement à afficher au menu leurs « Filets de perches ».

    Et servir, bien rôtis en tranches, les filets qu’utilisaient les pêcheurs quand il y avait encore des perches !

    Imparable ! « Filets de perches » à l’huile de coude. Évoquant ces nouveaux parfums fleurant bon l’être disparu. Avec un filet d’algues sur lit de cordage, à en faire se relever les noyés.

    ………….

    Bref, la perche a ri, comme la carpe s’est tue milliers d’années durant et c’est fini, la carpe pète le plomb, la tanche amère cure les eaux. Or, rayés de nos eaux, ces poisseux ont, disparates, paru rares en d’autres temps tant tendancieux déjà. Qu’ils soient, année après année, comme le contribuable, réintroduits !

    ………….

    Pas pour les enfants, donc, car une très sérieuse étude (vous savez : un de ces machins faits par des étudiants ayant autre chose à foutre que ça, qui remplissent eux-mêmes les cases à cocher), une respectable étude le démontre : « Tuer un poisson serait malsain pour les enfants » !

    Certainement ! Autant que pour l’adulte c’est de le noyer !

    …………..

    Ami(e)s milliardaires, experts en l’art et la manière de faire de bonnes affaires :

    La Confédération vend ses sites archéologiques ! Pas les dizaines qui sont bousillés à coups de tracs de tous côtés ! Non, quelques beaux brins de Patrimoine, à céder au plus offrant au profit des plus truands, comme le splendide site archéologique romain de Windisch.

    Permettez à votre bon Roi-Député, du reste vous remerciant pour votre fidélité à ses aisés cris, de déplorer le manque de sens du troc entre Nérons actuels !

    Mais : Que les faillis du Servette & Cie échangent vite le nouveau Stade délabré de la Praille contre le site de Windisch !

    Ainsi, la Confédération entraîne les requérants gladiateurs parmi tous les clandestins parqués dans le Stade de Genève, et ils combattent dans l’arène-amphithéâtre de Windisch !

    Et que tous les crétins soient donnés à bouffer au Lion’s !

    ……………..

    Quoi qu’il en soit : Le plaisir booste l’ocytocine, l’hormone du sentiment de confiance !

    Plus on se fait plaisir plus on s’impose en confiance !

    Plus l’on fait (ou donne du) plaisir à autrui, plus l’on est en confiance de part et d’autre.

    Il est ainsi aisé de détecter, sur l’air ébaubi et béat de tous politiciens, people, etc apparaissant en public, lesquels viennent de se mettre le mieux en confiance !

    ………………

    62% des personnes pleurent plutôt à la maison ! (De joie d’être si heureux ?) Selon un sondage sur 5'096 volontaires de 35 pays !

    Pour les faire pareillement pleurer, celui qui les a sondés devait être Coréen. (Voir récent sujet illustré).

    ………………

    Le Directeur de Genilem destitué pour une présumée affaire de mœurs avec mineures !

    Terrible, d’abuser ainsi de toutes jeunes PME !

    ………………

    Abus, toujours : Nos Hôpitaux sous vétos ont l’art et la manière d’encourager et de rendre heureux leurs fonctionnaires qui, face aux ascenseurs, découvrent en immenses caractères « Vous avez mieux à faire que d’être à l’hôpital ».

    ……………….

    Le Groupe Gazier NAM a présenté ses excuses aux habitants de Groningue, aux Pays-Bas, pour les séismes à répétition causés par la production de gaz. Pour avoir, durant 50 ans, privilégié les revenus à la sécurité des habitants.

    Ouf ! Plus que 50 ans à attendre des excuses ici, pour la géothermie dans le canton et la cupidité de Lonza & Cie !

    ……………….

    Et voici que l’Administration fédérale se fait coincer par le Contrôle des finances !

    Une facture de + de 500.- doit être signée par deux personnes. Mais un contrat d’achat ou une subvention de plusieurs millions de francs ne sont signés que par une seule personne !

    Heureux système du Dominant subventionnant ou achetant seul, avec l’argent public, qui et ce que bon lui semble, redistribué après usure en monnaie de singe.

    ……………….

    Enfin, chers bienheureux : Jeudi passé, l’Église arménienne a canonisé 1,5 million de martyrs du génocide de 1915-1917.

    Après la semaine des quatre jeudis, voici le jeudi de 277,77 heures, durant lequel, à raison d’une seconde par nom, les nouveaux Saints entrent dans le calendrier.

    Par conséquent, le record précédent de Jean-Paul II est écrasé, l’Église arménienne entre au Guiness Book.

    …………………

    Bah, dans le fond, n’est-il parfois sain de se dire :

    QUI ES-TU ? QUI ÉTUDIE QUIÉTUDE : DIS ? QUI, QUIET, DISTILLE STYLE ? QUI ES-TU : DIT VAIN ? PAS FACHO PAS CHAUVIN ?

    INUTILE, SI HABILE, AUX DÉBILES !

    …………………

    Ainsi, Christophe Alévêque et Serena Reinaldi pourront sans autre présenter à Onex « Deux mille ans de mensonges ».

    D’outrés curé tentèrent en vain de hurler au blasphème, rien n’y fit. Stauffer sut les faire taire. Le brûlot passera bien sur les Planches !

    En fait : Des deux bords l’on ne touche pas au plus rentable business. Pour encore, au moins, deux mille ans de mensonges !

    Honte à qui, peu catholique, veut se faire Alévêque !

    Et …

    Ali GNIOMINY

    Passé rit ! Euh … BHL, à l’instar de l’ensemble des experts en art plastoc ne le démentiront : C’est dans un souci d’extrapolations métaphysico-sensitives absolues que le Maître a engendré de ses sublimes pinceaux, des semaines durant, ce légendaire Chef-d’œuvre d’humour potache pictural, qui restera à jamais le Fleuron bigarré de sa célèbre Période de Merde :

    elephantasm.jpg

     

    Des Sous ? Venir à toi ? Et coi ? Encore ? ça ?

    bergere.jpg

    Par ailleurs : Il va de soi que l’auteur réclame quelques milliards de Droits, pour apparition prioritaire-ci de l’excellentissime Shaun le mouton !

  • DÉCAPE, AIDE ET PAIE !

    Terrible aveu à charge du Sieur Alain-Dominique Mauris : « Quand on achète du PLR on sait ce qu’on achète ».

    Effectivement, ce qui est vendu.

    &&&&&

    MAIS SACHE QUAND T’Y FIER :

    Guerre des sondages : GFS l’affirme : 53% des Suisses sont croyants ! Win/Gallup l’affirme : 38% des Suisses sont croyants ! Les évangélistes l’affirment : 79% des Suisses sont croyants !

    Dramatique ! D’autant plus que, dans cette moyenne de 53,33% d’infantilisés déresponsabilisés : 100% croient encore aux sondages !

    &&&&&

    La Ville et le Canton de Genève proposent de Nouvelles bourses d’auteur !

    Merci, sans façon, pas besoin de les changer, contrairement à bien d’autres qui n’en ont pas, les miennes se portent très bien, même si je ne me les suis pas encore faites en or.

    &&&&&

    Ah, que je vous comprends, Mesdames, quoi de plus normal que de vous voir si jalouses de mon amazone à front bleu.

    Non pas que ma « perroquette » répète bêtement plus que vous. Ni parce que je la couvre continuellement de bisous.

    Mais arrivant actuellement sur ses 29 ans, et même lorsqu’elle aura 104 ans, comme le perroquet du Dr Schweitzer, bestiole décédée le 4 mars 1993, qui parlait l’alsacien de Haute-Alsace, le français et divers dialectes africains, elle n’aura pas pris une ride et restera toujours aussi jolie et admirée.

    &&&&&

    Sympathique proposition de Suisse Tourisme : Un itinéraire de 1'500 km dans le pays. En transports publics, l’opération s’appelle « Le Grand Train Tour of Switzerland » !

    Après l’esperando, l’anglorando : I’m très happy de savoir que my tailor est riche et my tailleur buying lors des Sale.

    Et vous me demandez si je ne trouve pas que ça sent de plus en plus mauvais, cette détérioration de la langue ? Yes œuf, skons !

    &&&&&

    Finissons la tournée avec : Un peu d’Histoire incommensurablement authentique, sans H aspiré ou si peu à l’époque :

    Il n’a jamais été aisé d’associer tragique et gaudriole, mais votre bon Roi-Député du Parti Railleur fit fort en ce sens, il y a un quart de siècle.

    Or, par un torride matin de début juillet 1989, (lors qu’existaient encore de dignes très sérieux rigolos, sachant adéquatement repérer les perles d’auteurs riant de vérités, experts en l’art de se gausser des risibles sur piédestal tout en leur offrant d’originales et parfois vitales solutions) un facteur pas encore fainéant m’amenait ceci au domicile de l’époque :

    ordre.du.franc.rire.jpg

    Trois ans déjà que le Chevalier Coluche s’en était allé vers les rires éternels. Et je devais prévoir de descendre enfin dans le sud, vers fin juillet, afin d’être adoubé Chevalier de l’Ordre du Franc-Rire, et possiblement me voir coiffé du Casque d’Or académique. Soit ! Ma Fidélité à l’Hilarité ne saurait faillir. Ni mon devoir de désopilante reconnaissance. Dont acte.

    Je pondis lors, à l’attention du Grand Chancelier Vincent Dizon une missive qu’un jour ressortirai. Un jour où les arriérés contemporains, chargés de trouver et valoriser qui sait réellement guérir de l’ignorance par le rire, seront jugés pour leur malveillance, ostracisme, préjudice au mieux-être de l’humanité.

    Une mémorable lettre parmi tant d’autres en mes mètres linéaires de poèmes, nouvelles et correspondances de tous genres. Du bon vieux temps, alors que même les Grands de ce monde prenaient encore le loisir de rire et d’honorer les meilleurs déclencheurs.

    Tenez, justement, je retrouve quelques unes de ces enveloppes que je recevais de l’érudit Tonton, qui pourraient bien être la raison pour laquelle le sympathique facteur si admiratif sonnait volontiers à ma porte.

     

    mitterrand.env.88.jpg

    Ainsi, vers le 5 juillet 1989, je compose l’une de ces lettres à l’attention du Grand Chancelier, missives pour lesquelles, du premier au dernier mot, je me retrouve plié en deux me retenant les tripes, larmes coulant à flots, ne pouvant reprendre mon souffle avant que d’être assailli de décapantes conneries successives à déposer sur-le-champ d’horreurs. Et envoie dite caustique bombe humoristique à M. Dizon, pour lecture de vacances. Additionnée de moult remerciements et promesses de me bien retenir lors de ce jouissif adoubement ; me retenir de faire mourir de rire l’Inestimable Assemblée.

    Vers le 17 juillet 1989, cette brave Madame de Saint-Agnan me contacte éplorée. Le Grand Chancelier est décédé le 14 juillet … « je pars en vacances le 14 juillet et un envoi en cette période pourrait bien finir par s’égarer » … Brrrr.

    Eh oui, feu nostre Jovial Grand Chancelier, que la Destinée priva de m’adouber : 26 ans de plus, et je défends toujours en vain la veuve, le pauvre et l’orphelin, combats des mous laids sur mon fier destrier, ... que chevaleresque je pardonne presque tous les coups, et qu’effectivement finissent à l’évidence toujours par s’égarer chez les ignares mes plus exquis envois.

    &&&&&

    Voire être offerts en pâture …

    Ali GNIOMINY

    Au crépuscule des lieux

    coucher.jpg

     à chaque jour sa plaine

  • AIDEZ INFOS !

    Faut-il le répéter : Les lanceurs d’alertes n’ont jamais tort !

    S’ils lançaient des grabataires, on leur courrait après bien trop facilement !

    ………..

    D’ailleurs, si l’un d’eux devenait trop myope pour se rendre compte qu’il lançait en fait une plantureuse créature qui se pâmait-là : Il faudrait alors parler d’alerte à mâle hibou.

    Un petit coucou, donc, en y prenant les formes, à la femme Américaine. Mais pas celle que vous pensez. À celle qui doit savoir sauver ce continent du regain d’obscurantisme qui le ronge : Hillary Clinton. Qui ne pose qu’une seule condition pour accéder à la présidence des USA :

    Que jamais personne, en sa présence, n’évoque la ville de Santa-Monica.

    Pour le reste, tout est prêt à la Maison Blanche pour l’accueillir, le personnel d’intendance est au complet, et les dossiers brûlants sont préparés sur son bureau par le futur secrétaire particulier qu’elle ne connaît pas encore et qui lui a été assigné, Arturo Lewinski.

    ………..

    Mais revenons en Espagne, d’où me parviennent de nouveaux échos paraissant plus plausibles, sur un sujet que je conchiai peut-être par erreur. Auquel cas je prie sa famille de victime de pouvoir m’en excuser. Mais effectivement, prenant connaissance de tant d’éléments mystérieux, découvrant qu’il est impossible d’entendre une respiration dans une boîte noire, que l’épisode de dérangement psychiatrique était en fait une grippe, que le copilote consultait juste avant sur le Net une recette de cuisine à préparer sans doute au retour, que des exercices de l’Otan se déroulaient depuis la base d’Aviano au Nord de l’Italie, … si j’ai bien tout compris en la langue de Cervantès … voilà qui laisse songeur. Et rappelle autre épisode ici traité, d’avion d’Air Malaysia trop proche de la principale base américaine du pacifique …

    L’athée, hors rides du complet … ne joue les Colombo.

    Se vêt de vérités testées, se refuse d’user de possibles sensibles rumeurs et clameurs de frimeurs … Mais, qui croire ? Quand abondent tant de divergences.

    Tout est devenu possible dans une société pareillement pourrie. Observez ce que se permettent à présent des gouvernements bafouant tout soupçon d’éthique : Ne serait-ce que la Direction de notre Confédération, qui finance le développement d’un détecteur de pédophiles, enregistrant les réactions cérébrales des cobayes.

    À noter que cette invention est inutile, qui ne pourra jamais être utilisée à proximité d’églises, d’écoles, de terrains sportifs juniors, de camps de scouts, d’informelles réunions de dirigeants … faute de quoi l’alarme dérangera en permanence les voisins.

    Pour la même raison, le développement d’une autre machine fut immédiatement abandonné dès sa conception. Berne ne parvenant plus à arrêter la sirène hurlante du détecteur de fascistes.

    ………..

    Un détecteur d’incompétents en matière de découverte de talents d’exception sera, lui, absolument assourdissant : Ecoutez, franchement, n’est-il exact que :

    De même qu’il fallut aux « experts » nombre de décennies pour qu’ils finissent par comprendre que les « petits mickeys » étaient devenus un Art véritable, à considérer, estimer et valoriser comme tel : De même les petits-petits-bâta… enfants de ces « spécialistes » réaliseront soudain que la blogosphère abrite des talents Artistiques impérissables d’actualité, un Patrimoine à estimer à hauteur de celui des plus grands inventeurs et témoins de leur époque.

    À l’évidence, de nos jours, Ramuz ou Rousseau, en leur naturelle générosité, ne sauraient s’empêcher de transmettre des Chefs-d’œuvre à leurs contemporains, au détour de sujets plus anodins abordés sur leur blog ! Leur mur de la tonte par le Pouvoir de leur Savoir.

    Ainsi, Jean-Jacques, sur www.Heloïz.com, JJD-lices pour les geek, balancerait ses Rêveries d’un surfeur solitaire à tout-va. Avec l’Émile et une nuit sur l’écran de temps à autre, croyez-vous qu’il n’atomiserait les ennemis du Comte, rats sauce Yale, pour accéder aux dix cours de l’inné gars littéraire ? Ne pensez-vous qu’au bout du Comte, au frais, d’eux la princesse grâce n’obtiendrait ? Ne l’écouterait Noir Pouvoir de naguère ?

    Non, force est de constater que le temps des mécènes éclairant les Lumières est visiblement achevé, depuis le retour du pire obscurantisme en vigueur.

    Le blogueur n’est, et ne doit rester, que vulgaire radoteur de seconde zone, et ses œuvres n’ont pas à dépasser la valeur d’une liste de courses de ménagère. Punkt schluss. L’absence de réactions sur, ou suite à, cet ouvrage en atteste années après années.

    En bref : Jamais de LED pour qui partage franchise et cran ! Seules de vieilles et conventionnelles lampes des huiles, patinées par le frottement de maintenus formatés en réseaux, sont susceptibles d’abriter le génie.

    ……….

    Mais réjouissons-nous, il existe encore tellement plus stupide ailleurs :

    L’Ambassade d’Arabie Saoudite en profite pour passer une annonce, par laquelle elle recherche un jardinier. Les candidats à l’emploi doivent payer 100.-, non remboursables, pour proposer leurs services.

    À n’en pas douter, l’heureux élu reconnaissant payera 6'000.- mensuels de salaire à l’Ambassadeur qui l’emploie, et consacrera son temps libre à infliger mille coups de fouet aux recalés qui n’avaient pas à déranger vainement l’Ambassade pour la ridicule somme de 100.-

    Au fait, j’aurais bien besoin d’une secrétaire. Pour à peine 200.- la candidature ! Mais ne vous ruez pas. La préférence sera de toute manière donnée aux Monica.

    ………..

    Assez de salaces allusions, voyez un peu les vilaines histoires de coucheries entre élus UDC et Verts à Zoug, ça s’envenime tellement que de temps à autre un homme trompé désespéré pète les plombs, et commet un multiple crime passionnel en plein lupanar politique.

    ………..

    Épouvante, toujours : L’on apprend que la Suisse vire à droite en 2015.

    Plus encore ? Alors qu’elle est déjà totalement dans le décor ?

    Enfin : À force de foncer à droite toute, elle va bien finir par revenir en force derrière la Gauche.

    ………

    Zig-zag législatif : Les retraits de permis des seniors explosent !

    Un peu de compassion, que diantre ! Où va-t-on si grand-père, complètement bourré comme de coutume, n’ose même plus rentrer en laissant sa 2CV retrouver le chemin de la maison ? …

    C’est affreux à dire, mais tellement vrai. Ces pépés n’ont, certainement, pour ainsi dire jamais d’accident dû à l’alcool, même s’ils ont exagérément bu.

    Me l’ont répété de nombreux camionneurs qui me prenaient en stop sur des milliers de kilomètres, et à qui je tendais régulièrement leur topine d’arrache-gueule au volant : « Nous sommes habitués, blindés, maîtrisons parfaitement notre métier dans n’importe quel état, c’est à jeûn que nous pourrions être dangereux ; Avec notre dose minimale nous sommes dans notre état normal, pouvons boire du matin au soir sans jamais être ivres. Les véritables dangers de la route sont les conducteurs non habitués par l’alcool, les drogues ou les médicaments, qui en abusent occasionnellement ». Mais chut, ce n’est pas correct de révéler des vérités comme ça. Un truc à déclencher au plan international un véritable Transportsleaks.

    De toute évidence, avec les nouvelles médecines, les aînés pètent la forme jusqu’à un âge très avancé. L’on prétend qu’ils ne voient plus très bien, mais c’est faux, ce n’est pas systématique ! Certains vieux votent à gauche.

    Et restent ainsi alertes. Aussi, ne vaudrait-il pas mieux brider simplement leur déambulateur à 60km/h ?

    ………

    Assez de dérapages ! Et freins, encore :

    Chers candidats à la naturalisation, vous souhaitez, comme tel fut le cas pour tant de vos semblables, obtenir en Suisse un statut beaucoup, beaucoup plus enviable que celui de l’esclave Suisse de souche, victime d’excès de franchise, le bas rond-de-cuir qui vous conseille ?

    Voici les dix commandements des erreurs à ne pas commettre, lors du passage à votre domicile des élus si fervents Compatriotes, chargés de savoir si vous pouvez finalement vous introduire en le cercle fermé des Confédérés.

    1) Ne jamais installer de sonnette exotique !

    2) Enfermer et bâillonner à la cave tous vos rejetons surnuméraires ! le Suisse parvenant à tolérer à la limite un couple d’enfants, mais plus que ça, gare, ça fait trop de bruits pour les voisins et ça pue … l’anarchie, racket & Cie.

    3) Éviter d’en faire trop, de proposer sa meilleure bouteille aux élus, et surtout d’aller eux-mêmes la choisir à la cave !

    4) Cacher soigneusement les poissons rouges !

    5) Si vous êtes musulmans : Disposer le tapis sur le seuil de votre logis en direction de la Mecque, et fixer rendez-vous aux inspecteurs des bonnes mœurs à l’heure de votre prière. Sortis de l’ascenseur ils seront flattés que vous vous prosterniez pour les accueillir !

    6)  Il est toujours du meilleur effet que l’on personnalise la cible du jeu de fléchettes du petit, par une photo de Levrat, du Che, de Marx, etc. Mais éviter l’autel empli d’encens, de bougies et fleurs entourant un portrait de Blocher. Le pire étant l’ami du mal, ça ne plaît pas à tous patriotes.

    7) Éviter d’accueillir vos hôtes en hurlant de joie et lançant des cotillons, portant un maillot de l’équipe de foot d’OTRPAYS, alors que sur l’écran, à la 93ème, OTRPAYS bat la Suisse par 7 à 0.

    8) Laisser dépasser discrètement l’étiquette M-Budget sur la totalité des objets de votre foyer, habits, …

    9) Au bout du quatrième paquet à la suite que vous terminez, depuis leur entrée dans la petite pièce à fenêtre condamnée où vous les recevez, ils devraient avoir remarqué, malgré le brouillard ambiant, que vous fumez la Parisienne bien de chez nous, Suisse jusqu'au bout du crabe.

    10) Ne jamais dire le moindre mot durant l’entretien. Le Suisse est un taiseux ! Et qui ne dit mot consent !

     

    Voilà, avec un tel bagage vous avez toutes les chances de réussir l’examen de pas sages. Il vous suffit encore de placer du Bon Dieu par-ci par-là, de promettre de demeurer outrageusement passif en toutes circonstances et vous ferez l’affaire. Serez largués dans la terrible jungle helvétique, mais avec tous les droits dans votre poche, et toutes contraintes en votre énorme sac à dos et vos trois valises.

    Vous serez Helvète servant son peuple. Commencerez, pour une durée de 40 ans à peine, à nettoyer le fond des WC de sous-chefs de sous-chefs de Directions, au moyen de copies de vos dizaines de diplômes d'ingénierie, philosophie, d'astrophysique, de médecine, droit, d'économie, etc etc. Vous prouverez alors, par vos efforts et votre soumission, votre absence de légitime révolte, votre savoir faire disparaître efficacement les gros cacas des cadres, et faire payer le nettoyage général aux subordonnés que vous accuserez de pisser à côté.

    Auquel cas vous allez prestement grader. Et faute de quoi vous resterez Helvète, certes, autant que les bêtes d’une ferme. À traire, salir, faire bosser et finir par bouffer complètement.

    Car ici : Être très aimé n’est rien !

    Encore faut-il demeurer simultanément détesté, pour que cela devienne pleinement passionnant!

    ......

    Allons, détendez-vous, je plaisantais, dix commandements ne seraient jamais suffisants, il y en a heureusement 1291 ! À vous de nous les rappeler tous.

    Avant de les rendre …

    Ali GNIOMINY

    Suite à telle mise à nu des usés costumes helvétiques :

    Art mateur exempté de bas taux

    ar.jpg

    Qui a dit: Ah, l'Art n'a cœur ?

  • LE NEUF FAIT VRILLER !

    Des nouveautés risquent de descendre en vrille les cossus tenants de la politique sans vergogne, planant sur la misère qu’ils provoquent.

    En effet, les Suisses ne savent plus que faire des Initiatives irréalistes, plébiscitées par l’ersatz de majorité vendue aux plus malsains lobbies.

    Aussi : À l’instar des Irlandais ayant transformé des flyers homophobes contre l’instauration du mariage gay en « Confettis de l’amour », qu’ils vendent au profit d’associations non fascisantes : … En raison du contenu à rallonges des susmentionnées Initiatives, celles-ci seront à l’avenir transformées d’emblée en « Serpentins de l’amour ».

    D’autre part, en janvier de l’une des années à venir, le Gâteau fédéral des Rois de l’Helvétie contiendra neuf fèves. Riez !

    Jaune ! Vu que d’ici-là, Berne et tout ce qui s’y rapporte seront propriété chinoise.

    ………………..

    C’est à neuf que doit être refait le fondement de la timocratie ayant remplacé feue notre démocratie directe. Pour faire face aux terribles drames que nous connaissons.

    Tiens, justement, puisque l’on en parle : Zut alors, plus de café dans l’armoire. Quelle injustice. Et il faudrait que j’aille en racheter ? Et quoi encore ! Je vais de ce pas transmettre mon Initiative pour le « Droit inaliénable d’avoir toujours du café chez soi » !

    Et pour éviter tout risque que le peuple ne la rejette, je mobilise l’artificielle majorité de pacotille avec le ton plus accrocheur qui lui convient : Modifie  « Initiative pour le droit inaliénable d’avoir toujours du café chez soi » en : « Initiative pour l’obligation inaliénable d’avoir toujours du café chez soi », et le tour est joué.

    Ne me reste plus qu’à forcer les 2'417 barrages entourant sa propriété des rives du Lac de Côme, et donner du grain à moudre à Clooney, jusqu’à ce qu’il fasse une apparition à l’inauguration de mon industrie de torréfaction.

    …………………

    Pas de quoi rire, ça va mal, même et surtout en Allemagne. Où la pénurie de chômeurs est telle, que l’Agence allemande pour l’Emploi renouvelle son stock en licenciant 5000 de ses conseillers.

    ……………….

    Allez savoir pourquoi me revient cet hermétique symbole que rencontrai plusieurs fois en ma Quête, du pélican se picorant le foie pour nourrir ses petits.

    Que l’homme ait au besoin à se réincarner n’est presque plus un secret de polichinelles, mais certainement pas en animal. Dommage. Certains auraient bien besoin de renaître en pélican :

    Ainsi: Un important procès a lieu actuellement. De Roms vendeurs et acheteurs de bébés.

    Pour vous dire à quel point c’est ignoble : Un procès. Afin de tirer le pain de la bouche de cette mineure parmi tant d’autres, qui continue de mendier dans le tram 12 avec sur les bras « « « « son » » » » bébé, tête pendouillant. Mise en scène de mineure, accompagnée de feutrée voix-off TPG distillant : « Mesdames et Messieurs, prenez garde à vos affaires, des pickpocket sévissent, et d’autre part nous vous rappelons que la mendicité est interdite dans cette rame » …

    Non mais, vous ne vous êtes jamais prêtés une poupée ou l’autre, vous, quand vous étiez gosses ?  Franchement, un procès pour ça ? Ce n’est pas possible ! Sûr que des enquêteurs ont mis la main à la pâte, pour inculper ainsi ces braves vendeurs et acheteurs, ces fins limiers sont tombés sur un gros morceau : Certainement l’escroquerie consistant à ne pas changer la marchandise durant des mois, avant de vendre ces bébés au kilo.

    Pratique d’ailleurs trop peu rentable, délaissée par les commerçants parents, puisqu’elle tenait éloignés même leurs meilleurs clients pédophiles.

    ……………………

    Oui oui, heureusement que je déteste et évite l’humour noir ... mais quand c’est trop c’est trop; ça me rend de mauvaise, des trucs comme ça.

    Par ailleurs : Devrai-je un jour avoir honte que l’assurance de mon concours si particulièrement précieuse à François Mitterrand, ait contribué à lui faire abolir la peine de mort ?

    Alors que la loi de la jungle la plus primaire, tuer ou être tué, prend chaque jour plus d’ampleur sur Terre, alors que des milliers de traitres à leur patrie s’engagent dans des milices ennemies pour revenir tuer leurs proches et parents, détruire le pays qui les a accueillis ou vu naître, alors que cette plus nauséabonde des vermines est ménagée à nos frais à son retour … tentons de persister encore à penser que le cancer ne se généralisera pas, tant que l’on parvient à contenir sans défaillance jamais et traiter les cellules malades. Essayons de nous persuader qu’il est inutile de l’éradiquer ici. Qu’il vaut mieux laisser autrui combattre les tumeurs extérieures, et voir alors exterminées les cellules pourries par des chimiothérapies de masses, avec bon espoir qu’aucune de ces métastases en puissance ne réapparaisse un jour en terrain sain.

    Non, restons-en là. Dans nos pays l'on ne tue pas. On ne vit pas non plus, d’ailleurs. Si l’on ne s’impose parfois de choix cornéliens.

    Par morbide curiosité, alors qu’en ma tête j’en étais resté aux années 70’, où l’on nous disait que la peine de mort au plan militaire pour haute trahison existait toujours en Suisse : Je me suis informé. Édifiant. Je vous transmets juste ce passage pour info :

    http://www.interdoc.ch/perso/pre_memoire.html#tab_31

    Il faut attendre 1989 pour que le conseiller national Pini 67 lance une initiative parlementaire dont l'objectif est d'abolir complètement la peine de mort dans le code pénal militaire. Cette initiative ne provoque guère de débats au Conseil national, puisqu'il n'y a personne pour s'y opposer. Au Conseil des États, par contre, une petite minorité de huit conseillers votent contre cette modification. La nouvelle loi, sans peine de mort, quel que soit le délit et quelle que soit la situation dans laquelle il a été commis, entre en vigueur le 1er septembre 1992. Depuis cette date, la législation suisse ne connaît plus la peine de mort. Toutefois, comme le Conseil fédéral et le conseiller aux États Danioth 68 l'ont rappelé, dans une situation exceptionnelle, sous la pression d'une menace existentielle et sous le régime d'un droit d'urgence, la peine de mort pourrait très bien être rétablie. D'ailleurs, en vertu de l'article 26 (qui concerne l'état de nécessité 69), la peine de mort, et même la décimation de ses propres troupes, peuvent tout à fait trouver une justification.

    ………………..

    Dans une telle période de crise ! Avec ce que nous coûte l’armée ! Mais qu’attend donc Ueli pour faire fusiller un de nos soldats sur dix !

    ……………….

    Autre Corps à la fête : Nous l’annonce le « Je n’ai vos mains, formations » :

    2014, année record pour les pompiers !

    Bien qu’il soit préférable de ne pas aller trop vite, en bataillant !

    ……………….

    Ah, la subtilité des nuances de circonstance, quel prodige : Je reviens une dernière fois, certainement, sur ce malheureux sujet :

    Il se suicide en entraînant 150 personnes dans la mort avec lui. C’était un pauvre dépressif. Pas étonnant avec cette Société, ces cadences, etc etc. Un malade, donc, et fini, dommage pour les innocents.

    Il en va des scandaleux profits de toutes compagnies d’aviation et de la récupération politique à tirer de l’évènement. Pas question de suggérer qu’il fut en vérité un tueur en série. Encore moins un terroriste, va de soi, il faut impérativement être islamiste quand on tue 150 personnes, pour mériter ce statut.

    Bah, pas de souci à se faire, avec les progrès politiques de notre époque, il y a somme toute de fortes chances qu’il soit prochainement cloné, afin de se faire un jour fusiller comme le mérite le monstre qu’il est. Car les lois changent si vite, selon le bon vouloir des principales fortunes en force et vigueur.

    Voyez-vous, en ma tendre jeunesse de « déviant bisexuel » selon la formule consacrée par un lamentable Tribunal fédéral à la botte de l’UDC valaisanne, je fus ranimé in extremis aux Urgences par quatre fois, suite à des tentatives de suicide par absorptions d’énormes cocktails médicamenteux. Tentamens d’appel à l’aide contre les ordurières contraintes sociales artificielles, contraires à toute logique et raison, imposées par la pègre religieuse, industrielle et politique associée au sommet de l’État de Berne puis de Genève.

    Ne comprenant plus qu’après avoir été matraqué dès la prime enfance par la contrainte de devenir un homme Marlboro, d’apprendre à contribuer sans faute, comme largement favorisé par l’État, à la prospérité des fabricants locaux Burrus et Philip Morris ; à refuser de fumer la Parisienne des potiches femmelettes d’alors, ouvertement invitées à s’y mettre également, pour le bien de l’économie locale … Ne comprenant plus qu’après avoir été  un bon garçon, comme voulu par l’État, supportant bien et m’accrochant adéquatement à l’arrache-gueule noir, avec lequel il convenait impérativement de s’afficher au bec adolescent pour être un mec … j’étais peu à peu victime de répression, sournoise ou directe, pour ma bisexualité se pressantant, et pour être devenu un gros fumeur,  un drogué à poursuivre et condamner, additionnant l’officiel produit naturel local tabac avec le naturel produit du terroir cannabis …

    N’en pouvant déjà plus des multiples atteintes irréparables à mon intégrité perpétrées impunément par l’État de Berne (continuant depuis plus de 40 ans à me réclamer de farfelus frais de retard de mille et quelque francs de prétendus impôts dus, aucune prescription n’existant pour la poursuite d’exactions par tel État tabacophile ) j’ai, comme programmé par économie politique, pété les plombs au dernier stade par quatre fois.

    Pour libérer mon prochain de l’abominable image que reflétait de moi le miroir déformé de la chienlit au pouvoir. Par amour pour les autres, et jamais pour les entraîner dans ma mort. Je ne risquais en vérité de tuer qu’une seule personne, ma pauvre mère, de chagrin. Et c’est ce qui arriva. Le choc, par deux fois, d’être mise au courant de la moitié de mes actes désespérés a très certainement contribué au cancer qui l’emporta en 1984. D’autant plus que mon père, en 1978, n’avait pu être sauvé.

    De tenaces bisbilles de famille du côté de mon grand-père paternel, et mon insouciance d’enfance, me privèrent de connaître cet aïeul, que je ne rencontrai que deux-trois fois. Et l’attitude invariablement joviale, plaisante et peu bavarde de mon cérébral de paternel fit que je ne retint que très peu d’éléments de son enfance. Sinon qu’avec un père communiste, buveur et querelleur, divorcé et remarié et redivorcé, mon géniteur fut placé dans une ferme, du côté de Reconvillier où il était né. Pour rappel, selon l’outrage d’un récent sondage: La pire ville de Suisse.

    Et il me racontait en riant, souvent, que quand il était gosse il avait peur des chevaux, traîtres et mordant facilement, qu’il avait souvent été sauvagement battu (mais sans doute ni plus ni moins que tous les gosses vers 1936) et que quand il avait faim, comme d'habitude … il coupait sa tranche de pain en deux, une moitié dans chaque main, et alternativement, petits bouts par petits bouts longuement savourés, il se répétait très fort : Fromage – jambon – fromage – jambon ….

    Puis il parvint à surmonter ces temps de vache maigre, à devenir dessinateur technique, mandataire, DRH, Président de moult sociétés locales, au zénith et … Pfuiiit ! À la consternation générale … !

    Certes, il était fort allergique, comme son père, à l’Autorité figée, Jurassien affiché chez lui et parmi les pro-Bernois, de Gauche en pays conquis par une impitoyable Droite, généralement anabaptiste, amish, catholique fondamentaliste, etc etc … (Pour rappel les amish d’Amérique sont partis des Montagnes du Jura Bernois) … Trop intelligent et cultivé pour son milieu ambiant, trop stressé par l’obligation de taire sa colère, de subir la loi des sectaires, mais malgré tout soucieux pour nous, il paya tout à l’escroc officiel, même à l’avance, et s’en alla dans le garage dans la nuit du 14 au 15 juillet 1978.

    Le champion n’avait cependant pas prévu qu’à peine son sacrifice effectué, le charognard militaire adresserait à ma mère une facture de plus de 700.-, énorme à l’époque, de taxe due pour ½ année !

    Pour rappel: Le suicide en Suisse ne restant exonéré de contribution aux préparations de tueries, que si l’assujetti le pratique un 1er janvier.

    « Pesce pescinho e » … Le petit poisson tire du poisson, dit le dicton brésilien, plus joliment que chez nous : « Les chiens ne font pas des chats ».

    Donc, le suicide ? Merci, sans façon, je suis vacciné. Sais que cet acte fatal, de par son appellation même, ne concerne strictement que soi-même, ne peut en aucun cas être évoqué si le suicidé tue d’autres humains, il est alors un meurtrier ou un terroriste, s’il occit des dizaines de personnes ! Mais non, des élections approchent ou ceci ou cela et donc : celui qui terrorise la terre entière, oblige les Compagnies à renforcer leurs effectifs dans le cockpit, celui qui épouvante la planète en pulvérisant 150 personnes contre les Alpes fut un simple malade désespéré.

    Enfin, c’est comme ça. Au fait, il semble qu’il y ait du bon travail se déroulant dans les déserts barbares, ça fait un bon bout de temps que l’on n’a plus vu de vidéos de désespérés suicidaires égorgeurs.

    ………………….

    Mais ici, tout va bien ! Le talibanisme judéo-chrétien se porte au mieux, la chasse à l’homo bat son plein, on fait tout un tabac du coût des conséquences de la promotion et protection étatiques des drogues légales ayant rendu dépendants d’honnêtes citoyens, esclaves contraints tel, Sisyphe, à suer ad vitam pour compenser le manque dû au racket les frappant par successives augmentations du prix de la maladie qui leur fut inoculée. Par absence de protection que l’État est prétendu apporter, et par seule cupidité criminelle de clans politico-pharmaco-cigarettiers ultra-protégés.

    Pratiquant allègrement le génocide sanitaire par empoisonnements de types corporel et spirituel prescrits ou recommandés, et la répression et l’exclusion contre qui s’en offusque.

    Il n’empêche que l’on vit, semble-t-il, dans le meilleur pays du monde. Une fois remis à … neuf.


    Alors ? Qu’y faire, si un Nouveau Voltaire atterre ? ...

    ……………………

    Refusant de céder ...

    Ali GNIOMINY

    Préférant, pour casse-dents, les Mille-feuilles à l’avanie.

    DSC_4200.jpg


  • HAUT MAGE FACE AUX « CASSE-QUÊTE »

    Son Eminence crise : Voyant tant de voyous noyés sous subventions faire de la rétention de considération due, hagards regards rivés sur qui en est privé, du haut de sa Dignité : Eminence dépitée se dit que : Traverser réhaussé cette époque, et passer son temps en n’en vantant que le toc : choque !

    Mais l’on s’en moque. Passons à du bien plus sérieux :

    Assez, de toutes ces femmes voilées sur la voie publique le Vendredi ….!

    Interdisons immédiatement ce terrorisant défilé des Pleureuses de Romont !

    ………………..

    Terrible aussi, que de devoir se voiler la face vis-à vis de l’évidence. Observez pour exemple l’attitude d’une certaine Isabelle Falconnier, présidente du Salon du livre de Genève, journaliste littéraire à l’Hebdo et déléguée à la politique du livre pour Lausanne, qui ne parvient toujours pas à s’élever plus haut que les insultes qu’elle profère à l’encontre de votre bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche artistique :

    Isabelle des casse-style affirmant que dans la culture l’on ne peut pas être fonctionnaire !

    Prenons ça d’où ça vient. Comment demander de s’y connaître en Culture subtilisée par fonctionnaires ou non, à une candide gamine fonctionnant passionnée, avant tout, par sa collection de casquettes ?

    …………………

    Et franchement, s’occuper de politique du livre … du plus rigide des bleds parasitant les rives propriétés du Lac de Genève ? Quelle tristesse, quelle vergogne.

    Alors qu’en la plus cultivée des Jonctions de l’univers, sise en la plus intelligente et resplendissante des Cités romandes de bout de lac, des trésors de Culture échappent totalement à son risible fonctionnariat. Mais laissons-lui qu’une fois l’an, sortie de l’aride campagne des têtes de Vaud pour affronter la grande ville, elle fonctionne à présider bien Palexpo … Salon ne peut lui reprocher.

    Et reçoit les grandes pompes d’autres paysans de la culture des patates après le 1. Puis se laisse … bercer par la chasse aux cannes … à employer … sous prétexte de gérer moins aveuglément de l’Artistique et de l’Educatif, grâce à vieillottes béquilles bouffées aux mythes. Dos au Mage.

    Qui se sent presque obligé de la ressortir, cette antiquité du plus culturel des charismatiques fonctionnaires visionnaires :

    1392620264.jpg

     

    Prédisant présidences houleuses râleuses et moches, pour tous borgnes qui la lorgnent et louchent, mais jamais ne la bouchent la bouche à la mouche du coche ; leur permettant d’évoluer ou les mettant sous les huées ;

    …………………….

    Au fait, il ne faut jamais dire : Là, d’humeur explosive, il se posa, morose, achetant une rose relaxante lui redonnant des couleurs.

    Mais : Là, assis, terne acquiert rose zen.

    ………………….

    Passons à plus pompeux : Les Alliés contre les nases Islamistes sont enivrés à l’idée d’exploser les caches des casseurs de musées !

    Moralité en boîte sauce automate :

    Les casses saoulent, eh ! ça va péter !

    …………………..

    Plus douloureux encore :

    La blessure à la main de Johnny Depp est plus grave que prévu. Le tournage de la suite de « Pirates des Caraïbes » devait encore être retardé d’un mois !

    La production ne pouvant attendre plus longtemps, vu les frais engendrés par l’inaction de l’équipe, la main en question a subi une opération d’urgence, réhaussant encore le rôle : Attendu qu’un pirate se doit d’avoir un crochet en guise de main.

    Dans la foulée, les chirurgiens du studio lui ont également ôté un œil et minutieusement raté une énorme cicatrice en travers du visage. Saisissant de réalisme.

    Son épouse, Amber Heard n’a pas apprécié ce nouveau look définitif et envisage de le quitter. Monstrueux. Avis à ces dames.

    Il est certain que si le rôle avait été attribué à Brad Pitt, son épouse l’aurait soutenu, et n’aurait pas hésité une seconde à modifier son patronyme en Angelina Moche.

    Et sans le moindre doute, si Brad par malheur perdait un œil, la belle ayant coutume de se faire enlever les organes en prévision des risques qui pourraient les frapper …

    ………………….

    Vous le savez, fidèles lectrices et lecteurs, l’auteur invente ses vannes de A à Z, ne copie jamais quiconque et conserve son absolue originalité en ingérant très peu de gags ou de sujet des plus sérieux provenant d’autrui, depuis des décennies.

    Excessivement rare, la méchanceté du jour contre la sympathique et raisonnable Angelina Jolie, voisine du joli mas de ma tendre entrée en catastrophe en l’âge adulte, cette ignominie m’a été inspirée par une photo truquée reçue du Brésil. D’elle, totalement édentée, affirmant : « J’ai enlevé mes seins en prévision du cancer et les dents contre les risques de caries » …

    Et, horreur suprême, bonus de deux blagues ne provenant aucunement de notre Auguste personne, qui vous les traduit-ci :

    Le médecin présente la facture à son patient. Qui s’exclame : « 1'700.- ? Vous êtes sûr ? Euh … Vous ne faites pas de réduction pour un confrère ? » Le praticien questionnant alors « Ah bon, vous êtes aussi médecin ? » « Non, je suis également voleur ».

    Un sadique, un assassin, un nécrophile et un masochiste se morfondent, inactifs, alors que passe un chat.

    Le sadique s’exclame : « Vite, attrapons-le et torturons-le », l’assassin : « Oui, je vais l’occire ensuite » Le nécrophile « Rahhh, puis je violerai son cadavre » Et le masochiste « Miaouuu ».

    ……………………

    Alors, vous voyez qu’il existe toujours meilleur dans le pire du pire.

    Enfin, contentons-nous déjà de mes produits locaux:

    Remercions au passage des Saules pleurant, le Sieur Guillaume Barazzone ayant à-demi tenu ce qu’il m’avait ci-promis. Souvenez-vous ou relisez vos classiques :

    Se souciant prioritairement du bien s’étaler des milliers d’estivants envahisseurs, conviés ci-dessous à festoyer par nos niais socialistes soucieux de convivialité :

    chiens.jpg

     

    Puis, sur ses grands chevaux toujours, Guillaume le Conquis eut la chevaleresque condescendance de faire doter encore le Sentier des Sales de : 

    musique.jpg

     

    Que moult congratulations lui soyent mandées ! Bien qu’il eût été plus idoine qu’il s’enquît préalablement du calvaire riverain des contraints, las, à humer l’empoisonnement aux myriades de fumées dégueulasses de grillades.

    Et dire que, depuis tant de mois que circule dans le quartier ma dernière missive à Guillaume, des personnes âgées persistent encore à me rappeler le barbecue à organiser un soir d’été torride de Conseil, sous les fenêtres ouvertes de nos chers élus.

    Mais, tout va bien, les revendications de votre bon bas rond-de-cuir font de l’effet : L’abominable caravane w-c bouchant la seule vue sur le Rhône des habitants de la rue Emile-Nicolet a stupidement été remise au même endroit ... Et, menue cerise sur le gâteau que vous voyez en fin d’ouvrage :

    Chiées de containers de récupération de tout et n’importe quoi sont à présent amarrés au mur de nos box. Déplacés du début du Sentier où leurs nuisances gênaient plus riches que nous, et foutus exactement sous notre nez et oreilles en éveil.

    Ah, le doux cliquetis nocturne incessant à venir, des bouteilles dûment fracassées, ah les timbales d’alu s’entrechoquant au long des nuits blanches, ah les lancers d’œufs pourris, (juré que des riverains m’ont dit sérieusement y penser) hurlements et bagarres futures …

    Bref, à un ou deux détails près c’est parfait, la viande fraîche bienvenue peut, comme de coutume, revenir se pavaner et plus le soir sous nos yeux. À condition d’éviter de frire.

    …………….

    Pas sympa, au final, la Xième faillite qui se prépare pour le F.C. Servette. Il s’agira que le club change vite de nom, avant de couler à nouveau.

    Le Team AHMED PUITDFRIK S’HERVET, propose l’Emir du Qatar qui songe, à cette seule condition, à acquérir malgré tout le seul rebut du foot mondial qu’il ne voulait pas dans sa complète collection. Après l’Eauauxânes Sport et le futur citoyen Russe Sepp Blatter, évidemment.

    Voilà qui est très injuste et gonflant, pour une équipe qui, lors de son dernier match, selon des experts valaisans en calculs d’affluences, comptait dans le stade plus d’un million de spectateurs.

    Comptage qui rend haut Mage …

    Ali GNIOMINY

    C’est risée sur les gâteux

    cerise.jpg

  • GENS BONS ET SALE AMI

    Les cochons de payeurs genevois, à l’égo réfléchi, ne sont stupides au point de croire ami et d’estimer le porc franc.

    De l’apport chéri d’estimations-bidon d’experts (verts en me lisant) s’élevant à quelques centaines de millions pour d’aucune croûte ou malingre statuette griffées, naît la démesure du traitement inégalitaire et indigne de la (dé)valorisation de l’Art.

    Dû largement à la tranche de vie inestimable d’Artistes contemporains dépouillés :

    Un très sérieux réexamen de l’hermétique toute-puissance des experts du business des Œuvres doit avoir lieu. Et aboutir à une redistribution moins débauchée et tendancieuse, de la Valeur Véritable de l’ensemble des Fruits de l’Inspiration humaine, tombés en les mains sales des tenants de la Finance sans scrupules.

    …………………..

    Sur ce : N’est-il point illusoire de vouloir foncer ainsi dans le lard des gros poissons ? L’Art rend sec, c’est bien connu. Ceux qui l’empêchent sont trop rarement mouillés.

    …………………

    L’essentiel est qu’existent des gens bons, même aryens, qui s’offusquent dès que l’un de leurs amis prend un selfie sur un lieu de catastrophe :

    Trouvant à mourir de rire les photos de ses selfidôles. Tel ce sauveteur coiffé d’un turban d’intestins et arborant de splendides boucles d’oreilles constituées de deux yeux.

    …………………

    Mais, plongeons-nous plus avant en les flots déchaînés de mots rudes, de qui se languit de vous glisser que :

    Suite à de menus problèmes de « jeunesse », la Psychiatrie genevoise avait promis de réexaminer les critères d’évaluation de l’état de ses patients les plus difficiles, et de revoir sa politique en matière de performante réinsertion. C’est à présent chose faite.

    Bien évidemment, les budgets cantonaux étant pratiquement à sec, les responsables du projet mis en place durent mouiller leur chemise, pour draguer le lit du fleuve d’investissements indispensables, afin de sortir de l’ornière.

    Mais ces efforts furent largement récompensés. A tel point que le budget de Genève pour les dix prochaines années est couvert par un généreux sponsor, en plus de son offrande de matériel sophistiqué. Donateur qui nous dispense ainsi de payer des impôts durant cette décennie.

    En effet, depuis quelques semaines que l’expérience a débuté à Curabilis, les camisoles de force ont été rangées, le calme règne en permanence, les malades les plus dangereux sont devenus doux comme des anges. Qui pourront sans nul doute être réinsérés bientôt dans la Société, avec l’aisance de poissons dans l’eau. Où ils excelleront  dans leur nouveau métier appris (grâce à ce conséquent investissement allemand au profit du quartier de haute sécurité) sur simulateur de vol.

    …………………..

    Au fait, chers cinglés, n’oubliez jamais : L’un des vôtres avait prédit que son nom serait connu de la terre entière. Et les très intelligents médias du monde entier se sont empressés d’agir jusqu’à la nausée selon sa volonté. Son patronyme de taré est sur toutes les lèvres.

    Alors qu’il eût suffi d’en parler autrement « Le chien galeux dans le cockpit, l’ordure de salopard de charognard aux commandes … » Ouvrons plutôt, en son non-nom, un concours d’appellations fleuries. Et malgré tout, paix à son âme malade.

    Vous savez combien je suis allergique à l’humour noir et l’évite généralement. Mais vu qu’au crépuscule de notre Société tout est bon dans le couchant, je vous en rallonge un morceau :

    L’information du porte-parole de la police vaudoise, concernant un crime sordide : « Le corps n’était pas beau à voir ».

    Vrai que généralement, selon les critères modernes, il est du meilleur goût de faire rivaliser de beauté les cadavres (garantis véritables Gunther von Hagens) exposés dans son salon.

    …………………..

    Et Pâques ? Ouhla ! Déjà ? Vite : Une mielleuse douceur aux pairs vers qui t’habitent:

    Gare à vos œufs de chauds collés,

    N’en abusez, olé olé, soyez rusés,

    Pas que de tant d’amour sans pépins

    Ne naissent puis régressent, gourds,

    Plein de petits lapins à lapines

    Gagnant leur pain par le tapin.

    Etat ….

    Ainsi périt l’épate éthicienne.

     

    Pâques à joyeuses, Pâques radieuses.


    Pâques .. a ce rôle : À nous, gars,

    De croître, multi-pliés.

    Oups, du coup, v’là que ça m’astique ma poétique. Mes rimes se griment en rose prose :

    Rectification s’impose (c’est un tic) :

     Sarkozy, le vexé

    Est puni !

    C’est fini

    de taxer les zizis !

    …………………….

    Proprette transition, par conséquent : Puisqu’il n’y a point de sots métiers, et que règne encore la plus totale corruption en matière d’estimation des véritables talents, il m’a fallu m’abaisser sous le joug des indignes lois du marché, et ouvrir un commerce me permettant de survivre au milieu des meilleures plumes. Magasin dans lequel je vous invite à vous rendre sans sommations.

    N’hésitez plus : Votre canari, perruche ou vautour domestique préféré est un amour, mais vous vous épuisez à nettoyer ses déjections ? Plus de problème ! La Boutique Proproiseau vous propose un très important choix de couches-culottes pour volatiles !

    IMAG0701.jpg

    Et faites un saut au rayon poissons rouges, où les Pampers sont à moitié prix.

    ……………

    Un peu dans la même veine : « Souriez, le petit oiseau va sortir » semble nous dire cette frétillante info imagée du Canard orangé.

    plong.jpg

    C’est tassé, j’en conviens. Du coup, s’il est Coréen, avec une moyenne évaluée à 9 cm à peine, difficile de se dire que tout baigne dans l’huile, bien qu’un brin de détente ne fasse nul mâle.

    Mais, très sérieusement, il est surprenant que ce genre de très, très léger incident ne se reproduise pas plus souvent chez les sportifs. Il y a fort longtemps, sur ce support, j’avais mis à ma sauce l’étude scientifique démontrant que la plupart des alpinistes, par exemple, sont contraints de se décharger arrivés au sommet, au point que Brigitte Bardot envisage de venir en aide aux bouquetins maltraités.

    Du fait que pour gagner un surplus d’oxygénation, les grimpeurs professionnels prennent du Viagra.

    De là à supposer que la plupart des sportifs ont également tout à y gagner d’élargir leur … respiration …

    …………………..

    Pas gonflés, en revanche :

    70% des Français sont d’accord de coucher le premier soir.

    Zut alors, ne passant au marché sur France que le matin, il va falloir se contenter des 30% restants.

    Et inutile de noyer le poisson : Les restes de marchés sont souvent déjà fripés et bien peu ragoûtants.

    …………………

    Sur ce, c’est assez d’hommages …

    Ali GNIOMINY

  • L’ART À GENOU PRIE ! LAISSE PRISONNIER !

    La rage nous prit ! Laisse prise aux niais !

    Assez d’art à rage, heurts ! Je reconnais que perds ! OK !

    Oh ! Quel délire est l’ire ! N’est-il débile que sur ma cote tombent les bombes du boycott ?

    Et plus encore que de s’en plaindre lors que ne cesse de geindre, de dépeindre l’horreur des dragueurs de faméliques erreurs idéologiques en vigueur, votre Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche artistique.

    Assez, de casser du sucre sur le dos des suppôts du lucre : Des rapaces qui nous passent des haillons par millions, nous dépouillent de nos fouilles, nous bidouillent la débrouille, souillent et verrouillent nos bafouilles en vadrouille … Assez !

    Dorénavant : L’Amarré du siècle, mieux luné, débordant de compassion, submerge tous rivés de flots de compliments :

    Ô ! Que Genève est admirable, avisée, généreuse, respectable et reconnaissante, qui, demain, distribuera ses médailles aux plus méritants citoyens. Personnages hors du commun, se mettant en danger depuis des décennies au service des exclus occultés, dénonçant sans détours ceux-là même, distributeurs automatiques détraqués, qui discriminent à l’emploi d’exceptionnels artistes, cachent leurs œuvres d’indiscutable nécessité publique, perpétuent l’abrutissement culturel, économique, philosophique, politique …

    Bravo Genève, reconnaissant merveilleusement la Valeur véritable de lauréats le méritant certainement, et envisageant d’en faire d’aventure enfin de même, au sujet de créateur Producteur de Travaux inimitables, d’Efforts considérables en vue d’améliorer réellement l’Humain : En le sens de sa Souveraine Volonté naturelle commune et Liberté, dont il fut et reste sciemment par trop crapuleusement détourné.

    Sinon, l’Amarré du siècle finira par se retirer : Et alors, jonchant la platitude boueuse, tous mollusques seront au grand jour mouillés et cuits.

    Tant qu’il en perd diction. Mais solide hère encore espère !

    L’Art debout : De chandelle, l’éclaire et donne des ailes, la pêche, l’empêche de se taire ! Mais, c’est s’esseuler que de trop gueuler ; C’est se remiser que de trop criser :

    Eh bien tant pis, tant que c’est dit :

    …….

     

    (Suite à adapter fortissimo sur désopilant ton d’opérette) :

     

    Rester gentil, élogieux, est de plus en plus difficile face aux absurdités qui nous sont imposées. Pour exemples :

    Le Tribunal administratif de Première instance de Genève décide que le malsain prosélytisme doit perpétuer ses dégâts en ville, par autorisation de prolifération de tendancieux stands. Soit.

    Le droit de déformer le mental de la jeunesse étant ainsi reconnu, je me dois de lui venir en aide en opposant contrepoids. De peur que les innocents de maintenant n’aient à subir l’abjecte discrimination religieuse ayant porté et portant encore irréparable atteinte à ma personne. Obligation dès le plus jeune âge de cacher de naturelles attirances … pour tout ce qui échappe à l’ignoble carcan de la subjectivité et des geôles de l’arbitraire piété forcée.

    J’ai toujours, jusqu’alors évité d’intéresser ados et jeunes adultes à mon agnosticisme exacerbé. Mais un tribunal ayant déclaré la guerre à l’objectivité en réhabilitant le sectarisme sur la voie publique, je pense à présent additionner à ma newsletter quelques centaines d’adresses de groupes de jeunes. À sauver de l’abêtissement programmé. Et s’il le faut vraiment, démultiplier ma vocation en la répandant finalement, en dépit de mes réticences à ces supports bouffant un temps inestimable, irremplaçable, sur Facebook, Twitter, etc, etc.

    Et j’invite dorénavant mes flopées de fidèles lectrices et lecteurs, pratiquement tous au sommet ou VIP de la culture, politique, philosophie, des médias, à diffuser sans plus de retenue les coordonnées de ce blog http://barondecuir.blog.tdg.ch à un maximum de leurs connaissances. Afin qu’elles en fassent de même.

    Ne serait-ce qu’en aimable réaction à la censure au lien d’accès à ces écrits par la Tribune de Genève, habilitée à déployer ou soutenir en ville autant de stands  d’oppresseurs qu’elle le souhaite.

    Transmission tous azimuts de votre part, en signe de refus à l’inaction, à la violence de l’indifférence, ne serait-ce que pratiquées par mes suiveurs réguliers, I. Chassot, I. Falconnier, S.Kanaan, équipes de Pro Helvetia, d’Académies, de Directions, d’Universités, du Star Système, du Social, de la Police, Santé et des Finances, de Présidences de plusieurs pays …

    Réagissons enfin contre tout prosélytisme clanique, soit intéressé, officiel ou non ! Certainement la pire des tares de la planète à éradiquer urgemment, ravageant encore l’humanité, sous couverture de « justice divine » et droit d’exprimer les plus primaires et dangereux concepts élitistes, fondamentalement néfastes sous couvert de bienfaisance, que nos aïeux honteusement trompés et trompeurs sont allés jusqu’à utiliser pour branlant socle constitutionnel.

    …………

    Ici comme partout ailleurs, voyez le désastre des croyances figées :

    Risible, à quel point les Grandes Puissances sont aveuglées, obnubilées par la richesse ! Et se disent alliées contre l’Islamisme étatisé, si celui-ci persiste à enrichir l’uranium.

    Alors qu’elles doivent prioritairement s’allier contre la persistance de l’appauvrissement des esprits, dispensé par la charia, les fatwahs, le djhad … et autres marches homophobes françaises.

    Que diront nos petits-petits-enfants, si la Terre est encore peuplée d’humains capables un tant soit peu de raisonner, que penseront ceux-ci des dominants actuels tétanisés, ou prosternés par exclusif profit criminel, devant les pires voleurs et destructeurs de valeurs au sommet de systèmes arriérés, plus que moyenâgeux ?

     

    De même qu’en contaminant les masses de l’obsolète rumeur qu’il suffit de croire en un Jésus ou l’autre pour accepter l’inacceptable, tolérer l’intolérable, supporter l’insupportable, honorer le détestable, de même en acceptant, laissant agir encore les maîtres de l’appauvrissant des esprits, en Afrique, en Moyen- et Extrême-Orient, et partout, d’ailleurs… nous contribuons au pire des crimes en cours contre l’humanité. Rien ne justifie que l’on se fie à des partenaires tortionnaires. S’enrichissant de la mort, appauvrissant les vies.

    Trop d’enrichissement d’uranium peut exploser au nez. Mais l’actuelle démesure d’appauvrissement  de conscience, d’ignorance enseignée, au nez et à la joue bien rasée de peu regardants commerçants de conditions de vie, produit des marées de déments comme mines à retardement.

    L’Amarré du siècle passé, déjà, vous l’a ressassé :

    Tout Livre Saint n’est Livre Sain que dans la mesure où il nous assure le droit de foi sans influences, le droit de doutes en cours de route !

    Tout Livre Saint n’est Livre Sain que si ses pires adeptes n’en tirent de Cause, n’imposent ineptes concepts !

    ……………

    La rage nous prive ainsi parfois de vicieuses ogives silencieuses : En hurlant, vociférant, s’affairant à dénoncer tous insensés dieux odieux et vestales qui, sûr, sur piédestal s’étalent !

    Lors, soyons soyeux, joyeux maillons de chaîne sans haine, instillons en ville lasse un déclic, face aux entêtants mille stands de tire-fric.

    ……………

    En l’occurrence : Approchant des quarante ans de traversée du désert conceptuel genevois, et contemporain plus généralement, déchiré par les ronces du traitement arbitraire, malade sous les attaques incessantes des vautours et fenecs s’abreuvant à la sueur de mon front, rongé par toutes vermines parasitant mon flux vital en sens exclusif, sans jamais m’apporter ou transmettre le plus minuscule bien, la moindre opportunité de mieux-être, la plus petite facilité d’accéder vivant à l’abri tellement plus que mérité …

    … Après près de quarante rugissants ans, l’Amarré Lion captif de désert sectaire, dont toute retraite est peu à peu bouchée par élégants fâchés brigands, qui jadis le berçaient … de salopées mélopées pour ours trop fiers hors tanière : l’Amarré, entendu, est prêt à submerger tous barrages aux hommages dus !

    À plus qu’intriguer : Irriguer les consciences de flux plus lus sur l’importance avérée de se libérer, avant séismes des intégrismes sous toutes leurs formes les plus énormes, et tous leurs arts du canular brutal en Fer fondamental, à faire gober aux absorbés.

    Il suffit. Protégeons très activement tous édifices religieux, statues et monuments sacrés du monde, considérons toute atteinte à ces représentations religieuses comme un crime contre le patrimoine de l’humanité, créons même un tribunal international à cet effet, pour pendant de celui de La Haye. Toutes aspirations humaines concrétisées en fonction d’une recherche d’élévation, d’amélioration du genre sont précieuses ! À préserver au possible !

    Mais exclusivement à titre d’objets du musée des obsolètes convictions, croyances diverses en un Invisible, façonné selon les besoins des plus opportunistes prosélytes, ayant engendré toutes inégalités et guerres.

    Avant l’universelle prise de conscience de l’Essentielle Valeur de chaque minute, à laisser impérativement de son vivant pour s’exprimer à qui sait véritablement le faire, sans intérêt personnel prioritaire ! Luttant seul et sacrifiant sa vie au long de décennies, à éviter les crotales rendant périlleux ou fatal l’accès au point d’eau douce à tous. Afin de le libérer à coups de logique, et tenter de fertiliser tel désert d’ère du mépris de malappris qui n’ensemencent que suffisance, revêches, empêchent sous privations, obligations sans attention : La Création à sensation: d’Écrits d’Estime, sans cris, sans aseptique glu, sans plus de critiques : d’Écriture à teintures poétiques extatiques, et de Musique, de Peinture hermétique …

    …………

    Le manque entretenu, chez bouillant, vaillant travailleur des meilleurs raillant : énerve, use les Muses, sans bruit détruit la Verve ! Et vous laissez faire, ne cessez de vous taire ? Vous, agaçants « reconnaissants »  assassins de sains desseins qui abondez à tenter d’éviter l’Entité Lionne Athée qui vous questionne : Vous somme de veiller à lui verser sans tergiverser un million de ce pognon dont vous l’avez niquée, mise sur le ring sans sponsoring, lui payer sans délai le figé contentieux infligé, englué sous laids cieux malicieux pollués.

    ………….

    Gentil tout plein, ainsi, ce menu message d’avertissement à nos dits Sages et autres momies d’académies, ces chères amies éphémères conservatrices de l’infamie dévastatrice, l’inconsistance de la bien-pensance castratrice. Aimable comme pas deux, ce rieur constat de l’état des …

    … Hideux que de se moquer : Que de croquer de braves gens qui ne bavent qu’argent, ne crachent sa cache, nous mouchent sous louches éternuements du dénuement, sous torve morve de tels grippés, huppés modèles.

    Une rapide guérison, de leur vide de la Raison si gâtée, leur est ainsi souhaitée.

    ……………

    Vous le comprenez, certains jours ne prêtent pas trop à rire, la douce fantaisie est bousculée par de glaciales réalités : L’envolée de l’immortel Monsieur Erni, l’un des rares tous Grands de ces deux siècles, que je n’ai eu l’honneur de côtoyer un jour ou l’autre. Et ce crash de plus, sur les Alpes, qu’il me faudra encore et encore survoler.

    Mais quelle importance ai-je, dans le fond ? Ma perte serait-elle plus regrettée que celle de chacun des êtres brusquement là disparus ? Et puis, serais-je aussi traité à la mode Manuel Valls, s’empressant d’affirmer, en substance «  Crash dans les Alpes françaises. Nous présentons nos condoléances aux familles CAR ce crash a eu lieu sur territoire français. »

    Bien évidemment, si c’était arrivé ailleurs et qu’aucun français n’était victime : Aucune raison d’en faire toute une histoire ; Toutes chaînes en boucle ne causeraient comme à l’accoutumée que de politique interne jusqu’à la nausée.

    Il fut édifiant de suivre également sur BFM et I-Télé en direct l’attentat au Bardo à Tunis, et d’entendre le souci primordial de découvrir en premier s’il y avait des victimes françaises, s’il fallait couvrir l’événement avec tout le pataquès requis ou le fourrer parmi les habituels clashs d’Afrique du Nord et passer à autre chose.

    ……………

    Gentil, l’Amarré, gentil, gentil ! Si ce n’est, d’ici quelques décennies, au cimetière des Rois, entre Calvin et Grisélidis Real, il convient tout de même d’éviter d’irriter trop les larbins destinés à t’envoyer au Panthéon !

    ……………

    Mais surtout pas en terre moitié Suisse-allemande, moitié Suisse-romande, qui d’ici-là me vénérera comme un enfin bon dieu ! Et ne manquera pas de se venger en gravant sur ma pierre : « Ci-gît Gott ! Roi-Débuté tu Partir Ailleurs d’Exdrême-Zentre-Coche ».

    …………….

    Et vous, au fait ? ça ne vous arrive pas de temps à autre d’avoir le moral en dent de scie en l’espace d’un écrit ? Sans pour autant passer du pire aux armes. Juste avec juste besoin mitigé d’exiger, circonspect, sans alleluiah, un chouia de respect et de païens moyens que séquestrent ces si brouillons, si sinistres cuistres. Un million.

    ……………….

    Allez, on ne va pas rester à pester sur l’incompétence de telles éminences. Qu’elles s’éveillent et payent la valeur des conséquences de leurs erreurs et ignorance. Qu’en dépit des tapis sous Conseils en sommeil, des planqués étriqués, des faux-frères gestionnaires, nous puissions sans passion leur pardonner de déconner, d’abandonner à l’Amarré le devoir rasoir et carré d’exiger des figés d’honorer la facture de leurs leurres de défiés immatures mystifiés.

    ……………….

     

    (Molto piano les ténors et barytons, crescendo les sopranos, point d’orgue et staccato fortissimo les violoncelles et violons : « La Garce de Farce » dernier tableau) :

     

    Ce ne fut point encore le printanier chlore mortel de Syngenta ou Lonza qui, le 19 du mois, nous empoisonna, mais un énorme incendie industriel qui nous infligea un taux de particules fines douze fois supérieur au seuil légal. Le 20, en Une de la T.d.G, en collision avec un sujet sur l’Amazonie avertissant « Le poumon vert se porte très mal » nous apprenions que, fort heureusement, l’incendie n’avait pas dégagé de gaz toxique.

    Hourra ! Douze fois dépasser le seuil légal n’est pas toxique ! Dodécuplons de suite le niveau de tolérance de toutes échelles de toxicité !

    Et, franchement, essayer de détourner si grossièrement l’attention des Verts sur le poumon de l’Amazonie, c’est d’un goût.

    Un peu de respect, ne serait-ce que pour ma Verte petite-cousine Sue Putallaz (du paternel côté du Chablais) qui, à défaut de cacher un cadavre dans le placard en découvre un dans une benne à habits, bien heureusement pas vert.

    Pardon, excusez-moi, paix à son âme. Il y a quelques mois, sur l’une des récentes pages de ce blog j’avais publié une photo de la benne ci-dessous, et conté le triste spectacle des hiérarchies de mendiants, généralement Roms, se servant des meilleurs pièces retirées par divers moyens et laissant le reste aux suivants, laissant le reste, souvent étalé sur le trottoir. Ne fumant que sur le balcon, j’ai noté une nette recrudescence depuis une dizaine de jours et nuits de défilés de farfouilleurs de tous âges. De gamins de 10 ans à des personnes très âgées, toujours par deux. Il n’est donc pas étonnant, malheureusement, que des accidents arrivent.

    Et cette affluence croissante de plus ou moins vrais nécessiteux démontre à elle seule la péjoration de la situation générale. Un peu comme lorsque l’on apprend que la marque la plus « appréciée » la plus consommée des Suisses est le M-Budget.

    Voilà qui mérite le Trophée du Meilleur Indicatif de tendance d’effroyable Crise.

     

    (« Mais folâtrons et gazouillons … youpie youpie c’est le printemps, c’est trois mois de pluie et puis il fuit … » Plus bas, plus bas les tubas, et vous, vous faites la vaisselle ou jouez le violoncelle ? « Oui folâtrons, ébattons-nous, nounous, bébés, des religions les légions convaincues sont vaincues, qu’entêtent nos fleurettes … Youpie, youpie, l’Amarré à la bitte de port d’égarés vite nous a préparés à reluire, à la fuir, quitte à s’accrocher aux rochers du banal chenal … Ô folâtrons déliés sur les étrons par milliers, sur le familier fumier … » … Dis, le scribe, t’es bien sûr qu’attaqua ta strophe là comme ça la diva?).

     

    Salade à tous excepté(s) …

    Ali GNIOMINY

    Oh, faut pas pousser, hein. Encore plein de trucs à raconter, et puisque l’on a nul temps à perdre pensons à notre santé et prenons du repos. Car, en voie d’extinction, non contents de nous la faire tirer, les médecins devront parler la langue. C’est vous dire si l’on a de la peine à se faire comprendre et à donner une image autre que tirant la langue.

    Un peu comme Ali Baba Nordmann face aux 40 voleurs de volonté populaire. Un grand merci d’Ali à Ali, pour avoir affirmé haut et fort qu’en la caverne du National une quarantaine d’élus « bloqués » sont brutalement vendus, dépendant financièrement d’un lobby.

    Eux sont les néfastes timocrates faussant toute tentative d’authentique démocratie. Et en tous Conseils, toutes Chambres, Parlements c’est pareil : Une démocratie ne peut exister tant que la Volonté Populaire est influencée, tant que des intérêts des groupuscules les plus agressifs, au sommet de la force et menace maintiennent en l’état le statut des leurs, par des lois par eux et pour eux édictées, tant que la loi du plus immoralement fort lui offrira bien plus de ce dont chacun à véritablement droit sur ses terres de naissance ou de longue résidence, ses efforts, son labeur.

    C’est bon, je vous relâche, vous pouvez y aller, mais gare ...

    Ali GNIOMINY

    Ah oui, il y avait aussi ce Président de syndicat des enseignants romands, dont je pensais vous dire deux mots, qui dénonce les cours d’autodéfense pour les écolières de l’Est. Afin de contrer la violence et le machisme des hommes de leur culture. Selon cet homologue Président : « Le rôle de l’école n’est pas de détruire les autres cultures ».

    Certes ! Où va-t-on, si notre enseignement cesse de respecter les cultures barbares. Vouées …

    Ali GNIOMINY

    Dites, cousine, pardonnez-moi, mais je n’ai vraiment pas eu le temps, (c’est que je bosse moi pendant que vous vous délassez à me lire longuement) de placer quelque part : GOÛT VERT NE MENT.

    Non, trop subliminal, pire qu’un raz-de-marée de logorrhée d’Amarré débordé, encore soumis … ! Hop, au compost …

     Ali GNIOMINY

    Amarré Roth

    ilheus 090.JPG

  • AMAS DOUX … ET …

    ... Susucre : Pas de congé d’adoption !

    Ouf ! C’est gagné. Nos élus travailleront enfin après chaque loi adoptée !

    ........

    Ailleurs: Rudes réalités :

    Sans bobo, sinon pour la Terre entière, Bibi Netanyahu est plébiscité. Qui contacte prestement, pour former une majorité encore plus tout-puissante, les formations ultranationalistes et ultraorthodoxes.

    Un espoir demeure, cependant, pour que la balance géopolitique retrouve un relatif équilibre :

    Que la prochaine Présidente d’Iran soit une lesbienne adorant les pieds de porc, naturiste, fumeuse de joints et athée.

    Réjouissons-nous.

    ……….

    Et revenons chez nos propres ayatollahs : Selon le procureur vaudois Ruede « Il n’existe aucune loi qui oblige les propriétaires à ouvrir au public l’accès aux rives du lac » !

    Ouf ! Nos riches vont enfin pouvoir prolonger leur golf privé de Cologny, de manière à ce qu’il fasse le tour du Léman en en longeant les rives.

    Il n’y a aucune raison ni aucune loi leur interdisant de profiter du lac entre eux, sans être contaminés par des gueux.

    ………

    En Birmanie, trois Néo-Zélandais tenanciers de bar sont condamnés à des années de prison, pour avoir distribué des flyers comportant un bouddha coiffé d’un casque audio.

    Ainsi, de partout ça ne plaisante plus avec les dieux. Interdiction de représenter le Prophète des musulmans, pas de Bouddah à casque audio, et imaginez ce qui arrivera quand un ivrogne peindra les effigies de Ganesh en rose !

    Du coup, j’hésite à lancer ma gamme de capotes anglaises Jesus.

    …………………….

    Le suprême blasphème est cependant l’œuvre de jeunes hérétiques socialistes, ayant représenté le Dieu des Guerres suisses sur le trône.

    Gris pénis hors du champ. Fort heureusement. Il nous en eût coûté.

    ……………………...

    Guère marrant, non plus, ce carnage à Carthage : La suprématie du Droit des Bêtes, dont je vous parlais il y a peu, est devenue telle qu’à Tunis elle est allée jusqu’à s’attaquer à Bardo.

    Du coup, on en est si horrifiés qu’on dit d’autant plus vite : merde …

    Ali GNIOMINY

    ... Et aux pires bandits de tous bords :

    ..............

    Garanti authentique (selon avis d’expert genevois trop réputé, planqué aux obscurs fins fonds des Ports-Francs) présenté par votre mannequin préféré :

    À vendre CHF-521'678'439.- Rarissime œuf de dinosaure martien !

    coco.png

  • SOUS COUPE : VOS LENTES !

    Les gags du coiffeur vous ont défrisé(e)s, vous n’y prêtiez attention puis ça a commencé à vous gratter ? Vous ne les voyez pas encore, et pourtant ils sont là, sur votre tête, qui prolifèrent ! Puis vous en observez de plus en plus la manifestation, ça vous démange tant d’en apprendre plus que vous finissez par en rencontrer un, coincé sous votre griffe.

    Et c’est là que ça se complique. Mais avant de découvrir plus profondément cette métaphore tirée par les cheveux, svp, arrêtez un moment de vous gratter la tête.

    Bien. Enfin : Horreur ! En parler, et vous êtes la risée, les frisés y veillent, c’est la honte et la tonte assurée de vos dignes liasses, sous la coupe de tous les raseurs. Quant à se taire et se terrer, c’est là le choix qui vous est réservé.

    Aussi, n’ayez crainte, je n’en cache pas, c’est juré, j’espère que vous non plus, mais quant à me taire …

    N’en déplaise aux très secrets étatiques ennemis du Mutual UFO Network, barbouzes ne reculant devant rien pour faire taire définitivement les témoins trop bavards et camoufler toutes preuves : JE SUIS OVNI ! Me battrai toujours contre la barbare atteinte des gouvernements à la liberté d’expression de foules de témoins d’apparitions d’Ovnis.

    Les trois immenses sphères à couleurs mouvantes, stationnées sur nos têtes de centaines de témoins, dont des journalistes, dans le Var, finissant par traverser le ciel en un instant … la boule de poussière brune « respirant », impossible à fendre sous le tranchant de nos pelles d’enfants de 10 ans, tombée du ciel à côté de la maison, qui disparut durant le temps où nous courrions chercher les adultes, ne laissant qu’un cercle vidé d’herbe … ou le disque lumineux, face à la lune, qui ne bougeait pas, qu’observait le tout- Lugano nocturne, et qui, lui aussi, plus instantanément encore que les trois sphères du Var, fendit la voûte céleste, se séparant en deux lumières redescendant et disparaissant … Aucune force brute ne parviendra jamais, ni aucune douceur extrême, à me faire revenir sur ce que je jure formellement dans mes écrits avoir vécu. D’absolument inexplicable, à l’opposé de la tache de lumière d’une possible sonde, ou de vulgaire météorite dominicale ébouriffant les médias. Des observations de près d’objets bravant nos lois de la physique.

    Et, de même qu’en religion, aucun prétendu guide des extraterrestres et autres fantoches amis des anges, Pro-fêtes vivant au crochet de crédules mémés friquées, du style de petit chanteur raté qui nous fit matraquer par ses sbires en 1977, devenu le grand manitou de la supercherie ovniesque, aucun extra-sectaire ne parviendra jamais plus à me mystifier. Ou occulter mes expériences.

    Plus que provenant d’Alpha du Centaure ou de sa banlieue, je pense personnellement que ces intrusions en notre espace ne sont que des matérialisations passagères d’intelligences sises en des univers parallèles au nôtre. Capables de traverser à volonté le mur sensitif humain ; Dont les portes de la perception sont généralement situées en l’immense majorité neuronale non utilisée.

    Tel fut le cas en ce qui me concerne, et consciemment ou inconsciemment, je suis persuadé que chaque individu ayant assisté à une ou des apparitions de phénomènes inexplicables, les recherchait.

    Je vous laisse échafauder vos propres extrapolations, mais j’en reviens à ce fondamental mystère du microcosme comme du macrocosme, qui se dévoile à la pointe des sciences, impliquant que, pour autant qu’on les recherche, des éléments apparaissent … à plusieurs endroits simultanément ! Bonne cogitation à vous.

    Point étonnant donc que les Services secrets de tous pays, recherchant tous les moyens de cacher des vérités à leur profit, les trouvent simultanément en tous endroits.

    ………………..

    Les sommes colossales dilapidées bêtement dans le but de maintenir la masse dans l’ignorance seraient tellement plus utiles, réparties en salaires récompensant plutôt de bénéfiques fonctions et la création d’emplois. Car, voyez un peu, c’est un véritable scandale, que ces foules de désoeuvrés en Europe !

    Mais qu’attends-t-on pour que ces chômeurs se rendent utiles ?

    Ne serait-ce qu’à la reconstruction du mur de Berlin !

    …………………

    Revenons sous plus proche dictature :

    Genève renaîtra-t-elle enfin sous une bonne étoile ? Jaunes sont en effet ses affiches, affirmant : « Genève contre le racisme » !

    Toujours en avance sur son temps, la Calviniste Cité. Mais ne faudrait-il pas, auparavant, qu’elle reconnaisse l’existence de la République indépendante d’Onex ?

    Et, franchement, avant de se dire contre le racisme, et d’en inventer une semaine à cet effet, n’y aurait-il pas priorité à ce que Genève cesse immédiatement de contrer systématiquement les anti-racistes de mon genre ?

    ……………….

    Par ailleurs : Trop c’est trop ! Assez des profiteurs du taux de change !

    Bravo à Coop, qui boycotte des magazines français, coûtant chez nous entre 55% et 100% de plus que de l’autre côté de la frontière !

    Mais aussi, quel désastre ! Privées de Paris Match, Grazia, Elle, Gala … nos blondes vont très vite nous surpasser en intelligence ! Et me traiter au passage de sale macho. Vous verrez qu’elles vont commencer à réclamer le droit de vote ! À gauche.

    ………………….

    Pardon, maman, de là-haut ne m’en veuille pas. C’était avant 1971, tu ne pouvais pas savoir, pas imaginer qu’entre Lovecraft, Edgar Cayce, le Livre des Morts tibétains et Voltaire … je me pervertissais gravement en « photographiant » tous tes Ici-Paris, Paris-Match … d’où la terrible tare de ma poétique de type « paparazzistique ».

    ………………….

    Et sinon : D’ici peu, de nombreux robots vont envahir notre quotidien.

    Russes ? Nord-Coréens ? Islamistes ? Précisez, bon sang !

    L’esprit casanier local s’en trouve si étrulé qu’il ne trouve qu’à répondre, au moyen du plus mignon de ses socialo-pantouflards, que : « Le destin d’un être humain ne doit jamais se retrouver entre les mains d’une machine ». Donc, en plus, pas question d’employer le train ou l’avion pour se sauver, quand heurts viendront ?

    Ah, oui ? Les mains ! Pas de figuré ici, joli minois est très précis.

    Eh bien, combien de millions de libidineux vont se flinguer ! Crevé l’espoir des si parfaites, si douces androïdes poupées gonflées, capable de s’occuper si bien de leur destin … ! Votant à gauche.

    ……………………

    Innovation : La Poste sans lettres arrive. Etape suivante logique, après la Poste sans scupules. Et le courrier sera livré par des drones.

    Soit. Messieurs, un conseil, vérifiez bien, rentrant à l’improviste alors que Madame, décoiffée et en peignoir lit le Paris-Match vous ruinant : Si le lit conjugal ne comporte pas de taches d’huile.

    Ou une puce ayant sauté lors des ébats.

    Et puis : Non, mais ça ne va pas ? Ils sont timbrés, ou quoi ? De quel droit priver ainsi nos molosses de mollets ?

    ………………….

    Tout se perd, tout se réforme, rien ne se crée … Statues, églises genevoises, le patrimoine est attaqué, vandalisé nuit après nuit.

    Ici l’on traite les débiles mentaux faisant ça de « délinquants ». Ailleurs, ce même état d’esprit de briseurs de prestigieux Passé, est attribué aux terroristes. Deux poignes deux mesures.

    ………………..

    Et rien ne bouge et n’est prêt à bouger dans la balance : Israël bascule à gauche et l’Iran de Yazdi encore plus à droite.

    Mais une politique adroite d’Israël à gauche prête autant à rire, qu’à pleurer l’Iran se préparant.

    ………………..

    Il faudra que je la note celle-là, à ne pas oublier. Ah bon, c’est déjà fait ?

    ………………

    Poux, laid, encore, que ce mouvement de rage haineuse entrevu, de la part d’Adriana Karembeu, non point durant des heures derrière nous en l’avion, mais au court d’une émission zappée au passage.

    En laquelle, en gros, un maladroit journaliste ose trouver un peu carrée la mâchoire de Madame. Qui, folle de rage lui répond, (en substance, mon indignation ne m’ayant pas permis de tout retenir) : « Vous êtes moche, très vilain vous ! Qui êtes-vous pour oser juger mon beau visage ? ». Une chance qu’elle n’était pas avec nous, du temps du tram 33, pour assister aux esclandres de Gainsbourg à Cornavin. Il lui aurait présenté  les plus vilaines manières de la faire bêler.

    Enfin, ayant assez pu apprécier la stature de son ex-, et par souci qu’elle ne le rappelle pour un petit coup de main, je n’irai pas chercher de poux en si blonde chevelure, même déplorant que ce qu’il y a dessous ne préfère ma lecture.

    ……………….

    Et encore : Les directives de l’ONU le démontrent : La Suisse manque toujours de policiers !

    C’est effrayant ! A une exception près, il n’y a donc plus assez de Suisses en Suisse ?

    ………………

    L’ONU, toujours, dénonce les représailles et l’intimidation subies partout sur Terre par nous, les défenseurs des droits humains.

    Gare! À ce que l’instinct primaire animal  d’une majorité de terriens ne finisse par imposer définitivement, sur les Droits de l’Homme, l’actuelle suprématie du Droit des Bêtes.

    Teignes nous offrant en pâture …

    Ali GNIOMINY

    Mais peignez donc ce fouillis ! Ne vous saignez pas ainsi pour le pou voir !

    DSC_3257.jpg

    Et cessez une fois pour toutes de nier que c’est vraiment poils lents :

    moi-gratte.jpg

    Moralité: Happy il ose E.T. mais chuuuttt!

  • SOUS SI VILS ? LISEZ :

    Des menaces de mort sont proférées contre des banquiers genevois.

    Pas d’inquiétude à avoir ! Tant qu’il ne s’agit pas de menaces de Maures !

    ………

    Bien moins cynique:

    La Suède donne l’exemple, en prenant ses distances avec le régime moyenâgeux Saoudien, vu la manière que celui-ci traite, entre autres, les femmes et bloggeurs.

    Courageuse, la Suède. Mais, dans la foulée, elle peut également cesser d’abriter, comme depuis 1923, une terrorisante société de recouvrement agressif cotée en bourse, soit d’autant plus inhumaine, sévissant en divers pays du continent. En pratiquant l’extorsion de fonds en bande organisée sous protection des complices Offices des Poursuites, harcelant, menaçant, perpétuant ad vitam l’endettement de ses esclaves, par cumul d’arbitraires frais insupportables, commerce de données personnelles confidentielles, portant atteintes irréparables à la santé, aux finances et à l’honneur de ses victimes.

    Alors oui, la Suède pourra être respectée pour les sanctions qu’elle inflige aux véritables esclavagistes, devant lesquels se prosternent encore les dirigeants d’Etats collabos.

    ………..

    Transition : L’UDC Suisse crache allègrement sur la valeur universelle des Droits de l’Homme et décide de les remodeler en vue de la primauté du Droit rustique arriéré sur le Droit international.

    Toujours prêt à voler au secours de ses compatriotes, même s’il le faut vraiment en qualité d’avocat du diable : Jusqu'à aider ceux du PLR, si activement nuisibles à son encontre, le bon Roi-Député du Parti Railleur d'Extrême-Centre-Gauche, exceptionnellement lèche-cul, offre en primeur aux dominants de son pays, la présente adaptation à introduire, de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme UDC.

    Article premier

    Tous les êtres humains naissent soumis aux lois du plus fort. Ils sont doués de stupidité et de mauvaise conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit querelleur UDC

    Article 2

    1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, avec distinction prévue par l’UDC, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2.De plus, il sera fait distinction fondée UDC sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

    Article 3

    Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne, si l’UDC y consent.

    Article 4

    Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude que par l’UDC; l'esclavage et la traite des esclaves sont recommandés sous toutes leurs formes. L’esclavagiste a le soutien de l’UDC.

    Article 5

    Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants infligés par quiconque ne faisant pas partie de l’UDC.

    Article 6

    Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique d’affilié à l’UDC.

    Article 7

    Tous UDC sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration UDC et contre toute provocation à une telle discrimination.

    Article 8

    Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions UDC compétentes contre les actes violant les droits UDC fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi UDC.

    Article 9

    Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé hormis les non  UDC.

    Article 10

    Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal exclusivement UDC, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

    Article 11

    1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie par l’UDC au cours d'un procès opaque où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
      2. Tous seront condamnés pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national UDC. De même, il sera infligé une peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.

    Article 12

    Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation par d’autres dirigeants que ceux de l’UDC. Personne n’a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

    Article 13

    1. Toute personne UDC a le droit de circuler, n’y a rien à voir, et de choisir sa résidence, de préférence secondaire en Valais et vide en permanence.
    2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de crever dans des contrées barbares.

    Article 14

    1. Devant la persécution UDC,  personne n’ a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.

     
    2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes de l’UDC.

    Article 15

    1. Tout individu dont les aïeux sont Suisses depuis 80 générations a droit à la nationalité.


    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de son appartenance à l’UDC, ni de l’interdiction de changer de Parti.

    Article 16

    1. A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, avec restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille UDC. Ils ont des droits égaux au regard du mariage exclusivement entre homme et femme, durant ce mariage non déviant et avec interdiction de sa dissolution.

     
    2. Le mariage non pathologique ne peut être conclu entre membres UDC qu'avec le libre et plein consentement de l’UDC.

     
    3. La famille UDC est l'élément naturel et fondamental de la société fasciste et a droit à la protection armée de la société et de l'Etat vassal de l’UDC.

    Article 17

    1. Toute personne, aussi bien seule qu'en collectivité, a droit à la propriété délaissée par l’UDC


    2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété sans l’aval de l’UDC.

    Article 18

    Toute personne a droit à la liberté de pensée UDC

    Article 19

    Tout individu a droit à la liberté d'exprimer les thèses de l’UDC, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions UDC et celui de chercher, de recevoir et de répandre, avec considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression UDC que ce soit.

    Article 20

    1. Toute personne a droit exclusivement à la liberté de réunion et d'association UDC.

     
    2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association non UDC.

    Article 21

    1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction UDC des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants UDC imposés.

     
    2. Toute personne a droit à accéder à l’UDC ou être rejeté par l’UDC
    3. La volonté de l’UDC est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des magouilles qui doivent avoir lieu périodiquement, au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant l’opacité totale du vote.

    Article 22

    Toute personne, en tant que membre de l’UDC, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité de droite, grâce à UDC, compte tenu de son organisation et ses ressources

    Article 23

    1. Toute personne a droit au travail au profit de l’UDC, au libre choix par l’UDC de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes selon l’UDC de l’esclavage subi.


    2. Tous ont droit à la discrimination UDC, à un salaire minable pour un travail insupportable.


    3. Quiconque travaille pour l’UDC a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la ligne UDC, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection par des gros bras.

     
    4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres un syndicat patronal UDC et de s'affilier à ce syndicat pour la défense des intérêts UDC.

    Article 24

    Tout UDC a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

    Article 25

    1. Toute personne UDC à l’exception de toute autre a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
    2. La maternité et l'enfance UDC ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants d’UDC jouissent de la même protection sociale à plusieurs vitesses.

    Article 26

    1. Toute personne UDC a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous UDC en fonction de leur mérite.


    2. L'éducation UDC doit viser à l’arriération de la personnalité humaine et au renforcement du mépris des droits de l'homme et des contraintes fondamentales. Elle doit favoriser l’incompréhension, l’intolérance et la haine entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que lutter contre le développement des activités des Nations Unies.
    3. Les parents UDC ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation créationniste à donner à leurs enfants.

    Article 27

    1. Toute personne UDC a le droit de prendre part librement à la destruction de la vie culturelle de la communauté, de condamner les arts et de participer au recul scientifique et aux dégâts qui en résultent.
    2. Chaque UDC a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il n’est aucunement l'auteur.

    Article 28

    Toute personne UDC a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un désordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

    Article 29

    1. L'individu UDC n’a aucun devoir envers la communauté dans laquelle seul le libre et plein abêtissement de sa personnalité est possible.
    2. Dans l'exercice des droits UDC et dans la jouissance des libertés UDC, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi UDC exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale UDC, de l'ordre public et du bien-être UDC seul, dans une société non démocratique.

     
    3. Ces droits et libertés UDC ne pourront s'exercer que contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

    Article 30

    Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat non UDC, un groupement ou un individu non UDC un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés UDC qui y sont énoncés

    Quoi ? Vous avez lu ça jusqu’au bout ? Mais qu’est-ce que vous êtes maso ! Vous ne seriez pas un peu UDC sur les bords ?

    …………………

    Allez : Une fois n’est pas costume, la vérité toute nue vous est due :

    Dans le fond, tout au fond, j’aime réellement mon pays et ceux qui le peuplent, de tous bords politiques aussi stupides les uns que les autres. Je déclare universellement être conscient qu’en règle générale tout est ici mieux qu’ailleurs, que les escroqueries officielles en bandes organisées sont plus discrètes et voraces qu’ailleurs, excepté en Suède, que les montres non connectées sont plus ringardes et chères que partout sur la planète, que les sectes y prospèrent sans entraves comme nulle part, que le chocolat est plus calmant que tous les autres, preuve en étant la légendaire lenteur de déduction de l’Helvète, et que les langues de vipères y frétillent sur blogs mieux que partout sur Terre.

    Et puis, il y a le paysage, notre plus beau paysage de l’univers, et la politesse et gentillesse, sagesse populaire, honnêteté inimitables caractérisant le Suisse des temps immémoriaux.

    Oui, il faut le dire : Sincèrement pour une fois. En dépit de la pluie de mes nécessaires provocations, j’affirme que notre système Confédéré est exemplaire et admirable sur bien des points, et que la majorité des élus de tous bords est composée de braves gens visant réellement au mieux-être de l’ensemble. Mais sous la coupe de richissimes « supérieurs » corrompant les meilleures résistances.

    Aussi, dès que je « fusille » l’un ou l’autre Parti ou décideur, ce n’est jamais la personne elle-même à la base de l’idée de groupe ou de la manière de faire combattues que je dénonce. Sachant à quel point en tout individu sans exception, livrent rude bataille les reliques du manichéisme. Entre l’obsolète modèle égocentrique platonicien « de droite » pour fondement immuable enseigné, n’en finissant d’agoniser, et l’ouverture d’esprit « de gauche » offrant une vision héliocentrique aristotélicienne du monde en vains conflits.

    Donc, comment en vouloir aux PLR aux UDC, aux MCG, PDC, PBD de ne  rien comprendre au précédent savant charabia ? Ce n’est pas de leur faute s’ils ont été déformés au point de ne pouvoir encore dépasser leur égocentrisme.

    C’est un peu comme si eux devenaient si stupides qu’ils effectueraient une discrimination à l’égard des homosexuels, parce que ceux-ci ont reçu à la naissance un taux différent qu’eux d’acide glutamique guidant les attirances hormonales.

    Ou que l’UDC se tire une balle dans le pied, se mettant soudain à attaquer violemment les universités, pour briser sans scrupule les carrières de milliers d’éternels étudiants excédentaires, dont le pays n’aura rien à faire sinon sustenter. UDC visant, pour les générations futures, à la réhabilitation de son patrimoine d’inculture champêtre.

    En dénonçant l’absurde réalité des campus fourre-tout, l’UDC va perdre tous ses amis, PLR, PDC, MCG, PBD … dont le fiston suit écono ou socio avant Lettres, Droit, puis villa-piscine familiale, excédent d’hypothèques et soutiens étatiques.

    Non, finalement, je n’en veux à personne ! Si ce n’est au Suisse et à l'étranger que je déteste : Celui qui ne veut surtout rien améliorer, rien changer, tout conserver en décadent état, sous prétexte qu’existe fort heureusement tellement pire ailleurs.

    C’était la minute (tirée en longueur en l’honneur de Godard) de lasse Tolérance et de tollé face aux errances.

    …………..

    Elevons-nous à présent, nous si bien élevés :

    Et admirons les troglodytes du CERN sous nos pieds. Qui nous annoncent que le petit boson, le rejeton de Higgs découvert il y a deux ans dans la jungle des milliards, n’est vraisembablement pas seul à squatter la noire matière titillant tant la grise des savants.

    Il s’agit à présent de trouver leur cachette. Le grand collisionneur de hadrons nouveau est arrivé, et mis en fonction. Beaucoup plus performant et semble-t-il moins dangereux que le précédent. Ouf.

    Vrai qu’il n’y eut jamais de réponse absolument rassurante, ni grand bruit alors que je vous informais également ici de l’alerte de physiciens internes au CERN, nous apprenant qu’en cas d’évaporation trop lente d’un quark ……  schuuuuiiitt : Gobés comme une huitre par le revers de l’Univers ?!

    D’autres cernées sommités ont bien tenté de relativiser puis de ridiculiser leurs lanceurs d’alertes, affirmant ainsi il y a deux ans qu’il n’existe absolument aucun danger pour les populations.

    Et étrangement à présent le monstre nouveau sera « bien plus sûr » !

    Le risque zéro n’existant pas, sauf peut-être à Onex, bled hyper-blindé sis sur tube bourré de frontaliers.

    Donc: - Grand collisionneur, le retour - c’est parti ! Bosons, hadrons, quarks et compagnie circulent à fond la caisse, il y a tout à voir, et ceci jusqu’à l’ultime collision:

    Se fracassant à nouveau la tronche contre une stupide foreuse du Service de géothermie cantonale.

    …………

    Bref, pour le centenaire de la relativité, il est relativement vital que puisse être découvert le pourquoi de la présence simultanée à différents endroits, si on les recherche, de particules comme de galaxies !

    Vulgairement parlant des plus grandes vérités : rendons hommage appuyé à feu mon regretté confrère Bernois bas rond-de-cuir Albert Einstein, et passons une bien modeste fin de semaine.

    Appliquant parades …

    Ali GNIOMINY

    Mystère et avenir de l’équilibre des poids lourds basés sur la solidité des ronds

     

    bns-pierre.jpg

  • LAVEZ CES ARTS

    Je vous salue, éphémères pairs Confédérés. Pleurons en chœur :

    Les migrants vivent plus longtemps que les Suisses !

    Cependant, la tendance devrait s’inverser tout prochainement. Dès que sera terminée l’éradication de la Gauche.

    …………….

    Puis la courbe reviendra à la normale pour les survivants, s’il en reste. Attendu qu’en fonction de sa position sociale, le Suisse a entre 30 et 50% de plus de risques qu’un étranger de se suicider.

    Vraisemblablement atteint du « Syndrome d’Épinal », ce terrible mal rongeant l’Helvète amarré, bâillonné sous le joug de grimée timocratie, et coincé sous l’admiration de l’humanité croyant en la concrétisation d’une utopique démocratie directe.

    ……………..

    Et s’imaginant qu’un ex-gauchiste, au sommet de très relatif pouvoir local, puisse s’affranchir des traîtrises élitistes imposées par le seul et Unique: Fric, Dieu des odieux.

    Ainsi, le maire de la capitale du potentat genevois, sbire-en-chef de l’ostracisme culturel visant le Roi-Député du Parti Railleur, rédige un code de bonne conduite pour le partenariat public-privé. Afin d’assurer la transparence et l’équité de ces collaborations.

    Insupportable paradoxe de l’intolérance ambiante oblige. Il est demandé au bourreau de soigner et cajoler publiquement le condamné dont il a, avec les siens et autres en collaboration, loin des regards, tranché depuis longtemps la tête.

    ……………….

    De là à se demander si les petits Césars locaux pourront éternellement camoufler, avec leurs cadavres dans le placard, les plus remarquables ouvrages, en les recouvrant de tout et n’importe quoi ?

    …………………

    Observons à présent les fèces et gestes d’autres timocrates convaincus. Le moins poète des UDC, ce qui n’est pas peu dire, met en Rime la partialité de la SSR dans la campagne sur le référendum Billag.

    La SSR partiale ? Et quoi encore ? Évidemment, l’erreur est humaine, mais de là à parler de partialité dès que téléjournal de la RTS du 8 mars, annonce que la Lpol est passée grâce à 42 voix supplémentaires, et s’empresse d’ajouter un cinglant : «  Il n’y aura pas de recomptage des bulletins » comme celui qui est en cours …

    Non, impartiale, la SSR se refuse, d’autre part, à mettre Eric Stauffer au pilori médiatique :

    Déjà qu’il est écarté, totalement esseulé, ayant perdu l’appui de l’ensemble des Partis : Il se retrouvera, sans même d’aide de la TV :   Honni ! Zéro front allié !

    ………………….

    Bestioles, toujours, et Science : Pour épurer l’atmosphère :

    Le caméléon change de couleur lors de la drague. Voilà qui le rend bien plus humain.

    Blanc pâle au début, puis très rouge après les claques.

    ………………………..

    Ou apprenant que des containers sont prévus pour les requérants d’asile.

    Alors que de surcroît la majorité locale découvre qu’il est vain, en l’occurrence, de postuler à la déchetterie.

    ………………………

    Déjà qu’il lui est de plus en plus difficile de placer, comme jadis, le fiston ou la nièce à vie à un sommet ou l’autre du pouvoir, cette Droite-là fait bien de la peine. La file d’attente du viager judiciaire n’en finissant de  s’allonger. Mais elle commence à réagir :

    Des condamnations prononcées par une juge ayant dépassé l’âge de la retraite sans s’en rendre compte (sic) devront être annulées, et les procès seront repris.

    Cette jurisprudence impliquera bien sûr que les patients traités par des chirurgiens ayant dépassé l’âge en question devront être opérés à nouveau.

    En cas d’erreur médicale il sera alors possible, bien que la procédure puisse durer un certain temps, de recourir par plainte à la première Chambre de l’EMS « Le Juste Repos ».

    A noter, au passage, que la décision du Comité d’éthique juridique de sanctionner cette juge fut la dernière prononcée par ces honorables membres. Ceux-ci, las de l’art de rendre justice empruntée, devenant actionnaires principaux de plusieurs hôpitaux.

    Il suffit ! Écourtons, avant que ces arts nous mènent …

    Ali GNIOMINY

    Allez, circulez, et ne manquez pas les prochaines aventures de « Tintin et le calvaire de la voie de garage ».

    calv.jpg


  • TU SCRUTES, HEIN ?

    Par 42 voix de trop, les Genevois prouvent qu’en temps de crise ils préfèrent le poulet M-Budget que la qualité !

    Vous comprendrez que je ne m’aventure pas à reproduire ici la fausse affiche électorale M-Budget, recommandant le NON. De peur que la Migros ne fasse jamais bénéficier l’artiste majeur, dont vous parcourez présentement les œuvres, de sa part du Pour-Cent culturel.

    Migros, le cas échant, persistant à priver qui de droit de ce qui lui est à l’évidence dû, assumant alors l’incontournable ridicule qui, pour les générations futures, collera à son image comme de l’abject M-Budget Cola.

    De surcroît, au vu de la puissance du lobby Migros, nul doute qu’une regrettable bavure de l’énervée Police genevoise pourrait bien me faire embarquer par erreur. Avec les plus ignobles terroristes locaux : Les plus activement recherchés par la grande majorité des gabelous : Ces 43 scélérats abstentionnistes.

    ……………………..

    Pour le reste, malgré la venue du printemps, presque aucun Suisse ne s’est mis au vert. Alors qu’happé décède ce matin, semble-t-il, que pleurent les familles. Provoquant le chaos sur les voies menant au salon de totos.

    ………………………

    Que ne vous ai-je, jadis, assez ressassé toute l’admiration que je porte pour cette dernière race. Dont les errances de l’un de mes Caucasiens ancêtres me force à appartenir en partie. Toute l’extase que ressens, en barbare contrée m’engageant d’aventure, dès qu’indigènes pas gênés, à qui je me suis adressé en leurs peu ragoûtants vocaux borborygmes, délaissent leurs crissements pour me répondre en la suave langue de Molière.

     

    Alors que l’inverse est si rare. Que le Welsch, génétiquement allergique à la douloureuse domination du poids du rösti sur la longeole, lors de la rumination, met en moyenne une décennie pour parvenir à éructer son premier « Grüezi mitenand ». S’il est fort en classe. Voire «  Hoi zäme ». Mais presque tous préfèrent étudier assidûment uniquement jusqu’ à « Salü ».

    Et voici qu’en un abominable hôme des neiges Nidwaldiennes, décidèrent quelques fâcheux grabataires qu’il était nécessaire d’élever une barrière de la langue bien plus efficace. Afin de se protéger de l’enviable beauté de l’idiome Welsch. Qu’il suffisait en ce but de cesser d’enseigner ce langage à leurs portées.

    Calcul d’une intelligence frisant en l’état le paranormal : Le Welsch envahisseur incompris, incapable d’articuler un seul guttural mot  de dérive Goethique, s’en retournera illico sur ses arides terres.

    Mais : Surprise de taille : Renonçant à tomber en l’analphabétisme vacher d’UDC, une majorité de Nidwaldiens et iennes plébiscite le maintien en primaire de la plus resplendissante des langues de l’univers.

    Vexés, les Nidwaldiens n’ont pas du tout apprécié que cette UDC leur serine : « N’oublie pas que gueux t’es ! ».

    ………………………

    Et sinon, qu’il est doux le gazouillis des fleuris médias du plancher des lâches, nous interrogeant : « Faut-il continuer à tolérer l’acceptation d’Initiatives vouées à l’échec ? »

    Autre manière de nous siffloter « Faut-il interdire à la Gauche de lancer des Initiatives ? ».

    Vertement semoncés, d’énergétiques cerveaux de droite pourraient alors éclore sans entraves, et cultiver l’oseille en captivant et monnayant sans distinction toutes sources d’énergie naturelle produite. Intentant moult procès pour grave négligence et crime écologique contre l’humanité à leurs prédécesseurs, ayant omis de canaliser et rentabiliser la formidable énergie produite, en moins de deux jours par année, lors de la naissance des premiers bourgeons.

    Pour leurre, ils y ont cru : Mais c’est cuit, cuit, cuit.

    ……………………….

    Allez, à chaque jour sa pelle. Déjà :  Un gros bisou baveux …

    Ali GNIOMINY

    LPol hue : Symbolique érection de monument, à Tende dû, à la gloire de la solidité de maux débutants.

    ruine.jpg

  • JOUR DE LA FEMME ... Pourvue d’une âme.


    À préciser sans défriser ses détracteurs conservateurs,

    Misogynes d’origine,

    À ménager, à ne singer, sous peine de haine coriace

    À liasses de fric pour trique, lésant critiques !

    Les ans passent, las,

    Le cachot des machos rétrécit

    Car ces mâles ... à bars, se régalent,

    Bouffent des dames sans ram-dam, les étouffent, croquent,

    Les troquent en cloque, les lâchent,

    Tout gâchent !

    Quand la Femme, cette « infâme » Excellence

    Scelle en silence sa vengeance,

    Patiente, méfiante,

    Enduit les fruits de ses entrailles,

    Oint chaque coin de sa marmaille interne,

    À ternes gènes foireux d’affreux sans-gêne,

    De notions de sa passion

    D’égalité

    Entre entités humaines

    Entre autre : Souveraines !

    Jour de la Dame

    Damant le pion aux gnons des lourds !

    Un jour à toi !

    Sois femme libre !

    Vibre comme moi, comme homme à poids

    Faisant grand cas des délicats invectivés !

    Est arrivé ton jour

    D’Amour et dérivés !

    Rebelle est belle

    Quand en son sein de sains desseins

    Sans cancans se mêlent

    À la douceur de tous les cœurs.

    Gracile, égale ou supérieure

    Aux débiles mâles rieurs ou aux prieurs à blâmes :

     

    La Femme à bénir

    Est l’Avenir de l’Âme !

     

    Libérée !

    Honorée !

    DSC_3573.JPG

    Jean-Marie Roth

  • YES WE CAN … ardons !

    Art, donc, d’épouvanter les plus forts pour les éloigner des plus faibles maltraités. Art Majeur, levé au ciel en direction des trop puissants enculeurs de couches, sauce Yale.

    En l’occurrence : Faut-il en vouloir à Obama de n’avoir vraiment pas eu le choix ? Soit c’était un nouveau Pearl-Harbor, s’il n’ordonnait pas de désintégrer le Boeing 777 du vol MH 370 de la Malaysia Airlines « disparu », soit, pire encore pour lui, il devrait ensuite affronter les piques du plus mordant des poètes-humoristes, qui ne le louperait pas : Ce terrible Roi-Député de Parti Railleur.

    C’est qu’il faudra des décennies, pour que des documents finissent par être déclassifiés, prouvant qu’Obama a donné l’ordre d’abattre cet avion de ligne.

    Selon toute vraisemblance plutôt détourné par son pilote au passé lacunaire, dont l’agenda a été retrouvé chez lui totalement vide depuis le 8 mars 2014, au lendemain de la « disparition » ; Plutôt que, de même que le supposaient d’abord les divers enquêteurs, par les deux passagers Iraniens à faux passeports.

    Boeing alors prévu pour provoquer un crash du style 11 septembre sur l’île Diego Garcia, la plus grande base militaire américaine hors territoire.

    Dans quelques décennies, donc, l’Amérique devra certainement s’acquitter des centaines de millions qu’ont coûté les recherches d’épave, par huit pays, faussement dirigées vers l’Australie. Alors que Diego Garcia se trouve tout de l’autre côté à 2000km au Sud des Maldives. Et ne couvrira jamais le supplice supplémentaire infligé aux familles par ces mensonges.

    Maldives dont bien des habitants affirment que le 8 mars ils virent, pour la première et dernière fois, un immense avion volant très bas, avec des rainures rouge et blanc, passant sur leur tête. Et dont un pêcheur trouva et présenta ensuite un extincteur de Boeing exactement pareil à ceux de l’avion pulvérisé. Qui avait suivi depuis le Golfe de Thaïlande une route céleste sinueuse, longeant très précisément la frontière extérieure des zones de vol territoriales des pays et îles avoisinants.

    Voyant arriver ce monstre rendu muet par le connaisseur, (ayant dû descendre dans la cale et débrancher l’interrupteur de transmission de position aux satellites, bouton parmi une centaine d’autres que presque aucun pilote ne sait où trouver), la base militaire US n’eut d’autre choix que d’appeler le Président pour obtenir l’ordre d’abattre l’évidente menace.

    Au grand dam de l’opinion publique si elle venait ensuite à l’apprendre. Il fut donc nécessaire de diriger les regards vers l’Australie, pour aller en douce repêcher les débris autour de Diego Garcia et les faire définitivement disparaître.

    Rien de bien mystérieux. Cette hypothèse n’en est presque plus une, tant abondent les preuves en ce sens. Double catastrophe, donc. Celle des vies volées, et celle des traditionnelles criminelles cachotteries américaines.

    Engendrant, ailleurs, sursauts d’Art rythmé, éthique, à critiques affirmées parsemées de prouesses et sagesse, dont privent de leurs largesses altesses qui vivent de leurres, à la mine utopique.

    Art de dire, même le pire, au risque : qu’Art tire ris !

    ………………….

    Changeons donc de tragédies :

    Le plus select magazine de classement des rangs de forbans milliardaires n’inclut pas la fortune des dictateurs.

    Quoi de plus naturel qu’il ait été impossible de comptabiliser les « biens » de Poutine. Qui déclarait en 2012 une fortune de 171'161.-

    En février, des experts ont eux calculé que le bas de laine de Poutine n’est que de 1'168'490,49 fois ces 171'161.- Soit 200 milliards.

    Il n’est donc pas H.S, baissé, mais sans doute légèrement moins riche à présent. Le silence de son précieux hôte Edward Snowden doit bien valoir quelques milliards.

    ………………………….

    Infortunés, pour changer :

    Ribéry hospitalisé après avoir mangé des perles de bain. Croyant qu’il s’agissait de bonbons.

    Aïe, dangereux ça pour les gens un peu simples. Souvenez-vous, ça n’avait pas pardonné à Cloclo quand dans son bain il a pris des vessies pour des lanternes.

    Mais vraiment, Ribéry aurait pu se méfier. Se souvenir qu’il avait pris la petite Zahia pour une perle, et que ça a failli lui coûter bonbon.

    Allez : Un bon rétablissement souhaité à ce Franck pas Einstein.

    …………………..

    Vanessa Paradis, plus subtile, envoie un grille-pain à son ex-époux Johnny Depp se remariant.

    Serait-ce d’aventure pour Paradis une manière de dire à ce jauni Depp harassé d’aller griller en enfer ?

    …………………..

    Pire : Hâtez-vous de découvrir ceci :

    Madonna n’interdit pas les drogues à ses enfants, qu’elle pense être assez intelligents pour ne pas y toucher.

    Bravo Madonna, vrai que le 99% de l’humanité qui se pète d’une manière ou d’une autre aux drogues légales ou non, est totalement stupide. Seule Madonna a l’intelligence d’élever ses enfants de manière ultra-tyrannique, jusqu’à ce que des Etats commencent à libéraliser le cannabis. Pour virer de bord ensuite, tout en demeurant très intelligemment ravagée, dépendante uniquement de la Kabbale. A délires si mystiques, qu’elle court s’entretenir à Paris chez Raspoutine, en tête à tête avec la très sémitophile Le Pen.

    ……………………

    Cabale ? Que nenni :

    La cabale, c’est à Genève, qui ne sait que faire des 400 millions encaissés d’une richissime succession à Anières.

    400 millions ? Une goutte d’eau par rapport à ce que Genève devra rétrocéder (si je finis vraiment par m’énerver ou qu'il m'arrive encore quoi que ce soit de fâcheux), aux quelques milliers de pauvres, dont le Droit fut bafoué durant tant d’années d’obscure manière : Détourné au profit de trouble Direction culturelle et d’impitoyables Services d’aide … à l’enfermement définitif en l’indigence programmée et l’ostracisme convenu.

    Un détail, ces 400 millions, alors que l’évaluation de ce qui me fut extorqué ouvertement illégalement, et autrement sans correcte justification, à déterminer le cas échéant, s’éleve sur une décennie à CHF-600'000.- au minimum. En dépit de multiples interpellations restées sans réponses acceptables ... : Montants pris de force, petit à petit, à sens invariablement unique, perdus au profit de gestionnaires de conditions de vie corvéables et malléables.

    Alors que décideurs salariés, précisément, en le but d’appuyer des artistes d’exception autant que des endettés marginalisés, estompés, trahis, spoliés, dépouillés, insultés, exploités. Tout ce que réunit et symbolise le plaignant.

    Essayant encore de fermer sa gueule, ne faire sortir preuves et pièces, en l’espoir que les concernés ou leurs successeurs en poste évitent cette apocalypse financière genevoise, dont une majorité du petit peuple paiera une fois de trop les conséquences.

    Que ces gestionnaires assument enfin leurs responsabilités, en rayant sans délai la totalité de mon prétendu contentieux de tous registres d’O.P. Et sponsorisent adéquatement ma démarche d’utilité publique irréfragable, sans y être contraints par le pénal. Cessant alors de feindre m’ignorer. Et d’empêcher la diffusion de si bénéfique, plaisante et libératrice, indispensable vocation.

     

    Avis aux cons cernés. Une très particulière attention à cette Sommation de Paix ayez !

     

    Et dire que tout pourrait s’arranger sans remous et scandale suisse de plus, si les mécènes contemporains n’étaient pas invariablement sous influence sectaire séculaire. Si un seul d’entre eux était capable de s’élever au-dessus des désastreux préconcepts les ayant déformés, irrationnellement braqués contre qui ose refuser de bêler de rentable manière coutumière.

    Ça c’est ce qu’on peut appeler une cabale.

    ……………………

    J’oubliais : Joël Dicker et d’autres écrivains locaux entrent en prison ! Amenant de l’évasion.

    C’est cependant le floué surdoué qui n’est jamais invité, que la dédaigneuse crème de rasante culture condamne à subir ses mille flagellations.

    En offrandes …

    Ali GNIOMINY

    ……………………

     VANTE AIDE !

    autobphoto.jpg

    Auteur ne menant (é)lectorat en bateau.

    tropiques.jpg