Général - Page 27

  • COUPS DE MASSUE DE LA FATALITE

    Grand Jacques, je ne voyais plus que vous, dans ce pays, comme confrère dérangeant vraiment respectable à mes yeux, et je reste mal en point, avec entre les mains la lettre inachevée, interrompue pour « plus urgent », que je devais vous envoyer il y a déjà plus d’un mois.

    Merci de tout cœur, Monsieur Chessex, bon voyage et Paix à votre âme. Ma plus profonde sympathie pour vos proches et nous tous, qui souffrons de la perte de si rare talent décrié.

    Vous mériteriez, comme le fit le Portugal à la mort d’Amalia Rodriguez, que le pays observe un deuil national de plusieurs jours.

    Mais nous sommes en ingrate, citoyennicide Suisse, où les sentiments du peuple n’ont aucune importance, où des islamistes ont parfaitement le droit de travailler aussi sous terre à la quête des secrets de l’anti-matière, et d’influencer la décision, sans tenir compte de l’avis de leurs possibles victimes, de faire fonctionner douteux, imparfait ou sciemment saboté collisionneur, dont les défaillances sont susceptibles d’incalculables, par essence inconnues, conséquences.

    Nous apprécierons aussi, au passage, les informations d’Al-Jazeera, observées par mes soins durant toute cette matinée, évitant soigneusement le sujet, se contentant de dire qu’Obama a reçu humblement son Prix, humblement étant mis entre parenthèses.

    Objectivité, objectivité. Passez un moment sur ce canal, ça relativise l’actuelle désinformation locale, et vous vous préparerez mieux au genre d’infos qui nous guettent très prochainement avec l’empire Edipress, et ses sbires coupeurs de tête vendus aux thèses radicales d’outre-Sarine. Oui, aussi incroyable que cela paraisse, il y a pire encore sur cette Terre.

    Charognerie de merde de noire fin de semaine. Retrouvons le moral malgré tout, si possible. Avec cohérence et courage. Après la pluie …


    Ali GNIOMINY

  • Totalement consterné par le séisme ayant frappé Edipress

    De tout coeur avec les victimes licenciées. La main-mise, de certains gardiens des cordons de la bourse sur l'information, n'a pas fini de serrer toujours plus fort les bras honnêtes soutenant, eux, l'image authentique et exemplaire de ce pays, présentée par ces inspirés penseurs; Halte à la rapacité des fossoyeurs de la diversité de pensée!

     

  • PRESQUE TOUT SUR TROIS FOIS RIEN

    … Soit : le contenu de ce qui devra bientôt s’appeler « 2 minutes », le temps qu’il faut pour « s’informer » gratuitement.

     

    Mais, petite anecdote concernant le titre du jour, avant de commencer, si vous le permettez.

     

    Jadis, bien après que nous ayons fumé des joints en 1983, avec la quasi-totalité des passagers de l’avion reliant Casablanca et Rio, sans parler du véritable baisodrome que préfigurait ce vol, bourré en grande majorité de bruyants travestis, dont le voisinage n’était supportable que grâce au bon shit qu’ils partageaient pour ne plus en avoir en arrivant au Brésil, … mais bien avant que toute fumée et sucettes ne soient sévèrement bannies, à très juste titre, de ces appareils, lors d’un autre parmi les dizaines de vols long-courrier m’ayant transporté .. d’effroi ou de joie … en 1995, alors que l’interdiction de fumer était encore toute fraîche et les amendes seulement envisagées ou pas encore formellement infligées: Un passager vêtu comme un prince va aux toilettes et y demeure un bon moment. Tout le monde commence à renifler et râler, une abominable odeur de clope envahit la cabine. Il a dû en griller un paquet d’un coup. Et ressort « discrètement » comme si de rien n’était.

     

    Celui qui, ce jour-là, est l’attitré dont l’avant-bras me pique à coup sûr l’appui sur le séparateur des sièges, se met à insulter l’élégant imprudent vicié. Qui, conservant un flegme olympien, dicté par l’obligation de surmonter la honte de sa vie, sourit à l’utile moralisateur, s’excuse brièvement et, conseillant à l’énervé de se méfier pour sa santé des méfaits de l’impulsivité, lui offre gentiment le livre qu’il a en mains.

     

    Mon voisin, rageant de se sentir tout bête à son tour, refuse le livre, jette un coup d’œil distrait sur le titre, et me le lance presque sur les jambes. –Tenez, je ne veux pas de cadeau d’un égoïste mettant en danger la vie d’une centaine de personnes -.

     

    Il n’a pas tort. Je ne dis rien, glisse le bouquin dans la poche du siège, comme si je n’y accordais aucune importance. Les évènements passés, dévoré de curiosité, je craque, découvre et « avale goulûment » durant le reste du voyage : « Presque rien sur presque tout » de Jean d’Ormesson.

     

    Souvenirs, souvenirs, et galaxies d’anecdotes en suspens faute de temps … Oui ! Bon ! Donc :

    ………………………………………

     

    À quand le concours indien de jeter de bébés dans les w-c de train? il y en a déjà eu deux ! … Franchement, inscrivez les au Guinness Book, tous deux lauréats impossible à départager, il me semble que c’est 1'000'000 de dollars par record, non? Qui ne tente n’obtient.

     

    Accoucher dans un train dénote évidente précarité. Les vibrations, certes, peuvent précipiter les contractions même pour la plus nantie des voyageuses, mais j’espère simplement que vous ne soyez, mesdames, du genre de cette brésilienne qui accoucha pour la cinquième fois dans la rue et, interrogée par ses sauveteurs, avouait ne plus se souvenir du nom donné aux quatre premiers. Train-train de mesures à prendre à cet égard! Mais Sainte jeunesse hitlérienne repentie s’oppose toujours au préservatif et à l’avortement, que faire? Agrandir les lunettes de w-c de trains? Ah non, deux miraculés risqueraient d’y perdre leur million. Problème insoluble.

     

    ………………………………………

     

    Or donc : CHF-160'000.- de dépenses idiotes pour tuer un loup !?

     

    Chers petits chaperons rouge, ignorez toute votre vie la légende qui prétend que, même si ce n’est que CHF-400.- par mouton croqué, sachant que les assurances ne paient pas si le prédateur est un chien de fermier, … ça met du beurre dans le mouton aux épinards.-

     

    ………………………………………

     

     

    Et à Zurich: Une aigrefine est prise par la police à l’intérieur d’une église!

     

    La seule et unique véritable protection que pouvait accorder l’Eglise aux humains a volé comme elle en éclats, sous le barbare règne sévissant actuellement. Au fait, qu’en est-il pour les autres civilisations? Un temple bouddhiste ou une mosquée sont-ils un abri où en principe (respecté ou non?) la police ne peut procéder à une arrestation? Je ne sais plus, mais ça ne m’étonnerait pas que si tel était le cas, certaines communautés de croyants s’élèveraient vigoureusement contre pareil abus d’autorité; Ici non, semble-t-il, juste un entrefilet sans plus d’indignation. A peine un petit soulèvement de lunettes provoqué, et le croyant persiste à compter ses moutons.

     

    …………………………………………

     

    A ce stade de l’histoire vous n’y devez plus rien comprendre : Ali Gniominy l’abominable athée se met à défendre l’Eglise? Oh, d’innombrables surprises vous attendent, témoignages de dizaines de personnes m’ayant vu cette année célébrer parfaitement prières, chants et rites catholiques, avec telle profondeur et conviction que tous en avions à maintes reprises la chair de poule. L’assemblée découvrit alors l’exceptionnelle voix de ténor ou baryton dont j’ai, en plus, la chance de bénéficier, que je n’ai jamais vraiment entraînée.

     

    Et fut révélée, pour la première fois, à nombre de personnes la profondeur du respect qu’est capable de transmettre un ex-protestant, ayant pourtant depuis des lustres donné sa démission écrite à l’industrie réformée, ni meilleure ni pire que toutes les autres religions. Qui sait, qui peut dire si d’ici à beaucoup beaucoup de décennies, quand approchera possible interruption d’une vie très très très allongée, en bonne forme par les nouvelles techniques liées aux cellules pluripotentes, chromosomées à souhait en leur base-souche et doux terreau pour la repoussée des télomères, qui sait si, las d’immortalité existant de tous temps en tout humain, engendrant si souvent eugénisme et distorsions éthiques, effondrement des croyances en subtile Supériorité, tri de qui peut ou non rester en vie, qui sait si je ne vais alors m’excuser auprès de la Divine Possibilité.

     

    Emphase emphase, quand tu nous tient. Et puis, seuls les imbéciles sales ne se changent pas. Mais j’en suis donc encore bien loin.

     

    C’est pas tout, ça, j’ai mes lessives et un sujet brûlant d’actualité à pondre pour votre omelette du week-end, petits veinards que vous êtes, si j’y parviens, mais à chaque mot ajouté ici … j’en doute de plus en plus, plutôt pour lundi? Vais momentanément vous laisser, mais j’aimerais juste encore remercier un passant fort sympathique et de très bon conseil, qui, même s’il n’était que le seul amateur de mes témoignages, m’encourage très efficacement à retenir un brin ce que je nommerai mes ciclées épistolaires. Crises de piques en vrac qui, larguées avec l’art du Parti Railleur, pourraient parfois y aller trop fort; Un passant et les autres qui se reconnaîtront, qui m’ont permis de considérer ce support comme une bonne base actuelle pour la plupart de mes productions quotidiennes. Ne m’en veuillez pas trop si je heurte ou froisse parfois vos convictions à vous aussi, il m’arrive même d’accorder pareil traitement aux miennes.

     

    Ne le répétez pas, mais, psychanalytiquement parlant, les formules-baffes que je balance indifféremment de tous côtés doivent provenir d’un lointain traumatisme des années 80, lors que j’étais rédacteur du journal de colossale entreprise publique fort prude. A la table des sommités, il me fut reproché par pincée inspectrice des travaux pensés d’être mièvre! Le comble du maximum de l’insulte pour un rauraque de mon genre.

     

    Même si, effectivement, ayant dû tellement édulcorer l’article sous strictes directives … il reste d’un mièvre, mais d’un mièvre; J’y disais, je ne sais plus pourquoi, que le mendiant comme le président, nus comme vers, … Horreur! Crime de lèse-élitisme! Inutile de connaître le reste du reportage. En gros, si j’écrivais -la robe bleue de la dame- l’immédiate réaction était : -Ah, non ! Nous aurons toutes les dames à robe non bleue sur le dos!

     

    Peu après, eut lieu la dissolution surprise de la rédaction entière. Nous fûmes chaudement remerciés pour les bons services, l’on nous promit de ne manquer de nous contacter prochainement, … et fut engagée dans le privé une succession de spécialistes en communication pour nous remplacer en douceur. Il faut dire qu’il s’en passait, et qu’on en savait trop … des choses … durant ces merveilleuses séances de rédaction. Jamais ne fûmes rappelés, et jamais n’insistai; à peine s’il m’arrive encore parfois, dans les couloirs, de plaisanter à ce sujet en croisant l’une ou l’autre des sommités en leur domaine que je côtoyais en cette rédaction. Confrère qui s’étonne à peine, du peu de bruit que fait l’infamie que représente ma condition très défavorisée au sein de l’Entreprise, et qui me rappelle que j’aurais de quoi écrire de ces brûlots, mais de ces brûlots, … contre ces fumiers …

     

    Je souris, en bon Klark Kent II je ne parle jamais de ma vie ni du fond de mes conceptions au boulot, et je pense à ce bon mot entendu chez les dicodeurs:- Il n’y a pas de fumée sans feu. A l’exception de celle du fumier. -

     

    Ça y est, vous m’avez mis en retard, et après certains diront encore que je suis retardé, et omettront d’ajouter l’indispensable: comme tous les génies. Vous voyez combien tout est injuste et de votre faute?

     

    Très cordialement envers et contre tout malgré tout toujours

     

    Votre dévoué

     

     

    Ali GNIOMINY

  • LE LYNCHAGE PUBLIC, PROPRE A TOUTES LES EPOQUES DU PIRE OBSCURANTISME

    Après Polanski c’est au tour du neveu de l’ex-Dieu, (neveu dont la tante fut déjà soigneusement privée de subventions pour sa Fondation France-Libertés (un symbole) et le cousin descendu en flèches africaines, mais ce sont d’autres histoires) les présumés pédophiles de renom tombent dans le piège de la liberté d’expression, l’un par un livre et des ennemis politiques, l’autre par des ennemis politiques et la publicité faite autour de son succès médiatique.

     

    Bien d’autres suivront, certainement. De tous les temps, surtout quand règne le plus sournois fascisme déguisé en démocratie, il y en eut de ces prédateurs d’enfants, dans chaque quartier, chaque village; Les mères avertissaient leur progéniture de s’en méfier, ne pas les suivre et c’est tout, il s’agissait souvent de fils de voisins ou amis, on les tolérait et les considérait encore comme des humains. Tout le monde savait et faisait comme si de rien n’était. Parfois un rare drame arrivait. Souvent, sans doute plus souvent qu’à présent, les conditions de vie de jadis le permettant plus facilement, un/e gamin/e se faisait coincer, triturer, et n’avait pas intérêt à en parler à la maison. On ne parlait pas de ces choses-là. Les prédateurs, malades moins stressés qu’à présent, moins pourchassés, moins culpabilisés, n’avaient aucun intérêt à éliminer leurs victimes, et bien moins de crimes de ce genre survenaient.

     

    L’abus de haine prescrite n’excuse pas le fait d’abuser de mineur, ni ne défend cette tendance, au contraire, mais je le répète : la chasse moraliste aux sorcières est très mal dirigée, contre des individus, alors qu’il convient en premier lieu de combattre les fondements même de la survivance pédophile respectée dans bien des parties du monde. Il s’agit de remettre un peu les pendules des bourreaux et victimes à l’heure mondiale, et non seulement à celle d’occidental branlant clocher judéo-chrétien.

     

    Relisez donc à ce sujet, un peu plus loin, l’article intitulé -Truanderie de la Justice à assainir-

     

    En attendant, quelle aubaine pour les médias que ces lynchages nauséabonds, ça c’est du show. Triste siècle. Tristes juges permettant pareil enfer tapageur infligé à des présumés innocent. Mon soutien aux victimes abusé(e)s des deux plateaux de la balance.

     

    Ali GNIOMINY

  • EXCLUSIF! VIDEO-DISCOURS DU PRESIDENT DU PARTI RAILLEUR D’EXTREME-CENTRE : VOTEZ, MAIS BIEN !

     

    Toute l’absolue profondeur et la teneur Historique de bouleversants constats, sur la consistance même de tous discours politiques.


     

  • POURQUOI LES GENEVOIS DETESTENT LES FRONTALIERS ? (Affiches du « Matin brun » 08.09.2009)

    Ah bon, parce qu’on les déteste ? Je ne le  savais pas. Mais puisque la racaille de l’Union Débilitante Crétinisante, majoritaire en Suisse le dit, et est si bien diffusée par les médias et couverte par la justice, ce doit être vrai. Détestons-les !

     

  • DE LA PLEUTRERIE DE FORT HELVETIQUES NAINS DU JARDIN LITTERAIRE

     

    (Sans référence aucune au Grand Alexandre)

     

    Il me souvenait, ce matin, écoutant sempiternel diffuseur de pensée unique, susceptible d’apporter lucre à la racaille populiste majoritaire suisse, décideur devisant sur l’importance et l’utilité de la critique, il me souvenait d’immenses salles à l’entrée desquelles jadis je distribuais vainement le poème suivant, daté du 1er mai 2002, que j’adressai aussi, sans plus de succès, à l’intéressé et ses confrères/sœurs, ci remis face à leur intérêt porté à la critique.

     

    SOYEZ DÉFIÉS

     

    Fidèles Modèles,

    Jalons

    de l’encensée pensée

    commune,

    Tribunes qui tenez Salon,

    saboteurs éditeurs qui écartez,

    maintenez hors de portée

    de sort public

    enrubanné et à renom :

    Non-mystiques réalisations,

    Authentiques concrétions effectives

    d’Objective Intention

    d’Informer hors normes et,

    d’intuition, d’alarmer les nations dérangées:

    des dangers relatifs aux hâtifs préjugés

    et à l’insouciance, à l’inconséquence

    de toutes les croyances sans doute..

    et soumission, .. missions rengaines

    arrangeant avides, disposant gent cupide

    et cour autour d’-Amour toujours et cieux et dieu(x)-

    ..malsaines rengaines et puits d’agents

    détergents rongeant l’éponge humaine depuis des lustres!

    Rustres:

    SOYEZ DÉFIÉS!

    Trente ans d’applaudis écrits, inédits cris sans vente

    ..pour collusion d’interdiction de diffusion !

    Certains radotent qu’obscur et dur boycott fut,

    pour torture, par atteints aigris à l’affût

    prescrit

    à l’encontre de tel monstre d’Écriture,

     

    si rare barbare épistolaire

    de loin point tête en l’air .. ou éphémère..

    comme bonhommes auteurs à leur mémère

    en vogue, bull-dogs disciplinés

     

    que dites artistes innés!

     

    SOYEZ DÉFIÉS, LES DÉIFIÉS,

    Insignes barrages

    à Digne Hommage dû,

    du fond des âges

    à Langage autre!

     

    Votre Salon n’a de Maître étalon des Lettres

    que le galop ou la ruée des nuées, flots de ballots.

     

    À m’éditer ?

     

    Et, puisque nous sommes dans les poèmes, voici ceux que j’ai envoyés sur cartes postales, de mon tour du monde en 2005 à certain éditeur suisse, aussi peu inspiré que ses confrères de Lâche-l’Homme ou du Zoo et que me suis juré de ne jamais plus favoriser … puisque réciproque. Grâce à ces fins découvreurs de talents suisses, des générations d’historiens de l’Art n’ont pas fini de méditer sur l’aveuglement préjudiciable à l'utilité publique de certains professionnels.

     

    Salvador de Bahia – Brésil - le 28 juin 2005

    Trois mois

    De silence consternant

    Concernant ouvrage

    … en souffrance ..

    enragent !

    Ignorez le Poète désabusé :

    Vous serez

    À la tête des accusés

    De violence

    Par insistance d’indifférence !

    ---------------------------------------------------

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE ROTATION –

    Los Angeles - Californie - le 3 juillet 2005

     

    Californie,

    Pays haï

    Ou adoré !

    Vous l’admirez

    Ou l’abhorrez,

    Tel l’immense Poète

    Que choquez,

    Qui ne pense

    En helvète

    Étriqué.

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE ROTATION –

    Moorea - Polynésie colonisée - le 7 juillet 2005

    Moorea est Amour

    Et amarre à mamours,

    …………

    Est la reine et marraine,

    Et l’idole des atolls.

    …………

    Le boucan du volcan

    Diablotin

    Qui créa Moorea

    S’est éteint,

    Ne demeure que rumeur

    Si lointaine

    De la haine

    Attestant d’éditeurs dégoûtants,

    En vain tentant

    D’Écrivain planétaire

    Faire taire.

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE  ROTATION –

     

    Huahiné - Polynésie envahie - le 11 juillet 2005

     

    Du Brésil indocile

    Jusqu’aux Îles Sous-le-Vent

    Soulevant

    À la ronde

    Comme une onde

    D’indignation :

    La défection

    Si déshonnête

    Des éditeurs

    Instigateurs

    De boycott

    Visant Poète

    Que tant bécottent

    Des vahinés

    De Huahiné.

     

    - DE NOTRE PLANÉTAIRE ROTATION –

    Bora-Bora – Polynésie bientôt libre – le 17 juillet 2005

    Bora-Bora

    Aura l’aura

    Que vous voudrez:

    En découdrez

    Le plus souvent

    Avec les vents

    Et les nuages

    Qui découragent,

    Attristent

    Touristes,

    Les désespèrent

    Comme lecteurs

    Qui s’inquiètent

    De Poète

    Qu’éditeur veut,

    Nerveux,

    Faire taire.

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE ROTATION –

    Auckland – Nouvelle-Zélande – 21 juillet 2005

     

    Évitez

    De couler,

    D’ébranler,

    Saboter

    Le Vrai Poète !

     

    …………

     

    Après enquête

    La Terre

    Entière

    S’en souviendra,

    Vous en voudra !

     

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE  ROTATION –

     

    Sydney – Australie – 24 juillet 2005

     

    L’Australie embellit

    L’horizon

    De Poète prometteur

    Qui  s’apprête

    Au retour en prison

    De sa verve,

    Qu’un  helvète

    Éditeur

    Lui réserve ;

    Mais l’effet

    Boomerang

    À raison des méfaits,

    Liaisons,

    De tout gang!

     

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE  ROTATION –

     

     

    Singapour – Asie – 26 juillet 2005

     

     

    Un petit tour

    De planète:

    C’est la fête

    De Poète –

    Voyageur

    Exceptionnel,

    Prodige,

    Qu’éditeur

    « Conditionnel »

    Néglige!

     

    -DE NOTRE PLANÉTAIRE  ROTATION –

     

    Ah, modestie, modestie quand tu nous tiens …

    En tous cas, rien de tel pour se faire d’excellents amis; Il suffit de ne dire   que le millième du bien que l’on  pense de soi, et le tour est joué. Dont acte.

    Et vraiment pas de quoi énerver de vulgaires gratte-papier épouillant leur courrier en le but d’investir sur qui de sans remous, bêlant sur commande.

    Gentils poèmes exotiques, desquels naquirent maintes variations qui, elles, s’en furent enchanter plus sympathiques récipiendaires. Pour exemples :

     

    Huahiné – Polynésie occupée  – 11 juillet 2005

    Imaginez

    Les vahinés de Huahiné!

    Ne vous plantez côté beauté:

    En rajoutez à satiété!

    Vous y êtes! Êtes poètes

    Et rêveurs, baroudeurs

    Du Brésil indocile

    Jusqu’aux Îles Sous-le-Vent,

    Êtes vivants,

    Sans radoter,

    À nos côtés.

     

  • TRUANDERIE DE LA JUSTICE À ASSAINIR

    La queue d’un adulte taré dans une enfant américaine est insupportable, mais ne fait pas de mal à une gamine orientale. La Justice suisse, en accord avec sa co-accusée, pardon : sa co-présumée innocente homologue américaine, a tendu un traquenard –m’as-tu vu- à Polanski, mais a publiquement accueilli et laissé repartir un/des président-s-, & responsable-s- de pays traditionnellement pédophile-s-; Pays, en l’occurrence, en lequel: qui n’a pas convolé en injustes noces, et sûrement honoré une épouse au moins, de moins de douze ans, manque de prestige social et de fidélité à la coutume.

    La petite américaine s’en est remise. Pas le milliard, sans doute à travers les siècles dans les pays d’orient, d’enfants abusés sexuellement, et esclaves prisonnières à vie, et lapidées au besoin si l’Honneur du clan trop respectueusement pédophile est remis en question.

    Justice aussi logique que celle bénissant de prudes hôtels genevois, soucieux de veiller aux bonnes mœurs et ne vivant que de Fêtes à la gloire de l’apport de souillés orientaux capitaux, constitués de dots, fruits des travaux d’enfants-esclaves, gras pourboires de la secte OPEP pour réserve de saloperie exterminant l’atmosphère, etc

    Quelle crédibilité, aux yeux d’enfants peuvent avoir pareilles « Justices » qui se trompent de sorcières en axant tout sur la chasse spectaculaire aux déviants individus plutôt qu’aux Etats dont l’Immoralité Constitutionnelle est escamotée? Responsables ainsi de crime contre l’enfance d’une véritable Humanité

    Truanderie par association de malfaiteurs rendant impunément justice à deux vitesses? Ou deux poids deux mesures, certes, mais … ( flots de magistrales excuses-bidon qui ne manqueront de fuser)?

    Dans ce cas, chers Justes, il ne vous reste plus qu’à légaliser la pédophilie et, connaissant votre éthique et logique lucrative, vous ne manquerez pas de recommander vivement à grands renforts de publicité le viol d’enfants pour délassement. L’exécutif s’occupera des adultes récalcitrants, refusant d’abuser de mineurs; Et le bon peuple aveuglé par votre légendaire cécité cessera de considérer l’enfant, ce sex-toy officiel, comme la principale Valeur de l’Avenir, être à respecter et protéger avant tout.

    Ali GNIOMINY

  • Et cessez de répéter bêtement qu’un tout grand écrivain vous est né ...

    ... Il est déjà presque mort des atteintes de votre feinte indifférence.

  • GENEVE, TERRE D'ECUEILS, ET D'OUTRAGE A MAGISTRALE ESCROQUERIE

    Raser un stade flambant neuf? Alors qu'il suffit d'y adjoindre 4 minarets-miradors, de l'entourer de barbelés, d'y rapatrier en vrac: Prisonniers de Guantanamo, mendiants roms, surplus de Champ-Dollon, requérants à débouter, esclaves récalcitrants du minimum vital genevois sur-imposé au profit d'abjects "détourneurs" de biens publics? Artistes dénonçant la censure et l'exclusion en force et vigueur à Genève?

    De plus, par souci écologique, le gaz sera offert durant des années, recyclé par mise sous cloche des embouteillages occasionnés par les travaux de la Jonction et  récupéré lors de la libération des saloperies contaminant secrètement son sous-sol durant des décennies.

    Genève, de manière légendaire ne  misant  que sur la rentabilité et elle seule, ne peut manquer l'opportunité de surfer sur la si lucrative vague ultra-fasciste se profilant à l'horizon planétaire, et se débarrasser ainsi de ses empêcheurs d'escroquer en choeur.

     

    Ali GNIOMINY

  • Poème, dont aime le thème et ses déclics : clique à barèmes

    POURRI L'AIR?  L’un gère, rit .. à tri entre as sûr réunis, l’autre en son chant se vautre, sape ailes : ……….

    Toute ressemblance entre ce sous-titre et des Personnages ... est totalement illusoire.

     

     

     

    SALE O.P. /

    Dès qu’endetté

    tu n’es plus rien

    t’es plus qu’un chien,

    t’es lié, spolié,

    sans siens, sans biens,

    sans liens, soutien,

    tu es fouillé au fond de l’âme, t’es souillé,

    ad vitam dépouillé;

    Dès qu’endetté

    t’es pas gâté, t’es bâté, t’es mâté,

    t’es ferré, dès qu’endetté,

    pestiféré qu’affairés fuient, qui les ennuie,

    t’es cas fini, puni à vie,

    dès qu’endetté t’es contrôlé,

    trop coulé, t’as les crocs, t’es muté, chahuté,

    t’as pas à rigoler,

    dès qu’endetté t’es racketté,

    l’on va t’ôter, le « va-sans-terre », le nerf de ta guerre

    pour impôts-placebo … de naguère,

    t’ôter sabots, ton pot, ton pain, gourdin ? … tes nabots de jardin,

    dès qu’endetté t’as qu’à t’accoutumer,

    t’as qu’à ta caque accidentelle humer,

    te taire, ou ne faire dans la dentelle aimée,

    dès qu’endetté t’es guetté, décoté, t’es plus lu,

    plus lumineux, t’es miteux, t’es gâteux,

    dès qu’endetté t’es plus porté, t’es tétanisé, t’as tort, t’es mort,

    t’es sans visées, atomisé,

    dès qu’endetté t’es la risée, t’es plus autorisé, plus titularisé,

    t’es, en chasse, sans classe tiré,

    dès qu’endetté t’es dérouté, t’es viré, débouté, retiré de Société,

    et d’éhontée communauté,

    dès qu’endetté

    t’es dépité par députés, députés .. choqués moqués coqs

    qui te provoquent,

    dès qu’endetté t’as plus de soc

    à la charrue de ton époque,

    dès qu’endetté t’es nu, tenu hanté par lourds, par gourds, par sourds

    qui te la bourrent,

    dès qu’endetté t’es plus à jour, t’es à la nuit,

    t’es toujours fui, t’es plus qu’un pleur,

    dès qu’endetté tu fais peur, c’est tout,

    surtout si de surcroît tu es le roi des rappeurs irrités,

    le pape du rap,

    dès qu’endetté tu décapes

    mais t’es pas cap…, dès qu’endetté, de dégotter

    un gras contrat,

    dès qu’endetté t’as pas de gros bras

    et l’on dit, étourdis,

    que t’es dans de beaux draps,

    dès qu’endetté: pas de sparadrap,

    tout à sec, sans détours,

    tout dans le bec des vautours,

    dès qu’endetté t’es fâché, mal-léché t’es lâché, t’es caché,

    ne récolte que révolte,

    dès qu’endetté tu n’as de Colt ni de fusil

    mais bousilles l’appétit de tout petits saisis,

    dès qu’endetté t’as tes atouts, ta poésie,

    et dès que ces mecs t’ont lu, t’ont réhabilité,

    dès qu’ont cessé débilités d’habilités à édicter

    t’es l’élu, encensé, t’as plu, ne vas plus danser,

    dès qu’hors dettes, tu en jettes et tu vibres, dès que libre,

    t’es Poète et t’amuse sans ruse, ne t’entête ni n’accuse,

    dès qu’hors dettes t’es fort bête et t’oublies affaiblis?

    Que nenni ! Dès qu’hors dettes, plus bannie,

    ta tête a appris, des sensations de privation ton esprit a pris la direction

    qui s’entiche des riches acquis de pastiches;

    Dès qu’hors dettes tu t’en fiches?

    Non, tu ne triche, ne déniche plus potiches élus

    ni ne dénonce, en coups de semonce, leurs leurres et négligences;

    Mais ne déconne, tu ne détonne : tu les sermonne,

    jamais n’oublie qu’à l’établi ils t’ont plié, scié, lié et oublié,

    et tu t’en moques sans équivoque,

    dès qu’hors des dettes honnies, lors, ta quête aux têtes est finie

     

     

    Ali GNIOMINY

  • SI MALVENU PERSAN MAGE AHMADINE DJIAHD A GENEVE ?

    Que nenni ! En la timocratique Helvétie, au service exclusif du dieu Fric, l’on cause l’on cause et toujours finit par s’allonger, se prosterner au pied de lointains visiteurs chargés d’ors, essence, mires et autres radieux plutôt nimbés présents à rayonnement international.

     

    Ci, l’on croit aux valeurs d’un dialogue constructif, soit lucratif, entre aveugle muet insensible de naissance préfabriquée, et condescendants naïfs crétins optimistes parlant tous en même temps, sur les meilleures manières de se voiler la face et nier l’évidence:

     

    Les Livres l’ayant tant prédit, il ne reste plus aujourd’hui que 1177 jours, et 9 heures maintenant, avant la fin des fins du monde, qui aura donc lieu très précisément, disent des astres : le 21 décembre 2012. (211212).

     

    L’annoncèrent les mayas, Nostradamus en fit de la bouillie, de tous prophétiques côtés idem : Plus aucun doute ne subsiste, point à paniquer trop, mais qu’est-ce qu’on va prendre, yeuh ce qu’on va ramasser !

     

    Heureusement que les petits hommes verts vont tirer les meilleurs, assurément nous, de cet enfer volcano-cométal, pour nous faire faire un petit saut au Mexique, histoire de vite rassembler tous les crânes de cristal avant de nous emmener sur Nibiru, la nouvelle proche planète attendue, apparue quand l’axe de la Terre a basculé suite à d’immenses bouleversements, survenus avant 2012, vous savez ? Non ? Voyez www.211212.info/ surtout si sont grippés vos zygomatiques liés au type de rire jaune fèces-d’éléphant, actuellement de circonstance.

     

    L’on sait ainsi tout le respect que porte la Perse à percer par force les mystères du Dieu, Ethique que pratique pareillement la compagnie Cern & Cie, et l’on ouït itou cris de libyen désert appelant à préparer Prophétie de Nostradamus, au sujet de grand feu d’esfrayeur désintégrant Genève

     

    Migrés, migrés de Geneue trestous,
    Saturne d’or en fer se changera,
    Le contre Raypoz exteriminera tous,
    Auvant l’aruent le ciel signes fer

     

    Et l’on se chamaille bêtement entre terriens, au lieu de s’unir contre cette éventuelle de moins en moins improbable mais qui sait –fatalité- ? L’on fait acte de peu de prudence entre êtres de même genre, et fermeté mal placée: pour trois ans restant à se supporter avant la schlague que nous promettent Nibiru et le contre Raypoz … Serait p’têtre temps de faire la Paix.

     

    Allez, Ahmi chéri, on t’aime, t’es pittoresque, mais maintenant t’arrêtes un peu de jouer avec le Destin de l’Humain, hein ? Et vous, vous arrêtez de l’exciter en le traitant comme le dernier des tarés, vous regroupez et rangez tous vos petits et grands jouets dans le même tiroir à missiles, dirigés exclusivement vers l’espace, là où le système trinaire succédant au binaire vous indiquera l’endroit où, Vénus s’en étant allée, arrivera l’apocalyptique astre échappé des anneaux de Saturne, ce Nibiru de fer à pulvériser dans vos rêves.

     

    Et après tout le monde au dodo, demain est un autre jour. Maman Justice doit pouvoir obtenir un crédit illimité, remboursable à partir du 22.12.2012

     

    Ali GNIOMINY

  • NAÎTRE OU NE PAS METTRE

    Naître à une vie, où toutes informations ne se mettent à la disposition de tous, où ne mettre en veilleuse sa légitime curiosité est de bon ton, et accepter bêtement, « pour le bien d’une majorité » qu’une minorité de questions fourmillant ne soit tout de même posée ?

     

    Evident ? Mais terrible dilemme ! Propre à l’Essence journalistique, policière et politique, principalement. Ainsi, serai-je cependant, ce jour, à titre éducatif, exceptionnellement stupide, et demanderai-je, pour exemples :

     

    - Cet incendie, dont on nous rebat les oreilles et pique les yeux, qui n’en finit pas de ravager les locaux d’une grande ville sise au bord du lac de Genève, ces flemmes de l’enfer accidentel .. qui dévorent les locaux d’Archiv-Secur’ … l’on nous en dit tout et plus, sauf l’importance réelle des dégâts ? Le quidam que suis en la matière s’étonne, a eu beau survoler moult médias, mais … des prospectus … seul filon déniché. Des tonnes de prospectus, semble-t-il. Ouf, j’ai crains un instant qui ne s’agisse de brûlants fichiers annexes du Tribunal fédéral, ou plus secret encore, de dossiers d’assurés ou clients de banques, ou données policières, militaires … ? Trop encombrants papiers motivant nuage de fumée supplémentaire ? Trop de silence hurle-t-il entre les lignes ? -

     

    Naître à une réalité déliée où l’on ne met pas les pieds dans le plat ? Voyez, par ailleurs, sans plus de transition qu’il n’en existe entre le coq et l’âne, si ce ne sont leurs francs attributs :

     

    - Comme il serait malséant de remercier Alain Delon pour sa plainte contre la police genevoise, pour fuites médiatisées enfin le concernant. Ainsi notre pipelette Justice se cloisonnera encore bien plus outrageusement ! Non ? –

     

    - Et Roman .. Roman .. d’amours interdites, exclusivement à certains endroits et certaines époques, interdites par Logique et Morale (pour une fois non remises en question par l’auteur, appréciant l’évolution des Mœurs depuis l’époque d’Hérode, dont les fresques hard-festins-orgies.. retrouvées assurent que tout le monde faisait tout aux yeux de tous, et où l’on voit quantité d’enfants abusés, évolution vers plus de respect des mineurs loin d’être généralisée sur la planète, de blanc sapés pédophiles officiels séjournant toujours par trop utilement lors des Fêtes sur les beaux bords lémaniques !) … Roman .. Polar à la Polanski et histoires de kiki .. où le « criminel ? » héros est encensé pour ses talents, sauf celui de baiser trop jeune, ne faisant ainsi marcher que le marché des blanches marches … Roman .. ou le génial coupable de lointaine connerie de jeunesse, sans doute unique ou rare, sous influence de saloperies désinhibitrices, tombé dans le traquenard tendu par alliance DFJP-OFC, au service d’une certaine Amérique ? Pleurant fort sa si lucrative idole ; Jamais aussi fort qu’un blondinet fâché avec les avions, ayant perdu sa sucette ? … Roman .. bien marron, de l’excès de lourdeur d’une machinerie mal dirigée ! Il eût été si simple, pour le moins concernant cette immorale et sûrement illégale arrestation, d’attendre que le présumé .. ait reçu son Prix à Zurich pour l’emmener discrètement, Non ?

    - Et cette inhumaine reine Victoria, qui prétend continuer à économiser 300 millions par ans en exacerbant la xénophobie, par engagements de foison d’étrangers à bon prix pour hauts postes, et maintien de talentueux suisses durant des décennies au plus bas niveau possible, sous menace et tenace répression, sans la moindre amélioration de statut ? Rien à dire ni changer ? Normalité de mutation de principes Ex-helvétiques ?-

     

    - Et puis, ah oui, merci encore nouvel I-Phone guide touristique très évolué. Super, ça permettra, dans les pays en voie de développement, de visiter la pauvreté en s’isolant enfin totalement. Et que crève le milliard, sans doute, d’humains vivant dès gamin de petits conseils et comme guides pour touristes. Que périsse le contact avec ces inutiles sous-développés - - Comment ? Ah, ce sont eux qui fabriquent l’I-Phone-guide ? Aïe ! Il doit s’agir d’une question de complication entre le Syndrome de Stockholm et celui ayant vidé l’île de Pâques. –

     

    - Enfin, ai-je la Berlue ce con nie ? … Profère et réitère insanités ! Et personne pour le faire taire ? –

     

    Naître maître et se faire mettre

    en classe, ou être traître, se soumettre, de glace, au lourd silence d’Instances de sourds, aveugles qui, au contour conquis, beuglent à tort, trop fort, mais taisent malaises d’indigne ligne de conduite vers la fuite, le caché, l’harnaché, le très discret secret ?

     

    Naître et pester, rester sous Lettres, ou ne paraître ? Et lors, dans le doute, ne dévoiler qu’avec respect les secs aspects de Réalité hors toute Moralité ?

     

    Ali GNIOMINY

  • TAMOIL A DETRUIT MA SANTE, JE RECLAME UN MILLIARD

    La pollution répétée du Rhône aux hydrocarbures, par faute de négligences de Tamoil, en amont d’où j’ai coutume de me baigner, me provoque d’effroyables allergies et me détruit les nerfs; Soit la carrière extrêmement lucrative que j’aurais dû mener depuis de nombreuses années.

    Sachant que le propriétaire libyen de cette entreprise est adepte de puissantes revendications, seul langage qu’il entend, j’estime que chaque citoyen suisse dont le domicile est sis en aval de Tamoil, et qui fut aussi gravement lésé par la pollution de l’entreprise incriminée que votre serviteur, se doit de réclamer également ce qui ne permettra jamais de recouvrer parfaite santé, mais y contribuera : CHF -1'000'000'000.-

    Ali GNIOMINY

  • President Barack OBAMA, please, you must and can help Switzerland against the madness of Kadhafi

    For the credibility of the judicious governments of the world, RETAIN THIS DICTATOR IN SURE PLACE until the Suisses hostages in Libya are free in Switzerland. Thank you in advance.

  • Pub pour l'alcool? MIDI. MILIEU DE LA CIRCULATION. LE BEAU GOSSE N’A PAS 20 ANS. IVRE (PRESQUE) MORT

    Torse à l’air, pieds nus en sang. Qui zigzague, chancelle et tombe enfin sur le trottoir. Les passants passent, indifférents. Sémaphore vert. Mon boguet pris entre deux files m’étonne presque en démarrant et s’éloignant du lieu de drame potentiel. Non assistance à personne mettant sa vie et celle d’autrui en danger ? Telle est encore la loi de la jungle urbaine, en ce 24 septembre 2009 !

    Il me souvient alors de notre amie très proche, journaliste sur l’une des principales chaînes TV du monde, mangeant chez nous avec sa fille de cinq ans, ce glacial soir d’hiver. Les yeux brusquement révulsés, notre people préférée hurle furieusement : -« Le repas est empoisonné ! Vous essayez de nous tuer ! ». Elle appelle illico la police, qui arrive et nous trouve livides, effondrés, estomaqués, éberlués, prêts à tendre les poignets.

    Nos braves gabelous (vous ai-je déjà dit qu’aussi incroyable que cela paraisse je n’ai jamais eu à me plaindre personnellement, depuis trente ans, de cette corporation ?) ne sont pas dupes, s’excusant même. Qui embarquent la reine du Prime-Time et sa gamine. Ils en savent bien plus que nous, ses seuls vrais amis sur le vieux continent, mais n’ont le droit de nous parler de pareils soucis de santé. Elle ressort du poste (non, pas de TV, suivez un peu) dans l’heure, et durant trois jours et trois nuits mère et fille seront vues déambulant dans nombre de quartiers. Venant de temps à autre au bas de l’immeuble ou dans les corridors hurler que sommes des empoisonneurs.

    Je parviens finalement à soustraire la petite à l’attention défaillante de son adulée génitrice en délire. Mon épouse la réchauffe, hydrate et nourrit, appelant encore et encore la gendarmerie. Systématiquement nous répondant : -« Désolés, nous ne pouvons faire interner votre amie sans consentement de sa famille, tant qu’elle ne commet pas de délit. »- -« Mais, et la protection de l’enfance ? les risques ? Faut-il briser des vitrines à sa place ? »- -« N’insistez pas, bien sûr que c’est anormal, mais nous ne pouvons rien y faire. »-

    Nous appelons alors, à dix mille kilomètres, le père architecte de renom de notre étonnante célébrité. Il se trouve encore plus à l’autre extrémité de la planète. La maman, fort heureusement, vient de rentrer de sélect congrès de charité. Elle nous explique alors qu’environ tous les quinze ans sa fille est prise de crises de schizophrénie. Puis saute dans le premier avion. Son mari fait de même de son côté, et nous les accueillons à la maison, chambre sur Rhône préparée à leur intention. Immensément reconnaissants, ceux-ci sont gênés de nous apprendre qu’une suite les attend dans un palace de la place. En revanche, ils mangeront sans crainte chez nous, et nous jureront sincèrement ensuite que notre cuisine est largement à la hauteur des plus prestigieux restaurants. Vrai que de ce côté aussi je suis particulièrement gâté par un entourage doué, passionné, reléguant Sainte Betti Bossy au rang de crasseuse cuistote de fast-food.

    Tous quatre regagnent d’urgence leur pays. Nous administrons le déménagement des biens de la concernée, n’étant plus rentrée à son domicile genevois depuis près d’une semaine en tout. Peu de temps après, notre incontournable reporter cartonne à nouveau, en pleine forme et l’intelligence aiguisée, devant des dizaines de millions de spectateurs. A ce jour, plus d’une décennie après, tout va pour le mieux pour elle, sinon que son exemplaire père est décédé.

    Alors ? Quel rapport entre ces deux évènements ?

    Doit-on vraiment faire primer la liberté de l’individu sur les risques évidents qu’il fait courir, à certains moments de sa vie, à sa santé et celle des autres ?

    La Police doit-elle alors embarquer d’office tout énergumène malade, d’alcool, drogue ou affection psychique, à comportement perturbé ?

    Question subsidiaire : Le joli gosse avait-il trop fêté la fin de l’hypocrisie de spots TV diffusant des glouglous pleins de fraîcheur vantant une bière SANS alcool ? Ou était-il désespéré au point de se saouler à en tomber parce qu’est autorisée à nouveau la publicité pour une drogue dure, par une législation discriminant ainsi une semblable saloperie nommée –cigarette- ?

    Ali GNIOMINY

  • KOSTO - LA SEULE CHRONIQUE SATIRIQUE SE MOQUANT D'UNE REVUE AVANT QU'ELLE N'AIT PARU

     

    Excusez Thierry M. et d.M. Barrigue, je vous aime beaucoup

    mais il  s'agit à présent d'envisager de donner suite à mes offres de services.

    Souvenez-vous, VIGOUSSE était prévu pour avril et mon dossier gardé au chaud ..

    Allez, afin de détendre un brin l'atmosphère de furieux lisant ... entre eux,

    ce poème daté du 14 décembre 2004

     

    Pro, elle vacilla

     

    La cata.

    Aux Etats

    Est votée

    Par bottés

    Députés

    À muter

    La cata

    Aux Etats

    Concoctée

    Par shootés

    Députés

    Au Pouvoir

    …Décevoir…

    Est contraire

    Aux Droits chers,

    Et sans pressions

    De la nation,

    À l’expression

    Sur le terrain

    Du Souverain!

    La cata

    Aux Etats

    Est à bannir

    À l’avenir..

    Des Conseillers

    Par trop payés

    S’unissant

    Punissant

    Leur Kultur

    Des ratures

    Et sa clique encensée

    De l’unique pensée..?

    Car l’un de mes confrères

    A cessé de se taire ?

    Est vil,

    Si vil :

    (J’en rigole)

     

    AUTO-GOAL !

  • ARRESTATION MUSCLEE DE KADHAFI A NEW-YORK !!!

    Dernière minute : De notre Service new-yorkais de désinformation : Dans le cadre d’une opération de police visant à débarrasser la ville des nuisances causées par les S.D.F, l’un d’entre eux, vivant généralement sous tente et n’ayant pas reçu l’autorisation de planter celle-ci, faisant trop tache dans le paysage, a été embarqué au poste et se plaint d’avoir été molesté.

    Il a été relâché peu de temps après et rentrera chez les siens sans être inquiété, les Autorités n’ayant rien d’autre à lui reprocher qu’une insignifiante complicité au terrorisme et quelques prises d’otages.

    Ali GNIOMINY

  • ALLIEZ L’INTELLIGENCE DE LA TENEUR A L’ELEGANCE DE LA FORME DE VOS BILLETS, LA BLOGOSPHERE VOUS BOUDERA

    Les statistiques de mes divers blogs sont limpides: chiffre + trois zéros de lecteurs chaque mois, parfois plusieurs centaines par jour, … mais très rarement un commentaire. Alors que les sujets que j’aborde courageusement et parfois en vers nous touchent inévitablement et concernent tous très directement. Il faut dire que le secteur est encombré, de plus en plus d’élus et de groupes d’intérêts communs ouvrent des blogs, à titre surtout propagandiste, et dédaignent superbement d’impérissables billets publiés sur le même support, les interpellant directement.

    Ces restreintes célébrités de passage préfèrent (ab)user de la blogosphère, cette potentielle formidable plateforme philosophique, artistique, politique, relationnelle … exclusivement en qualité d’observatoire de popularité, voire de défoulement ludique, dévaloir à billevesées de gens aisés, gentils convertis à la bienséance prescrite en matière de tabous, plutôt qu’en tant qu’instrument culturel, éducatif, d’échange véritable, moyen de critique sincère et atelier de mieux-être humanitaire.

    Peu de professionnels de mon genre parient sur le futur le la Littérature bloguéenne (j’éviterai soigneusement le néologisme blogatique, me souvenant d’un certain affreux Le Pen parlant en premier des sidatiques, avant que sidéens ne soit adopté), peu d’écrivains perdent de leur trop court et si précieux temps à réaliser que leur blogage est très susceptible de devenir un jour aussi mémorable qu’une correspondance entre Grands Anciens, aussi légendaire que d’aucuns Traités des plus Essentiels.

    Peu de Penseurs encore ne craignent de jeter souvent des perles aux cochons … salissant des sites à l’accès public. En atteste le caractère ordurier « propre » à certains anonymes bestiaux commentateurs sévissant sur des billets de confrères/soeurs blogueurs/gueuses, dénoncés à juste titre. En revanche, jamais ne trouverez sur http://barondecuir.blog.tdg.ch ou alias de dénonciations qui ne pourraient être soutenues devant un Tribunal, de calomnie ou d’accusations infondées. Et je jure sur mon âme et la postérité bien avancée dont je bénéficie: N’ai jamais eu même l’idée de profiter d’un pseudonyme sur la toile ou de tout autre moyen pour salir, injurier ou blesser volontairement quelqu’un.

    J’ai découvert avec surprise et rage les agissements de lâches sur le site tdg.ch et tiens à préciser que Baron Decuir n’a strictement rien à voir avec redbaron, et qu’un blog (non insultant) parlant d’extrême-centre, né bien après que j’aie créé le parti Railleur d’Extrême-centre, m’est totalement étranger. Mais peut-être que ma notoriété s’en trouve entachée et qu’en résulte l’absence de commentaires sur mes textes. Une dame ayant très bien résumé le mot d’ordre traditionnel à Genève, sur le site de Blondesen, au sujet des inconvenants ou supposés l’être suite à une atteinte à leur réputation: En substance: Pas de commentaire, pas de suite, pas de publicité, l’auteur se lassera. Source d’immenses injustices, mais efficace remède contre les véritables nuisibles.

    En l’occurrence, M. J-F Mabut, qui me proposait de paraître dans les invités de la Tdg sous mon patronyme, connaît parfaitement l’identité d’Ali GNIOMINY alias Denis VAUSSUR alias Wallace-Horace Kilmérit, alias Baron Decuir, alias … et mon profil avec photo sur http://barondecuir.blog.tdg.ch décrit précisément pourquoi, par devoir de réserve professionnel, et déjà suffisamment victime de sournoises représailles, je suis contraint de conserver un relatif anonymat;

    En résulte que mes chroniques sont cantonnées au fond du Tutti-Frutti, vite passées vite oubliées, et que malgré l’indiscutable qualité, jamais remise en question par quiconque, de mon esprit d’à-propos sur l’actualité, mon humour, ma poétique ou ma légitime hargne, jamais n’est reprise la moindre phrase dans –lu sur les blogs- ou ailleurs, jamais la plus petite allusion n’est diffusée au sujet de la démarche d’un remuant Penseur Majeur d’utilité publique à Genève.

    Point de censure, non. Juste l’obligation formelle qui m’est signifiée, par le susdit très respectable employé d’ex-Edipress, de livrer mon patronyme en pâture au vulgus populum et pire, aux roitelets indignes me discriminant, leur offrant avant l’heure la possibilité d’essayer de me licencier, pour prétendu manque au devoir de réserve que représentent mes dénonciations publiques (pourtant pleines d’obligatoire retenue) des dysfonctionnements graves caractérisant mon employeur l’Etat de Genève. Et ce bien que le Tribunal fédéral vienne de statuer enfin sur la protection à offrir aux « gorges profondes ». L’habitude collégiale de détruire qui en sait trop ne se perd pas si facilement dans la cité calviniste.

    En résumé, Adieu Monsieur Roger de Diesbach, merci et paix aux esprits rebelles! Qu’ils s’expriment librement enfin sur des blogs aussi, et que leur formidable Talent se perpétue et soit également reconnu sur ce support, que naissent de nouveaux Voltaire ou Rousseau exemptés de tracasseries trop genevoises.

    Pour ma part, je ne suis pas un Génie, bien loin de là. En toute humilité je vous le dis: Je suis immensément plus que cela. Oseriez-vous en douter? Parlons-en.

    Ali GNIOMINY
  • LUTTE ANTI-TERRORISME A GEOMETRIE VARIABLE

    La place genevoise, nous dit-on, risque de perdre un fonds libyen de 5 milliards de dollars. Quoi de plus normal. Avec la crise à double sens, les moyens doivent manquer aux intouchables preneurs d’otages pour préparer de nouveaux attentats à la mode Lockerbie.

    Evidemment les temps ont changé, plus question de bloquer en Suisse l’argent de dictateurs, comme du temps de Bokassa ou bébé Doc; Le secret bancaire ayant disparu .. il faudrait à présent donner en plus des explications sur les juteux bénéfices réalisés par nos banques avec l’utilisation de tout l’argent pourri.

    Espérons malgré tout que la réputation d’extrême lenteur administrative suisse sera formidablement méritée dans la restitution de ce fonds; Qu’elle soit promise pour fin août d’une année ou l’autre et que la banque concernée ne tienne pas sa parole. L’intéressé principal désirant que l’on respecte ses principes.

    Ali GNIOMINY

  • M. MEDVEDEV EXIGEZ S.V.P. DE M. MERTZ QUE LA SUISSE RESPECTE LES DROITS DE L’HOMME

    Alors qu’en pleine guerre froide je prêtais mon lit à votre compatriote champion du monde d’échecs (voir mon dernier inédit autobiographique en date, intitulé - Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine – manuscrit que ne parviennent plus vraiment à passer sous silence les roitelets des Lettres et de la politique), mon père ayant réussi par cette invitation à opérer un important rapprochement entre nos deux pays, je suis victime à présent du goulag à vie que représente en Suisse l’absence de prise en compte, pour un travailleur, des impôts dans le calcul du minimum vital, après saisie sur salaire au bénéfice de ces mêmes contributions publiques.

     

    Ainsi, celui qui vit au crochet de la société est exempté de la charge insupportable d’imposition à déduire du minimum létal mensuel, mais celui qui travaille pour toucher exactement ce même minimum est imposé comme s’il recevait son salaire sans saisie. Mis devant l’impossibilité de payer, la saisie fait boule de neige et maintient l’esclave à jamais prisonnier. De plus, s’il a le malheur de déranger la pensée unique en vigueur aucune grâce présidentielle ne lui sera accordée, ni de l’ex-Président de la Confédération Moritz Leuenberger, ni de l’ex-Cheffe-d’Etat Micheline Calmy-Rey, qui avait elle-même admis en substance par écrit trouver normal que mon imposition d’office d’un an s’élève à environ 30'000.-, alors que j’en gagnais 75'000.-

     

    Et inutile de parler de l’inefficacité des prétendus services de désendettement ou avocats contactés, dépassés par les preuves d’acharnement politique à mon encontre et craignant les sournoises représailles prévisibles, contre qui oserait tenter de m’aider à dénoncer, par la simple démonstration publique de la triste réalité, divers très bruns aspects de lois suisses, lacunes élitistes défendues par des Chambres dont les élus restent insaisissables (vu le nombre d’heures très réduit qu’ils passent sur les dossiers) … mais ..

     

    Paix internationale ! Ce jour est à marquer d’une pierre blanche. Que ceux qui lapident mes finances puissent être pardonnés, et présentement à la hauteur de vous recevoir dignement!

     

    En rayant aujourd’hui, à titre d’exemple, la totalité de l’arbitraire dette d’imposition à sens unique qui pourrit ma vie et l’image à l’étranger de ce pays. Surtout l’image d’un canton de Genève où sévissent impunément, depuis plus d’une génération, d’aucuns coupables esclavagistes gestionnaires de biens publics, portant atteinte à divers titres aux Droits de l’Homme. Et même aux lois de ce pays, je l’affirme, Art.28 et suite C.C. + Art 181 C.P. entre autres, me concernant.

     

    Bienvenue M. Medvedev, et puissiez-vous aider à la libération des otages (de la) suisses avant que, (l’attention si savamment détournée) tout le monde ne les ait oubliés.

     

    Ali GNIOMINY

     

     

  • A QUAND LE PROCES DES RELIGIONS POUR CRIMES CONTRE L’HUMANITE ?

    -La croyance puérile en un Dieu est le pire aveu de faiblesse de l’Humanité- cette phrase d’Albert Einstein, tout récemment rendue publique, est sans doute la raison principale pour laquelle l’Etat de Berne a maintenu son auteur, sa vie durant, au simple rang de bas rond de cuir du Service des Brevets, tout comme le sectaire Etat de Genève perpétue mon esclavage économique depuis plus de deux décennies.

     

    Les méfaits de toutes les religions sont évidents : Déresponsabilisation, hiérarchisation du genre humain, élitisme lucratif, exclusion, racket perpétré au détriment des plus faibles, origine de sanglants et interminables conflits, justification du rabaissement de l’individu soumis de force à des principes fondateurs basés sur l’arbitraire de la subjectivité, etc etc, fondements irrationnels des inégalités de traitement couverts par prétendue Justice et Information.

     

    Il suffit pour exemple de voir la place accordée dans la Tribune de Genève aux préceptes dangereux d’un certain islamiste, au détriment de plus sensés censurés penseurs que ne lirez jamais sur la version papier, ou de songer à l’impudique cache de richesses extorquées croupissant sous le Vatican, ou couvrant d’occidentaux ou d’orientaux temples d’or, alors que des centaines de millions de croyants meurent de faim par absence de soutien; Sans parler non plus de multimilliardaires bons pratiquants ne visant qu’au luxe le plus indécent et se foutant totalement de la misère législative, intellectuelle et spirituelle qu’ils entretiennent sciemment au détriment du crédule petit peuple.

     

    Voyez dans le tiers-monde, comme votre serviteur très régulièrement, la progression des ravages sur les cerveaux que provoquent les tarés excités pasteurs du néo-protestantisme à l’américaine, et tentez d’estimer à combien se montent les bénéfices tirés par l’esprit paranoïaque, misérabiliste et procédurier d’un certain peuple se disant élu. Un indice? Jurant sur l’actuelle grisaille de crise genevoise vous ne manquerez pas de remarquer l’aspect flambant (refait à) neuf de ce temple.

     

    Il n’empêche que sont admirables le renoncement, dévouement, la générosité, bonne volonté, naïveté .. de la plèbe religieuse, du simple croyant au petit curé ou à l’imam de campagne, en passant par les bigotes du social, mais les avantages tirés pour les troupeaux d’endoctrinés sont très loin de surpasser les dégâts engendrés par le concept même de Religion, et billevesées en découlant.

     

    Simple question. Croyez-vous vraiment que nos ancêtres pensaient que la Terre était plate? Qu’il étaient imbéciles au point de ne pas associer ce que peut-être même des animaux sont capables de réaliser, que la lune est ronde, rond le soleil, par conséquent sûrement ronde la Terre. Non, la platitude terrestre fut certainement inventée par tyrans religieux, dans l’unique but d’emprisonner toutes ouailles à leur service exclusif. Leur faire croire qu’en tentant de s’enfuir de l’enfer imposé ils tomberaient dans les abysses du bout du monde. Personne jamais ne fut dupe, mais tous furent contraints par force et menace à faire comme si.

     

    Méditez bien cette métaphore et priez les barons de la religion de dissoudre mondialement leurs trusts ou groupuscules, et de les refondre en une seule et unique religion planétaire consacrée au dieu Fric, réellement omniprésent et tout-puissant. Et que toutes richesses bloquées inutilement au nom de Dieu sur la planète soient additionnées et au moins réparties équitablement en près de huit milliards de parts, que chaque humain bénéficie concrètement de sa part des trésors de l’Humanité.

     

    Ce qui ne veut surtout pas dire qu’il faut p.ex. découper en parcelles la chapelle Sixtine, les fabuleuses Œuvres artistiques sous toutes leurs formes à la Gloire de l’obsolète Inexistant doivent toujours être préservées, mais il convient de remplacer fraction par fraction les tonnes d’or et pierres précieuses que recèlent les temples de tous ordres par de parfaites imitations; Si tel ne fut en secret déjà le cas. Cela donnera du travail à bien du monde et un minimum de moyens à chaque habitant de la planète, dont les aïeux furent obligatoirement abusés sous le joug de préjudiciables principes religieux.

     

    Ali GNIOMINY

  • Elu cher écarté, ainsi qu’un cheval erre

    Qu’il ne soit jamais dit que le Parlement ne bourre qu’haltère renforçant les gros bras de la Finance.

    Ali GNIOMINY

  • Au moche écueil du deuil de proches

    Maman manque,

    Est aux Cieux silencieux.

    Anxieux,

    Sans la voir, sans savoir,

    L’on se planque, ne se leurre, pleure adieux;

    Maman manque

    Et l’on trinque!

    Papa parti,

    Déjà sorti

    De sa fréquence de l’Existence

    Ne nous requinque!

    Parents absents

    S’emparent ensemble,

    Nous embrassant lorsque l’on tremble,

    Du bout des Souvenirs,

    Des coups du Devenir!

    Maman manque?

    Papa parti?

    Qui se planquent sous les orties?

    Tous deux, zélés, s’en sont allés?

    Et tu restes?

    Mais, ne peste contre montre,

    N’’injurie l’incurie de ce Temps,

    T’irritant tant!

    Maman manque?

    Papa parti?

    Ne te flanques, averti, sous le tank perverti

     

    De la déprime foulant tes rimes.

     

  • APPEL DE FONDS POUR ACHAT DE CHAUSSURES A JETER …

    … au visage d’indélicats gestionnaires de fonds genevois dédiés à la Culture, larguant onze millions en direction  de la culture off, indépendante, émergeante, mais évidemment pas le moindre centime pour l’inestimable véritable Culture, celle que trouvez ici, immergée depuis trente ans sous les eaux troubles où tente de la noyer une certaine censure liée à  la loi du silence, au service exclusif de politique débilitante, philosophie collabo, religion destructrice et culture de la pensée unique.

    Combien ces gueux ont-ils déjà dépensé pour cacher si durablement à l’opinion publique pareille Valeur Essentielle, et continuer ainsi malgré la ridiculisation internationale en cours à s’obstiner à ignorer l’Artiste concerné?

    Guerre des nerfs au sujet du nerf de la guerre, à l’interne comme à l’externe, triste réalité. Afin de détendre l’atmosphère, sachez qu’il y a huit ans, le 10 septembre 2001 au soir, de retour d’un formidable séjour à travers la Jordanie, surtout, puis le lac Nasser, Assouan familière, Alexandrie aux chambres **** face aux flots toujours déchaînés, sentant le pas bon vieux moisi, nous nous apprêtions alors au Caire à prendre ce qui deviendra l’un des derniers avions à décoller.

    L’on sent indiscutablement un climat d’extrême tension. Arrive alors la caricature parfaite du cinglé terroriste acharné, peau du front adéquatement durcie à force de se cogner au sol en priant, l’agressif barbu tout de blanc vêtu, se fraye à coups de coudes un passage dans la file, suivi de deux gorilles, et passe devant. Personne ne réagit, c’est visiblement trop dangereux.

    Le lendemain matin, après escale de quelques heures à Athènes et nouvel atterrissage à Préveza, au Nord de la Grèce, nous retrouvons notre Leucade adorée, le petit village où nous campions jadis et où nous sommes toujours si bien accueillis. Une suissesse vient de s’y installer et loue des scooters. Sur sa télévision, soudain, apparaît, ce 11 septembre 2001, une tour en feu. Accident d’avion, zut alors.

    Nous gagnons la faille ultra-sismique de Kalamitsi, notre lointaine plage prudemment déserte où tombons en paix les caleçons, gardant un œil sur l’immense falaise mouvante .. adrénaline adrénaline .. songeons à ces pauvres gens, sur quelques étages où l’avion  s’est encastré. Mais tremblons égoïstement de joie de goûter à pareil paradis, heureux qui comme Ulysse réalisons que demain nous retournerons enfin sur l’île voisine : Ithaque.

    Revenus à Agios … (non, il y a déjà trop de tourisme, désolé) nous découvrons qu’il y eut deux tours … et que seront votées durablement des lois extrêmement restrictives en matière de sécurité, modifiant la face du monde.

    Soyons réalistes, aucun vécu là-dedans, n’est-ce pas? Pas plus que dans l’ensemble de ce blog. Rien ne pouvant intéresser la Culture et l’Histoire genevoise, manquant si cruellement d’exceptionnels, indispensables et méritoires Poètes-baroudeurs.  Bande de savates, va! A la botte du capital, léchant les semelles sur lesquelles s’appuie branlant pouvoir, vous ne laissez qu’empreinte des plus malodorantes.

    Ali GNIOMINY

  • Jeûne genevois 365 jours par an

    Pour qui d'allergique aux pistons et courbettes, mets quotidien de la gent gestionnaire genevoise, et suisse en général.

     Et dire que certain ministre d'horripilant voisin nain politique s'étonne que la Suisse condamne le vol à l'encontre d'une personne privée, mais non le vol au détriment d'une communauté.

     Que moi, véritable suisse bien que sans doute jamais genevois, je dénonce cette réalité est à peine tolérable, mais quelle honte que ce doive être relevé par d’extérieurs accusateurs observateurs; ça fait mal, mais c’est sans doute devenu nécessaire pour que diminue peut-être un jour l’opacité juridique, culturelle et financière ici en vigueur, que je dénonce depuis des décennies; Occultation au service exclusif de gérants d’un ensemble de systèmes claniques formant l’actuelle timocratie helvétique, excluant jusqu’alors tout contrôle sérieux de leurs accommodations d’authentiques manipulateurs, voleurs et racketteurs de condition de vie, effectué par leurs victimes.

     A nous en couper l’appétit. Mais que la pauvre Helvétie du début du XXème siècle, paysanne et laborieuse, devenue subitement si riche, ne redevienne malgré tout un siècle plus tard pareillement démunie, par faute d’ excessive arrogance et cupidité de ses véritables moutons noirs.

     Ali GNIOMINY

  • DOUTE ET SECTITUDES

    Coûte que coûte

    L’étranger

    À toutes sectes

    Par son rare doute à l’apogée

    Les désinfecte;

    Ne respecte l’unisson de leurs leurres,

    Ne prospecte les frissons

    Du filon des félons:

    La Pépite si sensible à si pénibles redites:

    Cible

    Agaçante de soumission

    Que réinventent selon les ventes

    Flouées générations de déraillant loués croyants,

    Adeptes d’ineptes concepts payants;

    Coûte que coûte

    L’engagé

    Dans la guerre contre son Nerf enragé

    Croît au Firmament

    Et à l’Elément-Roi pourquoi pas consent,

    Concentre plutôt l’amas de ses sensées pensées

    Hors schémas éculés à attraits très bientôt bousculés,

    En l’antre magique de la Logique;

    Soufflant: - Suffit! Défie gonflants, tombeurs du ciel

    D’officielles sectes politiques sans Ethique

    Ou de «beuse» religieuse qui ne respecte ton Labeur,

    Tes Acquis, tes Valeurs, ton kiki..

    Coûte que coûte

    L’étranger

    À toutes sectes

    Par son rare doute à son zénith

    Déparasite!

  • QUI DONC, ABSENT DE RENTREES LITTERAIRES ECRIVIT, IL Y A VINGT ANS: – LA MER LES GERE, RIT DE CES VERS,

    l’âme erre légère, rides sévères,

     

    l’amer laid, j’ai ri de ses vers

     

    la mère l’égérie de ces vers … ?

     

    etc, etc

     

    ET QUI A COMMIS LE CELEBRE :

     

    - Plus culotté, à cul ne botter, qu’un Voltaire qu’on ne fait taire –

     

    Ali GNIOMINY, voyons,

     

    Prêt à composer de jolies histoires encore et toujours, dès qu’elles seront enfin correctement valorisées par actuels prévaricateurs: Ecrits alors exempts d’acerbes légitimes critiques à l’encontre d’incompétents collégiaux farfelus, prétendus découvreurs de talent, ou protecteurs de gestion clanique de biens publics & autres industriels vassaux du profit, aveuglés pingres apeurés encore à la vue de ce qui, par trop humblement, mérite énormément et bouleverse utilement.

     

     

    A fait évoluer en quelques semaines, de manière certaine et prouvée, la conception du monde pour la vie entière de tout lecteur curieux, ne s’étant contenté de survoler ne serait-ce que la minuscule fraction de compositions (84 textes) de l’auteur figurant sur ce blog, y ayant accordé le temps parfois nécessaire aux larmes pour couler, de rire ou pleurs.

     

     

    Bref, dommage pour lesdits stupides indignes bas ronds-de-cuir, dont les patronymes resteront pour la Postérité synonymes de collabos escamoteurs, censeurs de fondamental Patrimoine Culturel, briseurs concertés de Créations hors normes, (hors carcans intello-philo-théo-politico-psycho… collant au conformisme comme vieilles crottes écrasées ne puant même plus), d’Artiste hors le joug de toute tendance, croyance, soumission, obéissance, .. imposées sur coutumières bases subjectives engendrant  arbitraire, contraires au simple bon sens. Révisées-ci et avancées par acte généreux d’utilité publique, mais vital produit qu’il convient de rémunérer sans retard à sa juste valeur.

     

     

    Avant que tout petits suisses, et autres sbires tremblants diffuseurs de condition de vie au service de nains de jardin élyséens, ne se ridiculisent encore bien plus durablement.

     

     

    Ali GNIOMINY

     

     

     

  • DISSOLUTION D'UNE REGION MAFIEUSE NE MERITANT PAS LE NOM D'ETAT

    Si même les terroristes se mettent à avoir de bonnes idées … , écrivais-je dernièrement. Dissolution de la Libye et partage de son territoire entre la Tunisie, l’Algérie, le Niger, le Tchad, le Soudan et l’Egypte à l’ordre du jour lors de l’assemblée générale des Nations Unies. Impérativement. Ce territoire, ne méritant pas le statut d’Etat, vu la conduite criminelle et mafieuse de ses dirigeants, doit être rayé de la carte.

     

    Non, vous avez raison, de pareilles gamineries obsolètes, basées sur la débilité de l’- œil pour œil dent pour dent – sont indignes de nations civilisées. Poursuivons le chemin de notre caravane et laissons-là se perdre les aboiements dans le désert.

     

    Ali GNIOMINY

  • Helvétie, sors du piège, unifie-toi pour une fois dans le refus du stupide anathème jeté sur X ou Y

    Pas rancunier pour un sou (pour 10 centimes c’est déjà une autre histoire ..) je plains vraiment ce gouvernement suisse et surtout genevois, qui me considère toujours comme la dernière des merdes de souche, sanctions discriminatoires à l’appui. Les pitreries politiques et juridiques auxquelles nous étions habitués « en interne » prennent, avec l’intervention du Gnafron du Moyen-orient, bouffon dont ont honte également les pays arabes, une tournure heureusement pas trop internationale.

     

    Lâcheté et cupidité des voisins dirigeants oblige. Ceux-ci s’empressant plutôt d’achever la bête Helvétie souffrant par trop à terre, que de la défendre contre le terrorisme de « haut » rang. Silence média; Circulez, n’y a rien qui foire, et il faut taire que des dits dignitaires désirent atomiser le petit voisin cachottier, un peu mesquin certes mais ne méritant pareil destin; Abandon en bande organisée.

     

    Les visées du tyran sont à présent évidentes: Que les suisses s’entredéchirent, suite au prétexte détonateur soigneusement tombé fort à-propos, mettent au pilori le pauvre convalescent Monsieur le Président, ayant crû que sa fonction, et l’étiquette coutumière entre pairs, le protégeraient de la suprême trahison, du non-respect d’accords cordiaux passés …entre …

     

    De grâce, Helvétie, sors du piège, unifie-toi pour une fois dans le refus du stupide anathème jeté sur X ou Y

     

    sur la patience et l’acceptation de Mme Calme-Iran ou l’empressement et l’optimisme d’Eddy Mertz … Ce qui est fait est fait. Démontrons une cohésion, unique volonté de faire traduire ces dangereux tordus instigateurs d’incidents à La Haye ou Londres, devant ce Tribunal dont ils ont souhaité la constitution. Que ce procès fasse tellement toute la Vérité qu’il condamne peut-être Genève, mais traite en primeur tel qu’elle le mérite la criminelle partie demanderesse, suite à une contre-plainte pour menace, diffamation, prise d’otages, trahison diplomatique et compagnie. Le Barreau doit pouvoir briser la geôle de censure portant préjudice aux domestiques de tyrans et aux pays agressés en silence.

    Certes, Maître Poncet qui m’écrivait jadis ne pouvoir prendre ma défense contre l’un de ses amis (du zénith étatique), ce respectable avocat du diable risque bien, en perdant le procès, de ne pouvoir, (ainsi qu’il le souhaite sans doute s’il obtient gain de cause pour Kadhafi fils?), offrir la majeure partie de ses honoraires à un fond de soutien aux victimes et familles d’esclaves domestiques de despotes.

     

    Bref: Stop aux locales gaucheries et maladroits sms sondages sur une page de pq du dimanche, orduriers à outrance, de suisse quidam à suisses leaders, régalant sous leurs tentes, écroulés de rire et satisfaction que la stratégie fonctionne si bien, les ennemis en question.

     

    Laissons un brin nos bisbilles en suspens et déstabilisons plutôt le bourreau en exigeant le soutien, au nom des principes de non-agression et défense commune entre Etats dits alliés, de nos voisins et de tous gouvernements au monde ayant à se plaindre de la famille citée.

     

    Mais gare à ne point déplacer, exporter la hargne « inter-confédérée», ne pas non plus la diriger contre les susmentionnés lâches et cupides dirigeants, taisant savamment nos malheurs et s’en lavant les mains, négociant lucratifs armements, mais les rappeler aimablement à leurs obligations politiques mises face à l’opinion publique.

     

    Donc, trop de bonne volonté et naïve croyance en un fair-play dirigeant ont privé les otages de leurs affaires personnelles, seules rapatriées. Le gag serait clownesque en d’autres circonstances, humour très moyen, oriental. A prendre d’où ça vient. Et chut, hein, on ne critique plus nos hauts dirigeants pour quelque temps. Sauf quand on touche bien moins que le minimum vital en travaillant comme un dingue, et que tout le monde s’en fout, mais c’est une autre histoire …

     

    Ali GNIOMINY