20/06/2017

APRÈS VOTER : L’HALLALI EST-CE ? DE MOUS TITILLÉS ?

Bien: La libération de Moutier c’est fait! UDC & PLR ayant si dûment torpillé ce scrutin ont accusé le ricochet de manière correcte, ça arrive! Retour de bâton grâce aussi au copain Marcel, le petit Marcel de l’autre côté de la gare, devenu l’un des plus grand maires de l’Histoire.

Si grand que tu es parvenu sous les feux de la gloire à retenir tes larmes jusqu’au bout, contrairement à moi. Tout est repassé d’un coup, sans un pli: Décennies de combat comme celui de mon père, important personnage de la Prévôté ouvertement déclaré Jurassien avant l’heure, entouré et surtout exploité professionnellement par une immense majorité de Pro-Bernois. Roi des bons types qui, record de dévouement à de multiples associations, avait dû sauter par-dessus le capot d’une voiture lui fonçant dessus, avant son incompréhensible suicide.

Géniteur devenant rouge vif en recevant continuellement du courrier de Berne en allemand, du fait d’être affublé du patronyme de Roth! Et pire: De la douteuse origine aléatoire Bernoise de Buchholterberg, le mont des hêtres, comme par hasard siège des grandes oreilles suisses, ainsi que le détaille l’une des œuvres majeures sur ce support.

Paternel, comme fiston se sentant, se sachant d’origine fondamentalement Rauraque! Au pire Argovienne ou Bâloise serait encore passé, vu la proximité d’Augusta Raurica: Mais … Bernoise? …

… De cette ethnie-fantôme, invisible, sournoise, entretenant la plus rigide et séculaire loi du silence permettant tous abus cachés entre potes, toutes fraudes en douce entre alliés? Non merci!

Bref, Marcel, je ne vais pas te demander de me faire accorder l’origine véritable et (com)bourgeoisie de Moutier, ça foutrait un peu la merde et surtout de tels procédés entre fumiers n’ont plus cours depuis longtemps en l’irréductible cité. Mes meilleures pensées et félicitations pour son excellent travail de deux décennies à Maxime également.

Au fait: Je ne me souviens plus si tu venais parfois avec nous, pour la descente en luge de la montagne de ta cité? Ou alors quand nous gravissions les champs enneigés derrière la Burri, seaux d’eau à la main chaque soir d’hiver, pour geler la piste de bob du Kamikaze, se terminant vers l’école Prévôtoise pour ceux qui n’avaient pas raté le contour sur la bosse.

Et le grand jour de la course, t’en souviens-t-il? Tous les gagnants participants recevaient de faramineux cadeaux offerts par mon père, allant du Carambar jusqu’au livre illustré!

Que Puisse notre belle Prévôté Jurassienne vivre enfin mieux à présent. En tentant d’oublier les rancœurs, et de supporter au possible les séquelles irrémédiables ne pouvant s’oublier, nécessitant devoir de Mémoire de Berne et compensations, traumatismes laissés par traitement dégradant de l’oppresseur germanophone protestant sur nombre de générations de lésés francophones.

Alors que cette Berne plus méprisante que jamais annonce qu’elle ne fera aucun cadeau au Jura, en ce qui concerne “ses” bâtiments sur sol Prévôtois que devra racheter le Jura !!!!??

Mais qu’est-ce qu’ils racontent, ceux-là? Comme si tout le monde ne savait pas à présent que ces constructions sont sises sur sol Jurassien? On prétend que leur fosse aux ours nous appartient, nous??

Et quelle lapalissade: Comme si Berne avait une seule fois offert le moindre cadeau au Jura ou à ses propres sous-citoyens à préférences Jurassiennes? Ou tendances non-conformes à ses détestables règles néo-luthériennes inquisitrices?

Mais: Ai-je bien tout compris? Quelques vieilles magouilles entre casques pointus à Vienne, une germanisation sectaire intensive de force infligée avant le début du XXème siècle, on rafle les terres, domine les devenus serfs, envoie leurs gosses aux porcheries, les terrorise et dévalise durant 203 ans, les rabaisse, culpabilise, marginalise, les fait payer et payer encore et construire moult structures publiques: …

Puis ces jadis asservis: Prévôtois Jurassiens de toujours et d’à-nouveau: Devraient encore débourser comme du temps du racket Bernois ???? Casquer en victimes à répétition pour ce qui est d’eux, à eux et sur leur terre? Et quoi encore?!

Tu montreras qui est le maire, Marcel, à ces sales gosses qui nous ont tant bernés, et tu vois, tu es pour la paix d’essai, moi pour l’Extrême-Centre-Gauche du Parti Railleur, et jamais nos relations n’ont été gelées ni ne le seront, puisque nous avons tous deux glissé vers l’ouverture à autrui et le dialogue, et non l’enfermement clanique prescrit par silences entendus, qu’il nous fallut subir. Montrons l’exemple chacun à notre manière.

Mais, en politique comme en religion, nous observons pareillement combien il est inadmissible de répondre à l’intolérance par l’intolérance. Sauf pour un humoriste parodiste pamphlétaire. Détrônant à tout-va les collages usés des bandelettes de momies d’académies, et autres nids d’aveuglés responsables de culture, politique et spiritualité fantaisistes.

Cependant, on le voit ailleurs, dès le moment où des fanatiques anti- commencent à répondre aux assauts de fanatiques pro- par les mêmes moyens criminels, il s’agit bien de terrorisme aussi, et mise en danger de guerre civile et religieuse. Donc, pas question.

Surtout quand d’autres fanatiques encore affirment qu’en attaquant une religion ce sont toutes les religions qui sont attaquées:

Toutes religions attaquant par ailleurs l’intégrité et la libre-pensée de l’individu ont beau jeu de faire ensuite considérer dans le même sac comme dangereux “attaquants” l’ensemble des pacifistes athées dénonçant à juste titre les méfaits de ces pompes à fric obsolètes croyances et pratiques. Exclus par omerta qui jamais ne feraient aucun mal à leur prochain, bien au contraire. Il s’agit de bien distinguer où se situe la racine du danger, qui donc modère les absurdités en cours et qui les protège!

Allez, l’ami, bon courage, je te laisse à tes tâches des plus sérieuses. À commencer par rendre enfin utile à la communauté cette Montagne de Moutier malfamée, en y installant quelques centaines d’éoliennes et un joli parc d’attractions éducatives, parsemé de toblerones, mines sinistres et casques cloutés.

Et légaux? Là, sous les Golats: Que ces légendaires bidons de cochonneries de la Grande Muette du temps des moustachus, débordant disaient nos anciens jusqu’en le souterrain rebouché des temps immémoriaux aboutissant sous le Temple?

Stp, Marcel, tu leur rends leurs chers déchets illico, si ce ne fut déjà fait. Une source importante sourdre sous les Golats, qui abreuve bonne part du Jura du côté d’Undervelier, si mes souvenirs sont bons. Il serait du plus déplaisant effet qu’en la paisible grotte de Sainte-Colombe du Pichoux un miracle soit adoré, car l’eau fait soudain pssssschhht et a un goût de gaz moutarde! Annonçant qu’étant montée au nez des agressés Jurassiennes et Jurassiens bien trop de foi … Provoque époque d’apocalyptiques nausées.

Mais, bordel: Je ne suis tout de même pas déjà le dernier vieux dinosaure à connaître comme sa poche cette jurassique forêt de sous les Golats, où s’ouvre le condamné souterrain devant lequel l’on consumait bien dix-huit joints à la fois.

Esseulé dont le grand-père et amis contaient prudemment ce qu’ils avaient vu enfouir, avant le prétendu éboulement partiel ayant fait un mort, clin d’œil à l’appui!

Antre Underground qu’il pourrait être précieux d’investiguer pour l’archéologie, voire le tourisme, les cultures de champignons, ou caves à poison de luxe dont je me délecte de l’abstinence absolue depuis 19 ans …

… Voire toboggan train-fantôme, avec plein d’horribles scènes de l’emprise Bernoise passée qui vous sautent au visage: Ordres de marche qui vous frôlent, contributions insultantes, féroces grenadiers et pavés qui volent, terrifiant Fritz des Rangiers, hordes de sangliers avant de rencontrer leur Obélix … Afin que nul ne puisse dire un jour qu’il ne savait pas.

Et au bas du Graitery, où nous malmenions les motos, qu’attend-t-on pour instaurer là: Cross de Saint-Germain?

Donc je rigole encore quelque temps au bout de ce lac, histoire d’exiger on ne peut plus sérieusement des dynasties Genevoises qui ont pourri quarante ans de ma vie: L’adéquate réparation des multiples dommages causés, et je viens m’occuper en terre libérée, des Bernoises racines souterraines persistant d’aventure à creuser sous la solidité de notre sacré terreau cher à Goethe! Toléré Teuton, puisque de simple passage.

Ainsi je pense … En toute logique … Comme tout Poète-baroudeur d’exception qui se respecte, même si snobé par ânes surannés, et bien-aînés éditeurs confus ne pouvant plus me mener par le bout du nez: Que prochainement les Muses n’aimant les ruses qui m’usent, pourront cesser de me souffler, entre autres:

PAS LE DROIT D’ÊTRE SOI

Ni de naître sans passe-droits!

À sang-froid face aux “maîtres” à la masse!

Pas le droit de place à soi!

Pas de soie sous les fesses:

Que promesses sur la croix!

Pas le droit d’être bon:

Pas de pardon!

Pas le droit d’être soi, à faconde:

Venu nu au monde: On DOIT !

On nous noue le bâillon,

Vêt de haillons campagnards pour bagnards,

Sans raison

Ni maison à soi

Et privés d’arriver à racheter le prix

De la lâcheté d’esprits tordus du passé

Ayant ramassé

l’élémentaire parcelle existentielle de terre

Dont tout assujetti

Non abêti natif a droit

Et ne payant pontifes!

Pas le droit d’être craint innocent souverain,

Dénonçant les parrains indécents

Des sans-terre

Nés sous critères erronés

D’égarés Confédérés,

Faits pour errer sans sol

Par cols et vaux où dominent

Mols cerveaux à combines!

Pas le droit d’être en froid sec

Avec propriétaires à délétères us,

Usurpateurs dits détenteurs

De nos lopins de terrain,

Entre radins copains,

Et biens fondamentaux

De citoyens de rien,

Dont le jardin fut saccagé

Aux âges barbares

Par increvable diffus Pouvoir

Coupable du: Tout avoir:

Où l’on se vautre en privant l’autre!

Pas le droit d’établir d’humaines lois:

Soit d’affaiblir haines

Et délires de rois du pire!

Pas de droit d’être soi qui

Oncques ne DOIT

À quiconque:

Que Respect réciproque

Qui ne moque les aspects équivoques

Des sans-droits Suisses,

Sous le joug de milices

De chambres à membres

Faisant le lit d’incessants conflits,

Ne laissant le droit

De n’être que soi:

Et de naître sans passe-droits

De baillis ayant failli en ce pays

Qu’ils trafiquent

Brique par brique volées

Sous toit décollé de conquis

Qui n’y ont droit,

Si abusés par ces rusés

Malsains dévastateurs,

Conservateurs

De leurs larcins!

Pas le droit d’être soi!

Devoir

De voir débarrassées

Des iniques édifices

De la malice clanique:

Les terres de nos pères

Détroussés!

Droit d’être exaspéré

Prévôtois Jurassien

Chez les siens considéré!

Libéré

De discourtois arriérés

Bernois, Genevois …

Jeux de Lois!

Et dépit! Paix!

… Ali GNIOMINY

PDC: Dis-donc encore, cher Marcel, tu comprendras qu’à présent je pense revenir au pays pour partie de mes vieux jours, une fois récupéré ici ce que réelle omerta et gestions déloyales aggravées m’ont volé, mais je ne dirais pas non de pouvoir conserver ce spectacle sous ma fenêtre.

Tu crois qu’en mettant enfin au boulot les nantis apôtres de la Berne détendue restés sur territoire de la commune Jurassienne, ça mettrait combien de temps la construction du canal de la Birse au Rhône?

bateau-rhône.jpg

Mais non, c’est de l’humour voyons, une fois Genève redevenue Jurassienne comme elle n’aurait jamais dû cesser de l’être, à Lyon ou pas loin s’arrêtera à coup sûr le légitime territoire Jurassien récupéré.

Au fait Marcel, ton ex-homologue Barazzone que j’ai oublié de remercier m’avait demandé de m’adresser à son successeur maire Pagani, eu égard au barbecue que nous menacions d’aller organiser dans l’Hôtel-de-Ville, si les autorités laissaient plus longtemps les fêtards baigneurs sous nos balcons nous polluer aux grasses fumées et rap à fond vingt heures sur vingt-quatre: Dis-lui merci de ma part, lors de l’un de vos papotages entre maires, il y a du mieux.

On a atteint un seuil de surdité ne nous permettant même plus de bénéficier à l’aube du gazouillis fracassants des containers à verre sis ci-bas! Mais il y a du mieux, notre jolie jeunesse n’a de cesse d’être impolie, donc se porte bien dans la meute, pisse de plus belle contre la porte des garages, mais en un seul ruisseau à droite à présent; Il y a du mieux, depuis qu’on les surprend par devant à gauche en les aveuglant à la lampe de poche, ça les soigne et apprend à coup sûr à laver ensuite leur caleçon. Il y a donc du mieux: Aussi merci tout de même aux malaimés costumés modérant les ardeurs.

Et maire-ci maires-là, mes amitiés. Quand reconnaissez l’injustice et la combattez!

Les commentaires sont fermés.