Général - Page 28

  • COUAC DE LA RAI DU CUMULARD !? ET NOS CUISTRES CANARDS, ALORS !?

    Horreur, l’Italie découvre la censure « frappant » la Chaîne reliant le boulet de la pensée unique au profit exclusif d’obscène patron. Rien de cela en nos contrées, que nenni. Trente rentrées littéraires à peine sans le plus petit mot au sujet d’un auteur majeur par trop dérangeant, osant dénoncer le sectarisme officiel et sa sinistre prostitution au seul bénéfice de malfrats de la finance bloquée, entassée en le seul but de laisser crever la majorité des humains, et surtout, avant tout, trente salons et rentrées d’apparat à faire taire de rarissimes vrais intellectuels susceptibles d’éclairer justement le troupeau des trahis ébahis.

     

     

    Ainsi, des centaines de chroniques pertinentes adressées, déjà bien avant l’invention des blogs, sacrifiées au silence douteux, à la fausse indifférence et au « laisser-pisser » de rédactions se targuant de liberté d’expression, … des dizaines d’exceptionnels  poèmes d’actualité transmis en vain à une certaine tribune aussi, dont le porte-parole ce matin à la radio défendait les propos publiés d’intégriste notoire, petit-fils de fondateur de confrérie jadis au service des nazis et continuant actuellement à inciter certaine meute au rabaissement si ce n’est à la haine des « infidèles » qui tolérons pareils infects concepts. L’excuse pour le rédacteur consistant à répéter que l’auteur de ces saletés est identifié. Là est le hic, en fait, sur demande de ce même journaliste qui souhaitait malgré tout me compter dans les Invités, et dans la rubrique « à propos » de ce blog, j’ai largement expliqué pour quelle raison il m’est encore impossible de me prononcer en mon véritable nom.

     

     

    Même si vous y trouverez ma photo, et si l’identité d’Ali GNIOMINY ou Denis VAUSSUR ou Wallace-Horace KILMERIT ou Bernard HYVIST, etc, est un secret de polichinelle, peu d’artistes étant capables de supporter pacifiquement de passer inaperçus en trouvant pareils pseudonymes, et les accusés pouvant facilement me reconnaître par recoupement de mes dizaines d’articles bloggés. Je suis encore et toujours dévalorisé et méprisé par la scandaleuse direction de ce secteur de l’Etat de Genève pour lequel un peu courageux syndicat ayant pris peur à la vue de l’évidence des torts qui me sont causés depuis 23 ans … et du travail juridique que cela impliquera tôt ou tard, distribue actuellement des tracts exigeant l’arrêt du copinage et de la destruction de la santé des employés, la fin du règne de la menace, de l’arbitraire et (dé)favoritisme le plus nauséabond en vigueur.

     

     

    A quoi bon, donc, pourrait me servir d’étaler mon véritable patronyme sur ce support, sinon pour donner plus d’armes encore à la secte étatique m’excluant de tout avantage, mais forcée au moins de me jeter mensuellement la pitance nourricière que mes compétences méritent pour le moins de voir décuplée. Enfin, tout vient à point pour qui vénère la mère des vertus; Les séniles grenadiers tirant à boulets marrons sur qui d’autrement méritant ne font déjà plus le poids, face à une opinion publique internationale ulcérée par leurs agissements, et ils feraient bien de relâcher mon bâillon sans délai;

     

     

    Pareil pour certains programmateurs ou rédacteurs, qui auraient tout intérêt à passer outre le sacro-malsaint streng principe du no-pseudonyme, pour se faire écho de gravissimes dysfonctionnements dénoncés, qu’ils occultent en refusant de commenter ou mettre en exergue parfois si judicieux écrits. Ou de postuler à la RAI aucunement complexée où ils feront en ce cas carrière derrière le Maximo Leader.

     

     

    Ali GNIOMINY

  • AH, LIBYE TAPA E TI PA TRIPOLI

    LE DICTON EST POURTANT CLAIR: A PEINE LE PIED MAINTENANT LA TETE AU SOL RELEVE, L'HANNIBAL MALTRAITE TE MORDRA LE MOLLET

  • LA SUISSE, PARADIS DES ESCLAVAGISTES

    Comme s’il était encore besoin de le démontrer, (après les innombrables preuves fourmillant en ce blog du maintien en esclavage pratiqué aux sommets de la timocratie helvétique au détriment de citoyens rebelles à tout sectarisme officiel en vigueur, politique ou religieux), voilà que le Président de ce pays se prostitue aux pieds de despotes, s’excuse, accepte des conditions intolérables contre du vent de sable et qualifie non seulement d’arrestation injustifiée celle de tels touristes très indésirables, traitant, notoirement et traditionnellement leurs domestiques de manière inhumaine sur sol helvétique, mais promet de plus que pareilles interventions policières contre des ressortissants dudit potentat ne se produiront plus. Véritable invitation à venir en toute impunité assurée faire n’importe quoi de barbare, arriéré, brutal de ses esclaves traînés en Suisse, asservis ayant naïvement cru que le maître-esclavagiste gouvernement de ce pays les défendrait et sauverait.

    Soit sommé le Conseil des Droits humains de quitter sans délai pareil immoral territoire, si ledit organisme trahi souhaite conserver un minimum de crédibilité et respectabilité.

    Ali GNIOMINY

     

     

     

     

  • MADAME CALME-IRAN, jeu de mots .. dits .. hier .. dont vous prie de m’excuser.

    Bien heureusement, cette appellation parue sur trois de mes divers blogs sur supports différents n’a, comme d’habitude, retenu l’attention que de quelques milliers de lecteurs (dixit webalizers)  mais d’aucun chroniqueur, rédacteur, éditeur, humoriste ou politicien soucieux d’échange équitable, de reconnaissance partagée ou simple clin-d’œil médiatique. Trop occupés à obéir au totalitarisme imposé par cossus seigneurs de la diffusion, pour cesser d’estomper d’exceptionnels talents à contre-courant des modes passagères, arrêter de cacher par censure silencieuse et violence de l’indifférence tels dons, susceptibles d’offrir meilleure qualité de réflexion et vie à tout un chacun. Dire qu’il suffirait que ces responsables de l’information, de la culture ou de la politique, ne se contentent de survoler le dernier article d’un blog pour passer au suivant, mais consacrent une heure de temps à autre à lire les pages qui suivent, afin de réaliser la portée des messages qu’ils (re-)découvrent, ne représentant que le millième de créations inédites en tous genres, prêtes à offrir leur franc-parler à une communauté équilibrée le réclamant, en ayant d’autant plus besoin que le bâillon des médias n’a jamais été si serré. Dire qu’il suffirait au plus intelligent de ces responsables de me contacter par courriel sur geneveculture@romandie.com. Quoi qu’il en soit, Madame Calme-Iran restera pour moi symbole soumis contre l’intolérance des Ayatollahs de la propagation de préjugés empêchant ascension sociale de Valeurs d’exception, Mollahs gestionnaires de condition de vie, voilant sciemment la roue de destin d’assujettis, ne dévoilant plan de sauvetage et petits trucs pratiques pour octroi de juste insertion, publications, valorisation et réussite facilitée … qu’à leur direct entourage plus ou moins religieux ou politique. Il n’empêche que Madame Calmy-Rey, pour revenir à l’ «affaire» n’avait sans doute pas vraiment le choix de se couvrir ou non la tête, l’issue des tractations pouvait en dépendre et elle a eu bien fait de fâcher plutôt les intransigeants d’ici que ses interlocuteurs. Et désolé pour la juste cause des féministes s’en ressentant un peu. La Première Diplomate du pays devrait à présent plaisanter,  prétendre que son foulard préfigurait l’œuf de Pâques ou ne lui servait qu’en tant que linge à sueur ou pour cacher son acné juvénile. D’ailleurs, préparons-nous à l’avenir à plus de sport encore en matière de relations diplomatiques avec certains dirigeants asiatiques, connus pour leur susceptibilité et menaces voilées. Il conviendra d’apprécier le chien à la vapeur et la cervelle de singe au vif, les affaires sont les affaires. Mais bravo Madame, quoi que vous fassiez vous le faites avec étude mais conviction, contrainte de choquer l’un ou l’autre, et vous le faites de votre mieux. Même délaissant au besoin représentant de peuple à réputation minée par ostracisme, prétendument aussi athée, marginal, que farceur, pourtant parmi vos plus précieux alliés et défenseurs. Artiste avant tout, sévissant aussi bien à gauche qu’à droite le cas échéant. Bonne fin quand-même de Sainte semaine à vous.

  • à Madame Calme-Iran, mes Respects

    Madame la Conseillère,

    Permettez-moi de vous exprimer ma satisfaction de vous voir en Iran, couverte d'un voile, dans l'intérêt de notre pays, négociant d'importantes affaires avec les dirigeants de cet immense Etat. Il est primordial qu'un véritable échange de respect des traditions d'autrui soit entretenu, qu'un équilibre soit sans cesse amélioré dans les relations extérieures.

    Aussi, le peuple suisse se réjouit déjà de la prochaine visite en nos contrées de grandes Dames ou épouses de Dignitaires musulmans vêtues de Jeans et tête nue, soucieuses d'honorer notre laïcité.

    Croyez encore, Madame l'ex-Présidente de la Confédération, que je ne saurais vous tenir rigueur d'avoir ignoré, l'an passé, les trois courriers d'un paria de Genève, coupable de sympathie affichée en son temps par François Mitterrand, maintenu par manigances structurées au même statut minable, en regard de compétences exceptionnelles démontrées en divers domaines, depuis des décennies. L'importance de vos préoccupations étrangères laisse peu de place à guerre interne individuelle, je le comprends. Croyez, Madame la Conseillère, à l'assurance de ma considération distinguée.

    Aimé Prisé - Genève, le 18 mars 2008

  • Légalisation bénéfique en tous points. CQFD

    Le PUBLIC, s'il n'est pas désinformé, votera un jour intelligemment en effet pour faire baisser aussi les coûts de la Lamal dus aux conséquences de produits trafiqués non contrôlés.

  • DEALERS GRATIFIES PAR PROHIBITION

    Mes remerciements à Joe Cool pour sa réponse très complète à Geo (mes commentateurs) concernant le club des hashischins, selon toute vraisemblance n’ayant rien à voir avec l’image d’assassins fumeurs de joints rendant tellement service aux  esprits rigides et superficiels, camés aux préjugés non fondés. Pour ma part je suis bien trop actif en qualité d’apprécié fonctionnaire d’Etat et artiste pluridisciplinaire pour perdre mon temps, dans l’un de mes six blogs sur serveurs et catégories différents, à deviser de stériles parallèles tirés entre deux produits à effets radicalement opposés par un théoricien privé d’expérience personnelle relative à ce qu’il défend. Que ce Monsieur fasse au moins un sondage auprès des fumeurs. Qu’il leur propose d’accomplir un petit acte délictueux avant et après avoir fumé un joint, voler un chocolat ou le journal. (Qu’ils le remettent en place après). Je vous affirme formellement que la majorité commettra le délit de sang froid mais tous, admettons à une rare exception de délinquant dans l’âme près, y renonceront après avoir fumé. Des pensées bien plus nobles les envahiront automatiquement, visant au mieux-être d’autrui et non à spolier son prochain ou prendre des risques nécessitant une concentration et une attention incompatibles avec l’agréable léger lâcher-prise que provoque le cannabis. Observez les journaux, à chaque fois vous verrez écrit ..  L’individu était sous l’effet du haschich -et de médicaments- ou -et d’alcool-, ce qui n’a plus rien à voir avec la simple fumette. Dont se contentent toute leur vie des millions d’êtres sans propension à l’addiction, sans besoin de tester « plus haut ». A ce sujet encore, concernant ma mauvaise foi d’alcoolo dépendant et camé qui défend son paradis artificiel, dont parle Alain Fernal: Effectivement, j’étais alcoolo dépendant il y a dix ans. J’ai arrêté quand l’ai voulu mais avec aide médicale, risquant de ne plus avoir de vie sociale, professionnelle, amicale, dont le ciment est trop souvent le poison alcool. Ne m’en suis jamais porté mieux. Et oui, je défend mon usage modéré de cannabis avec toute bonne foi, pour avoir parfois arrêté d’une seconde à l’autre d’y toucher durant des semaines, sans le moindre souci ni la plus petite difficulté. Regagnant plus de plaisir encore ensuite à m’élever volontairement au-dessus de la stupidité néfaste de puristes mal informés. Quant à l’indispensable mise à disposition sur ordonnance médicale de cannabis, la Lamal a tout à y gagner. Moins de frais pour conséquences sociales du stress, de la violence et d’agressions, des douleurs en général soit beaucoup moins de dépenses en calmants, médicaments en général, dégâts du tabac dont la consommation diminue énormément dans les heures suivant un joint, (même mélangé, ce qu’il faut éviter)  moins de ravages dus à l’alcool par le fait que la majorité des fumeurs évitent d’additionner les deux produits et en restent au cannabis s’ils ont le choix, sinon se rabattent malheureusement parfois sur une bouteille, et apport d’impôts sur le chanvre de surcroît. Un gain assuré sur tous les plans pour la communauté. Et dire que cette saine légalisation sous conditions est sabotée par de prétendus bien-pensants, drogués à leurs on-dit fossilisés, n’ayant pas la force d’arrêter leur addiction au plaisir de disserter sur des sujets dont ils ne maîtrisent pas tous les tenants. Pathétique. J’ai donc bien mieux à faire que de me commettre à polémiquer au sujet d’une cause dont le fondement logique et bénéfique saute aux yeux, et m’abstiendrai à l’avenir de flatter d’aucuns neinsager en leur consacrant vainement plus de temps.

  • Malsain prohibitionnisme en vigueur

    à Alain Fernal ... dont le commentaire, diablement déplacé, est représentatif de la confusion mentale en laquelle sont maintenus les adeptes du tout-répressif inutile et nuisible au plus grand nombre, profitable uniquement à certains de ces prohibitionnistes de métier. J’emploierai votre ton narquois, Alain Fernal. Vous avez raison .. comparaison est sagesse- même. Il n’y avait aucun malade de l’alcool durant la prohibition, aucun drame familial, ni crime ni accident dû à l’alcool, aucun jeune qui n’y touchait, la prohibition solutionnait tous les problèmes. Personne ne risquait bêtement sa vie ou sa réputation en se commettant de temps à autre par obligation avec des gangsters, pour acheter au fond d’un bouge la bouteille de champagne ou de whisky, même dangereusement frelaté, sans laquelle une nuit de noces aurait manqué de piquant. Vraiment, punir les consommateurs fut un succès. Malheureusement, de méchants gendarmes tuèrent Al Capone et une majorité imbécile libéra la vente de l’alcool. Drame. Plus personne n’eût à se faire descendre, voler, blesser pour acheter son alcool ou mourir à cause de poisons mis lors de sa fabrication. Tombèrent au chômage de nombreux policiers, médecins, croque-morts … Non, Alain Fernal, la prohibition n’a rien arrangé et la légalisation n’a fait qu’apaiser un peu le cortège de  misère que traîne de toute manière ce produit avec lui. A l’opposé du chanvre indien qui, lui, ne rend jamais violent, bien au contraire, ne relègue au rang de cas sociaux que les consommateurs qui, avec ou sans chanvre, ont des problèmes relationnels. Produit naturel ne provoquant jamais d’état comateux ou de mort par abus. Ne troublant la vision qu’à une dose si puissante que le coût d’un tel «voyage» reste prohibitif pour le commun des mortels. De toute manière, celui qui avalerait telle quantité de H (le fumer est moins puissant) ne demanderait qu’à rester cloîtré durant douze heures pour passer son trip en toute quiétude, ayant bien assez à faire avec ses mouvements cervicaux intérieurs pour ne pas souhaiter se confronter aux périls extérieurs. En l’occurrence, la même gauche qui prône la légalisation de l’herbe et un durcissement en matière d’alcool ne contredit aucunement ses principes réfléchis, visant au réel mieux-être de notre Société. L’alcool est une drogue dure, entraînant dépendance physique et souvent déchéance, drames, confusion, suicides… Un fléau à contenir, combattre sans l’interdire pour mieux le contrôler. (Croyez-en qui n’en consomme plus, même dans du parfum sur la peau depuis dix ans, miraculé rare rescapé de l’enfer éthylique). A l’inverse, le cannabis, drogue douce, est un divertissement sans conséquences sociales désastreuses, dont il suffit d’une bouffée pour chasser momentanément les idées noires et renoncer à passer à l’acte fatal. Des millions de personnes, comme qui vous écrit, en consomment depuis des décennies, (bientôt 40 ans pour ma part), s’en passent du jour au lendemain sans manque physique aucun, demeurent bien intégrés dans la Société et ne perdent jamais leur faculté de jugement comme avec une drogue dure, ni leur amis, ni leur famille ni leur emploi pour cause de gueule de bois répétée (quasiment nulle) due à scandaleuses beuveries cannabiques, en règle générale. La plupart des fumeurs de longue date finissent généralement par arrêter simplement leur consommation, sans besoin d’aide aucune ni de volonté particulière. Aussi, Alain Fernal, vous prierai-je à l’avenir de vous abstenir de commentaires si maladroits, démontrant à quel point il vous suffit de parcourir superficiellement un avis pour influencer négativement vos pairs tueurs de libertés en vous prononçant sur un sujet dont vous ignorez les principales lignes. D’autant plus que, si vous m’aviez lu correctement,  vous auriez compris que je ne suis pas pour une légalisation sans restrictions, mais pour une mise à disposition de produits «propres» sur ordonnance médicale pour adultes avertis et socialement équilibrés. C’est tout différent. Bien qu’il soit vrai que la fumée endommage la santé et qu’il ne soit pas recommandé de fumer, qu’il est préférable de s’en passer et surtout de ne jamais commencer. Mais si le caractère du consommateur l’y pousse, qu’il fume de l’herbe douce pure, plutôt que de subir les âffres de la drogue dure –tabac- qui jamais ne lui procurera de rigolos effets calmants et le tuera bien plus rapidement. Je vous laisse à votre satanée haine d’un produit naturel dont les effets curatifs pour certaines maladies ne sont plus à démontrer. Dans l’espoir que des gens réfléchis finissent enfin par voter de manière saine et sensée

  • DEALERS RECONNAISSANTS

    DEALERS RECONNAISSANTS

    Par leur porte-parole indépendant: les membres de la communauté hétéroclyte des dealers de hashisch en Suisse tiennent à remercier vivement leurs alliés du Conseil Fédéral, National et des Etats leur permettant, en balayant toute possibilité de légalisation de la consommation du chanvre, de continuer à faire fleurir les affaires interdépendantes. Ainsi peut perdurer la vente au marché noir, à prix démesuré, de chanvre souvent impropre à la consommation, hors de tous contrôles sanitaires; Vente illégale effectuée évidemment dans des conditions dangereuses, prétenduement loin de la présence des forces de l’ordre, gagnantes sur tous les tableaux. Une Task Force chanvre, démesurée va de soi, prend peu de risques et rapporte gros. Amende est soutirée aux acheteurs et aux vendeurs, ces derniers taxés en fonction du chiffre d’affaire global estimé, la marchandise séquestrée est sans doute revendue au secteur médical, et surtout, la prohibition d’un produit naturel non traité justifie énormément d’inutiles salaires et besoins matériels, salaires de politiciens pro-traficants, de policiers et juges anti-joints bien campés dans le secteur pépère de la répression cannabique. Vous êtes député(e)s vous avez voté en notre faveur. Merci. D’innombrables honorables pères ou grand-pères, parfaitement intégrés et appréciés continueront à se faire égorger ou plus couramment arnaquer, à la recherche périlleuse de leur fumette commémorative occasionnelle ou soutenue mais sans néfastes conséquences sociales. Votre soutien majoritaire dans notre lutte permanente contre toute légalisation sous conditions qui ruinerait nos commerces respectifs, ne renflouerait que votre caisse avec l’impôt sur le hashisch et nous laisserait désoeuvrés, votre appui dans la tâche de régulation du flux de clients petits fumeurs, que nous menons par adjonction de verre pilé ou toutes autres saloperies dans notre pâte à 15.- le gramme, afin aussi de donner un semblant de logique à l’imbécile prohibition, votre autorisation de perpétuer l’absence de contrôle des produits vendus et de leur usager, sa respectabilité, est pour nous une aubaine inattendue. Certes, nous savons pertinemment que: selon le principe incontournable du plagiat fédéral d’idées américaines datant d’un quart de siècle auparavant, devenues risibles déjà au lieu de leur origine, vers 2033 l’un de vos enfants député « inventera » le distributeur d’herbe à clients médicalement autorisés. Nous perdrons alors une part de marché et comptons par avance vous prier de nous constituer un fonds de soutien, en accentuant déjà fortement la répression contre le cannabis. Excepté évidemment à l’encontre de vos employés traficants. Continuez ainsi à nous servir fidèlement et n’oubliez pas, rien de tel avant une bonne interpellation, un Conseil ou un verdict à rendre, que deux-trois bleues bien légales pleuvant sur sucre dégoulinant entre les pointes d’une fourchette. Un régal à savourer sans retard, avant entrée programmée à l’asile. À votre bonne Santé.

    Germain TENANT – Parti Railleur d’Extrême-Centre

    Genève, le 26 février 2008

  • Censure à son point culminant

    Fin d'une année fertile en preuves supplémentaires d'atteintes graves à la liberté d'expression, exercées à l'encontre de l'auteur par la majorité des médias romands et la totalité des élus de tous bords politiques, adeptes de la censure par silence concerté au détriment de qui refuse de bêler droit avec les troupeaux d'endoctrinés de naissance. Triste constat, à mettre espérons-le sur le compte d'une fin de règne d'esprit d'extrême-droite normalisé et trop largement relayé, favorisé durant 4 ans par des chroniqueurs qui mériteraient d'être rasés publiquement, pour collaboration avec l'ennemi de l'authentique Volonté populaire majoritaire en Suisse.  Volonté pacifiste et sensée de ceux qui refusent de voter les yeux fermés pour un groupuscule d'excités parce qu'ils en ont reçu la consigne obligatoire au parti, à la chasse, au cimetière, à la banque ou à la sortie de l'église. Véritable Majorité bernée du peuple qui renonce, dégoûtée par le durcissement progressif et les tactiques trompeuses des molosses menaçants de la droite, à voter, ou divise ses voix entre d'autres partis moins agressifs, offrant ainsi le "succès" passager que l'on sait au populisme le plus odieux, jusqu'à la chute incontournable de son gourou.

    L'image de Genève et de la Suisse qu'est à nouveau contraint de transporter l'auteur jusqu'à 14`000 km d'ici et jusqu'en février 2008 demeure donc peu reluisante, mais au moins celui-ci sera-t-il moins que d'habitude pris à partie et traité de raciste suisse (comble de l'ironie) à l'étranger, depuis les derniers évènements ayant fait à son tour sauter sur la berne tendue à bouts de bras le chef des intransigeants.

    De Bons Voeux de meilleure continuation sont également adressés à certaines locales élues de gauche ou du centre, à l'indifférence méprisante face à d'aimables envois ou courriels, qui se reconnaîtront. Les responsables mâles de l'omerta en place devront eux s'attendre à une année 2008 particulièrement révélatrice eu égard à leurs pratiques prévaricatrices.

  • Trafiqué

    1 2 25.00% abc
    2 1 12.50% blog les elitistes
    3 1 12.50% bora bora escalade mort
    4 1 12.50% convention des devoirsde l'enfant
    5 1 12.50% je vends du cannabis
    6 1 12.50% je veux m'inje
    7 1 12.50% si on le foutait à poil

    Dingue ce que nous apprend le webalizer du bleublogland, vous savez, tout en bas à gauche au-dessus de l'espace-disque, mais faudrait voir à ne pas trop monstrueusement déformer ce genre de résumé piqué de phrases écrites deci-delà, ou chais pas quoi, car qui sait vraiment ce que c'est que cette connerie de plus. Or, puisqu'y suis contraint par l'absurdité de potentiellement préjudiciable système: Le faîte de Bora-Bora ne s'escalade que vivant, je ne veux pas m'injecter quoi que ce soit depuis trente ans, je ne vends pas de cannabis depuis autant d'années que s'est éteint mon sursis de six mois pour vente de cannabis sans bénéfice autre qu'en chanvre. Pour ce qui est de me foutre à poil je suis pas mal encore, merci. Et pour le reste c'est correct, la convention des devoirs de l'enfant à consulter expressément et les élitistes dénoncés qui grouillent en mes blogs. Et dites donc, 25% pour l'abc, je n'en reviens pas, merci encore webalizer pour tes synthèses ésotériques.

  • SAINTE CHINE, PARFAITE, PARADISIAQUE

    Un titre comme ça doit peser dans les 60 milliards, vu qu'il suffit à Sarkozy (prière d'excuser d'éventuelles fautes d'orthographe dues aux chinoiseries liées à la rédaction de patronymes propres aux hongrois) il lui suffit de dire que la Chine est une seule, englobant Tibet et Taïwan, pour empocher 20 milliards.

    Souhaitons que lorsque notre Présidente, rendant la politesse à cet homologue, le conviera à venir passer 50 minutes, Rolex en main, à causer au Palais fédéral, elle saura le convaincre de renoncer à toute rencontre les yeux dans les yeux avec le Dalaï Lama.

    Décidemment, ainsi que l'a si bien dit mon excellent confrère Thierry Meury: - La France est (devenue) un tout petit petit pays ayant enfin trouvé un président à sa taille.-

  • LA PETITE MUETTE, armée de guignols dits responsables politiques

    LA PETITE MUETTE, armée de guignols dits responsables politiques, persiste en son silence entendu et ordonnance de ne pas donner suite, au sujet d'évidente Valeur culturelle et philosophique d'utilité publique.

    Gageons qu'elle aura très bientôt à répondre, face aux médias du monde entier, des graves conséquences de son entreprise criminelle de dévalorisation systématique et mépris signifié par violence de l'indifférence.

  • Plus culotté, à cul ne botter, qu'un Voltaire qu'on fait taire


    Genevois


    Je ne vois
    qu’un espoir
    pour
    que l’histoire
    de Genève
    se relève
    de son fascisme
    de l’élitisme
    sourd,
    et des ravages
    d’un copinage
    en vigueur
    qui écœurent
    «alpagueurs» et moqueurs:
    ……..
     Genevois,
    je ne vois
    qu’un espoir
    de n’vous voir, hélas,
     la tasse boire:
     Que vous trouviez,
    vite découvriez
     que vit ici,maintenant,
     si maintenu,
     non-parvenu:
    Tenant
    de Poétique exceptionnelle
    (non chaotique ou pire:
    de sbires du Ciel
      qui lassent, las, à la Haldas):
    Que découvriez
    un peu mieux
    que feu Bouvier:
     
     Baroudeur à grand cœur,
    … plus culotté, à cul ne botter,
    qu’un Voltaire
      qu’on fait taire.
     
    ……..
     
    Genevois,
    je ne vois
    de sauvetage de ton image
    qui ne se fasse
    sans que tu ne chasses
    pour leurs écarts
     de leur placard:
    Pourris aigris,
    si vicieux et méchants
    silencieux,
     empêchant:
    Révélation à Sensation
    de l’existence de malsaine,
    obscène absence
    de Reconnaissance
    d’une Valeur à cote haute
      en couleurs.
    ………
     Genevois,
    je ne vous «harcèle»
    que pour le recel
    que, friqués, pratiquez
     en pieuvre qui s’étend:
    d’Œuvre Majeure et rare
    qui n’attend que l’Heure du départ,
    du malheur de son auteur et moteur
    pour se voir: (Reine pleine de Gloire:
    Number One des libraires de Terre entière),
    Patrimoine littéraire
    … genevois …

    Je ne vous voue hargne, vous épargne,
    mais soutenez la Destinée
    d’une Genève qui se relève,
    non d’une ville
    dont les édiles sont d’imbéciles,
    dangereux, déplaisants cul-terreux
     méprisant
      par manie le génie!
     

    Genevois, je n’entends

    pas ta voix de repentant!

     

    Genève, le 21 novembre 2007

  • Convention des DEVOIRS de l'enfant

    Droits de l'enfant par-ci, droits de l'enfant par-là merci merci n'en jetez plus. Vrai qu'il en faut, bravo, mais qu'en est-il des devoirs de l'Enfant ??? Le résultat d'une génération de total et lamentable laxisme éducationnel défraye la chronique et se péjore sous nos yeux: parents comme enfants n'ayant malheureusement jamais reçu la moindre claque lorsqu'ils la méritaient sont généralement atteints d'une grossièreté maladive entrée dans les mœurs. Ainsi, il est à présent absolument normal qu'une dizaine d'ados jouent au foot en bas des immeubles en braillant et shootant contre les voitures du 1er mars au 30 octobre en moyenne, chaque soir jusqu'à 23h. Vous arrivez en deux-roues de quinca pour rentrer dans le garage, et devez vous excuser de déranger celui ou ceux appuyés contre le système d'ouverture. Evidemment vous les aurez salués sans recevoir en contrepartie le plus petit -bonjour-, rien, pas un mot, même rencontré séparément, l'un des gamins de voisins ne vous dira pas merde dans l'ascenseur ou les escaliers et prendra un air supérieur signifiant - t'as pas à me mater le vieux ou je te fous une réputation de pédo sur le dos-. Et inutile de dire que vous êtes marié depuis des lustres et n'avez aucune tendance ou réputation de ce genre, loin de là. Dans les rares cas ou une réponse vous parvient si vous dites -salut- ce sera -salut- car le vouvoiement vis à vis d'un adulte n'est plus de mode, trop ringard .. et médias et autorités soutiennent si bien les gosses, écoles et cie les modèlent si bien à prendre conscience de leurs droits, de l'obligation qui est bientôt faite aux adultes de vousoyer un gosse de dix ans qui, sinon, aura mille et un recours pour se plaindre ... bref, à quand cette convention et ce jour annuel des devoirs de l'Enfant? 

     

  • Obscurs élus minant

    Afin de vous reposer un brin au milieu de la lecture de interpellation suivante, honteusement restée sans réponse, il est vivement conseillé de goûter à l'exceptionnelle poétique (humoristique ou moins) de l'auteur

    se trouvant après le même article que ci-dessous

    sur

    http://horacekilmerit.bleublog.ch 

    ***

    PREUVE EST FAITE, APRES  PLUS D'UN  AN
    DE MEPRIS SUPPLEMENTAIRE SE TRADUISANT
    PAR L’ABSENCE DE TOUTE REPONSE A CES LIGNES,
    ENVOYEES LE 28.10.2006 A LA QUASI-TOTALITE
    DES CONSEILLERS D’ETAT GENEVOIS
    ET DIVERS OBSERVATEURS, JURISTES, ETC,
    PREUVE EST SOUS VOS YEUX DE L’OMERTA DENONCEE !
    AMNESTY INTERNATIONAL EST LE SEUL ORGANISME
    TRES HONORABLE A S’ETRE MANIFESTE.
    PAR CONSEQUENT, C’EST PUBLIQUEMENT A PRESENT
    QUE LE CONSEILLER EN CHARGE DU
    -Fonds destiné à la lutte contre la drogue
    et à la prévention de la toxicomanie-
    EST UNE FOIS DE PLUS SOMMÉ DE S’EXPLIQUER,
    AVANT D’AVOIR A LE FAIRE DEVANT LES TRIBUNAUX
    SUR LA MANIERE DONT IL GERE UN FONDS,
    DISTRIBUE ENTRE THEORICIENS
    CRAIGNANT LA CONCURRENCE DE QUELQU’UN
    SORTI DE MAGISTRALE MANIERE DU TERRAIN,
    ET EN CONNAISSANT MILLE FOIS PLUS QU’EUX SUR LE SUJET,
    mais sciemment empêché de s’exprimer.
    VOICI : Requete pour Fonds destiné à la lutte contre la drogue
    et à la prévention de la toxicomanie
     
    **Anonymat préférable sur le blog**
    Écrivain public d’utilité escamotée*
    – p/a Geneveculture@Romandie.com
    Ce jour, 15 octobre 2006 à Genève
    Officialise l ’:
    Étude socioculturelle *****,
    en raison individuelle, dont le capital de base est le rétroactif,
    encore dû par les fautifs, pour vingt ans d’enfer subi sous le joug
    de Services financiers, culturels, sociaux, juridiques..
    honteusement incompétents ou visant: -à empêcher l’accès
    aux véritables bénéficiaires:
    (par absence concertée d’informations données à ces dépendants
    de l’assujettissement sur leurs Droits légitimes
    et dédale à connaître en vue d’obtenir Subventions,
    Dons, Justice, etc,
    Droits à correcte part leur revenant sur Fonds trop souvent détournés
    par parasites boursicoteurs, improductifs salariés de la spoliation
    sur produit d’autrui, et/ou retenus au possible)-:
    ..ou visant à bloquer l’accès aux sommes dédiées exactement
    à favoriser des évidents efforts et mérites existants,
    largement démontrés et pratiquement  vitaux pour la communauté!
    En ce qui concerne le Fonds que vos Services ne gèrent
    sans doute plus à la bonne franquette, pour paraphraser
    M. G. Borgona, ex-gendarme financier de l’Etat de Genève,
    (Fabrique dangereuse de workings poors, du fait qu’impôts
    sont à déduire du minimum vital non-exonéré,
    prolongeant poursuites à vie;
    Racket intolérable en cours de révision):
    Le capital de base requis par l’Étude *****
    est de CHF –100'000.- nets d’impôt, après abolition totale
    au 01.01.2007 (à présent 2008) d’esclavage économique causé
    par arbitraires et très discutables poursuites:
    (Voir ci-après et annexes: correspondance:
    Demande d’abolition d’esclavage économique à
    Monsieur le Président de la Confédération,
    ou implicite déclaration de prévarication-,
    missive du 23.08.2006 et suivantes)..
    Capital qui servira à diffusion mondiale du Message
    -dispensé jusqu’alors artisanalement,
    faute de moyens depuis
    plusieurs décennies, de Prévention
    contre toutes formes d’attachement à de mortels subtils venins;
    Acte nommé:
    Stop DésinFoxication.
    ( Consultez, svp, l’intégralité de cet envoi et surtout la
    -Lettre ouverte à l’Etat trafiquant- du 14.06.2003
    sur-: http://horsnormes.romandie.com )
    Étude s’activant à venir en aide aux victimes intoxiquées,
    dont fondateur fit partie, les éveiller au moyen d’Enseignement
    d’Art de vivre et Philosophie hors du commun,
    puisé dans l’expérience concrète, objective,
    de l’enfer que représente: -l’esclavage moderne
    de l’addiction à des principes, doses, valeurs, subjectifs
    mais installés en force et vigueur-:
    -le combat mené contre l’abus de substituts sectaires
    offerts aux victimes
    de produits d’abord grisants puis provoquant accoutumance
    et manque, prescrits/proscrits par patriarcaux théoriciens
    traitant de sujets dont ils ignorent jusqu’aux effets réels;
    Lors qu’ils prétendent soigner la cause de ces fléaux intemporels
    que sont les dépendances aux drogues, aux patries, religions,
    politiques, mensonges attrayants détruisant tôt ou tard le moral
    et la santé de qui de pris à leurs pièges-.
    Ainsi, (ouverte à tout authentique érudit), l’Étude *******,
    (celui-ci par ailleurs fondateur des futures Productions
    Aimé Prisé & Wallace-Horace Kilmérit)
    répond en tous points aux critères de sélection précisés
    dans les conditions d’obtention de subventions en matière
    de lutte (entamée par le concerné depuis 1976)
    contre la drogue et la prévention de la toxicomanie,
    si ce n’est, disponible encore excepté, que le but recherché
    est déjà atteint: -Avoir été discrète éminence grise,
    soufflant courant de renouveau à certains Chefs d’États.
    Par exemple: Suggérant en premier la création
    de centres d’injection contrôlée de drogues dures.
    Voyez ci-jointe la réponse de M. Alphons EGLI,
    alors Président de la Confédération,
    et constatez la réalisation de cet ancien projet:
    le succès de ces centres, prouvant effectivement
    diminution considérable de la criminalité et des MST !
    C.Q.F.D!
    Sans parler même d’accointances culturelles particulières
    avec M. François Mitterrand, dont les conséquences
    sont résumées en l’inédit de 120p.  intitulé
    «Tueurs de gages ou Que m’a coûté Tonton»
    et qui ne concernent pas directement l’étude de  problèmes
    liés aux substances présumées illicites,
    en fonction de l’époque ou du lieu où l’on se situe,
    mais révèlent plus un trésor de conseils stratégiques de bon augure.
    En atteste l’expression manuscrite de Présidentielle gratitude.-
    Le but que vous recherchez, duquel l’Étude ****** a les clefs,
    n’a plus qu’à se concrétiser par versement de votre part
    de la somme due à pareil requérant, et règlement définitif
    de tout contentieux passé & présent en son nom
    à l’Office des Poursuites de Genève,
    pour éclater au grand jour:
    Non point comme scandale supplémentaire de la violence étatique
    par indifférence affichée, mais comme remède exemplaire
    à nombre d’incompréhensions en matière d’accoutumances
    dangereuses «collant à la peau de l’Homme
    depuis le fond des âges»
    (c.f J-M. Pelt, drogues et plantes magiques)
    gérées à leur profit par malhonnêtes spécialistes
    du prosélytisme toxique.
    Étude bienvenue et salvatrice en matière de Prévention:
    -d’affrontement aux effets résultant à l’arrêt définitif
    et prolongé d’un produit nocif-,
    -relations à réinventer avec ex-codépendants
    (proches surpris, incrédules)-,
    et en matière de:  -Conseils
    (p.ex: liés à la désescalade possible des drogues dures
    ou de l’alcool vers douce manie de la fumette occasionnelle,
    en effectuant une semaine de sevrage médical additionné
    d’ingestion quotidienne dégressive basée
    (selon corpulence et sensibilité connue du patient)
    de 2 à 5 grammes de cannabis à taux élevé en THC,
    pour se stabiliser, et sans doute pour le reste de ses jours
    parvenir: à réellement et sans la moindre frustration:
    vivre normalement, heureux et productif,
    avec finalement un seul gramme de H quotidien ne préjudiciant,
    si tel devait être le cas avéré, que le consommateur majeur,
    qui s’abstiendra toutefois de partager son produit médicalisé,
    contrôlé, épuré, ou de conduire, effectuer des tâches
    potentiellement dangereuses  pour autrui après son absorption)-.
    Quoi qu’il en soit, l’Étude *******
    s’applique scrupuleusement à protéger les intérêts de chacun
    et de l’ensemble, autant qu’à respecter,
    (sous réserve de désobéissance obligée à des directives
    en l’état contraires au bon-sens populaire,
    en matière de gestion des ressources publiques),
    les nombreuses et contraignantes exigences de discrétion
    liées à la fonction que son Directeur exerce au même titre
    que des collègues, eux, sans qualifications,
    à 75% de taux d’activité impossible à augmenter,
    pour le compte d’un secteur du DASS
    (pas vraiment présentement concerné),
    soit de ce même Etat de Genève.
    Et ce depuis plus de 20 ans, dorénavant plafonné,
    sans avancée possible: en tant que simple commis à la classe 9.
    Mais après tout: Einstein ne fonctionna-t-il également
    si longtemps déconsidéré par lourdaude hiérarchie bernoise, elle:
    en qualité de simple employé au Service des brevets d’inventions?
    Bref: Infamante situation, intrigante et révoltante
    pour l’entourage privé comme professionnel,
    due à notoire malveillance de remerciées précédentes directions,
    dont les conséquences motiveront peut-être un jour
    retentissante action en responsabilité.
    Sauf, évidemment, en cas d’arrangement à l’amiable:
    Si M. D. Hiller, (successeur aux Finances à Mme Calmy-Rey,
    sous le règne insensible de laquelle une IIème Instance
    de justice locale a octroyé gain de cause à l’Etat de Genève
    recourant contre sa condamnation prononcée en 1ère Instance
    pour taxation d’office d’environ –30'000.- du citoyen ******,
    ayant gagné pour l’année en question quelque 70'000.-,
    justice sur la sellette ayant ainsi démontré sa valeur,
    justice d’Autorité qui sera massivement récusée
    en cas de nouvelle agression, concrétisée par exemple
    par fin de non-recevoir à ces lignes ou augmentation
    intempestive de saisie, mesures de rétorsion)
    si M. D.Hiller, (contrairement à cette haute représentante
    du Conseil des Droits humains qui, elle, refusa d’entrer en matière
    ne serait-ce qu’en dispensant le demandeur ******
    d’une année d’imposition),
    si Monsieur le Conseiller Hiller accepte de se pencher sur le point 5
    –0ct. 2005–: -La pratique de ARSAD –
    Requête de remise totale (impôts, Caisses maladie, etc..)
    - et collaborer avec les Services responsables
    de l’injure perpétuée à Primordiale Culture,
    afin de compenser les dépassements éventuels du barème
    des montants accordés par le Fonds destiné
    à la lutte contre la drogue et à la prévention de la toxicomanie.
    La raison profonde, détaillée avec insistance,
    de cette offre de Services plus que simple demande de subvention
    est, répétons-le, de:   -Promulguer dans le monde entier
    un Avertissement empli: -d’ouverture d’esprit-,
    de -compréhension rationnelle de l’ensemble des tenants
    de l’action préventive-répressive habituellement menée-,
    de -critique intelligente car complète enfin-,
    relatives aux  diverses formes d’addiction auxquelles
    est confronté quotidiennement l’ensemble des humains de tous pays
    , tous niveaux sociaux, toutes confessions-;
    -Fournir le moyen d’éviter au possible ces nuisibles fonctionnements
    ou de s’en sortir efficacement si l’on est pris au piège,
    en décortiquant point par point les raisons
    de l’enfermement total en un réflexe malsain, un parti,
    une communauté de croyance, un monde modèle détraqué..!
    Jusqu’à réussir à intégrer en soi l’éradication systématique
    de tous faux gestes nuisant à santé et manières de pensée,
    liés à compulsives habitudes-;
    -Offrir connaissance véritable de l’esclavage économique vécu,
    pour prévention aux risques liés à ce que fourguent ou non
    les trafiquants de condition de vie, comme matière délétère,
    à qui a le malheur d’avoir connu dépendance à substances
    artificiellement prohibées, autres
    que la réhabilitée mortelle empoisonneuse Fée des fous
    du 19ème siècle… même lors que
    trente-deux ans ont passé sans la moindre injection,
    et plus de neuf sans une seule goutte d’alcool-;
    -Faire découvrir le témoignage déridant ou crispé d’un rescapé
    du désastre conceptuel habituellement encensé,
    grâce à diffusion à grande échelle d’une démythification générale
    salvatrice des vrais produits dangereux pour le psychisme,
    et avertissements concernant leurs possesseurs transmetteurs,
    pourrissant la vie du règne humain, pour le moins-;
    -Agir de manière à ce qu’-impartiaux- gestionnaires
    de moyens adaptés à campagne, douce et sensée d’assainissement
    des fonctionnements addictionnels,
    entamée depuis un quart de siècle,
    systématiquement boycottée, maintenue sous silence
    par de menus puissants,
    soient publiquement sommés de compenser très largement
    la faute inexcusable de leurs prédécesseurs
    par abus de détresse et/ou négligence,
    au moyen d’abolition publique et totale de l’esclavage des poursuites
    pour dettes d’imposition à sens unique,
    et boule-de-neige qu’elles entraînent
    et par défraiement dit, pour harcèlement à vie organisé
    et concocté sous des potentats successifs;
    Dans le but évident de ruiner finances, talents et santé
    de co-souverain sous menace, coercition,
    discrimination par violence de l’indifférence,
    en vue de profit maximal tiré sur saisie post-mortem,
    et vente à prix démesuré, d’Oeuvre d’ores et déjà immortelle.
    Tels responsables en poste seront à la hauteur ou prévaricateurs,
    qui exempteront ou non ******, au 01.01.2007 (2008?)
    de toute dette, et lui remettront en sus
    et pour frais de restauration de l’Étude épistolaire ******
    - Aimé Prisé & Wallace-Horace Kilmérit Productions :
    La somme de CHF-100'000.- exonérée d’impôt,
    subvention-rétrocession pour manque à gagner occasionné
    par clanique absence concertée de soutien, respect et considération
    portés à une Œuvre Majeure. Dont le créateur est maintenu
    depuis 1986 dans l’impossibilité d’exercer son Métier,
    ses précieux talents pour le compte des citoyens,
    à raison de 25% supplémentaire de taux d’activité;
    Faute donc de reconnaissance témoignée par dits responsables,
    et moyens indispensables pour fonctionner individuellement;
    Perte de gains et de santé jamais compensée,
    scandalisant nombre d’influents lecteurs
    du monde de la francophonie, de plus en plus furieux
    de découvrir que cache la si prétendument exemplaire Genève!
    En fait: tant de médiocrité s’échinant à saboter lamentablement
    le génie! Pourtant, magnanime toujours, l’auteur est prêt
    à pardonner à une génération de ses bourreaux
    eur ignorance criminelle des Valeurs à préserver et de celles
    .. à se préserver, dès réception du chèque susmentionné
    et du document officiel attestant que les arbitraires environ 250'000.-
    accumulés en son nom aux Faillites et Poursuites,
    par faute du débiteur prétendument créancier Etat de Genève,
    ont été définitivement transférés de Justice-OP à Finances,
    et remboursés les autres vrais créanciers, pour dettes
    découlant de la maltraitance décrite et dénoncée:
    du minimum létal de pays esclavagiste, infligé ad aeternam
    et sans distinction d’extraordinaires qualités dont est ainsi privée,
    lésée, la communauté, imposé à qui gagnerait la même chose,
    et parfois plus, en se «croisant les bras sur le dos
    de ses compatriotes» qu’en se levant chaque matin
    pour fonctionner irréprochablement au mieux-être de notre État. -
    L’Étude *****, on ne le répètera jamais assez
    pour que ce soit une fois pour toutes compris :
    l’Étude a pour but: -D’aimer et faire aimer malgré tout
    la dépendance volontaire à une fonction publique,
    potentiellement prometteuse pour autant  que s’atténue,
    puis soit condamnée, la servitude de cette masse
    au profit de lobbies d’ordre économique et politique,
    la soigner quotidiennement en toute confiance,
    et protéger grâce à propre expérience, aider à faire évoluer
    ce qu’il n’y a à huer, ainsi que doit s’y appliquer utilement
    chaque «vieux» fonctionnaire, à temps partiel ou non,
    même empêché de s’exprimer;
    Soit remettre groupe mouvant dirigeant à la place effective
    que lui alloue Volonté populaire bientôt «démanipulée»;
    Au besoin: au moyen de point trop remuants brûlots,
    voire parodies de noires bluettes ou fraternels hommages
    à guerroyants généralement «Nobelisés»-
    -Étude à but humanitaire, fondée par besoin vital
    d’information sur ce qui, concernant les drogues
    «vues de l’intérieur», rest(e)(a) bien trop longtemps tabou(e),
    empêchant ainsi l’aboutissement évident d’une campagne
    de prévention sincèrement orchestrée;
    Étude qui vous est véritablement offerte, au vu
    de l’insignifiante contrepartie réclamée,
    visant à prévenir toute forme d’addictions
    (c.f. v/conditions/Fonds destiné à la lutte contre la drogue
    et à la prévention de la toxicomanie
    – Loi E 4 70 du 26 mai 1994)
    dont le financement incombe au moins en partie
    au Département de l’Économie et de la Santé
    autant que celui des Institutions,
    argent et situation nouvelle à mettre à disposition de narrateur
    excellant de longue date en le domaine de la prévention,
    et coopérant à sa manière au développement de la prudence
    à acquérir, ici comme dans le tiers monde, où il se rend,
    aux frais de proches, régulièrement,
    Étude présentant bien plus qu’un projet de prévention:
    un témoignage inestimable des ravages, à éviter à tout prix,
    de la répression tranquille actuelle,
    cette complicité de génocide et crime contre l’humanité
    que représente la volontaire mise en danger
    de millions de consommateurs de produits trafiqués,
    sans contrôle pharmaceutique de mise,
    votée par irresponsable majorité d’un Conseil
    de l’application traditionnelle des préjugés à faire gober,
    qu’il convient expressément de remuer vivement sinon remanier,
    Conseil de passage estimant que: d’inoffensifs papys bien intégrés
    et productifs doivent demeurer contraints mensuellement
    à risquer leur vie dans des lieux malfamés pour s’acheter
    exclusivement de quoi remplir petit joint de la soirée,
    fumé depuis près de 40 ans, dernière relique des sixties:
    Que des médecins, artistes, avocats, banquiers,
    doivent se contenter de crever en silence par trop-plein de fibre
    de verre ou autres saloperies « in-analysables »
    (c.f. refus de Mme C. Wahli, TSR, années 80..)
    ingérées, mélangées à du chanvre
    et vendues très cher en catimini:
    Que, de surcroît, respectables hors-milieu
    soient contraints à se faire amender honteusement
    et punir par gendarmes dont, pour ça, les pères ont déjà
    tant détruit les nerfs de ces double-victimes depuis l’adolescence.-
    Bravo. Raisonnement digne d’ex-chasseresse de joints,
    déménageuse à grands frais de noirs dealers de quartier
    à celui d’à-côté. -Étude nécessitant le soutien,
    si ce n’est une défense experte auprès les Tribunaux internationaux,
    d’édiles ainsi prouvant leur réel engagement
    au service de la solidarité et de l’emploi, voire de la santé,
    en octroyant la totalité de la subvention salvatrice estimée,
    donnant ainsi un signe clair sur la validité effective
    de l’usage de l’argent destiné à juste prévention,
    comme de l’estime portée aux victimes de l’actuelle répression
    et du trafic d’informations escamotées en usage.-
    -Ce projet réalisé,  au prix d’indicibles privations:
    une fois financé par le Fonds adéquat, évoluera
    en parfaite coordination avec les milieux concernés,
    cessera de répandre légitimes irritants pamphlets,
    pour axer à nouveau sa prévention sur une base de vécu dédramatisé,
    différant totalement des niaiseries souvent entretenues
    en matière de perte de contrôle d’intoxications volontaires,
    base solide pour parler d’égal à égal de choses
    ressenties en sa chair et son honneur avec tous concernés,
    de blessures à vie qu’engendrent toxiques de tous types,
    même longtemps après que l’on ait totalement, absolument
    réellement cessé d’y toucher ou d’y croire.-
    En l’occurrence, au vu des atteintes répétées
    à l’intégrité du demandeur, infligées par indélicats ex-décideurs
    de l’Etat de Genève, principalement, ce dernier
    aura vraisemblablement la pudeur d’inclure une exception
    au point 2.1 des conditions relatives aux critères pour l’examen
    des demandes de subventions, et admettra la validité
    d’une telle requête arrivée après un 28 février,
    pour versement de rétrocession-subside au 01.01.2007..
    (n.b. 1 an après, aucune pudeur puisqu'aucune réponse à ce jour)
    Demande mobilisant principe d’opportunité,
    à exempter d’obligatoires kafkaïens formulaires en ligne
    et tableaux budgétaires justifiant salaires de sbires de petits seigneurs.
    Faut-il encore noter ici que la désinformation institutionnalisée
    a réussi à cacher durant 20 ans à ******l’existence d’utile allocation
    d’insertion de 10'000.- maximum par an pour création
    d’activité lucrative? Soit 200'000.- à récupérer déjà
    de mal-géré Service d’Etat à bricoleur Service d’Etat,
    sans parler de prestation complémentaire fédérale et cantonale
    aux personnes dont les dépenses reconnues excèdent
    les revenus déterminants,
    (-700.- à -1'000.- par mois pour copies, reliures, centaines d’envois
    promotionnels, encreurs, etc.. jamais encore remboursés
    ni lucratifs, déduits de strict minimum vital déjà très insuffisant);
    Vocation sciemment maintenue inapplicable
    par agresseur créancier N°1 :
    Département des finances de Genève, et ex-malins
    Collégiens  de connivence, ayant appliqué sans réflexion,
    ni désir d’en avoir: consigne d’exclusion systématique
    à l’encontre d’esprit réaliste, hors inique piste de pensée unique
    infligée à une centaine de générations;
    engendrant finalement cet appel à réflexion concernant
    le terme à mettre impérativement à -  1986-2006 -
    Vingt ans de: « La descente aux enfers d’un poète endetté »
    T.d.G.-07.07.1988)!..Lors qu’à FLIMS (GR),
    ce 05.10.2006, la Chambre du peuple, par 112 voix contre 4
    a complété la loi sur les impôts directs (?) des cantons et communes,
    visant à exonérer d’impôts le minimum vital,
    moyen reconnu efficace pour lutter contre la pauvreté,
    et notamment contre le phénomène des «workings poors».
    Reste encore à savoir ce que veut dire ce «directs»,
    ce que cela cache .. mais dans ce but il faut être riche, patient,
    sans autre passe-temps, pour débusquer quantité d’astuces
    d’ésotérique jargon de Magistrale Fac dans la gueule du loup
    tenant à elle seule, jusqu’alors, la manière de manier mots
    apposés par indigestes législations axées sur inévitable réponse
    donnée, et lucratives conséquences, à questions posées
    de certaine façon détournée choisie.
    Il n’empêche que, même pauvre, l’Étude ******
    traite accessoirement contre déprime les victimes
    d’empoisonnement administratif ou juridique.
    En résumé: C’est à ce prix sans restriction seulement
    que l’Etat pourra bénéficier d’un formidable apport
    en matière de lutte et prévention d’efficacité surprenante
    ou répondra devant les peuples de son intention formelle
    d’exclure inestimable et rarissime perle du crû jurassien:
    -Expert en matière de substances psychotropes ou subliminales
    diluées en fumeux imbuvables discours: et motifs de leur usage-;
    Vos Services devront, le cas échéant,
    fournir publique explication sur refus ou chinoiseries supplémentaires
    à l’égard d’évidente subvention minimale et vitale à accorder
    comme exigé à juste titre;
    Voire au pire: en renonçant à donner suite à ces lignes,
    auquel cas celles-ci, après quelque délai sans résultat concret,
    deviendraient à mon grand regret pièces supplémentaires
    à certains dossiers en ligne et portée planétaire.
    Dans l’attente d’une suite favorable à la présente ultime tentative
    de conciliation à l’amiable et interpellation
    traitant de l’octroi de finances, je vous prie de croire,
    Messieurs les Conseillers, Mesdames, Messieurs,
    à l’assurance de ma considération distinguée.
    Annexes : Mentionnées  -  Genève, 15 octobre 2006
    (remise à jour au 16.11.2007)
    Copies à divers concernés  et témoins