05/01/2014

L’AMÈRE LOI …

… Promenait ses petits connards sur l’amarre à cas anars. L’Ali, bel ultime espoir de voir, là, régner sur la toile l’Art osé, né nu, phare, héros aux blonds épis sans blé, maux, rage : Agit : Là fait des ronds !

Mais foin de comptes défaits, ne nous mirons … et admirons :

Obligatoirement: Tel jeunot Genevois, Joël, ayant bien travaillé, tip-top exact tout juste droit comme il faut, parfaitement bien appliqué toutes bandelettes académiques: Joël porté aux nues.

Il a osé, et reste zen, bravo à lui. Osé mettre en avant ce qui intéresse en lui et plaît avant tout, ce que recherche l’immense majorité de ses lectrices, majoritairement de culture anglo-lusitanienne (parlant anglais et portugais), hurlant à chacune de ses apparitions publiques : « Joël dick quero ! »

Or : Cessons illico de parler en langues. Rien d’étonnant, en fait, à un pareil succès, Joël ne pouvait qu’être propulsé haut et loin, vu que Dicker ose, zen.

…………………...

Ouh, le vilain que suis-je, qu’à pourtant pas d’quoi être jaloux !

Excepté du futur Nobel qui sera très bientôt décerné au bienfaiteur de l’humanité, étant parvenu à décupler les fantasmes des partenaires sexuels lors de l’acte, en inventant le logiciel espion permettant de tout voir par la webcam éteinte d’autrui.

……………………

Ainsi, observé pour observé, épié pour espionné, votre dévoué met Descartes sur l’étable. Entré en la septième année de cette Œuvre informatisée, forte de 601 plaidoyers anti-crapuleries timocratiques étalés sur vingt pages, Ali Gniominy dévoile finalement finement sa véritable identité.

Bien que doutant qu’à présent cet acte de courage ou de folie, face à coriace adversité, lui permette à nouveau de figurer, comme jadis promis le cas échéant, parmi les invités de la TdG. Peu lui en chaut. De pis en pis, le dépit de pitres à pupitre et titres, qui se voient l’aloi d’honnête poète : obligés d’ériger au rang des grands et lestes gestes humanitaires, à ne plus taire. Ou haïr vertement, trahir ouvertement.

601 billets à ce jour que l'artiste vous engage à apprendre par cœur, pour l’heure du Jugement premier. Qui départagera d’abord ceux qui oeuvrèrent vraiment pour leur frères, de ceux à grands airs qui les dépossédèrent. Et pire : Abêtirent. Blessèrent les nerfs de leurs serfs par le silence de l’indifférence, et l’immense arrogance-étau de tous brutaux responsables, sans compassion du château de sable de détestables conditions laissées aux cassés baisés lésés.

Jugement premier de l’Apartheid économique en vigueur. Quant à l’estimation de ce qu’est une Valeur authentique, objectivement apportant un plus à l’ensemble, lui offrant meilleure ouverture d’esprit et thérapie par le rire, réflexions poussées et délassement. Et quelle est la valeur de qui de chargés jusqu’alors d’estimation. Quelles raisons profondes empêchent ainsi qui en a les moyens, et le devoir de par sa fonction de gestion culturelle ou des compétences, de faciliter la démarche, sponsoriser pareil auteur? Au lieu de censurer en silence la liberté d’opinion inhabituelle, trop susceptible à certains yeux de sortir bien du monde de la ronde des concepts infantiles, si fertiles en débilités ne visant que rentabilité d’élus et plus lus, à lucidité bien parasitée et mitée, à limitées idées.

………………………

Lors qu’indignés, par poignées, résignés n’ont soigné le mal de l’inégal étal du capital :

L’aide et remède Ali GNIOMINY dégrise et défrise. Pille pillards de l’Art sans accrocs et rassis de si gentils trop bien lotis. Qui, s'ils trouvent ci-dessus par deux fois l'évocation cachée d'une honteuse maladie, sont priés de se la garder.

……………………….

Filons à présent en direction d’écolo radeau. 

Grand cas nions ? Qui est fait quant à l’unique solution logique et écologique apportée en Amérique au naufrage économique, et à la répression cynique pratiquée contre ceux qui se piquent de ne fumer que de l’herbe. Sa légalisation à partir de 21 ans. Concrétisant ainsi, à titre planétaire exemplaire, la politique pour laquelle je proposai vainement moult fois mes experts services, aux despotes théoriciens de la prétendue prévention locale, perpétuant délétère occupation radicale à multiples casquettes, pour seules têtes qui se la pètent.

À noter qu’une fausse herbe, à base de pétrole, ressemblant à de la cire d’oreilles, dix fois plus puissante que la naturelle, et évidemment autrement plus dangereuse pour ses consommateurs, est apparue sur le marché. Comme pour déboucher symboliquement les oreilles des sourds susmentionnés. Afin qu’ils entendent enfin raison, quant au nécessaire contrôle de la qualité et du marché de toutes les drogues.

Ne serait-ce que pour le cannabis : Trop de drames passés, d’exclusion, de suicides, dus au maintien étatique d’arbitraire  prohibition d’un produit naturel.

En Suisse on n’a pas encore d’herbe au pétrole, mais on a plein de suicidés.

Et voici que surgit pour bientôt, sur le marché de la mort pharmaceutique, LE remède contre la prise de cannabis. L'ersatz modifié de l'hormone naturelle prégnénolone. Un déformateur de cerveau qui trompera les neurotransmetteurs, modifiera volonté, mémoire et accessoirement, grâce à ce type de ciblée simili-lobotomie, agira sur l’interrupteur d’addiction au cannabis.

Recherche et mise sur le commerce très certainement sponsorisées par l’industrie des alcools, s’apprêtant à récupérer une immense clientèle, dès que la loi permettra de simili-lobotomiser d’office tout consommateur de cannabis. Raison première de la précipitation américaine à faire de l’argent sur ce produit, avant d’infliger la fin de l’intérêt qu’il suscite. Ah, si l’Helvétie voyait plus loin que son néné de vache à lait …

……………………..

Pas sain, non plus, je le répète, le lobby de la géothermie inconsidérée, bouleversant le sous-sol au point de provoquer des séismes, comme à Bâle où pareille folie fut finalement interdite. Lobby trifouillant impunément au plus profond des failles de Lavey et de la campagne genevoise. Bien plus intensivement à Lavey. Pas bien loin d’Aigle où vers 1750 avant J.C. eut lieu un séisme de 6 sur l’échelle de Richter, provoquant un tsunami bien plus dévastateur pour les rives du Léman que celui de l’an 563. Qui balaya comme fétus de paille tous pilotis, au point que furent longtemps abandonnées les rives de Lausanne à Morges.

Croyez-en qui demeure en le goulet de la pointe Sud, nommée Jonction genevoise, du futur raz-de-marée : Il y a bien là, face à l’intérêt dit « supérieur » et simple  prétexte à encaisser, de quoi trembler.

………………………..

Initiatives en vigueur, encore : Celle contre la sexualisation à l’école. Qui récolte plus de 107'000 signatures de pédophiles, désireux que les enfants de 9 ans et moins ne puissent être correctement préparés aux abus sexuels.

Et modification envisagée de l’enseignement du français en régions bilingues. A Nidau, pour exemple, les enseignants sont fatigués de n’enseigner la langue de Voltaire qu’à des dissipés enfants immigrés maghrébins. Et la fronde apparaît de partout pour éradiquer le français des écoles suisse-allemandes ou approchantes.

Dommage mais compréhensible. Et dire que je n’ai toujours admiré les Suisses-allemands que pour le fait qu’ils parlent plus souvent le français que la plupart des romands l’allemand. Que de ce fait ils disposent plus facilement des meilleurs postes, travaillent doublement au succès même de leurs idées les plus discutables. Parfaits bilingues, de part ou d’autre, pouvant devenir pour exemple responsable de l’éducation en Valais. Faisant dès lors appliquer le modèle « Arbeit macht Freisinger », « Le travail fait Freisinger ». Concept né sous le drapeau, démontrant qu’en bossant on finit par faire de n’importe quoi un assez compétent et finalement plus ou moins sympathique Conseiller d’Etat.

………………………

« Faux-cul de janvier ne fait pas le dévié », comme le dira le dicton.

.........

Recueillons-nous encore religieusement sur l’Evangile selon Saint Jean-Paul II, et chantons en chœur les psaumes : «Sodome au Vatican ne sera que cancans», puis «Que jolies cuisses de petits Suisses de la garde, dans les coulisses tu ne regardes ni ne remplisses»  et nous terminerons par : «De même qu’au FMI, jamais la garde tu ne baiseras».

 

Ah, men … Que, sans se défiler à l’anglaise, soient connus enfin et condamnés ceux qui t’assassinèrent, tant imposèrent et brandirent ces triques, Tornay.

 

Faute de quoi, d'aucuns sont capables d'infliger pour d'autres millénaires un troisième test-amants.


..............


Gare à trop de concessions ...


Ali GNIOMINY

Commentaires

Ouh là... va falloir que je revienne demain ou un jour sans brouillard généré par des élitistes inconscients pour ne pas dire puérils :-)

Je n'ai retenu jusque-là que le mot testament.

Le seul qui me convienne en ce jour.

Écrit par : Jmemêledetout | 05/01/2014

Les commentaires sont fermés.