06/03/2015

YES WE CAN … ardons !

Art, donc, d’épouvanter les plus forts pour les éloigner des plus faibles maltraités. Art Majeur, levé au ciel en direction des trop puissants enculeurs de couches, sauce Yale.

En l’occurrence : Faut-il en vouloir à Obama de n’avoir vraiment pas eu le choix ? Soit c’était un nouveau Pearl-Harbor, s’il n’ordonnait pas de désintégrer le Boeing 777 du vol MH 370 de la Malaysia Airlines « disparu », soit, pire encore pour lui, il devrait ensuite affronter les piques du plus mordant des poètes-humoristes, qui ne le louperait pas : Ce terrible Roi-Député de Parti Railleur.

C’est qu’il faudra des décennies, pour que des documents finissent par être déclassifiés, prouvant qu’Obama a donné l’ordre d’abattre cet avion de ligne.

Selon toute vraisemblance plutôt détourné par son pilote au passé lacunaire, dont l’agenda a été retrouvé chez lui totalement vide depuis le 8 mars 2014, au lendemain de la « disparition » ; Plutôt que, de même que le supposaient d’abord les divers enquêteurs, par les deux passagers Iraniens à faux passeports.

Boeing alors prévu pour provoquer un crash du style 11 septembre sur l’île Diego Garcia, la plus grande base militaire américaine hors territoire.

Dans quelques décennies, donc, l’Amérique devra certainement s’acquitter des centaines de millions qu’ont coûté les recherches d’épave, par huit pays, faussement dirigées vers l’Australie. Alors que Diego Garcia se trouve tout de l’autre côté à 2000km au Sud des Maldives. Et ne couvrira jamais le supplice supplémentaire infligé aux familles par ces mensonges.

Maldives dont bien des habitants affirment que le 8 mars ils virent, pour la première et dernière fois, un immense avion volant très bas, avec des rainures rouge et blanc, passant sur leur tête. Et dont un pêcheur trouva et présenta ensuite un extincteur de Boeing exactement pareil à ceux de l’avion pulvérisé. Qui avait suivi depuis le Golfe de Thaïlande une route céleste sinueuse, longeant très précisément la frontière extérieure des zones de vol territoriales des pays et îles avoisinants.

Voyant arriver ce monstre rendu muet par le connaisseur, (ayant dû descendre dans la cale et débrancher l’interrupteur de transmission de position aux satellites, bouton parmi une centaine d’autres que presque aucun pilote ne sait où trouver), la base militaire US n’eut d’autre choix que d’appeler le Président pour obtenir l’ordre d’abattre l’évidente menace.

Au grand dam de l’opinion publique si elle venait ensuite à l’apprendre. Il fut donc nécessaire de diriger les regards vers l’Australie, pour aller en douce repêcher les débris autour de Diego Garcia et les faire définitivement disparaître.

Rien de bien mystérieux. Cette hypothèse n’en est presque plus une, tant abondent les preuves en ce sens. Double catastrophe, donc. Celle des vies volées, et celle des traditionnelles criminelles cachotteries américaines.

Engendrant, ailleurs, sursauts d’Art rythmé, éthique, à critiques affirmées parsemées de prouesses et sagesse, dont privent de leurs largesses altesses qui vivent de leurres, à la mine utopique.

Art de dire, même le pire, au risque : qu’Art tire ris !

………………….

Changeons donc de tragédies :

Le plus select magazine de classement des rangs de forbans milliardaires n’inclut pas la fortune des dictateurs.

Quoi de plus naturel qu’il ait été impossible de comptabiliser les « biens » de Poutine. Qui déclarait en 2012 une fortune de 171'161.-

En février, des experts ont eux calculé que le bas de laine de Poutine n’est que de 1'168'490,49 fois ces 171'161.- Soit 200 milliards.

Il n’est donc pas H.S, baissé, mais sans doute légèrement moins riche à présent. Le silence de son précieux hôte Edward Snowden doit bien valoir quelques milliards.

………………………….

Infortunés, pour changer :

Ribéry hospitalisé après avoir mangé des perles de bain. Croyant qu’il s’agissait de bonbons.

Aïe, dangereux ça pour les gens un peu simples. Souvenez-vous, ça n’avait pas pardonné à Cloclo quand dans son bain il a pris des vessies pour des lanternes.

Mais vraiment, Ribéry aurait pu se méfier. Se souvenir qu’il avait pris la petite Zahia pour une perle, et que ça a failli lui coûter bonbon.

Allez : Un bon rétablissement souhaité à ce Franck pas Einstein.

…………………..

Vanessa Paradis, plus subtile, envoie un grille-pain à son ex-époux Johnny Depp se remariant.

Serait-ce d’aventure pour Paradis une manière de dire à ce jauni Depp harassé d’aller griller en enfer ?

…………………..

Pire : Hâtez-vous de découvrir ceci :

Madonna n’interdit pas les drogues à ses enfants, qu’elle pense être assez intelligents pour ne pas y toucher.

Bravo Madonna, vrai que le 99% de l’humanité qui se pète d’une manière ou d’une autre aux drogues légales ou non, est totalement stupide. Seule Madonna a l’intelligence d’élever ses enfants de manière ultra-tyrannique, jusqu’à ce que des Etats commencent à libéraliser le cannabis. Pour virer de bord ensuite, tout en demeurant très intelligemment ravagée, dépendante uniquement de la Kabbale. A délires si mystiques, qu’elle court s’entretenir à Paris chez Raspoutine, en tête à tête avec la très sémitophile Le Pen.

……………………

Cabale ? Que nenni :

La cabale, c’est à Genève, qui ne sait que faire des 400 millions encaissés d’une richissime succession à Anières.

400 millions ? Une goutte d’eau par rapport à ce que Genève devra rétrocéder (si je finis vraiment par m’énerver ou qu'il m'arrive encore quoi que ce soit de fâcheux), aux quelques milliers de pauvres, dont le Droit fut bafoué durant tant d’années d’obscure manière : Détourné au profit de trouble Direction culturelle et d’impitoyables Services d’aide … à l’enfermement définitif en l’indigence programmée et l’ostracisme convenu.

Un détail, ces 400 millions, alors que l’évaluation de ce qui me fut extorqué ouvertement illégalement, et autrement sans correcte justification, à déterminer le cas échéant, s’éleve sur une décennie à CHF-600'000.- au minimum. En dépit de multiples interpellations restées sans réponses acceptables ... : Montants pris de force, petit à petit, à sens invariablement unique, perdus au profit de gestionnaires de conditions de vie corvéables et malléables.

Alors que décideurs salariés, précisément, en le but d’appuyer des artistes d’exception autant que des endettés marginalisés, estompés, trahis, spoliés, dépouillés, insultés, exploités. Tout ce que réunit et symbolise le plaignant.

Essayant encore de fermer sa gueule, ne faire sortir preuves et pièces, en l’espoir que les concernés ou leurs successeurs en poste évitent cette apocalypse financière genevoise, dont une majorité du petit peuple paiera une fois de trop les conséquences.

Que ces gestionnaires assument enfin leurs responsabilités, en rayant sans délai la totalité de mon prétendu contentieux de tous registres d’O.P. Et sponsorisent adéquatement ma démarche d’utilité publique irréfragable, sans y être contraints par le pénal. Cessant alors de feindre m’ignorer. Et d’empêcher la diffusion de si bénéfique, plaisante et libératrice, indispensable vocation.

 

Avis aux cons cernés. Une très particulière attention à cette Sommation de Paix ayez !

 

Et dire que tout pourrait s’arranger sans remous et scandale suisse de plus, si les mécènes contemporains n’étaient pas invariablement sous influence sectaire séculaire. Si un seul d’entre eux était capable de s’élever au-dessus des désastreux préconcepts les ayant déformés, irrationnellement braqués contre qui ose refuser de bêler de rentable manière coutumière.

Ça c’est ce qu’on peut appeler une cabale.

……………………

J’oubliais : Joël Dicker et d’autres écrivains locaux entrent en prison ! Amenant de l’évasion.

C’est cependant le floué surdoué qui n’est jamais invité, que la dédaigneuse crème de rasante culture condamne à subir ses mille flagellations.

En offrandes …

Ali GNIOMINY

……………………

 VANTE AIDE !

autobphoto.jpg

Auteur ne menant (é)lectorat en bateau.

tropiques.jpg

Les commentaires sont fermés.