PAS-À-PAS DES RAILLÉS !

Hisse torts, rictus et pourris us: Aussi hèle ... Car ...

L’automne est arrivé:

Les guis se ramassent à la pelle.

Le terne chacal s’est retiré en sa caverne

Où l’accueillent à l’œil

Et le fâchent écureuils qui le lâchent.

L’automne s’est assombri, alangui,

Les deuils se ramassent à tire-d’ailes.

En cruelles campagnes

Pas de Paix!

:

Caca sous les sous-bois:

Et s’altèrent d’eau gangrénée

Les branches menées à décomposition

Sous les besoins de fennecs

Éperdus en salamalecs

Avec bédouins oints

De l’ardu langage

Des bocages sans foin.

L’automne est arriviste:

Les durs de la feuille s’amassent à la selle

Et vibrent et tonnent en canons.

L’automne est si vantard

Qu’il ravive sans retard et colore le décor

Qui fracasse ce qui dépasse:

Entonne chant méchant

Qui, sans bruit, détruit

Qui s’aventure à sinécure,

S’enlise et éternise

Pieds en le bourbier,

À la merci des liés troncs

Farcis de ronds

Et nœuds en lutte

D’aveux de …

… Demain l’automne laisse fèces,

Et sa déconne?

%%%

Frimas ou pas, délassons-nous en méritées vérités-ci si systématiques:

Être en jeté des choix artistiques ?

Bansky crée un dessin sur un mur:

C’est, de l’avis des fortunés amateurs d’Art qui se pressent à la tribune: Une œuvre d’incommensurable valeur!

Votre bon Roi-Député du Parti Railleur prodigue ses milliers de desseins sur son mur:

Ce ne sont, de l’avis des fortunés amateurs d’Art qui ici se rendent sur la Tribune: Qu’épistolaires gribouillis, ne valant ni attention ni le moindre centime à leur créateur!

Étrangeté qu’aux dés valoir : Mais retenu en échecs!

%%%

Serait-ce dû à quelque offense ou crime de lèse-gratte-papiers financiers jadis prétendûment commis? À payer ainsi sous ignorance d’instances parasites dites supérieures?

Ainsi l’union fêle la force ?

Aurions-nous eu le malheur d’écrire quelque part que “Dieu est bon” ou qu’est si “bonne” la Vierge Marie ?

Éructant ainsi le pire des blasphèmes! Puisqu’aveu de les avoir baisés !

Sans doute y a-t-il un peu de cela en la tête de linotte épiée de ces bloque-notes sur pieds.

Et puis … Et puis il y a ces autres, qui décident pareillement de tout en crachant sur le Romand, soit l’unique Helvète véritable, comme en atteste le ci-présent historique de la Suisse. Traditionnellement pas la moindre partisan ni revanchard, va de soi:

De l’usurpatrice germanisation de la Confédération Helvétique rattrapée par l’Histoire !

Remercions d’emblée les Anciens ayant participé à rétablir la vérité, et gardons une pensée bien éveillée en hommage à l’Historien Romain: Strabon, nous rappelant que “Les Helvètes honorent les bardes (poètes) et les vates (devins), et à chaque fois qu’il y a abondance de ces hommes il y a abondance de biens”.

Ce qui nous permet, au vu de l’actuelle extrême rareté en matière de véritables Poètes et Devins et du camouflage des biens et valeurs par quelques uns au détriment de tous, de constater que les Helvètes dont parle Strabon ne sont plus que de pauvres vassaux ayant à l’évidence perdu l’abondance d’honneurs dus aux bardes et vates.

Or: S’élève en nos contrées le jeune Divico, Chef des Celtes Tigurins, en guerre contre les Cimbres et les Teutons, qui humilie l’armée romaine, renvoie les soldats vaincus nus sous le joug d’un carcan. Ce qui irrite un brin Caïus Marius occupé à écraser les Germains, mais nos Helvètes et non les leurs battent en retraite en Suisse Romande.

Nos latinisants Helvètes Celtes, sans répit avec ou contre Rome faisant front au Nord à la menace de tous barbares Germanophones.

En 58 Av. J.C. nos braves Helvètes incendient 400 de leurs villages romands pour ne rien laisser aux sauvages Wisigoth et autres Teutons et notre peuple suit Divico en Gaule. César inquiet de voir nos ancêtres s’approcher détruit le pont de Rhône. Qu’importe, les nôtres pas les vôtres abandonnent la traversée de la rade et passent par le Jura, traversent la Saône en radeaux, harangués par Divico répétant “Un Helvète qui n’est pas libre est un Helvète mort”! Prémonitoires condoléances à l’époque présente.

Puis César en son “Bello Gallico” glorifie le courage désespéré des Helvètes combattant avec femmes et enfants à Bibracte, se montre clément avec les 110’000 survivants, leur offre moult semences prises aux Allobroges pour les champs de Romandie.

Par ailleurs, remercions vite l’Historien Spon nous souvenant que selon Homère vers 1’150 Av. J.C. des Troyens virent à Arpentras “dont les ruines apparoissent au-dessous de Lausanne” et Lémanus, fils de Pâris l’efféminé, friand de l’or que l’on dit abondant sous les terres de genévriers, fonde au bout du lac Genebra en 1177 après le déluge, 373 avant la fondation de Rome et 1130 av. J.C. Ensuite, Lémanus offre la région à son fils Helvétius, homme chaud, sanguin et de haute stature qui, poussé en cela par sa concubine Aventica, construit Aventicum, ville la plus belle du pays devenant capitale de la province d’Helvétie. Soit. Rendons à César son époque:

Lors de la bataille de Bibracte le jeune Divico est tué, et le grand Jules n’apprécie pas du tout de constater que moult valeureux Helvètes sont tombés avec les rangs de Vercingetorix. C’en est trop!

Rome se sent trahie par nos pas vos rudes ancêtres déjà trop mercenaires pour la bonne cause, contre les barbares païens du Nord comme du Sud, et les tortues envahissent notre belle Romandie, pays des seuls et purs et durs Helvètes.

Ils construisent une imposante forteresse à Windisch (Brugg) pour surveiller le Rhin et les barbares envahisseurs non Helvètes de l’autre rive.

Ces Romains se disputent entre eux à la suite de la mort de Néron, en 68 ap. J.C., nos Helvètes en profitent pour se révolter et intercepter systématiquement les messages que le Chef de légion Vitellus envoie à Rome, par messagers mettant cinq jours à effectuer le trajet. La répression est terrible, à Aquae (Baden) et “Aventicum” (Avenches) qui sont détruites et les rebelles Helvètes vendus comme esclaves. Puis un certain Vespasien habitant d’Aventicum reconstruite grâce à sa fortune devient Empereur, et arrive la Pax Romana.

De 81 à 250 ap.J.C. les Germains sont repoussés au Nord et au-delà du Danube, ce qui offre près de 170 ans de paix aux Helvètes. En 250, malheureusement, les Romains ne parviennent plus à contenir l’invasion des sauvages Alémanes, Wisigoth et Germains, et l’Helvétie devient “Terra Nullius”. (Chose de “personne”). En 259 Aventicum tombe en mains de ces barbares. En 400 Rome quitte le Nord des Alpes. Les païens Alémanes volent les terres Helvètes, soumettent les indigènes et détruisent toutes villes, car ils haïssent les maisons qu’ils considèrent comme des prisons de pierre. À peine sortis des cavernes ils rasent des forêts pour construire leurs cabanes en bois.

Mais grand bien leur fait de côtoyer les évolués Romands Helvètes, car rapidement ces Alémanes ayant envahi jusqu’au pied du Jura adoucissent leurs mœurs (excepté plus tard à Moutier, sauvage prestige du passage de Goethe oblige) et installent des règles communautaires de soumission presque acceptables.

Alors qu’à l’arrière des irréductibles Jurassiens s’approchent les Burgondes de la Baltique qui prennent les bords du Léman en 403. En 407 l’immigration des Alémanes se termine et celle des Burgondes se stabilise vers 443. Encore traumatisés par la brutalité des païens Alémanes, nos Helvètes ont peur des Burgondes, mais bien au contraire ceux-ci vers l’an 500 promulguent la Loi Gombette très égalitaire entre ces chrétiens Burgondes et vrais Helvètes, dont la langue devenant française et la culture latine foisonnent, au détriment de la fourchue langue germanique.

Et c’en n’est pas fini, quant aux frasques de ces Goths se glorifiant plus que jamais du faux droit de se prétendre Helvètes:

Clovis le Mérovingien réunit toutes tribus Franques et son neveu Théodobert soumet enfin ces païens nordiques. D’autant plus que l’Historien Grec Agatia nous précise qu’en 552 les Alémans pillent temples et biens de l’église. À peine tolérés en-deça du Rhin et du lac de Constance, ces gueux s’améliorent un brin quand arrivent au VIIème siècle les moines Irlandais chargés de les pacifier, Saint Gall et Saint Colomban.

En 650 les musulmans s’installent jusqu’en Valais. Charles Martel, victorieux à Poitiers en 732 repousse le nouvel envahisseur de nos terres. De 742 à 814, Charlemagne règne de manière juste et exemplaire, et ce sont à présent les Vikings qui menacent nos contrées. Le 28 janvier 814 Charlemagne meurt à 71 ans. Son fils Louis le Pieux lui succède mais n’a pas les qualités pour gouverner l’empire et à son décès, en 888 c’est la fatale division, en laquelle une moitié d’Helvétie devient le Comté de Bourgogne et l’autre offerte à l’envahisseur le duché d’Alémanie.

Fatalement, en peu de temps l’offensif Teuton Duc Bourcard d’Alémanie l’emporte sur Rodolphe de Bourgogne. Et finalement une sorte de paix entre les vrais et les faux Helvètes est scellée par un mariage: Rodolphe II épouse la reine Berthe, fille de Bourcard d’Alémanie. Et aussi invraisemblable que cela puisse paraître la barbare Berthe est admirable, au service des plus pauvres, l’exception qui confirme la règle.

Mais le mal est fait, l’Helvétie latine chrétienne Romande est définitivement tombée, humiliée et dénudée sous le joug majoritaire d’oppresseurs païens Alamans, méprisant plus que jamais les vrais Helvètes de souche.

Barbares au pouvoir incapables de respect pour les bardes et les vates, dont l’absence d’abondance dénonce l’évidence d’abondance de biens et valeurs identitaires francophones indûment séquestrés, camouflés par lesdits arrogants imposteurs gouverneurs d’Helvétie. Ayant si bien jadis machiné la germanisation des origines de véritables indigènes, qu’ils ont affublé une lignée de preux Helvètes de souche du patronyme de Roth, bourgeois du rupestre coin perdu Buchholterberg.

Mais bon, c’était ça ou Rothus ou Rothix, alors à tout prendre …

%%%

Ainsi, laissons donc à leur insignifiance les primates wisigoth de l’OFC et autres teutons pithécanthropes de Pro Helvetia, revenons à nos croûtons et pleurons, pleurons à la mémoire de La Suisse, si lâchement assassinée au tout début de la guerre mondiale des médias:

suiss.jpg

Paix à son drame.

%%%

Enfin, pour ne point quitter nos amis les bêtes: Ayons pour devise:

“Qui aime chiens chats tire bien”

Sais-tu

Que s’est tu

Marcel ?

Le coq qui tant d’étincelles fit

Que déconfits voisins importunés

Ont en vain défié au tribunal

Qui les débouta,

Catapulta sur tas de fumier:

Le coq Français

Des excédés sous opprobre

Est décédé ce deux octobre.

En coq

Au vain destin

des petits poids.

Alors les gars, Ali n’a ses envolées qu’au firmament …

… Ali GNIOMINY ?

“De bête ton la chape ôter: …”

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_45f1.jpg

“ … Même là où ça cloche: ça s’admire? ”

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4dfd.jpg

“Bien à vous: Tranches de mes roux”

jura.jpg

 

Écrire un commentaire

Optionnel