01/12/2015

RESPECT DE L’ÉTHIQUE QUÊTE

Les Verts … de rage veulent porter plainte contre la Suisse !

Voilà qui se comprend aisément : Une pomme pourrie jusqu’au trognon ne laisse plus grand-chose à se mettre sous la dent pour les Verts.

&&&

Rougeaud et jugé pour meurtre, celui-là, il se présente ivre au Tribunal !

Nul doute qu’il sera acquitté : Son excellent avocat ne peut se voir contredit, plaidant le fait que, depuis le meurtre, son client a pris bien de la bouteille !

&&&

Autre Info absolument mortelle, qui vous prend aux tripes, dans l’Organe de communication du PLR-UDC-PDC, soit la Tribune de Genève, donc : « Une offensive est lancée pour brider les Services Secrets » !

Imaginez, un tel Édifice opaque s’écroulant ! Il écrabouillerait tous ses occupants!

Abri d’abats tue !

&&&

Aïe ! Incidemment débusquée, La Feuille Officieuse de Genève, va comme de coutume essayer de changer la veste qu’elle prend. Le prochain titre sur le sujet sera, à n’en point douter :

« La détestable rage du fichage d’Helvétie est un véritable saccage de la démocratie ! »

Ah non ! Impossible ! Pas poétesse pour un sou, l’hurluberlue Julie n’emplit ses pages qu’avec un seul abominable Rime.

&&&

Soyons gentil, pour ce jour de fête du féroce commerce des trithérapies.

Et reconnaissant, quand il y a de quoi l’être.

Car si j’étais né quelques années plus tard, je serais mort depuis longtemps. Pour avoir, entre autre, à 19 ans, tellement en manque d’héroïne alors que je venais d’en acheter, ayant la seringue et tout le nécessaire, mais que les toilettes publiques de Bâle souffraient d’une coupure d’eau : Pompé le fond des toilettes, urine comprise, filtré l’horreur dans un coton, mélangée avec une dose de Brown-Sugar, héroïne et strychnine provoquant les pires souffrances en cas d’arrêt, et me la suis injectée.

Avec la même seringue que deux amis, comme tel était le cas avec une dizaine d’autres. Tous décédés depuis longtemps. Du fait qu’ils étaient restés face à la tentation trop forte, alors que je m’étais SAUVÉ. Parti en Queste du Graal, recherche de l’Atlantide & Cie, des portes d’Agartha sous d’autres horizons.

Après plusieurs jours entre la vie et la mort, seul sous tente à Mykonos avec un bidon d’eau (bouillante le jour) et quelques grammes quotidiens de haschisch mangé. Ainsi que plusieurs fois décrit longuement, durant les huit précédentes années sur ce blog.

Soit : Risques majeurs de contracter le fléau en question. Sans parler d’une trentaine de partenaires des deux sexes, pour des rapports jamais protégés. Avant adéquate stabilisation sans risque depuis 33 ans. Et des pires abus imaginables d’alcool, médicaments, drogues, tentatives de suicide, durant ma jeunesse …

Résultat : Hépatite C jusqu’en 2002. Guérie, désactivée grâce aux excellentissimes Praticiens des HUG, à l’époque, que je ne saurai jamais assez remercier :

- Messieurs Pascal Gache et Francesco Negro :

- Aux ampoules d’Interferon du protocole de recherche, à 3'000.- chacune, que je m’injectais chaque dimanche sans jamais en avoir perdu une goutte :

- Et à ma rare faculté à dominer le presque insurmontable. Me libérer des pires addictions là où d’autres y succombent majoritairement. Comme celle à l’opium pur et ses dérivés, totalement rejeté depuis 39 ans, excepté de petites périodes passées sous médication en contenant. Ou l’alcool. Plus une seule goutte, avec jubilation ni même y penser, depuis 17 ans 2 mois 15 jours 7heures 47 minutes ...

Hormis, toujours et encore, s’accrochant depuis 45 ans : Un gramme quotidien de paisible herbe du terroir, bienfaitrice ou malfaitrice, selon l’usage qui en est fait: Et toujours trop de la terrible drogue dure : Tabac d’État  !

Que ce dernier, en substance nous injectait, adolescents, par subliminaux tableaux de : « Fume Gauloise ou Marlboro, si t’es un mec normalement constitué mais que le cigare te fait tousser ; Le mégot calme les nerfs et te donne de la prestance, te pose un homme. Si t’es une gonzesse tu fumeras Camel. Et les vraies bonnes femmes, elles, si elles sont vraiment patriotes, veulent être dans le vent et un jour mériter de pouvoir voter : Doivent fumer Parisienne ! ».

Toute honte bue ruse éventée, il faut l’avouer : La volonté de maîtriser l’art de se passer d’une cochonnerie malfaisante est bien là, fort remarquable. Mais prioritairement dirigée vers les religions et politiques de droite. Après on verra, pour le tabac.

Donc : Fichage, vous disiez ? Respect de l’étiquette !

En tout égoïsme, que nos James Bond soient ou non plus bridés qu’à présent m’importe assez peu. Ce serait un prodige incroyable qu’ils parviennent à trouver d’autres informations, concernant votre dévoué, bas rond-de-cuir et accessoirement Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche philosophique : Que le fouillis entièrement vrai et tout ouvert, offert à disposition, dans les actuels 764 billets du présent Manifeste de l’Art-Évolution !

Alors, franchement, reportez-vous plutôt quelque part, bien des pages plus loin, et voyez ce qui était dit de l’ancien Chef de ces bridés Services Secrets Suisses, dont le troisième S n’est point trop de trop, n’exagérons pas, grand manitou ayant pris sa retraite à … oui oui, à peu près traduit : Spiez-Dessus.

Certes : Votre bon Roi-Député du reste vous a souvent conté ici combien il a horreur des visages masqués. Combien des gangs cagoulés et armés avaient par deux fois fait irruption pour tout voler et finalement briser ses côtes, l'avaient torturé pour le faire avouer où se trouvait l’argent, inexistant. Combien peu de temps après le cogneur arrêté et relâché comme lapin avait été retrouvé criblé de balles. Combien d’autres fois en Majesté l’auteur s’était retrouvé avec un flingue sous le nez ou une navaja sous la gorge, un boxeur fou lui courant après dans les rues de Berne, etc … Ce qui n’était assurément pas l’œuvre des SSS.

Au contraire, par leur intervention, les Renseignements Généraux français lui ont permis de démanteler, grâce à sa logique imparable et rationalité, modestie, déjà éblouissantes, de mettre un terme à la communication et aux escroqueries financières d’une secte, proliférant à une vitesse impressionnante auprès de gens de classe « supérieure ».

Nos Sherlocks … sont un mal … malheureusement indispensable, par les temps qui coupent court. N’ayant ni grande sympathie ni détestation pour ces fouines roublardes, celui qui ose écrire authentiquement à la première personne, et n’est pas plus considéré que le plus stupide des bœufs cas Roth, l’affirme : Je ne sais pas quoi dire, pour une fois.

Bien sûr que ça a déjà commencé chez les voisins. Au nom de l’état d’urgence, des ordinateurs d’écolos sont saisis. Bien évidemment qu’il est rageant de se savoir certainement épié, écouté, si ce n’est observé par webcam ou frigo … Alors que l’on n’a fondamentalement rien à se reprocher, bien au contraire.

Nul doute que les barbouzes et sbires casqués surfent de toute manière sur les lois de, par et pour leurs alliés. Un peu comme mes pauvres confrères humoristes, surfant sur le peu qu’il reste, quand le bas rond-de-cuir leur a rasé d’un coup sous les pieds tous les « witz » et jeux de mots imaginables.

Mais, lors de l’actuelle prolifération de dégénérés, de retardés zombies barbares : Est-ce vous qui risquez votre vie ou pire en première ligne ? Détruisez personnellement les cellules malades ?

Et que pensez-vous vraiment de l’affligeant spectacle de protecteurs de la nature, blessant des cailloux en les projetant sur des CRS ? Sur une place parisienne salie, encore pavée de pleurs et d’hommages !

Ne croyez-vous pas que ces manifestants pour bonne cause, certes, font on ne peut mieux le jeu des inhumains ? Il est d’ailleurs miraculeux, dans la confusion, quand tous les flics sont du même côté, que quelques ceintures explosives ne soient apparues pour se mêler à l’arrière-garde des complices involontaires, infidèles manifestants et futures victimes.

Pourquoi vouloir absolument tout garder caché, secret ? Serait-ce donc tout de l’inavouable, soit du délictueux ? Quelle peur à avoir que des pas trop primitifs gabelous fouillent adéquatement nos coins à ordures, si l’on n’a rien à camoufler et que ça peut sauver notre civilisation ?

Nos « libertés » n’ont toujours été qu’un risible canular. Vouloir les restreindre n’est pas la vraie question. Diminuez une farce insignifiante, ça reste toujours une farce insignifiante.

Alors, continuer dans le flou et l’inefficace comme jusqu’alors ? Ou contribuer à l’érection de normes plus dures, nous acculant à la soumission et l’acceptation de les supporter jusqu’au plus profond du culte ? Rien de bien jouissif à l’horizon.

Le Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche vous délivre ainsi son mot d’ordre pour ces futures votations : MOT D’ORDRE.

L’Orgasme officieux du PLR&Cie, lui, selon la direction du vent, vous instillera certainement des influences fort contraires. Mais qu’il lui soit pardonné. Car en son sein, il recèle paradoxalement, de très grands Messieurs. Dont M. Stepczynski, Stepczy pour les amis, et il en mérite des paquets. Qui nous rappelle périodiquement certaines crues réalités.

En vrac, traduit de la pointue analyse Stepczynskienne : Nos Caisses de prévoyance jouent à la chaîne de Ponzi, (style Madoff) couvrent les besoins des uns avec l’argent des autres. En cas de trop de besoins d’un coup, il n’y a plus de quoi les couvrir.

À moins de voler encore plus et plus encore aux taiseux mous ayant-droit assujettis, pour ne pas avoir à diminuer l’énorme commission à continuer à s’accorder entre potes au passage.

Car, en matière de corruption par fraude à l’estimation des valeurs humaines, l’Indice Gini, mesurant l’inégalité des revenus, classe la Suisse au 32ème rang, entre le Yémen et l’Arménie.

Notre pays a également l’honneur d’être le plus esclave du monde par servitude pour dettes, puisque 739 milliards en font la nation la plus endettée du monde.

Du fait, donc, qu’étant la plus mauvaise élève du monde avec ses bâtiments chauffés au Mazout, et en tous cas aussi la plus polluante d’Europe, avec ses puissantes et très lourdes voitures, elle engraisse à outrance les susdites assurances forcées, investissant dans les énergies les plus sales.

Et plaçant leurs chiens de garde aux gouvernementx depuis trop de décennies. S’activant impunément à capitaliser en dépouillant du Suisse, par tous les artifices les plus indignes et grossiers en force et vigueur.

Allant, pour exemple, jusqu’à payer 250.- aux chauffeurs des TPG de Genève pour qu’ils ne fassent pas grève, alors que nombre de sympathisant des grévistes autres fonctionnaires de l’État, ne peuvent pas se payer un jour de grève, misérablement déduit par pression politique sur leur lamentable pitance laissée par les charognards.

Mais sinon, tout va bien. C’est la fête …

Ali GNIOMINY

&&&

Ci-dessous : Photos de l’Organe pressé du PLR-UDC-PDC, qui illustreront sa Une demain, pour représenter la monstrueuse manifestation du jour des sales gauchistes d’État.

IMAG0021.jpg

Vouée à l’échec, car trop pressée ...! Alors que l’échec aime hâte !

IMAG0024.jpg

Les commentaires sont fermés.