12/05/2013

TAIRE MYTHES ?

Bien au contraire, parlons du mythique Paul Mc Cartney qui, en plein concert au Brésil, vit fondre sur lui un essaim de sauterelles. Le maître n’a pas bronché et a continué son spectacle comme si de rien n’était.

 

Qu’y faire, si les salades de l’ex-Beatles plaisent même aux sauterelles ? déjà qu’il aime le cricket … Et puis, certainement que notre Lord n’aura pas même réalisé que les sauterelles ne faisaient pas partie des manifestations hallucinatoires dues au LSD.

 

Pardon, my dear, ce fut juste pour le fun. Je sais bien que, tout comme moi, vous n’explorez plus les tréfonds ou sommets de votre cerveau depuis des décennies. Ces dizaines de dizaine d’heures passée en guerres intérieures nous ont appris à rester impassibles dès que survient étrange événement. Et même à y prendre du plaisir.

 

Il m’est en effet arrivé, à plusieurs reprises au Brésil, le soir après l’averse, de sonner le branle-bas de combat. Nous avons alors moins d’une minute pour éteindre toutes les lumières, tout fermer, calfeutrer.  Et s’abattent sur nous des millions de Tanajuras (termites ailées) perdant leurs ailes instantanément. Le nuage dure quelques minutes, et le balayage des ailes quelques heures.

 

Le pire étant que ça a son charme. On rit sous cape comme des gamins, surtout à cause des chatouilles de dizaines de bébêtes sur le corps.

 

Mais je me tais à ce sujet. J’en connais qui sont capables après ceci de faire breveter l’Insectothérapie.

 

………………………..

 

Bestioles, encore : Un flic en mission puni pour excès de vitesse !

 

Le trop zélé gabelou est arrivé à l’apéro avec la bleue avant même que ses collègues n’aient eu le temps de sortir les fourchettes et les carrés de sucre, d’où leur légitime frustration et la punition infligée.

 

…………………………

 

Autres zélés à fêter aujourd’hui : André Hediger et Rémi Pagani.

 

Bien qu’à Genève ce soit tout le temps la fête des maires.

 

Décidément, je ne vous en épargne aucune, je sais, désolé, je ne me fatigue jamais trop le dimanche. Ce billet n'est qu'un simple aparté presque sans prétention. Comme pour excuses à toutes les dames dont je n'ai pas fait une mère.


………………………….

 

Et sur La Télé, c’est aussi la fête aux mères iconoclastes ou non, qui n’auront jamais autant pleuré que ce dimanche : Avec l'Emouvant hommage romand à Mozart, intitulé Passages, de Bernard Novet, sur 200 jeunes choristes se préparant à interpréter le Requiem du génie. Entre deux larmes qu’arrache obligatoirement le Lacrimosa, écrit en sanglots par le phénoménal mourant, que ses contemporains laissèrent crever, s’humilier à emprunter auprès de Frères de Loge pour tenter de survivre, en vain … L’ignorance criminelle des cossus de l’époque face aux rarissimes génies n’ayant rien à envier à l’actuelle débilité en la matière, de ceux censés les révéler et soutenir. Que ces minables aillent en enfer faire leur fête à Mammon.

 

…………………………..

 

En attendant :

À toutes les mamans du monde,

Toutes à la ronde en les aimant,

Parfaites,

Pas ……

 

BONNE FÊTE !

 

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.