22/10/2015

KEV ? L’ART ?

Il est certes préférable d’en porter une combinaison, si l’on ose avouer n’avoir jamais même souri !

Bah : Tant que jeunesse rit, elle ne fait de conneries. Qui n’apprécie que singeries pour gourds, au détriment d’humour gourmand, bien plus véreux, soit savoureux :

 

Ô RAGE : V’LÀ L’ÂGE !

 

La carlingue qui se déglingue,

Le moral qui se déballe,

Le physique qui s’applique

À résister, à persister ;

Ô Rage ! L’âge agit !

Et n’ergote, ne gigote l’assagi,

Ne bourlingue étourdi comme dingue, jadis,

Voyage en cage,

À tort assis qu’est aussi corps battant

Que mord le temps

Et croque l’époque.

Ô Rage ! L’âge arrivé ne nous ravit,

Va nous river au mol sol à fleurs flétries

De Patrie de cœur à mœurs pourries.

Ô Rage : Que l’âge est chronophage !

Que ne stimule plus le pendule.

Qui joue les heures à coups de douleurs.

Ne sonne, las, qu’atone glas.

Ô peines souveraines

Du pire empire qui nous isole,

Geôle sans pardon

Dont on ne rigole,

De carcasse qui se tasse,

Qui nous courbe comme fourbes

Décorant qui nous rend à la tourbe.

 

Ô Rage ! V’là l’âge … Défait …

Le coup de vieux

Ne fait d’envieux.

***

Bien que … Quelle ne fut la surprise de votre bon Roi-Député du Parti Railleur, l’autre matin, alors qu’en son rôle de bas rond-de-cuir vilement exploité en placard fort blafard, (que nenni : Joli petit bureau bien éclairé, mais chut, ça ne fait pas assez esclave) où sont empêchées par trop payés mal-léchés de se déployer ses sabotées capacités : Quelle ne fut son incrédulité, alors qu’il tirait assidument sur une clope devant l’immeuble : Que de voir s’approcher de sa Seigneurie une très vieille dame, se mouvant au moyen d’un déambulateur. Qui se plante devant sa Grandeur et, juré promis sur sa Mirifique âme, pour la première fois que ça lui arrive, lui lance joyeusement :

« Merci ! Merci Monsieur ! Qu’est-ce que ça fait du bien pour le moral ! »

« Pardon ? Vous dites ? … »

« Oui, baron, vos textes, qu’est-ce qu’ils me remontent le moral ! »

 

« Mais … Mais .. Merci, merci de tout cœur, Madame, vous m’offrez là l’un des plus beaux cadeaux de ma vie ».

Des collègues viennent d’arriver. Une larme s’essuie en catimini. L’aînée, et de loin, inconnue, s’éloigne lentement sans plus de chichi. À des années-lumières de l’absence d’ouverture d’esprit et de lucidité des personnes d’un tel âge, que supposait l’auteur, si joliment baffé.

Aussi, chère Madame, qui donc lisez ceci : La prochaine fois, je fais un excellent café au bureau, nous pourrons refaire le monde ensemble durant quelques minutes. Mais … Hormis à une proche amie, jamais ne fut révélé à quiconque du monde professionnel que la dévalorisée machine à brasser du papier, Roth, n’est autre que ce phénomène de Roi-Député, parvenant à fusionner versification et humour ou critique politique ; Exercice rarissime s’il en est.

En fait, tout le monde sait que l’auteur sait qu’ils savent, mais tant que Diego n’en parle pas, personne ne « sait » qui est Zorro, et c’est très bien ainsi. Tout prosélytisme athée ou politique si remuant en son emploi serait incompatible avec un correct fonctionnariat d’État.

&&&

Tout cela parce que : De l’incompétence des intéressés … … désintéressés … … de tous ceux, paresseux, de ces poires pour l’Histoire, s’allonge, prolonge la triste liste !

&&&

Et sinon, quoi de neuf railleur ?

Oh, presque rien à créer sur l’instant : À peine la Vérité prétéritée :

Monde laïc : Et tout s’imbrique !

Monde croyant : Tout de déviant !

&&&

Maux, râles, lit et … Jeunesse d’esprit n’est exclusivité …

Ali GNIOMINY

« Vieille rit de Laide heure, jadis chez Dali »

Jadis.chez.Dali.jpg

Les commentaires sont fermés.