VOUS, LEURRÉS, L’AUREZ-VOUS LU ?

Que nenni; Selon l’avis des bébêtes en tête prenant, éhontées: fantasque galon et casque à boulons en salon de bottés ! Ne se lit, de poli, sied et prime au résultat que niais tas de rimes: Donc, soyons maillon de chaîne humaine des maîtres du pognon dégoulinant sur couinant Cro-Magnon des Lettres:

 

Que de fleurettes joliettes

Qu’on voit jaillir et doit cueillir,

Et que d’azur au haut des murs!

Que de terreau en le lopin

Où les lapins fuient le blaireau

Dont ils ont peur

Et sans bruit vont prier

En le terrier si familier!

Que de gui mauve

En grappes

Qui drape, en chaînes, penche

Des branches du chêne fauve!

Que de mousse douillette

Où poussent

Si mignons champignons verts

Couverts de proprettes brindilles

Qui scintillent au soleil!

Que d’ions, de rayons chaleureux

Dardant ardent focus sur l’humus!

Que de jolies mouches qui folâtrent

Sur les salies souches

Brunâtres et âgées

Où le renard s’est soulagé!

Que de séduction en ce décoré

Papillon mordoré,

Et que la mante religieuse

Est charmante et pieuse!

Que la libellule lévite

Sur le monticule limite

Des eaux et roseaux!

Que le colibri brille,

Qui butine tétines

Du sein des fleurs

Au coeur si sain

De la saison de floraison!

Que de gazouillis merveilleux

Sous les taillis!

D’harmonieux sons

En les buissons!

Quelle tête marrante

De craquante belette

Qui fait brailler

Le poulailler!

Que la raide pinède

Aide lapine à mettre bas

Loin des babines et du combat

Sa nichée de lapereaux

À cacher des marauds!

Que la Nature est sans ratures

Quand elle s’étend

Sur le printemps!

Que l’air est pur

Quand il assure

Des hirondelles les ailes porteuses

Et d’heureuses heures de vol

De cols en cols en fleurs.

Que de délices exhalent

Les pétales du lys

Quand se dandinent les étamines rosées

Et que distille le pistil la rosée!

Que la pâquerette

Croquignolette et si fluette

S’agite vite,

Sous le vent la soulevant!

Que rien n’égale

Pareil  régal, merveille,

Est évidence;

Etait vide, en ce monde sévère,

La ronde des secondes,

Avant ces vers!

Qui creusèrent-là,

Bourrèrent de fourbi

Les ébaubis esprits

Epris de naturelles,

Usuelles ritournelles!

&&&

Il n’empêche que l’oeil tarde à s’embrumer et larmoyer en lisant que notre Leuthard à la crème des Confédérés demande de se cotiser pour offrir une caserne neuve à 50 millions aux Gardes suisses du Vatican!

Certes, le Vatican est à tous points de vue un édifice en ruine mais, franchement, nos mercenaires du Seigneur sont obligatoirement jeunes et beaux: Et l’on veut nous faire croire qu’une caserne est nécessaire? Que chacun de ceux-ci en ce Saint Etat ne peut trouver chez ses prêtres bon gîte et lit spacieux?

Ah non, c’est vrai, pas avant le prochain vote fédéral de la Confédération Sino-Helvétique pour l’abaissement à douze ans d’âge de cette Garde!

Mais déjà notre Majesté vous laisse, comme ces gens du guet, à votre muguet. En l’honneur …

Ali GNIOMINY

Sur Facebook: "Premier mai rite"

Écrire un commentaire

Optionnel