29/03/2016

TEMPÈRE RATURES, AIMÉ(E) T’ES HAUT !

Laid lundi de Pâques, fleurant reprise de dessous la bise, et mouillé glas de frimas reniés du climat printanier.

Bien moche lundi d’après les cloches, pour qui sans cesse reste chocolat. À toujours déguster. Tant que tous grands enfants n’auront ouvert les œufs !

Mais, joie : Repoussent les fleurs bleues, sur le dos du pays où sont ouïs les plus beaux gazouillis. C’est l’essentiel.

Glorifions plutôt le renouveau alentours en fonction, apprécions, pour exemple :

La fine stratégie des HUG (Hôpitaux Universellement Généreux) dans le but d’éviter les demandes d’augmentation !

Peu de subordonnés, durant de longues années, réussirent à réclamer un entretien, avec le Directeur des Ressources Humaines-en-Chef. Car il fallait parvenir, suite à des décennies de cours de diction, à arriver à demander de voir Monsieur HERTZSCHUCH.

Et à présent, il est un peu plus aisé de souhaiter rencontrer Madame SCHWESINGER. Facile, il suffit de penser Freysinger avec CH devant.

Ô pardon. Typique vilaine pointe d’humour des placés.

Non, sincèrement, soit bienvenue l’évidente ouverture d’esprit de Madame Claudia (qui tient à ce qu’on l’appelle par son prénom) à bord de l’immense navire hospitalier. Et qu’évolue, toutes voiles avant, mise à la page, l’adéquate utilisation des talents et ressources au service de l’ensemble de l’équipage !

Staff point trop en rage, mais jamais loin de la mutinerie si, par persistance d’incurie passée, demeurant pareillement maltraité. Voyant son salaire net impunément baisser depuis quelques années. Déjà que révolté par les hold-up successifs sur la Caisse de pension de l’État, dont les assurés (de force) actifs, trompés déjà par trois fois, contribuent à la recapitalisation, après pertes des plus douteuses sans faute aucune de ces lésés : En travaillant deux ans de plus et avec, pour l’heure, 12% de rente en moins que celle des non discriminés pensionnaires actuels.

Lors qu’une certaine Droite qui se vautre, très maladroite, envisage à tort encore d’autres parasitages.

Il convient, face aux médusés, d’éviter soigneusement toutes vagues bousculant plus encore le radeau. Croyez-en un vieux loup de pair.

Enfin : Charisme partagé, respect, compréhension, action concrète favorable, humour et bon-sens vaincront l’assèchement des choix obsolètes, de placement de ressources en adéquation avec toutes qualités, expertises durablement démontrées par qui de droit. Même de gauche. À principes si aisément, si impunément caviardés.

Par conséquent. Vive le printemps rénovateur ! Merci à la Nature, voire au(x) dieu(x) tirant les ficelles de tant de disparates conditions de vie, de renouveler ainsi les jolies fleurettes ! Et que s’élèvent et croissent les bluettes et corps beaux, parsemant pour toujours le plancher des bravaches.

&&&

Presque autre chose à présent: Parlant de coquettes demoiselles, justement : Votre chérie retire souvent son vernis à ongle et aime se blanchir les cheveux ? A besoin de ses produits ? Et vous demande de passer également à la quincaillerie chercher le matériel pour la réfection de la cabane du jardin ?

Aucun problème, vous vous rendez (non non, pas encore), vous allez chez le droguiste du coin et, pour en avoir pour le mois, vous lui achetez 150 litres d’acétone et 30 litres d’eau oxygénée, puis vous passez prendre quelques kilos de clous et de boulons, et rentrez bricoler au jardin pendant que Madame se fait blonde et retire son vernis. Tout en lavant sa burqa.

Bien évidemment, quelques fâcheux prétendront que c’est exactement l’équivalent de ce qu’il faut, pour fabriquer l’une des bombes ayant tué à Paris et Bruxelles. Mais, si l’on ne peut plus même se fournir en énormes quantités, et en toute liberté, de telles criminelles saloperies potentielles, sans subir de sérieux contrôle, où va-t-on ? Et de quoi vivront les labos corrompus vendant librement ces produits à n’importe qui ?

Et puis, même si un seul de ces fous furieux souhaitant se la péter n’attire l’attention, en achetant dans 150 commerces un litre d’acétone … Un questionnaire de l’acheteur ne serait-il pas souhaitable ?

Certes, inutile de munir pour autant les quincaillers d’un appareil de prise d’empreintes, pour la vente de chaque clou ou boulons. Mais l’idée reste à disséquer.

&&&

Et en attendant : Notre désopilant autant que pieux président Schneider-Amen a remercié le pape « Pour sa forte contribution de baiser notre monde ».

Dommage qu’il n’ait profité de féliciter le Saint-Père, de contribuer aussi à ce que ses ouailles cessent de baiser des enfants.

&&&

Autres mœurs pas meilleures : Le Sénat américain est en ébullition à la perspective du rachat de l’entreprise suisse Syngenta par les Chinois, et il demande d’examiner les effets sur la sécurité nationale.

En Suisse, aucun problème à signaler à l’horizon. Les wagons Syngenta persistent quotidiennement à jouer avec l’extermination, entre autre, de la population Genevoise. Et avec les Chinois ça continuera ainsi pour quelques siècles.

D’autant plus qu’avec le prix qu’ils nous feront pour l’eau de leurs barrages et l’énergie de leurs centrales atomiques en Suisse, il n’y aura pas intérêt à rouspéter, ou ce sera la coupure pure et simple des courants aquatique et électrique.

Et la mesure des flots de wagons passant sous notre nez se comptera, alors, en niveaux Bopal et en degrés Seveso. Il n’y a donc aucune atteinte ou presque à la sécurité nationale américaine. Aucun souci à se faire.

&&&

Ah, le mignon mardi! Fleurissant esseulé le trottoir de la Rue Prévost-Martin : Un présentoir sur lequel se trouve l’Initiative à signer « Pour le remboursement des frais dentaires ».

La première feuille est remplie, la pluie menace. Bigre, n’y a-t-il donc personne qui soit capable de se mouiller pour sauver cette abandonnée Initiative, du risque de tomber bien vite à l’eau ? Que nenni. Ânes, mes frères Ânes, ne voyant rien venir, j’hésitai à tenter de protéger la précieuse page pleine, en l’adressant déjà directement à qui de droit. Mais suis si gauche qu’ai soudain craint de l’abîmer. L’Initiative, pas qui de droit, qui m’ignore un peu trop.

Or, pressé de vaquer … me contentai de remplir la première ligne de la seconde page, et laissai aux cieux le soin de protéger et choyer l’esseulé présentoir du trottoir « Pour le remboursement des frais dentaires ».

Certes, il en coûte aux meilleurs Innitiants de faire le piquet à longueur de journée, à glaner quelques signatures, ô que je les comprends et félicite pour l’excellente idée. Que de laisser seules les Initiatives se présenter aux signataires.

Un peu comme un fantasme de grande urne toute ouverte pour soi seul(e), décidant oui ou dictant non, sans nulle âme alentours pour tenter d’influencer  la signature. Dommage, cependant, pour faille, qu’il faille sans doute pour autant mobiliser quelques dizaines d’agents, afin de visionner les nombreux filmages en direct des présentoirs sur les trottoirs, et du comportement des signataires ou non … Tentative, finalement, possiblement contre-productive!?

Bref, n’empêche que, de rencontrer une Initiative si seule ne peut s’expliquer que par un unique motif : L’abus de peur du dentiste.

Surmontez-là! Allez confronter vos peurs de la solitude crue et du bourreau de dents, allez vite devant le Denner signer cette malheureuse !

Puis appréciez l’après vision. Quand assurément l’atmosphère de la sphère des affaires souveraine devient plus saine et moins hautaine. Qu’aucune dent n’a plus à rayer les Parquets. Que la glace brisée fait place à la risée à l’encontre d’assurances qui ne firent rire mais montre de simpliste inconscience égoïste, niant l’importance des dents, délurées Directions sans correction jusqu’alors, n’aidant donc, sans s’en vanter, à l’effort de santé de l’assuré.

Bref: Les beaux temps pointent. Donc gare à ne se piquer ! …

Ali GNIOMINY

Respectons toujours autant l’égout et les douleurs !?

mer.jpg

et l’Allégorie printanière de l’indécision féminine ayant failli sauver Adam :

pom.jpg

Mais n’ayons crainte, en vérité: Ils sont venus, ils sont là en permanence, à travers les époques : Mulder et Scully ! Pour mieux encore vous endormir instantanément :

skull.jpg

Les commentaires sont fermés.