15/01/2014

COCHON QUI SANS DETTES VIT

Les truffiers d’Intrum Justicia comparent les actes de défaut de biens à des truffes, dont se régaleront et s’enrichiront les créanciers, dès qu’avec la complicité perpétuelle de l’Association suisse des sociétés fiduciaires de recouvrement, et autres Instances autoritaires, Intrum Justicia aura flairé la dette, et l’aura portée à extrême maturation sans aucune retenue. Démultipliant d’arbitraires frais portant dommages irréparables à la santé, réputation et aux finances de ses esclaves économiques.

Ma truffe me dit : … Que cette insulte de plus à ma proposition d’arrangement à l’amiable, (par sponsoring de leur part de mes œuvres, total abandon et retrait d’illégales prétentions, faux et usage de faux à mon encontre, proposition figurant ici un peu plus loin, dans l’article intitulé « OTAGE, OUI », au sein d’aimable correspondance avec le médiateur d’Intrum Justicia) : … que telle insulte et retard de versement de sponsoring me pousse à augmenter à CHF-600'000.- minimum pour solde de tous comptes, suite à l’effacement de l’ensemble d’arbitraires dettes, l’estimation des dommages que me cause la politique de recouvrement en Suisse. Et surtout l’obscure protection de cette politique notoirement malfaisante, par complicité de tels agissements contraires aux Droits fondamentaux du citoyen, depuis une trentaine d’années.

Tout particulièrement les machinations condamnables, et déjà trop mollement condamnées, d’Intrum Justicia. A qui je laisse dix jours pour me faire parvenir son engagement formel de paiement sur gouvernement@romandie.com ou geneveculture@romandie.com pour obtention de mes coordonnées bancaires. Faute de quoi j’exigerai par voie de Justice le décompte exact du montant total (depuis la 1ère sommation de payer que m’a adressé cet organisme), de ce qu’il m’a volé en frais et intérêts totalement injustifiables. Ainsi que le calcul du nombre de fois où cette Société me harcela dans ma vie et continue à le faire, au moyen de faux dans les titres et usage de faux, vol en bande organisée … me/nous  causant des dommages que tout l’argent du monde ne saurait vraiment réparer.

Ainsi : Deuxième et dernier avertissement : Messieurs les Suédois, attaquez les premiers. Affrontez la victime de vos agissements devant les Tribunaux, et essayez donc de me faire condamner pour le seul et unique « délit » que peut découvrir une contre-enquête : Le fait pour un « prisonnier économique à perpétuité » de chercher à s’évader. Portez plainte contre moi ou payez, et j’abandonne alors d’imminentes poursuites pénales à votre encontre. À l’encontre également, par enquête médiatique puis parlementaire, des responsables politiques couvrant la réalité de telles exactions, et négligeant les conséquences de vos dangereuses pratiques : A commencer par la perpétuation volontaire de la « boule-de-neige » de l’endettement, la volonté à peine voilée d’empêcher à tout prix, c’est le cas de le dire, qu’un insolvable corvéable malléable souillable et parasitable à souhait puisse un jour parvenir à sortir de tel esclavage moderne. Et vivre en santé plus longtemps que rongé par de flagrantes injustices.

Si j’ose un conseil encore, décidez-vous sans retard, car si vos sbires ont eu le malheur de transmettre l’une de vos exigences farfelues aux O.P. de Genève une fois de trop, il est déjà trop tard pour vous, je me constitue partie civile dans les jours suivant la notification, pour l’un des plus retentissants procès politiques de l’Histoire. Qui serait automatiquement déclenché de l’extérieur s’il m’arrivait quoi que ce soit de fâcheux, va de soi.

Aussi, contrairement aux procédés habituels d'organismes de recouvrement, je ne cherche aucunement à extorquer de l’argent, ni à faire « chanter » les responsables de ce fléau financier en exigeant le versement de CHF-600'000.- Cette somme est une estimation extrêmement minimaliste de ce que mes talents reconnus par tous honnêtes gens auraient dû m’apporter, si ma carrière n’avait été brisée par absence de moyens: Du fait que les montants abusifs exigés par I.J.  m’interdisent tout espoir de solde de tous comptes, et sortie des poursuites. Estimation comprenant aussi la part de dégradation de ma santé due aux pratiques immorales d’Intrum Justicia sur près de trois décennies. Quant à la rétrocession de l’anticonstitutionnellement trop-perçu : Elle servira pour I.J. à payer les créanciers détenant des actes de défaut de biens à mon encontre. Il n’est aucunement abusif de réclamer ce qui est véritablement dû, mais n'a pu être honoré à temps, faute de moyens détournés par indélicats.

Je remets sinon ma confiance en les plus Hautes Instances de Justice pour pratiquer l’estimation à ma place. Et suis formellement persuadé que ce qui me sera alors finalement versé, pour réparations des torts causés par divers groupes et moyens inacceptables, dépassera de très loin les 600'000.- et effacement de tout contentieux. Et, à l’instar de la boule de neige des dettes, risquent alors de s’enchaîner en cascade les procès du genre, contre d’autres types de fonctionnements abusifs à condamner, au sein d’autres organismes publics ou privés.

Passage sans doute obligé, en dépit du fait que depuis vingt ans je détiens des preuves, ayant toutes chances de signifier après procès et malgré prévisible période de prescription, le remboursement de plusieurs milliards à quelques milliers de lésés, de la part de collectivités n’ayant agi dans les règles de la loi. Et porté préjudice financier indiscutable à cette minorité.

Mais je ne suis tellement pas procédurier, restant toujours ouvert à un correct arrangement à l’amiable. Et soucieux de ne porter préjudice par rétablissement de Justice à des centaines de milliers de personnes d’un coup, sur plusieurs années, pour que peut-être 3'000 d’entre elles récupèrent ce qu’elles ne savent pas même leur avoir été indûment extorqué …, je suis tellement trop responsable citoyen, n’ayant aucune obligation de dénoncer, que je supporte pour le bien d’autrui exclusivement, puisque je fais partie des deux-trois milliers de futurs bénéficiaires en question, que je subis les pires charogneries administratives et autres bassesses financières et politiques, qui me sont infligées depuis belle lurette, stoïque et silencieux.

Salissures et dépouillement, en lieu et place de reconnaissance et excuses que me doit une génération de gestionnaires abusifs, et motifs de mes crises de nerfs. Et autre génération de prétendus découvreurs d'innov'acteurs, oeuvrant pour "La Suisse des Talents", Pro Helvetia & Cie, (recevant ainsi mes Meilleurs Voeux d'amélioration de leurs compétences et diminution des risques de prévarication). Et bien que nullement délateur, je prie le Conseiller Me Poggia de bien vouloir examiner enfin ce que j'argumente en vain auprès de ses Services depuis la nuit des tensions. Quant aux douteuses pratiques de monopoles à empêcher de continuer de nuire, et valorisation désastreuse des ressources humaines à Genève, écartant de toute promotion des talents à même d'apporter un véritable mieux-être à l'ensemble, plutôt qu'uniquement à de petits clans d'élitistes prédateurs économiques, comme traditionnellement.

Responsables de Culture, finances, magistrature, incapables  jusqu'alors de concevoir l'importance de l'entreprise d'utilité publique que je mène et soutiens sans aide aucune, bien au contraire, depuis des lustres. Entreprise de "désectarisation" des concepts délétères en force et vigueur, et de réel rétablissement des moeurs, us et coutumes, croyances non destructeurs. Grâce aux drôles de Services de ma créature: Le Roi-Député du Parti Railleur d'Extrême-Centre-Gauche, bas rond-de-cuir Ali Gniominy.

Mais tout a une fin. La plus heureuse possible de part et d’autre. Alors pourquoi se priver de tenter de mettre ainsi, facilement, un terme acceptable aux stupides litiges en cours ? Qui n'auraient de raison d'être sans les malversations et préjudiciables négligences, indignes traitements inégalitaires cités passés.

………………………….

Une Joyeuse Nouvelle Année ainsi souhaitée à nos amies les baies, truffes, et tous ces trop chers si sains trésors de la Nature appartenant à tous pareillement. Auxquels pourront enfin goûter les lésés qui, jurisprudence faisant suite à mon cas exemplaire, et Justice ayant cessé de voir son nom sali, en furent durablement indûment privés par les coupables, et se régaleront de la rétrocession de leurs biens séquestrés et réparations y-relatives.

………………………….

Certes, en l’état : Qui n’adhère guère aux faussetés en vogue est privé de dialogue. Mais plus pour longtemps, soyez-en certains. A pousser le bouchon trop loin même les abstinents finissent par être en droit d’exiger leur champagne.

…………………………..

Fêtons ainsi, sobrement mais dignement, les jolies perspectives de l’An neuf quatorze. En lequel d’étranges mathématiques vont être bouleversées, comme précédemment décrit, mais annonciatrices de progrès d’une part, et de comble d’obscurantisme de l’autre.

Pour exemples :

L’Eglise orthodoxe russe prête à criminaliser officiellement l’homosexualité.

Voilà qui me fait penser à tous ces fervents et virulents défenseurs de la Moralité, extrémistes conservateurs pris sur le fait en train d’accomplir ce qu’ils dénoncent et condamnent haut et fort. Ou qui, pour mieux se cacher, font renforcer les lois contre les forfaits qu’ils commettent eux-mêmes.

L’attaque est, dit-on, la meilleure défense. Et puisque seul et unique parmi toutes les religions du monde, le catholicisme est plein d’homosexuels, … qu’orthodoxes, musulmans, protestants … n’ont aucune de ces bestioles-là dont on entend parler dans leurs rangs, il vaut mieux prévenir que guérir … Grâce à la proche décision de l’Eglise orthodoxe russe, les gays pourront à nouveau être enfermés sans autre forme de procès dans tous les territoires de Désunion post-Soviétique.

Quoi de plus normal, au comble de la décadence idéologique et spirituelle, que l’Eglise Othodoxe se soucie des conditions de vie des prisonniers hétéros de Russie, en leur fournissant ainsi de quoi se défouler et soulager ?

………………………….

Gens sympas, encore : Dieudonné range sa Grosse Bertha, s’assagit et change de registre. En France exclusivement, aux dernières nouvelles. Il chantera la gloire de « Closer ». Et s’amendera pour l’aide apportée par Hollande au fondu-enchaîné de la Une, en tenant le chandelier lors des chaudes nuits présidentielles. Bref : Tout est chien qui ne finit rien.

Et c'est complet, toutes les places ont été réservées en Suisse, pour vraisemblable assistance aux nauséabonds "witz" ailleurs interdits, lors du prochain spectacle, à Gnons.

………………………….

Intermède: Avis à celles et ceux que je comprends parfaitement, que fatiguent mes sursauts d'agonie économique omniprésents, incessamment ressassés en termes incendiaires : Ces paragraphes-ci représentent ma première entorse à mes résolutions 2014, d’adoucir mes billets et de diriger mes écrits plutôt vers l’aspect humoristique que polémique des sujets triturés. Je le regrette autant que vous.

Vous pouvez sans autre n’accorder attention qu’aux plus brefs et amusants. De toute manière vous connaissez par-cœur ces légitimes revendications, qui pollueront ma verve tant que les principaux incompétents responsables de ma systématique éviction n’auront réparé leurs forfaits. Je m’en excuse pour eux.

…………………………………..

Or donc, une fois n’est point coutume : Remerciements à Avenir Suisse, confirmant la valeur de mes écrits, relatifs à l’Apartheid économique et juridique en vigueur à Genève. Qui est classée depuis six ans au dernier rang de l’indice national de la liberté civile et économique.

D’aucun penseur de plaies genevoises suggère qu’il n’y a pas de problème ici avec la liberté, mais avec le sens qui lui est donné. Il n’empêche que sont libres et protégés d’officiels prédateurs incontournables, prévaricateurs oeuvrant pour le profit de castes contre l’ensemble de ceux qu’ils prétendent administrer mais trompent et volent, privent de libertés de manière totalement arbitraire et sectaire. Non, il n’y a aucun problème de liberté à Genève. Chacun est libre d’admirer le sens genevois du respect de la réelle Volonté Populaire de partage équitable des biens publics, des devoirs et obligations de chacun et des collectivités envers la sphère d’autrui, sans exclusion injustifiée, omerta, discrimination par sournoise industrie des renseignements négatifs et plafonnement définitif de la condition de vie.

Honte à tel Etat, pire pourfendeur de la liberté civile et économique jusqu’alors. À qui je renouvelle cependant toute ma confiance et mes espoirs en ses nouvelles et prochaines prises de conscience. Tout en dénonçant les trahisons à la confiance que je lui portais, en modifiant de manière unilatérale les conditions qui m’étaient promises, de progression sociale selon mes mérites et de retraite avantageuse.

Alors que par trois fois jusqu’alors, ainsi que pour mes contemporains de 1956 dans le même cas, j’ai été financièrement discriminé par des mesures délictueuses, progressivement imposées sous la sournoise pression de lobbies financiers ; Coupables d’avoir joué et perdu bonne part de nos biens confiés de force, et autorisés prétenduement par le peuple à diminuer en conséquence successivement nos retraites et droits acquis comme promis pour nos vieux jours. Alors que nous est déjà volée la quasi-totalité des intérêts produits par telle séquestration abusive des biens d’autrui, qu’est le IIième Pilier obligatoire. Et autres assurances du genre.

Trahi, trompé, dépouillé, maintenu en pâture aux rapaces du recouvrement, dépourvu ad vitam de tout avancement, brisé sous les travaux pénibles longtemps effectués sans aide technique ni compensation, atteint par fines poussières, proximité d’amiante et autres saletés durant des années, écrans préhistoriques du DOS phosphorescent, systématique dévalorisation de réprimé ou ignoré, d’empêché d’œuvrer pleinement ; contraint dès les premières poursuites à résilier assurance-vie, abandonner toute idée de IIIème Pilier et autres compensations, … : J’entends que cet Etat, sous tous ses aspects, respecte les engagements formels et moraux qu’il a pris envers moi. Et me réserve une retraite digne et conforme à ce qu'il était entendu qu'elle représente, avant les crapuleuses et fondamentalement inégalitaires, injustifiables diminutions successives, modifications unilatérales des clauses contractuelles de ma couverture d'assurance prévoyance. Au nom de la pantalonnade de votations détraquées, par déséquilibre total des pressions, influences abusives et moyens mis en jeu d'un seul côté, pour trompeur gain de cause majoritaire assuré.

Aucun argument ne pourra jamais plus, au vu de mon vécu et de la trace qui en demeure, justifier que le fonctionnaire compétent et apprécié que je suis, dont la carrière fut visiblement sabotée par certains clans au pouvoir, dépossédé ayant continué durant des décennies à servir la communauté, pour un revenu net mensuel égal ou inférieur qu’en vivant à son crochet, … Aucun argument, aucune contre-attaque future ne pourront justifier que mon troisième âge d’acharné travailleur insulté continue à être dépouillé par d’ordurières manigances sociales, me promettant à l’assistance misérable réservée aux déficients ou parasites. Condamnés à crever au plus vite sous les privations imposées, empêchements financiers à l’accès à une Justice et à des soins dentaires et autres corrects, et non élitistes comme actuellement.

………………………

Ah, ça fait à chaque fois tellement de bien quand c’est sorti. Rien de tel que de ne pas tenir une bonne résolution.

Du coup j’en oublie d’ajouter mes traditionnelles vannes et leur désopilante chute. Ce sera pour bientôt. Une fois les coupables ayant pris leurs responsabilités.

..........................

Par trop d’abus ? Barrons le passage …

Ali GNIOMINY

...........................


Oh ... et puis non ...  Voici qui n'est nullement amusant, je vous le concède, pour un bon début d'an de rageur pas parano paria. Rien à faire, ça déborde, plus moyen même de chanter les mérites de tellement de bonnes âmes, oeuvrant à de sordides tâches de recouvrement ou autres fonctions détestées, mais ne pouvant faire autrement, prises en le maelstrom de contraintes émanant de conseils de profiteurs premiers, sans réels égards pour leur base exploitée. Gare à ne pas trop jeter le bobo avec salaud de dédain.

Un zeste d'aménité ne sera jamais de trop:

Une pensée émue pour cet élu UDC accusé de vol de candélabres. 

Qui sera acquitté à coup sûr. Pour excellents services rendus à un Parti, dont les membres n'ont pas nécessairement la lumière à tous les étages.

......................

Bientôt un indice de cruauté sur les fourrures !

Ouf, j'avais mal lu. Je pensais qu'ils parlaient de mes fous rires.

.....................

Et l'insulte SCORE se met en place à Genève, favorisant plus encore les cadres en escroquant mieux que jamais la base, au moyen de critères tendancieux très subjectifs, alors que l'apocalypse sociétale TISA pointe son nez vers la privatisation d'énergie comme apéritif, avant la police, l'armée, la santé, tout, et partout sur Terre. Et l'Etat juste que je respecte et protège de mon mieux, souffrant des indignes agissements de décideurs actuels et/ou passés, dont je ne sais taire les conséquences, qui se discrédite de plus en plus, pour la violence de son indifférence et laisser-faire, en matière d'abusives législations, contraires à l'esprit véritable de la démocratie lucide. Débarrassée de votants sous influence ... de toxiques pressions d'ordre timocratique.

En résumé: Gare à qui ? À TISA. Ce volcan du profit, encore plus dépourvu de scrupules que jamais, crachant ses bombes. À en pleurer. Lors que SCORE rit. Dit: culpabilisant, divisant, dévalorisant, dépouillant (au cas où c'est encore possible) les employés, au profit  de méthodes détestables favorisant essentiellement une certaine hiérarchie de dynasties opportunistes et méprisantes.

........................

Ces historiographiques éléments posés, je laisse tous puissants responsables, soucieux de leur image et de celle du pays, m'éditer plutôt que de m'endetter.

Et qu'ils ne vouent plus de culte ...

Ali GNIOMINY

Commentaires

Bah, je le savais bien que cela ne durerait pas :-)))

Ca a l'air très compliqué cette histoire là, mais le vol organisé existe du plus petit centime indûment raboté aux montagnes de milliards. Et mettre un soupçon de lumière dans tout cela relève de travaux herculéens.

Écrit par : Jmemêledetout | 15/01/2014

Les commentaires sont fermés.