01/04/2014

DE L’ART À DEUX À LA PARADE

La Rade de Genève sera traversée chaque jour par des milliers de voitures dans un an, jour pour jour !

C’est la promesse que font et tiendront nos autorités, qui ont de quoi nous enchanter !

Eh oui, après des décennies, si ce n’est des millénaires d’hésitations, sur la manière de désengorger le trafic entre les deux rives, des myriades de projets plus ou moins foireux de grande ou petite traversée, d’immenses travaux à prévoir défigurant la face du bout du lac : Ce ne sont pas moins de DEUX COMPROMIS qui ont été adoptés et mettront tout le monde d’accord :

La Direction Chinoise de Swissmetal, à Reconvilier, a commencé à produire en secret une immense quantité de plaques à air propulsé, à fixer sous chaque véhicule. Plaque permettant à votre auto de rester en suspension sur l’eau comme un aéroglisseur.

Le tout, installation comprise, pour la somme de 1’789.-, que devra dépenser chaque automobiliste dans les douze mois à venir. S’il veut pouvoir passer d’une rive à l’autre. Le Pont du Mont-Blanc étant rendu à l’état naturel, pour les piétons et pêcheurs. Mais la dépense en vaut largement la peine, nous affirme le Directeur Sino-Polonais Phuh H’Szçôhn.

Nos édiles, étudiant toujours les choses en profondeur, ont également observé qu’à la surface de la rade la circulation risquait de devenir chaotique, si elle n’était réglementée. Des bouées-panneaux de circulation flotteront deci-delà, et les contrevenants seront amendés par la brigade lacustre à pédalo. Je plaisante, évidemment. Non, les gabelous du lac sont déjà équipés d’une centaine d’aéroglisseurs débridés. Et la circulation surlacustre n’est que la moins pittoresque des deux options, car :

Et c’est là tout le génie de nos élus : Pour une très modique somme, Genève a plongé sur l’occasion d’acheter au milliardaire Russe Igor Ghrorkin un stock de vieux matériel militaire à retaper, immergé dans la mer de Kara, qu’il avait acquis pour une bouchée de pain, avec un K27 offert en cadeau-bonus.

Sous-marins acquis en très mauvais état, que les chantiers navals de Versoix ont magnifiquement transformés en véritables FERRYS SOUS-MARINS en plexiglas transparent, entièrement étanches et pouvant chacun contenir 300 véhicules. 24h/24, toutes les 3 minutes.

Cerise sur le gâteau : L’amiral Roger Montandon et son staff vous accueille cet après-midi à 16h à la Nautique, pour une traversée inaugurale au cœur du  Subferry  N°1 : « Le Carpe Diem ». À en rester muet d’admiration, nous dit-il, vu qu’à l’intérieur de ce submersible, vous aurez, en choix : Un magnifique Bar, où nous gardons de bonnes bouteilles. Que surveille cet Amiral Montandon, histoire de tendre la perche à qui roulerait au sol, si son second met le turbo.

Un véritable plaisir des yeux, que cette plus belle traversée de rade du monde ! N’est-ce pas don peu ordinaire, que nous font en guise de traversée nos élus ? Transport, de plus, finalement très économique :

Sans pouvoir vraiment en expliquer la raison, aucune dépense énergétique n’est à prévoir pour l’éclairage férique de ces véhicules sublacustres !

Ils ont la merveilleuse et étrange particularité de briller par eux-même …

Remercions les décideurs en question.

…………….

Toujours naviguant entre deux eaux, changement de ton, plus terre-à-terre à présent :

Un pathétique condamné fraudeur Italien, qui cacha lots de ses digressions, afin de se faire pardonner sa maltraitance d’assujettis, demande à ses lésés d’adopter les chiens et chats errants.

Comme quoi même un extrémiste peut prendre d’utiles initiatives pour réparer ses erreurs. Voilà qui mérite que j’évite de suggérer une transition entre le maquereau et le bardot.

Car, dans l’état où il a fait chuter ce pays, il est indispensable de prévenir ainsi le pire. Et de le relever par un juteux commerce.

En l’occurrence les chiens, une fois « retapés » dans des familles d’accueil, seront ensuite vendus en Chine.

Quant aux chats ? Poissons-chats exclus ! Tradition oblige : Avec chaque minet adopté est offert en cadeau-bonus : 1kg de polenta.

……………………

Alors que sur l’autre flanc des Alpes, le vin de messe tourne en eau de boudin, où se noient de gros poissons des abysses du traditionalisme.

L’affaire est des plus troubles, mais il semble que se déroule une très peu coûteuse analyse des faits reprochés par la Justice, à celui qui change sans cesse de versions. En résumé :

Giroud est « Ecône-homme » mi-canalisé !

…………………….

Or, que trouver encore comme remerciements sincères à bonne part de la Police genevoise ? Qui ne battra pas de SCORE à la Place Neuve (c.f. future Initiative contre le « de » Neuve) le 9 avril à midi, en matière de contraventions.

Police qui manifestera également contre les requins de la valorisation frauduleuse de l’emploi qui, par l’achat de l’insulte SCORE discriminent (Art.15 – Constitution genevoise. Vous êtes aveugles, ou quoi ?) discriminent les forces vives du travail, au profit déloyal du multi-parasitage hiérarchique au service de la discorde ; Indispensable pour que le noyau dirigeant s’autorise à régner quasiment à sa guise.

Unis contre le mépris qui nous est témoigné, fonctionnaires, bas ronds-de-cuirs ou autres dépréciés par une certaine racaille de l’estimation des efforts d’autrui, réveillons-nous ! Pris dans les cages du copinage des « hauts étages » allions-nous, contre rature !

Notre patron, le public, nous paie pour un Etat équilibré, fait de Justice et de partage équitable, de mesure et de bonne intelligence. Pas pour l’ordurière usine à enrichissement intensif de chefaillons que SCORE installe. Et qui va, si l’on ne s’y oppose fermement, centupler les cas de burnout chez les seuls qui sont généralement sur le terrain et font vraiment tourner les Services. Base déjà, de toute manière, écoeurée et totalement désabusée, découragée par les assauts répétés et rapts de ses acquis perpétrés par les lobbies financiers, sous crapuleuse protection politique. Base à soutenir par tous celles et ceux qui pensent encore que l’Etat a aussi du bon. Qu’il est surtout censé se, et nous, protéger contre ce nauséabond futur planétaire approchant au galop, voué en grande part à l’inhumain système TISA, qui privatise(ra) les armées, polices, médias, tous Services, éradique(ra) la notion d’Etats. Permet(tra) n’importe quels abus au nom du profit.

Gare, gare à TISA qui s’approche, et STOP à SCORE en attendant.

C’était la minute syndicale du Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour ne vous asservir. Selon la formule qu'on sacre. Eh.

…………………….

Félicitations encore pour un rachat probable :

Un monument en hommage à Nelson Mandela devrait être prochainement érigé à Genève.

D’accord, mais de grâce, par souci de vérité, comportant l’inscription :

À Nelson Mandela, la Suisse reconnaissante au grand homme. Qu’il n’ait pas souhaité faire plus de tapage sur le soutien répugnant, passé et présent, des milieux financiers helvétiques à l’Apartheid.

……………….

Et puis : Comble de l’absurde : Al Qaïda veut frapper la Côte d’Azur.

Qu’ils s’attaquent plutôt à Alger, Tunis ou Tanger, s’ils souhaitent ne tuer qu’un minimum de Maghrébins !

………………

Non non, il y a maldonne, Monsieur le Maire de Fréjus, je vous assure, votre homologue de Béziers me l’a déjà proposé, je n’ai absolument aucune envie de faire rire vos troupes lors de meeting avec des gags du genre, c’est un accident … Mais bon, dans le style que vous aimez sans doute, il y a toujours comme rigolo un troisième Jean-Marie qui peut passer, même s’il est Bigard et sans doute pas encore assez vulgaire. Ou au pire, parmi les gens marris, l’autre plus sombre individu qui prétend Dieu donner à votre cause …

……………………

Vous connaissez, pour terminer, mon goût pour la symbolique. Etudions aujourd’hui un sympathique animal (de loin), chaleureusement invité à repeupler nos contrées mais pas trop, (pas comme les meutes de loups se reformant, ou cette plaie d’ex-rares castors à exterminer tant qu’il reste du bois dans le canton), cet exemplaire animal imposant qui symbolise le fief du Pouvoir Helvétique : L’Ours !

Celui-ci se repaît généralement de ses rejetons et sa femelle la ferme. Ils tournent en rond au fond d’une fosse, jusqu’à ce qu’il la chope derrière la nuque et lui balance de quoi se faire une bonne bouffe quelques mois plus tard. Ah, ce qu’est la Nature et l’instinct de survie de ce noble animal fédéral.

Ainsi, en Helvétie, la bidoche à patte bernoise naissant, en quelques mètres carrés, n’a pas vraiment besoin de porter un prénom, pour le temps qui lui est réservé, le petit du symbole fédéral porte donc un numéro. Et s’il a l’outrecuidance de survivre aux crocs de son géniteur, alors là ça devient un sacré problème. La fosse n’étant extensible, absolument personne n’est assez fou pour s’encombrer de tarés plantigrades excellents coureurs, certes, mais stressés et complètement traumatisés de naissance. À vision du monde n’ayant jamais dépassé les murs de la prison-mangeoire du cannibale paternel.

Personne ne veut d’eux, exceptés de mielleux politiciens adeptes de métaphores, se glorifiant de pareille fosse sise aux bas-fonds de la rue descendant de leur Palais.

……………………

Amoralité : À Berne, tout est dans l’Aar et la manne y erre !

Ne laissons nos meneurs se constituer un cossu parapluie avec les baleines qu’ils se mettent en travers du palais pour sourire …

Ali GNIOMINY

26/03/2014

LE ROMAN D’HEURTS ANARS

Toute vie est un roman. La mienne une bibliothèque.

De la survie ! Lors que toute mort implique de noirs derniers faire-parts, la mienne ne sera qu’une première feuille blanche.

Mais, pour l’heure, revenons aux auras aux hauts rats qui nimbent les limbes à leurres, déboires, de leur purgatoire :

…….

La vermine des steppes attaque et blesse des écoliers anglais en Russie, qui fêtaient la Saint-Patrick vêtus de kilts.

Motif : Avec leur « jupe » ils furent pris pour des homosexuels ! Voilà qui excuse tout.

Une excellente indication pour les Services Secrets occidentaux. Qui savent ainsi (dès que le gouvernement d’ignorants incitant sa plèbe de la plus basse extraction à ce genre de comportements aura fini d’envahir l’Ukraine, et s’attaquera au reste de l’Europe) que le premier pays visé sera l’Ecosse !

……..

À Clochenève-sur-Boutdulac, pendant ce temps, c’est la panique mais pour de bien plus sérieuses raisons : Enfle rumeur contagieuse, comme quoi le PDC virerait prochainement à gauche.

Une excellente nouvelle pour l’équilibre social, si tel est le cas! Et ne sera pas trop coûteuse la modification de Parti Démocrate-Chrétien en Parti Démocrate-Communiste.

Ça reste dans la tradition, et ça flatte surtout l’éventuel plus fort du moment, tout en gardant de bons rapports avec ses démocratiques ennemis.

Aussi : Pas un pet d’essai … ! La totale d’emblée, pour l’appellation nouvelle ! Rien ne sera jamais pire, vous le redit votre bon Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, qu’un certain Parti nous rappelant que le pet est l’air … des … ?

Et il faudrait que l’on Aime Ces Gêneurs ? Ne répondez

Vous connaissez vos classiques, bravo !

Et en face ? Quelle paix est-ce ?

L’on sent que l’atmosphère est lourde. Aérons ! Ou d’aimer nageons.

 

Un bail est né, est à signer ! Qui ne procure heurts … Entrez, lecteurs … qui n’encage à tous les étages. Et que ne se péjorent nos …

Suffit ! Bannie soit toute subliminale propagande, au Royaume également simili-démocratique du Parti Railleur !

………..

Or donc, Clochenève-sur-Boutdulac va tenter d’autoriser pour trois ans la culture, distribution et consommation de cannabis. Parfait.

J’invite, toutefois, les agriculteurs à rester prudents en matière d’autorisations plus ou moins douteuses liées au chanvre, et à manger doublement à partir de 2016.

En effet, le bien connu principe du « laisser-faire » des autorités consiste, une ou deux législatures plus tard, à arrêter les chanvriers, n’ayant plus qu’à observer une grève de la faim contre totale injustice due au flou juridique en place. Faute de quoi le public ne s’en occupe Rappaz.

………

Poignant appel nous remuant encore, en le toutou-ménages « Léger Hâchis » : «  Sauvons le père Glôzu ! »

L’horreur totale. Glôzu t’as lors la poisse, l’angoisse :

Ton « Café de l’Hôtel-de-Ville » doit fermer ! La célèbre brasserie du gratin, pile en face de la Salle du Grand-Conseil. Que va donc devenir l’immense majorité des élus ?

Cette fermeture est criminelle ! Il y avait bien vingt mètres à franchir pour se désaltérer, c’était encore supportable. Mais une cinquantaine de mètres jusqu’au Café Papon, c’est de la mise en danger de la vie d’autrui !

Avec les  crises d’épilepsie et tremblements du manque …

……...

Que ne paniquent ces édiles ! Qui ne comprendrons ce type d’humour vachard que dans 5670 jours ! Soit quinze ans, six mois, dix jours, neuf heures et … Je vous tanne, hein ? Oh, j’aime honni(e)s. Et c’est fini.

Vive  le rire, le bonheur et la sagesse de l’abstinence …

Ali GNIOMINY

25/03/2014

LE MÂT TEINT, DIT MANCHE, ET TANT D’ART

Etandard d’arrivistes hystériques, icônes connues, nunuches et autres apôtres, le plus lu de tous les dominicaux Matins fait fort.

Au sens concret du terme. Il faudra bientôt un transpalettes pour le porter.

A l’ère écolo, le canard du dimanche bouffe tellement de papier que c’est à se demander s’il n’y a volonté de liquider les stocks avant fermeture.

…………………………

Monstrueux, je vous le concède. Férocité d’autant plus déplacée que contre mes intérêts, je le répète : Pour tapisser le fond du perchoir du perroquet aucun journal ne pompe mieux la merde que le Matin dimanche. Rien ne tombe à côté, si ce n’est parfois d’aucuns éditoriaux ou cultes abusifs aux poids lourdauds de la droite.

………………………….

Qui, à Genève, annoncent fièrement l’amaigrissement de la Prison de Champ-Dollon, avec l’ouverture de sa nouvelle structure, nommée «  La Brelaz 2 »

…………………………

Plus rien à craindre, en matière de gestion pénitenciaire, car, enfin :

Le Techno-prophète Nicholas Negroponte, Fondateur de Media Lab, Universitaire très respecté l’affirme : Il suffira bientôt d’avaler un comprimé pour emmagasiner du savoir, (si ce n’est de l’intelligence).

Une pilule et vlan, la théorie de la relativité est en eux, les responsables conçoivent l’espace vital vraiment nécessaire aux détenus locaux, et le temps leur restant à leur poste, à tenter de relativiser …

Quelle magnifique surprise : S’être emmerdé durant près de six décennies à devenir fort érudit, et clac. Tout à disposition immédiatement, balancé au si vil commun des mortels, chiens, chats …  bientôt dans les rayons Savoir de la Migros ?! Bouuuhhhh !

Tel abominable Monstre scientifique, exterminateur de stuctures éducationnelles, crachant sur la tombe de Charlemagne, affirme sans vergogne  qu’avec son remède à effets fulgurants nous connaîtrons d’un coup l’anglais et à la ronde les classiques,  les œuvres de Shakespeare … sans avoir à les retourner en tous sens.

Et justement la tête m’en tourne, c’est toujours ainsi en cet injuste monde de secouées âmes lettrées qu'on pense étriquées: Toupies-or notent toupies ... ! 

…………………….

Frasques toujours, de locales cocasses pies peu locaces  :

Scandales de conjoints d’Ambassadeurs Suisses à l’étranger, en Argentine, au Venezuela

Exigeons le célibat et la chasteté des ambassadeurs, en contrepartie du mariage des prêtres, et c’est réglé. Et de surcroît, bien moins d’ambassadeurs que de prêtres veut dire quantité d’enfants sauvés. 

……………………

D’autant plus que, pour ces derniers : La présidente des Femmes Socialistes veut changer le rythme des sessions parlementaires, afin de concilier vie familiale et professionnelle.

C’est vrai, à l’exemple de l’armée de l’air, qui ne bosse qu’aux heures de bureau, il n’y a aucune raison de faire du zèle. Calquons la vie des parlementaires au service cher payé du peuple, en fonction de chaque dent de lait de l’un ou l’autre enfant d’élu(e), allaitement ou autre évènement familial de cruciale importance, qui nécessitera moult naturels reports de session. Ce sera tout ça de gagné sur l’abusif durcissement politique en cours !

Précisément, si l’on y songe : La Nature déteste le vide, c’est un fait. Lors qu’à l’évidence trop de laxisme laisse un certain vide, que régulièrement emplit en contre-poids la dureté de la répression.

Il y eut la génération flower-power, des années env. 50-70, puis ses descendants, les 70-90, éduqués sans contraintes ni punitions sérieuses, surprotégés, déresponsabilisés, génération née dans l’individualité, devenue adulte : Soit punk, skin, grunge, néonazie, milicienne, de droite totalement révoltée, soit : fataliste, humaniste abusée, impuissante, dépassée, tentant de recoler des restes de laxisme, mais écrasée par la majorité comblant le vide naturel laissé : par exagération de la répression prônée. Génération du trop libre choix personnel, ayant mené à nouveau à la totale division entre tout bons et tout mauvais. Où les ordures n’ont plus de retenue et où leurs victimes deviennent (bien plus tard) des Saints.

Et les rejetons de ces rejetés, les 90-10, divisés sur les divisions parentales, paraissent des deux bords plus fanatiques et formatés encore.

Tentons malgré tout, entre la piste et le choléra, de rester fidèles à la voie du plus de laxisme, plutôt qu’au sentier du ravin du fascisme.

Quoi qu’il en soit, pour l’heure, le XXIème siècle est terre-à-terre et a à ces rats plu.

……………………

Aussi : Alerte ! Garde à vous ! Ordre de Divertissement des troupes !


PARTICIPEZ AU GRAND CONCOURS ANNUEL DE

MISS OU MISTER*

TEST DE L’APNEE DU SOMMEIL 2014 !

 (*en l’état ça ne change plus grand-chose)

 

IMG_1178.JPG 

Le tenant du Titre : Blessé de guerre larvée, ne disposant que de 4h30 de mauvais sommeil 7j/7 depuis des années, miné par l’incompétence notoire de contemporains chargés culturellement et socialement de valorisation de ses Œuvres.

Votez pour son entrée au Guiness-Book ou montrez-vous pire que lui. Pour le meilleur … et pour l’heure : ire.

Visons la chute …

Ali GNIOMINY

18/03/2014

ÉLUDÉ C’EST

Grâce à l’appui des partis de droite : Le salaire minimum de CHF-4'000.- approche !

Dès que la baguette de pain sera à CHF-700.-

Mais, inutile d’en faire une tartine. Soyons plutôt solidaires avec les employées de maison sans papiers.

Eh oui : Il est absolument ignoble de forcer une employée à amener sur le lieu de travail son propre PQ.

Surtout avec la chiasse que lui provoque généralement son patron, due aux spaghettis au Whiskas et autres facteurs peu ragoûtants …

………….

Mauvais patrons, encore et toujours : Ceux de la Conférence des Directeurs cantonaux des Départements de Justice & Police, qui veulent exporter les détenus Suisses dans les prisons étrangères !

Alors que la quasi-totalité des détenus ici est constituée de malfrats étrangers, ayant porté préjudice à notre patrimoine puis nous ruinant en frais démesurés pour leur confort et leurs soins. Et en indemnités pour les conséquences de l’absurde surpopulation étrangère, nécessaire au maintien de salaires à tous niveaux d’un afflux de gardiens de la répression. Et autres cupides fabricants de geôles.

Non, je ne cesse depuis des mois, et commence enfin à être suivi dans les médias, d’offrir la solution la plus évidente en la matière, pour autant qu’elle soit étudiée en toute honnêteté et impartialité :

Les prisons suisses pour les Suisses. Même avec la kyrielle prévue d’incarcérations à venir de banquiers, avocats, assureurs, édiles, chacun aura alors facilement une suite de cinq cellules pour lui seul à disposition.

Non mais, franchement, chers responsables compatriotes, notre pays a donc à ce point perdu la guerre escamotée en vigueur ? Et toute dignité, au point de se voir isolé par ses voisins (coupure d’Erasmus, plus de subventions européennes au cinéma suisse, etc) et de soigner au prix fort leurs délinquants ressortissants ?

Stop ! Assez ! Vous allez cesser de nous trahir, en facturant tous frais d’incarcération aux pays responsables de leurs justiciables. Que ces nations reprennent alors leurs coupables sur leur territoire ou paient la facture, et qu’un Fonds International crée en certains lieux de la planète de gigantesques cités-satellites pénitenciaires, dotées de conditions de vie simples mais respectueuses des Droits de l’Homme, pour tous les prisonniers de la Terre incarcérés en dehors de leur pays d’origine dont on ne peut savoir lequel. Villes-prisons gardées et gérées en commun par autant de nations qui s’allieront à cette proposition, et contrôleront le bon déroulement des peines prononcées par le Tribunal-Express du pays où a été commis le délit. Mais si la nationalité de l’individu est connue, ce sont les Instances de son pays, où il sera immédiatement acheminé si pris en flagrant délit, qui devront se prononcer, avec droit de véto du pays lésé sur le verdict, s’il est exagérément plus clément que celui estimé par ses propres Instances).

Y a-t-il besoin de Conférences pour comprendre que si un vase est plein à ras bord, qu’on le préférerait presque vide, il vaut mieux ôter les 80% de l’eau que les 20% ?

……………

Noyés, encore, en leur absurdité, les mêmes tenants, ou approchant :

UDC & Cie désirent empêcher la vente contrôlée par l’Etat du cannabis à des adultes dûment recensés. Perpétuant ainsi sciemment le marché mafieux de ce produit, et les atteintes graves à la santé (par le maintien de substances coupées, sans contrôle sanitaire) et aux finances des intéressés (par des prix absurdes pour de la qualité dangereuse) comme de l’Etat (par les maladies engendrées par ces produits naturels trafiqués, l’absence d’impôt sur ce marché florissant, le perte due à l’énorme diminution des frais de Justice causés par stupide et coûteuse répression …)

Soit : Il est temps de repêcher nos gros poissons :

« Nul ne devra subir de discrimination …  Art.15, Constitution genevoise». Affichent en Ville les foies jaunes.

 

Discrimination est ci-dessus démontrée, envers les victimes du maintien d’absence de contrôle étatique d’un produit naturel local, assimilable à de l’empoisonnement volontaire. Pour commencer.

Alors que l’absinthe tue en toute impunité, ou détruit la vie de Conseillers comme de tant de gens et leurs visions de la politique sous influence, engendre leur déni des dégâts collectifs et/ou individuels de l’alcool ou du tabac, la discrimination entretenue à l’égard des fumeurs de cannabis …

Bref : J’ai apprécié de n’avoir jamais vu l’affiche UDC prévue, sur laquelle un révolver était pointé contre une tête, réveillant mes traumatismes suite à plusieurs agressions violentes. Et contre laquelle je prévoyais de porter plainte et réclamer moult réparations …

Il me déplairait, au cas où la clique UDC envisage de soumettre son opposition à votation, d’avoir à rédiger ici un formulaire de plainte imprimable, à signer par tous intéressés visant à un regain de Justice, et à adresser en bloc au Parquet le plus proche, qui ne pourra rester de bois.

……………

Vous allez dire à présent que je dérape encore? J’adore ça.

 

Ah, le parquet de bois et le gros bloc bien lourd, sur lequel j’étais assis pas si tout petit puisque m’en souviens, et promené à coups de muscles maternels à travers toutes pièces …

Avez-vous connu les balades en bloc ? Quoi ? Blasphème ! Vous n’êtes qu’issus de l’ère de la cireuse automatique ? Pauvres de vous.

Je me dois donc de continuer de manière fort polie :

Allez, je sais que vous adorez mes authentiques aventures autobiographiques plus que mes acerbes critiques de politiciens en herbe. Surtout lorsque mes pérégrinations transmettent adrénaline sous la force du vécu. Je reviens … ou j’en viens … à mes (plus belles ?) années, et à deux de mes plus trépidantes expériences de la violence :


Au seuil des champs bigarrés, la charmante école de laquelle je sortirai ex-aequo lauréat et d’où je sors présentement en ce récit, en compagnie de quelques camarades. Nous plaisantons sur les marches et chacun s’éloigne de son côté. Du mien se parque une luxueuse voiture noire à vitres teintées, ce qui est alors assez rare.

Une très élégante dame couverte de fourrure et bijoux en sort, se dirige vers moi et me demande sèchement d’entrer en le véhicule. J’hésite; elle se fait plus insistante : « Je suis la mère à … (un copain de la ville) mon mari à quelque chose à te dire, entre dans la voiture ».

À peine rassuré je m’enfile à l’arrière, elle rejoint le siège du mort, le couple se retourne … et pour la première fois de ma vie je louche sur un canon de révolver pointé.

Je blêmis un chouia. Et entends, de la bouche même du Monsieur, puissantissime industriel du coin et patron de proches : « Ecoute, je règle mes comptes moi-même, tu le sauras, si j’apprends que tu as encore vendu du shit à mon fils je te descend, maintenant fous le camp ».

J’ai lors l’irresponsable outrecuidance de tenter de répliquer … « Mais… ». Réponse-express : « Encore un mot ou un bout de shit et boum ».

Je m’éjecte, j’ai le cœur qui fait … des sauts, suis bigrement secoué. Heureux cependant, sous le choc, de n’avoir déballé la plus pure vérité :

Que jamais ô grand jamais je n’avais vendu la moindre drogue à son fils, car … C’est lui qui nous fournissait tous !

 

Il serait préjudiciable à la mémoire de ce sinistre justicier que je donne plus de détails, qui permettraient de le reconnaître, puisque de ses frasques ont défrayé la chronique avant son décès. Il y a déjà fort longtemps, certes, mais certaines villes gardent une mémoire vive des tragédies s’étant déroulées sur leur sol.

Ainsi, vous comprendrez à quel point l’on peut se leurrer, « coincé en ses valeurs familiales et désirs de fils parfait », d’un côté et de l’autre « respect aveugle et naïf pour de brutaux  notables ».

La seconde fois où l’on a tenté activement et durablement de me descendre pour un malentendu, je traînais certes à la recherche de quelque stupéfiant à acheter en les bas-fonds de Berne. En un glauque et bruyant bar fort enfumé. Et, tifs à l’épaule et sacoche en bandouillère, j’avais la chance de faire plus hippie qu’efféminé ; Sauvé par une voix de baryton, (alleluia, à quoi échappai-je) et une prudente gestuelle masculine … mais moins costaud encore que ne le suis à peine devenu.

Un mastodonte patibulaire de race indéfinissable est avachi sur une table au loin. Qui crache foison d’injures outre-Sarinesques, et écrase parfois son énorme poing sur la table pour ordonner un bock de bière de plus. Je retrouve alors mon ami, neveu de célébrité politique, nous conversons sans plus prêter attention au malabar. L’ami me dit que c’est un boxeur en manque, qui a un peu perdu la raison, à surveiller de loin) Je plonge la main dans ma sacoche pour y chercher un chilom à fumer.

Et reçois une gigantesque baffe, esquive à peine un direct tueur. Le monstre m’arrache la sacoche, je parviens à la lui reprendre, un cran-d’arrêt apparaît à sa main, il me l’arrache à nouveau et hurle que la sacoche est à lui, en me poursuivant longuement dans les rues de Berne, couteau en main en plein après-midi, avant que je parvienne à entrer en l’arrière-boutique d’une pharmacie, fermer la porte sans que le poursuivant ne s’en aperçoive, que je sois caché par le pharmacien. Et comble de chance et d’amitié, arrivé par les chemins détournés sur le quai de gare, que mon compagnon d’alors me la rende, parvenu à son tour en encaissant quelques coups à arracher la sacoche au fou, ce qui l’avait rendu plus furieux encore dans sa poursuite.

………………

Ces deux sérieux exemples de danger de mort, les deux premiers et moins violents de ma vie, auraient-ils eu raison d’être, si j’avais alors pu aller acheter mon herbe en pharmacie ? CQFD.

Né discriminé, discriminé encore ?! Au fait : Combien coûtent à un Etat prévaricateur 45 ans d’usure des nerfs injustifiée, pour des broutilles ?

Paraît qu’il indemnise fastoche, faut pas louper le coche.

C’est moche, c’est moche. Mais c’est dans la poche, et sans anicroches.

………………..

Si la légalisation sous contrôle des drogues, à commencer par le cannabis, est encore repoussée, il vous faudra me rappeler que je prie vos rejetons à peine adultes de m’envoyer le récit de leurs risques de mort inutilement encourus, liés à la recherche hasardeuse de dealers pour achat d’une tête ou d’un bout de shit de moins de 2 grammes, soit 3 joints de mauvaise qualité pour 50.-. Je suis persuadé qu’il y aura de quoi publier des dizaines de tomes à ce sujet. Soit l’absence crapuleuse de protection et la mise en danger de la vie d’assujettis, par prévarication de la Confédération depuis une centaine d’années.

………………….

Suffit pour l’heure avec ce sujet et les leurres et projets d’élus.

Décès :

 

Un très gratuit quotidien manquant de correction relève l’ambiguïté liée à Mick Jaeger, nous apprenant la triste nouvelle qui l’accable. Ainsi : «  … Sa compagne ex-mannequin a été retrouvÉ  pendU .  Aucun mot n’aurait été retrouvé auprès de la défunte. »

J’en suis tout chamboulée.

Pauvre Mick, mes sincères condoléances. Que te réconfortent les souvenirs de la belle époque du Var, quand vous enregistriez avec mon Max de colocataire, dans le studio près d’où allaient habiter bien plus tard Brad et Angelina. Crois bien que, près de quarante ans après, je regrette toujours d’avoir été en Grèce lorsque vous passâtes au Mas. Ainsi que me le conta l’amie Christine de Telephone. J’y retourne parfois, mais en reste éloigné par peur des chiens de nouveaux propriétaires. Et à chaque fois je ne puis m’empêcher de verser une petite larme.

Songeant à nos jeux et toilettes matinales, à poil en groupe autour du vieux puits glacé, nos musiques et l’ambiance très cordiale que j’entretenais avec les incontournables gendarmes locaux. Qui passaient parfois voir si tout allait bien, et que je parvenais de temps à autre à retenir pour déguster juste un tout petit peu de « notre » Rosé et faire rire comme rarement. Sympathiques, impeccables, irréprochables agents de la campagne varoise, surtout curieux des mystères de la Suisse d’Epinal, sachant si nécessaire rentrer par les chemins de terre …

Ainsi, une larme de rage de plus, en souvenir de la méchante surprise de l’appel que je reçus en Suisse, alors que je travaillais quelques semaines pour retourner comme de coutume de longs mois en notre campagne bien-aimée. Ayant eu l’idiotie d’en confier la garde (sept chiens, quatre chats qui tous nous suivaient partout en file indienne, des tortues, poules ..) à des trouducs, j’apprenais par un autre Corps de police française que l’un de mes invités avait convié l’une de ses connaissances, de retour d’Afrique du Nord, à séjourner chez le con de Suisse absent faisant tourner la baraque, convive n’ayant rien trouvé de mieux que d’y planquer 30kg de marocain. Sur les 300 retrouvés dans son véhicule devant « ma » porte.

Preuve indiscutable apportée, que je n’y étais vraiment pour rien, je fus cependant contraint par le brave viticulteur propriétaire prêt à me vendre le tout pour une bouchée de pain, à lui rendre les clefs. J’avais été trompé mais j’étais le Suisse, seul responsable de qui se trouvait en la demi-campagne que je louais. Et il ne voulait plus d’histoires, ne m’en voulait évidemment pas, victime comme lui, mais …

Ah, si déjà, le cannabis  … Vous voyez, on y revient même sans le vouloir. D’ailleurs, Jean-Marie Pelt l’a magnifiquement décrit, dans « Drogues et plantes magiques » : La drogue colle à la peau de l’homme depuis la nuit des temps !

Je dirais plutôt à ses poumons, neurones ou veines, mais bref : Elle fait partie de son environnement incontournable, sous une forme ou l’autre. Alors à quoi bon, si elle est assimilée à une maladie, chasser et punir ses victimes plus ou moins consentantes, au lieu de leur offrir le choix de découvrir par elles-même si elles souhaient ou non finir par s’en passer, et les aider, plutôt que de leur nuire..

À qui sert vraiment semblable prohibition en vigueur ? Qu’en est-il du respect de la dignité des individus à cet égard, et du droit de disposer librement de sa personne pour autant que cela ne nuise à autrui ? Ne serait-ce que pour le millième des atteintes à son prochain que provoque l’alcool.

De mon alcoolisme, dominé il y a 15 ans 187 jours et 8 heures, à quelques minutes près, de mon alcoolisme je ne me préoccupe plus, comme vous le voyez je ne pense plus trop au temps passé depuis que suis véritablement abstinent libéré, ayant intégré vitale absence totale du poison en mon organisme et esprit.

Vouloir c’est savoir ! Comme disent nos amis Belges. Savoir s’en sortir est un Art rare, duquel je suis passé maître. Reste juste à savoir encore, je le veux, QUI se permet ici de douter de la véritable valeur d’un extraordinaire travail sur soi et les autres, pour n’y apporter que si peu de respect et crédit ?

…………………….

Si ce n’est, à détrôner, quelques vassaux …

Ali GNIOMINY

12/03/2014

SCÉLÉRATS PASSENT

C’est plus fort que moi : je déteste, j’abhorre, je hais les cendriers sales ! Ils me font penser à mes poumons.

Et vous riez ? Ah ! C’est sympa !

 

Foin d’humour très noir. Et paille au bec ou non, depuis des décennies, en toute légendaire modestie je côtoie ce méchant cimetière des Rois, sachant que j’y finirai froid.

D’autant plus paradoxal … Qu’y reposeront mes cendres. Ainsi que l’aura voulu cet écrit.

À une condition. Afin que l’esprit apaisé du Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche trouve sa parcelle entre Jean Calvin et Grisélidis Real, il convient tout naturellement que Genève évolue. Et pratique finalement le regroupement familial mortuaire. Hors flashs photographiques et pour moins cher qu’un bon suaire.

Né protestant, protestant la vie durant à tel point qu’ayant jadis démissionné de l’industrie protestante, je proteste bien sûr énergiquement contre l’exclusion des non-protestants de ce cimetière, et précise que rien ne semble empêcher, sinon leurs protestations, que des ex-pros … testant les protestants n’y reposent. Ad Aspirinum.

Mine sinistre et lugubre de circonstance, je vous prie. Pas d’écarts tiers.

……………………

Voilà, ces naturelles dispositions larguées, passons à du sérieux :

 

Vous y comprenez quelque chose, vous ? Ou .. on est tous « toyés » ? L’on nous bassine avec les vertus des super-satellites, capables de géolocaliser, photographier des objets de quelques centimètres au sol, des technologies de pointe toujours plus répandues. Et des « boîtes noires » d’avions disparus sont indétectables. Elles ne comportent aucun système capable de les relier par ondes ou d’une autre manière (coloration sans dommages de l’eau ?) aux bases militaires de sous-marins, tours de contrôle, satellites, etc. Ce qui permettrait réellement de connaître immédiatement et en tous temps leur position, même après un crash.

Evidemment, ça empêcherait un auteur ou l’autre à sensation de faire livre et film à grand succès en quatre jours, en imaginant que l’avion disparu depuis autant entre Malaisie et Viet-Nam, ait incognito atterri sur une île mystérieuse, avec tous passagers saufs (mais pour combien de temps ? Brrr) … lors que la terre entière les croit morts …

À vos tours, faites vos œuvres.

………………………

Sauvage toujours, pire qu’un Vendredi sans poisson : Konrad Graber (PDC/LU) du lobby des Télécommunications l’affirme, concernant le coût des écoutes téléphoniques en recrudescence : « Les Opérateurs téléphoniques n’ont pas à payer pour des actes de délinquance ! »

Eh bien voyons, mais c’est évident : C’est aux trous-du-cul d’escroqués clients, de payer ces écoutes de malfrats rapportant gros aux zozos opérateurs, en plus du traditionnel surcoût déloyal impunément en vigueur ! Quoi de plus normal ? Accepté à la majorité de la secte kleptocrate des Etats de la Confédération Timocratique Helvétique vassale du Capital.

………………………

Le Vomitorium ? Tout au fond à droite !

 

Voilà, excusez-moi ? Que monologuais-je ? L’Âme hors du corps, l’ode là … L’Ère rapace … l’écart à vannes … Las, J’ai oublié.

Mais c’est tant mieux. Vite une diversion :

 

Vous avez-vu, le gazon revenu, entendu les gazouillis en les feuillus encore mi-nus, perçu les fluettes fleurettes si gentillettes qui tapissent l’alléchant, aguichant sein des champs plein de bébêtes guillerettes et bestioles qui batifolent … ?

……………………

Rien de tel qu’une bonne diversion pour tout arranger. Heureusement, pour exemple, qu’un avion disparaît de temps à autre, le public sinon finirait à la longue par découvrir vraiment ce qui se passe en Ukraine ou Syrie ou ailleurs. Quelle catastrophe serait un mois sans drame majeur et plein de morts, pour ceux qui en vivent.

………………………

 

Ère IP, à présent : Tablettes de chocolat sur les tablettes s’amollissent, lors que les doigts s’affinent, s’allongent … Avez-vous vu ces mains d’ados actuels pianotant sur un minuscule écran ? Si l’oreille gauche démange ces jouvenceaux et damoiselles, et qu’ils se servent de l’auriculaire, ils finissent sourds avant même de connaître les joies du cathéchisme, vu que le doigt ressort par la droite.

Hormis parfois, où un cerveau l’en empêche.

Ah, ces jeunes, je vous jure, pour leur faire les pieds c’est une bonne paix qu’il leur faudrait !

…………………………

Je dois vous lasser. Ah non, c’est déjà fait.

 

Sachons dire NON :

Ali GNIOMINY

 

Allons, vous prendrez bien un peu de moue réac et chiens de Moorea pour la voûte? Non?

scan0015.jpg

08/03/2014

8 MARS : JOURNÉE DE L’AFFAME

Journée du PLR et de tous les tyrans de la Terre.

Hommage, en substance, à la radicale phrase-type genevoise qui me fut si souvent servie : « T’es pas content ? Ton canton t’attend ! »

À répéter cent fois sans faute ni reprendre son souffle coupé.

Et au boulot : « T’es pas content à l’Etat ? Fais le con et alors rien ne t’empêche d’aller voir dans le privé si c’est mieux ! »

Mais, très étrangement, personne n’a jamais entendu la phrase qui conviendrait véritablement : « T’es content dans le privé ? Fais le con et alors rien ne t’empêche d’aller voir à l’Etat si c’est mieux ! »

……………………………….

Fort heureusement, ces si petits soucis si suisses seront vite oubliés, vu que Vlad l’accule et promet à l’Europe une apocalypse économique.

Un peu comme si nous devions tout prochainement vivre semblablement qu’en Russie.

……………………………….

Ainsi, Vlad macule l’écart, pathétique en transe il va, nie en cris méthodiques, tâte heurts … sans cesse en quête de sens.

Le vent, pire ennemi de l’Histoire, couvrira de poussière poux, tignasses et tous jeux éphémères mi-militaires.

……………………………….

Ah, le jour se pointe, il était temps. Rangeons ces piques d’art gentil mis devant. Pirouette et cessons de se gausser d’aïe aïe aïe :

Car, en vérité, qui sait qui la détient ?

L’Occident fut toujours très prompt à favoriser opposition à toutes dictaturettes, pour instaurer puis protéger rentables régimes de terreur. Tradition obligeant, il vole au secours de plus que douteuses milices, en Syrie, en Egypte, en Ukraine, etc etc etc.

Et si, effectivement, Monsieur Vladimir Poutine nous protégeait ainsi de la peste brune progressant à nouveau visiblement de partout, sous ses diverses formes, d’intégrisme et d’intolérance ayant déjà trop pris d’ascendant sur les différents pouvoirs, ces dernières années ?

Il n’est jamais bon de ne se contenter que de l’exposition d’une seule face du décor politique. C’est en tentant sincèrement de se mettre à la place de chacun des belligérants que l’on parvient à concilliation.

Cependant, selon le lieu d’où vient le bombardement étatique de préjugés imposés, l’on a plutôt tendance à se laisser berner, influencer par les plus coutumières tromperies. Gare ! Ces .. effets .. font qu’on est vite en train de le payer cher et qu’on finit par dérailler.

…………………………….

Il n’empêche qu’il est si doux de descendre en flèche la politique des plus, apparemment, handicapés mentaux du moment. Surtout dès que pour une fois elle n’est pas principalement locale.

Et il faut bien rire un peu, coûte que coûte, dès que l’on nous affirme : « Si nous décidons d’utiliser le farce elle sera légitime » !

Et devons répondre : « Vraiment, qu’est ce qu’on se marre, face à cet armement tout pourri nous contaminant déjà depuis des décennies. À t’en décrocher la mâchoire de pire ». Un poing c’est tout.

……………………………….

Car, en bas : Toujours trop à gauche ! Cet autoproclamé Roi-Député du Parti Railleur … que sans rancœur lors n’acclamez encore en chœur.

……………………………….

Mais, c’est qu’il y a tant d’injustice en ce Monde … À qui réponse  est ici offerte, à la question fondamentale qu’Il se pose depuis la nuit des temps :

Ne plus confondre : Preuve est apportée, depuis que les cantons Suisse-allemands suppriment le français à l’école : Que le crétinisme sur Terre est bien apparu dans le HAUT Valais !

………………………………

Et avec la fonte des classes sciées … tout est descendu dans l’avalée … Cool œuvre de Dieu.

.…………………………….

Et connes sont les nonnes « sans âme, à vices » au service de ces infâmes.

Mais sinon : Un grand bisou à toutes les dames du monde, à présent, avant ou après, et à leur pendant inverse pour ne pas faire de jalouses.

Car, ne le répétez pas, mais c’est impressionnant ce que le carnaval peut engendrer comme faux machos, pour une fois sous leur vrai visage.  Face aux homos déclarés, déguisés en mecs : tous les autres en folles. Le phénomène en devient insupportable, par embouteillage  d’afflux de passagers coming out uni-annuels.

Ainsi, toujours au fait des fêtes, je puis vous résumer l’opinion générale du peuple Brésilien, arrivé au terme de son 2014ème carnaval ou presque :

Hors organisation du cousin Paulo Barros de Rio (Olà, tode bem ? Eu te viu ontem sobre Euronews. Felitaçoes e Felicidade sempre) les défilés habituels de fêtards ont viré à l’orgie publique de folles sans limites. Se taillant des pipes en public et autres joyeusetés plus obscènes les unes que les autres. Salopant définitivement l’esprit de transgression artificielle mesurée, et la sympathie du public pour ce genre d’événement. À se demander très très très sérieusement si les meneurs de tel étalage dégradant ne sont pas de convaincus homophobes dépassant leur phobie. Parvenant si parfaitement à faire majoritairement détester les homosexuels, même par la plupart de ceux-ci, scandalisés par de tels comportements.

Une chose est sûre, un peu partout sur la planète des rassemblements de minorités opprimées vont finir par remplacer les habituels cortèges, desquels ils sont généralement exclus. Et pour le Brésil il n’est vraiment pas étonnant que les manifestations festives virent à la Street Parade, de manière immensément plus prononcée qu’ailleurs. Je compare ce phénomène au comportement de l’une de mes nièces là-bas. Tellement opprimée durant 25 ans par sa mère, se remariant avec un douteux pasteur de Xième subdivision simili-chrétienne, la fille très secrète se révèle d’un coup lesbienne sur tous supports, et présente la date de son mariage avec une amie. Et vlan, du tout au tout.

Fêlée, la boîte de pandore répressive brésilienne n’a pas fini de laisser surgir brusquement de sacrés guignols.

D’autant plus que, je n’en dors déjà plus, cinq jours supplémentaires de Carnaval sont décrétés en juin, lors de la Coupe.

Mitraillette en main, en Rambo à string-ficelle et mini soutien-gorge, je devrai pouvoir passer presque inaperçu.

………………………………..

Bref : Ami(e)s homos ou non : Un peu de tenue … ne fait de mal à personne.

Protège même du surplus d’exposition solaire où il ne faut pas. Auquel cas il convient d’éviter, comme tel fut parfois le cas pour l’auteur, de vous trouver en de désertes criques à des kilomètres de toute soulageante pharmacopée.

Ceci, donc, sans devoir s’exhiber obligatoirement au milieu de la foule.

…………………………………

Une émue pensée, au passage, pour un Perrin délicat, Perrin digne, qui abandonne ses petites manies politiques.

………………………………..

Et un immense bonheur, par ailleurs, aprenant que l’orgue de cinéma unique en Suisse qui se détériorait au collège Claparède, (et sur lequel j’ai joué au début des années 80, en dépit de ses défauts d’alors, orgue dont j’étais vivement convié à m’occuper, puisque familier de l’harmonium, et proche de proche de son gardien d’alors. Mais ce charmant collège se trouvant si loin de mon domicile, et légèrement effrayé par les 6 tonnes et multiples subtilités de l’engin, j’ai décliné l’aimable invitation pour les fois suivantes) … joie de savoir que ce fabuleux instrument revit grâce à une association et Messieurs Hafner et Thévenaz. Un festival est organisé à Claparède du 19 au 29 mars, voir www.orguedecinema.ch. Je tâcherai de passer me régaler du talent de mes successeurs.

…………………………………

Vraiment toutes mes excuses, ce n’est pas de ma faute, mais il faudra bientôt que l’actualité ne traite plus que de planètes lointaines, pour que je n’y sois pas mêlé de près d’une manière ou d’une autre.

………………………………………….

Toujours le même problème avec ces touche-à-tout  illuminés :

IMG_1096.JPG

 

Un peu d’anatomie de type créationniste, pour finir ? Voyez cette magnifique planche sur la musculature masculine :

 

IMG_1158.JPG

 

Et réjouissons-nous : Celle incluant les cartilages extensibles on non sera affichée dans toutes les classes dès le printemps 2920.

…………………………………………….

En attendant, sous le charme ou non, plutôt de ces dames, dont c’est la journée, ne succombez pas …

 

Ali GNIOMINY

04/03/2014

APPORT ? CE L’EST !

Un 8ème Conseiller fédéral, issu de secte humoristique romande vigousse en tout, même en matière de taire l’existence de confrère hors pair, pourquoi pas ?

Tant qu’à faire, huit bouffons seuls ne peuvent s’en sortir. Proposons donc pour 9ème Conseiller fédéral un type un brin plus équilibré et de surcroît marrant. Un certain bas rond-de-cuir qui remplaçait adolescent au 9ème échiquier les Grands Maîtres excusés aux Championnats Internationaux de Sochaux.

En voilà au moins un qui n’a pas la grosse tête, et ne va pas ici nous ressasser ça et tout le pataquès de ses incommensurables mérites plus de 714 fois de suite.

…………………….

Votre dévoué fera(it) à coup sûr un excellent travail, à l’instar de Boris Johnson, Maire de Londres, soutenant que la Loi doit considérer la radicalisation comme une forme d’abus d’enfants.

Ainsi, jamais plus Genève, tout particulièrement, ne vivrait durant des décennies sous l’insupportable joug de dynastie de pédoradicaux.

Oh, croyez-en le second probable Conseiller fédéral supplémentairement superflu, (soit invendu) : Vous aurez vite fini de rigoler. Car Ali Gniominy, Roi de Soi, Député d’êtres … à vau-l’eau, s’alliera Morale Absolue.

Politique oblige, il ne manquera de flatter selon l’usage l’électorat majoritaire des clans les plus pudibonds, en imposant les suivantes règles du savoir-enseigner :

Il sera interdit aux élèves de toucher aux langues. Exceptée celle d’ici, tournée en ridicule et insultée outre-Sarine.

Seront punissables de prison à vie les contrevenants prononçant ou écrivant les suivantes phrases suggestives devant des moins de 25 ans : 

- Ta pinède : Ta famille.

- Mon ex est dans ta couche.

- La neige accule dans la pente.

- Ne joue ici, dans sa douche.

- S’exprimer sans bourse.

- Là, vagin tend syph.

- ……

- Vous sembliez pourtant fait(e) pour en trouver d’autres, dommage.

- C’est bon, c’est bon. Jeune chaud, queue, raie, plus …

………………………….

Afin de nous faire pardonner tant de cochoncetés, prions. Non, point de vache folle ni sacrée ici.

Recueillons-nous, cueillons les fruits de ceux que nous avons accueillis, et posons-nous la question :

L’islam bientôt officiellement troisième religion de Suisse ?

 .......

Voilà qu’une certaine majorité va encore grimper au minaret !

 .......

Bien, d’accord, soyons impartiaux et équitables:

Alors, quand donc débute la démolition de tous les clochers d’églises du pays ?

………………………….

En attendant, questionnons encore le rougeaud et rupestre Helvète, originaire des hauts de Spiez (c.f. très très vieux gag, très très loin ci- après) de retour des Jeux :

-Alors, le Sotchi-dessus, avec l’argent que tu lui as laissé, toujours aussi attrayant ?-

………………………….

Enfin, quoi de plus naturel que le pou t’initie au sang ? Sue, et vive l’assaut ! Vis éthiquement, songe ! Mais l'âge m'éloigne ...

………………………….

N’ayez crainte ! Votre 9ème seyant Confédéré ou approchant interdira aussi formellement, avant explosion de méninges, ce périlleux type de piques politiques étagées.

………………………..

Soyez sages et renoncez ...

Ali GNIOMINY

28/02/2014

GAY HÈRES ET ÉPÉE … DE L’INJUSTICE ! MENANT À TAXER NOS PHOBIES.

Et dire, dire qu’il serait si adéquat, mais hélas toujours ô combien inconvenant, de traiter de singes dégénérés les actuels dirigeants de tyrannies appelant au meurtre ou au lynchage des homosexuels.

Non, de tels abrutis doivent être qualifiés de monstres, de génocidaires, à la limite, jamais d’ordures ou de tarés, et de préférence « Votre Honneur Monsieur le Président ou Votre Excellence Monsieur l’Ambassadeur » en les salons feutrés où les complices de tous pays font des affaires avec ça.

Que, tant que ces primates n’auront étudié la fondamentale importance du taux d’acide glutamique à la naissance de l’individu, influençant le système hormonal et les attirances qui en résultent plutôt vers le même sexe, plutôt vers le sexe inverse ou autant vers l’un que l’autre, (permettant ainsi naturelle régulation d’irréfléchie surpopulation causée par crétins d’hétéros) tant que le monde permettra que des pans de celui-ci soient dominés et massacrés en toute impunité par d’ignares gorilles de très basse extraction, ceux qui les insultent à juste titre (et somment la Communauté Internationale de couper tous liens avec ces criminels ou de s’afficher ouvertement comme complice) ceux qu’insupporte le comble de l’obscurantisme contemporain, au point de traiter ces salopards de tous les noms, continueront à frôler la « limite des propos condamnables ».

Regrettable ! Car, pour l’heure, ces macaques d’Orient, d’Afrique ou ... pas ... d’ailleurs doivent au plus vite être encagés, sous les huées de leurs victimes, être exhibés lors de gay prides et autres thérapies, afin qu’ils évoluent enfin jusqu’au niveau des bisexuels Bonobos.

……………………………..

Voulez-vous bouchés …

Voulez-vous bouchers avec moi

dénoncer ? Faire passer aux aveux qui veut flinguer du gay ?

N’hésitez plus. Mais vous ne serez  lus que par de rares hurluberlus, plaisants sympathisants et autres apôtres de Pilate, s’éclatant tant la rate que les zygomatiques, sous frénétiques assauts de sympas sots concepts ici pas si ineptes. Et vous, bien sûr, vous purs produits, fruits de la Sagesse et des Largesses, qui méritez mes rites, easy mes fantaisies sidérales … (ça s’emballe).

………………………………

Sautons soudain d’une jungle à l’autre :

Emeutes et guerre de pouvoir entre Maghrébins et Balkaniques à la prison de Champ-Dollon. Soins et dégâts à nos frais, bien plus encore qu’à l’accoutumée depuis des décennies. Puisque NOUS sommes condamnés à verser à ces criminels (mais eux ou ceux d’en face, ça ne change pas grand-chose) des dédommagements.

Car le T.F. confirme ce que j’affirme ici et ailleurs depuis des lustres, mais concernant les conditions à Genève de « l’incarcération économique » des working poor et autres victimes de cette actuelle timocratie. Le monde entier sait à présent que la manière d’enfermer ici est condamnée pour : Conditions inadmissibles, traitement dégradant ne respectant pas la dignité humaine. Pratiquement chaque billet sur ce blog depuis des années s’en plaint. Mais quant à savoir si les arrogants au pouvoir sont prêts à accomplir la peine qui leur est infligée. Soit corriger fortement à la hausse, et sans délai, le sort de LEURS exclus.

D’ailleurs, extrapolons un brin : Soucieux d’étudier de près le problème, et d’effectuer quelques comparaisons en vue d’intégrale modification relative à l’emprisonnement d’étrangers sur territoire suisse, les experts locaux en matière de conditions carcérales et politiciens concernés, sont invités à commettre un crime ou l’autre au Maghreb ou dans les Balkans.

Afin de déterminer qui paiera alors les dégâts causés par cette racaille helvétique aux prisons étrangères et à leurs gardiens, de quels soins, loisirs, formation et de quel espace de vie bénéficieront alors ces émeutiers suisses. Au mieux à renvoyer se faire enfermer aux frais de leur rupestre pays de sauvages, ou à larguer au-dessus des voisins de celui-ci, si la fripouille confédérée a détruit sa pièce d’identité.

Rien ne vaut l’expérience pour se prononcer de correcte manière. Et en matière de crapulerie de masse, les politiciens en connaissent déjà un bout. En laissant perdurer à grands frais nôtres les incarcérations sur territoire suisse de malfrats, dont sont responsables et doivent se charger sous contrôle les Etats dont ils sont ressortissants, à peine le verdict énoncé. Ou à défaut de savoir d’où ils sont, extradés en territoire correspondant à leur type ethnique, leur idiôme ou autres signes distinctifs.

Faute de quoi les émeutes de Champ-Dollon finiront par faire rikiki à côté de celles qui éclateront dehors, que l’Histoire nommera « La Révolte des cochons de payeurs ». Et là ça bée et l'on ne se marre plus.

………………………………….

Mais sinon, tout va bien : Ah? Le pas gai pour un sou ? Ce  Conseiller fédéral ayant mis le grapin sur l’Economie et la spoliant par ses pratiques fiscales douteuses? Qui s’oppose, comme le Gouvernement couvrant ses agissements discutables, s’oppose à la protection de salaires équitables !

Autrement dit, lui et les siens, entendent perpétuer l’absence de protection de leurs victimes et péréniser la discrimination salariale. Soit.

Il n’y a vraiment qu’ici qu’un Gouvernement pareil n’est pas encore tombé sous la pression du peuple trahi. Au contraire, il est pris en exemple par toute la corruption financière planétaire parasitant la réelle Volonté des peuples, et se permet années après années de devenir plus tyrannique envers ses « basses couches ». Tout en prétendant qu’il y a peu de pauvres en Suisse ; Cynique manière d’affirmer qu’il serait très facile de les sortir de cette pauvreté en cas de volonté de le faire.

Démunis, dont la plupart des fonctionnaires, qu’il est prévu pour la Xième fois par la mafia PLR-UDC.. de dépouiller un peu plus sans scrupules. Et dont au final la répétition de l’indu relatif aux dernières décennies, qui incombera bientôt à ces lobbies responsables du désastre humanitaire interne en place, ruinera enfin ces malfaisants clans.

Heureusement qu’existe encore un Tribunal fédéral, pour mettre de l’ordre de temps à autre, et qui n’a pas fini de s’occuper d’aberrations fédérales et en particulier genevoises. En matière de mépris indigne de la souffrance des prisonniers, de système inhumain, à pratiques contraires aux droits fondamentaux d’individus plus ou moins arbitrairement mis au rebut. CQFD

……………………………………

En attendant, votre bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche modérée n’a toujours ni sceptre, ni trône ni couronne, et a très mal au carnaval, en ce jeudi des cendres 27 février, jour de pitance salariale.

Il y a onze ans, le 27 février 2003 à la tombée de la nuit tropicale, j’entendais un bruit sourd derrière les cocotiers. Une noix tombée ou quelqu’un ayant sauté le mur. Canif ouvert en poche arrière je contournais une maison, et me retrouvais nez à nez avec trois individus cagoulés ou le visage masqué par un foulard comme des bandits de Far-West. À l’heure de la sortie du Rê Momo, le roi du carnaval annonçant le début des festivités.

En l’éternité que dure une fraction de seconde à cet instant, le carnaval me sauve la vie. M’empêchant de crier de surprise en face de révolvers pointés.

Tout en ayant déjà abaissé la tête, sachant qu’il n’existe rien de plus mortel que de voir même partie du visage de l’un de ses agresseurs. Je vous passe des détails et du sang répandu par l’un de leurs complices parmi nous, qu’un de ses  copains masqués a pratiquement assommé d’un trop fort coup de crosse. Pour alibi, afin que le blessé par bêtise reste avec nous ensuite, et apprenne si nous avons pu cacher des biens ou porter plainte, auquel cas il convient de nous descendre. Nous ne tomberons pas dans le piège.

Plus débutant et moins violent que le home-jacking (pardons puristes) du vendredi 13 janvier 2012, à cette différence que ce 27 février 2003 je me faisais simultanément dépouiller sur deux continents. Ici, d’une part de mon salaire par de très douteuses pratiques « légales » pour je ne sais plus quoi. Etais-ce cette année-là où j’avais averti onze mois avant ma hiérarchie par lettre que je prendrais mes vacances à ces dates, et qu’un placard doré m’avait annoncé un mois avant le départ que pour « besoins du Service » je devais travailler ou prendre un mois sans salaire ? Ce qui me fit perdre durant des années 5% de progression qui existait encore avant les criminelles gelées, sur ma prévoyance injustifiablement spoliée. Ou était-ce dû à d’autres carnavalesques comportements de gestionnaires de condition de vie ? Faisons des confettis de ces souvenirs-là. À rien ne sert pantin s’il (tout le temps) geint !

……………………………………..

Ouah, j’ai fait fort là, j’allais presque oublier de me congratuler. Certes, j’avais envisagé de cesser de le faire, vu que bien assez d’autres le pratiquent pour moi. Excepté encore la totalité de ceux qui le doivent : Distributeurs de Prix iniques ou autres affables Officiants à discutable escient me sciant en cadence sur l’air et la danse des finances littéraires.

Ce serait beau si chacun de mes personnages s’y mettait aussi, usant de la troisième personne selon la méthode Delon : Ouuaaaiiiiss, ce bas rond-de-cuir Ali Gniominy, Roi-Député tout ça, dites, qu’est qu’il est bon quand il s’appelle Wallace-Horace Kilmérit, presque autant qu'Aimé Prisé qui signe Bernard Hyvist, voire Annie Dekrab et Jean Passe … mais nous n'aimons pas tout, même si c'est génial.

Bien, vous avez vomi après ce hors-d’œuvre, c’est normal, on peut continuer :

Océan de Sagesse dégrisant suffisants: Que progressent tes prouesses !

Plus sympathique le tu, n’est-il pas que nous voue l’heur de découvrir : au bonheur d’usiter de tous temps ?!

Vous ne semblez emballé(e)s. Aurais-je gaffé, jeté des froids ? Voici de quoi vous réchauffer :

……………………………………..

Voilà que ça ne flambe plus trop, au sommet du Crédit Suisse ! Les véritables responsables de tout sont les employés !

Le Responsable de rien du tout Directeur général se recycle prochainement, achète et deviendra le nouveau Capitaine du Costa Concordia renfloué.

……………………………………..

Erasmus. Fin des échanges internationaux d’étudiants avec la Suisse.

Soit. À partir de ce jour les diplômes universitaires de chefaillons étrangers en Suisse ne seront plus reconnus. Du coup, plus aucun Service professionnel n’aura de hiérarchie et le pays ne s’en portera que mieux. Voilà qui est fort savamment réfléchi.

………………………………

Nouvelle accélération criminelle de la sans vergogne PLR justice genevoise à deux vitesses, au profit des plus friqués : L’assistance juridique de moins en moins délivrée !

C’est ça le problème avec les condamnés du TF. Quand on manque de place pour qu’ils accomplissent leur peine, ils récidivent d’autant plus !

……………………………….

Allez, un peu de nostalgie, pour saupoudrer le tout:

Motorola toujours à l’offensive !

Ah, Motorola de la Voie-Creuse en 78, parmi mes meilleurs jours, euh, meilleures nuits, euh matins, soirs, … Ah, l’époque de mes trois huit, où je prenais le tram 33 alors que le voisin Grand Jacques s’envolait sur le Salève digérer les frites de l’Eugene … Ces matins, midis, nuits à tirer des listings perforés du cul de préhistoriques gigantesques serveurs, et veiller à ce qu’ils s’empilent correctement. Boulot de cerveau m’étant offert, déjà … Et nuits surtout à déconner sur le dinosaure DOS vert phosphorescent, avec Hong-Kong, Honolulu, Londres, Johanesburg, etc etc, sauf Sao Paulo, à se transmettre des conneries mal écrites en englich à travers la planète. Plus d’une décennie avant l’ère d’Internet. Un régal. Extrêmement épuisant mais sans regrets, il faut avoir vécu ça pour l’exprimer ainsi.

Excepté avec Sao Paulo, ignorant tout de Motorola, allez savoir pourquoi ?

Venez, que je vous l’explique :

Cinq ans après avoir quitté en excellents termes cet employeur, j’en parlai pour la première fois au Brésil. Les éclats de rires gras fusèrent, ces dames rougirent en chœur, et ça n’en finissait pas. L’on ne cessait de me faire répéter dans quelle bizarre boîte à immédiats contacts planétaires échangés j’avais bossé, et il me fallut du temps pour comprendre que j’avais travaillé pour « Moteur de bite ».

………………………………………

Je retirai, les années suivantes, tout ce qui peut approcher la consonnance « Rola ». Mais voilà, un beau soir infesté de moustiques, au coin de l’insecticide, entouré d’attentif ébahi auditoire féminin, je contais l’aventure jadis survenue à feu mon André d’oncle de Montreux, foirant bien plus tard avec Patrick Juvet & Cie, oncle qui, en sa jeunesse et par moins vingt degrés dehors et quelques litres le chauffant à bloc fut pris d’un besoin naturel. Qu’il fit contre une barrière de fer gelée. Avant de s’effondrer légèrement en avant sous l’effet de l’alcool et du soulagement. Et de toucher incidemment le fer gelé avec son petit oiseau qui y resta collé …

L’histoire vraie (disait-il) serait très tristement drôle, et ces dames eussent été enchantées, si je n’avais cru bon et dès lors adéquat de traduire « petit oiseau » par « rola ».

Sibérie absolue, soudain. Grand glacial vent de féminine désapprobation indignée.

C’est fou ce que c’est subtil une langue, goûtant très différemment l’évocation d’une petite chose inoffensive ou d’un immense machin brandi.

…………………………………….

Sur ce dernier point je vous laisse jouir d’une très délectable fin de semaine. Sachant que simiesques, grotesques mal dominants ne sont en fait guère épais.

Mais dévoués …

Ali GNIOMINY

25/02/2014

PÂMÉ CHANCELA

Plus personne ne veut du voisinage du pôvre Justin Biberon!

Que les Américains sont cruels avec ce petit ange déchéant. Intenable, tapageur, arrogant, causant des préjudices, se permettant tout et n’importe quoi, fumant des joints en famille hors de l’Etat de Washington où c’est légalisé :

Tout indique que la seule propriété qu’il pourra bientôt s’offrir, et où il ne sera jamais inquiété dans ses délires, est la Maison Blanche!

……………………

Sorry Michelle, it was just a joke. Mais si vous retournez à Rio la semaine prochaine, saluez bien le cousin Paolo de notre part. Nous lui tenons les pouces pour le défilé.

Divertissez-vous et oubliez toutes ces rumeurs idiotes et infondées, visant à fragiliser votre couple. Et vous savez, de nos jours, avec Photoshop, il est d’une facilité déconcertante de truquer des photos comme l’a fait un paparazzi, en mettant auprès de Beyoncé en scabreuse position votre mari; En lieu et place de qui de pris en flagrant délit : Benoit XVI.

Ainsi, que l’on cesse une fois pour toutes d’affirmer que les extrêmes se touchent !

…………………….

Droit de vote à 16 ans ? Bien sûr ! Que non !

De toute manière, à voir vers où va cette planète d’immatures, depuis une ou deux générations, le droit de vote doit impérativement être interdit aux moins de 55 ans comme aux plus de 75 ans !

Certes, toute légitime soit-elle, une Initiative en la matière aurait peu de chances de recueillir la majorité.

Bah, finalement, donnons-leur encore une chance à ces djeunes. Autant qu’aux mille et quelque refusés à l’armée car trop dangereux, qui eux aussi peuvent voter et faire voter en toute impunité, selon les règles du jeune lobby « Gare à ta gueule si c’est pas coché devant moi et voté par correspondance ».

D’accord ! Droit de vote à 16 ans pour tous ceux dont les parents dépassent en convictions l’âge mental de huit ans.

Et voilà, la partie est gagnée, faute de concurrents.

………………………

En résulte un pays merveilleusement logique, dont plus de la moitié des habitants ne veut plus entendre parler d’ouverture européenne, mais ne s’offusque aucunement du fait que son Président, en lieu et place de s’occuper du sort de la nation qui le paie, vaque à des tâches au profit exclusif de l’Extérieur, en présidant actuellement l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération EN EUROPE !

Non mais, faudrait savoir … !

……………………..

Allez, les ami(e)s, j’étire tout jusqu’à l’absurde, vous le savez, mais ignorez que dans le fond j’ai un immense respect aussi pour l’énorme majorité de ceux qui ont dit oui au tour de vis suisse en matière d’actuels abus liés à l’accueil ; Egalement à l’afflux inconsidéré de « cadrillons » bardés de diplômes à examiner plus attentivement, engagés chez nous à bon prix par kyrielles de chefaillons de même nationalité qu’eux, dans le but de briser du vieux suisse à méthodes jugées trop raffinées, trop conscienscieuses, réfléchies, soit moins rapides, moins productives dans l’immédiat.

Mon respect également pour la majorité des gens de droite, que j’apprécie et côtoie même plus souvent que les « miens », et avec qui je partage l’avis qu’il est intolérable que des irresponsables bénis-oui-oui, par trop compatissant sur le sort de truands, nous obligent à payer 30'000.- par mois pour leur « réinsertion » ou autres cavaliers loisirs. En laissant par ailleurs sous le regard compatissant de l' "impuissante" Gauche-caviar culturelle, crever à petit feu sous les privations, non point des espoirs possibles ayant fauté, mais d’innocents véritables phénomènes en leur domaine d’utilité, à carrière usurpée sous l’enfer d’étatique fabrication de rentables assistés ; Et mieux encore : De working-poor saisissables, corvéables, usables, spoliables et malléables à souhaits.

À Gauche autant qu’à Droite, et plus encore au Centre, il y a plein de gens de bonne volonté. Mais esclaves de la corruption idéologique en vigueur, pris sous le joug de la coercition et de la force au service immoral de lobbies à la botte de quelque 85 individus, détenant férocement autant que la moitié la plus misérable de la planète. Et cercle d'« ami(e)s », s’appropriant le reste.

Autrement dit, si j’ose nous conseiller : Gauche-Droite-Centre, même combat ! Certains ont divisé pour mieux régner, tant pis. Redevenons une Suisse Unie, protégée, fermée au pouvoir des planétaires imbécilités, mais ouverte au monde du Savoir.

Souvenez-vous ou retrouvez dans les nombreuses pages de ce support, ce qu’il advient de fâcheux lorsque l’on se dispute, est en état de faiblesse par inattention à l’ennemi extérieur qui en profite. Et combien à l'inverse, en étant unis l'on peut accomplir de grandes choses, en dépit des plus sournoises oppositions:

Très succinctement : Madaba, en Jordanie, notre garde du corps-chauffeur palestinien, sur la route du Mont Nebo où Moïse montra la Terre promise, nous propose d’aller manger, visiter les échoppes et de le retrouver deux heures plus tard. Mon ami fonce dans une boutique et envisage d’acheter du tissu. Qui rejoindra celui d’Amman. Très lourd, alors qu’après Pétra nous descendrons à Assouan, puis remonterons sur le Nord de la Grèce, où nous atterrirons à Preveza le 11 septembre 2001 en provenance du Caire étrangement surchauffé.

Je m’énerve et prie l’ébloui par le bazar de réfléchir un peu, lui rappelant que les tissus grecs sont pas mal aussi. Et ça monte en moutarde, il m'envoie me faire voir chez ces derniers. Je vais m’asseoir au seuil de la millénaire église Saint-Georges. Deux femmes, évidemment voilées de la tête aux pieds, sortent précipitamment de l’échoppe. Quelques dizaines de secondes s’écoulent en la torpeur du désert à midi.

L’ami surgit, en courant et hurlant : « Aux voleuses, aux voleuses, arrêtez-les » ! Et déjà il se rapproche de celles-ci qui pressent le pas. Que je leur emboîte comme un lièvre également. Et sous mes yeux horrifiés ne voici point que mon furieux compagnon est en train d’empoigner une obscure pie hurlante par le bras ? Je m’époumone à lui intimer l’ordre de la lâcher immédiatement, lui rappelant où l’on est. Il obéit, fort heureusement. Des gens au loin sortent déjà de tentes de fortune. Nous apprendrons ensuite qu’il s’agit d’un ghetto de réfugiés Irakiens.

Déjà que nous avons failli nous faire flinguer en Cisjordanie, appareil de photo en main alors qu’au loin défilaient des chars israëliens, et s’amuser de plus à jouer l’impur colon, touchant et molestant sans vergogne une femme voilée en terre musulmane … Allah fut vraiment chouette avec nous. Et, ma foi, si 700 francs suisses et quelque ont pu faire le bonheur de toute une communauté de réfugiés … En vérité nous n’avons pas même eu à nous priver de quoi que ce soit pour le reste de cet extraordinaire voyage; Que l’on m’offrit parmi tant d'autres pour mes excellents services extra-professionnels. D’accessoirement trimbaleur à travers continents de très lourds tissus.

Et combien encore de fois ne vous ai-je conté-ci certains épisodes, fourni de métaphores illustrant le danger survenant d’où l’on ne l’attend pas, lors de disputes entre êtres qui dans le fond s’aiment énormément ?

Plus que jamais, nous devons ensemble relever la tête, opposer un miroir aux faciles accusateurs extérieurs, et préserver entre nous des acquis chèrement payés par nos aïeux, ou notre vie professionnelle. Exactement comme ces acquis furent au summum de l’embellie économique survenue lors de la durée d’un contrat de Prévoyance, AVS, Chômage, etc. En objectant formellement et s’opposant à toute indigne et prévaricatrice modification unilatérale passée, présente ou future, de contrat comportant promesses de vieillesse confortable, (devant rester aux conditions stipulées et laissées à croire à la date d’entrée en l’assurance) à des taux de rendement non-amputés à titre arbitraire au profit d’une élite, etc … Plus que jamais nous devons comprendre : Qu’un peuple satisfait est un peuple efficace.

………………………..

Un peu de décence ! Arrêtez de vous tordre de rire comme ça ! On passe à plus sérieux :

Vous ai-je déjà dit qu’avec 73% des intentions de vote pour 2016 contre 12% pour Joe Biden, Hillary Clinton a vraiment une chance de cocue ?

Surtout qu’en Laponie, pour tenir leurs propriétaires hors de portée des accidents, les bois sont enduits de peinture réfléchissante.

..................................

Et au fait, les « ami(e)s : Savez-vous pourquoi je fuis encore Facebook ?

Disons que le Trust Zuckerberg (vous voyez qui, littéralement "Montagne de sucre" en allemand, de quoi gâter ...) m’est juste redevable, comme à vous, d’un million minimum, pour avoir perverti à jamais l’une des deux notions les plus précieuses de l’être humain à laquelle vous vous rattachiez : L’amitié. Et ça a et aura encore des conséquences excessivement néfastes. Une totale confusion assurée entre vrais et autres ami(e)s, très rarement interchangeables.

Commençons avant tout une class action pour exiger que chaque « Ami(e) » de Facebook devienne « Allié(e) » et en bons Suisse, au-dessus de tout ça, nous couperons la poire en deux : 500'000 par personne. Non ?

……………………………….

Bon, le sérieux n’a pas l’air de vous plaire énormément. Alors, marrez-vous sur la dernière, et pas des moindres, de notre paradoxal multi-Président Burkhalter, ayant affirmé « Tout ce qui est excessif est insignifiant ».

Il l’a dit, il s’y tient, nous aussi. Entièrement d’accord, les primes-maladies excessives, les factures téléphoniques et autres d’escrocs notoires, les excès de l’UDC, les fantaisies abusives du Conseil fédéral … sont insignifiants ! N’y accordons aucun crédit !

Ne jetons pas de perles …

Ali GNIOMINY

 

Ci-dessous : Illustration d’Helvète de souche raffolant de son plancher des vaches, tout en ne dédaignant jamais de poser ses pieds tongués sur le "verreux" vide, sis à la cime d’étrangères contrées des antipodes. En  Nouvelle-Zélande, sur la Skytower des sauvages d'Auckland, en l’occurrence.

scan0005.jpg


 

20/02/2014

GUÈRE SI VILE ?

Corrompus et repus au Pouvoir ?

Désespoir, haine,

actions de la population.

 

Guerre civile en Ukraine ?

 

L’on peste sans égal, mais reste cois sur le pourquoi,

très évasifs sur son motif

principal.

 

Vous trouvez la raison ?

 

L’avez « à la maison » !

 

À « un cheveu » de la Fracture :

 

La moitié de l’opinion citoyenne veut rallier

l’ouverture

à l’Union Européenne !

 

*** 

Et l'autre se vautre.

HALTE ! …

Ali GNIOMINY

19/02/2014

L’APPELÉ Y A DROIT !

La Pléiade, de royaux encensés, la Pléiade aime odes … et Passé ressasse à travers vers ayant passé son sas. Sans sas, pas de heurts, échos, naissance en les cris, pas de poste hérité.

La Pléiade fut, j’en suis confus : Brigade ! Dont le souci, ci-rappelé, fut de faire taire ou reculer l’outrance du frustre Monstre : Ignorance.

Allez ! Pamphlets aidez ! Pansez  … LA PLAIE ! Y A DÉBOUCHÉS !

………………………………….

Moins terre-à-terre :

L’APPÂT TE ROUILLE D’AISE ? ERRE !

 

Messieurs les terroristes sont instamment priés de ne pas détourner d’avion sur la Suisse en dehors des heures de bureau !

Messieurs les terroristes intérieurs sont également priés, suite à leur vote, et suite au détournement d’avion sur Cointrin en dehors des heures de fonctionnement de l’armée de l’air helvétique, détournement qu’ont dû gérer dans nos cieux des avions militaires Italiens et Français, Messieurs les terroristes intérieurs sont invités à s’expliquer sur la faille dans leur sacro-saint protectionnisme, ayant permis et permettant encore jusqu’à 2020 que de sales Tchinks et Frouzes puissent si facilement passer la frontière sans être fouillés.

………………………………..

C’est bon, c’est bon, je ne le ferai plus. C’était juste pour fêter les 50 ans de la plus magistrale baffe bien méritée reçue dans ma vie, de la part de mon oncle Italien. Pour avoir traité mes cousins de Tchinks. Mot malencontreusement glâné dans la déjà raciste rue, sans savoir vraiment ce qu’il signifiait.

Désolé si je me répète épisodiquement, mais j’ai tellement vite et bien appris son sens, que j’ai promis de vouer ma vie à lutter contre ceux qui l’emploient, après l’âge de huit ans. Ce terme ou l’un de ses semblables, si usités en la partie Boche de la Kleptocratie Helvétique stigmatisant autres ressortissants.

Et dire que, quelques années plus tard, aurait été condamné l’adulte ayant si dûment giflé un neveu. Lui apprenant ainsi durablement à distinguer ce qui se dit ou non. Voire quand et comment on peut le dire ou non. Mon absolu pardon, respect, et tous mes vœux de paradisiaque continuation à Flaminio Romano.

…………………………………..

Et sinon : Horreur ! Je réalise soudain que suite l’arrêt des échanges universitaires Erasmus avec l’étranger, ne pourront plus être formés, de l’autre côté du futur mur de röstis, comme à l’accoutumée, les fils de tortionnaires fous furieux dirigeants du monde entier.

Vous l’avez voulu, payez-en les conséquences. Voyez ce qu’il en coûte de préparer le déchet, quiets !

……………………………………

D’autre part, plusieurs cantons alémaniques veulent abandonner l’enseignement du français en primaire.

Soit ! Que la Résistance Romande aiguise ses lames, en vue du rasage des collabos responsables ici de l’éducation, s’ils forcent encore un seul élève à cracher un seul mot dans l’ignoble perversion helvétique de la suave langue de Goethe.

………………………………….

Pour aujourd’hui : Herzliche Glückwünsche à toutes et tous.

Et imposons un frein …

Ali GNIOMINY

17/02/2014

QUI S’ESSUIE, LÀ ?

Être … on ne peut plus cas caché finit par sentir mauvais.

Des faits qu’ébruitent amères d’aucunes des extrêmes, empiriques chroniques ci-après larguées, faisant fi en toute simplicité des humeurs et crocs teintés d’or d’ignares vendeurs d’Art.

Désolé. Un gros besoin qu’il fallait encore évacuer. Et, après tout : Quoi de plus naturel, pour le Roi-Député du Parti-Railleur … que de se soulager en public ? N’en déplaise à l’ignoble.

L’ignoble ? Mais oui. Cessez donc d’ignorer que, plus que jamais, notre Confédération timocratique helvétique est totalement scindée en deux catégories : Les « nobles » et les autres, les ignobles, ou roturiers de basse extraction, comme le dit si bien le dictionnaire.

Et Ali GNIOMINY, pour ne pas changer, se distingue en étant un peu des deux mais ni l’un ni l’autre vraiment. À peine un peu plus pur-sang qu’asservi canasson. Tous deux, cependant, laissant parfois de vilaines traces après leur passage, sur lesquelles chacun prendra soin de ne marcher.

Car à quoi bon piétiner suffisance, vanité, arrogance, visiblement feintes pour la circonstance ? Qui d’averti ne pouvant nier le peu de cas que fait l’auteur, hors de ce contexte, de ses talents peu ordinaires. A quel point il est loin d’être aussi imbu de lui, rouspéteur, emmerdeur, que son double littéraire. Dont vous subissez-ci et subirez encore les ruades et assauts incessants. Jusqu’à réaction des milieux concernés.

Débours enfin, et considération plus que justifiés de la part des responsables culturels de l’OFC, de ProHelvetia, du centime culturel Migros, de la Loterie romande, de l’Etat et la Ville de Genève, etc. Nettoyant alors du même coup mes écrits de la rage qui les assombrit. Décideurs me faisant payer depuis des décennies le prix fort de l’avortement silencieux qu’ils pratiquent, de mes œuvres les plus resplendissantes.

A croire qu’ils sont tous issus de la contrée d’avortons d’Appenzell R.I. Seuls à refuser tout paiement lié aux interruptions de (gros SS) .. d’engendrement.

Quoi qu’il en soit, tout est dit dans les billets qui suivent, nombre de fois et de moult manières. Prétendre ignorer que j’existe, à leur niveau (et à deux sens) est de l’incompétence. Le savoir et feindre plus longtemps que non, pour éviter que mon Message permette l’ouverture d’esprit et la réflexion objective qu’il transmet inévitablement, est un crime contre l’Humanité.

Je ne demande l’aisance. Juste une toilette complète d’actuels corrupteurs de  l’Esprit de Voltaire. Dont l’indifférence complice s’évertue à taire ce qui, même talentueux, véritable, ne sort d’aucun formatage coutumier. N’a pour papiers qu’un seul chiffon de lauréat d’école privée. Et pour vécu des centaines d’heures de cours d’Unis squattées, dans divers domaines tout sauf artistiques, en qualité d’aide efficace à des étudiants n’en pigeant pas une (devenus avocats, professeurs, etc).

Un jour viendra finalement où le monde comprendra qu’un artiste ne se fabrique pas. Sinon lui-même en ne déviant jamais de sa ligne intuitive depuis la petite enfance, et en fuyant toutes écoles pour théoriciens de l’art. Sous peine de prostituer ses dons. En n’en devenant qu’un, de ces simili-créateurs, non producteurs d’Art. Se conformant aux tendances et modes, concepts quelconques en vogue et vieilleries à faire reluire pour valorisation, et fabrication d’estime artificielle.

Pour l’heure, et je l’espère dans les jours à venir, je me/vous repose avec de brefs entrefilets humoristiques point trop cyniques, que je prépare. Mais soyez conscient(e)s que bien des articles de ce blog constituent, le cas échéant, mon futur plaidoyer. Et serviront s’il le faut de témoignages, établissement des faits, accompagnant certaines pièces d’importance auprès les plus hautes Instances.

Aux Services de Mme Chassot, de M. Kanaan, de ProHelvetia, etc, de me contacter pour prendre acte : de mon refus formel de remplissage de toute démarche justifiant salaire de gratte-papiers, obstruant mon trop précieux temps de limpides créations, et prendre note de mes coordonnées bancaires.

Il est indéniablement préférable, de part et d’autre, de tenter de trouver un arrangement à l’amiable. Dont acte.

Evitons trop de scandales publics et sanctions liées …

Ali GNIOMINY


Shit alors! Mais, qu’est-ce que cette photo de (Fèces..) Phaestos vient s’étaler ici ?

DSC_4227.JPG


 

 

 

 

13/02/2014

CHASSE HOLÀ CULTUREL

Un Office fédère râles. De la culte hure nichée au mur, tête de poète fiché, barbarisé, à mépriser, jusqu’aux tréfonds du saccage par l’usage de fonds gâchés, lâchés pour cliques de gourds à leurres, leurs faméliques gentilles broutilles artistiques : Tout transpire le malaise, tout empire, ne s'apaise.

Les milliers de familiers de mes écrits favoris dénoncent engeance qui ne révèle exceptionnels acquis. Ne soutient qu’inepte maintien de concepts chrétiens et autres bobards qui désemparent, effarent les rares laïcs logiques, non imposteurs ni imbéciles. Subtils auteurs à haut-le-cœur par indécence d’absence d’honneurs, qui leur reviennent quoi qu’il advienne. Et que n’aiment que post-mortem décideurs sans pudeur, à la botte qu’ils bécotent d’allégeance aux finances.

Assez, n’en déplaise à ces experts qui se terrent et censurent, camoufleurs, biaisent les plus sûres valeurs, je n’aurai d’once de repos que je ne dénonce d’incompétence leurs oripeaux.

Excepté si, capté, ce message des plus sages aide ces tièdes à entrevoir ce que l’Histoire conservera, de leur aura d’indéfendables incapables. S’ils persistent, défaitistes, à renier qui d’humilié. Que brime, à l’évidence met à mal, totale absence d’estime pour incessant travail d’éveil, et de trouvailles sans pareils, effectué sous décennies sans manne. De félonie et de déni des milieux d’une Culture en déclin, sans yeux, qui carbure au conventionnel, en panne en plein tunnel.

Que méritent leurs salaires qui irritent, non faussaires sans élan, découvreurs de talents !

Un véritable, inimitable Artiste n’a à s’abaisser, à délaisser sa vocation en vacations, à la recherche de la perche non tendue qui lui est due !

Honte aux pontes ignorant son courant. Le rang qu’il prend à loisir sur l’échelle culturelle d’avenir.

………………………..

Ceci dit : Il suffit ! Laissons-là le bœuf cas Roth, et passons allègrement aux agréments sans liens de l’amusement quotidien :

Où l’on découvre en Une de très gratuites informations : Rodéo mortel reproduit à l’identique.

Si je comprends bien, à l’identique auront lieu prochainement des reconstitutions successives de reconstitutions de rodéo mortel, jusqu’à épuisement du stock de suicidaires au volant ?

…………………………….

Mouvement quasi-perpétuel suivant la règle TPG N°1, tel qu'il convient de la nommer. Faisant référence à notre argent perdu stupidement en achats de malades distributeurs automatiques de billets. Ainsi, vous trouverez une affichette vous indiquant : "En cas de panne du distributeur adressez-vous au conducteur et prenez votre titre de transport au distributeur suivant, et En cas de panne du distributeur adressez-vous au conducteur et prenez votre titre de transport au distributeur suivant, et En cas de panne du distributeur adressez-vous au conducteur et prenez votre titre de transport au distributeur suivant, et En cas de panne du distributeur adressez-vous au conducteur et prenez votre titre de transport au distributeur suivant, et ..."

.....................................

Un pipi pressant envoie un septuagénaire à l’hôpital !

Il aurait, par inadvertance, desserré la poignée du frein à main de sa voiture.

Dites donc, pour arriver à confondre à ce point … c’est bobonne qui doit être heureuse.

……………………………

Diamétralement peu expansif également, le ballon de foot tiendra la vedette en juin et juillet de cette année.

Et c’était là le principal sujet que j’abordais au terme de l’un de mes précédents billets, lorsque je commis l’irréparable. Pour une fois j’écrivais directement en ligne sur la blogosphère T.d.G, sans sauvegarde provisoire sur Word. J’ai mis en surbrillance pour une menue correction, ai collé le mot que j’amenais, ne me suis pas rendu compte tout de suite qu’une bonne partie du texte avait disparu .. et j’ai enregistré le brouillon modifié. Avec un seul mot à la place de dizaines de lignes, perdues à jamais. Hormis deux ou trois points dont je me souviens, que j’aborde brièvement.

Je traitais alors du suprême paradoxe, frappant votre bon Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche de la Romandie libérée, boycottant des Jeux se déroulant sous dictature homophobe.

Alors que je suis invité en juin pour une semblable manifestation dans un pays où les minorités ne sont pas vraiment mieux traitées, si ce n’est pire : Au Brésil. Pour assister entre autre aux matchs Suisse-France et Brésil-Mexique. A suivre.

Pour rappel, inutile d’en profiter pour passer chez moi en juin, je le répète à chaque voyage, il y a toujours quelqu’un prêt à vous accueillir au gros sel, et de toute manière les pillards des O.P. sont déjà passés.

Eh oui. En dépit des tortures subies en 2012 suite au second « home-Jacking » subi là-bas, et autres joyeusetés comme l’état de guerre civile cachée qui nous a bloqués à l’abri durant dix jours, alors que ça tuait et pillait de partout alentours, ce dont le monde reçut à peine de faibles échos, j’y retourne.

Mais je ne vous oublie pas, je vous ferai coucou à la télé pendant le match Suisse-France. Vous me verrez très facilement, seul point rouge-blanc au milieu d’un océan de rouge-blanc-bleu et de jaune-vert.

Car, ne nous méprenons pas : Paris, Zidane .. la France est divinisée au Brésil. Presque autant que ne l’était jadis la Suisse. Mais chaque Brésilien(ne) qui se respecte a déjà été maltraité en Suisse et est retourné déçu au pays, critiquant notre froideur.

Donc voilà, espérons simplement que soutiendront au moins avec moi notre équipe, trois tondus et un Pélé.

……………………………

Non, je plaisante, là. Je ne serai certainement qu’avec un Personnage presque autant connu que Pélé, le cousin Paolo de ma doulce moitié, Président du principal Club carnavalesque de Rio, dont les chars et blocs allégoriques gagnent souvent le concours annuel au sambodrome, et qui vient ensuite nous voir, assis au salon, en train de se regarder en quasi-mondiovision recevant en très grandes pompes la visite de Michelle Obama. Et à ma droite seront très certainement assis de très proches amis à nous .. et à Gilberto Gil … etc.

Bref, tout ce qu’il faut pour me déconcentrer du match, mais je ne m’en plaindrai sûrement pas trop. Un temps de discussion avec de telles personnalités vaut à chaque fois toutes les coupes du monde.

…………………………

V.I.P. toujours, ici à présent :

En fait, il n’y a souvent rien de plus difficile à croire que la vérité. Me croyez-vous si je vous affirme que j’ironise avec un moral assez bas ? Et pourtant.

Mon bien-aîné renommé éditeur-écrivain est au plus mal, au fond d’un lit d’hôpital, souffrant et luttant contre La Salope. Atteint en dépit d’une vie de non-buveur non-fumeur, non-croyant … Et, contrairement à moi, à chaque fois où l’on m’a posé un flingue sur la tempe, je crois qu’il ne priera pas.

Personnellement, ne souhaitant aucunement trahir son athéisme (qui, à mon avis et instar, est plus de l’agnosticisme) je ne vous demande pas de prier pour lui. Mais bon, vous êtes libres, hein, vraiment pas obligés de m’obéir, hein ? Merci.

L’un de ses deux principaux objectifs avant de s’en aller, depuis plus d’un an, il l’affirme à qui veut l’entendre, est la parution de mon avant-dernière compilation. Qu’elle se nomme « Epique Ethique, Ecole et Drames » ou « Carnets de doutes d’un globe-trotter » ou tout autrement  … depuis une semaine ces gentilles bisbilles entre nous n’ont plus d’importance pour lui.

Il souhaitait la perfection, le choc au niveau de la présentation également, des motifs et illustrations, atmosphères et récits … difficiles et chronophages pour moi à intégrer. Ou des explications, références, bas-de-page …

Et j’ai traîné les pieds, plus ou moins inconsciemment, sans cesse fonçant sur ce blog et allant vers l’avant. Plutôt que d’accepter ses bons et rentables conseils, de me relire, choisir et apprêter vite passages à réunir de mon Oeuvre littéraire gigantesque. Et de dire : Non ! Fini ! Pour ce que je ne veux pas dans cet ouvrage, mais dans le suivant peut-être. Lancer réellement sa promotion.

Et aussi, je tiens ici à m’excuser publiquement auprès de lui et de mes plus illustres membres et proches de l’Association éditoriale que je préside. Pour avoir un peu négligé cette Présidence ces dernières années, avoir passé souvent des mois sans donner signe de vie qu’à deux ou trois d’entre nous. Et avoir, par procrastination, mis trop de temps à recontacter feu Albert Jacquard et autres amis de nos amis.

Le paradoxe insupportable de mon maintien par une certaine caste genevoise au pire des rangs sociaux suisses : Celui des exclus de tout retour correct de reconnaissance ou d'impôts qui leurs sont volés, faute de « dettes » à fondement véritable injustifiable et intérêts exponentiels, se remboursant iniquement par saisies sur salaire (au profit de plus que douteux officiels créanciers aux pratiques ci-dénoncées) …

... au pire des rangs sociaux suisses, celui des working poor ad vitam, sciemment dévalorisés, escroqués, exploités à outrance, privés de santé et de bonne part d’infernal, scandaleux nauséabond, invalidant minimum vital laissé …

... ce paradoxe intolérable entre mes très hautes fonctions extraprofessionnelles et compétences pluridisciplinaires d’utilité certaine : et l’empêchement de se déployer, qui leur est causé minablement, par imbus menus décideurs, depuis des décennies…

... ce paradoxe est responsable de mon absence de présidentielle disponibilité.

Et du fait que mon excellent actuel mentor ne verra peut-être jamais ladite parution, qu’en interminable préparation.

Or, je me dois d’ajouter que, jubilant depuis cinq ans à la lecture de mes compositions, jamais il ne m’avait dit avoir détesté l’un de mes mémorables jeux de mots. Et vlan. Le mois passé j’ai brusquement ramassé une surprenante salve de remontrances. En substance :

- Ah, non ! C’est digne de Madame Michoud, ça ! Ce n’est pas possible. Aucun, jamais aucun de mes confrères ne dépassera le titre, même si le contenu est excellent, c’est le classement vertical immédiat assuré, pour ton « Traité de Cuculture Acacadémique, Popolitique et Spipirituelle » !

Ainsi, son rejet de l’impression laissée par ce dernier mot, « Spipirituelle » … me donne l’espoir qu’il se réconcilie à présent avec l’idée qu’un bon Dieu, pourquoi pas, soit finalement une intéressante hypothèse à se mettre à étudier aussi, en la circonstance.

Il n’empêche, désolé Madame Michoud la ménagère inculte et bobette, mais mon « Traité de Cuculture … » risque fort d’occuper un jour bien plus que les étagères de toutes les connes librairies.

Restons optimistes et relativisons. Tout.

…………………..

Oncques le rire ne périt donc. Quiconque a su souffrir n’aura plus qu’à en rire.

………………….

V’là que le moral n’a plus trop mal. Pansons atouts :

Et réjouissons-nous comme des Fribourgeois. Qui, nous affirme-t-on, sont les plus heureux de Suisse.

Evidemment. Leurs élus sont les seuls du pays à empocher leurs jetons de présence et à diminuer les salaires de la fonction publique. Nos candides noirs et blancs sont conséquemment heureux comme des pinsons, refusant obstinément de s’énerver, vu les dégâts que la colère provoque sur l’estomac.

C’est qu’on ne badine pas à Fribourg avec les problèmes de digestion. Humain ou vache, même combat, un hublot d’observation sera creusé dans votre panse.

Fin de cet hommage à qui pique Art, délétères fonctionnaires gestionnaires de guerre des nerfs jusqu’à chute des plus putes ou départ des plus rares.

Gare …

Ali GNIOMINY

............

Et vivons le plus sainement possible malgré tout.

 

DSC_4373.JPG


11/02/2014

J’AI SUÉ ! Âne nase, arrête.

Essai philosophique à la lumière des méconnaissances actuelles, quant à la Table d’émeraude et l’affirmation d’Hermès Trismegiste :

« Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour accomplir les miracles d’une seule chose ».

N’étant point plus savant ou sot que la plupart des idiots savants, voici qu’hier : Grand Mystère alchimique vint à nouveau me tarabiscoter. Comme à chaque fois avec plus de Clarté.

N’ayant pu assister au résumé donné à l’Uni des dernières découvertes relatives au boson de Higgs, me revint à l’esprit l’étrangeté de ces particules et antiparticules qui apparaissent et disparaissent simultanément à plusieurs endroits … si on les recherche.

Je ne retrouve plus la source (au Cern, si mes souvenirs sont bons) des physiciens qui naguère m’intriguèrent tant, en suggérant qu’une interaction existerait entre le fait de vouloir découvrir certaines particules, et leur apparition. L’énergie mise dans la recherche, la curiosité à un certain endroit permettrait la « concrétisation » de ce qui est attendu.

Comme si la Recherche (prochainement éradiquée de Suisse), comme si le désir de trouver permettait que ce qui est espéré soit repéré !

Et voici que je me mis à supposer que Tout puisse fonctionner ainsi. Persuadé que suis que dans l’avenir l’esprit humain utilisera la télékinésie à sa guise, et ne fera pas que de déplacer les objets à distance par la force de sa volonté. Il parviendra à créer par la pensée de la matière, à aménager son entourage et le modifier, faire surgir ou disparaître des cadres et objets, aussi simplement qu’en brisant les barrières entre univers parallèles.

J’allais ainsi plancher, parti de la Table d’émeraude, sur quelques exemples pour lesquels je dois reconnaître que mon intention de trouver, si ce n’est mon espérance ou intense besoin, pourrait avoir provoqué la découverte même la plus étrange là où je l’attendais plus ou moins.

Auparavant, afin d’illustrer mieux le fond de ma réflexion, imaginez que dans votre ordinateur employé depuis dix ans, vous avez écrit trois fois le mot « cacao » dans des dossiers portant un autre nom, à des époques très éloignées l’une de l’autre. Et vous avez impérativement besoin de retrouver des indications sur l'usage du cacao, que vous êtes persuadé d’avoir quelque part, mais où ?

Vous commencez fébrilement à ouvrir une après une et relire vos milliers de lettres, dans lesquelles pourrait se trouver ce mot ? C’est ce qui aurait été inévitable, il y a peu. Ou vous vous seriez plutôt contenté de lait et fini.

Non. À trois endroits, en les milliards de milliards de circonvolutions numériques, est bien planqué le mot à débusquer. Vous irez sur « Rechercher dans l’ordinateur », taperez le mot désiré, et instantanément ses trois copies se seront regroupées sous vos yeux. Vous le pressentiez, avez SU le chercher, il ne pouvait que se révéler à vous.

Inutile, pour l’heure, de revenir en détail sur des épisodes de ma vie maintes fois abordés sur ce confessionnal épistolaire, je les survole simplement afin de vous démontrer leur relation avec la concrétisation survenue suite à mon engagement à trouver :

Nous sommes, ce matin-là, par plus de 30° déjà, dans les sauvages pâturages, à mottes habitats à mygales, sis au-dessus de Nazare-das-Farinhas, dans le Nord-Est brésilien. Mirifique contrée en laquelle, si vous avez envie d’aller y flâner à présent, vos chances de survie ou de redescente autrement que nu sont quasi-nulles.

Mais l’épisode conté se passe dans les années 80 où, à Nazare comme ailleurs, aucune porte n’est fermée, ni fenêtre grillagée. Où nous, gringos, sommes fêtés, appréciés, entourés d’emblée de dizaines d’enfants et de vieillards hilares, voulant nous vendre leurs psilocybes en bocaux. Que n’achetons jamais, évidemment. Tout en les gratifiant d’assez de monnaie pour qu’ils renoncent à nous suivre jusqu’auxdits pâturages.

En lesquels nous vaquons à l’une des premières tâches qui me furent confiées, en l’enfance bienheureuse de fils et petit-fils de secrets connaisseurs de taches de champignons. Mais premier de la lignée à s’intéresser alors à leur effet plus qu’à leur goût. Avant de cesser définitivement de se maltraiter ainsi le foie.

Nous passons bien deux heures, à inspecter chaque bouse de zébu, sur lesquelles poussent généralement les psilocybes. Il a un peu plu la veille, il fait terriblement chaud déjà, peu de beuses molles, que des bien dures qu’ils affectionnent de percer. Toutes les conditions sont réunies. Mais rien. Les trois ou quatre fois précédentes, en quelques minutes nous avions de quoi nous envoler pour douze heures en couleur. Quelques autres douteuses spores par-ci par-là, mais aucun chapeau bas.

En sueur, exténués, nous approchons de l’idyllique rivière bordée de jungle touffue. A l’endroit abrité où un dénivelé de grandes pierres plates nous permet de nous coucher nus dans une vingtaine de centimètres d’eau. Je me relève alors parfaitement rafraîchi, me sèche, et entends les effroyables hurlements de mon compagnon, qui sort lui couvert de sangsues.

Lui non plus ne s’attendait pas à en trouver là, ne les cherchait pas. Donc ça n’a rien à voir dans cette étude, si ce n’est que je trouve toujours de quoi rire en recherchant dans ces souvenirs-là.

Après avoir débarrassé l’ami de ses trop attachantes compagnes, je me prépare à retourner slalomer entre les nids d’arachnides. Les beuses nous narguent, vides de tout intérêt. Et le ciel s’est couvert. Est tombé l’étouffant « mormaço ». Le couvercle de l’étuve tropicale.

Nos yeux, brûlants de sueur, ne dénichent aucun champignon, c’est désespérant. Nous nous arrêtons un moment. A deux mètres de nous un rayon de soleil, passé entre une trouée biblique du ciel, frappe une galette odorante. Sur laquelle trônent deux splendides psilocybes.

Sitôt lavés à l’eau minérale sitôt avalés. Nous reprenons notre progression par les mêmes endroits d’où nous sommes venus sans rien voir, et ils sont là, parsemés, bien en vue, par dizaines.

En redescendant à la ville, totalement hallucinés, nous croisons pour premier habitant le fou du village ou son pire sorcier, laid à en rester marqué, en main un poulet mort encore en plumes dont il ronge la tête sanguinolente. Qui s’approche de nous et nous tend son festin avec des « Gostoso, gostoso .. » qui résonnent encore dans mes pires cauchemars.

Nous détalons comme jamais plus. Chose extrêmement rare, les motifs mouvants environnants des champignons hallucinogènes prennent alors des allures griffues, crochues, hurlant des demi-mots incompréhensibles, ressemblant aux effets détestables des amphétamines mélées au LSD. Nous allons droit devant, en quête urgentissime d’un havre de calme. Il nous faut immédiatement une protection, contre le fou et la folie qui hantent terrorisés.

Une minuscule chapelle est ouverte, nous nous y précipitons. Restons figés devant une splendide statue de la vierge, entourée de paradisiaques attraits, paisibles à l’excès. Sans nous être concertés nous avons tous deux le réflexe de vider nos poches pour remplir d’une fortune, bien l’équivalent de 50.- la petite soucoupe au pied de l’icône.

Et simultanément un colibri apparaît devant nous, effectue un ou deux tours devant la statue et ressort. Etonnant même la vieille croyante gardienne de la chapelle, déjà totalement abasourdie par notre sauvage irruption d’horrifiés. Et d’un coup par la tranquillité parfaite que nous affichons, et ressentons, après l’incroyable don que nous venons de faire du fond du coeur pour cet humble lieu de culte.

Il n’y a pas cinq minutes qu’est survenu l’événement traumatisant. Nous reprenons notre chemin, heureux comme des pinsons, le fou a disparu, le soleil est revenu, la fin du voyage sera exquise, profondément spirituelle.

En résumé, nous cherchions sur chiures ces champignons au mauvais moment, météorologiquement ou de l’occupation de nos pensées. Ils étaient déjà là ou sur le point de surgir, mais nous regardions ailleurs. Puis nous les oubliâmes, le temps de quelques sangsues. Partîmes sous de sombres auspices, épais nuages décourageant notre recherche, nous lassâmes, mais à l’affut encore finîmes par élever les yeux aux cieux, voir la trouée dispensant les rayons menant exactement sur le fruit de notre espérance et le révélant.

Certes, sans recherche, ou mal dirigée, rien n’apparaît.

Mais parfois aussi dès que c’est cherché trop intensivement. Lorsque ça obnubile au point d’aveugler.

Vous remuez des milliers de papiers pour en trouver un. Vous les avez tous parcourus en vain, devez recommencer et recommencer avant de cesser de passer sur celui voulu sans prendre conscience du moment où il est sous votre main.

Et ce n’est pas nécessairement où et quand on le veut qu’apparaît ce que l’on recherche. Mais l’intensité de l’énergie mise en œuvre par notre cerveau en ce sens pourrait nous réserver encore bien des surprises.

Autre exemple « survolé ». En 1976, à peine libéré, seul dans les Cyclades, de l’enfer des injections d’héroïne et strychnine, je me piquai de mystique. Commençai à pratiquer toutes sortes de rites celtiques, à enserrer les chênes, battre à leur diapason, m’emplir de courants cosmiques et telluriques. Passé si près de la Faucheuse qui prit un à un chacun de mes compagnons junkies, je retrouvai très vite mes passions d’avant l’enfer de l’héroïne, rendant les pupilles si petites qu’il est pratiquement impossible de lire : Ma boulimie des lectures essentielles. Mais dirigée plus précisément vers la recherche de la Lumière. De la Sagesse. Du Graal, quoi, tout simplement.

Je vends ou offre alors tout ce que je possède, au grand dam de mes parents qui (ô honte à moi, éternellement merci) me rachètent le principal : Mon vieil harmonium, et l’orgue, le vélomoteur. J’ai besoin d’un peu d’argent pour entamer ma Quête en pays Cathare. Mais me passerai de tout ensuite, si ce n’est d’eau et de végétaux vivants, non morts, choux et autres légumes que je croquerai crus et sans ajouts. Ne me permettant que de gober quelques œufs par jour et de manger du pain que je ferai moi-même. Mais complet, sans autre levain que la pâte de quelques jours avant, au gros sel. Ne me demandez pas où j’avais trouvé ce mystique régime à la con, et n’allez surtout pas l’essayer. Mais bon, après une semaine, de toute manière le corps vous oblige à tricher, à foncer en douce vous goinfrer de cochonneries.

Bref, je veux me purifier à tout prix, totalement, suis prêt pour une abstinence totale, absolue, à vie, de tout « surplus », de sexualité s’il le faut, etc. Je promets de ne pas revenir sans avoir rencontré la Lumière, si ce n’est l’avoir reçue, et avoir réellement évolué.

Ebaubi par la vie de Saint-François d’Assise, les prodiges d’Edgar Cayce ou de Lobsang Rampa, les mystères de Pauwels & Bergier, frémissant en les univers de Poe, Lovecraft, il y a des années déjà (hormis celle dédiée à l’héroïnomanie) que je dévore boulimiquement les Anciens et plus récents d’alors, rassemble morceau par morceau les indices allant des entrées d’Agartha sur Terre aux lignes d’apparitions d’ovnis.

J’arrive le 12.12.1977 à 12h12 devant un chalet hautement initiatique en Ariège. Contact doit avoir été pris par l’envoi de mon texte « La Rose et le Lion » en 44 quatrains en alexandrins composé parmi 7 autres poèmes en tout le 7.7.77 dès 07h.07.

Donc je dois être en ce village dédié au Verseau, en contact avec des extraterrestres (rien à voir avec le chanteur sans succès Vorilhon devenu Raël, au contraire, ses sbires nous matraquèrent plus tard). Non, du sérieux, croyais-je, des contacts d’une spiritualité inouïe.

Effectivement. Certainement pas des extraterrestres, les gens qui m’accueillirent pour douze jours en cette école initiatique, mais d’un très haut niveau spirituel, doués de dons médiumniques effarants.

Seulement, je me suis trompé dans mes plans. Ce n’est pas en cette communauté-là que je prévoyais d’aller. Sans aucune comparaison au niveau du sérieux de l’enseignement proposé, mille fois ici plus évolué et aucunement contraignant que celui que je recherchais. Qui n’était qu’un (finalement bien agréable) attrape-nigauds dont je connus plus tard les farfelus auteurs.

J’ai ainsi largement trouvé d’entrée ce que je recherchais. Ai pu manger végétarien, mais délicieusement préparé, et j'ai reçu d’interminables leçons de philosophie, alternativement de la part d’une gamine surdouée de 7 ans, de sa mère douée d’écriture automatique extrêmement rapide (que je retranscrivais à la machine) et du jeune père d’une extrême compréhension et sympathie. Puis il fallut que je continue mon chemin.

Je louai une ferme dans le Var, refusai un fort de 40 pièces en bord de mer qu’un haut fonctionnaire de la marine m'offrait, à condition de l’entretenir, côtoyai moult célébrités, vécus heureux, devenu beaucoup moins crédule mais sachant qu’existent des phénomènes dits inexplicables, pour avoir assisté déjà à certains de ceux-ci. Sans savoir encore ce qui nous attend sur la ligne céleste Draguignan-Toulon.

J’ai donc presque oublié ce jour-là mon intérêt de base m'ayant poussé à venir vivre plusieurs mois par année à cet endroit : Ma quête et recherche intensive, relative aux ovnis et autres phénomènes m’intéressant. J’habite près de Flassans-sur-Isolle, conduisant sans permis la vieille deuch à Françoise sur des chemins de garrigue, vers 17h30 quand ils sont là.

Pas des petits points vagues et douteux éloignés. Non, à quelques dizaines de mètres de hauteur, grands tous trois comme des immeubles, ou comme des villes entières à une plus haute distance, fixes, immobiles mais changeant de couleur à leur base circulant à très grande vitesse et semblant parfois soulever des nuages de vapeur colorée.

Les gigantesques disques ne sont très visiblement pas de consistance métallique ou autre, mais sont bien assez constitués de couleurs mouvantes compactées pour pouvoir affirmer à 100% qu’il ne peut s’agir de phénomènes météorologiques.

Stables et silencieux, dans un impressionnant silence total, sans grillons ni cris d'oiseaux, durant plusieurs minutes, ils commencent tous trois à doucement s’écarter et s’élever. Je regagne immédiatement la ferme cachée derrière la coline par les chemins cabossés, appelle toute la smala, certains disent avoir vu, d’autres pas. Et fini, ça a disparu. Mais fera grand bruit dans les journaux, forts de centaines de témoins directs, comme moi.

Ayant par leur recherche simultanément créé ces ovnis « bien réels » ?

Voilà, prenez ce que voulez là-dedans. Je jure sur mon âme que je n'invente pas, que je n'étais pas en état spécialement second (l'herbe du Var étant merdique et le maquis trop sec pour les zébus).

Cette suggestion d’étude ne visait en fait qu’à démontrer l’importance fondamentale, sans doute plus primordiale que l’on ne peut l’imaginer : de la puissance et sagesse de la Recherche.

Subissant cependant actuel assaut d'obscurantistes  primates alpins.

…………………………

 

Pour consolation: Un chouia de délassement de très, très haut niveau encore, pour vous aider à finalement digérer tout ça :

Des vibromasseurs sont vendus à la Coop !

Bien joué ! Aucune de ces dames ne va se plaindre s’ils sont constitués à base de cheval !

……………………………..

Plus cavalier: Un projet d’école coranique radicale à Zurich est assimilé à du lavage de cerveau !

Totalement absurde ! Qui donc ignore encore qu’en matière de lavage de cerveau l’enseignement catholique n’a pas de pareil ?

Vu qu’homos lavent plus blanc !

…………………………….

Fin de ce méchant chapitre de Physique des parties ridicules.

En résumé: Cherchez, donc découvrez, mais jamais de culte ne vouez …

 

Ali GNIOMINY

09/02/2014

ALLEZ, ÂGÉ QUE TARE LESTE. VEINE NIE, VIDE DIVE VICHY

Soit ! Le jeu timocratique est encore souverain pour quelque temps. La Suisse s’est plus que jamais mise en ridicule position de faiblesse, face au futur diktat vengeur des pays extérieurs. Et nous, Romands, devrons une fois de plus souffrir principalement du sectarisme Suisse-allemand ?

 

Vive l’Etat laïc et Indépendant de Romandie libérée !

 

Et vive la ligne verte de l’ONU qui bordera bientôt la barrière de röstis !

 

Vos meilleures propositions pour la création du pays indépendant de Romandie, sur

 

Gouvernement@romandie.com

 

ou

 

Mouvementcitoyensplanetaire@romandie.com

 

Seront étudiées, pas toujours publiées, et tout sera mis en œuvre pour que les plus drôles, comme le peloton d’exécution pour les abstentionnistes, passent la rampe du Parlement Romandial, et que jamais plus le populisme Suisse-toto ne puisse venir empiéter sans gêne sur le terrain du Romand, pas encore pareillement soumis …

 

Ali GNIOMINY

08/02/2014

CRIS MINENT ... ALITÉ

Allongé, de terribles cris de mon lointain passé me minent la Conscience. Qui me ressassent abominable crime que commis. Bien qu’à titre salvateur.

Il me souvient de mes 12 ans, des hurlements de ce pauvre chat sur la route, dont l’arrière du corps était écrasé, aplati par un camion. Alors que, revenant de « la cabane de la petite forêt », j’avais une pelle dans les mains. Le premier coup, de toutes mes forces a dû le tuer. Mais il fallut que je m’acharne sur la tête d’un animal que j’adore, pour être certain d’être parvenu à mes fins d’exterminateur.

Ah! Que n’ai-je vécu déjà en cette mienne de vie ? Que n’ai-je confronté pour terreurs dès l’enfance ? Soucieux de m’exposer à l’effroi, dans le but de tester et démontrer enviable courage. Ainsi, dès l’âge susmentionné, j’affectionnais les promenades en solitaire et dans la nuit complète, en les immenses souterrains d’une usine. Dont le père d’amis était concierge. Amis restant généralement au seuil de ces sinistres catacombes de tours automatiques … d’où provenaient d’étranges bruits, certains soirs de lune noire …

Bruits intenses, effectivement ce dimanche-là, en l’absolue opacité en laquelle je tâtonne. Puis crie, constatant qu’il y a effectivement quelqu’un. Qui déjà projette dans ma direction un petit wagon de transport de matériel lourd. Que j’entends arriver et esquive de justesse, avant de détaler vers une sortie. Le voleur est arrêté quelque temps plus tard, s’étant construit un atelier d’horlogerie avec les éléments dérobés années après années.

Ah, l’ignoble crampe qui saisit le ventre, l’érection de tous poils, les tremblements incontrôlés, puis l’admiration générale, quels délices de l’adolescence. Vers les 14 ans ½, disposant déjà d’un local de musique où mes parents me laissaient dormir parfois, réunion était programmée à la pleine lune au cimetière à minuit. Sur sept, nous étions trois en lice à escalader le portail, deux à avancer plus de 10 mètres avant de renoncer, et j’étais seul après vingt mètres à me promener entre les tombes. Et en revenir vivant.

Aucune atteinte à la paix des morts, cette fois-là. Pas comme ce fameux jour, plus proche de l’épisode du chat que de celui du cimetière à minuit, où j’escaladais l’une de ces failles géologiques escarpées, tapissées d’empreintes de dinosaures, qui sont la fierté de ma région natale. Me hissant avec peine sur un surplomb de la petite cascade sise derrière un tunnel naturel, endroit perdu où j’aimais de temps à autre aller relâcher ce que libido d’ado réclame, je découvre la place prise. Pour une raison bien moins agréable.

L’hiver est passé par là. Durant lequel il est impossible de grimper jusqu'à mon monde secret, alors verglacé. A cet endroit étroit, que surplombe à-pics de montagne fendue en deux.

Le squelette, déjà presque entièrement nettoyé par les nécrophages, d’un jeune bouquetin.

Alors que cet animal ne vit généralement, au plus près de là, qu’au Creux-du-Vent, à une bonne distance. Ni une ni deux, je pense à la Science. Où, plus sincèrement, à l’effet que ça fera quand je ramenerai ça au prof d’Histoire naturelle.

Et me voici, à l’aide de mon poignard émoussé, prenant soin de ne rien toucher de mes mains, en train de découper la tête du cadavre, vider par les orifices les restes liquides rosâtres de cerveau, emballer le tout dans les mouchoirs prévus pour une autre fonction, et enfermer le tout dans un sac plastique à toujours emporter en forêt sans jamais l’y laisser.

Ma morbide trouvaille fit son effet. Craignant d’être tenu à l’écart en prenant une réputation de nécrophile animalier, je fus au contraire félicité et remercié pour cet apport à la connaissance des déplacements de ces animaux.

…………………..

La Peur, la Mort, l’Amour, drôles d’impressions. A fondements tellement obscurs. Il est grand temps que je rachète mes crimes précités, en sauvant une majorité d’êtres, même n’en faisant pas partie, ayant peur de mourir sans amour.

………………...

Ainsi : Quel laboratoire scientifique machètera l’invention du siècle en matière de facilitation des contacts humains ?

Ce très simple détecteur d’agitation d’hormones ambiantes. Qui permettra de savoir immédiatement au sein d’une foule, qui est « en chaleur » et qui n’est alors aucunement disposé aux galipettes.

Système reléguant Facebook (teint) et autres obsolètes supports de drague, (inefficaces quand les partenaires éventuels ont « bien autre chose que ça en tête pour le moment ») aux oubliettes.

………………………….

J'observe, par ailleurs, que vous ne semblez pas avoir pris conscience de toute la gravité de mes hideux actes avoués. Imaginez, à l'heure actuelle, que vous voyez un gosse en train de massacrer un chat avec une pelle. Il passerait en maison de correction avant d'avoir pu expliquer que c'était pour abréger les souffrances d'un animal agonisant, sans aucun espoir de survie.

Et en Italie? On ne badine pas avec le traitement des matous. Une femme officier-Médecin risque, elle, un an de prison pour avoir sauvé une chatte en détresse.

Non, non, pas sur mon promontoire ni de la même manière.

.......................................

Allons, j'ai ... évoqué pour m'en moquer sans trop choquer, fait resurgir ces souvenirs stockés, vous démontrant que je ne prends la vie, la mort, qu'à grands efforts, sans grande envie, jamais à tort.

.......................................

Ceci dit, évitant essentiellement de porter préjudice à toute créature vivante, de l'insecte jusqu'au pire des politiciens, même s'il paraît fondamentalement nuisible, je préfère toujours, plutôt que de l'écraser, glisser une feuille de papier sur le sol qu'il touche à peine, le soulever sur cette feuille et le jeter simplement dehors.

Aussi, j'essaie systématiquement de trouver ce qui peut excuser le fait, pour ces bestioles, d'être si répugnantes. Mais n'y parviens pas toujours. Pour exemple, avec le Vitus Grisoni Churus Cretinus, ce sacré parasite qui m'insupporte particulièrement. C'est ainsi, l'on n'aplatit pas toujours qui l'on veut, même si on le peut, dans la vie. Et l'on n'a pas non plus à se laisser écraser au nom de mensongers "Crimes pesant sur la conscience", et autres "Fautes blâmables" en regard de critères dégradants et en voie d'extinction.

...................................

Stop ! Un billet sans revendications, m'étais-je dit. Afin d'alléger l'impression laissée par l'article suivant, et bien d'autres. Un billet juste pour exemple de l'écriture que je préfère, à laquelle j'ai besoin de parvenir à me livrer sans contraintes, et que vous préférez de loin aussi, j'en suis persuadé. Cette évocation des ambiances et faits authentiques d'un vécu peu commun, tout sauf triste bien qu'assez tragique. Cet enseignement alors dépourvu de piques acerbes et autres crises de nerfs épistolaires, qu'impose toute guerre opposant authentique Artiste, n'ayant pas à s'abaisser à leur niveau, aux partiaux, formatés découvreurs-vendeurs-diffuseurs-corrupteurs d'oeuvres hors-norme.

...................................

Et voici qu’une erreur de manipulation lors de la publication me fait perdre définitivement la fin de cet article, sans aucune sauvegarde, j’en suis vraiment désolé.

En gros, je vous souhaitais une fin de semaine de fédérales érections des plus paisibles, et ajoutais la légende, dont je me souviens, de cette photo :

DSC_4098.JPG

La Grèce est si pauvre que cet habitant, se croyant en Egypte, est obligé d’aller très loin chercher les pierres pour sa pyramide.

..............................

Oncques ne vous conformez ...

Ali GNIOMINY

06/02/2014

AMIS, C’EST L’ANNÉE !

Ami, scelle l’âne, et à Miscellanées, à missels .. à n’égo scier … sans te soucier, sans dommages … : rends hommage !

Ami c’est là, né hors des chemins (sans lendemain, peu sûrs, de culture pécuniaire pour gourds et fainéants nières) de Kanaan.

Ami, scelle l’âne et chevauche, à l’écart, gauches ébauches d’art épars. Âme hissée hèle, là, « négriers » alliés à miss, elles, à n’égratigner. Car en leur cœur ne sait mentir, demeure inné le ressentir de rare valeur de si affinées Miscellanées, de pamphlétaire que l’on ne fait taire. Dont on maintient à peine les rennes de chien blessé, à laisser sans biens ni reconnaissance, niant sa souffrance par indifférence.

Qui mord dès lors très fort, ou qu’on libère pour qu’il prospère. Et laisse pervers faussaires de l’estimation sans compassion, qui blesse, laisse tranquilles ces imbéciles.

…………………..

Ainsi, vous le découvrirez plus loin, passent les décennies, demeure le déni grave de l’indécence de l’existence en berne d’esclaves modernes qui en bavent, tous acquis sans poésie saisis. Au bénéfice de fils … de lutte à papa, à funambulesques, grotesques appâts de politique clique, menant élus de manants faméliques, plus debout, par le bout du fric.

Or, semblable durable incompétence est ci sur la balance.

Mais relaxons-nous auparavant avec quelques nouvelles du monde si vil. Lisez :

Le Bulletin de Santé du Président de nos voisins Francs sélecteurs :

Tout va bien. Ouf. Ni morbacs ni chaude-pisse.

………..

Pareil pour l’ancien Président de l’OM, Pape Diouf, candidat à la Mairie de Marseille.

……….

Au fait … Que disait exactement l’apocalyptique Prophétie de Nostradamus ?

« Quand viendra l’avènement du Pape noir … »

………..

Non point que je sois superstitieux, ou que je prenne pour argent comptant tous les bobards, mais : Connaîtriez-vous par hasard un bon bookmaker, prêt a miser tout ce que j’ai sur l’adversaire de l’OM à chaque match ?

Non non, celui-là il se remet d’une culbute avec sa petite reine.

………..

Et n’en a cure de Genève et de ses malfrats de la dévalorisation des efforts et talents, parasitant les réels productifs. Faisant valider poursuites ad vitam sur base de faux et usage de faux, malversations d’assurances crapuleuses et autres atteintes provenant d'escrocs notoires prétendus créanciers ou gestionnaires de condition de vie, contraignant tous responsables à « estimer  sans valeur pécuniaire » l’une ou l’autre Oeuvre    d’importance majeure, depuis des décennies. Dont ce blog n’est qu’un présentoir.

Que les responsables de Culture, de Médias et d’Emploi (à diriger selon bon usage, soit reconnaissance de remarquables compétences), que complices de pareille aberration qu’est la persistance de l’omerta dénoncée, s’apprêtent à expliquer publiquement au nom de quoi, en Romandie plus encore qu’ailleurs, il faut s’appeler Dieudonné pour encaisser 650'000 euros de sympathisants et bénéficier d’une publicité sans pareille ?

Et, au nom de quels principes d’opportunité la dette phénoménale de richissimes poursuivis est-elle réduite au un centième, sinon annulée ? Alors que celle du commun des trompés ne fait que grandir et en entraîner d’autres qui évoluent et en engendrent d’autres … sous les coups de butoir d’impôts impossible à payer, monopoles abusif d’assurances prévaricatrices, opérateurs méprisants, etc.

Car il est d’étatiques exactions que nul Service de désendettement ne peut combattre ni éviter aux victimes de ces dernières. Seuls, semble-t’il, parviendront à faire condamner pour copinage prévaricateur les décideurs en la matière, passés et présents : Quelques audits, enquêtes parlementaires, actions en répétition de l’indu et autres légitimes exigences de lésé. Afin que soit enfin mis à la fête ce statut de Poète qui par trop les embête.

descente.aux.enfers.jpg 

descente.enfers.2-.jpg

Qu’en l’attente d’une correcte et précise définition officielle du mot Valeur, réparation me soit pour le moins accordée : du mépris signifié par injustifiable estimation, depuis des décennies, d’absence totale de valorisation possible d’œuvre artistique pluridisciplinaire de pareil acabit. Dénuée de tout soupçon de modestie, juste pour que ça vous titille.

Dommage, tant de rage, d’un poète comique qu’on n’encense et à perpète endette à sens unique.

………………..

Prenons recul, laissons ces nuls à leurs calculs, et terminons notre relaxation au moyen d’autres miscellanées et malmenées informations :

…………….....

Fatal oubli, très embêtant : Cavanna, las, n’a de nanas, là, qui se décarcassent sur sa carcasse; Ou à labourer comme battant, crac bourré d’arak irritant. Cavanna n'a ni nanas ni nichons ni Choron sous l'âme, hein ?

Mais, saoul ... Ah, Saint ... tu ré..jouis, pardi, le Tout-Paradis.

Salut à toi, sacré vieux cave anar réputé ... à un de ces jours teintés d'Eternité. Dommage que je n'aie pu, comme prévu t'infréquenter.

Nous eussions certainement naguère dû nous rencontrer, suite au décès du Chevalier Coluche, alors que Madame de Saint-Agnan me priait de me rendre dans le Sud pour être pareillement adoubé Chevalier de l'Ordre du Franc-Rire. Et que simultanément le grand Maître de l'Ordre nous faisait la sale farce de défunter. Alors qu'en sa boîte à lettres gisait déjà l'une de mes plus désopilantes missives de reconnaissance. Le destin n'ayant aucun sens de l'humour.

……………….

Sinon, rien de bien, rien de bon, rien en lien encore avec ces mecs qui stressent à mort, laissent à sec, sous compresse de lois, envoient aux chiottes des cul-terreux leurs valeureux compatriotes à décorer plus qu'abhorrer.

(Utile, des fois que vous ayez déjà oublié le sujet principal si discrètement abordé par-ci par-là)

.................

Monstre manifestation contre l'homophobie, devant le Consulat Russe de Genève:

 

1686404_pic_970x641.jpg

7 Manifestants, selon les organisateurs. 700'000 selon des sources du Kremlin.

.................

L'abominable sale mioche Justin Biberon crée la panique dans un jet privé, en insultant l'hôtesse de l'air et fumant un joint avec son père.

Une forte amende et un risque important de lui retirer leur garde pend au nez du grand-père.

.................

Le naufragé du pacifique, ayant dérivé durant plus d'un an en compagnie d'un adolescent n'ayant pas survécu, s'habitue à son retour sur le plancher des vaches, et se réhabitue à un régime de viande exclusivement animale et adulte.

.................

Et je ne reviens évidemment pas sur le sujet des incompétents dénoncés, me pourrissant l'Oeuvre et la Vie. En fait, de simples incapables et envieux, pour qui l'avenir appartient à qui salive tôt.

Non, je vous invite simplement à découvrir sur TV5 Monde un reportage sur l'Industrie et dictature des experts. Comme ceux dont les décisions m'empêchent toute progression sociale. Ces aristocrates de la pensée, majoritairement des philosophes, habilités à se prononcer en dernier lieu sur tout et n'importe quoi. Avec les conséquences en découlant.

Admirez ces fabriques américaines d'Experts en quantité de domaines, formés en quelques jours. Puis contractés à coups de millions. Vous accorderez ainsi bien plus de crédibilité à mon expertise de la bêtise d'une certaine génération de "découvreurs de véritables innovateurs", avares me maintenant fermement à l'écart de tout commerce de l'art.

......................

Splendides progrès sociaux, aux USA:

En rupture de stock de produits létaux, face à la demande accrue des étatiques assassins, chambres à gaz et peloton d'exécution vont remplacer l'injection mortelle.

Scandaleux! Au prix où est le gaz et sont les balles de plomb.

Non, que ces condamnés à mort soient acheminés à Genève et forcés à faire valoir ce qu'ils ont de meilleur en eux pour survivre. Même s'ils ont sauvé des milliers de vies avant de commettre un crime accidentel, en très peu de temps, rongés par la rage de l'injustice flagrante et  l'ignorance crasse témoignée quant à leurs bienfaits, la Terre en sera débarrassée.

......................

Autres rassurantes nouvelles:

Corruption au Secrétariat d'Etat à l'Economie, et indignes astuces fiscales du Conseiller fédéral chargé de l'économie qui fait perdre 1/4 de milliard à la Suisse: Il n'y a vraiment plus qu'en trahisons que l'autoproclamée Principale Gouvernance de ce pays n'est pas avare.

......................

Le Muséum d'Histoire naturelle de Genève, lui, loin des singeries locales, découvre en Afrique de l'Ouest des batraciens munis d'énormes dents recourbées, leur servant à dévorer leurs congénères.

Décidément, tout se perd, en période de comptes défaits où chacun se pare de traditionnels attributs bancaires. Jusqu'aux princes charmants, devenus cannibales ...

......................

Alors, est-il vain d'espérer encore la remontée au Paradis défiscalisé d'un Poète réhabilité ?

Non, dès qu'on cesse d'accorder le moindre crédit ...

Ali GNIOMINY

03/02/2014

COUR À JEUX

Puristes tournent ? Pure ristourne cosaque, ces Jeux accordent au rabais une faveur, pour commande de masse, aux Caucasiens qui tourneront casaque et paraîtront pro-Russes. Un aller simple pour la Sibérie, plutôt qu’une mortelle bavure sécuritaire aux alentours des stades. Alors que sur une puriste chaîne ou l’autre ça tourne …

……………………………

Et capte même les pires indécences, voyez ce brouillon :


Monsieur le chaud lapin Président de voisin pays failli :

Alors que lapines défraient chez vous la chronique, suite à l’affaire Zahia, les banques suisses imposent un ultimatum aux clients français,  vu la manière dont elles sont traitées.

Ces Français ont jusqu’au 30 mai pour verser ce qu’ils doivent où ils le doivent, ou lesdites partenaires cesseront d’entretenir avec eux des relations tarifées.

Nonobstant le fait que la Loi française prohibe ce type de racolage, qu’enjôleuses comme clients sont amendables, le fruit de ces liaisons fait souvent grassement bénéficier la France, peu regardante, de la totalité des sommes en jeu.

Aussi, Monsieur le chaud lapin Président, ne voyez-vous pas qu’existe un moyen honnête, beaucoup plus responsable, rapide et simple, de regarnir les caisses de votre Etat et de redorer votre image, que de profiter honteusement du fruit de délits, sans grande gravité en regard de ce qui suit, et de sanctions y-relatives ?

Hier, plus de 80'000 Français ont défilé en appelant une fois de plus au soutien à la famille homophobe!

Une amende de 10'000 euros chacun pour incitation à la haine, atteinte aux Droits d’une population minoritaire, traitement inégalitaire, appel à la discrimination, haute trahison des principes démocratiques …

Et en quelques manifestations nauséabondes du genre, plus besoin d’étrangler vos contribuables, ou de pousser votre tortue de petite voisine à se protéger contre vous aussi, en déposant un OUI catastrophique ce dimanche dans les urnes.

Je vous souhaite plein succès et bonne chance, Monsieur le chaud lapin Président, persuadé que vous avez sur vous assez de pattes nécessaires en ce sens.

………………………

Une bonne nouvelle, malgré tout, pour réconforter ces 80'000 coupables de lamentable égarement collectif :

Le Niet aux dauphins à Sotchi !

Il n’y aura pas de dauphins porteurs de la flamme olympique à Sotchi. Dans le Caucase prochainement libre.

Normal. Leur mignon museau et mœurs trop attachantes sont suspects de cacher de l’homosexualité.

…………………….

Revenons chez les civilisés : Sois sans temps, lançais-je en août à l’un de mes fêtés amis de renom parmi les plus respectés, riche de saine richesse, à qui je souhaite invariablement continuité de pleine prospérité méritée. Car, ne vous y méprenez point, votre bon Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche n’est aucunement qu’un simpliste anti-capitaliste. Il reconnaît parfaitement le droit de tout individu à disposer de richesses bien gagnées et correctement gérées Ces fortunés ne sont point à blâmer, au contraire, doivent être honorés et remerciés par tous. Tant qu’ils ne corrompent de mouvements de pensée, d’éducation, de politique ou d’art à leur profit et celui de quelques uns de leurs semblables, par leurs moyens disproportionnés et/ou une arrogance déplacée.

Dans le style, souvenez-vous, de cette inscription que j’ai trouvée en 2006 dans le livre d’or d’un célèbre musée dédié aux diamants, à Victoria-Mahé aux Seychelles. Phrase malheureusement prophétique écrite de la main de Donald Trump, que je traduis par « Que les riches deviennent toujours plus riches ». Alors que l'humain dépasse déjà de loin chaque année la capacité naturelle de production de la Terre ...

Ainsi, 60 ans également, ce 1er février 2014, que l’Abbé Pierre lançait son premier appel sur les ondes de Radio-Luxembourg.

C’est pas possible, des choses comme ça … Que depuis soixante ans n’a cessé de progresser l’arrogance d’une droite et gauche caviar de plus en plus riche, parasitant une base de plus en plus pauvre, en prônant l’inverse … Faut les loger, tous ces pôv’ types … Faut pouvoir leur construire de solides cellules …

Et ce même 1er février 2014 : 49 nouvelles lois genevoises, soit de droite, entrent en vigueur. Allant, de la façon d’effeuiller la Pâquerette, aux mille et une manières de priver la population de la croissance extraordinaire que Genève a connue ces dernières années … jusqu’au projet, pourquoi pas, de modifier les Institutions de réinsertion en les intégrant aux Services de retraitement des déchets, en gros …

Gageons qu’en 2074, Genève aura éradiqué les pauvres, couvert Saint-Pierre d’or et perdu tout souvenir d’un certain Abbé Pierre.

En attendant : Fausse surprise générale : Horreur ! Les détenus, même dangereux, sont accompagnés par des sociothérapeutes, puis laissés « sans surveillance, seul ? » avec une prostituée. Voire un cheval.

L’Administration responsable s’en lave les mains : Affirmant que Maison d’Arrêt ou Maison close, peu importe, ça reste un circuit fermé.

………………….

Quoi qu’il en soit, j’espère que, comme moi, vous vous entraînez à fond pour ces Jeux Olympiques 2014. C’est que l’épreuve sera particulièrement relevée : Non point parce que Poutine veut faire réviser tous manuels sur l’origine des Jeux, du fait qu’il est inacceptable pour les enfants d’apprendre que ça a été inventé par des pédés de Grecs nus.

Mais : Parvenir, durant trois semaines, à zapper instantanément dès qu’un média ou l’autre prononce ou écrit le mot « Jeux » ou « Sotchi », jusqu’à obtenir le record absolu de celui qui aura pu boycotter sans exception, priver d’audimat ou de lecture, toutes informations relatives à la honte sportive au service de la plus indigne des corruptions. Celle qui prétend mener ses générations futures vers un avenir sain, en leur enseignant et exposant en pratique dès le plus jeune âge l’intolérance, la défiance, la discrimination et la haine, à projeter contre qui de « déviant » du minable formatage conservateur imposé. Un sacré défi.

Alors ? Qui de vous tentera de me rejoindre sur le podium, dans cette compétition de Zapping-Boycott ?

Et encore désolé si en trois semaines « 20Minutes », « Le Matin », « Le Temps » et quelques autres quotidiens ou chaînes TV auront coulé définitivement. Il faut savoir faire des choix, dans la vie, et assumer durablement les conséquences de douteuses collaborations, et d’empressement à profiter ou non des malversations du « plus fort » d’une sombre époque.

En attendant, cessez vos rassemblements et cultes …

 

Ali GNIOMINY

29/01/2014

TAS D’OR DU RÉSEAU

Tout réseau est pareil à un zoo sans solides barrières, où prédateurs s’engraissent au détriment des plus frêles gazelles.

Que d’or gît, en l’insalubre caveau des bas-fonds du Net, hacké par initiés de l’apparente protection des biens privés. Or plus obscur encore que tout celui entreposé en banques.

Aussi, une fois n’est pas coutume, votre bon Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche ne se moquera que modérément du système bancaire local, en vous annonçant qu’

Une nouvelle banque est née à Genève : La Banque du Léman !

Léman, ci, passion des banquiers ? Quel magnifique terme. Mais trop peu Genevois.

Non, conviendrait bien plus précisément une appellation évoquant la ville du bout du lac. Du genre : Banque du Jet d’Or, ou Banque en Rade !

Le souci reste qu’une fois rendus les immenses hommages qui me sont dus, à l’évidence mon patronyme sera vendeur. Il conviendra pour la place financière de surfer sur la vague. Et là l’écueuil est que risque de sonner assez mal la dénomination : Banque Roth.

C’est bien connu : Aucune imagination, ces financiers.

………………….

Parlant de faux gâteaux :

Pour son 10ème anniversaire sur Mars, « Opportunity » a photographié un caillou qui ne se trouvait pas à cet endroit 12 jours plus tôt. Roche en forme de donut. Les scientifiques ne parviennent pas à fournir d’explication plausible et satisfaisante à cette apparition.

Ouais … un donut … bigrement américain, ça … pour fêter ces 10 ans d’invasion terrienne. Sympathique, la Lune. Mais « Opportunity » comporte du matériel de précision suisse, si je ne m’abuse ? Déduction s’impose : Si, effectivement, la pierre vit sur Mars, que ça stagne et ça repart, qu’elle a une conscience, peut pousser comme un champignon où et quand elle veut, et prendre forme à souhait … elle aurait aussi bien pu s’afficher en meringue de la Gruyère !

Certes, l’esprit de roc de la Lune a dû punir ainsi le canton de Fribourg, avec son donut imbouffable, pour les pratiques intolérables de ses édiles, susceptibles d’engendrer des mouvements populaires de révolte. Ce que déteste l’aimée de Pierrot.

………………….

Or donc, le canton de Fribourg prend très sale réputation, par faute de la puante arrogance de ses Conseillers d’Etat encaissant sans pudeur leurs jetons de présence, lors que les salaires de la fonction publique sont diminués au 1er janvier 2014.

Sous prétexte fallacieux que seul la crème mérite le double.

………………….

Voyons à présent : Comment Genève a su intégrer ses immigrés ?

Rien de plus simple pour le savoir : Il suffit de (re)découvrir sur ce blog le traitement genevois et sort réservé ne serait-ce qu’à un immigré des années 70, provenant des lointaines contrées sauvages et barbares du Jura Bernois.

………………….

Alors, imaginez un peu comment Genève intègre ses immigrés qui ne sont pas même Suisses. Beaucoup mieux, c’est vrai. Du fait que ceux-ci n’oseront jamais mettre le doigt sur les aberrations locales, le traitement qui leur est réservé est bien plus envieux que celui d’un Suisse non Genevois dénonçant haut et fort les dérives d’arrogants roitelets municipaux, cantonaux ou fédéraux.

Ainsi, Genève est incapable d’intégrer correctement un non-Genevois, agnostique et soucieux de délivrer son prochain de tout sectarisme, "immigré" favorisant l’esprit critique primordial.

Et ceci alors que d’aucuns spécialistes s’alarment du fait qu’un Suisse sur  huit est musulman, que l’idéologie politique de l’Islam vise au remplacement de toute démocratie par un totalitarisme au nom de la charia : Que notre démocratie déjà devenue une timocratie va imploser, dès que le lobby politique islamiste aura rassemblé ses troupes helvétiques pour un futur scrutin, qui lui permettra d’instaurer par la voie des urnes la charia en Suisse. En y mettant les moyens tout arrive, il est vrai, même le pire, preuve par l’UDC. Il n’empêche qu’il est vivement préférable de voter NON à son Initiative sur la  « « « « libre » » » »-circulation.

Bref : Risque de majorité islamiste en Suisse très peu crédible, à mes yeux. Ayant conscience que la plupart des musulmans ne sont pas des islamistes prêts à brandir la charia. En revanche, le lobby politique évangéliste sous toutes ses mondiales tentacules est tout aussi, sinon plus, insidieux et dangereux pour la liberté de pensée de l’individu, soit l’avenir de notre pays.

Car :

Dieu créa un XXIème siècle, d’Instruction destructrice autorisée en Suisse romande, où sept établissements privés évangéliques déforment des têtes blondes, en leur enseignant le ridicule et dangereux, castrateur, irresponsable créationnisme.

Gare ! Gare ! Gare au sectarisme évangélique ravageant plus que jamais le tiers et quart-monde, et bonne part du Nord. Glânant auprès des plus pauvres et paumés de quoi constituer de colossaux lobbies, servant à maintenir tel état de servilité. Au nom de la Vérité …

Ce qui est vrai et fut démontré est le silence, l’absence de réponse du grand noir prédicateur qui nous harangua soudain, sur la Plaine de Plainpalais, par un tonitruant : « Savez-vous ce qu’est la théologie ? »

Je lui lançais du tac au tac : « Oui, la plus grande entreprise d’abêtissement, d’infantilisation et de déresponsabilisation au monde, n’est-ce pas ? ». Et nous passâmes notre chemin en Paix et recueillement, sans plus d’agressions.

………………….

Le Dr F. Saldmann, cardiologue et auteur de « La vie et le temps » l’affirme : La première personne qui vivra jusqu’à 150 ans est déjà née. Celle qui atteindra 1000 ans n’est pas bien loin.

Ceci grâce à l’apport de cellules souches prélevées dès la naissance. Qui reconstitueront par greffe qui, le foie de ses vingt ans, qui le cœur, etc etc.

Bien. En ma qualité de discriminé par absence de cellules souches prélevées à ma naissance, je porte plainte contre la Science pour incompétence passée, négligence grave à conséquences fatales, et exige colossale somme pour réparation de ce que je ne pourrai gagner par Sa faute entre l’âge de cent et de mille ans.

Non mais, quel progrès c’est que ça, qui ne sert qu’à certains et pas à d’autres. Je t’en foutrais, moi, des incartades sans scrupules à l’Ethique …

………………….

Diantre et bigre, voilà que ma tension remonte. Vite, vite, de doux mots tout réconfortants :

Les petits oiseaux n’aiment pas les zoos, les poissons dans l’eau ne sont tous cachalots, les gens en réseau, cerveau en travaux, font que leurs dévôts ne font de vieux os, leur laissent leur caisse, leur veste, tout le reste …

Rhaaa … je n’y arrive pas, rien à faire.

………………….

Rien de tel pour se détendre que d’apprendre qu’

Une fumée « d’origine inconnue », selon la police, déclenche l’alarme de la chambre d’hôtel en Australie de Snoop Dogg.

Sacré Snoop, pareil que pour ses compositions : Toujours la meilleure qualité ! Tellement unique et spéciale que paraissant d’origine inconnue aux non-connaisseurs. A tel point qu’elle fait oublier qu’il vaut mieux éviter de la consommer sous le détecteur.

………………….

Traitons, dès lors, des fins d’ex-star :

Allôô .. Lo … Loana .. La scène habille, là, mais dénude, dès que réalité ne souffle plus le show. Allôo, quoi, si six suicides ci t’ont échappé, sept ineptes lestes gestes de désespoir vont te happer. Cesse tes errances au plus tôt, va en rire, et au pire pense à nouveau au niveau de tes fesses.

………………….

Sur ce, je vais me poser un moment devant la TV, même si je ne dispose encore que de la scandaleuse Sunrise-TV, faite à 90% pour bouffeurs de röstis, n’ayant que très peu de chaînes en français, (à se demander si Sunrise va s’installer à Nidau où le français sera prochainement officiellement éradiqué).

Fort heureusement, ô miracle de la bonté du ciel incarnée, Naxoo (qui jadis me balança soudain une facture de plus de 1'000.- à régler illico, du fait dont j’ignorais tout, que depuis des années cette société commettait des erreurs de facturation à son détriment, au sujet d’un de mes deux décodeurs) Naxoo s’est prostituée à quelqu’un de solide, à réputation bien faite. Télégenève se réjouit particulièrement de la future stabilité d’emploi et des prix, du service humain et désintéressé qu’offrira UPC-Cablecom, propriété du milliardaire américain John Malone, surnommé Dark Vador ou le Cow-Boy.

…………………

Dalle, las …. ton univers laisse sur la dalle …

Là, ça suffit. Ne contribuons pas …

 

Ali GNIOMINY

20/01/2014

FORT MATÉS

« Le Président Burkhalter a vécu une folle semaine » lit-on.

Et la Suisse n’ayant jamais été aussi proche de la Russie, à l’approche des Jeux de Sotchi … Elle risque à coup sûr de passer encore de folles semaines, à répondre d’un tel comportement lesbien.

……………………

Dans le registre d’autres petites hontes généralement cachées, que seul votre bon Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche a l’honnêteté d’étaler : Voici à quoi il doit de réaliser qu’il a pris de l’âge.

Quoi de plus glorieux, en effet, pour un remuant voyageur et spolié fonctionnaire d’Etat, ayant frôlé la faucheuse à de multiples reprises, que de se fracturer pour la première fois de sa vie une dent et des os (de la main droite), il y a quatre ans, lors d’un terrible accident de : Trottinette ?!!

« Véhicule » à 79.- de la Migros, dont la roue avant se bloque à la plus petite aspérité de sol rencontrée. Engin de mort pour enfants et vieux trop confiants, sur lequel je n’ai plus jamais mis le pied. Que je n’ai ni offert ni vendu ni jeté … de peur de nuire à autrui, n’ayant d’autre choix que de tenter de rouler M-Budget. Et chaque jour encore, ma main me rappelle cette réalité.

Ainsi, au long de pédestres mois, j’ai commencé peu à peu à pouvoir ramener gauchement, 2-3 fois par semaine, les 9 litres d’un pack d’eau, (dont Migros souhaitait encore augmenter le poids, avant d’y renoncer du fait que je suggérais aux clients de se munir d’un transpalettes) et autres courses sur 300m jusqu’à mon domicile. En augmentant progressivement la charge sur la main droite. Au point de la presque récupérer. Car, quelle n’était ma fierté, jusqu’à 54 ans, de susciter invariablement l’admiration des nombreuses personnes ne parvenant pas à décapsuler un pot de confiture Extra de la Migros.

Je bandais à peine le biceps, pourtant lui peu spécialement saillant, et clac, le couvercle lâchait prise. Puis vint l’âge.

Ainsi, avec validité au 31.07.2014, le pot nargue TOUTES les mains depuis des semaines. Et point de solide jeunesse alentours, à qui confier affreux aveu de faiblesse.

Donc, freluquet ou « musclor », si vous aimez sabrer la confiture aux fraises … ?

………………….

Pas futés, tous ces gens de la NSA & Cie qui fourrent leur fraise dans mon ordi, même non connecté. Il leur suffisait de venir chercher cette confiture entre le moment où j’ai écrit ce qui précède et tout à l’heure. Alors que je vais publier ce billet. Tant pis pour eux. En attendant du haut de l’au-delà, grand-mère me rappela qu’il suffisait de tremper le pot dans de l’eau bouillante. Toute une tartine pour ça.

…………………

Autre durcissement et résistance, en matière à présent de marmelade des transports : Le fichage intensif des resquilleurs est en recrudescence !

Aparté : À part terroriser tous démunis rackettés resquillant arrêtés, à quoi sert d’annoncer un fichage existant déjà ?

Qui peut dire, par exemple pour les TPG, si foireusement dirigés, après combien de temps une personne prise une fois sans billet ne pourra plus être punie pour récidive, si ça lui arrive malencontreusement une seconde fois de perdre le billet qu’elle venait de prendre ? Combien de mois, d’années, de décennies ou de siècles ? Durant lesquels son nom restera sur l’infamante sellette.

Il est temps d’avoir des réponses claires ! Et des solutions à la hauteur du problème, afin d’éradiquer définitivement la resquille. Ainsi, nos Autorités l’ayant compris ne manqueront de donner bientôt leur feu vert pour l’achat de détecteurs de resquille, qui seront placés aux entrées de tous véhicules de transport public.

Détecteurs qui signaleront bruyamment la présence de tout resquilleur dès son approche.

Du fait que, lorsqu’il fut pris pour la première fois par les contrôleurs, ceux-ci lui auront, conformément aux nouvelles directives, tatoué un code-barres sur le front.

……………………

Mal barrés, également : Paris illégaux démantelés dans le Jura Suisse !

Sacrés farceurs, ces Jurassiens, et joueurs, je ne vous dis pas.

Certains, dit la rumeur, n’hésiteraient pas à parier gros sur la majorité qu’obtiendra(it) facilement un futur vote. Relatif à une Initiative intitulée : « Pour le droit d’exterminer tous les gauchistes, les homos, les étrangers et les femmes avortées ».

Rien ne va plus. Faites beaux jeux.

…………………….

Apocalypse politique chez nos infortunés voisins, également :

TRAHISON DU PRÉSIDENT DES FRANCS SAIGNÉS :

Pris en flagrant délit de lubrique chevauchée d’un scooter ITALIEN !

Mais bon, c’était un peu à prévoir. Qui pourrait être fiable et fidèle, en affichant d’emblée le patronyme d’un autre pays que celui qu’il dirige ?

Quoi qu’il en soit : Son vélomoteur a dû être pris en charge par un bon garagiste.

………………………...

Ah, ça m’a mis de bonne. Du coup je ne vous inflige rien de pire pour ce jour.

Mais résistez …

Ali GNIOMINY 

… et aux marchands de tapis volant la vie de leurs chéries :

galanterie .jpg


15/01/2014

COCHON QUI SANS DETTES VIT

Les truffiers d’Intrum Justicia comparent les actes de défaut de biens à des truffes, dont se régaleront et s’enrichiront les créanciers, dès qu’avec la complicité perpétuelle de l’Association suisse des sociétés fiduciaires de recouvrement, et autres Instances autoritaires, Intrum Justicia aura flairé la dette, et l’aura portée à extrême maturation sans aucune retenue. Démultipliant d’arbitraires frais portant dommages irréparables à la santé, réputation et aux finances de ses esclaves économiques.

Ma truffe me dit : … Que cette insulte de plus à ma proposition d’arrangement à l’amiable, (par sponsoring de leur part de mes œuvres, total abandon et retrait d’illégales prétentions, faux et usage de faux à mon encontre, proposition figurant ici un peu plus loin, dans l’article intitulé « OTAGE, OUI », au sein d’aimable correspondance avec le médiateur d’Intrum Justicia) : … que telle insulte et retard de versement de sponsoring me pousse à augmenter à CHF-600'000.- minimum pour solde de tous comptes, suite à l’effacement de l’ensemble d’arbitraires dettes, l’estimation des dommages que me cause la politique de recouvrement en Suisse. Et surtout l’obscure protection de cette politique notoirement malfaisante, par complicité de tels agissements contraires aux Droits fondamentaux du citoyen, depuis une trentaine d’années.

Tout particulièrement les machinations condamnables, et déjà trop mollement condamnées, d’Intrum Justicia. A qui je laisse dix jours pour me faire parvenir son engagement formel de paiement sur gouvernement@romandie.com ou geneveculture@romandie.com pour obtention de mes coordonnées bancaires. Faute de quoi j’exigerai par voie de Justice le décompte exact du montant total (depuis la 1ère sommation de payer que m’a adressé cet organisme), de ce qu’il m’a volé en frais et intérêts totalement injustifiables. Ainsi que le calcul du nombre de fois où cette Société me harcela dans ma vie et continue à le faire, au moyen de faux dans les titres et usage de faux, vol en bande organisée … me/nous  causant des dommages que tout l’argent du monde ne saurait vraiment réparer.

Ainsi : Deuxième et dernier avertissement : Messieurs les Suédois, attaquez les premiers. Affrontez la victime de vos agissements devant les Tribunaux, et essayez donc de me faire condamner pour le seul et unique « délit » que peut découvrir une contre-enquête : Le fait pour un « prisonnier économique à perpétuité » de chercher à s’évader. Portez plainte contre moi ou payez, et j’abandonne alors d’imminentes poursuites pénales à votre encontre. À l’encontre également, par enquête médiatique puis parlementaire, des responsables politiques couvrant la réalité de telles exactions, et négligeant les conséquences de vos dangereuses pratiques : A commencer par la perpétuation volontaire de la « boule-de-neige » de l’endettement, la volonté à peine voilée d’empêcher à tout prix, c’est le cas de le dire, qu’un insolvable corvéable malléable souillable et parasitable à souhait puisse un jour parvenir à sortir de tel esclavage moderne. Et vivre en santé plus longtemps que rongé par de flagrantes injustices.

Si j’ose un conseil encore, décidez-vous sans retard, car si vos sbires ont eu le malheur de transmettre l’une de vos exigences farfelues aux O.P. de Genève une fois de trop, il est déjà trop tard pour vous, je me constitue partie civile dans les jours suivant la notification, pour l’un des plus retentissants procès politiques de l’Histoire. Qui serait automatiquement déclenché de l’extérieur s’il m’arrivait quoi que ce soit de fâcheux, va de soi.

Aussi, contrairement aux procédés habituels d'organismes de recouvrement, je ne cherche aucunement à extorquer de l’argent, ni à faire « chanter » les responsables de ce fléau financier en exigeant le versement de CHF-600'000.- Cette somme est une estimation extrêmement minimaliste de ce que mes talents reconnus par tous honnêtes gens auraient dû m’apporter, si ma carrière n’avait été brisée par absence de moyens: Du fait que les montants abusifs exigés par I.J.  m’interdisent tout espoir de solde de tous comptes, et sortie des poursuites. Estimation comprenant aussi la part de dégradation de ma santé due aux pratiques immorales d’Intrum Justicia sur près de trois décennies. Quant à la rétrocession de l’anticonstitutionnellement trop-perçu : Elle servira pour I.J. à payer les créanciers détenant des actes de défaut de biens à mon encontre. Il n’est aucunement abusif de réclamer ce qui est véritablement dû, mais n'a pu être honoré à temps, faute de moyens détournés par indélicats.

Je remets sinon ma confiance en les plus Hautes Instances de Justice pour pratiquer l’estimation à ma place. Et suis formellement persuadé que ce qui me sera alors finalement versé, pour réparations des torts causés par divers groupes et moyens inacceptables, dépassera de très loin les 600'000.- et effacement de tout contentieux. Et, à l’instar de la boule de neige des dettes, risquent alors de s’enchaîner en cascade les procès du genre, contre d’autres types de fonctionnements abusifs à condamner, au sein d’autres organismes publics ou privés.

Passage sans doute obligé, en dépit du fait que depuis vingt ans je détiens des preuves, ayant toutes chances de signifier après procès et malgré prévisible période de prescription, le remboursement de plusieurs milliards à quelques milliers de lésés, de la part de collectivités n’ayant agi dans les règles de la loi. Et porté préjudice financier indiscutable à cette minorité.

Mais je ne suis tellement pas procédurier, restant toujours ouvert à un correct arrangement à l’amiable. Et soucieux de ne porter préjudice par rétablissement de Justice à des centaines de milliers de personnes d’un coup, sur plusieurs années, pour que peut-être 3'000 d’entre elles récupèrent ce qu’elles ne savent pas même leur avoir été indûment extorqué …, je suis tellement trop responsable citoyen, n’ayant aucune obligation de dénoncer, que je supporte pour le bien d’autrui exclusivement, puisque je fais partie des deux-trois milliers de futurs bénéficiaires en question, que je subis les pires charogneries administratives et autres bassesses financières et politiques, qui me sont infligées depuis belle lurette, stoïque et silencieux.

Salissures et dépouillement, en lieu et place de reconnaissance et excuses que me doit une génération de gestionnaires abusifs, et motifs de mes crises de nerfs. Et autre génération de prétendus découvreurs d'innov'acteurs, oeuvrant pour "La Suisse des Talents", Pro Helvetia & Cie, (recevant ainsi mes Meilleurs Voeux d'amélioration de leurs compétences et diminution des risques de prévarication). Et bien que nullement délateur, je prie le Conseiller Me Poggia de bien vouloir examiner enfin ce que j'argumente en vain auprès de ses Services depuis la nuit des tensions. Quant aux douteuses pratiques de monopoles à empêcher de continuer de nuire, et valorisation désastreuse des ressources humaines à Genève, écartant de toute promotion des talents à même d'apporter un véritable mieux-être à l'ensemble, plutôt qu'uniquement à de petits clans d'élitistes prédateurs économiques, comme traditionnellement.

Responsables de Culture, finances, magistrature, incapables  jusqu'alors de concevoir l'importance de l'entreprise d'utilité publique que je mène et soutiens sans aide aucune, bien au contraire, depuis des lustres. Entreprise de "désectarisation" des concepts délétères en force et vigueur, et de réel rétablissement des moeurs, us et coutumes, croyances non destructeurs. Grâce aux drôles de Services de ma créature: Le Roi-Député du Parti Railleur d'Extrême-Centre-Gauche, bas rond-de-cuir Ali Gniominy.

Mais tout a une fin. La plus heureuse possible de part et d’autre. Alors pourquoi se priver de tenter de mettre ainsi, facilement, un terme acceptable aux stupides litiges en cours ? Qui n'auraient de raison d'être sans les malversations et préjudiciables négligences, indignes traitements inégalitaires cités passés.

………………………….

Une Joyeuse Nouvelle Année ainsi souhaitée à nos amies les baies, truffes, et tous ces trop chers si sains trésors de la Nature appartenant à tous pareillement. Auxquels pourront enfin goûter les lésés qui, jurisprudence faisant suite à mon cas exemplaire, et Justice ayant cessé de voir son nom sali, en furent durablement indûment privés par les coupables, et se régaleront de la rétrocession de leurs biens séquestrés et réparations y-relatives.

………………………….

Certes, en l’état : Qui n’adhère guère aux faussetés en vogue est privé de dialogue. Mais plus pour longtemps, soyez-en certains. A pousser le bouchon trop loin même les abstinents finissent par être en droit d’exiger leur champagne.

…………………………..

Fêtons ainsi, sobrement mais dignement, les jolies perspectives de l’An neuf quatorze. En lequel d’étranges mathématiques vont être bouleversées, comme précédemment décrit, mais annonciatrices de progrès d’une part, et de comble d’obscurantisme de l’autre.

Pour exemples :

L’Eglise orthodoxe russe prête à criminaliser officiellement l’homosexualité.

Voilà qui me fait penser à tous ces fervents et virulents défenseurs de la Moralité, extrémistes conservateurs pris sur le fait en train d’accomplir ce qu’ils dénoncent et condamnent haut et fort. Ou qui, pour mieux se cacher, font renforcer les lois contre les forfaits qu’ils commettent eux-mêmes.

L’attaque est, dit-on, la meilleure défense. Et puisque seul et unique parmi toutes les religions du monde, le catholicisme est plein d’homosexuels, … qu’orthodoxes, musulmans, protestants … n’ont aucune de ces bestioles-là dont on entend parler dans leurs rangs, il vaut mieux prévenir que guérir … Grâce à la proche décision de l’Eglise orthodoxe russe, les gays pourront à nouveau être enfermés sans autre forme de procès dans tous les territoires de Désunion post-Soviétique.

Quoi de plus normal, au comble de la décadence idéologique et spirituelle, que l’Eglise Othodoxe se soucie des conditions de vie des prisonniers hétéros de Russie, en leur fournissant ainsi de quoi se défouler et soulager ?

………………………….

Gens sympas, encore : Dieudonné range sa Grosse Bertha, s’assagit et change de registre. En France exclusivement, aux dernières nouvelles. Il chantera la gloire de « Closer ». Et s’amendera pour l’aide apportée par Hollande au fondu-enchaîné de la Une, en tenant le chandelier lors des chaudes nuits présidentielles. Bref : Tout est chien qui ne finit rien.

Et c'est complet, toutes les places ont été réservées en Suisse, pour vraisemblable assistance aux nauséabonds "witz" ailleurs interdits, lors du prochain spectacle, à Gnons.

………………………….

Intermède: Avis à celles et ceux que je comprends parfaitement, que fatiguent mes sursauts d'agonie économique omniprésents, incessamment ressassés en termes incendiaires : Ces paragraphes-ci représentent ma première entorse à mes résolutions 2014, d’adoucir mes billets et de diriger mes écrits plutôt vers l’aspect humoristique que polémique des sujets triturés. Je le regrette autant que vous.

Vous pouvez sans autre n’accorder attention qu’aux plus brefs et amusants. De toute manière vous connaissez par-cœur ces légitimes revendications, qui pollueront ma verve tant que les principaux incompétents responsables de ma systématique éviction n’auront réparé leurs forfaits. Je m’en excuse pour eux.

…………………………………..

Or donc, une fois n’est point coutume : Remerciements à Avenir Suisse, confirmant la valeur de mes écrits, relatifs à l’Apartheid économique et juridique en vigueur à Genève. Qui est classée depuis six ans au dernier rang de l’indice national de la liberté civile et économique.

D’aucun penseur de plaies genevoises suggère qu’il n’y a pas de problème ici avec la liberté, mais avec le sens qui lui est donné. Il n’empêche que sont libres et protégés d’officiels prédateurs incontournables, prévaricateurs oeuvrant pour le profit de castes contre l’ensemble de ceux qu’ils prétendent administrer mais trompent et volent, privent de libertés de manière totalement arbitraire et sectaire. Non, il n’y a aucun problème de liberté à Genève. Chacun est libre d’admirer le sens genevois du respect de la réelle Volonté Populaire de partage équitable des biens publics, des devoirs et obligations de chacun et des collectivités envers la sphère d’autrui, sans exclusion injustifiée, omerta, discrimination par sournoise industrie des renseignements négatifs et plafonnement définitif de la condition de vie.

Honte à tel Etat, pire pourfendeur de la liberté civile et économique jusqu’alors. À qui je renouvelle cependant toute ma confiance et mes espoirs en ses nouvelles et prochaines prises de conscience. Tout en dénonçant les trahisons à la confiance que je lui portais, en modifiant de manière unilatérale les conditions qui m’étaient promises, de progression sociale selon mes mérites et de retraite avantageuse.

Alors que par trois fois jusqu’alors, ainsi que pour mes contemporains de 1956 dans le même cas, j’ai été financièrement discriminé par des mesures délictueuses, progressivement imposées sous la sournoise pression de lobbies financiers ; Coupables d’avoir joué et perdu bonne part de nos biens confiés de force, et autorisés prétenduement par le peuple à diminuer en conséquence successivement nos retraites et droits acquis comme promis pour nos vieux jours. Alors que nous est déjà volée la quasi-totalité des intérêts produits par telle séquestration abusive des biens d’autrui, qu’est le IIième Pilier obligatoire. Et autres assurances du genre.

Trahi, trompé, dépouillé, maintenu en pâture aux rapaces du recouvrement, dépourvu ad vitam de tout avancement, brisé sous les travaux pénibles longtemps effectués sans aide technique ni compensation, atteint par fines poussières, proximité d’amiante et autres saletés durant des années, écrans préhistoriques du DOS phosphorescent, systématique dévalorisation de réprimé ou ignoré, d’empêché d’œuvrer pleinement ; contraint dès les premières poursuites à résilier assurance-vie, abandonner toute idée de IIIème Pilier et autres compensations, … : J’entends que cet Etat, sous tous ses aspects, respecte les engagements formels et moraux qu’il a pris envers moi. Et me réserve une retraite digne et conforme à ce qu'il était entendu qu'elle représente, avant les crapuleuses et fondamentalement inégalitaires, injustifiables diminutions successives, modifications unilatérales des clauses contractuelles de ma couverture d'assurance prévoyance. Au nom de la pantalonnade de votations détraquées, par déséquilibre total des pressions, influences abusives et moyens mis en jeu d'un seul côté, pour trompeur gain de cause majoritaire assuré.

Aucun argument ne pourra jamais plus, au vu de mon vécu et de la trace qui en demeure, justifier que le fonctionnaire compétent et apprécié que je suis, dont la carrière fut visiblement sabotée par certains clans au pouvoir, dépossédé ayant continué durant des décennies à servir la communauté, pour un revenu net mensuel égal ou inférieur qu’en vivant à son crochet, … Aucun argument, aucune contre-attaque future ne pourront justifier que mon troisième âge d’acharné travailleur insulté continue à être dépouillé par d’ordurières manigances sociales, me promettant à l’assistance misérable réservée aux déficients ou parasites. Condamnés à crever au plus vite sous les privations imposées, empêchements financiers à l’accès à une Justice et à des soins dentaires et autres corrects, et non élitistes comme actuellement.

………………………

Ah, ça fait à chaque fois tellement de bien quand c’est sorti. Rien de tel que de ne pas tenir une bonne résolution.

Du coup j’en oublie d’ajouter mes traditionnelles vannes et leur désopilante chute. Ce sera pour bientôt. Une fois les coupables ayant pris leurs responsabilités.

..........................

Par trop d’abus ? Barrons le passage …

Ali GNIOMINY

...........................


Oh ... et puis non ...  Voici qui n'est nullement amusant, je vous le concède, pour un bon début d'an de rageur pas parano paria. Rien à faire, ça déborde, plus moyen même de chanter les mérites de tellement de bonnes âmes, oeuvrant à de sordides tâches de recouvrement ou autres fonctions détestées, mais ne pouvant faire autrement, prises en le maelstrom de contraintes émanant de conseils de profiteurs premiers, sans réels égards pour leur base exploitée. Gare à ne pas trop jeter le bobo avec salaud de dédain.

Un zeste d'aménité ne sera jamais de trop:

Une pensée émue pour cet élu UDC accusé de vol de candélabres. 

Qui sera acquitté à coup sûr. Pour excellents services rendus à un Parti, dont les membres n'ont pas nécessairement la lumière à tous les étages.

......................

Bientôt un indice de cruauté sur les fourrures !

Ouf, j'avais mal lu. Je pensais qu'ils parlaient de mes fous rires.

.....................

Et l'insulte SCORE se met en place à Genève, favorisant plus encore les cadres en escroquant mieux que jamais la base, au moyen de critères tendancieux très subjectifs, alors que l'apocalypse sociétale TISA pointe son nez vers la privatisation d'énergie comme apéritif, avant la police, l'armée, la santé, tout, et partout sur Terre. Et l'Etat juste que je respecte et protège de mon mieux, souffrant des indignes agissements de décideurs actuels et/ou passés, dont je ne sais taire les conséquences, qui se discrédite de plus en plus, pour la violence de son indifférence et laisser-faire, en matière d'abusives législations, contraires à l'esprit véritable de la démocratie lucide. Débarrassée de votants sous influence ... de toxiques pressions d'ordre timocratique.

En résumé: Gare à qui ? À TISA. Ce volcan du profit, encore plus dépourvu de scrupules que jamais, crachant ses bombes. À en pleurer. Lors que SCORE rit. Dit: culpabilisant, divisant, dévalorisant, dépouillant (au cas où c'est encore possible) les employés, au profit  de méthodes détestables favorisant essentiellement une certaine hiérarchie de dynasties opportunistes et méprisantes.

........................

Ces historiographiques éléments posés, je laisse tous puissants responsables, soucieux de leur image et de celle du pays, m'éditer plutôt que de m'endetter.

Et qu'ils ne vouent plus de culte ...

Ali GNIOMINY

10/01/2014

DERRIÈRE NOUS, VEL’ D’HIV’, HERSES …

Nous, humains de toutes nations, qui traînons derrière nous les tares des nôtres nous ayant précédés, qui restons si souvent enfermés en conceptuels châteaux kafkaïens, qui portons sur nous l’appartenance à tel ou tel groupe, plus ou moins naguère : barbare, qui allons de l’avant dans un espoir généralisé d’amélioration : Nous, innocents de ce qui fut mais responsables de ce qui est, devons-nous tolérer la perpétuation de la stigmatisation d’ethnies victimes et/ou coupables ? Pour exemple au moyen de souillures de la Mémoire glissées en apparent humour, réservé à un seul cercle de sympathisants aussi peu recommandables que leur idole. Leader adorateur de race aryenne, dont il est aussi physiquement l’antithèse vivante.

Non. L’humour est un remède, soit à la base un venin bienfaiteur à très petite dose et tueur sinon. L’imbécillité est elle un poison, ne servant à aucune médication, qui s’infiltre et se transmet souvent de générations en générations, à combattre par des traits distillés, d’apparence stupides, mais capables d’attaquer le mal par le mal sans le répandre alentours.

Ainsi, en toute vérité, mes vers ou ma prose sont souvent impitoyables, envers d’arbitraires systèmes de gestion ou de pensée, mais je respecte profondément la douleur et les traumatismes d’autrui. D’autant plus que je sais de quoi je parle, cobaye involontaire à l’hôpital militaire de Bienne en 1976, cathéter ressorti par l’épaule, l’un des examens abandonnés parmi les plus douloureux, durant des heures, sans anesthésie ou si peu, pour mini-trauma inutilement subi, avant de me retrouver comme le décrit ce blog, X fois avec un flingue non-militaire sur la tempe ou/et une navaja sous la gorge, en Europe ou ailleurs, de subir le viol de plusieurs individus à 20 ans, de perdre la plupart de mes proches, de …

Je sais la marque d’une vie, le besoin de chacun de laisser en paix les affres de son passé ou de celui des siens. Et estime qu’aucun bon mot ne peut ou ne doit aller à l’encontre du Souvenir de victimes d’horreurs. Mais peut servir à la limite extrême, de rappel de ce qui est hautement condamnable et ne doit plus exister.

Ainsi, j’ai hésité très, très longtemps, dans l’article précédent, à ajouter le paragraphe plaisantant au sujet d’un certain Conseiller d’Etat Valaisan, qui avait chez lui au plafond un drapeau à douteux emblème, Valaisan représentant une UDC dont la jeunesse a obtenu gain de cause auprès des « jugislateurs » du TF, au sujet du « comportement déviant des homosexuels ». Conseiller sulfureux à qui est confiée l’éducation. Là est toute ma critique, en fait. Je pense qu’un autre Département aurait moins fait (ou fera moins) jaser. Il n’empêche que j’admire l’ouverture au dialogue de ce Monsieur, comprend et approuve de temps à autre certaines de ses idées et réactions, et suis persuadé qu’il est bien loin de participer à des cérémonies à quenelles et bras levés. Je l’ai donc chambré en toute relative amabilité et n’ai nullement l’intention de persister en la sensible matière.

Finalement, songeant qu’il serait du plus haut ridicule qu’un poète de droite en attaque un autre de gauche en dite Justice, pour une allusion foireuse au comble de l’oppression, j’ai largué l’ « Arbeit macht Freisinger » pratiquement à regret. Et fourre du Vel d’Hiv’ dans le titre juste pour aspirer un maximum d’hypothétiques faussement scandalisés, découvrant la présente confession. Je mets ainsi le doigt sur ces plaies de l’Histoire, ces  sinistres termes ayant servi de propagande, pour mieux dénoncer la folie de leurs auteurs.

Car je n’aime pas du tout, du tout, l’humour du genre Canteloup, déconnant sur Schumacher actuellement dans le coma, et refuse d’imaginer ce que va dire l’invité de Nyon à ses présumés nazillons les 2 et 3 février, au sujet d’un certain Chef d’Etat Israélien occupant le même état depuis huit ans …

En règle générale, le petit malheur d’autrui est le meilleur combustible de l’humour, mais le drame subi par son prochain, s’il est raillé, fait dérailler la machine à bien-être du comique, ravive frustrations et haine, absence de tolérance, et détériore l’état général de l’humeur.

Qui fait de pareil « humour » son fond de commerce, et qui paie pour ça, est plus à plaindre qu’à blâmer, mais n’apporte rien au plan de l’utilité publique, bien au contraire, nuit à l’équilibre.

………………………

D’autre part, il convenait que je tire le bilan de mon année 2013. D’inoubliables perles, enfouies en un ras-le-bol tangible, une perpétuelle quête au retour à un rang social dont j’ai été dépossédé par collusion d’adversaires politiques particulièrement odieuse. Soit. Exposition voulue du gâchis de talent, dont les piques sont parsemées et souvent perdues au milieu d’un champ d’abominations médiatiques, politiques, artistiques, administratives, philosophiques, spirituelles, traitées en sauce humoristique, à la limite du trop cynique. À la mode historiographique.

Et plus que jamais, je suis épuisé, pressé de convenir d’une trêve ou d’un arrêt des hostilités, d’un règlement définitif du contentieux et respect que restent me devoir l’Etat fédéral et cantonal, comme la Ville de Genève, ainsi que certains cercles littéraires. Plus que jamais j’ai provoqué la réflexion, sur l’incompétence grave de l’actuelle et passée gestion des valeurs humaines véritablement au service de la communauté. J’ai volontairement exagéré à outrance mon arrogance, vous ai fusillé(e)s par gênante absence de modestie, qui ne peut que bousculer intellect et émotions, ai été absurdement plus radical qu’imaginable, et ai pour bonne résolution 2014 de tenter de modérer les propos et ruses laissant sans voix que les Muses m’envoient. De découvrir encore des milliers de trésors que contient le langage, dans un esprit plus serein, et une condition de vie adaptée à mes mérites à tenter d’obtenir moins ostensiblement. De nous faire rire de meilleur cœur. Pardon donc pour ce passage obligé, ayant amèrement teinté mes créations. Et souhaitons de concert que les autorités culturelles et autres concernées fassent enfin ce pourquoi elles sont payées et honorées.

Quelle ne sera alors votre stupéfaction de constater que mon inspiration s’envolera de suite vers de bien plus merveilleux univers. Que sans trahir mes convictions je cesserai de trop démolir ce qui est inacceptable à mes yeux, et chanterai plutôt tout ce que notre monde ou notre pays et mode de vie a de meilleur. Ce que je sais aussi faire d’assez remarquée manière.

D’ailleurs, je ne suis tellement pas rancunier que je vous supplie toutes et tous de veiller un jour à faire respecter très conformément cette formelle volonté : Que Genève, suite à son repentir et ses excuses pour des décennies de traitement infamant, même après rétrocession de ce qui m’est dû et publique réhabilitation sociale, encaisse malgré tout, en tout et pour tout de ma succession artistique, le jour où je vous attristerai: CHF-1.- par milliard de francs que rapporteront à l’évidence mes œuvres posthumes, d’humble rare visionnaire persécuté par l’ignorance d’imbus incompétents qui … blablablabla … fin de ces dispositions-là.

Donc en 2014 je suis plus gentil que jamais, et espère pouvoir le rester en des termes acceptables. Faute de quoi le bœuf cas Roth n’a pas fini de donner des cauchemars à certains.

……………………………

Exemples de sympas miscellanées :

Neuchâtel et Jura : Triche des élèves de 1ère et 2ème année en économie d’entreprise et en droit économique. Ils devront repasser le test.

Absurde ! Autant interdire aux cuisiniers d’apprendre à faire à manger !

………………………

France : les préfets de tout le pays invités à interdire le spectacle de Dieudonné.

Bravo ! Assez de ce non-sens ! Chacun sait que Dieudonné n’existe pas !

Faute de quoi s’effondre le commerce mondial de Dieu vendu.

………………………

Plus aimable, plus aimable que ça :

L’acteur Shia LaBeouf, jouant un soldat de la Seconde Guerre mondiale, énerve toute l’équipe du tournage par son zèle. Après s’être arraché une dent pour paraître plus crédible, il ne se lave plus durant des semaines pour mieux comprendre ce qu’a vécu son personnage. Le reste du casting le tient à l’écart, seul dans un motel.

On comprend mieux qu’ils l’aient pareillement dans le nez.

……………………………

On sent qu’il y a un début prometteur. Peut-être qu’avec un brin d’autoflagellation ça passerait mieux : Un Passant … est passé, Victor, Mère-Grand … agacés ? Les aurais-je lassés ? Ou : Pas de nouvelles bonnes nouvelles, rien à ajouter ?

Tiens, Mère-Grand, justement, qui connaissez bien le comportement des volatiles, et que je n’ai plus eu le plaisir de lire depuis un certain temps, je serais très curieux de savoir si l’acte que je vais décrire était volontaire ou accidentel. Je pense effectuer des tests à cet égard : En deux mots, mon amazone est sur le plateau sis à mi-hauteur de son perchoir. Le bac de son eau se trouve 30cm au-dessus de sa tête, sur la barre où l’oiseau se tient généralement. Je bouscule accidentellement le perchoir, de l’eau lui tombe sur la tête. Elle s’ébroue, marmonne, je ris et aperçois une saleté par terre, du côté opposé du plateau sur lequel elle se tient.

Je me baisse pour nettoyer. En une seconde elle est déjà sur le bord  au-dessus de ma tête et se secoue comme un chien mouillé. L’arroseur arrosé, version perroquet. À farceur, farceur et demi.

La drôlerie de telle drolatique tournure, tient surtout à la précipitation et aux mimiques de l’oiseau, impossibles à décrire. Et au fait que je n’ai jamais voulu lui apprendre à faire ou à dire quoi que ce soit, afin qu’elle glâne seule les bruits, rires, musiques, mots, mouvements qu’elle reproduit.

En bref, ce n’est pas la première fois que me fait presque peur l’idée qu’effectivement, ces animaux sont parfaitement capables d’acquérir l’intelligence d’un enfant de six ans, comme l’affirment des spécialistes. Alors imaginez le probable niveau de conscience de l’injustice, de la douleur, etc, des dauphins, baleines, éléphants, … de ces équivalents d’enfants, d’adultes et d’immensément plus mûrs encore que l’humain le plus savant … tous animaux sous le joug de notre ignorance criminelle.

…………………………

Vous voyez, ça traite de nouveau du moins gentil ! Docteur, ça se soigne ? Serais-je épistolairement atteint de cette terrible maladie qui pousse l’impatient à proférer des insanités ? Ou pire encore, suivrais-je inconsciemment et contre mon gré l’ignoble ligne de conduite de puissants Helvètes, consistant à dévaloriser autrui à tout prix, pour parasiter ses mérites et faussement se rehausser ?

Que m’en protège Celui à qui je ne crois pas, excepté de temps à autre, dès qu’on me pointe un flingue sur la tempe, ou qu’un boxeur en manque me court après  avec un cran-d’arrêt en main à travers les rues de Berne, ou que me recherche un malade mental armé, ayant juré de tuer du Suisse, à travers les rues du Puy-de-Dôme puis les villes du Var, ou …. Mais non, qui donc cela peut-il intéresser, du vécu de ce genre ? D’une platitude indigne d’alpin pays.

………………………….

Aussi, aimez-moi les uns les autres et réciproque, et tout ira pour le Dieu dans la meilleure des rondes. Mais que jamais je ne devienne l’AntéDieudonné, extrémiste inverse, dont la politique maladroitement activiste finirait également par détruire totalement les qualités artistiques.

Je ris jaune et tout, à l’épreuve des mots mis à double-sens, pouvant cacher de magnifiques ou ordurières surprises ; je le sais, mais manie les associations d’idées et termes en direction des meilleures significations possibles. Ou renonce à jouer, si la phrase qui en sort, aussi génialement arrangée puisse-t-elle paraître, est bêtement ou gratuitement offensante. Mais, si elle a le bonheur de mordiller qui le mérite, et de rappeler concrètement à l’ordre qui trop profite de nos limites, si elle est harmonieuse, rieuse, et chieuse à souhait pour les rase-mottes qui ont la cote : c’est le jackpot.

Vous fûtes ainsi 3'575, qui parcourûtes-ci 4'565 de mes pages sur ce blog, rien que ce dimanche 5 janvier, d’avant générale reprise de train-train. Nombre de fois le nombre habituel de mes lecteurs chaque jour. Ce qui révèle, (excepté s'il s'agit d'une panne du cache des activités de surveillance, NSA, RG, armée de juristes teigneux, etc etc) un réel besoin de décompresser, même au risque de s’énerver un brin, au long de la continuation de ce Traité de Cuculture Acacadémique, Popolitique et Spipirituelle, dans le XXIème siècle. Ce rat.

Mal rôdé .. encore, le moteur libérateur qui doit vous emmener, années après années, au plus près de vrai progrès, d’efficience par brillance. Et donc, mes amis, c’est l’année de mes miscellanées mi-sel mi-sucre anti-trop de lucre.

…………………………….

Qu’haine, elle,  se fasse la belle. Et oui à la protection de la liberté d’expression ! Mais mort à la liberté d’excrétion ! Un grand bras d’honneur …

Ali GNIOMINY

05/01/2014

L’AMÈRE LOI …

… Promenait ses petits connards sur l’amarre à cas anars. L’Ali, bel ultime espoir de voir, là, régner sur la toile l’Art osé, né nu, phare, héros aux blonds épis sans blé, maux, rage : Agit : Là fait des ronds !

Mais foin de comptes défaits, ne nous mirons … et admirons :

Obligatoirement: Tel jeunot Genevois, Joël, ayant bien travaillé, tip-top exact tout juste droit comme il faut, parfaitement bien appliqué toutes bandelettes académiques: Joël porté aux nues.

Il a osé, et reste zen, bravo à lui. Osé mettre en avant ce qui intéresse en lui et plaît avant tout, ce que recherche l’immense majorité de ses lectrices, majoritairement de culture anglo-lusitanienne (parlant anglais et portugais), hurlant à chacune de ses apparitions publiques : « Joël dick quero ! »

Or : Cessons illico de parler en langues. Rien d’étonnant, en fait, à un pareil succès, Joël ne pouvait qu’être propulsé haut et loin, vu que Dicker ose, zen.

…………………...

Ouh, le vilain que suis-je, qu’à pourtant pas d’quoi être jaloux !

Excepté du futur Nobel qui sera très bientôt décerné au bienfaiteur de l’humanité, étant parvenu à décupler les fantasmes des partenaires sexuels lors de l’acte, en inventant le logiciel espion permettant de tout voir par la webcam éteinte d’autrui.

……………………

Ainsi, observé pour observé, épié pour espionné, votre dévoué met Descartes sur l’étable. Entré en la septième année de cette Œuvre informatisée, forte de 601 plaidoyers anti-crapuleries timocratiques étalés sur vingt pages, Ali Gniominy dévoile finalement finement sa véritable identité.

Bien que doutant qu’à présent cet acte de courage ou de folie, face à coriace adversité, lui permette à nouveau de figurer, comme jadis promis le cas échéant, parmi les invités de la TdG. Peu lui en chaut. De pis en pis, le dépit de pitres à pupitre et titres, qui se voient l’aloi d’honnête poète : obligés d’ériger au rang des grands et lestes gestes humanitaires, à ne plus taire. Ou haïr vertement, trahir ouvertement.

601 billets à ce jour que l'artiste vous engage à apprendre par cœur, pour l’heure du Jugement premier. Qui départagera d’abord ceux qui oeuvrèrent vraiment pour leur frères, de ceux à grands airs qui les dépossédèrent. Et pire : Abêtirent. Blessèrent les nerfs de leurs serfs par le silence de l’indifférence, et l’immense arrogance-étau de tous brutaux responsables, sans compassion du château de sable de détestables conditions laissées aux cassés baisés lésés.

Jugement premier de l’Apartheid économique en vigueur. Quant à l’estimation de ce qu’est une Valeur authentique, objectivement apportant un plus à l’ensemble, lui offrant meilleure ouverture d’esprit et thérapie par le rire, réflexions poussées et délassement. Et quelle est la valeur de qui de chargés jusqu’alors d’estimation. Quelles raisons profondes empêchent ainsi qui en a les moyens, et le devoir de par sa fonction de gestion culturelle ou des compétences, de faciliter la démarche, sponsoriser pareil auteur? Au lieu de censurer en silence la liberté d’opinion inhabituelle, trop susceptible à certains yeux de sortir bien du monde de la ronde des concepts infantiles, si fertiles en débilités ne visant que rentabilité d’élus et plus lus, à lucidité bien parasitée et mitée, à limitées idées.

………………………

Lors qu’indignés, par poignées, résignés n’ont soigné le mal de l’inégal étal du capital :

L’aide et remède Ali GNIOMINY dégrise et défrise. Pille pillards de l’Art sans accrocs et rassis de si gentils trop bien lotis. Qui, s'ils trouvent ci-dessus par deux fois l'évocation cachée d'une honteuse maladie, sont priés de se la garder.

……………………….

Filons à présent en direction d’écolo radeau. 

Grand cas nions ? Qui est fait quant à l’unique solution logique et écologique apportée en Amérique au naufrage économique, et à la répression cynique pratiquée contre ceux qui se piquent de ne fumer que de l’herbe. Sa légalisation à partir de 21 ans. Concrétisant ainsi, à titre planétaire exemplaire, la politique pour laquelle je proposai vainement moult fois mes experts services, aux despotes théoriciens de la prétendue prévention locale, perpétuant délétère occupation radicale à multiples casquettes, pour seules têtes qui se la pètent.

À noter qu’une fausse herbe, à base de pétrole, ressemblant à de la cire d’oreilles, dix fois plus puissante que la naturelle, et évidemment autrement plus dangereuse pour ses consommateurs, est apparue sur le marché. Comme pour déboucher symboliquement les oreilles des sourds susmentionnés. Afin qu’ils entendent enfin raison, quant au nécessaire contrôle de la qualité et du marché de toutes les drogues.

Ne serait-ce que pour le cannabis : Trop de drames passés, d’exclusion, de suicides, dus au maintien étatique d’arbitraire  prohibition d’un produit naturel.

En Suisse on n’a pas encore d’herbe au pétrole, mais on a plein de suicidés.

Et voici que surgit pour bientôt, sur le marché de la mort pharmaceutique, LE remède contre la prise de cannabis. L'ersatz modifié de l'hormone naturelle prégnénolone. Un déformateur de cerveau qui trompera les neurotransmetteurs, modifiera volonté, mémoire et accessoirement, grâce à ce type de ciblée simili-lobotomie, agira sur l’interrupteur d’addiction au cannabis.

Recherche et mise sur le commerce très certainement sponsorisées par l’industrie des alcools, s’apprêtant à récupérer une immense clientèle, dès que la loi permettra de simili-lobotomiser d’office tout consommateur de cannabis. Raison première de la précipitation américaine à faire de l’argent sur ce produit, avant d’infliger la fin de l’intérêt qu’il suscite. Ah, si l’Helvétie voyait plus loin que son néné de vache à lait …

……………………..

Pas sain, non plus, je le répète, le lobby de la géothermie inconsidérée, bouleversant le sous-sol au point de provoquer des séismes, comme à Bâle où pareille folie fut finalement interdite. Lobby trifouillant impunément au plus profond des failles de Lavey et de la campagne genevoise. Bien plus intensivement à Lavey. Pas bien loin d’Aigle où vers 1750 avant J.C. eut lieu un séisme de 6 sur l’échelle de Richter, provoquant un tsunami bien plus dévastateur pour les rives du Léman que celui de l’an 563. Qui balaya comme fétus de paille tous pilotis, au point que furent longtemps abandonnées les rives de Lausanne à Morges.

Croyez-en qui demeure en le goulet de la pointe Sud, nommée Jonction genevoise, du futur raz-de-marée : Il y a bien là, face à l’intérêt dit « supérieur » et simple  prétexte à encaisser, de quoi trembler.

………………………..

Initiatives en vigueur, encore : Celle contre la sexualisation à l’école. Qui récolte plus de 107'000 signatures de pédophiles, désireux que les enfants de 9 ans et moins ne puissent être correctement préparés aux abus sexuels.

Et modification envisagée de l’enseignement du français en régions bilingues. A Nidau, pour exemple, les enseignants sont fatigués de n’enseigner la langue de Voltaire qu’à des dissipés enfants immigrés maghrébins. Et la fronde apparaît de partout pour éradiquer le français des écoles suisse-allemandes ou approchantes.

Dommage mais compréhensible. Et dire que je n’ai toujours admiré les Suisses-allemands que pour le fait qu’ils parlent plus souvent le français que la plupart des romands l’allemand. Que de ce fait ils disposent plus facilement des meilleurs postes, travaillent doublement au succès même de leurs idées les plus discutables. Parfaits bilingues, de part ou d’autre, pouvant devenir pour exemple responsable de l’éducation en Valais. Faisant dès lors appliquer le modèle « Arbeit macht Freisinger », « Le travail fait Freisinger ». Concept né sous le drapeau, démontrant qu’en bossant on finit par faire de n’importe quoi un assez compétent et finalement plus ou moins sympathique Conseiller d’Etat.

………………………

« Faux-cul de janvier ne fait pas le dévié », comme le dira le dicton.

.........

Recueillons-nous encore religieusement sur l’Evangile selon Saint Jean-Paul II, et chantons en chœur les psaumes : «Sodome au Vatican ne sera que cancans», puis «Que jolies cuisses de petits Suisses de la garde, dans les coulisses tu ne regardes ni ne remplisses»  et nous terminerons par : «De même qu’au FMI, jamais la garde tu ne baiseras».

 

Ah, men … Que, sans se défiler à l’anglaise, soient connus enfin et condamnés ceux qui t’assassinèrent, tant imposèrent et brandirent ces triques, Tornay.

 

Faute de quoi, d'aucuns sont capables d'infliger pour d'autres millénaires un troisième test-amants.


..............


Gare à trop de concessions ...


Ali GNIOMINY

31/12/2013

Le Roi-Député du Parti Railleur d'Extrême-Centre-Gauche, Ali Gniominy, alias ...

Jean-Marie Roth vous présente en avant-première et exclusivité le début de la parution papier qui suivra l’ouvrage en cours de réalisation, intitulé non plus « Epique Ethique Ecoles et Drames », mais plus sobrement « Carnets de doutes d’un globe-trotter », dont vous entendrez parler tout prochainement, et vous souhaite

 

Une excellente année 2014

pleine de Santé, de Soussous et de bisous


... En ce monde de brutes dont il est ici question:

 

img029.jpg

img030.jpg

img035.jpg

img033.jpg

Bon début d'An et à bientôt.

26/12/2013

LONGE ÉVITÉE

Une année

terminée.

Une autre

est nôtre,

à raffiner.

Un An s’en va,

part en gravats

de souvenirs

à répartir

sur murs plus sûrs,

d’un Avenir

à revêtir

de plus de rires,

plus de plaisirs.

Une année

à actionner,

affectionner,

perfectionner.

Un An nouveau

est en travaux,

à tous niveaux

n’a de rivaux,

un An excelle à se faire la belle,

quand

 le suivant est captivant.

 

24.12.2013

Survolons un instant nos rupestres contrées, et revenons aux Valeurs fondamentales que nous enseigne le pittoresque citoyen-moyen représentatif, en l’occurrence Jürg-Oktav Bollomeysinger, qui symbolise parfaitement l’origine du renouveau annuel en Suisse, en choisissant le grand anneau écarteur pour aider la Bluette à mettre bas. Lui soufflant à l’oreille la formule traditionnelle :

 

« ANNEAU L, NOUS VÊLONS »

 

Histoire accouchée dehors, en somme : Dont est friand notre Jürg-Oktav Bollomeysinger, affirmant encore : « -Y a d’ces tarés, j’vous jure, j’en ai même entendu hier gueuler :

 

JOYEUX, NOS « L » !

 

Non, mais : Entre 2 et 3'000.- à larguer pour le permis de conduire, et y’en a encore qui osent dire que c’est joyeux !-»

………………….

Tout n’est en fait qu’en la force de croyance aux Valeurs, façonnant celles-ci. Ainsi, mon âme-sœur a reçu hier, de survivante dernière porteuse d’antique tradition amérindienne, à transmettre ou perdre à jamais : Des prières précises à psalmodier exactement, particulièrement efficaces pour traiter tels ou tels maux.

Valeurs inestimables ou breloques sans pouvoir, peu importe. Les générations précédentes ont chargé ces paroles d’immenses espoirs, de positivité. Quelque part certainement ces énergies demeurent gravées en ce que les tibétains nomment le « Document Akashique », cet égrégore où restent inscrits, autour et à-travers nous, tous les évènements, toutes les forces, émotions, expériences  ayant agi à cet endroit ou ce sujet. Qu’il s’agit de savoir parfois consulter à bon escient.

Ainsi, je l’ai toujours démontré, ne serait-ce que par la ferveur de ma voix de baryton lors de chants religieux en cathédrales, il est parfaitement possible d’être devenu agnostique puis athée, tout en respectant profondément, envers et contre tout, en aimant les beautés des arts religieux, et les bons concepts partagés au moyen des religions. Voire les p'tits trucs prétendument miraculeux dont je m'abstiens de douter de l'usage. Ne m’insurgeant que des usages déloyaux faits par les puissants, de tous bords et toutes époques, de ces instruments de liaison entre humains.

………………………….

Je vous laisse pour l’heure à vos méditations d’après-dinde, et souhaite à notre échange : santé et longévité.

Point de soumission … 

Ali GNIOMINY

IMG_1018.JPG


20/12/2013

BATS SALE AIR

Combattre patibulaire patron

qui, l’air de rien :

Ne vous veut du bien,

pique vos ronds, acquis,

Va s’ébattre à débattre du droit de la croix

à faire au frère porter,

Va exhorter à coups d’échos

jusqu’aux malices de la Justice

à se permettre de vous la mettre

en tête vidée,

la Suisse idée

bête et banale

de légale

inégalité vantée,

Combattre « maîtres »,

lobbies pourris,

n’est être traître à la patrie

des argentiers, qui fait pitié,

part en quenouille, car dirigée

par de figées

grenouilles de bénitier

qui se vautrent,

voulant l’épeautre, les bras ballants,

la gomme, la somme

comme la peau

de votre crapaud.

Combattre verdâtres

Atrabilaires,

pervers museleurs

conservateurs,

incitateurs à débauche

d’atouts de beaufs

tout sauf de gauche,

est un devoir

libératoire.

Le sale air

Aliénataire

qu’insouciants initiants

et mégères

à la légère gèrent,

l’air du temps

dégoûtant

des supercheries honteuses

qui, moyenâgeuses, charrient

regain de gains pour gourds et gueux,

non gays, rugueux, marris,

qui n’hésitent, parasites spéculateurs

fédérateurs de crises,

à se mobiliser pour immobiliser

toute tentative d’invective, doute,

l’air détendu de tant de vendus

nous trompe,

et par magie

pompe l’énergie.

 

………………………..

 

Présent offert

Ali GNIOMINY

17/12/2013

LES MYSTÈRES DE L’AVIS

Pourquoi, mais pourquoi donc à chaque fois que j’aborde le sujet de mon blog avec l’une des rares personnes à qui j’ai avoué personnellement que j’en suis l’auteur : médecins, intellectuels, ami(e)s de grande renommée ou moins, … Pourquoi chacun est-il alors pris de fou-rire ? Et les autres, qui se doutent que je me doute qu’ils savent que je sais qu’ils savent … Pourquoi affichent-ils systématiquement un sourire si béât, et se retiennent-ils pareillement de rire dès qu’ils m’aperçoivent?

Serait-ce que je suis parvenu à bénéficier de la plus belle des récompenses ? Celle de soigner autrui, le méritant, par le rire, et d’infliger la pire des corrections aux fâcheux à l’opposé de mes convictions humanistes, soit égalitaristes : En les forçant également à éclater de rire de temps à autre. Dès que le sujet traité, pour une fois, ne ridiculise pas trop leurs pratiques si peu sympathiques.

Ce doit être vraiment affreux qu’un sale con, à notre avis, enrôbe ses piques de matière thérapeutique pour zygomatiques, au point qu’il nous soit impossible de les recouvrir d’aigreur coutumière. Que nous soyons forcés de reconnaître que ce salopard d’adversaire n’est visiblement pas tout à fait complètement nul et mauvais.

D’autant plus que tel igniominieux scribouillard est, à l’évidence, un vrai Suisse. Appliquant les principes du Général Dufour, en épargnant au possible, lors de conflits, les blessés des deux camps, les prisonniers, comme habituellement les plus faibles. La question n’est-elle pas plutôt de savoir si l’on va ou non finir par le canoniser ?

Certes, l’hilarité des dépités n’est limitée. Acquis qui laisse place à un espace de liberté, qu’a cachée lâche institution de la consternation. Mais pas de quoi faire le fanfaron.

Plus sérieusement : A bien raison mon honorable actuelle commentatrice la plus fidèle, (à qui j’ai répondu à sa question directement au moyen de mon adresse e-mail Geneveculture@romandie.com) laissant entendre en substance qu’en dépit de l’aspect comique ajouté, les sujets traités ont en réalité plutôt de quoi faire pleurer.

Mes excuses à toutes et tous qui, elles et eux, ont encore des larmes. Tel un tragique antique héros, sobre ou beurré j’ai tout pleuré naguère, en guerre contre la montre aimée des monts.

………………………

Ainsi, mon cœur rit, jaune, mais rit, … prêt ; … Fait que tu ressens ça. Mais passons. Donc, de quoi pleurer, effectivement : Un fou, vous dis-je, un fou. D’aventure légèrement offensant, mais inoffensif. De ceux qu’ont pourtant, en tous temps, redouté les puissants.

(Gniarkgniark, allez-y, perdez plein de temps maintenant à vous arracher les cheveux, pour savoir si redouté prend alors un s ou non. En souvenir de l’horrible vieux temps passé chez grammaire …)

Ou alors usez de votre GPS (Grammaire Pas Sûre) intérieur, et allez-y au pifomètre. Comme pour tous jeux, quels qu’ils soient, excepté pour les coups nuls, vous n’avez qu’une chance de gagner ou une possibilité de perdre.

Si l’ouvrage tombe entre les mains de merdeux gestionnaires de mots ne tolérant pas la moindre incorrection, qui le rejettent d’emblée pour si futile motif inscrit en le monolite franchouillard : C’est que l’ouverture d’esprit de ces momies d’académies doit être plus difficile à obtenir sans se blesser que celle des huitres. Engluant la langue pâlotte en la dévalant jusqu’à la glotte, en direction de défécation.

À l’approche de No Hell, nous ne manquerons d’apprécier l’absence de tout cadeau, que traditionnellement me réservent ces dernières des dernières. Et réciproque.

……………………

Et dire que les concerné(e)s ne pourront pas même se reconvertir chez Elvetino, filiale à 100% des CFF, possiblement en faillite ( ?) vu que voici annoncée la fin des minibars dans les ICN.

Pour avoir personnellement connu deux esclaves promenant péniblement le minibar du matin au soir dans les trains, et après avoir pris connaissance de l’extrême misère salariale qui les frappait, en dépit des rares pourboires qu’ils encaissaient, justifiant aux yeux de leur bourreau ce criminel revenu de base, l’on comprend qu’Elvetino-Cff ait préféré supprimer au plus vite toutes preuves de ses forfaits, en fermant définitivement ce Service Minibar.

Sans parler de la pire des humiliations que cet infame patron faisait subir à ses employés : Faire face à l’énervement des clients, payant une fortune pour de l’eau tiède teintée en guise de café.

………………………..

Jus de chaussette, toujours : L’Amérique emprisonne des banquiers suisses, pour avoir conseillé des voleurs américains sur la manière de dissimuler les rapines soutirées à leur Racketteur, aux pratiques également plus que douteuses.

Alors que quantité d’agents américains stationnent et espionnent en toute liberté sur territoire suisse. À ce jour aucun de ceux-ci ne semble avoir été arrêté. Y aurait-il légère disproportion de la coercition, force, menace et indignité nationale ? 

…………………………..

Vomitif toujours : L’assassin de sa sociothérapeute, très à cheval sur ses principes, veut monnayer les détails de son crime, la dernière parole de sa victime, etc.

Volontiers. Qu’il reçoive la monnaie de sa pièce. Ne soit pas gratifié en argent, mais en heures supplémentaires de promenade sans surveillance dans la cour d’une prison genevoise, en compagnie de codétenus, privés longuement de sorties par sa faute.

…………………………..

Geôliers, encore :

Une fois n’est vraiment pas coutume, malheureusement : Mes plus vives félicitations et remerciements à François Hollande, qui ne se rendra pas à la cérémonie d’ouverture des JO homophobes Russes en février.

Comprenons-le, avec son air poupin, des fois que les rumeurs seraient fondées, imaginez qu’il se retrouve à la tribune devant Poutine et doive se pencher en avant. De quoi se faire bien du souci.

Donc Bravo la France.

Genève, pour sa part, accueillera une 2ème Mission Russe.

Tout s’explique. Et devra tôt ou tard être expliqué. 

…………………………..

BRIC braqué, toujours : Nos plus vifs remerciements au « Matin », qui donne la preuve visuelle, sans le moindre doute possible, que toutes les Brésiliennes ne sont pas des travestis.

bresil.jpg

…………………………

Erection à prévoir, en revanche, d’un monument commémoratif à la gloire des agissements de la Banque Cantonale de Genève, Pilier de la Moralité Etatique, où produisent moult intérêts dérobés les salaires séquestrés des fonctionnaires d’Etat, qui ne seraient versés que le 32 du mois si c’était possible. Mais de toute manière quatre ou cinq jours plus tard que tel était le cas il y a quelques années, et que tel est toujours le cas dans quantité de loyales entreprises et Institutions.

Vertueuse banque, dont la probité n’est plus à démontrer, sinon aux Américains, qui se classe dans la catégorie de celles n’étant pas certaines de ne pas avoir aidé à frauder …

Sage décision, d’autant plus qu’elle est sans le moindre risque pour sa Direction. Après le prodige d’avoir enculé le contribuable genevois pour plus d’un milliard de francs, la perspective de lui coûter quelques autres milliards est plus qu’émoustillante. Surtout sous le regard voyeur de lobbies tribunalesques sachant si bien passer la vaseline.

…………………………

Et, au fait, les copines et potes, vous qui plongez souvent au fil des nombreuses pages de cet ouvrage numérique, y passez des semaines et des semaines, découvrez les mille facettes et facéties de son auteur: Ne vous avait-il maintes fois suggéré-ci la  solution  la plus logique à adopter, en matière de cannabis, soit l'autorisation de clubs contrôlés vendant aux adeptes une marchandise saine. Et ça arrive enfin, sous l'impulsion d'élus de tous bords. Non pas que les préoccupe principalement la santé et tranquillité de ces consommateurs, mais parce que ça rapportera en impôts au Trafiquant Premier.

Youpie. Excepté si l'insondable bêtise locale devait décider de bloquer le produit à un taux de THC moindre. Auquel cas la mesure sera(it) un flop total. Là est l'ambiguïté fondamentale. L'on ne cesse de nous rebattre les oreilles avec la soi-disant force décuplée de l'herbe de l'époque actuelle, beaucoup plus puissante que jadis.

Je crois pouvoir affirmer que c'est faux. Et tous les vieux fumeurs vous le diront. Il y a bien vingt ans que l'on ne trouve plus en Suisse une herbe vraiment fracassante, de laquelle vous fumez deux têtes d'épingle et voyagez comme en acide durant six heures. À devoir vous cacher/coucher. Ou de ces afghans ou pakistanais, libanais jaunes à consistance de massepain, ou turc en fines plaques de moins d'1mm, pleines de paillettes ... Certes, il se peut que certains de ces produits étaient déjà criminellement additionnés de substances plus hallucinogènes, risque du trafic illégal qui existait déjà à l'époque, mais quoi qu'il en soit, ce qui se fume en général, même qualifié de bon, suffisant, depuis deux à trois décennies, est du pipi de chat en comparaison de certaines herbes du passé.

Il est ainsi primordial que ces clubs délivrent de l'herbe pure d'excellente actuelle qualité, en trois catégories: Très forte, pour épisodique usage intérieur - Forte, pour fumette entre amis piétons, et Bonne, soit moins forte, pour création artistique, travaux sans risques de tous les jours, etc.

Reste à savoir laquelle des deux plantes sera à nouveau prohibée après flou juridique, dans quelques années de pression de conservateurs à l'agonie, avec moult arrestations de producteurs croyant que c'était bien assez officieusement légalisé, ... entre le cannabis et l'absinthe.

.........................

À notre santé. Que nous ne buvions plus jamais la tasse.


Ali GNIOMINY

10/12/2013

TES RAPINES .. OSÉES .. ABONDENT

Genève : Surprenant comme tes Radicaux libres peuvent être aussi des Bêta-bloquants.

 

Empêchant l’action des médiateurs …

 

………………………..

 

Mais vois-tu, magnanime : Le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche félicite pour sa retenue le GHI, titrant fort sobrement, en paraphrasant un à dorer parachuté président de Conseil : JE PEUX TOUT FAIRE, MAIS …

 

Il eût certes été fort malvenu d’ajouter sur cette Une : … C’EST PLUS CHER QU’AUX PÂQUIS.

 

………………………

 

Méat coule pas, méat coule pas. Ce n’est qu’à force de se faire baiser que l’on finit par devenir si cynique.

 

……………………..

 

À en tomber sur l’Haïku :

Né ravi !

 

Et vite fait, nerfs à vif : Raviné.

 

La Vie n’est que devinée.

Peignons en rose

La sinistrose.

 

Décrépitude

Sera moins rude.

 

Le Temps t’accule,

Ravive,

 

Et t’en colle une

Définitive.

 

……………………….

 

Virons en dazibao :

 

Et : Souffrons de l’affront à l’intégrité, à l’image du pays, et au monde entier, perpétré par une présumée crapule encore en liberté, mais de toute manière pauvre type milliardaire, tribun marchand d’armes et important soutien passé et actuel de l’Apartheid en Afrique du Sud, ayant de surcroît insulté la Mémoire de Mandela. À la manière très helvétique de dévalorisation à tout prix d’autrui. De domination par le mépris. Qu’ici je dénonce et parodie.

 

Il n’y a décidément qu’en Suisse que des individus pareils ne sont aucunement inquiétés. Bien au contraire, par chiasse, une populace salace sans classe s’amasse autour de lui, bénéficiant, servile, de son vil arrosage, et l’élève en leader politique et patron médiatique.

 

La vraie misère noire, celle qui donne un gros ventre et torture à jamais la Conscience, n’est pas l’apanage des ghettos d’Afrique du Sud.

 

…………………………..

 

Terre-à-terre toujours, au tapis, Genève doit choisir : Raser ou rénover son Stade ?

 

Rénover ? Et quoi encore ? Autant choisir l’une des solutions en vogue : Laisser ce Stade se délabrer, et s’écrouler sur une population non conforme.

 

Il y a de plus en plus de bisexuels, un lieu de rencontre nous manque. Aménageons ce Stade en immense instable endroit de drague bi.

 

Et après l’écroulement, il n’y a plus qu’à raser.

 

Oui,  le bar bi aide sa ville.

 

…………………………..

 

Beaucoup, beaucoup plus grave et inquiétante, la possibilité que soit rasé, lundi 16 décembre, lors du vote du budget municipal 2014, le poste de chargé de projets LGBT (Lesbienne, gay, bi et trans) attaché au Service Agenda 21.

 

Observons très, très attentivement, de partout, chaque signe du regain d’obscurantisme qui envahit la planète. Depuis la prise du pouvoir d’une génération et la suivante totalement déboussolées, spirituellement massacrées, élevées plus qu’instruites en totale compétition débridée, victimes d’extrême laxisme malsain, de désistement parental, de convictions-bateau et d’intérêts ne pouvant, toutes promesses finalement trahies, que mener l’humain au naufrage général.

 

Nos actuels décideurs locaux, et plus, ont ainsi généralement grandi en l’ignorance de la plupart des règles de convivialité passée, et de vie commune relativement paisible, qu’ils n’ont jamais connues et prétendent, à leur manière forte, nous faire retrouver.

 

Et à défaut tenter de nous les faire oublier, et nous avec, qui en avons naguère bénéficié. Avant que leurs détournements de consciences et de biens ne ruinent jusqu’à nos espoirs d’existence d’une Justice, Médecine, Sélection de compétences, … non corrompues, véritablement au service de tous pareillement.

 

Gare à l’hagard hard agrarien vaurien qui sommeille, et qui en traître veille, prétendûment, autant sur votre sommeil que votre réveil.

 

Jamais ne vous acoquinez …

 

Ali GNIOMINY

06/12/2013

FAUX PACIFIÉS

Les Soins Intensifs des HUG comptent 33 médecins.

« -Vous dites ?- »

« -Bien. Les langues ne sont plus trop chargées, les gorges chaudes moins irritées : Reprise du travail !-»

…………………….

La Poste, Secrétariat du Père Noël, a reçu en 2012 pas moins de 17'149 lettres d’enfants, et a répondu à 16'434 de ces missives.

Donc, pour 715 enfants le Père Noël est une ordure.

Avis partagé par 100% des aînés, depuis que ce tyrannique secrétariat commence à ne plus accepter de paiements en argent à ses guichets.

……………………..

Adage à celle … QU’UN RIEN : NABILLA

Tant va la cruche à lolos qu’à la fin elle se case.

…………….............

Quoi de plus câlin, fidèle et peu contraignant, comme petit compagnon de vos enfants, que le toutou-robot qui écoute et obéit, fait ce qu’on lui demande. Eh, oui, il est sorti. De l’imagination d’ingénieurs en robotique, et se vend en quantité en prévision de Noël.

Voilà qui convient parfaitement à la politique du futur. Il est urgent que nos chères têtes blondes commencent vite à remplacer, par la machine, l’usage et les bienfaits des bêtes animaux de compagnie.

Voués aux plus exquises délices de la  sauce chinoise.

…………………

L’Europe n’est pas une passoire !

Vrai ! À peine un entonnoir !

………………….

Et cul blanc : D’une bouteille en PET, retrouvée dans un carton de papiers, empli de lettres au nom d’un citoyen d’Ecublens (qui voudra bien excuser-ci tel éculé gag, aux yeux des Ecublanchiés  Ecublanchois, ayant raison de protéger ainsi leurs arrières). Individu honnête et pas cochon (sinon : de payeur), qui est condamné à 250.- d’amende, sans preuve qu’il fut bien l’auteur du crime de lèse-fascisme-Vert. Ce nouveau totalitarisme écolo, pour lequel certains sbires passent une semaine à ne manger que des ordures. D’autant plus grave, dès lors qu’il y a cannibalisme.

Moralité : Au royaume d’Ecublens, les gabelous placent le PET plus haut que leur culot. 

…………………

Le cerveau de l’homme est très différent de celui de la femme !

Voilà qui devrait enfin scientifiquement faire comprendre à la droite au pouvoir usurpé de tous pays : Que la femme en a un aussi. Et sur cette lancée prometteuse, allez savoir si d’ici quelques siècles, cette même racaille dominante ne va pas finir par supposer que la femme a, en plus, une âme !

………………….

Ciel ! Le Mont mûrit !

Le Mont : 1  /  Bâle : 0  - par forfait ! Illico ! Exigé !

Ainsi, les petits poucets du Mont, bled rupestre dont les noueux indigènes ont eu l’outrecuidance de battre un club de galactique réputation, comme le FC Bâle, ont meurtri leurs menottes et bas de laine à préparer depuis des jours et des nuits : LA Rencontre, sur leur pas si vague terrain, bataille des géants contre la plus merveilleuse de toutes les utopies footballistiques.

À un souffle de l’événement légendaire : Le match est remis à février prochain, si ce n’est à caser entre la semaine des quatre jeudi et les calandes, d’où sont invités Grands Manitous, de cette vendue décision, à aller se faire voir.

Les menues papattes des Babâlois, déjà esquintées par le match contre Chelsea, n’allaient tout de même pas, une fois encore, se faire tirer dedans par de vulgaires crampons de teigneux montagnards. Avant de passer à des parties sérieuses contre de vrais adversaires urbains.

Certes, il faudra dégommer cette équipe des paygots méprisés un jour ou l’autre, lui faire vite payer par un 87 à 0 d’avoir osé bénéficier d’une chance de cocus. En février ce sera plus facile, eux et leur enthousiasme seront suffisamment réfroidis. Tout n'est finalement qu'une question d'exemplaire sportivité.

En attendant, ces snobés-là encaissent les pertes et l’affront dignement. Je leur dois bien cet hommage : Mon grain de sel, appuyant la tâche de ceux qui venaient d’être déversés sur les quelques plaques de terrain gelé. Sel qui n’avait eu le temps d’agir, lors de l’arrivée du préposé pour inspection-censure des conditions de jeu. Qui jugea inutile d’attendre et déclara l’annulation la plus nulle du siècle.

……………………

Voleurs, encore : Des malfrats se servaient d’une commode « magique » pour détrousser les gogos, à qui ils proposaient des taux de change sans pareil.

A condition de se rencontrer dans un hôtel ***, de déposer l’enveloppe avec argent dans un tiroir de commode pour quelques minutes, commode en laquelle se cachait un complice, remplaçant les billets par des faux. La transaction échouait, le client déçu repartait avec son enveloppe, remplie de faux billets.

Astuce assez répandue. Mais personne ne s’est jusqu’alors demandé comment il est possible d’amener en douce une commode truquée dans des hôtels de bon standing ?

Déduction trop commode, sans doute.

……………………

Sans mains, il gravit des montagnes !

Et alors ? Ne venons-nous pas de démontrer, ci-dessus, que ne grimpent généralement les échelons que les personnes sans cerveau ?

……………………..

Ah, qu’il est loin le temps où l’une d’entre elles, ayant trouvé normal que je sois taxé d’office pour plus de 30'000.- une certaine année, me refusait toute grâce économique, mais offrait une demi-journée de congé à ses sujets, en devenant Présidente.

……………………….

Nos chers voisins, serviles valets du Qatar, commencent à adopter les principes de leurs maîtres : 1'500 euros d’amende pour les clients des prostituées. Depuis que le plus soumis d’entre ces premiers a des problèmes de prostate, le climat s’est bigrement aigri.

Que la ménagère Suisse, traditionnellement accueillante et généreuse envers les démunis, prenne en pitié les pauvres mâles français (de préférence les plus beaux) sans possibilité de se soulager à moindre frais, et leur offre de son temps et de son savoir.

Bénévolat d’autant plus utile et sympathique, qu’il permet enfin au mari de la ménagère Suisse, de justifier pleinement son racisme anti-frouzes.

…………………………..

Tout un pataquès pour du nucléaire Iranien. Ce pays a besoin d’énergie, mais pas question de pouvoir enrichir l’uranium au point de l’utiliser comme bombe.

Alors que la solution est bête comme champignon :

Ok, amis d’Iran, on enterre la bombe H de guerre. Vous pouvez disposer d’autant de centrales nucléaires que vous le souhaitez.

Sans uranium, mais fonctionnant facilement au Thorium, non-explosif.

…………………………..

Et sous nos alpages : Fin de règne 2013 du Premier des Gnafrons UDC d’Helvétie, remplacé par un Auguste Guignol PLR.

Voilà qui promet de rendre plus encore grotesques les relations entre personnes écervelées que burqa altère.

 

Ali GNIOMINY

28/11/2013

DITS VAINS

Est-il lors si vain, voire hélas néfaste, d’affirmer haut et fort, de confirmer que l’on se rit des duperies de castes en place ? Maraudant, canailles, les fruits du travail d’autrui.

 

Par ces dits vains, parviendrai-je un jour à empêcher de nuire, de manière séculaire, tous marchands de faux moralisme ? Ceux-là même qui tout ont amassé, tout ont faussé à leur profit. Rusés faisant fi de Morale, des râles d’ « incroyants » larmoyants. Exemplaires Pères, versés en leurs lassants Ecrits d’Amour, toujours détroussant les esprits.

 

Pris sur la fête : Simple rappel du passé d’actuelles lignées de barbares, tenant le monde entre leurs juteux principes conservateurs, au nom d’une présumée Supériorité susceptible, d’aventure, de venir en aide à qui de dûment malheureux.

 

Les Ptolémées, détenteurs d’immémorable Savoir de l’Humanité des premiers temps, avaient, dit-on, archivé tel immense Trésor en la Bibliothèque d’Alexandrie, soit dans le quartier de Brouchion où était sis le Palais royal. Bibliothèque que César n’incendia pas. Aux dernières nouvelles.

 

Un voyage sur le net, je l’espère pour simple rappel de vos classiques (vous souvenez-vous, avant ? Quand il fallait aller fouiller longuement des dizaines de sources pour se faire une opinion, quand on passait du temps dans les bibliothèques ou à l’entrée de la T.d.G ou de feue « La Suisse », à consulter les rouleaux contenant les anciennes parutions, … ah, le bon vieux temps d’il y a si peu) … un brin de jugeote, trois clics sur l’écran et vous découvrirez également qu’en fait :

 

César n’était pas en position et n’avait aucun intérêt à incendier la Bibliothèque d’Alexandrie. Il y eut confusion par le fait qu’ont brûlé sur un quai du port, des caisses de manuscrits, possiblement intéressant César. Mais il semble que ce n’étaient-là que des exemplaires pour la diffusion par bateau.

 

En fait, Epiphane nous apprend que c’est la bibliothèque du  Sérapéum, et non celle du Palais royal, que détruisit et brûla le barbare Evêque Théophile, au IIIème siècle, alors qu’Aurélien avait envahi et dévasté la ville. Le quartier de Brouchion étant alors totalement abandonné, les parchemins livrés aux rats.

 

Mais déjà l’industrie de la falsification chrétienne du Savoir débute. Est censuré tout passé retrouvé n’avantageant pas le commerce religieux en marche. Sont utilisés dans de très hermétiques clans s’enrichissant, les Secrets de la Nature, et Connaissances fondamentales volés aux Anciens.

 

Et abondent des milliers de parchemins reliés, bourrés d’erreurs et de loufoques inventions, copistes après générations de copistes, à la gloire des écritures chrétiennes de l’église la plus durablement mercantile.

 

C’est ainsi parti pour des millénaires, d’apocalyptiques déviations de la Raison très difficiles à enrayer. Ceux-là qui vénèrent un Livre, un Maître, un Dieu ou l’autre, qui exigent et respectent soumission, servilité, déresponsabilisation, obéissance à l’arbitraire, infantilisation … sont avantagés en tout.

 

Et gare à qui objecte, refuse de taire si gigantesque Farce. Saint-Fric, au grand jamais, oncques ne lui viendra en aide, ni à lui ni à ses descendants. Il aura pour peine (d’avoir débusqué la supercherie) de crever la dalle et de se taire, ou de se terrer en solitaire.

 

Ainsi perdure le dévastateur Business-Dieu, qui ravage la planète au vu et su de tous. Système obligatoire, pour affaires florissantes, consistant à montrer pleutrement patte blanche, en matière religieuse avant tout. Afin d’amasser mystifiée clientèle et partenaires, avant même que de réseauter politiquement, se réclamant de tel ou tel mouvement de convictions, conformément à la décadence idéologique généralisée. Ou presque.

 

Il est l’heure d’y mettre fin. N’est plus même temps de douter d’archaïques concepts stupidement subjectifs, basés sur Unique Espérance.

 

Le Réveil a sonné, ami Humain. Il faut te secouer : Trop concrètement, les conséquences du désastre global, généré par les Croyances opposées, sont l’actuelle exploitation de la misère sciemment entretenue chez autrui. Misère intellectuelle et/ou matérielle. Imposée par tous gardiens des cordons du Capital, descendants des premiers faussaires de convictions et pillards de Savoir. Tenants de dure droite, conservatrice de vaurienne filouterie spirituelle.

 

Pas que je nie formellement l’existence d’une Conscience reliant tous êtres, au contraire, ni la presque évidence d’une continuation de l’Existence après ce passage ici. Mais pour ce qui est de croire en l’utilité de s’oublier soi-même, l’espace d’une vie entière au Service du prétendu bien d’autrui, de tout offrir à eux et s’abaisser devant les parasites gérants des moyens du Savoir et du Pouvoir, et l’Illusion qu’ils font miroiter ? Pas question. L’attrape-gogos des interdits de ceci-cela, et la pantalonnade d’officiels lobbyismes en action, fondamentalement nuisibles à la condition de vie et aux Droits réels de la quasi-totalité des peuples, doivent être éradiqués.

 

J’en arrive plus précisément à ce que je voulais aborder au départ dans cette légendaire conférence du jour.

 

De toute manière, il fait dehors un vent à décorner les keufs. Vous n’avez évidemment rien de mieux à foutre que de me lire toutes affaires cessantes. Alors on respire un bon coup et on s’y remet :

 

Le bref historique précédent servit à vous mettre dans l’ambiance : Plus de feu d’Essentielle Bibliothèque, mais un Savoir en partie détruit et éparpillé, pillé, dénaturé, mal récupéré, ignominieusement employé, commercialisé, intolérablement institutionnalisé. Au profit principal de lignée responsable de millénaires d’atrocités, chaque jour plus en vogue. En dépit d’évidentes malversations toujours plus révélées. Autorités expertes en subjectif et arbitraire, dont il faudrait estimer et répandre l’Exemple et la Morale ? Sans moi, merci.

 

L’une des principales déviances enseignées est celle du faux tabou concernant nos propres aptitudes, compétences et talents, notre véritable valeur humaine. Durant des siècles il a fallu se rabaisser, se contenter de la maison de dieu plus importante que tout, et vivre à dix dans un deux-pièces pour engraisser tous supérieurs de l’indécente redistribution. Il fut incontournable de se montrer humble, de garder un recul face à l’image et l’opinion de soi. Obligatoirement souillée de tous les vices inventés par bien-pensance.

 

Raison pour laquelle je n’ai plus de recul à prendre entre réalité de flagrante injustice me frappant, et dérision coutumière qui m’est si familière. Je n’ai plus à prendre de gants, sinon de boxe, pour affirmer que je suis garanti non-schizophrène par une génération de psy, ne suis ni parano ni mégalo ni grandiose …  À peine un rouleau-compresseur un peu plus que normal, qui écrase l’obligation perverse de se diminuer, dévaloriser, de cacher ses talents, difficultés ou revenus, de censurer son authenticité au nom de coutumes corrompues.

 

C’est pourquoi, et je m’adresse-là à ma chère commentatrice Jmemêledetout, que je remercie pour ses compléments, mon intention est bien de balayer toute barrière, de supprimer toute distance entre ce que je vaux et ce que les veaux, censés faire profiter la communauté vache à lait de mes capacités, estiment à tort de ma Valeur, qu’ils injurient par la violence de leur criminelle indifférence.

 

Il y a une vingtaine d’années, un ami proche, sculpteur de renommée internationale, m’a un jour dit, en substance ceci :

 

-« Si tu veux que ton Art finisse par être vraiment considéré, tu dois : Te respecter, respecter ton Art, te faire respecter et le faire respecter ! »-

 

Je termine de me faire respecter, et mon Art est depuis longtemps très respectable pour qui mérite de s’y accomoder, redoutable pour qui tente de l’ignorer, ou de le censurer. À défaut de pouvoir démonter, avec acceptables et équilibrés arguments, les convictions qu’ici j’affiche. Mission certainement impossible.

 

C’est en ce sens que je disais que j’attendais toujours un commentaire négatif justifié sur mon travail littéraire, philosophique, poétique, politique. Certes, je ne suis un foudre de vers, quoique (ou quoi que ?) … Certaines de mes lacunes en français sont de véritables lagunes où s’embourbent des paquets de négations, du genre « qu’il ait ou qu’il n’ait ? » et autres francochonneries. Eh oui, je n’ai point vu comme négatif un commentaire sur ce dont je suis bien conscient, une certaine gêne pouvant résulter de sujets très différents traités en un seul billet. Et la difficulté bien connue de me lire à tous les étages. Mais n’ayez crainte, même des spécialistes découvrent très progressivement les sens supplémentaires de certains de mes passages, et mettent du temps en relectures successives, avant d’intégrer à jamais des concepts novateurs et libérateurs qui bouleverseront utilement leur sens critique religieusement estropié. J’ai la légitime prétention de nettoyer les esprits de pas mal de conneries freinant leur évolution, et d’inviter tout un chacun à élaborer à la place des solutions concrètes, à se prendre en main, à s’affirmer selon ses valeurs contre vents et marées. À en imposer, quitte à déplaire et énerver, même et surtout exclu de toutes tricheries en vigueur et déclin.

 

……………………

 

Des clins d’œil aux dits vains, passons au regard en biais de l’actualité :

 

Ce 25 novembre était la Journée internationale pour l’élimination des violences contre les femmes.

 

Que choisit le gouvernement Afghan pour annoncer la prochaine réintroduction dans le Code pénal de la lapidation des femmes adultères.

 

Quel gentil cadeau à la gent féminine afghane, pour sa Journée en vue d’élimination de la violence, que cette nouvelle loi. Mais n’oublions pas pour autant le bien plus pénible présent de ce style, qu’elles reçoivent chaque autre jour de l’année.

 

Surtout, qu’aucun Etat ne s’en mêle, la souveraineté de ce pays, et les droits des malades mentaux le dirigeant, au nom de l’application de croyances des temps barbares, doivent être respectés. Il convient avant tout que jamais cette loi ne se retourne contre ses auteurs. Car, le jour très prochain où les femmes dirigeront le monde, dans la même optique catastrophique en place qu’elles reproduisent souvent, (suivez mon regard en Allemagne) et que ce seront les hommes adultères qui seront lapidés, les carrières seront vides et ne subsisteront que de très, très rares mâles.

 

…………………

 

En attendant … Apprécions le fait suivant, passé jusqu’alors inaperçu. L’ex-tyran d’Egypte, Morsi avait offert la gouvernance de Louxor au groupe qui a massacré des dizaines de touristes, dont 36 Suisses, le 17 novembre 1997.

 

C’est vrai, après tout, qu’importe la vie de quelques Suisses, tant qu’il ne s’agit pas de confédérés naturalisés, choyés, protégés, médiatisés, aisés prosélytes descendants et proches du fondateur des Frères musulmans ?

 

…………………..

 

Fort heureusement, l’islamisme radical ne fera pas long feu, tout sera bien vite réglé en un grand raout général. Les festivités se préparant en Extrême-Orient, où deux bombardiers américains B-52 violent intentionnellement la zone aérienne que prétend sienne la Chine, au-dessus des îles japonaises Senkaku.

 

L’affaire doit être d’importance, pour que les USA privent de deux B-52 le secret central champ de bataille navale, au large de la Syrie, où paraît tenter de se faire oublier la multitude de porte-avions, sous-marins et navires de guerre d’Est et d’Ouest prêts à en découdre.

 

………………….

 

Les provocations ne manquent pas, dont l’une des pires de toutes, installée sur la Place Rouge à Moscou : Un insultant pavillon en forme de malle, aux couleurs de la capitaliste Marque Louis Vuitton !

 

Colère évidente des députés communistes, estimant que cette Place est un lieu sacré de l’Etat Russe. A savoir : Réservé aux célébrations et manifestations homophobes.

 

Il est en effet inconcevable, aux yeux de dégénérés, que des mâles puissent possiblement se voir tentés d’entrer en une malle, et d’en ressortir avec un baise-en-ville Vuitton.

 

……………………

 

C’est bon ? Chacun a eu sa part ? Ah, les Bouddhistes ? Oui oui c’est cela, se dépouiller de tout et dépouiller les autres du droit de vivre en jouissant aussi du fruit de leurs mérites ? Merci, j’ai donné aussi. Les Polynésiens ? Je ne critique jamais les gros bras tatoués peu instruits ! Les Juifs ? Je ne les critique jamais stupidement comme d’autres gros bras tatoués peu instruits. Les Papous ? Beaucoup trop prétentieux du côté de l’étui pénien pointé ! Les autres ? Paraît-il tous menés par le bout d’ainés ! Stop ! Suffit ! On l’aura compris :

 

Tout le monde il hait ! Bobo ou clodo, tout le monde il estime qu’autrui, à tort, ignore ses perles, que lui seul est le meilleur, que par ailleurs se vautrent les autres. Tout le monde il est en moi autant qu’en toi.

 

Alors pourquoi, dès lors qu’à l’évidence son honnêteté rare, sa franchise et excellence en l’éclectisme l’honorent, que la qualité de ses dons et services impressionne durablement, pourquoi l’être bénéficiant de pareils avantages devrait-il renoncer à les exposer ? À dire ouvertement et sans le moindre recul : J’ai conscience de ma valeur réelle et exige qu’elle soit correctement estimée par qui de censés en juger.

 

Evidemment, un brin de modestie par-ci par-là, moins d'insolence de temps à autre ne fera(it) de mal à personne. Mais j’excelle également en matière d’humilité, d’où le paradoxe : Dans la vie courante, professionnelle, sociale, familiale, il n’y a pas une personne sur cinquante, de celles qui me connaissent ou côtoyent chaque jour depuis des années ou décennies, pas 1/50ème de ces individus qui sachent ce que je produis par ma démarche pluridisciplinaire. Je n’ai pas l’habitude de me vanter, suis plutôt timide et réservé, toujours poli, relativement peu causant. Sans jamais d’allusions à mes connaissances autres, et facultés peu ordinaires.

 

J’ai dû apprendre très tôt qu’il n’y a que deux possibilités, pour un enfant qui reste parfois de longues minutes immobile, les yeux ayant traversé les murs de la classe, que la maîtresse appelle en vain sans moyens de le sortir de son voyage astral, en dépit des rires et cris des élèves ; j’ai dû apprendre qu’il faut soit : Parvenir à s’adapter au niveau commun des gosses de son âge, en taisant ce que l’on sait faire et que les autres ne semblent pas maîtriser, séparant bien les temps à dédier au voyage intérieur et ceux dévolus à la vie en société ; Soit : Passer pour un fou, être ô ironie dévalorisé, par ensemble de qui de bien moins valeureux, provoquer réflexions, jalousies, détestation ou/et condescendance frisant sympathie. J’ai choisi.

 

J’ai fini par devenir le gentil petit garçon bien élevé, propre sur lui, pieds sur terre, à talents bien concrets d’accordéoniste, de champion aux échecs, à succès reconnus. Puis, fuyant la malséance de ce seul état de faits : Je fus Quêteur de Lumière à principes franciscains, pratiques celtiques, et rayonnant canal médiumnique pour abasourdi public d’Ariège, initié hors de toutes sectes aux Lois de  l’Architecture Universelle, à d’ancestraux messages non-détournés, passés entre Hérétiques de tous temps. Puis encore témoin de phénomènes toujours dûment classés inexplicables côté Verdon, baroudeur invétéré simultanément sédentaire, Poète globe-trotter aux grands airs, n‘en manquant pas, à peine autocritique, bien que bas rond-de-cuir pour Etat terre-à-terre, et Président d’Association, et …. J’ai presque fini par tout mélanger.

 

Ainsi décidai-je de mieux ranger les bidons. Je serais : Déconsidéré relativement silencieux modeste gratte-papier d’un côté, et : Conquérant Zorro des Arts de l’autre. Dont ruades et acte.

 

………………..

 

En dépit de tout ce qui précède : Retenons surtout que l’on doit convivre et non vivre cons ! Convivons ! Et qu’on vive heureux !

 

…………………

 

Eh bein, quelle bafouille. J’aimerais une fois avoir le temps et les moyens de vous conter en détail les fantastiques aventures authentiques que j’ai eu et ai encore à vivre … mais le temps et les moyens …

 

Aussi, je balance en vrac ou presque et à vous de trier, de survoler ou pénétrer en profondeur, de prendre vos ascenseurs et retrouver, de compléter, voyager à travers mes écrits. Six ans ici et tant de poussières. Et dire qu’au début, je faisais bien attention de séparer mes meilleures créations, de ne pas intégrer en ce blog « délassement » les poèmes et nouvelles, la saga en cours. L’énergie que je mettais ici et sur quelques autres supports numériques n’était que secondaire. Je n’envoyais déjà plus rien depuis longtemps à des éditeurs, de mes manuscrits s’empilant en secret. Pensais défier leur curiosité, soit leur compétence, autrement. Dont gifles et acte.

 

………………….

 

Repos, reclus ! Toute Sa Majesté ayant été rendue au bon Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, un chat pitre peut à présent dérouler l’écheveau de la suite et fin de cette interminable pelote à piques :

 

Parlant de chats dans la gorge : Maria Mettral chante sa vie.

 

Un régal. Ne manquez pas ses titres-fétiches :

 

« À l’Ouest le temps sera gris » et le tube de l’hiver « Il est mort l’Anticyclone des Açores ».

 

………………………

 

À l’Ouest, effectivement : Choix du Conseil des tas d’incapables : Un Président qui, selon un grand ami de la TdG, a tellement tout raté dans sa vie qu’il finit là, quelques autres et surtout le (plus ou moins pas trop mais un peu, provisoirement) MCG Avocat aimé des Assureurs, qui hérite de la Santé, de l’Emploi et du Social.

 

Illogique en la circonstance. Quel laisser-aller de la part de ceux qui auront à s’en accomoder : Il faut le graisser en lui donnant pour le moins, en plus de ces Départements, la Sécurité et la Mobilité pour qu’il fonctionne vite et bien: Un siège éjectable !

 

……………………..

 

Promis que j’essaie tout prochainement d’être encore plus gentil, drôle et concis. Bise, de circonstance.

Ne succombez pas …

 

Ali GNIOMINY