18/06/2013

PRÉAUX, CUL, PASSIONS …

Rien à voir, ou presque, avec les sujets traités ici, mais je n’allais pas laisser passer un titre comme ça. Soyons adultes et étudions, avec tout le sérieux de circonstance, l’état présent de notre monde :

 

ABATS CARATS !

 

Précieuse pierre dans l’amarre d’un médecin Afghan établi dans le canton de Vaud, qui reçoit par DHL deux colis adressés au « Dr Taliban ».

 

Ce respectable praticien porte plainte.

 

La défense de DHL tiendra à un argument de taille : Si ce médecin luttait activement contre les principes des Talibans, il se serait fait amener ces paquets par DPD !

 

…………………..

 

Mais finalement, c’est vrai, quoi, si ces pauvres transporteurs ne peuvent plus même employer de procédés mnémotechniques pour situer les destinataires, où va-t-on !? Laissons-les en paix livrer le reste des colis à M. Spaghetti, Mme Choucroute, M. Nez Crochu, Mme Moules-frites, etc.

 

……………………

 

Tragédie, encore : La Fête fédérale de Gymnastique fait des râles à Bienne, de centaines de gymnastes dont les tentes toutes pareilles se sont envolées lors d’une véritable tempête, en lieu et place de l’inauguration.

 

La désolation, les tentes dispersées en tous sens, habits et bagages divers partout, des imprudents qui n’avaient pas fermé la toile d’entrée … Un excellent échauffement.

 

Il y eût certainement du sport encore, afin que chacun reprenne possession de toutes ses affaires. Car comment faire pour retrouver sa tente, pareille aux milliers d’autres ? Je serais curieux de savoir si tous participants furent véritablement sportifs, trouvant épars les biens d’inconnus en recherchant les leurs.

 

Mais, à la guerre comme à la guerre, le lendemain tous étaient sur son pied. Prêts à en découdre avec la nouvelle discipline imposée :

 

Le slalom-brasse-coulée aller simple jusqu’à l’Île Saint-Pierre, en évitant les hélices de bateaux fous anonymes.

 

Le podium qui attend les trois premiers a évidemment été adapté pour être accessible de plain-pied. Et la coupe du lauréat sera, le cas échéant, posée sur sa tête.

 

…………………

 

Saisie, tout à fait au passage, une phrase issue du bruit-de-fond visuel, brouhaha de luxe axé sur Arte, concernant les grands peintres du début du XXème siècle … Je ne suis pas certain d’avoir bien compris, mais je trouve la formule, pour autant qu’elle existât, on ne peut plus explicite : Parlant de Renoir, Matisse, Monet, Bonnard … J’entends, vraisemblablement au sujet de la mobilisation de 1914 : « Deux d’entre eux sont réformés, n’iront pas au front, car ils sont : Très soucieux des évènements » !

 

Voilà qui résume parfaitement, avant l’heure, la terreur qu’ont des médias l’armée et les gouvernements en général : Car chaque soldat envoyé à la guerre est très soucieux des évènements, mais si des personnages de renom sont enrôlés, leur souci des évènements risque de devenir un peu trop contagieux, et de faire réfléchir plus que nécessaire pour l’esprit de troupe.

 

…………………..

 

Sinon : Vous avez dit soucis ? J’en aurais des tonnes à vous livrer mais vous avez bien autre chose à faire et moi aussi. Comme me préparer à l’imminente opération des yeux que nécessite à présent le problème que je n’ai pu traiter correctement par faute d’assureur dûment sous enquête de la brigade financière. Qui aura également bien du travail à s’occuper des 80,10% « d’intérêts et frais » d’Inkasso concernant, entre bien d’autres, une facture de 190.- de janvier 2013, impayée car l’assureur a séquestré sans droit l’argent dû au praticien créancier, assureur également mis aux poursuites par mes soins, facture dont je n’ai reçu qu’un rappel, pas de commandement de payer auquel faire évidemment opposition, avant sommation qui m’est envoyée d’Inkasso de verser de suite 342.20, calculés au 10.06.2013.

 

Que diriez-vous, quand je sortirai de clinique, de vous joindre au collectif que je compte fonder, des victimes des truanderies de l’assurance et des sociétés de recouvrement, pour dépôt de plaintes pénales collectives pour escroqueries en bandes organisées ?

 

En attendant, vous ne m’en voudrez donc pas trop si d’aventure je vous laisse quelques jours sans éclats de rire ou de rage ?

 

Certes, de ce fait les routes seront encombrées soudain par moult responsables des renseignements de flopées d’Etats fouineurs, en profitant pour prendre quelques jours, j’en suis désolé, dégâts collatéraux.

 

Qu’est-ce que ce sera pour eux comme déception, le jour où je n’aurai plus à leur signaler bien incidemment le véritable mécontentement de la majorité du peuple suisse, de mois en mois un peu plus trahi par la monocolore brunâtre politique-caviar, en vigueur et total dysfonctionnement depuis une vingtaine d’années.

 

Quelle tristesse ils ressentiront, quand nous serons parvenus à faire réviser entre autres l’esclavagiste article 93LP, affirmant que les impôts ne sont pas inclus dans le minimum vital, vu que cette charge ne constitue pas une dépense INDISPENSABLE !

 

Qu’un Tribunal du Peuple sera parvenu à faire éradiquer la grotesque Fraude étatique des impôts, frais d’assurance obligatoire, … qu’il est impossible d’honorer en déduction d’un minimum vital notoirement très insuffisant pour vivre décemment en Suisse, impôts & Cie qui perpétuent sciemment l’endettement et le besoin accru d’assistance sociale des plus savamment défavorisés. Privés en partie de l’Indispensable : L‘Espoir de se sortir véritablement un jour du piège des Fraudeurs Premiers, jonglant à loisir entre placés complices uniquement, avec l’argent en bonne partie volé à ceux qui l’ont produit sous de criminelles privations imposées, argent détourné au profit d’une immense majorité de dépenses généralement, elles, tout sauf primordiales.

 

Donc, si la charge de l’impôt n’est pas une dépense indispensable pour le démuni, qu’est-ce qui justifie le caractère si indispensable du recouvrement de l’impôt, des frais d’assurance obligatoires ... ? De surcroît par des intermédiaires surtaxant impunément, de manière ignoble et indigne la dette creusée, en vue de boule de neige des poursuites infinies ?

 

………………………

 

Bref, oublions pour l’instant les lois charognardes à leurs ripailles de pourriture financière. Et omettons plus encore de penser que le Château de Ripaille à Thonon-les-Bains est visiblement l’objectif principal des adeptes du futur Grand Genève élargi.

 

Eh oui, « faire ripaille » serait issu de l’ironie de Voltaire, si vous l’ignoriez, faisant allusion aux fêtes données-là depuis l’époque de l’antipape Amédée VIII au XVème siècle. Une tradition bien ancrée.

 

Nous sur la paille pour qu’eux ripaillent ? ça se termine visiblement, la douloureuse est présentée, qu’ils n’ont pas fini de commencer à rembourser aux spoliés arbitrairement. D’autant plus si ces derniers appuient en ses démarches futures le Salvateur Roi-Député du Parti Railleur d’Extrême-Centre-Gauche, votre dévoyé.

 

……………………….

 

Oublions, oublions : Que les assurances prévoyance font sur notre argent du 15% de bénéfice et nous en cèdent 2% en pitance, et que la réforme d’une majorité d’abrutis au pouvoir prévoit encore une baisse de 12% des rentes ; Soit 25% détournés du minimum indécent des plus pauvres, pour compenser la dette que des misérables gestionnaires véreux ou crétins ont accumulée en jouant et perdant sans notre accord, avec notre avoir disparu en bourse. Qu’il NOUS faut reconstituer, nous victimes premières, sous force et menace remettre à disposition des mêmes escrocs ?? Et ainsi de suite, bulles après bulles ? Stop ! Assez de ces incitations à l’insurection, la révolte générale. Que le peuple soit au contraire calmé, rassuré, uni face aux assauts externes, qu’on lui cède plus que surplus des montants honteusement détournés au profit de cossus abuseurs. Trouvons le fric où il est, pas où il manque !

 

…………………………

 

Nécessaire anecdote antidote au délétère venin puritain :

 

Notre très proche est appelée vers de lointains horizons, nous tentons de boucler ses valises. Je m’éloigne à l’autre bout de l’appartement. Soudain, un hurlement de terreur. « Quelle horreur, quelle horreur, je ne peux plus voyager !» et elle se met à pleurer et crier : « Il y a un chat noir, là, là, un chat tout noir dans l’appartement, je vous jure ! Je ne voyage plus ! Je suis maudite !».

 

Navré qu’elle ait pareillement perdu la boule, persuadé qu’elle est victime d’hallucinations dues au stress extrême … (nous avons amené auparavant à grand-peine une valise pleine, (32kg autorisés) dont le code d’ouverture était bloqué, au magasin où elle avait été achetée. Panique totale pour peu de chose. Je me demandais pourquoi aux aéroports l’on n’exigeait jamais le code des valises à chiffres. La vendeuse se sert d’un petit appareil genre mini-périscope pour lire de l’intérieur les trois numéros, et clic c’est ouvert) … Face au délire superstitieux de l’épouvantée, le plus pur hasard veut que j’aie à la main un ticket de quinté que je m’apprête à aller jouer. J’en profite, brandissant  le jeu : « Mais non, regarde, au contraire, c’est bon signe, c’est un bon paquet d’argent qui arrive, avec ton chat noir ! »

 

« Fous-toi pas de moi et regarde sous le canapé du salon ».

 

Ouhlà, et si vraiment ? … Je m’à plat ventrise sans conviction, soulève le tissu et guigne sous ce sofa : Bien évidemment, trop sombre pour distinguer quoi que ce soit. Sauf peut-être, tout au fond dans le coin, ces deux yeux jaunes …

 

Je bondis en arrière, puis éclate de rire. Un sacré bout de temps qu’il n’avait plus fait d’acrobaties. Le minou noir de ma sympathique journaliste-TV de voisine de palier.

 

Et non. Non, je vous en prie ! Un peu de tenue, s’il-vous-plaît !

 

Un petit morceau de pain à la main, quelques paroles douces et le superbe matou, du noir le plus brillant, est dans mes bras, prêt à regagner ses pénates.

 

…………………..

 

Téléphone à minuit le lendemain soir. En dépit des turbulences aériennes en inquiétante progression, le voyage s’est merveilleusement passé. Et de mon côté le quinté m’a rapporté la faramineuse somme de CHF-3,75 pour une mise de CHF-2.50.

 

Comme quoi les superstitions, ce n’est pas très payant.

 

………………………

 

Sauf si, par une fenêtre ouverte, le félin objet de toutes les superstitions vient embêter le perroquet en liberté. Là, je vais casquer un max, ma bestiole étant considérée comme animal sauvage, que nos amies les assurances couvrent comme s’il s’agissait d’un lion ou d’un cobra royal, avec des primes situées dans la canopée.

 

Il y a fort à parier que, pour des centaines de générations de chats noirs, porteront alors malchance les perroquets verts.

 

………………….

 

A Bientôt. Et gare à nous : Ils sont partout, ils nous observent et nous dirigent, voyez: 

 

DSC_2930.JPG

 

Même si l’un d’eux a dû aller mettre de la pommade, irrité par le vulgus papirus des étages inférieurs où il a dû se réfugier d’urgence, le trône de l’étage supérieur ayant été dérobé !

 

Ali GNIOMINY

Commentaires

Redoutablement lucide votre blog. Je m'inscris.

Écrit par : Jmemêledetout | 27/06/2013

Très original votre style !!! Bravo!

Écrit par : helvetica | 10/07/2013

Les commentaires sont fermés.