04/11/2014

MAIRE-CI ...

Monsieur le Maire,

Ce nerf de la guerre rit à nombre d’ombres d’une culture de la biture, ne manque aux branques de la conjoncture à courbatures, ne fait défaut aux poétereaux, … ce nerf qui use, nerf de la ruse, reste en carence de cohérence sur la balance, qui se refuse quand suffisance de qui le manie entre en la danse et la cadence du déni : Face à traces si vivaces et matures de Culture qui ne s’efface, efficace, perspicace, ne se censure ni déprécie ainsi : par parjure et violence d’indifférence.

 

Monsieur le Maire, ce nerf que je n’ai guère, que l’on m’a pris avec mépris à sens unique pour peu comiques « garants », durant des décennies de vilenies à la gloire dérisoire de culture à clôtures, ces moyens me sont dus, et me seront coûte que coûte ces ronds rendus, sous les ronrons si citoyens ou non.

………………..

(Ainsi, sûr que le Maire rit tant qu’il accomplit enfin sans pli son fin devoir : De voir où est Valeur et où est leurre. À la bonne heure d’éviter heurts et erreurs réparer de ses égarés prédécesseurs : En payant attrayant auteur et Artiste à hauteur réaliste de sa valeur comme homme-Moteur des Arts & Mœurs.)

………………..

En l’occurrence, Monsieur Sami Kanaan, qui serait bien le dernier Magistrat de Genève à tout ignorer du bas rond-de-cuir Ali Gniominy, Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, qui ne recevra ceci par recommandé que si n’est donnée suite à ces lignes, est cordialement invité à mobiliser les Conseils responsables, en vue de rétrocession des quelques centaines de milliers de francs que la culture genevoise m’a soutirées. Couvrant ainsi largement, (même si je ne suis pas du tout certain de mes participes passés, entre autres légers défauts s’additionnant à l’excès de modestie) le crapuleux prétendu contentieux dont m’affuble mon débiteur Genève depuis bien trop longtemps.

Mettant fin de cette manière à l’Apartheid économique que je dénonce à juste titre, et qui sait, parvenant peut-être un jour à faire oublier à la Terre entière certains de mes légendaires poèmes, tel :

Petits nains du jardin genevois sont sans voix.

Petits nains abrutis du jardin des nantis

Se terrent, atterrent.

Têtes de bois ne se mouillent, lors que rouillent

Leurs sabots de nabots à huer,

Englués en l’immensité de leur vanité.

Petits nains du jardin genevois qui ne voient que l’on beugle

Sont aveugles,

Qui n’entendent que l’on scande nos colères, restent à se taire,

Pestes austères.

Petits nains du dédain genevois demeurent cois,

Sans cœur, froids, minuscules, ridicules, qui pullulent.

…………………

Non, Monsieur Kanaan, même si mon personnage littéraire est parti pour tirailler railleur sur tout et n’importe quoi, je respecte bonne part de vos choix et les artistes qui en bénéficient, ne vous implique directement personnellement. Vous êtes simplement devenu à double titre actuel responsable du profond malaise grandissant, accumulé à mon endroit par évidente et flagrante injustice et malveillance, passées sous silence par vos prédécesseurs. Depuis près de deux générations de gestion culturelle trahissant ouvertement l’esprit de Voltaire, ne laissant aucune place à ce qui, utilement et véritablement dérange, astique et critique ineptes concepts nevrosés, imposés eu égard à l’Art à Valeur et aux leurres d’avares baveurs.

 

Je pense au contraire que vous avez le courage et la sagesse de mettre fin à l’indigne négation silencieuse de mon Art ; Au refus ou à l’incompétence de responsables payés pour ça : d’estimer une bonne fois pour toutes la valeur de ma pluridisciplinarité artistique, sur le plan humain, philosophique, politique, éducatif, de la prévention …

Soit de mettre sans délai ni plus d’outrages fin à l’esclavage pécuniaire genevois que je subis : Cette  arme du Pouvoir (en mains de très discutables principes opposés à mes convictions) portant sciemment atteinte durable et irréparable à ma personne, ainsi qu’à l’image de notre époque, notre pays et à la Culture en général.

 

Toujours prévenant et compréhensif, je laisse évidemment jusqu’à fin 2014 aux concernés, sans relance à cet effet. Le temps qu’ils puissent encore et encore décortiquer-ci, par centaines comme chaque jour, sur barondecuir.blog.tdg.ch, les mille-et-un trésors au sein des 669 billets d’art à cette heure, que comporte ce simple présentoir, relatif à bien plus gigantesque Œuvre Artistique, notoirement méprisée des seuls ignorants.

…………………..

Bon, alors, les comptes sont faits, la facture est présentée, un peu de repos ne fera pas de mal. Repérons dans l’actualité ce qui serait susceptible d’être présenté comme information dans : Mon Téléjarnac :

…………………

Tiens : Les Hôpitaux Universitaires de Genève cherchent des cobayes !

Encore ? Il y en a pourtant déjà près de 10'000, contractés afin de tester la résistance de ces sujets à la prolifération d’atteintes à leurs moyens de survie, par les radicaux libres.

………………..

Parlant Droite dure : Vous souvenez-vous du célèbre tube de Johnny Halliday pour Optic 2000 ? Où l’on entend johnny gueuler à la fin de la pub : OÔPTIC DEUX MÎÎÎÎLE !

Horreur, bis, la voix a été changée dernièrement. Quel drame.

Il se murmure qu’il était prévu que Johnny reprenne exactement sa même participation, pour beugler en tout et pour tout : OÔPTIC DEUX MÎÎÎÎLE, au terme de la nouvelle version de cette publicité.

Cependant Johnny a dû y renoncer. Avec sa vue baissante, il n’arrivait plus à lire le texte de cette prestation musicale.

………………..

Il y aurait certainement également chanté dans les décennies à venir … mais : La rénovation du Grand Théâtre de Genève est reportée !

Mauvaise nouvelle : Trop superstitieux, les architectes sont dans l’incapacité de décider, alors qu’il leur a été souhaité bonne chance, s’il faut commencer côté cour ou jardin.

…………………

Ainsi, les jeunes indignés de Podemos seront prochainement au pouvoir en Espagne ?

Sûr qu’il y a bien des Don qui chocottes ont ! Sang chaud penche assez à s’épancher sans mous lyncher, ni forts ni quémandeurs apprécier.

…………………

Et savez-vous que « Pas pleurer » pourrait valoir à Lydie Salvayre le Goncourt !

« Rire surtout » d’un clown genevois pas méchant du tout, n’effrayant qu’incompétents n’a, lui, aucune chance.

Rire chez Calvin demeurant à l’évidence, comme à Paris, le pire des blasphèmes, dont il sied avant tout d’éviter de faire état.

…………………

Mise à jour s’impose. À l’obsolète, les débusquées pipelettes offusquées du passé sans passion de l’édition ! À la cave, les navets graves de concours lourds d’entraves ! Au galetas, les tas de combines et la guéguerre du hamburger sculpté qui a rapté jadis le prix d’embellissement, pour placement face à Mc Do’ (qui saque ados) par ailleurs meilleur sponsor lors associé à ce Prix du mépris pour les sculpteurs compétiteurs … à la remise, les vieilles devises, à l’imposture, les préjugés érigés en déments monuments de droiture à la dure !

De la Justice ! De l’Art Suisse véritable et accessible, estimé, et non plus diffamé !

 

L’Armistice-ci ! Entre mystiques si faméliques manquant de pif et le coche, et Objectif créateur sans leurres et sans reproches, mais à approche à anicroches.

 

Cessez de penser et agissez :

Une jolie claque offerte …

Ali GNIOMINY

 

Croyez-en qui sait les respecter, les connaît en détail, mais ne s’embarque jamais dans des histoires bateau.

IMG_1513.JPG


Les commentaires sont fermés.