31/01/2016

FORMATE L'ETHIQUE !

Forme athlétique? Presque ! À l'évidence, les petits-enfants des indigènes que je connus jadis, ornés d'une magnifique roue de plumes sur la tête, l'ont presque tous troquée contre des deux-roues, mais la nature, elle, n'a pratiquement pas changé.

IMG_2738.JPG

Si ce n'est le désastreux silence règnant, là où nous réveillaient des dizaines de perruches, singes et perroquets. À peine si un farceur macaque, l'autre jour, s'amusait à nous lancer des mangues. Comportement qu'en 34 ans je n'avais jamais vécu. Exactement comme dans un album de Tintin, à la différence que les projectiles n'étaient pas des noix de coco. Preuve de désespoir et de rage animale contre les prédateurs humains, ayant visiblement provoqué un désastre écologique généralisé.

Les habitants de la Mata Atlantica et des mangroves nous assurent "qu'il arrive parfois que passe une cacophonique communauté de Jandaïa" (grandes perruches) mais il y a quatre ans encore c'était pour nous un émerveillement quotidien.

À moins de deux semaines du retour en Suisse, j'en suis presque à regretter de n'avoir pas encore été surpris par la ou les traditionnelles mygales paraissant adorer m'effrayer. À peine si un serpent vert (possiblement dangereux) s'est enfui à quelques centimètres de mon pied.

Avec l'habitude, pas même de quoi piquer un sprint qui me permettrait d'augmenter la forme athlétique que je recouvre à chaque fois ici, et que Genève qui s'évertue à me tuer me fait perdre dès le retour. Les pires serpents d'ici ne sont rien à côté de ceux essayant de me faire abandonner mon sang froid, systématiquement à chaque voyage.

Alors que j'ai préalablement et dûment averti par lettre recommandée que je suis absent, de telle date à telle date, de l'enfer où les corrompus m'assignent subtilement à résidence. Et annoncé que si des poursuites plus que litigieuses de charognards du recouvrement sans contrôle justifiable, et autres plus que présumés escrocs en bandes organisées contre qui je porte plaintes pénales très circonstanciées et me constitue partie civile d'ici peu, que si de tels actes me sont notifiés en mon absence je ne pourrai y faire opposition que dès mon retour.

Absolument à chaque voyage je suis averti par des proches que je dois me présenter à l'Office des poursuites à une date où je suis à des milliers de kilomètres de Genève, sous peine d'exactions de la force publique complice, etc.

Juste pour tenter de faire monter à répétition mon hypertension à plus de 200/140, comme dernièrement. Un moyen comme un autre d'essayer de détruire, d'empoisonner misérablement un Poète d'exception, dont il n'est plus et ne sera jamais plus possible d'arrêter la salvatrice contagion des idées libératrices, depuis des décennies qu'elles font leur chemin sur chacun des continents.

Il est plus que temps que je formate l'éthique du pays de mes ancêtres trahis, cette Morale démocratique totalement pervertie par des usurpateurs timocrates sectaires, ayant par trop abusé de la molesse d'une Gauche Suisse baillonnée, muselée depuis des décennies, et actuellement honteusement soumise si ce n'est collabo. Laissant agir à son gré la cossue pourriture parlementaire nuisant ouvertement à la masse laborieuse.

Jusqu'à mon dernier souffle je n'aurai de cesse de dénoncer les méfaits des flagrantes, intolérables injustices encore en force et vigueur en Suisse également, si ce n'est principalement. De par l'exemplarité de pacotille que notre pays répand criminellement dans le monde entier. Profitant de l'image honorable que cette nation avait acquise grâce aux combats et à la sueur de nos pères, cachant combien ceux-ci furent discriminés, volés, trahis par les castes de corrupteurs sous le joug desquels nous sommes actuellement majoritairement esclaves.

Dussai-je le hurler en Tupiguarani: Qu'aipim, iam, maniçoba, racines et feuilles tribales nutritives ou mortelles, si préparées par de non-initiés, consommées à l'aube, puissent encore souvent m'aider à conserver ma forme athlétique. Et qu'ensemble l'on formate l'éthique des pays ironiquement dits civilisés, et réinitialise les lois de gouvernements infestés de malveillants parasites. À commencer par l'une des plus néfastes et outrancièrement corrompue, la LAMAL.

Déviée par et pour le profit de parlementaires, encore en vain dénoncés dernièrement par l'excellent Me Poggia. Loi devenue criminelle, dont je vous détaillerai bientôt, par l'exemple authentique et indiscutable, les conséquences délictueuses gravissimes que cette saleté de protection de corrupteurs engendre impunément.

En attendant, je vous laisse admirer ce qui me permet d'oublier par instants la racaille à cols blanchis que j'affronterai sans détours au retour, jusqu'à ce que l'extorsion de fonds qu'elle a par trop pratiquée lui coûte quelques millions, en un premier temps, quelques milliards au plan genevois en cas de représailles supplémentaires, s'il faut que j'ouvre entièrement le "tryptique", et de toute manière quatre ans de prison ferme pour plusieurs d'entre ces responsables et leurs complices directs.

L'on ne détruit pas la santé, la réputation, les finances, la carrière, la joie de vivre, la verve poétique et humoristique d'un Artiste hors du commun durant soixante ans, sans finir par tomber définitivement dans la pire des disgrâces ...

Ali GNIOMINY

barque.jpg

photo.JPG

peche.jpg

Les commentaires sont fermés.