• SOMMES-NOUS NÉS GRILLÉS, SANS AISE, POIRES ? ...

    ... Pour la soif de puits sans fond, puissants fonds en fusion nous brûlant, polis tessons de verre resplendissant sous civiques teams de flambeurs? 

    Sommes-nous nés grillés? Nègres dépenaillés d'écrits vains dépouillés qui pilent hauts ris, qui cons cassent (ah, lâche haine) à serfs vie? 

    J'en appelle aux doyens des Lettres! Aux êtres à moyens à la pelle! J'en appelle aux savants décevants, aux esprits pivots pris en la gangue des dévots de la langue! 

    Eh, teignes .. et foudres de naguère: N'a guère savoir éteint, ce lent foyer d'espoirs mouillés, noyés sous baratin de cas teints de cendre amassée. Assez! J'en appelle aux arts gentils .. et que ceux si rats d'intendance des Lettres paient et du lourd, pour leur absence de respect dû à leur maître as des pensées! Car :

    Maintenir haut niveau

    Et ouvrir les cerveaux

    Au sourire à nouveau

    Haut niché affiché

    Détenir les balises d’une maîtrise,

    Et sans thunes initier au métier d’avenir

    Fait de rires, d’amitié

    Et de pitié pour les ignares

    Pillards de l’Art,

    Avares fêtards

    D’investitures à l’inculture,

    Soutenir sans équivoque

    Ses prestations, et d’exception,

    en une époque

    Qui provoque qui la croque,

    La critique, décortique,

    Une époque qui se moque

    De celui qui défie, conspue

    Les corrompus acquis de philosophie

    Au secours du « Saigner pour gagner son dû »,

    Et luit, exquis, sur l’indolence cachée

    De puits de science asséchée :

    Retenir le meilleur,

    Ne punir des railleurs

    Pour leur vitesse

    Lorsqu’ils progressent

    Est solution !

    (À l’affliction d’innovateur,

    De créateur d’humilité

    Revisitée,

    De modestie qui abrutis titille

    Et émoustille tous anti-censeurs

    Avertis Penseurs)

    Maintenir à niveau,

    Ébaubir les cerveaux en délire

    du déni d’une évolution

    est Compassion !

    (Et passion de con

    sensuel, un chouia las du duel)

    &&& 

    Du reste, point n'est besoin de le répéter, vous élaborant-ci quelque nouveau volumineux Traité adéquatement intitulé : "De la concupiscence du pistachier frôlant cucurbitacées" préfigurant comme de coutume le décor de tout ce qui, encore, est à bout.

    Du fait que brique par brique en abondance se fabrique l'insuffisance qui détruit autrui!

    À n’en point douter:

    L’existence, par essence,

    est aussi belle qu’elle est cruelle :

    Merveilleuse, pourvoyeuse de phases d’extase

    et porteuse monstrueuse

    des abominations de la séparation,

    de l’annihilation des relations.

    L’existence sans distance

    Est aussi juste qu’on la déguste

    Et sans mesure quant à l’usure

    Et l’éphémère qu’elle génère.

    &&&

    Ainsi, savourez-vous présentement l'absurde le plus sérieux de la littérature qu'on temporise! Dégoulinant de bonnes attentions. Donc gare aux dits .. à bêtes! Et vive l'avis!

    Terme de l’aparté ! Juste pour le cas où, d'aventure, traînerait sur tel ouvrage (en ce support de ces temps): Assagi (ah? nada?) ... que ne soulagent que de noirs paysages : ... quelque compétent estimateur de valeurs d'infortuné nègre (condamné à perpétuité de bénévolat, jamais au black) à tirer de l'opacité du tunnel de l’aveuglement à creuser des ténébreuses finances culturelles … Ainsi :

    « Béni soit lésé lu »

    IMG_2756.jpg

    « Qui a ri haut, aime nègre attitude »

    IMG_2744.jpg

    &&&

    Et sinon, comment va votre déprime de fin d’an ? Avez-vous bien dépensé tout votre trois fois rien ?

    À l’instar de l’auteur, sans doute vous êtes-vous également offert pour 350.- un splendide nouveau disque dur et la récupération de vos données mal sauvegardées, depuis le bête verrouillage soudain de votre instrument de travail, au lendemain d’un envoi de courrier formel au Tribunal avec copies à Transparency International, à la Cour des comptes, au Conseil d’État, au Président et responsable culturel de la Confédération élevée, tiquant … un brin … dès qu’on lui demande pour exemple combien de personnes faut-il tuer pour subir si infernale forme d’emprisonnement: D’exclusion et de privations continues durant plus de 40 ans, sans prescription à 30 ans comme pour les pires criminels ? Sans espoir jamais de faire s’éteindre les relances d’actes de défaut de biens et poursuites majoritairement à caractère frauduleux, au profit de créanciers aux pratiques des plus douteuses et fondamentalement injustifiables, quant aux dégâts sociétaux qu’elles génèrent et pérennisent. Sans jamais de répit, sa vie entière, subir le châtiment de l’insuffisance flagrante de considération de sa personne et de moyens équitables concédés par des clans de parasites qui limitent la création, l’inspiration nécessaire en cette ère soumise aux crises, à coups de formulaires édifiants, ne justifiant que l’aspect pervers de leur salaire ? …

    Certes, le Fédéral saint nique holà mis à la conduite des rênes par trop lâches sur le joug jouissif du cheptel agressif des pairs qui fouettent Art et ses ventes violentent ;

    Ainsi, ce qui fut dit au fédéral reste encore en souffrance, quant à l’annulation prévue de la totalité des dettes d’individus aux efforts méritoires, victimes de l’arme de guerre politique du méthodique surendettement forcé.

    En cette attente: Est lancé l’hallali à la lie de l’imbue tribu d’insensés dictateurs ci redistributeurs. Que dépitent les mérites les choquant, leur manquant.

    &&&

    Et donc, de partout surgissent aux yeux des outragés les abus de polichinelle du vieux monde. Chacun savait pertinemment combien de libertés s’accorde indûment la majorité des représentants du peuple asservi, assujetti aux arguties de ces maîtres fabricants de lois scélérates et de foi disparate.

    Nul ne pouvait auparavant ignorer les magouilles traditionnelles, ne serait-ce qu’en ayant brièvement survolé l’œuvre de mon excellent confrère pareillement précurseur en matière de bris de tabou financier suisse, Jean Ziegler. Et soudain, l’habituel silence entendu devient intolérable, les vierges contributaires effarouchés présentent tous la facture simultanément. Il fallait s’y attendre, c’est comme ça que ça se passe entre compères et transmet durant des siècles, et brusquement ça ne passe plus: La prescrite confiance aveugle est arrivée à échéance, avec examen général enclenché du laxisme professionnel ayant permis toutes ignominies financières.

    Et c’est alors que fleurissent ci et là de nouveaux modes de contraintes, infligées aux voleurs souvent malgré eux, pris en l’engrenage des passe-droits usuels, hérités de moyenâgeux fonctionnements perpétués; Modes de sanctions comme aux États-Unis, pour ce braconnier condamné à voir douze fois en un an le film "Bambi", afin de se rendre compte du mal qu’il fit à d’innocentes bêtes.

    Splendide ! Oui ! Excellente initiative à imiter : Que les révisionnistes et autres rasés assistent chaque jour à « La liste de Schindler » et à « Shoah » durant dix ans ! Les pires barbus soient contraints à apprendre par cœur tous les numéros de Charlie Hebdo ! Les pédophiles à passer dix heures par jour à regarder du porno avec des acteurs de plus de 80 ans ! Les fraudeurs de ressources humaines et de gestion culturelle à réciter chaque semaine l’ensemble de mes 892 créations sur ce support … Et tout ira pour le mieux.

    &&&

    Or, pas railleurs: L'on nous apprend encore qu'il ne faut jamais dire "Bon appétit" avant un repas. Car à l'origine cela ne se prononçait que lorsque la nourriture était douteuse et que l'on souhaitait une digestion pas trop difficile. L'on comprend mieux la nouvelle mode consistant à remplacer "Bonne soirée" par "Belle soirée".

    Et effectivement, il vaut toujours mieux dire à une femme qu'elle est belle, plutôt qu'elle est bonne!

    &&&

    Bref: Portez-vous bien. Et surtout lavez-vous les mains! Pas que vous chopiez la maladie contagieuse d'Alzheimer, en touchant trop de protéines bêta-amyloïdes, grouillant par ailleurs sur les instruments médicaux. N'oubliez pas! À moins que ce soit déjà trop tard!

    Prions! (c'est d'un goût ...) Que ces plaques amyloïdes n'aient déjà vampirisé nos neurones! D'autant plus qu'il n'y a actuellement pour vaccin que la controverse! En ce monde où tous toubibs contaminés oublient généralement tout sur vous ...

    &&&

    Malgré tout: Bel appétit à vous : Passez de Bêêêêles Fêtes et bonnes choyez également.

    Oncques ne les vouez …

    Ali GNIOMINY

    &&&

    Pour dessert, n’oubliez jamais : « Ceci n'est pas une cuillère ratée » :

    IMAG1124.jpg

    Ni ceci un : « Trop rare modèle de cuillère athée » :

    IMAG1125-1.jpg