08/06/2016

LARMES ! ET RITES, ET …

Larmes de rire

larmes de pleurs,

jamais ne leurrent !

 

Ne vont jaillir

du fond du cœur :

Que d’UN canal !

Qui ne fait mal,

mais tant de bien,

de rigueur.

Larmes

face à Classe

ou, hélas

à -Trop-

sont un sirop

calmant

radicalement !

Larmes de rire,

larmes de pleurs réparateurs,

quoi qu’il en coûte

sont toutes gouttes

D’Élixir admirable

capable

d’adoucir !

***

Foin de sensibleries, fonçons-ci d’aventure au cœur d’irréfragables réalités :

L’eau aux ânes de la lointaine et malfamée banlieue du Lac de Genève, irrigue finalement les circonvolutions encombrées des têtes de Vaud : Frappées au Flon par près d’une décennie de tragédies favorisées par avare refus d’aide à un groupe de malades. Fin des barrages Vaudois également à la distribution médicalisée de drogues, en des lieux de Soins, copieusement et délicatement nommés « shootoirs » par la Presse lèche-cul, soit par les médias.

Mon respecté correspondant de jadis Monsieur Alphons Egli, ex-Président de la Confédération, que je salue poliment au passage en conviendra. De l’eau a coulé sous les ponts, depuis ma bonne intention pas encore alors en vogue : De lutter pour des victimes contre ce qui détruisit mes vingt ans, l’horreur du manque, du trafic incontrôlé préjudiciable au dépendant, marginalisé socialement pour d’opaques intérêts : Lutte par la création de lieux de distribution médicale de drogues ; autres que le blanc vaudois. Au commerce duquel, au goût du pouvoir, ne participe que trop peu cette population mise au pilori.

Mais l’avertissement de M. Egli quant aux risques de tourisme de la drogue n’est plus vraiment actuel. Des contrôles étant effectués à la base des détenteurs de permis de fumer, ou de consommer de dangereuses substances sous stricte surveillance médicale. Et nombre d’Autorités de bien des pays ou régions ont également compris qu’il s’agit de la meilleure manière d’éviter trop de Soins et de frais pour la Société, et de lutter efficacement contre les trafics préjudiciables. Merci à nous, à vous, les choses avancent à la Suisse, surtout Vaudoise, une petite trentaine d’années et ça progresse. Juste encore quelques barrages de Casent-torts à fissurer, et s’infiltreront partout les fertiles flots de l’évidence.

%%%

Avis d’intempéries :

Il est probable que le Président de la République Française va inaugurer l’Eurofoot 2016.

N’oubliez pas votre parapluie.

%%%

Orages, et odes de ces poires : Question siège :

Bien assis à la présidence des Philippines, sur siège d’injecté où risque de se trouver ailleurs son pendant Trump : Un malade mental présidentiel appelle ses assujettis à gagner des médailles pour chaque personne tuant un ou des trafiquants de drogue !

Une manière bien radicale comme une autre de liquider la concurrence, en somme. Mais au fait ? Quels sont les trafics commerciaux, diplomatiques et autres, quels sont les liens inacceptables que la Suisse entretient encore avec les Philippines ? Le cas échéant Suisse ainsi complice d’appel aux meurtres, voire au génocide.

Bon … Ah, ça, voir …

%%%

Contre toute attente, sous nos latitudes : Il semble bien qu’il y ait finalement une Justice en Suisse ! L’abominable Groupe Mutuel a essuyé en 2015 une perte nette de 127,2 millions, au grand dam de son « propriétaire » Pascal Couchepin.

Pour rappel, dès ma naissance en 1956, mes parents m’avaient richement assuré en première classe (avec complémentaire) à la Grütli. Assurance n’ayant pratiquement jamais rien eu à payer pour moi, alors jamais opéré ni souffrant de grave maladie. Et mes parents, puis ma brave maman pratiquement jusqu’à son décès en 1984, ont régulièrement payé mes primes Grütli.

À noter que cette charmante couverture pour soins n’a pas empêché que, lors du mystérieux « suicide » de mon père politiquement très visé, « suicide » nous ayant privé de toutes prestations d’assurance-vie, etc, père incinéré sans autopsie, la seule chose remarquée qui aurait pu tenter de justifier cet étrange accès de folie « suicidaire » était une infection à partir d’une dent bouchée au chewing-gum, afin de nous payer des soins dentaires.

Bravo Grütli, et toutes dites assurances maladie, ça c’est s’occuper de la santé des assurés, sans différence d’accès aux Soins vitaux en fonction de la fortune de l’assuré.

Ensuite, à l’époque où un accident sans faute de ma part provoquait « La descente aux enfers d’un poète endetté » parue dans la Tribune de Genève des 2 et 3 juillet 1988, la Grütli, peut-être déjà devenue la Visana (cette sinistre chronologie est difficile à retenir) s’est empressée de me poursuivre, et surtout de me faire résilier la première classe. Ainsi que mon assurance-vie chez les concurrents, etc.

Puis Visana devint le Groupe Mutuel, qui me fit toutes les misères possibles et imaginables. Entre autre de transmettre mon involontaire contentieux au Service de recouvrement connu comme le plus charognard qui soit, que je nomme encore, bien qu’il soit formellement dénoncé: Extrum Krapulia ! Agissant à sa guise pour dépouiller misérablement les gens mis à terre par complicités à définir.

Et le Groupe Mutuel me balança toujours contre mon gré à Philos, qui me refila à mon insu à l’esclavagiste à vie qu’il m’est interdit de quitter : CSS Intras, impliquant la honte d’une cession de créances en pharmacie, pour recevoir des médicaments prescrits sans lesquels (Aspirine Cardio, Lisitril abaissant la tension ...) la vie de l’asservi assuré est mise en péril.

Visiblement une bien mauvaise affaire pour l’assurance à Couchepin et alliés de Droite, que de s’être passée d’un si rentable prisonnier. En persistant à détruire ma santé et mes finances plus longtemps, la perte nette du Groupe Mutuel ne serait de loin pas ce qu’elle est.

%%%

Justice éclairée des USA, à présent : Un perroquet, témoin d’un meurtre, devrait être appelé à la barre !

Aïe, dans le procès intenté contre la fraude à l’estimation des valeurs artistiques et philosophiques et la perpétuation crapuleuse d’esclavage par servitude pour dettes, additionnées de farfelus frais à mon encontre, dont est témoin depuis 30 ans mon perroquet, ça va se compliquer.

Déjà qu’il parle trois langues, il faudra deux traducteurs. Et vu que je ne l’ai jamais forcé à parler, son répertoire tient à peu près à : «Au feu » (allez savoir quel est le …°» !;°;» … qui a bien pu lui apprendre ça), « écho » et « bonjour », en lieu et place de « j’ai faim », « j’ai soif », « nettoie mon perchoir », « et ma douche alors ? », « éteins la lumière », etc . Au choix, en français, brésilien ou en amazone à front bleu. Hormis tout-à-coup, tous les cinq ans, une phrase parfaitement compréhensible, avec l’accent de celle ou de celui à qui ces mots ont été picorés. Phrase qui, sous la surprise, nous dresse les cheveux sur la tête. Bien que n’ayant aucun cadavre dans le placard à révéler.

Mais si tout va bien, dans 70 ans, à sa retraite, notre ailé étudiant saura dire correctement la seule phrase que je lui répète souvent : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ». Donc, un peu faible encore, comme intervention dans un procès dont l’audition du témoin risque de durer un certain temps.

Mais un stage d’apprentissage d’un an, qui lui sera certainement offert dans le cadre d’une logique extension d’Erasmus, dans un cinq étoiles du Michigan où nous l’accompagnerons, afin de suivre les cours de plaidoyers et témoignages donnés par le célèbre Jaco, devrait l’aider à permettre à la Cour de se déterminer.

%%%

Yeux qui piquent. Toujours :

Le cousin germain de Jean-Luc Godard, PPK, devient le nouveau Président du Pérou !

Pairs : Où que nous tournions les yeux, nous ne verrons plus qu’abscons fondus enchaînés liés tiraillés mettant en scène politique réclamant qu’en paix rue vienne à lui ... sans fin …

%%%

Et sincères regrets pas pleurnichards :

Il est dommage d’en être arrivés là. Bien que si, souvent, votre bon Roi-Député du Parti Railleur tire au canon sur les moustiques gestionnaires de Culture, locaux, fédéraux et/ou internationaux, il aurait préféré que Monsieur Kanaan, pour qui il a du respect et de la sympathie, n’ait pas à engager, et pire sous pression d’une Droite culturicide, l'actuel audit réalisé sur les Fonds généraux de la Culture à Genève. Visant à déterminer comment ces deniers sont gérés, attribués ou évalués.

Certes, il y eût d’énormes bugs à mon égard, dès l’ère Ketterer puis Emmenegger. Certes j’avais eu entre autre l’infamie de me révolter contre le Prix de sculpture de la Ville parrainé par Mc Donald’s, dont le lauréat eût dû avec les dizaines de milliers de francs reçus : Gratifier la porte du Mc Donald’s de Plainpalais d’un hamburger de bronze, primé entre toutes sculptures de tous types présentées.

Certes, pareil mépris témoigné durant près de quarante ans face à un acteur Majeur de la Culture contemporaine a fini par déranger sérieusement puis provoquer le déraillement du légendaire train-train copinatoire genevois. Ni pire ni meilleur que ses semblables sous tous horizons.

Les Directions successives de l’Emploi, de la Justice et des Finances de Genève sont bien plus responsables de cette honte que les manipulateurs de cordons de bourse culturelle. Et encore bien plus fautifs du scandale de la perpétuation du maintien, politiquement programmé, sans moyens à la hauteur de ses mérites et efforts, de l’une des valeurs sûre et durable de cette époque.

Directions ne pouvant ignorer plus longtemps que lorsque l’on écrase quelqu’un continuellement comme la dernière des merdes, on a beau les rincer au possible mais ça finit par sentir très mauvais sous les bottes. Au point d’alarmer sérieusement les voisins.

Une fois de plus, sinon de trop, Genève paiera les pots cassés. Alors que sont l’Office fédéral de la Culture, Pro Helvetia et autres prestigieux éditeurs, très vraisemblablement bien plus impliqués dans l’évidente fraude à l’estimation des valeurs artistiques, à l’enquête, par préjudiciable dédain pour motif de délit d’opinion, de conscience et de convictions.

Ces surpuissants distributeurs de manne ciblée persisteront-ils longtemps encore à s’abstenir de se brûler leur langue ? En reprenant leur patate chaude, ce qui ne peut que les honorer, afin d’y souffler adéquatement de quoi la rendre consommable.

Suite au prochain épisode, exposant diverses flagrantes injustices …

Ali GNIOMINY

«  Antre à Cumes si bile te tracasse … »

antre.jpeg

«  … Que les yeux rouges

te manquent matous du Passé … »

chat.jpg

«  … Comme Extase

d’Harmonies lumineuses d’alors … »

JMR- 2.jpeg

«  … Voyages à l’harmonium et aux synthés… »

 ..

Avant que d’être forcé à ne plus devenir

que le Ténor des Couches Conchiées.

Les commentaires sont fermés.