01/04/2016

L’APLOMB, J’AI ! …

Avant tout, n'oubliez pas: Pour votre santé évitez de gigoter entre les appâts! D'autre part:Si vous avez tenté de plonger dans le Léman, ce matin, vous avez remarqué trop tard qu’a lieu actuellement la traditionnelle vidange complète du lac. Qui en avait rudement besoin, avec tous les déchets attachés par les pieds à du béton qu’on y retrouve généralement, les milliers de carcasses de foireux projets romands tombés à l’eau, les galions incontestablement vieux, l’horreur, lors, des abysses sans trésors. Si ce n’est archéologiques inestimables, dont nos minuscules musées usés ne savent que foutre.

Non, plus sérieusement du tout soyons correctement informé(e)s : Cette vidange complète du lac Léman est chose assez rare, qu’il vaut la peine de connaître lorsqu’elle a lieu : La dernière a eu lieu en 563.

À l’aide d’un tsunami provoqué par l’effondrement de monts valaisans, certes, mais à présent les moyens mis en œuvre sont bien plus conséquents.

Évidemment, quelques erreurs de jeunesse ont jalonné les préparatifs de cette vidange. D’aucuns se seront étonnés de la force inhabituelle des eaux relâchées, au barrage grand ouvert du Seujet. Et d’autres se plaindront du fait que celui de Verbois s’est un peu déplacé, actuellement aux alentours de Montélimar.

Mais l’on n’a rien sans rien. Restons beaux joueurs. Le spectacle des montagnes intérieures du Léman est des plus fascinants, allez-y toutes affaires cessantes vous balader.

Munissez-vous évidemment de tout l’attirail montagnard, pour affronter les asséchés pics sous-lacustres : Souliers solides, piolets de réserve, trousse de sauvetage, palmes, raquettes, tuba, lunettes, pour la réflexion des nappes de mercure. Et masque à gaz moutarde, dès que votre nez sera fourré du côté Français. Reliques de pays belliqueux oblige. D’ailleurs, évitez soigneusement les cols étroits faisant frontière, au risque d’y croiser quelques centaines de milliers de migrants et féroces frontaliers en route.

Oui, le lit du lac a carrément été changé, les drapeaux s’y côtoient et s’asticotent.

Quant à la faune lacustre, (à l’exception de ce qui remplit à présent les congélateurs de vos voisins, qui furent plus rapides que vous pour foncer au lac se servir) subsistent fort heureusement de grandes flaques.

À cet effet, les autorités prient la population de respecter l’obligation qui lui est signifiée, d’aider à la survie momentanée des poissons, durant la vidange jusqu’en 2018, en remplissant de ceux-ci vivants la baignoire familiale.

Des contrôles étant effectués dès qu’anguille sous roche apparaît. Sachez aussi que vous n’aurez point alors à dépenser pour les nourrir. Ces poissons vont raffoler de la vermine que vous et les vôtres leur offrirez, en vous grattant sur la baignoire.

Bon ! Quelle poisse .. on n’y croit pas ? Ok ! Ok !C’est peut-être un tout petit peu tarabiscoté, mais restons plus terre-à-terre: Un peu plus en aval :

En matière de sécurité fluviale, est dorénavant réglementé l’accès au Rhône aux baigneurs en été !

Chaque année passée ayant apporté son lot d’imprudents noyés, la Municipalité se devait d’agir. Il fut envisagé d’installer des filets en amont de la Jonction entre le Rhône et l’Arve. Mais l’idée fut abandonnée, car il devenait pénible, plusieurs fois par jour, d’aller libérer des mailles où il s’était enfilé le stupide bateau pour Verbois.

Non, là je plaisante, restons sérieux. Voyant qu’il était impossible d’empêcher la baignade, ni d’installer des filets ou autres protections, les autorités concernées ont pris les décisions qu’il fallait.

Dès à présent, tout nageur dans le Rhône risque des années de prison, s’il n’est équipé de l’adéquat attirail imposé. Soit : Une bouée fluorescente d’un mètre de diamètre, en forme de canard. Et pour avertisseur sonore, ce dit baigneur sera impérativement muni d’une cloche de vache dont les cornes n’ont point été coupées ! Carillon que devront entendre jusqu’aux armaillis des sauvages plateaux sous-lacustres.

&&&

Mais laissons-là ces piscicoles pensées et observons le lit des flots d’actualité, sur lequel se prélassent nos canards :

Étrange rituel, dans une église suédoise, paraît-il ce 30 mars : 90 cierges furent coupés en deux,

Quelle tristesse ! Voilà qui risque de gâcher un peu l’exubérant anniversaire du si généreux et si prodigue multimilliardaire propriétaire d’Ikéa !

Qui fête ses 90 ans ! ...

&&&

Bref : Ô Combien ne se réconcilient menu fretin et gros poissons avec l’eau tant antique ! À si ténus filets qu’engloutissent maquereaux, loups ou requins ...

Que le courant passe à grandes pompes ; Et nettoie ces lois insalubres, qui ne déciment les lugubres abîmes de cette rassie démocratie ; Mais submergent les abritées berges rehaussées, à libertés de non saucés, habilités à se gausser d’ignares bavards payés pour enrayer trop sages messages. Foin de tous appâts noyant le poisson !

&&&

Ceci dit et pardi, ce vendredi à poiscaille me rappelle, dans le fouillis, combien je fus jadis excessivement Occidental: À la pointe du pays aux mille sardines et de tout l’Occident, face aux violents vents et embruns, recevant pour la modique somme de chais pu quoi, le prestigieusissime joint certificat :

« Ci-Plus bas, sinon ce niais de Facebook va flanquer ce truc-là en photo de présentation ! Et zut, du coup il faut impérativement ici placer n’importe quoi qui fasse joli, dont acte " :

Le désormais fameux :

TROMPE-L’AIL !

Sans titre-1 (glissées).jpg

(PhotoToufo Collection: CHF-974'567'342.- le lot de deux photos desdits cassés)

Certificat, disions-nous, dont seules les baleines se permettront de rire. Que voici puisqu'il passe incognito en seconde position, et ne va pas se pavaner bêtement en présentoir de cet article hautement scientifique et sérieux.

point.plus.ouest.europe.jpg

Ainsi, certificat honorationnel ne souffrant outrage au principe du mec débrouille qui y pense, et commence un peu partout à distribuer des diplômes à vingt balles: « Machintruc À parfaitement Réussi à Atteindre l’Estimable Altitude de 324m52 cm, en se trouvant exactement au Point Central le plus Septentrional par rapport au Mc Do d’en face » … ...

L’on s’y lance ? Se hâte et plonge pleins d’aplomb, sans plombs péter, en ces eaux douces où se vend le vent par coups de pouce ?

Avouons-le : Ci, L’Ours impitoyable a perforé le fédéral piédestal, et des étoiles de merde sont couvertes ; Amère en la mer est la perte … éphémère est l’hère pas marrant et errant appât en l’ère réaliste accrochant finalistes s’approchant.

Sûr, et tout ça sur l’or de l’onde qui encore abonde ! Et ce qu’on y dégote qui tant gigote ; éclabousse maousses brochets chéris, nourris aux déchets, et pourris vers, propres …

Ali GNIOMINY

Vous avez tout compris, au moins ? Quelle chance, je vous envie. Ce doit être le syndrome d’extrêmoccidentalisme aigu qui m’a repris.

 

Allez, il se fait têtard. Buvez cent thés, ça délasse. Mais jamais la tasse !

Les commentaires sont fermés.