18/02/2013

CEVA, ALORS RISÉE ?

Afin, ainsi que si bien je le jadis dis, … afin de relier la racaille bancaire à la racaille de banlieue, la construction de la ligne du CEVA va bon train.

 

Un tunnel est présentement creusé sous Champel. Vous savez : Là-dessous, où se situent les principaux vestiges archéologiques et paléontologiques d’Europe, sous cette montagne de trésors où les manuscrits perdus de Calvin côtoient d’autres restes momifiés de dinosaures.

 

Par conséquent, si tout se passe bien, l’inauguration du tunnel Ceva est prévue pour l’an 2'763.

 

……………………………

 

Autre sombre histoire:

 

Des surveillants couchent avec des requérants d’asile !

 

Mieux vaut ça que le contraire.

 

De toute manière, avec la promiscuité de ces dortoirs de centres d’accueil, il n’est pas étonnant que des choses se passent dans le noir.

 

………………………….

 

Humour encore plus noir :

 

Elle boit dix litres de Coca-Cola par jour et en meurt :

 

La marque devra mettre en garde ses consommateurs sur chaque bouteille, où il sera écrit : « L’abus de Coca-Cola tue ou peut gravement blesser vos proches ».

 

… En cas de pets nocturnes.

 

……………………….

 

Autres malsains « drames à la con» en séries, matraqués sur diverses populistes chaînes, ces temps-ci : Papa ne veut plus la voir, maman pleure à n’en plus finir ; l’horreur absolue : «  Notre fille est homosexuel «  (pas de féminin, dans l’absolu, homosexuelle étant une abomination, une fille, si elle est gaye ( ?) (ou gayotte ?) pense et agit comme un mec, doit être respectée comme tel, elle est donc une homosexuel point c’est tout, un gay étant lui invariablement quelque part un peu homosexuelle).

 

Bref, le bon con de majoritaire télespectateur est ainsi imprégné à jamais, de l’ «abominable tragédie» que représenterait pour la famille le fait que le fiston ou la jeunette « devienne » homo.

 

Qu’il comprenne enfin, l’abêti catodiquement, que ce n’est pas parce que des gens totalement déphasés pleurent s’ils ont cassé par mégarde une branche, qu’il faut condamner tous les arbres à branches à hauteur d’homme.

 

…………………………...

 

Insoutenable métaphore toujours, pour grande part des esclaves du petit écran : Le 7 février 2013 à 19h30, le téléjournal de la RTS a l’outrecuidance de présenter « L’origine du monde » de Gustave Courbet, représentant un sexe féminin ; à une heure où les enfants peuvent en être traumatisés.

 

Des fois que, nés des amours d’un chou et d’une cigogne, nos chers petits ne puissent supporter de découvrir soudain ce à travers quoi nous leur cachons qu’ils sont passés, et de plus certainement tête la première !

 

Afin de réparer son erreur, et par souci d’équité, le TJ s’engage à exposer prochainement « Avant l’origine du monde » une peinture du maître jusque là ignorée, représentant un énorme phallus en érection.

 

Afin que nos chères têtes blondes découvrent avant tout ce à travers quoi nous leur cachons qu’elles sont passées, et de plus avec certitude tête la première !

 

…………………………….

 

Ludique et sympathique, encore : Gentillet poème offert pour toutes celles et ceux tout déprimés par leur merdique ambiance professionnelle.

 

Tel n’est plus mon cas, même qu’exploité honteusement avec régulière péjoration de mes conditions de travail, retraite, etc, en lieu et place de l’amélioration jadis mensongèrement promise, depuis 9'751 jours et sept heures, finalement à présent en une équipe sympathique, avec sans doute la moins mauvaise hiérarchie supportée en 27 ans, mais :

 

ça croche tant pour tant de proches,

de gens « en haillons » sous le joug, le baîllon,

de cossus chefaillons, de sangsues à pognon,

crée tant de ravages, tant de dommages,

....

que ça mérite vite quelques sévères vers :

 

Trimer miné,

Discriminé,

Travailler haï et humilié

Par supérieurs

Pleins de rancœur,

Pleins de mépris,

Par malapris

Par trop méchants,

Trop s’accrochant

Comme morpions

À leurs fonctions

Que leur offrirent

Leur père et sbires,

….

Travailler plié,

Trahi et poings liés,

Tout souillé travailler

Pour hiérarchie

Qui vous conchie,

Sans bruit détruit,

Pour qui maltraite

Votre retraite

travailler pour des ors

dure le temps de tous remords. 

 

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.