08/12/2017

HÉROS QU’HABILLE LIE, QUE VÊTENT ERRANTS …

… Idole d’ados d’alors dépenaillés, d’adultes incultes et fiers d’hier, de grand-pères verts et bien mis hormis sur art légendaire, heure est là: Des noirs sur noirs souvenirs, pour sous venir à toutes chaînes où blues ondoie d’honneurs sur bas rock bourre-joie qui ne défroque, ni ne croque de provoc!

Le Salut garanti aux copains a subi des pépins et pris pas mal de pains d’abrutis: Accrocs de benoîte fuite en conduite trop à droite!

Mais, épisodes d’Humanité sauvent l’image de l’éphèbe de la plèbe franchouillarde débrouillarde devenu monstre de lustre conformiste, pour ses pairs, “paix” perpétuant en interprétant brutalité de mentalité, se prêtant à grand bruit au jeu où autrui est hors-jeu.

Et cependant: Allumons le feu des souvenirs, souvenirs … 1964: La crise en nos foyers! De partout, mères et pères explosent en chœur, les nerfs exacerbés: “Non, mais vous avez bientôt fini d’écouter cette musique de singes? Il n’a pas de voix, ce guignol gueulard, déjà que tous ces yéyés ne font que de brailler! Assez, maintenant, on veut aussi avoir notre liberté d’écouter notre Aimable ou Piaf!”

Et c’est ainsi que le gentil garçon qui vous écrit, pour bien plaire à maman surtout, se mit à ne point trop aimer les mâles prestations de ce chanteur-là; Mais le musicien qui vous l’affirme a toujours reconnu la qualité exceptionnelle des accompagnateurs dudit rauque dieu de la scène qui, à présent qu’il s’est éteint, demeurent d’autant plus anonymes faire-valoir; Eux dont le talent jamais n‘a jauni!

Ainsi va l’actualité, primant si facilement le départ de rusé cancre estompant l’immense perte de génial érudit. Dissertons-en justement:

%%%

Elle était loin déjà, l’époque où tournaient les joints dans l’avion entre Casablanca et Rio, vers ce Brésil où, d’aventure, sans jamais nous laisser le temps d’en devenir dépendants, emplissions nos narines de dodues lignes de coke, de préférence « manga rosa » ; Il y avait bien 20 ans déjà que votre bas rond-de-cuir très ferré ne touchait plus à l’opium et dérivés, ne s’injectait plus rien, mais pour lui quelques prudents snifes très épisodiques de cocaïne, n’engendrant que fatigue après, n’avaient rien d’aussi addictif que tabac ou alcool. Coke, donc, qui nous fut un jour fournie par une connaissance de fréquentations d’alors d’une proche, nous ayant invités à l’acquisition d’une dizaine de grammes récréatifs, au sein d’une glauque allée d’immeubles.

Le pas vraiment dealer, rendant service à ceux étant chers à ceux lui étant chers, ce gaillard jovial et sympathique nous fut ainsi présenté. Non sans légère appréhension de notre part, devant cet homme en uniforme ! … En ce recoin de brutal univers … Qui sort sa carte de police, étale le contenu d’un sachet sur un muret et se met à séparer, avec la tranche de la carte, des lignes de dégustation promotionnelle de son puissant produit du terroir!

Faut-il préciser que les globe-trotters que nous sommes disposons de cette remarquable faculté d’exhaler aura d’atmosphère détendue : Issue de la salvatrice fusion de sueurs froides avec la sueur de chaleur ?!!

Et tout le monde en profite, voilà qui coule de source, dès qu’en face de l’effroi : Vous envahit cet effet de dôme de l’adrénaline, cette bulle emplie d’un calme et courage vous surprenant vous-même, où vous prenez le recul duquel vous n’observez plus la scène, potentiellement traumatisante, que comme un spectateur ; Rassurante coque immatérielle, en laquelle vous protège naturelle réaction à la terreur survenant : Qui vous fait dire et agir alors très exactement tel ce qui résulte de dix questionnements à la seconde : La meilleure et plus réfléchie réponse à donner. Flottant en cet Œuf de la peur extrême, vous ne devenez plus que poussin d’espérance, et Être digne attendrissant instinctivement son sort, hormis si n’êtes que poule mouillée.

En l’occurrence: ignorant encore que, quelques années plus tard, en quittant Papeete pour Auckland l’avion décrochant au décollage et plongeant allègrement, l’espace de quelques interminables bulles d’élixir de sueurs glacées et ambiance surchauffée … nous embaumerions tout autant ... ! Ou: Une fois le tour de la boule d’eau à rikikis coins de Terre effectué, rentrant à la « maison » au-dessus de la proche Francfort, pris dans une légendaire tempête … Tout comme sur les Alpes, revenant de Grèce, paraissant avoir courroucé Jupiter et ses éclairs s’abattant sur l’appareil … Et près de Délos, sur Égée enragée, lorsqu’une partie du bastingage de la barque est arrachée par les vagues : … Livides et dégoulinant en compagnie de Témoins de Jéhovah entonnant d’ultimes psaumes … Et … Et …

Intermède pour reprise du souffle :

« Alors ? Proue est-ce ? »

bateau.jpg

«  Ou poupe honnie hier ? »

Or donc : Perles d’épouvante à peine moins consistantes : Nous voici, vers fin 1996, survolant une fois de plus l’Atlantique ; Un Monsieur se lève, part aux w-c, et ça dure, ça dure, alors que se diffuse en l’aéronef devenu non-fumeur une délatrice odeur de tabac !

L’individu finit par ressortir des toilettes, livre en main entrouvert, visiblement pour délassement durant le travail et heureusement nul autre usage.

L’ami pète les plombs, qui sue de visqueux reproches par tous les pores de l’appeau. Appelant à l’hallali contre l’irresponsable. Et tout l’avion de s’en réjouir et acquiescer !

Vaguement interloqué par imprévisible réaction publique quant à ses sacrées petites habitudes, le distingué fort flegmatique malfrat, se penche vers l’ami qui en reste muet : Lorsque cet énergumène arborant grand sourire lui offre « son » livre, à titre de calmant pour les nerfs !

L’ami le jette négligemment en affirmant : « Merci, je ne veux pas de votre merde » !

Jetons-y bref coup d’œil : C’est que c’est tout nouveau, cette merde-là, ça vient de sortir ; Et le nom de l’auteur nous titille, on n’a pas idée de porter un pseudonyme poussant aux extrapolations du style « J’endors : Messes sont… » … Et ce tire : « Presque rien sur presque tout » …

Nous atterrissons en paix. En cet état jouissif d’après le péril. Et j’ai lors découvert que la pénible affection de Droite, la carence coutumière en ouverture de cœur et d’esprit, est malgré tout dominée par certains êtres particulièrement exemplaires !

C’est donc grâce à « cette merde » que je réalise combien n’est qu’anodine, en vérité, au point de ne verser tout au plus que mélange de larmes de joies passées et peine présente, la mort d’un Immortel !

Au revoir géant ! Dormez ! Sont à présent éveillés ceux qu’avez tiraillés !

Et merci de ne les avoir jamais endormis sans même ouvrir l'un de vos ouvrages, juste à la lecture sur sa couverture de Jean Bruno Wladimir François de Paule Lefèvre d'Ormesson.

%%%

Parlant aristocrates bien moins doués: D’aucun(e)s planqué(e)s Helvètes patron(ne)s de subalternes Conseiller(e)s fédé(raux)(rales) affublé(e)s d’étiquette socialo, qui sont annuellement bombardé(e)s Chef(fe)-d’État, Président(e) de la Confédération !

Quelle abomination, en l’état, quel deuil de tous espoirs que de voir la simili-Gauche de free bourgeois venir pour un an Berset la Suisse, sous traditionnel mépris de taiseux indifférent, face à Culture fondamentale laissée pour compte au profit d’intérêts secondaires, voire crapuleux car à prédominance prioritairement lucrative.

Pour succinct rappel : Le fisc genevois était jadis tracté par une solide Micheline, déraillant, du fait que l’assujetti qui vous écrit se trouvait sous traitement médical et n’avait pu remplir sa déclaration d’insultante pitance accordée. Qui fut taxé d’office à plus de CHF-30'000.- pour un crachat annuel d’environ CHF-70'000.- Et lorsque cette même locomotive fut devenue Présidente de la Confédération, votre bon Roi-Député du Parti Railleur alla jusqu’à s’humilier à lui demander sa Grâce présidentielle, par abolition de la servitude fabriquée sous artifice des dettes manipulables à dessein ! La très couverte Madame Calme-Iran eut l’amabilité de répondre qu’une telle grâce n’était point de sa compétence. Idem ensuite de la part du Chef-d’État de même acabit d’ersatz socialiste, Moritz Leuenberger.

Et voici que ce pays réclame rab du mollasson honni, voit sa maison des arts faillis sous l’assaut de baillis, sans bouger de l’alpage d’où l’on fait son beurre, sans pour autant tout un fromage ?!

Ah, limbes, erre cet État qui lutte sous vos volutes d’opacité d’esprit jouant à miter rang des vachement plus humains qu’eux, chassant mouches amères de Droite asociale et vendue Gauche !

%%%

Tiens, parlant de microcosme: D’aucuns demeurés manipulateurs d’obscure politique genevoise ont, entre autre, rayé les 100'000.- annuels inscrits au budget 2018 pour le Club Suisse de la Presse ; Passant à la casse !

Son Directeur Mettan à réagir ! Devenu de rage trop rouge pour des PDC sous joug trivial de l’ère Blocher ! De mise aux fers en la galère éditoriale ! Où bat tam-tam à hue et dia !

jmr-bongo.jpg

Passé de sous … Le Club de la Presse va-t-il s’écraser ?

Ou, ses honorables membres vont-ils s’époumoner de concert, recyclés en ténors de l’Opéra tragique, interprétant «l’ Envol de l’oie à trois millions » ?

Tout un spectacle ! À produire rapidement, tant que subsistent encore des rédacteurs dans le pays, et une SSR agonisante pour le transmettre. Même après censure successive d’étages de médiateurs et clubs d’experts en fonctionnement de la Presse.

Sauver la Presse n’est ni vain ni saoulant ! N’ingurgitons le blanc-seing jusqu’à l’hallali, et laissons le rouge se bonifier !

%%%

Ailleurs : Arrosée sous excès de confiance mal placée, une élue socialiste se fait voler son manteau dans le vestiaire du Palais fédéral !

Tous les regards sont braqués sur Christophe Blocher et d’aucuns autres intrus fédéraux, connus pour avoir déjà pris ou susceptibles de prendre très bientôt une veste en ces lieux !

Pas de Moralité, alors? Mettan t’accule l’ère Blocher ! …

%%%

Croyez-en le futur Patrimoine culturel de l’humanité qui vous l’affirme : (Eh bien oui, quoi? Si la pâte à pizza voltigeant l’est devenue, pourquoi pas le producteur des plus féroces vacheries de Suisse?) : Une chance, en ces temps de morbidité, qu’existent encore de consciencieux fonctionnaires:

Ainsi, un policier genevois trop rapide, poursuivant de dangereux criminels, est condamné pour violation grave des règles de la circulation routière!

Déjà qu’on devrait lui décerner la médaille du mérite, pour être une telle rareté dans la profession: Soit un flic trop rapide! Et Suisse de surcroît! …

Cependant: « Messieurs les truands tirez-vous en premier! Mais, surtout, ayez la civilité de vous arrêter également aux feux rouges!

Car formelle est la sentence: « Malgré la volonté d’aller combattre l’adversaire, il s’agit d’appliquer le droit »!

À se demander si la Jurisprudence changera quand, par malheur, nos gabelous fâchés perdront leur temps, laisseront toutes les mémés en déambulateur traverser la chaussée, s’arrêteront longuement à tous stops! En « accourant » de l’aéroport jusqu’au Palais de Justice dont un engin faisant tic-tac vient subrepticement d’être déposé à l’intérieur! …

%%%

En attendant, nos forces de l’ordre se préparent aux terribles combats qu’ils auront à mener l’été prochain, en vue de musclées arrestations massives de fautives: En effet, après avoir été accepté par la municipalité, le burkini est à présent interdit dans les piscines de la ville, car il symbolise l’asservissement de la femme!

Juste! Les gamines musulmanes cesseront enfin d’être asservies et discriminées en étant interdites de piscine par 38°C!

%%%

Explosif, encore: Le plus dangereusement stupide Chef d’État du monde, puisqu’il y a « fort heureusement » pire qu’en Suisse dans le genre, décide que Jérusalem est capitale d’Israël, point c’est tout.

Mais c’est provisoire car prochainement, afin de séparer les belligérants sciemment échaudés, l’ambassade des USA en l’État juif sera transférée à Washington et celle au sein de l’État Palestinien un peu plus loin, sur les ruines de Pyongyang!

Ainsi: Veillez ogres, hein? Et longue vie aux mots, ris bons …

Ali GNIOMINY

Quand, au loin …

Hordes haut tonnent

IMAG0036.jpg

facebook.com/rothjeanmarie : « Défauts dans les pitres »

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.