15/04/2014

SANGSUES REGONFLÉES ?

Avides des bénéfices à tirer du mauvais sang que se fait autrui, les sangsues s’accrochent aux victimes contre leur gré, et n’ont d’autre travail que de s’allonger sur l’épiderme vite à vif. Et de se  gonfler, devenir de plus en plus importantes, imposantes, fortes de l’énergie parasitée sur qui finit par perdre toutes forces.

 

Hier archi-répugnantes, elles sont de nos jours plus que choyées, protégées, employées pour médecine (assez peu soucieuse de décongestionner le tissu social, il est vrai).

 

Sans suer, ces sangsues sont sans cesse si saoules de sang, qu’on les sent sans-gêne sans sensibles sanctions.

 

Sangsues, pliez ! Bas gages d’esclavage ! Décrochez des crochets des actifs quémandés que rendez maladifs !

 

………………..

 

Sans sujet précis à aborder,  j’ai choisi de traiter d’emblée de la sangsue, me posant la question suivante :

 

B.B. de St-Trop et les siens, fortunés défenseurs des animaux, extraient-ils aussi vigoureusement les toutes grosses, avec les minuscules sangsues-cibles habituelles ?

 

………………..

 

Mais revenons vers nos sympas tics genevois, où ne cesse de festoyer la Droite en liesse, suite au Triomphe Stalinien d’un Procureur rappelé à faire preuve de la plus parfaite impartialité.

 

Etrangement plébiscité à Cologny … et en tous plus huppés endroits. Mollement combattu en les bas-fonds, Pâquis, Mail-Jonction, et autres … quartiers les plus chauds ne supportant plus les excès de répression. Pour qui sévère est la condamnation à six ans fermes !

 

Décidément, ses alliés ont très mal joué. Ils auraient dû massivement voter pour le Procureur de Gauche. Sachant que de toute ingrate manière, et de par sa fonction, celui qu’ils ont réélu ne les remerciera jamais pour ce service. Oncques ne devra exercer une politique de la Justice à leur avantage.

 

…………………

 

Quoi qu’il en soit, persuadé qu’il serait du plus mauvais goût que naisse de ma plume la « Fable du dahu et des sangsues », je vous en dispense et invite cordialement cet honorable magistrat à faire mentir enfin Lafontaine, affirmant intemporellement : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir » !

 

………………….

 

Et sinon : APARTÉ MIS ?

 

Zut et zut, je devais le garder pour un futur titre, celui-là.

 

En fait, il semble bien qu’à l’intérieur de l’un de mes billets, je n’ai quasiment aucune chance que la rédaction blog.tdg.ch ne s’y attarde. Donc j’ai tout intérêt à balancer mes SOS tout en haut.

 

Je vous parie qu’ils n’y verront rien, si j’écris 3'718’014 fois pipicacapipicaca de suite, mais je m’en abstiens, craignant  qu’à mon grand étonnement ils tombent dessus par hasard, et n’estiment indispensable, pour vérification tip-top, de les compter avant de me décerner le premier prix de lucidité dans les reportages d’actualité.

 

DONC, J’AI TELECHARGE FIREFOX SUR MON MAC OS X COMME CONSEILLE, mais tous mes textes sont toujours désespérément soulignés ! ça avait disparu et c’est revenu. Et la présentation de mon blog nominatif, dans l’une des catégories ou l’autre, a tout simplement également disparu ! Je l’ai signalé par courriel, sans réponse à ce jour. Merci d’y penser, à défaut d’être arrivé en lecture jusqu’ici. Et désolé de faire légèrement tache en cette prude blogosphère bien-aimée. Qu’il me peine sinon de quitter.

 

Mais, pour Claque, vous priver des Clics me revenant, que je vous offre depuis 7 ans, peinerait beaucoup mon âme de bienfaiteur.

 

Et, certes, mon avis n’a jamais eu beaucoup d’importance pour vos sphères, mais je crains alors qu’assurément quelques centaines de lecteurs n’en soient fâchés.

 

Fort heureusement nous n’en sommes certainement pas là. Il ne s’agit que de bêtes bugs ; lesquels je souhaiterais vous aider à résoudre, si je le puis à ma modeste manière. Merci d’avance. J'essaie ceci avec "paragraphe" devant la police de caractères, et ça ne m'étonnerait pas que ça ne souligne plus automatiquement. Je suis bien obligé d'effectuer quelques essais.

 

……………………

 

En attendant, régalons-nous encore : Ô Pâques !

 

Période où les lapins s’en donnent à cœur joie en leur terrier, alors que surgissent à la lumière, restés tapis, d’horribles signes d’opacité : Comme cette genevoise réduction de 4 postes à 1,5 poste, relative aux Préposés à la Transparence et Protection des Données personnelles.

 

Raisons plus que limpides, même si le cœur n’y est pas.

 

Actualité pas claire supplémentaire :

 

Les USA, ne sachant plus que faire de l’argent extorqué aux banques suisses, pour pratiques bien moins frauduleuses que celles traditionnelles de l’Administration demanderesse, aimeraient stocker ce magot et étendent leur toile pour cela jusqu’aux Ports Francs Suisses. En effet, l’opacité sur la valeur des stocks, dont la gestion appartient pour 86% à l’Etat de Genève, est légendaire. Presque autant que celle subsistant au sujet du recensement de nos fonds de la BNS à Fort-Knox ou ailleurs.

 

Utile initiative américaine, finalement, car jusque là jamais rien ne sortait de ces entrepôts de Port Franc.

 

Excepté la mygale que j’avais trouvée sur la Route des Jeunes, à quelques mètres du principal de ces bâtiments.

 

Preuve s’il en est que cette opacité est légendaire, les arachnides ayant horreur du soleil ne sortent jamais, si elles peuvent bénéficier d’un recoin bien sombre.

 

……………………….

 

Passons vite à différent éclairage de l’actualité : Nouvelle électricité dans l’air aux SIG ! Une Enquête de la Cour des Comptes dénonce une perte de 180 millions par les SIG, ayant acheté à prix d’or en 2011 des actions qui se sont effondrées.

 

Pas grave. Vu l’incompétence des responsables impliqués, ils ne seront à l’évidence condamnés que pour Délit d’Amateurs.

 

………………….

 

Et ne connaîtront jamais le milieu carcéral, venant de subir un hold-up : Deux consultants, chargés de coacher la Cheffe des prisons, ayant quitté ses fonctions après quelques mois, font main basse sur 340'000.- ! Que fait la police ? Qui nous protège encore dans ce pays ?

 

De quoi, de tous côtés, se faire quelques soucis : Voyez plutôt :

 

Parlons Réserves de Survie. Avant l’An 2000, la Confédération faisait des provisions pour que sa population puisse tenir six mois en cas de guerre ou de catastrophe majeure.

 

Réserves de l’approvisionnement économique débutées durant la première guerre froide, ayant purement et simplement été abandonnées.

 

Ainsi, l’exemplaire nanti Chef de l’armée, lui, s’est constitué récemment, à l’aube de la seconde guerre froide, une immense réserve personnelle d’eau potable, de bois et de conserves. Le bienheureux.

 

Quant à nous, les discriminés économiques, nous sommes condamnés à crever en l’espace de quelques jours.

 

Au risque de priver la Berne Fédérale de caviar iranien sur ses canapés, entre deux enquêtes parlementaires, elle ferait bien de m’envoyer un acompte de 1000.- pour que je constitue mes réserves de survie au plus vite, et ne pense plus trop à nous plaindre haut et fort. SVP pas d’envoi de singe, ni de lasagnes ou raviolis du haras, merci.

 

…………………..

 

Vives félicitations, au passage, à l’excellent Monsieur Claude Monnier qui, dans sa chronique du jour, décortique les tactiques politiques habituelles des dirigeants. Lorsqu’ils ont dévalisé leurs ressortissants et qu’ils ne peuvent plus les tenir autrement, comme en France actuellement.

 

Le plus radical et fréquent moyen qu’ils emploient pour s’en sortir sans dommages pour eux, consiste à provoquer une crise extérieure majeure, avec l’Europe par exemple, afin de rassembler brutalement toute la nation autour de ses chefs. Un truc infaillible, que même les pires crétins du monde appliquent avec succès.

 

Excepté les Partis de Droite suisses, ayant même raté ce coup-là après le 9 février.

 

……………………..

 

Pauvre image de la Suisse à l’étranger. Le Président Burkhalter est accueilli à Kiev par un drapeau rouge et blanc … Danois !

 

Bah, après tout, quelle importance ? Puisque d’ici peu tous les drapeaux européens seront rouges avec une étoile, une faucille et un marteau.

 

…………………….

 

Certes, un regain d’esprit communautaire était nécessaire en nos contrées, observez la réalité :

 

À l’instar de l’Union Suisse des Paysans, Genève refuse d’indemniser les victimes, placées alors qu’elles étaient enfant, comme esclaves dans des fermes.

 

Donc, à l’instar des paysans Genève détruit impunément sa culture, pour toucher les subventions « intempéries » sans avoir à travailler ? Et lâche ses chiens hargneux dans les troupeaux de moutons, pour encaisser au détriment des petits cochons de payeurs les dédommagements pour pertes dues « au loup » … ?

 

Gare. À trop infantiliser l’opinion pour de cupides raisons, l’on finit par ramasser une bonne fessée.

 

…………………...


Drame s’il en est, que je suis bien forcé d’évoquer ici : Un certain Président de Conseil d’Etat a été frappé d’amnésie entre le 18.10 et le 6.12.2013.

 

Fort malheureusement, son état ne lui a pas permis de se souvenir qu’il devait avertir qu’un pharaonique chantier avait un léger retard, qui nous coûtera à peine un  petit milliard de plus que prévu.

 

Que c’est triste pour lui. Décidément, la vie de Président n’est qu’un long champ de mines.

 

Souhaitons-lui une agréable convalescence pour les 30 ans à venir, durant lesquels ses cossus patrons persisteront à l’imposer à ce poste.

 

……………………..

 

Parlant d’autres joyeux garnements, le joli mois de mai verra fleurir son lot d’Initiatives, dont la principale : « Faut-il interdire aux pâtissiers diabétiques de travailler avec du sucre ? » ou dans le genre.

 

Le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche n’a pas de consigne à vous donner. Mais craint que des innocents soient détruits à vie, comme des instituteurs sévères détestés de leurs jeunes élèves, à qui énorme facilité de se débarrasser définitivement de ces adultes corrects mais les gênant est proposée. Ne serait-ce que par chantage à la fausse dénonciation de pédophilie. Ne sont pas si rares ces effroyables pratiques adolescentes, et les gosses qui s’y livrent ne sont pas interdits à vie d’approcher des adultes.

 

………………………

 

Et puisque le sujet des sexualités déviantes est abordé, je termine avant de laisser tous neuneus aller lapiner sur un macabre fait divers, particulièrement épouvantable, concernant l’une de mes connaissances. Je vous disais récemment que si j’y étais obligé je préférerais être zoophile que pédophile. Eh bien vraiment ni l’un ni l’autre, après ce que je viens d’apprendre :

 

Mais en introduction, permettez que je vous glisse ici de conséquents souvenirs, qui ne manqueront de combler votre compréhension des faits : Relatés en l’inédite saga autobiographique inachevée, composée de trois tomes d’une centaine de pages chacun à ce jour. Débutée il y a des lustres par « Castigat Mores Ridendo », continuée avec « Que m’a coûté Tonton », suivi de « Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine ». Précédent ouvrage, dont je ne résiste à la nécessité de vous soumettre le début, histoire de placer l’ambiance :

 

Vêtus couleur Vertu, en paix au cœur de la favela

 

Nous arpentons paisiblement, vers 22h ce soir-là de janvier 2008, de retour d’une Session spirite de type Alan Kardec, les informes ruelles de la favela de l’Uruguay rongeant Salvador de Bahia.

 

Sapés comme bons princes, de soie ou de lin, tissus immaculés, nous tranchons avec pure logique exigeant prévention minimale en toutes circonstances et pareils lieux si malfamés.

 

Intuitivement pourtant, nous savons ne courir aucun risque. Ne serait-ce que par le respect qu’impose notre apparence, désignant notre raison d’être

-consultants- sur place; Soit: en qualité d’honorables (car rares) invités au condomblê de véritable terreiro vaudou, soit: à titre de convives au déroulement d’une Session spirite. Cette pratique nous offrant un statut spécial, une carte blanche que paraissent respecter même les pires épaves meurtrières sévissant en pareille jungle sous-urbaine, ôtant la vie quotidiennement pour le plaisir et rarement plus de 10 R$ volés.

 

Dans l’immédiat, là n’est pas vraiment le danger. Les esprits chevauchant l’Ancêtre, ce Sr Alvaro, si surprenant médium prodiguant bénéfiques passes, viennent de tonner de la voix (d’outre-tombe de circonstance) me concernant, moi (dont vous reparlerai) et ma condition physique de peu présomptueux beau mec assez abusif se dirigeant vers son automne;

 

Cinglent les questions: - Tu t’occupes de ta santé, mon fils ?- À quoi je réponds:  -Plus ou moins-! Sévère verdict de l’au-delà fuse lors: -Grave maladie de longue date dont il faut se préoccuper au plus vite-; Aïe! Est ajouté: -MESME- , avec insistance sur le 1er ÊÊ et S glissé si furtivement sur le M.. ? -Mêêêsme-, devient alors summum, sous de telles latitudes, de la manière d’assurer, d’affirmer quelque chose; Il s’agira vraiment que je songe prochainement à larguer la clope, me dis-je, après 38 ans de mauvais services, dont dix pourtant (cette année) passés sans consommer la plus petite goutte d’alcool, même par la peau ou en sauce, ni en ressentir le moindre regret, bien au contraire. Aussi, la maladie en question n’est-elle pas plutôt celle me tenaillant le cœur et pour laquelle je fus dispensé d’armée après dix jours d’ignoble soumission? Et côté foie, merci, question dysfonctionnements j’ai déjà donné: double fibrose en 98, lors de l’arrêt des auto-agressions; Selon les spécialistes d’alors j’en avais encore, à ce rythme, pour 4 ans maximum … En 2002 je passais l’année à m’injecter Interféron-Ribavirine, à CHF –3'000.- l’ampoule dominicale à l’étude et depuis c’est le « paradis », plus d’hépatite active ou autre pathologie décelable; Régénération des tissus lésés, réussite complète du protocole de recherche; … À suivre! S’agirait-il alors d’une maladie de l’âme, ignorée des médecins, d’une carence en contagieuse croyance traditionnelle en des principes subjectifs tant qu’arbitraires? Dilemme, dilemme. Les esprits ne donneront plus de précisions.

 

…………………..

 

C’est tout. Le reste ne sera jamais lu. Tant que la nantie racaille des commandes littéraires sous influence persistera à trahir le principal précepte de Voltaire. Désolé.

 

Mais bref, je parle dans chacun de ces tomes de notre meilleur ami au Brésil, Professeur des professeurs, chercheur en pédagogie institutionnelle. Et voici ce qui vient d’arriver à l’un de ses amis d’enfance.

 

J’ai eu l’honneur, à Salvador, d’entrer parfois dans le studio de cet excellent musicien, et de jouer sur des claviers à une puissance … brésilienne. Lors de prestations filmées ici pour les écoles du canton, où je jouais de la guimbarde parmi les percussions, jamais je n’avais pris tant de décibels dans les oreilles. Marco-Antonio, c’était son nom, s’amusait de me voir sursauter à mes notes. Puis nous régalait d’un tropical concert, où nous l’accompagnions sautant d’instruments en instruments. S’entendant à dix rues à la ronde, mais musique là si sacrée que jamais personne ne s’en plaignait.

 

De temps à autre, de passage au Brésil, Professeur nous parlait de lui, de l’étrangeté de son comportement. Paraissant amoureux fou de sa musique uniquement. Excessivement réservé, sauvage et solitaire en permanence. Arrivant près de la cinquantaine sans jamais avoir été vu ni avec une femme, ni un homme, ni des enfants. Fuyant tout le monde à de rarissimes exceptions. Ayant fini par s’éloigner aussi, alors que Marco-Antonio refusait parfois même au Professeur d’entrer, qu’il restait cloîtré chez lui, protégé par l’indispensable gros chien que tout domicile se doit d’avoir.

 

Plus de nouvelles depuis longtemps, et voilà. L’artiste fut trouvé mort, chevelu et barbu depuis des mois, semble-t-il après avoir finalement appelé des secours trop tard. À peine décédé d’une septicémie dans une puanteur indescriptible, qui devait régner depuis des mois, due à l’infection et au pourrissement de ses chairs.

 

Car, en décembre passé … (pour « celui que vous appelez Dieu » sait qu’elle pratique ?) … son chien lui avait massacré complètement, arraché les parties génitales !

 

Peut-être l’explication tragique de son trop secret et incompréhensible comportement. Paix à son âme. Un drame de la solitude en pays réputé pour sa promiscuité, dû à une forme ou l’autre de déviance psychique. Zoophile ou non la musique bahianaise lui doit beaucoup.

 

……………………

 

Mes adorables lapins et -pines, je vous laisse … Pâques … ça à faire, vous rappelant encore que tout bientôt l’Internet obtiendra certainement le Prix Nobel de la Paix. Car, selon Allen Downey, professeur américain d’informatique, qui nous l’affirme : « Le Web est le pire ennemi de la religion ».

  

n ». Eh préputé pour sa promiscuité, due sont les religions.n  puissance ...persistera à trahir leEh oui, à l’évidence même: l’ouverture d’esprit que provoque le Net est totalement incompatible, à brève échéance, avec les monstrueux canulars destructifs que sont les religions.

……………………. 

Gare à ne pas trop marcher sur des œufs, ni rester chocolat ou offrir trop d’omelettes …

Ali GNIOMINY

P.S. Alors ? Sens hué ?

Avec mes meilleures ...

DSC_5068.JPG


Commentaires

A l'administration des blogs: Intéressant, sur Firefox c'est normal mais sur Google tout est souligné. A devenir dingue si ce n'était déjà fait.

Écrit par : Ali GNIOMINY | 15/04/2014

Pour les chercheurs, c'est à partir de cet article que la TdG a cessé de référencer ce blog. Reste à déterminer quels sujets traités ici et précédemment par trop chatouillèrent, au point que la médiation TdG estime nécessaire de voiler pareille réalité.

Écrit par : Bernard Hyvist | 16/05/2014

Les commentaires sont fermés.