02/10/2013

AMIS, LUSTRE …

Dire que je correspondais très jeune avec Jean Ferrat, puis avec François Mitterrand, que ceux-ci me respectaient beaucoup et le faisaient savoir ... Dire que mes prodiges parmi les Maîtres internationaux des échecs enthousiasmaient les foules rassemblées aux usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard ... Dire que je fréquentais les Têtes de la Gauche tout en me recueillant à Colombey-les-deux-Eglises, peu après son décès, sur la tombe d’un co-allergique au Grand Machin, … Dire que je n’ai loupé que de peu d’années Jaurès et Moulin ... Et dire qu’Albert Jaquart s’en est allé sans pouvoir me renvoyer son accord pour ses droits … Que mon incompris confrère Michel Viala est parti presque en catimini, que je fus athée béni en particulier par l’actuel Dalaï Lama, …. Que je suis toujours très proche de célébrités mondiales… Et dire que pour Genève la prévaricatrice et toutes actuelles sphères cuculturelles et éducacatives en général, je demeure un moins que rien dont l’expérience et les œuvres n’ont aucune valeur marchande.


Mais, comme c’est surprenant et combien, pour combien de siècles, ne passeront que pour ce qu’ils sont les arrogants cossus promoteurs contemporains de culture et philosophie uniformes ?

 

Dire, encore, que tout prochainement ce gang de destructeurs de la véritable liberté d’expression, cette caste, en son plus déplorable aspect de la droite genevoise, remet à l’étal sa létale politique coutumière de mépris et d’indifférence face aux victimes de ses scandaleuses exactions. Et dire que cette Droite-là a bien des chances de renouveler son même stock de bouffons (oui oui, le TF l'autorise, comme "déviants" pour les homosexuels, en l'attente de favorable jurisprudence pour "salopards" "sales trous du cul", "ordures"...), le même lot de ballots donc, et sa horde de Fournisseurs de la Cour, nous ayant menés au radical désastre actuel, au bénéfice primant, sur tout, de la délictueuse supercherie économico-politique entre copains lobbyistes sans scrupules, parasitant les forces vives du travail et paralysant l’expression d’objecteurs aux injustices flagrantes de ces « osent taire » en place ... à Genève l’internationale, comme presque partout ailleurs, par contagion timocratique du mode de censure préféré des puissants ci formés pris en faute, appliqué sous violence de l’indifférence.

 

C’est déplorable. Mais que personne jamais n’en arrive pour autant jusqu’aux poings et hématomes. Contentons-nous pour l’instant de ne leur infliger que huit bleus et un jaune.

 

Et navré pour sociale liste décevante, n’ayant saisi l’opportunité de s’allier qui d’averti ayant appris à surpasser en réflexions trop fumeuses volutes Hollandaises, à exiger-ci Justice haut et fort, tout en composant dans la mesure éthique du possible avec ses adversaires. En ne réservant pas ses billets au Canard-Enchaîné, pour exemple, mais directement à une adroite Tribune, aux lecteurs généralement peu adorateurs de feu Dieu, mais bigrement curieux cependant de parcourir un jour l’inédit qu’ 1/1000ième d’entre eux seulement connaît, intitulé « Que m’a coûté Tonton », voire sa suite « Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine », tapuscrits d’une centaine de pages chacun parmi tant d'autres, n’attendant qu’un concret intérêt enfin : d’intègre Conseil, d’Honnête Comité de Lecture ou de Prix d'importance, d’Organisme Digne de ses prétentions d’appui à la Culture, de Respect, d’espace et moyens (auquels généralement les spoliés suivants contribuent à sens unique) à laisser à disposition de ceux, aussi, à évidente notoriété voilée, dont les convictions sont opposées à celles desdits partiaux décideurs.


Mais font heureusement évoluer à une vitesse surprenante l’esprit critique et rationnel de milliers de lecteurs privilégiés, à qui sont offerts ces concepts fondamentaux enrobés de délassantes  plaisanteries en vrac depuis des décennies. Dont bien six ans également sur ce support. Rien que cela valant déjà une conséquente récompense pour qui galère stupidement par obligation, gâchant un trésor d’ouvrages d’exception qu'il conviendrait de laisser sortir toutes affaires cessantes, coincé sous l’oppression de système d’évaluation imbécile et criminel, destructeur, formellement dénoncé.

 

Car, comment peut-on laisser tant de valeurs évidentes sans la moindre reconnaissance, utilisation pour le bien public : Artistes Majeurs, Professeurs, Savants, Cerveaux relégués pour obscurs motifs à de très menues tâches et salaires étatiques, souvent à temps partiel et assommés à vie d’impôts et charges absurdes, sans le plus petit soutien pour les travaux essentiels qu'ils produisent hors du cadre d'inqualifiable esclavage professionnel, ou condamnés à se prostituer aux faussaires de la Valeur humaine retraduite, contraints alors de censurer comme prescrit ce qui se dit ou pense ou non ; Au nom de système général de fonctionnement dont la Terre entière est de plus en plus consciente à présent qu’il est scandaleusement immoral et à modifier d’urgence.

 

Que celles et ceux qui le méritent vraiment bénéficient de ce qui leur revient de Droit, à Raison et en toute Logique, en regard de leurs résultats concrets, de leurs efforts incessants à répandre: du bien-être alentours, de l’amélioration de conscience, de l’émotion, de la réflexion, du rire ou de l’Existentiel. Qu’ils cessent d’être ainsi étouffés sous des tas de mesquineries entre minuscules dits supérieurs  niais laquais de qui paie ; Débourse un crapuleux minimum, afin que nul ne parvienne à s'acheter assez de justice pour établir ne serait-ce qu'un semblant d'équilibre social. Que se perpétue ainsi l'exclusif outrancier enrichissement matériel de qui écrase le plus impunément autrui, au détriment de toute notion même de l’existence d’un réel enrichissement intérieur, hors normes faussées.

 

……………

 

En résumé du point de situation : L’on me lit aux Académies comme la vache va au taureau, ou chez tant de sponsors, dans les milieux littéraires, politiques, juridiques, médiatiques, chez ProHelvetia et ailleurs. Or, la misère conceptuelle ambiante s’autorise à exiger que tant qu’un Artiste ne s’est pas humilié, n’a pas perdu de précieux temps de création en parasitaires formalités administratives et commerciales, en répugnantes supplications auprès de vils marchands, ou autres pratiques dégradantes, aucun accès ni au succès ni aux liens et soutiens plus que mérités n’est proposé.


Ne serait-ce que par simple message sur gouvernement@romandie.com ou geneveculture@romandie.com ou mouvementcitoyensplanetaire@romandie.com

 

Eh oui, c’est lamentable effectivement, mais vous pouvez toujours jouer les étonnés, les « peu renseignés », je ne mords pas trop fort, ou seulement par écrit, et suis peu rancunier, radoucis d’ailleurs déjà mes propos en prévision du jour hypothétique où un seul gestionnaire de fonds dédiés à la Pensée et la Culture en général sera digne des principes de tolérance et d’ouverture d’esprit, de soutien aux talents peu ordinaires qu’il est censé représenter et prône.

 

Dire qu’alors … j’enfoncerai moins le clou ? Certainement toujours autant que nécessaire, pour fixer solidement solidairement plus humaine toile d’avenir, remplaçant affreux vieux tableau branlant de croyances délétères affichant ignorance et misère, que vénèrent usurpateurs conservateurs.

 

…………………….

 

J’ai certes de très influents vrais amis et admirateurs, qui pour des raisons parfaitement compréhensibles et justifiées ne peuvent pas ou n’ont pas à intervenir, quant au litige qui m’oppose au type de racket social que je subis. Sauf en cas d’absolue nécessité. Et de toute manière les amis (surtout fortunés) et les affaires ne font jamais très bon ménage.


Il suffit juste qu’un non-ami, mais pas trop et toutefois compétent, (c'est très rare mais ça se trouve) fasse le devoir de surpasser le formatage qu’il a subi, de réaliser l’avantage à y gagner à notre époque de cesser de (se) tromper et de (se) cacher, répondant à un besoin général pressant qui se démontre partout. La plupart des gens en ayant assez de la pensée inique sempiternellement en cours, de l’abêtissement systématique, du rabaissement de son prochain, vol d’énergie d’autrui au nom de véritables mirages nommés Partage équitable, Dieu et autres préhistoriques escroqueries.

 

Fin de ce Ras-le-bol, millième version et quelques. À balancer d'aventure dans les bas-fonds du Manifeste de Politique Art du Roi-Député du Parti Railleur d'Extrême-Centre- ... oui, allez-y, c'est cela, terminez, comme au concert quand l'auteur n'a plus besoin de chanter, que son public le remplace, rien de plus chiant mais comme ça je vais vite prendre un café ... merci ... continuez tranquillement, je reviens.


Bon: Et dire qu’en me sortant de pareille infamante condition ne surgiraient ou n'apparaîtront plus de si pénibles présentations de facture globale en souffrance ?! Plus que du joyeux ou presque et du joli ! Dire qu'en chaque article je n'aurais, n'aurai plus à affirmer vainement que je vais essayer de cesser de rager, de tirer parfois bien contre mon gré sur l'ambulance, de cracher abondamment dans l'ignoble brouet servi, constitué derrière mon dos avec le détournement de plus du million de francs de ma contribution à ce jour, de cracher sans cesse sur les mauvais cuisiniers qui me volent, m'insultent et trahissent, tuent à petit feu, déshonorent l'image de l'ensemble des gestionnaires de la gastronomie financière. Alors que certains sont de bons Chefs (surtout celui qui finira par me régaler) mais, face à leur clientèle traditionnelle, craignent encore à tort d'ajouter leur grain de sel.


Difficile à digérer. Principalement l'impression future que laisseront les losers recruteurs concernés. Et ce ne sera faute de les en avoir avertis, ni d'avoir réclamé arrangement à l'amiable, convenable rétrocession de statut et biens spoliés à des fins frauduleuses, desquelles je détiens preuves et témoignages.


...............


Mais pour l’heure, passons aux choses sérieuses. Tradition oblige. Que découvrons-nous hors de mon nombril et de l'infamie de la parodie des plus irritants Moi JE de l'écrit ? ou presque ... :


Ce que me transmet l'une de mes gentilles sources : Car s'il est largement prouvé que mon minimum vital serait supérieur à celui qui  me reste en travaillant, si me gratifiait l'assistance publique de sa manne pour mon abandon d'apport à autrui, je découvre que nos chers voisins font mieux fructifier encore qu'ici le business de l'invitation à la fainéantise et au parasitage:


Il reste en fin de mois à la famille de 5 personnes du salarié: 614 euros, et à la famille de 5 personnes assistées: 1'113 euros. Pas étonnant que tellement de pauvres français aient eu tout le temps, et largement de quoi frauder le fisc en planquant leur magot en Suisse. C'est que ça réclame de bons salaires, la gestion d'un énorme cheptel d'assistés à maîtriser. Surtout en comptables et transporteurs de fonds pour les familles de quinze à vingt oisifs.

 

comparatif.salaries.rsa.1.10.13.jpg


Navré si c'est un "Hoax" ou une connerie du genre, mais je pense que ces chiffres sont authentiques, ça ne m'étonne absolument pas, symbolise la dérive d'incompétente politique des deux bords, la course infernale en quête de prétendue protection lèche-vote des droits des fabriqués nécessiteux, la soif de généreuse et glorifiante distribution de bien gras biens publics, vraisemblablement en majorité aux plus rusés d'entre les aspirants à l'assistance ad vitam, plus experts pour obtenir sans scrupules ce que ceux qui en ont réellement besoin n'osent réclamer.


Les choses sérieuses, ai-je dit: Foin de désopilance !

 

Âgé de 58 ans, en retraite anticipée, (dixit quelque canard local) un Allemand s’amusait à porter plainte, jusqu’à 30'000 en dix ans, contre les propriétaires de voitures en infraction dans son quartier.

 

Détesté évidemment de tous, au point qu’un habitant d’Osterode affirme que durant la guerre celui-ci dénonçait ses voisins cachant des juifs.

 

Vraiment un sale type ! Voilà qui prouve en tout cas que la délation et les instincts de collabo sont inscrits dans les gènes, pour réussir à faire tant de mal dix ans avant sa naissance.

 

…………………

 

Précoces voyeurs, aussi : Neuf garçons ados sur dix regardent du porno !

 

Et sans doute que le dixième dort sagement, épuisé d’en avoir tourné toute la journée.

 

………………….

 

Impudiques, toujours : Le PS veut punir les maris qui imposent la burqa !

 

Surtout pas ! Que ces dames restent voilées après avoir dénoncé leur barbu, pas que l’état de leur visage effraie nos enfants !

 

………………….

 

Fanatiques encore : Deux papes canonisés bientôt pour le prix d’un.

 

« - Précipitez-vous. Il n’y en aura pas pour tout le monde. Et au rayon Moon, les mariages collectifs sont également soldés, et les poupées gonflables de xwwZbs*gbkelgghkqqtr’ d’Orion pour raéliens sont en liquidation. Profitez, profitez, le maître-mot de notre grand supermarché des multiples venins de la crédulité humaine ! »

 

……………………..

 

Et toujours cette stupide musique vieille comme le monde, qui me trotte dans la tête : « un Cavaliere qui, sûr, grille l’or dans la nuit .. Son nom, il s’appelle Zéro ; Zéro, Zéro… (plein d’échos) et ça finit : Zéro, Zéro, vainqueur tue-les à chaque fois …» il me semble, à peu près.


Bref: Une histoire de riche oisif pas clair agissant masqué, genre beau mec à l’italienne, sans sordide déchéance en fin de course, où le héros se venge minablement en nuisant plus que de coutume à l’ensemble.


Ah non, ça me revient maintenant, ça passe en boucle en prime-time depuis 60 ans sur TF3, et en étant gosses on s’est presque battus avec mon cousin Italien, qui m’énervait en affirmant que c’était « vainqueur, tue-les à chaque fois, et non vainqueur tu l’es à chaque fois » … Comme quoi même en noir et blanc, à notre époque l’on avait déjà des messages éducatifs vachement actuels, à la pointe de l'épée, pleins de lustre ... même n'étant pas le produit de lumières.


 ………………………


Finalement, ainsi que ne le disait l'autre stupidement (l'on ne sait toujours pas qui) : Tout prête à rire sinon le pire qui se retire d'une satire, déclenche l'ire ou l'applaudir !


Allez dormir. Et cessez de rêver de vous rallier ,,,


Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.