21/12/2016

NUL N’EST PRO-FOIRE EN SON PAYS !

Il y eut Gainsbourg barré, Gainsbarre bourru bourré, il y a le sobre face hélas à l’opprobre : Le vertueux ! Et il y a eux : œuvrant à rançonner marrants sonnés !

Il y eut le fou, l’atour touffu des tout confus paradis des temps jadis : Il y a le dingue à bringues multilingues qui se distinguent ! Il y eut provoc en chocolat : il y a choc au scélérat toc de l’époque !

Dur ! Sûr : C’est en messes qu’errent hères qui, mesquins, quêtent air miné à poli halo inné sale, teint banquier maniéré, à flairer affairés et ferrer baratin des pantins du gratin et crétin fretin !

Nés pour veiller à payer : à n’éveiller, vaillants : Vies ! Assouvies envies ! Valeurs heureuses et qui libres, élèvent fibre de rares arts, denses sciences sûres, statuant sur tuants truands de l’Estime se ruant sur l’abîme : Abîmant sans radis érudit famélique en troc, croquant croquants, choquant chauds quémandeurs emmerdeurs, demandeurs d’heurts, d’art dare-dare se moquant, semant mots fous où d’autres se vautrent.

Nul n’est Pro-Messes, encensant baillis, qui confesse en fantaisies sinueuses, car hyène aigrie rit mais ne prie vils .. et givrés !

Trêve de bombardement.

%%%

Les Fêtes du business sont de retour, les familles politiques sont réunies autour du four des démunis, à deviser quant aux visées sur l’Appauvrir et le Soutenir, les alliés Piliers sur lesquels séquelles d’autrui ne font de bruit ; Ne fondent la glace en soi tenace.

Mais la kermesse du Jesus Business charme toujours l’enfantin, le candide, consciencieusement prêt à tout sacrifier sur terre pour se faire religieusement cocufier. Et pour tout arranger surgit, à des années-lumière de l’obscurantisme ambiant, un brave et sympathique pape, pontife dit furtif. Le compte défait peut démarrer.

Lors qu’en nos vaux : Le Président du Conseil des tas de gnomes économes, le lutin Soisfranc Courtlopin, expert en poudre de perlimpinpin, assis sur les magiques briques de sa famille, polie clique adroite pour mettre en boîte qui n’est ravi car ne vit en la ouate: Le djinn galopin Courtlopin s’imagine que sent le sapin la combine des copains errants, gérant si mal sac à malice où s’invente crise permanente de mise!

Sur le dos taraudé des farfadets, gentils assujettis cadets asservis à vie, la dette de chacun étant record du pays des hautains lutins baillis, son revenu le plus minable de la nation des punitions, alors que ce morceau de contrée, outré sous les assauts de seigneurs de l’extérieur, n’est point H.S.:

Crée en silence d’immenses richesses grâce à la race maline des djinns de l’or, ingénus sans liens habiles, venus du dehors, plus de 100'000 au quotidien.

Générant inouïs Fruits à diviser subtilisés : Revenant en partie à la prospérité des haletants habitants de la Cité ayant abrité à la journée telle fournée d’acteurs à l’heure, producteurs de valeurs qu’économe gnome Courlopin et copains rupestres séquestrent.

Ainsi, Robins des lois aboient leur foi et tirent profit sur déconfits sermonnés : Pour le redonner au Grand Jeu Rêve des avares, qu’ils préparent entre barbares lutins atteints d’impoli tic en leur fabrique de faméliques …

Pratique tic : De cligner des yeux au lieu de signer contes rendus aux non défendus, quant à leur dû « perdu », leur confort lors brisé, subtilisé, leur potentialité hors banalités, leur intense essentialité limitées.

Robins des lois soient aux abois ! Qui ne volent au secours bénévole que du lourd pris aux gourds, que du balèze qui pèse un max, pour axe de ritournelles directionnelles.

L’aumône nette erre, altère cette ère jusqu’à sa moelle mais c’est Noël. Assez des contes !

%%%

Or : Que cessent la Grand-Messe et le sacre des massacres à Alep !

N’est-il évident qu’il n’y a plus, sur place, que des journalistes du monde entier ?

Il y a fort risque de terrible atteinte aux fondements de la liberté d’expression ! L’Occident devrait prochainement songer à prévoir d’envisager possiblement d’éventuellement s’en offusquer à demi-mot un jour où l’autre, pour le reste R.A.S. !

%%%

Heureusement qu’il nous reste ce que l’on connaît du bon vieux temps ; Où tout n’allait pas si mal que ça, dans les années trente-quarante :

Quand la Terre ne comportait encore qu’un seul Hitler !

%%%

Monde à l’envers, assurément : des incendies sont déclenchés ici et là par des chats se baladant sur le plan de cuisson de cuisinières à écran tactile !

D’autant plus illogique qu’en règle générale immuable : C’est le pompier avant le minou !

%%%

Addict : Un braqueur Californien attaque un sex-shop ! Les deux employées l’insultent et lui lancent des godemichés au visage ! Il prend la fuite !

Preuve absolue, s’il en fallait encore, qu’il est parfaitement compatible d’être voleur agresseur et empli de principes intégristes vous faisant fuir à la vue d’objets de perversion !

%%%

Tout à l’inverse : Michèle, la belle, t’as de beaux Cieux, tu sais, à embrasser !

La mort gants ne prend jamais.

%%%

Ami Mix : Au mât t’osas là pin-up à gros nez à la hune hisser comme meilleur des rieurs crieurs: Précieux êtres : Adieu Maître !

%%%

Vive les tonneaux du traîneau des créneaux du label No Hell menant manants …

Ali GNIOMINY

 

« Flagrant délit de perte de pédales par excès de zèle

immortalisé par un radar mobile ?

Ou frais d’as taire à apparats plus hideux »

auber.png

Les commentaires sont fermés.