01/04/2018

POULS À SONDER, MESURER …

Prenez le pouls de l’opinion publique, et vous constaterez à quel point les adultes ne mesurent plus le stress qu’ils subissent de la part de leurs ados et plus jeunes encore, quand ceux-ci se baladent avec leur musique de singes à fond la caisse de résonance de baffle portative!

Par chance, la science vient au secours des assourdis. En effet, grâce aux extraordinaires propriétés de la silice, du bête sable ne coûtant rien, capable à présent, et c’est authentique, de remplacer les coûteux métaux rares composant les obsolètes microprocesseurs, grâce au remaniement atomique opéré permettant de démultiplier les puces électroniques, de matière à stocker des quantités phénoménales de données sur une cellule microscopique: Grâce à la silice le silence est retrouvé à coup sûr.

En effet, à la pointe de la recherche démangeait les chercheurs le moyen de réduire, voire annihiler, toutes nuisances sonores liées à ces diffuseurs d’horreurs musicales. Aussi, partant du constat qu’il est notoire que les gosses ne sont que des bandes de pouilleux, surgit l’idée de génie de miniaturiser à l’extrême tous diffuseurs de sons, tout en leur conservant le même volume, la puissance infernale initiale, mais dirigée vers le bas, vers l’intérieur de la boîte crânienne et non plus retentissant à l’extérieur, et d’implanter cette microscopique puce-baffle sur des poux.

Qui, s’incrustant comme de coutume dans la tignasse de nos chères têtes plus ou moins blondes, pourra diffuser sans gêne pour l’entourage toutes les cacophonies à la mode, par vibration des pattes et mandibules ancrées sous la peau. Il suffira alors à l’ado de se gratter ici ou là pour changer de play-list.

Enchantés du quantique ayant permis tel prodige, les vendeurs de CD-Rom, à Fribourg par exemple et en France, ont pris de l’avance et vous verrez proliférer ces puces sur poux dans tous les rayons.

Parents n’hésitez plus, protégez vos oreilles et faites plaisir à tout le monde en offrant vite à vos rejetons leur premier pou à sons!

&&&

Parlant de microcosme: Les Transports Publics Genevois sont à féliciter pour leur sens des affaires et la sympathique aide offerte aux Hôpitaux, grâce au micro-bus 35 allant de l’hôpital de Beau-Séjour à Sainte-Clotilde en passant par l’Hôpital cantonal, la Maternité, la Pédiatrie, …

Ainsi, à coup sûr, à l’arrêt Hôpital Cantonal, en l’absence de tout abribus, vous patienterez tremblant(e) et détrempé(e) en compagnie d’une dizaines de personnes à mobilité restreinte, terrorisées à l’idée qu’une fois que le petit 35 arrivera, après ses 5-7 minutes de retard habituel, tous ne puissent y pénétrer. Auquel cas, certains hargneux ne manqueront de férocement gagner leur siège à coup de cannes sur les concurrents.

Se pointe, ruisselant, le rikiki 35. Bondé évidemment. Mais le bétail malade n’a qu’à se serrer au maximum, culs à hauteur de visage. Le choléra au fond de préférence, les pouilleux sourdingues le plus loin possible, à deux mètres du chauffeur,

les foules de grippés invitées à éternuer autant que possible, et c’est parti. Arrêt maternité: L’incontournable maman ébaubie avec sa poussette pour jumeaux: Trop mignon: Tout le cheptel pestiféré s’écrase encore plus. Arrêt proche de Pédiatrie-Ophtalmologie, une canne blanche, un môme hurlant, un autre prêt à vomir … Et allez, plus on est de fous plus on s’écrase. Deux freinages brusques et trois bousculades internes plus loin: Aux Augustins: Deux pas sages et quelque descendent, de même qu’une jambe paraissant dûment recassée. Millimètres libérés, immédiatement repris par un déambulateur, une matrone obèse, un malotru punk odorant …

Et c’est ainsi de quart d’heure en quart d’heure puis de demi-heure en demi-heure chaque jour. Promiscuité entraînant joli lot d’énervements et râles garantis.

Questionnée sur son hypothétique contrat de livraisons de patients avec les HUG, la Direction des TPG précise que les bénéfices issus de resquilleurs sont malheureusement en forte baisse, ceux-ci renonçant de plus en plus à affronter les terribles épreuves du transport genevois. Il est donc impossible d’ajouter un second minibus, ou de remplacer cet engin par un véhicule de taille correcte, adaptée au flux croissant de passagers de la ligne en question. À très patients sortant des Hôpitaux et grâce à ce 35 y retournant sans délai.

Cependant, reconnaissant un léger inconfort subi par d’aucuns acariâtres grabataires nuisant au juteux timing établi, les TPG concèdent l’installation d’une galerie sur le toit de la camionnette. Sur laquelle attacher les asthmatiques et claustrophobes. En compagnie de brûlants de fièvre à rafraîchir. Et de longues sangles à l’arrière serviront à amarrer les patients en rééducation de la médecine du sport, qui courront largement aussi vite que ne se déplace cette roulante boîte à sardines.

Mais allons, ne poissons plus que nécessaire l’image du Siège des TPG du miel de nos louanges, et espérons que des mesures de poids sont déjà prises pour remédier à cet état de fèces dû au freinage intempestif du nombre de resquilleurs, par trop délicats.

%%%

Et au fait? En ce joli dimanche de Pâques, que faites-vous donc à lire des conneries? Sortez donc, amenez vos petits pouilleux au pied du Bois de la Bâtie. Où s’est considérablement agrandi le parc animalier, jusque dans les fleuves! Là où le Rhône et l’Arve fusionnent sans vergogne au vu de tous!

Un spectacle exceptionnel vous y attend: Des dizaines de lamentins broutant les alluvions, un troupeau de grosses vaches marines regardant passer les barges à ordures, lamentins semblant se lamenter sous le viaduc sur lequel défilent quotidiennement d’agressifs wagons emplis de chlore.

En effet, les gentils Guillaume, Luc et René, amis du petit peuple, ont récemment consacré en silence moult deniers publics à l’achat en Amazonie de ces emblématiques vaches d’eau, et à l’installation à même les flots d’un immense bassin de rétention de lamentins!

Au pays des faillis par baillis armaillis, n’ayant plus que de grosses vaches à autres truies à surveiller, il était indispensable pour le zénith de la nation, le Genevois, de disposer de son troupeau de ces ruminants-là!

Ainsi, montées en hiver à la Jonction pour brouter, ce dimanche a lieu la désalpe, où ces placides bêtes sont accompagnées pour redescendre jusqu’au barrage de Verbois où elles passeront l’été à batifoler parmi les noyés et slalomer entre frigos et vieux vélos immergés.

Amont de barrage où les bêtes sont fiévreusement gardées par le terrifiant Eric, vacher chasseur de chapardeurs Frouzes venant de l’autre versant tenter de faire leur beurre en trayant en douce le lamentin.

Mais envahisseurs repoussés par l’arme fatale d’Eric, yodlant le Cé qu'è lainô du matin au soir. Un pittoresque folklore à découvrir toutes affaires cessantes.

%%%

Ainsi, tous morveux pucés et leurs lapins de parents passeront un merveilleux après-midi en compagnie des bêtes! À chercher des œufs planqués sous les touffes éparses.

Mais attention. Jamais, ô grand jamais n’allez quêter un œuf en l’Hôpital Cantonal (et encore moins au moyen du 35)! Malheureux: Il vous en coûtera quinze francs la pièce. Dûment facturés en complément de luxe au brouet infligé par étatique établissement subventionné par nous, et couvert réciproquement par assureurs alliés.

Nous le rappelle le susdit Eric le berger, finalement pas si simplet qu’il n’y paraît: Les businessman HUG ont donc abandonné des dizaines de millions de créances dues par les assureurs, passées étrangement sous pertes. Et ces HUG sont donc mastodonte de cet État de Genève qui reverse aux assureurs 85% des primes impayées par une myriade exponentielle de citoyens poussés à la juteuse extrémité d’être mis en incapacité d’honorer l’extorsion de fonds subie.

HUG et fisc genevois payant 85% du pactole de dettes à rentabiliser au maximum par poursuites, rappels contre assurés, etc! 85% livrés à leurs alliés assureurs, après cadeau à ces derniers en date du 19.03.2013 de bonne part de 70 millions prescrits, offerts pour bonne main. HUG poursuivant indignement les citoyens en lieu et place des compagnies d’assurances nous lésant impunément, rackettant et ruinant finances, réputation et santé en toute complicité d’abus de monopole et biens sociaux. Assurances en parallèle continuant à additionner les coûteux rappels, prétendues charges, frais de poursuite, saisies opaques au détriment de leurs esclaves interdits de changer d’abuseur.

Enfin: De gros poissons ont déjà plongé, d’autres suivront, jusqu’à ce que se libère totalement le menu fretin du filet aux mailles si grossières des pécheurs par clanique cupidité.

Quoi qu’il en soit ça barde haut, le thon monte, s’agitent morues, requins, maquereaux, carpes en restent bouche bée, mais pour l’heure, gare! Hospitalisé(e)s: Le marché HUG vendant ses œufs à quinze balles l’unité, évitez à tout prix, vous étatiquement affamé(e)s, de commander en supplément de votre semblant de petit-déjeuner la bouillabaisse dont vous rêvez.

%%%

Ah, au fait: Au vu de la grande mode des véhicules autonomes tueurs, et du fait que même avec plus de 0,8 pour mille d’alcool dans le carburateur le chauffard de l’auto sans chauffeur a peu de risque de finir en prison, la micro-ligne 35 dont le dernier conducteur encore en vie vient d’entrer au sanatorium, sera dorénavant autonome.

Et modifiée de manière très économique et originale par les génies des TPG. En effet, plus besoin de parcourir 150 bornes pour trouver une prise à recharge de véhicules électriques. Il suffisait d’y penser: La batterie a été remplacée par un aquarium placé juste sous les sièges conseillés aux cardiaques passagers de la boîte à sardines roulante, aquarium producteur d’énergie durable où s’ébattent, vous l’avez ingénieux deviné, quelques dizaines d’anguilles électriques.

Geste écologique d’autant plus apprécié que, comme chacun le sait, l’anguille est appelée à remplacer tout prochainement le vieil aigle aveuglé à clés égarées sur le drapeau Genevois. Voué …

Ali GNIOMINY

Sur ce, de Bonnes Pâques à vous, et que rien ne cloche!

Que n’acceptiez de prétendre que ça:

Ce n’est pas de la faute aux gras! Fi !

IMG_7790.JPG

Et: Affaire à faire: L’entrepreneur paysagiste maritime charismatique ci-dessous illustre, eh, propose aimablement, aux autorités genevoises l’un de ses modèles de plages en kit, facilement démontables transportables et livrables dans la quinzaine.

IMAG1862.jpg

Aux Eaux-Vives celle-ci fera fureur. D’autant plus avec les activités aquatiques payantes proposées, dont la divertissante: Plongée parmi les épaves des rutilants bateaux de cossus de la Nautique! Qu’il aura certes fallu couler, afin de préserver la beauté sauvage du site!

Enfin un projet de tête qui ne finit pas en queue de poisseux.

 Sur F.B.   Mais, n’est-ce pas don?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.