01/04/2015

GENS BONS ET SALE AMI

Les cochons de payeurs genevois, à l’égo réfléchi, ne sont stupides au point de croire ami et d’estimer le porc franc.

De l’apport chéri d’estimations-bidon d’experts (verts en me lisant) s’élevant à quelques centaines de millions pour d’aucune croûte ou malingre statuette griffées, naît la démesure du traitement inégalitaire et indigne de la (dé)valorisation de l’Art.

Dû largement à la tranche de vie inestimable d’Artistes contemporains dépouillés :

Un très sérieux réexamen de l’hermétique toute-puissance des experts du business des Œuvres doit avoir lieu. Et aboutir à une redistribution moins débauchée et tendancieuse, de la Valeur Véritable de l’ensemble des Fruits de l’Inspiration humaine, tombés en les mains sales des tenants de la Finance sans scrupules.

…………………..

Sur ce : N’est-il point illusoire de vouloir foncer ainsi dans le lard des gros poissons ? L’Art rend sec, c’est bien connu. Ceux qui l’empêchent sont trop rarement mouillés.

…………………

L’essentiel est qu’existent des gens bons, même aryens, qui s’offusquent dès que l’un de leurs amis prend un selfie sur un lieu de catastrophe :

Trouvant à mourir de rire les photos de ses selfidôles. Tel ce sauveteur coiffé d’un turban d’intestins et arborant de splendides boucles d’oreilles constituées de deux yeux.

…………………

Mais, plongeons-nous plus avant en les flots déchaînés de mots rudes, de qui se languit de vous glisser que :

Suite à de menus problèmes de « jeunesse », la Psychiatrie genevoise avait promis de réexaminer les critères d’évaluation de l’état de ses patients les plus difficiles, et de revoir sa politique en matière de performante réinsertion. C’est à présent chose faite.

Bien évidemment, les budgets cantonaux étant pratiquement à sec, les responsables du projet mis en place durent mouiller leur chemise, pour draguer le lit du fleuve d’investissements indispensables, afin de sortir de l’ornière.

Mais ces efforts furent largement récompensés. A tel point que le budget de Genève pour les dix prochaines années est couvert par un généreux sponsor, en plus de son offrande de matériel sophistiqué. Donateur qui nous dispense ainsi de payer des impôts durant cette décennie.

En effet, depuis quelques semaines que l’expérience a débuté à Curabilis, les camisoles de force ont été rangées, le calme règne en permanence, les malades les plus dangereux sont devenus doux comme des anges. Qui pourront sans nul doute être réinsérés bientôt dans la Société, avec l’aisance de poissons dans l’eau. Où ils excelleront  dans leur nouveau métier appris (grâce à ce conséquent investissement allemand au profit du quartier de haute sécurité) sur simulateur de vol.

…………………..

Au fait, chers cinglés, n’oubliez jamais : L’un des vôtres avait prédit que son nom serait connu de la terre entière. Et les très intelligents médias du monde entier se sont empressés d’agir jusqu’à la nausée selon sa volonté. Son patronyme de taré est sur toutes les lèvres.

Alors qu’il eût suffi d’en parler autrement « Le chien galeux dans le cockpit, l’ordure de salopard de charognard aux commandes … » Ouvrons plutôt, en son non-nom, un concours d’appellations fleuries. Et malgré tout, paix à son âme malade.

Vous savez combien je suis allergique à l’humour noir et l’évite généralement. Mais vu qu’au crépuscule de notre Société tout est bon dans le couchant, je vous en rallonge un morceau :

L’information du porte-parole de la police vaudoise, concernant un crime sordide : « Le corps n’était pas beau à voir ».

Vrai que généralement, selon les critères modernes, il est du meilleur goût de faire rivaliser de beauté les cadavres (garantis véritables Gunther von Hagens) exposés dans son salon.

…………………..

Et Pâques ? Ouhla ! Déjà ? Vite : Une mielleuse douceur aux pairs vers qui t’habitent:

Gare à vos œufs de chauds collés,

N’en abusez, olé olé, soyez rusés,

Pas que de tant d’amour sans pépins

Ne naissent puis régressent, gourds,

Plein de petits lapins à lapines

Gagnant leur pain par le tapin.

Etat ….

Ainsi périt l’épate éthicienne.

 

Pâques à joyeuses, Pâques radieuses.


Pâques .. a ce rôle : À nous, gars,

De croître, multi-pliés.

Oups, du coup, v’là que ça m’astique ma poétique. Mes rimes se griment en rose prose :

Rectification s’impose (c’est un tic) :

 Sarkozy, le vexé

Est puni !

C’est fini

de taxer les zizis !

…………………….

Proprette transition, par conséquent : Puisqu’il n’y a point de sots métiers, et que règne encore la plus totale corruption en matière d’estimation des véritables talents, il m’a fallu m’abaisser sous le joug des indignes lois du marché, et ouvrir un commerce me permettant de survivre au milieu des meilleures plumes. Magasin dans lequel je vous invite à vous rendre sans sommations.

N’hésitez plus : Votre canari, perruche ou vautour domestique préféré est un amour, mais vous vous épuisez à nettoyer ses déjections ? Plus de problème ! La Boutique Proproiseau vous propose un très important choix de couches-culottes pour volatiles !

IMAG0701.jpg

Et faites un saut au rayon poissons rouges, où les Pampers sont à moitié prix.

……………

Un peu dans la même veine : « Souriez, le petit oiseau va sortir » semble nous dire cette frétillante info imagée du Canard orangé.

plong.jpg

C’est tassé, j’en conviens. Du coup, s’il est Coréen, avec une moyenne évaluée à 9 cm à peine, difficile de se dire que tout baigne dans l’huile, bien qu’un brin de détente ne fasse nul mâle.

Mais, très sérieusement, il est surprenant que ce genre de très, très léger incident ne se reproduise pas plus souvent chez les sportifs. Il y a fort longtemps, sur ce support, j’avais mis à ma sauce l’étude scientifique démontrant que la plupart des alpinistes, par exemple, sont contraints de se décharger arrivés au sommet, au point que Brigitte Bardot envisage de venir en aide aux bouquetins maltraités.

Du fait que pour gagner un surplus d’oxygénation, les grimpeurs professionnels prennent du Viagra.

De là à supposer que la plupart des sportifs ont également tout à y gagner d’élargir leur … respiration …

…………………..

Pas gonflés, en revanche :

70% des Français sont d’accord de coucher le premier soir.

Zut alors, ne passant au marché sur France que le matin, il va falloir se contenter des 30% restants.

Et inutile de noyer le poisson : Les restes de marchés sont souvent déjà fripés et bien peu ragoûtants.

…………………

Sur ce, c’est assez d’hommages …

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.