05/07/2013

JUSTE ICI ET LÀ

Justiciers las, vous voici démotivés depuis que les ennemis publics de l’Occident ont changé de bord, qu’ils campent au Pouvoir ? Il y a de quoi : Voyez, ne serait-ce que ce Mur de la honte américain, long de 3’200km sur la frontière séparant le Mexique des USA, qui est encore renforcé avec 38’405 agents et 40 milliards de dollars supplémentaires.

 

Sage précaution de cet ennemi. Car, à présent que sa perfidie sort au grand jour, et dès que l’UE et tous pays trahis auront rompu tous contacts avec ce Judas des alliés occidentaux, il s’agira de bloquer à tout prix cette barrière, afin d’éviter que ces sournois ressortissants US ne puissent descendre au Mexique et dans le Sud propager leur culture de l’impunité impérialiste et du mépris d’autrui.

 

…………………………

 

Au fait : Si le Judas espionnait si bien nos activités, pourquoi a-t-il besoin que lui soient transmises des listes de ses fraudeurs du fisc dont il savait tout depuis longtemps, à travers la surveillance de nos banquiers et autres racketteurs ?

 

Et, franchement, à quoi bon jouer les vierges effarouchées à présent, concernant les pratiques identiques des services de renseignements de tous pays s’espionnant l’un-l’autre, et leurs principaux ressortissants dans la foulée, depuis des décennies sinon des siècles ?

 

Nous le savions, bien avant le scandale Echelon déjà, mais ça restait tabou, rendait de précieux services plus ou moins échangés aux maniaques du fichage. Et comme dans presque tous les domaines, ce qui était traité depuis la nuit des temps de manière pragmatique, voire laxiste, ce qui préfigurait divers courants de « modernité » visant à laisser faire autrui, même en désapprouvant ses actes et pensées estimés alors peu préjudiciables, est à présent hautement condamnable : Les petits conseils bancaires à demi-mot pour cacher de l’argent. Sur la base du principe voulant qu’il est du devoir de tout prisonnier de tenter de s’évader … Et le racisme et sexisme officiels, jusque vers les années 70, devenus d’abominables pratiques … Et les diverses atteintes aux mineurs, pratiquées depuis toujours massivement, et presque sans s’en cacher, par des abuseurs religieux et autres chargés du « bien-être » de la jeunesse, soudain devenues les plus inimaginables des perversions …

 

Que s’est-il passé ? Voilà : La dérive sécuritariste planétaire, survenue dès le 12 septembre 2001, a dirigé nos Sociétés vers le besoin d’adoration du Dieu Fric. Et pour gagner Sa confiance il faut diaboliser à l’extrême tout écart à Sa « morale » religieusement avalisée, et faire payer au maximum et plus encore les plus ou moins fautifs.

 

Ainsi, un enfant abusé de nos jours ou jadis, en dehors du drame exacerbé que /cela entraîne désormais/ ça n’a pas vraiment entraîné avant/ pour ses parents et lui, ne représente généralement plus qu’un potentiel joli pactole à toucher. Alors qu’en 1970 sa récompense aurait plutôt été une gifle et un « Qu’est-ce que tu as à traîner près de chez celui-là, comme si tu n’étais pas averti. Va jouer ailleurs et fais attention la prochaine fois ». Avant d’appeler éventuellement la police, pensant aux conséquences sur la communauté d’une telle dénonciation, et souvent d’y renoncer, comme lorsque ma sœur fut abordée par un voisin exhibitionniste, car « C’est des choses qui arrivent.. » et sa famille serait si malheureuse …

 

En l’occurrence, je pense que la petite ville suisse qui m’a vu naître est représentative de toutes ses semblables de l’époque. Nous, enfants, étions vite informés des « messieurs » qu’il ne fallait pas suivre et de qui n’accepter aucun bonbon. Il y en avait cinq ou six que tout le monde connaissait. Malheureusement fils ou frère, oncle ou cousin d’X ou Y, pédéraste dont la pauvre maman est si gentille … Il y avait l’affreux à grand manteau et lèvres lippues, la véritable caricature vivante du vicieux, qui ne manquait jamais une occasion de s’approcher des enfants. Nous nous sauvions dès qu’il arrivait, en criant gare au pédéraste, ou le rejetions pire qu’un chien en le menaçant de l’accuser s’il faisait un pas de plus … Et quelques autres notoires pré-prédateurs que l’on évitait de fréquenter … au possible, car l’un ou l’autre avait affaire aux enfants dans ses loisirs ou sa profession. Ceux-ci proposaient certes de l’argent, nous le savions, mais personnellement, comme pour la plupart de mes amis, nous avions bien assez d’argent de poche et trop peu de tentations pour en désirer plus par des moyens dangereux ou peu ragoûtants.

 

Ainsi, vers mes treize ans, ma mère ou mon père (la mémoire..) me demanda un jour de vite aller lui chercher un objet peu courant dans un proche magasin de produits spécialisés, en lequel j’avais toujours reçu l’ordre de ne jamais mettre les pieds avant mes vingt ans.

 

Surpris, je fis : « Mais, c’est un pédophile. Comment vais-je faire s’il m’attaque ? ». La réponse ne se fit attendre, symbolisant toute l’ambivalence du sujet : « Oui, effectivement, mais il ne va pas te sauter dessus. Tu es assez grand pour crier. Non, c’est avant tout un bon commerçant, bien intégré dans la communauté, d’une famille connue et respectée, et jamais il ne te fera de mal ». Et effectivement.

 

Transposons la scène de nos jours : Insupportable ! Un commerçant  et d’autres, connus de tous et non inquiétés, alors qu’il s’agit de prédateurs d’enfants, que chacun laisse agir en secret et silence.

 

Dorénavant, chacun le sait bien, les pédophiles n’ont ni famille, ni confidents, ni voisins ni personne qui connaît leur déviance, nul ne sait ni ne voit plus rien de suspect, point de rumeurs liées à des faisceaux d’indices sur le comportement étrange de connaissances … non, l’abomination suprême en notre époque n’est commise que par des prédateurs vivant nulle part, et plus par des malades biens intégrés dans le quartier, la ville ... Il n’y a aucune mesquinerie morale là-dessous, effectivement …

 

Evidemment, je n’ai aucune sympathie pour ce genre d’individus et ne cherche pas à prendre la défense de leurs actes, effectivement graves et inexcusables, mais en traditionnel avocat du diable, je fouille là où personne n’ose généralement s’aventurer, de peur d’être pris pour un sympathisant de telle perversion, et questionne sur les raisons qui poussent un adulte/fort à s’attaquer à des gosses/faibles, ou de maltraiter pareillement son épouse. Même s’il n’usera pas de force, quel est cet irrésistible besoin de profiter de sa position dominante ? Quel bénéfice sentimental peut-on tirer d’avoir abusé de la faiblesse d’autrui, avec l’insupportable charge à vie d’avoir trahi ce que sa conscience et la raison, la bienséance minimale dictent, pour sain échange de principes entre humains ?

 

Voici une partie de la réponse : Vers mes 22 ans, je me rendais fréquemment dans un bar à café pour lire le journal. Un individu à la mine accablée de tous les maux de la Terre restait systématiquement seul dans le coin le plus sombre du café. Je le saluais, sans plus. Un jour où nous n’étions que deux clients aux deux bouts de l’établissement, je vis qu’il pleurait, la tête entre les mains. C’en était trop. Je m’approchai et lui demandai s’il avait besoin d’aide.

 

Et il déballa tout : « Je m’occupe de mineurs et je n’en peux plus, je suis amoureux fou d’un garçon de treize ans. Je vais me suicider. Tu ne peux pas imaginer l’enfer que je vis depuis ma majorité, quand j’ai découvert mon attirance pour la tranche des 10 à 14 ans. C’est monstrueux, je me dégoûte, je suis la dernière des ordures, je ne peux plus continuer mes feintes pour l’approcher, le toucher en douce, trahir la confiance de ses parents et des miens, de ceux qui me chargent d’encadrer des ados … Je suis certain qu’il n’existe sur Terre une pire malédiction, une pire souffrance morale que ce que je vis chaque jour » …

 

Estomaqué par pareille confession spontanée, je parvins plus ou moins à peser le pour et le contre de la situation. Le désespéré n’avait qu’une dizaine d’années de plus que moi, et c’était un beau type. J’avais rompu avec un copain de mon âge, puis une copine …

 

Je lui proposai carrément le deal suivant. « Ecoute, ça doit pouvoir se soigner, tu es conscient que tu dois laisser ce gamin et les autres ados en paix, c’est l’essentiel, il suffit peut-être que tu aies une relation avec un jeune adulte … tu as déjà essayé ? … »

 

La réponse, dénotant une exceptionnelle rapidité de déduction, fut immédiate et catégorique : « Merci sincèrement pour la proposition, ne le prend pas pour une insulte à ton physique, loin de là, … si tu avais huit ans de moins je n’hésiterais pas une seconde, mais c’est impossible, je suis croché à l’âge de quatorze ans, je ne sais pas ce qui s’est passé en moi à cette époque, mais à peine que l’enfant a dépassé cette limite il ne m’intéresse plus. »

 

Puis il m’assura, me promit formellement qu’il allait tout faire pour se libérer de sa passion pour ce gosse … dont il n’abuserait jamais, pas plus que pour d’autres, sa folie restant au niveau des fantasmes … Me laissa son adresse, lui laissai la mienne pour aide morale en cas de nouveaux projets de suicide, et n’entendis plus parler de lui … jusqu’à il y a une vingtaine d’années, suite à un article de journal relatant l’arrestation de ce torturé responsable d’ados parmi d’autres, et les années de prison qu’il a pris. Ou fui en se supprimant ?

 

Soit le juste prix d’une promesse trahie. Sauf si les enfants l’accusèrent à tort, comme nous faillîmes le faire à leur âge, simplement parce que l’affreux pestiféré contre qui nous étions dûment avertis tentait de nous approcher de moins d’un mètre.

 

…………………………

 

La métaphore, vous l’aurez compris, démontre ainsi combien les Titans du Capital négligent leurs promesses et sont également des abuseurs ! D’enfants avant et après leur majorité, toute leur vie durant. Même si eux-mêmes, ces prédateurs, luttent contre leur perversion. Et combien est terminé le temps où une maman, en toute bonne foi et confiance, sans jamais imaginer que ce pourrait devenir un moyen de tirer profit, pouvait envoyer seul son enfant au casse-pipe, grâce au pouvoir du groupe taiseux indulgent, mais attentif au plus petit trop faux pas, à son goût dicté par l’époque, soit les besoins alors moindres de ses dirigeants.

 

Justice sciée, là ? Que nenni. Simple analyse du double langage de la coutume mutante. « Tout être humain a droit … blablabla … tous égaux » et simultanément, en vogue « la peine de mort doit être rétablie pour ces monstres, à éloigner à n’importe quel prix des enfants », au lieu par exemple de les faire accompagner d’un ou l’autre parent ou inspecteur d’excellente réputation dans les activités liées à l’enfance, et leur imposer un discret suivi médical et juridique sérieux s’ils sont passés à l’acte. Une jolie économie de frais et locaux d’incarcération de très longue durée. Bien qu’énormément de temps soit nécessaire, avant que des parents puissent admettre un jour qu’un individu pareil puisse continuer à avoir sa place dans la société.


D’ailleurs, vous savez combien je suis franc. Quarante ans que je n’ai plus cassé de clavicule d’un coup de poing, mais si j’avais un enfant et qu’il lui arrivait ce genre d’aventure, et que je rencontrais ensuite son abuseur dans la rue, je m’offrirais à coup sûr une mémorable entorse à mon atavique pacifisme. Donc finalement, ce qu’en dit celui qui fut presque … pratiquement … un prédateur de prédateur  …

 

…………………………

 

Comment ? Vous trouvez ça vachement trash, limite gore ?

 

Oui. De l’authentique. Denrée précieuse. Et désolé, mais j’essaie de ne plus grogner en le charabia ci-dessus.

 

…………………………

 

Ludique intermède : Quelle est la réponse en la question ? : Morsi insiste ? »

 

…………………………

 

Je m’en voudrais d’avoir à me répéter, mais regardez, les dirigeants des Frères musulmans sont arrêtés. Ne vous avais-je prédit ce qui arrive, quand la Justice suisse refuse à un naturalisé genevois, petit-fils de fondateur, le regroupement familial pour ses Frères.

 

(Je ne vous lapiderai plus les méninges avec cette vanne, juré).

 

………………………..


Intéressons-nous plutôt à l'actuelle épidémie de "cas psy" dans les prisons suisses.


Il y a de quoi, avec la vie de fou qu'ils mènent, pas étonnant qu'ils perdent la boule, ces malheureux gardiens.


Mais ils auront bientôt beaucoup de travail dans les geôles françaises, à tout hasard: Car le "Big Brother français" éclate au grand jour.


Et un labyrinthe de souterrains de 7km sous la Ville de Genève est retrouvé. Dont le plan d'accès avait été volé après la (précédente) Révolution française, et "perdu".


L'on ne va tarder à mieux comprendre par où passaient Cahuzac & Cie, pour accéder directement aux salles des coffres de banques, afin d'y déposer en toute discrétion le fruit de leurs fraudes, sans traverser ni frontière ni champ de caméras ... et comment nos banquiers n'ont donc rien vu ni connu de tous ces obscurs agissements d'envahisseurs souterrains ...

.............

 

Et en rab, causons encore d’actuelle immoralité USA & Consort :

 

Pour rappel, Genève est donc un incroyable nid d’espions. Ô combien plus encore avec la crise du logement : le Genevois n’a pas ouvert ses stores que les voisines d’en face sont déjà en train de le reluquer.

 

Mais c’est pareil pour toutes les grandes villes. Voyez Paris. Et ce n’est pas nouveau que des Services Secrets Est-Ouest règlent leurs comptes sur nos territoires, quitte à laisser de faux indices de leurs crimes sur place. Comme dans cette chambre d’hôtel, en 1978, où fut retrouvée (murmure-t-on) une faucille aux côtés d’un agent Egyptien électrocuté dans son bain, qui ne cessait de chanter haut et fort : « Si j’avais un marteau … ».

...............


Plus actuel: Edward aux mains d’argent a choisi. Le silence aide, or il a préféré révéler comment fait de l’argent, en trahissant ses alliés, le pays le plus scandaleusement capitaliste du monde.

 

Ainsi, grâce à Edward, une promesse présidentielle sera enfin tenue : Va se vider sans délai la prison US la plus ignoble qui soit sur sol Cubain.

 

Afin d’y préparer l’accueil de nouveaux rebelles : Julien … Edward … Eveline W.-S. …

 

…………………………

 

En attendant, qui va maintenant, comment et quand, tenter d’extirper de Fort-Knox les milliards « entreposés en sécurité » par la naïve BNS ?

 

Nos nouveaux « amis » de l’Extrême-Est, ou les rudes néo-cosaques ? Auquel cas nous ne reverrons également jamais un seul centime de nos biens. 

 

D'ailleurs, quant à leurs moeurs ...: ne le répétez pas, mais pour exemple : L’homophobie en Russie est enfin déchiffrée : De la naissance jusqu’au décès, ce jovial peuple est naturellement excédé de voir en permanence chaque individu comme un couple étroitement lié au niveau du bassin, à double grâce à la Vodka.

 

…………………………

 

Liesse ici aussi : La Loi fédérale sur la Protection des Données a 20 ans !

 

Puis profonde tristesse : Car elle est bien trop jeune pour que son préposé soit ainsi mis en retraite, après disparition de toutes données non divulguées à pouvoir protéger.

 

…………………………

 

Moralité (qu’il y en ait une, au moins dans tout ça) : Les plus féroces chasses révèlent une exceptionnelle faim de prédation !

 

( Appliquez-vous un peu, elle est de moi, vous pouvez la noter! )

 

Gare à ceux qui poursuivent par trop abusivement les fautes des autres, commises depuis des siècles, mais paraissant à dessein devenues démesurément plus graves que jadis.

 

Quels intérêts visent-ils vraiment, en canalisant actuellement toute haine à son extrême sur les banquiers suisses, les délateurs américains, les malades pédophiles et autres zoophiles, les terroristes et l’ensemble des  « pas conformes » en général ?

 

………………………..

 

Afin d’y mieux méditer : Un peu de sport pour finir.

 

Sepp : Lésant tri ?

 

Un certain président de Fifa, s’il en est, se complaît à trier à son goût ses plus profondes formules-choc, et à nous les délivrer froidement : Quelques exemples de Blatteries, ressorties par M. Frédéric Wisler, que nous remercions : En substance : …. « Il n’y a pas de racisme dans le football …. » « Le dopage dans le foot n’existe quasiment pas, ne serait pas utile … » « … Je suis consterné par la suspension de ce match en raison de chants racistes … » « Au Brésil le football est plus fort que l’insatisfaction … » … Et la pire de toutes, en substance toujours : « La Coupe du Monde aux plus offrants a été remportée par la Russie en 2018 et le Qatar en 2022 ».

 

Au fait, c’est à quel âge la retraire d’un président de Fifa, si limité dans ses choix ?

 

Ah, ça ne fait pas tout le pataquès que provoqua l’idée que des professeurs de médecine puissent continuer à travailler après l’âge légal ? ça dépend en fait du temps nécessaire aux enquêteurs pour obtenir toutes données de gigantesque fraude fiscale et autre, ou non ? Je vois, je vois …

 

Justes hisse si évidemment ils le sont, sur piédestal, mais ne hausse, s’ils se gaussent à l’étal de toute Morale, injustes Augustes.

  

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.