« 2014-11 | Page d'accueil | 2015-01 »

31/12/2014

LORS …

... Brillant en ces contrées mais n’y étant pour rien : «  Ah, bon ? ça ne se reproduit pas par division de cellules à peine zélées, ces trucs-là ? D’ailleurs, vous êtes sûrs qu’il en existe encore quelques spécimens ? » … Vous demandait en son dernier épisode des aventures du bas rond-de-cuir, Ali Gniominy, Roi-Député du Parti Railleur… vous saluant bien bas, au sujet des Romanches.

DSC_6297.JPG

Il fallut bien entendu qu’il s’en assurât aussitôt.

En dépit du mauvais vouloir de corrompus au pouvoir autorisant charognards à se servir sur sa pitance, il sauta prestement à bord du plus lent train rapide du monde, le Glacier-Express. Et, convié avec tous les honneurs largement mérités, se rendit royalement … évidemment à St-Moritz et environs.

mais.jpg

 

Ainsi devait, en ces sauvages contrées et illustre compagnie, passer le cap de l’An votre Hauteur préférée, ne découvrant de Roms manches. Bien au contraire, que des Romanches fort distingués, ne frémissant sous les mordants frimas.

Ainsi, notre bas rond-de-cuir devait, en ce paradis surgelé, refroidir ses colères de l’année. Oublier les nouvelles crapuleuses philosophies bureaucratiques, nous préparant un avenir professionnel en lequel il sera formellement interdit de se lever de sa place durant les heures de travail.

Preuve en sont ces chaises de bureau pour tout besoin. Elaborées pour ceux que le travail fait chier, contraints de creuser leur trou eux-mêmes.

chaises.musifecales.jpg

 

Il convenait ainsi de se reposer et passer du bon temps. À cet effet, le Roi-Député du reste affligé d’apprendre que le plus stupidement répressif pays d’Europe en matière de cannabis, la France pourrait, par prioritaire cupidité uniquement, devenir le premier à le légaliser, avait préparé l’artillerie, répondant à :

L’appel du 18 joints :

appel.du.a8joints-I.jpg

 

 

Cependant, la guerre du froid n’a pas eu lieu. Le 30 décembre au matin, l’on assiste à la démobilisation des rescapés.

appel.18.joints.jpg

 

Branle-bas de combat ! Sous le choc d’un appel désespéré de qui de peu de jugeote, provenant du lointain ouest de bout de lac : Ali Gniominy en perd son latin, retombe sur la première personne. Ce Je, des cimes épris à blancs desseins, bâté sous joug d’injustes, qui ci en déguste : …

… BON ÂNE NÉ !

Le séjour est prestement interrompu. L’enfant ailé est en péril. Sans la moindre hésitation nous rentrons d’urgence à Genève. Pourquoi ?

Eh bien voilà : Pour ultime profond et sain message passé sur ce support en 2014, apprenez et comprenez, vous qui, par milliers, adoptez des animaux de compagnie (par moments encombrants) que ne pouvez partout emmener : que vous avez face à ces vies d’incontournables responsabilités ! À assumer dignement et sans rechigner. Principalement s’il s’agit d’un perroquet femelle, avec qui vous vivez en quasi-symbiose depuis près de trois décennies.

Et qui, année après année, supporte de plus en plus mal votre absence de plus de 24h. Se met à intimider qui de chargé de s’en occuper, n’osant plus l’approcher. Surtout si la mignonne bestiole se trouve accidentellement en un endroit fort peu habituel.

Et c’est ce qui se passa en notre absence. Alors que toutes consignes avaient été données et répétées à la personne restant pour s’en occuper, veiller à l’eau, la nourriture, la propreté du perchoir. Comment aurais-je pu imaginer que qui dedit de peu de jugeote me ferait ce coup-là. Dans le plateau du perchoir, pour recueillir les fientes et les jeter facilement, il suffit de déposer des journaux, dont les bords sont découpés selon l’arrondi du plateau. Et de retirer au fur et à mesure la feuille souillée du dessus.

Le 29 au soir fut ainsi fait. Et par bonne volonté un autre journal fut déposé sur le plateau, SANS en découper les bords.

Bien évidemment, l’oiseau, au matin, s’avance sur le papier instable débordant du perchoir, tombe et s’envole dans l’appartement. Panique au foyer. Madame peu de jugeote, seule à avoir la clé, doit s’en aller bosser. Oublie qu’amie voisine est mieux acceptée qu’elle par ma furie ailée. Elle m’appelle lors, déjeûnant face à féerique immaculé panorama, pour m’annoncer qu’elle part travailler et que l’oiseau, ma foi, est quelque part dans l’appartement jusqu’au soir.

Autrement dit mon animal sauvage féroce, considéré par les assureurs au même titre qu’un tigre, histoire de démultiplier d’hypothétiques primes RC impossibles à payer, peut allègrement causer des dizaines de milliers de francs de dégâts en s’attaquant aux boiseries, fils électriques …

Les affaires sont illico rassemblées et le retour s’effectue par Zurich.

Arrivés vers 18h nous croisons qui d’apeurée, revenant de chez nous avec amie plus calme, ayant remis l’oiselle sur son perchoir sans difficulté, après l’avoir longuement cherchée. Tapie dans le salon, sous les orchidées, n’ayant en tout et pour tout rongé qu’une boîte de chocolat, sans même toucher aux pralinés. Sauvés.

Telle fut la dernière frayeur et contrainte de l’année. Mais pour qui aime véritablement le membre à part de son entourage le plus adorable, bien que dépendant totalement de lui, ce genre de sacrifice n’en est pas vraiment un, qui ne nécessite qu’un changement imprévu de programme. Puissiez-vous pareillement, toutes et tous, inclure véritablement vos animaux de compagnie au sein de vos bonnes résolutions, dès demain, et ainsi ne jamais donner prise …

Ali GNIOMINY

Mes Vœux les Meilleurs à toutes et tous,

et plus particulièrement, avec mes félicitations et remerciements pour leur ouverture d’esprit, à Madame Ruth Dreifuss et Monsieur Mauro Poggia, engagés en le projet de recherche scientifique sur la légalisation de l’herbe auquel je souhaite participer. Recherche ayant tout à gagner à s’intéresser à mon expérience pratique de 45 ans de découvertes quotidiennes, liées aux réactions cervicales face aux effets du THC.

Ce blog débuta d’ailleurs il y a sept ans, afin de fustiger (très maladroitement, j’étais alors plus fortement perturbé par les atteintes à ma personne qu’à présent, ce qui n’est pas peu dire), dénoncer le copinage radical en matière d’incompétente gestion cantonale de la prévention en matière de drogue. Scandalisé d’être ainsi si sciemment exclu. J’évitais au possible, au début de cet ouvrage, de publier ici quoi que ce soit d’admirable de ma production. Puis je me pris au jeu. Laissai les Longchamp et sbires à leur mépris, me dirigeai peu à peu vers le Manifeste poético-politico-humoristique que vous connaissez. Ne rassemblant qu’une fraction de mes créations, des pires aux meilleures.

Au sujet desquelles, sommés-ci à répétition de se prononcer, prochainement par d’autres canaux si nécessaire, les responsables premiers en matière d’Art et Culture, Philosophie, Politique, n’auront plus la moindre chance de pouvoir fuir encore leurs engagements et responsabilités.

VIVE 2015 – Année d’examens publics approfondis des fondements subterfuges d’incorrects examinateurs en place.

Et Meilleures Pensées encore à l’ami Jean-Marie des brousses africaines. Qu’il sache que je fus fort surpris de ne pas découvrir, sur les moteurs de recherche, la plus petite allusion à cet historique souterrain, dont la sortie se trouve dans la forêt, sur la petite clairière en ligne droite au-dessus du Temple Saint-Germain. Bloquée par éboulis cachant des fûts de gaz moutarde et autres pourries saloperies, dont parlaient nos grand-pères, ayant participé en gris-vert à l’enfouissement sauvage. Sous une combe où incidemment, semble située une source alimentant sur l’autre versant la région de Bassecourt. Comme quoi la Grande Muette vassale du capital a bien fait son travail d’effacement des gênantes révélations. Nous en reparlerons certainement aussi l’an prochain.

Santé et Sérénité à vous itou !

23/12/2014

JEUX TANT DIVERGEAIENT : J’OUÏS SENS !

Compris ! N’ayez les boules ; ça peint le bon Dieu sur toutes les rues, maille, mais en dépit de toutes les tournures et ficelles stratégiques dont abusent les puissants : Je saisis, et tire celle nous dénudant le plus : Grosse comme un câble pété, laissant toute personnalité en chute libre :

En l’occurrence, l’on nous informe qu’en fonction du temps de consultation de vidéos porno en ligne, les Romands jouissent plus tard que la race inférieure des lapins d’outre-rösti. Intéressant. Vive la technologie.

Voyez-vous, c’est le cas de le dire, ce qu’il y a de merveilleux à notre époque, c’est que la sexualité de l’humain est diantrement émoustillée ! Que l’acte se déroule sur le frigo, l’une des machines à laver, devant la TV, le radio-réveil, les jouets des gosses ou tout objet électronique du ménage : Vous admirent jalousement, à travers le tableau d’affichage, de libidineux voyeurs pirates.

Quant au si profond sondage, ayant désigné les plus résistants baiseurs Romands, sachant être lents où et quand il le faut, le mailling comportant leurs noms, adresses, habitudes, diamètre, sera vendu aux péripatétitiennes. Afin qu’elles leur adressent d’intéressantes promotions, en vue d’avantageuse prolongation du temps de passe généralement imparti.

Dommage qu’Alice Sapritch et Michel Simon n’aient jamais tourné de sex-tape ; ça pourrait retarder un peu plus encore la prolifération de Suisses-allemands.

Comment, j’oublie les Romanches ? Ah, bon ? ça ne se reproduit pas par division de cellules à peine zélées, ces trucs-là ? D’ailleurs, vous êtes sûrs qu’il en existe encore quelques spécimens ?

Et les Tessinois ? L’esprit compétitif italien ne pourra jamais les empêcher de vouloir être les premiers, d’être les plus rapides en tout. C’est ainsi, comme … sur ses gardes, le clown est en eux qui leur sert de modèle. Fugace.

……………………

Mais laissons-là les jeux d’adultes, abrégeons-les après chaque record d’endurance, car Noël approche et le tracas des cadeaux est de retour ! Mais n’ayez crainte, votre bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche vous dispense LA solution pour avoir la paix durant ces Fêtes !

N’offrez donc pas qu’un drône à votre rejeton, ces appareils sont devenus trop visibles et pourchassés.

Afin que les voisins démontrent au petit, à-travers leur fenêtre, les choses de la vie, vous évitant ainsi d’avoir à aborder un jour le sujet : Offrez lui un drône ET un caméléon.

Excepté si vous habitez aux abords de la Madrague à St-Tropez. Auquel cas votre enfant risque de rester marqué à vie.

Bref : Il lui suffit d’attacher le caméléon sur le drône, et le tour est joué. Ni vu ni connu.

……………………..

Autre cadeau fort appréciable, que je vous décris présentement, à offrir à vos enfants :

À savoir que chaque jour un wagon bourré de chlore va à la gare de la Praille et en repart. Passant donc par deux fois vers St-Jean, Charmilles, ... sur le Pont de la Jonction à 200m d’ici, moins d’un kilomètre du Centre de Genève.

Cadeau-surprise à déballer. En cas d’accident de ce wagon et fuite du chlore, 30% de la population à l’air libre sur 2,5km à la ronde n’aura pas même le temps d’avaler son acte de naissance.

Certes, la Hollande pour exemple, entre tulipes et cannabis, produit son chlore sur place, refuse tout transport.

Seulement voilà : En Suisse, la criminelle liberté économique prime sur toutes considérations sécuritaires.

Syngenta et Lonza en Valais pourraient bien entendu produire leur chlore sur place, mais s’y refusent : ce ne serait pas économique.

Ce qui se comprend aisément. Les mesures de sécurité maximales pour son transport, et les conséquences apocalyptiques de cette mort ambulante qui nous est imposée, sont entièrement à nos frais.

Offrons à notre progéniture de mignons masques à gaz colorés, et une arme législative fusillant les autorisations de transports claniques économiques.

…………………..

Alors seulement votre mioche aura une chance de savoir un jour à quel point:

Être un tout grand personnage n’empêchera jamais quiconque de mériter constamment de devenir un tout grand personnage.

Les grands ayant ceci à leur avantage sur les petits qu’on les dit mieux élevés, plus aptes à superviser les visées des petits, à deviser sec avec grands airs, de la manière aisée de les tirer de la risée, les choyer de leurs largesses, noyer les petitesses, détenir en son cœur un Moteur d’Avenir.

……………………..

Afin que cesse également tout sexisme, du genre :

Dès qu’il m’est affirmé qu’un homme n’écoute pas une femme plus de 6 minutes ...

... Affligé d’un brin de cuistrerie, ne puis qu’acquiescer :

Autant qu’une femme n’écoute pas un homme avant plus de 6 minutes !

……………………….

En attendant, même si tout est un peu en vrac par manque de temps, nonobstant tous tabous habités de louches allusions ne seyant à l'époque de l'an : Fêtons et souvenons-nous encore et toujours …

Mais auparavant, devinez qui est ce père-Noël ? Eh oui, ce fut une nouvelle fois de bon cœur pour des amis, votre hauteur préférée.

moi.pere.noel.jpg

Sobre à présent. Mais il lui souvient, vers 1988 … Le 6 décembre approchant ...

Mon brave chef d’alors est en difficulté. Personne pour faire la Saint-Nicolas auprès de ses enfants. Il me promet moult bons verres de vin et tout ça. Je cède. Mais à 18h, alors que généralement, je m’écroule vers 17h, une fois mes douze litres de bière quotidiens ingurgités (et ce jusqu’au 16 septembre 1998). Aïe.

Je reste ainsi quasiment sobre, que 10 litres environ depuis midi, et plus rien dès 16h. Vers 17h le stress est trop fort, encore un bock ... et un autre, et un mini-Porto et un galopin, et deux-décis de ceci et un juste schluck de ça …

Je parviens à peu près à trouver la double-entrée du double-immeuble du chef. Qui m’attend devant la porte, pas loin du même état que moi. Mais gare, sa belle-mère est présente, les enfants, épouse, etc, il s’agit d’être extra-professionnels.

Il me tend les habits adéquats, barbe, clochette, et monte à je ne sais plus quel étage. Pour être plus sûr, j’y vais porte par porte, frustrant de ma clochette tous les gamins non-concernés. On m’ouvre la bonne porte, j’entre et les murs se mettent à trembler sous le plus tonitruant HUM HUM HUM de l’Univers. J’ai enfoncé ma voix de baryton un peu trop en les tréfonds vocaux.

Un gamin se met à hurler, terrorisé, les autres vont pleurer ! Oups ! Je parviens de suite à rattraper le coup avec beaucoup de douceur sur un ton normalement grave, et la vue des cadeaux rassure tout le monde. Ou presque.

« Vous prendrez bien un petit verre de vin, Saint-Nicolas ? » « Bah, ce n’est pas de refus, mes rennes connaissent le chemin » .. « Allez, encore un petit Cognac pour la piste nuageuse ? » « Bha, ceu népad reufus, mes reines connes naissen .. achmin.. » …

Le plus surprenant est que tout se passe au mieux. La monstrueuse pétée Sains-Nicolaïque amusant les adultes. Les gosses défilent l’un après l’autre vers le vieux pas sage pour chanter leur chanson. Et aucun ne tombe en coma éthylique après avoir donné son bisou dans la barbe.

Saint-Nicolas, ce soir-là tente de rentrer chez lui en ne tenant plus les rennes : Ce qui se passe alors pour lui, errant en ville, restera à jamais l’un des plus grands mystères de la période de l’Avent.

Une immense chance que les enfants avaient le nez bouché. Sinon ils se seraient sentis trahis, en découvrant que le Père fouette hard.

 

…………………….

Allez, ne pleurez pas comme ça, tout se perd sauf la francophonie. Ce n’est pas un beau cadeau ça ? Évidemment : Les jeux de mots intraduisibles du bas rond-de-cuir & Roi-Député du reste, en sont le meilleur ciment.

……………………..

Sur ce, une vérité historique en cette ère de vérités historiques s’impose.

Il n’est plus tolérable à notre époque, d’appeler des personnages par leur patronyme. D’autant plus si ceux-ci ne sont pas très favorisés par la Nature.

Il n’y a plus qu’à l’armée que des malotrus aboient : « Duchnok, à la corvée de patates, et que ça saute ! »

La discrimination est flagrante, lors qu’est contée l’histoire de Madame Neige, Blanche de son prénom, et que les sept nains sont eux présentés sous leur simple nom de famille !

Rétablissons les droits de ces lésés en complétant correctement leur identité :

PROF Léonard

ATCHOUM Alphonse

DORMEUR Léon

GRINCHEUX Louis

TIMIDE Denis

SIMPLET Béât


JOYEUX  Noël

Sauf …

Ali GNIOMINY


Sapin élancé en la coupole-attique A de Bâle

sapin.bale.1.jpg

P.S. Sincère respect pour Saint-François II, et sa courageuse description des 15 maladies de la Curie. Risquant bien de lui coûter sa future canonisation.

17/12/2014

L’AVENT DUR C’EST L’AVENT DUR

Appel vendredi soir de Belgique effondrée, de mon amie artiste de grande famille et prodigieuse traductrice retraitée du Conseil de l’Europe. Incidemment à l’heure où s’éteint la reine Fabiola, dont elle est proche d’une parente, comme d’Adamo, de la famille Brel, du principal présentateur TV Belge, etc …

Alors que je dansais avec elle à Limassol, après que nous l’ayons rencontrée en train d’engueuler pour leur brutalité une armée de gorilles Chypriotes grecs, procédant sous nos yeux à l’arrestation musclée d’un « terroriste » Turc, cette amie, ayant pris une balle dans le dos en Irak et victime d’erreurs médicales à répétition est au bord des larmes. Pratiquement paralysée dans une campagne belge francophone conchiée par l’extrême-droite flamande au pouvoir absolu.

Et les combines Madoff – Fortis & Cie lui ayant pillé ses économies, cette pauvre grande Dame doit survivre avec moins de 1'000 euros par mois. Avec possibilité de ne téléphoner qu’à des heures précises, privée de ligne Internet, de transports, soins et chauffage corrects …

Le tableau général qu’elle me brosse de la situation belge actuelle me dresse les cheveux à la mode Tintin. Le petit reporter devenu grand que je suis, ne saurait s’empêcher de tirer des parallèles entre le fascisme flamand en vigueur là-bas, étranglant jour après jour un peu plus la partie francophone, et l’abjection de droite dure suisse-allemande au pouvoir maraudé chez nous, et son croissant mépris des Welsches.

Cette amie, plus que respectable grande voyageuse, aux jambes et avec un bras immobilisés sans doute à jamais, me confie ainsi sa rage et sa douleur. Sachant combien, incidemment, je suis devenu le dernier refuge moral de Vénérables trahis et abandonnés, par ceux avec qui ils ont passé leur vie à agir le plus dignement possible, et apprendre à d’autres à s’élever en ce sens.

Que notre malheureuse amie retrouve la frite, et les six patates que les crapules de haut vol ont soustrait de son avoir de retraite, péniblement accumulé une vie durant !

……………….

Eh oui, à peine 70 ans après la fin toute relative des misérables principes du nazisme, de partout et contre toute logique et raison, cette même peste de l’extrême-droite sous tous ses monstrueux aspects est parvenue à imposer ses abominations, au sommet de presque toutes les nations. Ne serait-ce que localement : France, Italie, Belgique, Suisse … risquent fort de voir comparaître un jour d’actuels ou récents de leurs dirigeants, au premier plan d’un nouveau procès de Nuremberg.

……………………

En attendant, la pire pourriture cupide planétaire se combat entre ses différentes factions. Les industriels de la justice américaine font des affaires florissantes en amendant les voleurs, les leurs non-officiels, les nôtres, et les doublement victimes que nous sommes. Et ils se/nous ruinent en tentant d’éradiquer les cancers néocommunistes et islamistes, leurs pendants également sournoisement autocrates.

Soyons plus que jamais sur nos gardes et pacifiquement actifs contre ce type de pègre dirigeante.

Voyez, pour exemple : C’est terrible, ce que ces bons bourreaux de la CIA font aux mauvais tortionnaires islamistes !

Et c’est on ne peut plus contraire à toute logique. De même que les premiers chrétiens souffraient et mouraient en martyrs et silence, immensément heureux de servir leur folie religieuse, de même ces terroristes sont contents de pareil sort, et ne lâcheront jamais le moindre mot. Principalement s’ils viennent du Maghreb. Pourquoi ?

Voyons : Dès que vous lui faites sa fête :  Happy beur se tait !

…………………..

 

Vous respirez ? Le ton paraît s’alléger ? Mes regrets :

Ainsi, la Convention des droits de l’Homme a 40 ans, et c’est toujours le désert à perte de vue. Ou l’horreur des pics de la rupestre loi des barbares des montagnes, incarnée par les honteux verdicts d’un seul et même juge UDC inamovible, amené au sommet des Instances tribunalesques suisses, qu’amende en vain l’Inestimable Digne Cour internationale.

Le coût pour notre pays, relatif pour exemple aux conséquences des lubies autoritaristes de ce type de magistrats engagés, est phénoménal, en regard de l’image que notre époque laissera pour l’Histoire.

Il est inadmissible que des personnes censées impartiales, et libérées de toutes influences et pressions pour juger, aux plus hauts niveaux de nos Tribunaux, partagent de concrets intérêts avec telle ou telle idéologie, religion, ou industrie en place. Et que les intérêts défendus au détriment de l’énorme majorité des assujettis et sous l’opprobre du monde entier, n’enrichissent démesurément justement qu’amis lobbystes de cette population gouvernante et elle-même. Apauvrissant d’autant, sciemment, intellectuellement et matériellement, quiconque hors clan tente de s’en indigner.

Autorisant vengeresses complications à l’accès à son blog. Ou fermant l’œil sur le bombardement de prétentions abusives qu’il subit depuis des décennies, de la part de très protégés «présumés» (plus pour longtemps) escrocs. Charognards en cours de dénonciations me laissant pour cadeau de Noël et toujours plus excellents services rendus à la communauté, un salaire de décembre de 450.- inférieur à la pitance minimale qui m’est crachée les autres mois.

Pillage à répétition des plus arbitraires, que s’autorisent de tout-puissants racketteurs de cette droite dure, perpétuant omerta officielle par violence d’indifférence, renseignements calomnieux, extorsion de fonds, harcèlement, intimidations, atteintes irréparables à la sphère privée …

En mains actuelles, les Tribunaux ont grand-peine à gérer leurs propres rangs, visiblement. Quantité de leurs jugements en dernière instance sont très corrects, mais d’autres, trop scandaleux, doivent être démocratiquement décortiqués et cassés au besoin. Lorsqu’ils puent l’extrémisme. Comme lorsque gain de cause fut accordé aux jeunes cons homophobes UDC du Valais, les autorisant à considérer que, parmi des centaines de millions d’êtres pareil à lui, celui qui vous écrit est (à demi-) déviant.

Il suffit ! Rongées par les tares du capital passant avant l’humain, notre Société et Justice sont en totale perdition. A sauver d’urgence, en purgeant les plus hautes sphères de tous éléments notoirement extrémistes, à verdicts très décriés. Ici comme ailleurs :

Il n’y a qu’à voir les décisions lamentables de Lima quant au réchauffement climatique. C’est comme ça, la Terre a augmenté d’½ degré, rien de suffisant ne sera fait. Il faut avant tout vendre charbon, pétrole, des machines à péter les roches à tout-va pour en tirer le gaz, … mais en contrepartie : armes, tromperies et tactiques sont à disposition, servant à diminuer la pollution humaine. Il faut un équilibre, voyons. A se demander si des juges UDC furent invités chez le yéti pour statuer en dernier lieu du sort du climat mondial.

Une chose est certaine et démontrée : il y aura, années après années, de plus en plus de catastrophes dues au climat, certains indéracinables y veillent activement. Et l’atmosphère, en Suisse, sera progressivement encore plus étouffante, tant que n’aura été provoqué un vide d’air sur certains postes trop haut placés, plânant sur les turbulences que provoquent leurs insouciants battements d’ailes, faisant à loisir chuter qui .. mauvais leur semble ; Avec toutefois de plus en plus de peine à pouvoir faire rayer l’émail d’œuvres splendides d’authentiques producteurs. Car incapables de percevoir ne serait-ce que la beauté des jeux d’émaux.

 

Il en va ainsi des égos faméliques, avides de pouvoir, mastiquant à loisir de la Volonté populaire, pour amasser de quoi épater la secte. Ils finissent par instaurer, au moyen de l’ignorance qu’ils cultivent,

en des endroits de la planète bien moins favorisés, que les esclaves de leurs principes arbitraires vivent et pensent comme à l’époque d’Hérode, et tuent les enfants de tous camps.

Qu’ils s’infiltrent depuis des générations sous toutes latitudes, en prévision du feu vert à la guerre « sainte »-bis généralisée (redorant ainsi le blason du sens arabe des calculs) où toutes cellules dormantes auront ordre de se réveiller. Pour faire payer aux innocents du monde occidental la détestable connerie des Croisades chrétiennes. Afin que ces guerriers s’élèvent ainsi mentalement et spirituellement, un jour prochain, de l’actuelle ère d’Hérode II où ils stagnent, jusqu’au niveau de pensée correspondant à la croisée de la sortie de l’âge du bronze. Soit un net « progrès » en vue.

C’est que voilà, la Nature, ou ce que vous voulez pour la remplacer, déteste le vide. Mais la nature de l’homme se refuse parfois bien étrangement à le remplir.

 

Ainsi, en y songeant : Allez savoir pourquoi la Bible se termine à la fin du second Testament ? C’est bizarre. Des siècles de boulot, et plus rien. Point. Du Passé ressassé, sans suite plus actuelle. Plus niet à ajouter. Figée en l’état, en cette fin de l’Âge du Bronze. Pas le moindre Saint pour en rajouter un bout depuis des siècles. Les Pie VI, Jean-Paul & Cie, Bernadette Soubirous, Edgard Cayce … sont relégués en feuilles volantes. Pas une n’ayant sa place en le Saint-Livre Chrétien ? Quelle ingratitude rédactionnelle.

De même qu’une Constitution fixe les lois, ce Livre sans chute a, lui, cessé depuis environ huit siècles d’être alimenté. Alors que les hauts-faits suivants de l’Inquisition ou des papes d’Avignon, des prêtres conquistadors et pédophiles associés, des fraudes de la banque du Vatican et autres Ecôneries, font cruellement défaut dans l’énumération biblique du suivi des conséquences du christianisme.

Véritable aberration de la part d’une telle industrie capitaliste. Dont la pub prédatrice est parvenue à fourguer plus de 4 milliards de cette vieillerie de 800 ans. Et aucune continuation à cette juteuse saga ?

4 milliards à lire de l’obsolète, alors : Imaginez un peu le succès d’un tirage de la suite des sacrées aventures des amoureux du petit Jesus !

Comme quoi l’extrême-droite religieuse n’est heureusement pas plus intelligente que la politique. Et cependant parvient toujours à encaisser par ruse, protégée par force et coercition, tout ce qui manque à ses victimes parasitées.

Quant à la plus gauche des gauches, tout bon Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche se doit d’être équitable, et de démolir conséquemment ce qu’elle cache de vermoulu par la finance, dans ses choix culturels et sociétaux tendancieux. Soit pour les rarissimes domaines où le canular généralisé prétend qu’elle est aux commandes.

À qui est ci rappelé qu’il ne lui reste que quelques jours avant fin 2014, pour réponse à la demande d’arrangement culturel et social à l’amiable proposé par l’auteur sur cette page. Susceptible d’annuler prochaine présentation plus formelle de la facture globale et détaillée, aux collaborateurs de la Honte en vigueur chargés de l’acquitter. À mûrement m’éditer.

…………………….

Assez de gentillesses et allant de l’Avent : Un peu de décontraction bien méritée :

Le sympathique Historien Claude Bonard nous rappelle que l’Escalade de 1602 n’est que celle que retient l’Histoire. Le 29 mars 1529, 800 Savoyards de la Confrérie de la Cuiller, ayant appris qu’à Genève on naissait en ayant une dorée à la bouche, et génétiquement programmés pour désirer s’en emparer, munis d’échelles et de cordes, se préparèrent à escalader les murailles de la Cité ! Devenus audacieux, à force de terroriser sans scrupule et détrousser marchands et paysans genevois, et de saccager leurs foyers, cultures et métiers dans les campagnes.

Durant ce qui restera comme « La nuit des échelles », ces peu francs truands voisins ne firent traditionnellement rien. Et repartirent en emportant minablement fenêtres et portes des chaumières alentours. En quelque sorte : Pour toute fenêtre ouverte (sans Mère Royaume encore pas née) sur les trésors de leurs rapines, ils prirent la porte. Sans que le Genevois écœuré n’ait à les y pousser.

Selon toute vraisemblance, aurait circulé parmi eux pour le 29 mars 1529 un ordre de grève générale.

 

Rien ne se perd, rien ne se crée, mais pour que ça se réforme …

………………….

Or, lavant l’Avent de toutes ses vaines et nuisibles véléités de contrôle et domination sur le vis à vis, je vous suggère de réfléchir sur un principe bouddhiste que vient de me rappeler un excellent ami expert en arts martiaux : L’adversité déteste qu’on soit ami avec elle. Dès le moment où on l’observe simplement, où l’on parvient à n’être plus ni pour ni contre, sans chercher à la maîtriser, la contrôler, la dominer, elle fait pareil, n’a plus d’intérêt à nous atteindre.

J’ai, et nous avons encore bien du travail en ce sens.

Alors que, pour leurres, plus que jamais l’adversité feint de n’être plus ni pour ni contre, afin de tout contrôler, tout assujettir, tout détenir.

Pour devoir tout remettre un jour …

Ali GNIOMINY

Ci-dessous, déjà pour votre petit No Hell, la recette du rösti Sarinois dont se pourlèchent les babines de droite.

À droite, justement, de la tranche de lard centrale, vous découvrez le gras bien riche, étalé à volonté. Et à gauche de la bidoche du milieu, quelques maigres petits pois, parsemés sur fond de verdure savamment allégé.

sarine.jpg

Assez indigeste, il faut l’avouer. Le fil de parmesan qui traverse le lard est d’ailleurs très peu ragoûtant. Et dénué de l’idoine épaisseur sur la droite qu’il devrait esthétiquement comporter.

Le plus mauvais des plats notés dans votre connerie d’émission préférée : « Horreur, il n’y a plus que la bouffe et les fringues qui intéressent le robot domestique ! »

.................

Et, dites, ça vous dit une petite partie de "Tu me piques mon Ukraine je te pique ton Cuba"?

10/12/2014

MATONS DEALERS ?

18h21 ? Merci. Désolé, j’avais déjà oublié. Il est donc l’heure que j’entreprenne ma ronde, remue vite les esprits carrés des hauts rangs goûtant l’ignorance, et je suis à vous. Voilà, c’est fait !

Or : Gloire au bon Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche ! Qui vous suggère, en sa suave grandiloquente condescendance, une pas si débile idée :

Ainsi, l’indemnisation des détenus dans des conditions inhumaines à Genève l’Exemplaire fait légèrement tache … d’Huiles ?!

Le Sarkozysme à la genevoise, au bord du précipice, s’entête toujours plus à aller de l’avant. Affirmant haut et fort que leurre c’est leurre. Et pendant ce temps, notre rôle exténuant de désignés volontaires pour exponentiels soutiens financiers à détenus, nous met à nu.

Déjà que leurs soins, repas, divertissements, tentatives d’éducation sont à notre charge, et les frais de justice qu’ils fuient généralement. Dans le pays et les conditions de détentions qu’ils méritent. Donc ça râle !

Sinon les peines de caïds sont réduites pour éviter les indemnisations financières, comme tel est déjà le cas. Et ça râle !

Visiblement il y a un problème. Facile à solutionner pour un Roi-Député du reste :

Afin de compenser l’indigne calvinisme carcéral infligé à ces outrées truandes victimes : Que les autorités genevoises leur fournissent gratuitement et à volonté de la bonne herbe, et autres haschishs des stocks saisis par les stups ! Ou même leur permettent de cultiver dans la prison !

À coup sûr ça calmera l’ambiance et bien des plaintes, et explosions de violence quant à l’exiguïté des lieux.

Que, tôt matin, matons dealers servent aux détenus leur ration de cannabis de leur choix. Et veillent nuit et jour que tout prisonnier  refusant cette compensation (s’il en existe) soit exclu de partage de joint.

Évidemment, de naïves âmes estimeront que tel traitement est dégradant pour le non-fumeur. Effectivement, il doit bien en exister un, enfermé quelque part.

Mais sa compensation pécuniaire, avec celle d’un ou deux matons encore un brin réticents, car peu brillants dans leur apprentissage en herbe, nous ruinera un peu moins !

……………………..

En l’occurrence, que fait la Police ?

 

Elle délocalise sa formation ! Vu que l’insupportable coût de l’aspirant, tous services compris, passera ainsi de 75'000 à 52'000.-

Cependant, il est prévisible qu’à Savatan ça va tendre les relations entre novices gabelous, se retrouvant logés à huit dans 10m2. Mais il n’existe rien de tel que la pratique, pour apprendre les finalités d’un métier.

De surcroît, la Police n’ayant jamais été très forte en calcul : Furent oubliées les indemnités à leur verser par la suite, pour conditions inhumaines imposées, comme le prix de leur remise de peine ou fumette gratuite …

En revanche, une économie conséquente sera réalisée avec les canidés détecteurs de drogue, devenant inutiles. Nos aspirants policiers à grand appétit ayant la chance d’être issus d’une Suisse où se mange encore le chien …

…………………

Parlant toujours de racket de contributions et prises des citoyens en otages :

Le dernier des otages Français dans le monde est libéré !

Coïncidence : Il se murmure que des convois exceptionnels transporteront bientôt, par tronçons, la Tour Eiffel jusqu’au Nigeria.

Où celle-ci servira de minaret pour muezzins hautement intégristes !

…………………

Lutte contre la bêtise conservatrice, toujours :

Neuchâtel vote la destitution de ses Conseillers d’État incorrects !

Genève estime n’avoir vraiment pas besoin d’un vote à cet effet.

Des camions circulent en permanence en ville, affichant en énormes caractères : « La Voirie débarrasse vos encombrants » !

Et pourtant, force est de constater qu’il y en a toujours plus qui traînent un peu partout !

………………..

 

Aucune destitution prévue, ni sanction, contre un arbitre de LNA de hockey, qui a traité un joueur de gonzesse !

Bien joué. Le juge unique de LNA, restant de glace n’a pas « reçu le puck ». Qui a correctement estimé naturel qu’un adulte en taquine un autre dans l’espoir de se faire rouler un patin !

………………..

Vous ne le croirez certainement qu’en interrogeant les contemporains et plus âgés de ma région : Mais je fus, comme tout enfant là-bas, en les vaux jurassiens, un très bon patineur, à mes risques et périls.

Certes, il est difficile de faire autrement, quand on se les gèle sept mois par année, que de rejoindre chaque jour Le Beau Danube Bleu et l’intégrale de Strauss, unique fond musical éternel diffusé à la patinoire, hivers après hivers, alors seul et unique lieu de distraction des petits et grands.

Bon patineur, mais médiocre hockeyeur, craignant de (se) faire mal, alors que c’est le second but du jeu. Massacrer l’autre un max contre la bande, à défaut d’oser le décapiter ou fendre de haut en bas avec sa canne.

Ma testostérone manquant cruellement d’éléments mâles de type  –brute épaisse- je fus souvent désigné volontaire : Gardien !

Mais voilà, en 1966 environ, l’enfant doit devenir un homme ou ne pas être. Il subit en silence à-peu-près tout ce que dénonce la société actuelle. Et n’a pas intérêt à l’ouvrir. Bien qu’aucun protège-dents ne risque de tomber, dans le cas passé.

Ni genouillères, ni protège-coudes, ni grille au casque devant le visage … Le petit gardien d’une cage de hockey lors d’un match, durant les heures de gym reçoit, comme toute l’équipe les consignes du prof. De bien faire attention. Et c’est parti.

Faut-il vous le dire ? ça se lit si aisément ! Oui, j’ai reçu le puck ! Expression locale au sujet d’un toyé bigrement zinzin, susceptible d’avoir interrompu avec sa boîte crânienne la course d’un projectile se mouvant à très haute vélocité.

Le contraire eut été surprenant. À la Xième rencontre mon arcade sourcilière gauche nous évitait un but. Trou noir sur blanche glace. Pansement, analgésique vendu sans ordonnance, bourré d’opiacés, dont toutes générations abusaient, allant pour certaines jusqu’à l’étaler en poudre sur les tartines du matin, retiré du marché depuis des lustres, fléau oublié des contrées horlogères … et le lendemain j’étais sur la glace.

Ce n'est que la semaine dernière que mon médecin, intrigué par mes douleurs régulières à l’arcade gauche, se dit qu’il serait peut-être intéressant de voir s’il n’y a pas eu fracture interne mal ressoudée …

Bref, j’ai refusé de rester devant la cage, ai commencé à dûment cogner en mon rôle d’attaquant, et un mastodonte d’au moins 15 ans m’a écrasé à pleine vitesse dans la bande.

Souffle longuement coupé, plié en deux pour un bon moment. On m’a traîné vers la sortie de la glace. Je suis parvenu à placer ma canne en biais entre une marche et le sol, et KRRAAAK.

Je patinai encore durant bien des hivers, sur Strauss, voyons, et garde une véritable « madeleine de Proust visuelle » de ces après-midi à ciel noir, emplis de nuages de neige, de cette glaciale chaleureuse  ambiance magique. Tournant inlassablement à grande vitesse ou exécutant une valse de figures simples. Mais dès que les copains prenaient leur canne, je les regardais jouer devant un thé bouillant,  de la fenêtre de la buvette. Sans honte. Ils avaient vu que j’avais assez donné pour l’équipe, dans ma brève carrière de tas de muscles fonceur.

Allez savoir si c’est le puck qui me fit oublier les buts que j’ai dû encaisser. Plus moyen de m’en souvenir, mais l’ambiance qui me reste est positive, j’ai dû assez bien m’en tirer. Envers et grâce à mon bizarre handicap-avantage, que je tentais de cacher dans l’enfance.

À savoir que mes yeux me valent depuis toujours tous les privilèges et toutes les contraintes. Sans parler de ce dont traite l’un de mes billets ci-dessous, cette faculté que j’avais petit de voir à-travers le concret pour retrouver le monde astral : ma vision est pour le moins intrigante. Avec la faculté d’obtenir une durable fixité naturelle.

Un tout hautissime DRH s’énerva presque, il y a fort longtemps, totalement désarçonné après 10 minutes d’entretien, me lançant « Mais, bon Dieu, clignez des yeux ! ».

Une fixité étrange, autant qu’une mouvance de couleurs passant du bleu presque foncé au vert le plus clair. En fonction de mon état d’esprit et de santé. Ainsi, ma regrettée mère a toujours immédiatement vu quand j’avais fumé de l’herbe. La dispute débutait automatiquement par : « Ne nie pas, tu as les yeux vert-clair ! »

Et il n’est pas rare, un jour où je suis d’excellente humeur, que je rentre dans un commerce et entende l’une de ces dames s’exclamer : « Ces yeux bleus ! Pardonnez-moi, mais un bleu comme ça c’est rare, et … ». Le comble de ce qui m’arriva fut la réflexion d’une serveuse restée interloquée devant moi, au moment où je voulais payer … « Monsieur, excusez-moi mais quand vous êtes arrivé vous aviez les yeux bleus et maintenant ils sont verts, vous mettez des lentilles ? ».

J’aurais dû lui répondre : « Non, les lentilles ça donne de la force et vous auriez déjà pris une baffe ». Oser ainsi titiller l’anti-misogynie d’une ex-brute de hockeyeur ! Elle n’a pas eu froid aux yeux ! Par ailleurs pareillement jolis. On s’éloigne, là, on s’éloigne …

Or, lesdites mirettes, de votre bas rond-de-cuir préféré, lui permettent certains prodiges. Et lui infligent bien des soucis. Trijumeau inversé … Vision excellente en dépit de voile à droite … et absence de stéréoscopie. Soit de perception du relief de deux objets réunis. Ayant sans doute engendré chez moi une vue plane, à horizons généralistes, une absence d’observation détaillée d’inutilités, pour une présence d’utiles constats globaux. Tout comme vous, je vois le monde à ma manière, totalement différente de toute autre. Mais un peu plus et mieux, bien entendu.

Non non, c’est mon père qui était daltonien ! Moi je vois parfaitement que vous devenez rouges !

 

D’accord, d’accord, j’abrège : Mon juvénile challenge fut de parvenir à cacher aux autres mon handicap dû au manque de stéréoscopie. Voulant que si l’on me lance une balle, huit fois sur dix je la manquerai de quelques centimètres. La conjonction de la vue droite avec la gauche est la principale difficulté existant au monde. Mes défenses m’y exercent depuis toujours. Je compense avec plus d’intuition et de réflexes innés. Je l’ai encore prouvé tout à l’heure à mon travail. Rattrapant une orange qui ne pouvait humainement que continuer à tomber, devant mes collègues ébahis.

Résumons : Si je vois l’adversaire, que j’observe sa raquette, suis le tracé de la balle en l’air, tend ma raquette : « Caramba, toujours trop à gauche ». Rien ! A devenir dingue, Frisbee, tennis, ping-pong, foot, (hockey ?) … je suis une vraie passoire.

Mais si un lustre se décroche brusquement du plafond derrière moi, je le rattraperai avant qu’il ne touche le sol. Si vous me lancez un objet alors que je ne m’y attends pas, je le rattraperai pratiquement à coup sûr avec une précision époustouflante.

Où si, ainsi que cela m’arriva devant l’effigie de Freddy à Montreux, reculant pour prendre des proches en photo, l’arrière de mon genoux heurte un banc : Je prends la photo tout en tombant en dos, roulant sur une épaule et me propulsant en arrière je me fige sur mes pieds, appareil en main, et vérifie la qualité de la photo comme si de rien n’était. Ayant déjà plus de cinquante ans.

Mes étranges propriétés oculaires ont en fait développé ceux de nos autres yeux corporels, que l’on n’utilise généralement qu’assez peu. Quant à savoir si j’en dois remercier ou engueuler un hypothétique Créateur ? En suis reconnaissant à mes parents, mais s’ils étaient encore là je les prierais de gronder de ma part les leurs et ainsi de suite.

Des yeux qui dénoncent tout en virant au vert au moindre questionnement … on aura tout vu !

……………………….

Cet article à l’œil, grâce …

Ali GNIOMINY

Toujours prêt à rattraper au vol jusqu'aux crucifix tombant en désuétude.

f.jpg

Alors, m’a-t-on dit l’heure ? Ah oui, XXIème déjà, j’oubliais, merci.

(Gag supposé spirituel, puisque du XXIème, si vous voyez ce que j'entends).

Matons dits, leurres, et portons regard du cœur.

05/12/2014

EST-CE QUE LAVAGE HISSE TANT BOULES DE POUX À LAVER, HÉRITÉES ?

La dictature qui … erre, dogs, ânes, ours aime en vérité ! Et récolte vaine révolte humaine, par mépris de qui de pris pour tête de turc !

Autrement dit, sans commodités à la turque :

Les patrons Suisses du mi-gros discriminent ainsi les nés gros ?

Nés gros nounours sous asiatiques menues menottes. Puis tout salis, tout noirs de crasse et trempés dans Total, retirés changés en ours blancs. Horreur et abomination : Telle publicité fait ressortir des affiches racistes d’époques terrestres presque aussi sombres que l’actuelle. Que 99% des humains avaient préféré ne plus jamais voir ressurgir, ou n’en avaient jamais entendu parler.

Intolérable Intermède : Photo de nez gros ... de surcroît chapeauté.

m-chap.jpg

Ainsi, l’ami Karl de SOS Racisme travaille avec trop de zèle, mais c’est tout à son honneur. Je le remercie encore pour tout ce qu’il fit au CSP pour mes amis (c.f. Inédit des 80’ : « Souple couple en soupant des soufflets de valets de lois vétustes qui en dégustent ») prochainement dans toutes les valables librairies non lavables. Mais franchement, Karl, voir le mal à travers des nounours sales ou propres, est-ce bien raisonnable ?

Déjà que l’appellation « Têtes de chocolat » reste toujours des plus insultantes, mais tolérée vu que le blanc est dedans, est-il effectivement de bon ton de veiller à ce qu’aucune connotation raciste ne persiste en notre monde ?

Ainsi, le xénophobe Johnny Hallyday ne chantera plus que « Blanc c’est blanc » jusqu’à ce que nous exigions qu’il remplace pareille offense à notre race par « neutre c’est neutre ».

Nos chères têtes blondes et foncées frisées découvriront l’histoire de « Claire-neige et les sept individus de taille non élancée et à pilosité abondante », (barbus risquant d’offusquer une -protégée par Droits- confrérie d’égorgeurs du pays des Pieds-Ténébreux. Que l’alcool jamais ne rendra complètement sombres).

Mais en priorité, cher Karl, ne devriez-vous pas plutôt exiger qu’à Nice devienne l’« Incoloresco » l’actuel « Negresco » ? Accueillant quantité de replets nounours mal léchés chassant laiteuses gazelles.

En définitive, oui, il convient d’éradiquer ce fléau. Pratiquement en tous mes voyages hors Europe j’ai subis du racisme anti-blanc, et plus récemment principalement anti-Suisses : J’en peux citer des dizaines d’exemples.

Alors, prohibons le mot « Humain » et tout ce qui pourrait y faire penser, même de loin, car force est de constater que l’humain n’aime pas trop qui ne l’aime pas. Et qu’on lui interdise de le dire ou de le suggérer n’arrange pas grand-chose.

Une légère inquisition en la matière est nécessaire, certes. Mais quand, pour exemple si fréquent, il suffit de dire « juif » pour que des armadas d’avocats vous attaquent, ce « racisme » dont on vous accusera n’est plus alors qu’une arme de guerre au service d’offensifs descendants de lésés. Générations qui, par ce stratagème, tiennent en leur main dit-on le plus détestable pouvoir mondial. Celui qui détruit tout, rend l’homme pire qu’une bête, le pouvoir monétaire. Et en abusent, outrageusement amassé entre cousins concurrents et évidemment mortels ennemis se combattant. Considérant et traitant le reste du monde comme la dernière des merdes.

Gare à l’intransigeance à double-tranchant. La frontière est parfois ténue entre racisme et réalisme que démontrent les faits.

Que ne soient plongés en le Total que des nounours blancs et des nounours noirs ! Qui ressortiront plus blancs que blanc et plus noirs que noir. Tous sales puis propres. Nettoyés de leurs imbéciles préjugés.

……………………………..

Poubelles, encore :

Le site Amazon a trouvé un moyen particulièrement efficace de se débarrasser de ses déchets. En effet, Robert Quinn (que God le save), 22 ans, a reçu 46 objets, Tablettes, PC, TV, etc, qu’il n’avait pas commandés. Et Amazon les lui a offerts. Car ces colis étaient destinés à un entrepôt Amazon chargé du traitement des retours.

Autrement dit : Des appareils défectueux !

Gare à Amazon, reine des cadeaux pourris et du recyclage sauvage!

…………………….

Tenez, au fait, ce n’est pas me provoquer, ça ?

Berne l’affirme : Pour lutter contre les déchets sauvages, le charme et l’humour ont plus d’effet que des taxes ou injonctions !

Totalement FAUX ! En dépit de tout mon charme et mon humour, ma lutte s’intensifie plus que jamais contre les ordures sauvages.

……………………

Lavons-nous les mains mais pas trop :

Et imaginons un instant que ce Christ dont ils attendent le retour depuis Mathusalem ou kif-kif, ait la très mauvaise idée de revenir en Syrie !

Eh bien : Il ne se passerait absolument RIEN !

Vous ne le croyez pas ?

Messie Syrien !

………………….

Parlant résurrection : Dans le fond, celle-ci n’a pas que des avantages !

Allez donc ressusciter la totalité des membres de votre famille en remontant jusqu’à Adam et Eve.

Et essayez de les placer autour de la table de Noël … Sans que ça ne finisse par s’engueuler …

Ouf ! La raison de la mort étant toute trouvée, ne reste plus qu’à dénicher celle de la Vie !

……………………

Et découvrir que :

Le squelette de Richard III, Roi Shakespearien affligé d’une terrible scoliose, est retrouvé sous un parking et authentifié.

Triste destin pour ce Seigneur. Avec un dos si mal en point. Et tout ce qui lui est passé dessus !

À l’évidence, l’histoire ne le dit pas, mais il devait obligatoirement être ruiné pour être enterré sous des bagnoles. Pourquoi ? Pourquoi ?

Poor King or not Parking !

…………………

Sachez, lors, qu’au passage le facteur X ne monte plus jusque là :

arnaqu-ovronnaz.jpg

Pour utile rappel. Si vous avez réservé de longue date et payé un séjour ci-dessus, et que dans les délais un décès de proche et une grave maladie vous obligent à annuler, que vous présentez tous certificats, informez la direction de l’Hôtel par courriels depuis le Brésil, etc, que vous faites tout dans les règles :

Votre fric sera intégralement volé, aucune autre date ne remplacera le séjour annulé dans les temps, et aucune restitution ne vous sera concédée ! Vous serez méprisés, et ne vous restera plus qu’à porter plainte. Ou plutôt, trop accablés par l’ensemble des évènements, vous finirez par laisser (presque) tomber. Et la mentalité du Valais entier en prendra pour son grade.

Ah, si ces malotrus que sponsorise honteusement la Pharmacie Populaire avaient pu bénéficier de toute ma correction.

Ah, si j’avais pu éviter le ridicule à ces illettrés, si médiocres marchands de chambres : Quelle aubaine ; auX bains d’Ovronnaz, auraient-ils alors adéquatement écrit.  Qu’ils aillent au taureau. Oh, pardon, pas de connotations homophobes ici !

…………………

La vengeance étant glacial plat, qu’on finit toujours par bouffer soi-même, j’ai préféré le bâfrer à présent que de finir par m’y casser les dents.

…………………

Pour digestion :

Google se munit d’un nouvel outil pour vérifier que l’utilisateur est bien humain : Celui-ci doit cocher une case : « Je ne suis pas un robot » !

Manière fort sournoise d’interdire l’accès de Google aux Suisses !

…………………

Dont l’un des tyrans est congédié par le Pape. Ce dictateur terrorisait la garde suisse pontificale dont, trop sur ses gardes, il avait la garde.

Que François soit franc ne fait aucun doute. Qui veut donner une connotation moins militaire à la garde suisse !

Pieu vœu ! Des Suisses moins militaires ?!

Le voilà, ce miracle incroyable qu’il faut au Saint-Père pour être canonisé ! N’empêche que son Dieu est vachement cruel avec lui.

……………………

Vite, un comprimé de Science anti-déviance religieuse :

Une commission d’Éthique est divisée : Les poissons souffrent-ils ?

Donc, ces Messieurs-Dames perdent du temps pour ça ?! Oser se poser la question si ces bêtes souffrent ?!

Alors que requins, maquereaux, anguilles et autres gros poissons, comme dans l’eau, n’ont jamais été si voraces, mordants et prospères ?!

Quel Comité d’Éthique se penchera un jour sur notre sort d’asticots, leur servant d’appâts à profits sans scrupules ?

………………….

En attendant : Sainte Grenouille protégez-nous !

Le Parti Évangélique suisse distribue sous la Coupole fédérale des pastilles rafraichissantes. Avec avertissement au dos de la boîte : « Peut avoir des effets laxatifs ».

Lui refiler ses remèdes de coincés : Une vicieuse manière d’envoyer chier l’adversaire trop ouvert.

…………….......

Incontinence, encore :

Le Tribunal fédéral estime que les seniors, même diminués, doivent pouvoir continuer à conduire !

Non, mais ! … Ce Tribunal va-t-il un jour cesser de plagier la France ? Pays que veut parvenir à conduire, et conduire encore, un has-been très diminué !

Aussi : Allez les vieux : Le TF vous couvre : Ne conduisez plus que très diminués, avec entre 2 et 3 pour mille dans le sang, après avoir fumé joints sur joints et chaussé vos lunettes noires. Et roulez à fond en écoutant sur votre chaîne tonitruante : Yvette Horner !

Le Méga-géronto-panard nickelé assuré !

…………………….

Et que la caste des cossues sangsues n’empêche les gentils nantis d’apprécier, de ne scier, de gracier qui, délié, irrite parasites premiers. Qui le poussent …

Ali GNIOMINY

All the posts