Politique - Page 28

  • Deux mois de plus d'aventures d'exception sous les tropiques

    Retour ardu, je vous salue, vous conterai ... vous vous marrez ou tiquerez, enragerez ou adorerez

    en attendant parcourez.., errez à travers doses de vers et prose en rage des pages du soigné blog le plus lu éloigné des gogues, et réjouissez-vous, prochainement, repérés enfin par prestigieux éditeur parisien, en toutes averties repenties librairies : les quatre premiers tomes du dorénavant légendaire: Manifeste du parti Railleur d’Extrême-Centre – Profession de sans foi ni loi du très estimable Poète-Philosophe-Homme-poli-sans-tics : Ali GNIOMINY, à savoir : les Ouvrages : Castigat Mores Ridendo – Tueurs de Gages ou Que m’a coûté Tonton – Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine – et le dernier en date à fixer qui pourrait d’aventure et avec bon goût certain s’intituler : "De la nécessité de devenir gentil raciste"

    Mais foin de vache causticité bravache, ce sera plutôt : Les ci-cités : - Inestimables omis pamphlets à de minables roitelets – évidemment, ou alors … / Qu’importe le Titre pourvu qu’on ait Livre S, livre Sûr, garanti pas gentil, pas complaisant, donc plaisant pourtant, qu’on aime, lecture mûre, bien assez dure entre les mains, qui n’éclabousse que qui détrousse l’auteur sans peur ni reproches, face à moche classe encanaillée de copains-copines Conseillers/ières d’hier et de rapines, avides du grappin, vide-poches à partial, tribal partage de pas sages salaires, exclusivement fondé sur subjective sympathie ou non, provoquée en fonction du degré de soumission à d’absurdes principes, servilement démontré par tel ou tel subordonné, et sur le clanique rejet systématique de reconnaissance d’Authentiques Valeurs Humaines, provoquant  empêchement d’évoluer correctement, colère à réprimer, etc, rejet imposé à qui a osé penser différemment, qui de « dément » a démenti obsolètes idioties en  vigueur, ces bêtes concepts délétères et ineptes qui dominent et minent toujours la Terre, .. à qui a remis à son tour en questions par millions le jeu de pions, et courageux répondu, bien entendu, aux plus ignares braillards, … à qui d’ores et déjà est et sera, demeurera Phénomène Majeur de la Littérature, section –Très Modestes excellents écrivains, Immenses Artistes -. Une Evidence, certes, en pleine gestation,… Patience .. et à très bientôt.

    Ali GNIOMINY

  • U.S. YODEL - Obama aux Bahamas -

    U.S. YODEL

     

     

    Obama,

     

    aux Bahamas,

     

    n’a Nassau

     

    pris d’assaut;

     

    Obama bat Mao,

     

    au bas mode des prix

     

    des hauts bahuts banni,

     

    Obama, au bas mot, bat Mao;

     

    Et, mobbé, Obama obéit au pays,

     

    manie nid des pions;

     

    Obama, l’âme aidant

     

    le fi(l)on;

     

    Fions-nous à noueux long et gras bras donneurs,

     

    pas véreux, pardi,

     

    dirigés vers « pervers »

     

    heureux paradis;

     

    Obama mue, ruse,

     

    n’amuse plus,

     

    mais Obama n’est Mobutu,

     

    ni né: Desmond ….

     

    ni même Bond;

     

    Obama fort de trop de mots, d’intox et torts,

     

    n’a de cesse, sans doute, à Fort-Knox

     

    de casser croûte du plus concret, voilé,

     

    de tous les secrets les plus fous:

     

    ce vieux,  silencieux, recensement de l’aimant lieu

     

    débarrassé d’or du passé de désossée, en détresse BNS,

     

    sans fouilles dépouillée par rares frustres depuis des lustres;

     

    Obama ces rats balaiera, et ramassera ma ration,

     

    la remettra à Sa nation?

     

    Non, Non :

     

    Obama rit, n’est pô pourri,

     

    ne dérape, s’en tape les cuisses,

     

    restituera ce qu’il pourra aux suisses,

     

    argent des gens que rapaces, las, ont détourné,

     

    au détriment du contentement, du mieux d’aïeux

     

    bernés, dont descendance peste et reste sans finances

     

    ou presque, ou si grotesque.

     

    Obama Mao bat,

     

    des hauts bahuts banni,

     

    Obama mord et punit, lors.

     

    L’as Obama aux Bahamas

     

    va se rendre

     

    et prendre

     

    Nassau d’assaut bancaire

     

    précaire.

     

    Yes with Care!

     

    Obama manie des lois la férule

     

    et honni soit qui n’a de pendule.

     

    ALI GNIOMINY

  • UELLI : LEGALITE

    Ueli Maurer, patron de la Défense du pays n’a presque rien à voir avec l’Opus Dei, dit le démenti timide, en nonos au gratos jeté;

     

    Ah, se hâter de rebondir sur bourdes sur bourdes journalistiques devient un tic bien peu pratique, pour un tour d’horizon de la Raison faire, avant de ne taire les scandales décevants de vandales dirigeant : parfois de bonne foi : Efforts et Volonté populaire vers vérités fort arbitraires.

  • Combien de ceux ayant placé Ueli Maurer au Conseil fédéral savaient qu’il était adepte du formatage obscur de l’Opus Dei?

    Ueli Maurer, patron de la Défense du pays a quitté paraît-il l’Opus Dei; Encourageant, mais quelle ingratitude de sa part envers la secte surpuissante qui place facilement ses assujettis aux plus hauts postes du monde. Et l’on s’étonne après ça que de cantonaux menus conseillers d’Etat soient également souvent formatés pour la pratique de l’exclusion, de l’élitisme et la contrainte, comme dénoncé dans la plupart de mes articles ci-dessous?

     

    Pour rappel concernant l’Opus Dei, ce passage tiré du Courrier du samedi 17 Novembre 2007, article de RACHAD ARMANIOS  

     

    Les corrections fraternelles



    C'est un euphémisme. Très vite, Véronique Duborgel découvre les «corrections fraternelles» –aussi dit «conseils charitables»–, pour avoir croisé les jambes à la messe ou montré de la détresse à l'idée qu'elle aurait pu sauver le bébé d'une amie... Ce sont les opusiens eux-mêmes qui dénoncent les écarts des autres membres aux «directeurs spirituels». Quand le vôtre vous sermonne, vous devez l'en remercier... L'auteure décrit un climat de délation, inquisitorial, totalitaire, déshumanisé. L'esprit critique est annihilé par un véritable lavage de cerveau, la personnalité formatée par la doctrine. La figure fondatrice de Balaguer –dont la statue trône au Vatican– est idolâtrée, le monde extérieur méprisé. Toute contestation est ainsi étouffée par l'isolement psychologique, affectif et social. Mais aussi par un agenda surchargé par les prières, réunions et autres devoirs prosélytes. Sans compter la paranoïa de l'image de sainteté que tout membre de l'OEuvre doit donner: quand la directrice spirituelle inspecte le foyer de la ménagère, le moindre grain de poussière devient faute impardonnable.

     

    Note : Véronique Duborgel, Dans l'enfer de l'Opus Dei, 185 pp., Albin Michel.

  • LE PARTI RAILLEUR D’EXTREME-CENTRE RECOMMANDE DE VOTER -p’têtr’bein qu’oui p’têtr’bein qu’non mais pas sûr-

    Ali GNIOMINY, commandant incontestable du P.R.E.C. vous invite à opter sans hésitation pour la meilleure manière de voter, qui est la sienne:

     

    Depuis des semaines et jusqu’au 5 février, il convient de s’abreuver à plein temps, sur tous supports politicomédiatiques  existants, des vains messages mensongers diffusés, tant de ceux vantant le béni-OUI-OUI que de qui, ayant les foies mais tout compris, prônent le Non à la bile latérale.

     

    Vous aurez préalablement pris grand soin de fourrer votre bulletin de vote postal au fin fond de votre cave, à l’endroit le plus péniblement accessible. Ce qui vous empêchera, à chaque fois que vous terminez de lire une propagande pour le OUI ou une autre pour le NON, de vous précipiter rageusement sur le bulletin et d’inscrire vite OUI, ou de briser votre stylo en poignardant NON avant de changer d’avis.

     

    Le problème est qu’il faut ensuite poster ce risque d’avoir plutôt opté pour Charybde que pour le choléra, et gniarkgniark, vous pouvez scratcher l’enveloppe en milliers de frustrations d’être grugé, berné de tous côtés, et voter le 8.2  au Bureau du quartier … à la hâte de la dernière seconde, tempes dégoulinantes, vous mettrez alors …

     

    Minuscule Suisse esseulée s’abaissant pour chaque vitale requête incontournable à supplier le vote de 27 Etats, dont Roumanie et Bulgarie ricanant qui s’amuseront à refuser d’emblée?

     

    Ou repliée résistante fière Suisse, ayant en mains repris contrôle du bon vrai sang irrigant chœur des entreprises, ayant mis enfin le holà à l’exagération en matière d’invasion frontalière, réussi à recentrer le pays vers plus de privatisation, liberté d’entreprise et concurrence locale, plus de ferveur à retrouver une Morale basée sur la sélection naturelle plutôt que la ruine par faute d’aides démesurées à tout va?

     

    Votez      . . .    mais, de grâce, à la dernière seconde, n’ayez pas un blanc!

     

    Ali GNIOMINY – Commandant Maximal Poète baroudeur à grand cœur, dit « plus culotté, à cul ne botter, qu’un Voltaire qu’on ne fait taire » -

  • ALLOCATION VIE CHERE 2008 SAISIE PAR L'OFFICE DES POURSUITES

    POUR INFORMATION ET CERISE SUR LE GATEAU POURRI QUE DENONCE L'ARTICLE QUI FAIT SUITE A CELUI-CI

    Donnant entière satisfaction dans l'emploi nourricier que j'exerce depuis plus de 20 ans, alors que je gagnerais la même misère (minimum après saisie) en me faisant entretenir par le Social, je viens de recevoir ma fiche de salaire de janvier 2009. L'allocation vie chère 2008, se montant à près de 800.- m'a été intégralement saisie par l'office des poursuites.Ceci alors que ce minimum létal scandaleux, dit vital, ne change pas pour 2009 dans cette Ville où le pouvoir d'achat est de 8'000.- de moins que dans d'autres cantons.

     

     

    Et l'on m'affirme déjà qu'il n'y a pas d'infraction en la matière. Evidemment, cela ne vous concerne pas, pourquoi vous mêleriez-vous des soucis d'exclus fabriqués par certaine économie publique dont vous-même profitez? Au moins vous voici informés de la notion d'équité et d'égalité en pratique à Genève et sûrement ailleurs aussi. Dommage que noirs ou blancs ce pays soit pareillement envahi par les moutons.

     

  • VILLE DE GENEVE, 2'739'726.- PAR JOUR FLAMBES EXCLUSIVEMENT ENTRE AMIS ET FRERES ENNEMIS, TOUS FERVENTS ADEPTES D’OMERTA A PERPET

    Ai-je bien entendu et vu ce qui sembla créer comme un léger froid, mercredi soir, parmi les manipulateurs de fric de la Ville de Genève, gesticulant sur Léman Bleu? Un UDC révélant que le budget de la VdG est de 1 milliard de CHF ?!! Autrement dit, alors que la Banque du canton a froidement refusé tout arrangement, il y a trente ans, suite à un accident m’ayant fait prendre un peu de retard dans ma mensualité, que cet établissement m’a sciemment précipité sans retour dans l’enfer des dettes, enfer entretenu ensuite par les Contributions publiques à sens unique, principalement, et grâce à la campagne de dénigrement lancée par la culture élitiste locale et la volonté de nuire à mes intérêts affichée par le Département des Institutions,  j’apprends qu’il se dépense, rien que pour le budget de la Ville : 2'739'726.- par jour à Genève … POUR QUI ? POUR ACHETER QUI OU QUOI ? POUR QUEL RESULTAT AUTRE QU’UNE DETERIORATION GENERALE OBSERVEE, DUE A L’ABUS NOTOIRE DE COPINAGE BATTANT TOUS LES RECORDS?

     

    Une génération, donc, de guignols surpayés au « service » d’Etat ou de Ville (c’est kif-kif bourricots),  s’entredéchirant chaque semaine dans le but de décider comment répartir par exemple les 300'000.- minimum qu’il me manque pour dépasser un jour le minimum létal jeté en contrepartie de mes services au public donnant toujours entière satisfaction, 300 tickets vitaux (me permettant enfin d’exercer mon véritable métier d’artiste) … que la caste politique bigarrée m’a déjà volés en saisies, sans que jamais je ne reçoive le plus petit soutien pour mes talents d’exception, honorés unanimement partout et de tous bords, sauf en ce fief du racisme anti-non-genevois.

     

    Car, ne l’oublions pas, j’ai le malheur d’être né jurassien, accidentellement dit bernois d’origine, et la haine du genevois contre le bernois est aussi tenace que le dédain du nanti du bout du lac à l’endroit des soumis non-pistonnés qu’il ruine impunément. Argent servant, contre mon gré et toute logique, à entretenir des routes dont je me passe, n’ayant qu’un vélomoteur et demeurant amateur de cross, à financer des spectacles auxquels la spoliation de mes revenus m’interdit d’assister, à consolider ces temples et illusions décevantes à la gloire de ce qu’Einstein déjà appelait – la pire preuve de faiblesse humaine, ce concept puéril d’un Dieu-; Plus grave encore à une époque où Son représentant pour la Chrétienté est l’ex-Inquisiteur, fut soldat des jeunesses hitlériennes, qui réhabilite tout naturellement ses proches,  intégristes d’Ecône et/ou négationnistes, et prêche profonde homophobie, (du moins d’apparence), presque aussi virulente que celle caractérisant le  pastorat genevois;

     

    Fric public détourné servant ainsi, pour ce qui reste après déduction de kyrielles d’inutiles hauts salaires, à un enseignement lamentable, trompeur et indécent formatage d’esprit heureusement en chute libre, ayant perdu de son poids face à la réalité extérieure à l’obscurantisme scolaire, vérité primant sur tels principes obsolètes à résultats catastrophiques prouvés, malsains concepts toujours dispensés à grands frais;

     

    Fric encore extorqué dans le but d’enrichir les sbires de la reine des escroqueries et des  mises en danger de la vie d’autrui, l’inhumaine Victoria, officialisant profonde discrimination, s’étant soudainement entourée d’une flopée de planqués serviteurs, d’emblée gratifiés de classe supérieure à 20, issus en bloc de francophones contrées du nord européen; Reine impitoyable de partialité, exigeant l’impossible tout en diminuant régulièrement la pitance jetée aux vieux chiens de garde, seuls à travailler réellement à la protection du royaume, au lieu de les récompenser, afin qu’ils demeurent rageurs et méchants, ce qui « autorise » alors à les maîtriser de force, et paraître dans son bon droit. Principe même de toute forme d’assujettissement, forcément immoral. Reine, quoi qu’il en soit, dont je ne donne pas cher de la tête dans les mois à venir, juridiquement et médiatiquement parlant.

     

    Argent dilapidé pour quoi encore, qui ne me concerne aucunement, ou dont je renie l’authenticité de la bienfaisance? Les parcs et promenades? Le Service d’entretien de la légendaire propreté apparente de Kalvingrad?  Maudet soit celui qui par deux fois reçut le célèbre poème « Sentier des Sa.les » (voir archives du blog) sans concrets résultats, et paix à l’âme de celui que j’irritai en premier pour cause de polémique déclenchée au sujet d’un hamburger de bronze fantôme, lauréat de prix genevois UBS-Mc’Donald’s de sculpture, magistrat qui importa pour faire joli tellement d’allergisants arbres du Japon; Sinon rien à dire, d’accord pour entretenir ce Service par mes contributions.

     

    La Sécurité? Idem. En dehors de quelques brutes épaisses employées à exécuter aveuglément les décisions souvent irrationnelles de l’actuelle justice à deux vitesses, qui ne méritent pas mon appui financier, j’accepte qu’une part raisonnable de mes impôts revienne à la Police; Eh oui. Quelque peine à me croire? Et pourtant: N’ai jamais eu personnellement à me plaindre vraiment à son sujet, petite bisbille d’expertise de boguet ok à repasser par faute de perte de preuve en les bureaux de gabelous, mais au contraire, plutôt sympas et serviables ces derniers, lorsqu’ils savent pertinemment que l’on est non violent et foncièrement bien intentionné, n’a à cacher que quelques joints et ces idées si anticonformistes qu’intéressantes que tous fonctionnaires adorent en secret, savent être si justes qu’elles les priveraient vite de leur emploi nourricier s’ils les approfondissaient un peu trop. Argent encore que je verse volontiers pour les pompiers et sauveteurs en général, même pour l’armée, si la gestion de ses dépenses est sérieusement votée et contrôlée par le civil, mais plus pour entretenir de méprisants roitelets me diffamant par dévalorisation systématique et calculée, portant gravement préjudice à mon intégrité et mon honneur; Gibiers de potentat .. édiles d’Etat ou/et de Ville (l’artificielle séparation ne servant qu’à brouiller savamment les pistes et faire faire du ping-pong administratif) qui auront un jour à répondre devant l’Histoire des conséquences de leur prévarication, leur absence de compétences, logique et volonté d’aider vraiment, principalement en matière culturelle, philosophique, juridique, sociale et pécuniaire.

     

    L’étranglement financier à perpétuité que m’infligent tels rapaces ne tardera à lacérer le tissu de mensonges brandi si haut, sur lequel miroite l’image d’une ville riche, accueillante et bienveillante. De Grâce, élus actuels, cessez ce massacre, parvenez à dépasser le clocher sans esprit couvrant vos rituels à la gloire de l’esclavage économique, avouez la Valeur reconnue et réhabilitez au plus vite le plus rare, sans doute, des spécimens de poètes hors-normes et époques; Ne suffit pour dédommagement que l’immédiate annulation de toutes ses prétendues dettes auprès de créanciers officiels, dont la Moralité est visiblement plus que douteuse, et de l’achat de l’une ou de plusieurs de ses créations, pour que Genève soit enfin louée et chantée à jamais comme il se doit, (excepté eu égard à l’incident de trente ans de descente aux enfers à tort infligés par cette Cité à si peu rancunier compositeur … définitivement à sa juste valeur récompensé).

     

    Que les décideurs concernés de Genève s’extirpent au mieux et au plus vite du profond ridicule que présente au monde cet acharnement à tenter de m’ignorer, en tous cas de me nuire en silence, d’empêcher que je ne m’exprime sur plus sereins sujets, de me maintenir en qualité de rageur chien de garde à minable ration, inchangée depuis plus de deux décennies, mais sur lequel mâtin sans cesse augmente la pression, lors que diminue l’espace, même l’eau depuis peu, l’humanité autour de lui, tous ces menus « privilèges » qui aidaient le cerbère vieillissant à tenir, forcé à grogner fort mais pas trop, à taire encore ses plus fondés aboiements, pour survivre au jour le jour en l’univers des carnassier du business public genevois.

     

     

    Et dire qu’à chaque fois, depuis des lustres que j’écris et décris strictement la même chose, sous d’autres mots mais sans changement de situation, je suis sûr que c’est la bonne, que le cauchemar est passé, que jamais plus n’aurai à lutter contre légitime colère que m’inspirent, entre autre, 2'739'726.- par jour dans cette ville, investis pour bonne part au bénéfice exclusif de lamentables foutaises, alors que quatre heures de cette journée suffiraient à sauver l’honneur de Genève et à me délivrer de l’intolérable  injustice des saisies ad-vitam, pour arbitraire imposition au profit d’Etat malfaiteur et de Ville complice; Entités ne pouvant ainsi plus jamais dire qu’elles ne savaient pas, ignoraient l’évidence: Que l’on s’étonne à présent de partout que pareille verve s’encanaille à dénoncer, alors qu’elle est offerte par la mathématique musicale poétique de la Conscience omnipotente pour répandre le mieux-être et la joie, pareillement dans le cœur d’autrui qu’en son for intérieur, et non pour être réduite à l’état de crachats sur infâme brouet servi par collégiaux faux moralistes depuis trop de décennies.

     

    Quatre heures de Justice, pas une Minute de plus.

     

    Ali GNIOMINY

  • VA-T-IL CASSER, LAS, BARACK ?

    … le fil de toute vie ? Ce que semble carrément suggérer TF1 dans son (stupide ?) commentaire de l’arrivée des invités  à l’investiture, à laquelle j’assiste en direct. Il est bien précisé que le N° 2 a présentement le doigt sur le bouton nucléaire pour parer à toute attaque. Dit à la sauce Orson Welles, j’ai pensé comme tout spectateur sans doute que c’était arrivé … avant de réaliser qu’il ne s’agissait que de probabilités bien pesamment exposées. 

     

  • PLUS DE POETE SUISSE DRESSE CONTRE LE POUVOIR DE L'ARGENT APRES CHAPPAZ ?

    DROIT DE REPONSE A MME GERALDINE SAVARY

    Quel écrivain, quel poète, en Suisse romande, sait-il encore s'indigner? Chappaz est un écrivain sans héritier! Demandez-vous et affirmez-vous, Madame Savary, dans l'édition du Matin 17.01.09.

     

    Pathétique, que cette manie de ne jamais vouloir voir de successeur à un artiste local sortant du lot des valets de l’helvétique prescrite glorification.

     

    Telle provocation est franchement insultante et diffamante, en regard des milliers de poèmes et prises de positions d’un poète majeur contemporain, ayant depuis 30 ans dû cesser de chanter son pays pour dénoncer les méfaits de sectaires, du genre politique ou religieux, détruisant l’image de la Suisse à l’étranger en s’acharnant à censurer, passer sous silence des idées et/ou œuvres anticonformistes d’exception, qu’applaudissent et honorent de renommés critiques hors frontières; Hésitant toutefois encore à les intégrer dans leurs commandes littéraires, au vu des bouleversements que ces écrits provoquent sur les esprits étroits encore immensément majoritaires, mais sachant quel trésor s’accumule en secret, et ce au détriment de son auteur et légitime spolié propriétaire, patrimoine sur lequel il suffira de se ruer dès qu’aura crevé le génie en question pour en tirer un maximum.

     

    Donc, svp, Mme la jeune socialiste Géraldine Savary, ignorant vraisemblablement à quel point le parti socialiste suisse fut complice du radical, précédant l’UDC, pour me scier, discriminer et empêcher d’accéder ici et en partie ailleurs à méritée notoriété, à peine avais-je eu le malheur d’exposer les formidables hommages manuscrits que me faisait parvenir en 1988 M. François Mitterrand, Madame Savary, je ne puis que vous conseiller très vivement de découvrir comment cette omerta se perpétue à mon encontre en parcourant la totalité de mes articles et poèmes, l’ensemble des pages, pas toujours pareilles, sur l’un ou/et l’autre blog,

     

    http://barondecuir.blog.tdg.ch ou/et http://webeyes.romandie.com

     

    Vous découvrirez sans le moindre doute, à la lecture de cet impressionnant minuscule aperçu de l’ensemble de mes œuvres, non point un successeur ou héritier de Bouvier ou Chappaz,  mais l’un de leurs prestigieux contemporains, depuis plus d’une génération susceptible au minimum de les égaler en valeur philosophique, poétique, ethnologique et artistique. Poète du terroir, et baroudeur, humoriste et critique cinglant mais juste, bien vivant, considéré sur plusieurs continents comme un véritable prisonnier politique du potentat genevois, surdoué condamné jadis au plan fédéral pour téméraire plaideur, contraint de se protéger encore derrière divers pseudonymes: Denis Vaussur, Ali Gniominy, Germain Tenant, Aimé Prisé, Wallace-Horace Kilmérit, etc etc mais prêt à se dévoiler, une fois destitués les bêtas bloquant … et radicaux trop libres qui, de concert, lui pourrissent la vie et détruisent la santé … ou autres extrémistes de droite au pouvoir en Suisse, alors que le pendant allemand de leur parti le NPD devrait être bientôt … ou est déjà interdit, en tous cas de toute voix au parlement.

     

    Ainsi, chère Madame Savary, une fois décortiqués les différents niveaux de sens et jeux subtils de mes écrits, goûté à la mathématique musicale de ma poétique, alors que vous serez revenue sur vos propos déplacés au sujet de l’absence d’une continuation ascensionnelle de l’Authentique Pensée Suisse, après Ramuz, Chappaz .. qui sait si vous ne deviendrez l’une des quelques 50 privilégié(e)s au monde disposant d’un ou plusieurs manuscrits de mon crû, variant de 70 à 120 pages et si ne goûterez au nectar de -Castigat Mores Ridendo- ou –Tueurs de gages ou que m’a coûté Tonton- ou –Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine- qui n’ont pas fini de créer des remous séculaires.

     

    Ce droit de réponse est transmis à nombre d’observateurs de renom. Très modestement vôtre.

     

    Ali Gniominy

     

  • UNE GRANDE DAME DE JOIE REPOSANT AUX COTES D’UN SINISTRE INTEGRISTE?

    Une méritoire putain crée polémique post mortem; Ses restes seront-ils transférés au cimetière des Rois?

    Question saugrenue! Flagrant paradoxe genevois. Cet endroit mortuaire est bien suffisamment malfamé pour que Madame Griselidis Real s’y sente à l’aise. Pour preuve?

    Citons, ne serait-ce que ce dangereux fanatique, dont l’esprit malade hante encore par trop ces lieux, cet épouvantail de rigueur dont certains auront l’impudeur de fêter les 500ans ce 10 juillet 2009, ce fondateur de l’Etat théocratique de Genève, toujours en place mais plus discrètement, crétin de chrétien banni de Genève pour rigorisme excessif en 1538 et rappelé pour y mieux vendre et voir brûler Michel Servet et 33 autres dénoncés + 13 pendus + 10 décapités. Au nom de principes proscrivant entre autre toute hiérarchie, et surtout Prédestination absolue des élus. D’où le légendaire copinage excessif en vigueur à Genève, l’organisation de coûteuses et honteuses commémorations et, par-dessus tout: l’exclusion systématique et définitive, par sournois empêchements financiers, de tout opposant à la doctrine imposée. Reposez en Paix, bien chère pute.

  • HYPERCRISIE DES FETES

    PUISSE

     

     

    en vrac éloigner

     

    le Père Noël,

     

    les paires de claques

     

    que méritent

     

    qui m’irritent et m’attellent,

     

    suisses

     

    rancuniers

     

    tortionnaires

     

    gestionnaires

     

     

    PUISSENT

     

    les Mystères de la Nativité

     

    (d’une inventivité conceptuelle

     

    en quête de magie des Fêtes)

     

    faire

     

    que cesse

     

    l’austère compresse d’énergie,

     

    l’orgie de captivité spirituelle

     

    et intellectuelle,

     

    le supplice du maillon de la chaîne souveraine

     

    que subissent

     

    tous croyants trop bouillants

     

    et couillons pinaillant

     

     

    PUISSE

     

    malice des Fêtes

     

    les bêtes

     

    à cogner

     

    épargner

     

    et que Noël soit bel et bien le lien

     

    entre soi et la loi des siens

     

    et Nouvel An

     

    nouvel élan

     

    vers l’univers

     

    hors les travers du Corps pervers

     

    des mercenaires

     

    de Foi hors lois

     

    sous les séquelles de laquelle ploie

     

    la Terre entière

     

     

    Genève, le 24 décembre 2008

     

     

  • MME CALMY-REY S.V.P. DEMISSIONNEZ DU C.F OU DES DROITS HUMAINS

    Désolé, mais votre actuelle collaboration aux protocoles des Sages de Berne est à nouveau fort incompatible avec votre fonction au Conseil des Droits humains. Il vous faut choisir, pour disposer de la crédibilité que vous méritez, entre participer au crash annoncé du N°111, dont le vol s’effectue d’emblée dans des conditions extrêmes, sur un désert de petits princes pourfendeurs de moutons, ou prôner de nobles causes et Droits que la Suisse actuelle bafoue allègrement sous la contrainte de l’intolérance néoblochérienne, déjà par trop répandue, ayant contaminé une prétendue majorité; En fait, poignée d’ultralibéraux intégristes, en ceci qu’ils se passent activement et observent scrupuleusement et aveuglément une consigne de vote, si inhumaine soit-elle, pourvu qu’elle émane du conservateur suprême, conducteur du business de la peur et de l’exclusion.

     

    Certes, si chaque habitant sans exception du pays votait en son âme et conscience, sans subir d’influence intensive de ceux que j’ai trop bien connus, gens de la terre s’étant approprié de force par le passé la part de sol du pays revenant individuellement en Droit à la plupart des lésés natifs, influence des cossus agrariens ne participant jamais à la vie publique autre qu’en secte politique ou religieuse, fantômes électeurs canalisés retranchés en leurs propriétés, ne laissant jamais le moindre centime aux bistrots ou commerçants locaux, certes, la Suisse aurait peut-être encore une chance d’éviter de passer dans les livres d’Histoire comme un ex-îlot politique bananier sous la coupe de gorilles sans scrupules.

     

    Quoi qu’il en soit, Madame la Conseillère, écoutez le conseil de qui de jadis honoré par plus d’un Chef-d’Etat: Cessez de jongler avec deux pratiques incompatibles, choisissez celle que vous saurez défendre avec le talent dont vous ne manquez point, et focalisez votre énergie exclusivement sur cette tâche jusqu’au bout d’un parcours sans taches. La crédibilité des respectables Droits Humains y gagnera, aucun reproche ne pourra être formulé dans quelques décennies sur les activités contraires et incompatibles entre le devoir de protéger le peuple contre les extrémismes de tous bords et participer à l’oppression progressive de ce peuple, activités antagonistes d’une Conseillère fédérale qui aurait œuvré décidément à la tête d’un gouvernement ouvertement liberticide tout en siégeant aux Droits Humains.

     

    Finalement, vous savez que malgré de petits griefs passés entre nous vous conservez mon soutien pour la plupart de vos actions, j’ai voulu ce titre choc surtout pour que ce soit lu, souhaite que vous continuiez à équilibrer un brin ce septemvirat, mais je pense que la claque méritée par l’arrogante « majorité » tient, en de telles conditions, à votre annonce de démission. Qui ne vous empêcherait pas de revenir au Conseil fédéral une fois ses membres redevenus plus modérés, une fois passées les conséquences du désastre découlant du prescrit non à la libre-circulation qui sera majoritaire en février 2009. Madame la Conseillère, avec le respect et la sympathie que je vous dois, ne cumulez plus deux mandats dont les effets s’annulent réciproquement, sous peine de devoir un jour en répondre devant l’Humanité.

  • ECOEURE PAR LA TIMOCRATIE SUISSE

    Ecoeuré par l’intégrisme actuel porté sur piédestal par la timocratie suisse, je constate que le fondement des thèses justifiant, dans les années 30-40, l’exclusion de certaines populations déplaisant aux tarés puissants, et la répression aveugle pratiquée contre ces non calibrées, que ces principes populistes ayant mené au chaos passé ont à présent déteint sur une majorité de crétins, crachant impunément sur tous devoirs de Mémoire.

     

     

    Ainsi, est de retour l’époque où se placent (sont placés par ruses grossières) au sommet du Pouvoir ou presque: de peu scrupuleux tondeurs de moutons noirs ou autres xénophobes multimillionnaires, à 60 ans de la Déclaration des hypothétiques Droits Humains.

     

     

    Sont revenus les temps où les médias appellent à la délation, où les victimes sont achevées plus que soutenues. Ainsi « l’on » vote allégrement pour que persiste une vente mafieuse incontrôlée de produits consommés qui, au lieu de rester toujours l’herbe du terroir, autorisée et employée à titre médicinal depuis des millénaires, devient résidu trafiqué par profit, détruisant de ce fait réellement la santé d’un énorme pan de la population, qu’un peuple berné refuse d’aider de manière coordonnée par une vente légale sous strictes conditions.

     

     

    L’on se doit aussi de conseiller aux pédophiles de surtout tuer leurs victimes, l’assassinat étant prescriptible, lui.

     

     

    L’on applaudira de circonstance à la hausse du prix de ce tabac que l’Etat suisse, censé protéger ses citoyens, a tellement présenté comme indispensable à tout mec qui se respectait dans les années 70-80, fidèle au monument économique national (Burrus) à vénérer. Une ou deux générations de dépendants à cette saloperie, dont je fais partie, sont doublement trompées, décimées puis punies année après année, par châtiment financier pour avoir voulu imiter et se coincer dans un peu de cette contenance, que prescrivait l’image diffusée alors du suisse à pipe, du banquier rougeaud à cigare, du brave paygot clope au coin du bec ou du soldat au repos. Bravo et merci encore pour le concept majoritaire de l’enculée à répétition présentée comme juste, la fin justifiant le manque de moyens des victimes.

     

     

    L’on appréciera  au passage qu’il existe au moins un fumeur, vous écrivant, à qui ne viendrait à l’idée, ne serait-ce que par simple respect d’autrui et de soi-même, de fumer dans un lieu fermé. Amis spoliés fumeurs, svp, un peu de civilité itou dans ce monde de bêtes.

     

     

    AVS? Interdiction aux fabricants et livreurs d’haltères de prendre leur retraite avant l’heure, ce serait un poids trop lourd à assumer par la collectivité. Logique du peuple berné amené à se désintéresser, puis moquer du décompte formel des véritables avoirs suisses, de l’exact équivalent-or, sa destination et chronologie, de l’utilisation de ce qui lui appartient; Ce qu’il lui appartient de gérer pour son mieux-être individuel et collectif ici et maintenant, et non, forcé, de laisser  en mains sales de prédateurs spéculateurs Conseillers actionnaires assureurs banquiers politiciens, traficotant impunément le fruit extorqué du labeur d’autrui. Stop à trop d’Etat, certes, mais stop surtout à trop de tas de parasites politiciens petits copains conservateurs demeurés, s’imposant entre le citoyen et ses libertés fondamentales en hurlant au loup, pour mieux dévorer biens et âme des brebis affolées, et mener le troupeau sûrement vers le gouffre des conséquences connues de l’abus d’intolérance.

     

     

    Amen et Félicitations, la politique helvétique actuelle permettra aux historiens de tirer de jolis parallèles générationnels sur les pratiques honteuses en vigueur à diverses époques, dans une timocratie clanique souillée par pareille prétendue majorité de votes infamants. Forçons donc (c’est tendance) les suisses à voter et découvrons alors la véritable majorité et volonté suisse, faite des non récupérés par prosélytisme de partis, bistrots ou chapelles, modérés abasourdis en masse, après coup, par les absurdités qu’il est possible de faire légiférer lorsqu’on s’y applique à plein temps et moyens, en jouant sur les bassesses, la cupidité et la crédulité des benêts électeurs. Ecoeuré. Prisonnier politique suisse de souche, assigné à résidence sous privations par absence concertée de finances, institutionnellement extorquées en le but de mener politique fascisante, cherche asile en un pays humain.

  • ANNULONS AUSSI LA VOTATION FAUSSEE QUE S’ACHETE DROGSTOP & Cie

    DROGSTOP et sbires, ça suffit ! Assez de tromperie criminelle et diffamation. Depuis quand le cannabis est-il une drogue dure? Comme l’affirment les dangereuses annonces publicitaires de ces extrémistes en vogue, dépensant sans compter pour le double NON aux drogues et au cannabis, NON qui paraît étrangement servir leurs intérêts dans la perpétuation du trafic incontrôlé des stupéfiants. Au détriment de la Santé et de la Tranquillité publique, mais au nom d’une prétendue protection-bidon de la jeunesse ainsi laissée, par prohibition, entre les mains de dealers de rue plutôt que de médecins; Ce, pour le plus grand bonheur d’un nombre accru de salariés liés à la répression, aux finances (gestion des saisies d’imposition  et amendes) au social, aux médias et aux soins, (voir prétendue Prévention dirigée par certain Conseiller méprisant depuis plus deux ans l’offre de véritable expert). Bien payés ayant tout intérêt à ce qu’énormément de consommateurs restent exclus et discriminés, empêchés de ne nuire, hypothétiquement, qu’à eux-mêmes au moyen de substances contrôlées médicalement, prises de manière propre, raisonnable et dont l’achat par le patient paie honoraires, impôts, etc, liés à la distribution sous conditions à ces malades de drogues dures, alors que séparément s’effectue la vente mesurée pour divertissement de produits naturels, cannabis, psilocybes de qualité certifiée, à des adultes aussi relativement sains de corps et d’esprit que la majorité de l’humanité, capables de discernement, mais préférant cela plutôt qu’une drogue aussi dure et impitoyable que ne le sont l’alcool et les médicaments dont se bourrent tant de bien-pensant Neinsager. Diffamation, donc, lors qu’il est dit à quelqu’un de stable, travailleur et intégré, qui fume ses joints chaque jour depuis 38 ans, que le cannabis a gravement nui à sa santé physique ou psychique, comme indiqué sur le torchon de M. Narbel et sbires. Inutile de retirer ces mensonges des pages collabo les ayant accueilli, le mal est fait, très grave. Et je n’insiste même plus sur la manière on ne peut plus confuse de présenter ensemble au scrutin deux votes très distincts, aux conséquences très différentes, à un moment de l’Histoire où le fascisme larvé est en effervescence, où les médias appellent à nouveau à la délation, où les libertés sont plus restreintes que jamais: Moment propice à toute prohibition où il est choisi de demander au quidam, maintenu peu averti, écrasé sous les préjugés:Voulez-vous légaliser le cannabis? Bravo, la farce est grossière mais efficace. A l’évidence le double NON majoritaire fera, une fois de plus, honneur à la réputation du pays d’où est issu le crétinisme.

     

  • LEGALISONS L’INTERDICTION DE TROMPER LE PEUPLE DANS LA PRESENTATION DE CERTAINS SCRUTINS …

    …VISANT POUR EXEMPLE A PERPETUER LA PROHIBITION, LUCRATIVE POUR CEUX QUI LA PRATIQUENT AUTANT QUE NUISIBLE POUR LA SANTE PUBLIQUE, DE L’USAGE D’UN PRODUIT NATUREL DU TERROIR.

     

    Dès les premières pages de ce blog, déjà consistant, je vous ai largement expliqué mon point de vue de quinqua ne les paraissant pas, finalement assez bien intégré, fumant son joint chaque jour depuis 38 ans et contraint par l’imbécillité de trop bien-pensants, extérieurs au « problème », à risquer sa vie mensuellement, en se commettant en pleine ville avec la faune anonyme des petits dealers de mauvais à dangereux shit,  démesurément cher, dans le but d’acheter sans implication dans le milieu un efficace calmant et régulateur de l’humeur, que j’emploie seul à mon domicile et bon escient, qui me permet de passer des heures entre deux joints sans toucher à une cigarette, rester plus lucide et actif, attentif et prudent que la plupart des haineux réfractaires à toute pollution interne, excepté leur gnôle; Ne ressens aucun besoin tabagique, alors que j’en grillerais cinq au moins dans le même temps si je n’avais de cannabis. Je ne fume jamais le matin, peux passer plusieurs jours sans même y penser, déconseille à tout le monde de fumer, mais suis persuadé qu’une majorité d’adultes sensés y gagnerait beaucoup à manger une fois dans sa vie de majoritaire deux grammes de hachisch, délivrés médicalement, avant de se permettre de se prononcer sur le sujet. Bref, vous devez vous douter de ce que j’ai voté. Et pourtant je suis à peine sûr d’avoir bien choisi selon mes convictions, après m’être perdu, comme de préparé en ce sens par qui de « droit », dans le labyrinthe abscons des articles et modifications légales, à bidouiller plutôt oui par-ci mais non par-là; Me disant que quelqu’un d’un tout petit peu moins informé que moi sur l’acte de protection de la santé publique que représente le double oui, quelqu’un qui voudrait absolument préserver les quatre piliers mais maintenir le trafic illicite de cannabis en votant non, ou réciproque, risque fortement de se tromper et placer le non au mauvais endroit. Pire, l’explication pour ces deux sujets distincts étant réunie dans un même fatras emmêlé, tellement énervant: qu’une immense majorité n’ira pas plus loin et votera non, parce que c’est ainsi dès qu’on évoque le mot drogue, c’est rejeté sans réflexion, fidèlement au mot d’ordre reçu par le parti, au bistrot ou sur le parvis de l’église.

     

    Par conséquent, je prends acte de la manière confuse employée (vraiment sciemment? ou négligence grave susceptible de faire annuler le scrutin? Avant? Après?) dans le but de soumettre au vote du 30.11.2008 deux sujets distincts sur la drogue. Je remarque également, suite au dernier report calculé de la votation sur la légalisation du chanvre, report ayant eu lieu à plusieurs reprises en 2003, que cette votation ne fut proposée au peuple qu’après un très net virage à droite de la politique et des médias, dans un contexte favorable au rejet, je note qu’à nouveau le moment est particulièrement mal choisi pour soumettre, au traditionnel diktat irréfléchi de manipulés terrorisés légalement par entretien de préjugés, des objets d’une telle importance.

     

    Annulé pour ficelles trop grossières de l’influence étatique et financière, prônant la discrimination entre consommateurs et le maintien sans contrôle possible du trafic mafieux de produits naturels coupés, ou non, ce vote de polichinelles est très représentatif de la farce qu’est devenue notre démocratie d’apparence. Pathétique.

  • A L'EAU WINNERS

    LAS,

    LA CATIN,

    LA PUTAIN POLITIQUE

    SUCE

    IMPUDIQUE

    TOUS US ET FRIC,

    SUCE

    CLIQUE

    SI CYNIQUE

    QUI TE NIQUE,

    QUI TE PIQUE

    TON AFRIQUE,

    AMERIQUE,

    A CONQUIS TES ACQUIS,

    TON EXQUIS TON

    MUTIN

    La putain Politique

    astique friqués, étriqués ploucs

    où qu’elle pratique

    LAS,

    la catin,

    taille entre mailles

    pipe que casse

    la masse en nippes

    des malheureux

    à ventre creux

    et manie, impunie, la putain Politique:

    trique des aisés

    et rusé baratin

    pour baiser

    sourds, malvoyants et muets

    croyant à tort encore

    à désuets,

    déraillant,

    ineptes concepts

    d’Egalité et d’Equité

    et prémices de Justice

    LAS

    la pute Politique

    des deux bords

    des débords érotiques

    du rut économique

    n’a de coffre,

    s’offre aux affres

    d’une constitution de la prostitution

    sans complaisance à la Finance,

    bâfre les fruits, produits d’autrui,

    vide magouilles d’avides fripouilles

    de leur substance d’inélégance

    et se souille au Silence

    de l’engeance délétère boursière

    LAS

    ses maquereaux,

    ses macaques pique-fric:

    Médiatique et Mystique,

    ont les crocs,

    exigent d’elle qu’elle pige,

    la putain Politique,

    qu’un butin famélique

    égale pas mal de gaffes, de doutes et baffes,

    inclus plus de croûte amassée à casser

    et la dalle qui fait mal!

    Forfait

    LAS

    la putain Politique

    ne mord ordures,

    sort sur portique,

    tapine,

    lamine mine

    des clients

    l’essayant

    *

  • CONDAMNONS LES BANQUES ANTI-DEMOCRATIQUES A L’EQUITE

    Aucune réaction des concernés de tous bords à ma proposition d’hier de forcer les banques discriminantes, n’ayant arrosé de millions que les partis de droite, à verser l’équivalent aux partis de gauche. Seul un sympathique internaute attire mon attention sur les pratiques également peu reluisantes à ce sujet de la BCGE. Le Parti socialiste  qui aurait tout à gagner de l’application de ce principe bancaire égalitaire … se contentant d’exiger que la droite rende cet argent aux déshonnêtes donateurs, méprisant les convictions de bonne part des dépositaires des biens détournés à de telles fins. Triste constat, à croire que cette gauche-là craint de manquer de caviar en fin d’année, sur les toasts jetés en pitance aux actionnaires, de gauche aussi, lors du bouclement annuel des exercices bancaires, si elle ose réclamer ce qui lui est dû à ces dictateurs financiers.

    Quoi qu’il en soit, bravo pour l’eau apportée encore au grinçant moulin servant à broyer la graine de l’opacité bancaire suisse, que fait tourner le vent de jalousie d’agité roquet français et de teuton fouettard.

     

  • UBS, CS ET DISCRIMINATION POLITIQUE

    Horreur! Qui donc aurait pu s’en douter? L’on apprend que l’ UBS et le CS auraient versé d’obscures sommes (lapsus) très conséquentes aux Partis de droite. Afin, entre autre, que ceux-ci perpétuent la mise en danger de la vie d’autrui en combattant la légalisation du cannabis, de manière à ce qu’aucun contrôle de la qualité ou provenance de ce produit de consommation ne soit possible, que perdure ce trafic mafieux « justifiant » toutes formes de durcissement de la répression et quantité de scandaleux salaires de cerbères de droite prétendant lutter contre la drogue, etc

    Et voilà que des bien-pensants préconisent que ces Partis bourgeois rendent cet argent à leurs claniques donateurs. Et quoi encore? Mais non, voyons, que la justice suisse, si elle existe vraiment, oblige ces lobbyistes financiers, une fois déterminée la somme de leurs dessous de table versés pour influencer une politique unilatérale tapageuse trompant tous citoyens, que ces deux banques réparent leur discrimination contre la gauche en versant l’équivalent de ces pots-de-vin au parti Socialiste et idem pour toutes formations de gauche. Ainsi tout le monde sera content. La droite n’ayant pas à rembourser le fruit du racisme politique l’ayant avantagée jusqu’à placer quelque temps un extrémiste au Conseil fédéral, la gauche encaissant ce qui l’a empêchée de concurrencer la favorisée machine adverse, et les banques incriminées n’ayant qu’à présenter la facture du dédommagement pour la gauche à ses peu scrupuleux incompétents (ex-)collectionneurs de bonus.

  • DE L’EXCUSE INEXCUSABLE DU « TROP OCCUPE »

    Ou : -De l’Art de ne rien foutre en paraissant tout diriger- (Cadeau d'anniversaire des deux ans d'absence de réponse à une interpellation et offre de service recommandée adressée à de lamentables autorités)

    Indéniablement, plus tout s’effrite de tous côtés : plus explose l’évidence des limites du seuil d’incompétence. En l’occurrence, grâce à la facilité avec laquelle il est possible d’en faire un minimum en paraissant surmené, sous prétexte que le haut rang occupé ne nous laisse aucune minute à accorder à ce que l’on considère comme des  « petites affaires méprisables », composant le 98% du travail pour lequel on est payé. Ainsi, rien de plus facile que de bosser effectivement le 2% du temps, à désamorcer les plus graves conflits liés à notre incompétence visible lorsque ces litiges se trouvent aux portes du Tribunal, ou pire, des médias. De rester en permanence injoignable, et d’aller dormir de temps à autre dans de lucratifs Conseils d’administration. Au lieu de répondre aux recommandés répétés, interpellations et autre demandes vouées au dédain le plus profond, celui de l’indifférence totale face aux dysfonctionnements dénoncés. Puis, le Maître-étalon de l’incompétence dont est affligée l’immense majorité des décideurs cavalera jusqu’au SPA, golf et fitness, afin de conserver une forme athlétique lui permettant de soulever sa paie, méritée à 98% par ses spoliés subordonnés.

  • De la censure sur sites de concours à la con

    Concours en vue de trouver les excuses que présentera notre Président à Kadhafi, sur site du canard boiteux Le Matin, ayant censuré ma participation, un résumé en 6 lignes de ce qui suit:

    Malencontreuse erreur d’interprétation lors d’une surprise offerte à la gloire de votre famille

    Faramineuse Eminence,

    Vous priant d’excuser le retard de mon peuple, duquel est issu le crétinisme et que je représente, à dissiper ce malentendu, je me permets d’en appeler à la clémence de votre Immensité, au sujet du quiproquo provoqué par les agissements de policiers genevois, aussi doux que des éléphants en magasins de porcelaine, face à la naturelle résistance de sa douce moitié et de votre fils Hannibal.

    La méprise est due au déraillement imprévu d’un train de mesures, constituant une secrète mise en scène de notre police, chargée d’offrir une magnifique surprise à votre fils et à la gloire éternelle de votre divine famille: La démonstration par les actes du savoir acquis à titre expérimental par cette première volée de policiers, formés dans la toute nouvelle aile d’une école internationale, aile Khadafi où sont dispensés des cours et diplômes de -Lynchage de personnel de maison-, - Maltraitance appliquée-, -Ecrasement psychologique-, -Extermination de dignité-, etc; Nos policiers n’ont fait que démontrer à vos proches l’efficacité du savoir acquis dans votre Faculté en Suisse, afin de les mieux charmer ensuite par l’offrande de telles classes.

    En l’occurrence, Sérénissime Muhammad, parfaitement conscientes de la difficulté à recruter du personnel potable, dans le cheptel de la sous-race à domestiquer, nos Autorités unanimes vous invitent cordialement à l’inauguration de votre bien, et une suite digne de vous est prête, au chœur pittoresque d’un établissement de réputation internationale, sis au 22, Chemin de Champ-Dollon, à Thônex.

    Vous y attendant très nombreux, je vous prie de croire, Incommensurable Sérénité, à l’assurance de l’humilité de nos sentiments distingués.

    Pascal Couchepin

    P.S. Nous tenons encore à vous remercier pour la quantité de stations Tamoil en Suisse que vous avez bien voulu abandonner, et que nous nous empressons de transformer en lieux non-fumeurs de culture alternative

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    WWF – Résultat du concours de la plus mauvaise excuse en matière de protection de la nature.

    Les phrases des gagnants figureront sur de grandes affiches dans les gares suisses.

    Trois gagnants de langue française seulement, pour leur hilarantissime excuse que voici :

    J’installerais bien des ampoules économiques. Mais depuis la mort de Claude François, j’ai peur des ampoules.

    J’agirais bien en faveur du climat. Mais pas ce soir, j’ai la migraine.

    Je baisserais bien le chauffage. Mais la fondue risque de refroidir.

    ---------------------------------------------------------

    Ah ah ah ah ah à s’en étouffer, n’est-ce pas ? L’on s’en décrochera la mâchoire durant des mois à chaque passage à la gare.

    Et voici mes phrases, dont la première, celle que je préfère, a mystérieusement disparu cinq fois du site peu de temps après que je l’aie envoyée et renvoyée à chaque fois légèrement modifiée.

    Désolé si vous êtes très nombreux a avoir déjà bien ri à ces trouvailles, sans valeur aux yeux du wwf

    EVITER DE RENDRE L’AIR IRRESPIRABLE ? ALORS QUE LE RESTE DE L’UNIVERS SE PASSE D’AIR SI FACILEMENT ?

    JE NE TRIE JAMAIS MES DECHETS POUR NE PAS VOLER LE TRAVAIL DES SANS EMPLOI

    POLLUER EST NATUREL ET SAIN, A PEINE NES L’ON TROUE DEJA L’OZONE A COUPS DE METHANE

    J’ECONOMISERAIS BIEN L’ENERGIE, MAIS J’EN MANQUE TELLEMENT POUR PROTEGER LA NATURE

    Et encore :

    J’Éviterais bien de laisser tourner le moteur de l’auto 24h/24 … mais ma belle-mère loge au fond du garage

    J’éviterais bien de participer au réchauffement de la planète … mais vu ce retour de guerre froide …

    J’achèterais bien un frigo économique … mais à condition que sa glace soit pure, renouvelée chaque semaine par importation directe de l’Arctique

    J’agirais bien en faveur du climat … mais le climat n’agit pas en ma faveur

    J’installerais bien des ampoules économiques … mais encore faudrait-il être éclairé pour cela

    Je lutterais bien contre la pollution radioactive … mais il n’y a qu’elle qui calme l’inflammation des branchies de mon tentacule droit

     

    NO COMMENT

  • Pas niqués à Vernier?

    Ikea s’installera à Vernier. Simple réflexion de profane, n'ayant rien suivi en détail sur le sujet : L’engorgement supplémentaire de véhicules sur ce tronçon très sensible n’a pas fait le poids face à la création promise de 400 emplois. Bien. Mais, n’a-t-on point lu dernièrement que dans le canton de Genève la majorité des cadres et plus de la moitié des salariés du secteur privé sont frontaliers? Sans même parler de l’Etat de Genève se moquant de résorber le chômage local, Etat au sein duquel le Suisse de souche est si chère espèce en voie d’extinction. Or, puisque c’est de ceci et de qualité de l’air que l’on parle, quelle garantie ont reçu les autorités de Vernier que les 400 nouveaux employés Ikea ne correspondront pas à 400 véhicules de plus, passant la frontière pour s’engouffrer dans le goulet de la région Meyrin-Vernier?

  • L'ESPOIR PERSE

    Eclaboussé par la gestion peu catholique de ses liquidités, ayant essuyé nombre de barbants revers, le SERVIETTE FC ne jettera pas l’éponge! A la bonne heure.

     

  • COURSE AUX ACCELERATEURS DE PARTICULES, MACHINE A PRIX NOBEL

    Bref rappel des faits. Merci M. Reagan pour la surprise à retardement de cette méga-expérimentation liée à la guerre froide, mais on aurait pu vivre sans. Sans devenir otages de vaine (?) course à l’orgueil scientifique, menée à nos risques et périls ou non au CERN, en cette course à l’accélération de la fabrication de prix Nobel. Tel est mon résumé après avoir vu Culture Production- J. Druon – Un siècle de progrès sans merci – sur la chaîne TV Encyclopédia et avoir longuement étudié les paramètres à ma portée de l’électromécanique quantique et de la relativité restreinte. A mon très humble avis, donc, bien des coûteux chercheurs devraient se contenter de revenir comme avant à 200 $ la nouvelle particule subatomique découverte, et cesser de dilapider les milliards pour un fondement de résultats attendus, au moyen du LHC, déjà suffisamment démontré depuis 1935, par le paradoxe du chat mort-vivant de Schrödinger, et bien avant encore pressenti par Hermès Trismégiste «ce qui est en haut est comme ce qui est en bas pour accomplir les miracles d’une seule chose»; A savoir que l’atome est comme l’univers quasiment uniquement composé de vide fourmillant d’activités, de dimensions superposées et censées ne pouvoir interagir. En ceci la recherche actuelle pourrait, il est vrai, apporter quelques détails de peu d’importance. Sachant qu’avant d’être observé, l’électron, par nature ondulatoire, peut être localisé et est présent simultanément à plusieurs endroits, mais n’existe «réellement» que s’ il est mesuré, observé, de même que toutes choses n’existent que par l’interaction de milliards d’actes d’observation, de mesure, réflexion. Bref, l’existence d’un état simultané mort et vivant ayant été prouvée, à quoi bon titiller encore les quarks, au sein desquels nos ridicules actuels moyens d’observation microscopique apercevront sans doute de mystérieux nouveaux containers à big-bang à 200 $, qui nécessiteront investissement de moult milliards supplémentaires pour plus de détails liés à la connaissance de la simultanéité engendrée par indécision de particules pouvant exister au moins dans deux états superposés, intactes et désintégrées, avant décohérence par interaction de l’observation, ce qui définit très bien pour moi au moins la raison d’être, les tenants et aboutissements du big-bang.

     

    Et si je me trompe en me contentant de pareille connaissance, j’aurai la conscience aussi légère que de l’hélium, de n’avoir en rien risqué par mes recherches de nuire à l’Humanité ou lui coûter démesurément cher pour des résultats connus d’avance.

    Genève, le 29 septembre 2008
  • CESSEZ DE TORTURER NOS MALHEUREUX FLICS

    Disposant de l’immense privilège et bonheur (ou déjà du handicap) de maîtriser assez correctement un français écrit en voie d’extinction, je passe ma vie cheveux dressés, à corriger afficheurs, éditeurs, présentateurs, auteurs, officiels formulaires bourrés d’horreurs et estime qu’il est, certes, nécessaire qu’un certain niveau de connaissance de la langue soit imposé, lors de divers recrutements.

    Cependant, la politique de recrutement de nos braves gabelous en herbe est entachée comme toujours à Genève, tradition oblige, d’incontournable intolérable intégrisme à dénoncer, consistant à placer la barre à une hauteur absurde pour effectuer sélection entre authentiques rares cerveaux se trompant de carrière, faits pour les Lettres, et rusés tricheurs copieurs et pistonnés pour vainqueurs d’un côté, et deux-tiers de gamins traumatisés d’avoir même été rejetés de la police, par faute irréparable commise au détriment d’une dictée, pourvue de nombre d’aberrations orthographiques et 14 accords problématiques de cette ......... de participe passé, selon Mme Matthey, sociologue. Bravo, aucun procédé discriminatoire à signaler lorsqu’il s’agit de flics. Circulez, ya ya, rien à foire.

    Bon, après ce bon coup de lèche le syndicat de la Police va bien se cotiser pour me l’acheter, mon chef-d’œuvre à CHF 856'795.35, non? Ah? Vos salaires? Mais les académiciens sont bien payés parait-il, où est le problème?

    introspection-dessin-2.jpg

  • LE CERN SE FAIT ENTUBER PAR THE GREEK SECURITY TEAM

    Bravo encore, côté sécurité générale, tout pour nous rassurer, des hackers se moquent des « écoliers » concepteurs de l’informatique liée au LHC … sans aucun danger pour l’humanité.

     

    Mais, j’oubliais, en démocratie l’on tait poliment ce genre de choses, ne nous concernant aucunement, on la boucle et se fait joyeusement pomper sa vie durant de quoi financer toutes les absurdités, excluant le crétin payeur de base, va de soi, au risque même faible d’y laisser la galaxie entière pour récompense. De plus, l’on détourne de plus en plus nos biens vers le charia-compatible, paraît-il, l’on investit massivement nos avoirs bloqués ou spoliés dans les finances islamistes les plus opaques, préparant déjà sur le plan économique la réalisation prochaine de la prophétie de Nostradamus, affirmant que Genève sera prise sous le joug d’un tyran musulman sanguinaire et totalement détruite. Espérons au moins que le LHC soit bien charia-compatible, et merci encore aux muets dits efficaces protecteurs du bon peuple.

  • 10 SEPTEMBRE 2008 - JOURNEE STOP-SUICIDE

    Chers découragés, laissez  les savants amateurs de collisions s’occuper de votre destin et dites vous bien que vous n’êtes pas seuls dans ce triste cas de figure, et surtout que si le suicide collectif imposé rate, dans quelques semaines ou mois, l’expérience aura vraiment réussi et comme promis toutes réponses apporteront solution à tout, y compris la dépression; Réjouissez-vous à l’idée que seize milliards connus investis ont servi au mieux-être de l’humanité, après mise en péril de son existence imposée, risque génocidaire estimé à 4% selon divers savants rapports internes du Cern, si mes souvenirs sont exacts, risque incommensurable pris contre notre gré, pour lequel nous serons immédiatement rétribués bientôt, bien évidemment. Alors à quoi bon perdre son temps à se suicider quand il y a l’Eternité toute nue qui se pointe enfin dans les environs. Ne reste plus qu’à exiger, en fonction de nos besoins, notre part des découvertes effectuées sans notre entier consentement sur territoire de notre sphère vitale individuelle, et vive la vie.

      Genève, le 10 septembre 2008
  • A DEUX JOURS DE RIEN DU TOUT

    Ouf, nous voici rassurés de tous côtés par les influents, descendants de ceux qui glorifiaient la manne nouvelle de l’or noir menant l’humanité vers le progrès ou l’invention de la vapeur, permettant de nettoyer les kilomètres à vitesse record, ou l’apparition de l’amiante et tant d’autres nouveautés à vice caché, apparaissant à la longue. Mais au fait, j’y pense, puisque le résultat est connu, assuré si formellement, puisqu’il n’existe aucun risque réel, à quoi bon avoir dépensé 16 milliards pour redécouvrir une certitude?

  • Tous con...Cernés, tous muets

    Où donc sont passés les prétendus protecteurs de l’humanité? Les religieux, politiques, bien-pensants médiatiques décideurs, .. lorsque 16 milliards et le supposé Savoir sont en jeu? Que font, à trois jours du risque majeur (existant même en faible proportion) de provoquer incontrôlable imprévu prédateur phénomène, pas nécessairement sous forme de création de trou-noir mal évaporé, mais dans les mois ou années à venir apparition d’un déséquilibre fondamental des lois physiques, que font pour me protéger moi, pauvre esclave parmi des milliards d’autres, n’ayant son mot à dire dans le choix de son destin, que font les procureurs et autres défenseurs de la volonté et santé populaire?

    Soit, c’est fort peu rentable que de se prononcer. L’on ne se met ainsi les financiers et sommités de son côté. L’on passe, ô ironie, pour rétrogrades, empêcheurs de progresser, stupides grains de sables à mépriser. Si mercredi soir l’on est toujours de ce monde, c’est gagné, l’on passera pour courageux, et sinon tant pis, là où en est la faillite de la Raison et de la Morale mieux vaut en finir par un grand coup de roulette ruse planétaire, un quitte ou double majoritairement non consenti.

     

    Pour ma part, la suicidaire tentative de possible crime contre l’Humanité qui aura lieu à quelques kilomètres ne me gêne que par son caractère impératif, l’interdiction qui m’est faite de décider de la poursuite paisible de mon existence ou la mise en risque de celle-ci. La curiosité du résultat titille aussi  ma soif de connaître et j’ai, notoirement, assez d’ouverture d’esprit pour éviter de court-circuiter l’évolution du genre humain, en veillant avant tout à préserver sa santé. Aussi, je pense qu’il est de bonne guerre que je porte plainte, présentement contre X, soit : les investisseurs des 16 milliards du LHC, concernant tous revenus attendus ne serait-ce que par l’une des découvertes à venir, dont je ne devrais en principe tirer le moindre avantage substantiel. Alors que ces acheteurs de Science mettent mes jours en danger et me considèrent comme ignorant, n’ayant droit de parole face au verdict de vie ou mort qui m’est imposé. J’estime à cinq millions de francs le potentiel manque à gagner entre le 11.09.2008 et ce qui aurait dû être la fin de mon existence professionnelle et extraprofessionnelle, pense que cette somme devrait quoi qu’il en soit calmer le traumatisme de ces essais sans garantie formelle de survie, et prie les autorités concernées de me faire parvenir ce légitime, et exemplaire à ce titre, dédommagement, dans les meilleurs délais. A elles ensuite d’organiser des votations mondiales pour ce genre de quitte ou double, amélioration-détérioration concernant tout un chacun. Remerciements anticipés d’un rat de labo.

     

  • Tous Cernés, évadons-nous

    FLEUVE DE VENIN

    Sur la chaloupe

    des entourloupes

     

    faites aux ballots

     

     

    pagaient en tête

     

    de gais salauds,

     

    vrais gâche-soupe, en fête,

     

    sans vent en poupe!

     

     

    Sur cette esquive

     

    des invectives

     

    délurées

     

    proférées

     

    à l’endroit

     

    des sept «droits» préférés

     

    des masses

     

    sans classe,

     

    rament, damnées

     

    âmes bien-nées!

     

     

    Sur le kayak

     

    de leur arnaque

     

    des cracks se claquent

     

    à débouter qui d’éhontés

     

    ont acquis déroutés,

     

    qui ont piqué fric

     

    et quitté étriquée

     

    équité!

     

    ….

     

    Sur la pirogue:

     

    De goguenards

     

    sans gêne, dialogue,

     

    avares bouledogs de l’art

     

    vous mènent,

     

    entraînent

     

    en cadence et cadeau

     

    aux gogues,

     

    au radeau de la finance,

     

     

    vous secouent

     

    sous les coups

     

    de leurs pertes

     

    et leurs leurres

     

    et alertes,

     

    de leurs crasses

     

    de rapaces!

     

     

    Sur le canoë:

     

    Tohu-bohu,

     

    ohé, ohé,

     

    de hargneux

     

    scrogneugneux

     

    charognards,

     

    anti

     

    gentils

     

    anars,

     

    s’affairent

     

    à faire

     

    en sorte,

     

    tranquilles,

     

    qu’ils ne s’en sortent

     

    et le taire;

     

    Qu’ils se terrent,

     

    gèrent malaise

     

    d’hommes maîtrisés

     

    écrasés

     

    comme punaises.

     

     

    Sur le rafiot,

     

    idiots et sûrs,

     

    durs capitaines

     

    à la dizaine

     

    dirigent litiges,

     

    luttes,

     

    vers sévère

     

    chuuut!

     

     

    Genève, le 27 août 2008

     

  • Vénérable .. et l'ordurière condition d'un intouchable sous tyrannie alpine

    EN EXCLUSIVITE MONDIALE : EXTRAITS DU FUTUR BEST-SELLER DONT LES DROITS DE DIFFUSION SONT MIS AUX ENCHERES A  CHF -874'900.-

     

    (Ouvrage complet, constitué de -Castigat Mores Ridendo-(70p.), -Tueur de gages ou que m’a coûté Tonton-(120p.) et -Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine-(80p.), ci-dessous, p.15 et 74 de -Vénérable…-)

    15

    .. gargote en bord de chaussée que souhaitions éviter. Ce cher Gilson, itou Grand Maçon devant l’Éternel, qui fond, catastrophé, sur notre Allié:  -qu’est-il arrivé à votre père? Des mois qu’on ne le voit plus! Mais avant tout, je vous prie de lui transmettre nos condoléances pour le décès d’ACM-. ??? ACM ? Il nous faut un temps pour comprendre. Mais oui, c’est vrai, vient de mourir le célébrissime gouverneur Antonio Carlos Magalhaes, un brin mégalomane, paix à son âme, ayant donné les patronymes de toute sa famille à quantité de rues, bâtiments, etc, jusqu’à l’aéroport -2 de Julio- qu’il a rebaptisé, que le peuple refuse d’appeler ainsi. ACM tout de même, premier bahianais à Brasilia ayant réellement fait évoluer cet Etat, rénové bonne part du patrimoine architectural, etc. ACM qui fit acheter kyrielle d’ambulances, flopée d’instruments médicaux, le tout déjà revendu au noir par indélicats gestionnaires, au point que la situation actuelle est pire qu’avant son règne. Ce Tout-Puissant pour lequel sont présentées condoléances à Vénérable. Décidément, Allié lui-même est encore loin d’imaginer toute la portée de l’influence de son paternel.

     

    Il n’empêche que Frère Gilson n’affiche point si sinistre mine uniquement  pour le décès de l’ex-dieu vivant. Très véritablement, son commerce de Cerveja brune ou blonde est à deux doigts de la fermeture, depuis la maladie, soit l’absence prolongée de son meilleur et plus mauvais client buveur. Car généreux, jovial et convivial,  patriarche à jeun est devenu le meilleur des êtres, mais un seul verre de bière et l’envahit esprit retors, cynique et tyrannique, qui le poussera à ricaner puis pleurer, insulter, grincer des dents et enfin lever le coude jusqu’à tomber. Exclusivement les -vendredi soir, samedi et dimanche-, jamais durant dure semaine, dédiée à travaux lourds de construction ou quelque tâche à la limite du supportable à s’infliger. Et voilà  qu’alcool et chimiothérapie sont incompatibles. Ainsi, à quelque chose malheur est bon (mais pas pour tout le monde). Soit dit au passage que ce cher Gilson nous affirme encore que notre voisin le plus pauvre, ayant édifié sa bicoque avec les rebuts de nos travaux, celui qui du jour au lendemain est passé de l’oisive immobilité du démuni à l’ostentation du va et vient en une magnifique voiture surgie du néant, que ce Monsieur prétend connaître l’identité de nos agresseurs et vouloir nous la communiquer. Ce à quoi nous répondons que nous ne souhaitons surtout pas la connaître. Dans ce genre d’affaires qui en sait trop ne fait jamais long feu. D’ailleurs, peut-être suis-je encore vivant pour n’avoir fait le lien, à plus de vingt ans d’écart, entre un certain Marco, gardien de maisons jumelées louées en 1991, qui nous avait montré son revolver couleur rouille, pareil à celui collé sur ma tempe en 2003, et le meilleur ami en cavale de ce voisin-là si soucieux de nous révéler le nom de nos braqueurs.

     De retour vers Salvador, chargés de mangues offertes, nous cheminons le long de la route cabossée, et manquons de shooter un vautour malade. Tiens, ça arrive? Se serait-il, le pôvre, délecté d’une trop fraîche pourriture??

     '''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''

    74

    D’une gravité extrême en certaines circonstances ma tessiture lui sauve la vie, impose immobilisation par surprise, silence et soumission.  Je paralyse une centaine de personnes instantanément avec mes instinctifs infrasons, ne fusant qu’en situation où se joue ma survie, et résume la situation presque sans accent. Pas de panique inutile, véritable danger! Choc impressionnant mais aucun blessé visible, tous secoués comme parkinsoniens mais intacts, de l’air en suffisance, pas de voie d’eau: Tout va bien, on va venir nous sortir de là! Merci moi encore une fois, au fait! S’égrènent d’interminables secondes avant que, sur le quai, un marin muni de redondants cordages se mette seul à tenter de dégager le Ferry dont la proue a défoncé la moitié du ponton. Viennent enfin le seconder quelques dizaines d’autres volontaires. Je suis toujours incidemment coincé par tremblants corps contre la porte blindée de sortie. Puis, comme un bonheur ne se produit jamais seul et que le soleil revient toujours après la pluie et réciproque, s’appuient de doux doigts sur compressés attributs, les caressant «distraitement» en tremblotant. Doigts issus de sublime amourachée apeurée poupée, de laquelle j’ai toutes peines du monde à m’arracher, dès qu’ex-paniqués en bloc ont interrompu leur vaine précipitation vers «ma» sortie bloquée … un brin trop précocement. Remake parfait de passage palpitant d’une aventure ou l’autre d’Indiana Jones ou de James Bond: La superbe plante lovée par les circonstances contre le fringuant dur de dur, blasé par l’excès de dangers. À coup sûr, je porte encore sur moi des effluves de la testostérone d’Ian Flemming, que j’ai dû choper allongé sous l’avant-toit de sa superbe villa sur Frégate, aux Seychelles. Jamais n’ai savouré, des heures durant, si terrifiant spectacle, que celui de l’océan déchaîné toute l’année, s’acharnant à se déchirer sur acérés rochers de torturée crique(ette), sise aux pieds du solide bâtiment, perdu seul surplombant de peu cet inhospitalier pan de l’île. Auquel n’accèdent que rares aventuriers ayant osé s’éloigner du petit port, côté accessible, traverser toute l’île en largeur en un couloir végétal d’aspect préhistorique presque effrayant, tortues géantes aidant … et découvrir l’ambiance dantesque en laquelle naquirent, évidemment, les tortueuses aventures de l’agent 007

    Eh! Oh! Eh! Ouh Ouh! Fini, ce rêve éveillé-là! On se décolle de sa délicieuse  partenaire d’«infortune accidentelle» et l’on essaie tout de même de sortir de là! La main si placée mâle finit par se retirer, avec l’apathie des regrets d’un au-revoir et à jamais. Je saisis Barbie du sud discrètement par la taille et la déplace gentiment, puis tente en vain de tourner le volant d’ouverture de la mastoc lourde. Impossible. L’on nous crie de l’extérieur que l’ouverture ne tardera plus. Un bon quart d’heure suit. En ce sauna fonctionnant à la chaleur de la peur, étuve flottante en laquelle commence à vaquer général sentiment de claustrophobie. La délivrance enfin, le courant d’air le plus frais de l’univers, et les honteux employés du maritime danger ambulant (lors d’une autre entrée au débarcadère, la coque avait arraché une énorme pompe à carburant sous nos yeux et presque sur nos têtes. Un matelot était calmement venu s’enquérir du désastre, avait négligemment poussé les déchets de côté et c’est tout; Incident habituel, sans doute, brrr..) les moussaillons du port nous hissent un à un jusqu’à quai, comme caque à décharger.

     

    Sympas, les transports nautiques sotéropolitains. Emotions fortes et passions assurées. Adrénaline exacerbée à gogo, suffocation amaigrissante garantie et gratis, bouleversements tactiles à effets érectiles sans coup férir: Tout pour plaire! À quand le prochain accostage catastrophe? Où puis-je acheter le titre de ce transport de joie?

     

    Editeurs éclairés, proposez vite votre enchère sur geneveculture@romandie.com et bonne chance.