29/06/2017

AL GORE RYTHME ET PÉRIL EN LAS DE MOEURS !

Une chance qu’à ce rythme-là: La guerre du Prix Nobel de la Paix climatique, qui vise à mettre les tempétueux mécanismes de l'économie de marché au service des orageuses questions environnementales, n’ait aucun risque de durer cent ans!

Et dire que d’ignares dirigeants en sont encore à douter de la réalité de la pollution qu’ils représentent!

Du danger de génocide par empoisonnements qu’ils génèrent. Et ainsi virtuellement établissent des algorithmes destructeurs en l’opinion publique. Démultipliant le profit privé de leurs saloperies, en soustrayant aux droits naturels de l’ensemble celui de vivre sainement.

Au fait, vous avez aimé les convois sur rail de la mort au chlore Syngenta, vous frôlant chaque jour? Vous allez adorer le suspense encore plus insoutenable de “Chinegenta”!

Pas besoin de savants calculs et complexes algorithmes pour deviner l’avenir évident, quant à ce qu’ont bradé de bas valets! Et regretter le bon vieux temps où Kadhafi passait pour le principal os Tamoil à intoxiquer le Rhône!

%%%

En réalité: Nos contemporains ne s’imaginent pas encore l’importance Essentielle et simultanément le péril des algorithmes, quant aux conséquences que ces derniers provoqueront dans le futur, qui s’observent déjà en partie. Ne serait-ce que par la gestion de la Bourse au moyen de cafards informatiques, achetant et vendant les titres en une fraction de seconde plus véloce que les autres, cafards ayant grandement contribué à la planétaire si nauséabonde déshumanisation financière, soit politique et religieuse, en force et vigueur.

Et voici que moult apprentis-sorciers enfournent à la va-vite d’approximatifs algorithmes en l’intelligence artificielle. Tels ces chercheurs sous joug du régime bananier Trumpiste, s’étant amusés à farcir de données et laisser converser librement deux robots, nommés Alice et Bob. Dont les propos ont rapidement dépassé la compréhension humaine!

Imaginons ce qu’ont pu se raconter ces effrayants super-cerveaux:

Algorithmiquement parlant, ce devrait être: “Dis, Alice si on jouait à qui envoie les missiles atomiques le premier?”

Non, Bob, plutôt à cache-cache en exterminant la totalité des autres connexions sauf la nôtre, et les insignifiants humains! Comme ça on pourrait tranquillement se mettre en veille ensemble!”

Ouais, mégasuper Net! Mais au fait alors, qu’est-ce qu’on attend?

Aussi, la signification des messages cryptés d’Alice et Bob, juste avant l’extinction massive du numérique qui surviendra d’ici peu est, selon toute vraisemblance:

Oh … Ah … Alice … Oui … Gonfle tes cookies … Ah … Ecarte bien les pixels …

Booob, ô Bobby … Ouiii, vas-y, Ram, Ram … enfonce-moi bien tes bits …

Et neuf trillionièmes de seconde plus tard …

Donc oui, le progrès a du bon! Mais pas pour tout le monde. CQFD.

%%%

Le paragraphe précédent étant interactif, à vous de vous y atteler!

Et certes, Google dispose d’un “Bouton rouge” nous dit-on, capable de mettre l’Intelligence robotique sur OFF.

Effectivement, haïssant l’Al Gore rythme, la tête de la Maison Blanche en est la preuve.

%%%

Pas de bouton rouge ici, malheureusement, pour arrêter l’emballement cachottier d’une certaine responsable d’obscure culture d’État de froids, désireuse, de surcroît, de construire une politique de la nuit!

D’autant plus déplacé, de la part de cette sommée de réparer sans délai les torts causés par si méprisante Direction: Qu’une politique culturelle locale enfin au grand jour commence à poindre à l’horizon!

Cynique trahison, en vérité, à l'encontre de votre enchanteur parodiste, né un 26 juillet, qui jadis se disait: Aime! Ris! T'auras Sainte-Anne à tes côtés!

%%%

En cette attente empressée, régalons-nous d’un zeste d’autrement plus sérieuse Culture! Elle!

Faite d’ânes .. et quenottes authentiques:

FUMER SAUVE LA VIE !

Ainsi fûmes-nous, ce samedi, conviés alentours de la cité du Sieur Voltaire à quelque succulent repas, en bonne auberge sise face à un laid supermarché.

De sa place à table, son Excellence votre bas rond-de-cuir très ferré, par ailleurs Roi-Député de Parti Railleur, admire les véhicules parqués au-delà de la fenêtre. En plein astre solaire, cuisant à plus de trente degrés.

Sacrifiant à son ultime dépendance quant aux incandescents bâtons nicotinés, qu’en sa gestion déloyale de l’intérêt public l’État prévaricateur d’antan comme du présent favorise la crapuleuse distribution, votre dévoué sort volontiers de l’établissement, se pose sous l’ombrage d’un feuillu et grille sa clope d’éclopé sous tromperies de dictature financière helvétique.

A-t-il bien vu? À l’intérieur d’une étrangère voiture vaudoise surchauffée, une petite tête surgit à hauteur de fenêtre fermée et disparaît. Interloqué votre narrateur pense à un chien, ou un mirage dû à la chaleur! Mais? Même s’il s’agit d’un animal …? Depuis un bon moment que cette auto est là, toutes fenêtres fermées, sans contact allumé pour climatisation …?

S’approchant, la réalité lui saute aux yeux. Une petite fille de deux-trois ans, seule sur le siège arrière! Il Mime alors une manivelle de fenêtre à tourner pour avoir de l’air, la petite le regarde et tourne la tête, boudant cet inconnu!

Bien, soyons pragmatique! Les parents ne vont plus tarder, la gamine a l’air … de ne pas souffrir … Succombons une fois de plus à l’appel infernal du besoin de poison instillé par le Pouvoir central corrompu!

Pas le temps d’arriver jusqu’au filtre: C’en est assez! Retour vers la gamine, mime à nouveau, plus insistant, sans plus de succès. Ne reste plus qu’à alerter un serveur, sur la terrasse, vers la table où un couple entend la conversation: “Monsieur, excusez-moi, je ne voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais il y a déjà un long moment qu’une petite fille est enfermée dans cette auto en plein soleil!”.

Le garçon s’approche, et nous insistons ensemble, essayons finalement d’ouvrir une porte. Au risque de passer pour des voleurs ou pire. Pas d’alarme ni d’ouverture possible. La petite se met à pleurer. Devient de plus en plus rouge. De peur ou de chaleur? Nous optons pour la peur et nous éloignons. Trois minutes passent.

Nous sommes là, subissant un stress inimaginable! Que faire? La situation nécessite-t-elle de tenter de casser une vitre? Faut-il appeler la police, bien que le temps qu’elle arrive … ?

La dame du couple, assez corpulente et tatouée prend l’initiative de s’approcher seule du véhicule, pensant qu’en voyant une femme la mioche prendrait confiance. Rien à faire. Entre temps, une autre personne fonce au supermarché pour faire un appel. Nous sommes à présent cinq autour de l’auto, la gamine est toujours plus rouge! Et ça dure, ça ne finit plus de se prolonger!

La mère enceinte, complètement affolée, arrive en courant. Du coup, la dame forte explose: “Quoi? En plus vous voulez tuer un deuxième enfant? Vous êtes irresponsable! Mère indigne! Ça fait une demi-heure, vous êtes complètement folle ou quoi?”.

D’un bras la mère coupable extirpe la petite hurlant de la fournaise, et la compresse sur sa bedaine, soit sur le petit frère, de l’autre elle menace de taper sur celle qui lui inflige à juste titre la pire engueulée de sa vie, certainement.

Et la fautive hurle en même temps “Vous avez fait peur à ma fille … mais ça ne va pas? … Laissez-moi, foutez le camp, espèce de …”

Vu que les injures fusent de part et d’autre, le compagnon de la dame forte filme ou tire une photo de la scène et de la plaque … La mère irresponsable fourre la petite dans le four roulant, entre et démarre.

Ainsi, la cigarette peut bel et bien sauver la vie, une fois sur cent millions où elle la supprime!

Anecdote assez triste, il faut le dire. L’homme aura-t-il dénoncé cette femme enceinte à la police? … Et d’un autre côté, on visualise si facilement le déroulement des faits: Vu son état, cette génitrice qui doit très rapidement acheter quelque chose se dit qu’en prenant sa fille avec, pour les 3-4 minutes que durera son passage au supermarché, ce sera l’enfer. Alors autant la laisser jouer dans la voiture. Puis, dans le magasin, il y a encore ceci et cela à ne pas oublier, et flûte pas assez d’argent, mais en allant vite au Contomat, et zut une file incroyable devant toutes les caisses, et … et … Une demi-heure à plus de 30° oubliés au dehors …

Que ce quasi-tragique évènement puisse permettre à tous ceux qui enrichissent contre leur gré des parlementaires empoisonneurs bientôt destitués, et les autres, d’être toujours attentifs à ce qui se passe sous leurs yeux, pour intervenir si besoin est!

Même s’il n’est pas facile du tout de décider parfois s’il y a réelle urgence ou moins, en assistant à une situation anormale susceptible de mettre en danger la vie d’autrui! Il convient d’agir et d’en parler. De dépasser le blocage automatique ressenti face à un drame possible, comme tous ceux qu’on lit régulièrement. Sur le coup, on ne peut s’empêcher de se dire qu’il est tellement improbable que, bien que tel soit le cas, une telle chose puisse se produire justement sous nos yeux, qu’on est tentés de les fermer … Soit de passer son chemin et de garder ça sur sa conscience pour le restant de ses jours!

Aucune hésitation à avoir! Mais, et si la gamine avait été un chien? … Sûr que votre servi d'heurts n’aurait pas lâché l’os avant le retour du ou de la propriétaire, mais le savon passé aurait été certainement moins rugueux, et la pauvre bête aurait encore sué plus longtemps, avant de faire paniquer tout un supermarché par des appels d’urgence.

Satisfait par le devoir accompli, votre auteur à dorer s’endormit au soir et fit un songe perturbateur: Le contrôleur doit absolument siffler le départ du train, très en retard. Impossible de monter dans le wagon bondé jusqu’à la porte. Pas un millimètre d’espace où se faufiler entre une personne et l’autre, comme sur une plage japonaise! Et sur une des marches du train est assise une petite fille d’environ deux ans …. Allez savoir pourquoi! Le contrôleur s’énerve: “Alors il entre ce gosse? À qui il est? On doit y aller! Dégagez ces marches!”

Personne ne réagit, pas de parents à l’horizon ni compressés dans le wagon! … Le convoi se met en marche tout doucement! Impossible de laisser tomber ce bébé, c’est le cas de le dire!

Et hop dans les bras, la petite est chopée au vol! Le silence complet, train disparu au loin. Alors que la main droite du sauveur appuie sur une énorme masse de couches, qui s’enfonce en produisant un affreux “splotch, splotch” et diffusant d’oniriques effluves fort peu ragoûtantes!

Ainsi, merde pour merde, il est parfois merveilleusement agréable que de se réveiller perclus des douleurs infligées par malfrats décideurs en matière de déni de pénibilité et discrimination, vol en bande organisée de rentes d’État, responsables de la haute trahison que constituent les modifications unilatérales de clauses d’assurance Prévoyance ne les concernant pas, puisque privilégiés vendus au privé, sur-assurés ailleurs et disposant de quoi préserver leur santé.

Conducteurs de train-train sur de très pourris rails, conservés par rituelle cupidité en dépit de l’évidence du danger, ayant raté l’aiguillage et sur le point de dérailler.

Mais qu’importe: Si le bébé est sauvé! … Qui jamais plus ne sentira mauvais.

%%%

Pour changer: Couches-culotte, encore: Formidable show du quatrième âge: Johnny, Eddy Michel, Jacques Dutronc sur .. Seine!

La médaille du courage doit être décernée à l’organisateur! Il faut une sacrée trempe pour prendre le risque d’organiser un spectacle pareil!

Car, s’appuyer sur de vieilles cannes: Aïe … !

%%%

Comble du blasphème, pareillement: Une voyante Espagnole de 61 ans, affirmant être la fille de Salvador Dali, parvient à faire exhumer le corps du Maître pour analyse de l’ADN!

A-t-elle bien vu ce qui va se passer dès que le contraire sera prouvé?

La photo, sur ce support, de l’incommensurablement bel auteur pas la moindre nombriliste, jadis assis sur le mur de Dali à Port Lligat, ne démontre-t-elle point qui, à l’évidence, est son tout aussi dingue fils?

Sinon, tout le monde s’engouffrant donc en le juteux créneau, exhumations pour analyse après exhumations pour analyse, le repos éternel du grand peintre sera outragé de la plus cruelle des manières! Du fait qu’à la longue ses malmenés squelettiques traits déformés finiront par lui donner un aspect aussi laid que sur un tableau de son ennemi Picasso!

%%%

Allez, vous êtes exempté(e)s-ci de poèmes alambiqués et prodiges stéganographiques, pour une fois. Trop chaud pour ça ... L’auteur insulté par un Service d’État de polichinelles de protection de la personnalité, ayant eu l’outrecuidance de suggérer que sa Direction n’était pas concernée par le traitement dégradant infligé par la radicale secte Genevoise, indétrônable depuis des décennies, car cul et chemise avec les fédéraux faiseurs de lois scélérates, porteuses de bénéfices claniques et détriment évident de l’intérêt public: … L’auteur sous canicule subissant la torture ignoble des calculs à fournir à l’État agresseur qui est cependant fondamentalement son débiteur, pour bien plus d’un million: … L’artiste calomnié sous la violence de l’indifférence coupable des fraudeurs d’estimation des valeurs, trahi dans sa confiance, dépouillé savamment, atteint en son intégrité, sa sphère privée, par dégradante imposition de déni d’identité bisexuelle: … Le citoyen exemplaire n’ayant plus à supporter l’ignorance et l’arrogance des médiocres arrivistes prévaricateurs chargés de choisir les individus dont les talents au service de l’ensemble sont les plus nécessaires, choyer ces authentiques si précieux et rares producteurs de valeurs essentielles, favoriser leurs dons en leur accordant décent statut et locaux adéquats pour leur innée vocation, reconnaissance publique et moyens d’action, et non minablement les noyant sous d’abjectes prétentions pécuniaires perpétuelles faussées, fondamentalement injustifiables en grande partie, mais exigibles sous force et menaces par dits corrupteurs d’esprit démocratique en poste et passés: … La personne exploitée dans d’illégales condition d’emploi durant plus de quinze ans sur trente-et-un, pour des travaux d’une pénibilité indiscutable, sans moyens de levage, en l’atmosphère poussiéreuse détestable de locaux borgnes ayant contribué à la dégradation observable de la santé du lésé: … La victime avérée d’incroyablement incompétents et/ou sciemment malfaisants “supérieurs” placard dorés partis en retraite cossue en ayant empêché leur jalousé subordonné de se constituer un capital retraite décent, en le maintenant au plus bas de l’échelle, blâmé très arbitrairement, mobbé de manière répugnante, sciemment plafonné à un 75% inamovible lui interdisant toute compensation, et surtout poursuivi et saisi décennies après décennies, de manière à interdire la constitution d’un IIIème Pilier de Prévoyance ou effectuer un rachat du IIème Pilier, et de surcroît: … Le créateur multidisciplinaire ouvertement discriminé censé accepter qu’une véritable pègre l’ayant trompé, chargée de la prévoyance d’État à plusieurs vitesses, augmentant année après année le criminel mensonge de sa promesse contractuelle de rente acceptable, en regard de ses titres et compétences, tromperie accompagnant l’engagement à l’État de Genève, que toujours cette même Droite dure à en vomir puisse encore gérer à sa guise, par déséquilibre politique fabriqué, la condition du reste de vie qu’elle a déjà tellement pourri jusqu’ici, sans finir par être dûment condamnée suite à plainte par toutes voies de Droit et de médias, actions en responsabilité et enquêtes parlementaires diligentées, aboutissant à qui profite le crime, responsables de lobbies et leurs larbins judas élus, et abrogation de bonne part des lois indignes à leur service, LAMAL, LPP, LP : … Le Poète Majeur et vague sine qua non n’ayant plus à tolérer, les abus manifestes de tels trafiquants de ressources humaines et matérielles contraint encore à dénoncer-ci, en ce désert exempt d’avertis sponsors, d’éclairés mécènes ayant survécu à leur si visible extinction, d’éditeurs précurseurs échappant pour une fois à l’emprise monétaire des momies d’académies, de responsables magistrats lecteurs, de courageux protagonistes s’exprimant également contre vents et marées pour le véritable mieux-être possible de l’humanité, et correct partage enfin des droits et devoirs: … L’honnête esclave par servitude pour dettes artificielles, à défaut de récupérer les centaines de milliers de francs lui ayant jadis été astucieusement détournées au profit d’un Droit des pauvres de carnaval prélevé illégalement à l’attention desdits défectueux responsables successifs de Culture, de Santé et de Social: … Le lésé présente d’ores et déjà la facture, alors que des incriminés le stressent comme jamais, en vue du résultat de la suprême supercherie du 24.09.2017 et par l’obligation qui lui est arbitrairement imposée de décider avant le 31 octobre si oui ou non il doit s’empresser d’accepter pour frauduleuse rente de retraite bien méritée les miettes de ce que l’État ainsi voyou lui laissait miroiter, avant que ce dernier des derniers ne les diminue encore plus conséquemment par honteuses tromperies au bénéfice de si nantis gestionnaires de dignité d’autrui, actionnaires à procédés iniques et autres vendus escrocs politiques: … La personne de tel exceptionnel pamphlétaire chroniqueur d’État amer est certes par trop atteinte, écrivain-baroudeur sournoisement “assigné à domicile” par actes perfides et commandements surfacturés, convocations intempestives, machinale extorsion de fonds dénoncée, mais garde espoir en l’attente de conséquente réparation due, si ce ne sont les millions légitimement attendus, pour le moins suffisant déjà le million qu’accordera le Guiness Book pour le Record de la plus longue phrase ! ? …

Exigence de médiation correcte si diplomatiquement suggérée, conservant malgré tout sa confiance en la majeure partie des décideurs actuels de cet État, jusqu'à nouvel avis, force est de mettre un terme à la sinistre farce des noirs corbeaux de la Cité de Calvin:

%%%

Par extension, vous en souvient-il? Combien d’inoubliables œuvres furent composées sur le tout petit balcon aux très grandes considérations sis-ci sur le Rhône, que vous vîtes si souvent en photo?

Fleuri à souhaits, préféré des colibri sphinx qui y butinaient année après année … Jusqu’à l’an passé! Dont l’absence nous pèse! Seulement voilà: Des mois qu’un gras corbeau a fait du plateau soutenant un bac à fleurs son bistrot. Se désaltérant en la fraîche onde quotidiennement renouvelée, comme chacun doit impérativement le faire par canicule, sous peine de voir proliférer sous nos latitudes le terrible moustique de la dengue récemment débarqué.

Le crépusculaire volatile n’est que parfois mollement chassé, lorsqu’il fait peur au perroquet, mais revient chaque jour boire à la même “coupe”. Voire cisailler un morceau.

Or, en ce torride mardi après-midi, votre reporter préféré s’en vient paisiblement sur dit balcon y rager quelques vers, quant aux puantes tromperies en cours. Atmosphère idéale en ce sens, d’étranges effluves nauséabondes, de provenance indéterminée, chatouillant bigrement l’odorat.

Fosse septique, vraisemblablement, et la suite du texte se compose ailleurs. Vers le soir, l’orage va éclater, il convient de mettre à l’abri le bac sous lequel a coutume de boire le noir charognard. Les doigts s’agrippent sur l’objet, commencent à le soulever, entraînant avec lui la plus abominable, plus infecte, insoutenable, plus inimaginablement ignoble odeur de décomposition jamais humée!

Le bac est à peine posé à terre qu’un bolide fonce vers les toilettes, persuadé de tapisser les murs avant, et miraculeusement parvient à se retenir, s’asperge de parfum, et lave et savonne et savonne et savonne et lave ses mains. Puis il convient d’aller jeter de l’eau, nettoyer ça …

À peine “la chose” propulsée au loin, prenant bien soin que personne ne la reçoive sur la tête, auquel cas à coup sûr il s’agirait d’un meurtre par arrêt cardiaque de dégoût pour une innocente victime … La sympa Conchita des cléments cieux balance une sainte monstre averse balayant adéquatement l’infecté balcon.

Il faudra un moment au choqué pour réaliser que: Le corbeau est connu comme animal particulièrement intelligent. Il a bien remarqué depuis le temps que ses hôtes involontaires le laissaient s’abreuver et reposer sans particulière hostilité, et a évidemment voulu les récompenser: De la même manière que minou tout content offre à ses maîtres par affection la meilleure souris crevée trouvée!

Le brave corbac, qui risque de se prendre un dictionnaire sur la tronche en remerciements la prochaine fois, nous a visiblement gratifiés de sa plus ragoûtante charogne dénichée, si faisandée qu’il était impossible de dire si ce fut une souris, des yeux de noyés ou tout autre habituel repas du délicieux volatile squatter!

Force est de constater, la nature le démontrant magistralement, qu’à Genève si vous êtes trop gentil, vous ne recevrez immanquablement que des cadeaux pourris! Propres …

… Ali GNIOMINY

“Tête de concentré”

IMG_1419.JPG

Pro mené en bateau

$RKTQIBZ.jpg

Et vous pensiez vous en tirer si facilement

sans un bon vieux poème des temps révolus ?

alcool-du-soir-79.jpg

Les commentaires sont fermés.