« 2014-03 | Page d'accueil | 2014-05 »

29/04/2014

CENT ? SÛR ?

Ça ... L’on a beau y coter l’avaleur de cool œuvres, en silence censurer sûre Essence d’alliance, tolérance: En résulte le tumulte.

Et pendant ce temps, que font les ignorants ? Ils ignorent. Combien tôt ils seront abhorrés, ignorés, s’ils persistent à nuire au bas rond-de-cuir.

Bien qu’il y ait, c’est un fait, pires vampires :

Cent raisons ! Cent motifs exhaustifs de foncer, dénoncer les crapules sans scrupules, les voleurs de ses valeurs.

Mille manières de le faire :

Narrative autobiographique, pour l'exemple :

Rentré hier de mon sous-emploi de fonctionnaire, quelle n’est ma surprise de découvrir que j’ai été cambriolé, de même que ma journaliste voisine. Au 3ème étage d’un immeuble doté de code d’entrée.

Dépouillé régulièrement de bonne part de mes droits les plus élémentaires à Genève, pour cause de vérités dérangeant l’Inquisition actuelle arrivée au seuil de l’un des plus retentissants procès politiques de Suisse, volé officiellement par serviles complices d’évidentes escroqueries en bandes organisées, et lamentablement empêché au possible de disposer de visible droit de réponse et de défense, voilà que de surcroît la racaille de basse extraction rejoint la haute dans son habitude de me priver même de la pitance qui m’est jetée.

Je vous dispense des 99 autres.

Mais pas de la sommation de me faire connaître par lettre recommandée la raison pour laquelle sont bafouées ainsi ma liberté d’expression et mes profondes convictions spirituelles, philosophiques, artistiques et politiques.

Faute de quoi la Tribune de Genève, sous la coupe de sa teutonne direction, aura démontré sa soumission, si ce n’est adhésion, à la Droite dure à procédés discriminatoires. Incapable de laisser la moindre place en vue à l’opposition, car prouvant ne disposer de plus justes et convaincants arguments à confronter.

…………..

Encore une fois, toujours dans un esprit de conciliation, je vous prie de réintégrer mon blog dans l’ensemble de ceux figurant sur votre support, ou de commencer en un premier temps par enlever de votre site l’annotation actuellement mensongère : « Tous les blogs ».

Occasion inespérée de rattraper vos regrettables faux-pas.

C’est que notre gentille bisbille dure depuis une trentaine d’années. Vous m’avez snobé tant de fois, estimant sans intérêt la lettre du Président de la Confédération Alphons Egli, qui m’écrivait que mon idée de distribution contrôlée de drogue, alors que personne n'osait y songer, était bonne mais irréalisable à l’époque, ou quand François Mitterrand me congratulait particulièrement, et que dire de ce que me transmettait Jean Ferrat, et… et…

Voyez-vous, si je pouvais être dangereux, si j’avais quoi que ce soit d’inavouable de passé, présent ou en vue … sachez qu’après le mini-traumatisme de ce cambriolage, qui s’additionne aux gros traumas subis dont parle souvent cet ouvrage que vous camouflez, si réellement mon intelligence effectivement développée doutait de la bienfaisance pour autrui de mes affirmations, de la nécessité de faire éclater de délétères tabous, je ne serais pas en train d’écrire ceci. Je serais complètement flippé, à ne plus supporter de rester dans un appartement envahi par des inconnus en mon absence.

Si j’avais la plus petite chose à me reprocher, la moindre alliance à un groupe ou trafic visant à nuire au pays ou à l'individu, ou je ne sais quoi, je serais persuadé que cet étrange cambriolage, où seul argent et or de proches principalement ont été pris, ne fut que prétexte de secrets barbouzes pour placer micros, voire poisons et tout ça … D’autant plus que j’avais changé tous mots de passe informatiques la veille. Et qu’il m’a fallu m’y reprendre à trois fois après rangements des pièces visitées pour ouvrir mon PC.

Eh bien non, je n’y songe même pas. Et même si tel était le cas, sachant combien les super-flics coûtent à la population, cette perspective m’attristerait, mais m’amuserait aussi. Des années que j’imagine de possibles enquêteurs s’arrachant les cheveux à savoir par quel bout ils pourraient chinoiser sur l’une de mes phrases.

Seulement voilà, mes gags et colères sont pour eux aussi, pas sur Gauchebdo ou autre canard connoté. Sur un quotidien que j’estime/ais équilibré.

Avec à l’évidence, au vu de l’opulence locale majoritaire, l’obligation de renoncer à publier des écrits susceptibles de choquer par trop d’obsolètes et désuètes convictions, démontrant plus que jamais à travers le monde leurs criminelles conséquences. C’est encore à peine supportable.

En fait, ce sont les plus obtus qui doivent être éclairés au possible, si l'on oeuvre véritablement contre l'aveuglement, soit la subjectivité. C'est en sautant directement sur la flaque de leurs tabous qu'on leur apprend à s'en protéger. Pas en visant par rentabilité égoïste à flatter ce qui ne convient plus du tout en réalité, à la Volonté Populaire comme aux moeurs évoluées.

Mais, pour en revenir à nos moutons, de là à ne plus se plier qu'à la loi des usuriers de l’information,   voilà qui manque singulièrement d’éthique journalistique.

Par conséquent, permettez, ces prochains jours, m’essayant à mon tour au mépris, que je laisse à leurs patates les … cultivées … grosses légumes aux commandes des commandes … et tous faussaires de l’Elémentaire sur cette Terre ; Que je ne les laisse qu’à leur cuisine.

Car :

Ainsi l’exige le Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche :

Salons toujours les plus fades salades !

……………………………….

Point de santé …

Ali GNIOMINY

23/04/2014

SANG SÛR ?

Son patient se fait poignarder : Elle garde son sang-froid !

C’est une soignante, ça ? Elle ne sait donc pas qu’il faut le conserver à 36,5° pour la transfusion ?

……

Incompréhensible, ce milieu médical. D’ailleurs, pourquoi donc une femme qui enfante un gros bébé joufflu ne dit-elle pas : « J’ai eu un vrai matelas » ? Alors que si le bébé est décédé elle prétend avoir eu « une fausse couche ».

…..

Assez ri ! Survolons d’autres tragiques faits de printemps :

Kidnappé dans sa voiture par un homme, un petit américain de 10 ans parvient à excéder son ravisseur en chantant du gospel, jusqu’à être expulsé du véhicule.

Impressionnant comme les gosses de nos jours sont avertis. Dès qu’un monsieur les prend à part pour faire de vilaines choses, ils savent qu’il est l’heure de chanter des chants religieux.

………………………

Bien plus spirituel : Des effarés témoignages de soutien arrivent sur les messageries du bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, suite à la censure partielle que pratique à son encontre la Tribune de Genève depuis une dizaine de jours.

Aussi, le très apprécié, autant que pour certains : Redouté Souverain de lui-même et Révélateur d’authentique utilité publique, prie encore ses fidèles de renoncer à tout boycott de la TdG pour autant.

Chaque abonnement comme chaque clic est important pour que ce journal puisse traverser la crise actuelle. L’énervement passager d’un rédacteur et/ou médiateur, et plus certainement sur l’ordre de financiers s’étant payé ce quotidien et faisant ce qu’ils veulent de ce qui leur appartient, ne justifie pas pour autant, à ce stade de la bisbille, que nous mettions en péril cette entreprise.

Connaissant que trop les souffrances que provoque une imbécile omerta, l’auteur évite d’en déclencher une. Ayant au contraire une manière de punir (à la brésilienne) qui fait bien plus mal, préférant retourner des roses à qui lui envoie de la merde.

Disons qu’il s’agissait d’un bug, et qu’avec les vacances de Pâques personne n’a pu s’occuper de ça et on en reste là, si vous le voulez bien. Mes articles retournent dans « Tous les blogs », il n’y a plus d’atteinte à la liberté d’expression et tout est pour le mieux.

Je vous suis reconnaissant d’avoir accueilli mes écrits depuis sept ans, sur si sérieux quotidien de si huppée contrée, dont la rédaction paraissait faire honneur à l’Esprit de Voltaire, en permettant que soit dit ici et présenté équitablement : même ce avec quoi elle n’est pas majoritairement d’accord. Il est dommageable pour son image de revenir plus longtemps encore sur si noble engagement.

Allez, amis de la Plume. Cessons de nous voler dedans. Cette bataille doit être don. Nous permettant de nous réconcillier enfin sur l’or rayé de la BNS, et tous autres scandaleux faits d’actualité exposés, selon nos deux optiques généralement opposées.

M. Mabut m’a jadis dit que ce n’était pas la virulence de mes propos qui posait problème, mais mon anonymat qui empêchait la rédaction de m’accueillir parmi les invités blog.tdg.ch. Bien que cette rédaction disposait depuis le début de mes véritables coordonnées. Depuis cette année, ce blog est nominatif, et à présent caché contre mon gré des lecteurs potentiels.

Désolé encore pour ma sale habitude de n’affronter, bien au-dessus des susdits, que les ennemis les plus puissants pour les obliger à se découvrir. Il ne serait point étonnant que l’on trouve un certain Winkelried dans mon suisse-toto résineux généalogique. Fermement ancré dans le Monde et Être. Pardon, dans le Mont des Hêtres (Buchholterberg), sur les hauteurs de Thun, Thun.. manquant tellement audit bourgeois ci l’avouant.

Finalement, ne vaudrait-il pas mieux descendre (sans se faire descendre) de Winkelried que des autres singes ? C’est que, de génération en génération l’armure ancestrale s’est blindée de logique, de raison et d’objectivité aveuglantes. Se sacrifier au nom et pour soutien de tous les lésés de ce pays n’est visiblement plus un job à la mode, c’est devenu tendance honteux. À sortir des rangs alignés, cacher du grand public, depuis le retour en force des baillis.

Bref, c’est d’accord ? Chacun y met du sien ? Je commence : Pardonnez-moi, j’ai exagéré : Ni un virus ni un microbe, … à peine un prion.

………………..

Quoi qu’il en soit, l’on ne sort si facilement un désopilant clown de la scène, c’est un fait. Car, qu’il fasse rire ou pisser jaune, le clown est un expert que respecte le public. Expert de l’art le plus difficile. Ne devient clown musical, déclenchant le rire averti, que l’excellent musicien, n’est clown  critique : que le savant observateur, clown littéraire que : qui d’atteint de boulimie de lecture a bouffé en vingt ans ce qu’il digère en fuyant tous salons et austères lectures depuis trente … et évacue du bout des gants qu’il prend.

…………………

Or: À défaut d’Estime honnête accordée à mon Œuvre, voyons à présent ce qui est considéré comme Art Valeureux, aux yeux de la bien-pensante secte tirant dans la culture … profit immérité :

Les cochonneries peinturlurées produites sur toile par la ponte d’œufs pleins de peinture, lâchés du vagin d’une « artiste » seront certainement vendues aussi chères que les petites boîtes à 35'000.- pièce de caca d’un autre « célèbre artiste ».

Et achetées comme toujours par des fraudeurs « soft » du fisc. (Aucun impôt sur les « œuvres artistiques » si elles sont exposées au mur du domicile de l’acheteur : Fort impôt si elles sont dans un coffre, paraît-il. Raison pour laquelle d’abominables croûtes valent des dizaines de millions).

Ainsi, Peter Palm, le compagnon de la pondeuse, prête à exercer ses « talents » à Bâle, l’affirme : « C’est un souhait. Nous travaillons dessus ».

Sans casser d’œufs ? Fortiche !

Ou décidément très peu gâtés par la nature ?

………………..

En résumé, retenons qu’afin de se défausser de quelque pratique trop nauséabonde pour rester cachée, c’est la poule qui a fait l’œuf qui trie en premier.

……………….

Les ami(e)s, la censure est une tromperie si elle n’est dûment justifiée par voie de Droit et de recours. Que soit réhabilité ce blog en vue, à la place minimum qui lui revient sur ce support, et je tente de modérer un brin de légitime rage, car au vu de la surabondance de gratuites infos, il est vraiment l’heure de s’aider. Pour vous de cesser de céder …

Ali GNIOMINY

Si vous souhaitez découvrir un exemple de ce qui est de l'Art, autrement camouflé : Pianotez: Johannes Stötter, artiste Italien.

 

Johannes-Stotter-body-painting3.jpg


21/04/2014

AH, CENSEURS :

Je m’élève, certes, contre l’atteinte que je subis par restriction de ma liberté de culte blogosphérique, depuis que « barondecuir.blog.tdg.ch » a disparu du présentoir censé afficher tous les blogs.

 

Mais, bon, j’ai dû aller trop loin, je ne sais où en toutes mes piques, mais vous prie de tenter de parvenir à me pardonner. Je retire ce qui doit vous avoir blessés : Rien d’un virus, en fait. Parmi d’autres, le Calvinisme n’est somme toute qu’un microbe.

 

Dans l’espoir que, suite à mes excuses, vous cessiez tout bientôt de démontrer sur ce support l’authenticité de l’exclusion sous diverses formes dont je fais état depuis des décennies, et vous en remerciant par avance, je renonce encore à vous renvoyer l’ascenseur et transmets mes meilleurs messages

 

Ali GNIOMINY

IMG_1841.jpg


19/04/2014

Affreux ! Je suis si démuni qu’aucun tabloïd ne veut même me prêter une aventure !

Mais Joyeuses Pâques malgré tout.

17/04/2014

SENS SÛR !

Ami(e)s de mes proches amis, qui me lisez, et tenez Le Monde, Libé, Fluide, Charlie, Unis et autres Académies … Voyez ici qu’une Tribune suisse camoufle, après sept ans d’hésitations, les œuvres de tel hors-pair Poète, dissident politique helvétique dérangeant encore actuellement :

Sur la fonction « Tous les blogs » de blog.tdg.ch : barondecuir.blog.tdg.ch a disparu. Et la rédaction ne répond plus. Dommage. Réparable sans doute.

Même, très improbablement, si j’avais à m’excuser pour avoir bien involontairement par trop choqué la sensibilité de rouages trop graissés. Auquel cas je le ferais suite à décision de Justice si douteuse soit-elle ; mais pour l’heure me paraît arbitraire la désactivation partielle de ma présentation publique.

Certes, depuis la disparition de « La Suisse », que personne n’a eu Le Temps de racheter, l’industrie journalistique fut formatée selon les exclusives exigences du profit des tenants des cordons de la course à l’info. La plus susceptible d’aguicher le grand nombre. Soit la moins remuante, la plus conforme aux us corrompus, la plus fidèle aux décadentes pratiques politiques, philosophiques, religieuses … en force et vigueur.

Course à l’Info faussée à la base, par pré-concepts dispensés dès l’enfance à la masse, ne reposant que sur diktats déterminées de ce qui « doit » se dire à la masse ou non. Principalement en contrée d’actuelle austérité ultracalviniste. Le bourreau de Michel Servet lui-même ne reconnaîtrait plus le virus qu’il a propagé. Qui doit se refiler coûte que coûte à l’acheteur tout sauf averti, lui plaire selon les  convictions du tout-puissant patron, et sbires.

Certes, la consultation de mon œuvre est momentanément réduite, du fait qu’une partie des lecteurs réguliers ont oublié l’url: barondecuir.blog.tdg.ch. Et qu’aucun nouveau lecteur ne peut s’y connecter. J’en prends acte. L’Histoire de l’Art pareillement.

Inutile de revenir, comme tout récemment, sur le fait que je préfère la qualité de mes lecteurs plutôt que leur quantité. Ça ne voulait pas dire qu’il fallait priver tous les lecteurs crétins de la TdG de l’opportunité de découvrir mes textes par hasard, d’évoluer enfin,  ne mettant doutes sur ma bonne foi, et de devenir un jour lecteurs de qualité !

Ni qu’il fallait frustrer les lumineux fidèles de la liberté de profond culte à l’humour humaniste athée, que leur dispense depuis des lustres le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour ne les asservir. Ce prétendu Souverain, Suisse de souche. Etrangement non vermoulue. Peu commune. Qu’exclue Tribune ? Allez, je cesse vite d’exhiber ces bisbilles, passe à plus classe :

………………….

Corps nus. Pour leurres. C’est à la mooode. (Pour sauter des coqs aux ânes) :

J’en tombe des nues ! (Pas assez il est vrai) !

 

Ode à l’Art voyeur :

Que de l’Art, en tous ces si communs nus, émoustillant grands photographes, peintres ou sculpteurs, rédacteurs, producteurs … Que de l’Art qui effare.

Mais où va  l’artiste parmi liés, si seule la nudité prétend rehausser ses talents ? Choque-t-il encore, cet art jet-set du futile exposé, qui ensemence toutes usées osées performances ?

Il n’y a plus que ça sur tous supports : ça baise sur les planches, pond des œufs vaginaux, montre ses fesses sur les sommets ou par centaines. Qui : Des seins, qui des culs, des nombrils, qui à dessein brillent comme pommes ou écus.

Qu’une seule série, seule revue, qu’un seul film existe sans nudité serait enfin du plus avant-gardiste. Mais l’attrait est encore bien trop fort. Nerveux, l’audimat veut de la chatte et vite, et de la    limite à hausser.

Soit: C’est cela qui paie et plus rien d’autre, vêtu de vertu réelle. N’est plus artiste que celle ou celui dont on a vu le cul. Et génie qui s’expose de face.

Ainsi, à défaut de soutien des locaux présumés prévaricateurs, puisque je ne suis plus couvert par la Tribune, ou si peu, je n’aurai plus bientôt qu’un seul et unique moyen d’attirer encore bonne fortune, et incommensurable vague d’admiration publique lors imméritée. Selon les actuels critères d’appréciation.

Je vais, sans aide médicamenteuse, me produire prochainement devant tous médias dans un numéro artistique exceptionnel, une performance inédite provoquant idoine stupéfaction, complétude et tout ça de sonnant et trébuchant :

A l’aide d’un petit ballon percé en son fond et relié à une ficelle, sans l’aide ni des mains ni des pieds, ni des lèvres, du nez ou des oreilles …, je vais durant une heure, pour autant que je n’y prenne trop de plaisir, jouer au bilboquet.

Et si vous me dites que c’est du déjà vu, passez-moi l’horaire des représentations. Pas que ça m’intéresse spécialement, non. C’est uniquement à titre d’intérêt artistique, évidemment, histoire de « ne pas rester stupide », de demeurer à jour en matière de summum de l’Art Contemporain, provoquant le plus grand bruit et la plus forte impression, voyez-vous … Exclusivement afin d’en doctement ensuite disserter, va de soi … comme tout le monde.

……………………..

Bien plus cochon, à présent : Débute, du 30.4 au 4.5 le 28ème Salon de la Servilité littéraire et du conformisme mièvre, si ça vous intéresse. En gros, l’essaim de quelques sains … et de tous assassins de la Littérature.

Salon dont l’ex-Directeur et la nouvelle, démontrent toute la cohésion et quiétude d’esprit :

Eu égard aux vers du chevelu Sieur poète UDC Oscar Freysinger : Pierre-Marcel Favre s’est vivement enthousiasmé pour des vers « bien tournés » attestant que poésie et politique ont toutes deux le même pouvoir clivant …

Légèrement moins adoratrice, Isabelle Falconnier, succédant au fan de textes « fleur bleu marine » issus de Droite dure, semble faire preuve d’un chouia de  lucidité supplémentaire, affirmant que cette poésie est vieillotte, ringarde, dégoulinante de clichés, qu’il ne s’agit pas de poésie, que ça n’a aucun intérêt littéraire ou intime.

Aïe. À coup sûr, très bientôt, au prochain Directeur, ou retour à son poste du « bon »: ... Freysinger est Prix Nobel de Littérature.

S’il vient à poil à la cérémonie de remise, évidemment ...

……………………….

Et que nous dénude encore ces jours-ci l’actualité ?

Le fil choquant de l’eau dans le gaz :

L’armée de l’air Jordanienne a détruit des blindés syriens qui tentaient de pénétrer sur son territoire. Mauvaise affaire pour Poutine. Comment va-t-il pouvoir finir d’envahir l’Ukraine, si ses forces spéciales se font massacrer en Jordanie ? Les autorités jordaniennes affirment qu’il s’agit de trafiquants d’armes. Ce qui confirme les susdits soupçons.

Il ne lui restera plus, pour parvenir à ses faims, que de reproduire l’Holodomor.

Vous savez ? Ah, non ? l’Holodomor, voyons : Ce génocide étrangement oublié ! Entre 1932 et 1933, lorsque Staline a tué des millions d’Ukrainiens en les affamant …

Bref, nous avons le nez dans les nénés, des messes pour les fesses, et nous nous  chamaillons stupidement, alors que devons lutter ensemble, car voici le retour …

Ali GNIOMINY

15/04/2014

SANGSUES REGONFLÉES ?

Avides des bénéfices à tirer du mauvais sang que se fait autrui, les sangsues s’accrochent aux victimes contre leur gré, et n’ont d’autre travail que de s’allonger sur l’épiderme vite à vif. Et de se  gonfler, devenir de plus en plus importantes, imposantes, fortes de l’énergie parasitée sur qui finit par perdre toutes forces.

 

Hier archi-répugnantes, elles sont de nos jours plus que choyées, protégées, employées pour médecine (assez peu soucieuse de décongestionner le tissu social, il est vrai).

 

Sans suer, ces sangsues sont sans cesse si saoules de sang, qu’on les sent sans-gêne sans sensibles sanctions.

 

Sangsues, pliez ! Bas gages d’esclavage ! Décrochez des crochets des actifs quémandés que rendez maladifs !

 

………………..

 

Sans sujet précis à aborder,  j’ai choisi de traiter d’emblée de la sangsue, me posant la question suivante :

 

B.B. de St-Trop et les siens, fortunés défenseurs des animaux, extraient-ils aussi vigoureusement les toutes grosses, avec les minuscules sangsues-cibles habituelles ?

 

………………..

 

Mais revenons vers nos sympas tics genevois, où ne cesse de festoyer la Droite en liesse, suite au Triomphe Stalinien d’un Procureur rappelé à faire preuve de la plus parfaite impartialité.

 

Etrangement plébiscité à Cologny … et en tous plus huppés endroits. Mollement combattu en les bas-fonds, Pâquis, Mail-Jonction, et autres … quartiers les plus chauds ne supportant plus les excès de répression. Pour qui sévère est la condamnation à six ans fermes !

 

Décidément, ses alliés ont très mal joué. Ils auraient dû massivement voter pour le Procureur de Gauche. Sachant que de toute ingrate manière, et de par sa fonction, celui qu’ils ont réélu ne les remerciera jamais pour ce service. Oncques ne devra exercer une politique de la Justice à leur avantage.

 

…………………

 

Quoi qu’il en soit, persuadé qu’il serait du plus mauvais goût que naisse de ma plume la « Fable du dahu et des sangsues », je vous en dispense et invite cordialement cet honorable magistrat à faire mentir enfin Lafontaine, affirmant intemporellement : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir » !

 

………………….

 

Et sinon : APARTÉ MIS ?

 

Zut et zut, je devais le garder pour un futur titre, celui-là.

 

En fait, il semble bien qu’à l’intérieur de l’un de mes billets, je n’ai quasiment aucune chance que la rédaction blog.tdg.ch ne s’y attarde. Donc j’ai tout intérêt à balancer mes SOS tout en haut.

 

Je vous parie qu’ils n’y verront rien, si j’écris 3'718’014 fois pipicacapipicaca de suite, mais je m’en abstiens, craignant  qu’à mon grand étonnement ils tombent dessus par hasard, et n’estiment indispensable, pour vérification tip-top, de les compter avant de me décerner le premier prix de lucidité dans les reportages d’actualité.

 

DONC, J’AI TELECHARGE FIREFOX SUR MON MAC OS X COMME CONSEILLE, mais tous mes textes sont toujours désespérément soulignés ! ça avait disparu et c’est revenu. Et la présentation de mon blog nominatif, dans l’une des catégories ou l’autre, a tout simplement également disparu ! Je l’ai signalé par courriel, sans réponse à ce jour. Merci d’y penser, à défaut d’être arrivé en lecture jusqu’ici. Et désolé de faire légèrement tache en cette prude blogosphère bien-aimée. Qu’il me peine sinon de quitter.

 

Mais, pour Claque, vous priver des Clics me revenant, que je vous offre depuis 7 ans, peinerait beaucoup mon âme de bienfaiteur.

 

Et, certes, mon avis n’a jamais eu beaucoup d’importance pour vos sphères, mais je crains alors qu’assurément quelques centaines de lecteurs n’en soient fâchés.

 

Fort heureusement nous n’en sommes certainement pas là. Il ne s’agit que de bêtes bugs ; lesquels je souhaiterais vous aider à résoudre, si je le puis à ma modeste manière. Merci d’avance. J'essaie ceci avec "paragraphe" devant la police de caractères, et ça ne m'étonnerait pas que ça ne souligne plus automatiquement. Je suis bien obligé d'effectuer quelques essais.

 

……………………

 

En attendant, régalons-nous encore : Ô Pâques !

 

Période où les lapins s’en donnent à cœur joie en leur terrier, alors que surgissent à la lumière, restés tapis, d’horribles signes d’opacité : Comme cette genevoise réduction de 4 postes à 1,5 poste, relative aux Préposés à la Transparence et Protection des Données personnelles.

 

Raisons plus que limpides, même si le cœur n’y est pas.

 

Actualité pas claire supplémentaire :

 

Les USA, ne sachant plus que faire de l’argent extorqué aux banques suisses, pour pratiques bien moins frauduleuses que celles traditionnelles de l’Administration demanderesse, aimeraient stocker ce magot et étendent leur toile pour cela jusqu’aux Ports Francs Suisses. En effet, l’opacité sur la valeur des stocks, dont la gestion appartient pour 86% à l’Etat de Genève, est légendaire. Presque autant que celle subsistant au sujet du recensement de nos fonds de la BNS à Fort-Knox ou ailleurs.

 

Utile initiative américaine, finalement, car jusque là jamais rien ne sortait de ces entrepôts de Port Franc.

 

Excepté la mygale que j’avais trouvée sur la Route des Jeunes, à quelques mètres du principal de ces bâtiments.

 

Preuve s’il en est que cette opacité est légendaire, les arachnides ayant horreur du soleil ne sortent jamais, si elles peuvent bénéficier d’un recoin bien sombre.

 

……………………….

 

Passons vite à différent éclairage de l’actualité : Nouvelle électricité dans l’air aux SIG ! Une Enquête de la Cour des Comptes dénonce une perte de 180 millions par les SIG, ayant acheté à prix d’or en 2011 des actions qui se sont effondrées.

 

Pas grave. Vu l’incompétence des responsables impliqués, ils ne seront à l’évidence condamnés que pour Délit d’Amateurs.

 

………………….

 

Et ne connaîtront jamais le milieu carcéral, venant de subir un hold-up : Deux consultants, chargés de coacher la Cheffe des prisons, ayant quitté ses fonctions après quelques mois, font main basse sur 340'000.- ! Que fait la police ? Qui nous protège encore dans ce pays ?

 

De quoi, de tous côtés, se faire quelques soucis : Voyez plutôt :

 

Parlons Réserves de Survie. Avant l’An 2000, la Confédération faisait des provisions pour que sa population puisse tenir six mois en cas de guerre ou de catastrophe majeure.

 

Réserves de l’approvisionnement économique débutées durant la première guerre froide, ayant purement et simplement été abandonnées.

 

Ainsi, l’exemplaire nanti Chef de l’armée, lui, s’est constitué récemment, à l’aube de la seconde guerre froide, une immense réserve personnelle d’eau potable, de bois et de conserves. Le bienheureux.

 

Quant à nous, les discriminés économiques, nous sommes condamnés à crever en l’espace de quelques jours.

 

Au risque de priver la Berne Fédérale de caviar iranien sur ses canapés, entre deux enquêtes parlementaires, elle ferait bien de m’envoyer un acompte de 1000.- pour que je constitue mes réserves de survie au plus vite, et ne pense plus trop à nous plaindre haut et fort. SVP pas d’envoi de singe, ni de lasagnes ou raviolis du haras, merci.

 

…………………..

 

Vives félicitations, au passage, à l’excellent Monsieur Claude Monnier qui, dans sa chronique du jour, décortique les tactiques politiques habituelles des dirigeants. Lorsqu’ils ont dévalisé leurs ressortissants et qu’ils ne peuvent plus les tenir autrement, comme en France actuellement.

 

Le plus radical et fréquent moyen qu’ils emploient pour s’en sortir sans dommages pour eux, consiste à provoquer une crise extérieure majeure, avec l’Europe par exemple, afin de rassembler brutalement toute la nation autour de ses chefs. Un truc infaillible, que même les pires crétins du monde appliquent avec succès.

 

Excepté les Partis de Droite suisses, ayant même raté ce coup-là après le 9 février.

 

……………………..

 

Pauvre image de la Suisse à l’étranger. Le Président Burkhalter est accueilli à Kiev par un drapeau rouge et blanc … Danois !

 

Bah, après tout, quelle importance ? Puisque d’ici peu tous les drapeaux européens seront rouges avec une étoile, une faucille et un marteau.

 

…………………….

 

Certes, un regain d’esprit communautaire était nécessaire en nos contrées, observez la réalité :

 

À l’instar de l’Union Suisse des Paysans, Genève refuse d’indemniser les victimes, placées alors qu’elles étaient enfant, comme esclaves dans des fermes.

 

Donc, à l’instar des paysans Genève détruit impunément sa culture, pour toucher les subventions « intempéries » sans avoir à travailler ? Et lâche ses chiens hargneux dans les troupeaux de moutons, pour encaisser au détriment des petits cochons de payeurs les dédommagements pour pertes dues « au loup » … ?

 

Gare. À trop infantiliser l’opinion pour de cupides raisons, l’on finit par ramasser une bonne fessée.

 

…………………...


Drame s’il en est, que je suis bien forcé d’évoquer ici : Un certain Président de Conseil d’Etat a été frappé d’amnésie entre le 18.10 et le 6.12.2013.

 

Fort malheureusement, son état ne lui a pas permis de se souvenir qu’il devait avertir qu’un pharaonique chantier avait un léger retard, qui nous coûtera à peine un  petit milliard de plus que prévu.

 

Que c’est triste pour lui. Décidément, la vie de Président n’est qu’un long champ de mines.

 

Souhaitons-lui une agréable convalescence pour les 30 ans à venir, durant lesquels ses cossus patrons persisteront à l’imposer à ce poste.

 

……………………..

 

Parlant d’autres joyeux garnements, le joli mois de mai verra fleurir son lot d’Initiatives, dont la principale : « Faut-il interdire aux pâtissiers diabétiques de travailler avec du sucre ? » ou dans le genre.

 

Le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche n’a pas de consigne à vous donner. Mais craint que des innocents soient détruits à vie, comme des instituteurs sévères détestés de leurs jeunes élèves, à qui énorme facilité de se débarrasser définitivement de ces adultes corrects mais les gênant est proposée. Ne serait-ce que par chantage à la fausse dénonciation de pédophilie. Ne sont pas si rares ces effroyables pratiques adolescentes, et les gosses qui s’y livrent ne sont pas interdits à vie d’approcher des adultes.

 

………………………

 

Et puisque le sujet des sexualités déviantes est abordé, je termine avant de laisser tous neuneus aller lapiner sur un macabre fait divers, particulièrement épouvantable, concernant l’une de mes connaissances. Je vous disais récemment que si j’y étais obligé je préférerais être zoophile que pédophile. Eh bien vraiment ni l’un ni l’autre, après ce que je viens d’apprendre :

 

Mais en introduction, permettez que je vous glisse ici de conséquents souvenirs, qui ne manqueront de combler votre compréhension des faits : Relatés en l’inédite saga autobiographique inachevée, composée de trois tomes d’une centaine de pages chacun à ce jour. Débutée il y a des lustres par « Castigat Mores Ridendo », continuée avec « Que m’a coûté Tonton », suivi de « Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine ». Précédent ouvrage, dont je ne résiste à la nécessité de vous soumettre le début, histoire de placer l’ambiance :

 

Vêtus couleur Vertu, en paix au cœur de la favela

 

Nous arpentons paisiblement, vers 22h ce soir-là de janvier 2008, de retour d’une Session spirite de type Alan Kardec, les informes ruelles de la favela de l’Uruguay rongeant Salvador de Bahia.

 

Sapés comme bons princes, de soie ou de lin, tissus immaculés, nous tranchons avec pure logique exigeant prévention minimale en toutes circonstances et pareils lieux si malfamés.

 

Intuitivement pourtant, nous savons ne courir aucun risque. Ne serait-ce que par le respect qu’impose notre apparence, désignant notre raison d’être

-consultants- sur place; Soit: en qualité d’honorables (car rares) invités au condomblê de véritable terreiro vaudou, soit: à titre de convives au déroulement d’une Session spirite. Cette pratique nous offrant un statut spécial, une carte blanche que paraissent respecter même les pires épaves meurtrières sévissant en pareille jungle sous-urbaine, ôtant la vie quotidiennement pour le plaisir et rarement plus de 10 R$ volés.

 

Dans l’immédiat, là n’est pas vraiment le danger. Les esprits chevauchant l’Ancêtre, ce Sr Alvaro, si surprenant médium prodiguant bénéfiques passes, viennent de tonner de la voix (d’outre-tombe de circonstance) me concernant, moi (dont vous reparlerai) et ma condition physique de peu présomptueux beau mec assez abusif se dirigeant vers son automne;

 

Cinglent les questions: - Tu t’occupes de ta santé, mon fils ?- À quoi je réponds:  -Plus ou moins-! Sévère verdict de l’au-delà fuse lors: -Grave maladie de longue date dont il faut se préoccuper au plus vite-; Aïe! Est ajouté: -MESME- , avec insistance sur le 1er ÊÊ et S glissé si furtivement sur le M.. ? -Mêêêsme-, devient alors summum, sous de telles latitudes, de la manière d’assurer, d’affirmer quelque chose; Il s’agira vraiment que je songe prochainement à larguer la clope, me dis-je, après 38 ans de mauvais services, dont dix pourtant (cette année) passés sans consommer la plus petite goutte d’alcool, même par la peau ou en sauce, ni en ressentir le moindre regret, bien au contraire. Aussi, la maladie en question n’est-elle pas plutôt celle me tenaillant le cœur et pour laquelle je fus dispensé d’armée après dix jours d’ignoble soumission? Et côté foie, merci, question dysfonctionnements j’ai déjà donné: double fibrose en 98, lors de l’arrêt des auto-agressions; Selon les spécialistes d’alors j’en avais encore, à ce rythme, pour 4 ans maximum … En 2002 je passais l’année à m’injecter Interféron-Ribavirine, à CHF –3'000.- l’ampoule dominicale à l’étude et depuis c’est le « paradis », plus d’hépatite active ou autre pathologie décelable; Régénération des tissus lésés, réussite complète du protocole de recherche; … À suivre! S’agirait-il alors d’une maladie de l’âme, ignorée des médecins, d’une carence en contagieuse croyance traditionnelle en des principes subjectifs tant qu’arbitraires? Dilemme, dilemme. Les esprits ne donneront plus de précisions.

 

…………………..

 

C’est tout. Le reste ne sera jamais lu. Tant que la nantie racaille des commandes littéraires sous influence persistera à trahir le principal précepte de Voltaire. Désolé.

 

Mais bref, je parle dans chacun de ces tomes de notre meilleur ami au Brésil, Professeur des professeurs, chercheur en pédagogie institutionnelle. Et voici ce qui vient d’arriver à l’un de ses amis d’enfance.

 

J’ai eu l’honneur, à Salvador, d’entrer parfois dans le studio de cet excellent musicien, et de jouer sur des claviers à une puissance … brésilienne. Lors de prestations filmées ici pour les écoles du canton, où je jouais de la guimbarde parmi les percussions, jamais je n’avais pris tant de décibels dans les oreilles. Marco-Antonio, c’était son nom, s’amusait de me voir sursauter à mes notes. Puis nous régalait d’un tropical concert, où nous l’accompagnions sautant d’instruments en instruments. S’entendant à dix rues à la ronde, mais musique là si sacrée que jamais personne ne s’en plaignait.

 

De temps à autre, de passage au Brésil, Professeur nous parlait de lui, de l’étrangeté de son comportement. Paraissant amoureux fou de sa musique uniquement. Excessivement réservé, sauvage et solitaire en permanence. Arrivant près de la cinquantaine sans jamais avoir été vu ni avec une femme, ni un homme, ni des enfants. Fuyant tout le monde à de rarissimes exceptions. Ayant fini par s’éloigner aussi, alors que Marco-Antonio refusait parfois même au Professeur d’entrer, qu’il restait cloîtré chez lui, protégé par l’indispensable gros chien que tout domicile se doit d’avoir.

 

Plus de nouvelles depuis longtemps, et voilà. L’artiste fut trouvé mort, chevelu et barbu depuis des mois, semble-t-il après avoir finalement appelé des secours trop tard. À peine décédé d’une septicémie dans une puanteur indescriptible, qui devait régner depuis des mois, due à l’infection et au pourrissement de ses chairs.

 

Car, en décembre passé … (pour « celui que vous appelez Dieu » sait qu’elle pratique ?) … son chien lui avait massacré complètement, arraché les parties génitales !

 

Peut-être l’explication tragique de son trop secret et incompréhensible comportement. Paix à son âme. Un drame de la solitude en pays réputé pour sa promiscuité, dû à une forme ou l’autre de déviance psychique. Zoophile ou non la musique bahianaise lui doit beaucoup.

 

……………………

 

Mes adorables lapins et -pines, je vous laisse … Pâques … ça à faire, vous rappelant encore que tout bientôt l’Internet obtiendra certainement le Prix Nobel de la Paix. Car, selon Allen Downey, professeur américain d’informatique, qui nous l’affirme : « Le Web est le pire ennemi de la religion ».

  

n ». Eh préputé pour sa promiscuité, due sont les religions.n  puissance ...persistera à trahir leEh oui, à l’évidence même: l’ouverture d’esprit que provoque le Net est totalement incompatible, à brève échéance, avec les monstrueux canulars destructifs que sont les religions.

……………………. 

Gare à ne pas trop marcher sur des œufs, ni rester chocolat ou offrir trop d’omelettes …

Ali GNIOMINY

P.S. Alors ? Sens hué ?

Avec mes meilleures ...

DSC_5068.JPG


10/04/2014

L’ESCARRE ! CELLE CULTURELLE !

Ne point cultiver assez d’urbaines parcelles pour y planter des végétaux peut engendrer de graves conséquences. Parant à l’urgence en matière de cultures d’arbres à implanter, voilà que le fiston de l’un de mes toubibs, point allergologue et c’est à déplorer, offre pour encombrants cadeaux à la Ville de Genève : Des rangs de troènes !

Comment, vous ignorez ce que sont exactement les troènes ? Souvenez-vous, si vous avez la mémoire respiratoire : C’est cette espèce d’hara-kiri japonais qui se pratique au niveau des bronches : Ces jolis arbres provoquant allergies de proximité.

Une sorte d’indéracinables à ne toucher qu’en prenant des gants.

Troènes qui, sur mes sinus, en-dessus de l’arcade gauche, m’infligent systématiquement une douleur violente et persistante, comme barre, à zone limitée.

Jadis, seul le Dexarhino-Spray, à cortisone, me permettait de faire éclater le bouchon d’allergènes. Instantanément, un sifflement audible à un mètre survenait, la douleur disparaissait et la respiration était à nouveau libérée. Mais ce spray semble avoir  été interdit, n’est plus prescrit, trop efficace … ou plus vraisemblablement dangereux sur le long terme. Bien que je n’aie jamais pris de poids ou autres désagréments de la cortisone, apparemment. Ainsi, depuis une décennie, je n’ai plus que le sérum physiologique … et les larmes pour pleurer.

Bref : Sous le gui, au mois de juin, les amoureux ne risquent rien. Mais sous les troènes, trop .. énervés, ils peuvent toujours aller se gratter.

En fait, imaginant que la beauté de ces troènes apporterait à l’esprit une sorte de paix d’essai, telle l’anguille au moment du frai, notre silvestre Commandeur crut bien faire en important pour si bon marché ces troènes de Fukushima.

Non, là je me fais honte, pardon. Persuadé que l’élu mit nœuds entre le site contaminé et l’île aux troènes, d’où ces pousses proviennent. Juste après la limite où cessent d’exploser les compteurs Geiger.

Or, à présent qu’ils sont plantés, qu’évitent soigneusement les petits chiens qui à leur approche jappent, au nez et à la barbe de leur maître, faisons avec. Il ne s’agit somme toute que du renouvellement de l’erreur navrante, commise d’antan par l’embellisseur élu Ketterer, paix à son âme. Avant même qu’il ne m’ait snobé tout autant que les actuels tenants des cordons de l’escarcelle culturelle.

Certes, j’aurais facilement pu maintes fois toucher des bourses, comme tant d’autres accepter les procédures en vigueur. Mais ce n’est à l’Artiste, j‘en suis persuadé, de quémander ce qui lui est dû, ou de chercher à se vendre, perdant sinon trop précieux temps d’essentielle création.

C’est aux vendus ayant trop longtemps déprécié l’évident phénomène de se racheter, en soutenant sans condition ses talents et mérites. Même si lesdits décideurs, à choix traditionnellement acheté par la Finance, doivent agir dignement, payant enfin le prix des conséquences de leurs trop gratuites estimations passées.

Et, désolé si cette crise d’allergie-là n’a rien à voir avec les troènes, et si cette omertite aigue a toujours tendance à prendre le dessus n’importe où, n’importe comment.

………………

J’en parlais encore hier à mon fort souffrant bien-aîné éditeur, perpétuellement désireux d’améliorer et d’améliorer encore mon ouvrage à paraître … une fois la perfection atteinte … bien-aîné éditeur ne pouvant comprendre mon peu d’empressement depuis deux ans à lancer la promotion de cet ouvrage, alors qu’un nombre assuré très important de lecteurs l’attendent et sont prêts à l’acquérir. A condition … que je réalise que le niveau de mes écrits n’est abordable que par un nombre restreint de lecteurs, vous, plus cultivés que la grande majorité. Et que pour toucher le reste de la population, il convient que je supprime certains de mes jeux de mots, ou les explique, horreur, applique un titre et non un autre, etc … Si je veux que ce soit le succès mérité.

Ce à quoi je lui ai rétorqué le fond de ma pensée et manière d’être : « Je vise essentiellement à la qualité de mes lecteurs, non à leur quantité. Ce n’est ni de ma faute, ni à moi de vulgariser une excellence à laquelle ces amateurs ou spécialistes aspirent.»

Tiens, ça pourrait faire un bon bouquin des phrases comme celles-là.

À ne jamais attribuer …

Ali GNIOMINY

08/04/2014

LE VRAI POU VOIR

Les parasites qui prennent la tête(,) pour un sanglant repas, sont difficiles à détecter parmi les teignes. Un examen approfondi permet toutefois de passer un bon savon aux feignasses à tignasse populaire qui ulcèrent adversaires ; Et poux voir, profiteurs astiquer, éradiquer accrocheurs.

Sauvons donc, à la ronde, nos blondes têtes sensibles de ces bêtes nuisibles. Se repaissant de tous aspects du sans respect.

…………………..

Transis, si « on » continue à geler nos acquis :

Rien à voir, évidemment, dans la manière de présenter un événement en parfaite impartialité :

Au choix. Vous aurez tout loisir d’influencer les foules selon le désir de votre patron : Vous titrez :

 

Manifestation massive des fonctionnaires contre SCORE,

Mercredi 9 avril 2014 à midi, Place Neuve

 

Et la manifestation est massive.

 

Ou vous estimez pouvoir tirer profit d’un système d’évaluation arbitraire des fonctions, (à barème de points à fondement totalement hermétique, puisqu’injustifiable) ne concernant en énorme majorité que la chefferie d’équipe ; à mieux graisser pour plus fidèle servilité. Et vous titrez alors un truc du genre :

 

Les fonctionnaires hésitent à manifester contre SCORE !

 

Et la manifestation compte au moins le Martial, même si ce n’est plus son problème, et quelques potes désabusés sympathisants. Que je salue bien, bas rond-de-cuir.

En y réfléchissant : À quoi bon s’encombrer encore de coûteux Parlements, Conseils, Palais, désastreux filicides symboles fédéraux mal léchés et autres trompe-l’œil, alors que tout se joue entre les mains du grand tas Médias et de ses multiples sous-papes ?

Il lui suffit, au vu de la stabilité de l’ignorance ambiante, comme il le fait depuis des lustres, de préparer d’avance pour la décennie à venir, en toute sérénité, la suite logique d’innombrables reportages sur le grain de beauté d’Ueli Maurer, la collection de pincettes d’Yvan Perrin, les mille et un selfies d’Oscar Freisinger, la grande marche dans son salon d’Eric Staufer, et le tour est joué.

En fait, rien de tel (pour parvenir à faire la différence entre les Lumières, les Penseurs Suisses influençant le monde entier, et ceux qui sont demeurés d’incultes paysans des montagnes) que l’article d’Urs Hafner, « La Suisse, laboratoire de réflexion » dans le Magazine suisse de la recherche scientifique.

L’on y découvre comment ces rustres Helvètes, dont tout le monde s’étonnait par le passé, après que Hugenots Français et autres Italiens leur aient apporté l’horlogerie et la banque, qu’ils devinssent si roublards certes mais riches, ... comment du sein de ces sauvages finissent parfois par émerger de Grands Esprits. Plus qu’ailleurs alors fatalement déconsidérés par la plèbe dominante.

De passionnantes pistes à débusquer, sur le regain d’obscurantisme socio-économique en vogue.

…………………….

Passons à plus tragique encore, l’impunité dont bénéficient deux roumains venus pour discriminer pour leur bêtise les crétins Suisses apitoyés. Parasites (dits pauvres, ça arrive aussi) qui sont arrêtés à la douane en possession de lots de béquilles, permettant à leur communauté de mendier plus misérablement encore.

Aucune infraction relevée, leur marchandise trompeuse leur est laissée, circulez n’y a rien à voir. En revanche, en ville, les vrais mutilés se font rares, quelques moignons par-ci par-là, une ou deux jambes de bois, il est vrai que le stock devait être renouvelé.

Les paris vont bon train, chez les douaniers de Cornavin. La plupart s’attendent qu’au contrôle de ces deux individus, pour leur départ, ils découvrent non plus du bois pour soutien de jambes, mais des dizaines de celles-ci ayant appartenu à un cheptel d’enfants Roms et autres.

Excepté, bien entendu, si ces convoyeurs ont pu comme de coutume les refiler avant à l’un ou l’autre restaurateur du coin peu regardant.

……………………

Parlant ragoût, (allez, remettez-vous, je déconnais, ils ne sont pas si cruels en général, en dehors de leurs heures de bourreaux), saviez-vous que la carotte est le légume préféré des Suisses ?

Sérieux. Voyez plutôt : Il suffit d’en balancer une sous le nez de l’Helvète, et il est prêt à voter les pires insanités. Et la carotte permet aussi de faire les beaux yeux aux pires escrocs politiques proliférant comme des lapins. Mais gare, le jour où une carotte sera extraite des bas-fonds du gel des acquis et prestations sociales des plus dépouillés. Et exposée à la verticale, comme l’imbécile système hiérarchique en place : Gare à ceux ayant coutume de s’asseoir en premier.

……………………

Liberté d’encaisser : Zurich subventionne le livre d’un pédophile.

Zut alors, je savais qu’il existait des répugnantes démarches à respecter pour finir par obtenir le soutien des milieux culturels, mais à ce point-là …

Pouvu que les dédaigneux Sami Kanaan, Isabelle Chassot et autres pontes de Pro Helvetia & Cie aient une fille ou un garçon de 15 ans.

De grâce pas plus jeune, il paraît que ça pue encore plus. Ce sera déjà assez pénible pour moi d’avoir à la/le violer pour bénéficier de ces faveurs culturelles détournées qui me reviennent de droit.

Mais bon, s’il existe d’autres moyens d’obtenir réparation de votre part j’en serai enchanté. À vrai dire, je préférerais encore qu’une commission d’attributeurs de fonds culturels me permette plutôt un passage obligé pour subventions de genre zoophile, et me file l’adresse des chiens et chats des susnommés. Tant que je n'ai pas Bardot sur le dos, va de soi.

…………………..

Vous verrez que d’aucuns rupestres friqués non évolués que nous évoquions sont capables de tenter de transformer le paragraphe précédent de grosse plaisanterie en menace voilée.

Que ne saurait-on inventer comme connerie pour tenter de détrôner le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche ? Aussi pensif qu’inoffensif et si Puissant qu’Innocent.

……………………

Non, il se gausse simplement de l’image que laissera de ce début de millénaire certaine risible caste d’incompétents contemporains, si celle-ci persiste à feindre d’ignorer l’une des Valeurs de premier plan. Dont pareil petit clan s’autorise l’honneur de traverser et perturber l’Epoque.

Qu’y puis-je si l’on me prétend en haut lieu le nouveau Voltaire? Rien que ça. Alors que c’est à peine si j’ai tout lu de lui. Avant mes récents quarante ans de désert, dont 37 déjà en souffrance de considération, soit correcte rémunération, en l’enfer des mirages genevois. D’autres  iraient jusqu’à violer le poisson rouge pour ça. Pas le nouveau Rousseau.

(Celle-là on ne me l’a jamais servie, donc je me l’octroie. C’est dans les us du coin. Il faudra que je pense à  remercier Jean-Jacques pour l’idée, en allant mettre un cierge chez lui à la Placette.)

Vous verrez que d’aucuns rupestres friqués non évolués que nous évoquions sont capables de tenter de transformer le paragraphe précédent de grosse plaisanterie en menace voilée.

Comment ? Comme un air de déjà vu ? Les drones, sans doute. Non non, il est important de répéter lourdement aux lourdauds qu’il n’existe, pour le bon Roi-Député du Parti Railleur, que deux sortes d’individus sur Terre. Ceux qui, si vous les frôlez par mégarde, cracheront sur leur manche et la nettoieront énergiquement, d’un air profondément dégoûté. Et ceux, qui que vous soyez qui les ayez frôlés, qui ensuite caresseront la manche, vous imagineront : parmi tous bienveillants et aimants, peuplant un monde d’empathie et d’entraide.  Et ceux-là, eux, tel votre dévoué, ne pratiquent ni menace ni chantage, ni réseaux diffamants, ni usage de force et sournoise protection de flagrantes injustices.

Pour l'heure: Non à l'odieux favoritisme de SCORE et à l'impunité d'incompétents gestionnaires de fonds  bloqués dans les tiroirs, ou dévolus ...

Ali GNIOMINY

P.S. Cadeau-bonus, de quoi rester zen: Importante Manifestation de la nature jurassienne:

 

DSC_4983.JPG

Et ses solides Rauraques, pour qui chaque jour suffit leur peine.

 

DSC_4976.JPG

Veillant même jusque sur les si flous sommets genevois.

 

DSC_4944.JPG


03/04/2014

PÂLE ET AU LIT TIQUE

Tiquer est assez normal, dans un lit de l’Âge de la pierre, fait de fougères à tiques. De quoi râler et se sentir mal. A notre chaude époque encore, certains campings peuvent semblablement évoquer les luttes de la préhistoire.

D’autant plus qu’ : Ainsi que le clamerait le plus insupportable des misogynes :

Festival Paléo 2014 à Nyon : Le Programme et connes nues !

 

Quant à la sécurité, elle sera renforcée. Les agents auront pour une fois autre chose à surveiller que des seins nus ou des fumeurs de naturel produit local thérapeutique, criminellement prohibé par l’OMS en 1951, sans justificatifs sérieux si ce n’est qu’une fois consommé il casse complètement le commerce de l’alcool, et provoque énormément moins de juteux dégâts sanitaires, sociaux, juridiques, conceptuels, etc.

Dans cette optique, pour Paléo, Il se murmure que Jean-louis Trintignant a déjà acheté son billet pour le 27 juillet. Par conséquent, Bertrand Cantat, conscient qu’il ne peut demander la lune aux Securitas, se produira à jeûn muni d’un gilet pare-balles, et empruntera un casque à Daft Punk.

………………

Désolé, ça passe si vite que je n’ai pas encore réalisé que le jour de l’an, où tout le monde se livre à l’amusante activité qui est mon permanent fond d’involontaire bénévolat, c’était avant-hier.

Il convient, hors du 1er avril, pour mon éthique parajournalistique étriquée, et mon aigü sens simili-historiographique, de veiller à toujours conserver un fond de vérité dans ce que je relève. Mais la tentation d’inventer en certaines circonstances est si forte … !

À la lectrice et au lecteur de débusquer ce qui est trop farfelu et sans fondement, ce qui est prévisible, logique et se passe généralement ensuite (entre l’article précédent et celui-ci, ce malheureux petit N°3 a bien évidemment été comme annoncé tué par son mal léché de père) et ce qui est majoritairement absolument exact, à peine teinté à ma sauce piquante.

Mais exclusivement et sans exception pour ce qui relève de l’actualité, des idées, etc. Jamais, d’aucune manière, je n’invente un seul mot sur ce qui relève de l’aspect autobiographique, de la vie présente ou des souvenirs tels que je les conserve, avec témoins les ayant partagés et autres preuves de ce que j’affirme ici. De petites erreurs chronologiques m’irritent parfois, pour le peu que je tente de relire une fraction de mes innombrables œuvres. Mes mémoires sont très spéciales. M’en ont effacé certaines, depuis des années, les successions de violents traumatismes que je traite ici revenant régulièrement les chatouiller, lier et dominer.

Mais en contrepartie d’autres tiroirs de mes mémoires demeurent grand ouverts ; Me permettent à loisir d’assembler éléments, dont ne se souviennent toujours qu’ils existent et peuvent s’en servir, les imbriquer, les gens même les plus savants.

Faut-il pour autant remercier les salopards qui me violèrent, et autres qui me braquèrent, autres encore qui me brisèrent des côtes, volèrent et rabaissèrent, ou à Genève faut-il me réjouir d’un quart de siècle d’omerta radicale à mon encontre, politique, culturelle, financière, médiatique … ?

Bref : Ainsi qu’on le chante en le Bossu Pays : « Quand on n’a que l’Humour … pour, unique, cons battre …

………………

Revenons vite chez Sire, le Social Tout-Puissant des Français, successeur de feu mon estimé Dieu-Tonton correspondant, d’avant toutes faces de boucs. Son Altesse l’actuel Seigneur des guerres d’usure, à qui le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche souhaite tout le meilleur dans la tâche surhumaine entreprise.

Car, si là, raides, dix filles cillent, la critique est : Taisez …


Bref, Royal E.T., c’est le grand retour de Ségolène, l’une des ex- du Camarade Souverain.

Un vrai Miracle ! Si, après ça, une certaine Valérie, journaliste spécialisée dans les bris de meubles de l’Elysée, ne rejoint pas Al Qaïda … !

………………

Décidément, point de chute …

Ali GNIOMINY ?

01/04/2014

DE L’ART À DEUX À LA PARADE

La Rade de Genève sera traversée chaque jour par des milliers de voitures dans un an, jour pour jour !

C’est la promesse que font et tiendront nos autorités, qui ont de quoi nous enchanter !

Eh oui, après des décennies, si ce n’est des millénaires d’hésitations, sur la manière de désengorger le trafic entre les deux rives, des myriades de projets plus ou moins foireux de grande ou petite traversée, d’immenses travaux à prévoir défigurant la face du bout du lac : Ce ne sont pas moins de DEUX COMPROMIS qui ont été adoptés et mettront tout le monde d’accord :

La Direction Chinoise de Swissmetal, à Reconvilier, a commencé à produire en secret une immense quantité de plaques à air propulsé, à fixer sous chaque véhicule. Plaque permettant à votre auto de rester en suspension sur l’eau comme un aéroglisseur.

Le tout, installation comprise, pour la somme de 1’789.-, que devra dépenser chaque automobiliste dans les douze mois à venir. S’il veut pouvoir passer d’une rive à l’autre. Le Pont du Mont-Blanc étant rendu à l’état naturel, pour les piétons et pêcheurs. Mais la dépense en vaut largement la peine, nous affirme le Directeur Sino-Polonais Phuh H’Szçôhn.

Nos édiles, étudiant toujours les choses en profondeur, ont également observé qu’à la surface de la rade la circulation risquait de devenir chaotique, si elle n’était réglementée. Des bouées-panneaux de circulation flotteront deci-delà, et les contrevenants seront amendés par la brigade lacustre à pédalo. Je plaisante, évidemment. Non, les gabelous du lac sont déjà équipés d’une centaine d’aéroglisseurs débridés. Et la circulation surlacustre n’est que la moins pittoresque des deux options, car :

Et c’est là tout le génie de nos élus : Pour une très modique somme, Genève a plongé sur l’occasion d’acheter au milliardaire Russe Igor Ghrorkin un stock de vieux matériel militaire à retaper, immergé dans la mer de Kara, qu’il avait acquis pour une bouchée de pain, avec un K27 offert en cadeau-bonus.

Sous-marins acquis en très mauvais état, que les chantiers navals de Versoix ont magnifiquement transformés en véritables FERRYS SOUS-MARINS en plexiglas transparent, entièrement étanches et pouvant chacun contenir 300 véhicules. 24h/24, toutes les 3 minutes.

Cerise sur le gâteau : L’amiral Roger Montandon et son staff vous accueille cet après-midi à 16h à la Nautique, pour une traversée inaugurale au cœur du  Subferry  N°1 : « Le Carpe Diem ». À en rester muet d’admiration, nous dit-il, vu qu’à l’intérieur de ce submersible, vous aurez, en choix : Un magnifique Bar, où nous gardons de bonnes bouteilles. Que surveille cet Amiral Montandon, histoire de tendre la perche à qui roulerait au sol, si son second met le turbo.

Un véritable plaisir des yeux, que cette plus belle traversée de rade du monde ! N’est-ce pas don peu ordinaire, que nous font en guise de traversée nos élus ? Transport, de plus, finalement très économique :

Sans pouvoir vraiment en expliquer la raison, aucune dépense énergétique n’est à prévoir pour l’éclairage férique de ces véhicules sublacustres !

Ils ont la merveilleuse et étrange particularité de briller par eux-même …

Remercions les décideurs en question.

…………….

Toujours naviguant entre deux eaux, changement de ton, plus terre-à-terre à présent :

Un pathétique condamné fraudeur Italien, qui cacha lots de ses digressions, afin de se faire pardonner sa maltraitance d’assujettis, demande à ses lésés d’adopter les chiens et chats errants.

Comme quoi même un extrémiste peut prendre d’utiles initiatives pour réparer ses erreurs. Voilà qui mérite que j’évite de suggérer une transition entre le maquereau et le bardot.

Car, dans l’état où il a fait chuter ce pays, il est indispensable de prévenir ainsi le pire. Et de le relever par un juteux commerce.

En l’occurrence les chiens, une fois « retapés » dans des familles d’accueil, seront ensuite vendus en Chine.

Quant aux chats ? Poissons-chats exclus ! Tradition oblige : Avec chaque minet adopté est offert en cadeau-bonus : 1kg de polenta.

……………………

Alors que sur l’autre flanc des Alpes, le vin de messe tourne en eau de boudin, où se noient de gros poissons des abysses du traditionalisme.

L’affaire est des plus troubles, mais il semble que se déroule une très peu coûteuse analyse des faits reprochés par la Justice, à celui qui change sans cesse de versions. En résumé :

Giroud est « Ecône-homme » mi-canalisé !

…………………….

Or, que trouver encore comme remerciements sincères à bonne part de la Police genevoise ? Qui ne battra pas de SCORE à la Place Neuve (c.f. future Initiative contre le « de » Neuve) le 9 avril à midi, en matière de contraventions.

Police qui manifestera également contre les requins de la valorisation frauduleuse de l’emploi qui, par l’achat de l’insulte SCORE discriminent (Art.15 – Constitution genevoise. Vous êtes aveugles, ou quoi ?) discriminent les forces vives du travail, au profit déloyal du multi-parasitage hiérarchique au service de la discorde ; Indispensable pour que le noyau dirigeant s’autorise à régner quasiment à sa guise.

Unis contre le mépris qui nous est témoigné, fonctionnaires, bas ronds-de-cuirs ou autres dépréciés par une certaine racaille de l’estimation des efforts d’autrui, réveillons-nous ! Pris dans les cages du copinage des « hauts étages » allions-nous, contre rature !

Notre patron, le public, nous paie pour un Etat équilibré, fait de Justice et de partage équitable, de mesure et de bonne intelligence. Pas pour l’ordurière usine à enrichissement intensif de chefaillons que SCORE installe. Et qui va, si l’on ne s’y oppose fermement, centupler les cas de burnout chez les seuls qui sont généralement sur le terrain et font vraiment tourner les Services. Base déjà, de toute manière, écoeurée et totalement désabusée, découragée par les assauts répétés et rapts de ses acquis perpétrés par les lobbies financiers, sous crapuleuse protection politique. Base à soutenir par tous celles et ceux qui pensent encore que l’Etat a aussi du bon. Qu’il est surtout censé se, et nous, protéger contre ce nauséabond futur planétaire approchant au galop, voué en grande part à l’inhumain système TISA, qui privatise(ra) les armées, polices, médias, tous Services, éradique(ra) la notion d’Etats. Permet(tra) n’importe quels abus au nom du profit.

Gare, gare à TISA qui s’approche, et STOP à SCORE en attendant.

C’était la minute syndicale du Roi-Député du Parti-Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, pour ne vous asservir. Selon la formule qu'on sacre. Eh.

…………………….

Félicitations encore pour un rachat probable :

Un monument en hommage à Nelson Mandela devrait être prochainement érigé à Genève.

D’accord, mais de grâce, par souci de vérité, comportant l’inscription :

À Nelson Mandela, la Suisse reconnaissante au grand homme. Qu’il n’ait pas souhaité faire plus de tapage sur le soutien répugnant, passé et présent, des milieux financiers helvétiques à l’Apartheid.

……………….

Et puis : Comble de l’absurde : Al Qaïda veut frapper la Côte d’Azur.

Qu’ils s’attaquent plutôt à Alger, Tunis ou Tanger, s’ils souhaitent ne tuer qu’un minimum de Maghrébins !

………………

Non non, il y a maldonne, Monsieur le Maire de Fréjus, je vous assure, votre homologue de Béziers me l’a déjà proposé, je n’ai absolument aucune envie de faire rire vos troupes lors de meeting avec des gags du genre, c’est un accident … Mais bon, dans le style que vous aimez sans doute, il y a toujours comme rigolo un troisième Jean-Marie qui peut passer, même s’il est Bigard et sans doute pas encore assez vulgaire. Ou au pire, parmi les gens marris, l’autre plus sombre individu qui prétend Dieu donner à votre cause …

……………………

Vous connaissez, pour terminer, mon goût pour la symbolique. Etudions aujourd’hui un sympathique animal (de loin), chaleureusement invité à repeupler nos contrées mais pas trop, (pas comme les meutes de loups se reformant, ou cette plaie d’ex-rares castors à exterminer tant qu’il reste du bois dans le canton), cet exemplaire animal imposant qui symbolise le fief du Pouvoir Helvétique : L’Ours !

Celui-ci se repaît généralement de ses rejetons et sa femelle la ferme. Ils tournent en rond au fond d’une fosse, jusqu’à ce qu’il la chope derrière la nuque et lui balance de quoi se faire une bonne bouffe quelques mois plus tard. Ah, ce qu’est la Nature et l’instinct de survie de ce noble animal fédéral.

Ainsi, en Helvétie, la bidoche à patte bernoise naissant, en quelques mètres carrés, n’a pas vraiment besoin de porter un prénom, pour le temps qui lui est réservé, le petit du symbole fédéral porte donc un numéro. Et s’il a l’outrecuidance de survivre aux crocs de son géniteur, alors là ça devient un sacré problème. La fosse n’étant extensible, absolument personne n’est assez fou pour s’encombrer de tarés plantigrades excellents coureurs, certes, mais stressés et complètement traumatisés de naissance. À vision du monde n’ayant jamais dépassé les murs de la prison-mangeoire du cannibale paternel.

Personne ne veut d’eux, exceptés de mielleux politiciens adeptes de métaphores, se glorifiant de pareille fosse sise aux bas-fonds de la rue descendant de leur Palais.

……………………

Amoralité : À Berne, tout est dans l’Aar et la manne y erre !

Ne laissons nos meneurs se constituer un cossu parapluie avec les baleines qu’ils se mettent en travers du palais pour sourire …

Ali GNIOMINY

All the posts