« 2016-06 | Page d'accueil | 2016-08 »

31/07/2016

SANS CES PENSÉES …

Un gouvernement qui méprise les morts méprise le Vivant tout entier !

Doit être, mondialement toutes affaires cessantes, invalidé !

%%%

Reniant tous trônes à la turque: Goûtez à ces sensées pensées de votre bon Roi-Député du Parti Railleur :

Bon bas rond-de-cuir pour lequel Genève, bien évidemment, prépare l’érection du légitime mausolée, sis au cimetière des Rois entre Grisélidis Real et Jean Calvin : Sur lequel figurera :

Si, ci-bas, j’ai jadis fauté

Ce ne peut être que vis à vis de lois corrompues !

Si, si haut, je faute ou fauterai

Ce ne sera, serein, que face à des règles déréglées,

Des normes difformes,

Par négation d’obligations générales immorales,

Contraires, qui délurent ce que voulurent nos Pères,

Ce que réclame sans dérive l’Âme bâtée collective

Ou Volonté Populaire captive de sectaires !

Si, si égaux, n’étions si nigauds ?

Que parvenions sans gnons à partager sans nous gruger ?

Si, si équilibrés, cessions de nous chambrer ?

Si, cité, t’as têtus convaincu :

T’auras, pas rat : Vécu !

%%%

Et tout cela alors qu’ HILARE, RIT : CLEAN, TONNENT !

Choix des moins Cornéliens entre une grand-mère cocufiée, ayant souffert de tromperies, et un violeur de démocratie, cocufiant celle-ci avec la Russie avant même que d’être parvenu à se la payer, cette démocratie de pacotille.

Car le Trump traître trompeur fait d’ores et déjà partie du 2% des maîtres de toutes simili-démocraties, asservissant le 98% des populations sous les lois et normes totalement corrompues, au profit quasi-intégral de ces seigneurs du capital mondial détourné.

En fait : Timocraties absurdes car prolétaricides, outre-Atlantique comme ici, à commencer par la plus exemplaire, la plus directe pour ce qui est de faire miroiter aux 98% : Fractions d’indignes excédents dudit frauduleux crapuleux 2% inféodant, au moyen de telle insigne ration laissée : Tous élus de tous bords politiques. Sous couvert d’alliés dits religieux, pareillement arrosés pour brider la masse sous ridicules soumission, vains espoirs et culpabilité imposés.

Mais réjouissons-nous tout de même : Obama l’affirme, le monde va bien : Chine et Russie sont en route en Mer de Chine Méridionale contre le Japon et ses alliés, nous ou prou. Les têtes de Turques sont plus voilées que jamais, Russie et Syrie ouvrent un couloir humanitaire en lequel transiterons les amnistiés susceptibles d’exporter leur guerre vers l’Ouest, … Une seule ombre au tableau :

Le petit Cern est tout triste ! Aidons-le vite à trouver les quatre autres bosons de Higgs indispensables pour continuer le puzzle sur le champ. Il est bloqué, là. Il lui en coûte de se faire tout le temps narguer par la méchante matière noire cinq fois plus grosse, et d’ignorer toujours pourquoi les bosons W et Z sont très lourds alors que les deux autres sont sans aucune masse !

N’empêche qu’il mérite de découvrir, une fois, pourquoi la matière grise est si mal répartie dans l’Univers !

%%%

Et sinon : Rien de tel qu’un petit séjour dans le quart-monde de la Côte d’Azur. Dans ce si beau pays où les handicapés peuvent crever. Surtout les malfoutus les plus discriminés puisque ouvertement indésirables car n’ayant pas de véhicule. Dont je suis.

Ou presque, question handicap dans le sens propre. Au départ de cette nouvelle aventure : Violente crise d’arthrose du genou droit, depuis 2-3 jours. Incertitude totale sur ma capacité à voyager. Surtout en ce pays des escaliers de gares, où les quais restent inaccessibles à certains. Quais dépourvus d’ascenseurs ou munis de l’un de ceux-ci généralement en panne depuis 1945.

Mais votre préféré des tests, eh, globe-trotter, en a vu d’autres ; Oncques ne fléchit devant l’adversité !

Ainsi, en ce torride jeudi-là : Via Juan-les-Pins puis le Cap-d’Antibes en taxi, débarquons à la Plage de la Garoube, filons sur le sentier de terre du bord de mer, si féerique qu’avançons, avançons, trouvons ombre, nous baignons. Vers 16h20 nous sommes de retour à la Garoube. J’ai hésité à donner une heure précise au chauffeur du taxi, mais il m’a laissé la carte de la Centrale de Taxis de Juan-Les-Pins.

Suis sans forfait pour l’étranger. Ai arrêté les données cellulaires de mon téléphone. Je les ouvre, appelle à 10km de là, en passant par la Suisse. « Oui Monsieur, le taxi arrive ». 25 minutes d’attente. Re-données cellulaires : « Mais oui, Monsieur, il doit arriver, il y a un peu de retard ». 20 minutes d’impatience. Je rappelle : « Ah bon, il n’est pas arrivé, restez en ligne je vais l’appeler » près de 3 minutes d’abominable musiquette … transitant par la Suisse au profit d’abuseurs ... Je raccroche furieusement. 20 minutes d’attente. « Madame, si dans 10 minutes ce taxi n’est pas ici je demande à la police de nous ramener, et … Oh, un taxi ! »

Je raccroche sans autre forme de procès dans le sens premier ou second. « Bonjour ... » « Ah non, Monsieur, ce n’est pas pour vous, je viens de Cannes pour des clients privés … » …

« Rhâââa !! » « Calmez-vous, Monsieur, il y a eu trois gouttes de pluie, tout le monde s’est rué sur les taxis, (sous-entendu : Comme vous, connards) j’ai mis une heure depuis Cannes… ». Ok ! Patience est merde et vertu.

15 minutes d’attente … Et nous débutons presque à genoux la montée d’une pente interminable, sous encore plus de 30°. Deux-trois kilomètres et c’est le carrefour et arrêt de bus, Juan-les-Pins à gauche, Antibes à droite. Il ne tardera plus.

Cinquante minutes plus tard … Se pointe le bus retardé !!! Nous descendons à la Gare d’Antibes. Retard de 20mn du train pour Nice, la normalité.

Enfin, ça y est, nous crûmes diantrement ne jamais y parvenir et je masse goulûment mon genou dans le tape-cul régional ! Il y a plus de quatre heures déjà que nous essayons de rentrer nous écrouler d’épuisement et de douleur.

« Mesdames, Messieurs, un train est malheureusement en panne au niveau

de Nice-Saint-Augustin,

nous ne pouvons pas dire

combien de temps prendra cet arrêt » …

Juré, craché ! 30 minutes d’attente, et ça dure et persiste ... La descente osant faire … Bis repetita : Une colonne de ferroviaires naufragés rame, traînant de lourds fardeaux et redoutant tant d’escaliers … Miracle ! Le train s’est arrêté sur rare quai de plein-pied ! Aucun bus bien évidemment à moult kilomètres à la ronde. 15 minutes d’attente. Un taxi à lumière verte approche. Allez là où il y a ! Réglo rit, ah : « Bonjour Madame, vous .. Vous … S’il-vous-plaît, vous êtes libre ???? » … « Oui et non ! »

Inconcevable ! Ma pauvre pompe n’explose pas. Je suis juste prêt à mettre genou à terre. Pour l’instant replié à l’horizontale, alors que ne supportant plus que la posture du flamant rose au repos.

La jolie et charmante taxiwoman nous prend en pitié. « En fait je suis taxi de Nice, théoriquement je n’ai pas le droit de recharger des passagers. Je suis venue amener quelqu’un ici car à cause de ce train qu’ils ne savent pas comment retirer de la voie c’est bloqué aussi dans ce sens-là. Mais dans ces circonstances exceptionnelles … Montez » !

Soit dûment avertie la féroce fliquerie locale : Jamais ô grand jamais ne balancerai de détails sur notre angélique salvatrice ! Pas plus que ne répondrai de la moindre perte de gain du chauffeur du taxi en direction de la Garoube. Qui doit être arrivé pour rien sur place vers trois heures du matin …

Bien que pour arrangement à l’amiable je suis disposé sur demande à transmettre aux Taxis de Juan-les-Pins ma facture téléphonique.

Une bonne nuit de courbatures, de aïe-aïe et semi-insomnies jusqu’au guilleret lendemain :

Un brin boitillant, via Monaco où nous avons fort évidemment nos habitudes depuis belle lurette, altruistes altesses obligent.

Nous débuterons notre hommage à cette mirifique Principauté en revisitant le splendide Jardin Exotique. Nous le connaissons, certes, mais ne nous sommes jamais aventurés à descendre tout au fond …

sentier2.jpg

C’est que voilà, après avoir bravé les menus sentiers à la mexicaine, entre tant de piquants, redouté que des indiens ne nous scalpent au recoin d’un touffu rocher, admiré les richesses de cette nature, nous atteignons le bas du Jardin. Un promontoire panoramique à flanc de falaise, abritant l’entrée de la Grotte de l’Observatoire !

terrasse.OK.jpg

Et justement, il va être 13h. Et la visite guidée va débuter ! Dilemme ! Déjà arpenté l’exotisme presque en entier … Le genou tient, qui ne lance qu’une décharge par minute. Mais il est possible que chaque marche d’escalier devienne douloureuse à négocier … Je dois me décider, quelques personnes s’approchent de la chaîne d’entrée. Laissant entrevoir certes un grand trou dans la montagne, mais qui ne doit pas être si profond que ça. Et puis, j’ai visité plusieurs fois la grotte de Zeus en Crète, et quelques autres. Un peu fatiguant, mais sans plus. Allez, j’y vais, ne vais pas les décevoir, et si je vois que ça ne va pas après un moment je rebrousserai chemin.

Se pointe lors robuste guide, très sympa un chouia militaire, super-organisé responsable et sérieux. Dont les yeux sont fixés sur nos sacs de plage et fouillis, plus gros que tous autres. Nous n’envisagions pas de venir ici ce jour-là. Mais l’attrait Monacal restant si puissant … J’ai presque envie de le rassurer et de lui présenter mon sac ouvert, comme à l’entrée des supermarchés de Nice.

Mais, tout de go, il s’exprime : « Mesdames, Messieurs, par mesure de sécurité svp svp méfiez-vous, ça glisse, tenez-vous et surtout restez groupés. Merci on y va » …

« Gloup ! Plus question de retourner si nécessaire … Je serai fort, je le veux, le pourrai, même avec ces sandales glissantes qui m’ont valu une sale chute en février, au paradis tropical à mi-distance entre Afrique et Amérique du Sud».

De joie, à la perspective de cette descente, le genou me sonne le carillon.

Pas après pas, marche après marche, cramponné à la rampe ça défile et défile et s’enfonce toujours plus, plus bas plus profond et en-dessous encore, au fin fond du plus abyssal des escaliers imaginables, au cœur d’une roche chargée de gaz carbonique. Il y a déjà fort longtemps que j’ai cessé de me dire qu’il ne reste sans doute plus que quelques dizaines de marches … Je découvre stoïque: Que la descente simple dépasse à peine les 300 marches. Annonçant une aguichante remontée de tout autant …

Un zeste de plat entre féeries hérissant poils ! Au nez et à la barbe du monde extérieur, là se sculpte clinquante rigidité des rocs les plus durablement mouillés !

moi-grotte.jpg

Le boyau se rétrécit sérieusement. Incroyable que de vivre sans équipement les sensations que ne découvrent généralement que des spéléologues avertis.

Les visages paraissent, voire ne paraissent même plus se crisper sur un bête sourire. Taisant à tout prix, au risque de panique générale, l’angoisse absolue et claustrophobique, visiblement ressentie par tous novices que sommes, à bien plus de 100m de profondeur sous une falaise gazeuse toute mitée, sise sur l’une des principales failles sismiques de la planète.

Là précisément où la plaque Africaine ne cesse de heurter l’Européenne, ne serait-ce que l’autre matin vers 04h à 12km au large de Menton … Livides se disant : « Non, mais ça ne va pas ? Qu’importe l’insupportable bobo du genou ou d’ailleurs, que t’a-t-il pris de te foutre dans pareil pétrin ? » Souffrant entre autre de syndrome d’obstruction respiratoire, voire d’asthme. (Oui oui, les jeunots … Les joies de 45 ans d’auto-esclavage au tabac, et de remède grâce aux joints quotidiens … Si on ne se refait pas on est refaits. Tentons au mieux et à tout âge de l’intégrer).

Et voilà que l’air se raréfie, que n’existe qu’une seule et unique entrée-sortie-aération tout là-haut. Nous étouffons d’autant plus à chaque explication fournie …

Fort heureusement, mais ça doit arriver parfois et être alors le pire des « Bad Trip » personne ne panique, si ce n'est indiciblement.

S’expose alors, au cœur des entrailles minérales, une « cathédrale », et l’impression de respirer à peu près. Des cascades, colonnes, océans de sublimes concrétions des entrailles terrestres.

IMG_3492.JPG

Le tout jaillissant en un phénomène conservant la température ambiante à 20°C. À peine 15°C de moins qu’à la sortie qu’hypothétiquement nous reverrons, sans parler même de la pression atmosphérique et du ventre quasi-vide inquiétant les gentils visiteurs clopinant

Puis retentissent consignes d’empressé chef-scouts : En substance :

« Mesdames, Messieurs, je vous laisse quelques instants pour les photos et je n’ai pas que ça à foutre moi, je veux au moins 15 minutes de pause en haut ; Avant le cycle d’une heure d’entraînement de potentielles forces spéciales suivant, faudrait voir à pas trop traîner en vous tapant les centaines de raides marches restant, vous êtes des visiteurs ou des mauviettes ? Allez, c’est parti et on ne râle pas » …

Plus petites salles, balcons naturels sur la « cathédrale » … Panorama à gauche … Et vlan, je prends l’une des pires corrections de ma vie à la tête. Les étoiles, le trou noir … Un peu de sang. Je viens d’être sauvagement et sournoisement agressé au cockpit par un vieillard de 400'000 ans pendouillant stupidement. La honte.

Re-Dilemme ! Vais-je faire bugger mes circuits de douleurs simultanément suppliciés ? Qui méritera, en remontant au pas de l’ours, trottinant avec peine, bien qu’ayant été des premiers à parvenir au fond… Qui bénéficiera des plus forts gémissements, tête ou genou ?

Ni l’un ni l’autre ou presque. Je termine les 300 et poussières degrés d’escalade pratiquement sans efforts. Ça a effectivement buggé.

M’amusant avec quelques peu élevés gamins de 12 ans, tentant à tout prix de me dépasser. Ou le faisant, pour s’arrêter plus loin et me laisser prendre la tête des essoufflés, puis recommencer à me narguer gentiment.

Nous admirons enfin, à nouveau, l’exquis panorama du dehors, inspirons à pleins poumons, et derechef je propose, en prévision du refroidissement de nos cordes de piano … De quitter illico ce plateau.

Soit : Remonter l’interminable dédale d’inoubliables menus sentiers de naguère, évoquant guérillas et faisant regretter absence de sombreros … Soit à peine quelques dizaines d’escaliers jusqu’au Musée d’Anthropologie ...

Je nous … y invite !

L’attrait du Rocher nous exempte de toute peine supplémentaire :

rocher2.jpg

Attente fébrile de beau bus … (Monaco ça ne compte pas, c’est à part). Direction la gare, via le Cap-d’Aïl, malgré tout. Attendu qu’il était préalablement prévu de s’y délasser.

Assez loin de la gare déjà haut perchée, Cap d’Aïl village étant beaucoup, beaucoup plus haut encore.

Un bussinet passant toutes les apocalypses, comme partout en France. Et un numéro de taxi, qu’allez savoir pourquoi, ne souhaitons appeler.

Mais nous avions dit Cap-d’Aïl, c’est et ce sera Cap-d’Aïl. Nous arpentons, après quelques dizaines d’incontournables marches, beaucoup beaucoup beaucoup de chemin en montée. Tendant vainement le pouce parfois. Filons aux cimes après l’abîme !

Il me souvient alors de mes passages d’antan, en stop en direction de Brindisi, de la Grèce puis Turquie avoir une fois circulé sans grâce le long de la corniche, en un bus reliant Menton à Nice, passant au centre de la citée cité.

Nous ne redescendrons plus sur les bas rails. Joie, un PMU ; Et bientôt l’heure du quinté. Nous rentrerons en hélicoptère ... Charmante ambiance, serviable et accueillante. La patronne nous confirme que le N° 100 s’arrête juste à côté, toutes les 20 minutes environs. Dommage qu’il ne soit possible de miser un couplé 100-20, ce doit être mon jour de chance, il faudra penser à faire élargir les pistes de Cagnes …

Nous profiterons encore de ce doux zénith sans fin d’étouffant après-midi de Provence, humant foison de métaux lourds d’incessant trafic défilant … Dont les effluves de trois successifs N°100 en direction de Menton, aucun pour Nice !

Nous fulminons de circonstance, quasi-torréfiés après 50 minutes d’attente au soleil. D’autres trop patients s’en vont petit à petit.

Xième bus N°100 en direction de Menton vigoureusement arrêté … Nous sommes incidemment informés qu’effectivement : Un arbre est tombé (sous le poids d’un grillon ?) et bloque tout depuis près d’une heure, et allez savoir pour combien de temps encore.

Nos momies seront informées en temps voulu !

Encore 25 minutes à espérer, et, soit : Nous redescendons plus clopins que clopant tout ce que péniblement nous escaladâmes. La gare est en vue, plus que 30 minutes d’attente, et ô miracle :

Finit par arriver le transport de bétail touristique tant attendu ! La suite du si reposant et pittoresque séjour en ce malencontreusement magnifique pays voisin en guerre, vous sera possiblement contée, pour autant que je finisse par récupérer un jour de pareilles épreuves …

%%%

N’en déplaise à l’ironie de l’auteur : Allez à Nice et environs « véhiculés de préférence » offrir ainsi votre soutien aux victimes de la pire des ignorances malfaisantes en force et vigueur.

Gangrène sociétale à bloquer vitalement, sous risque de séparation définitive des membres atteints. Ne laissons pas tomber la Provence et la lutte contre les tares provoquant ça :

nicehommages.jpg

La France entière est l’un des plus beaux et variés pays du monde. Ses gens gentils sont merveilleux, et tant pis pour les autres. Ses transports, son tourisme sont lacunaires, raison de plus de relever leur erreurs et de les aider à s’améliorer, en ne les évitant pas.

Cependant, croyez-bien qu’il m’en coûte d’être forcé, par honnêteté quant aux observations fidèlement relatées, de risquer de verser de l’eau au moulin d’ignares xénophobes : Mais à plusieurs reprises nous avons constaté que la communauté Maghrébine de Nice et environs, surtout après les récents évènements, les musulmans comptant tout autant de gens paisibles et sains d’esprit que le reste de la population, que ces personnes paraissent atteintes du syndrome dont nous avons toutes et tous un mauvais souvenir.

Le syndrome de la pire maladresse, en étant enfant, consistant à faire précisément les pires bêtises qu’il ne faut surtout pas, face aux hôtes des parents, ou un adulte strict vis-à-vis duquel nous avons reçu mille recommandations de maintien correct. Contre le chic costard duquel un petit démon nous fera justement renverser notre sirop …

À plusieurs reprises, soit une femme voilée avec poussette pour jumeaux retardait le bus de 5 minutes, en voulant absolument faire entrer son méga-couffin dans le véhicule bondé à portes étroites, soit pour une autre elle nous faisait perdre le tram en n’en finissant plus de chercher sa monnaie devant le distributeur de billets, soit nous risquions de rater le bateau pour cause d’interminables palabres au guichet, d’un barbu père de famille, son épouse voilée et leurs enfants, soit dans le train les couloirs étaient bloqués par les bagages et poussettes de …

C’est bien malheureux. Combien d’autres fois ce sont des personnes aussi caucasiennes que l’auteur qui emm…. tout le monde avec leurs valises, poussettes, vélos et/ou mauvaise volonté provocatrice ? Nul ne s’en offusquera outre-mesure. Mais dans le contexte actuel du Var et des Alpes-Maritimes, il doit être à présent excessivement difficile pour les Maghrébins ou Moyen-orientaux de faire tout juste et vivre comme tout le monde.

Le malaise est profond qui se ressent souvent. Et ce n’est pas nouveau, il y a déjà bien des années qu’une racaille nous poursuivait dans un TER sans surveillance avec un couteau à la main. Ou qu’entre Tende et la dangereuse Riquier une gamine voilée, flanquée de son barbu, me traitait de pédé et de Chuck Norris moche sans barbe. Quêtant vainement l’une de mes légendaires baffes, susceptible d’offrir dédommagements suisses sonnants et trébuchants.

Ou du temps déjà que dans un bus, à hauteur des lieux du récent massacre, un indigne islamisant voulait cogner un ado l’ayant involontairement légèrement bousculé. Dont le père duquel désactivait finalement toute agressivité en posant cette simple question, restée sans réponse : « Et vous croyez que c’est en agissant comme vous le faites que nous pourrons un jour vous accepter et intégrer pleinement dans notre communauté ? ».

Que chacun accomplisse d’abord sa part de possible partage social, ou que le divorce soit clairement défini.

Il est vrai que des deux côtés les obligations détestables sont difficiles à éviter, même si elles effraient tout le monde alentours : Pour exemple, dès le départ de cette escapade, à l’aéroport de Cointrin, chacun regarde avec horreur ce qu’il croyait banni de ce genre de grand rassemblement dans la file d’enregistrement : Une opulente femme en noir niqab, dont on ne voit que les yeux. Puis au moment de passer devant les douaniers Français, l’ami métis me précédant est arrêté. Son interlocuteur gabelou me voit alors et me fait « Vous êtes ensemble ? », j’acquiesce, et fuse un : « C’est bon, vous pouvez y aller ! », et tout au long du/des voyage(s), principalement en France, il en va toujours de même. Je subis le contre-coup d’un racisme même involontaire, faisant aussi mal qu’à celui pour qui il est destiné, dont mes bleus yeux préfigurent imbécilement l’antithèse parfaite.

Or, mes 60 ardues années commencent à faire de moi un papi se répétant, mais tant pis. Pour plus de précisions, quant à tant de ce type d’injustice subie, directement, par exclusion sociale, ou par atteinte collatérale, il vous suffit de retrouver quelque part, loin en les centaines d’œuvres sur ce blog, la bien vieille nouvelle : « Souple couple en soupant des soufflets de valets de loi vétustes, qui en dégustent ».

%%%

Quoi qu’il en soit : Un Joyeux Premier Prout à tous les pète-sec !

Et une excellente Fête Nationale aux nés bouchés !

Vive volutes …

… Face aux atteintes …

Ali GNIOMINY

« Et durant ce séjour, qui donc s’envolait deci-delà,

miraculeusement sans faire le moindre dégât ?

À l’oiseau comme à l’homme l’on ne coupe la plume

ni ne l’empêche d’évoluer librement en son espace défini »

loro.jpg

17/07/2016

LÀ, ICI, T’ES MATÉ !

Un coup d’État laïc échoue en Turquie !

La guerre est revenue au calme islamiste.

&&&

Tragiquement répandu :

Realy, it isn’t Nice ! Mes plus sincères condoléances aux familles et soutien moral aux victimes !

En fait : La vermine à éradiquer est si ignorante qu’elle n’a pas supporté que les Anglais fassent des Promenades ailleurs qu’au Royaume Uni !

Mais pas de souci pour leur extermination, et sans doute celle du reste de la planète : Les Boris, Trump & compères corrupteurs de démocratie s’y préparent activement.

&&&

Lors qu’ici, je le répète, en hommage à mon bien-aîné ami éditeur étrulé: Certes, ce n’est là la cellule d’un esclave !

IMAG0545.jpg

Même si rien ne lui appartient, que ses excellents services lui valent simplement d’excellents amis, partageant avec lui passable condition de vie par procuration, en l’attente de plus intègre système d’évaluation des évidentes valeurs : Or, il convient de réaliser que :

Différence de souffrance ne vaut indifférence !

...

Que me lance la première prière qui n’est esclave

à sa manière:

(couard ou rare brave)

Des silences et supplices

de l’injustice !

N’est point intox le paradoxe

qui s’immisce … même en Suisse

de sauvage, lourd et bête esclavage

d’une multitude,

par servitude pour dettes

faussées !

Assez !

Que me tance de première, comme serpillère,

qui doute de toute ma conscience

des cohortes de sortes d’abus de Droit

par petits rois en pleine crise

perdant emprise

sur leurs soumises, asservies

proies à vie !

---

Nouveau Gugusse ou Spartacus :

Puisse l’esclave Suisse

d’intensives abusives poursuites

mettre ses maîtres en fuite ;

Compères qui le trompèrent, le volèrent,

Discriminèrent et bloquèrent sa carrière,

figèrent sans rire son avenir !

L’esclavage à ravages reniés, sous couvert

sous sévères dénis d’identité abrité,

fraudes au mérite et à la productivité

est maintien

sans soutien !

Certes, les démocraties

ont leurs esclaves aussi,

pourquoi se fâcher et le cacher ?

Même si ici

la vie de l’asservi, interdit bancaire

est loin de la misère d’autres pauvres

exclus ou reclus de la planète

sous souveraine

traite

inhumaine !

%%%

À part ça : Attention ! Un rigolo peut en cacher un autre !

Vous commencez généralement, lisant ces chroniques historiographiques et autres, par vous offusquer ou vous marrer, finissez par vous dire que c’est délassant, que vous n’aurez pas trop à vous froisser les méninges, et vlan !

Les gags sont entrecoupés à la tronçonneuse de vacheries hyper-sérieuses, poétiques, politiques, philosophiques, spirituelles … En vrac ou au kilo !

Suinte l'authenticité exacerbée & démontrée, d’une vie de dingue de logique et raison, romanesque à souhait incontestablement, truffée d’aventures, de suspenses et périls affrontés; De volonté époustouflante d’évoluer et d’aider à évoluer par arts électrochocs, alliés à thérapie du rire et de la profonde réflexion existentielle, indistinctement partagés.

Une vie d’exception, peu banale, en butte aux putes du Capital.

%%%

Parmi d’autres si rares, telle .. Celle passée déjà, d’un autre Grand Monsieur :

Itou zélé pourfendeur de frileux, qui s’en est allé : Claude Monnier ! ...

... ça fait … : Cette Ode à Claude :

Tous les Ténors sont météores

Lors qu’Art piste

Gammes ... au vert,

dégote

osmose de féroces

roses Notes du Cosmos,

ou Gnose à douces Sources

peu moroses,

Tous les Ténors sont d’Or

qui teint leur Voie !

Certains

qui nous ont quittés

ou qui finalement nous quitteront

avec pas tellement de ronds,

si peu cités :

Sont faits d’Éternité !

%%%

Mourant encore:

Neuf des vingt-quatre blocs opératoires de l’Hôpital Georges Pompidou à Paris ont été fermés, comme la plupart de l’établissement envahis par des champignons !

C’était le moment ! La gestion financière des Soins là-bas est tellement calamiteuse !

Il est plus que temps que les hôpitaux ferment en partie pour devenir rentables !

Grâce à la culture de champignons de Paris !

%%%

Selon la Revue « Pédiatrics », les enfants qui sucent leur pouce et se rongent les ongles, étant très tôt exposés aux germes, sont ensuite mieux protégés contre les allergies !

Mais ne le dites pas trop ! Bien qu’il y ait eu des fuites, en atteste pour exemple le record de naissances en 2015 à Genève, de 5390 bébés !

En effet : Toujours davantage de parents, soucieux de renforcer l’immunité de leur progéniture, ne procréent plus égoïstement que pour s’en servir comme pédicure!

%%%

Youpie ! Les impôts des plus riches de Suisse, soit le 2% des assujettis possédant autant que nous tous, le 98% restant, ont diminué de 5% depuis 2000.

C’est vrai, quoi, ce n’est que justice : Sans cette diminution de charges, comment ferait donc cette caste de féodaux affameurs, pour payer solidairement leurs inévitables amendes pour fraude, corruption d’élus, délits d’initiés, etc ?

%%%

L’Union Européenne menace le Portugal pour dérapage budgétaire d’une amende de 360 millions !

Christiano Ronaldo s’offre quatre hôtels pour 75 millions !

Encore 3,8 Ronaldo et le Portugal dépasse le minimum vital : L’UE peut saisir !

Ou c’est condamnation aux jours-amende pour le Portugal : Contraint de bosser pour des morues exigeant que tout soit lisse, bonne tenue, etc, et forcé d’aller loger dans des boîtes à sardines, comble de sadisme, comme à Genève !

Gageons que, pour se dégager à tout prix de ce filet, le Portugal aura pour but de sortir sans tarder de sa manche l’un ou l’autre hyper-Figo, pesant bien quelques Ronaldo !

Déjà que, budgétaire ou non, dérapage ne peut qu’évoquer dans l’esprit portugais le cauchemar du terrain français !

Enfin, dernière minute, tout s’arrangera bientôt. La Star a accepté, sans laisser tomber, de baisser la garde et d’aller jongler avec deux ballons durant une heure dans le bureau de Merkel, pour à peine 360 millions !

%%%

Les Brexiters ont leur babysitter, May, quelle pagaille !

Elle: Nanny Charisme nie faiblesses !

Une vraie Dame à scier ! La précédente Dame de Fer ayant par trop rouillé !

Et nous terminerons cet aparté par ce joli mot transmis par mon vaillant et patient bien-aîné éditeur, ci congratulé: Ah, le joli Moi de May !

%%%

May à qui est offert ce présent :

Orties collent ! Ne soyez irrité(e)s :

« Sous-pot laid »

IMAG0537.jpg

Soumis …

Ali GNIOMINY

12/07/2016

ADORE MES SONS !

Un zeste de tout sur trois fois rien :

Genève-prison : Trop de luxe pour les ennemis publics !

Oui ! Délocalisons l’Hôtel de Ville dans des containers à Vernier ou à Onex !

%%%

Ce sacré Messi prend 21 mois pour fraude !

Les peines s’atténuent : Le précédent avait pris 33 ans et ça s’est très mal terminé !

%%%

Le Département de la Défense et de l’Économie étudie la possibilité que les femmes puissent être appelées à servir dans l’armée ou la protection civile !

Ce qui sera certainement le cas, dès que ce Département reconnaîtra que la femme a non seulement une âme, mais de surcroît de tueuse !

%%%

Le Tribunal de l’Union Européenne a accordé à Mc Donald’s la protection de Mc et Mac pour les produits alimentaires !

Une semaine entière sans pouvoir atteindre l’ordinateur, remisé derrière une montagne de meubles pour raison de travaux, et j’ai remarqué à quel point me manque mon excellent Donald’s OSX, que je compte user jusqu’au trognon !

%%%

Mesdemoiselles : Votre mâle, en patience attendu, vous pose un tapin ?

Humiliez-le : Organisez un concours du plus grand attribut masculin !

Vous aurez une queue énorme devant la porte !

%%%

La Banca Monte dei Paschi du Siena, le plus vieil établissement financier du monde a chuté de 75% !

Erratum ! La chute avoisine plutôt les 95%, pour le plus vieil établissement financier du monde : La Chrétienté !

%%%

Drame portugais pour la finale de l’Eurofoot !

En principe tout avait pourtant été soigneusement préparé. Les Bleus ayant pour non-dite mission de casser d’emblée le Portugais le plus doué. Payet accomplit cette tâche dans les règles du lard. En amochant adéquatement Ronaldo.

Ce dernier, star des stars, quitta ainsi définitivement la compétition en pleurs, sur une civière, applaudi à tout rompre par les supporters des deux équipes. Son triomphe était complet !

Non seulement le Portugal allait perdre, comme prévu, du fait que son meilleur joueur était sur le banc de touche, mais Ronaldo le sauveur n’aurait pas à subir sur le terrain l’inévitable défaite collective ; Et ainsi à jamais il allait demeurer à l’évidence comme l’unique joueur capable de permettre hypothétiquement à son équipe de résister aux Français, voire de gagner.

Ce martyr, sans qui rien n’est possible, était ainsi élevé pour l’éternité au rang de sainteté du football !

Et patatras, le désastre ! Le Portugal remporte la coupe sans lui, démontrant cruellement la parfaite inutilité de sa star! ...

... Et comble de cruauté anti-héros : Loin de pleurer sur son sort d’idole : Alors que, pour exemple, notre Jonction toute entière préparait les mouchoirs, à quelques kilomètres de la France, jamais auparavant nous n’entendîmes, voire participâmes, à pareil boucan, semblable explosion de joie à la fin d’une compétition !

À quelques chants de fado près, odeurs de bacalao et de sardines, le secteur Mail-Jonction de Genève peut dorénavant être rebaptisé The Portotown of Geneva.

Vu que ça en jette à nouveau, du point de view de nos Culture Authorities, de mâchouiller du Geneva Lake festival et autres ridicules hommages à tout va à un État au penny tant scié !

Patent que ça ? Ah, dans ce cas, l’intérêt primant, ainsi que nous le rappelle si bien ci-bas Voltaire …

%%%

Mais en cette attente : Anecdote : Il y a bien des années déjà, mes beaux-parents Brésiliens vinrent en vacances, mon beau-père, pontissime de la police fédérale secteur hygiène alimentaire, débarquait pour la première fois. Terriblement anxieux, perdu face à notre monde inconnu.

Arrivés le matin, la journée se déroule en rangements et installation au logis. Vers 18h, ... au fait, où est-il passé ? Recherches vaines, l’affaire est claire. Il est sorti inspecter l’hygiène des bars du coin ... Laissons-le découvrir. Si dans 2-3 heures il n’est pas de retour on avisera. Il sait qu'il n'y a qu'à longer le fleuve.

20h : Il rentre, à peine titubant de fascination, hilare comme jamais, fait comme souvent mais ne cessant de répéter : "Je suis au Paradis ! Je n’aurais jamais imaginé ça, c’est fabuleux : Je n’ai eu aucun problème, partout où je suis allé, tout le monde me comprend : Absolument tout le monde parle portugais, ici !"

Et c’est à cet instant qu’il cessa de me voir comme un phénoménal extraterrestre à six langues et demie et des chiées de bribes.

Et comprit combien je suis un phénoménal extraterrestre à six langues et demie et des chiées de bribes parmi d’autres !

Il découvrit que Genève recelait de quantités de personnes capables de tenir une conversation simple en plusieurs idiomes. Soit accueil rassurant garanti. Note 10 sur 10 pour Genève à ses yeux, d’emblée et à jamais.

Et ce multiculturalisme serait néfaste, selon certains conservateurs de connerie au pouvoir ?

Que nenni! Ne serait-ce que pour émerveiller le touriste, et les hôtes chez qui vous voyagerez, l’effort d’apprendre d’autres langues ne sert à rien. Eh oui !

Car il n’y a aucun effort à fournir pour le plaisir de communiquer avec la différence : Tout n’est qu’histoire de plaisir naturel et de saine curiosité, absence de honte de parler horriblement faux au début, lecture délassante ou d’actualités dans le langage en question, bandes dessinées de préférences, et jouissance après quelques années lorsque les étrangers ne cessent de vous répéter que vous écrivez ou parlez mieux leur langue qu’eux-mêmes.

Ne jamais voir une étude comme un calvaire, sinon autant ne rien faire.

Lorsqu’un domaine n’est visiblement pas pour nous, inutile d’insister, il y en a tant d’autres plus en rapport avec nos talents, autant les explorer. Mais certains sont plus utiles que d’autres et ouvrent bien plus de champs de compréhension de l’humain, et de l’évolution ou de la décadence de ses relations.

Aussi, avant d’abandonner l’apprentissage d’une Xième langue, paraissant vraiment trop difficile, chopez-en au moins au vol 50 mots utiles et 2-3 manières naïves de les lier.

Rangez-ça rapidement sur deux ou trois étagères de vos mémoires, visuelle, auditive, tactile, vous répétant ces mots avant de dormir et vous disant bien fort intérieurement : « Que je m’éveille demain matin en pleine forme et plus intelligent(e) que la veille, plus près de mon prochain dans le bonheur de se comprendre » (je sais ça fait bigot mais le pire c’est que ça fonctionne).

Et oubliez ça jusqu’au jour où vous en aurez besoin. Ça peinera un peu lors des premières minutes, mais même cinquante ans plus tard, si vous avez correctement rangé et indexé le souvenir, amorcé le procédé mnémotechnique visuel ou tactile, vous serez stupéfait(e) de constater que ces mots resurgissent !

Le tout sans oublier que la sardine est bonne pour la mémoire.

Ainsi : Adieu les bleus à larmes !

%%%

Et pendant ce temps-là, lèche ad hoc !

Monsieur Prix a la gorge irritée, Mr Prix qui diagnostique la maladie de notre système de santé ! Incurable ! Tant que les intérêts privés sont en concurrence avec le bien-être public !

Mal effroyable, dont les symptômes sont que ce fonctionnaire de la Confédération est affligé de la tare des multiples recommandations émises, dénuées de tout caractère contraignant.

Et dont la cause englobe le douteux mutisme, la dangereuse cécité et la profonde surdité des têtes du Département de l’Intérieur principalement, face à la demande unanime en souffrance, (Hormis de la part des quelques bénéficiaires de ce crapuleux système) :

 

D’inscrire dans la Loi le caractère contraignant des recommandations de M. Prix, de l’Ombundsman des assurances et de quelques autres impuissants tampons entre l’escroquerie généralisée passant dans la coutume et ses victimes !

&&&

Et toujours l’Art. Ouais :

 

"Mapierrealedifice.fr" propose de participer financièrement à la réfection, au château de l’honorable François-Marie Arouet dit Voltaire, à Fernex, de son lit !

Un bien beau geste. Qui me rappelle tant d’heures heureuses que nous passâmes à entretenir de notre mieux l’illustre Clos-Voltaire, avant qu’il ne tombe entre les griffes de rapaces bancaires.

Nul doute que le plumard sera bien vite remis à neuf. Mais, ne serait-il bien plus utile que de restaurer d’abord le lit du courant de pensée de Voltaire ?

N’avait-il, visionnaire, annoncé l’avènement de votre bon Roi-Député du Parti Railleur ? Lisez vous-même ce passage (du tout ?) dans « La guerre civile de Genève » en 1766 :

 

« Qui parle seul, a raison trop souvent

Sans rien risquer sa voix

Peut nous confondre.

Un tems viendra qu’on pourra

Lui répondre : ce tems est proche

Et sera fort plaisant »

 

Et sinon, dans la « La guerre civile de Genève » toujours, Voltaire nous semble d’autant plus actuel, traitant de la Genève invariablement infidèle à elle-même. Victime de l’inconstance qu’il reproche sauvagement à Rousseau :

 

« Une girouette exposée à tout vent

Est à la fois son trône et son emblême»

 

Et, en vrac :

 

« Telle est Genève : Elle ne peut

Souffrir qu’un médecin prétende la guérir »

 

« Au nom de Dieu, Genève imite Rome

Comme le singe est copiste de l’homme »

 

« Au pied d’un mont que les tems ont pelé,

Sur le rivage où roulant la belle onde,

Le Rhône échappe à sa prison profonde,

Et court au loin par la Saône appelé,

On voit briller la Cité Genevoise,

Noble Cité, riche, fière & sournoise :

 

On y calcule & jamais on n’y rit !

L’Art de Barême est le seul qui fleurit »

 

« C’est en ces lieux que Maître Jean Calvin

Savant Picard opiniâtre & vain … »

 

« Il y a 500 fourneaux dans Genève

où l’on fond l’or & l’argent : On y

poussait autrefois des arguments théologiques … »

 

« On convoqua le Sacré Consistoire !

Trente pédants en robe courte & noire

Dans leur taudis vont siéger après boire,

Prêts à dicter leur arrêt solennel »

 

« Ainsi Genève en ces jours pleins d’effroi

était en guerre & sans savoir pourquoi »

 

« Si quelqu’un se formalise de

ces complaisances très légères sur un

sujet qui en mériterait de plus fortes :

Si quelqu’un est assez sot pour se fâcher,

L’auteur qui est par fois goguenard, m’a

Promis de le fâcher un peu davantage

Dans le nouveau chant que nous espérons publier »

 

Et de nos jours encore, ici comme ailleurs, tout le « beau »-monde s’entend pour le vol taire des auteurs d’authentique avant-garde !

%%%

Objectant:

Ali GNIOMINY

« Restaurons le lavabo de Rousseau, cadeau de son père qui força le philosophe à avaler eau et dentifrice plutôt que de recracher »

IMAG0516.jpg

« Quant à l’allégorie de la Belle Société Genevoise,sur la Plaine de Plainpalais, Personne ne sera jamais assez riche pour la restaurer »

IMAG0514.jpg

03/07/2016

HÉROS, CAR …

Michel quitte sa France et son Europe, sans que ton ton ne s’en offusque !

%%%

Héros buste :

En France c'est la relance assurée ! La fin du chômage !

Plusieurs années seront nécessaires pour reboucher le tunnel sous la Manche !

%%%

Héros In :

Saoul, Tapie est fermement condamné pour fraude: concernant les 403 millions qui lui furent gracieusement offerts par Christine Lagarde, récemment reconduite comme Directrice du Fonds Monétaire International.

Il serait temps que cette brave dame viole un employé d’hôtel !

%%%

Héros beaux tics :

Carla Bruni-Sarkozy l’affirme : Si mon mari me trompait je pourrais commettre des actes extrêmes comme lui couper la gorge !

Horreur! Il ne resterait vraiment plus rien de lui !

Allumeuses de Gauche, au boulot !

%%%

Héros dé :

Volant toujours plus bas, le nouveau projet des chantres Genevois de l’austérité pour autrui, consiste à supprimer le Poussin ! Soit l’hélicoptère jaune des Hôpitaux Universitaires de Genève ! Afin d’économiser ½ million par an.

Ainsi, par la suppression du seul transport décidant de la vie ou de la mort de quantité de victimes, nos chères Autorités vont vraisemblablement reconvertir l’ex-héliport et quelques étages des HUG en morgues supplémentaires.

Et dizaines de bureaux d’accueil des pompes funèbres. Le business le plus lucratif de la place. Qui permettra vraisemblablement aux HUG d’entrer en bourse en 2019.

À l’évidence et à l’ère des engins volants télécommandés, cette coûteuse (au profit des dominants) vieillerie de sauveur volant n’a plus de raison d’être !

Alors qu’il suffit de munir de solides drones de crochets et hameçons, pour récupérer et transporter la viande sanguinolente des lieux d’accident jusqu’aux morgues.

En vérifiant auparavant au taser si elle est bien froide.

Respect du pas chiant oblige !

&&&

Héros quête :

Quelle incongruité que de dire qu’une polie, clean, nique !

Mais de nos jours tout est permis, un monde de fous : Tous affirmant : je sais l’Esprit, je sais le Corps, je sais les Prix dans le décors, je sais le Sort des incompris … Tous en conflit! Seule solution : Ici :

« De l’Art et du Devoir de Respecter qui méprise. Ou traité de l’hypocrisie sous force et menace imposée »

Récente rencontre sous l’égide de la Tribune de Jecrève, entre un local philosophe des écoles chrétiennes, défenseur de relative laïcité absolue, et un acharné théocrate imam, prônant hypothétique compatibilité entre sains principes d’adeptes de l’Islam et chiens d’infidèles hôtes.

Dieux que de temps perdu en vaines tergiversations ! Pardonnez-leur tant d'arriérées simagrées!

Prenez l’Ordre du Temple Solaire. La finalité de son culte consistait pour les élus, et esprits faibles entraînés, à négliger leur vie ici au profit d’obéissance totale, visant à rejoindre un glorieux au-delà récompensant fidèle croyance, application à la lettre des règles imposées.

Quand ça a senti le roussi: Que les belles promesses solaires sont parties en fumée: Après seulement quelques décès:

La secte fut démantelée, condamnée, interdite !

Prenez la Chrétienté : Où sont les actuels kamikazes de Jésus, tuant les infidèles au nom de la stricte doctrine des temps anciens ?

Disparus depuis longtemps et/ou pas encore revenus au zénith de l’une ou l’autre des récurrentes pires déviances spirituelles en vogue, épisodiquement adorées jusqu'à l'absurde contagieux !

À bannir ! Démanteler, condamner, interdire formellement en terres laïques ! Ne serait-ce qu’à titre préventif !

Est rosse, car:

Perd fondamentalement toute crédibilité tout État dit laïc et démocratique, qui s’encombre encore d’allégeance auprès d’idéologies politiques primitives supposées relier le genre humain, alors qu’elles le divisent essentiellement depuis le fonds des âges!

Le mènent …

Ali GNIOMINY

« Singe hors-jeu bardé de vieilles branches

barrant libre plage de temps restant »

IMG_2630.JPG

«  Comme mis à l’amandier »

commis.jpg

All the posts