10/01/2013

DÉMENTS SONGES

Vous rêvez d’un monde sans mensonges ? Ce n’est pas gagné. Voyez vous-même ce que l’on nous fait croire :

 

Genève vit une grave pénurie de dons du sang !

 

Fadaises ! Alors que grâce à la recrudescence d’agressions, les Genevois n’ont jamais versé autant de sang !

 

……………………….

 

Décidément : Sens cru pullule :

 

« Le Monde » cherche Français travaillant en Suisse et ayant observé une montée du sentiment « anti-frontaliers ».

 

Prochain sondage prévisible de l’un de nos quotidiens:

 

Suisses travaillant en Suisse, avez-vous observé une montée du sentiment frontalier « anti-Suisses » ? Vos témoignages nous intéressent. Surtout si vous faites partie, par exemple, des subordonnés Confédérés, ayant entendu, de la part d’une certaine frontalière directrice par intérim d’un établissement de Genève qu’ « ici c’est une Maison française, où l’on travaille à la française ».

 

……………………….

 

Admettons qu’il est rare que l’une, parmi tant d’autres parachutées exilées économiques, fasse preuve de pareille franchise.

 

Mais frontaliers ou non, à des postes de vrais cadres ou de chefaillons, là n’est pas la globalité du problème.

 

Ainsi que nous le disait en substance hier une sympathique syndicaliste : Le pire cancer actuellement dans le monde professionnel genevois est l’accession en masse, ces dernières années, de quantité de responsables totalement incompétents, n’ayant de loin pas la formation ni carrure nécessaire à leur poste obtenu par copinage, provoquant la véritable catastrophe sociale et humaine que l’on connaît.

 

Et c’est là tout sauf déments songes.

 

…………………………..

 

Cauchemar, encore : L’abominable astéroïde Apophis passe actuellement sur nos têtes, « frôlant » la Terre qu’il devait percuter en 2029, avant que nos savants ne se ravisent et affirment qu’il n’y a plus de risque. Du moins jusqu’en 2028, quand toute la planète se préparera à la vendeuse nouvelle fin du monde de l’an suivant, et que les humains feront comme de coutume n’importe quoi, se disant qu’ils n’en ont de toute manière plus pour longtemps.

 

Donc, aucun risque pour l’heure, Apophis se contentera simplement aujourd’hui de percuter comme au bowling, en milliards de fois plus violent, et projeter vers nous les milliers de déchets spatiaux en orbite autour de la planète, qui ne devraient théoriquement pas l’entraîner dans leur chute ...


(Ceci juste pour voir combien d'adeptes comptera dans dix minutes l'un ou l'autre culte catastrophiste qu'engendreront de si déphasés propos).

 

…………………………….

 

Paon démi …

 

… de ses fonctions, au Jardin botanique, où le gracile volatile conte à minets comment taire assez 140 poules tombées.

 

……………………………..

 

Le précédent entrefilet servant de soupape au stress des propriétaires d’oiseaux de compagnie, dont je suis. Un quart de siècle en quasi-symbiose avec un perroquet en parfaite santé ne va pas de soi. Et voilà qu’apparaît une Xième épizootie particulièrement contagieuse pour les oiseaux, dite de Newcastle, reléguant les éculées formes de grippe aviaire, toujours présentes, définitivement aux oubliettes, en lesquelles elles tombèrent il y a déjà longtemps.

 

Qui donc se souvient des consignes sanitaires passées il y a peu d’années : De ne jamais toucher un oiseau malade ou mort ? Alors que nos canards, depuis, nous ont gazouillé les histoires bourre-pages de gentilles mamies et mignons zenfants ayant recueilli d’ailés petits protégés mal en point.

 

Pas de recommandations évaluées à nous transmettre, la New mort invisible de nos chéris bestiaux rôdant, nous ne savons que faire pour les protéger. Pour ma part je m’en tiens à ceci : Aucune approche d’un autre volatile. Pour cuisiner la volaille, ô cruel paradoxe, nettoyer le poulet au vinaigre, comme dans les pays chauds. Très attention au couteau et à la planche employés, les passer aussi au vinaigre et laver soigneusement avec savon de vaisselle ou équivalent. Les abats emballés préalablement dans un sac et descendus immédiatement au container. Même hors des pics d'épizootie. Désinfection des mains et avant-bras. Et, bien qu’aucun cannibale sur Terre ne semblât plus enjoué en ingérant les os d’un congénère : Fini ! Plus de poulet pour le perroquet.

 

Restes de côtelette, poisson, autres types de protéines, mais plus de volaille à picorer. Et pas de visites chez un vétérinaire, sauf urgence, avant quelques mois.

 

Bien que, d’ici-là, l’ascension des noms d’épizooties nous aura sûrement amené celle d’Edimbourg … si ce n’est de Glasgow …

 

………………………………..

 

Autres drôles d’oiseaux, à présent : Affichant à la Une :

 

Découverte archéologique du siècle en vieille ville de Genève !

 

Une manière comme une autre de faire comprendre au contribuable qu’en raison d’économies, les recherches archéologiques deviennent inutiles pour les 87 ans à venir.

 

………………………………..

 

Bientôt plus de chauffards, au grand dam des industriels de la répression. Les véhicules en préparation se passeront de chauffeur !

 

Le Salon de l’Auto ne recevra donc plus que des pilotes automatiques, venus rouler les mécaniques.

 

Vroum vrrrrouuummm à vous itou.

 

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.