Politique - Page 27

  • SI MALVENU PERSAN MAGE AHMADINE DJIAHD A GENEVE ?

    Que nenni ! En la timocratique Helvétie, au service exclusif du dieu Fric, l’on cause l’on cause et toujours finit par s’allonger, se prosterner au pied de lointains visiteurs chargés d’ors, essence, mires et autres radieux plutôt nimbés présents à rayonnement international.

     

    Ci, l’on croit aux valeurs d’un dialogue constructif, soit lucratif, entre aveugle muet insensible de naissance préfabriquée, et condescendants naïfs crétins optimistes parlant tous en même temps, sur les meilleures manières de se voiler la face et nier l’évidence:

     

    Les Livres l’ayant tant prédit, il ne reste plus aujourd’hui que 1177 jours, et 9 heures maintenant, avant la fin des fins du monde, qui aura donc lieu très précisément, disent des astres : le 21 décembre 2012. (211212).

     

    L’annoncèrent les mayas, Nostradamus en fit de la bouillie, de tous prophétiques côtés idem : Plus aucun doute ne subsiste, point à paniquer trop, mais qu’est-ce qu’on va prendre, yeuh ce qu’on va ramasser !

     

    Heureusement que les petits hommes verts vont tirer les meilleurs, assurément nous, de cet enfer volcano-cométal, pour nous faire faire un petit saut au Mexique, histoire de vite rassembler tous les crânes de cristal avant de nous emmener sur Nibiru, la nouvelle proche planète attendue, apparue quand l’axe de la Terre a basculé suite à d’immenses bouleversements, survenus avant 2012, vous savez ? Non ? Voyez www.211212.info/ surtout si sont grippés vos zygomatiques liés au type de rire jaune fèces-d’éléphant, actuellement de circonstance.

     

    L’on sait ainsi tout le respect que porte la Perse à percer par force les mystères du Dieu, Ethique que pratique pareillement la compagnie Cern & Cie, et l’on ouït itou cris de libyen désert appelant à préparer Prophétie de Nostradamus, au sujet de grand feu d’esfrayeur désintégrant Genève

     

    Migrés, migrés de Geneue trestous,
    Saturne d’or en fer se changera,
    Le contre Raypoz exteriminera tous,
    Auvant l’aruent le ciel signes fer

     

    Et l’on se chamaille bêtement entre terriens, au lieu de s’unir contre cette éventuelle de moins en moins improbable mais qui sait –fatalité- ? L’on fait acte de peu de prudence entre êtres de même genre, et fermeté mal placée: pour trois ans restant à se supporter avant la schlague que nous promettent Nibiru et le contre Raypoz … Serait p’têtre temps de faire la Paix.

     

    Allez, Ahmi chéri, on t’aime, t’es pittoresque, mais maintenant t’arrêtes un peu de jouer avec le Destin de l’Humain, hein ? Et vous, vous arrêtez de l’exciter en le traitant comme le dernier des tarés, vous regroupez et rangez tous vos petits et grands jouets dans le même tiroir à missiles, dirigés exclusivement vers l’espace, là où le système trinaire succédant au binaire vous indiquera l’endroit où, Vénus s’en étant allée, arrivera l’apocalyptique astre échappé des anneaux de Saturne, ce Nibiru de fer à pulvériser dans vos rêves.

     

    Et après tout le monde au dodo, demain est un autre jour. Maman Justice doit pouvoir obtenir un crédit illimité, remboursable à partir du 22.12.2012

     

    Ali GNIOMINY

  • NAÎTRE OU NE PAS METTRE

    Naître à une vie, où toutes informations ne se mettent à la disposition de tous, où ne mettre en veilleuse sa légitime curiosité est de bon ton, et accepter bêtement, « pour le bien d’une majorité » qu’une minorité de questions fourmillant ne soit tout de même posée ?

     

    Evident ? Mais terrible dilemme ! Propre à l’Essence journalistique, policière et politique, principalement. Ainsi, serai-je cependant, ce jour, à titre éducatif, exceptionnellement stupide, et demanderai-je, pour exemples :

     

    - Cet incendie, dont on nous rebat les oreilles et pique les yeux, qui n’en finit pas de ravager les locaux d’une grande ville sise au bord du lac de Genève, ces flemmes de l’enfer accidentel .. qui dévorent les locaux d’Archiv-Secur’ … l’on nous en dit tout et plus, sauf l’importance réelle des dégâts ? Le quidam que suis en la matière s’étonne, a eu beau survoler moult médias, mais … des prospectus … seul filon déniché. Des tonnes de prospectus, semble-t-il. Ouf, j’ai crains un instant qui ne s’agisse de brûlants fichiers annexes du Tribunal fédéral, ou plus secret encore, de dossiers d’assurés ou clients de banques, ou données policières, militaires … ? Trop encombrants papiers motivant nuage de fumée supplémentaire ? Trop de silence hurle-t-il entre les lignes ? -

     

    Naître à une réalité déliée où l’on ne met pas les pieds dans le plat ? Voyez, par ailleurs, sans plus de transition qu’il n’en existe entre le coq et l’âne, si ce ne sont leurs francs attributs :

     

    - Comme il serait malséant de remercier Alain Delon pour sa plainte contre la police genevoise, pour fuites médiatisées enfin le concernant. Ainsi notre pipelette Justice se cloisonnera encore bien plus outrageusement ! Non ? –

     

    - Et Roman .. Roman .. d’amours interdites, exclusivement à certains endroits et certaines époques, interdites par Logique et Morale (pour une fois non remises en question par l’auteur, appréciant l’évolution des Mœurs depuis l’époque d’Hérode, dont les fresques hard-festins-orgies.. retrouvées assurent que tout le monde faisait tout aux yeux de tous, et où l’on voit quantité d’enfants abusés, évolution vers plus de respect des mineurs loin d’être généralisée sur la planète, de blanc sapés pédophiles officiels séjournant toujours par trop utilement lors des Fêtes sur les beaux bords lémaniques !) … Roman .. Polar à la Polanski et histoires de kiki .. où le « criminel ? » héros est encensé pour ses talents, sauf celui de baiser trop jeune, ne faisant ainsi marcher que le marché des blanches marches … Roman .. ou le génial coupable de lointaine connerie de jeunesse, sans doute unique ou rare, sous influence de saloperies désinhibitrices, tombé dans le traquenard tendu par alliance DFJP-OFC, au service d’une certaine Amérique ? Pleurant fort sa si lucrative idole ; Jamais aussi fort qu’un blondinet fâché avec les avions, ayant perdu sa sucette ? … Roman .. bien marron, de l’excès de lourdeur d’une machinerie mal dirigée ! Il eût été si simple, pour le moins concernant cette immorale et sûrement illégale arrestation, d’attendre que le présumé .. ait reçu son Prix à Zurich pour l’emmener discrètement, Non ?

    - Et cette inhumaine reine Victoria, qui prétend continuer à économiser 300 millions par ans en exacerbant la xénophobie, par engagements de foison d’étrangers à bon prix pour hauts postes, et maintien de talentueux suisses durant des décennies au plus bas niveau possible, sous menace et tenace répression, sans la moindre amélioration de statut ? Rien à dire ni changer ? Normalité de mutation de principes Ex-helvétiques ?-

     

    - Et puis, ah oui, merci encore nouvel I-Phone guide touristique très évolué. Super, ça permettra, dans les pays en voie de développement, de visiter la pauvreté en s’isolant enfin totalement. Et que crève le milliard, sans doute, d’humains vivant dès gamin de petits conseils et comme guides pour touristes. Que périsse le contact avec ces inutiles sous-développés - - Comment ? Ah, ce sont eux qui fabriquent l’I-Phone-guide ? Aïe ! Il doit s’agir d’une question de complication entre le Syndrome de Stockholm et celui ayant vidé l’île de Pâques. –

     

    - Enfin, ai-je la Berlue ce con nie ? … Profère et réitère insanités ! Et personne pour le faire taire ? –

     

    Naître maître et se faire mettre

    en classe, ou être traître, se soumettre, de glace, au lourd silence d’Instances de sourds, aveugles qui, au contour conquis, beuglent à tort, trop fort, mais taisent malaises d’indigne ligne de conduite vers la fuite, le caché, l’harnaché, le très discret secret ?

     

    Naître et pester, rester sous Lettres, ou ne paraître ? Et lors, dans le doute, ne dévoiler qu’avec respect les secs aspects de Réalité hors toute Moralité ?

     

    Ali GNIOMINY

  • HONNEUR PERDU DE LA LIBYE + 28 JOURS/ الشرف الضائع ليبيا + 28 يوما/ Lost honor of Libya + 28 days

    En soutien aux otages suisses que le gouvernement libyen avait prétendu par écrit libérer à fin août 2009, toujours prisonniers du potentat Kadhafi n’ayant pas de parole, je suggère que la phrase du titre soit envoyée chaque jour, (nombre des jours à modifier au fur et à mesure) par le plus possible d’entreprises et de particuliers suisses, par publipostage à un maximum d’internautes, entreprises, consulats du monde arabe. Surtout en Libye, pour toutes celles et ceux trouvant des e-mails « .ly « » ou disposant d’adresses libyennes dans leurs contacts.

    A pression pression ½ , seul moyen réputé efficace avec ce genre d’interlocuteurs.

    Ali GNIOMINY

  • Les Fables du bellâtre galant homme et du détestable gnome acariâtre


    Balaie, balaie,

    Laid petit nain

    Plein de venin,

    L’innocence en puissance

    De gentil pâtre, nanti bellâtre

    Dont, dit-on, les moutons

    En folie ont Sali

    Ta louche couche

    D’incivil, pincé, futile, tassé ,

    Pas beau nabot.

    Balaie, balaie,

    Laid farfadet

    Le seuil en deuil

    De Lex Rollex,

    La devanture

    De règne de teigne

    Qui se fissure.

  • TAMOIL A DETRUIT MA SANTE, JE RECLAME UN MILLIARD

    La pollution répétée du Rhône aux hydrocarbures, par faute de négligences de Tamoil, en amont d’où j’ai coutume de me baigner, me provoque d’effroyables allergies et me détruit les nerfs; Soit la carrière extrêmement lucrative que j’aurais dû mener depuis de nombreuses années.

    Sachant que le propriétaire libyen de cette entreprise est adepte de puissantes revendications, seul langage qu’il entend, j’estime que chaque citoyen suisse dont le domicile est sis en aval de Tamoil, et qui fut aussi gravement lésé par la pollution de l’entreprise incriminée que votre serviteur, se doit de réclamer également ce qui ne permettra jamais de recouvrer parfaite santé, mais y contribuera : CHF -1'000'000'000.-

    Ali GNIOMINY

  • President Barack OBAMA, please, you must and can help Switzerland against the madness of Kadhafi

    For the credibility of the judicious governments of the world, RETAIN THIS DICTATOR IN SURE PLACE until the Suisses hostages in Libya are free in Switzerland. Thank you in advance.

  • Pub pour l'alcool? MIDI. MILIEU DE LA CIRCULATION. LE BEAU GOSSE N’A PAS 20 ANS. IVRE (PRESQUE) MORT

    Torse à l’air, pieds nus en sang. Qui zigzague, chancelle et tombe enfin sur le trottoir. Les passants passent, indifférents. Sémaphore vert. Mon boguet pris entre deux files m’étonne presque en démarrant et s’éloignant du lieu de drame potentiel. Non assistance à personne mettant sa vie et celle d’autrui en danger ? Telle est encore la loi de la jungle urbaine, en ce 24 septembre 2009 !

    Il me souvient alors de notre amie très proche, journaliste sur l’une des principales chaînes TV du monde, mangeant chez nous avec sa fille de cinq ans, ce glacial soir d’hiver. Les yeux brusquement révulsés, notre people préférée hurle furieusement : -« Le repas est empoisonné ! Vous essayez de nous tuer ! ». Elle appelle illico la police, qui arrive et nous trouve livides, effondrés, estomaqués, éberlués, prêts à tendre les poignets.

    Nos braves gabelous (vous ai-je déjà dit qu’aussi incroyable que cela paraisse je n’ai jamais eu à me plaindre personnellement, depuis trente ans, de cette corporation ?) ne sont pas dupes, s’excusant même. Qui embarquent la reine du Prime-Time et sa gamine. Ils en savent bien plus que nous, ses seuls vrais amis sur le vieux continent, mais n’ont le droit de nous parler de pareils soucis de santé. Elle ressort du poste (non, pas de TV, suivez un peu) dans l’heure, et durant trois jours et trois nuits mère et fille seront vues déambulant dans nombre de quartiers. Venant de temps à autre au bas de l’immeuble ou dans les corridors hurler que sommes des empoisonneurs.

    Je parviens finalement à soustraire la petite à l’attention défaillante de son adulée génitrice en délire. Mon épouse la réchauffe, hydrate et nourrit, appelant encore et encore la gendarmerie. Systématiquement nous répondant : -« Désolés, nous ne pouvons faire interner votre amie sans consentement de sa famille, tant qu’elle ne commet pas de délit. »- -« Mais, et la protection de l’enfance ? les risques ? Faut-il briser des vitrines à sa place ? »- -« N’insistez pas, bien sûr que c’est anormal, mais nous ne pouvons rien y faire. »-

    Nous appelons alors, à dix mille kilomètres, le père architecte de renom de notre étonnante célébrité. Il se trouve encore plus à l’autre extrémité de la planète. La maman, fort heureusement, vient de rentrer de sélect congrès de charité. Elle nous explique alors qu’environ tous les quinze ans sa fille est prise de crises de schizophrénie. Puis saute dans le premier avion. Son mari fait de même de son côté, et nous les accueillons à la maison, chambre sur Rhône préparée à leur intention. Immensément reconnaissants, ceux-ci sont gênés de nous apprendre qu’une suite les attend dans un palace de la place. En revanche, ils mangeront sans crainte chez nous, et nous jureront sincèrement ensuite que notre cuisine est largement à la hauteur des plus prestigieux restaurants. Vrai que de ce côté aussi je suis particulièrement gâté par un entourage doué, passionné, reléguant Sainte Betti Bossy au rang de crasseuse cuistote de fast-food.

    Tous quatre regagnent d’urgence leur pays. Nous administrons le déménagement des biens de la concernée, n’étant plus rentrée à son domicile genevois depuis près d’une semaine en tout. Peu de temps après, notre incontournable reporter cartonne à nouveau, en pleine forme et l’intelligence aiguisée, devant des dizaines de millions de spectateurs. A ce jour, plus d’une décennie après, tout va pour le mieux pour elle, sinon que son exemplaire père est décédé.

    Alors ? Quel rapport entre ces deux évènements ?

    Doit-on vraiment faire primer la liberté de l’individu sur les risques évidents qu’il fait courir, à certains moments de sa vie, à sa santé et celle des autres ?

    La Police doit-elle alors embarquer d’office tout énergumène malade, d’alcool, drogue ou affection psychique, à comportement perturbé ?

    Question subsidiaire : Le joli gosse avait-il trop fêté la fin de l’hypocrisie de spots TV diffusant des glouglous pleins de fraîcheur vantant une bière SANS alcool ? Ou était-il désespéré au point de se saouler à en tomber parce qu’est autorisée à nouveau la publicité pour une drogue dure, par une législation discriminant ainsi une semblable saloperie nommée –cigarette- ?

    Ali GNIOMINY

  • ARRESTATION MUSCLEE DE KADHAFI A NEW-YORK !!!

    Dernière minute : De notre Service new-yorkais de désinformation : Dans le cadre d’une opération de police visant à débarrasser la ville des nuisances causées par les S.D.F, l’un d’entre eux, vivant généralement sous tente et n’ayant pas reçu l’autorisation de planter celle-ci, faisant trop tache dans le paysage, a été embarqué au poste et se plaint d’avoir été molesté.

    Il a été relâché peu de temps après et rentrera chez les siens sans être inquiété, les Autorités n’ayant rien d’autre à lui reprocher qu’une insignifiante complicité au terrorisme et quelques prises d’otages.

    Ali GNIOMINY

  • ALLIEZ L’INTELLIGENCE DE LA TENEUR A L’ELEGANCE DE LA FORME DE VOS BILLETS, LA BLOGOSPHERE VOUS BOUDERA

    Les statistiques de mes divers blogs sont limpides: chiffre + trois zéros de lecteurs chaque mois, parfois plusieurs centaines par jour, … mais très rarement un commentaire. Alors que les sujets que j’aborde courageusement et parfois en vers nous touchent inévitablement et concernent tous très directement. Il faut dire que le secteur est encombré, de plus en plus d’élus et de groupes d’intérêts communs ouvrent des blogs, à titre surtout propagandiste, et dédaignent superbement d’impérissables billets publiés sur le même support, les interpellant directement.

    Ces restreintes célébrités de passage préfèrent (ab)user de la blogosphère, cette potentielle formidable plateforme philosophique, artistique, politique, relationnelle … exclusivement en qualité d’observatoire de popularité, voire de défoulement ludique, dévaloir à billevesées de gens aisés, gentils convertis à la bienséance prescrite en matière de tabous, plutôt qu’en tant qu’instrument culturel, éducatif, d’échange véritable, moyen de critique sincère et atelier de mieux-être humanitaire.

    Peu de professionnels de mon genre parient sur le futur le la Littérature bloguéenne (j’éviterai soigneusement le néologisme blogatique, me souvenant d’un certain affreux Le Pen parlant en premier des sidatiques, avant que sidéens ne soit adopté), peu d’écrivains perdent de leur trop court et si précieux temps à réaliser que leur blogage est très susceptible de devenir un jour aussi mémorable qu’une correspondance entre Grands Anciens, aussi légendaire que d’aucuns Traités des plus Essentiels.

    Peu de Penseurs encore ne craignent de jeter souvent des perles aux cochons … salissant des sites à l’accès public. En atteste le caractère ordurier « propre » à certains anonymes bestiaux commentateurs sévissant sur des billets de confrères/soeurs blogueurs/gueuses, dénoncés à juste titre. En revanche, jamais ne trouverez sur http://barondecuir.blog.tdg.ch ou alias de dénonciations qui ne pourraient être soutenues devant un Tribunal, de calomnie ou d’accusations infondées. Et je jure sur mon âme et la postérité bien avancée dont je bénéficie: N’ai jamais eu même l’idée de profiter d’un pseudonyme sur la toile ou de tout autre moyen pour salir, injurier ou blesser volontairement quelqu’un.

    J’ai découvert avec surprise et rage les agissements de lâches sur le site tdg.ch et tiens à préciser que Baron Decuir n’a strictement rien à voir avec redbaron, et qu’un blog (non insultant) parlant d’extrême-centre, né bien après que j’aie créé le parti Railleur d’Extrême-centre, m’est totalement étranger. Mais peut-être que ma notoriété s’en trouve entachée et qu’en résulte l’absence de commentaires sur mes textes. Une dame ayant très bien résumé le mot d’ordre traditionnel à Genève, sur le site de Blondesen, au sujet des inconvenants ou supposés l’être suite à une atteinte à leur réputation: En substance: Pas de commentaire, pas de suite, pas de publicité, l’auteur se lassera. Source d’immenses injustices, mais efficace remède contre les véritables nuisibles.

    En l’occurrence, M. J-F Mabut, qui me proposait de paraître dans les invités de la Tdg sous mon patronyme, connaît parfaitement l’identité d’Ali GNIOMINY alias Denis VAUSSUR alias Wallace-Horace Kilmérit, alias Baron Decuir, alias … et mon profil avec photo sur http://barondecuir.blog.tdg.ch décrit précisément pourquoi, par devoir de réserve professionnel, et déjà suffisamment victime de sournoises représailles, je suis contraint de conserver un relatif anonymat;

    En résulte que mes chroniques sont cantonnées au fond du Tutti-Frutti, vite passées vite oubliées, et que malgré l’indiscutable qualité, jamais remise en question par quiconque, de mon esprit d’à-propos sur l’actualité, mon humour, ma poétique ou ma légitime hargne, jamais n’est reprise la moindre phrase dans –lu sur les blogs- ou ailleurs, jamais la plus petite allusion n’est diffusée au sujet de la démarche d’un remuant Penseur Majeur d’utilité publique à Genève.

    Point de censure, non. Juste l’obligation formelle qui m’est signifiée, par le susdit très respectable employé d’ex-Edipress, de livrer mon patronyme en pâture au vulgus populum et pire, aux roitelets indignes me discriminant, leur offrant avant l’heure la possibilité d’essayer de me licencier, pour prétendu manque au devoir de réserve que représentent mes dénonciations publiques (pourtant pleines d’obligatoire retenue) des dysfonctionnements graves caractérisant mon employeur l’Etat de Genève. Et ce bien que le Tribunal fédéral vienne de statuer enfin sur la protection à offrir aux « gorges profondes ». L’habitude collégiale de détruire qui en sait trop ne se perd pas si facilement dans la cité calviniste.

    En résumé, Adieu Monsieur Roger de Diesbach, merci et paix aux esprits rebelles! Qu’ils s’expriment librement enfin sur des blogs aussi, et que leur formidable Talent se perpétue et soit également reconnu sur ce support, que naissent de nouveaux Voltaire ou Rousseau exemptés de tracasseries trop genevoises.

    Pour ma part, je ne suis pas un Génie, bien loin de là. En toute humilité je vous le dis: Je suis immensément plus que cela. Oseriez-vous en douter? Parlons-en.

    Ali GNIOMINY
  • LUTTE ANTI-TERRORISME A GEOMETRIE VARIABLE

    La place genevoise, nous dit-on, risque de perdre un fonds libyen de 5 milliards de dollars. Quoi de plus normal. Avec la crise à double sens, les moyens doivent manquer aux intouchables preneurs d’otages pour préparer de nouveaux attentats à la mode Lockerbie.

    Evidemment les temps ont changé, plus question de bloquer en Suisse l’argent de dictateurs, comme du temps de Bokassa ou bébé Doc; Le secret bancaire ayant disparu .. il faudrait à présent donner en plus des explications sur les juteux bénéfices réalisés par nos banques avec l’utilisation de tout l’argent pourri.

    Espérons malgré tout que la réputation d’extrême lenteur administrative suisse sera formidablement méritée dans la restitution de ce fonds; Qu’elle soit promise pour fin août d’une année ou l’autre et que la banque concernée ne tienne pas sa parole. L’intéressé principal désirant que l’on respecte ses principes.

    Ali GNIOMINY

  • M. MEDVEDEV EXIGEZ S.V.P. DE M. MERTZ QUE LA SUISSE RESPECTE LES DROITS DE L’HOMME

    Alors qu’en pleine guerre froide je prêtais mon lit à votre compatriote champion du monde d’échecs (voir mon dernier inédit autobiographique en date, intitulé - Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine – manuscrit que ne parviennent plus vraiment à passer sous silence les roitelets des Lettres et de la politique), mon père ayant réussi par cette invitation à opérer un important rapprochement entre nos deux pays, je suis victime à présent du goulag à vie que représente en Suisse l’absence de prise en compte, pour un travailleur, des impôts dans le calcul du minimum vital, après saisie sur salaire au bénéfice de ces mêmes contributions publiques.

     

    Ainsi, celui qui vit au crochet de la société est exempté de la charge insupportable d’imposition à déduire du minimum létal mensuel, mais celui qui travaille pour toucher exactement ce même minimum est imposé comme s’il recevait son salaire sans saisie. Mis devant l’impossibilité de payer, la saisie fait boule de neige et maintient l’esclave à jamais prisonnier. De plus, s’il a le malheur de déranger la pensée unique en vigueur aucune grâce présidentielle ne lui sera accordée, ni de l’ex-Président de la Confédération Moritz Leuenberger, ni de l’ex-Cheffe-d’Etat Micheline Calmy-Rey, qui avait elle-même admis en substance par écrit trouver normal que mon imposition d’office d’un an s’élève à environ 30'000.-, alors que j’en gagnais 75'000.-

     

    Et inutile de parler de l’inefficacité des prétendus services de désendettement ou avocats contactés, dépassés par les preuves d’acharnement politique à mon encontre et craignant les sournoises représailles prévisibles, contre qui oserait tenter de m’aider à dénoncer, par la simple démonstration publique de la triste réalité, divers très bruns aspects de lois suisses, lacunes élitistes défendues par des Chambres dont les élus restent insaisissables (vu le nombre d’heures très réduit qu’ils passent sur les dossiers) … mais ..

     

    Paix internationale ! Ce jour est à marquer d’une pierre blanche. Que ceux qui lapident mes finances puissent être pardonnés, et présentement à la hauteur de vous recevoir dignement!

     

    En rayant aujourd’hui, à titre d’exemple, la totalité de l’arbitraire dette d’imposition à sens unique qui pourrit ma vie et l’image à l’étranger de ce pays. Surtout l’image d’un canton de Genève où sévissent impunément, depuis plus d’une génération, d’aucuns coupables esclavagistes gestionnaires de biens publics, portant atteinte à divers titres aux Droits de l’Homme. Et même aux lois de ce pays, je l’affirme, Art.28 et suite C.C. + Art 181 C.P. entre autres, me concernant.

     

    Bienvenue M. Medvedev, et puissiez-vous aider à la libération des otages (de la) suisses avant que, (l’attention si savamment détournée) tout le monde ne les ait oubliés.

     

    Ali GNIOMINY

     

     

  • A QUAND LE PROCES DES RELIGIONS POUR CRIMES CONTRE L’HUMANITE ?

    -La croyance puérile en un Dieu est le pire aveu de faiblesse de l’Humanité- cette phrase d’Albert Einstein, tout récemment rendue publique, est sans doute la raison principale pour laquelle l’Etat de Berne a maintenu son auteur, sa vie durant, au simple rang de bas rond de cuir du Service des Brevets, tout comme le sectaire Etat de Genève perpétue mon esclavage économique depuis plus de deux décennies.

     

    Les méfaits de toutes les religions sont évidents : Déresponsabilisation, hiérarchisation du genre humain, élitisme lucratif, exclusion, racket perpétré au détriment des plus faibles, origine de sanglants et interminables conflits, justification du rabaissement de l’individu soumis de force à des principes fondateurs basés sur l’arbitraire de la subjectivité, etc etc, fondements irrationnels des inégalités de traitement couverts par prétendue Justice et Information.

     

    Il suffit pour exemple de voir la place accordée dans la Tribune de Genève aux préceptes dangereux d’un certain islamiste, au détriment de plus sensés censurés penseurs que ne lirez jamais sur la version papier, ou de songer à l’impudique cache de richesses extorquées croupissant sous le Vatican, ou couvrant d’occidentaux ou d’orientaux temples d’or, alors que des centaines de millions de croyants meurent de faim par absence de soutien; Sans parler non plus de multimilliardaires bons pratiquants ne visant qu’au luxe le plus indécent et se foutant totalement de la misère législative, intellectuelle et spirituelle qu’ils entretiennent sciemment au détriment du crédule petit peuple.

     

    Voyez dans le tiers-monde, comme votre serviteur très régulièrement, la progression des ravages sur les cerveaux que provoquent les tarés excités pasteurs du néo-protestantisme à l’américaine, et tentez d’estimer à combien se montent les bénéfices tirés par l’esprit paranoïaque, misérabiliste et procédurier d’un certain peuple se disant élu. Un indice? Jurant sur l’actuelle grisaille de crise genevoise vous ne manquerez pas de remarquer l’aspect flambant (refait à) neuf de ce temple.

     

    Il n’empêche que sont admirables le renoncement, dévouement, la générosité, bonne volonté, naïveté .. de la plèbe religieuse, du simple croyant au petit curé ou à l’imam de campagne, en passant par les bigotes du social, mais les avantages tirés pour les troupeaux d’endoctrinés sont très loin de surpasser les dégâts engendrés par le concept même de Religion, et billevesées en découlant.

     

    Simple question. Croyez-vous vraiment que nos ancêtres pensaient que la Terre était plate? Qu’il étaient imbéciles au point de ne pas associer ce que peut-être même des animaux sont capables de réaliser, que la lune est ronde, rond le soleil, par conséquent sûrement ronde la Terre. Non, la platitude terrestre fut certainement inventée par tyrans religieux, dans l’unique but d’emprisonner toutes ouailles à leur service exclusif. Leur faire croire qu’en tentant de s’enfuir de l’enfer imposé ils tomberaient dans les abysses du bout du monde. Personne jamais ne fut dupe, mais tous furent contraints par force et menace à faire comme si.

     

    Méditez bien cette métaphore et priez les barons de la religion de dissoudre mondialement leurs trusts ou groupuscules, et de les refondre en une seule et unique religion planétaire consacrée au dieu Fric, réellement omniprésent et tout-puissant. Et que toutes richesses bloquées inutilement au nom de Dieu sur la planète soient additionnées et au moins réparties équitablement en près de huit milliards de parts, que chaque humain bénéficie concrètement de sa part des trésors de l’Humanité.

     

    Ce qui ne veut surtout pas dire qu’il faut p.ex. découper en parcelles la chapelle Sixtine, les fabuleuses Œuvres artistiques sous toutes leurs formes à la Gloire de l’obsolète Inexistant doivent toujours être préservées, mais il convient de remplacer fraction par fraction les tonnes d’or et pierres précieuses que recèlent les temples de tous ordres par de parfaites imitations; Si tel ne fut en secret déjà le cas. Cela donnera du travail à bien du monde et un minimum de moyens à chaque habitant de la planète, dont les aïeux furent obligatoirement abusés sous le joug de préjudiciables principes religieux.

     

    Ali GNIOMINY

  • Elu cher écarté, ainsi qu’un cheval erre

    Qu’il ne soit jamais dit que le Parlement ne bourre qu’haltère renforçant les gros bras de la Finance.

    Ali GNIOMINY

  • APPEL DE FONDS POUR ACHAT DE CHAUSSURES A JETER …

    … au visage d’indélicats gestionnaires de fonds genevois dédiés à la Culture, larguant onze millions en direction  de la culture off, indépendante, émergeante, mais évidemment pas le moindre centime pour l’inestimable véritable Culture, celle que trouvez ici, immergée depuis trente ans sous les eaux troubles où tente de la noyer une certaine censure liée à  la loi du silence, au service exclusif de politique débilitante, philosophie collabo, religion destructrice et culture de la pensée unique.

    Combien ces gueux ont-ils déjà dépensé pour cacher si durablement à l’opinion publique pareille Valeur Essentielle, et continuer ainsi malgré la ridiculisation internationale en cours à s’obstiner à ignorer l’Artiste concerné?

    Guerre des nerfs au sujet du nerf de la guerre, à l’interne comme à l’externe, triste réalité. Afin de détendre l’atmosphère, sachez qu’il y a huit ans, le 10 septembre 2001 au soir, de retour d’un formidable séjour à travers la Jordanie, surtout, puis le lac Nasser, Assouan familière, Alexandrie aux chambres **** face aux flots toujours déchaînés, sentant le pas bon vieux moisi, nous nous apprêtions alors au Caire à prendre ce qui deviendra l’un des derniers avions à décoller.

    L’on sent indiscutablement un climat d’extrême tension. Arrive alors la caricature parfaite du cinglé terroriste acharné, peau du front adéquatement durcie à force de se cogner au sol en priant, l’agressif barbu tout de blanc vêtu, se fraye à coups de coudes un passage dans la file, suivi de deux gorilles, et passe devant. Personne ne réagit, c’est visiblement trop dangereux.

    Le lendemain matin, après escale de quelques heures à Athènes et nouvel atterrissage à Préveza, au Nord de la Grèce, nous retrouvons notre Leucade adorée, le petit village où nous campions jadis et où nous sommes toujours si bien accueillis. Une suissesse vient de s’y installer et loue des scooters. Sur sa télévision, soudain, apparaît, ce 11 septembre 2001, une tour en feu. Accident d’avion, zut alors.

    Nous gagnons la faille ultra-sismique de Kalamitsi, notre lointaine plage prudemment déserte où tombons en paix les caleçons, gardant un œil sur l’immense falaise mouvante .. adrénaline adrénaline .. songeons à ces pauvres gens, sur quelques étages où l’avion  s’est encastré. Mais tremblons égoïstement de joie de goûter à pareil paradis, heureux qui comme Ulysse réalisons que demain nous retournerons enfin sur l’île voisine : Ithaque.

    Revenus à Agios … (non, il y a déjà trop de tourisme, désolé) nous découvrons qu’il y eut deux tours … et que seront votées durablement des lois extrêmement restrictives en matière de sécurité, modifiant la face du monde.

    Soyons réalistes, aucun vécu là-dedans, n’est-ce pas? Pas plus que dans l’ensemble de ce blog. Rien ne pouvant intéresser la Culture et l’Histoire genevoise, manquant si cruellement d’exceptionnels, indispensables et méritoires Poètes-baroudeurs.  Bande de savates, va! A la botte du capital, léchant les semelles sur lesquelles s’appuie branlant pouvoir, vous ne laissez qu’empreinte des plus malodorantes.

    Ali GNIOMINY

  • Jeûne genevois 365 jours par an

    Pour qui d'allergique aux pistons et courbettes, mets quotidien de la gent gestionnaire genevoise, et suisse en général.

     Et dire que certain ministre d'horripilant voisin nain politique s'étonne que la Suisse condamne le vol à l'encontre d'une personne privée, mais non le vol au détriment d'une communauté.

     Que moi, véritable suisse bien que sans doute jamais genevois, je dénonce cette réalité est à peine tolérable, mais quelle honte que ce doive être relevé par d’extérieurs accusateurs observateurs; ça fait mal, mais c’est sans doute devenu nécessaire pour que diminue peut-être un jour l’opacité juridique, culturelle et financière ici en vigueur, que je dénonce depuis des décennies; Occultation au service exclusif de gérants d’un ensemble de systèmes claniques formant l’actuelle timocratie helvétique, excluant jusqu’alors tout contrôle sérieux de leurs accommodations d’authentiques manipulateurs, voleurs et racketteurs de condition de vie, effectué par leurs victimes.

     A nous en couper l’appétit. Mais que la pauvre Helvétie du début du XXème siècle, paysanne et laborieuse, devenue subitement si riche, ne redevienne malgré tout un siècle plus tard pareillement démunie, par faute d’ excessive arrogance et cupidité de ses véritables moutons noirs.

     Ali GNIOMINY

  • DOUTE ET SECTITUDES

    Coûte que coûte

    L’étranger

    À toutes sectes

    Par son rare doute à l’apogée

    Les désinfecte;

    Ne respecte l’unisson de leurs leurres,

    Ne prospecte les frissons

    Du filon des félons:

    La Pépite si sensible à si pénibles redites:

    Cible

    Agaçante de soumission

    Que réinventent selon les ventes

    Flouées générations de déraillant loués croyants,

    Adeptes d’ineptes concepts payants;

    Coûte que coûte

    L’engagé

    Dans la guerre contre son Nerf enragé

    Croît au Firmament

    Et à l’Elément-Roi pourquoi pas consent,

    Concentre plutôt l’amas de ses sensées pensées

    Hors schémas éculés à attraits très bientôt bousculés,

    En l’antre magique de la Logique;

    Soufflant: - Suffit! Défie gonflants, tombeurs du ciel

    D’officielles sectes politiques sans Ethique

    Ou de «beuse» religieuse qui ne respecte ton Labeur,

    Tes Acquis, tes Valeurs, ton kiki..

    Coûte que coûte

    L’étranger

    À toutes sectes

    Par son rare doute à son zénith

    Déparasite!

  • QUI DONC, ABSENT DE RENTREES LITTERAIRES ECRIVIT, IL Y A VINGT ANS: – LA MER LES GERE, RIT DE CES VERS,

    l’âme erre légère, rides sévères,

     

    l’amer laid, j’ai ri de ses vers

     

    la mère l’égérie de ces vers … ?

     

    etc, etc

     

    ET QUI A COMMIS LE CELEBRE :

     

    - Plus culotté, à cul ne botter, qu’un Voltaire qu’on ne fait taire –

     

    Ali GNIOMINY, voyons,

     

    Prêt à composer de jolies histoires encore et toujours, dès qu’elles seront enfin correctement valorisées par actuels prévaricateurs: Ecrits alors exempts d’acerbes légitimes critiques à l’encontre d’incompétents collégiaux farfelus, prétendus découvreurs de talent, ou protecteurs de gestion clanique de biens publics & autres industriels vassaux du profit, aveuglés pingres apeurés encore à la vue de ce qui, par trop humblement, mérite énormément et bouleverse utilement.

     

     

    A fait évoluer en quelques semaines, de manière certaine et prouvée, la conception du monde pour la vie entière de tout lecteur curieux, ne s’étant contenté de survoler ne serait-ce que la minuscule fraction de compositions (84 textes) de l’auteur figurant sur ce blog, y ayant accordé le temps parfois nécessaire aux larmes pour couler, de rire ou pleurs.

     

     

    Bref, dommage pour lesdits stupides indignes bas ronds-de-cuir, dont les patronymes resteront pour la Postérité synonymes de collabos escamoteurs, censeurs de fondamental Patrimoine Culturel, briseurs concertés de Créations hors normes, (hors carcans intello-philo-théo-politico-psycho… collant au conformisme comme vieilles crottes écrasées ne puant même plus), d’Artiste hors le joug de toute tendance, croyance, soumission, obéissance, .. imposées sur coutumières bases subjectives engendrant  arbitraire, contraires au simple bon sens. Révisées-ci et avancées par acte généreux d’utilité publique, mais vital produit qu’il convient de rémunérer sans retard à sa juste valeur.

     

     

    Avant que tout petits suisses, et autres sbires tremblants diffuseurs de condition de vie au service de nains de jardin élyséens, ne se ridiculisent encore bien plus durablement.

     

     

    Ali GNIOMINY

     

     

     

  • DISSOLUTION D'UNE REGION MAFIEUSE NE MERITANT PAS LE NOM D'ETAT

    Si même les terroristes se mettent à avoir de bonnes idées … , écrivais-je dernièrement. Dissolution de la Libye et partage de son territoire entre la Tunisie, l’Algérie, le Niger, le Tchad, le Soudan et l’Egypte à l’ordre du jour lors de l’assemblée générale des Nations Unies. Impérativement. Ce territoire, ne méritant pas le statut d’Etat, vu la conduite criminelle et mafieuse de ses dirigeants, doit être rayé de la carte.

     

    Non, vous avez raison, de pareilles gamineries obsolètes, basées sur la débilité de l’- œil pour œil dent pour dent – sont indignes de nations civilisées. Poursuivons le chemin de notre caravane et laissons-là se perdre les aboiements dans le désert.

     

    Ali GNIOMINY

  • Helvétie, sors du piège, unifie-toi pour une fois dans le refus du stupide anathème jeté sur X ou Y

    Pas rancunier pour un sou (pour 10 centimes c’est déjà une autre histoire ..) je plains vraiment ce gouvernement suisse et surtout genevois, qui me considère toujours comme la dernière des merdes de souche, sanctions discriminatoires à l’appui. Les pitreries politiques et juridiques auxquelles nous étions habitués « en interne » prennent, avec l’intervention du Gnafron du Moyen-orient, bouffon dont ont honte également les pays arabes, une tournure heureusement pas trop internationale.

     

    Lâcheté et cupidité des voisins dirigeants oblige. Ceux-ci s’empressant plutôt d’achever la bête Helvétie souffrant par trop à terre, que de la défendre contre le terrorisme de « haut » rang. Silence média; Circulez, n’y a rien qui foire, et il faut taire que des dits dignitaires désirent atomiser le petit voisin cachottier, un peu mesquin certes mais ne méritant pareil destin; Abandon en bande organisée.

     

    Les visées du tyran sont à présent évidentes: Que les suisses s’entredéchirent, suite au prétexte détonateur soigneusement tombé fort à-propos, mettent au pilori le pauvre convalescent Monsieur le Président, ayant crû que sa fonction, et l’étiquette coutumière entre pairs, le protégeraient de la suprême trahison, du non-respect d’accords cordiaux passés …entre …

     

    De grâce, Helvétie, sors du piège, unifie-toi pour une fois dans le refus du stupide anathème jeté sur X ou Y

     

    sur la patience et l’acceptation de Mme Calme-Iran ou l’empressement et l’optimisme d’Eddy Mertz … Ce qui est fait est fait. Démontrons une cohésion, unique volonté de faire traduire ces dangereux tordus instigateurs d’incidents à La Haye ou Londres, devant ce Tribunal dont ils ont souhaité la constitution. Que ce procès fasse tellement toute la Vérité qu’il condamne peut-être Genève, mais traite en primeur tel qu’elle le mérite la criminelle partie demanderesse, suite à une contre-plainte pour menace, diffamation, prise d’otages, trahison diplomatique et compagnie. Le Barreau doit pouvoir briser la geôle de censure portant préjudice aux domestiques de tyrans et aux pays agressés en silence.

    Certes, Maître Poncet qui m’écrivait jadis ne pouvoir prendre ma défense contre l’un de ses amis (du zénith étatique), ce respectable avocat du diable risque bien, en perdant le procès, de ne pouvoir, (ainsi qu’il le souhaite sans doute s’il obtient gain de cause pour Kadhafi fils?), offrir la majeure partie de ses honoraires à un fond de soutien aux victimes et familles d’esclaves domestiques de despotes.

     

    Bref: Stop aux locales gaucheries et maladroits sms sondages sur une page de pq du dimanche, orduriers à outrance, de suisse quidam à suisses leaders, régalant sous leurs tentes, écroulés de rire et satisfaction que la stratégie fonctionne si bien, les ennemis en question.

     

    Laissons un brin nos bisbilles en suspens et déstabilisons plutôt le bourreau en exigeant le soutien, au nom des principes de non-agression et défense commune entre Etats dits alliés, de nos voisins et de tous gouvernements au monde ayant à se plaindre de la famille citée.

     

    Mais gare à ne point déplacer, exporter la hargne « inter-confédérée», ne pas non plus la diriger contre les susmentionnés lâches et cupides dirigeants, taisant savamment nos malheurs et s’en lavant les mains, négociant lucratifs armements, mais les rappeler aimablement à leurs obligations politiques mises face à l’opinion publique.

     

    Donc, trop de bonne volonté et naïve croyance en un fair-play dirigeant ont privé les otages de leurs affaires personnelles, seules rapatriées. Le gag serait clownesque en d’autres circonstances, humour très moyen, oriental. A prendre d’où ça vient. Et chut, hein, on ne critique plus nos hauts dirigeants pour quelque temps. Sauf quand on touche bien moins que le minimum vital en travaillant comme un dingue, et que tout le monde s’en fout, mais c’est une autre histoire …

     

    Ali GNIOMINY

     

     

     

  • AVOIR TOUT FAUX ET SAVOIR LE RECONNAITRE – RAPPEL HISTORIQUE

    En 1904, un certain britannique colonel, nommé Francis Younghusband, et son armée, après avoir massacré près de 700 tibétains ne possédant que sept fusils, entre dans Lhassa.

     

    Le peuple l’applaudit, chaque individu frappe une suite de deux coups dans sa main. Le colonel s’étonne de pareil accueil, qu’il considère personnellement déjà comme peu triomphal, avant d’apprendre que ce type d’applaudissement sert en fait à chasser les esprits néfastes.

     

    Puis, sur les hauteurs de l’Himalaya, par un bel après-midi, le colonel est frappé d’intense crise mystique, d’un sentiment d’Amour indescriptible entre tous les peuples, et parlera ensuite sa vie entière d’extraterrestres, d’énergies lumineuses et de paix entre les hommes.

     

    En moins de trois ans le gouvernement britannique aura annulé l’accord forcé de 1904 sur les avantages, pour la Couronne britannique, à tirer du Tibet.

     

    Le notoire raffinement de ces barbares envahisseurs a, dans ce cas, vite pris le dessus et trahi leur esprit colonialiste. Bravo, mais un peu tard.

     

    Dommage que certains actuels dirigeants de l’autre pan des montagnes, après leurs massacres ne vont pas à cheval, par un bel après-midi, là où frappent de mystiques crises.

     

    Ali GNIOMINY

  • COUAC DE LA RAI DU CUMULARD !? ET NOS CUISTRES CANARDS, ALORS !?

    Horreur, l’Italie découvre la censure « frappant » la Chaîne reliant le boulet de la pensée unique au profit exclusif d’obscène patron. Rien de cela en nos contrées, que nenni. Trente rentrées littéraires à peine sans le plus petit mot au sujet d’un auteur majeur par trop dérangeant, osant dénoncer le sectarisme officiel et sa sinistre prostitution au seul bénéfice de malfrats de la finance bloquée, entassée en le seul but de laisser crever la majorité des humains, et surtout, avant tout, trente salons et rentrées d’apparat à faire taire de rarissimes vrais intellectuels susceptibles d’éclairer justement le troupeau des trahis ébahis.

     

     

    Ainsi, des centaines de chroniques pertinentes adressées, déjà bien avant l’invention des blogs, sacrifiées au silence douteux, à la fausse indifférence et au « laisser-pisser » de rédactions se targuant de liberté d’expression, … des dizaines d’exceptionnels  poèmes d’actualité transmis en vain à une certaine tribune aussi, dont le porte-parole ce matin à la radio défendait les propos publiés d’intégriste notoire, petit-fils de fondateur de confrérie jadis au service des nazis et continuant actuellement à inciter certaine meute au rabaissement si ce n’est à la haine des « infidèles » qui tolérons pareils infects concepts. L’excuse pour le rédacteur consistant à répéter que l’auteur de ces saletés est identifié. Là est le hic, en fait, sur demande de ce même journaliste qui souhaitait malgré tout me compter dans les Invités, et dans la rubrique « à propos » de ce blog, j’ai largement expliqué pour quelle raison il m’est encore impossible de me prononcer en mon véritable nom.

     

     

    Même si vous y trouverez ma photo, et si l’identité d’Ali GNIOMINY ou Denis VAUSSUR ou Wallace-Horace KILMERIT ou Bernard HYVIST, etc, est un secret de polichinelle, peu d’artistes étant capables de supporter pacifiquement de passer inaperçus en trouvant pareils pseudonymes, et les accusés pouvant facilement me reconnaître par recoupement de mes dizaines d’articles bloggés. Je suis encore et toujours dévalorisé et méprisé par la scandaleuse direction de ce secteur de l’Etat de Genève pour lequel un peu courageux syndicat ayant pris peur à la vue de l’évidence des torts qui me sont causés depuis 23 ans … et du travail juridique que cela impliquera tôt ou tard, distribue actuellement des tracts exigeant l’arrêt du copinage et de la destruction de la santé des employés, la fin du règne de la menace, de l’arbitraire et (dé)favoritisme le plus nauséabond en vigueur.

     

     

    A quoi bon, donc, pourrait me servir d’étaler mon véritable patronyme sur ce support, sinon pour donner plus d’armes encore à la secte étatique m’excluant de tout avantage, mais forcée au moins de me jeter mensuellement la pitance nourricière que mes compétences méritent pour le moins de voir décuplée. Enfin, tout vient à point pour qui vénère la mère des vertus; Les séniles grenadiers tirant à boulets marrons sur qui d’autrement méritant ne font déjà plus le poids, face à une opinion publique internationale ulcérée par leurs agissements, et ils feraient bien de relâcher mon bâillon sans délai;

     

     

    Pareil pour certains programmateurs ou rédacteurs, qui auraient tout intérêt à passer outre le sacro-malsaint streng principe du no-pseudonyme, pour se faire écho de gravissimes dysfonctionnements dénoncés, qu’ils occultent en refusant de commenter ou mettre en exergue parfois si judicieux écrits. Ou de postuler à la RAI aucunement complexée où ils feront en ce cas carrière derrière le Maximo Leader.

     

     

    Ali GNIOMINY

  • AH, LIBYE TAPA E TI PA TRIPOLI

    LE DICTON EST POURTANT CLAIR: A PEINE LE PIED MAINTENANT LA TETE AU SOL RELEVE, L'HANNIBAL MALTRAITE TE MORDRA LE MOLLET

  • EN RECUPERANT LA MARCHANDISE ENDOMMAGEE A TRIPOLI

    Pensez à proposer au Grand Receleur de suggérer à l'ensemble de ses pairs dictateurs de pays crapuleux de construire des cathédrales sur leur sol et abolir l'esclavage intégriste en vigueur du Maghreb jusqu'en extrême-Orient. De manière à ce que dans un lointain avenir le peuple suisse accepte enfin l'établissement de nouveaux minarets sur sol helvétique, suite à la majorité jamais vue auparavant de NON lors d'une votation en septembre 2009

  • DU FAVORITISME SUSPECT DE LA T.d.G A L’EGARD DE L’INTEGRISME

    Excusez, pardon, désolé … mais il devient surprenant que le dialogue des lecteurs de la Tribune de Genève soit si souvent empli de propos islamistes, pourtant si décriés. Pour exemple, samedi 22.08.2009 encore nous pouvions lire, en substance, que les américains ne sont en Afghanistan que dans le but de faire des affaires, de s’enrichir …

     

     

    Histoire d’éluder l’existence de véritables criminels recherchés. Soit négationnisme de l’holocauste matériel, spirituel et culturel perpétré depuis des siècles par talibans & sbires.

     

     

    D’ici que le dialogue des lecteurs nous détaille semaine après semaine comment le 11 septembre 2001 n’a jamais existé …

     

     

    Quant aux articles véritablement sensés et sincères de votre mal-aimé serviteur, il doit bien y avoir une décennie que la TdG & consort n’y donnent de suite. Seule feue «La Suisse» jadis fit souvent preuve de courage à cet égard. Mais en l’actuelle timocratie fascisante, jamais la plus petite allusion, le moindre chouia d’extrait de mon blog sur la version papier.

     

     

    L’INTEGRISME LE PLUS MALSAIN AURAIT-IL CONTAMINE PARTIE DE LA TdG?

    Ou d’importants intérêts substantiels justifieraient-ils telle profusion régulière de thèses islamistes en ce journal?

     

     

    Envers et contre tout, que soient à jamais profondément respectés et protégés tous musulmans, chrétiens, bouddhistes, hindouistes … modérés de bonne volonté, et que demeurent traqués et matés les autres, dangereux censeurs.

     

     

    Avec mon admiration pour cette saine coutume parmi d’autres, comme l’interdiction de la consommation d’alcool, je souhaite un paisible ramadan à celles et ceux qui le pratiquent.

     

     

    Ali GNIOMINY

  • LA SUISSE, PARADIS DES ESCLAVAGISTES

    Comme s’il était encore besoin de le démontrer, (après les innombrables preuves fourmillant en ce blog du maintien en esclavage pratiqué aux sommets de la timocratie helvétique au détriment de citoyens rebelles à tout sectarisme officiel en vigueur, politique ou religieux), voilà que le Président de ce pays se prostitue aux pieds de despotes, s’excuse, accepte des conditions intolérables contre du vent de sable et qualifie non seulement d’arrestation injustifiée celle de tels touristes très indésirables, traitant, notoirement et traditionnellement leurs domestiques de manière inhumaine sur sol helvétique, mais promet de plus que pareilles interventions policières contre des ressortissants dudit potentat ne se produiront plus. Véritable invitation à venir en toute impunité assurée faire n’importe quoi de barbare, arriéré, brutal de ses esclaves traînés en Suisse, asservis ayant naïvement cru que le maître-esclavagiste gouvernement de ce pays les défendrait et sauverait.

    Soit sommé le Conseil des Droits humains de quitter sans délai pareil immoral territoire, si ledit organisme trahi souhaite conserver un minimum de crédibilité et respectabilité.

    Ali GNIOMINY

     

     

     

     

  • PAIX A SON AME

    Pour les nombreux passionnés de la saga-buzz du siecle, résumée en l'article qui suit celui-ci, la mammy nous a quittés cette nuit. Mon hommage à ses enfants: 

     

    Dès aujourd’hui

    vous voici devenus vraiment adultes.

     

     

    Soit plus enfants que jamais

     

     

    sous les yeux bienveillants

    de vos parents aux Cieux.

     

     

    Soyez fiers de ce qu’ils furent!

     

     

    Qu’ils soient fiers de ce que vous êtes!

  • COMPERES FANTOMES DE REPUBLIQUE TIMOCRATIQUE:

    SORTEZ DES SOMBRES LIMBES QUI VOUS SERVENT A ESTOMPER L’AUTHENTICITE DE VOS LACUNES EN MATIERE DE COMPETENCES, SOYEZ ENFIN CLAIRS ET DECIDES, ET VOUS, CHERS CONSTITUANTS, INSCRIVEZ SVP QUE L’ABSENCE ACHARNEE DE RECONNAISSANCE D’UNE VALEUR EVIDENTE, PAR USAGE DE LA VIOLENCE DE L’INDIFFERENCE, EST UN CRIME GRAVE, AUX CONSEQUENCES DRAMATIQUES, CRIME  ASSOCIABLE A UNE INCITATION AU SUICIDE, VOIRE TENTATIVE DE MEURTRE, SI CE N’EST HOMICIDE.

     

     A témoin, tout au long de ce blog, le nombre de fois qu’est hurlé à divers degrés le même message de rage, à qui pratique si justement le principe voltairien: -Je ne suis pas d’accord avec vous mais ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que vous puissiez ne le dire que dans le vide…- et à ce jour

     

     

     

     PAS UN SEUL DE CES PRETENDUS REPRESENTANTS DE DEPARTEMENT CHARGES DE.. AUCUNE DE CES ASSOCIATIONS, FONDATIONS CENSEES AIDER, NUL SYNDICAT PARMI CEUX JADIS CONTACTES, ITOU PAS LE MOINDRE AVOCAT OU MAGISTRAT … PERSONNE PARMI LES DITS AUTORISES SERVITEURS DU PEUPLE SOUVERAIN, AU FEDERAL, CANTONAL OU COMMUNAL N’A EU LE COURAGE DE PRENDRE VRAIMENT L’AFFAIRE EN MAINS, SACHANT QUE SINON CE SERAIT A LUI, OUVRANT ENFIN LE CORDON A BON ESCIENT, D’OFFRIR L’EXEMPLE A SA PATRONNE, LA COMMUNAUTE DONT IL GERE LES BIENS BIEN TROP A SA GUISE, L’EXEMPLE D’INSTAURATION D’UNE MERITEE REHABILITATION, DOUBLEE DE NATURELLE RETROCESSION POUR DECENNIES BRISEES PAR OBLIGATION DE MANQUE A GAGNER: AVEC CEPENDANT EN PRIME LA RECETTE POUR TRANSFORMER UNE POETIQUE, DEVENANT ACERBE, EN ŒUVRE MAJEURE D’AGNOSTIQUE APOLITIQUE TOUT SAUF EMMERDEUR. ET, LUI, RECONNAISSANT, NE CRACHANT QUE PAR LEGITIME DÉGOÛT EN UNE SOUPE PAR TROP INDIGESTE.

     

     

    Coordonnées transmises sur demande à geneveculture@romandie.com.

     

     

    Bref, à peine si de temps à autre, certes, se foule l’un ou l’autre Personnage public ou Dignitaire, journaliste, avocat, président-directeur de ci ça d’un encourageant courriel sur geneveculture@romandie.com , mais jamais rien de bien concret pour remédier à ça:

     

    Adressé le 01.08.09 à certains sommets des précises responsabilités en la matière, et texte bloggé sur divers supports. A ce jour aucun contact. Prière donc de ne pas oublier l’urgence motivant pareil témoignage.

     

    INHUMANITE D’UNE REINE DE LA SANTE

     

     N’est-ce là le comble de la prévarication, de la part d’une souveraine autorité chargée de préserver la santé du citoyen, que cette reine trop occupée à engranger de l’argent ne prenne le temps de faire preuve d’humanité, de prévenance et véritables soins à la personne en difficulté? Voici des faits authentiques, motivant présente pierre supplémentaire, jetée à la future fosse commune où sera finalement balancée la dépouille de si abominable despote.

     

     

    Pour rappel: Vingt-trois ans qu’un surdoué, (testé comme tel à l’adolescence, champion aux échecs, artiste pluridisciplinaire), dont le travail très correct sous toutes ses formes est unanimement reconnu hors cadre professionnel, reste sous-employé pour un poste d’Etat ne demandant aucune qualification, à la même infamante basse classe que lors de son engagement, toute progression bloquée depuis des lustres au sommet de cette classe, alors que ses compétences justifient largement une classe 14 de base. Seulement voilà:  les trop doués tapent sur les nerfs, font peur, et: «insuffisant» est pour prétexte le simple diplôme de secrétaire comptable qu’il s’est préoccupé d’acquérir en sortant lauréat de l’école, squattant surtout durant de longues périodes les prestigieux campus francophones pour éclairer ses amis étudiants en difficulté, et refusant d’être calibré pour telle ou telle licence dont il pense jeune n’avoir que faire durant sa vie, pleine déjà de nombreux et instructifs voyages, à une époque où il est de bon ton de prendre un emploi à 20 ans et le quitter à 75; Voyages qui le mèneront effectivement au bout du monde durant des vacances regroupées, mais demeurant prisonnier d’un minuscule poste strictement nourricier; Jeté en pitance gérée par X, un certain –Ce n’ai pas moi qui puis...-

     

     

    Vingt-trois ans donc, dont quatre ans minimum, que de «hauts» pontes prétendent examiner son augmentation, et accessoirement celle de ses collègues, invariablement prêts à agir comme l’immense majorité de ceux partis précédemment à la retraite: écoeurés, la rage au ventre, sans dire merde à quiconque parmi les cons cossus les ayant acculés leur vie durant devant l’«évidence» qu’ils ne valent rien, n’ont pas la malhonnêteté suffisamment innée pour disposer à l’abus de «puissants petits copains». Quatre ans que de zélés décideurs examinent la possibilité d’un jour augmenter, d’une fois enfin valoriser qui de méritant, mais oublient savamment d’examiner la raison fondamentale (et son origine, les vrais dossiers de faux renseignements échappant au concerné) pour laquelle est pratiquée en toute impunité pareille atteinte à la dignité humaine, dévalorisation calculée visant à maintenir trop réaliste employé dans le besoin et révolté, soit blâmable donc malléable à souhait.

     

     

    Ceci alors que défilent les engagements et remerciements de bénéficiaires de classe 15 et plus, natifs et formés en universités d’un pays dont ont bien changé les campus et soins à la population, territoire où la quantité du «vite fait» prime sur la qualité de l’investissement minutieux, nation ayant battu le record hospitalier de décès d’aînés en un été 2003, contrée dont le premier ministre lui-même semble plaisanter sur la qualité des diplômes «au rabais» décernés. Dont il serait peut-être judicieux de faire réexaminer la réelle équivalence et compatibilité des critères demandés lors d’examens, eu égard au savoir acquis au terme d’études menées ici, avec le sérieux notoire des universités suisses, et en d’autres pays voisins. Qui sait? Les kyrielles de cadres frontaliers qui modifient et détériorent partout les règles sacrées du travail «à la suisse» sont peut-être réellement plus intelligentes que nos flopées de taiseux blancs moutons, l’avenir le dira. Et ne vous y trompez: Jamais un globe-trotter ne saurait être raciste, la suite le prouve, il ne dévoile qu’une évidence qu’estompent au possible des clans de gérants étrangers, dépensant ailleurs, ayant pris en main litigieuse quantité de poste-clefs de ce pays. Et redoutant l’éveil ne serait-ce que d’un seul intellectuel du terroir, susceptible de témoigner véritablement de sa condition, sous joug européen, malgré le prix que lui coûtent généralement ses sensées réflexions. Subir les effets des violations à son encontre ne serait-ce que des Art.9, 12 et 13.2 de la Constitution suisse et Art.25 de la Déclaration des Droits Humains

     

     

    Quoi qu’il en soit, notre snobé mobbé, fort de la notoire considération toute particulière que témoignèrent à ce confédéré certains Chefs d’Etat de manière manuscrite, est orphelin depuis des décennies et fréquente depuis vingt-sept ans une famille de renom brésilienne. Le fils aîné naturalisé suisse est son meilleur ami et la fille cadette fut son épouse durant dix-sept ans, jusqu’à fin 2008. Divorce à l’amiable, vu l’attachement fusionnel existant entre l’ensemble de la famille, surtout entre les beaux-parents et celui qu’ils considèrent comme leur dixième enfant, totalement intégré dans la famille. Il passe ses vacances au Brésil presque chaque année depuis 1983, les beaux-parents viennent en Suisse à plusieurs reprises, notre lésé introduit son beau-père franc-maçon dans une Loge locale, celui-ci lui présente à Bahia nombre de notables, dont le cousin de Sergio Vieira de Mello, qui se rend parfois sur la tombe de son parent à Genève sans subir, lui, de sanctions d’impitoyable employeur portant atteinte à sa santé.

     

     

    Les valeurs, surtout familiales, étant autrement plus pointues au Brésil qu’ici, rares sont les européens véritablement intégrés dans un authentique patriarcat. Notre discriminé-ci en fait partie. Polyglotte, (talent supplémentaire n’ayant jamais intéressé une Direction rejetant d’office ses offres pour motifs politiques secrets) le langage ne le freine aucunement, au contraire, il prend plaisir sans cesse renouvelé à se perfectionner en brésilien, qu’il parle très bien et écrit mieux que la plupart des indigènes, et s’amuse à enseigner le français à ses proches.

     

     

    Début 2009, le beau-père étant au plus mal, le moral vole au plus bas au domicile genevois du discriminé, qu’il partage alors avec son beau-frère; Qu’il côtoie quotidiennement depuis 1982, et pour qui il estime avoir un réel devoir d’assistance, le sympa beauf en question souffrant de problèmes de santé nécessitant la présence d’une personne de confiance et surveillance. L’ex-épouse du bâillonné séjourne aussi à nouveau pour un temps au domicile dit, vu les circonstances démoralisantes, elle aussi a besoin d’accompagnement.

     

     

    Appel du médecin de famille brésilien à fin février. Ils doivent immédiatement se rendre à Salvador s’ils veulent une fois encore voir le patriarche vivant qui les réclame tous trois.

     

     

    Notre valet des roitelets genevois, imbécilement honnête, commet alors l’erreur fatale. Au lieu d’aller trouver son médecin, qui ne peut que constater l’état dépressif engendré par pareille situation et lui établir un arrêt de travail avec autorisation de se rendre à l’étranger, notre excellent injurié fonctionnaire d’Etat demande de prendre d’urgence la totalité de son droit aux vacances 2009 + 9 jours payés à titre d’accompagnant pour maladie grave d’un proche vivant à son domicile. Ils prend soin de deux proches gravement affectés, estime avoir un devoir de soutien envers eux et n’a jamais demandé pareil arrangement en dix-sept ans de mariage. Il a besoin pour diverses raisons administratives impératives, (demandes du mourant de préparer sa succession, travaux de restauration de l’immeuble en cours que seul peut diriger le diffamé, etc ..) de rester à Salvador jusqu’au 17 avril 2009. Sans réponse de l’employeur à ce sujet il s’envole pour Salvador le 3 mars; Le beau-frère ayant augmenté son emprunt bancaire pour les billets d’avion, vu que notre boycotté chronique est saisi sur salaire pour des poursuites plus que discutables, dont le principal bénéficiaire est comme par hasard … son vorace étatique employeur.

     

     

    Pour la petite histoire, notre zéro tombera malade après le décès en sa présence, le 23 mars, de son «père d’adoption». Le retour en Suisse des trois concernés aura lieu le 2 mai. Le 7 mai ils apprennent que la mère est victime d’un AVC, en coma dépassé, irréversible, dans lequel elle se trouve toujours. Elle n’a pas supporté, après 57 ans de mariage, le départ de son conjoint.

     

     

    Attendu que de 2003 à 2005 notre exemplaire savant larbin n’a pas manqué une seule minute à son poste, ni pour maladie ni pour accident ni pour fatigue suite à un tour du monde en quarante jours de vraies vacances, il consulte cette fois-ci son médecin et reçoit évidemment le certificat que nécessite son état, face à la crise familiale, susceptible d’entraîner une dangereuse décompensation. Et s’envole à nouveau pour Salvador le 20 avril pour revenir à Genève le 29 juin et reprendre son sous-emploi adoré. Car il aime malgré tout ce travail simplet à l’ordinateur et surtout s’entend parfaitement avec ses collègues et sa hiérarchie directe, fournit du bon boulot dans une ambiance immédiate idéale, dépourvue de toute tension, chose rarissime. Il souhaite continuer à bourrer simplement de temps en temps son PC de données, même pour job à peine nourricier si le criminel blocage persiste, mais estime pour exemple, constatant la systématique faiblesse en orthographe caractérisant bonne part des communiqués et rapports, diapos, etc des différents Services, qu’il pourrait également faire office fort utile de correcteur ambulant, ou disposer d’un poste de secrétariat dans la recherche ou l’informatique; situation à la hauteur de quelqu’un qui travaillait déjà sur clavier chez Motorola en 1978, puis alignait d’absurdes verts codes secrets sur le DOS de cantonale banque, puis en Excel chez … excusez du peu d’années de pratique, savamment inusitée par prétendus responsables.

     

     

    En résumé, notre spolié a dû choisir entre sa vie privée, son partage de longue date avec des êtres aimés, qui ne sauraient continuer de vivre avec quelqu’un les ayant abandonnés lorsqu’ils en avaient le plus besoin, quelqu’un qui a trahi les liens de la totale solidarité et confiance  .. ou la perte de toutes ses vacances pour sinistre accompagnement de fin de vie, tout sauf reposant et divertissant, comme doit l’être le but, inscrit dans la loi, de vacances préservant la santé.

     

     

    Et bien entendu, venant de divorcer, les 9 jours pour accompagnement de proche pour lequel l’employé assume un devoir de soutien (le cas échéant, moral, de santé et par paiement du loyer et des charges) ne « peuvent » être payés. Ces 9 jours sont déduits du salaire pour de nombreux mois, ne laissant de loin pas au sali le minimum vital avec lequel il est déjà impossible de survivre dignement à Genève ni de s’affranchir de l’esclavage des poursuites perpétuelles pour cause d’impôts à déduire de ce cynique minimum létal … racket au bénéfice surtout de qui veille paraît-il au bien-être et à la santé du citoyen. Une fois de plus l’esclave fonctionnaire aurait plus de moyens à la fin du mois en vivant au crochet de si minable société, acceptant sans broncher pareils affronts aux Droits Humains, qu’en s’évertuant à travailler sans faille pour elle.

     

     

    Il n’empêche que 95% en tous cas des décideurs ne sont pas des pourris, ignorent le degré de médiocrité de certains de ceux bien conscients qu’ils servent aveuglément, dont ils sont victimes aussi, et contraints souvent d’agir contre leur gré de manière misérable sur ordre ou selon veto de tels prévaricateurs, ne visant qu’à faire des affaires sur le malheur d’autrui, se chargeant activement d’entretenir et faire proliférer ce lucratif malheur.

     

     

    Voilà, cet article, comme d’habitude, n’apportera qu’un plus de répression silencieuse et lâche à l’encontre de son auteur sûrement reconnu … qui ne peut rester lâchement silencieux face aux manquements et mensonges d’une machinerie prétendant se préoccuper de la santé de ceux qu’elle broie, par dépression, outrages, privations et insomnies provoqués au profit de quelques privilégiés incompétents, bénéficiant d’énorme budget en guise de petit jouet à manier à loisir. Excepté dans le but d’être humain avec un précieux collaborateur dans la peine et le besoin. Ayant touché net en banque au jour du salaire de juillet 2009 : CHF -2'260.-, et contraint à faire face mensuellement à bien plus de charges que ce montant.

     

     

    Ainsi, restons positifs, les concernés, non comme de coutume, avant d’être publiquement débusqués, auront la finesse de se manifester, ils le feront par commentaires, ou plutôt directement par concret soutien, les humanistes mécènes à juste titre apitoyés enfin réagiront, et repentis banquiers, courageux avocats ou non mous syndicalistes ou sincères politiciens, révoltés par telle discrimination teintée de violence de l’indifférence s’en mêleront, ici, tous alors guéris  de leur lâcheté contagieuse, si ce n’est collusion voire collaboration, dont ils n’auront plus à répondre quand surgira d’ailleurs le grand méchant BUZZ  les questionnant sur leurs responsabilités dans la faillite d’une éthique professionnelle bradée sans bruit aux quatre vents.

     

    Ali GNIOMINY – 26.07.2009

     

     

    Les dons de soutien sont à faire parvenir au beau-frère accablé, coordonnées transmises sur demande à geneveculture@romandie.com  et M…. Merci .. de faire avancer ainsi le chenil le fric … suisse au bénéfice enfin de l’Histoire des Vrais Arts.

     

    Photo de l’auteur/Brésil-2009 - Droits de publication en vente au prix des prétendues dettes pour imposition à sens unique

     

    Photo034.jpg                                                                                  

  • HOMOPHOBIE DE MEMBRES DU PARTI MAJORITAIRE SUISSE A L'ERE DU GLUTAMATE

    LE PEU DE COMMENTAIRES A CET ARTICLE D'HIER ME SURPREND, L'ON DIRAIT QU'UN TEL TABOU TOMBE N'INTERESSE QUE PEU LES VICTIMES, A PEINE SI UNE FILLE M'A REMERCIE POUR CETTE IMMENSE OUVERTURE DANS SA VIE, AVEC LA PREUVE QU'ELLE PEUT FOURNIR, APRES SON COMING-OUT A SA MERE, DU FAIT QU'ELLE N'EST AUCUNEMENT DESAXEE. ET TOI, QUI SOUFFRE ENCORE EN SILENCE, DIS ICI LE SOULAGEMENT QUE T'APPORTENT ENFIN CES LIGNES. Je les publie à nouveau, avant les festivités nationales de ce parti majoritaire:

     

    Etre jeunes et UDC, voilà qui est déjà particulièrement antinomique, voire susceptible de couver une tare, à partir du moment où de tels freluquets s’affichent ouvertement homophobes et incitent à la haine contre une « minorité?» Ceci à l’ère du Glutamate, à une époque où existe la preuve formelle, scientifiquement démontrée (voir pour exemple le Journal du CNRS, la revue Nature Neuroscience, les études de Yael Grosjean -Uni Lausanne-, etc…) que:

     

    l’hétéro ou l’homosexualité dépendent exclusivement du taux de glutamate dont le cerveau de l’individu dispose à la naissance. La nature étant si bien faite qu’elle régule ainsi la surpopulation mondiale (et prolifération de débiles homophobes), en distribuant aléatoirement un peu plus ou un peu moins de glutamate chez l’individu, ainsi plutôt attiré ou plutôt repoussé par les phéromones.

     

    Il a suffi aux chercheurs de modifier le gène Genderblind, signifiant «qui ne distingue pas le sexe du partenaire» pour que des mouches deviennent temporairement bisexuelles, ce qui prouve qu’un comportement sexuel n’est pas figé, mais varie en fonction des transmissions chimiques entre neurones. De plus le glutamate a les mêmes fonctions chez les mouches que chez les animaux plus évolués; à l’exception de quelques jeunes UDC?

     

    Gageons encore que si ces dangereux homophobes étaient de gauche, ô paradoxe, ils seraient déjà tombés sous la coupe des Art.7, 8 au moins de la Constitution suisse et Art.2, 12, etc de la Déclaration des Droits humains  …et croupiraient en prison, où ces petits trou du cul ayant grandi, une fois passés sous nombre de codétenus, deviendraient à coup sûr de fervents hétérophobes.

     

    Auquel cas notre société se doit vite de remédier, en équilibrant enfin le taux de glutamate de ces jeunes malades, avant que leurs propos discriminatoires ne provoquent trop de ravages chez d’autres esprits faibles.

     

     

    Ali GNIOMINY

     

     

  • GENEVE BERCEAU DE TOUTES LES MENDICITES

     De retour à Genève, en trois heures en ville je suis abordé plus de fois par des mendiants qu'en quatre mois passés au Brésil. Et croyez bien que j'exagère à peine. Quoi d'étonnant à ce fait? A voir la rapacité et l'absence de scrupules caractérisant les diverses Directions financières genevoises au détriment des citoyens du canton, l'exemple est trop tentant pour qui vient de l'extérieur et n'a qu'à imiter cette mendicité étatisée; Rester inactif, incompétent, opportuniste, misérabiliste, parasite et pousser autrui à donner à sens unique, sans aucun espoir de partage correct. Triste constat. Résultat d'une politique d'accueil et surfaite générosité désastreuse, ne servant qu'à tenter de préserver une image d'Epinal que la Suisse et Genève tout particulièrement froissent un peu plus chaque année, en tolérant jusqu'à l'inadmissible pour finir par réprimer de manière ridicule. De grâce, je vous en supplie à l'instar des troupes d'agenouillés en ville, un peu de mesure et d'équilibre dans l'administration de cette Ville et ce canton!

  • PAIX A L'AME DU VENERABLE ayant rejoint l'Universel Architecte

    Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine– Troisième volet de l’«autobiographie policière» inédite, débutée en 2003 par -Castigat Mores Ridendo-(70p.A4) et suivie en 2005 par –Tueurs de gages ou Que m’a coûté Tonton- (120p.A4), malgré l’offre de publication d’une prestigieuse Maison d’Edition ne sera pas encore diffusé cette année, pour les raisons suivantes.

     

    A titre indicatif, Vénérable est décédé le 23.03.2009 dans l’hémisphère sud en m’offrant un dernier sourire gêné, pour s’excuser de pareille inadmissible faiblesse que de mourir. Une centaine de pages de brouillons concernant ce séjour du 3.4.09 au 2.5.09 compose les bases palpitantes du Tome 4 à venir, que je me réjouis et suis impatient de transcrire en ma poétique réputée; Mais cinq jours après notre arrivée en Suisse nous apprenons que la Mamy, à son tour, est dans un coma dépassé, anévrisme; Sans amélioration depuis deux semaines. Nous repartons d’urgence du 23.05.09 au 28.06.09, et ces nouvelles aventures seront vraisemblablement consignées dans le tome 5 de la saga, série qui paraîtra intégralement, plutôt que volume par volume. Tremblez roitelets et dansez bientôt, snobés révoltés, au coin du plus merveilleux des brûlots reléguant, pour exemple du genre et en toute modestie légendaire, l’admirable œuvre voltairienne au rang d’usagé poussiéreux papier-cul.