15/12/2015

L'ART BEAU RIT, GÊNE !

MAIS D’EMBLÉE, LÀ: PHRASES À SAS SINE QUA NON :

Il ne pouvait devenir que le meilleur des harpistes ! Avec tant de cordes à son arc !

&&&

Mais : Bonjouuuuurr les petits et grands fans ! Comment vacille ma foule aujourd’hui ? Croule-t-elle sous l’imbu lot ou coule-t-elle des heures heureuses ?

Vous enfin par milliers à grouiller vers la faim de littéraire fourmilier !

Merci d’être las ! De fades tirades.

Car, Gare ! Gare à ne devenir pire que ce qu’on, conquis, parodie ! Vie ne ment !

Au taux critique, relevons déni de plats Fonds, et aérés fléchissons :

Clou n’est-ce, que du spectacle, que celui qui luit et l’ennui tacle ?

&&&

Allleezzz ! Qui sème bien bâtit bien !

Votre bon Roi-Député du Parti Railleur sans haine ne dispense d’estocade au Nerf de la guerre, en pleine danse de Son engeance, désescalade de Ses serfs !

Le rôle du drôle Loyal veut que morveux n’en chialent !

Que marmaille braille, à vœux glaireux, s’en aille guillerette conter fleurettes aux girouettes, chanter romance de sa défiance d’alléchants rangs de grands méchants loups, flous, peu distingués, sautant à gué sur les obstacles à leur débâcle.

&&&

Ainsi, un Tribunal qui fédère râles comme fédère Ère Suisse qui se hisse, le T.F. (Terreur Farfelue) :

… Autorise une élève musulmane du canton de Saint-Gall à venir voilée à l’école. Alors que vers Zurich, des élèves vêtus d’une chemise Edelweiss, tenue trop suisse, sont considérés par une prof neutralisante comme racistes envers leurs camarades musulmans, et priés d’aller se rhabiller.

Aïe ! Conformément à la charia helvétique en cours d’élaboration, les enfants suisses déboutés sont déjà priés de s’habiller de noir et de se présenter voilé(e)s en classe ?

Ces jeunes crétins d’armaillis Edelweiss en herbe osent de plus prétendre, eux, qu’il est raciste que de venir imposer ses coutumes lointaines et moyenâgeuses en Suisse. Que c’est mépriser ouvertement de paisibles us et coutumes vestimentaires d’un continent libéré, que de se pavaner ici avec des symboles d’enfermement clanique, de rabaissement de l’aspect, de l’individualité d’êtres humains ci-fondamentalement égaux, d’avilissement contre lesquels lutte depuis des siècles la civilisation très avancée en laquelle l'on est ou non accepté(e). En fonction de sa conduite et de son apparence non provocante ou dissimulée, pour raisons d’atteintes à l’intégrité par formatage archaïque liberticide.

Nullement raciste, donc, que de forcer les gens d’une contrée à des démonstrations d’appartenance à des convictions dont ils se méfient, ne veulent rien savoir, sinon des désastres successifs qu’elles engendrent : Rien de bien xénophobe, à: Nous considérer comme une race de pigeons acceptant tout et n’importe quoi dans leurs nid ? À cracher en groupe sur nos traditions, notre volonté de libération de la totalité des victimes d’oppressions conceptuelles et physiques ?

Que nenni ! Il n’y a là aucune insulte anti-Suisse. Chacun est en droit de faire de son enfant un drapeau pour la cause qu’il lui impose. Excepté en chemise Edelweiss.

Un peu de Respect ! L’on n’achève pas un ennemi à terre !

Car voilà que 195 pays ont signé le traité sur le climat. Politique.

Que le baril, qui devrait être à 106 dollars pour qu’espèrent survivre, à brève échéance, les trop richissimes maîtres des déserts de l’anti-culture et leurs peuples sous esclavage idéologique, le baril est à présent aux environs de 35 dollars. Vous déduisez 195 clients et faites le compte : Reste du sable et d’actuels sursauts d’énergie du désespoir, où tous les coups sont permis.

Où il s’agit de rameuter les plus ignorants et influençables individus locaux et d’autres pays, pour tenter de rétablir le chaos séculaire nécessaire aux despotes, pour priver la terre entière de partage égalitaire de tous Biens en suffisance et Droits planétaires à Jouissance de l’Existence. À sains échanges et limpides face à face. Sans parasitage de visage par un tissu de déments songes. À son insu prônant exclusion de base, voire haine vieillotte contre l’autre, la race de nos penseurs, et manières d’agir, de vivre convenablement en nos sociétés ouvertes … aux âmes d’évidente bonne volonté.

À condition de bien mystifier les troupes et mercenaires, de leur fournir les restes de rapines à 100 dollars le baril, pour essayer une ultime fois de porter loin le costume idéologique mité de partout : ça peut durer encore quelques fractions de ce si matériel début de XXIème siècle. Le temps de revendre en catastrophe la France entière … Et toutes reliques de la déloyale gestion énergétique et spirituelle de peuples, du comble de l’Indécence sociétale entretenu.

Tentant de choper au vol quelques dernières bonnes âmes fragiles, à pousser à se convertir et l’afficher, se repentir de n’avoir plus tôt commencé à s’abêtir, se déresponsabiliser à l’abri d’une Notion subjective, parmi d’autres sans tangible fondement, méritant cris et risées.

Idées de relier en Paix l’humanité, obligatoirement, par un même lien … à Noms antagonistes. Entrave blessant l’Homme, l’étranglant en ses convulsions. Amarre clanique occultée, Chrétienne, Musulmane, … Politique … Culturelle … responsable de tous les maux et pièges qu’Elle prétend aider à éviter.

Corde infâme, voilée, dont l’exposition est injure à de telles victimes d’aliénation et à ceux n’ayant le droit de les sortir de cet asservissement.

L’astuce gobée exigeant que le processus ait lieu systématiquement à sens unique. Il y a d’un côté les racistes, les Suisses, et face à eux, les provoquant, les innocents.

Il me souvient soudain de ce bus niçois bondé. En lequel sous mes yeux un adolescent bouscule légèrement involontairement un maghrébin belliqueux. Prêt à le cogner, puis le père du gosse s’interposant. Alors que mes doigts se préparent en position aérodynamique. Le ton monte, le père est impeccable, éduqué, restant poli, alors que l’autre fait honte à tout le bus. L'irascible exige plus d’excuses … et soudain le père lui fait « Et vous croyez, vous et les vôtres, que c’est en agissant ainsi que vous allez un jour vous intégrer et vous faire accepter ? ». Silence total. À peine si l’affreux ignorant, se sauvant à l’arrêt suivant, n’a pas dit en sortant « Au revoir Monsieur, et merci ».

Une autre fois, redescendant du pied de l’extraordinaire et toujours mystérieuse Vallée des Merveilles, entre Tende et Nice, pas bien loin de Riquier, une gamine voilée d’à peine 16 ans, et son barbu un peu plus loin se mettent à nous provoquer. Elle se pose en face de moi et me fait : (Tiens je l’avais oublié en vous parlant l’autre jour de mes soi-disant sosies, selon certains) « T’as une sale gueule, toi, tu ressembles à Chuck Norris sans barbe, mais lui il est beaucoup plus beau et musclé que toi ! »

Si cela vous est déjà arrivé vous savez combien, tranquillement assis dans le train ça secoue, ce genre d’agression verbale directe. Je suppose qu’elle cherche une beigne pour pouvoir porter plainte, obtenir rente et dommages et passer pour martyre d’abominable raciste blanc. Contre lequel, pour venger l’honneur de la pauvrette, le barbu frère a dû intervenir. Et l’inculte voilée déverse un flot d’insanités. L’ami se lève pour l’empoigner. Tout en surveillant nos affaires, pensant aussi à une diversion pour nous voler dans la confusion s’ensuivant, je laisse retentir ma terrassante voix de baryton !

Non point, comme au Brésil où cela jadis m’arriva, au fond d’un bouge de jungle de nuit, éclairé aux flambeaux, où quatre tatoués balafrés devenaient un peu trop flippants, prêts à nous faire la peau … Quand je sortis d'une poche ma minuscule guimbarde, la coinçai savamment entre les dents et démarrai pour 1/2h d’époustouflant spectacle, des puissantes surprises musicales d’une cage thoracique pour enceinte, de dents vibrant et de palais tout entier fournissant rythmes et variations au choix! irrésistible!

De patibulaires bagarreurs anti-gringos, les joueurs clandestins étaient devenus de vrais agneaux, plein de projets musicaux, berimbau-guimbarde-tablas, nous laissant repartir entiers et félicités par moult viriles répugnantes accolades suantes.

En fait, tel a toujours été le cas, à deux exceptions près où le canon d'un flingue m'encombrait trop vite le palais pour penser à jouer. En pays particulièrement dangereux, j’ai toujours sur moi ma guimbarde fétiche. À défaut de mon harmonium, je dispose d'un peu plus pratique pour adoucir les mœurs.

Non, dans ce train de Tende, que tout le monde l’entende, je hurle menaçant que ça suffit! Du même cri, porteur sans doute d’effrayants infrasons, que celui qui fit stopper la panique, dans la cale du ferry-boat accidenté où j’étais compressé. (voir bien plus loin).

Hurlement d’injonctions à briser les tympans paralysant l’adversaire, le sonnant pour quelques secondes. Avant ma voix ferme mais douce, rassurante, conciliante, désarçonnant toute malveillance. Entouré du même halo de confiance infaillible que celui qui me permet d’être généralement en excellents termes avec les animaux. De toutes races. Plus ou moins appréciables en fonction de leur caractère et des risques qu’ils représentent pour nous, mais toujours respectés comme victimes "irresponsabilisées" de la nature.

Ces témoignages ne visent aucunement l’ensemble des personnes de la religion en question, mais bien ce qu’elle a de pire et de plus décadent, ce qu’il arrive à tout un chacun de croiser une fois ou l’autre, qui traîne dans les bas-fonds de nos sociétés pacifistes, qui rampe encore en l’ignorance, fanatise, soit aveugle dangereusement. Et tente de s’immiscer par-ci par-là dans l’éducation de nos enfants.

Y parvenant, pour les pires cancres ou interdits par parents et aïeux d’étudier. De s’ouvrir l’esprit sur autre chose que de Saints Préceptes totalement actuellement déviés, au service de successions de tyrans déformateurs, les ayant récupérés à leur exclusif profit, et privant ainsi de Paix, d’Équité soit de Justice l’humanité entière.

Burqa, voile, kippa, turban, chemise Edelweiss, crucifix, croix gammée, plus rien de ça d’exposé et le monde est sauvé.

&&&

Quant à nos pas racistes voisins, encore … : « Les Français font barrage partout au Front national ! »

N’eût-il été plus adéquat et inquiétant, que de titrer « Les Suisses laissent l’UDC submerger le lit de la Démocratie ? »

Et : Horreur absolue : L’éditorial, à côté de cette Une de la Tribune de Genève du 14.12, où Denis Etienne constate : « Les Terriens votent d’une même voix ! » …

Via le déraillement, à l’évidence. Cessons de nous voiler la face et agissons, pour le mieux de toutes races sans distinction.

Ne laissons les superstitions nous imposer les lois …

Ali GNIOMINY

 

« Sydney baie chétive vit. Quartier de Rock. (Habille lie?)»

Sydney.jpg

Et Buildings dingues, sur ton doux de didgeridoo:

syd2.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.