20/09/2013

MAUX, RÂLES

Qu’est donc devenue la Morale ? Censée effectuer la distinction entre les Valeurs fondamentales, le Juste et l’injuste, qui détermine les Devoirs de l’humain en fonction de la Raison ?


Totalement tombée dans le fatras obsolète des mœurs et coutumes, corrompues depuis des siècles par l’attrait du seul profit de générations de féroces gardiens parasites de l’éthique, de la religion, de la philosophie, découlant de la Morale déviée par ces derniers. Morale sociale couvrant le droit de dirigeants de ne favoriser que le citoyen soumis, n’objectant à l’ensemble d’escroqueries en bandes organisées, d’usure, de contraintes injustifiables, d’atteintes à l’intégrité des moins fortunés … de n’offrir décente position, ne valoriser les gestes, œuvres, convictions, que de réputés trompeurs ou dociles intéressés trompés.

 

Comment donc justifient ces faux exemplaires moralisateurs qui nous dirigent, spirituellement, politiquement, philosophiquement, artistiquement, professionnellement … leur prostitution au capital, leur intérêt personnel et celui de consentants démultiplié par détournement d’apports publics, arbitrairement gérés en toute partialité ? Biens de bonne part des plus pauvres, extorqués très majoritairement pour ne servir qu’à prétendre leur laisser une condition de vie « acceptable », un minimum notoirement très indécent, … (mais il suffit de les maintenir dans l’ignorance, d’afficher indifférence, mépris et ça passe) … indigne minimum, après racket officiel de truands « trop puissants » séquestrant le droit à l’Estimation. Leur « inattaquable » notion délétère de valorisation, dirigeant nos dirigeants. S’autorisant nombre d’extorsions intolérables, d’atteintes aux Droits d’assujettis sous couverture de simili-principes démocratiques ; Fédérales fanfaronnades que manipulent copinage et moyens d’influence sans comparaison, pour perpétuer les « devoirs moraux » de l’actuelle criminelle timocratie occidentale.

 

Ainsi, couvertes par la Morale de carnaval en vigueur, il sera normal, et l’ordure de pauvre n’aura rien à dire, punkt schluss quand, pour exemple, ainsi que ça vient d’arriver à une amie : Un opérateur téléphonique parmi ceux volant à leurs esclaves ici le triple de ce que paient déjà trop cher les autres pays, n’envoie aucun rappel deux semaines environ après la fin du délai de paiement d’une facture, ni ne transmet l’impayé à l’Office des Poursuites, mais remet la « dette » directement à l’un des deux plus immoraux Offices de recouvrement : Qui menace dans les trois jours par écrit la débitrice, et additionne la facture de 97,5% de frais et intérêts de retard.

 

L’amie me demande de faire opposition pour elle, effondrée par le caractère ordurier de tels procédés. Dont acte. Elle reçoit hier de l’Office de Rapacité en question une acceptation de l’opposition, et la facture de base de l’opérateur additionnée de 5.- de frais et intérêts pour solde de tous comptes.

 

Très Moral, tout ça, le devoir d’élus au sommet respecte bien, défend et protège adéquatement le petit peuple. Dont la confiance grandit en ses leaders, dès qu’ils applaudissent les hold-up successifs sur les rentes, les coupes misérables sur le dos des plus faibles, l’immunité de banques flambeuses s’en sortant pour punition de l’argent public perdu aux jeux boursiers … avec d’énormes bénéfices, toutes dettes annulées et sans obligation de restitution des biens volés, …  Très Morale, l’évidence de Médecine et Justice à plusieurs étages, en fonction de la pitance laissée aux honnêtes victimes, selon subjectifs avis sur leur Valeur, degré de soumission et réputation, ou du surplus de biens convoités, rarement non parasités sur le fruit du labeur de maintenus dépourvus besogneux.

 

Morale on ne peut plus: L’impunité crapuleuse d’assurances ruinant leurs affiliés de force, modifiant unilatéralement les clauses contractuelles, pratiquant des tarifs insupportables brisant bien des existences, assurances condamnées, comme les opérateurs téléphoniques, à restituer leur larçin à leurs otages, mais en en conservant sans aucun motif défendable plus de la moitié, et en épuisant leurs spoliés par de savants atermoiements et excès de procrastination jusqu’au moment adéquat, où les instruments au service du seul dieu Fric, les médias, sont activés en le sens : « - C’est dommage mais finalement rien ne parviendra jamais aux lésés, en revanche le Conseil fédéral promet que va cesser le scandaleux monopole de l’assurance-maladie obligatoire suisse, une loi permettant aux Helvètes de correctement s’assurer pour tous soins de base dans le monde entier ou presque, pour beaucoup, beaucoup moins cher à l’étranger … - » … Vers l’an 2'300.

 

Mort à l’imbécillité légiférée à l’usage du saccage de la Morale Fondamentale.

 

Que les coupables vendeurs de moches, rentables fables à Morale au plus mal, d’antan sans peur et sans reproches, ensemble tremblent ! Suprématies vacillent !

 

Ne restent libres qu’en équilibre précaire de lamentables responsables, apothicaires à faméliques reliquaires politiques et religieux, … contagieux.

 

………………………..

 

Extraits du  « Manifeste d’éthique anti-tactiques en toc » de Sa Souveraineté le bon Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-centre-Gauche, pour ne vous asservir.

 

…………………………

 

Revenons à risible actualité :

 

Le très cher avion de chasse Gripen sait détecter l’eau chaude !

 

Plus qu’un sachet de Néo-Citran dedans et la population cessera de le prendre en grippe !

 

Comme quoi peut concrètement se soucier de la santé de ses administrés, un Président de la Confédération issu de l’Opus Dei.

 

……………………..

 

Pieux, encore : Les valaisans voient leurs prières exaucées, ni Mirages ni Gripen, l’armée quitte l’aérodrome de Sion. Trop risqué.

 

Ne restons sourds aux arguments de la Grande Muette qui, suite aux séismes du 8 janvier 2011 en Valais,  dans ce climat tendu, ne pouvait rester impuissante, et décida de ce retrait dès le 10 janvier 2011, en lisant sur ce support (page 7 du blog) mon alarmant constat intitulé : ET LA FAILLE DE MOLLENS FÊLA SION.

 

…………………….

 

Désolé, c’est toujours le problème avec les chefs-d’œuvre, plus ils s’accumulent plus les premiers sont délaissés, restent inconnus du nouveau public. Et quels détours ne faut-il pas inventer pour les faire parfois resurgir.

 

…………………..

 

Joug des jeux de la consommation, encore : Coop et Migros obligent leurs employés à jouer aux dés avant la sortie du travail. Celui qui gagne doit ouvrir son sac, pour que la hiérarchie vérifie s’il ne contient rien de volé.

 

Et si tel est le cas, le gagnant peut-il conserver l’objet volé ? Et est alors entamé un strip-poker pour découvrir d’autres « trésors » cachés ?

 

Ne nous étonnons pas si les prix augmentent. C’est que ça devient cher de soigner des responsables de rayons pour addiction au jeu.

 

…………………………..

 

Tricheurs, toujours : Selon l’homophobe Poutine : Si Berlusconi était homosexuel, personne ne s’en prendrait à lui.

 

Si ! Un futur condamné UDC genevois, jeune retardé se permettant d’attiser la calomnie et la discrimination en le traitant de malade.

 

…………………………..

 

Moralité : Ramolli t’es !

 

Morale est faussée, tu peux t’en gausser, mais jamais ne te soumets

 

Ali GNIOMINY

Commentaires

Oh combien j'apprécie votre vision de la moralité d'aujourd'hui, Monsieur.

Écrit par : Jmemêledetout | 20/09/2013

Le concept de moral a été victime de deux ennemis que tout opposait pourtant: les conservateurs qui l'ont asservi à leur moralisme, qui n'avait de commun avec le premier terme que la racine linguistique; les progressistes qui ont aveuglement combattu toute idée de morale en adoptant la même définition.
Plus personne, sauf quelques spécialistes de la question, anthropologues, philosophes, et autres horribles "intellectuels" n'a lutté contre ces déviance en rappelant que toutes les sociétés, à toutes les époques, toutes les familles et toutes les communautés d'amis ont distingué ce qui est bien de ce qui est mal, ce qui est donc licite et ce qui ne l'est pas, ce qui est le fondement de la morale et son origine.

Écrit par : Mère-Grand | 21/09/2013

Les commentaires sont fermés.