05/11/2015

DÉVERS DES VERS DE RAGE OUTRAGE TRAGIQUES PRATIQUES ?

D’emblée : L’aviez-vous dénichée, celle qui suit ? Qui ne vous contentez généralement que de l’appellation Roi-Député du Parti Railleur ; Voire comprenez : Roi des Putes et du Partir Ailleurs : Aviez-vous tout saisi, de cette forme de paréidolie épistolaire dont parle l’auteur ... plus loin ? Oui ? Vous êtes donc également pacifistes, car seul un ignominieux : Roi des putes et dupes part tirailleur !

&&&

Exemple même des surprises surgissant petit-à-petit, lectures après lectures, de l’œuvre Majeure, contemporaine encore pour quelque temps, du plus surdoué des bafoués phénomènes de la foire d’empoigne au pécule artistique, censé d’utilité publique. Pécule formellement dû à hauteur de ses mérites et apports, à qui de si éphémère irritant, virtuellement maintenu sous les griffes de chat sot, ou les sabots de cheval laid déambulant, le bide haut, sur le chemin de Canaan, … Et autres faux faméliques bestiaux, depuis trop de temps constipés, dont la démarche outrageusement nonchalante risque de finir par laisser de bien vilaines traces.

De leur passage de bigleux et sourdingues taiseux soumis, domestiqués par cette riche époque. D’officielle corruption du sens profond de Culture, ne cultivant plus que l’uniformité d’exclusive bienpensance, dangereusement obsolète. Excluant toutes utiles solutions par critiques virulentes mais concluantes, d’usurpées normes morales que les mafias de la Pensée ont imposées, par excès de moyens offerts à leurs plus serviles et surveillés discriminants distributeurs et dits créateurs.

Prenant une belle gamelle, si d’aventure ils laissent entrer, au vu de l’Opinion : Le Grand gentil Mouton, dans pareille Louperie ! Et tel se prépare le cas ! Car n’avale pas comme ça l’eau vidée de bonne heure, l’assoiffé de justice illico !

Cote ? Dettes ? Le coquin quiet éveille toutes basses Cours ! Gare au train-train trop regardé passer ! Et la ferme ! Faucille fermement en poigne ! Marre ! Tôt ou tard : Chasse à vermine creuse sa mine, en ressort l’Or de ses efforts !

&&&

Ah, que la mathématique des mots mauvais assemblés : Blêmes doit rendre, en dressant ceux-ci, ces si silencieux odieux dieux du mépris prioritaire !

N’éradiquant dits cancans, qu’en cas de diffusion diffuse, peu noble, qui use d’ignoble obligation de taire la Panacée de si racées Notions de Trop Clair ! De nos Terres !

Diantre, que ces si cyniques ci niqué(e)s doivent tiquer !

&&&

Ces mêmes, sans doute, à cornet acoustique hyper-bouché et œillères rouillées, langue pourrie, qui, dès qu’on leur dit qu’en France les homosexuels peuvent donner leur sang, interrogent avant de défaillir : « Quoi ? Les hommes au sexe cruel peuvent aussi donner le sein ? Quel laid comportement ! Et adopter ou se marier, pendant qu’ils y sont ? ».

« À ce rythme-là, je vous le dis, ma bonne dame, au nez et à la barbe bien rasée de nos plébiscités pervers polymorphes qui nient des guerres, vous verrez que l’un de ces déviants à tendance bi va finir par obliger la Science complice à démontrer que la tare homosexuelle a bien du retard, en matière de nuisibilité, sur la propagation du cancer intellectuel de nos chéris, demeurés hétéros homophobes, si dignes du QI de choux-fleurs ; »

«  Ne m’en parlez pas, ma chère Aglaé, une sacrée catastrophe si, du coup, ces tarlouzes parviennent à prouver publiquement que notre sectarisme vient du fait que nous sommes mal formaté(e)s à la base. Sciemment maintenu(e)s dans l’incapacité de réaliser que la quantité de glutamate dans le cerveau, à la naissance, sert simplement de naturel régulateur à la surpopulation débridée, ignorante, dégénérée, méprisante en fort regain de nombre et de pouvoir : Grâce aux attirances et associations hormonales homosexuelles formant des couples plus responsables, compétents, libérés des carcans d’imbéciles préjugés et fausses obligations, moins bordéliques, quant aux apports à laisser pour descendance qu’ils n’auront cependant pas, plus humains, plus riches en tout.

Excepté, bien entendu, en légitime Respect, Reconnaissance et Réparation des torts causés, qui leur sont formellement dus !

Pour lesquels nous formons tous encore un massif barrage trop lézardé, d’éthique en toc, que sans tact nous tentons encore au possible de colmater à coups d’adhésif de silence entendu, mais qui est tellement prêt à exploser.

Allez, Mamie Aglaé, je dois vous laisser, il faut que j’aille préparer la pelote rose pour les leçons de tricot que je donne chaque soir à mon petit-fils. Dont les mœurs sont un peu bizarres, mais vous savez, la jeunesse ; ça lui passera en devenant un bon père jalousant les talents et la liberté d’autrui, votant extrême, n’importe quoi mais extrême comme le veut la coutume. Lui qui est si gentil, si délicat, si poli, si propre et bien élevé, si serviables et prudent, ne traînant qu’avec des garçons, un amour ! … Tenez, je serais capable de casser son ombrelle sur la tête de celle ou de celui qui l’embêterait ou dirait du mal de lui ! Bon, cette fois je retourne à la Q.Isine de mes choux-fleurs, dépourvus de notice relative aux consignes d’usage et aux effets bénéfiques et savoureux, apaisants, d’un juste taux d’acide glutamique utilisé !»

&&&

Ces Indispensables bombardements réguliers-là terminés pour l’instant, passons à plus sinistre encore, c’est possible :

« Bravo ! Youpie ! Allons en rues très animées suivre la procession festive à la Gloire de Sainte UBS, et de son bénéfice de 2 milliards et des poussières au derrière.

Gloire à la Dive UBS, future canonisée renée du bûcher, pas la moindre roussie, muette  miraculée, dont le rutilant nouveau Grand Temple des Rues-Basses, au possible, est dit-on des plus somptueux et attractifs! Amour et éternelle fidélité Lui doivent toutes poires ; Et sommes de connes … éhontées !

Amène, Ô Hérétique Sainte UBS, ayant englouti le tentateur Honneur de ma Patrie de jadis. Amène en cage  ton fricotage! Des démons à monts et merveilles régnant sur la Corbeille. Libère-nous du satanique radicalisme. Amène haine et simplisme juteux de gâteux tyrans, au rang mérité d’auteurs de Croûtes à Art Haché de la blessure de bestiale Mesure de la Peinture sociale. Amène  Science sans confiance, de la Gestion des Cache-Questions, au paradis des sans radis, et ne bénis, n’accorde plus, dorénavant, ô Juste UBS, haut le buste en avant, les faveurs de ton obscure manne qu’à tous bénis-non-non et non punis. Amène !

« Psaume priatoire N°4, alinéa 2 milliards, Prière de la Sotte Bible Très Sans t’Y fier, de l’art friqué des abus ! Ne comblant certes creux de nos pertes, mais s’amusant de crêts teints, de ridicules monticules tout souillés, barbouillés, pour devantures de Ses couvertures ! Livre ivre de saouler sacrément les foules, et de fouler sous ces fous l’herbe à égos de bigots, qui barbent sous leurs erreurs  jusqu’aux plus zinzins de leurs larmoyants voisins.

Voyant leur Trésor, dès lors, leurs atouts tout piétinés. Par ces pas de sottes bottes, mâtines, qui piétinent le labeur des choux-fleurs, la démarche archi-honteuse dans la beuse de rapaces avachis restant, pestant, là, par paresse à trôner, sur estrade erronée). Env. XXIème s. - Aube de l’Ère Post-Judeo-arnaqueuse »

Vive le culte au plus d’insulte, de tel Mécène qui entre en scène, banque de branques à deux milliards d’amis avares, d’apôtres qui se vautrent vraiment sur le salaire d’hères, salement à tous prix appauvris.

Ainsi soient tics de mes Critiques Poétiques, détournées à la fournée, vers plus sale, plus vendu, inégal et indu, que bénéfices de fils de culte tumultueux à rites s’effritant tant, que ne tentant plus tantôt lus tempérés, tantôt exaspérés pairs. Et tout le tintouin ami-ami de la famille de Ouin-Ouin.

L’Art maillé de dérailler comme gugusses au vu et su de tous, de piquer-ci en sus, ramasser-là, fliqué jusqu’en son matelas. Puis étaler sa rapine, qui luit sur toute l’usine des magazines-tremplin, en plein dans le culte aux défis du profit ! Violant lent choix d’anormales oies du Capital, en exhibant à grand bruit le fruit du racket aux plus bêtes, plus honnêtes, n’épargnant ainsi ce que gagnent ici en les dépouillant ces fripouilles, humiliant jusqu’aux rimes de leurs victimes.

Pardonnez leurres, ils ne savent pas ce qu’îles, Fonds, nous font fondre !

&&&

Affirmant fièrement : Le message est limpide, est sage, n’est cupide : Tu ne peux pas te plaindre ! N’as pas à geindre ! Tu n’as mal qu’au régal inégal ! Tu dois sourire de soumission ou vont pourrir tes relations amères d’affaires.

Car fatale banque à le bancal don de s’amuser à refuser ce dont à besoin le témoin de l’époque dont elle se moque. Pour investir finalement fatalement sans avenir sur les tromperies de ses lourds chéri(e)s d’étroite Droite tricheuse, vicieuse, voleuse, menteuse, de tyrans tirant de clinquants vices ses choquants bénéfices.

&&&

STOP !  Pléthore de vers ne mord ni ne tord pervers, froisse à peine vaines paroisses du pique-fric. À quoi bon si con, qui s’étale sous Tramal, (dégoûte le matin, dégoûte le soir et quelques cons primés) si mauvais poème aimer ? Bonbon à ci aduler ? Que nenni !

Nique amers éculés sectaires balaises du pèse, mais sais te taire s’ils sponsorisent tes pires bêtises.

C’est là l’aloi mauvais de qui sait nous priver d’arriver à river en toutes têtes qui doutent, bêtes encore, que précaire honnêteté bancaire a été l’élue, n’est plus. C’est tout. Tout.

&&&

Lèche hyènes, aboie-là, car à vannes passes le goût !

&&&

Or : Vous vîtes vite combien austère est la manière de saloper  sa développée verve, aspirée par un trop gros cumul de ridicules tromperies sociétales, si banales que chéries par actionnaires du nerf de la guerre, majoritaires.

Vous connaissez bien assez ma tactique : Si la démo de mathématique musicale des mots vient de l’astral plus que du mental, je m’écroule et lors je dors avec les poules ! Si ce n’est merveille, je peste et reste fort en éveil. Déduisez-en plaisant constat, et donc basta :

-        Regain de Justice ? Gain d’authentiques et lisses délices poétiques !

-       Perpétuation de détérioration de la confiance par les Finances ? Démolition sans considération, sans rire, de l’engeance qui les dépense en grand silence, à jouer les bouées du pire naufrage qu’elle encourage …

Ali GNIOMINY

« Serre-vis, sûr, à plat tôt »

IMG_1868.JPG

Commentaires

Hard Art au radar ... d'agitateur poétique. En somme.

Complément juste pour vérifier que les commentaires fonctionnent. Dommage que certains habitués ne se soient plus jamais manifestés. Les aurai-je empestés de piques trop détestées perforant le blindage de leurs moeurs et convictions? Navré si tel était le cas. Et meilleures pensées malgré tout.

Écrit par : Aimé-Prisé-Wallace-Horace Kilmérit | 05/11/2015

Les commentaires sont fermés.