18/01/2015

TOUT EST PARDIEUDONNÉ

Quand n’émeut plus la politique de l’autruche, c’est que le silence aide or ! Plus que jamais.

Ainsi, la posture ridicule de rédacteurs qui m’acculent à pécule qui bascule, m’évoque délicat dicton brésilien :

« Pimantao nel culo do outro nao faz mal »

Piment dans le cul de l’autre ne fait pas mal.

……………

Sur ces hautes considérations, je cesse de m’épuiser à tenter de commenter le dernier billet de sbires de la censure de blogs, ainsi que je le fis dernièrement en des mots très polis et pacificateurs, débutant par « Je vous pardonne … ».

Commentaire que le saboteur « médiateur » concerné a persisté à censurer. Lamentable ostracisme genevois oblige. Je me fatiguai encore à vouloir faire de même sur le blog du grand chef médiateur devant l’éternel orangé. Commentaires fermés. Et il faut compter le temps de remplir trois déclarations d’impôts, avant de parvenir à finaliser le tableau intrusif d’exigences de coordonnées complètes à fournir, pour pouvoir hypothétiquement enfin être lu par l’inaccessible seigneur du mépris médiatique « ouvert au dialogue ».

C’est ainsi, dommage pour eux : MES DITS HÂTENT HEURE … à laquelle tels « médiateurs » auront à répondre de leur discrimination et complicité d’esclavage moderne par servitude pour dettes, prévarication … Pour avoir activement empêché que le public ne découvre référence et chemin d’accès à mon Œuvre libertaire, ne figurant sous la rubrique mensongère « Tous les blogs » … Pour avoir ainsi interdit que nos contemporains soient informés et amusés plus sincèrement, essentiellement et intelligemment enfin qu’à l’ordinaire. Et pour avoir pareillement diffamé l’auteur des prodigieuses créations ici déployées, le privant de l’estime qu’elles méritent et de la valeur indiscutable qu’elles représentent, pour l’évolution de la conscience humaine et du discernement de l’individu en proie aux supercheries généralisées et sciemment entretenues et répandues.

Tout est, par Dieudonné, résumé de la manière d’agir de si sinistres faussaires de la Pensée, adeptes du mépris et de l’exclusion de ce qui les dépasse trop visiblement. Que soient condamnés comme il se doit les contemporains nuisibles portant préjudice à la Liberté d’expression, en en abusant criminellement, ou en la déformant ou la cachant, alors que celui qui s’exprime le fait dans les limites imposées, renonce souvent à l’hilarant jeu de mot qui serait de trop, sait jusqu’où il va et pourquoi il y va.

Gare à ne pas me pousser au comble de l’ironie, et que je me mette alors à conseiller sur tous les continents d’acheter en toute connaissance de cause les quotidiens incriminés.

…………..

Si vous êtes sages, je vous conterai prochainement l’aventure d’une certaine nuit d’été aux alentours de l’extraordinaire Abbaye du Thoronet, près de chez Brad et Angelina. Là où la bauxite paraît attirer les objets volants non identifiés. Partis en la vieille 2CV aux portes tenant par des ficelles, à la découverte des phénomènes paranormaux que nous allions affronter. Après avoir traversé la forêt sacrée en laquelle sur des centaines de mètres, de part et d’autre de la petite route, fusil à l’épaule et au garde à vous tous les 20 mètres, se tenaient les militaires de la Commanderie des Chevaliers de la Rose. Ceux-ci …

 

Mais, oups. J’oubliais. Qui donc de tels témoignages formels et détaillés, extraordinaires et d’importance capitale peuvent-ils intéresser ? Si de telles perles sont jetées aux porteurs d’information tronquée, estompée …

C’est bien trop pour de minuscules cerveaux, que de réaliser qu’un écrivain à multiples registres n’ait nul besoin d’inventer des aventures fantastiques, pleines de magie et de paranormal, n’ayant qu’à puiser dans ses souvenirs pour décrire exactement ce qu’il a vécu. Généralement en compagnie de témoins encore vivants.

Aussi, à vous de voir, chères lectrices et lecteurs, fidèles depuis huit ans ou moins à mes progressives révélations, si vous devez ou non tolérer plus longtemps l’exclusion qui me frappe, ou demander massivement des explications aux faussaires, politiques et médiatiques, qui la pratiquent à mon détriment depuis un quart de siècle pour le moins. Vous aussi y perdez énormément et pourrez un jour leur présenter la facture de leur profonde ignorance, nuisance et incompétence.

…………….

En attendant, glorifions la Croatie, pays civilisé à l’inverse de la Suisse esclavagiste. Digne Croatie annulant la dette de 60'000 personnes. Ah, si les barbares ex-présidents, la cruelle Micheline et l’insensible Moritz, s’étant jadis lavé les mains face à l’extorsion de fonds, discrimination et dévalorisation que je subis, avaient pu s’élever au niveau de conscience Croate … Et si leurs successeurs n’étaient tellement pires encore qu’il est vain d’attendre quoi que ce soit d’humain de telles machines à inégalités programmées.

…………….

Preuve en est la sous-classe de leurs assujettis, sciemment ruinée par la crapule financière, sous-citoyens dont la santé est irrémédiablement atteinte par les coupures d’électricité et de chauffage si, après tous types de racket officiel ils ont pris du retard dans leurs paiements.

L’électricité n’étant pas un droit en Suisse. A peine une fourniture indispensable, selon le responsable juridique des OP de Genève. Ville assiégée de riches où, en moyenne, 2'500 foyers par année étaient privés abruptement de courant et de chauffage. Avant l’installation par les vendeurs de vent, de compteurs à prépaiement.

Le receleur d’énergie faisant payer 2.- de remboursement de contentieux sur 20.- d’une recharge électrique vitale. En totale et misérable violation du minimum vital comme il y en a tant d’autres, la présumée escroquerie Bilag, l’assurance RC obligatoire et ménage très importante non déductibles du minimum restant, les frais médicaux non-remboursés par l’assurance, plafonnés à un montant inhumain, l’interdiction de bénéficier de soins dentaires, changements de lunettes, spécialités thérapeutiques non-remboursées, faute de fournir à l’Office des quittances payées du traitement en question.

Alors que le même Département de Justice sous joug fédéral, se fait complice d’extorsion de fonds par des assureurs-maladie volant leurs affiliés et leur restituant impunément arbitrairement la moitié du larçin un jour peut-être, que ces OP se ruent aveuglément sur les salaires de victimes, collaborant ainsi au profit d’industries sans scrupules de la perpétuation du surendettement, additionnant leurs harcèlements et menaces, atteintes multiples à la sphère privée, de frais indus scandalisant en vain l’opinion publique depuis des décennies.

Croyez-moi, il est des lois naturelles immuables. Exigeant que, si de stupides individus parviennent à lancer un boomerang si fort qu’il puisse continuer droit devant durant des décennies : Tôt ou tard il revient dans la figure ou, après que la Terre entière l’ait vu passer, dans la nuque du lanceur.

Par conséquent, en eaux très troubles : Les anguilles électriques glisseront-elles encore longtemps entre les mailles de filets Justiciers, sans choquer ni gros poissons ni menu fretin ?

…………….

Sur ce, je persiste malgré tout à servir mon pays consciencieusement, en dénonçant ceux qui le corrompent ou l’ont ainsi corrompu. Je ne file pas lâchement à Annemasse acheter compulsivement mes provisions de guerre. J’achète suisse, supporte encore et toujours de voir la distribution de M. augmenter ses tarifs d’environ 20% du jour au lendemain.

Alors que la secte des prévaricateurs de la gestion des compétences utiles à la communauté diffame mes valeurs depuis des décennies, m'emprisonnant en d'artificielles dettes et privations perpétuelles. M'ayant définitivement plafonné à un insultant niveau sans comparaison avec mes capacités démontrées, bafouant celles-ci d'ignoble manière radicale. Et malgré tant de saloperies de ces pilotes sur siège plus éjectable que jamais, je soutiens et aime mon pays envahi par la racaille en col blanc, comme ce qu'il fut et redeviendra si l'on y veille, une nation respectable.

Non, je ne fais de file ni pour un N° de Charlie dont regorgeront un jour les étalages d'invendus, ou qu'on trouvera au marché aux puces par dizaines, contrairement à mes piles de premiers numéros d'Hara-Kiri, de Mad, des Freaks Brothers, de Mickey, de Tintin, de Pilote, collections de Bob Morane, Doc Savage … dont un malfrat brocanteur local m'a privés en bloc il y a un quart de siècle. Profitant de mon état d'ivresse prononcé et de mon dénuement, dus aux présumés mafieux officiels susmentionnés, pour vider ma cave de valeurs qu'il savait devenir inestimables, pour l'équivalent de 300.- Ayant la bonté plus tard de me renvoyer lettres, vieilles photos, etc, restées dans une antique commode embarquée en douce à la va-vite, avec d'autres objets que je souhaitais conserver, alors que l'un de ses collègues me saoulait de balivernes autour de quelques bières.

Donc je ne fais ni la file pour du change ni dans les supermarchés français, ni aux pieds de vendus marchands de mots. Je symbolise le Vrai Suisse ! Hors image d’Epinal : Privé du strict minimum à tel point qu'il ne puisse pas même imaginer aller lui aussi trahir les traîtres qui le discriminent ou ferment les yeux sur de pareilles vérités. Quelle pitié.

……………….

Il suffit. Où est passé l’humour traditionnel ici ? En grève ! Afin qu’avec ces moll.. mots-là aucun mauvais jeu ne nuise à la connerie.

Servant …

Ali GNIOMINY

Effectivement, l’on sent la fatigue. Pas terrible, tellement facile et commune, cette chute.

f.gif

Les commentaires sont fermés.