25/09/2014

LÀ, MÉTÉORE AU LOGIS

Ont beau pleuvoir les créations, au-travers des galaxies cervicales de votre bon Roi-Député (du reste pas plus monarque que tout prétendu populaire co-Souverain) pleuvoir exaltations comme comètes soufflant comme êtes :

Son Excellence autoproclamée ramasse défis à l’ignorance de masse, à parodier à part, odieux, puis les soumet à Terre : Atterre pète-secs mouillés en les combines citadines ci énoncées et dénoncées.

À qui erre est répété : Mettez aux rites de l’exclusion vite une conclusion !

 

Certes, Lave à l’heure n’atteint pas le sombre des ânes nés !

Mais tout impact active parfois de vives réactions en chaîne, plus ou moins lointaines et profondes en les couches de population pourtant adultes, qui devraient un jour apprendre à porter le caleçon.

 

C’est pourquoi : Gare ! Observez bien lésée toile de fond :

Ce littéraire univers-ci si fourni, si élevé ou si bas … si coups bas continuent ... si menus terriens de rien du tout insistent sur tout et rien, surtout sur le : « Faut-il  étaler l’évidence que chacun pressent, ou la garder secrètement en soi, jouer ou non au jeu des tromperies aspirant le fric des plus crédules ? » … si ... si grossiers spécimens à amen persistent à le scier, à ne ranger l’auteur à sa hauteur, et n’édicter de respecter à sa valeur dit univers littéraire, ceux-ci vont finir par devoir subir encore souvent le vent des satires qu’ils s’attirent, dans le style débile :

 

C’est affreux : Cet été a déplu ! Il a bien trop plu !

Et plus l’été s’est complu à devenir moche, plus nous avons été poussés à ne plus téter la moindre paille. Rafraîchissantes boissons ne nous ont ainsi mis sur la paille.

Plût aux Cieux qu’il n’ait partout tant plu, tant plat est le Plateau que tant plots que sacs, à temps posés, tanguant ne peuvent pour autant endiguer le flux de flots et flaques, sous le flic-flac des gouttes croissant sans cesse.

Ainsi : Déconfits, turpitudes du climat les excluant aussi, des jeunes, égarés en ayant marre, mêlent à de bons cas fédérateurs leurs tartines indigestes sur sujets imbuvables, qui tranchent.

Dépeints comme dans la fourchette des meilleurs au labeur, pour qui c’est « No vices ». En fait : Cons potes à compos sottes adulés, affaiblis acculés à l’oubli, à qui tout est dû par tordus de l’essor, par sponsors trop vendus d’art couard pour fausse ère littéraire ; Cette éphémère erreur majeure ne glorifiant presque toujours que chiants lèche-Écus, et se désintéressant au possible des rarissimes authentiques désintéressés diseurs de trop de vérités.

Scandaleusement comptant pour beurre, grillés de partout sous clanique prétexte que le public n’est pas prêt à intégrer si novateurs concepts.


Mais qu’on assène enfin aux hauts mécènes l’Art de savoir favoriser à bon escient, sans finir par devenir tôt ou tard la risée. D’avoir manqué d’appui à qui de véritable, au profit de faux-semblants d’affables !

…………………………………………

Je me tais. Ne narre, coi, que l’aimable suite de l’athée au logis que voilà :

L’état de Mère Démocratie empire de jour en jour, la peste brune la met dans tous ces états.

Ainsi, le Conseil des vendettas a refusé l’initiative du canton de Genève, visant à étendre la norme pénale antiraciste à la discrimination basée sur l’orientation sexuelle, et a refusé d’interdire les jeux vidéo violents.

Ouf, on peut le dire sans crainte à présent : la race déviante de ces pédés aux Etats veut que ses rejetons apprennent à casser de la tarlouse.

Quoi de plus normal en toute timocratie fascistoïde qui ne se respecte !

À jugements partiaux entachant à jamais l’Histoire de notre pays, et mettant sa sécurité en danger. Ainsi, pour exemple :

Deux hommes de 20 et 24 ans ayant, à l’aide de trois innocents mineurs à tendances assassines, déposé des plaques de béton sur la ligne CFF à grande vitesse, entre Berne et Olten … RISQUENT une amende ou la prison, et sont sortis de détention préventive.

Par conséquent : Avis aux salopards : Si vous égorgez sur vidéo un étranger vous êtes un terroriste, mais si vous essayez de provoquer des milliers de morts en faisant dérailler un train en Suisse, vous êtes un petit délinquant, vite libéré et à peine amendé.

Bien évidemment, la justice aveugle doit toujours avoir raison, une vision globale des faits à charge et à décharge pour se prononcer. Il convient d’admettre que tout augmente. Les bêtises de jeunes, de mon temps, consistaient à sonner aux portes et se sauver. De nos jours, elles visent à tuer le plus de monde possible, à nous de nous adapter à l’évolution.

Et puis, selon toute vraisemblance, aucun de ces cinq petits cons ne s’appelait Mohamed, Kamel, Abdelkader, Anouar ou Farid … alors …

……………………………………….

À part ça, voulez-vous tester le degré de mépris témoigné aux électeurs par un politicien ? Facile. Ecrivez-lui. Et sachez par avance que plus il est de droite plus vous frappera la violence de son indifférence, plus vous êtes certain de ne jamais recevoir de réponse. Même, sinon surtout, pour des sujets d’utilité publique abordés.

Vous ne vous fatiguerez donc plus à souhaiter qu’ils agissent dignement et cesserez de leur écrire. Pour préparer les affiches « Ne répond jamais aux messages des électeurs » à coller sur leur photo lors de leur prochaine campagne électorale.

 

Mais auparavant vous aurez à subir leurs traitrises intouchables, leur propagande mensongère du genre :

img022.jpg

... Laissant croire que l’énorme quantité croissante d’endettés par l’avidité d’assureurs prévaricateurs et politiciens associés, alourdissant les problèmes de santé au lieu de les alléger …

… Laissant croire par propagande mensongère que toutes victimes d’ententes crapuleuses, ayant du retard dans leurs primes honteusement surévaluées, peuvent actuellement quitter l’assurance ne leur donnant pas satisfaction ! Assurance sciemment abusant de rétention d’actes de défaut de biens et titres équivalents, jusqu’au paiement global de l’arriéré s’accumulant. Toujours plus impossible, grâce aux frais absurdes non couverts, dents, et tout le reste d'exagéré. Assurance qui, en vérité, quel que soit son nom, tient ses défavorisés affiliés de force en perpétuel esclavage économique !

Choisir la prime la moins chère est devenu depuis bien des années un luxe très élitiste, au service exclusif de la mascarade égalitariste gouvernementale.

Ne trouvant rien de mieux, comme argument. Pour tenter de préserver l’actuel chaos législatif clanique, qui lui profite tant, de tout contrôle sérieux déterminant enfin si sont remplies de manière non obscure les obligations de l’assurance, face à ses affiliés gravement lésés.

 

OUI à ce contrôle étatique, qui devra impérativement être lui-même contrôlé par diverses Instances extérieures et véritablement neutres. NON aux affichages mensongers et trompeurs cachant profonde discrimination et forme d’esclavage moderne ainsi pratiqués.

…………………………………….

Ce pays, si ce n’est ce monde, est ainsi devenu déplaisant, injurieux, rejetant systématiquement qui d’authentique bonne volonté. Un peu comme le font d’habitude, dans le but de se séparer plus facilement de proches auquels ils sont attachés, ceux qui sont prêts de le quitter. C’est bien triste, révoltant, inquiétant, mais comme ça.

Raison de plus, tant qu’on le peut, de réagir et finir même pliés par n’oublier de rire.

………………………………….

Comble de la paresse, vu dans la Presse : Julien drague pour vous !

Au lieu de titrer l’article : « Questions pour un crampon » !

………………………………….

Non. D’accord avec vous. Pas trop envie de rire aujourd’hui.

Pareilles flagrantes injustices tendent trop …

Ali GNIOMINY

P.S. Et zut, si je laisse cette photo ci-dessus pour le NON elle va figurer sans explication en tête de la newsletter à côté des quelques lignes du début de cet article, et mènera d’autant plus les lecteurs en bateau.

Autant essayer, qui sait, d’en ajouter une autre au hasard, dans l’espoir que ce soit elle qui figure sur la newsletter. Non point que ma face ravagée soit plus belle à présenter que le joli visage du naïf préfigurant le NON, même si jadis elle le fut, mais par souci de précisions de mes absolues convictions.

DSC_1983.JPG

 

Les commentaires sont fermés.