14/03/2013

EST TROMPÉ …

À l’ingrat souillé.

 

Gonflés, que ses propos trônant en la rubrique « Opinions », page 2 de la Tribune de Genève du jour de la fumée blanche :

 

« Lorsque je pris en 1983 la décision de m’établir dans votre pays … je pensais changer d’horizon et de niveau de pensée, alors que je .. faisais que sortir de la fange pour plonger dans la fosse septique ».

 

Ah, l’impudent ! Issu de la fange, ayant joui des plus belles fesses et tombé dans les fèces !

 

……….

 

Qu’il soit mis au parfum ! Afin de le féliciter d’apprécier tellement notre fosse septique qu’il y patauge depuis trente ans :

 

Je lui offre cette anecdote, évidemment authentique, et rare opportunité : Alors qu’en 83 il sortait de la fange, je dirigeais les chefs d’équipe d’un parc de camions et camionnettes chargés de dératisation et de vidange de fosses septiques. D’où mon obsession persistante de rendre plus propre la fosse dont il parle.

 

Aussi, inutile qu’il soit sceptique à mon égard, je conçois parfaitement ce qui le contentera enfin :

 

Au vu de l’étendue et de la puanteur de cette fosse l’incommodant tant, les grands camions sont indispensables ; Avec mes nauséabondes amitiés, je vais lui envoyer les grosses suçeuses.

 

………….

 

Élevons-nous légèrement vers autre trône :

 

L’Argentine aux anges ! Imaginez : Un pape et un Messi !

 

………….

 

Seule ombre au tableau : Risque de se trouver fort peu en odeur de sainteté le rédacteur de la TdG de mardi, qui présentait comme difficilement papable l’actuel élu, … dont la santé est si fragile ….

 

Aïe : Genre de gaffe à se faire excommunier sur-le-champ. Un peu comme si quelqu’un osait supposer que le nouveau pontife fait juste la transition pour quelques mois, histoire de préparer l’Histoire à la présence, simultanément ou à la suite, de papes Sud-Américains.

 

Car, franchement, en 2014, une coupe du monde de foot au Brésil avec un pape brésilien ça en jetterait un max ? Non ?

 

Et, tant qu’à faire, puisque c’est entré en les vaticanes mœurs, pourquoi pas un pape par pays?

 ………….

Bref : Je n’irais pas jusqu’à dire que ce jour est de deuil national au Brésil, mais pas loin. Il faut connaître l’atavique aimable rivalité entre Argentins et Brésiliens, et en l’état j’en connais un bout. Feu mon Vénérable beau-père  Brésilien fut recueilli au couvent Jésuite à l’âge de sept ans, orphelin de mère et vendant des journaux pour nourrir son père malade. Puis chez les Franciscains. Le récit du calvaire encouru en ces obscurs cloîtres, pour le peu qu’il pouvait nous conter, même après tant d’années, nous hérissait les cheveux. Extrême dénuement permanent, coups réguliers, offrant une endurance exceptionnelle, inégalable. À 77 ans, un mois avant son décès d’un cancer de l’estomac, j’engueulais copieusement ce regretté illustre Vénérable, qui s’étonnait de devoir poser sa charge au milieu d’un escalier, avant de continuer l’ascension avec un sac de 50kg de ciment dans les bras.

 

Le nouveau François Ier est assurément résistant, mais à trop tirer sur la corde, lui-même ne sait plus mesurer son usure.

 

Quoi qu’il en soit, le message est limpide, en cette austère époque. Je vous le résume en vous invitant à méditer sur ces phrases de Saint François d’Assises, dont l’athée que suis a jadis étudié la vie avec délectation durant des dizaines d’heures, plus que celle de tous autres Saints. Non non, vous ne vous trompez pas, je fus protestant, avant de donner ma démission à l’industrie religieuse. Ce qui ne m’a pas empêché de m’intéresser à toutes autres tendances religieuses, par ailleurs tout aussi fondamentalement infantiles et/ou cupides.

 

François d’Assises disait donc :

 

« Voyez les petits oiseaux, ils picorent deux trois graines, ils boivent quelques gouttes d’eau … et ils s’envolent »

 

Mais aussi :

 

« Jetez-moi une pierre, je vous donnerai un petit pain  »

 

Moralité : Le catho nouveau sera pauvre, très pauvre, volontairement pauvre, totalement pauvre, il aura tout dilapidé, et se chargera cependant de nourrir des inconnus, à condition qu’ils le maltraitent.

 

Décidément, de même qu’une entreprise qui fait faillite renaît facilement, et voit ses affaires fleurir sous un autre nom :

 

De même, l’Eglise catholique devrait s’appeler prochainement Eglise de Masochistologie.

 

……………..

 

Fais-moi mâle, chaud nid, fais-moi mâle …

 

 

Ali GNIOMINY

Commentaires

On y va-t-y quand ?

En der. scène :

Abbés moussent ! Pas Palema !

Écrit par : Bernard Hivyst | 15/03/2013

Les commentaires sont fermés.