Politique - Page 26

  • UNE BANQUE EN ROUTE : LA BCGE S’IMPLANTE À HONG-KONG

    Bon, l’Amour c’est fait! Assez ri, cessons de chinoiser et mordons quelques pékins: Quoi? S’implanter à Hong-Kong, alors que les meilleurs acupuncteurs de la finance, dont je suis, trouveraient tellement plus judicieux que la BCGE aille s’installer à Canton.

    Ce qui permet de conserver presque la même appellation: Banque Cantonaise de Gestion Ecarlate? Echinée? Egotiste? Ehontée? Elargie! BCGE : -Toujours plus proche des jeunes voix- Splendide slogan d’avenir offert en bonus!

    Ainsi, pourvu d’un autre nom, parions que l’Etablissement entamera bien vite une nouvelle juteuse carrière bancaire propre à faire oublier la mise en faillite de cette même ancienne Banque Cantonale de Genève; Qui n’aura, grâce à ce stratagème, à rendre les milliards détournés de leur but: soit être préservés et fructifier en banque au profit d’honnêtes clients, dont sans doute le principal de ceux-ci, supposé vertueux, l’Etat de Genève; Qui bientôt pleurera SA banque disparue autant que le peuple berné a déjà pleuré SA Swissair, SON Servette ou SA « Suisse » … ?

    Aussi, pardonnez la question vache, mais n’est-il établi que celui qui ne la ferme pas a souvent un champ de vision plus cultivé qu’autrui, et peut s’élever juste en certaines de ses prédictions?

    Plaignons les employés BCGE-Asie, eux qui, déjà ici, étaient tellement constipés ...

    ….

    Ali GNIOMINY

    P.S. L’auteur n’a pas inventé la poudre, en matière de casse-têtes financiers, ne bénéficie d’aucune information susceptible d’accréditer farfelues supputations susmentionnées

  • NE BUVANT DE VIN JE NE PUIS METTRE DE L’EAU DEDANS, VEUILLEZ M’EN EXCUSER

    Merci, Antoine, qui, suite à mon article sur les packs M-Budget, me dites combien il est honteux de boire encore de l’eau en bouteille, combien loués sont les filtres et combien l’eau du robinet, fréquemment contrôlée, dispose de toutes les garanties sanitaires. Merci de me permettre de tracer un bilan de mes soins personnels au service de l’écologie. Mon principal apport au WWF fut incontestablement cette question, désormais célèbre: -A quoi bon se préoccuper de l’air, alors que la majorité de l’univers s’en passe très bien?-

    Suis allergique aux facilités que s’octroie le créneau écologique, au sectarisme qu’il peut entraîner, mais conscient de l’importance de prendre soin, chacun à sa manière de l’environnement, et m’y applique au mieux. Je viens d’aider un proche à rédiger un dossier de presse sur la déforestation. Ne gâche plus qu’un minimum de papier dans ce but. Je fus membre de la l’ATE, jadis, en cette regrettée époque en laquelle cette association résistait, avait encore du pouvoir et vendait des cartes journalières CFF bien moins chères … et, ainsi que je le disais tout à l’heure, sur les commentaires de l’article suivant, concernant les TPG: Je griffe ou ronronne de tous côtés pareillement, demeurant au possible impartial, fus trahi aussi bien à droite qu’à gauche sous l’indifférence crasse du centre, et un certain vert argentier premier cultive l’art du mépris et de la dévalorisation, du refus d’arrangement correct de ma situation et de mon maintien en esclavage économique depuis bien trop longtemps. Mais une ortie ne doit pas empêcher l’amateur de nature de voir les jolies fleurs qu’elle cache, la prairie entière de bonnes intentions à féliciter.

    Donc, connaissant la légendaire susceptibilité en matière d’image de certaines entreprises, je m’aventurai dernièrement à les visiter épistolairement à ma manière, jouant à l’avocat détestable. Cherchant la faille à tout pour mieux cacher la sienne. Jeu périlleux mais ô combien goûteux. Que les Verts n’en veuillent à mes salades!

    Donc, ouais, ok pour l’eau du robinet meilleure que la pisse minérale empestant et emPETisée qui me désaltère tellement au milieu de la nuit, quand n’ai qu’à tendre le bras et saisir le M-Jéroboam d’eau, m’occasionner une semaine d’arrêt de travail pour tendinite. J’installe un tuyau demain entre le robinet et mon lit. Et ensuite, d’autres conseils écolos à me donner, cher Antoine?

    Bien cordialement

    Duc ALEMBOURG

  • T.P.G. – Trajets Promis Gratis! RESQUILLEZ AUTANT QUE LE VOULEZ

    Prenez vos cahiers, chères petites têtes blanches (devenues ainsi pour cause d’énervements avec les Transports Publics Genevois) nous allons rechercher, dans un contexte précis, où se trouve le sujet, qui donne son sens à une phrase.

     

    Soit un bus TPG. Véhicule particulièrement polluant, de par l’incivilité de son chauffeur, obligatoirement atteint du sympathique tic du pied enfonçant la pédale de démarrage, précisément à la seconde où, en nage, la langue pendante, vous allez presser le bouton d’ouverture des portes. Naturellement, la terre bourrée de chimie collée sous votre soulier se détachera sous le choc avec la carrosserie, dont la peinture ainsi arrachée laissera choir son plomb à même la voie publique. Pollution à bannir.

     

    Celle de l’incivilité à la base de cette contamination, ou la pollution résultant de la rage du client? Où est le sujet? Voilà pour l’exemple. Passons aux choses sérieuses.

     

    Attendez qu’arrive une meute de contrôleurs. Laissez-là entrer dans un véhicule, dans lequel vous montez également, veillant à ne surtout pas avoir de billet valable sur vous. Foncez résolument vers le plus proche prédateur, faites un profond effort d’arrogance et crachez-lui: -Veuillez présenter votre titre de transport, s’il vous plaît!-

     

    L’énergumène éberlué rétorquera: -Vous voulez faire le malin? Votre billet-! Répondez: -Monsieur, j’exige, en ma qualité de client roi, soucieux d’équité de traitement entre les voyageurs, que vous me montriez ce qui vous autorise à emprunter ce véhicule au même titre que le commun des voyageurs-? L’interloqué interpellé vous montrera son badge, ses diverses preuves du fait qu’il est adéquatement engagé par les TPG.

     

    Vous descendrez ensemble, régler le différent à la station suivante. Entouré par le cheptel entier, vous le ferez alors lire, ou lui lirez, ce qui figure en premier plan sur les nouvelles bornes d’infos, aux principaux arrêts:

     

    Les contrôleurs de titres de transport sont les garants de l’équité de traitement entre les voyageurs. Ceux-ci ????? doivent acquérir un titre de transport avant de monter ….

     

    Incapables de vous fournir le titre adéquat, garants de l’équité de traitement entre les voyageurs, les contrôleurs et ...euses seront pris en flagrant délit et par vos soins dénoncés. Vous aussi d’ailleurs le serez, pour avoir été sans titre le contrôleur des contrôleurs, mais au moins vous aurez bien ri. Et appris aux TPG à mieux désigner le sujet principal de leurs propos, en remplaçant : -ceux-ci- par –ces derniers- … De toute manière avec les TPG on est toujours pris pour le dernier des derniers.

     

     

    Ali GNIOMINY

  • M-BUDGET? PAUVRES! PAUVRES! VOUS ALLEZ LE PAYER TRÈS CHER!

    Preuve supplémentaire, s’il en fallait une, que les écolos roulent sur l’or: L’eau minérale M-Budget la moins chère, vendue par packs de six bouteilles, jadis causa déjà bien des problèmes de dos aux caissières et aux inintéressants clients, avec son poids de 9 litres en tout, ( 6 fois 1 litre ½ ).

     

    Du jour au lendemain, sans demander l’avis du cochon de consommateur pauvre, Migros (prétendument mécène grâce à un centime culturel dont je n’ai jamais vu la couleur) change tout son stock par des packs de 6 fois 2 litres, 12 litres difficiles à décoller du sol, mais qui vous décollent les vertèbres à coup sûr.

     

    Evidemment, une fois la bouteille de 2 litres ouverte et refermée le gaz s’échappe et en moins d’un jour la flotte est imbuvable. Ne reste qu’à jeter plus d’un litre, car il n’y a rien de plus ignoble que de l’eau qui fut gazeuse.

     

    Vous me direz que les pauvres n’ont qu’à boire l’eau du robinet. Non, à la campagne peut-être, mais beaucoup de ceux-ci, comme moi, résistent fermement à la possible volonté délibérée de certains de les transformer en gonzesses, par les taux d’oestrogènes polluant l’eau courante, et en mutantes de surcroît, grâce aux saloperies chimiques provenant du sous-sol urbain, êtres affaiblis soit malléables à souhait. Incapables de lutter contre les atteintes à la santé que sont les nouveaux packs Migros, par exemple.

     

    J’exige formellement, sinon le retrait complet et définitif de ces dangereux packs de 12 litres, que le choix soit laissé à l’imbécile payeur. Que soient remises en rayons les bouteilles d’1 litre ½ et que réapparaissent les lots de 9 litres. Ou la prochaine fois que je devrai consulter un orthopédiste pour blocage du dos je porterai plainte contre Migros, et inviterai les autres plaignants à faire de même.

     

    Révélateur, en l’occurrence, des aberrations d’entreprises surfant sur la vague écolo catastrophiste pour s’en mettre plus dans les poches. Le prix est passé, sur décision unilatérale, de 1.75 à 2.25, mais …pour le bien du client … il y a plus de contenance pour moins cher. Et, comme c’est trop lourd et vite sans gaz, les clients abandonnent ce produit et se rabattent sur les eaux minérales plus chères. Ou ne prennent qu’une bouteille de 2 litres à la fois, donc reviennent plus souvent et sont tentés d’acheter aussi autre chose. But visé et atteint. Si nous laissons faire, sûr que nous verrons bientôt dans la rue plein de personnes âgées tirant leur trans-palettes … Migros!

     

    Ali GNIOMINY

  • MAUX D’ÉPOQUE ET PLOUCS À EMPÊCHER DE NUIRE SOUS LES APPLAUDISSEMENTS

    De lamentables chantres genevois du Tout-Répressif nous préparent, je vous le prédis (et attention à l’exactitude avérée de mes prévisions) une guérilla urbaine sans précédent. Voir à ce sujet la teneur de ma chronique du 26 courant, ci-dessous et dans l’esprit de milliers de personnes sensées.

    Surfant sur le tsunami de dérives sécuritaires ravageant nos contrées, un ridicule bobo ne se gênera bientôt plus de faire distribuer des amendes aux citoyens offrant quelques centimes aux mendiants, pour complicité de tentative d’évasion de la misère prescrite.

    N’oublions pas que même si ces mendiants sont esclaves de mafias ou sont plus riches que bonne part des travailleurs genevois, leur démarche, pensée, manière d’être est effectivement misérable.

    Que ceux qui sont ici soient recensés, aidés, intégrés à des travaux d’utilité publique; Que s’ils retournent à la mendicité ils soient expulsés, sans aide financière, autant de fois qu’il le faudra pour les décourager, de même que tous les nouveaux arrivants sur le marché de la pitié, systématiquement refoulés; ça encore je puis à peine l’admettre.

    Mais, de là à multiplier les salaires de rambos chasseurs de petits dealers et inconvenants mendiants, de là à armer ces miliciens de bâtons tactiques, qui seront évidemment vite remplacés par des tasers, et de là à leur donner pleins pouvoirs arbitraires, sous prétexte que cela permettra de remonter aux véritables criminels qui manipulent ces petits délinquants, gros trafiquants généralement très haut placés dans la société, bénéficiant de réputation qu’il est interdit même de mettre en doute, permettez-moi de demeurer sceptique. Une manière de plus d’éluder le véritable problème de l’aveugle justice à deux vitesses, en force et vigueur plus que jamais.

    Donc, si la misère est condamnable, que soient empêchés de nuire et jugés les misérables politiciens, méprisant et passant sous silence autant les appels à la raison provenant de confédérés que d’étrangers! Que soient jugés les sinistres roitelets au pouvoir provisoire, profitant de la crise et du fascisme en vogue pour tenter vainement de se constituer une notoriété, précipitant ainsi la population dans un chaos sans cesse croissant.

    Halte aux promesses de réduction de la criminalité marginale au moyen de criminels principes marron, destructeurs du peu de respect des droits de l’individu subsistant encore dans le potentat timocratique genevois.

    Ali GNIOMINY
  • ILS PIQUENT, NIQUENT NOS FINANCES ET SONT CE SOIR SUR LE GRIL …

    … nos bouillants candidats, chargés de tempérer les tensions, qui répondront à brûle-pourpoint, sur les feux de la rampe, aux questions fusant, auxquelles ils brûleront la politesse, se les relançant comme charbons ardents, et attiseront encore l’incendie en évitant de parler des brûlots d’une tête-brûlée.

     

    Soucieux de ne jeter de l’huile sur le feu de l’action, et que l’eau dans le gaz ne fasse trop d’étincelles, je m’abstiendrai d’allumer ces têtes de bois! Mais que ceci jette un froid!

    Ali GNIOMINY

  • ÊTES-VOUS AUSSI MALADE D’AVOIR PRIS UNE CAISSE ET DE NE POUVOIR VOUS EN PASSER?

    Non non, parfaitement abstinent depuis 11 ans 1 mois 8 jours et 3 heures 17 minutes exactement, sérieux, je ne parle pas d’alcool, mais d’escroquerie de haut vol: Prime mensuelle d’assurance-maladie saisie directement sur salaire. La Caisse en question met souvent bien plus d’un mois à me rembourser sa participation aux frais médicaux, me cause ainsi des problèmes avec les médecins attendant leur dû, ma cotisation saisie me coûte près de 100.- de plus que celle de l’assurance de base la moins chère et j’ai l’interdiction d’en changer tant qu’il y a du retard dans les primes. À qui profite ce crime?

     

    Suis-je esclave et jouet de (paraphrasant ainsi la sublime métaphore de Me Poggia) la pire des putains introduites dans le couvent?

     

    Et pourquoi n’entend-t-on jamais parler dans les médias de l’interdiction de changer de Caisse-Maladie? Semble-t-il même si l’on n’a qu’une seule prime de retard.

     

    Pourquoi, aussi, ce flou législatif permettant à une Caisse de verser les prestations dues quand bon lui semble, de nombreuses semaines après réception des factures médicales? Sans que l’assuré ne touche le moindre centime des intérêts engrangés par l’assurance, sur l’argent laissé en banque alors qu’il devrait depuis longtemps être en main de l’assujetti.

     

    Aussi: Allez savoir pourquoi j’apprécie si particulièrement cette phrase de Goethe, resurgie sur un mur de mon quartier: - Nul n’est plus profondément esclave que celui qui se croit faussement libre -

     

    Bref, personne de responsable, comme de coutume, ne répondra à mes questions. A quoi bon les poser.

     

    Pour la peine, je vous inflige ce poème du 03.07.2007, sans remède existant.

     

    LAMAL A DIT

     

    Tu seras, Suisse,

    exclu de soins,

    oint

    par les « huiles »

    de jets de « tuiles »

    et appauvri

    par ces pourries,

    ……….

    Tu seras d’huis-

    siers si aisément jouet

    si n’as

    (voyez la rime, ouais)

    payé la prime

    ………

    car Lamal hisse

    vers les cimes sans centimes

    son éthique

    famélique

    ……..

    tu auras, Suisse,

    Lamal habile

    entre les cuisses,

    Lamal venue

    te laissera nu !

    ………

    Stop à salope

    de suspension de prestations de base

    sentant le gaz,

    votée par membres austères

    de Chambres parlementaires

     

     

    Lamal Editions -Genève, le 3 juillet 2007

     

    Ali GNIOMINY

  • DISCOURS SUR L’ÎLE ET GALIPETTES

    Dût en souffrir l’incommensurable humilité de votre poète préféré, celui-ci ne pouvait laisser ainsi pareil chef-d’œuvre, en hommage à J-J Rousseau et au tourisme suisse, du 4 octobre 2009, prodige littéraire victime de problèmes de format sur ce support, les caractères immenses ne pouvant alors être modifiés. Ce n'est pas beaucoup mieux à présent; Ô combien les mystères TdG  sont insondables!  Surtout, ne vous arrêtez pas sur le début, brièvement un brin rébarbatif, et jouissez pleinement ensuite de semblable délectation:

    J’étais, samedi dernier, ainsi que j’aime à m’y ressourcer le plus souvent possible, chez mon bon vieux compagnon des délices d’écrits de jeunesse Jean-Jacques Rousseau, à l’île Saint-Pierre sur le lac de Bienne.

    Allongé sur le sable mêlé de myriades de petits coquillages, sur l’une des mignonnes désertes petites plages naturelles entre roseaux et forêt, sise entre l’Îlot des Lapins et le minuscule Port des Brochets; Vous savez, là où les brochets sont très gras et éradiqués les lapins adeptes de trempette … et comme de coutume je philosophais un max sur l’amusante probabilité de l’avènement prophétisé du système trinaire qui succèdera au binaire. Songeais que, certes, trop de manichéisme a déjà concrétisé sur Terre l’évidence d’un troisième concept constitutif et fondateur de yin et yang, soit yin-yang, ensemble ni l’un ni l’autre qui, avec les deux séparés –ciel-terre- -blanc-noir- .. forme une Trinité a moult reprise démontrée.

     

     

    Lors que nos ordinateurs n’entendent, eux, que point ou vide … pour nous surpasser bientôt en intelligence. Aussi, faut-il vraiment, dès que possiblement découvert, tenter d’intégrer ce bit+ après/avec chaque ou certain binôme: point/-vide ..sorte de ni matière ni esprit, en toute programmation, tous logarithmes, permettant d’obtenir ouverture de telle supplémentaire dimension d’une unique cellule quantique universelle, n’existant que dans la mesure où nous la recherchons? (-re-voir plus loin ma chronique concernant le big-bang-gang du Cern)..

     

     

    Je me dématérialisais, tout à mes réflexions sur les Clés de la Compréhension, discourais même parfois sur Saint-Pierre à haute voix, pour auditoire attentif de canards, si distraits qu’en oubliant les brochets.

     

     

    La chute des anges, soudain! Plus terrestre tu meurs: -Et si, des fonds du bois, de derrière les roseaux, se pointait Pascal, familier de l’endroit-. Pas le penseur! Le dépenseur! Ex-Conseiller fait des râles, m’ayant jadis assuré qu’il jamais ne fit partie du Conseil d’administration du Groupe Mutuel, ce pourquoi je le devrais un jour féliciter et remercier!?

     

     

    Que lui dirais-je? Lui tendrais-je un peu de mon menu stick de bien locale beuh, naturel produit helvétique pour adultes recommandé, avec extrême modération, pour pallier à certaines lacunes existentielles chez certains cas, par votre dévoué spécialiste goûteur depuis 40 ans cette année; N’ayant jamais eu ni voulu de patient pour exercer cette nouvelle discipline paramédicale, et ayant depuis décennies renoncé à toutes drogues dures., opium, alcool, sauf la pire: le tabac, et la plus anodine des douces bombes H.

     

     

    Non, nous finirions par causer assurances et finances; Pascal, pensif, tenterait de me convaincre qu’il est normal qu’un Employeur lié à la Santé bouche les artères de ses employés par le stress que provoquent, par exemple, vingt-trois ans de bons et loyaux services sans la plus petite preuve de reconnaissance, augmentation, amélioration de contrat, au contraire, gel et restrictions successives justifiant une légale trahison des promesses que laissaient entendre un contrat d’engagement signé… Bon IIème pilier, Avoirs progressant avec le temps, sécurité, AVS-AI impec, …

     

     

    Pascal me féliciterait sûrement pour mes courageuses prises de position .. et j’en arriverais certainement à lui rendre la pareille. Lui dire que je suis très honoré de ne pas être d’accord avec lui, tout en sachant lutter pour qu’il ose le dire, même qu’il s’agit évidemment de la pire des conneries.

     

     

    Nous ne parlerions bien sûr qu’un tout petit peu à voix couverte du terrible Monsieur de Voltaire; Sacrilège-ci; Et de sa devise : -Ecrasons l’infâme- (le fanatisme religieux) et nous nous quitterions en fort courtois termes; Après avoir d’aventure devisé de la dichotomie d’une pensée scientifique s’adaptant, évoluant, et de croyances dogmatiques figées, rétrogrades, obsolètes, régissant pourtant toujours les fondements du monde actuel. Mais je n’aurais poursuivi la discussion jusqu’à parler d’Einstein et de son opinion sur le concept puéril de Dieu, pire des faiblesses humaines. A chacun son domaine.

     

     

    L’azur de mes yeux aurait rejoint alors l’émeraude des vaguelettes, pour une nouvelle promenade dédiée à l’onirisme solitaire. Onirisme, répétai-je. Bien que l’endroit convinsse à souhait pour une promenade intérieure à la gloire de l’onanisme solitaire.

     

     

    Buissons fournis avec vue sur les coteaux de l’autre rive et semence vitale répandue sur si sacré sol, si d’Histoire chargé, quel privilège, et quels émoustillants pics d’adrénaline à l’idée du traumatisme à vie qui serait ressenti, étant surpris par Pascal!

     

     

    Ou pire, si possible, qu’après l’acte sain, essentiel et primordial pour le bon développement de enfant, et l’éventuel relâchement épisodique de celui-ci lorsqu’il a grandi, qu’après cette auto-thérapie dont la privation par prohibition religieuse a fait près de cent générations de dépressifs belliqueux frustrés, qu’après l’acte hygiénico-symbolique, j’aille me nettoyer l’appareil, sans réfléchir penché sur l’eau du petit Port aux ……..

     

     

    Mais, oncques ne me taxez de déviant Rousseauphile, je vous en conjure! Sérieusement : Pas toutes et tous ensemble, et en s’évertuant à laisser la magie de l’île en sortant aussi intacte et vierge qu’on l’a trouée en arrivant: Visitez l’île Saint-Pierre (La Neuveville) et jouissez exclusivement, c’est plus sûr, propre et convivial, des intenses sensations et réflexions, pensées exemptées de Pascal, que cette sorte de porte du paradis procure à l’Esprit.

     

     

    Ali GNIOMINY

     

  • Mais où donc sont situés les clochers de Ryad et de la Mecque?

    J’adore les clochers, moins leur esprit, d’ailleurs mon apostasie viscérale me coûterait la peine de mort en Arabie saoudite, là où même la pratique d’une religion non musulmane est interdite. Pourtant, mon goût de l’aventure et mon amour des clochers me poussent à aller visiter les églises de ce pays durant mes prochaines vacances.

    Problème: Impossible de les trouver, bien que le pape ait tenté en mars 2008 de négocier la construction d’une église au moins à Ryad. Et que la réponse ait été positive! A condition, bien entendu, que Benoît XVI devienne musulman, en reconnaissant la suprématie du Prophète Mohammed.

    En désespoir de cause, je modifie la destination de mes vacances: Je vais faire le tour des minarets suisses. Sauf le 29 novembre, où je serai dans un pays voisin, afin de m’éviter la tentation de voter pour la première fois de manière dangereuse, mais pas si absurde, et méditerai, au long des litanies du muedzin, sur le partage équitable des valeurs entre peuples de bonne volonté … et autres.

    Ali GNIOMINY

  • Porter plainte contre les gouvernements Obama, Sarkozy, Berlusconi ? …

    … et tous autres Etats peu scrupuleux impliqués, pour présomption de: Complicité d’enrichissement illicite en relation avec des preneurs d’otages, Assistance au profit d’auteurs d’enlèvement, contrainte, de menaces, … ?

    Actionner la Justice internationale pour exiger de ces Etats inamicaux qu’ils renoncent définitivement à toute relation commerciale avec le crapuleux régime bédouin? Envisageable?!

    En l’occurrence, il est illusoire et vain d’espérer de l’aide de pays dont les preuves d’hostilité à l’encontre de la Suisse ne manquent plus.

    Trop de temps a déjà été perdu dans cette affaire, et le Conseil fédéral, tel un tout petit gosse, se dit … déçu … : le méchant monsieur il a déclaré la guerre, i manque de parole et les autres i regardent sans rien faire ou i l’aident encore à nuire … et envisage d’aller pleurer vers papa Obama, qui ne manquera pas de lui retourner une baffe pour apprendre à se débrouiller seul.

    STOP! L’immaturité de la recherche de solutions diplomatiques susceptibles de convenir à des terroristes notoires, (ne serait-ce qu’en terrorisant un pays sous la menace de le rayer au moyen de la bombe A) est consternante.

    Que la Suisse, que l’on dit si influente en matière de Droits fondamentaux, prouve sa capacité à ruiner un Etat qui souhaite la détruire, ou la vider de ses citoyens en les prenant en otages …, avant qu’il n’y parvienne.

    Ali GNIOMINY

  • أطلقوا سراح الرٌهائن السويسريين

    Libérez les otages suisses! Liberté, Paix, Respect! SINON:

    Libye! Dit: Nœud de VIP hères pairs? Vérifie: Fils tu l’as dit, .. fils tue la diplomatie!

    Libye: Gare! Et … LIBERE: bernés, êtres, anges, et .. hôtes, à genoux. T’en prions.

    Voyez l'échantillon, cher amis bédouins. La Suisse dispose d’un arsenal insoupçonnable de subtils moyens de pression et d'influence psychologique sur l’opinion publique mondiale. Il vaut mieux avoir ce pays avec soi que contre soi. Pour l’avenir de votre économie et réputation: libérez nos ressortissants, et revenons-en à des relations plus paisibles.

    ……………………..

    Liberté, Paix, Respect

    الحرية والسلام واحترام

    Libérez les otages suisses

    أطلقوا سراح الرٌهائن السويسريين

     

    Ali GNIOMINY

  • LES MOUTONS SÉPARÉS DU GROUPE ONT LES YEUX PLUS OUVERTS QUE LEURS CONGÉNÈRES CARESSÉS OU SE REPOSANT À L’ÉTABLE

    Résultat d'une étude. Aussi: Les groupes sont constitués d’aveuglés, certes, mais moins stressés. Les séparés, moutons otages de grand méchant loup, par exemple, ont peut-être encore les yeux suffisamment écarquillés à la vue des ridicules ménagements diplomatiques et du fair-play déplacé que déploie le petit chaperon rouge et blanc, même se faisant croquer tout cru. Qu’ils aient bientôt les yeux rivés sur les bûcherons, faisant un détour chez le loup avant d’aller raser les sombres têtes de bois orientaux.

    Ali GNIOMINY

  • LA SUISSE PRESIDENTE VA RECENTRER LE CONSEIL DE L’EUROPE EN DEPENSANT MOINS POUR LA CULTURE, COHESION SOCIALE, LE SPORT….

    Vrai que la culture du dangereux Crétinismus Helveticus a dépassé des taux inacceptables… Et pour ce qui est de la cohésion sociale, à quoi bon, le suisse est déjà mondialement réputé froid et calculateur, invivable individualiste, il ne manquerait plus qu’existe en son pays une cohésion sociale; le monde à l’envers; Donc, à quoi bon investir en un domaine inexistant? Le sport? Il va y en avoir bien assez avec ces coupes …

    La Présidence Suisse va donc axer l’attention du Conseil de l’Europe sur la Cour européenne des Droits de machin (puisque l’on ne sait plus que dire depuis que deux courants circulent : Droits de l’Homme et Droits Humains. Serait-ce encore l’une de ces bâtardises orthographiques en vogue, comme Madame la Professeure? Pardon, Mesdames, mais vous méritez vraiment mieux que ça).

    Bref: Tout est basé sur l’extinction à grands frais d’incendies arrivés en fin de destruction, à la Cour européenne, là où aboutissent toutes les plaintes, certainement majoritairement fort légitimes mais mal formulées, après rejet à tous les échelons de la justice nationale.

    Cour qui, idéalement, devrait être désoeuvrée. Pour autant que sa fonction ne demeure pas située, comme présentement avec très grand gâchis de moyens, après le déluge, mais en amont des petits rus engendrant fleuves de plaintes!

    Là où des représentants des Droits d’Homo Sapiens doivent agir concrètement, opérer des contrôles-surprise approfondis, auprès des roitelets locaux, contraints par divers facteurs arbitraires à relaxer, maintenir sans moyens ou condamner à la chaîne, à veiller au rendement ou trop-plein .. C’est à ce niveau surtout que des observateurs de la Cour doivent pouvoir agir.

    En luttant, pareillement, contre l’ésotérisme élitiste, sciemment incompréhensible pour le vulgus justiciable souverain, jargon de Barreau qui emprisonne d’emblée la victime innocente, ne pouvant se défendre seule avec succès. Les vices de forme étant prévus pour invalider même les plaintes les plus fondées. Ainsi, par magistrale paresse, pleuvent les ordonnances de ne pas donner suite. Et persistent et empirent les injustices à l’encontre des plaignants déboutés, surtout lorsque, évidemment, aucun avocat ne les estime assez riches pour que la cause puisse l’intéresser, … et en dernier ressort l’affaire pourrit durant d’autres lustres encore parmi les 120'000 plaintes en attente d’irrecevabilité pour 90% d’entre elles.

    C’est au départ, là où débute l’atteinte aux Droits de nous, c’est à la base, lorsque, pour exemple, une très respectable Présidente du Conseil de l’Europe, Madame Calmy-Rey, jadis responsable des contributions genevoises, commet l’erreur de donner son aval à une taxation d’office de 30'000.- pour 75'000.- de gain, refuse toute grâce ou amnistie, c’est dans ces cas précis qu’il faut intervenir.

    Et dès lors qu’un Etat commence à maintenir à vie, par des mécanismes sournois, un travailleur sous esclavage, sous-employé et sous-payé, exclu et déconsidéré, sans possibilité de se sortir des dettes pour cause d’abjecte imposition. C’est ça que la Cour doit examiner dès le forfait commis, pour désengorger ses Services. S’ouvrir par Internet aux plaintes des particuliers dès survenue de l’abus d’autorité. Et le dossier est renvoyé à la 1ère Instance si nécessaire ou directement instruit par la Cour européenne ..

    Le fait qu’aucune assistance juridique, gratuite ou abordable, digne de ce nom n’existe, dès qu’il s’agit de conflits avec l’Administration fiscale, l’Office des Poursuites et Faillites, l’Etat en général est une escroquerie à bannir. Pas du ressort des assurances juridiques, point d’avocats courageux, le désert, et c’est comme ça, normal .... Le fait aussi qu’une loi inique au possible fixe au maximum à 30'000.- la réparation pour torts causés est un crime grave, qui pousse certaines assurances entre autres à agir de manière totalement illégale, sachant qu’au pire ça ne coûtera que 30'000.- (j’affirme ceci avec des pièces de jugements en attestant).

    En l’occurrence, merci au Conseil de l’Europe, plus ou moins bien présidé, de prendre note de ma requête; ça apaisera un peu le sentiment de honte que je ressens en voyant mes compatriotes, grisés par le mot présidence, s’empresser de vouloir encore jouer les donneurs de leçons au monde, en matière de gestion financière … et pire, si possible, proposer d’emblée la ligne de pensée bien connue consistant à tirer dans la Kultur et affaiblir la cohésion sociale.

    (Source du sujet Olivier Bot – TG.19.10.09 p.4)

    Ali GNIOMINY

  • DANGEREUX LES ANTI-OCCIDENT ? QUE FONT NOS RADICAUX TROP LIBRES?

    Votre visionnaire préféré ne vous avait-il prévenu, et conseillé de vous inquiéter de la présence connue de présumés fous de Dieu au sommet de la recherche et de l’enseignement? Le « Matin » du jour nous parle du niveau de sécurité déplorable concernant les étudiants de l’Epée fêlée, et les ailés chercheurs étrangers du Cern & Cie. Brillants bizarres, ayant parfois tout de l’aspect caricatural du terroriste, intégrisme figé dans les traits, coutumes radicales, mode de vie secret … sans qu’aucun des naïfs cerveaux ne s’inquiète des aspects sectaires de ce confrère? La Justice n’a plus le monopole de la cécité.

    M. Baeumelin, (risk management) va même jusqu’à affirmer que nous sommes des naïfs, ignorant encore que nous sommes en guerre.

    Certes, mais qu’y faire? Croyez-vous vraiment que 16 milliards investis par plus de cent nations, plus les frais de réparation du 1er « sabotage d’Al-qaida? » défaut … du grand collisionneur à hadrons, pensez-vous que tant de fric sera jeté aux oubliettes, avec l’abandon du proche redémarrage de ce bidouilleur de quarks, dont l’évaporation trop lente d’un seul est susceptible de désintégrer la galaxie, selon des sources internes au Cern, évidemment très vivement démenties par les susdits malvoyants. N’en demeure qu’un risque pas forcément immédiat, estimé à 4% environ existe potentiellement, selon certains connaisseurs. (Voir articles à ce sujet dans les mois précédents, sur autres pages du blog).

    Croyez plutôt que ledit méga-tube, actuellement au hit-parade des possibles sacrifices humains à la gloire de la connaissance du Dieu Big-Bang et de son disciple Big-Brother, que le grand collisionneur a déjà redémarré en catimini !? Les ignares chiens d’inquiets ridicules que nous sommes n’ayant aucun avis à formuler, concernant le droit à la vie ou la mort de soi et d’autrui, ce ne serait pas étonnant. Grand silence tout tabou à ce sujet. Mais visionnaire ayant présentement réactivé légitime inquiétude, gageons que d’ici peu nous aurons plein de soudaines nouvelles à cet égard

    Et, parlant tabou encore, plus spécifiquement: le tabou des tabous, la pédophilie féminine dont je parle depuis cinq ans … Schlaak … Le « Matin » page 2: -10 à 25% des abus sexuels sur mineurs imputables aux femmes- … Décidemment, à fournir gratos tous scoops je vais finir par réitérer ma célèbre formule illustrant un dessin, en hommage à feu un respectable banquier: la banque « Safra s’emballe ».

    Ali GNIOMINY

  • L’ELYSEE, NID DE BREBIS GALEUSES

    C’est donc pour cela qu’une petite famille s’agite tant et provoque tant d’allergies. Authentique, autant que peuvent l’être les infos d’un gratuit, mais ça ne m’étonne pas: les chaises de la garde républicaine trouvées dans les ordures (ces chaises) étaient infectées par la gale.

    Jean-Marc Richard, pitié, viens au secours de ces gratteurs! Sérieusement: On fait le coup? On envoie des millions de chaises d’apitoyés donateurs à cette pauvre garde? Ah non, ça ferait comme pour le tsunami de 2005, les sauveurs nous supplieraient de ne plus rien envoyer, le trésor reçu dépassant de très loin les besoins spécifiques pour cette catastrophe-là, trésor qui ne peut servir à d’autres catastrophes … et 4 ans après l’on recommencerait à quêter pour un autre tsunami ou pour d’autres chaises, tout le monde ayant oublié ce qu’on a fait du surplus de jadis. …

    Aïe, là non, je suis trop vache. L’humour mordant à sa limite qui s’appelle divulgation de fausses rumeurs. Oubliez ce cruel aparté. Les présumés innocents font sur place un travail extraordinaire qu’il convient de respecter, quelle que soit la direction qui gère l’aide. Je n’oublierai jamais le regard et les attitudes de mon père, revenant du glacier de Mattmark dont l’éboulement avait broyé des corps, dégagés par ses soins et ceux de sa compagnie. Ces gens méritent caviar et champagne à tous les repas, ce qu’ils n’ont jamais ou presque, sans que l’on n’ait à critiquer pour autant.

    Plus anodin

    Entrevu, sur couverture de revue? Ou affiche? Un titre relatif certainement à l’ADN : « LE PLATANE EST NOTRE COUSIN »

    Et le saule pleureur c’est ma grand-mère? D’ici qu’on nous raconte qu’on a de la parenté avec le bouleau …

    Parlant bosseurs: Congratulibations, ZEP! Après les dérives du petit sous-marin de Titeuf, ton paquebot pour adultes ne s’éloigne pas du port, bien amarré à la bitte.

    Et merci à l’équipe qui se fraye l’occasion d’aller accomplir un devoir de mémoire au fond de la corne noire; … De mémoire de suisses: Que jamais, ensuite, l’on n’ait vu plus honorable et complet succès!

    Terminons avec le comble de l’hypocrisie: En substance: -Victimes nées avant les années d’interdiction, qui fûtes tentées sous l’odieux matraquage publicitaire, protégé et encouragé par l’Etat, qui fûtes moult incitées par la coutume d’alors à fumer, victimes qui vous trouvez aujourd’hui atteintes toujours par cette terrible maladie, honteuse, liée au vice jadis recommandé pour plus de prestance, agonisantes sous l’herbe du diable Nicot: Vous allez payer!

    Payer un max! Et payer toujours plus, sous les applaudissement de débiles prévenants: le prix d’une contamination sciemment organisée par le cynisme d’Etat et alliés financiers! Vous allez voir quintupler le prix de votre besoin créé de toutes pièces! Vous allez en crever, sous le manque dû aux privations, pour oser préfigurer les preuves vivantes de l’une des plus gigantesques escroqueries, de l’un des plus monstrueux génocides impunis de l’Histoire-.

    Ali GNIOMINY

  • FELICITATIONS A MONSIEUR UELI MAURER

    Prouvant, en renonçant à l’achat du nouvel avion de combat, que l’on peut avoir (eu ?) des relations très discutables avec l’Opus Dei et garder les pieds sur Terre

  • SARKOZY ZIZANIE! OBSCÈNE SPECTACLE OÙ, ACCULÉS, LES ACTEURS FINISSENT TOUS DEUX PAR LA FOIRE DANS LE Q.I

    Autres sacs de dualités: LA MAIN AU COLLEX! LES FLICS BOSS AUSSI!

    De vrais chefs: Un malfrat dans les geôles de Victoria, deux autres planqués chez dame Nature, ça aurait pu mal se passer …

    Et Bâle râle, Zurich sue fric, Genève rêve et Berne berne! La délégation fédérale des finances lâche, pour le procès UBS: 12,26 millions, sur les 50 estimés (sûrement le même estimateur qui devisait en premier des coûts « télescopiques » d’un certain stade de Genève, dont il coûtera à tous de finir par dépenser pour sa prématurée destruction) … 50 millions et poussières de galaxies à perdre, à nous en grande part, extorqués, prétendument pour notre liberté démocratique, dans le but de réparer encore et encore les abus, à leur unique profit, de nos mafieux, les plus «ex-respectés» tout-puissants, nous ayant entubés autant que les américains.

    Mais tout va bien: La berne est tendue pour nous au bas du précipice. Oui, mais tendue sur le sol, personne n’étant disposé vraiment à l’empoigner.

    Ah, ces américains! Parlons-en: Ice Bridge, opération de la Nasa en Antarctique, à l’aide d’un avion basé au Chili, en vue d’études intensives de la fonte des glaces! Super! Et l’opération, selon pointue estimation de votre dévoué, coûtera bien à la planète environ soixante milliards de milliards de tonnes de kérosène?

    Et, toutous, minets, oiselles, tortues … Ma profonde sympathie! Il est parti nimbé de bonté, votre « abbé » Pierre. Langues tirez! Et grattez-vous, toutous, minets, oiselles, (excepté les tortues) l’on ne sait s’adapter à ce qui tue tant d’Humanité.

    Il suffit, pour leurres.

    Ali GNIOMINY

  • EDIPRESS TROUVE LE MOYEN DE LICENCIER LA MOITIE DE SES JOURNALISTES

    Voyez les affiches des caissettes à journaux du jour : à gauche, LA TRIBUNE DE GENEVE POSE LES QUESTIONS : - « Pourquoi Hediger a été condamné? » et à droite LE MATIN Y REPOND : «  André Hediger condamné pour abus d’autorité! »

    Il suffisait d’y penser. Halte aux doublons.

    Une chose est sûre, M’sieur Dédé, ça se passe comme ça chez GE Fast-Just, si vous êtes un sale type et ne faites pas sauter les bûches de vos proches, vous ne les aurez même plus à vos côtés quand votre poste aura fini de vous détruire; Si vous êtes un bon type et, au vu du principe d’opportunité et d’appréciation à bien plaire du Magistrat, dont vous bénéficiez en d’autres circonstances, vous annulez vos amendes et celles de proches, ainsi que cela se fait et se fera toujours en tous Services traitant des contraventions : Vous serez condamné, et préfigurerez médiatiquement l’ex-puissant corrompu discriminant la majorité des amendés.

    Que n’avez-vous plutôt, ainsi que la plupart de vos locaux homologues décideurs, engagé à tour de bras des incompétents de vos amis, au triple du salaire d’efficaces fonctionnaires depuis des décennies, proches à vous chargés de pousser ces derniers vers la sortie ou accessoirement le suicide? Vous n’auriez pris aucun risque d’être condamné.

    Très Cordialement.

    Ali GNIOMINY

  • Ô, TRIBUN STAUFFERUS, Ô IMPERATOR MARIOPOGGIUS, ALLEZ-VOUS DÉCAPITER L’IGNOBLE REINE VICTORIA?

    Ô Magnifiques Couverts de Gloire, allez-vous à présent empêcher de nous nuire: la fauteuse de troubles, l’abominable reine destructrice de la Santé et convivialité genevoise? La souveraine du copinage helvéto-franco-belge, ayant contracté en lointaines contrées les services, à bon marché, de moult sbires, appelés à sévir aux plus favorisés postes, imposer dissensions, stress et surmenage, négligence de la qualité au profit de la rentabilité, manière de faire un minimum en paraissant occupé et consciencieux, art d’arriver avec la queue entre les jambes et en un mois de mordre et dominer le territoire, … Reine, principale exterminatrice d’un style de travail « à la suisse » dont la minutie, le souci du soin et le prestige ne sont pourtant plus à démontrer depuis des siècles!?

    Sorcière Victoria, instigatrice de l’actuel désastre relationnel dans le domaine sanitaire, catastrophe rencontrée en les couloirs de tous services ou presque, où des helvètes à titres supérieurs sont maintenus au plus bas de l’échelle, sous des ordres fantasques et souvent révoltants, contraires aux recommandations d’instances autorisées en matière d’emploi, finances et santé; Indigènes humiliés sous les ordres farfelus issus de clubs de faux amis et proches, s’entr’engageant à des classes défiant toute logique, clans d’étranges copains copines, pleins de –tu, tu-, (jadis formellement interdits, puis déconseillés, puis juste très mode) à décisions toujours plus répressives et immorales, dépréciant de manière irréversible l’image de la Santé et de la gestion de ressources humaines à Genève.

    Alors? Mise à mort immédiate de cette si nuisible monstruosité, reine dévoreuse de dignité, moyens de survie et santé de ses ouvrières? Que désignent vos pouces, ô Césars?

    … Ah, bon!? Je comprends! Zut alors, c’est donc si vicieux que cela? Fait exprès pour pousser à la pétée de plombs et pouvoir ensuite réprimer «l’explosé», prendre ascendant sur lui et geler à jamais pareille position de cet adversaire? Je m’en doutais un peu.

    Vous ne pensez donc pas tuer, ô Mirifiques Commandeurs Gestionnaires, votre principale poule aux œufs d’or, qui vous offre tel amas de voix, xénophobes ou moins, pareil triomphe! Les empereurs, eux-mêmes, ne peuvent faire à coup sûr ce qu’ils aimeraient, confrontés à certains aspects les plus indécrottables de la fatalité. Mais ils se doivent de protéger le peuple contre les attaques de prédateurs, non de s’allier avec l’assaillant au détriment des intérêts du peuple.

    Que Victoria finisse de dépérir en brisant ses martyrs, puisque tel est votre bon devoir, et que la reine fournisse longtemps encore kyrielles de serviteurs, spécialistes en dévalorisation d’autrui, et succès dans la vente accessoire de gilets pare-balles, à votre empire du Mirobolant Combat Genevois. Puissiez-vous pourtant retirer votre grâce!

    Ave Imperatores

    Alius GNIOMINYUS RAURACUS 

  • Mes excuses à Monsieur Frédéric Mitterrand

    Veuillez d’abord, cher Monsieur, avoir je vous prie l’amabilité de dire à votre tante Danielle combien j’ai regretté de la manquer à un quart d’heure près, en début d’année à Barra, à l’Alliance française de Salvador. J’aurais aimé lui apporter encore mon soutien pour le scandaleux étranglement de la Fondation France-Libertés, pratiqué sournoisement par les sbires de l’actuel mini Leader Massimo. Un peu de patience, ce règne ne devrait plus subsister très longtemps, avant d’épuiser ses ressources en coups de vis impopulaires. J’aurais aimé que nous parlions du temps de François, de cette époque où lui et M.Felber, M.Delamuraz, .. étaient de très Grands Hommes, de véritables Présidents, proches du vulgus populum et pas trop plus de la crème en dépassant. Bon courage à vous et ne vous préoccupez en sus de l’Affaire Frédéric, il a en votre dévoué un ardent défenseur.

     

    Voilà, Monsieur Frédéric, je vous dois des excuses. Leurré par la fumée des fumiers, j’ai cru au feu médiatique croisé sur vous pour pédophilie, alors que tel n’est certainement pas le cas.

     

    De toute manière le type de lynchage organisé que vous subissez est ignoble et ne peut rester impuni. Les trop bien-pensants, ne vous ayant sûrement pas plus lu que moi (mea culpa) ne voudront évidemment retenir que la confusion qu’ils entretiennent au sujet de –Pédé-, laissant entrevoir l’étymologie liée à l’enfant –pédo-, alors que l’insulte concerne tout homosexuel. Cachant le fait que, semble-t-il, la grande majorité des abuseurs de mineurs est de tendance hétérosexuelle.

     

    Ce terme –pédé- est à proscrire autant, sinon plus, que –nègre-, car tout autant sinon plus encore employé dans le monde, surtout par les gays eux-mêmes, malheureusement, (vous ne trouverez pas pires homophobes que les homosexuels), induisant en erreur conceptuelle la plupart des francophones.

     

    Et, tiens? Miracle! Seraient-ce les effets de mon inédit intitulé « Massé-e- que sue alité-e-»? Ou d’une autre de mes sources inépuisables d’inspiration, gracieusement fournies aux journaleux? Voici que, pour la première fois, nous lisons un entrefilet au sujet d’une institutrice abusant de mineurs. Encore un tabou qui s’effrite.

     

    Oui, M. Mitterrand, croyez bien que je n’ai rien d’un pédophile et pourtant il me fut très difficile de me risquer à jouer à l’avocat des diables, dans mon ouvrage intitulé « Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine », en remettant nombre d’évidences, passées sous silence, au grand jour; Sur le harcèlement sexuel que peuvent, en certains pays, subir des adultes touristes hors sentiers battus, provenant de prostitué(e)s mineur(e)s, poussés en cela par leur parents et l’entourage ou simplement par le besoin, si ce n’est déjà l’envie en plus; Jusqu’à ce qu’on ait à se fâcher vraiment, leur hurler qu’on ne veut rien savoir de leurs avances, et quitter les lieux pour éviter leurs jeux salaces. Voila une réalité que connaissent bien des voyageurs aucunement touristes sexuels, même en couple. Ne serait-ce que la quantité de gosses croisés qui sucent leur doigt de manière beaucoup trop suggestive, et frottent ensemble le pouce et l’index de l’autre main. Leur incontournable proximité en certains lieux ne fait pas pour autant un pédophile de chaque touriste qui les croise. J’hésitais à sacrifier ici les quelques pages du manuscrit sur le sujet, mais ça risquerait de déplaire au prestigieux éditeur étranger qui étudie présentement la possibilité de l’inclure dans ses commandes littéraires, exclusivement à compte d’édition.

     

    Et voici que le décès de Jacques Chessex m’a forcé à interrompre cet article-lettre ouverte à votre attention, M. F. Mitterrand, et je le reprends à l’heure où l’on découvre que les calomnies à votre sujet continuent. Que vous ayez ou non fourni un témoignage de moralité à deux violeurs prouve que vous êtes humain, et pouvez aussi vous tromper sur la moralité de qui vous pensiez sans taches. Je vous soupçonne de tenter comme moi de trouver l’indécelable parcelle bonne, même en le pire des monstres. Ne vous vois pas, avec le nom et le prestige que vous représentez, jouer les Dutroux, du culte à la pire des lubricités être grand maître. D’ici que la Une vous présente comme la réincarnation de Gilles de Rais il n’y a qu’un pas.

     

    Vous incarnez, en tout cas, les questions qui devaient tôt ou tard tomber sur la table sacrificielle des législations et moeurs judéo-chrétiennes: Pourquoi, hypocrites adultes, majoritairement sans tendances pédophiles, vénérez-vous aussi secrètement la beauté de la jeunesse? Pourquoi, à coup sûr, vos fantasmes vont plutôt vers des corps incarnant plus la fraîcheur et la perfection, à peine entièrement formés, disons vers 18 ans, que celui, même très appréciable, de votre partenaire? Pourquoi les prostitué(e)s ont plutôt vingt ans que cinquante? Pourquoi pareille rentabilité des pornos 18-25ans, télé-réalités et autres couvertures comportant de jeunes éphèbes et dénudées damoiselles en fin d’adolescence? Ne s’agit-il de très naturelle, innocente et humaine attirance physique effroyablement réfrénée en toute personne?

     

    Et si l’individu est d’une sensibilité hors normes, qu’il s’agit d’un éternel jeune poète âgé, adorateur de la beauté, qui offre une analyse publique de ses écrits et qui est violemment apostrophé pour son soutien à Polanski par un intégriste généraliste, père inconnu disparaissant ensuite, et que l’accusé à tort n’a le temps de s’expliquer, ce dernier en subit une fatale crise cardiaque. Preuve en est avec la mort de Jacques Chessex, qui lui non plus n’avait assurément rien d’un pédophile. Attention, M. Mitterrand, ce genre d’attaques mettent également votre vie en danger, faites-les cesser.

     

    En ce qui concerne, encore, la Morale occidentale et la chasse aux sorcières mal dirigées, je vous invite à lire certains de mes articles ci-dessous, principalement – Truanderie de la Justice à assainir -, réitère mes regrets d’avoir été d’abord mal informé à votre sujet, vous souhaite une resplendissante continuation dans vos ouvrages et vous prie de croire, Monsieur Frédéric, Mesdames, Messieurs, à l’assurance de mes sentiments distingués.

     

    Ali GNIOMINY

    Lire la suite

  • Totalement consterné par le séisme ayant frappé Edipress

    De tout coeur avec les victimes licenciées. La main-mise, de certains gardiens des cordons de la bourse sur l'information, n'a pas fini de serrer toujours plus fort les bras honnêtes soutenant, eux, l'image authentique et exemplaire de ce pays, présentée par ces inspirés penseurs; Halte à la rapacité des fossoyeurs de la diversité de pensée!

     

  • PRESQUE TOUT SUR TROIS FOIS RIEN

    … Soit : le contenu de ce qui devra bientôt s’appeler « 2 minutes », le temps qu’il faut pour « s’informer » gratuitement.

     

    Mais, petite anecdote concernant le titre du jour, avant de commencer, si vous le permettez.

     

    Jadis, bien après que nous ayons fumé des joints en 1983, avec la quasi-totalité des passagers de l’avion reliant Casablanca et Rio, sans parler du véritable baisodrome que préfigurait ce vol, bourré en grande majorité de bruyants travestis, dont le voisinage n’était supportable que grâce au bon shit qu’ils partageaient pour ne plus en avoir en arrivant au Brésil, … mais bien avant que toute fumée et sucettes ne soient sévèrement bannies, à très juste titre, de ces appareils, lors d’un autre parmi les dizaines de vols long-courrier m’ayant transporté .. d’effroi ou de joie … en 1995, alors que l’interdiction de fumer était encore toute fraîche et les amendes seulement envisagées ou pas encore formellement infligées: Un passager vêtu comme un prince va aux toilettes et y demeure un bon moment. Tout le monde commence à renifler et râler, une abominable odeur de clope envahit la cabine. Il a dû en griller un paquet d’un coup. Et ressort « discrètement » comme si de rien n’était.

     

    Celui qui, ce jour-là, est l’attitré dont l’avant-bras me pique à coup sûr l’appui sur le séparateur des sièges, se met à insulter l’élégant imprudent vicié. Qui, conservant un flegme olympien, dicté par l’obligation de surmonter la honte de sa vie, sourit à l’utile moralisateur, s’excuse brièvement et, conseillant à l’énervé de se méfier pour sa santé des méfaits de l’impulsivité, lui offre gentiment le livre qu’il a en mains.

     

    Mon voisin, rageant de se sentir tout bête à son tour, refuse le livre, jette un coup d’œil distrait sur le titre, et me le lance presque sur les jambes. –Tenez, je ne veux pas de cadeau d’un égoïste mettant en danger la vie d’une centaine de personnes -.

     

    Il n’a pas tort. Je ne dis rien, glisse le bouquin dans la poche du siège, comme si je n’y accordais aucune importance. Les évènements passés, dévoré de curiosité, je craque, découvre et « avale goulûment » durant le reste du voyage : « Presque rien sur presque tout » de Jean d’Ormesson.

     

    Souvenirs, souvenirs, et galaxies d’anecdotes en suspens faute de temps … Oui ! Bon ! Donc :

    ………………………………………

     

    À quand le concours indien de jeter de bébés dans les w-c de train? il y en a déjà eu deux ! … Franchement, inscrivez les au Guinness Book, tous deux lauréats impossible à départager, il me semble que c’est 1'000'000 de dollars par record, non? Qui ne tente n’obtient.

     

    Accoucher dans un train dénote évidente précarité. Les vibrations, certes, peuvent précipiter les contractions même pour la plus nantie des voyageuses, mais j’espère simplement que vous ne soyez, mesdames, du genre de cette brésilienne qui accoucha pour la cinquième fois dans la rue et, interrogée par ses sauveteurs, avouait ne plus se souvenir du nom donné aux quatre premiers. Train-train de mesures à prendre à cet égard! Mais Sainte jeunesse hitlérienne repentie s’oppose toujours au préservatif et à l’avortement, que faire? Agrandir les lunettes de w-c de trains? Ah non, deux miraculés risqueraient d’y perdre leur million. Problème insoluble.

     

    ………………………………………

     

    Or donc : CHF-160'000.- de dépenses idiotes pour tuer un loup !?

     

    Chers petits chaperons rouge, ignorez toute votre vie la légende qui prétend que, même si ce n’est que CHF-400.- par mouton croqué, sachant que les assurances ne paient pas si le prédateur est un chien de fermier, … ça met du beurre dans le mouton aux épinards.-

     

    ………………………………………

     

     

    Et à Zurich: Une aigrefine est prise par la police à l’intérieur d’une église!

     

    La seule et unique véritable protection que pouvait accorder l’Eglise aux humains a volé comme elle en éclats, sous le barbare règne sévissant actuellement. Au fait, qu’en est-il pour les autres civilisations? Un temple bouddhiste ou une mosquée sont-ils un abri où en principe (respecté ou non?) la police ne peut procéder à une arrestation? Je ne sais plus, mais ça ne m’étonnerait pas que si tel était le cas, certaines communautés de croyants s’élèveraient vigoureusement contre pareil abus d’autorité; Ici non, semble-t-il, juste un entrefilet sans plus d’indignation. A peine un petit soulèvement de lunettes provoqué, et le croyant persiste à compter ses moutons.

     

    …………………………………………

     

    A ce stade de l’histoire vous n’y devez plus rien comprendre : Ali Gniominy l’abominable athée se met à défendre l’Eglise? Oh, d’innombrables surprises vous attendent, témoignages de dizaines de personnes m’ayant vu cette année célébrer parfaitement prières, chants et rites catholiques, avec telle profondeur et conviction que tous en avions à maintes reprises la chair de poule. L’assemblée découvrit alors l’exceptionnelle voix de ténor ou baryton dont j’ai, en plus, la chance de bénéficier, que je n’ai jamais vraiment entraînée.

     

    Et fut révélée, pour la première fois, à nombre de personnes la profondeur du respect qu’est capable de transmettre un ex-protestant, ayant pourtant depuis des lustres donné sa démission écrite à l’industrie réformée, ni meilleure ni pire que toutes les autres religions. Qui sait, qui peut dire si d’ici à beaucoup beaucoup de décennies, quand approchera possible interruption d’une vie très très très allongée, en bonne forme par les nouvelles techniques liées aux cellules pluripotentes, chromosomées à souhait en leur base-souche et doux terreau pour la repoussée des télomères, qui sait si, las d’immortalité existant de tous temps en tout humain, engendrant si souvent eugénisme et distorsions éthiques, effondrement des croyances en subtile Supériorité, tri de qui peut ou non rester en vie, qui sait si je ne vais alors m’excuser auprès de la Divine Possibilité.

     

    Emphase emphase, quand tu nous tient. Et puis, seuls les imbéciles sales ne se changent pas. Mais j’en suis donc encore bien loin.

     

    C’est pas tout, ça, j’ai mes lessives et un sujet brûlant d’actualité à pondre pour votre omelette du week-end, petits veinards que vous êtes, si j’y parviens, mais à chaque mot ajouté ici … j’en doute de plus en plus, plutôt pour lundi? Vais momentanément vous laisser, mais j’aimerais juste encore remercier un passant fort sympathique et de très bon conseil, qui, même s’il n’était que le seul amateur de mes témoignages, m’encourage très efficacement à retenir un brin ce que je nommerai mes ciclées épistolaires. Crises de piques en vrac qui, larguées avec l’art du Parti Railleur, pourraient parfois y aller trop fort; Un passant et les autres qui se reconnaîtront, qui m’ont permis de considérer ce support comme une bonne base actuelle pour la plupart de mes productions quotidiennes. Ne m’en veuillez pas trop si je heurte ou froisse parfois vos convictions à vous aussi, il m’arrive même d’accorder pareil traitement aux miennes.

     

    Ne le répétez pas, mais, psychanalytiquement parlant, les formules-baffes que je balance indifféremment de tous côtés doivent provenir d’un lointain traumatisme des années 80, lors que j’étais rédacteur du journal de colossale entreprise publique fort prude. A la table des sommités, il me fut reproché par pincée inspectrice des travaux pensés d’être mièvre! Le comble du maximum de l’insulte pour un rauraque de mon genre.

     

    Même si, effectivement, ayant dû tellement édulcorer l’article sous strictes directives … il reste d’un mièvre, mais d’un mièvre; J’y disais, je ne sais plus pourquoi, que le mendiant comme le président, nus comme vers, … Horreur! Crime de lèse-élitisme! Inutile de connaître le reste du reportage. En gros, si j’écrivais -la robe bleue de la dame- l’immédiate réaction était : -Ah, non ! Nous aurons toutes les dames à robe non bleue sur le dos!

     

    Peu après, eut lieu la dissolution surprise de la rédaction entière. Nous fûmes chaudement remerciés pour les bons services, l’on nous promit de ne manquer de nous contacter prochainement, … et fut engagée dans le privé une succession de spécialistes en communication pour nous remplacer en douceur. Il faut dire qu’il s’en passait, et qu’on en savait trop … des choses … durant ces merveilleuses séances de rédaction. Jamais ne fûmes rappelés, et jamais n’insistai; à peine s’il m’arrive encore parfois, dans les couloirs, de plaisanter à ce sujet en croisant l’une ou l’autre des sommités en leur domaine que je côtoyais en cette rédaction. Confrère qui s’étonne à peine, du peu de bruit que fait l’infamie que représente ma condition très défavorisée au sein de l’Entreprise, et qui me rappelle que j’aurais de quoi écrire de ces brûlots, mais de ces brûlots, … contre ces fumiers …

     

    Je souris, en bon Klark Kent II je ne parle jamais de ma vie ni du fond de mes conceptions au boulot, et je pense à ce bon mot entendu chez les dicodeurs:- Il n’y a pas de fumée sans feu. A l’exception de celle du fumier. -

     

    Ça y est, vous m’avez mis en retard, et après certains diront encore que je suis retardé, et omettront d’ajouter l’indispensable: comme tous les génies. Vous voyez combien tout est injuste et de votre faute?

     

    Très cordialement envers et contre tout malgré tout toujours

     

    Votre dévoué

     

     

    Ali GNIOMINY

  • LE LYNCHAGE PUBLIC, PROPRE A TOUTES LES EPOQUES DU PIRE OBSCURANTISME

    Après Polanski c’est au tour du neveu de l’ex-Dieu, (neveu dont la tante fut déjà soigneusement privée de subventions pour sa Fondation France-Libertés (un symbole) et le cousin descendu en flèches africaines, mais ce sont d’autres histoires) les présumés pédophiles de renom tombent dans le piège de la liberté d’expression, l’un par un livre et des ennemis politiques, l’autre par des ennemis politiques et la publicité faite autour de son succès médiatique.

     

    Bien d’autres suivront, certainement. De tous les temps, surtout quand règne le plus sournois fascisme déguisé en démocratie, il y en eut de ces prédateurs d’enfants, dans chaque quartier, chaque village; Les mères avertissaient leur progéniture de s’en méfier, ne pas les suivre et c’est tout, il s’agissait souvent de fils de voisins ou amis, on les tolérait et les considérait encore comme des humains. Tout le monde savait et faisait comme si de rien n’était. Parfois un rare drame arrivait. Souvent, sans doute plus souvent qu’à présent, les conditions de vie de jadis le permettant plus facilement, un/e gamin/e se faisait coincer, triturer, et n’avait pas intérêt à en parler à la maison. On ne parlait pas de ces choses-là. Les prédateurs, malades moins stressés qu’à présent, moins pourchassés, moins culpabilisés, n’avaient aucun intérêt à éliminer leurs victimes, et bien moins de crimes de ce genre survenaient.

     

    L’abus de haine prescrite n’excuse pas le fait d’abuser de mineur, ni ne défend cette tendance, au contraire, mais je le répète : la chasse moraliste aux sorcières est très mal dirigée, contre des individus, alors qu’il convient en premier lieu de combattre les fondements même de la survivance pédophile respectée dans bien des parties du monde. Il s’agit de remettre un peu les pendules des bourreaux et victimes à l’heure mondiale, et non seulement à celle d’occidental branlant clocher judéo-chrétien.

     

    Relisez donc à ce sujet, un peu plus loin, l’article intitulé -Truanderie de la Justice à assainir-

     

    En attendant, quelle aubaine pour les médias que ces lynchages nauséabonds, ça c’est du show. Triste siècle. Tristes juges permettant pareil enfer tapageur infligé à des présumés innocent. Mon soutien aux victimes abusé(e)s des deux plateaux de la balance.

     

    Ali GNIOMINY

  • EXCLUSIF! VIDEO-DISCOURS DU PRESIDENT DU PARTI RAILLEUR D’EXTREME-CENTRE : VOTEZ, MAIS BIEN !

     

    Toute l’absolue profondeur et la teneur Historique de bouleversants constats, sur la consistance même de tous discours politiques.


     

  • POURQUOI LES GENEVOIS DETESTENT LES FRONTALIERS ? (Affiches du « Matin brun » 08.09.2009)

    Ah bon, parce qu’on les déteste ? Je ne le  savais pas. Mais puisque la racaille de l’Union Débilitante Crétinisante, majoritaire en Suisse le dit, et est si bien diffusée par les médias et couverte par la justice, ce doit être vrai. Détestons-les !

     

  • DE LA PLEUTRERIE DE FORT HELVETIQUES NAINS DU JARDIN LITTERAIRE

     

    (Sans référence aucune au Grand Alexandre)

     

    Il me souvenait, ce matin, écoutant sempiternel diffuseur de pensée unique, susceptible d’apporter lucre à la racaille populiste majoritaire suisse, décideur devisant sur l’importance et l’utilité de la critique, il me souvenait d’immenses salles à l’entrée desquelles jadis je distribuais vainement le poème suivant, daté du 1er mai 2002, que j’adressai aussi, sans plus de succès, à l’intéressé et ses confrères/sœurs, ci remis face à leur intérêt porté à la critique.

     

    SOYEZ DÉFIÉS

     

    Fidèles Modèles,

    Jalons

    de l’encensée pensée

    commune,

    Tribunes qui tenez Salon,

    saboteurs éditeurs qui écartez,

    maintenez hors de portée

    de sort public

    enrubanné et à renom :

    Non-mystiques réalisations,

    Authentiques concrétions effectives

    d’Objective Intention

    d’Informer hors normes et,

    d’intuition, d’alarmer les nations dérangées:

    des dangers relatifs aux hâtifs préjugés

    et à l’insouciance, à l’inconséquence

    de toutes les croyances sans doute..

    et soumission, .. missions rengaines

    arrangeant avides, disposant gent cupide

    et cour autour d’-Amour toujours et cieux et dieu(x)-

    ..malsaines rengaines et puits d’agents

    détergents rongeant l’éponge humaine depuis des lustres!

    Rustres:

    SOYEZ DÉFIÉS!

    Trente ans d’applaudis écrits, inédits cris sans vente

    ..pour collusion d’interdiction de diffusion !

    Certains radotent qu’obscur et dur boycott fut,

    pour torture, par atteints aigris à l’affût

    prescrit

    à l’encontre de tel monstre d’Écriture,

     

    si rare barbare épistolaire

    de loin point tête en l’air .. ou éphémère..

    comme bonhommes auteurs à leur mémère

    en vogue, bull-dogs disciplinés

     

    que dites artistes innés!

     

    SOYEZ DÉFIÉS, LES DÉIFIÉS,

    Insignes barrages

    à Digne Hommage dû,

    du fond des âges

    à Langage autre!

     

    Votre Salon n’a de Maître étalon des Lettres

    que le galop ou la ruée des nuées, flots de ballots.

     

    À m’éditer ?

     

    Et, puisque nous sommes dans les poèmes, voici ceux que j’ai envoyés sur cartes postales, de mon tour du monde en 2005 à certain éditeur suisse, aussi peu inspiré que ses confrères de Lâche-l’Homme ou du Zoo et que me suis juré de ne jamais plus favoriser … puisque réciproque. Grâce à ces fins découvreurs de talents suisses, des générations d’historiens de l’Art n’ont pas fini de méditer sur l’aveuglement préjudiciable à l'utilité publique de certains professionnels.

     

    Salvador de Bahia – Brésil - le 28 juin 2005

    Trois mois

    De silence consternant

    Concernant ouvrage

    … en souffrance ..

    enragent !

    Ignorez le Poète désabusé :

    Vous serez

    À la tête des accusés

    De violence

    Par insistance d’indifférence !

    ---------------------------------------------------

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE ROTATION –

    Los Angeles - Californie - le 3 juillet 2005

     

    Californie,

    Pays haï

    Ou adoré !

    Vous l’admirez

    Ou l’abhorrez,

    Tel l’immense Poète

    Que choquez,

    Qui ne pense

    En helvète

    Étriqué.

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE ROTATION –

    Moorea - Polynésie colonisée - le 7 juillet 2005

    Moorea est Amour

    Et amarre à mamours,

    …………

    Est la reine et marraine,

    Et l’idole des atolls.

    …………

    Le boucan du volcan

    Diablotin

    Qui créa Moorea

    S’est éteint,

    Ne demeure que rumeur

    Si lointaine

    De la haine

    Attestant d’éditeurs dégoûtants,

    En vain tentant

    D’Écrivain planétaire

    Faire taire.

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE  ROTATION –

     

    Huahiné - Polynésie envahie - le 11 juillet 2005

     

    Du Brésil indocile

    Jusqu’aux Îles Sous-le-Vent

    Soulevant

    À la ronde

    Comme une onde

    D’indignation :

    La défection

    Si déshonnête

    Des éditeurs

    Instigateurs

    De boycott

    Visant Poète

    Que tant bécottent

    Des vahinés

    De Huahiné.

     

    - DE NOTRE PLANÉTAIRE ROTATION –

    Bora-Bora – Polynésie bientôt libre – le 17 juillet 2005

    Bora-Bora

    Aura l’aura

    Que vous voudrez:

    En découdrez

    Le plus souvent

    Avec les vents

    Et les nuages

    Qui découragent,

    Attristent

    Touristes,

    Les désespèrent

    Comme lecteurs

    Qui s’inquiètent

    De Poète

    Qu’éditeur veut,

    Nerveux,

    Faire taire.

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE ROTATION –

    Auckland – Nouvelle-Zélande – 21 juillet 2005

     

    Évitez

    De couler,

    D’ébranler,

    Saboter

    Le Vrai Poète !

     

    …………

     

    Après enquête

    La Terre

    Entière

    S’en souviendra,

    Vous en voudra !

     

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE  ROTATION –

     

    Sydney – Australie – 24 juillet 2005

     

    L’Australie embellit

    L’horizon

    De Poète prometteur

    Qui  s’apprête

    Au retour en prison

    De sa verve,

    Qu’un  helvète

    Éditeur

    Lui réserve ;

    Mais l’effet

    Boomerang

    À raison des méfaits,

    Liaisons,

    De tout gang!

     

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE  ROTATION –

     

     

    Singapour – Asie – 26 juillet 2005

     

     

    Un petit tour

    De planète:

    C’est la fête

    De Poète –

    Voyageur

    Exceptionnel,

    Prodige,

    Qu’éditeur

    « Conditionnel »

    Néglige!

     

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE  ROTATION –

     

    Ah, modestie, modestie quand tu nous tiens …

    En tous cas, rien de tel pour se faire d’excellents amis; Il suffit de ne dire   que le millième du bien que l’on  pense de soi, et le tour est joué. Dont acte.

    Et vraiment pas de quoi énerver de vulgaires gratte-papier épouillant leur courrier en le but d’investir sur qui de sans remous, bêlant sur commande.

    Gentils poèmes exotiques, desquels naquirent maintes variations qui, elles, s’en furent enchanter plus sympathiques récipiendaires. Pour exemples :

     

    Huahiné – Polynésie occupée  – 11 juillet 2005

    Imaginez

    Les vahinés de Huahiné!

    Ne vous plantez côté beauté:

    En rajoutez à satiété!

    Vous y êtes! Êtes poètes

    Et rêveurs, baroudeurs

    Du Brésil indocile

    Jusqu’aux Îles Sous-le-Vent,

    Êtes vivants,

    Sans radoter,

    À nos côtés.

     

  • TRUANDERIE DE LA JUSTICE À ASSAINIR

    La queue d’un adulte taré dans une enfant américaine est insupportable, mais ne fait pas de mal à une gamine orientale. La Justice suisse, en accord avec sa co-accusée, pardon : sa co-présumée innocente homologue américaine, a tendu un traquenard –m’as-tu vu- à Polanski, mais a publiquement accueilli et laissé repartir un/des président-s-, & responsable-s- de pays traditionnellement pédophile-s-; Pays, en l’occurrence, en lequel: qui n’a pas convolé en injustes noces, et sûrement honoré une épouse au moins, de moins de douze ans, manque de prestige social et de fidélité à la coutume.

    La petite américaine s’en est remise. Pas le milliard, sans doute à travers les siècles dans les pays d’orient, d’enfants abusés sexuellement, et esclaves prisonnières à vie, et lapidées au besoin si l’Honneur du clan trop respectueusement pédophile est remis en question.

    Justice aussi logique que celle bénissant de prudes hôtels genevois, soucieux de veiller aux bonnes mœurs et ne vivant que de Fêtes à la gloire de l’apport de souillés orientaux capitaux, constitués de dots, fruits des travaux d’enfants-esclaves, gras pourboires de la secte OPEP pour réserve de saloperie exterminant l’atmosphère, etc

    Quelle crédibilité, aux yeux d’enfants peuvent avoir pareilles « Justices » qui se trompent de sorcières en axant tout sur la chasse spectaculaire aux déviants individus plutôt qu’aux Etats dont l’Immoralité Constitutionnelle est escamotée? Responsables ainsi de crime contre l’enfance d’une véritable Humanité

    Truanderie par association de malfaiteurs rendant impunément justice à deux vitesses? Ou deux poids deux mesures, certes, mais … ( flots de magistrales excuses-bidon qui ne manqueront de fuser)?

    Dans ce cas, chers Justes, il ne vous reste plus qu’à légaliser la pédophilie et, connaissant votre éthique et logique lucrative, vous ne manquerez pas de recommander vivement à grands renforts de publicité le viol d’enfants pour délassement. L’exécutif s’occupera des adultes récalcitrants, refusant d’abuser de mineurs; Et le bon peuple aveuglé par votre légendaire cécité cessera de considérer l’enfant, ce sex-toy officiel, comme la principale Valeur de l’Avenir, être à respecter et protéger avant tout.

    Ali GNIOMINY

  • Et cessez de répéter bêtement qu’un tout grand écrivain vous est né ...

    ... Il est déjà presque mort des atteintes de votre feinte indifférence.

  • GENEVE, TERRE D'ECUEILS, ET D'OUTRAGE A MAGISTRALE ESCROQUERIE

    Raser un stade flambant neuf? Alors qu'il suffit d'y adjoindre 4 minarets-miradors, de l'entourer de barbelés, d'y rapatrier en vrac: Prisonniers de Guantanamo, mendiants roms, surplus de Champ-Dollon, requérants à débouter, esclaves récalcitrants du minimum vital genevois sur-imposé au profit d'abjects "détourneurs" de biens publics? Artistes dénonçant la censure et l'exclusion en force et vigueur à Genève?

    De plus, par souci écologique, le gaz sera offert durant des années, recyclé par mise sous cloche des embouteillages occasionnés par les travaux de la Jonction et  récupéré lors de la libération des saloperies contaminant secrètement son sous-sol durant des décennies.

    Genève, de manière légendaire ne  misant  que sur la rentabilité et elle seule, ne peut manquer l'opportunité de surfer sur la si lucrative vague ultra-fasciste se profilant à l'horizon planétaire, et se débarrasser ainsi de ses empêcheurs d'escroquer en choeur.

     

    Ali GNIOMINY

  • Poème, dont aime le thème et ses déclics : clique à barèmes

    POURRI L'AIR?  L’un gère, rit .. à tri entre as sûr réunis, l’autre en son chant se vautre, sape ailes : ……….

    Toute ressemblance entre ce sous-titre et des Personnages ... est totalement illusoire.

     

     

     

    SALE O.P. /

    Dès qu’endetté

    tu n’es plus rien

    t’es plus qu’un chien,

    t’es lié, spolié,

    sans siens, sans biens,

    sans liens, soutien,

    tu es fouillé au fond de l’âme, t’es souillé,

    ad vitam dépouillé;

    Dès qu’endetté

    t’es pas gâté, t’es bâté, t’es mâté,

    t’es ferré, dès qu’endetté,

    pestiféré qu’affairés fuient, qui les ennuie,

    t’es cas fini, puni à vie,

    dès qu’endetté t’es contrôlé,

    trop coulé, t’as les crocs, t’es muté, chahuté,

    t’as pas à rigoler,

    dès qu’endetté t’es racketté,

    l’on va t’ôter, le « va-sans-terre », le nerf de ta guerre

    pour impôts-placebo … de naguère,

    t’ôter sabots, ton pot, ton pain, gourdin ? … tes nabots de jardin,

    dès qu’endetté t’as qu’à t’accoutumer,

    t’as qu’à ta caque accidentelle humer,

    te taire, ou ne faire dans la dentelle aimée,

    dès qu’endetté t’es guetté, décoté, t’es plus lu,

    plus lumineux, t’es miteux, t’es gâteux,

    dès qu’endetté t’es plus porté, t’es tétanisé, t’as tort, t’es mort,

    t’es sans visées, atomisé,

    dès qu’endetté t’es la risée, t’es plus autorisé, plus titularisé,

    t’es, en chasse, sans classe tiré,

    dès qu’endetté t’es dérouté, t’es viré, débouté, retiré de Société,

    et d’éhontée communauté,

    dès qu’endetté

    t’es dépité par députés, députés .. choqués moqués coqs

    qui te provoquent,

    dès qu’endetté t’as plus de soc

    à la charrue de ton époque,

    dès qu’endetté t’es nu, tenu hanté par lourds, par gourds, par sourds

    qui te la bourrent,

    dès qu’endetté t’es plus à jour, t’es à la nuit,

    t’es toujours fui, t’es plus qu’un pleur,

    dès qu’endetté tu fais peur, c’est tout,

    surtout si de surcroît tu es le roi des rappeurs irrités,

    le pape du rap,

    dès qu’endetté tu décapes

    mais t’es pas cap…, dès qu’endetté, de dégotter

    un gras contrat,

    dès qu’endetté t’as pas de gros bras

    et l’on dit, étourdis,

    que t’es dans de beaux draps,

    dès qu’endetté: pas de sparadrap,

    tout à sec, sans détours,

    tout dans le bec des vautours,

    dès qu’endetté t’es fâché, mal-léché t’es lâché, t’es caché,

    ne récolte que révolte,

    dès qu’endetté tu n’as de Colt ni de fusil

    mais bousilles l’appétit de tout petits saisis,

    dès qu’endetté t’as tes atouts, ta poésie,

    et dès que ces mecs t’ont lu, t’ont réhabilité,

    dès qu’ont cessé débilités d’habilités à édicter

    t’es l’élu, encensé, t’as plu, ne vas plus danser,

    dès qu’hors dettes, tu en jettes et tu vibres, dès que libre,

    t’es Poète et t’amuse sans ruse, ne t’entête ni n’accuse,

    dès qu’hors dettes t’es fort bête et t’oublies affaiblis?

    Que nenni ! Dès qu’hors dettes, plus bannie,

    ta tête a appris, des sensations de privation ton esprit a pris la direction

    qui s’entiche des riches acquis de pastiches;

    Dès qu’hors dettes tu t’en fiches?

    Non, tu ne triche, ne déniche plus potiches élus

    ni ne dénonce, en coups de semonce, leurs leurres et négligences;

    Mais ne déconne, tu ne détonne : tu les sermonne,

    jamais n’oublie qu’à l’établi ils t’ont plié, scié, lié et oublié,

    et tu t’en moques sans équivoque,

    dès qu’hors des dettes honnies, lors, ta quête aux têtes est finie

     

     

    Ali GNIOMINY