• AUX MÉCÈNES QUI, SANS PRESSE, HAUT PORTENT HAILLONS!

    Avanti: Nues (en matière de fière parure médiatique) avanti, cliques d’auteurs à coter : Pressez-vous :

    Une dotée Fondation récompense l’absence d’affluence de nouveaux cerveaux cernant sans radoter l’information !

    Et fatalement, inexorablement, sempiternellement domine telle mine à chouia de lourds moyens pour béotiens médias) : Long chant d’ardu signe de potes .. en tas ! Musiquette à courbettes pour sornettes, disette et pirouettes en goguette.

    Circulons, il n’y a rien à avoir en ces sphères trop austères à sirop à déboires … Car avec si faux-frères la paix, elle, erre.

    Or, derechef extrayons-ci un zeste de tout, trois pincées de pas grand-chose, et goûtons donc au rose média fécond qui ne fuit et ne mendia que ce qu’on lui doit :

    Vos devis limites … Vaudeville imite :

    Essai: Sur la bonne :

    Sonnent sonnent les clochettes

    Sont si bonnes les soubrettes.

    Ah, vous jures-je, Madame,

    Ça urge j’ai la flamme,

    J’ai vu Monsieur en plus gracieux

    Et belle compagnie d’Annie la rousse,

    Celle qui détrousse marris maris.

    Sonnent sonnent les clochettes

    Sont si bien faites les soubrettes.

    Ah, vous promets-je, Madame,

    L’on ne me met de peine ici,

    Entre les lèvres jamais ne livre

    De vaines ou de folles paroles.

    Sonnent sonnent les clochettes

    Plus de couchette pour la soubrette.

    Essai: Sur les sots, fats, et que les mots .. hèlent, eux, leur bonheur:

    Allez, vous reprendrez bien quelque menue gorgée de ce délicat Néo-Dadaïsme, n’est-ce pas ?

    Qui ne dit maux qu’on sent … à lents tours à compter :

    Halloween? Ne quittez pas

    Je vous l’agace …

    … À l’eau, oui,

    Ne quêtez plus l’afflux fugace

    Du courant des errants

    Esprits conquérants

    Pris au piège détestable

    Et sans siège éjectable

    Hallo, oui? Ne comptez pas,

    Je vous l’amasse l’âme assagie,

    Agis sur elle,

    Sors ses poubelles.

    Alors? Win-Win?

     

     Essai Pâleur : Franco (ne ris!) déporté:

    Mausolée laid est isolé

    S’est envolé le dictateur

    Vers des vers différents

    De terrain plus serein.

    Mausolée désolé

    Et mastoc bloc conquis

    Auréolé de misère militaire

    Et orgies d’autoritaire idéologie,

    Qui symbolise matière grise délaissée.

    Ramassé mausolée soit consolé:

    Les espagnoles cabrioles

    de l’Hier disputé

    Nous promettent à perpète

    Le parcours aller-retour.

    De la bière.

     Essai: Hères veules laids, parlant tyrans :

    Au moment où vous me déplacerez de mon caveau dignement sis entre Jean Calvin et Grisélidis Real au cimetière des Rois, en direction du Panthéon, où votre Souverain des immortels quatrains reposera avec les siens (phrase destinée à polémique éternelle), n’omettez point d’inscrire sur ma stèle:

    “Alors: C’est vrai ou non?

    Que certains m’ont mis plus bas que terre!"

    ***

    Essai: Tant d’Art: Allons en fans de l’appât tribal : Lisez :

    Non et non, Salomon !

    Tu ne quitteras la Table

    Qu’une fois ton compas

    Finissant de faire des ronds,

    Et tes règles de tracer

    Assez d’espiègles traits ésotériques:

    Ou c’est la trique !

    Non c’est non, Salomon !

    Tu ne quêteras à Table

    Que soufflets pour reflets

    De son miroir divinatoire,

    Ne goûteras ni aux vapes de sa nappe

    Ni en maraude à l’émeraude

    Des lueurs de son cœur!

    Oui, oui, Salomon !

    Termine tes travaux lourds

    Pour cerveaux à la mine

    Et sois Juste !

    Table sur cartes stables!

    Et déguste en cadence

    La danse

    Sur Table existentielle

    Des fables intemporelles ! 

    Et c’est historique:

    Ainsi vous contâmes-Nous récemment la triste Histoire authentique d’une Helvétie fondamentalement Romande et francophone, par félonie toujours dominée sous le joug impitoyable de pitoyables envahisseurs germanophones et files d’atones et serviles sots vassaux agresseurs.

    Découvrons aujourd’hui ce qui, non plus, ne fit de bruit: La balèze trahison française: Mais … chuuut, restons à mi-chemin faisans … C’est l’Art à aigles.

    En 1516, suite à l’Helvétique défaite de Marignan, est conclue la formelle “Paix perpétuelle” entre la France et la Suisse!

    De 1756 à 1763 éclate la véritable première guerre mondiale opposant principalement au Québec et en Inde la France et ses alliés, L’Autriche, l’Espagne, la Russie, la Saxe, la Suède et la Pologne contre la Prusse de Frédéric II et la perfide Albion, qui sur tous bords hisse jaunes sonores rires et puissance d’indécence.

    La guerre de sept ans touchant à sa fin, la France se préparant à l’inévitable victoire de la Prusse, constatant que l’obscurantisme Anglo-Prussien avait pris le dessus, en digne alliée neutre de cette France vaincue: ...

    ... La Genève facilitatrice, en la grande sagesse de son Procureur Tronchon, fit publiquement lacérer et brûler l’ ”Émile” et le “Contrat social” de notre talentueux Jean-Jacques des Délices, ayant dépassé les vieilles bornes.

    Afin que jamais ne puisse l’ennemi teuton s’imprégner de tels trésors des Lumières.

    Stratégie ayant, nous le constatons chaque jour, merveilleusement perduré!

    Mais, il n’y a pas qu’en Prusse que les Lumières ne fonctionnent pas à tous les étages:

    Le 12 avril 1798 le vil parjure Napoléon envahit la Suisse qu’il colonise et nomme Protectorat français. La germanophile Berne capitule honteusement, trop stupide également pour comprendre le sens de l’appellation: “Paix perpétuelle”.

    C’est d’autant plus grave et faux-jeton de la part de Napoléon que six ans auparavant la France du Directoire était admirablement venue en aide aux révoltés du Jura Bernois (juré que c’est vrai, sortez vos livres d’Histoire: Nous, authentiques Prévôtois et pairs des environs, portons en nous des siècles de légitime révolte contre des successifs indécollables seigneurs envahisseurs) Directoire autorisant la proclamation de la République Rauracienne!

    Le soulagement; alors que nos écœurés Rauraques avaient auparavant eu toutes les peines à cesser de dépendre de l’archevêché de Bâle.

    Puis: Horreur et abjecte vengeance: De 1798 à 1802, c’est le Bâlois Peter Ochs, ayant proclamé à Aarau la Nouvelle République Helvétique, qui fait l’affront impardonnable de centraliser le pouvoir à Berne l’oppressive, et les cantons ne deviennent dès lors plus que de moindres divisions administratives à sa botte.

    Finalement, l’Histoire n’est en l’aimant qu’une surface sur laquelle on se place!

    Et l’écriture qu’une aventure sur les ratures d’un style haut qui ne gomme l’acquis de l’Homme!

    Surtout si son Histoire est sans faim.

    Essai: Niant terminées les frasques du masque …

    … Ali GNIOMINY

    “ Trop bons troquons comment n’aider bouchés?”

    Sans titre1.jpg

    “Quand le passage endurcit trouille”

    esprit.jpg

     

  • L’AVS PRIE !

    En les pays civilisés,

    Comme au Brésil

    Où ne sont maltraités les retraités,

    Où sont les aînés respectés,

    Ne sont remisés à l’asile,

    Où l’on veille à leur sort :

    Ils ne paient les transports !

    En notre pays riche

    Qui triche et qui se vautre,

    Finit haï :

    Honte à la tonte des aînés malmenés

    Honte à cette nation sans considération,

    Pays ayant failli à ses obligations:

    Qui détériore la condition

    De ses seniors qui contribuèrent

    À ce que prospèrent ses outranciers

    Gestionnaires de dossiers !

    Honte à ces comptes d’épicerie

    Où pourrit le produit

    Du labeur d’une intense

    Existence sans faveurs !

    Exigeons qu’armistice

    En cette bête guerre monétaire

    Aboutisse

    À primordiale Justice sociale !

    Que cesse la traite des retraites :

    Au pieu les vieux exclus polluent!

    Sans promenades c’est la panade!

    L’isolement, fatalement,

    Et des coûts fous répercutés!

    Au pieu les vieux persécutés

    Sont bien plus chers,

    Comme les aime pervers système

    Ne leur laissant qu’obole à ronger

    Pour songer à bénéficier,

    Un jour moins lourd

    D’un bol d’air délassant,

    Non vicié.

    En les pays civilisés

    L’on s’est autorisés

    À cesser de biaiser

    Et briser les dévalisés

    Doyens des citoyens !

    Aussi, ici:

    En ce primitif pays

    En butte aux luttes

    D’allégeance à l’engeance

    Des pontifes et baillis :

    Priorité bien méritée

    Et fin de torts aux mentors !

    Au bénéfice, enfin,

    De transports gratis ! 

    J.-M Roth/GE/28.10.2019

     

    “Plats fonds en rade”

    IMAG0262.jpg

  • PAS-À-PAS DES RAILLÉS !

    Hisse torts, rictus et pourris us: Aussi hèle ... Car ...

    L’automne est arrivé:

    Les guis se ramassent à la pelle.

    Le terne chacal s’est retiré en sa caverne

    Où l’accueillent à l’œil

    Et le fâchent écureuils qui le lâchent.

    L’automne s’est assombri, alangui,

    Les deuils se ramassent à tire-d’ailes.

    En cruelles campagnes

    Pas de Paix!

    :

    Caca sous les sous-bois:

    Et s’altèrent d’eau gangrénée

    Les branches menées à décomposition

    Sous les besoins de fennecs

    Éperdus en salamalecs

    Avec bédouins oints

    De l’ardu langage

    Des bocages sans foin.

    L’automne est arriviste:

    Les durs de la feuille s’amassent à la selle

    Et vibrent et tonnent en canons.

    L’automne est si vantard

    Qu’il ravive sans retard et colore le décor

    Qui fracasse ce qui dépasse:

    Entonne chant méchant

    Qui, sans bruit, détruit

    Qui s’aventure à sinécure,

    S’enlise et éternise

    Pieds en le bourbier,

    À la merci des liés troncs

    Farcis de ronds

    Et nœuds en lutte

    D’aveux de …

    … Demain l’automne laisse fèces,

    Et sa déconne?

    %%%

    Frimas ou pas, délassons-nous en méritées vérités-ci si systématiques:

    Être en jeté des choix artistiques ?

    Bansky crée un dessin sur un mur:

    C’est, de l’avis des fortunés amateurs d’Art qui se pressent à la tribune: Une œuvre d’incommensurable valeur!

    Votre bon Roi-Député du Parti Railleur prodigue ses milliers de desseins sur son mur:

    Ce ne sont, de l’avis des fortunés amateurs d’Art qui ici se rendent sur la Tribune: Qu’épistolaires gribouillis, ne valant ni attention ni le moindre centime à leur créateur!

    Étrangeté qu’aux dés valoir : Mais retenu en échecs!

    %%%

    Serait-ce dû à quelque offense ou crime de lèse-gratte-papiers financiers jadis prétendûment commis? À payer ainsi sous ignorance d’instances parasites dites supérieures?

    Ainsi l’union fêle la force ?

    Aurions-nous eu le malheur d’écrire quelque part que “Dieu est bon” ou qu’est si “bonne” la Vierge Marie ?

    Éructant ainsi le pire des blasphèmes! Puisqu’aveu de les avoir baisés !

    Sans doute y a-t-il un peu de cela en la tête de linotte épiée de ces bloque-notes sur pieds.

    Et puis … Et puis il y a ces autres, qui décident pareillement de tout en crachant sur le Romand, soit l’unique Helvète véritable, comme en atteste le ci-présent historique de la Suisse. Traditionnellement pas la moindre partisan ni revanchard, va de soi:

    De l’usurpatrice germanisation de la Confédération Helvétique rattrapée par l’Histoire !

    Remercions d’emblée les Anciens ayant participé à rétablir la vérité, et gardons une pensée bien éveillée en hommage à l’Historien Romain: Strabon, nous rappelant que “Les Helvètes honorent les bardes (poètes) et les vates (devins), et à chaque fois qu’il y a abondance de ces hommes il y a abondance de biens”.

    Ce qui nous permet, au vu de l’actuelle extrême rareté en matière de véritables Poètes et Devins et du camouflage des biens et valeurs par quelques uns au détriment de tous, de constater que les Helvètes dont parle Strabon ne sont plus que de pauvres vassaux ayant à l’évidence perdu l’abondance d’honneurs dus aux bardes et vates.

    Or: S’élève en nos contrées le jeune Divico, Chef des Celtes Tigurins, en guerre contre les Cimbres et les Teutons, qui humilie l’armée romaine, renvoie les soldats vaincus nus sous le joug d’un carcan. Ce qui irrite un brin Caïus Marius occupé à écraser les Germains, mais nos Helvètes et non les leurs battent en retraite en Suisse Romande.

    Nos latinisants Helvètes Celtes, sans répit avec ou contre Rome faisant front au Nord à la menace de tous barbares Germanophones.

    En 58 Av. J.C. nos braves Helvètes incendient 400 de leurs villages romands pour ne rien laisser aux sauvages Wisigoth et autres Teutons et notre peuple suit Divico en Gaule. César inquiet de voir nos ancêtres s’approcher détruit le pont de Rhône. Qu’importe, les nôtres pas les vôtres abandonnent la traversée de la rade et passent par le Jura, traversent la Saône en radeaux, harangués par Divico répétant “Un Helvète qui n’est pas libre est un Helvète mort”! Prémonitoires condoléances à l’époque présente.

    Puis César en son “Bello Gallico” glorifie le courage désespéré des Helvètes combattant avec femmes et enfants à Bibracte, se montre clément avec les 110’000 survivants, leur offre moult semences prises aux Allobroges pour les champs de Romandie.

    Par ailleurs, remercions vite l’Historien Spon nous souvenant que selon Homère vers 1’150 Av. J.C. des Troyens virent à Arpentras “dont les ruines apparoissent au-dessous de Lausanne” et Lémanus, fils de Pâris l’efféminé, friand de l’or que l’on dit abondant sous les terres de genévriers, fonde au bout du lac Genebra en 1177 après le déluge, 373 avant la fondation de Rome et 1130 av. J.C. Ensuite, Lémanus offre la région à son fils Helvétius, homme chaud, sanguin et de haute stature qui, poussé en cela par sa concubine Aventica, construit Aventicum, ville la plus belle du pays devenant capitale de la province d’Helvétie. Soit. Rendons à César son époque:

    Lors de la bataille de Bibracte le jeune Divico est tué, et le grand Jules n’apprécie pas du tout de constater que moult valeureux Helvètes sont tombés avec les rangs de Vercingetorix. C’en est trop!

    Rome se sent trahie par nos pas vos rudes ancêtres déjà trop mercenaires pour la bonne cause, contre les barbares païens du Nord comme du Sud, et les tortues envahissent notre belle Romandie, pays des seuls et purs et durs Helvètes.

    Ils construisent une imposante forteresse à Windisch (Brugg) pour surveiller le Rhin et les barbares envahisseurs non Helvètes de l’autre rive.

    Ces Romains se disputent entre eux à la suite de la mort de Néron, en 68 ap. J.C., nos Helvètes en profitent pour se révolter et intercepter systématiquement les messages que le Chef de légion Vitellus envoie à Rome, par messagers mettant cinq jours à effectuer le trajet. La répression est terrible, à Aquae (Baden) et “Aventicum” (Avenches) qui sont détruites et les rebelles Helvètes vendus comme esclaves. Puis un certain Vespasien habitant d’Aventicum reconstruite grâce à sa fortune devient Empereur, et arrive la Pax Romana.

    De 81 à 250 ap.J.C. les Germains sont repoussés au Nord et au-delà du Danube, ce qui offre près de 170 ans de paix aux Helvètes. En 250, malheureusement, les Romains ne parviennent plus à contenir l’invasion des sauvages Alémanes, Wisigoth et Germains, et l’Helvétie devient “Terra Nullius”. (Chose de “personne”). En 259 Aventicum tombe en mains de ces barbares. En 400 Rome quitte le Nord des Alpes. Les païens Alémanes volent les terres Helvètes, soumettent les indigènes et détruisent toutes villes, car ils haïssent les maisons qu’ils considèrent comme des prisons de pierre. À peine sortis des cavernes ils rasent des forêts pour construire leurs cabanes en bois.

    Mais grand bien leur fait de côtoyer les évolués Romands Helvètes, car rapidement ces Alémanes ayant envahi jusqu’au pied du Jura adoucissent leurs mœurs (excepté plus tard à Moutier, sauvage prestige du passage de Goethe oblige) et installent des règles communautaires de soumission presque acceptables.

    Alors qu’à l’arrière des irréductibles Jurassiens s’approchent les Burgondes de la Baltique qui prennent les bords du Léman en 403. En 407 l’immigration des Alémanes se termine et celle des Burgondes se stabilise vers 443. Encore traumatisés par la brutalité des païens Alémanes, nos Helvètes ont peur des Burgondes, mais bien au contraire ceux-ci vers l’an 500 promulguent la Loi Gombette très égalitaire entre ces chrétiens Burgondes et vrais Helvètes, dont la langue devenant française et la culture latine foisonnent, au détriment de la fourchue langue germanique.

    Et c’en n’est pas fini, quant aux frasques de ces Goths se glorifiant plus que jamais du faux droit de se prétendre Helvètes:

    Clovis le Mérovingien réunit toutes tribus Franques et son neveu Théodobert soumet enfin ces païens nordiques. D’autant plus que l’Historien Grec Agatia nous précise qu’en 552 les Alémans pillent temples et biens de l’église. À peine tolérés en-deça du Rhin et du lac de Constance, ces gueux s’améliorent un brin quand arrivent au VIIème siècle les moines Irlandais chargés de les pacifier, Saint Gall et Saint Colomban.

    En 650 les musulmans s’installent jusqu’en Valais. Charles Martel, victorieux à Poitiers en 732 repousse le nouvel envahisseur de nos terres. De 742 à 814, Charlemagne règne de manière juste et exemplaire, et ce sont à présent les Vikings qui menacent nos contrées. Le 28 janvier 814 Charlemagne meurt à 71 ans. Son fils Louis le Pieux lui succède mais n’a pas les qualités pour gouverner l’empire et à son décès, en 888 c’est la fatale division, en laquelle une moitié d’Helvétie devient le Comté de Bourgogne et l’autre offerte à l’envahisseur le duché d’Alémanie.

    Fatalement, en peu de temps l’offensif Teuton Duc Bourcard d’Alémanie l’emporte sur Rodolphe de Bourgogne. Et finalement une sorte de paix entre les vrais et les faux Helvètes est scellée par un mariage: Rodolphe II épouse la reine Berthe, fille de Bourcard d’Alémanie. Et aussi invraisemblable que cela puisse paraître la barbare Berthe est admirable, au service des plus pauvres, l’exception qui confirme la règle.

    Mais le mal est fait, l’Helvétie latine chrétienne Romande est définitivement tombée, humiliée et dénudée sous le joug majoritaire d’oppresseurs païens Alamans, méprisant plus que jamais les vrais Helvètes de souche.

    Barbares au pouvoir incapables de respect pour les bardes et les vates, dont l’absence d’abondance dénonce l’évidence d’abondance de biens et valeurs identitaires francophones indûment séquestrés, camouflés par lesdits arrogants imposteurs gouverneurs d’Helvétie. Ayant si bien jadis machiné la germanisation des origines de véritables indigènes, qu’ils ont affublé une lignée de preux Helvètes de souche du patronyme de Roth, bourgeois du rupestre coin perdu Buchholterberg.

    Mais bon, c’était ça ou Rothus ou Rothix, alors à tout prendre …

    %%%

    Ainsi, laissons donc à leur insignifiance les primates wisigoth de l’OFC et autres teutons pithécanthropes de Pro Helvetia, revenons à nos croûtons et pleurons, pleurons à la mémoire de La Suisse, si lâchement assassinée au tout début de la guerre mondiale des médias:

    suiss.jpg

    Paix à son drame.

    %%%

    Enfin, pour ne point quitter nos amis les bêtes: Ayons pour devise:

    “Qui aime chiens chats tire bien”

    Sais-tu

    Que s’est tu

    Marcel ?

    Le coq qui tant d’étincelles fit

    Que déconfits voisins importunés

    Ont en vain défié au tribunal

    Qui les débouta,

    Catapulta sur tas de fumier:

    Le coq Français

    Des excédés sous opprobre

    Est décédé ce deux octobre.

    En coq

    Au vain destin

    des petits poids.

    Alors les gars, Ali n’a ses envolées qu’au firmament …

    … Ali GNIOMINY ?

    “De bête ton la chape ôter: …”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_45f1.jpg

    “ … Même là où ça cloche: ça s’admire? ”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4dfd.jpg

    “Bien à vous: Tranches de mes roux”

    jura.jpg

     

  • PAR DONS? OÙ SONT LES C.V.?

    Espèce d’humain souillon:

    L’hygiène est planétaire!

    Nécessitant deux mains à se mouiller

    Pour débarbouiller à temps

    Ce visage que ravage et graisse

    L’atmosphère délétère:

    Cette bête face, hélas, de tirefort

    Du corps des lourds maillons

    De la chaine humaine!

    Gamin couillon:

    L’hygiène de ta Terre qui tremble

    Demande que l’on entende

    Que la propreté,

    De l’ensemble nu de l’humanité

    devenu si sale,

    Est vitale à la pureté de sa santé!

                …

    Nul inhumain bâillon

    Apposé à la face de la masse gazée

    Victime de régimes brouillons

    N’est tolérable!

    Que soient les déplorables

    Fortunés teams

    À moeurs, sous notre nez,

    D’empoisonneurs:

    Condamnés!

    Et ruiné leur édifice d’artifices

    Au bénéfice unique et à l’envi

    De la survie cynique

    D’une planète sur la sellette!

    Car sinon: Dès qu’une enfant sera adulte et réapparaîtra en compagnie de sa progéniture devenue pustuleuse: L’on continuera alors à dire: Areuh areuh Greta mère ment ?

    Grande question, cependant: Liée à la récupération et au recyclage de l’écologie: Que deviendront exactement bientôt les gentils petits verts ayant pris de la bouteille?

    La bête financière s’arrêtera-t-elle à la frontière de l’usure du climat, à avantages au profit de l’audimat attentif relatif au planétaire coma?

    Car rient les hyènes qui se moquent de l’hygiène de l’époque:

    Aussi, détournons un peu plus loin le regard:

    Le Chef Grandchapeaunoir exige powwow et moult palabres avec le gonflé Michelin Guide, lui ayant soutiré sa troisième étoile à droite après le Grand Ours mal léché! Terrible châtiment!

    Offusqué, ce Grand Chef promet qu’à l’avenir il lèchera dix fois plus qu’avant la cuillère avant de la remettre souillée à touiller en la marmite de sa tribu!

    %%%

    Casseroles, encore ? S’en est allé ce jeudi le meilleur ennemi du grand Tonton des Français. Il s’agit lors de ne point oublier l’oublieux. Et surtout de disposer de la primeur de l’annonce du décès, générant commerce des plus juteux!

    Ainsi, dès mercredi jaillit le sensationnel: “Chirac est mort!” Et illico Wikipedia de modifier son (ex)-profil.

    Et plus tard: Fake Déconneries! Erreur! Navrés! Sale farce et tout ça! “Chirac est vivant!”

    Plus tard encore, surprise: À la queue-leu-leu exhibent les médias leur décroissante priorité de l’info: “Ouf, l’on nous rassure: Cette fois-ci Chirac est vraiment mort”!

    Aussi pleurons : Demain c’est la fin du monde! Ah, non, c’est faux nous dit-on! Demain tout va bien, désolé!

    Ne le répétez pas, mais c’est qu’Euroniehouse semble majoritaire en ce moment, en la course à l’exclusivité de la révélation des effroyables dégâts survenus suite à l’apocalypse de demain.

    Ainsi donc se referme un chapitre relatif aux abradacabrantesques préparatifs médiatiques de l’info avant un grand évènement.

    Qui débuta lorsque Son Altesse moi, le 9 mai 1988, alors encore que Prince en rires, conseilla au François des Français réélu, au vu des défauts étalés de l’effilé Jacques, homme alors que la pomme des news sonne, de s’intéresser à ce qui avait été préparé à son sujet s’il avait perdu l’élection.

    Qu’ai-je donc défait-là? Le nœud diplomatique serrant les gîtes de secrets rédacteurs relâché, laissant passer des micros? Que nenni, l’abus était déjà dénoué et sans nul doute corrigé, mais l’admis Mitterrand devait d’autant plus y songer et sans doute en rager, que de découvrir les points faibles de sa campagne qu’avait concocté, prête à les exhiber, la spéculation médiatique.

    Fair-play, le franc-jeu Français ouvert au monde Président Nous gratifia de la préciosité toute particulière de l’assurance de Notre concours en sa tâche entreprise! Et voilà qu’On Nous matraque kyrielle d’hommages au Crack Chirac, qui rejoint ainsi et tente de surpasser son estimé adversaire au paradis des envolés débats !

    Ce qui, sur Terre, peut laisser à penser que l’époque de sa gestion de la France efface en excellence toutes précédentes, et ce depuis que les Présidents sont plus hauts que trois pommes, font exclusivement entre 1,89 m et 1,96 pour taille modèle.

    %%%

    Soit dit en aparté: Paix à l’âme de ce très grand amateur de tête de veau: Prion pour elle!

    Vous le savez, il n’est point coutume pour votre Poète-humoriste très ferré de se moquer des malheurs du vivant d’autrui. Mais ce décès est d’autant plus triste sur toutes chaînes françaises pour d’interminables jours, qu’il était prévu que cet ex-Chef d’État symbolisant l’oubli bienheureux inaugure le jumelage des villes de Rouen et de Bhopal. Mais à quelque chose malheur est bon, car d’ici quelques semaines les caractéristiques communes entre ces deux villes seront d’autant plus pareilles.

    Du fait qu’au début il n’y a aucun danger, pas plus que quand la flèche en plomb d’une cathédrale fond et se brise, ensuite à Bhopal on reconnaît 3’828 morts avant que ça ne passe à 25’000 et 350’000 amochés à vie, ou à Seveso en Italie, prochainement jumelée à Rouenbhopal, où il fallut sept ans pour révéler que 80’000 animaux n’y survécurent et que l’on continue à dénombrer une kyrielle de malformations humaines et de cancers.

    Mais allons, oublions un instant tout ça et concentrons-nous sur les obsèques du plus célèbre Tropézien, en lesquelles défileront des enfants de l’atoll de Fangataufa qui agiteront leurs tentacules pour un dernier salut.

    %%%

    Soit susurré en aparté qu’en matière de tordus la Suisse n’en manque point. À cet égard:

    Nous, Roi-Député du Parti Railleur, abordâmes récemment brièvement le sujet, mais ayant formellement pris acte du décès survenu le 15 juillet 1291 du Sieur Empereur Rodolphe, ayant constaté que s’opposant à l’autorité dominante en matière successorale autrichienne une trentaine de gros bras des lieux-dits Uri, Schwitz et Unterwald se précipitèrent sur une prairie pour voter en date du 1er août 1291 un supposé conforme pacte fédéral: En vertu de ce qui précède et en Notre for intérieur émettons certains doutes quant à la tenue adéquate de cette votation:

    À savoir: Cette trentaine d’individus ayant visiblement pratiqué le tourisme électoral pour se prononcer au Grütli, ce groupe a donc eu 16 jours pour effectuer une campagne et être élus en qualité de représentants de leur vallée?

    16 jours pour devenir habilités à certifier la volonté de chacun de ceux qu’ILS représentent, (en insistant lourdement sur le ILS) est égal ? Et constituer ainsi par vote le fondement recevable d’une Confédération Helvétique, sans la présence d’observateurs intègres pour certifier qu’il n’y ait eu tricherie ? Nous ne saurions Nous conformer à pareille parodie de vote!

    En l’occurrence, Nous en majesté, saisissant l’opportunité offerte par une époque où les tribunaux à tour de bras invalident après coup des votations historiques, et où tout va si bien en la juste Helvétie qu’un seul président tient encore le gouvernail sur les trois que doivent compter les trois Cours du Tribunal Pénal Fédéral: Nous opposons recours à la votation du 01.08.1291 et toutes prétentions fédérales en découlant sont évidemment considérées comme nulles et non-avenues. Jusqu’à ce que preuve soit apportée attestant que ce vote fondateur fut effectué de manière digne, crédible et indiscutable.

    Faute de s’acquitter honorablement du fardeau de la preuve dans les 16 jours, le Fédéral est prié de rétrocéder le trop-perçu d’impôts, de taxe militaire, etc, indûment extorqués sans justification acceptable à nos aïeux et à nous-mêmes durant 728 ans.

    %%%

    Ainsi, en cet univers si pervers: Comment se taire ? Comment taire que com’ enterre comment se terrent co-menteurs ?

    Bon, allez: Qu’on commente ère où commentaires (verrouillés, comme en fer rouillé tout souillé sous temps de guerre et c’est embêtant) ne sont essais guère relayés:

    Trump n'en doute pas: il mérite le Nobel de la paix

    20min.ch 

    Jean-Marie Roth Oui, vite le Nobel de la Paixrversité!

     ...

    Parlement: 3 élus sur 4 refusent de dévoiler les revenus de leurs activités extraparlementaires

    lenouvelliste.ch

    Jean-Marie Roth Plaintes, levée de l'immunité et destitution sans délai de ce 75% d'élus impunément opaques. Une démocratie directe équilibrée ne peut tolérer le refus de transparence de responsables de répartition correcte et crédible des droits et devoirs, vœux et demandes de chacun. Mieux vaut 25% de représentants intègres en tout et pour tout que de continuer à subir la loi faussée par 75% de vraisemblables fraudeurs et/ou arrosés financièrement par des entités fondamentalement nuisibles à l'évolution visible du pays.

    Darius Rochebin

    « Il faut aller au Grand Passage ou euh non comment ça s’appelle maintenant? Sinon à la Placette, enfin je veux dire chez ... » Quand tu te surprends à être comme ta grand-mère qui parlait des grands magasins selon leur noms antédiluviens

    Jean-Marie Roth "Rousseau a une plaque commémorative sur la Placette!" : C'est tout de même plus évocateur qu' ... "a une plaque sur le Manor" ! Lançons une initiative conservatrice pro-Placette contre cet affreux Manor qui n'entrera jamais en nos expertes têtes ayant connu jadis bien plus humaine appellation, et plus proches commerces.

    Alain Berset

    La sécurité des patients est une priorité mondiale dans le domaine de la santé. L’OMS lance une campagne de sensibilisation à l’occasion de la première Journée mondiale de la sécurité des patients qui aura lieu demain. La Suisse s’y associe et soutient toutes les mesures qui permettent d’assurer des soins de qualité.

    Jean-Marie Roth La sécurité des patients ne commence-t'elle avant tout par ne pas les rendre malades sous un bombardement insupportable de charges rendues, par ceux à qui profite l'insécurité rongeant le plus possible de ces patients, impossible à honorer? Parler d'assurer la sécurité du patient pris au piège infernal d'un contrat imposé qu'il n'a pas signé d'engraissement d'assurance obligatoire à coups de perpétuels rappels, juteuses sommations, coûteuses poursuites ad vitam et + ... à l'encontre de fabriqués débiteurs: enrichir l'oppresseur assureur par indigne interdiction de le quitter, et de repartir à jour en une assurance non opaque et méprisante à primes humainement adaptées enfin, causer de sécurité "accordée" en Suisse en matière de santé est un brin cynique et trompeur, désolé

    Pierre Gauthier

    Séance surréaliste au Conseil municipal de Genève, l'un des Conseillers administratifs refuse de répondre à ma question parce que selon lui, elle aurait été posée de façon impolie...

    Jean-Marie Roth Et pourtant les plus scandaleusement impolis et insultants, ces temps-ci ne sont-ils pas notoirement ces ignorants en tête de régimes bananiers coupeurs d'arbres et experts en enfumage, cherchant à inverser les rôles et prétendant se sentir offensés par les gens sensés? CQFD

    Pierre Gauthier C'est vrai que confondre l'argent public avec ses propres deniers dans le cas de Mr Guillaume B. ça laisse songeur sur le niveau d'impolitesse...

    Jean-Marie Roth Pierre Gauthier comprenons qu'il soit très à cheval sur la politesse, car avec son sympathique paternel médecin après arthrose même nos os sont polis

    Etc… etc ...

    En conclusion, ou presque:

    Un jour

    Messe éteint-ci aire à jeux:

    ...

    Se fige la gigue,

    La danse où s’encensent

    Les prodigues prodiges

    Un jour

    La digue se ferme

    Retenant l’onde

    À faconde en folie

    Et tenants de jolis termes

    À la ronde inondant les chants

    D’un public qui s’applique

    Un jour

    Sans clique qui dirige

    Et n’y pige que bernique.

    Résumé: Ce qui correctement s’énonce est supposé: Se bien concevoir, et les mots pour l’écrire: Aisément arriver aux cerveaux non privés de le lire?

    Ce qui, intelligemment s’avance est censé se bien percevoir, et les sots pour le démentir dérivent facilement vers de déments comportements, dénotant autant de croyances aveuglantes que de freins divers en l’entrain et l’attente de confiance partagée, nécessaires à ces vers qui s’avèrent engagés: À dire que lire est un plaisir qui se paie: En éveil au loisir de choisir qui sacrifier et qui défier au jeu du preux et de l’otage mage farceur, défonceur de la langue sans aise en sa gangue française!

    Ce qui, dûment, ne ment est aisément expliqué et aide austères et raides experts à s’appliquer: Cesser de se prélasser sur leurs leurres et paie: À refuser le décollage de pareille fusée du langage!

    Point de références? Qu’une révérence …

    Ali GNIOMINY ?

    “Avec l’âne: Abolis ans ?”

    Sans titre 2.jpg

    “Il hue, mine nations ?”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_9b61.jpg

    “Alors qu’en gorges pros fondent ? ”

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_a4e1.jpg

    “Creusant éphémères-ci à L’Égée ris ...”

    santorini.jpg

    “… élevés sur l’amas azur ?“

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_ae18.jpg